Dauphins

 Peu d’animaux marins ont été, autant que les dauphins, liés à la vie des humains. Les Grecs anciens, peuples de la mer, furent, dès les temps les plus reculés, attirés par ces animaux singuliers qui jouaient et bondissaient hors de l’eau autour de leurs bateaux, et qui se faisaient aussi remarquer par l’aisance avec laquelle ils dépassaient les navires les plus rapides

 Dauphins oceanprince

 

Les mythes et les fables relatifs au dauphin sont fort nombreux : il est mentionné déjà par Homère comme « roi de la mer et seigneur des poissons ». Les auteurs anciens ont signalé l’affection qu’il porte à l’homme en toute occasion, allant jusqu’à sauver la vie de naufragés en les ramenant à terre. Par ailleurs, nombreuses sont les citations qui montrent le dauphin se laissant volontiers chevaucher par des jeunes garçons. Thétis elle-même utilisait l’un de ces Cétacés comme monture. L’un des exemples le plus couramment cités est celui d’Arion le premier chanteur et joueur de cithare de son temps. Revenant de Sicile où il avait gagné, par son art, de grandes richesses, il s’embarqua à Tarente à bord d’un navire qui devait le conduire à Corinthe. Mais l’équipage décida, une fois en mer, d’assassiner le musicien pour s’emparer de sa fortune. Arion obtint cependant la faveur de chanter une dernière fois avant d’être jeté dans les flots, ce qui fut fait. Mais un dauphin, qui avait été attiré et charmé par les accents mélodieux du chanteur, le recueillit et le porta sain et sauf jusqu’au cap Matapan (le Ténare), où un monument immortalisa l’événement, que l’on situe dans la XXIXème olympiade, soit vers 620 avant l’ère chrétienne. 

 

 

204150_q51m8lakk7we3v55tsb8yeuzsr7owc_dauphin_dessin_love_h213809_l1

 

C’est aussi un dauphin qui a ménagé le mariage d’Amphitrite et de Poséidon, lequel, pour marquer sa gratitude, installa l’« intermédiaire » au firmament, sous forme de la constellation du Dauphin, proche de l’Aigle. Et c’est encore un dauphin qui porta Apollon (Apollo Delphinius) et son fils Icadius jusqu’à la côte proche du Parnasse, où fut précisément érigé le temple de Delphes.Pour toutes ces raisons, la capture des dauphins « déplaisait aux dieux », et les pêcheurs grecs les laissaient en paix. Seuls les Thraces les chassaient, ce qui était en abomination aux peuples de l’Hellade. Pourtant les sous-produits des dauphins étaient éventuellement utilisés en médecine : sa graisse, dans le traitement de l’hydropisie ; ces cendres, contre certaines maladies de peau ; son foie, pour combattre les fièvres. Le dauphin était tellement familier aux peuples anciens qu’il figurait sur de nombreuses monnaies d’Abydos, d’Egine, d’Argos, de Métaponte, de Posidonie, de Tarente et de Rome, où l’animal était, la plupart du temps, représenté accompagné d’une ancre, symbolisant ainsi la suprématie romaine sur le mare nostrum. L’actuelle pièce italienne de 5 lires maintient cette tradition et montre un dauphin d’une remarquable pureté de lignes. 

e80tg2ry

 

 

Peu à peu, la silhouette réelle du dauphin s’altéra pour prendre la forme sous laquelle on la voit très souvent : corps contourné en vrille, front exagérément proéminent, nageoires munies de rayons comme celles d’un poisson et même parfois indication d’écailles et d’un opercule. Pourtant, les anciens savaient parfaitement que le dauphin n’était pas un poisson, mais bien un Mammifère, qu’il était « proche des baleines », qu’il respirait l’air en nature au moyen d’un évent communiquant avec des poumons, qu’il se reproduisait par accouplement, etc. Plus tard, le dauphin devint l’emblème du Christ et le signe de ralliement des premiers chrétiens. C’est probablement à ce titre qu’il fut son entrée dans l’héraldique ; il y prit d’emblée une place prépondérante le situant au premier rang des « poissons » (c’est-à-dire des animaux marins), comme l’aigle domine les oiseaux et le lion les quadrupèdes. 

 

hr187nh1

 

 

Le dauphin héraldique est particulièrement répandu en Angleterre, où il figure dans les armes de nombreuses familles de très ancienne noblesse. En France, deux dauphins surtout d’Auvergne, « pâmé », c’est-à-dire d’un seul émail, et le dauphin du Viennois, ou du Dauphiné, « d’azur, allumé, loré et pautré de gueules » (en d’autres termes, il est bleu, alors que son œil, ses nageoires et sa queue sont rouges.

19994_ASFQ2CDLRTALQACUXOVRNMEN368RVP_dauphin_1__H202946_L

 

Il peut paraître singulier que des provinces aussi éloignées de la mer, aussi « terriennes » que l’Auvergne et le Dauphiné se réclament d’un animal purement marin. L’origine des armes du Dauphiné s’explique comme suit. Parmi les principaux saints cités par Giry (Manuel de diplomatique) figure un certain Delphinus, évêque de Bordeaux, mort vers 404 après J.C. Delphin, ou Dauphin, était probablement un prénom porté par les premiers comtes d’Albon et de Vienne ; il a subsisté jusqu’à nos jours sous forme de patronyme (assez rare toutefois) et, au féminin, comme prénom essentiellement au siècle dernier : Delphine Gay de Girardin, la Delphine de Mme de Staël, etc. 

Publié dans : ||le 18 juillet, 2010 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3