Archive pour la catégorie 'SOCIETE'

Entre destin et liberté

L’équilibre entre destin et liberté dans le Contrat sacré

LE CONTRAT SACRÉ par CAROLINE MYSS 

Dans d’autres cultures et à d’autres époques, des gens ont vu dans leur Contrat sacré l’action du destin, la grâce de Dieu ou le karma accumulé par les gestes du passé. Le fatalisme sur la vie et la mort pousse certains Entre destin et liberté dans ACCORD 220px-Carl_Spitzweg_021à dire, par exemple:  » Le moment était venu pour lui « ,  » Ils étaient faits l’un pour l’autre » ou  » C’est l’emploi pour lequel elle était née « . La culture scientifique moderne attribue de tels événements à une prédisposition génétique, à un facteur de causalité ou au hasard. Les cultures orientales, qui ont étudié les processus intérieurs de l’âme et de la psyché plus longtemps et plus intensément que l’Occident, ont développé une croyance en un continuum de vies, plutôt qu’en une vie unique suivie d’une récompense ou d’une punition éternelles. Selon les lois du karma, votre vie actuelle reflète vos actions passées tout comme vos gestes en cette vie sèment des graines qui, arrivées à maturité, produisent des fruits dans des vies futures. Bien que le système oriental du karma (et de la réincarnation) soit censé être supervisé par des dieux ou par une énergie supérieure, nos récompenses et punitions, ainsi que le rythme de notre évolution spirituelle, reposent presque entièrement sur nos propres efforts… 

Pour vous aider à prendre part à ma vision des Contrats sacrés, j’utilise des comparaisons provenant des croyances orientales et occidentales sur les rôles relatifs du destin, du libre-arbitre et de la volonté divine. Mais selon moi, nous avons une relation profondément intime avec le Divin et une relation très impersonnelle avec l’ordre cosmique. Les lois universelles, telles que la causalité et l’électromagnétisme, s’appliquent également à tout le monde. L’orbite des planètes et le rythme des marées ne nécessitent aucune intervention de ma part. En réalité, nous incarnons les lois de l’univers chaque fois que nous exerçons notre pouvoir de choisir: lorsque j’opère tel choix, il y a telle conséquence, peu importe qui je suis. Mais je peux influencer la qualité de cette conséquence en demeurant consciente de mon intention. Cette capacité de déterminer nos motivations reflète notre lien intime avec le Divin. Mes intentions ne changent pas les lois, car chacun de mes choix aura tout de même des conséquences. Mais si mes motivations sont empreintes de compassion et de sincérité, elles auront des conséquences vraisemblablement positives. Et un simple geste peut entraîner une cascade inestimable d’effets physiques, émotionnels et spirituels. 

Dans le cadre de notre relation intime avec le Divin, ce dernier nous incite à tirer des leçons et à travailler à notre croissance spirituelle selon une méthode à laquelle nous résistons parfois. Cela peut paraître contradictoire : puisque nous avons co-créé notre Contrat avec le Divin, pourquoi y résister ou l’ignorer ? Parce qu’avant de naître, nous oublions les détails de notre entente. Nous devons nous rappeler notre dessein, le chercher. Ce n’est pas aussi difficile qu’il n’y paraît, car lorsque vous vivez en accord avec votre Contrat, vous savez habituellement que vous êtes sur la bonne voie… 

En définitive, nous faisons tous les jours des choix, conscients ou non, qui honorent notre Contrat en nous gardant sur la voie ou nous y ramenant. Nous pouvons également choisir de faire appel à des archétypes, à des guides spirituels et même à la grâce de Dieu, par la prière et la méditation, pour tenter de remplir plus promptement nos engagements. Si vous préférez ne pas croire en un véritable contrat prénatal ni en la réincarnation, ni même au pouvoir de la grâce, vous pouvez envisager votre vie sous un angle métaphorique, tel un voyage que vous avez accepté d’entreprendre… 

Vous pouvez également envisager votre Contrat sacré comme votre contribution unique à la vie qui vous entoure et qui découle de votre situation, de vos relations, de votre famille. Peu importe comment nous apparaît notre Cont220px-Chinguetti_biblio2 dans ENERGIESrat, nous devons, pour le décoder, accepter que tous nos gestes aient un but qui nous dépassera toujours, que chacune de nos actions affecte notre vie et celle des autres, pour le meilleur ou pour le pire… 

Les rêves ont renforcé ma croyance qu’un dessein sous-tend les événements, que notre vie est tracée, que ses étapes et ses stades nous donnent toujours l’occasion d’une transformation spirituelle, qui est le but ultime du travail avec notre Contrat. La transformation spirituelle survient lorsque, ne voyant plus les choses en termes strictement physiques et matériels, on s’aperçoit que leur déroulement s’appuie sur une logique, qu’elles sont comprises dans un vaste plan. Notre Contrat sacré nous offre d’innombrables chances de croissance et de changement, qui ne dépendent que de notre volonté de saisir les indices et les signaux subtils apparaissant en cours de route. Les rêves, les intuitions, les coïncidences apparentes et les rencontres aléatoires ne sont que quelques-uns des indices qui nous guident sur la voie de la transformation véritable. 

Le but de la transformation spirituelle 

La plupart d’entre nous avouerions probablement que le changement positif (et le fait d’aider les autres) est l’une de nos raisons d’être. Sans cette possibilité d’apprendre, de grandir ou d’être une force bénéfique, la vie serait plutôt stagnante. La connaissance de votre Contrat sacré vous permet de voir comment des événements et des rencontres apparemment aléatoires (positifs ou négatifs) font partie, en réalité, d’un scénario de vie qui vous fournit d’innombrables occasions de transformation spirituelle. 

On croit souvent à tort que la transformation spirituelle doit être déclenchée par un traumatisme ou une tragédie : une maladie grave, la perte d’un être cher, une catastrophe financière ou personnelle. La plupart d’entre nous avons de la difficulté à croire qu’un changement de perspective majeur puisse être motivé par le simple contenu d’un livre ou par les sujets de conversation d’un déjeuner entre amis… 

Contrats sacrés et relations humaines 

Parce que la vie est si complexe et qu’il y a tant à « voir » (de nous-mêmes, du monde et du Divin), nous avons des Contrats avec bien des gens dans notre vie. Imaginez qu’en s’incarnant, chaque âme se divise en innombrables fragments qui passent instantanément à l’exploration de l’âme globale. Vous le savez quand vous rencontrez des gens qui dégagent quelque chose de profondément attirant pour vous, et vous vous sentez peut-être « vide » lorsqu’ils partent. Le terme populaire âme-sœur, appliqué à un partenaire romantique idéal, reflète à peine cette vérité; en fait, nous avons plusieurs âmes~sœurs qui jouent des rôles fort différents dans la vie. Noble ami est peut-être un meilleur terme. Ce sont les gens que vous êtes non seulement destiné à rencontrer mais que vous devez rencontrer. Peu importe le nombre d’occasions de les rencontrer qui vous échapperont, si vous avez un Contrat, vous finirez par les rencontrer, peut-être plusieurs fois, jusqu’à ce que vous ayez complété tout ce que vous aviez à régler dans l’échange de vos âmes… 

D’un point de vue symbolique, de même que de la position traditionnelle d’une grande part de la pensée orientale, personne ne se trouve dans votre vie par hasard. Cela étant dit, cependant, il semble que certaines personnes comptent davantage. Vos intimes, tels que votre famille, vos amis, vos partenaires, vos amants, vos collègues proches, et même vos adversaires, font tous partie de vos ententes d’apprentissage sur terre. Mais parce que votre Contrat concerne l’ensemble de votre vie, on ne peut qualifier d’insignifiantes certaines autres relations qui semblent brèves ou banales… 

220px-Bibliotheque_alencon_670px dans SOCIETEÀ l’inverse, vous avez probablement déjà tenté de « provoquer » une relation sans que, malgré tous vos efforts, le lien ne se forme. Il y a des gens avec qui vous êtes censé vous trouver, et d’autres qui, quoi que vous fassiez, ne seront pas de votre vie. De même, certains ont beau frapper bruyamment à la porte de notre vie, mais malgré leurs efforts pour nous plaire ou attirer notre attention, nous ne sommes pas ouvert à l’idée de les accueillir. Aucun d’entre nous n’appartient à la vie d’un autre. Voici un indice qui vous aidera à déterminer si quelqu’un a sa place dans votre vie: devenez sensible à ce que j’appelle le facteur d’ »animation ». J’entends par le mot animation une sorte de courant électrique qui circule entre deux personnes lorsque l’énergie vitale fait irruption, comme entre des amants qui s’adorent absolument… 

L’absence d’électricité entre les gens est aussi évidente que sa présence. Sans ce courant, rien ne pourrait vous rapprocher pour former une relation. Vous serez peut-être à même d’établir un lien temporaire, mais à moins qu’il ne circule un flux naturel entre vous, votre lien sera instable et embrouillé. 

Parmi les liens riches en animation, mentionnons les relations avec des gens pour qui vous ressentez une aversion immédiate ou avec qui vous tombez dans une forme instantanée de jeu de pouvoir. Dans ces cas, vous pouvez être assuré d’avoir également quelque chose à apprendre d’eux, bien que ce soit plus difficile que l’attraction mutuelle… 

Selon les termes de votre Contrat, les petits tyrans de votre vie sont aussi utiles et importants que vos nobles amis les plus chers. Vous avez des accords à conclure de part et d’autre, car tous ont à vous enseigner sur vous-même quelque chose que vous ne pourrez apprendre nulle part ailleurs… 

Vous pouvez comprendre à travers la sagesse ou la difficulté 

Prenons cet exemple: apprendre le pouvoir du pardon est essentiel à votre voie spirituelle. Comme l’apprentissage du pardon indique que vous avez quelqu’un à qui pardonner, supposons que vous ayez besoin de pardonner à vos parents les pressions qu’ils vous ont fait subir ou les exigences qu’ils vous ont imposées. Ou encore que vous ayez à pardonner à un patron qui vous a congédié d’un poste qui vous assurait la sécurité financière mais vous laissait insatisfait et malheureux. Ces gens jouent dans votre vie un rôle qu’il vous faut comprendre. En interaction avec eux, vous apprendrez quelque chose sur votre raison d’être. Vous devrez décider consciemment de leur pardonner ou non. 

Sans aucun doute, le choix du pardon représente un plus grand défi que celui du ressentiment, mais cette voie plus difficile vous apportera la paix et la sagesse spirituelle. Bien qu’il convienne à notre sentiment d’indignation vertueuse, le ressentiment coûte plus cher à long terme: il affecte votre santé physique, mentale et émotionnelle. Lorsque vous choisissez de ne pas pardonner à vos parents, à vos employeurs et à d’autres supposés adversaires, vous vous isolez et vous vous aliénez des autres et du monde. Vous vous piégez dans une forme énergétique malsaine qui peut même vous amener, ironiquement, à dépendre des autres à cause de la maladie ou d’autres circonstances de la vie. 

Refuser une tâche spirituelle comme le pardon est une voie d’apprentissage pénible, mais, éventuellement, vous l’apprendrez. Et si vous repoussez la leçon, vous la retrouverez à maintes reprises sur votre route.

 

BARSEPA - coeur à ordi

Extraits du livre de CAROLINE MYSS  : CONTRATS SACRÉS, p. 16-57 – Ariane Éditions, 2002 

 

Publié dans:ACCORD, ENERGIES, SOCIETE |on 1 novembre, 2011 |Pas de commentaires »

Je ne peux pas ne pas vous aimer…

Entretien avec Luis Ansa 

 PARU AUX EDITIONS G.Productions.presse http://www.gproductions.fr/presse_detail.php?id_art=124

 

 Papillon et coeurPour avec Luis Ansa, le chaman n’est pas un nouveau type de gourou, il ne sait pas tout. Il propose une voie personnelle sans compétition, sans pouvoir et sans domination afin que l’homme occidental puisse se reposer et s’ancrer dans le corps pour léguer à ses enfants une culture enracinée et pas une culture théorique. Rencontre.                

 
 Qu’est-ce que l’Occident comprend des chamans ?

À travers ce que disent et publient les journalistes et les directeurs de maisons d’éditions, l’Occident pense que les chamanes sont détenteurs de quelque chose. En effet, on peut lire qu’un tel dit posséder le pouvoir des plantes, un autre celui des cailloux ou des animaux, un troisième possède la roue médecine ou le pouvoir d’attrapeur de rêves. Mais l’authentique chaman sait qu’il n’est qu’un canal par lequel passeront certaines choses si elles sont nécessaires. Il ne se présente pas comme détenteur mais comme un serviteur de quelque chose. Notre société est avide de sensations et ne filtre pas assez la quantité de bêtises qui se dit au nom de Dieu. Ça a commencé avec la période de l’inquisition, au Moyen Âge, avec la chasse aux sorcières et ces centaines de femmes qui ont été torturées et brûlées. 

      Comment les chamans savent-ils ce qui s’est passé dans l’Europe du XIVe siècle ? 

      C’est la question que je lui ai posée. Il m’a dit : « L’homme en général travaille avec une mémoire écrite, avec une mémoire historique. Mais certains êtres savent en puisant dans la grande mémoire de l’être humain depuis qu’il est apparu dans la manifestation. Cette véritable mémoire se trouve dans l’espace, pas dans les livres. C’est l’intentionnalité qu’avaient les prophètes. Cette mémoire galactique ou cosmique qu’on appelle la totalité ou macrocosme a sa correspondance dans chacune de nos cellules. » Et je comprenais que cet homme connaissait plus que ses plumes, plus que son tambour, plus que ses rites. C’était l’homme de connaissance que j’avais en face de moi. Il ne m’amenait pas vers des zones obscures avec des rituels devant lesquels je serais resté bouche bée. Il ne me traitait pas comme un acheteur de rituels, mais en adulte. Il faisait appel à mon intelligence. Alors j’ai gardé ses paroles inscrites dans ma poitrine : « L’être humain a, à l’intérieur de lui-même, un corps de connaissance, de mémoire. Vous l’appelez l’âme. Elle est un trésor de vie. Toute est vie, même sur le plan biologique. Toutes les molécules ne travaillent que par mémoire. On l’appelle aussi l’amour. » Il me conduisait à l’intérieur de moi-même où je ne pouvais que voir l’évidence. 

 Que propose exactement le chaman ? 

On a déserté la planète et l’on s’est déserté soi-même. La preuve c’est qu’aujourd’hui, pour revenir soi-même, on fait appel aux psychothérapeutes, à la psychanalyse. On veut retourner là où on puisse être tranquille sans besoin d’être aimé. Pouvoir manger sa tomate sans une espèce de frustration parce qu’on est seul ; manger tranquillement et ne pas être à la merci de cette considération de ce que l’autre peut penser. Le chaman ne propose pas l’enseignement, il ne propose pas une méthode ni un dogme, ni un système. Il ne s’agit pas de sortir d’un système de penser pour entrer dans une autre forme d’esclavage. Le chaman n’est pas un nouveau type de gourou, il ne sait pas tout, il propose une voie personnelle sans compétition, sans pouvoir, sans domination ; une voie où l’on avance seul en sachant que l’on s’enrichit les uns les autres. Le chaman peut offrir un panier de pratiques simples pour que l’homme occidental puisse se reposer, puisse s’enraciner dans le corps, afin de léguer à ses enfants une culture enracinée et pas une culture théorique. 

 Comment avez-vous commencé à parler du chamanisme en Europe ? 

D’abord, cela m’a été demandé par mon ami Don Diego qui voulait que je démystifie ce qu’on pense du chamanisme en Europe. Il m’a dit : « Luis, veux-tu être “connecté” ? Veux-tu être un maillon ? » J’ai dit oui. « Alors, tu as droit à la parole » et il a mis sa main sur sa langue puis me l’a posée sur la bouche. « Lorsque tu auras besoin, ce que je peux, tu le pourras ; ce que je sais, tu le sauras et ce que je suis, tu le seras toi-même. ». 

La première chose que j’ai faite, c’est de dire que le chamanisme propose une thérapie « ordinaire ». L’enfant qui souffre deviendra un homme avec des problèmes, des inhibitions et beaucoup de souffrance. Les chamanes ne donnent pas une explication de la souffrance comme le font les psychothérapeutes. Ils savent d’une façon claire que la souffrance est enracinée dans les cellules et ils se posent la question d’une façon rationnelle : « Comment cette souffrance est entrée dans le corps de l’enfant et où s’est-elle logée ? » Ils savent que le corps humain est constitué de « régions mémorielles » qui ont leur correspondance avec les centres d’énergie (chakras) décrit en Orient. Si le chamane sait dans quelle mémoire s’enracine la souffrance, dans quelle région, il peut aller sensitivement la déraciner. 

 Cette approche oblige-t-elle à recourir à la magie ? 

Mais Dieu, c’est la magie, le mystère et c’est ce mystère dans lequel le chaman propose d’entrer, mais dans un équilibre. Il faut permettre que le rationnel soit sauvegardé et protégé par l’irrationnel. Il faut réintroduire la partie poétique de la vie. Les chamans m’ont aussi appris ceci : je suis en train de parler avec vous, mais je ne peux pas ne pas vous aimer. Mais qu’est-ce qu’on en a à fiche de cet amour entre vous qui êtes un journaliste et moi ? Rien. C’est superflu. Mais ma conscience tient compte de ce superflu. Et je ne parle pas de vous aimer parce que vous allez me donner ça ou ça ou ça. C’est que pour pouvoir parler avec vous, il faut que je puisse aussi vous aimer, sinon ce n’est pas moi qui vais vous parler, c’est seulement ma personnalité, c’est ma créature mais pas mon être. Mon être n’a ni parti politique, ni culture. Mon être est pur amour parce qu’il est de la vie. 

 Comment cette compréhension vous est-elle venue ? 

La plupart des gens veulent un gourou, ils veulent un chef. Et le chamanisme, c’est l’inverse. Il faut arrêter de se rendre intéressant. Il faut s’habiller comme tout le monde, parler comme tout le monde et ne pas se rendre comme un mystère parce que le mystère ce n’est pas le chamane. Le mystère, c’est l’autre qui permet au chaman d’apprendre. Le chaman sait que le mystère, c’est l’autre et la concavité dans laquelle ce mystère rentre, c’est l’être. C’est l’autre qui compte. À la fin de mes conférences sur le chamanisme, les gens viennent chercher une aide car ils ne veulent plus être manipulés par la pensée. Ils veulent retourner à la maison, retourner aux « amours courtois » dans lesquels le dialogue existe. Et ça, c’est le chamanisme. 

S’enraciner, une histoire d’amour 

Le travail que l’occidental a à faire c’est de rentrer dans le corps avec un esprit éveillé et plus comme un somnambule. Mais pour s’enraciner, il faut s’aimer. L’amour est la seule force nécessaire pour investiguer et découvrir la matière. Le chaman travaille avec l’autre énergie sans nier l’énergie masculine. Il capte et travaille les impressions. C’est pour ça que le chamanisme est basé entièrement sur les cinq sens, capter la saveur, la couleur, l’odeur, les sons et le goût de la vie pour donner encore..Franceropos recueillis par Yannick Le Cam 

scint. violet

 

G. PRODUCTIONS
BP 50236 – –9004 AUXERRE CEDEX – –RFrance –él. 33 03 86 98 20 75 –
contact@gproductions.fr  

Publié dans:SOCIETE |on 14 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

L’Effet Social Humain

MASQUEMême ceux qui étudient la société n’ont pas encore pris cela en considération. Prêtez attention à ceci: il y a plus d’Humains sur Terre en ce moment qu’il n’y en a jamais eu. Durant les cinquante dernières années, la Terre a triplé sa population – de plus en plus d’Humains interagissant avec de plus en plus d’Humains. L’endroit est de plus en plus bondé, n’est-ce pas? Des ajustements ont du être apportés à votre société pour cela, et vous le savez. En fait, certains d’entre vous ont passé ces 50 années ici, à s’en rendre compte… et même à s’en plaindre! Pourtant, quel a été le souci social prédominant? Ne pensez-vous pas qu’avec de plus en plus d’Etre Humains interagissant les uns avec les autres, la structure sociale aurait finie par évoluer vers une forme d’existence plus socialiste? Créer un système coopératif qui serve un intérêt plus communautaire afin que tout fonctionne ne tombe-t-il pas sous le sens? Mais ce n’est pas ce qui s’est produit.

 

 En fait, les systèmes ayant ces particularités sont tombés en morceaux! Les gouvernements semblant offrir « le plus grand bien pour le plus grand nombre de personnes » se sont écroulés. La conscience allant avec ces systèmes n’était pas supportée par l’humanité. Alors qu’est-ce qui a été créé? Regardez autour de vous. Il ne vous reste que des systèmes sur Terre où les individus sont vus individuellement en fonction de leur participation. Ces systèmes encouragent les participants à penser à eux en dehors de la conscience du groupe. Cela n’est-il pas contre-intuitif pour une population se resserrant sur elle-même? Oui, c’est le cas, encore que personne ne l’ai remarqué. En ce moment, les systèmes mettant en avant la valeur personnelle, l’acharnement personnel, même l’adulation, sont les plus prospères sur la planète. 

En parcourant la planète, même dans les pays qui ne veulent pas l’admettre, il y a une conscience de l’individualité. Les Etres Humains s’éveillent et sortent des ténèbres et ils disent, « Je suis spécial; Je suis unique; personne n’est comme moi. Je vais penser de la façon dont je le souhaite. » Cela est partout. Cela a débordé les gouvernements et va déborder de plus en plus…et ça c’est en parler ouvertement. Cela est universel sur cette planète, il s’agit juste d’un des nombreux phénomènes dus à une population croissante qui semblent contre-intuitifs. Pourtant c’est un aspect spirituel, car nous vous enseignons que vous êtes un individu partie de la création.

BARRE SEPARATION

Extrait de CONSCIENCE DE SON INDIVIDUALITÉ Par KRYEON – Extraits Du Channeling Franc Parlé, 12 Janvier 2003 – SOURCE INITIALE: Http://Www.Double-Helice.Org  

 

Publié dans:SOCIETE |on 11 septembre, 2011 |Pas de commentaires »

Pouvoirs spirituels

LES ASSISES DE NOS POUVOIRS SPIRITUELS – 1
Paix profonde et trilogie énergétique

 
  

L’importance de la paix profonde Pouvoirs spirituels dans POUVOIR 11129Choisissez, pour un moment, de ne plus réfléchir. Reconnaissez qu’il n’y a plus à faire, qu’il n’y a qu’à vibrer, qu’à être, uni à la vie qui vous entoure. Peu à peu, du plus profond de votre être, vous ressentirez l’émergence d’une paix, une sensation à la fois de calme et de puissance. C’est la paix de l’âme que vous retrouvez, que vous ressentez. Abandonnez-vous à cette rencontre. Ne l’attendez pas de l’extérieur. Elle est autorisée, recréée et ressentie à l’intérieur de votre être. 

Sans cet état de paix, vous aurez tendance à rechercher dans toutes les directions cette lumière qui est en vous, mais voilée par votre distraction. Lorsque cette paix profonde est ressentie, alors l’inspiration se présente aussi afin de guider vos pas vers l’expression la plus juste pour votre incarnation et votre manifestation. 

Chères Âmes, nous allons vous entretenir d’une rencontre de l’être avec lui-même, d’une retrouvaille avec sa vibration et sa puissance créatrice. Nous allons vous entretenir de guérison et de création. Obligatoirement, nous vous parlerons de paix, car lorsque l’être reconnaît et retrouve la conscience de ce qu’est un état de paix, et qu’il l’autorise en lui, alors il se guérit. Il se guérit de ce qui l’alourdit, de ce qui le voile, de ce qui le peine, de ce qui le fait souffrir, et il crée les assises les plus lumineuses pour se projeter dans un état de joie et dans l’amour. 

Cette présence à vous-même est essentielle pour que vous puissiez réellement être disponibles aux vibrations de la vie autour de vous et œuvrer véritablement. Lorsque vous voulez créer, c’est-à-dire utiliser vos pouvoirs et vos qualités pour transformer votre environnement, cette présence à vous-même s’avère nécessaire. Sinon, qui est le créateur? À partir de quoi va-t-il créer? Vous risquez le piège de vous confondre avec votre personnalité, votre identité extérieure. 

Chères Âmes, nous allons vous entretenir des véritables pouvoirs de l’humain. Bien sûr, vous avez pu observer et constater différentes expressions du pouvoir, soit les pouvoirs physiques et psychiques. Très souvent, trop souvent, à travers les âges, les pouvoirs réels de l’humain furent confondus avec des pouvoirs visant à lutter et à confronter son prochain ou d’autres formes de vie, à s’approprier des espaces ou à subjuguer les autres autour de lui. 

Les pouvoirs réels sont subtils. Leur expression concrète favorise l’union à soi et à toutes les formes de vie.  L’humain est venu sur cette terre afin de participer à la création de cet univers. Il est important que vous transcendiez les croyances selon lesquelles il s’est incarné sur la Terre pour épurer ses aspects ombrageux, se libérer de ses charges karmiques ou se pardonner ses fautes. Bien qu’il puisse accomplir cela, tel n’est pas le dessein de son incarnation. Un humain est d’abord et avant tout une âme, une expression pure de l’univers. Afin d’oeuvrer dans les différentes dimensions de l’univers, celle-ci, à partir de l’Esprit universel, a créé un « esprit ». Ainsi, ce duo âme-esprit va se projeter sur divers plans de conscience, dont celui de la Terre. 

Pour faciliter votre compréhension, comparons les humains à un soleil ou à une étoile. Cette dernière est une énergie dans l’univers et une source de lumière qui irradie dans maintes directions. Les rayons de l’étoile sont multiples et se propagent dans l’univers. Chaque rayon est une expression de la source lumineuse, de cette étoile qui, elle-même, est une expression de l’univers. 

Ces rayons vont suivre des parcours énergétiques, des canaux et des couloirs de la matrice universelle. Certains de ces rayons circuleront de manière continue dans l’univers, et d’autres rencontreront des plans de conscience. Imaginez que l’un de ces rayons soit dirigé vers la Terre. Ainsi, pour permettre l’incarnation, un esprit sera créé et le duo âme-esprit fera en sorte que cette lumière puisse s’inscrire dans la matière. 

Cette lumière, ou ce faisceau, s’inscrira dans un germe, dans une première cellule, dans un fœtus. Il y aura là une fusion de l’âme, de l’esprit et du corps, et un être en croissance sera conscientisé. Déjà, vous pouvez saisir que d’autres rayons peuvent être projetés vers d’autres plans de conscience et manifester une autre création. Cela signifie aussi qu’un être peut avoir des vies parallèles. Alors que chacun de vous vit sur cette terre, associé à cette incarnation, une autre forme de vie, dans un autre espace de la même dimension ou d’une autre dimension, peut s’avérer l’expression de la même âme. 

Pour l’instant, jusqu’à ce que nous nous intéressions à la projection de l’être vers d’autres plans de vie, c’est votre présente incarnation qui occupera notre attention. Ultérieurement, nous pourrons observer comment, à partir de cette incarnation, l’être peut se projeter vers d’autres dimensions et même entrer en relation avec une autre vie parallèle. Mais auparavant, il doit retrouver sa véritable nature et permettre le déploiement de ses véritables pouvoirs. Pour le moment, comprenons que la fusion de l’âme et de l’esprit avec le corps crée une véritable intensification de l’énergie dans le fœtus puisqu’il y a là rencontre de la lumière et de la matière. Cette rencontre produit un éclat très intense, une extase qui s’inscrit dans les cellules du fœtus en croissance. Un champ magnétique est alors créé. En fait, il y a alors tant d’intensité que, durant toute son existence, l’être cherchera à la retrouver. C’est dans le déploiement de son essence propre et l’utilisation de ses véritables pouvoirs qu’il y parviendra enfin. 

Les pouvoirs de l’être qui servent son mouvement créateur – et celui-ci son union – s’inscrivent sur des bases sans lesquelles rien de significatif ne peut se déployer. L’assise la plus naturelle et la plus fondamentale est la paix intérieure. La paix de l’homme est naturelle. Elle existe en lui et dans chacune de ses cellules, comme elle existe vibratoirement dans tous ses corps puisqu’elle est avant tout une paix de l’âme. 

La paix peut être associée à un état qui prédomine lorsque l’être est dans la conscience et la sensation qu’il est UN avec toutes les formes de vies universelles. Lorsque nous invitons les hommes à vibrer dans des états de paix, nous proposons alors une paix avec eux-mêmes et avec leur environnement. Toutefois, les individus identifient souvent leur paix intérieure à la participation ou à la sensation de la paix autour d’eux. Il y a pourtant une nuance importante ici. 

Lorsque l’être se présente sur cette terre, il est imprégné d’une pulsion de vie qui représente à la fois sa nature universelle (puisqu’il est une expression ou un mandataire de l’univers) et l’individualité propre à son incarnation. Celle-ci se définit par l’ensemble des pulsions, des dons, des qualités essentielles de l’être et de l’âme qui serviront son mandat réel. 

Les êtres se manifestent sur la Terre pour participer à cette grande création universelle qui représente l’Être universel. Dans l’univers, tout est lumière en mouvement et ce mouvement fait en sorte que tout se transforme à chaque instant. Voilà comment nous pouvons observer que l’univers est dans un processus de création infini. Si l’être est universel, c’est qu’il participe lui-même au fait que l’univers se crée et se recrée à chaque instant.  

Read the rest of this entry »

Publié dans:POUVOIR, SOCIETE |on 30 juillet, 2011 |Pas de commentaires »
1234

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3