Archive pour la catégorie 'SOCIETE'

Partir à la découverte des Mondes

 

Le monde est une sphère. A la périphérie est la couronne des gardiens ; dans cette sphère se meuvent des planètes, et de même que dans un oeuf qui est plein il peut y avoir des cellules libres qui vont et viennent sans voir les autres, car elles ne sont pas du même appartement, de même dans l’univers il peut y avoir des séries d’êtres qui n’existent pas es uns pour les autres, car ils ne se voient pas. 

blog de francesca

Les gardiens sont dans la lumière et leur ligne est impossible à franchir. J’y suis allé et je les ai vus.

Le monde matériel où nous sommes est limité. Ce cercle constitue le royaume. Une ceinture étroite, mais large encore de millions de lieues, le sépare du monde des ténèbres, où il n’y a plus de dieux. Il n’est accordé à nul, sinon aux élus qui sont très près de Dieu, de pénétrer dans cette zone de séparation, car, s’il était donné à une âme quelconque de contempler l’abîme de l’Au-delà, elle reculerait avec une terreur mortelle. Le royaume est d’ailleurs immense et, avec la vitesse de l’éclair il faudrait des siècles pour en atteindre la limite. Mais elle est. 

Son nombre est un multiple de 72. 

Il y a une infinité de mondes en dehors du nôtre où les créatures se présentent sous les formes animales de notre monde. Mais ces animaux sont bien plus élevés, bien plus intelligents que la majeure partie des hommes actuels. Ils ont une âme identique à la nôtre et sont faits, comme  nous, en âme, esprit et corps, à l’image de Dieu. Ils savent des choses que nous ignorons, et nous, nous savons des choses qu’ils ignorent. Toutefois, si on peut les dire plus élevés que nous dans  l’échelle des êtres, il faut bien remarquer que nous, nous sommes très bien proportionnés, peut-être les mieux proportionnés. Si un homme pouvait converser avec ces êtres, il aurait à apprendre et à enseigner. Notre âme peut passer en eux, et la leur en nous ; mais en général, c’est dans le monde où on a contracté des dettes qu’on vient les payer. 

Seules, les âmes libres peuvent aller à leur gré, dans ce monde comme dans le nôtre, y passer une incarnation, pour y accomplir une mission ou donner un exemple. Nous sommes dans un monde très arriéré ; il y a des mondes où le dernier des habitants est plus avancé que le premier de notre  planète.

Paroles de Maître PHILIPPE De LYON

sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ELEMENTS, MULTIDIMENSIONNALITE, SOCIETE, TERRE |on 22 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

Les ondes négatives qui nous contrôlent – comment intervenir

 

Durant les derniers siècles, un pourcentage important d’humains ont refermé leur système de réceptivité  pour ne reconnaître que ce que la science pouvait leur démontrer. Vous le croirez difficilement, mais certains humains réfutent l’idée que d’autres formes de vie existent, alors qu’elles se présentent sans cesse dans la matrice terrestre et même dans l’atmosphère terrestre.

le temps

Les visites de nos Frères de Lumières se font plus fréquentes, leurs actions plus concrètes. En outre, elles créent des structures énergétiques ou des formes d’antennes qui émettent des ondes favorisant l’équilibre durant la transition, durant la grande transmutation terrestre et humaine. Vous allez, s’il vous sied, chères Ames, cesser d’envisager vos Frères des Etoiles comme des envahisseurs. Leurs ondes s’harmonisent avec les ondes naturelles des humains, car ils savent le faire. Ils savent émettre des ondes qui non seulement ne dérèglent pas la vie sur Terre, amis contribuent à son équilibre et à son harmonie. Leurs structures permettent la communication, l’observation, une compréhension plus fine des humains, mais aussi et surtout l’équilibre et l’harmonie dans la grande transformation que vit la Terre à l’heure actuelle. En d’autres termes, les ondes qu’ils émettent favorisent la transformation. Ce sont des ondes bénéfiques.

Les forces au pouvoir dans l’humanité – les forces extérieures, matérielles, armées – connaissent bien la présence de ces êtres des mondes subtils. Ces forces ont aussi créé des structures que nous avons appelées « des boucliers », dont le but semble entre autres, de protéger l’humain. Toutefois, le véritable but est de déstructurer l’organisation énergétique des grandes structures énergétiques des êtres comme ces Frères de l’au-delà. Ces boucliers émettent donc des ondes qui, elles, sont néfastes pour la vie sur Terre. Certaines formes de vie très sensibles, parmi les plantes et les animaux ont de la difficulté à survivre, à procréer, à cause de ces ondes. C’est le cas de certaines abeilles, certaines fleurs, certaines céréales. Et les humains en sont également très affectés.

Autrement dit, ces boucliers émettent des ondes qui ont pour but de créer un écran et de dérégler les structures énergétiques mises en place, même si les scientifiques impliqués n’arrivent pas à déterminer la localisation et la fonction première de ces structures. Ces émissions font aussi en sorte que la vie sur Terre soit plus difficile. Ces ondes agissent notamment sur certaines glandes chez l’humain, telle la glande thyroïde, la déréglant, provoquant des déséquilibres, des états de fatigue. Par ailleurs, au-delà de ces boucliers certains humains ayant de pouvoirs que d’autres leur ont confiés transmettent dans l’atmosphère des ondes que nous qualifierons d’abrutissantes. Ce sont des ondes qui provoquent de la fatigue et influencent les hommes à devenir encore plus amorphes.

Cela a fort bien influencé les humains jusqu’à maintenant. Toutefois, une révolution vibratoire est en cours puisque, dans la grande transformation actuelle, l’être humain voit ses glandes ainsi que sa réceptivité et sa faculté d’émission se transformer. Cela signifie que, malgré leurs grands cris, les individus qui résistent sont plus amorphes. Voilà qui vous semble peut-être une opposition, mais observez bien et vous constaterez que les humains qui hurlent, qui contestent et critiquent le plus sont les êtres les plus abrutis au-delà de leurs cris et de leurs plaintes. Ceux qui choisissent vraiment une voie de transformation de ce monde sont moins affectés par les sondes abrutissantes émises pour mieux contrôler les humains.

Il y a quelques décennies, il s’agissait non pas d’ondes abrutissantes, mais de substances intégrées dans certaines potions injectées à tous les humains. Nous parlons ici des « vaccins ». Aujourd’hui, les vaccins semblent moins imposés. Du moins, ils le seront moins. Pourquoi ? Parce que tout test émis par la voie des ondes. Sur Terre, les tentatives de contrôler les humains suivront un chemin très particulier associé aux ondes. Bientôt, on proposera ou imposera à tous d’avoir un petit émetteur-récepteur. De la sorte, tout ce que vous ferez pourra être capté, perçu, enregistré. Ce n’est pas là de la science-fiction, chères Ames. Cela vous sera présenté très bientôt. D’une part, cela permettra un contrôle, mais d’autre part les ondes émises agiront sur vos glandes. Parmi ces glandes, il y a celles qui régissent vos capacités de conceptualisation, soit de penser ou de réfléchir.

Par ailleurs, d’autres appareils émettent aussi des ondes. Toute cette gamme d’instruments électroniques, électriques, d’émetteurs-récepteurs sans fils – radios, téléphones, instruments de télécommunication – possède des antennes de différentes portées. En somme, il y a ces appareils ainsi que les antennes relais qui permettent à ces appareils de communiquer. Ces antennes sont pour l’instant physique s, matérielles. Toutefois, les hommes en ont maintenant créé sous une forme vibratoire. Autrement dit, vous connaissez surtout les antennes physiques, mais bientôt vous découvrirez aussi l’existence d’antennes vibratoires.

vibration

Cela est important, et nous vous le transmettons, car tant et aussi longtemps que les antennes sont visibles, bien que les émetteurs visibles ne rendent pas visible et audible ce qu’ils émettent, vous pouvez tout de même être attentifs, vigilants quant à leur utilisation ou à leur proximité par rapport à vous. Lorsque des émetteurs ou des récepteurs vous entourent, cela des effets sur vous. Toutefois, vous pouvez placer ces appareils plus loin de vous, ou faire en sorte de ne pas vous trouver à proximité d’eux. Puis, vous pourrez aussi, peu à peu, par votre sensitivité, apprendre à distinguer les couloirs par où le sondes circulent entre les appareils et les antennes. Et quand vous voyez les grandes antennes, vous pouvez imaginer leurs réseaux, mais bientôt les antennes ne seront plus visibles. De plus en plus, la Terre sera saturée d’ondes. Ce type d’ondes est néfaste pour le corps physique et le corps de lumière des humains. Jusqu’à quel point ? Voilà ce que nous allons maintenant observer.

De par sa nature, chaque humain est une antenne. Chaque humain reçoit et émet. Si notre monde est saturé d’ondes, ça signifie que nous en recevons abondamment et que nos émissions sont liées à nos intentions. Les ondes extérieures nous touchent tous. Impossible pour nous de ne plus être exposés aux ondes sur notre planète. Vous pouvez bien courir vers les pôles, pénétrer profondément dans la Terre, plonger sus les mers, vous élever dans le ciel, le sondes seront toujours présentes partout où vous irez. Alors, cessez de courir. Certains d’entre vous sont plus sensibles. La sensibilité aux ondes est reliée à plusieurs éléments.

Le premier élément est la fréquence vibratoire de l’être humain. Plus cette fréquence sera élevée, moins l’individu sera affecté par le sondes, et plus sera grande sa faculté de les repousser ou de les équilibrer avant qu’elles ne le pénètrent, tout comme sa faculté de s’harmoniser avec elles. Ainsi, plus la fréquence vibratoire est élevée, plus l’individu semble insensible aux ondes parce qu’il n’a pas à s’équilibrer à partir d’une réflexion ou d’une analyse. L’équilibre se réalise en raison de son rythme et de sa fréquence élevés. Le taux vibratoire s’élève, la fréquence se transforme. L’individu n’a pas à se préoccuper du fait qu’il est dans un environnement envahi par des ondes.

Le deuxième élément est son champ électromagnétique. Plus un champ magnétique est intense, plus un humain est harmonisé dans sa propre vie, et plus sa vie est simple. Dès lors, il est moins affecté par les ondes environnantes.

Puis il y a toute la structure de ses corps subtils. Même si cette structure est similaire d’un individu à l’autre, elle n’est toutefois pas identique. Tout comme, dans votre corps physique, votre système nerveux est similaire à celui des autres, sans être totalement pareil. Chaque terminaison nerveuse est codifiée de façon unique en relation avec l’antenne centrale dans le noyau de la cellule. Ainsi, certaines structures neurologiques sont plus sensibles que d’autres. Cette structure du système nerveux, ces fibres nerveuses qui sont différentes d’un individu à l’autre, font en sorte que l’un est plus sensitif et que l’autre est plus sensible à la douleur, aux courants d’énergie, aux courants sonores. C’est également associé à la nervosité de chacun, à sa capacité de capter l’énergie. Les peaux sont différentes, les tissus de la peau ne sont pas identiques d’une personne à l’autre. Et , selon la constitution du tissu de la peau, certains sont plus sensibles que d’autres. Le sang ainsi que le système immunitaire sont différents. Par conséquent, chacune a une sensibilité qui lui est propre. Certains sont très sensibles aux ondes, et très affectés par celles-ci, mais ils ne le ressentent pas. D’autres, au contraire, sont très affectés et le ressentent, alors que d’autres encore sont beaucoup moins affectés directement. Il est donc important que vous puissiez communiquer sans vous comparer ni adopter de règles, de norme sou de mesures d’intensité en fonction d’une moyenne, car une moyenne est obtenue par un rassemblement d’individus et il y a une différence entre chaque individu. Dans la moyenne, personne ne s’y retrouve.

CROYANCES

Quels sont les symptômes

Dans un premier temps, les réactions semblent allergiques, et souvent cutanées. La personne ressent des picotements, des rougeurs, une sécheresse de la peau, une sensibilité, peut-être même un peu d’inflammation et des irritations. Puis, il pourrait y avoir de l’essoufflement. Des palpitations cardiaques dues à cet essoufflement pourraient s’ajouter. Sans compter un peu de fatigue. En effet, les systèmes pulmonaire et circulatoire étant fort sollicités par cette réactivité ou sur-sensibilité, de la fatigue s’installe. Il pourrait aussi y avoir un peu de sécheresse ou d’irritation oculaire, quelques petits malaises. Voilà à quoi se résume cette première phase.

Dans un deuxième temps, les symptômes déjà indiqués ne font que s’accroître. Ici, la respiration devient plus difficile, ce qui est néanmoins particulier, c’est que le rythme et l’intensité des ondes sont variable s, selon l’endroit où se trouve l’individu ou selon le flux pulsé des ondes et même la quantité d’information transportée par ces ondes. Cela signifie que la réaction n’est pas toujours au même point pendant cette période d’action allergique. Eventuellement, les poumons pourraient être affectés. Il pourrait aussi y avoir des palpitations, de l’arythmie, des fatigues plus chroniques, des dérèglements, de l’hypertension, de l’irritabilité, et une impression de grande nervosité, de tensions, d’oppressions, d’angoisses. On parle alors de « stress ».

Malheureusement, certains auront tendance à mettre ces symptômes sur le compte d’une responsabilité, d’une obligation, d’un travail, ou peut-être de leur partenaire très sollicitant et contrôlant. Se pourrait-il que ces ondes soient plus contrôlantes que votre partenaire et qu’elles affectent davantage votre vie par des dérèglements importants…. Votre vision diminue et, bien sûr, vous vous dites que c’est là un effet du vieillissement. Vous n’avez pas à convaincre qui que ce soit. Il y a dégénérescence. Toutefois, n’avez-vous pas observé que plus d’humains ont une vision affaiblie, même en très bas âge ? Ces dernières années, n’avez-vous pas vu votre vision diminuer à un rythme beaucoup plus rapide que la dégénérescence normale ? vous observerez aussi une augmentation des maux de tête, des migraines et de la fatigue.

Dans un troisième temps, de réelles souffrances apparaissent, vous éprouvez de véritables spasmes musculaires involontaires. De plus en plus d’individus sont curieusement affectés par la fibromyalgie. De plus en plus de gens souffrent de grandes tensions, d’une sensation de décharge électrique, de spasmes soudains au niveau des fibres nerveuses. Voilà donc que les symptômes s’intensifient et que les souffrances deviennent plus constantes. Peu de gens constatent vraiment qu’ils souffrent d’une sensibilité électromagnétique….

La ménopause semble devenir la maladie du siècle chez vous, humains, alors que ce changement hormonal est naturel. Des dérèglements hormonaux peuvent entraîner des difficultés d’assimilation, de création d’enzymes, ou une altération du processus enzymatique qui provoque une augmentation de graisses ou un excédent de poids. Votre poids se modifie rapidement, comme si le pèse-personne devenait fou d’une journée à l’autre. Bien sûr, plusieurs accueilleront ce sujet avec joie, pouvant ainsi justifier quelques abus qui, eux aussi, créent des turbulences au moment de la pesée. Il est important tout de même d’être observateur.

Les tensions sont si importantes ici que certains ont des difficultés de conceptualisation, de mémoire, d’élocution. Mais tout n’est pas continu. Un individu peut même perdre sa voix ou sa capacité de s’exprimer de façon juste. Il y a donc des dérèglements dans le système nerveux périphérique, mais aussi dans l’hypophyse. Il y a des pertes de mémoire, des tremblements, des dysfonctionnements importants.  A cette étape, la vie sur Terre devient beaucoup plus compliquée.  Comprenez bien si quelqu’un est très sensible ou même ultrasensible, alors peu à peu tous ces symptômes qui augmentent prennent l’allure d’une dégénérescence.

Dans un quatrième temps, il y a des dérèglements d’ordre mental très importants. Certains individu s vivent des dérèglements de type psychotique, ont des difficultés à gérer l’information qui arrive. Ils connaissent des épisodes psychotiques, de paranoïa, de bipolarité, de schizophrénie. Certains vivent même de très grandes dépressions. Rappelez-vous que la glande thyroïde est affectée et que dans un tel dérèglement il y a aussi une sensation de dépression. Il y a aussi l’affection des nerfs eux-mêmes, qui apparaîtra de plus en plus comme une nouvelle maladie du système nerveux central et périphérique. Une dégénérescence du système nerveux peut créer beaucoup de douleurs, de dysfonctionnements psychiques et physiques, jusqu’à entraîner l’incapacité de vivre.

Voilà qui est important. La particularité que vous avez pu observer est que tous ces symptômes peuvent aussi être attribués à d’autres dérèglements et à des déséquilibres dans les manières de vivre.

Alors, voilà ce qui convient de faire : c’est de réduire votre présence là où le sondes son plus intenses.

Sanctus Hermanus canalisé par Pierre Lessard

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Personne ne pourra jamais rien vous prédire

 

De quel droit ose-t-on prédire l’avenir de quoi que ce soit pour qui que ce soit ?

Personne n’est à la place de l’autre, avec son histoire, son vécu, son ressenti.

Comment pourrait-on avoir la pleine conscience des ressources internes d’une personne qui n’est pas « nous-mêmes » ? Déjà les nôtres, nos propres réserves énergétiques, sont souvent sous-estimées, c’est dans l’action, dans le mouvement, dans la mise en marche après la motivation que l’on trouve où que l’on décuple l’énergie nécessaire à la création.

PREDIRE

C’est à chacun de vivre son expérience ! Unique puisque nous sommes tous uniques. Bien entendu, on peut prodiguer des conseils, un avis (et SVP… seulement s’il est demandé... rires …) mais chaque personne est libre de ses choix, nous ne devons rien à personne, sauf le respect de qui elle est, de ce qu’elle choisit de faire, que cela NOUS plaise ou non.

Un point de vue peut être pertinent à écouter, c’est formateur, mais… autant cela peut être bénéfique de l’écouter, autant ça l’est, encore plus même, de l’ignorer ensuite ! Par là, je veux dire, de s’en détacher, pour exclure toute influence extérieure et se fondre dans la profondeur de notre Intuition, seul guide véritable. Sans compter qu’un conseil judicieux peut finalement, – véritable paradoxe – nous désorienter, en ce sens qu’il nous éloigne de notre Profondeur, de notre Essence.

Deuxième question :

De quel droit démoraliser quelqu’un et saboter son élan, contribuant ainsi à le rebuter, ce qui revient aussi à choisir pour l’autre ce que l’on pense être bon pour lui ?

N’est-ce pas véritablement nuisible et dangereux ? Il est illogique de projeter des conséquences, certes possibles, mais pas systématiques, d’une expérimentation choisie par un autre ! C’est même contre la Nature du Divin, car nous sommes là Naturellement pour expérimenter…

C’est toujours une illusion que de penser pour soi ou pour un autre qu’un objectif est irréalisable ! Plutôt que d’imaginer les pires fins à un scénario, ce qui d’une part use et d’autre part gâche de l’énergie pour rien, s’il suffisait « d’y aller », qu’en pensez-vous ?

De toute manière, tout événement dans notre vie est destiné à nous enseigner, à nous mettre ou à nous remettre en vie, quoiqu’il arrive ! Et que l’objectif soit atteint ou non n’a aucune importance, au risque de vous choquer. Ce qui est important, c’est de se respecter, d’agir en fonction de notre désir le plus profond, d’avancer petit à petit pour développer au fur et à mesure le meilleur de soi-même sur le chemin choisi. Cette transformation et cette évolution, se moquent complètement du fait que l’on atteigne ou non le but. Et respecter l’autre, c’est respecter aussi son choix qui peut nous paraître « mauvais » !

Je vous en prie, virez-moi aussi cette notion d’échec/réussite une bonne fois pour toutes, pour être en communion profonde dans l’amour avec soi et avec les autres, et non dans la comparaison. Compas-raison : on tourne en rond à vouloir avoir raison !

Faire avorter une tentative de mouvance vers un but, pour quelqu’un, c’est aussi asseoir un pouvoir sur lui qui peut être destructeur. Vous le tuez … en disant : tu es… incapable. Tous les  »tu es » tuent et posent une étiquette en compas-tir-mentant… Pourquoi ne pas unir ses forces avec celles de l’autre ? Ne serait-ce pas plus épanouissant pour les deux parties et source de joie et de plaisir partagés ?

Bien entendu, il faut aussi avoir défini ce qu’aider l’autre veut dire…

Rires… en voilà une drôle de question, n’est-ce pas ?

Aider l’autre :

Est-ce imposer son point de vue, son choix ?

Est-ce imaginer le pire scénario, la pire issue pour l’autre ?

Est-ce stimuler, vivifier, encourager ?

Est-ce seulement écouter sans rien dire ? Veut-il vraiment nos conseils ? A-t-il envie d’être ramené à une dure réalité alors qu’il focalise toutes ses forces pour réaliser un rêve et, est-ce bénéfique pour lui ? Quelle est ma réelle intention ?

Est-ce que je ne veux pas tout simplement montrer, démontrer que j’ai et que j’aurai raison ?

Est-ce que je veux avoir raison ou vibrer de l’amour ?

Est-ce que j’aide quand je suis pessimiste ? Est-ce que le stress, les angoisses ou les peurs ont déjà prouvé leur efficacité dans une réalisation de soi, ou un bien-être intérieur ou bien encore dans notre marche vers la version de nous-même encore plus lumineuse et en paix ?

Est-ce entretenir son espoir, ses espoirs ? Espérer n’est-ce pas finalement, déprécier le présent, s’empêcher de le savourer tel qu’il est ? L’espoir n’est-il pas qu’un mécanisme de survie, qui nourrit une insatisfaction du présent ?

Aider l’autre, n’est-ce pas plutôt lui demander ce qu’il aimerait qu’on fasse pour lui ?

Aider, est-ce Rabaisser ?

Aider, est-ce une solution ?

Je laisse monter en vous vos réponses…

Quelles qu’elles soient, je vous invite à vous ouvrir au fait, que toute pensée est vibration, tout mot est vibration, tout est vibration, ainsi, tout ce qui est émis par vous susceptible d’alimenter une faiblesse, une dévalorisation de l’autre va les renforcer, à un niveau énergétique, même si vous n’avez pas l’intention de nuire. Prenez-en conscience, vraiment.

Est-ce que la plus belle, la plus élevée de nos attitudes, ne serait pas d’offrir à l’autre, notre énergie à cumuler avec la sienne, pour la réalisation de ses rêves de l’instant ? Ne serait-ce pas se brancher à la fréquence de notre amour pour lui ?

Mes petits conseils – oui je sais vous ne m’avez rien demandé –, ou comment être pris à son propre piège ! Je ris, vous me connaissez, ce ne sont que des idées avec votre liberté de les lire ou non ! On va dire… mes petites pistes persos :

Pour ceux qui reçoivent et acceptent donc de recevoir les flèches empoisonnées d’un découragement certain à s’engager dans un choix :

Apprenez à dire non au découragement !
Arrêtez de cogiter, allez-y, vous verrez bien ! Tout chemin est utile, même s’il ne donne pas les résultats espérés, il n’y a rien à espérer, il y a juste à définir, choisir, foncer ! Notre mental est très doué pour imaginer les catastrophes à venir… Je n’ai pas besoin des autres pour arriver là où je veux aller ! J’y vais et c’est tout, c’est l’énergie que je mets dans ma motivation qui va créer ce qui suit ! Pas celle d’un autre ! Si je me sens touché, blessé, je me pose la question : est-ce qu’une partie de moi croit qu’il a raison quand il me juge incapable de… ? Je ne suis pas cet incapable, je suis capable, je suis autrement capable (là je sais de quoi je parle…) je crois en moi et renvoie ces flèches et ce jugement ! Je n’ai ni tort ni raison, j’ai confiance en moi ! Que le but que je me suis fixé soit difficile à atteindre ou non, peu importe, cela ne définit en rien l’issue.

Pour ceux qui envoient ces flèches empoisonnées :
Apprenez à dire oui au choix de l’autre : au nom de ta liberté, je respecte ton choix, que puis-je faire pour t’aider et déjà, as-tu envie que je t’aide ? Laissez l’autre expérimenter et n’abaissez pas son énergie ! Même si l’autre est responsable de se laisser toucher, de détruire son énergie en acceptant de recevoir les flèches, il y a quand même eu un « émetteur », et la flèche atterrira quelque part…. soit elle sera déviée par un récepteur sûr de lui qui va brandir son bouclier, soit elle sera reçue plein cœur… et en ce cas elle reviendra un jour ou l’autre (oui la flèche ressort et fait le tour de la terre, rires) sur son émetteur… c’est une loi. Non pour vous punir, mais pour vous faire prendre conscience que tout ce qui se dit et se pense émet une vibration boomerang.

CROYANCES

Le monde des croyances

Je voudrais aussi vous convier à sortir du monde des croyances, il est toujours limité. Que ce soit sur nous ou sur les autres. Il existe un autre monde, où tout est possible, où tout est imaginable. Ce monde-là, il est personnel, c’est le vôtre, c’est celui de l’autre, toujours en perpétuelle construction, c’est l’immensité du silence de votre âme, de son âme, qui « elle », sait…. Faites un point de la situation, écoutez si vous voulez les avis ici et là, mais surtout, ensuite, faites taire le mental en vous, fermez vos oreilles et écoutez la voix de votre étincelle divine.

Soyez intimement persuadés d’une chose : les autres ne sont pas, ne seront jamais Nous ! Jamais ils n’auront notre ressenti, notre essence, jamais ils n’entendront le murmure de notre âme !

Un objectif n’est qu’un objectif, un chemin n’est qu’un chemin, c’est la marche vers soi qui est intéressante et bénéfique pour l’acquisition de notre Sagesse. Savoir si on est sur le bon chemin ou si on a pris la bonne décision est inutile. C’est l’union de notre désir et de notre intuition qui nous élèvera, nous portant toujours plus haut. Pour être en paix, en pleine possession de toutes nos forces, soyons prêts à accueillir tous les résultats possibles, toutes les conséquences possibles, car ils seront, elles seront toujours ceux/celles dont nous avons besoin pour notre évolution. Effet bonus, cela renforce la confiance en soi.
Je vais terminer par cette citation que j’adore de St Exupéry :

« L’avenir, tu n’as point à le prévoir mais à le permettre. » Jean-Yves

LIVRE

Livre de Jean-Yves et Eliane Fayolle :
Le journal de bord de Jean-Yves – Autrement capable ÉSA Éditions, 2015

Moi Jean-Yves, je raconte dans ce livre une histoire : mon histoire retranscrite de ma chère maman, fidèle dame de compagnie, qui prend soin de moi depuis ma naissance et a doublé ses intuitions, est restée optimiste et confiante depuis mon accident. Oui, à l’intérieur de mon corps j’ai conservé mes facultés mentales, je peux toujours lire, voir, ressentir les événements. Mon histoire peut également être malheureusement la vôtre si par inadvertance votre ski s’enfonce dans une crevasse, si un bolide vous percute, si vous sombrez dans un état dit végétatif.
Je souhaite qu’il en soit de même pour tous mes amis emmurés dans leur silence, merci.

Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas, Jean-Yves est ce que l’on appelle un « grand traumatisé », cloué sur son fauteuil. qui ne peut s’exprimer qu’avec un doigt sur un clavier, à l’aide d’une facilitatrice; ce que l’on appelle la « Communication Profonde Accompagnée ». Cela ne l’empêche nullement de visiter d’autres mondes, sur d’autres plans de conscience, sans quitter « physiquement » son fauteuil et de nous partager les enseignements reçus lors de ses explorations…

Merci à toi Jean-Yves.

FAIRE UN PAS VERS L’AUTRE

 

Dans une société qui véhicule des valeurs principalement individualistes et qui prône encore souvent une séparation physique précoce des bébés et de leurs parents, qui enjoint ces derniers à les laisser pleurer à distance et à ne pas « trop » les prendre dans les bras, l’idée de porter son bébé contre soi au quotidien paraît incongrue à certains.

Pourtant, le besoin de contact physique du bébé est primordial, particulièrement dans les premiers mois : son sentiment d’exister passe d’abord par son corps, par le toucher et les soins qu’on lui prodigue. Il n’a pas encore conscience de lui en tant qu’individu et cette naissance psychique n’aura lieu qu’aux alentours de ses 9 mois. Le bébé a besoin de se sentir en sécurité, un besoin dicté par son instinct animal pour assurer sa survie ; cela passe principalement par une proximité corporelle avec l’adulte qu’il va rechercher fréquemment. « Le portage peut être conçu comme un formidable média qui favorise le passage du Moi corporel au Moi psychique, avènement de la construction de la personnalité de l’enfant » comme l’écrit Agnès Vigouroux, psychologue.

Portage-bébé

Le portage contribue également à créer et renforcer le lien d’attachement, ce qui permettra à l’enfant de mieux se séparer plus tard et de prendre son autonomie. En attendant, il a besoin que nous lui « prêtions » notre corps pour répondre à ses besoins de base, pour prendre confiance en lui et en les autres, pour commencer à découvrir le monde. Le portage apparaît ainsi comme une solution qui apporte des bénéfices mutuels, puisqu’il permet de répondre aussi aux besoins de l’adulte. Il libère l’attention et les mains du porteur et l’enfant, sécurisé et en mouvement, peut « faire sa vie » sans excès de stimulation ; paradoxalement, à travers ce rapprochement physique, on induit déjà une forme de séparation douce à travers l’autonomie de chacun. C’est une solution finalement simple et solidaire pour mieux vivre le quotidien ensemble et c’est probablement la raison pour laquelle cette pratique de maternage est utilisée depuis toujours par tous les peuples de la Terre.

Partager, apprendre et transmettre L’enfant porté est au cœur de l’activité de l’adulte et de son entourage ; il participe aux relations et observe ce qui se passe autour de lui. Il apprend à son rythme, dans une forme d’éveil doux et qui semble passif. Il peut choisir de regarder autour de lui, de satisfaire sa curiosité, ou, au contraire, de se blottir et s’endormir, notamment si les stimulations sont trop importantes pour lui.

Nous pouvons évoquer ce que Maria Montessori nomme «  l’esprit absorbant de l’enfant »  : de manière inconsciente et sans effort, durant les trois premières années de sa vie (puis de manière plus consciente jusque vers 6 ans), l’enfant va absorber ce qu’il voit et ce qui se passe alentour (les gestes, les attitudes, les paroles, les objets, les émotions, les ressentis, les sensations). Tout ce qu’il absorbera restera imprimé quelque part en lui et l’aidera à se construire. Ce processus passe principalement par ses cinq sens ; le portage permet justement une stimulation sensorielle globale et douce. Il aide également l’enfant à prendre conscience de son corps, à travers le toucher et le mouvement qu’il procure.

Un bébé perché sur le dos de sa mère ou de son père en train de cuisiner, de dessiner, de jardiner ou de taper sur son clavier d’ordinateur, de discuter avec quelqu’un ou de jouer avec des enfants, va observer et absorber la scène de manière globale, avec tout son corps et ses sens ; il pourra alors plus tard imiter et reproduire ce qu’il a vu. Cela nous semble alors positif et intéressant pour l’enfant, de même quand il observe ses parents dans leurs relations et que tout va bien.

Mais que se passe-t-il pour lui quand, par exemple, il observe sa maman se fâcher et avoir peut-être un geste brusque, voire violent envers sa grande sœur ?

Quand son papa, fatigué et énervé par une journée de travail éprouvante, le porte contre lui au risque de lui communiquer son stress ? Il est bien difficile d’éviter de transmettre nos propres tensions à notre enfant, mais si nous essayons de prendre conscience de notre état émotionnel et que nous le verbalisons, le bébé, même s’il ne comprend pas encore les mots, pourra capter l’intention et l’énergie que nous mettons dans nos paroles. Il est bénéfique pour lui d’apprendre à verbaliser ses émotions et, si nous le faisons nous-mêmes, il le fera plus naturellement par la suite quand il sera en âge de parler.

Nous pouvons garder en tête que nous servons d’exemple à notre enfant. Quand nous prenons conscience de cela, nous pouvons alors être plus attentifs à nos comportements réactifs, à notre façon d’être en relation aux autres et à nous-mêmes, à notre manière d’être, d’écouter et de communiquer. Cela demande souvent un travail sur soi, surtout si notre propre éducation est éloignée de ce que nous souhaitons mettre en place, et ce n’est pas toujours facile. Nous pouvons alors aussi nous excuser auprès de notre enfant et lui expliquer que nous faisons de notre mieux, le plus important étant de mettre des mots sur nos humeurs, d’expliquer la situation simplement et de dégager l’enfant de ce qui ne lui appartient pas.

Extrait du magazine Grandir Autrement n° 48 ◆ Septembre – Octobre 2014

Publié dans:ENFANTS, MEDITATION, SOCIETE |on 17 septembre, 2016 |Pas de commentaires »

Donner un sens à notre alimentation

L’alimentation est au cœur de notre vie. Elle constitue notre base. Il n’est pas question, sous prétexte, de porter un regard attentif à notre alimentation, de laisser s’éteindre notre curiosité et notre gourmandise. Le temps est venu de revisiter et de réinvestir notre plaisir autrement. Nous sommes d’ailleurs naturellement très bien dotés pour cela. Nul besoin de faire appel à de quelconques artifices. Tout est déjà là, à l’intérieur de nous, en simplicité et en justesse.

Et si le secret d’une alimentation harmonieuse résidait dans des choses simples ? Nous venons au monde riche de nos six sens pour toucher, sentir, écouter, goûter, voir et ressentir la vie. Si nous stimulons nos sens innés, ils n’auront de cesse de croître et de s’affiner pour nous offrir une expérience de vie vibrante. Nos sens nous relient au monde. Ils nous renseignent sur notre environnement. Ils nous ouvrent à un champ de perceptions infinies. Ils sont pourvoyeurs de vie nous protégeant et nous informant des dangers, mais aussi nous procurant du plaisir.

CARTES

Nos sens (à l’exception de la vue) se manifestent in utéro. 
Comme une valse bien menée : le premier à entrer dans la danse est le toucher, suivi de l’odorat puis de l’ouïe. Ensuite, apparaissent les « bourgeons gustatifs » que sont les récepteurs gustatifs et les papilles pour devenir le goût. L’instinct, réflexe de survie ancestral, est déjà présent et permet au fœtus de reconnaître les saveurs « toxiques ». En effet, les saveurs amères ont souvent été associées dans notre évolution à des substances toxiques comme les champignons ou les baies.

Leur rôle est essentiel car se sont par nos sens que nous sommes présents à nous-mêmes et à notre environnement, dans l’ici et maintenant. Pourtant, nous avons tendance à les sous-estimer, voire à les oublier, traversant la vie sans regarder vraiment, sans respirer pleinement, sans savourer intensément, sans contacter sa peau, sans écouter la mélodie de la vie et sans accueillir nos ressentis.

Nos sens sont pleinement impliqués dans notre relation à la nourriture. Ils nous informent de la comestibilité des aliments et nous offrent du plaisir. Pour cela, il est nécessaire de les stimuler : observer, sentir, toucher, écouter et ressentir avant de goûter. Nos modes de vie souvent basés sur la performance et la compétitivité nous poussent à tord à limiter l’usage de nos sens à celui de la vue (si c’est beau, alors ça doit être bon !) et au goût (je goûte et je verrais bien si c’est bon !). Les autres sens comme l’odorat, le toucher, l’ouïe et l’intuition sont mis en veille et s’endorment parfois très profondément. On en vient à perdre le sens de nos sens. Aujourd’hui, nous pouvons les ré-activer pour découvrir « l’alimentation sensorielle » ! L’alimentation sensorielle, c’est très simple et emprunt de bon sens. Si lorsque je me nourris, je décidais d’activer tous mes sens pour bénéficier de toute la richesse qu’ils m’offrent ? Si je décidais maintenant de contacter mes sens et mes ressentis, que se passerait-il alors ? Il y a des aliments que je ne consommerais pas, parce que je sentirais qu’ils ne sont pas bons pour moi. A l’inverse, je mangerais plus de certains aliments. Je sentirais vibrer tous les récepteurs de mon corps éveillé !

CARTE0Au fil du temps, nos sens ont cédé leur place au profit du sens des conventions, nous mettant ainsi à distance de nos compagnons les plus fiables et fidèles, appauvrissant nos sensations, nos perceptions et notre vocabulaire. Notre éducation, la meilleure que nos parents ont souhaitée nous offrir, a conditionné nos comportements. N’avez-vous jamais entendu dire qu’il n’était pas poli de porter la nourriture à son nez pour la sentir (surtout en présence d’invités) ; qu’on ne mange pas avec les doigts, parce que c’est sale et impoli et, que ce comportement n’est pas adaptée à notre société (J’évoque ici notre culture européenne). C’est ainsi que de nombreux parents crient victoire très tôt parce que leurs tous petits mangent déjà avec des couverts. Et voilà comment le toucher se colore d’interdit… qu’il s’agisse de nourriture, de contact, il devient cet interdit qui s’affiche dans les boutiques alors que ces mêmes magasins exposent des objets qui stimulent nos sens et invitent à la caresse. Dans notre société, nos mains sont réservées à la malbouffe. On mange sur le pouce, avec les doigts des sandwichs et autres plats conçus pour être engloutis, bouffés. Notre odorat est leurré par les sprays appétant diffusés dans certains commerces de bouche. Le visuel prime sur la qualité des aliments. On mange en musique dans des ambiances qui parasitent nos sens. Nous avalons, parfois sans mâcher, et à d’autres moments sans contacter le goût, on s’interroge sur les saveurs qui composaient notre assiette déjà vide.

Les sens dirigent notre attention sur l’ici et maintenant. C’est un moyen simple d’investir l’instant présent. Il suffit de contacter ses sens un à un. En cet instant, notre mental s’absente pour laisser place à l’expérience. C’est l’expérience de la pleine conscience. Soyons à la fête en présence de nos sens. Le temps d’un repas au moins : touchez les aliments, évaluez leur poids, leur température, sentez les sensations sous vos doigts. Par cette attention, vous informez votre corps sur la qualité et la quantité d’aliments qu’il va recevoir. Vous êtes en train de démarrer votre digestion. Portez à votre nez les aliments pour humer avec profondeur leurs senteurs, leur odeurs. Accueillez les souvenirs, les associations, les émotions le cas échéant. Notre sens de l’olfaction est relié au cerveau limbique, siège de nos émotions. Portez à vos oreilles et écoutez le son des aliments, affinez vos perceptions, en secouant légèrement, en pressant avec douceur pour écouter les variations. Mettez les aliments sous la lumière, observez les zones de contrastes, les couleurs… Avant de goûter, fermez les yeux riches de tous ces ressentis et accueillez toutes les sensations qui se présentent en cet instant. Contactez votre intuition : certains aliments vous attirent-ils davantage ? A l’inverse, certains ne vous tentent –ils pas ? Faîtes le choix de ne manger que les aliments dont vous avez besoin. Prenez la décision de manger les aliments qui vous attirent et de réserver ceux qui ne vous attirent pas à un autre repas, à une autre expérience. Maintenant, portez à votre bouche. Laissez fondre. Croquez une fois. Laissez la curiosité des goûts de cette bouchée envahir votre bouche et votre corps. Puis, mâchez jusqu’à ôter tout le goût et avalez.

Nos sens nous accompagnent à la découverte du monde. Ils aiment être rassurés par des odeurs, des touchers, des goûts, des paysages ou des visages, des sons que nous connaissons bien. Ils aiment aussi la curiosité et l’aventure. C’est dans ces instants là qu’ils sont les plus stimulés… la nouveauté est un moyen de les activer. Les expériences seront parfois positives et nous chercherons à les reproduire, tandis que d’autres expériences ne seront pas enregistrées comme agréables. La richesse des sens, c’est que cette expérience désagréable au demeurant, si elle est de nouveau retenter, pourra devenir agréable. Expérimentez. Jouez. Vibrez… écoutez-vous.

Ariane ROQUES auteure du Jeu de cartes 
« Se nourrir en conscience », aux Editions Le Souffle d’Or.

Voici la première carte du jeu :

carte_10

ariane

par Ariane ROQUES

mangeuse éveillée et auteure du Jeu de cartes 
« Se nourrir en conscience », aux Editions Le Souffle d’Or.

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Changements sociaux dans l’archétype Féminin

 

Des mouvements que vous observez visent à créer des réformes dans les systèmes sociaux. Ces renversements sont le résultat du portail qui s’est ouvert le 6 juin 1994. C’était un portail pour renforcer le pouvoir individuel. Mais avec ce renforcement du pouvoir individuel vient la nécessité d’autonomie individuelle. Ce portail a fait surgir un nouveau modèle de pouvoir et d’autonomie féminin. Toute femme porte dans sa conscience l’archétype de la déesse Athéna.

Athena

Un modèle activé de cet archétype féminin puissant et autonome a été transmis à travers ce portail depuis le vaisseau Athéna. Cela a provoqué l’émergence d’un remède pour bien des maux du monde occidental, car comment voulez-vous réussir l’ascension d’une planète ou d’une espèce si la moitié d’une population est dans une position de « moins que » ? Beaucoup de femmes sont traitées comme moins que, gagnent moins que, ont accès à moins d’éducation, sont reléguées à l’assistance, reléguées dans des circonstances appauvrissantes et ne disposent pas d’opportunités égales. Pour changer cela, les femmes doivent aussi prendre leur pouvoir.

L’énergie pour soutenir la femme est disponible, et elle l’a été depuis le réveil des forces de la nature du portail du 21 décembre 91. Les changements qui vont survenir dans les systèmes sociaux et leur révision vont renforcer l’aspect d’autonomie individuelle. Ces changements vont se poursuivre durant les prochains six ans.

Les femmes qui dépendent des systèmes sociaux sont celles qui ont des contrats de dépendance et de soutien avec la collectivité. Ces contrats ont été totalement remplis début 1997, et cet accomplissement signifie  que ces individus DEVRONT entamer un travail dans le monde pour assurer leur indépendance et leur pouvoir d’autonomie. Leur statut dépendant ne sera plus approprié. Dans une large mesure, tandis que la majorité de la conscience basculera et acceptera ces nouvelles idées et programmes, tout le monde basculera. C’est la même chose que les changements qui se sont produits dans la conscience collective et qui ont éradiqué la polio. La polio n’a pas été éliminée par le vaccin, car en réalité, un vaccin est soit inefficace, soit il provoque des maladies. C’était la croyance de la conscience collective en ce vaccin qui a éliminé la polio. Vu que la majorité de la population a cru qu’elle ne pourrait plus attraper la polio, elle ne l’a pas attrapée. Les systèmes d’aide sociale sont une situation semblable.

Le « système » qui est devenu le Gouvernement Fédéral a commencé à se désagréger, et va continuer à le faire. Il a atteint son apogée en termes de structure et de taille : ses fondations ne peuvent plus le supporter. Ce processus de désagrégation du gouvernement au niveau fédéral est encouragé par la révolution silencieuse. Il est aussi provoqué par les individus qui cherchent un nouvel épouvantail. Dans le fond, toutes ces énergies concourent au bien-être général. Cette restauration du pouvoir aux Etats va dans le sens du bien-être général, et représente un avantage certain pour l’individu. Il y aura d’autres renversements, bien d’autres services seront supprimés du niveau fédéral pour être assumées au niveau des Etats. Dans les dimensions supérieures, les Conseils voient ces transformations d’un très bon oeil.

Le basculement des grilles ne supporte désormais plus de vastes entités Fédérales toutes-puissantes. Il est donc juste que ce pouvoir soit fragmenté en plus petits blocs qui reviennent au niveau des Etats et des gouvernements locaux. Bien sûr, cela renforce les nécessités d’autosuffisance et d’autodétermination, car il n’existera plus de programme gouvernemental pour assumer l’ensemble des situations. Cette fragmentation de l’entité Fédérale va réduire les coûts de fonctionnement du gouvernement et permettra une importante restructuration du système des impôts. Dans l’avenir, vous découvrirez que les partis politiques étaient une chose du passé, car les polarités d’opinions opposées disparaîtront dans l’unité. C’est difficile de prédire quand vous vivrez cela physiquement, mais c’est une forte probabilité.

Les changements dans le champ de la santé seront semblables à ceux de la course aux armements et de la politique sociale. Ce domaine a aussi monopolisé d’énormes ressources, rendant l’énergie indisponible pour des recherches dans les domaines alternatifs ou pour éliminer la maladie. Le système de santé a atteint le sommet de ce qu’il peut fournir. Il a, bien sûr, réussi à se surévaluer au point de s’éliminer du marché. L’économie ne peut plus supporter ces dépenses et de ce fait, les systèmes de santé vont vivre un renversement. Vous allez assister à des révisions radicales causées par la révolution silencieuse, et ces changements seront similaires à la médecine socialisée.

Les changements provoqués par la révolution silencieuse seront ceux qui concernent le bien-être, la nouvelle perspective partira du principe qu’il n’y a plus de maladie ou de souffrance. Ce point de vue sera causé par la progression du processus d’ascension. La conscience collective perçoit les soins médicaux traditionnels comme exorbitants, envahissants et inefficaces. Des choses qui n’étaient pas mentionnées à part dans des cercles métaphysique il y a encore sept ans sont maintenant transmises à travers les médias et sont acceptées par presque tout le monde, même les médecins. C’est un exemple de la vitesse à laquelle un processus de renversement de la conscience collective peut se produire.

Ce processus planétaire est si vaste, si englobant qu’il ne serait pas possible s’il n’existait pas les Etats-Unis d’Amérique. Avec leurs connaissances occultes et leurs affiliations spirituelles, les pères fondateurs savaient exactement ce qu’ils créaient lorsqu’ils ont fondé cette nation sur des emblèmes occultes et des symboles de pouvoir. Plus tard, lorsque la constitution a évolué, les mêmes genres d’individus ont travaillé à la création de cette constitution. Les accidents n’existent pas. Ce qui se produit maintenant, c’est une transformation, un passage d’un niveau d’être à un autre plus élevé qui touche toutes ces structures. Tout cela est orchestré par la progression du Corps de Lumière. Dans leurs usages des pouvoirs spirituels, les pères fondateurs ont conclu des arrangements concernant l’époque actuelle, car ils savaient très bien que ce moment allait venir. Ce temps a été prédit par tous les prophètes, mystiques et oracles depuis les temps anciens. Ils ont fait des prophéties à ce propos. Vous le vivez !

Le portail le plus important a été celui du 9 septembre 1995. Ce portail a amené des énergies d’accomplissement. Cela marque la fin de beaucoup de formes qui ont évolué au sein de la vie américaine, que ces formes soient gouvernementales, économiques ou même spirituelles. Ce portail va amorcer un cycle de démantèlement, et aussi signaler la fin d’une phase au niveau personnel. Il y aura un vide, où l’ancien n’aura pas complètement disparu et où le nouveau n’aura pas encore fait son apparition. Conséquence de ce vide, les choses risquent d’être difficiles durant les trois mois suivant ce portail. Tous ceux d’entre vous qui sont conscients et qui connaissent leur pouvoir doivent se concentrer pour remplir ce vide de joie et en profiter pour modifier leurs vies rapidement et facilement. Lorsque vous ferez cela, la majorité effectuera aussi la transition des anciennes aux nouvelles formes avec rapidité et aisance. Ceux d’entre-vous qui travaillez activement sur leur propre ascension portent un gros fardeau. Ce fardeau, c’est de vivre impeccablement.

Vous ne pouvez pas créer quelque chose au niveau macro (collectif) sans le faire survenir auparavant au niveau micro (personnel). Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, c’est la loi divine. Vous devez d’abord créer dans votre propre vie ce que vous désirez dans votre société, dans vos structures sociales et dans votre pays. Beaucoup d’entre vous sont incarnés pour réaligner les lois afin qu’elles ressemblent davantage aux lois divines. Vous êtes ici pour faire basculer l’ensemble de la collectivité sur des questions comme la politique, l’économie, le gouvernement et la loi. Vous devez d’abord utiliser et vivre à partir des principes de la loi divine dans vos propres vies, avant que vous ne puissiez l’amener au niveau de la conscience collective. Créez-vous une vie sans besoin de défense ni de violence, sans polarité politique, sans assistance sociale, sans besoins de traiter des maladies. Créez en vos vies un monde de paix, de joie, de sécurité et d’égalité. Le monde extérieur suivra votre exemple.

Ce monde dans lequel vous vivez est maintenant un monde de la quatrième dimension – un monde astral. C’est encore un monde de polarités, mais il y a une différence. Cette polarité est juste une illusion ! Dans toutes les traditions initiatiques, il existe des histoires relatives au « Gardien du Seuil » et la plupart du temps, le Gardien du Seuil est un monstre terrible. Lorsque l’initié est suffisamment avancé pour voyager dans le monde astral, la première chose qu’il fera sera de rencontrer ce Gardien. L’initié doit vaincre le Gardien pour pouvoir poursuivre sa progression spirituelle. C’est considéré comme un test, et le test doit être passé, sans quoi l’instruction du maître s’arrête. Toute tradition ésotérique a sa méthode pour affronter le Gardien et pour le vaincre. La seule vérité universelle à propos de ce test, c’est que le Gardien, c’est vous. Ce démon terrible est une apparition astrale de vos plus grandes peurs. Un monstre, oui, mais qui n’est rien de plus qu’une illusion.

Dans chaque tradition, la solution consiste pour l’initié à abandonner ses peurs et ses démons personnels, ainsi, il pourra vaincre le Gardien. Il disparaîtra, tout simplement. C’est pourquoi toute tradition spirituelle ou voie d’initiation a toujours mis l’accent sur le développement de la clarté et de qualités personnelles comme l’humilité, le pardon et l’amour. Ces qualités sont la seule manière que vous avez de percer les illusions du monde astral. Dans les anciennes traditions comme dans le processus d’ascension actuel, les fréquences des dimensions supérieures ne sont pas accessibles à l’initié jusqu’à ce que ce test soit passé. Dans une initiation, il n’y a pas d’échec. Si le test échoue, la leçon est répétée jusqu’à que le test réussisse. C’est la meilleure métaphore que je puisse vous donner pour décrire les expériences qui sont les vôtres dans cette dimension. Souvenez-vous que le Gardien n’est qu’une illusion et que la polarité n’est qu’une illusion. Si vous abandonnez ces illusions et croyances, si vous abandonnez ces peurs, le Gardien disparaît ! Le monde dont vous faites l’expérience va se recréer lui-même autour de vos nouvelles perceptions de la réalité.

L’assistance des hôtes du ciel est disponible pour chacun d’entre vous, mais vous devez la demander. Nous ne pouvons pas violer votre libre arbitre, même pour vous aider. Toute l’assistance ont vous avez besoin pour traverser ces changements dans la paix et la joie est disponible à chacun d’entre vous. Ces informations vous sont communiquées pour vous assurer que tout va bien. Mon rôle est de transformer vos peurs, de vous garantir l’amour divin et de vous éveiller aux potentiels dont vous disposez pour assister la collectivité. Chacun de vous n’a qu’une seule responsabilité dans cette vie, et cette responsabilité est celle de VOTRE PROPRE VIE. Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut – Ce qui est au-dehors est comme qui est au-dedans, c’est la loi divine. Lorsque vous percevez des difficultés, des ennemis ou des épouvantails dans le monde extérieur qui vous entoure, observez votre vie intérieure, car ils existent aussi là-dedans. Si vous débarrassez votre vie intérieure de ces perceptions, vous découvrirez que magiquement votre vie extérieure, votre expérience est vos perceptions se transforment. C’est la loi divine.

Vous pouvez éliminer la polarité très simplement – en travaillant sur votre propre vie ; c’est tout ce qui est requis de chacun d’entre vous. Allez de l’avant et faites de votre vie un chef-d’oeuvre de joie absolu. Les outils vous sont fournis, le pouvoir vous est fourni et toute l’assistance dont vous pouvez avoir besoin est disponible. Chacun d’entre vous doit maintenant le FAIRE, et tandis que vous le faites, vous transformez votre monde et le monde au sens large. Vous n’avez plus rien à craindre à part la peur elle-même, car la peur est le dernier mal qui reste dans le monde. Travaillez sur votre peur, éliminez-la de votre corps mental et de votre corps émotionnel, lorsque vous le ferez, vous éliminerez la peur de votre vie. La peur est le dernier ennemi, et cet ennemi est seulement situé à l’intérieur de vous

Mes bénédictions à chacun de vous, car nous vous aimons, nous vous honorons et nous ne cherchons qu’à servir chacun d’entre vous. En vérité, les plus grands sont ceux qui sont incarnés en cette période de changement. Votre initiation est presque complète. Tout ce qu’il vous reste à faire, c’est de passer les tests de la joie.

metatron2-widget_gk_nsp-2Chez francesca

Métatron Canalisé par Laurie Gilmore

Publié dans:HUMANITE, SOCIETE, TERRE, TOLERANCE |on 29 juillet, 2016 |1 Commentaire »

Des textes visionnaires

 

La comédie musicale HAIR est l’une des meilleures de tous les temps et la chanson Aquarius du groupe est l’un de ses plus beaux extraits.

Ce fut un grand succès au début des années 70. Je me rends compte aujourd’hui à quel point cette chanson était visionnaire. Elle fut composée en 1969 par Galt MacDermot, sur des paroles de James Rado et de Gerome Rani. J’ai dansé éperdument sur cette chanson, mais à l’époque, je ne prêtais pas attention aux paroles. Je sais seulement qu’elle me faisait du bien. Et aujourd’hui, ces paroles me reviennent :

Image de prévisualisation YouTube

 

When the Moon is in the Seventh House
And Jupiter aligns with Mars,
Then peace will guide the planets
And love will steer the stars

This is the dawning of the age of Aquarius
The age of Aquarius
Aquarius
Aquarius

Harmony and understanding
Sympathy and trust abounding
No more falsehoods or derisions
Golden living dreams of visions
Mystic crystal revelation
And the mind’s true liberation
Aquarius
Aquarius

Quand la Lune est dans la septième maison
Et Jupiter aligne avec Mars,
Alors la paix guidera les planètes
Et l'amour dirigera les étoiles
 
Ceci est l' aube de l'ère du Verseau
L'âge du Verseau
Verseau
Verseau
 
L'harmonie et la compréhension
Sympathies confiance riche
Pas plus de mensonges ou dérisions
rêves vivant d'or de visions
Mystic cristal révélation
Et la vraie libération de l'esprit
Verseau
Verseau

 

 

textes visionnaire

Ces textes étaient réellement visionnaires !

Nombreux étaient ceux qui oeuvraient à ce nouvel avenir. On Nous le répète plusieurs fois ; ces choses se produisent très lentement. Des vagues d’énergie traversent les cultures, qui se mettent alors à changer. Souvenez-vous que ces processus sont lents. L’alignement s’échelonne sur trente-six ans. Le processus débute donc bien avant que les germes soient semés.
 Les champs sont labourés par l’intuition akashique de ceux qui précèdent l’événement. Sur le plan quantique, les humains viennent sur la planète avec l’intuition de ce qui peut arriver et ils aident ceux qui les suivent.
 Le titre choisi était assez visionnaire. Ce Grand Rassemblement est le début de l’ère Lémurienne. Vous ne liez peut-être cette affirmation qu’ici, mais peu importe. Les noms et les étiquettes n’ont pas d’importance. Il s’agit du rassemblement de l’ancienne sagesse. C’est la sagesse de l’humanité qui éliminera les dictateurs, nettoiera notre environnement, nous permettra de vivre plus longtemps et créera finalement un meilleur équilibre entre les hommes et les femmes dans le plus grand respect de leur nature divine. Ils s’harmoniseront avec Gaia, créant de l’énergie à partir de ses mers et de sa chaleur, et mettant fin à des milliers d’années de guerre. 
Ce rassemblement est celui de l’ancienne conscience. Les Lémuriens qui sont restés dans une capsule temporelle quantique pendant toutes ces années, en émergeront lentement. Nous n’en verrons rien, mais nous le sentirons, car ils susciteront une mémoire chez les vieilles âmes et les nourriront de la sagesse des Anciens, qui disaient : 
« Divine et bénie est l’humanité, car elle fut créées à l’image de Dieu, le Créateur universel. L’humanité est le visage de Dieu, et ce visage sourira pour la première fois depuis que la Lémurie a existé sur la Terre. Bénies soient les semences de la création, car ceux qui viennent des étoile set dont les noms sont imprononçables reviendront un jour pour dire « Bravo ». C’est à ce moment, et seulement à ce moment, que l’humanité pourra voyager jusqu’aux étoiles et planter ses propres semences pour les mondes à venir ».  
Les choses arrivent lentement. Regardez-les sur une grande échelle temporelle pour savoir vraiment ce qui est arrivé et ce qui n’est pas arrivé. Rassemblez-vous en portant votre lumière où vous êtes. Ne désirez pas être autre chose ni quelqu’un d’autre, car chacun de nous est un parfait participant de cet éveil. 

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:PENSEE, PROPHETIES, SOCIETE, VIDEOS à voir |on 19 avril, 2016 |1 Commentaire »

Quel est le bénéfice de la méditation ?

 

Il existe plusieurs méthodes pour cela, mais la plus simple est encore de faire comme pour les émotions: regarder défiler les pensées comme au cinéma, en se persuadant qu’elles ne nous appartiennent pas. A ce moment-là, le rythme des pensées commence à ralentir et il est beaucoup plus aisé de les observer. Sans vouloir retenir, sans s’impliquer, sans juger, on se détache lentement du mental inférieur. Alors, peut commencer la méditation…

Après quelques temps (si vous n’avez plus vraiment conscience du temps qui passe, vous êtes sur la bonne voie!) vous éprouvez une sentiment d’unité, de calme intérieur, de plénitude. Vous ne pensez plus, vous ressentez ; vous n’êtes plus là, votre conscience d’être est partout! Relié à votre âme, vous ressentez que vous faites partie du Tout, que l’espace et le temps sont une illusion, que cette enveloppe de chair que vous habitez est beaucoup moins importante que l’étincelle de vie qui vous relie au Divin, que… mais vous verrez, chacun vit cette expérience à sa manière, avec son propre ressenti.

Quelquefois, lorsque la méditation conduit à cet état de béatitude sereine, on met quelques minutes pour “revenir” dans la réalité du quotidien; mais le corps est toujours là pour nous rappeler à l’ordre, par une crampe ou une démangeaison, le plus souvent.

nadis

Quel est le bénéfice de la méditation ?
Dès que vous aurez atteint, par une pratique régulière, ne serait-ce qu’un simple état de relaxation profonde, vous constaterez que vous considérez les choses d’une tout autre manière. Progressivement, vous deviendrez moins soucieux, moins nerveux, moins mental. Vous relativiserez les soucis, les peines, et même les joies.

“Comment ça ! je serai moins joyeux ?”, pensez-vous peut-être. En fait, en étant moins impliqué émotionnellement, la joie peut être vécue de l’intérieur, et là elle prend une tout autre dimension. Tout, en ce monde, est soumis à l’impermanence, les joies comme les peines, le bonheur comme la souffrance. Tellement de personnes s’extasient pour des broutilles et s’affolent également au moindre problème. En étant plus détachée, la conscience garde toute sa sérénité. Et pour arriver à ce détachement, rien ne remplace la pratique de la méditation.

Comme toute discipline, la pratique de la méditation nécessite un apprentissage. On peut apprendre seul, mais on met plus de temps à faire le vide. De plus, l’énergie de groupe “porte” plus efficacement, et le fait de parler de son expérience permet de faire des progrès rapidement. Cependant, chez certaines personnes hypersensibles, les vibrations des autres personnes peuvent les perturber. À chacun de trouver sa pratique.

Avec un peu d’entraînement, vous constaterez que certaines méditations semblent plus réussies que d’autres. Mais parfois aussi, vous aurez l’impression que votre méditation était inutile. Alors, considérez votre pratique comme un sport. Le mental est semblable à un muscle: il a besoin de se roder, de se chauffer avant d’être performant. Certains athlètes s’entraînent pendant des mois pour réussir une performance et vous pouvez être sûr qu’ils se découragent parfois. Ils pensent souvent, tout comme vous après certaines méditations, que la séance d’entraînement était nulle, ou moins bien que la dernière fois. Ce qui est vrai mais, pendant ce temps, les muscles travaillent, ils s’échauffent, et lors d’une séance ultérieure ils vont enfin pouvoir donner leur rendement maximum. C’est la même chose pour les méditations: si certaines vous semblent inutiles, dites-vous bien qu’elles sont aussi nécessaires que celles où vous avez eu l’impression d’avoir atteint la félicité.

Selon le niveau de conscience atteint par le pratiquant, la méditation agit sur différents plans:

- au niveau physique, c’est une relaxation: elle permet de décontracter les muscles, d’éliminer les tensions et de réguler le rythme respiratoire.
au niveau émotionnel, elle permet d’éliminer le stress, de canaliser les émotions et de relativiser les états d’âme sur le plan affectif.
au niveau mental, elle permet d’éliminer les pensées inutiles, de chasser les pensées parasites et de calmer son esprit par le détachement.
au niveau spirituel, elle permet de se maintenir en harmonie avec l’âme, de faire le point sur les progrès accomplis, d’entrer en contact avec les guides et les Etres de Lumière.

En outre, sur le plan causal, elle permet d’avoir du recul par rapport aux actes de la vie quotidienne, de prendre conscience du karma négatif accumulé (de cette vie mais également des vies passées) et à “fabriquer” du karma positif (le dharma). Enfin, elle aide à nous rapprocher des états de conscience les plus élevés.

 dimentionnalité

Pour les personnes qui ont du mal à se concentrer, voici quelques méditations qui m’ont été inspirées par les Etres de Lumière :

“Lorsque tu médites, calme ton esprit en visualisant une mer calme, comme en été par une nuit sans lune et sans vent. Visualise cette mer d’huile et dis-toi qu’elle est ton esprit, qu’elle se pénètre lentement de la paix de Dieu.

Dans cette paix intérieure, entend Sa voix qui te parle, comme à un enfant, doucement et tendrement. Alors, récite le “Notre Père” avec foi et ardeur, en répétant chaque phrase trois fois. Ainsi, cette prière aura une répercussion sur les trois plans principaux : elle calmera ton corps, elle rassérénera ton esprit et elle parlera à ton âme directement.”

“Pensez, lorsque vous méditez, à une eau très pure, une eau de cascade, qui coule depuis le sommet de votre tête et qui vous purifie…

Ensuite, imaginez que cette eau devienne tellement limpide, tellement légère, qu’elle se transforme peu à peu en une fontaine de Lumière, pure, lumineuse, et qu’elle vous baigne de sa clarté, de la tête jusqu’aux pieds…

Alors, ayez une pensée pour Celui qui Est, une seule mais qui vienne du fond du coeur. Ensuite oubliez, et restez dans cette paix profonde…

Par cet acte, vous créerez une bulle de Lumière dans votre espace personnel, et si vous le faites souvent, vous pourrez protéger ainsi votre entourage, votre famille, votre quartier, et même votre ville.”

“Soyez conscients de vos pensées, de la véritable nature de votre esprit, et vous clarifierez votre mental de jour en jour. Lorsque vous méditez, pensez ainsi à faire le “ménage” dans votre tête :

Commencez par débusquer les pensées négatives.
C’est simple : ce sont celles qui vous dévalorisent, celles qui vous rabaissent ou qui vous font douter de votre véritable valeur.

Une fois que vous les avez cernées, plutôt que de vous empêcher d’y penser, envoyez-leur de la lumière afin de les purifier.

Cette lumière doit partir de votre coeur.

Ensuite, débusquez les pensées parasites, celles qui vous empêchent de vous concentrer. Là aussi, c’est fort simple :

Ce sont celles qui ont trait à votre vie quotidienne et à ses vicissitudes. Elles n’ont rien à faire là, aussi demandez-leur de s’en aller, aussi simplement que vous le feriez avec des enfants turbulents : “Allez jouer ailleurs !”. Car, en fait, elles se jouent de vous, ou plutôt de votre mental en lui faisant croire que c’est très important. Elles font partie de ce que vous nommez “l’inconscient collectif”, c’est pourquoi elles ne vous appartiennent pas vraiment. Une fois le ménage fait et que vous commencez à y voir clair, laissez venir à vous les pensées les plus lumineuses, celles qui viennent du plus profond de votre coeur: des pensées d’amour, de compassion, de bonheur et de joie véritables. Comment ?

En imaginant que, du centre de votre poitrine, une fontaine jaillissante irradie vers l’extérieur et baigne tout votre être. Pénétrez-vous de cette image et vous verrez alors vos pensées devenir lumineuses, fluorescentes même, et à chacune d’elles sera accrochée une note d’espoir, de fantaisie, de rire parfois, et bien sûr d’amour…”

Les livres de Patrick Giani – Faire demande par email http://www.giani.fr/livres_giani.htm

Publié dans:MEDITATION, PENSEE, SOCIETE |on 16 avril, 2016 |Pas de commentaires »

La maladie, la solution parfaite du cerveau face à un conflit

 

justeSi j’arrêtais ici ma présentation, je vous laisserais probablement dans le doute, la perplexité, tant les guérisons peuvent apparaître magiques, si on ne comprend pas à quoi sert la maladie, fondamentalement, d’un point de vue biologique. Pour le comprendre, le Docteur Hamer donne un exemple tiré tout d’abord de la biologie animale : celui d’un renard en situation de grand stress lié à sa survie.

Depuis trois jours, imaginons qu’un renard n’ait plus attrapé la moindre proie. Il se trouve dans un grand stress lié à sa survie physique, quand, enfin, il parvient à capturer un petit lapin qui passait par là. Au moment où il s’apprête à le croquer, à le déchiqueter, à le broyer, le renard entend s’approcher un de ses prédateurs les plus terribles : le chasseur. Et voilà notre renard tiraillé entre deux menaces : s’il mange son repas, pour satisfaire son besoin de nourriture, il risque d’être tué le ventre plein ; s’il déguerpit en laissant sa proie, il risque peut-être de mourir de faim, un peu plus tard. Pour sortir de ce dilemme cornélien, il décide d’avaler toute entière une patte du lapin et de s’enfuir bien loin.

À cet instant, un autre danger menace le renard : celui de mourir d’une occlusion intestinale, car cette patte entière ne peut ni remonter de l’estomac, ni poursuivre son parcours dans l’intestin. On se trouve, dit Hamer, dans un conflit intense et brutal lié à la nécessité de digérer quelque chose. Pour résoudre cette situation, le cerveau met en œuvre alors la solution parfaite pour assurer la survie individuelle : il déclenche un programme de production de super-cellules digestives sur la paroi de l’estomac. L’objectif : digérer cinq fois plus vite et cinq fois mieux cette patte de lapin coincée. Tant que l’objectif n’est pas atteint, le cerveau maintient son ordre de produire ces super-cellules digestives aux performances nettement supérieures à la normale.

Mais dès que la patte est complètement digérée, un processus de bio-feed-back informe le cerveau que l’objectif est atteint. Instantanément, le cerveau met fin au programme de production et donne l’ordre d’éliminer ces super-cellules qui seraient dangereuses si elles étaient maintenues dans l’estomac. Quelques jours plus tard, si l’on endort le renard et que l’on examine sa paroi stomacale, on pourra observer des cicatrices, témoins de cette élimination encore récente des super-cellules.

Conclusion : grâce à ce programme inscrit dans la biologie depuis des millions d’années, le cerveau a choisi la meilleure solution parmi toutes pour assurer la survie du renard. La seule chose que je ne vous ai pas encore dite, c’est que ces super-cellules digestives sont ce qu’on appelle couramment, des cellules cancéreuses de l’estomac ! Ainsi, selon Hamer et Sabbah, sur base de vérifications faites en laboratoire, ce que nous appelons une cellule cancéreuse a les mêmes fonctions qu’une cellule normale, mais de façon démultipliée. Une cellule cancéreuse de l’estomac digère beaucoup plus fort et vite qu’une cellule normale. Une cellule cancéreuse du pancréas produit bien plus d’insuline, une cellule cancéreuse du sein produit bien plus de lait, une cellule cancéreuse du poumon a une capacité d’échange oxygène-sang nettement supérieure, une cellule cancéreuse du rein filtre nettement plus, etc.

Notons au passage que le Docteur Claude Sabbah a généralisé les découvertes de Hamer en montrant que toutes les maladies, quelqu’elles soient (de la plus bénigne à la plus grave), résultaient d’un choc ou d’un stress vécu dans l’isolement et étaient déclenchées par le cerveau comme solution parfaite pour assurer la survie.

Par JEAN-JACQUES CREVECOEUR sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/ - SOURCE: http://www.erichamel.com/custom18.html

Publié dans:MALADIE, MEDITATION, SOCIETE |on 26 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

La pierre cubique, un symbole alchimique et cabalistique

 

pierre cubique
 

La Pierre Cubique est le symbole de l’Homme dans son évolution. L’Homme du Commencement, l’Homme avant l’involution est la pierre brute. L’Homme à la fin de son évolution est devenu la pierre polie. La Qabal dit que l’Homme, le microcosme, est en petit la reproduction du macrocosme, la Création, l’Adam Kadmon, l’Homme-Univers.

En hébreu le cube s’écrit : Qaph Beth Yod He à rapprocher de Qabal : Qaph Beth Lamed.

Si on admet que Qaph Beth est la connais­sance dans la dualité, Lamed signifie son extension, Yod He son inclusion dans l’être.Nous allons donc examiner le cube dans son symbolisme numérique appliqué aux Lois de l’Univers.

Le cube symbolisant les lois du Créé, de la dualité, n’a pas de signification dans l’Unité, nous commencerons par le nombre 2 : le déve­loppement de la surface du cube donne une croix comme sur le dessin 1. Cette croix, qui n’a rien à voir avec la croix chrétienne, symbolise la première phase de manifestation du Créé. Le bras vertical, l’actif, rencontre le bras horizon­tal, le passif, et le carré central, de la rencontre est le point de manifestation. Le nombre 2 est le nombre de la lettre Beth, la dualité. La signifi­cation qabalistique de la lettre Beth est la maison. La dualité qui enveloppe le cube en fait la maison de l’involution et de l’évolution.

Nombre 3 : à chaque sommet du cube arri­vent trois arêtes. Le cube est le seul polyèdre dans lequel les trois arêtes de chaque sommet sont orientées suivant les trois directions de l’espace :

– Nadir Zénith, Aleph Air

– Nord Sud, Shin Feu

– Est Ouest, Mem Eau

Pour chaque direction de l’espace, il y a quatre droites générées par les quatre arêtes parallèles. Il est aussi possible de considérer les trois arêtes d’un sommet comme le symbole des trois lettres-mères de l’alphabet hébreu : Aleph Mem et Shin. Symboliquement Aleph arrive au sommet où il se différencie en deux : Mem et Shin.

Nombre 4 : est symbolisé par les quatre côtés de chaque face du cube. Le nombre 4 est le nombre de la lettre Daleth. La signification qabalistique de la lettre Daleth est la porte. Chaque face est une porte d’entrée dans la dualité. Le nombre 4 est aussi le symbole de la stabilité de la durée de la Pierre.

Nombre 5: il n’a pas été retenu dans le symbolisme du cube. 5 est le nombre de l’Homme mais n’est pas celui des lois qui régissent l’involution et l’évolution.

Nombre 6 : est symbolisé par les six faces du cube, à chacune est affectée une des lettres doubles de l’alphabet hébreu. Comme il y a sept lettres doubles, la dernière Tav n’est pas af­fectée à une face.

Nombre 7: il comprend les six faces précé­dentes plus la lettre Tav placée au centre du cube. Cette lettre est la lettre de l’Univers ce qui signifie que le centre du cube est le centre du microcosme.

Nombre 12 : est symbolisé par les douze arêtes du cube. À chacune d’elles est affectée une des douze lettres simples de l’alphabet hébreu. Chacune de ces lettres est affectée à l’un des signes du Zodiaque. En réalité ces signes représentent les étapes d’une phase d’évolu­tion. Chaque phase commence avec le signe du Bélier et se termine avec le signe des Poissons. Divers auteurs ont essayé de mieux préciser le sens de ces étapes dans divers textes tels :

— les 12 Travaux d’Hercule

— les 12 Portes d’Alchimie de Rypley

— les 12 Clefs de la Philosophie de Basile Valentin

— les 12 Opérations de l’Œuvre Alchimique, etc.

 

image 1

 

— Les dispositions sont conformes au texte hébreu du Sepher Yetzirah.

— En bas en hébreu le mot « cube » et le mot « Qabal » ; voir la similitude de racine.

— Le cube est censé être vu par un observateur placé au sud du cube et regardant vers le nord.

  • Les lettres en caractères latins sont les points de l’espace : Zénith : Z, Nadir : Na, Nord : N, Sud : S, Est : E, Ouest : O.
  • Au centre la lettre Tav.
  • Les lettres doubles des faces sont près des extré­mités des axes des 3 dimensions.
  • Les lettres-mères et simples sont sur les lignes correspondantes.

— Positions et noms des 12 lettres simples :

 

image 2

  • haut sud Vav
  • haut est He
  • haut nord Chet
  • haut ouest Zain
  • bas sud Ain
  • bas est Samech
  • bas nord Qoph
  • bas ouest Tzadde
  • sud est Yod
  • est nord Teth
  • nord ouest Nun
  • ouest sud Lamed

Revenons maintenant à un aspect alchimique du symbole de la Pierre Cubique. Le cube n’est pas le symbole de la pierre philosophale puisque celle-ci n’est pas une pierre mais une poudre, la poudre de projection. Selon Para­celse et d’autres alchimistes la Pierre la plus puissante vient du plomb, métal de Saturne, la plus haute planète du ciel selon les Qabalistes. Le minerai de plomb utilisé par les Alchimistes, la galène, cristallise dans le système cubique.

Si nous revenons maintenant au Sentier le plus bas de l’Arbre de la Qabal, celui du départ de l’évolution, ce Sentier est consacré à Saturne et à la lettre Tav, symbole de l’Univers. Ce Sentier peut être abordé alchimiquement par le métal saturnien d’Artéphius : l’antimoine. Et là aussi le symbolisme du cube se manifeste. Quand l’antimoine est préparée pour la distilla­tion il se présente cristallisé en de longues aiguilles. Mais si on entreprend sa plus extrême purification afin qu’il soit prêt pour la pierre, il change de forme et cristallise en petits cubes transparents de 1 cm d’arête. La pierre d’anti­moine est alors prête pour polir la pierre brute.

image 3

Jean Dubuis (1919-2010) est un cas spécial dans le cénacle restreint des « chercheurs de vérité » : il est à la fois un scientifique et un véritable « adepte », alchimiste et qabaliste.

Scientifique, Jean Dubuis est ingénieur électronicien. Alors que ses études supérieures avaient été interrompues par l’occupation allemande, il a eu la chance de travailler pendant plusieurs mois dans le laboratoire de synthèse atomique d’Ivry, dirigé par Frédéric Joliot-Curie. Après la Libération, son parcours l’a mené dans des entreprises de radio-électricité (comme on les appelait à l’époque) pour finir comme ingénieur pendant plus de 30 ans à la compagnie IBM, témoin et acteur de l’évolution des ordinateurs depuis les tubes électroniques jusqu’aux circuits intégrés en passant par les transistors.

A la fois scientifique, dans le sens moderne du terme, et expérimentateur des « sciences traditionnelles », Jean Dubuis s’est imposé, dans ce long travail comme dans ceux qui suivront, tel un véritable Initié en même temps qu’un remarquable Enseignant, alliant la profondeur des conceptions présentées à la clarté remarquable de leur formulation. C’est pour diffuser ce travail qu’il a décidé, à la suite de stages organisés avec l’alchimiste italien Augusto Pancaldi, de créer en 1979 l’association « Les Philosophes de la Nature » qu’il a présidée et animée pendant 12 ans…

(Revue 3e Millénaire. Ancienne série. No 12. Janvier-Février 1984)

Publié dans:MAITRISE, MEDIUM, PYRAMIDE, SOCIETE |on 21 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

LES MICROTUNNELS DE COMMUNICATION – comment ça se passe

ARCTURIENS

Je parlerai cette fois des microtunnels de communication à l’usage des humains. Quand un humain est prêt et disposé à établir un contact, c’est par l’un de ces microtunnels que ce contact a lieu dans la plupart des cas. Ces microtunnels relient les corps hautement dimensionnels, particulièrement le corps quinquadimensionnel de l’humain, à celui de l’Arcturien ou au vaisseau arcturien par lequel le contact est établi.

Je désire aborder ici deux aspects concernant ces microtunnels :

-      la zone corporelle et le champ énergétique où ces microtunnels permettent le contact.

-      le niveau d’activité corps/esprit requis pour un contact conscient.

D’abord le premier aspect. Le contact entre un humain et un Arcturien se limite habituellement à un changement de perception chez l’humain. Il serait très inhabituel et improbable qu’un être humain rencontre un Arcturien dans la troisième dimension car il nous faut employer une énorme quantité d’énergie pour changer de dimension. Il est donc plus opportun et plus efficace d’adapter le complexe corps / esprit de l’humain afin d ‘établir un microtunnel de communication. Les Arcturiens sont des êtres pratiques qui n’aiment pas gaspiller l’énergie ni les ressources.

Quand un microtunnel de communication est établi, il modifie l’état cérébral et l’activité physiologique de l’humain. Dans votre langage scientifique, on parlerait d’une augmentation de l’activité alpha, mais celle-ci n’est que l’un des nombreux états qui se produisent durant ces communications. Le cerveau humain est très complexe et de multiples fréquences y ont lieu simultanément. Il serait simpliste et inexact d’affirmer que les états de conscience supérieurs sont liés à de plus hautes fréquences cérébrales. Cela démontrerait une grossière méconnaissance de la physiologie et du potentiel humain.

Quand un microtunnel est établi entre un humain et un Arcturien ou un vaisseau arcturien, la perception de l’humain change spontanément. Elle devient fluide. L’individu est alors conscient d’au moins deux réalités à la fois, soit la réalité humaine et la réalité hautement dimensionnelle où a lieu l’interaction avec l’Arcturien. En de très rares cas, l’individu perd contact avec sa réalité dimensionnelle. Le monde semble disparaître et la réalité arcturienne devient son seul point de focalisation.

C’est dans de tels moments que l’humain peut conclure qu’il a été amené dans un vaisseau arcturien, mais ce n’est pas le cas. C’est simplement que son cerveau a été dépassé par la multidimensionnalité de la rencontre et qu’il a cessé de percevoir la réalité tridimensionnelle.

Pour l’individu, cela signifie que son cerveau et son esprit ne reçoivent plus l’apport de ses cinq sens. Il reçoit uniquement l’apport de ce qui se passe dans la dimension où la rencontre a lieu. Dans certains cas, un Arcturien établir un microtunnel afin de communiquer avec un humain en particulier, et parfois c’est l’inverse. Ces microtunnels sont des voies à double sens. Il est possible de prendre contact avec un Arcturien ou avec un aspect de la réalité arcturienne par un changement conscient du cerveau et de l’esprit.

Ces microtunnels traversent l’hyperespace et se connectent à votre champ énergétique, que vos anciennes traditions appellent l’aura, mais plus spécifiquement à l’un ou à plusieurs de vos chakras. La plupart des humains qui prennent contact avec des Arcturiens le font par leur troisième œil ou par le chakra couronne. Le microtunnel entre dans l’un ou plusieurs des chakras et affecte l’énergie subtile générée par vos vortex (vos chakras).

Quand se produit ce changement dans le corps énergétique subtil, il s’ensuit un même changement dans le cerveau et l’esprit, qui sont contraints de s’adapter. Ce changement dans le corps énergétique subtil crée une augmentation de l’activité alpha, un état de conscience où le corps est détendu.

Lorsque s’accroît l’influence du microtunnel dans la zone de chakras, il y a des pointes de haute fréquence cérébrale non seulement gamma, mais au-delà, jusqu’au plus haut seuil d’activité cérébrale (plus de 120 hertz).

Quand un individu s’imagine qu’il a été emmené à bord d’un vaisseau arcturien, c’est que le microtunnel s’est connecté interdimensionnellement au chakra du nombril de l’individu, ce qui fait entrer en résonance tout le corps énergétique subtil avec la réalité vibratoire du vaisseau. Lorsque cela survient, l’humain vit deux expériences parallèles ; il est à la fois dans son corps et dans le vaisseau. A un certain point de la communication, il peut avoir l’impression de se trouver uniquement dans le vaisseau, la conscience ayant quitté l’apport du corps physique pour celui du corps hautement dimensionnel, lequel est dans le vaisseau. Dans cet état, l’individu peut recevoir beaucoup d’informations et acquérir d’énormes connaissances en très peu de temps puisque le principal moyen de communication est la télépathie holographique et non les mots.

Ainsi, un individu peut se sentir dans un vaisseau pendant quelques instants seulement selon le temps de la réalité tridimensionnelle, mais d’immenses quantités d’informations peuvent se télécharge dans la réalité hautement dimensionnelle du vaisseau arcturien.

Extrait du message de EKTARA – Arcturiens  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

Publié dans:MEDITATION, MULTIDIMENSIONNALITE, SOCIETE |on 19 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

LES SIGNES sont des messages pour nous

Interview de Christiane Beerlandt
Tout événement qui se produit [panne, crevaison, fuite, harcèlement moral, accident de voiture, cambriolage, verre cassé, inondation, lampe qui saute, incendie, etc...] serait le miroir d’un état psychologique spécifique présent synchroniquement chez la personne à qui cela arrive. Nous avons voulu en savoir plus… Rencontre avec l’auteur de la série «Le Livre des Signaux».

 SIGNES

A Plus : Christiane Beerlandt, pouvez-vous nous expliquer en quoi les événements, petits et grands, que nous rencontrons au quotidien seraient-ils des messages pour nous ?

Inconsciemment, c’est nous qui attirons tout ce qui se produit dans notre vie. Ces événements sont l’expression de quelque chose qui se passe à un niveau sousjacent : dans notre psychisme, dans notre vie émotionnelle, dans le monde de nos convictions et de nos attentes. Il est très salutaire de tirer la leçon de ces ‘signaux’ : ce sont comme des poteaux indicateurs montrant les pas à faire, les habitudes et les convictions profondes à changer, les choses par rapport auxquelles nous ferions bien de lâcher prise, etc…

A+ : Pouvez-vous nous donner quelques exemples éloquents ?

Lorsqu’une lampe après l’autre saute dans la maison, elles sont sans aucun doute usées ou il y a un autre problème technique, mais… en même temps, il y a quelque chose qui se passe en vous. Par exemple, vous avez été trop dur envers vous-même, vous avez travaillé avec un entêtement tenace, vous avez nourri des pensées pleines de rigidité, etc., etc… En comprenant le long texte que j’ai écrit sur ce sujet, vous pourrez opérer les changements nécessaires dans votre vie, débloquer la libre circulation de vos énergies vitales et éviter que d’autres signaux vous adressant le même message, mais plus graves, comme p.ex. des palpitations, ne se produisent.

Lorsque votre bicyclette a un pneu crevé, le pneu a probablement été percé par un morceau de verre ou un caillou, mais il est bon de vous interroger aussi sur l’INutILIté d’une certaine action, d’une habitude ou d’une entreprise… Par exemple, vers où étiez-vous en train de vous diriger ? Qu’est-ce que vous aviez l’intention de faire ?

Je connais un homme qui avait perdu sa carte d’identité. Dans le texte sur ce signal, il a lu, entre autres, qu’il vivait le présent à partir de certaines situations et expériences de son passé et que cela déformait sa vision des choses présentes ; qu’il vivait trop dans les rêves, les souvenirs, les émotions liées au passé ; qu’il rêvait trop sa vie, au lieu d’y participer vraiment. Au moment même où il s’est rendu compte de tout cela, se proposant de le changer, le téléphone a sonné… Quelqu’un avait trouvé sa carte d’identité dans la rue !

Attention, les textes que j’ai écrits n’ont pas pour but qu’on les lise dans l’intention de montrer l’autre du doigt à cause des signaux qu’il ou elle a rencontrés sur sa route. Ils invitent le lecteur à l’introspection, dans le but de le faire progresser sur sa propre route de vie.

A+ : Qu’est-ce qui vous a motivé à écrire «Le Livre des Signaux» Tome 1, puis Tome 2 et 3 ?

Après l’enthousiasme mondial pour «La Clef vers l’Autolibération», l’ouvrage dans lequel j’explique les origines psychiques et émotionnelles de quelques 1.000 maladies, beaucoup de lecteurs me demandaient si je ne pouvais pas leur expliquer la signification de certains événements. L’un sentait qu’il devait y avoir une raison profonde pour laquelle il s’était cogné la tête, un autre voulait savoir si un tremblement de terre ne pouvait pas être le reflet de certaines caractéristiques psychologiques, de certaines coutumes, etc…, chez les gens habitant dans une telle région. Après les 100 signaux du 1er tome, les lecteurs souhaitaient connaître la signification d’encore d’autres signaux : cave inondée, faire un faux numéro en téléphonant, chauffage en panne, problèmes financiers, électrocution, un profond chagrin, se faire escroquer, etc…
Le 3ème tome ne sera donc pas le dernier de la série.

A+ : En quoi ce sens caché des événements peut-il nous être utile dans notre quotidien ?

La compréhension des signaux nous permet de corriger notre route, de sorte que notre Essence Vivante ne doive plus susciter d’autres signaux plus importants [maladies, événements graves, etc…] pour nous faire prendre ‘conscience’ de la nécessité d’opérer un certain changement dans notre vie. Ainsi, en mettant en application ce que les signaux nous montrent, nous progresserons plus vite dans notre évolution personnelle. une joie et une santé toujours grandissants en seront le résultat.

A+ : Cette philosophie de vie implique qu’il y ait une intelligence à l’oeuvre dans les coulisses de la vie humaine. Qu’en pensez-vous ?

Il y a dans la Vie même une pulsion inhérente pour qu’elle puisse avancer, s’épanouir, se développer toujours davantage, sans fin. La vie peut s’exprimer et se réaliser merveilleusement par la voie de l’être humain. Celui-ci peut choisir consciemment d’être l’allié de la Vie et du bien. Son Noyau Vivant lui ‘parle’, lui montre le chemin, par l’intermédiaire des signaux, que ce soient des événements, des symptômes physiques, des émotions, des envies alimentaires, l’image- de-soi, etc… Mes ouvrages visent à aider les lecteurs à prendre conscience du sens profond de tout cela. Rien ne se passe par hasard, mais en même temps, rien n’est prédestiné. En vivant en accord avec notre véritable Essence Vitale, en accord avec qui nous sommes vraiment et fondamentalement, nous pouvons nous mettre sur la longueur d’onde de La Vie et de la fréquence de vérité, devenir les créateurs de notre propre vie, dans l’amour. Si nous le souhaitons, cela nous permettra de vaincre finalement la maladie ultime, la mort, comme je l’explique dans «Jours Nouveaux», autour duquel pivotent tous les autres livres que j’ai écrits.

Propos recueillis par Olivier Desurmont - Paru dans l’Agenda Plus N° 226 de Avril 2011

Publié dans:ELEMENTS, ENERGIES, SOCIETE |on 9 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Se satisfaire de n’être que ce que nous sommes

 

coloursLorsqu’un esprit supérieur veut réaliser une œuvre, il contemple ses puissances et dirige vers elles les éléments qui lui permettront de réinsérer ses configurations dans un plan de réinsertion plus élevé. Les corps qui veillent sur les choses ont des moyens d’intervenir dessus. La corde de vie est un élément qui permet d’animer ces corps.

En conséquence, les corps sont formés lorsque l’esprit supérieur a distingué dans l’ensemble des puissances qui sont à traiter une configuration qui ne peut être signée ni par l’esprit ni par l’énergie. La forme alors est fabriquée pour créer une intervention sur ce plan. La mutation de cette configuration ne peut être faite que par la formalisation.

Les corps de puissance qui s’initient dans ce type de gestion demandent alors que soient réglés des actes matériels. La mutation ne se réalise que si le maître qui surveille cette figure puise dans cette existence les moyens de se formaliser sur le plan de surface.  La numération n’intervient que lorsque les actes consommés ont produit sur ce plan les moyens d’intervention qui se feront sur la forme matérielle.

Il est marqué dans les textes anciens que, ayant désobéis au Seigneur, le couple Adam et Eve fut condamné. A partir de ce moment-là, la femme a été condamnée à accoucher dans la douleur et l’homme à gagner son pain à la sueur de son front. Qu’est-ce que cela signifie ? Ce la signifie qu’on les fait sortir du plan des civilisations avancées, c’est-à-dire que lorsqu’il n’y a plus de technologie particulière ni de science particulière pour empêcher la femme de souffrir lors de l’accouchement, celle-ci accouche dans la douleur.

Dans une civilisation plus avancée, s’il y a fabrication de véhicules physiques par des bébés-éprouvettes, le problème de l’accouchement dans la douleur disparaît. Par contre, s’il y a des êtres condamnés et qui sont déposés sur une planète, ils n’ont plus que des fonctions ordinaires plus ou moins animales pour se reproduire et ils subissent l’accouchement dans la douleur. Puisque le fait de gagner son pain à la sueur de son front fait partie de la condamnation, il faut bien remarque que le travail en usine est la perpétuation de cette condamnation et l’installation dans la chute, sans essai d’arriver à une situation d‘évolution de civilisation et de technologie plus avancées où le rapport à la matière serait tenu par des robots et des androïdes, mis pas par la dimension humaine. Tomber dans le travail et gagner son pain à la sueur de son front est une chute qui vient du fait que l’évolution technologique et la civilisation ne sont pas assez avancées pour libérer l’être humain de cette condensation.

Ces éléments, une fois qu’ils sont compris, nous permettent de mieux saisir la raison pour laquelle, dans la civilisation Sumériennne, il était question de trois catégories d’êtres ; les hommes, les femmes qui accouchent d’enfants et les femmes qui n’accouchent pas d’enfants. Si dans la situation de chute l’homme gagne son pain à la sueur de son front et la femme accouche dans la douleur, alors dans une situation rédempté et au sien d’une civilisation avancée, nous pouvons considérer que d’une part, l’ensemble de l’organisme peut être situé sur une planète moins condensée que la Terre, où il y a des courants d’énergie plus faciles, une circulation d’énergie plus aisée et peut-être aussi des accouchements moins douloureux, s’il y a accouchement ; d’autre part il y a des transferts de configurations qui sont plus simples, ainsi que des informations et une connaissance des lois de fonctionnement qui permettent d’avoir un style d’existence moins descendu et moins condamné. En ce qui concerne l’élévation sur un plan complètement subtil, les circulations d’énergie se font très aisément on n’est plus soumis à cette résistance qui vient de la condensation matérielle. En plus, il peut exister une fonction télépathique, qui n’existe plus quand le mental est piégé dans la condensation.

En conséquence, il faut examiner tout ceci avec une conscience totalement nouvelle. Si on parle de femme cosmique, c’est bien pour insister sur le problème. Si l’homme accepte cette situation déchue, s’y installe et organise toute sa société dans cette situation déchue, c’est à dire s’accroche avec acharnement au fait de gagner son pain à la sueur de son front au lieu de se faire remplacer intelligemment par les machines et de faire un partage du travail intelligent, de sorte qui’ n’ait plus qu’à surveiller les machines, cet homme est un abruti et il va rester dans l’état de chute et de condensation.

Si la femme ne réfléchit pas non plus à sa condition, si à toute force elle s’accroche à l’accouchement dans la douleur, si elle ne se rend pas compte que cette situation de matrone en état de chute est quelque chose qu’il faut faire cesser un jour et que ce n’est pas dans ce plan et dans ce niveau vibratoire qu’il faut accoucher mais dans un niveau plus élevé qui est celui d’une situation connectée et de civilisations cosmiques et avancées, elle perpétue l’erreur de la chute. Alors, elle ne s’inscrit pas dans la troisième catégorie d’êtres mentionnés dans les textes sumériens, c’est à dire la femme qui n’accepte pas d’accoucher sur ce plan physique parce qu’elle se souvient qu’elle doit redevenir une femme cosmique avant de multipliez. Il est dit : « Croissez et multipliez ». Il faut qu’elle puisse croître vers sa dimension cosmique avant de pouvoir multiplier.

De son côté, l’homme doit s’organiser pour maîtriser au mieux tous les intermédiaires qui peuvent exister entre lui et la matière s’il ne veut pas gagner son pain à la sueur de son front. Il doit s’organiser pour gérer tout ce qu’il peut mettre en place afin de ne pas être en contact direct avec la matière. Pour cela, il ne faut pas rêver, il y a des étapes. On commence d’abord à le faire avec son corps physique un certain temps pour bien connaître la technique, ensuite on enseigne à d’autres êtres et on apprend d’autres techniques, plus on se regroupe avec d’autres pour le faire plus vite, on fabrique des machines pour en faire une partie, et enfin on perfectionne les machines pour qu’elles le fassent complètement. Pour tout cela, il faut être à la fois un homme au départ et plusieurs : lui, les dieux, Elohim.

En ce qui concerne la femme, il est bien entendu qu’il faut qu’elle complète éventuellement son instruction à nouveau afin qu’elle conceptualise ce qu’est le profil d’une femme cosmique, qu’elle s’achemine pour pouvoir s’intégrer dans un système structural organisé par elle et par des hommes et ainsi exister dans une sorte de vaisseau bien délimité, bien musclé, bien redimensionné, bien verticalisé, bien évolué. Elle pourra ainsi poser son véhicule forme-âme sur un support qui la soutienne, qui la sépare de l’excès de gravitation, et lui donne la possibilité de sortir d’un système matriciel de matrone qui pèse sur elle en tant que forme-âme quotidiennement par le fait que la majorité des femmes de cette planète sont déchues dans une situation d’accouchement dans le douleur qui est bien mentionnée comme étant un état de chute et de condamnation. 

Vous pouvez reproduire ce texte à la condition d’en indiquer sa source : http://channelconscience.unblog.fr/

 

Publié dans:HUMANITE, SOCIETE, SUMERIENS |on 25 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Si nous sommes limités, à qui la faute

 

PoissonCertains enfants ont toujours refusé de manger de la viande et leurs parents les laissaient parfois trois heures devant leur plat pour qu’ils le mangent, et aujourd’hui ils sont végétariens. Qu’est-ce qui s’est passé ?

Ils sont végétariens sans que  personne ne le leur ait demandé. Ils sont devenus libres de leur choix. A présent, retrouvez-vous petit enfant placé dans ce climat, avec votre sensibilité, votre mode de perception, votre type de réaction, les changements intervenus depuis et réfléchissez à la partie de vous qui est restée en souffrance.

Quelle est cette coiffe qui a pu s’apposer pendant des années sur des êtres qui d’eux-mêmes auraient choisi une autre voie que celle imposée par leur environnement ? Il faut bien mesurer la lutte de ce jeune, seul à représenter une vérité face à sa famille qui n’y comprenait rien et lui imposait sa volonté. Il devait donc employer toutes ses énergies pour résister à la pression de la société et de l’environnement familial. Son énergie, étant consommée pour affirmer sa différence, ne pouvait donc être consacrée à autre chose, par exemple son développement psychique et spirituel. Et qu’est-ce qui préside à cette résistance de l’enfant ? Ce n’est pas son intelligence, encore insuffisamment développée. Il faut comprendre que ces réactions viennent d’une autre dimension et lui sont inspirées par son esprit supérieur.

Examinez comment la pression de l’environnement a conditionné votre jeunesse et mesurez ce que la famille et la société ont pu limiter en vous, car les conditionnements qu’on reçoit soit énormes et les êtres qui arrivent à les traverser peuvent être considérés comme des génies.

En fait, rares sont les systèmes familiaux qui offrent aux enfants des moyens de se développer en toute liberté pour favoriser leur épanouissement. Beaucoup de choses sont inacceptables dans le système social ; ne pas vouloir les subir consomme de l’intelligence, du temps, et occasionne des luttes terribles.

Il faut une décision ferme pour ne pas se faire inférioriser. Il y a ce qu’on peut accepter et ce qu’on doit repousser.  Si des gens castrés et neutralisés acceptent ce qu’ils auraient dû refuser, ils n’ont plus la possibilité de passer, ils se sont fait avoir et son malheureux. Ce qui est grave, c’est qu’ils ont été eux-mêmes conditionnés par les générations précédentes qui, ayant raté leur émergence, font le poids de la masse agissant sur ceux qui voudraient réémerger. C’est cette masse quantitative qui crée le courant moyen de ce qui est bien (le conformisme). Et plus cela va et plus cela s’augmente. Les jeunes se rebellent toujours contre le système établi parce qu’ils sentent qu’il est déconnecté. Et petit à petit, on les met au pas, il y a toutes sortes de moyens pour cela, et enfin ils s’installent dans la société ou, quand cela pressurise trop, ils peuvent tomber dan la délinquance, mais là, c’est la dernière étape de l’oppression qui conduit les êtes à se trouver en complète rébellion contre le système social.

Francesca du Forum « La Vie Devant Soi » : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:ENFANTS, SOCIETE |on 16 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Une conception de la réincarnation incomprise

 

2146450049La conception orientale de la réincarnation a des aspects philosophiques, et a prouvé sa capacité à pourvoir des millions de personnes d’une vue cohérente de la vie et de l’univers. Elle rivalise certainement avec la perspective chrétienne du paradis et de l’enfer. Soyons explicite toutefois.

Premièrement, la doctrine de la réincarnation tire une grande partie de ses pouvoirs d’une perspective plus vaste de la vie dans laquelle elle est enfouie (décidément non chrétienne au sens habituel du terme) et de ses supports culturels.

Deuxièmement, dans son contexte traditionnel, la réincarnation n’a pas été soumise à un examen critique. Aucune tentative n’a été entreprise pour prouver ou vérifier la survie de type réincarnation. Nul n’a essayé de déterminer si la réincarnation était la meilleure explication en fonction des observations disponibles. La réincarnation est tout simplement acceptée comme un exemple de foi.

Et Troisièmement, la doctrine de la réincarnation implique une relation intime et spirituelle entre chaque âme individuelle et ce qui pourrait être appelé soit Dieu, soit l’Ame suprême. Les religieux et leurs établissements n’ont que peu à voir avec la destinée spirituelle de l’homme.

Quelques Occidentaux ont toujours été intrigués par le concept de la réincarnation. Aujourd’hui, cependant, il y a presque une industrie qui soustrait des aspects choisis de la pensée orientale pour les « servir » aux chrétiens frappés par le doute. C’est ainsi qu’on nous en offre des versions « adaptées » au détour des rues et des allées. La fraude est implicite. Si nous sommes prêts à devenir, un adepte du sikhisme, du jaïnisme, du bouddhisme ou de l’indouisme, la croyance en la réincarnation fera partie du même « colis ». En toute âme et conscience, nous rejetons de nombreuses conceptions chères au christianisme pour les remplacer par de nouveaux articles de foi s’accordant à notre conversion.

Les objectifs et les rythmes de notre vie, notre manière de nous appréhender et notre comportement vis-à-vis de l’univers s’orienteront dans la direction indiquée par notre nouveau système de croyance. Bien sûr, cette acceptation ne prouverait rien à une personne imperméable à cette doctrine. Un chrétien traditionnel affirmerait par exemple que sa foi est plus sincère que la vôtre. Un scientifique soulignerait que vous n’avez ni obtenu ni évalué les preuves de la réincarnation, et qu’il s’agit donc d’une proposition vide, et en fait du contraire d’une proposition.

Ce que les agents perspicaces tentent d’accomplir toutefois est de permettre aux Occidentaux de conserver leurs styles de vie et leurs systèmes de valeurs familiers tout en embrassant une partie choisie de la perspective orientale du monde. Cela ne marche pas. Nous ne pouvons pas jouer sur les deux tableaux. Seuls les esprits les plus paresseux et les plus indisciplinés peuvent digérer sans inconfort le mélange invraisemblable de la réincarnation orientale, de la chrétienté occidentale et du matérialisme. Une exception doit être faite pour les esprits les plus forts et les plus disciplinés, aussi rares soient-ils qui se consacrent à une plus haute intégration possible des deux perspectives.

Voici posés quelques problèmes relatifs à la réincarnation. D’autres surgissent ayant trait au domaine de la logique et des faits. Voici un bref échantillon des préoccupations que nous devrions avoir quant à la réincarnation :

1 – Où va l’âme quand elle se trouve entre deux corps ?

2 – Quel type de preuve y a –t-il, ou pourrait-on imaginer, quant à l’existence d’un « plan d’être » où pourraient résider les âmes des désincarnés en attendant leur prochaine incarnation ?

3 – Comment la population mondiale continue-t-elle à augmenter si le nombre d’âmes individuelles demeure constant ? (Et si nous supposons que certaines âmes ont transcendé la « grande roue du temps », la population devrait avoir décliné au lieu d’augmenter de manière si alarmante durant les derniers siècles).

4 – L’évidence de vies antérieures est considérée comme spectaculaire. Mais de quelle manière certaines personnes se réincarneraient-elles plusieurs fois alors que d’autres pas ?

5 – Des souvenirs célèbres d’incarnations précédentes ont été mentionnés sous hypnose. Pourquoi ne pas appliquer l’interprétation plus « parcimonieuse » voulant que :

a) l’hypnotiseur autorise l’expression d’un état mental dissocié, qui :

b) lui donnera l’occasion d’entendre le type de récit qu’il souhaite.

6 – Des histoires rapportées par de jeunes enfants ont été considérées comme des preuves de réincarnation, quelles vies étonnantes ils ont menées. Mais les enfants sont connus pour leur tendance à s’inventer « des compagnons imaginaires » et à les doter de détails et d’émotions convaincants. N’est-ce pas une explication plus intelligente ?

La réincarnation est l’ornement radieux de certaines religions, en particulier d’origine orientale. Elle n’a pas été prouvée en Orient, mais elle a été transmise sous une forme altérée aux Occidentaux dont la foi en leur religion vacillait. Un cul de sac supplémentaire. Un échec supplémentaire à démontrer la survie et à plus forte raison l’immortalité voici ce que nous entendons.

L’âge de l’illumination a été annoncé plusieurs fois au cours de l’histoire humaine. Il y a eu des acquis solides quoique jamais suffisants pour  atteindre la promesse qu’un jour l’humanité embrasserait les principes les plus élevés de rationalité. Maints d’entre nous sont encore plongés dans l’obscurité quand les pensées concernent des problèmes décisifs. On se languit encore du confort et de la loi éternels. Le faux avènement de l’éternité conduisit les valeureux janissaires de Soliman le Magnifique à dévaluer le mont Sciberass et à renforcer la résolution des chevaliers de Malte qui attendaient l’assaut dans leur forteresse dévastée. Des hommes braves engagés dans un combat mortel par des visions puissantes, mais totalement divergentes de l’après-vie.

Que de misères et de fautes ont été commises au nom d’un leurre. Pour toute personne malade qui trouve le réconfort dans l’espoir d’une terre promise, une autre a été manipulée, opprimée et exposée au danger.

Les gens sages n’ont jamais réclamé de motivations si extraordinaires – la garantie d’une joie et d’un confort éternel. La vie elle-même a fourni une motivation suffisante, le désir de voir ceux que nous aimons, heureux, le défi de donner le meilleur de nous-mêmes, le désir d’apporter une contribution quelconque à la compréhension et un bien-être humain. Quelle petite race perverse nous sommes, si c’est seulement le faux avènement de l’éternité qui retient nos pulsions destructrices et libère les positives.

Demandons-nous ce qui est possible pour nous-mêmes et pour l’univers. Nous avons un long chemin à parcourir en tant qu’individu et en tant que race. Les demandes infantiles de vie éternelle sont creuses ; encore faudrait-il utiliser à bon escient le temps qui nous est imparti sur terre. Des exaltations pieuses pour devenir surhumains, des êtres spirituels résonnent d’un son strident à nos oreilles, nous qui ne sommes pas encore totalement humains.

La nouvelle aube est destinée à ceux qui sont prêts à – et capables d’ – accepter la vie qui commence chaque jour dans la fraîcheur matinale. Le déclin du soleil viendra à son heure.

Curieux n’est-ce pas ?… Combien certains hésitent devant la perspective de l’après-vie… Combien certains hésitent et choisissent les armes … et curieuse aussi la façon dont ces armes sont employées pour infliger des blessures à son propre moi effrayé. Nous avons trop souvent rencontré ce pattern étrange et mélancolique. Derrière son « objectivité » et ses épanouissements technologiques, l’homme moderne est timide. Il se sent dépourvu d’importance et abandonné quand il s’aventure au-delà d’une spécialisation choisie et étroite. Le sens de la communauté, ce sentiment d’être impliqué de manière intime à la plus vaste entreprise humaine, est inexistant. Ce sentiment d’isolement (glorifié comme étant l’individualisme) est intensifié par la perte de ce qu’on nommera un « dieu utilisable ».

Des scientifiques et des intellectuels prônent un principe divin hautement abstrait. C’est le refuge de ceux qui doivent reconnaître les preuves abondantes de la légitimité et de l’organisation dans l’univers, mais qui craignent de s’abandonner à une croyance déterminée. En vérité, de telles abstractions n’ont guère de rapports avec Dieu. D’autres se privent eux-mêmes de Dieu et des dieux sous chaque forme reconnaissable.

La survie éblouit et épouvante de telles personnes. S’identifiant elles-mêmes plus aux systèmes dus à l’homme qu’à Dieu ou à la communauté… elles considèrent la mort comme l’échec de l’appareil physique. Nul n’a vraiment conscience d’un objectif transcendant dans la vie ni d’un sentiment de mérite lié au fait de vivre….

« Je ne suis qu’une machine (quoique une machine intelligente) et je dois en définitive échouer et être mise au rebut ». Avec une estime de soi aussi piètre, notre contemporain éprouve des difficultés à imaginer que l’univers s’intéresse à lui. Et d’ailleurs, en dépit de velléités occasionnelles, il ne s’en soucie pas.

Il convient de se souvenir que seule une bonne observation suffit. Nous n’avons pas besoin de milliers de cas ni d’aucune autre quantité arbitraire. Ce point étant des plus évidents, il fait partie de ceux qui ont été tout à fait négligés. N’importe quelle personne dotée d’intelligence est en mesure de le comprendre mais les scientifiques doivent s’affranchir de la suprématie des nombres.

Francesca du Blog http://channelconscience.unblog.fr/  

VOULOIR ETRE

10a.640

L’effort tout simple de vouloir. Il ne faut pas vouloir être, pour ne pas vouloir être mauvais, perdu. Il faut vouloir être, simplement parce que vous voulez réellement devenir heureux, devenir grand, devenir sain et fort. Il ne faut pas vouloir être par peur de ne pas être bon ou lumineux, parce qu’à partir de ce moment-là, vous n’aurez pas les énergies et les convictions nécessaires pour poursuivre l’effort.

Si vous voulez réellement changer, tous les changements vous sont possibles. Si vous ne voulez pas réellement, ou si vous le voulez parce que c’est une mode, parce que vous vous sentez coupables, pas tellement propres, ou simplement parce que vous voulez découvrir un nirvana quelconque, ces motifs-là ne sont pas suffisants. Il vous faut réellement vouloir, avec responsabilité. Faites le bilan de votre personnalité, prenez un crayon, et une feuille de papier, allumez une bougie, et qu’on vous laisse tranquille pendant tout le temps de votre méditation. Regardez-vous dans un miroir, et notez tout ce que vous pensez à propos de vous. Vous vous trouvez belle, ou beau, marquez-le, « Je me trouve très beau ». Vous vous trouvez laid ou laide, marquez-le. « Je me trouve très laide ». Notez tous les sentiments que cela éveille à l’instant où vous les sentez. Ne vous dites pas, finalement, considérant la majorité, je ne me trouve pas mal fait. Écrivez exactement ce que vous sentez à propos de vous, et rappelez-vous vos actes.

Si un jour, vous avez été impoli envers quelqu’un et que cela vous ait culpabilisé, « Je suis quelqu’un d’impoli, mal élevé, ou je suis quelqu’un sans culture », marquez-le, il vous faut absolument exorciser votre mental et votre moral. Si vous avez tendance à des actes d’avarice, ou à des actes de générosité, notez-le « Je suis généreux », et pensez à toutes les fois où vous avez été généreux. Si vous êtes avare marquez-le, et pensez à toutes les fois où vous avez été avare.

Faites ce bilan de façon très sérieuse et très authentique. L’authenticité, je vous en prie, sinon cela ne sert à rien Personne ne vous regarde, personne ne vous juge, il n’y a que vous face à votre conscience. Vous allez voir que vous allez faire sortir hors de vous des complexes que vous avez oubliés, des traumatismes, des fiertés que vous essayez d’ensevelir pour ne pas vous sentir trop orgueilleux, sortez tout.

Ensuite, prenez une autre feuille, que vous poserez juste à côté. Chaque fois qu’il y aura quelque chose de positif, vous le marquerez sans y prêter attention. Chaque fois qu’il y aura quelque chose de négatif, vous marquerez sur la deuxième feuille, la qualité de votre défaut, et vous ne considérerez à la fin, que cette deuxième feuille, où en fait sera marqué tout ce qui, en vous, attend d’être éveillé. C’est comme cela qu’il faut vous régir.

Aucun maître, aussi grand soit-il, ne peut venir vous juger, « Tu es un orgueilleux, » cela ne sert à rien. Par contre si vous, vous sentez que là il y a un effort à faire, alors tous les maîtres vont venir vous aider, parce qu’ils ne peuvent être là, que comme une aide, et non comme des dirigeants. Ils vont venir vous encourager, vous aider, vous inspirer, vous soutenir, pour que vous deveniez ce que vous avez souhaité et décidé de devenir. Ensuite, travaillez chaque jour à vous surveiller. Lorsqu’un événement se produira, et que vous aviez l’habitude, à cet événement précis, de réagir de manière négative par la méchanceté, par la colère, par l’impatience, par l’intolérance, par l’agressivité, par l’avarice, ou l’orgueil, ayez le réflexe de vous dire : attention, là je vais exprimer le côté négatif de ma personne et je vais en souffrir.

L’homme croit, que, du fait qu’il ait pu exprimer sa méchanceté, cela peut lui faire du bien, parce qu’il s’est libéré de quelque chose qu’il voulait absolument exprimer. Ayant exercé cette liberté, il est très heureux, et cela le satisfait. Mais, du fait qu’il a exprimé quelque chose de négatif, qu’il a émis un rayonnement négatif, les énergies qu’il va recevoir en retour doivent être en correspondance. Ce qui fait qu’immanquablement, un jour, un problème va surgir dans sa vie. Il va se demander : « Mais qu’ai-je fait au bon Dieu, pour mériter cela. Je ne fais que quelques petites erreurs. Je ne fais que de petites méchancetés, je ne suis pas si vilain que ça ». L’homme ne se rend pas compte à quel point, un acte, une pensée peut émettre d’énergies, et du fait qu’un acte, une pensée émettent des énergies, que dans la nature, comme dans l’univers, tout est correspondance, eh ! Bien, quand l’homme reçoit les mêmes énergies qu’il a envoyées, il est étonné. 

Donc, lorsque vous vous rendez compte que vous allez exprimer le négatif qui est en vous, contrôlez-vous, et rappelez-vous que votre conviction, que votre volonté est de vous sublimer pour acquérir un bonheur. Comment pourrais-je vous donner un bonheur ? Comment le maître pourrait-il vous donner le bonheur ? 

Pour créer en vous le bonheur, n’attendez pas qu’il vienne de Dieu, d’un maître, d’un monde nouveau, paradisiaque. Le bonheur peut être ici et maintenant, si vous faites votre bonheur.

source Extrait de http://www.conscienceuniverselle.fr/lart-de-vivre

Publié dans:ENERGIES, MAITRISE, SOCIETE |on 15 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Le travail maçonnique COMME VOIE D’EVEIL

 

 

 toolstradereveditedDepuis le Moyen-Âge, la franc-maçonnerie a fait frissonner, fantasmer, rêver des milliers de gens et, de ces frissons et émerveillements, de nombreuses et magnifiques œuvres littéraires et musicales sont nées, exaltant la quête initiatique, la quête de soi, la quête de l’absolu tout comme la réalisation de l’unité tant sur le plan sociétal que sur le plan intérieur ou méta physique.

Et pourtant, comme nous le rappelle bien tristement l’actualité, elle souffre toujours autant de méconnaissance et endure, comme ses pratiquants, le discrédit, la suspicion voire parfois la violence, pouvant aller jusqu’à la violence institutionnelle d’un état de Vichy ou de certains états actuels, entraînant les pratiquants de cette veille fraternité initiatique dans les camps de la mort de l’état nazi et, par réaction, dans la discrétion la plus absolue.

 

 Bien sur cette discrétion n’est aussi que le reflet d’une discrétion bien plus intime, puisque la base de tout le travail maçonnique est de l’ordre de l’intime, du subtil et que, comme tout éveil à soi, au réel, à la nature des choses, il est bien difficile à transmettre par des mots…

Malgré les importantes avancées dues à leurs actions et valeurs humanistes constatées de par le monde et liées au respect de l’humanité dans toutes ses dimensions, au respect de l’intégrité, de l’autonomie tant psychologique, religieuse que sociétale et ce quel que soit le sexe, la couleur de peau, l’orientation sexuelle, le niveau socioculturel, les clichés (issus en grande partie d’un farceur Leo Taxil et d’un curé délirant, l’abbé Barruel) perdurent et servent de support aux projections de ceux qui ont le moins d’intérêt à ce que l’humanité se libère des dogmes, qu’ils soient religieux, politiques ou autres…

 

 La réalité de la franc-maçonnerie révèle un tout autre visage : celui d’une école de vie qui enseigne sans dogme, d’une voie de développement personnel, d’une fraternité initiatique per mettant à ceux qui la pratiquent d’aller vers leur plus belle version d’eux même, d’aller vers une réalisation à la fois intime et extime du meilleur d’eux-mêmes vers l’idéal maçonnique que représente la devise française.

Qu’est-ce que le travail maçonnique ?

Nous sommes tous des êtres de cœur, des êtres psychiques, des êtres spirituels, des êtres sociaux, des êtres relationnels et avons aussi tous notre lot de souffrance, de désir, de plaisir, d’envie, d’ambition, d’objectif. Nous sommes des êtres multi dimensionnels et appréhendons le monde par différents moyens, visuels, kinesthésiques, auditifs, et sous de multiples plans… et c’est avec cet ensemble de paramètres particuliers de notre personnalité que nous allons travailler au sein d’un environnement symbolique, la loge, et avec les outils que l’on va nous donner progressivement et qui sont les outils que nous trouvons dans tous les garages, sur tous les chantiers du monde pour construire une maison : une équerre, un compas, un fil à plomb, une règle, un maillet, un ciseau…

Ici, le travail ne s’effectue pas sur de la pierre, mais sur la chair, l’esprit, la psyché en employant la méthode analogique, l’introspection, l’écoute des différences, le partage ; en faisant à la fois résonner et raisonner le pratiquant, en utilisant par une approche « ratio- émotionello-intuitive », globale, holistique, tous les potentiels et dynamiques que nous recelons tous et que nous mettons progressivement en lumière, afin de les utiliser pleinement en sagesse.

La franc-maçonnerie est, à l’image des chantiers des cathédrales dont elle est mythiquement issue, un chantier de construction, mais là, il s’agit d’un chantier de construction de soi.

Nous devenons en fait, en étant francs-maçons, les artisans créateurs de qui nous sommes… de la plus belle version de qui nous sommes tous ! La maçonnerie est donc une méthode de développement personnel, une voie d’éveil ?

Oui et c’est aussi, à mon sens, l’unes des rares à être un outil non dogmatique et, surtout, pour employer un terme actuel, multimédia. C’est une « machine » à fabriquer des individus libres, autonomes là où tout dans la société vise à l’inverse. La franc-maçonnerie réelle, au-delà des fantasmes que l’on peut tous lire ici ou là, n’est au final, qu’un ensemble d’outils, de symboles, de techniques permettant à tous ceux qui éprouvent le besoin de cheminer hors des sentiers d’une pensée dogmatique, hors d’un prêt-à-penser omniprésent, de « grandir », de s’affirmer et ce, le plus librement qui soit.

Mais comme le sous-entend ce quatrain datant de 1744: « Pour le public, un franc-maçon sera toujours un vrai problème qu’il ne saurait résoudre à fond qu’en devenant maçon lui-même ».

 Article de Alain Subrebost

Publié dans:DEVELOPPEMENT, SOCIETE |on 13 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

Plusieurs sortes d’êtres spirituels

 

images (5)La croyance qu’il existe au-delà du monde physique une vie peuplée de plusieurs sortes d’êtres spirituels est une certitude générale chez les Aborigènes australiens. Dans cette dimension, la vitesse des énergies est supérieure à celle de la lumière. C’est là que vivent les Héros du «Temps du Rêve» – qui créèrent toutes les formes naturelles de l’univers -, divers esprits de la nature et les esprits des éléments. C’est le pays que nous occuperons après notre mort physique. 

Les esprits des ancêtres ont leur origine dans le ciel, tandis que les autres esprits demeurent, eux, un peu partout. Les Tintookies, par exemple, vivent dans le Bush, les Tintuppa dans les plantes, et les Mimi dans les rochers. Durant leur longue initiation, les Wirinun reçoivent le don de communiquer par perceptions extrasensorielles et de pouvoir ainsi étendre leur niveau de conscience à la dimension astrale et spirituelle du Dowie (le corps astral). Pour augmenter sa sensibilité aux influences psychiques, un Sage initié se doit  d’avoir expérimenté une mort rituelle et connu la transformation qui s’ensuit. 

Au cours de cette expérience d’expansion de la conscience, une grande quantité d’énergie  électromagnétique s’échappe de son corps physique pour être convertie en ondes d’énergie circulant à une vitesse supérieure à celle de la lumière. Ces ondes sont utilisées pour aider le Dowie qui s’est détaché du corps physique à voyager  vers la dimension spirituelle. 

À ce stade, seul un mince fil astral relie l’individu à son corps physique.

C’est par ce procédé que les Wirinun se rendent dans le royaume de ceux qui ont quitté le monde physique.

Ils tissent alors un lien direct entre la vie ordinaire et le fameux Temps du Rêve, lien essentiel pour l’harmonie de la tribu. C’est alors qu’ils sont en mesure de communiquer avec des personnes chères ou des

parents disparus et de rencontrer des ancêtres, afin de pouvoir ensuite rapporter les messages bienfaisants concernant les questions du jour. 

Une autre méthode communément employée pour entrer en contact avec le monde des esprits consiste à utiliser la faculté qu’a le système nerveux de se régler sur le Dowie de l’être ou de l’environnement spirituel à examiner. Le système nerveux central, ou une de ses parties, agit dans ce cas comme un récepteur radio à travers lequel sont captées les vibrations subtiles émises par tout être ou objet réglé sur la même longueur d’onde. L’individu devient ainsi capable d’appréhender le monde subtil par les sens. Grâce à cette méthode, les Wirinun peuvent témoigner de ce qu’ils ont vu dans le monde des esprits. 

Il y a de nombreux Aborigènes, surtout parmi les plus âgés qui ont, naturellement ou de manière acquise, un sens de l’âme tellement développé que, sans quitter leur corps physique, ils sont capables de voir, d’entendre, de sentir et de toucher des informations appartenant à ces royaumes plus subtils. 

La science du monde des esprits est primordiale pour les Aborigènes. Ils veulent connaître en détail le grand plan de la vie tracé par Baiame le Créateur et par les ancêtres. Or, les esprits du Dowie peuvent leur fournir des informations concernant le passé, le présent et le futur. C’est ce qui leur permettra d’orienter leurs efforts vers quelque chose de plus vaste que leur simple séjour ici-bas, sur Tya. En retirant de son corps la majeure partie de l’énergie électromagnétique pour la convertir en une énergie beaucoup plus rapide dans le Dowie, le Wirinun est capable de sortir de son corps physique. En réglant ensuite la fréquence vibratoire de son corps astral sur celle d’un de ces sept niveaux, il atteint instantanément la dimension correspondante et participe à ce qui s’y passe. 

Il peut s’y promener et communiquer à volonté. C’est un monde à part entière, et aussi longtemps qu’il maintient la fréquence adéquate, le Wirinun peut y demeurer. 

Ce procédé est comparable à un programme de télévision que nous captons. Le niveau vibratoire choisi nous propulse dans le monde auquel il correspond. Ainsi, quel que soit l’endroit où se trouve le corps physique, la conscience vivra dans la région du Dowie sur laquelle ont été réglées les fréquences vibratoires correspondantes. 

Les êtres ancestraux excessivement évolués auxquels il est si souvent fait allusion dans la mythologie aborigène ont acquis le pouvoir de passer à leur gré d’une fréquence vibratoire élevée à une fréquence plus basse, et inversement. Vivant  normalement à un niveau élevé, ils peuvent en cas de nécessité abaisser cette fréquence par simple exercice de la volonté. Cela leur permet de franchir successivement les différents niveaux et de pénétrer dans les mondes qui leur correspondent. Par le contrôle de la volonté, ils ont le pouvoir de s’arrêter à n’importe quel niveau pour enseigner ou aider les personnes qui s’y trouvent.

Eric Grange

Venez en discuter avec nous sur « La Vie Devant Soi « 

Publié dans:AMERINDIENS, DEVELOPPEMENT, SOCIETE |on 14 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’amour est la seule chose que le partage grandit.

 

Je suppose que si je dis qu’avec un peu plus d’amour notre monde tournerait mieux, presque tout le monde sera d’accord. Cela semble même être une évidence. Si la solution à bien des difficultés est à portée de main (un peu plus d’amour), alors on devrait pouvoir la mettre facilement en application. 

FORUM1 adresse

Mais ce n’est pas aussi facile que cela. Pourquoi ? 

Peut-être pensez-vous à nos jeux d’ego, qui nous maintiennent dans la dualité, à la recherche parfois avide et aveugle de pouvoir et de plaisir, ou à ces peurs qui nous séparent. Vous avez raison, tout cela existe, mais je pense à autre chose : à notre système économique.

Voyez-vous, la doctrine du capitalisme qui régit nos systèmes économiques est basée sur la compétition, la concurrence. Or, dès qu’un être humain entre en mode compétitif, qu’il voit en l’autre un concurrent, il ferme son cœur et ne peut plus exprimer son amour. C’est l’un ou l’autre. La compétition exclut l’amour

Il est facile de comprendre que tant et aussi longtemps qu’on basera nos échanges économiques et la plupart des relations entre humains sur la compétition, nous ne pourrons laisser s’exprimer l’amour présent dans nos cœurs. Qu’on le veuille on non, le capitalisme (ou tout système semblable) étouffe l’amour, l’amitié, la douceur, et empêche la floraison de notre humanité vers des valeurs plus élevées, des valeurs 
de partage, de solidarité, d’unité, de fraternité. 

Notre évolution passe donc inmanquablement par l’abandon du capitalisme. Comme on peut le voir, ceux qui en tirent profit font tout pour maintenir notre humanité sous le joug exclavagiste de se système (à travers le FMI, la Réserve fédérale américaine, la Banque européenne, etc). Je ne donne cependant que peu de temps encore à ce système. Il est trop barbare, cynique, destructeur et inhumain. Pour ma part, on peut s’en libérer dès aujourd’hui. 

Mais alors, comment va-t-on faire ? Voilà une excellente question !

Comment aimeriez-vous que soit notre monde ? 
 
Pensons-y, visualisons-le aussi beau et joyeux qu’on le peut, créons-le dès aujourd’hui en y mettant le meilleur de nous-mêmes, et nous le verrons un jour autour de nous. Car c’est à nous, individuellement et collectivement, qu’il appartient de le décider et de le bâtir. 

Ne laissons plus un groupe de gens passés maîtres dans l’art de la manipulation et du mensonge nous diriger et décider à notre place. S’ils ont pu installer un tel système, qui profite à une infime minorité au détriment de tous les peuples, qui saccage notre environnement et pollue au point de compromettre notre survie, c’est que nous les avons laissé faire.

Or, nous avons le pouvoir de choisir. Nous avons le pouvoir de dire oui et non ! Je connais bien les contraintes de notre vie moderne, je connais nos obligations de tous genres et je sais qu’on ne peut pas changer de vie comme par magie. Mais en ce qui concerne notre système économique actuel, dire « Non, ça suffit la folie ! » et un acte nécessaire. Un acte libérateur aussi, car nous sommes devenus trop dépendants, trop soumis et trop privés d’amour pour nous épanouir.

C’est en mettant la qualité d’amour au coeur de notre vie, de nos échanges, de nos relations à l’autre et à tout être vivant, que nous pourrons enfin exprimer le plus beau de l’humain !

Venez rejoindre « La Vie Devant Soi » ici : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans:AMOUR, HUMANITE, MULTIDIMENSIONNALITE, SOCIETE |on 19 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

Le Renversement des pôles

et autres bouleversements :

C’est d’abord au dedans de vous que ça se passe!!!

Par Bianca Gaïa

 images (13)

« Tout ce qui survient actuellement sur la planète n’est que le reflet de ce qui se produit à chaque instant, en dedans de vous-même… N’est-ce pas merveilleux?! C’est le signe tangible qu’ENFIN l’humanité s’éveille, se « secoue les tripes », s’adapte et se transforme… au rythme d’une Ère nouvelle, ce Nouveau Monde que l’on nous promet depuis si longtemps!!! 

Pourquoi s’inquiéter ou s’en attrister? Plutôt que de maintenir votre attention sur ce qui se passe « à l’extérieur », autour de vous, vous êtes invité à considérer les changements qui s’opèrent en ce moment même à l’intérieur de vous! Plus vous serez en paix et accueillerez ces transformations avec sérénité, plus la métamorphose de votre belle planète se fera en douceur et en harmonie: après tout, ne vibre-t-elle pas au diapason avec tout ce qui y vit, depuis des siècles et des siècles?!? 

En fait, vous avez le choix : continuer de vous « battre » contre la noirceur et la bêtise humaine… ou vous servir de votre pouvoir divin créateur pour transformer le monde à votre image!!! Si vous vous entêtez à vouloir contrer les guerres, enrayer la pollution, vaincre la maladie ou sauver l’humanité du « triste sort qui l’attend », vous maintenez vos énergies personnelles dans l’illusion de la dualité. Ainsi, vous contribuez davantage à abaisser le niveau vibratoire de la planète qu’à l’élever. Au contraire, plus vous vous appliquez à ne voir que ce qu’il y a de beau et de bon, en vous-même comme autour de vous, plus vous amplifiez chaque jour votre propre rayonnement lumineux : de cette façon, votre énergie vivifiante se transmet à tous les êtres vivants et agit favorablement sur tout ce qui vous entoure. 

Réjouissez-vous! Non seulement vous  inspirez vos semblables et les incitez à suivre votre exemple, mais, par « contamination positive », vous illuminez progressivement la population planétaire toute entière!! En effet, les individus qui semblaient irrémédiablement « enlisés » au sein des sociétés de consommation purement matérialistes, s’éveillent de plus en plus aux autres dimensions présentes en eux-mêmes (en particulier lorsqu’ils traversent une crise d’identité profonde ou sombrent dans la maladie). Ils s’ouvrent alors à l’intangible, à l’aspect « spirituel » en eux-mêmes : « la multidimensionnalité et l’universalité de leur Être ». 

En contrepartie, toutes ces personnes « bien pensantes », ceux et celles qui, des années durant, se sont « généreusement dépensées pour les autres », y laissant bien souvent leur santé ou leur chemise, découvrent pour leur part que « l’on ne peut donner que ce que l’on possède réellement » et que « charité bien ordonnée commence par soi-même ». Impossible désormais de vivre « la tête dans les nuages » : il devient pour eux prioritaire de bien « s’incarner » et de « s’enraciner » toujours davantage… 

Et si nous assistions ici, en ce moment même, au fameux « renversement des pôles » prédit depuis plusieurs décennies? Les consciences individuelles s’élèvent, tandis que l’énergie mystique se « densifie »… Peut-être finirons-nous par créer un juste équilibre en nous-même et, par conséquent, partout dans la nature? Si nous acceptons de « fusionner avec toutes les parties de nous », dans l’acceptation inconditionnelle de l’autre comme une « extension » de nous-même, qui sait, peut-être n’aurons-nous pas à vivre tous ces bouleversements climatiques annoncés… autrement que sur le plan « symbolique »?!? 

Certains vous diront que des civilisations toutes entières et des générations d’anciens ont entrevu un avenir des moins réjouissants pour notre humanité… Mais tout n’est pas perdu : vous pouvez encore « renverser la vapeur »!! Imaginez ceci : ceux qui détiennent un pouvoir de décision et de matérialisation indéniables s’alliant pendant une fraction de seconde à tous ceux qui aspirent à vivre dans un monde pur et sain…Ne croyez-vous pas qu’un miracle pourrait se produire instantanément et assainir d’un seul coup la Terre toute entière? Il n’est pas nécessaire de « subir » les modifications planétaires, vous pouvez aussi les « engendrer » par la seule puissance de votre pensée créatrice… 

Tout est encore possible, tout est à créer, il suffit d’y croire… et surtout, de croire en vous-même!!! »

 diane leblanc

Message de Bianca Gaïa/Diane LeBlanc

aussi disponible sur www.biancagaia.com

Vous êtes invité à faire circuler ce texte à condition d’en respecter l’intégralité,

y compris ces quelques lignes. Pour vous inscrire/désinscrire sur notre liste d’envoi,

vous informer sur nos services personnalisés ou tout simplement communiquer avec Diane :

par téléphone (418) 825-4850 ou par courriel info@biancagaia.com

Publié dans:MULTIDIMENSIONNALITE, SOCIETE |on 16 février, 2014 |Pas de commentaires »
1234

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3