Archive pour la catégorie 'SANG'

LE SANG DES FEMMES

 

40619310

Si le sang est la plus ancienne marque connue dans la signalisation du Tabou, c’est parce que le Tabou du sexe se justifie avant tout par le Tabou du meurtre : l’agression (sexuelle ou autre) fait couler le sang, elle menace la vie et par conséquent, le groupe social. On utilise donc le sang, ou le rouge qui le rappelle, pour enduire ou marquer les personnes tabou et permettre aux autres de s’en tenir à distance : comme la marque rouge sur le front des Indiennes. Les dépôts d’ocre rouge existant en Australie, sont réputés provenir du sang écoulé de la vulve des  femmes à l’origine des temps; ce qui montre le lien entre les femmes et le Tabou chez ces aborigènes. Ainsi la peinture rouge ou le signe rouge ou l’objet rouge, représentation symbolique du sang, en sont venus à signaler le Tabou et par conséquent le danger (en cas de transgression). Ne nous arrêtons-nous pas au feu rouge ?

Dans les sociétés traditionnelles, ce sont plutôt les femmes qui arborent ces marques de Tabou. On doit bien constater en fait  que  l’homme  n’est pas atteint immédiatement et directement par la transgression; seule les femmes (et les enfants) en sont affectés : l’effraction, la violence, le viol les visent elles, et les atteignent, elles. Il semble donc logique qu’elles se signalent elles-mêmes comme personnes tabou.

Le Tabou ne doit d’ailleurs pas être posé par l’homme : cela le délégitimerait du fait de la possibilité pour l’-homme  de  faire  usage  de  sa  force;  il  ne  peut  être  posé  que  par  la  femme,  légitimée  par  sa  vulnérabilité,  son impossibilité et/ou son refus de recourir à la force. On lit pourtant toujours et partout que ce furent les hommes qui édictèrent les Tabous !  « Les frères, s’ils voulaient vivre ensemble n’avaient qu’un seul parti à prendre : instituer  l’interdiction  de  l’inceste  par  laquelle  ils  renonçaient  à  la  possession  des  femmes  convoitées,  alors  que c’était principalement pour s’assurer cette possession qu’ils avaient tué le père.”

Cette inférence personnelle de Freud et le non-sens auquel il conduit ne le gêne nullement et serait comique s’il n’était tenu pour un dogme.  

Ethnologues et psychologues masculins sont tous intimement persuadés que ce sont les hommes qui ont édicté les Tabous ! Freud, s’appuyant pourtant sur les études de Frazer et ses descriptions de sociétés matrilinéaires, illustre  parfaitement  cette  inconséquence  :  « Ces  prohibitions  se  sont  maintenues  de  génération  en  génération, transmises  par  l’autorité  paternelle  et  sociale. »

Lévi-Strauss  de  son  côté,  désigne  implicitement  les  hommes comme auteurs/sujets de la proclamation du Tabou; il voit en effet dans le Tabou non pas « l’interdit d’épouser  mère, sœur ou fille, mais l’obligation de donner mère, sœur ou fille à autrui » posant par là même incidemment l’homme  en  naturel  possesseur  des  femmes,  objets  de  ce  fameux  « échange  des  femmes ».  Cette  remarque  fait  toutefois apparaître un aspect sous-jacent : c’est aux hommes que s’adresse le message du Tabou !

Cette évidence  est flagrante dans la littérature ethnologique : mais aussi, comment ne pas la lire dans les faits ? Elle va donc dans  le  même  sens  que  le  conte.  Les  descriptions  ethnologiques  et  légendaires  désignent  l’homme  comme destinataire du Tabou et seul coupable potentiel de le transgression; c’est l’homme, nous dit Freud, qui ne doit pas  approcher  « sa  mère,  sa  sœur,  sa  fille,  une  femme  menstruée,  une  femme  accouchée,  un  nouveau-né,  un  malade, un mort. » La femme au contraire peut, et même doit, approcher tous ces gens-là. Il va donc de soi que  c’est  l’homme  qui  est  visé  par  le  Tabou.  L’homme  peut-il  donc  être  et  l’émetteur  et  le  récepteur  du  message essentiel qu’est le Tabou ?

 Comment se fait-il qu’aucun ethnologue ait jamais imaginé que le Tabou pouvait être proféré par les femmes, comme le fait Mélusine ? Freud remarque d’ailleurs la rareté du Tabou concernant les hommes : « Le Tabou des hommes est limité à des conditions exceptionnelles; c’est ainsi que les adolescents sont  tabous pendant la célébration de leur maturité. Les femmes le sont pendant la menstruation et immédiatement après  les  couches;  sont  encore  tabous  les  enfants  nouveau-nés,  les  malades  et  les  morts » c’est-à-dire  les personnes les plus vulnérables, tabou pour les hommes seulement, bien entendu, car ces personnes ont plus que tout  autre  besoin  des  soins  et  du  dévouement  des  femmes  !  La  réflexion  philosophique  ne  s’y  trompe  pas.

« L’interdit découle d’un danger objectivement repérable, le point de vue est celui de la victime. » Le misogyne  cherchant des arguments à tous les râteliers se montre d’accord sur l’édiction féminine du Tabou : « Dès que les  femmes avaient leurs règles, elles cessaient d’être de bonnes partenaires sexuelles, car on avait constaté que dans la majorité des cas elles devenaient bizarres. Elles refusaient tout rapport avec les hommes pendant leurs règles et au cours des complications dues à la grossesse et à l’allaitement. Cet état terrifiant de Tabou fut initialement  établi par le noli me tangere des femmes pendant cette phase de leur indisponibilité sexuelle.

EXTRAIT DE MELUSINE OU L’ELIMINATION DES TABOUS  – de A g n è s  E c h è n e

Publié dans:SANG, SEXUALITE |on 22 février, 2016 |Pas de commentaires »

Accumuler des richesses dans le monde subtil

Gy6Sn1FwPour pouvoir vous accrocher à votre étole et basculer du côté du ciel, il est nécessaire d’avoir beaucoup travaillé à construire au-dessus de votre corps une réserve d’énergie-conscience, une sorte de réserve antigravitationnelle, immatérielle. Mais comment faire pour accumuler des richesses dans les mondes subtils et non dans les mondes de la forme ?

Le corps est un organe extrêmement important dans l’économie universelle. Seulement la conscience n’a pas toujours la correspondance avec cette importance, ce qui fait que notre vie se déroule sans que nous utilisions la totalité des possibilités de notre corps. C’est la raison pour laquelle il faut des années et années pour constituer une figure qui puisse nous permettre de ressourcer notre signature sur un plan de retour.

Le corps de forme a une caractéristique : il est capable de se transformer au cours de toutes les opérations  de la vie. Si nous l’utilisons pour faire cette transformation, alors notre corps de numération interne se transfère. Vous avez un corps de lumière qui se crée. Le corps de lumière est le résultat d’une transformation de l’énergie inférieure en système subtil qui permet à l’être de se réintégrer dans les sphères intérieures. La sœur lumière du corps est un système énergétique qui a un programme et, lorsque vous alimentez ce système d’énergie, ce programme peut commencer à fonctionner. Des prêtres de numération travaillent pendant de nombreuses années ou voir alimenter ce champ d’énergie et refaire la jonction avec leur programme. Théoriquement, le corps de numération interne ne pourrait se constituer que s’il y avait une méditation jour et nuit pendant 66 ans. Ce qui est évidement impossible sur cette planète car ceci équivaut à 24 090 jours, c’est à dire 578 160 heures. Il est inutile de vous die que le corps formel a des possibilités qui sont inhérentes à la manière dont on l’utilise.

Lorsque vous traitez un système de numération interne vous avez la possibilité d’enregistrer des configurations sans avoir besoin d e vous déplacer. Vous pouvez intégrer des figures en restant au même endroit. Il suffit pour cela que vous ayez un système de numération interne qui soit suffisamment fort pour traiter toutes les configurations qui viennent à vous. Seulement, si vous n’y prenez pas garde et si vous ne traitez pas les configurations comme vous le devez, le cops de puissance vous détruit. Parce qu’à chaque fois qu’un homme se déplace sur un système extérieur, il perd 600 jours de méditation. C’est-à-dire qu’à chaque fois qu’un homme éjacule, il perde  600 jours de médiation. A chaque fois qu’il y a une signature de mutation qui s’effectue d’une signature à l’autre en contrat-lumière interne, c’st à dire surveillée par un réel système de l’unité interne, vous gagnez 200 jours de méditation. Donc, le corps de puissance se déplace en fonction des opérations que le corps intermédiaire réalise. Il est évident que si un corps de lumière se met à fonctionner sur un corps formel, c’est que ce corps formel a mené un certain nombre d’opérations qui lui permettent d’avoir ce type de configuration.

Si vous voulez traiter votre circuit de 578 160 heures en une vie, il faut que vous ayez totalisé un minimum de 120 mutations unitairement accordées, ce qui fait 120 X 120 jours pour qu’une numération interne puisse se créer. Les corps de sumérienne essence ne signent des contrats qu’avec ceux qui ont numéroté leur signature sur une antenne de transfert synthétique. Si, en plus de votre système de numération sumérienne  – c’est à dire le circuit que vous avez pu réaliser au cours de vos présences passées dans d’autre dimensions ou le système de numération que vous avez traité durant votre propre incarnation par mutations successives coordonnés et unitairement accordées – vous engagez un programme de transfert sur d’autres systèmes de forces, votre corps de numération interne se renforce d’heure en heure et votre programme de synthèse se numère sur une autre dimension.

Il faut comprendre que les corps ne sont pas des systèmes matériels. Ce sont aussi des systèmes énergétiques et spirituels. Les corps de puissance qui jouent avec ces véhicules ont des processus qui sont à la fois matériels et substantiels. En conséquence, si votre conscience n’est pas signée sur un plan énergétique à l’intérieur de votre corps substantiel, alors votre système substantiel appartient aux systèmes de puissance, et vous devenez leur objet.

Il est indispensable que votre conscience puisse intervenir à tout moment pour gérer votre corps de forme, parce que si vous n’êtes pas le gestionnaire très correct de ce système de forme, votre puissance va vous détruire. Vous savez que si la conscience supérieure gérant tout votre corps n’intervenait pas tous les mois pour stopper le saignement des règles d’une femme, cette femme se viderait entièrement de son sang. Le contrat de lumière intervient pour arrêter cette hémorragie. Si vous ne numérotez pas suffisamment le circuit, votre système ne peut plus s’arrêter, et vous avez des hémorragies qui continuent. Le système d’impérieuse figure prend emprise sur le corps et l’absorbe par en-dessous. Vous avez des puissances qui vous détruisent, mais elles le font par des moyens intermédiaires.

Elles utilisent par exemple des virus ou des systèmes de numération impérieuse qui s’infiltrent dans votre véhicule et le tuent parce que ce corps est un système supérieur par rapport au système de puissance inférieur, et quand ils le font descendre dans les soubassements impérieux, il y a un système qui peut s’élever un petit peu de ces mondes impérieux.

Certaines incarnations sont strictement réservées à type de chute. Il y a des gens qui naissent juste pour être absorbés par les systèmes de numération impérieuse. Et ensuite, ils reviennent pour continuer ce processus jusqu’à ce qu’ils puissent vivre un certain temps en surface. Ainsi donc, pour contrer de telles situations, vous voyez que tout instant surveillé par l’unité interne est un instant béni, un instant exceptionnel, un instant qui n’a aucune mesure de comparaison avec les autres instants.

Vous pouvez recopier ce texte à la condition d’en indiquer la source  : http://channelconscience.unblog.fr/ 

 

Publié dans:SANG, SEXUALITE, SUMERIENS |on 19 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Les signes du sang

 

Le Dr Dominique Guyot, à Paris, est une des rares « lectrices » confirmées pour l’interprétation des plaques sanguines. Quelques gouttes de sang, prises au bout du doigt, suffisent pour qu’apparaissent à la cristallisation des images étonnamment parlantes mais, on s’en doute, très délicates à interpréter.

« On observe certains signes : irrégularité du rayonnement ou de la striation, lacunes au milieu des stries, cristaux en forme de fines croix, d’étoiles. Les signes de déséquilibres, latents ou déclarés, apparaissent sous la forme de « vacuoles », des trous dans la structure, des endroits où la cristallisation s’est interrompue. Leur forme renseigne, non pas sur l’organe précis, mais sur le système atteint : respiratoire, digestif, cardio-vasculaire… D’autres indices, visibles notamment au microscope et en lumière polarisée, peuvent permettre de préciser la pathologie : inflammation, infection, fibrome, tumeur bénigne, cancer, etc.

images (2)

« L’état cancéreux ou pré-cancéreux se presente, d’après Selawry, sous la forme de barres transversales. En fait, pas toujours ! Il faut parfois corréler avec d’autres signes. La cristallisation sensible n’a pas la précision de certains tests sanguins chimiques, mais elle donne des informations globales sur le terrain, y compris sur la dimension psychique ; elle permet de suivre en finesse l’évolution d’un traitement ; et il lui arrive d’orienter la recherche diagnostique avec une précocité étonnante – on passe alors aux tests médicaux classiques.

Les bio-champs

Jean-Pierre Garel, à Clermont-Ferrand, dirige le Centre de Biophysique et travaille avec l’ADENO- MAB (Association pour le développement des nouvelles méthodes d’analyse biologique). Là, on ne s’oriente plus vers la recherche et la technologie. Garel a une formation de biologiste moléculaire au CNRS. Depuis 1985, sa fascination pour les « bio- thésigrammes », les figures de la cristallisation sensible – a transformé son approche.

« Pour un biologiste, c’est stupéfiant de voir que l’image obtenue avec une feuille de vigne est homologue de celle produite par le vin, alors que la composition chimique est complètement différente. La cristallisation capte une information contenue dans la matière vivante, ce que j’appelle un bio-champ, qui pourrait éventuellement être mathématisée.

« Il y a des conséquences importantes pour la santé. On estime aujourd’hui que l’alimentation est responsable, pour au moins 30%, des maladies comme le cancer, les affections cardio-vasculaires ou les allergies. Or, si les aliments n’apportent pas seulement des susbstances chimiques et des calories, mais une information, plus ou moins structurée ou désorganisée, on tient là la clé des « aliments-santé » .

« En même temps, nous travaillons avec des industriels. Les thésigrammes sont aujourd’hui assez fiables et précis pour rendre des services à l’industrie agro-alimentaire, aux distributeurs alimentaires, à l’INRA (Institut national de recherche agronomique), aux organismes de contrôle des pollutions… Encore faut-il en faire une version adaptée aux grandes séries et au traitement des données. Nous avons développé, avec des chercheurs de Grenoble, la lecture informatique des plaques de cristallisation, à l’aide de la géométrie fractale. A ma con- naissance, c’est une première mondiale. »

Epilogue spéculatif 
Le XXe siècle a vu l’apogée de la biologie moléculaire, virtuose des appareillages chimiques et électroniques de gros calibre, championne de l’étude de la vie dans ses composants microscopiques et ses rouages moléculaires. C’est l’approche « réductionniste », on doit lui tirer son chapeau, on peut aussi critiquer ses lacunes. Et puis, parallèlement, discrètement, une autre science est née, globale ou « systémiste ». Elle utilise parfois des procédés apparemment beaucoup plus simples, la cristallisation sensible en est un.

Mais les processus qu’elle met en évidence sont d’une subtilité prodigieuse. On entre dans un monde de fluctuations, de vibrations, de champs, de résonances, de turbulences.

On renoue aussi avec l’approche intuitive, sensible, esthétique, contemplative, méditative… Il y a une vie après l’ADN, beaucoup plus étrange que tout ce qu’on peut croire.

Par Jean-Pierre Lentin

 

Publié dans:SANG |on 9 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

Greffes d’organes et transfusions de sang

images (5)Le sang transmet le patrimoine génétique d’un être et nous avons vu qu’il transmet également les énergies négatives et positives de nos lignées, les mémoires négatives et positives de ces mêmes lignées, ainsi que les mémoires négatives et les mémoires positives de notre vie toute entière depuis notre gestation. Le sang est le véhicule énergétique qui nourrit nos organes et chaque cellule de notre corps. Nous portons également dans notre sang, dans nos cellules, les mémoires de nos vies passées, qui se réveillent parfois comme nous l’avons vu. 

Notre sang, notre ADN sont uniques. Notre sang est la somme de ce que nous avons été au travers de nos vies mais aussi la somme de ce que l’on porte de nos lignées et de ce que nous avons vécu dans cette vie présente (chocs émotionnels,  empreintes négatives, failles énergétiques…). 

Transmettre notre sang ou l’un de nos organes durant notre vie ou post mortem à un autre être humain n’est donc pas neutre, de même que recevoir du sang ou un organe greffé appartenant à un autre être humain. 

Le côté positif de ce don est évident mais y a-t-il un côté négatif et, dans ce cas, comment le corriger ?

Après une transfusion de sang ou une greffe d’organe ou de tout autre cellule de corps humain, il est bon de se purifier des énergies négatives et des mémoires négatives véhiculées par ce sang ou par ces cellules. 

Nous savons que certaines personnes médiums qui ont reçu un organe greffé ont eu des flashes, des visions, de ce que le donneur de cet organe avait vécu, preuve s’il en était besoin, de ce transfert d’énergies de l’un à l’autre. 

Notre corps ne transforme pas de lui-même les énergies reçues par l’organe ou par le sang, il faut donc l’aider à cela. 

Après une transfusion de sang ou une greffe d’organe ou de toute autre cellule du corps, nous poserons les questions : 

– Mon Dieu, est-ce que je suis pur(e) de tout ce qui m’a été transmis par l’organe greffé (ou par le sang transfusé, ou par telles cellules greffées…) ? Si la réponse est négative, activer le mot magique qui purifie tout ce qui est transmis par un corps étranger humain et vivant en vous (je ne parle pas ici de ce qui pourrait être transmis comme microbes, virus ou autre, par des cellules humaines ou animales étrangères au vôtre mais bien d’énergies transmises exclusivement par des organes greffés et des cellules greffées, ou par une transfusion de sang). 

A retrouver dans le livre : Chiffres et Formules Magiques pour Vivre Heureux au Quotidien – par MIDAHO aux Editions L’Arbre Fleuri

 

 

Publié dans:SANG |on 7 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

Exaltation de la Déesse

 

L’énergie de la Déesse a toujours reconnu les rites de la fertilité. Cette énergie ne ressemblait pas à votre monde occidental; pour elle, la sexualité n’était pas honteuse. La Déesse adorait la sexualité. La sexualité constitue, bien sûr votre héritage naturel. Cependant, comme pour toute chose, il y a eu distorsion.

Les abus de pouvoir des femmes dans l’antiquité

Il fut un temps, dans le domaine de la Déesse, où la vibration mâle dut subir des affronts considérables. Les femmes, sous l’influence de sources extérieures, cessèrent de rendre hommage aux hommes et de s’associer à eux, et le sentiment de l’unité entre l’homme et la femme se perdit. Par la suite, dans le domaine de la Déesse, les hommes furent pratiquement réduits à n’être qu’un service d’étalons. Les femmes s’égarèrent dans la puissance de la Déesse à tel point que les hommes n’étaient pas considérés comme leurs égaux. Ils n’étaient plus que des objets servant à accomplir les rites de fertilité. Plusieurs hommes étaient tués à la suite de rites de fertilité uniques célébrés avec des représentantes de la Déesse locale. On se livrait à la castration et à d’autres sacrifices. Cela est véridique. Les femmes détournèrent l’énergie sexuelle masculine, engendrant la présente réaction.

 Votre planète connut divers cycles, accompagnés d’oscillations du pendule. Il y eut un long règne de l’énergie matriarcale sur la Terre. Ensuite, l’énergie patriarcale devint souveraine et élimina tout indice de leadership et de connaissance féminins. La connaissance féminine ne fut transmise qu’à travers les mythes et les légendes, où le principe féminin était identifié comme participant à la vie et sujet percevant de la vie. Il éprouvait sa connexion à la trame de l’existence grâce au processus de la naissance.

 Une forme de patriarcat se vit menacée par le pouvoir féminin, il y a de cela plusieurs éons. Alors, les femmes, afin de dissimuler leur puissance, se mirent à douter d’elles-mêmes de façon à ce que les hommes puissent adopter une position et dire: Laissez-nous la chance de diriger le monde et de voir ce qu’il en est. La force féminine fut reléguée à l’amère-plan. Les femmes acceptèrent de croire que leur corps abritait la malédiction et que le fait de saigner était mal. Elles doutèrent même de la force vitale en elles et de leur influence sur celle-ci.

 Tout cela est en train de changer, et vous rencontrerez la Déesse apparaissant avec compassion dans la vie de ceux prêts à la ressentir.

 Exaltation de la Déesse dans SANG tauxvibratoire

La révélation de la connaissance féminine

Le temps est venu d’exprimer, de révéler et de partager avec magie et mystique cette connaissance que détiennent les femmes. Le temps est venu pour les femmes d’en découvrir davantage sur leurs propres mystères: les processus de leurs menstruations, de l’accouchement et de leurs cycles émotionnels. Le temps est venu de partager cela avec les hommes. Plusieurs femmes se demanderait: Qu’ai-je à partager? Je ne le comprends pas moi-même. Alors, le temps est venu pour vous de regarder à l’intérieur et de vous demander: Quelles sont ces sensations en moi? Si je devais expliquer à quelqu’un ce que c’est qu’être femme, qu’est-ce que j’expliquerais? Comment puis-je devenir davantage une déesse dans un corps de femme, davantage une magicienne? La Déesse intérieure est celle qui sait.

 Cela ne veut pas dire que la Déesse n’œuvre pas avec les vibrations mâles, car les hommes apprendront aussi à incarner la Déesse. Quand il s’agit de la Déesse, aucune discrimination ni colère n’existent.

 À mesure que vous construisez et élaborez de nouvelles communautés, nous proposons que les femmes se réunissent, quel que soit leur âge, et établissent leur intention de comprendre leurs périodes de saignements et de partager avec les hommes leur pouvoir et leur connaissance en tant que clés. Explorez les mystères du sang comme l’un des processus naturels de la vie de la communauté. Votre corps, ainsi que ses cycles, engendrent l’image de la vie. Le pouvoir est l’une des choses primordiales que vous devez comprendre… Une puissance si importante que la vibration mâle en est venue à craindre le processus et la magie de la naissance.

L’idée d’être femme déplait à certaines d’entre vous. Lorsque les saignements surviennent, vous trouvez ce moment et cette expérience désagréable, inconfortable, douloureuse et gênante. Les hommes n’ont en général aucune idée de ce qui se passe alors; c’est un moment embarrassant pour eux également. Dans les jours qui suivent, communiquez avec la Déesse, ouvrez votre cœur et découvrez où veulent vous mener les saignements et ce qu’ils peuvent vous enseigner puisqu’ils recèlent plusieurs des clés qui permettront de ramener la Déesse sur cette planète. Il est nécessaire de revenir à un partage du pouvoir en redevenant partenaires.

Le sang menstruel et la Mère Terre

Les femmes ont le plus souvent éprouvé de la répugnance pour leur sang menstruel, plutôt que de le considérer comme la source de leur puissance. Le sang comporte le code génétique, et puisque la Déesse Mère constitue la source de toute chose, le code provient d’elle. C’est là que se dissimule l’histoire.

Le sang menstruel peut servir à nourrir la vie végétale, à démarquer la Terre et à laisser savoir à la Terre que la Déesse vit de nouveau. En général, les femmes ne saignent plus dans la Terre. Un tel acte constitue un transfert direct de l’énergie de la Déesse. Lorsque les femmes dispersent leur sang sur la Terre, celle-ci s’en trouve nourrie.

Depuis des éons, on déclare aux femmes que leur sang est une malédiction, et elles sont devenues terrifiées de leur propre sang. Elles ne comprennent pas qu’il est leur source et leur puissance. En vous libérant d’anciens tabous et en travaillant avec le sang menstruel, vous constaterez que l’effet que vous exercez sur les animaux et les plantes de la Bibliothèque vivante se modifiera.

Femmes, si vous avez toujours vos règles, ayez la sagesse de rendre hommage à votre corps et à votre sang. Celui-ci est l’une des sources de fertilisation et de démarcation territoriale les plus efficaces auxquelles vous puissiez faire appel. Comprendre les mystères du sang constitue la clé permettant de vous relier à la source de votre puissance et de votre connaissance intérieure profonde.

 Vous pouvez marquer la terre où vous vivez avec votre sang menstruel. Vous pouvez commencer avec les points cardinaux: le nord, le sud, l’est et l’ouest. Au fil du temps, vous pouvez continuer à laisser une marque sur la Terre, comme un peintre ébauchant des traits sur sa toile. Vous pouvez diluer votre sang avec de l’eau pour en augmenter la quantité. Vous pouvez le bénir et employer des cristaux pour maintenir sa vibration. Ce processus est considéré comme la démarcation du territoire de la Déesse. Il attirera des plantes et des animaux doués de vitalité nouvelle et qui se sentent uns avec la Déesse.

 Si vous souhaitez que votre jardin soit fertile, le meilleur jardin en ville, utilisez votre sang dilué dans de l’eau. Votre jardin prospérera. Vous constaterez qu’il peut accélérer la croissance des aliments. Il peut accélérer un grand nombre de choses. Ce n’est pas par erreur que les femmes saignent. C’est là l’un des dons les plus grandioses. C’est l’élixir des dieux.

Les pensées contrôlent les fonctions du corps

De croire que le sexe ne sert qu’à la procréation constitue une grande distorsion de votre identité. L’enseignement a été travesti. Personne n’est jamais forcé d’avoir un bébé si elle ou il ne le désire pas. Commencez à penser et à ressentir en terme de l’influence à exercer sur toutes vos fonctions corporelles, y compris la conception. Vous pouvez dire: Je sais que mes pensées et sentiments contrôlent les fonctions de mon corps. Je l’influence, et lorsque je serai prête à avoir un bébé, je transmettrai une énergie à cette fin. Autrement, je ne suis pas disponible. C’est là un concept qui, lorsqu’on le considère s’avère très libérateur.

Le pouvoir du sang menstruel transmis aux hommes

 Le sang semble plus mystérieux pour la vibration mâle, car tout le sang de l’homme demeure à l’intérieur. Ce n’est pas quelque chose qu’il peut voir et toucher chaque mois comme peut le faire une femme. La guerre constitue l’une des distorsions résultant du patriarcat et visant à donner aux mâles le pouvoir du sang. Ce sang n’est pourtant pas le même. Il jaillit de la violence, de la destruction de la vie, de la mutilation et de la tuerie, associé à des émotions ou à des sentiments étouffés ou réprimés.

Il n’existe pour l’homme qu’une façon correcte de prendre en lui le pouvoir du sang – c’est qu’une femme lui offre son sang, qu’elle partage avec lui son propre élixir. Ceci peut se faire de plusieurs manières. Que l’homme se nourrisse de fruits et de légumes cultivés avec du sang menstruel constitue une méthode évidente. Un homme peut également être marqué à la nuque ou sur la plante des pieds avec du sang menstruel. Son corps absorbera alors la connaissance qu’il contient.

Les hommes auront besoin du sang des femmes, et les femmes se souviendront de la Déesse en elles et incarneront le principe de la Déesse. Ce principe vous enseignera comment créer un équilibre sur cette planète. Il est de notre intention que chacune des femmes comprenne les mystères de son corps et partage ces mystères avec la vibration mâle qui lui est appropriée, et sans secrets.

L’acte sexuel pendant les menstruations

Les hommes craignent parfois le sang des femmes. Souvent, un homme hésite à s’engager dans l’acte sexuel lorsque la femme saigne. Pour la femme, il peut y avoir une anxiété quant à savoir si l’homme trouve la présence de sang désagréable. Si vous appréciez l’acte sexuel durant les saignements, que vous soyez homme ou femme, félicitations, car vous avez vaincu une empreinte profonde. Vous partagez avec l’autre à un niveau profond impliquant une connexion cellulaire.

 L’acte sexuel lors des menstruations, dans le cadre d’une relation sérieuse, constitue une méthode puissante de partager le sang. Il s’agit d’un rituel archaïque, et nous ne conseillons pas d’exploits sexuels au hasard pour partager le sang des menstruations. C’est un geste sacré et puissant.

 Pourquoi croyez-vous qu’un tel tabou l’enveloppe? Pourquoi avez-vous été détournés des mystères du sang des éons durant? Peut-être parce que certaines ouvertures vers la connaissance se seraient présentées que les dieux [les puissances occultes planétaires] souhaitaient ne pas vous voir posséder. Le sang contient les archives de l’expérience personnelle, planétaire et céleste. Lorsque vous faites l’expérience du sang lors de l’union sexuelle, vous êtes envahi de vagues de connaissance, bien au-delà de votre aptitude actuelle à comprendre et à intégrer. Plusieurs années peuvent s’écouler avant que cette connaissance profonde, décodée en votre corps, se développe.

Le sperme

L’équivalent masculin du sang menstruel est, bien sûr, le sperme. Le sperme, tout comme les puces d’ordinateur, porte le code de l’intelligence permettant l’évolution de la conscience, Celle-ci se mesure à l’heure actuelle suivant le degré d’aptitude de la vibration mâle à se souvenir de la Déesse et à l’épouser. C’est le sperme qui détermine si un enfant sera mâle ou femelle. L’ovule reste le même; le sperme prend ces décisions. Il constitue l’histoire de la Mère encodée dans la vibration mâle et contient l’interprétation de la façon dont le mâle se souvient de cette histoire.

 

Pouvez-vous concevoir le fait que le sperme garde un contact télépathique avec son propriétaire? Lorsqu’un homme a des relations sexuelles avec une femme menstruée, son sperme peut agir comme explorateur et lui transmettre télépathiquement le pouvoir et la connaissance de la femme. Un homme peut accéder à l’identité réelle d’une femme pendant ses règles. Femmes, si vous partagez une relation sexuelle avec un homme durant vos menstruations, vous devez accepter de livrer vos secrets les plus intimes à votre partenaire. Vous devez être prêtes à ce que votre partenaire reçoive et partage votre puissance. C’est là un mystère archaïque.

 L’Arbre de vie et l’Arbre de la connaissance

Les histoires sumériennes rapportent que les dieux Enlil et Enki se disputèrent au sujet du traitement et de la condition de leurs sujets, les humains. Enki, le souverain, prit le parti des humains et, par l’entremise de la femme, fit don à la race de la connaissance sexuelle. Le souverain Enlil, quant à lui, interdit formellement aux humains la connaissance sexuelle de crainte qu’ils ne deviennent l’égal des dieux. Ces concepts et ces suppositions invisibles et ancrés dans la cellule font référence à la version moderne de l’histoire de la création – Adam et Eve, le serpent et le Jardin d’Eden. La connaissance sexuelle fut le don d’Enki [le serpent], alors qu’Enlil souhaitait manipuler et diviser les humains afin de les empêcher de connaître les actes des dieux.

 Chez les femmes, le sang constitue la vibration de la couleur rouge. Chez les hommes, le sperme constitue la vibration de la couleur blanche. Mêlés ensemble, le sang et le sperme forment un autre élixir. La seule pensée qu’un homme puisse toucher une femme ayant ses règles relevait de la plus grande hérésie, combien pire encore le fait d’avoir une relation sexuelle avec elle, ou de mêler le sperme au sang ou de le gouter. Et pourtant, en des temps très anciens, alors que l’énergie de la Déesse était comprise, et que les femmes étaient vénérées, ce mélange était considéré comme une boisson procurant l’immortalité aux hommes. Les hommes comprenaient que lorsqu’ils buvaient le sang menstruel, ou qu’ils y mêlaient leur sperme, ils s’en trouvaient avivés, fortifiés. C’était l’une des clés de l’immortalité.

 La Bible relate l’histoire de l’Arbre de la Vie et de l’Arbre de la Connaissance. L’Arbre de la Connaissance permet que vous soyez informé. La faculté et la pratique sexuelles sont équivalentes à l’Arbre de la Connaissance, de cet arbre on interdit aux humains d’en consommer les fruits. On leur interdit également toute participation avec l’Arbre de la Vie.

Qu’est-ce que l’Arbre de la Vie? Plusieurs croient que l’Arbre de la Vie est une chose qui donne un fruit. La rumeur veut que le fait de consommer ce fruit de l’Arbre de la Vie apporte l’immortalité. Dans les temps anciens, on savait que ce fruit était le sang de la Déesse. C’était le fruit de l’Arbre de la Vie. Considérez votre corps et votre système nerveux comme un arbre. Les histoires ne parlent pas de fruits poussant sur les arbres, mais des fruits du corps – les sécrétions et substances qui sont véritablement les dons des dieux [les dieux bons, Enki]. Depuis des éons, les dieux [les puissances occultes planétaires, Enlil] vous ont détournés de cette connaissance.

 La relation sexuelle avec une femme pendant ses écoulements de sang constitue l’une des vibrations les plus élevées parce qu’il vous est possible à tous les deux de traverser des ouvertures vers d’autres dimensions. Partager le sang revient à accéder à cette conscience plus élevée. Il y eut un temps où ce genre de chose fut très en vogue et était respecté parce que les gens comprenaient ce qui se passait. Souvenez-vous qu’il fut un temps où la sage-femme était le pire ennemi des chrétiens parce qu’elle arrivait à préserver le contact des femmes avec leur corps et à les aider lors du processus de l’accouchement (voir Accouchement, sang menstruel et chamanisme).

 

Merci à Barbara Marciniak pour son livre TERRE – aux éditions Arine

  Revu et Amélioré par Alain Boudet Spiritualité, Science et Développement :    www.spirit-science.fr

Publié dans:SANG, SEXUALITE |on 27 octobre, 2012 |Pas de commentaires »

Alimentation et spiritualité

Par Christopher Vasey

A toutes les époques et dans de nombreuses cultures, des recommandations alimentaires ont été faites pour favoriser l’évolution spirituelle. Mais comment la nourriture matérielle peut-elle avoir une action sur l’esprit immatériel de l’être humain ? Cette action a lieu grâce au sang qui est un élément de liaison entre l’esprit et le corps.

Jeûnes, diète et spiritualité

Alimentation et spiritualité dans SANG le-mystere-du-sang-alimentation-et-evolution-spirituelleDans l’antiquité, le jeûne était pratiqué pour des raisons religieuses par les Phéniciens, les Assyriens, les Grecs et les Romains. En Egypte, les candidats aux mystères d’Isis et d’Osiris se préparaient par un jeûne pouvant durer jusqu’à 42 jours. Plus près de nous, les chrétiens ont le carême, une période de 46 jours d’abstinence et de privations qui précède Pâques. Les musulmans ont le Ramadan.

De nos jours, certaines démarches spirituelles recommandent la suppression des chairs animales, d’autres les laitages ou encore les œufs, l’alcool…. Les régimes proposés ont alors comme base soit des céréales, soit de légumes ou des fruits. Comme on le voit les recommandations sont multiples et diverses, mais la question du « pourquoi notre mode d’alimentation peut avoir des effets sur l’esprit ? » reste ouverte.

Si l’esprit s’identifiait au cerveau, cette influence s’expliquerait aisément. Une bonne nutrition offre au cerveau tous les minéraux et vitamines dont il a besoin pour fonctionner et la purification du sang par le jeûne améliore la circulation et l’oxygénation du cerveau. Mais dans les différentes approches mentionnées, l’esprit n’est pas le cerveau, mais le principe immatériel de l’être humain, il est utilisé dans le sens d’âme.

Le sang et son rôle de lien

Le sang a toujours été considéré comme quelque chose de mystérieux car lié à la vie. Or, si le corps humain est en vie, c’est que l’esprit, le seul élément vraiment vivant en l’être humain, s’est incarné dans le corps et l’anime. La vie ne résulte pas de la présence du sang, mais de celle de l’esprit grâce au sang. Plus précisément, ce sont les irradiations qui émanent du sang qui jouent le rôle de lien. Car en rejoignant celles émanant de l’esprit, elles forment un lien qui les maintient ensemble, tout comme les irradiations magnétiques de deux aimants les gardent collés l’un contre l’autre.

Le sang a donc un rôle de lien entre l’esprit et le corps. De nombreux faits montrent qu’il en est bien ainsi. Lors d’une hémorragie, plus le sang s’écoule hors du corps, plus le blessé perd conscience car son esprit, qui est aussi le centre de la conscience, est de moins en moins bien lié à son outil corporel. Lorsque le volume du sang restant devient trop réduit, la liaison entre l’esprit et le corps se rompt, c’est la mort : le corps rend l’âme.

Il est aussi bien connu que les gens de type sanguin, donc qui ont beaucoup de sang et présentent un teint rouge, sont fortement incarnés dans leur corps, alors que ceux qui manquent de sang, le type anémique, ont moins les pieds sur terre ; leur esprit plane, à cause du relâchement de la liaison.

Composition du sang et perception

Selon sa composition, le sang irradie de manière efficace ou non pour se lier à l’esprit et ainsi crée une bonne ou mauvaise liaison avec lui. Lorsque la liaison est mauvaise, l’esprit perçoit la réalité d’une manière altérée. Cette situation est la même que lorsqu’un émetteur et un récepteur de radio ne sont pas sur la même longueur d’onde. L’émission arrive à l’auditeur de manière déformée.

classement-grands-groupes-aliments dans SANGOr, l’alimentation joue un rôle capital sur la composition du sang. Elle en a donc aussi une sur nos manières de percevoir, de ressentir et d’agir. Une carence en glucose dans le sang (hypoglycémie) rend stressé et dépassé par les événements. Une carence en vitamine B 1 rend peureux, celle en magnésium irritable et nerveux. Les maniaco-dépressifs manquent de lithium. A l’inverse, un excès de plomb cause des hallucinations, un excès de cuivre rend colérique, un excès de phosphore hyperactif. Il existe encore de nombreux exemples, en réalité chaque carence ou surcharge a des répercussions sur notre vie psychique et spirituelle. Il est aussi bien connu que l’excès de viande rend très « physique » voire agressif, que la consommation d’alcool ou de drogues nous met dans des états de conscience différents. On conçoit ainsi facilement que quelqu’un qui souhaite évoluer spirituellement cherche à manger des aliments qui lui font conserver sa sérénité et sa paix intérieure et l’ouvrent aux choses plus élevées, et qu’il évitera ceux qui excitent ses instincts ou le rendent vindicatif, agressif, dispersé,… toutes choses qui l’éloignent de son but. D’où les recommandations alimentaires si nombreuses et variées préconisées pour favoriser l’évolutions spirituelle. Même des gens qui ne cherchent pas un effet de l’alimentation sur leur vie spirituelle peuvent constater que la manière de s’alimenter a une telle action. Ayant suivi un régime particulier pour soigner un problème physique, un eczéma ou leur rhumatismes, ils observent que non seulement leurs maux se guérissent mais aussi qu’ils ne dépriment plus, que leurs angoisses ou leur tristesse les ont quittés et qu’ils ont retrouvé une certaine paix intérieure et joie de vivre qu’ils n’avaient plus connues depuis longtemps.

Alimentation et spiritualité

Si l’alimentation a un effet certain sur la vie spirituelle, cette action ne va pas jusqu’à changer l’esprit, elle ne fait que le mettre dans de bonnes dispositions pour atteindre son but. En effet, l’être humain évolue en fonction des efforts qu’il fait personnellement pour s’améliorer, non en fonction de son alimentation. Cette dernière peut cependant avoir une influence promotrice ou non sur lui et l’entraver ou non.<

Christopher Vasey est naturopathe, auteur et conférencier www.christophervasey.ch

Pour en savoir plus lire « Le mystère du sang, alimentation et évolution spirituelle », Christopher Vasey, éditions du Graal, Paris, € 9.

Publié dans:SANG |on 17 mai, 2012 |Pas de commentaires »

Invitation FORUM de discussion

 BONJOUR A TOUS ET TOUTES !

Invitation FORUM de discussion dans 2007 - PREDICTIONS 150157_979163764_coeur-rouge_H224046_L

Pour ceux qui apprécient ce blog et les autres, vous pouvez nous rejoindre sur Le forum que je viens de créer, c’est un nouvel espace de discussion supplémentaire et complémentaire….

Voici son adresse : http://devantsoi.forumgratuit.org/        

       Venez nombreux ! Je serai heureuse de vous y accueillir !

Vous pourrez toujours reprendre des éléments contenus sur ce blog afin de pouvoir en discuter ensemble sur le forum !

Je vous dis donc à TRES BIENTOT !

877c29ca dans 2008 - PREDICTIONS

Repenser la sexualité

Repenser la sexualité dans SANG 0806180729403715884Les pensées contrôlent les fonctions du corps 

De croire que le sexe ne sert qu’à la procréation constitue une grande distorsion de votre identité. L’enseignement a été travesti. Personne n’est jamais forcé d’avoir un bébé si elle ou il ne le désire pas. Commencez à penser et à ressentir en terme de l’influence à exercer sur toutes vos fonctions corporelles, y compris la conception. Vous pouvez dire: Je sais que mes pensées et sentiments contrôlent les fonctions de mon corps. Je l’influence, et lorsque je serai prête à avoir un bébé, je transmettrai une énergie à cette fin. Autrement, je ne suis pas disponible. C’est là un concept qui, lorsqu’on le considère s’avère très libérateur. 

Le pouvoir du sang menstruel transmis aux hommes 

Le sang semble plus mystérieux pour la vibration mâle, car tout le sang de l’homme demeure à l’intérieur. Ce n’est pas quelque chose qu’il peut voir et toucher chaque mois comme peut le faire une femme. La guerre constitue l’une des distorsions résultant du patriarcat et visant à donner aux mâles le pouvoir du sang. Ce sang n’est pourtant pas le même. Il jaillit de la violence, de la destruction de la vie, de la mutilation et de la tuerie, associé à des émotions ou à des sentiments étouffés ou réprimés. 

Il n’existe pour l’homme qu’une façon correcte de prendre en lui le pouvoir du sang – c’est qu’une femme lui offre son sang, qu’elle partage avec lui son propre élixir. Ceci peut se faire de plusieurs manières. Que l’homme se nourrisse de fruits et de légumes cultivés avec du sang menstruel constitue une méthode évidente. Un homme peut également être marqué à la nuque ou sur la plante des pieds avec du sang menstruel. Son corps absorbera alors la connaissance qu’il contient. 

Les hommes auront besoin du sang des femmes, et les femmes se souviendront de la Déesse en elles et incarneront le principe de la Déesse. Ce principe vous enseignera comment créer un équilibre sur cette planète. Il est de notre intention que chacune des femmes comprenne les mystères de son corps et partage ces mystères avec la vibration mâle qui lui est appropriée, et sans secrets. 

L’acte sexuel pendant les menstruations 

Les hommes craignent parfois le sang des femmes. Souvent, un homme hésite à s’engager dans l’acte sexuel lorsque la femme saigne. Pour la femme, il peut y avoir une anxiété quant à savoir si l’homme trouve la présence de sang désagréable. Si vous appréciez l’acte sexuel durant les saignements, que vous soyez homme ou femme, félicitations, car vous avez vaincu une empreinte profonde. Vous partagez avec l’autre à un niveau profond impliquant une connexion cellulaire. 

L’acte sexuel lors des menstruations, dans le cadre d’une relation sérieuse, constitue une méthode puissante de partager le sang. Il s’agit d’un rituel archaïque, et nous ne conseillons pas d’exploits sexuels au hasard pour partager le sang des menstruations. C’est un geste sacré et puissant

Pourquoi croyez-vous qu’un tel tabou l’enveloppe? Pourquoi avez-vous été détournés des mystères du sang des éons durant? Peut-être parce que certaines ouvertures vers la connaissance se seraient présentées que les dieux [les puissances occultes planétaires] souhaitaient ne pas vous voir posséder. Le sang contient les archives de l’expérience personnelle, planétaire et céleste. Lorsque vous faites l’expérience du sang lors de l’union sexuelle, vous êtes envahi de vagues de connaissance, bien au-delà de votre aptitude actuelle à comprendre et à intégrer. Plusieurs années peuvent s’écouler avant que cette connaissance profonde, décodée en votre corps, se développe. 

Le sperme 

L’équivalent masculin du sang menstruel est, bien sûr, le sperme. Le sperme, tout comme les puces d’ordinateur, porte le code de l’intelligence permettant l’évolution de la conscience, Celle-ci se mesure à l’heure actuelle suivant le degré d’aptitude de la vibration mâle à se souvenir de la Déesse et à l’épouser. C’est le sperme qui détermine si un enfant sera mâle ou femelle. L’ovule reste le même; le sperme prend ces décisions. Il constitue l’histoire de la Mère encodée dans la vibration mâle et contient l’interprétation de la façon dont le mâle se souvient de cette histoire.

 Pouvez-vous concevoir le fait que le sperme garde un contact télépathique avec son propriétaire? Lorsqu’un homme a des relations sexuelles avec une femme menstruée, son sperme peut agir comme explorateur et lui transmettre télépathiquement le pouvoir et la connaissance de la femme. Un homme peut accéder à l’identité réelle d’une femme pendant ses règles. Femmes, si vous partagez une relation sexuelle avec un homme durant vos menstruations, vous devez accepter de livrer vos secrets les plus intimes à votre partenaire. Vous devez être prêtes à ce que votre partenaire reçoive et partage votre puissance. C’est là un mystère archaïque. 

barre de séparation

Merci à Barbara Marciniak
Les intertitres et les mises en évidence en caractères gras sont de A. Boudet 
Source : Le pouvoir alchimique du sang menstruel et de l’union sexuelle par Barbara Marciniak – Extraits de son ouvrage : Terre, (channeling) clés pléiadiennes de la Bibliothèque vivante – Ariane éditions, 1998 (épuisé) sélectionnés par Alain Boudet. issu du site : http://spirit-science.fr/doc-intro.html 

Publié dans:SANG, SEXUALITE |on 3 juin, 2011 |1 Commentaire »

Mère Terre

Le sang menstruel et la Mère Terre 

Mère Terre dans SANG grande2

Les femmes ont le plus souvent éprouvé de la répugnance pour leur sang menstruel, plutôt que de le considérer comme la source de leur puissance. Le sang comporte le code génétique, et puisque la Déesse Mère constitue la source de toute chose, le code provient d’elle. C’est là que se dissimule l’histoire. 

Le sang menstruel peut servir à nourrir la vie végétale, à démarquer la Terre et à laisser savoir à la Terre que la Déesse vit de nouveau. En général, les femmes ne saignent plus dans la Terre. Un tel acte constitue un transfert direct de l’énergie de la Déesse. Lorsque les femmes dispersent leur sang sur la Terre, celle-ci s’en trouve nourrie. 

Depuis des éons, on déclare aux femmes que leur sang est une malédiction, et elles sont devenues terrifiées de leur propre sang. Elles ne comprennent pas qu’il est leur source et leur puissance. En vous libérant d’anciens tabous et en travaillant avec le sang menstruel, vous constaterez que l’effet que vous exercez sur les animaux et les plantes de la Bibliothèque vivante se modifiera. 

Femmes, si vous avez toujours vos règles, ayez la sagesse de rendre hommage à votre corps et à votre sang. Celui-ci est l’une des sources de fertilisation et de démarcation territoriale les plus efficaces auxquelles vous puissiez faire appel. Comprendre les mystères du sang constitue la clé permettant de vous relier à la source de votre puissance et de votre connaissance intérieure profonde. 

Vous pouvez marquer la terre où vous vivez avec votre sang menstruel. Vous pouvez commencer avec les points cardinaux: le nord, le sud, l’est et l’ouest. Au fil du temps, vous pouvez continuer à laisser une marque sur la Terre, comme un peintre ébauchant des traits sur sa toile. Vous pouvez diluer votre sang avec de l’eau pour en augmenter la quantité. Vous pouvez le bénir et employer des cristaux pour maintenir sa vibration. Ce processus est considéré comme la démarcation du territoire de la Déesse. Il attirera des plantes et des animaux doués de vitalité nouvelle et qui se sentent uns avec la Déesse. 

Si vous souhaitez que votre jardin soit fertile, le meilleur jardin en ville, utilisez votre sang dilué dans de l’eau. Votre jardin prospérera. Vous constaterez qu’il peut accélérer la croissance des aliments. Il peut accélérer un grand nombre de choses. Ce n’est pas par erreur que les femmes saignent. C’est là l’un des dons les plus grandioses. C’est l’élixir des dieux. 

Merci à Barbara Marciniak
Les intertitres et les mises en évidence en caractères gras sont de A. Boudet 

barre de séparation

Source : Le pouvoir alchimique du sang menstruel et de l’union sexuelle par Barbara Marciniak – Extraits de son ouvrage : Terre, (channeling) clés pléiadiennes de la Bibliothèque vivante – Ariane éditions, 1998 (épuisé) sélectionnés par Alain Boudet. issu du site : http://spirit-science.fr/doc-intro.html 

Publié dans:SANG |on 27 mai, 2011 |Pas de commentaires »

Sang au féminin

Exaltation de la Déesse 

Sang au féminin dans SANG grande2

Introduction d’Alain Boudet : « J’ai choisi de mettre à votre disposition quelques extraits de ce livre de Barbara Marciniak qui parlent des menstruations et de l’union sexuelle, car ils nous offrent des perspectives bien différentes de ce que nous entendons habituellement sur ce sujet. Je souhaite que ce texte permette aux femmes et aux hommes de se réconcilier avec les règles, et de ne plus les considérer comme un phénomène gênant. Je souhaite qu’ils s’ouvrent à l’idée que l’union sexuelle n’a pas été prévue par la nature uniquement en vue de la reproduction et de la survie de l’espèce humaine. Le sang menstruel porte la puissance et la connaissance et l’orgasme produit des énergies de rajeunissement et de guérison. Ces fonctions nous ont été occultées et il est temps de les redécouvrir et de les honorer. » 

Barbara Marciniak a publié plusieurs livres réputés transmis par canalisation (Messagers de l’aube, Terre, Famille de Lumière, Sagesse des Pléiadiens) qui accompagnent les humains dans leur processus de transformation spirituelle, les encouragent à ouvrir leur esprit et à retrouver leur puissance personnelle. Aux personnes qui ne sont pas familières avec la notion d’échanges d’énergie entre partenaires lors du rapport sexuel, je conseille de lire d’abord l’article d’Alain Boudet : Sexualité essentielle et sexualité sacrée qui est une introduction approfondie aux aspects humains et sacrés de la sexualité. 

Dans le texte suivant, le mot Déesse représente l’Énergie féminine sacrée universelle. Elle est nommée par différents noms selon les traditions: Shékinah, Sophia, Mère Divine. Chez les chrétiens, l’Énergie féminine universelle est dissimulée dans le concept tarabiscoté de Saint-Esprit. Elle a eu de nombreuses représentantes porteuses de cette énergie dans diverses cultures, telles que Isis, Inana, Ishtar, Kuan Yin, la femme Bison Blanc, la Vierge Marie, Marie-Madeleine et bien d’autres. 

Exaltation de la Déesse 

L’énergie de la Déesse a toujours reconnu les rites de la fertilité. Cette énergie ne ressemblait pas à votre monde occidental; pour elle, la sexualité n’était pas honteuse. La Déesse adorait la sexualité. La sexualité constitue, bien sûr votre héritage naturel. Cependant, comme pour toute chose, il y a eu distorsion. 

Les abus de pouvoir des femmes dans l’antiquité 

Read the rest of this entry »

Publié dans:SANG, SEXUALITE |on 27 mai, 2011 |2 Commentaires »

Le rôle du sang

Le sacrifice et la relation au sang, fluide vital par excellence, sont fondamentaux dans les rituels. L’ordre des choses terrestres repose sur la circulation de la force vitale véhiculée par le sang. 

Le sang est très ambivalent : il est à la fois ce qui souille et purifie, ce qui pollue et nettoie, ce qui rend malade et guérit. Le sang est aussi bien synonyme de violence extrême que l’alliance durable (via le pacte de sang). Son versement peut s’effectuer sous les deux formes opposées de la tradition (la liturgie sacrificielle) et de la transgression (la sorcellerie). 

Les esprits se nourrissent de sang, les hommes se contentant de la chair. Le sucre est parfois utilisé en substitut du sang. A l’opposé, un sacrifice où le sang est évité, avec une viande « propre », sans sucre, est plutôt caractéristique des sacrifices de type liturgique. 

L’ingestion ou le contact avec le sang, souvent assimilés à une souillure dans les traditions, sont des signes d’élection pour les chamans / possédés. 

Le sacrifice de sang a une dimension supplémentaire. Outre la symbolique du fluide vital, le corps animalisé et/ou ensanglanté du chaman/possédé, par exemple, est lui-même offert en sacrifice à l’esprit. 

gifs bulles

Extrait du site www.systerofnight.net chamanisme. 

Publié dans:SANG |on 22 mai, 2011 |Pas de commentaires »

L’historique des menstruations

 Dans diverses cultures


Ce que le
Musée des menstruations (anglais) – Joan Morais – nous rapporte est intéressant.

- Hippocrate croyait que les saignements mensuels débarrassaient les femmes de toxines et a mené à la pratique chez les humains, des saignements thérapeutiques.

- Les anciens amérindiens Navajo encourageaient les femmes à mener (gérer) leurs tribus lors de leurs menstruations car ils croyaient que les femmes étaient alors sacrées et recevaient des intuitions spirituelles pendant cette période.

Wow! Avez-vous lu cela?  Ils étaient drôlement ouverts au champ des possibilités infinies ces anciens… contrairement à certains de nos ‘gérants modernes’

- Dans certaines sociétés anciennes, les femmes menstruées étaient envoyées dans une même hutte afin d’éviter la contamination des plantes et des aliments. (Je suis certaine que nos grands-mères québécoises à 10, 15 et 20 enfants auraient adoré ce moment de repos).

- Dans de nombreuses religions, elles sont aussi exclues du temple religieux pendant leurs menstruations.

- Les femmes préhistoriques auraient eu environ 100 cycles menstruels durant leur vie alors que la femme moderne en aurait environ 500.

- L’âge moyen du début des menstruations est en déclin. En 1860, les femmes débutaient à 16.6 ans; en 1920, 14.6; en 1950, 13.1; et en 1980, 12.5 ans.

Alors, que faire de ces informations?

Naturellement, on peut y lire ce que l’on veut, mais… je vous invite à voir les choix et les croyances que chaque humain peut adopter quant à n’importe quel sujet dans sa vie.

Si nous décidons de porter des lunettes qui voient que les menstruations sont sales, mauvaises, un encombrement, alors c’est ce que nous allons vivre. Si au contraire, tel que je l’entends chez de rares femmes, les menstruations sont une source infinie de possibilités positives, alors c’est aussi ce que vous allez vivre.

Quel sera votre choix?

Chaleureusement vôtre

gifs bulles

article de Pauline Houle - Thérapeute – Auteure : site http://www.paulinehoule.com/   

Publié dans:SANG |on 22 mai, 2011 |Pas de commentaires »

La puissance du sang

Un autre très célèbre sculpture sur l’entrée d’une caverne ancienne utilisée pour un rituel de groupe est la « Vénus de Laussel » d’environ la même période que Pech-Merle (remontant peut-être à 30 000 avant JC, peut-être moins). Elle présente l’habituel ventre de femme enceinte, avec sa main posée sur lui; son autre main tient en l’air une corne (symbole du croissant de lune), avec treize marques gravées dessus (les 13 mois lunaires de l’année) et peinte d’ocre rouge (symbole du sang de la vie). 

L’ocre rouge a également été utilisé dans les civilisations anciennes sur les corps des morts qui étaient manifestement enterrés avec cérémonie et respect. Le sang de la Déesse était la magie à travers laquelle nous entrions dans la vie; et il représentait les bras en attente de la Mère qui nous prenaient à la fin. Le sang de la vie (la naissance) et le sang de la mort (la menstruation) appartenaient tous les deux à la Mère de Toutes Choses, la Maitresse des Animaux, la Dame des Bêtes. 

L’efficacité magique du sang est universellement reconnu. La puissance du sang des menstruations et l’accouchement est reconnu, par exemple, dans les rites des chamans tibétains et lamas. 

Durdin-Robertson affirme que le premier sang à l’autel était du sang menstruel des femmes, une force « donnée de façon naturelle et vivante dans leurs cycles mensuels. » Le « pouvoir de l’autel » était le « pouvoir du sang », cette substance qui « augmente la vitalité, affecte les autres mondes, et construit des formes pour les esprits ou les ombres demeurant ici, et les aide à se manifester et à communiquer. » Il suggère que toute l’éthique de la religion repose sur la question de savoir où obtenir le sang nécessaire. L’ancienne religion matriarcale, dit-il, l’obtenait naturellement 

. Lorsque que cette religion a été éliminée et remplacée dans le monde entier par le patriarcat (l’institutionnalisation du Père), le sang a dû être obtenu par d’autres moyens. Des animaux et des humains ont été sacrifiés pour leur force de vie précieuse, pratique qui se perpétue encore aujourd’hui

La puissance du sang dans SANG round+tarot+cards+-+Death

cette image représente : « LA MORT », tirée des cartes de tarot Motherpeace créées par Vicki Noble et Karen Vogel (© Motherpeace 1981, US Games, Inc 1983) 

Avant l’avènement de l’éclairage électrique et de la famille nucléaire, quand les femmes vivaient et travaillaient ensemble en tant qu’unité collective, elles saignaient aussi et ovulaient ensemble en synchronisation avec la lumière et les cycles de la lune. Imaginez un instant la puissance incroyable qui doit avoir existé lorsque le groupe des femmes dans son ensemble avaient leurs menstruations en même temps! La religion des femmes était reliée au culte de la Lune dans toutes les cultures; et la Lune est reliée à la Terre (comme la Mère à sa fille). Les « loges de pleine lune » amérindiennes nous rappellent encore cet héritage. Les mystères du cycle naissance – mort – renaissance appartiennent à la femme, tout comme ils appartiennent à la Lune qui change, meurt et renait chaque mois. Le symbole de la Déesse par excellence est le serpent qui mue, renvoyant au revêtement de la muqueuse utérine qui s’épanche chaque mois dans un processus de mort organique naturel à la femme. 

Le grand « berceau de la civilisation » de Sumer (plus tard, Babylone) détient les origines de l’écriture, des sciences, des mathématiques, des premiers codes législatifs, et des divisions de la culture en strates de classe. La première écriture connue est l’histoire de la Déesse sumérienne Inanna (plus tard la babylonienne Ishtar) et son développement commençant comme jeune fille, arrivant à la maturité de la féminité sexuelle complète, et finalement voyageant dans les Mondes inférieurs pour faire face à la déesse de la mort (pendant trois jours!) et à la pourriture [10]. Cela correspond au cycle de l’ovulation et des menstruations, et au symbolisme lunaire de la Grande Déesse dans sa trinité: Fille, Mère, Femme âgée. Elle croît (renait), grandit jusqu’à la plénitude (exprime sa nature érotique, ovule, devient une mère) et décroît (meurt, a ses règles, devient inconsciente; « la libido s’affaisse sur elle-même » comme le décrit Nor Hall [11]). Et toujours – c’est central dans le mythe du principe de régénération féminine – elle renaît une fois de plus. 

Dans les Tantras indiens, la puissance « rouge » d’une femme est sa puissance sexuelle. C’est seulement quand une femme gourou a ses règles qu’un homme peut être initié par elle dans la religion tantrique. La Kali rouge et sanglante est la personnification archétypale de cette puissance; elle s’accroupit sur le corps tranquille de son amant, Shiva, alors qu’ils s’engagent dans l’union sexuelle. Elle est surtout connue pour sa tendance à couper la tête de Shiva, sectionner son œil ou son esprit rationnel. Il meurt à sa conscience ordinaire (devient un cadavre), lorsqu’elle le mène à la conscience extraordinaire par l’état tantrique d’union et de grâce. La Kali noire est l’aspect inférieur d’Aphrodite, la déesse grecque de l’amour sexuel et érotique. Kali ne se prête pas aux fantasmes masculins de ce qu’est une femme; elle agit par la puissance qui existe en elle. Elle « fait monter la Kundalini » qui se manifeste par son activité sexuelle divine. 

Il n’est pas facile à notre époque d’imaginer la puissance chamanique inhérente aux menstruations. Avec beaucoup de femmes de ce pays qui souffrent de syndrome prémenstruel (SPM) et qui considèrent leurs menstruations comme gênantes, douloureuses, ou fondamentalement négatives, les idées de « pouvoir psychique » ou « puissance féminine » liées à la menstruation peuvent paraitre incroyables. Pourtant, jusqu’à une période récente, une femme dans son temps de saignement était considérée comme étant dans un état de conscience élevé et dans la sagesse. Dans les cultures anciennes et primitives, les femmes allaient « sous terre » pendant trois jours et n’agissaient pas selon les façons ordinaires. Elles étaient à l’écoute de leurs capacités psychiques innées de ce moment magique, s’ouvrant aux messages oraculaires du royaume de l’esprit. Elles faisaient cette lecture intérieure dans l’intérêt de toute la communauté, agissant comme des chamanes ou guérisseuses, plutôt que comme des personnes individuelles. 

777954b2 dans SANG

SOURCE : Sun Bear, with Wabun and Barry Weinstock, The path of power, Bear Tribe Publishing, Spokane, USA, 1983. Traduction A. Boudet site : http://spirit-science.fr/doc_psycho/sexualite.html#mozTocId379121 

Publié dans:SANG |on 18 mai, 2011 |Pas de commentaires »

Coupe menstruelle

 

Coupe menstruelle dans SANG lunacup2Le chamanisme ancien était avant tout une affaire de femmes. La pratique chamanique d’utiliser le sang lors de cérémonies rituelles a émergé du passé le plus ancien, quand les femmes étaient les praticiennes sacrées de l’art magique de la guérison, et quand les principales substances qu’elles utilisaient dans leur travail étaient le sang menstruel et le sang de l’accouchement, qu’elles épanchaient sans sacrifice. Le mystère ancien du sang féminin revient à notre conscience. 

A lire :  sang menstruel et chamanisme

Mesdames, vous pouvez recueillir votre sang menstruel à l’aide d’une coupe menstruelle. 

Une coupe menstruelle ou coupelle menstruelle est une petite coupe en forme de cloche aux bords arrondis et terminée par une petite tige. Généralement en silicone, elle est très souple. La femme introduit la coupe manuellement dans le vagin et la porte pendant le temps des menstruations afin de recueillir le sang menstruel. Pendant les menstruations, la coupe doit être vidée et rincée à l’eau claire deux à trois fois par jour. Entre deux périodes d’utilisation, la coupe doit-être stérilisée avec de l’eau bouillante puis rangée dans le sac généralement fourni à cet effet. On trouve divers types de coupe via internet ou dans des boutiques consacrées aux produits naturels, écologiques ou alternatifs. La coupe menstruelle est réutilisable et a une durée de vie annoncée par les fabricants allant jusqu’à dix ans. 

Histoire 

 

La première coupe menstruelle, la Tassette, a été inventée par l’actrice Américaine Leona Chalmers en 1937. Elle n’eut pas beaucoup de succès, à cause de la pénurie de caoutchouc engendrée par la Seconde Guerre Mondiale et des réticences des femmes de l’époque à insérer leurs doigts dans leur vagin. À la même époque, les tampons avec applicateur furent créés et trouvèrent leur place sur le marché. 

Une autre coupe menstruelle en caoutchouc fut inventée en 1987 aux États-Unis, la Keeper. Cependant, certaines femmes présentent des réactions allergiques à cause du latex qu’elle contient. La première coupe menstruelle en silicone, la Mooncup, fut alors fabriquée au Royaume-Uni. (Wikipédia, coupe menstruelle). 

Vous trouverez d’autres renseignements sur les sites Easycup, Coupe-menstruelle et Lunacup

Selon des chercheurs comme Geoffrey Ashe et Lawrence Durdin-Robertson, le chamanisme ancien était avant tout une affaire de femmes [1]. Cela va fortement à l’encontre de la pensée d’aujourd’hui. Pourtant, les preuves archéologiques m’ont convaincu que la pratique chamanique d’utiliser le sang lors de cérémonies rituelles a émergé du passé le plus ancien, quand les femmes étaient les praticiennes sacrées de l’art magique de la guérison, et quand les principales substances qu’elles utilisaient dans leur travail étaient le sang menstruel et le sang de l’accouchement, qu’elles épanchaient sans sacrifice. La connexion entre les femmes, le sang et les cycles lunaires est assez évidente. 

Et la connexion entre le chamanisme et la Lune (force nocturne) est incontestable. Mais le lien entre les femmes et le chamanisme est enterré dans le passé ancien, interprété à travers les paradigmes contemporains qui excluent systématiquement l’hypothèse que des femmes aient eu l’autorité spirituelle ou le pouvoir. 

Pour cette raison, les spécialistes qui analysent les productions culturelles en font une lecture faussée. Une erreur scientifique terrible est de séparer ces manifestations en deux groupes distincts, habituellement identifiés comme le « chamanisme » et la « fécondité ». Cela sépare commodément les activités des hommes et des femmes dans les compartiments qui correspondent confortablement à nos propres divisions des rôles sexuels. Les chercheurs qui examinent les grottes de l’ancienne Europe ont donc dit qu’il y a le « chamanisme » d’une part, lié aux chasseurs – cueilleurs et pratiqué par les hommes en relation avec les dieux, et les « cultes de la fertilité » d’autre part, liés aux femmes et à leurs mystères biologiques. Tous les motifs liés au chamanisme ou à la sorcellerie – tels que l’envol de l’âme, des images d’oiseaux, des phénomènes de transe, la pratique de la guérison, la magie et l’utilisation du sacrifice par le sang pour obtenir le pouvoir – sont attribués aux hommes et à l’initiation masculine ou aux rites de chasse. Tous les autres symboles – principalement les vulves, les statues de femmes nues, et les Déesses enceintes taillées dans la roche – sont, au mieux, relégués à la religion (inférieure) de la Grande Mère. (Au pire, ils ne sont même pas considérés comme religieux!) 

777954b2 dans SANG

Sources en deux articles différents : Lunacup et l’autre http://www.spirit-science.fr par Vicki Noble Traduit de l’anglais par Alain Boudet 

 

Publié dans:SANG |on 18 mai, 2011 |1 Commentaire »

Sang de la femme

Les saignements des femmes prendront une grande importance sur le plan communautaire. Alors que la compréhension des femmes grandit grâce à ce pouvoir, la Déesse sera galvanisée et reviendra vers vous tous. 

 

Si vous souhaitez que votre jardin soit fertile, le meilleur jardin en ville, utilisez votre sang dilué dans de l’eau. Votre jardin prospérera. Vous constaterez qu’il peut accélérer la croissance des aliments. Il peut accélérer un grand nombre de choses. Ce n’est pas erreur que les femmes saignent. C’est là l’un des dons les plus grandioses. C’est l’élixir des dieux. 

 Les femmes aborigènes conservent leur sang menstruel dans des pochettes et s’en servent pour guérir des blessures. Les femmes peuvent employer leur sang de plusieurs manières. L’idée d’être femme déplaît à certaines d’entre vous. Lorsque les saignements surviennent, vous trouvez ce moment et cette expérience désagréable, inconfortable, douloureuse et gênante. Les hommes n’ont en général aucune idée de ce qui se passe alors ; c’est un moment embarrassant pour eux également. Dans les jours qui suivent, communiquez avec la Déesse, ouvre votre cœur et découvrez où veulent vous mener les saignements et ce qu’ils peuvent  vous enseigner puisqu’ils recèlent plusieurs des clés qui permettront de ramener la Déesse sur cette planète. Il est nécessaire de revenir à un partage du pouvoir en redevenant partenaires.  

D’autres mystères attendent d’être révélés, manifestés et réinterprétés. Certains s’interrogent sur les raisons pour lesquelles nous traitons de ce sujet. C’est extrêmement important. Si vous ne vous intéressez pas à l’énergie de la Déesse et aux mystères du sang, nous disons que vous êtes sur le point de rater une partie intégrante de la vie et que vous ne comprendrez pas ce qui se produit sur la planète. Si le sujet vous ennuie ou si vous croyez qu’il n’est pas pertinent, vous êtes tout à fait dans l’erreur. Il s’agit de l’un des enseignements les plus puissants que nous puissions vous offrir en ce moment afin de vous aider à comprendre ce qui vient. Ce qu’il vous faut accomplir, pleinement et totalement, en tant qu’hommes et femmes, c’est de rendre hommage à la vibration de la Déesse qui jaillit en votre cœur pour l’aider à s’ouvrir.  

Le sang menstruel est hautement oxygéné, le plus pur, et il recèle de l’ADN décodé. L’oxygène déchiffre ces chaînes et permet la restructuration de l’information. Vos scientifiques explorent déjà une troisième chaîne d’ADN. Ils apprennent à construire des chaînes d’ADH basées sur les lumières de photons – des fibres dans le corps que nous nommons filaments encodés par la lumière. 

 Vos religions modernes ont subverti le mystère du sang. Vous arrive-t-il de vous interroger sur la communion chrétienne ? On vous demande de manger le corps du Christ et de boire son sang. Qu’est-ce que cela signifie ?  

Si vous avez reçu une éducation chrétienne, ce sont des mots qu’on vous a répétés à maintes reprises : « ceci est mon corps. Ceci est mon sang ». Ce rituel est déformé. Le fait de consommer le corps et le sang évoque le cannibalisme et se fonde sur une intrusion archaïque des reptiliens qui n’a pas encore été établie. 

 

Sang de la femme dans SANG barre_separation1

 

Channeling de Barbara Marciniak avec la Pléiadiens 

Issu du livre Terre – Clés pléiadiennes de la bibliothèque vivante

 

 

 

 

Publié dans:SANG |on 16 juillet, 2010 |Pas de commentaires »

Sang de l’homme

Le sang semble plus mystérieux pour la vibration mâle, car tout le sang de l’homme demeure à l’intérieur. Ce n’est pas quelque chose qu’il peut voir et toucher chaque mois comme peut le faire une femme. La guerre constitue l’une des distorsions résultant du patriarcat et visant à donner aux mâles le pouvoir du sang.  

Ce sang n’est pourtant pas le même. Il jaillit de la violence, de la destruction de la vie, de la mutilation et de la tuerie, associé à des émotions ou à des sentiments étouffés ou réprimés. Il n’existe pour l’homme qu’une façon correcte de prendre en lui le pouvoir du sang – et c’est qu’une femme lui offre son sang, qu’elle parage avec lui son élixir. Ceci peut se faire de plusieurs manières. Que l’homme se nourrisse de fruits et de légumes cultivés avec du sang menstruel constitue une méthode évidente. Un homme peut également être marqué à la nuque ou sur la plante des pieds avec du sang menstruel. Son corps absorbera alors la connaissance qu’il contient.  

Les hommes auront besoin du sang des femmes, et les femmes se souviendront de la Déesse en elles et incarneront le principe de la Déesse. Ce principe vous enseignera comment créer un équilibre sur cette planète. Il est de notre intention que chacune des femmes comprenne les mystères de son corps et partage ces mystères avec la vibration mâle qui lui est appropriée, et sans secrets. 

 

Les hommes craignent parfois le sang des femmes. Souvent, un homme hésite à s’engager dans l’acte sexuel lorsque la femme saigne. Pour la femme, il peut y avoir une anxiété quant à savoir si l’homme trouve la présence de sang désagréable. Si vous appréciez l’acte sexuel durant les saignements, que vous soyez homme ou femme, félicitations, car vous avez vaincu une empreinte profonde. Vous partager avec l’autre à un niveau profond impliquant une connexion cellulaire.  

L’acte sexuel lors des menstruations, dans le cadre d’une relation sérieuse, constitue une méthode puissante de partager le sang. Il s’agit d’un rituel archaïque, et nous ne conseillons pas d’exploits sexuels au hasard pour partager le sang des menstruations. C’est un geste sacré et puissant. Pourquoi croyez-vous qu’un tel tabou l’enveloppe ? Pourquoi avez-vous été détourné des mystères du sang des éons durant ?  

Peut-être parce que certaines ouvertures vers la connaissance se seraient présentées que les dieux souhaitaient ne pas vous voir posséder. Le sang contient des archives de l’expérience personnelle, planétaire et céleste. Lorsque vous faites l’expérience du sang lors de l’union sexuelle, vous êtes envahi de vagues de connaissance, bien au-delà de votre aptitude actuelle à comprendre et à intégrer. Plusieurs années peuvent s’écouler avant que cette connaissance profonde, décodée en votre corps, se développe.  

L’équivalent masculin du sang menstruel, est bien sûr, le sperme. Le sperme, tout comme les puces d’ordinateur, porte le corde de l’intelligence permettant l’évolution de la conscience. Celle-ci se mesure à l’heure actuelle suivant le degré d’aptitude de la vibration mâle à se souvenir de la Déesse et à l’épouser. C’est le sperme qui détermine si un enfant sera mâle ou femelle. L’ovule reste le même ; le sperme prend ces décisions. Il constitue l’histoire de la Mère encodée dans la vibration mâle et contient l’interprétation de la façon dont le mâle se souvent de cette histoire.  

Lorsqu’un homme a des relations sexuelles avec une femme menstruée, son sperme peut agir comme explorateur et lui transmettre télépathiquement le pouvoir et la connaissance de la femme. Un homme peut accéder à l’identité réelle d’une femme pendant ses règles. 

 Sang de l'homme dans SANG barre_separation1

Channeling de Barbara Marciniak avec la Pléiadiens 

Issu du livre Terre – Clés pléiadiennes de la bibliothèque vivante

 

 

Publié dans:SANG |on 16 juillet, 2010 |Pas de commentaires »

Sang et couleurs

Chez les femmes, le sang constitue la vibration de la couleur rouge.

 Chez les hommes, le sperme constitue la vibration de la couleur blanche. 

Mêlés ensemble, le sang et le sperme forment un autre élixir. La seule pensée qu’un homme puisse toucher une femme ayant ses règles relevait de la plus grande hérésie, combien pire encore le fait d’avoir une relation sexuelle avec elle, ou de mêler le sperme au sang ou de le goûter. Et pourtant, en des temps très anciens, alors que l’énergie de la Déesse était comprise, et que les femmes étaient vénérées, ce mélange était considéré comme une boisson procurant l’immortalité aux hommes. 

Les hommes comprenaient que lorsqu’ils buvaient le sang menstruel, ou qu’ils y mêlaient leur sperme, ils s’en trouvaient avivés, fortifiés. C’est l’une des clés de l’immortalité. 

Rappelez-vous la Bible qui relate l’histoire de l’Arbre de la Vie et de l’Arbre de la Connaissance. L’Arbre de la Connaissance permet que vous soyez informé. La faculté et la pratique sexuelles sont équivalentes à l’Arbre de la Connaissance, de cet arbre on interdit aux humains d’en consommer les fruits. On leur interdit également toute participation avec l’Arbre de la Vie. 

Depuis des éons, les dieux vous ont détournés de cette connaissance.

Sang et couleurs dans SANG barre_separation1

 

Channeling de Barbara Marciniak avec la Pléiadiens 

Issu du livre Terre – Clés pléiadiennes de la bibliothèque vivante

Publié dans:SANG |on 16 juillet, 2010 |Pas de commentaires »

Ménopause

Lorsqu’une femme est ménopausée, elle entre dans une pause. 

Si elle peut préserver cette pause, quelque chose se transforme en elle et elle accède à un lieu de sagesse. L’histoire récente montre que lorsqu’une femme cessait d’avoir ses menstruations, elle devait être crainte car elle pouvait alors garder son sang et maintenir tout sa puissance. 

La plupart des femmes vers l’âge de quarante ans, et certaines dans la trentaine, décrètent leur mort en activant le processus du vieillissement. Les femmes sont détournées des cycles naturels qui leur sont propres et de par leurs pensées, leur aversion et leur mépris vis-à-vis  de leur corps, elles déséquilibrent ce dernier. On se méprend complètement quant à la nature de la ménopause, tout comme on envisage erronément les saignements comme une malédiction. Tous ont tendance à approuver ces méprises. 

La ménopause possède un atout majeur, et rien n’est perdu à cette époque de la vie. C’est une époque formidable d’acquisition et d’épanouissement, le contraire même de ce qu’on vous a raconté. 

Les hommes qui ont subi la vasectomie ont souvent peur de leur propre puissance sexuelle et croient qu’ils n’ont aucun contrôle sur leur corps. La représentation symbolique de la vasectomie fait état de leur sentiment d ‘impuissance – que leur sperme et leur pénis ne font pas ce qu’ils veulent. La crainte du sperme engendre une crainte du corps. Ceux qui subissent une vasectomie accélèrent également l’apparition de problèmes de la prostate, car le fait d’empêcher l’écoulement du sperme engendrera des problèmes corporels. Nous ne recommandons pas la vasectomie. Nous vous conseillons plutôt d’apprendre à faire usage de vos corps au lieu d’en condamner certaines fonctions et de créer des détours. Lorsque vous réévaluez vos convictions au sujet de la sexualité, restez ouverts à l’émerveillement. 

Ménopause dans SANG barre_separation1

 Channeling de Barbara Marciniak avec la Pléiadiens 

Issu du livre Terre – Clés pléiadiennes de la bibliothèque vivante. 

Publié dans:SANG |on 16 juillet, 2010 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3