Archive pour la catégorie 'REVES'

L’interprétation du rêve

  

“Le juge le plus habile en matière de rêves est celui qui possède la capacité de discerner les ressemblances ; car tout individu peut juger un rêve être suffisamment clair. Les images mentales ressemblent aux reflets dans l’eau. Le reflet n’est pas semblable à l’original, comme les images ne sont pas semblables à l’objet réel.” 

Aristote  

Pourquoi interpréter le rêve ? 

dauphinsOutre ses fonctions d’assimilation des événements, de régénérateur du système nerveux, de compensateur psychologique et de reflet intérieur, le rêve peut-il être interprété et pourquoi ? 

En tentant de faire passer au niveau de la conscience des aspects encore inconnus de notre personnalité, le rêve participe à notre évolution. L’interprétation du rêve a donc alors deux actions bénéfiques. Elle active le processus de conscience de soi et d’évolution, en même temps qu’elle nous apprend à communiquer d’une façon plus intuitive, avec le monde et plus directe avec les autres. L’interprétation et l’analyse du rêve permettent à l’individu de se reconnecter avec son désir profond ou le soi intérieur (le mandala intérieur selon Jung). Cette approche permet alors d’appliquer au mieux la fameuse formule de Socrate : “Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers entier.” 

D’autre part, le rêve donne accès aux points de blocage ou aux traumatismes de l’enfance qui resteraient inconscients et qui ont pourtant une incidence sur notre vie actuelle. De façon explicite, le rêve permet de découvrir rapidement la raison de certains troubles qui nous empêchent de nous épanouir aujourd’hui 

La connaissance des symboles permet de comprendre le sens du rêve et, petit à petit, de l’interpréter. Cette approche du rêve va avoir pour effet de mieux percevoir les fonctions inconscient/conscient. La communication de ces deux composantes de la personnalité amène à une plus grande harmonie, un mieux être. 

  

Le rêve est une perception objective de la réalité, la seule qui puisse nous permettre de discerner le mensonge intrinsèque à la réalité subjective de l’état de veille : Culture, éducation, conditionnement, croyances, intox, projections, certitudes, peurs, culpabilité, mauvaise foi, convoitise, jalousie. 

c9d1e20a9c.gif

D’après Tristan-Frédéric MOIR
Psychanalyste – Psychothérapeute – Onirologue

Analyse et interprétation de rêves
En direct chaque mercredi de 23h à 1h30 sur
“Radio Ici & Maintenant !” 95.2 FM 

Publié dans:REVES |on 16 septembre, 2011 |Pas de commentaires »

Somnambulisme

fleur

Puisque la clairvoyance du somnambule est celle de son âme ou de son Esprit, pourquoi ne voit-il pas tout, et pourquoi se trompe-t-il souvent ? 

D’abord il n’est pas donné aux Esprits imparfaits de tout voir et de tout connaître ; tu sais bien qu’ils participent encore de vos erreurs et de vos préjugés ; et puis, quand ils sont attachés à la matière, ils ne jouissent pas de toutes leurs facultés d’Esprit. Dieu a donné à l’homme cette faculté dans un but utile et sérieux, et non pour lui apprendre ce qu’il ne doit pas savoir ; voilà pourquoi les somnambules ne peuvent pas tout dire. 

Quelle est la source des idées innées du somnambule, et comment peut-il parler avec exactitude de choses qu’il ignore à l’état de veille, qui sont même au-dessus de sa capacité intellectuelle ? 

Il arrive que le somnambule possède plus de connaissances que tu ne lui en connais ; seulement elles sommeillent, parce que son enveloppe est trop imparfaite pour qu’il puisse s’en souvenir. Mais en définitive, qu’est-il ? Comme nous, Esprit qui est incarné dans la matière pour accomplir sa mission, et l’état dans lequel il entre le réveille de cette léthargie. Nous t’avons dit bien souvent que nous revivons plusieurs fois ; c’est ce changement qui lui fait perdre matériellement ce qu’il a pu apprendre dans une existence précédente ; en entrant dans l’état que tu appelles crise, il se rappelle, mais pas toujours d’une manière complète ; il sait, mais ne pourrait pas dire d’où il sait, ni comment il possède ces connaissances. La crise passée, tout souvenir s’efface et il rentre dans l’obscurité. 

L’expérience montre que les somnambules reçoivent aussi des communications d’autres Esprits qui leur transmettent ce qu’ils doivent dire, et suppléent à leur insuffisance ; cela se voit surtout dans les prescriptions médicales : l’Esprit du somnambule voit le mal, un autre lui indique le remède. Cette double action est quelquefois patente, et se révèle, en outre, par ces expressions assez fréquentes : on me dit de dire, ou l’on me défend de dire telle chose. Dans ce dernier cas, il y a toujours du danger à insister pour obtenir une révélation refusée, parce qu’alors on donne prise aux Esprits légers qui parlent de tout sans scrupule et sans se soucier de la vérité. 

Comment expliquer la vue à distance chez certains somnambules ? 

L’âme ne se transporte-t-elle pas pendant le sommeil ? 

C’est la même chose dans le somnambulisme. 

Le développement plus ou moins grand de la clairvoyance somnambulique tient-il à l’organisation physique ou à la nature de l’Esprit incarné ? 

A l’une et à l’autre ; il y a des dispositions physiques qui permettent à l’Esprit de se dégager plus ou moins facilement de la matière. 

Les facultés dont jouit le somnambule sont-elles les mêmes que celles de l’Esprit après la mort ? 

Jusqu’à un certain point, car il faut tenir compte de l’influence de la matière à laquelle il est encore lié. 

Le somnambule peut-il voir les autres Esprits ? 

La plupart les voient très bien ; cela dépend du degré et de la nature de leur lucidité ; mais quelquefois ils ne s’en rendent pas compte tout d’abord, et les prennent pour des êtres corporels ; cela arrive surtout à ceux qui n’ont aucune connaissance du spiritisme ; ils ne comprennent pas encore l’essence des Esprits ; cela les étonne, et c’est pourquoi ils croient voir des vivants. 

Le même effet se produit au moment de la mort chez ceux qui se croient encore vivants. Rien autour d’eux ne leur paraît changé, les Esprits leur semblent avoir des corps pareils aux nôtres, et ils prennent l’apparence de leur propre corps pour un corps réel.

fleur

Le somnambule qui voit à distance, voit-il du point où est son corps, ou de celui où est son âme ? 

Pourquoi cette question, puisque c’est l’âme qui voit et non pas le corps ? 

Puisque c’est l’âme qui se transporte, comment le somnambule peut-il éprouver dans son corps les sensations de chaud ou de froid du lieu où se trouve son âme, et qui est quelquefois très loin de son corps ? 

L’âme n’a point quitté entièrement le corps ; elle y tient toujours par le lien qui l’unit à lui ; c’est ce lien qui est le conducteur des sensations. 

Quand deux personnes correspondent d’une ville à l’autre par l’électricité, c’est l’électricité qui est le lien entre leurs pensées ; c’est pourquoi elles se communiquent comme si elles étaient l’une à côté de l’autre. 

L’usage qu’un somnambule fait de sa faculté influe-t-il sur l’état de son Esprit après sa mort ? 

 Beaucoup, comme l’usage bon ou mauvais de toutes les facultés que Dieu a données à l’homme.   

fleur

~ ~ ~     Les causes premières d’Allan Kardec   ~ ~ ~      

Publié dans:REVES |on 11 septembre, 2010 |Pas de commentaires »

Somnambulisme et rêves

Alphabetomnambulisme.

 

 

Le somnambulisme naturel a-t-il du rapport avec les rêves ? 

Comment peut-on l’expliquer ? 

 

C’est une indépendance de l’âme plus complète que dans le rêve, et alors ses facultés sont plus développées ; elle a des perceptions qu’elle n’a pas dans le rêve, qui est un état de somnambulisme imparfait. 

 

Dans le somnambulisme, l’Esprit est tout entier à lui-même ; les organes matériels, étant en quelque sorte en catalepsie, ne reçoivent plus les impressions extérieures.

Cet état se manifeste surtout pendant le sommeil ; c’est le moment où l’Esprit peut quitter provisoirement le corps, celui-ci étant livré au repos indispensable à la matière.

Quand les faits de somnambulisme se produisent, c’est que l’Esprit, préoccupé d’une chose ou d’une autre, se livre à une action quelconque qui nécessite l’usage de son corps, dont il se sert alors d’une façon analogue à l’emploi qu’il fait d’une table ou de tout autre objet matériel dans le phénomène des manifestations physiques, ou même de votre main dans celui des communications écrites. Dans les rêves dont on a conscience, les organes, y compris ceux de la mémoire, commencent à s’éveiller ; ceux-ci reçoivent imparfaitement les impressions produites par les objets ou les causes extérieures et les communiquent à l’Esprit qui, en repos alors lui-même, n’en perçoit que des sensations confuses et souvent décousues, et sans aucune raison d’être apparente, mélangées qu’elles sont de vagues souvenirs, soit de cette existence, soit d’existences antérieures.

Il est alors facile de comprendre pourquoi les somnambules n’ont aucun souvenir, et pourquoi les rêves, dont on conserve la mémoire, n’ont le plus souvent aucun sens. Je dis le plus souvent, car il arrive qu’ils sont la conséquence d’un souvenir précis d’événements d’une vie antérieure, et quelquefois même une sorte d’intuition de l’avenir. 

 

Le somnambulisme appelé magnétique a-t-il du rapport avec le somnambulisme naturel ? 

 

C’est la même chose, si ce n’est qu’il est provoqué.   

 

Quelle est la nature de l’agent appelé fluide magnétique ? 

 

Fluide vital, électricité animalisée, qui sont des modifications du fluide universel. 

 

Quelle est la cause de la clairvoyance somnambulique ? 

 

Nous l’avons dit : c’est l’âme qui voit

 

Comment le somnambule peut-il voir à travers les corps opaques ? 

 

 « Il n’y a de corps opaques que pour vos organes grossiers ; n’avons-nous pas dit que, pour l’Esprit, la matière n’est point un obstacle, puisqu’il la traverse librement. Souvent il vous dit qu’il voit par le front, par le genou, etc., parce que vous, entièrement dans la matière, vous ne comprenez pas qu’il puisse voir sans le secours des organes ; lui-même, par le désir que vous avez, croit avoir besoin de ces organes, mais si vous le laissiez libre, il comprendrait qu’il voit par toutes les parties de son corps, ou, pour mieux dire, c’est en dehors de son corps qu’il voit.   

 

 

alphabet fantaisie

 

 

~ ~ ~     Les causes premières d’Allan Kardec   ~ ~ ~      

 

Publié dans:REVES |on 11 septembre, 2010 |Pas de commentaires »

Les Mots dans les rêves

 Les Mots dans les rêves dans REVES 00020317Il nous semble quelquefois entendre en nous-mêmes des mots prononcés distinctement et qui n’ont aucun rapport avec ce qui nous préoccupe, d’où cela vient-il ? 

« Oui, et même des phrases tout entières, surtout quand les sens commencent à s’engourdir. C’est quelquefois un faible écho d’un Esprit qui veut communiquer avec toi. » 

Souvent, dans un état qui n’est pas encore le demi-sommeil, lorsque nous avons les yeux fermés, nous voyons des images distinctes, des figures dont nous saisissons les plus minutieux détails ; est-ce un effet de vision ou d’imagination ? 

Le corps étant engourdi, l’Esprit cherche à briser sa chaîne : il se transporte et voit ; si le sommeil était complet, ce serait un rêve. 

On a quelquefois pendant le sommeil ou le demi-sommeil des idées qui semblent très bonnes, et qui, malgré les efforts que l’on fait pour se les rappeler, s’effacent de la mémoire ; d’où viennent ces idées ? 

Elles sont le résultat de la liberté de l’Esprit qui s’émancipe et jouit de plus de facultés pendant ce moment. Ce sont souvent aussi des conseils que donnent d’autres Esprits.   

- A quoi servent ces idées et ces conseils, puisqu’on en perd le souvenir et qu’on ne peut en profiter ? 

Ces idées appartiennent quelquefois plus au monde des Esprits qu’au monde corporel ; mais le plus souvent si le corps oublie, l’Esprit se souvient, et l’idée revient au moment nécessaire comme une inspiration du moment. 

L’Esprit incarné, dans les moments où il est dégagé de la matière et agit comme Esprit, sait-il l’époque de sa mort ? 

Souvent il la pressent ; quelquefois il en a la conscience très nette, et c’est ce qui, dans l’état de veille, lui en donne l’intuition ; de là vient que certaines personnes prévoient quelquefois leur mort avec une grande exactitude.   

L’activité de l’Esprit pendant le repos ou le sommeil du corps, peut-elle faire éprouver de la fatigue à ce dernier ? 

Oui, car l’Esprit tient au corps, comme le ballon captif tient au poteau ; or, de même que les secousses du ballon ébranlent le poteau, l’activité de l’Esprit réagit sur le corps, et peut lui faire éprouver de la fatigue.   

 

 

barre_separation dans REVES

~ ~ ~     Les causes premières d’Allan Kardec   ~ ~ ~      

 

 

Publié dans:REVES |on 28 août, 2010 |Pas de commentaires »

Le sommeil et les rêves

 Le sommeil et les rêves dans REVES 0002033D L’Esprit incarné demeure-t-il volontiers sous son enveloppe corporelle ? 

« C’est comme si tu demandais si le prisonnier se plaît sous les verrous. L’Esprit incarné aspire sans cesse à la délivrance, et plus l’enveloppe est grossière, plus il désire en être débarrassé. » 

Pendant le sommeil, l’âme se repose-t-elle comme le corps ? 

« Non, l’Esprit n’est jamais inactif. Pendant le sommeil, les liens qui l’unissent au corps sont relâchés, et le corps n’ayant pas besoin de lui, il parcourt l’espace, et entre en relation plus directe avec les autres Esprits. » 

Comment pouvons-nous juger de la liberté de l’Esprit pendant le sommeil ? 

Par les rêves. Crois bien que lorsque le corps repose, l’Esprit a plus de facultés que dans la veille ; il a le souvenir du passé et quelquefois prévision de l’avenir ; il acquiert plus de puissance et peut entrer en communication avec les autres Esprits, soit dans ce monde, soit dans un autre. Souvent, tu dis : J’ai fait un rêve bizarre, un rêve affreux, mais qui n’a aucune vraisemblance ; tu te trompes ; c’est souvent un souvenir des lieux et des choses que tu as vus ou que tu verras dans une autre existence ou à un autre moment. Le corps étant engourdi, l’Esprit tâche de briser sa chaîne en cherchant dans le passé ou dans l’avenir. 

Pauvres hommes, que vous connaissez peu les phénomènes les plus ordinaires de la vie ! Vous croyez être bien savants, et les choses les plus vulgaires vous embarrassent ; à cette question de tous les enfants : qu’est-ce que nous faisons quand nous dormons ? Qu’est-ce que c’est que les rêves ? Vous restez interdits. 

Le sommeil délivre en partie l’âme du corps. Quand on dort, on est momentanément dans l’état où l’on se trouve d’une manière fixe après la mort. Les Esprits qui sont tôt dégagés de la matière à leur mort ont eu des sommeils intelligents ; ceux-là, quand ils dorment, rejoignent la société des autres êtres supérieurs à eux : ils voyagent, causent et s’instruisent avec eux ; ils travaillent même à des ouvrages qu’ils trouvent tout faits en mourant. Ceci doit vous apprendre une fois de plus à ne pas craindre la mort, puisque vous mourez tous les jours selon la parole d’un saint. 

Voilà pour les Esprits élevés ; mais pour la masse des hommes qui, à la mort, doivent rester de longues heures dans ce trouble, dans cette incertitude dont ils vous ont parlé, ceux-là vont, soit dans des mondes inférieurs à la terre, où d’anciennes affections les rappellent, soit chercher des plaisirs peut-être encore plus bas que ceux qu’ils ont ici ; ils vont puiser des doctrines encore plus viles, plus ignobles, plus nuisibles que celles qu’ils professent au milieu de vous. Et ce qui engendre la sympathie sur la terre n’est pas autre chose que ce fait qu’on se sent, au réveil, rapproché par le coeur de ceux avec qui on vient de passer huit à neuf heures de bonheur ou de plaisir. Ce qui explique aussi ces antipathies invincibles, c’est qu’on sait au fond de son coeur que ces gens-là ont une autre conscience que la nôtre, parce qu’on les connaît sans les avoir jamais vus avec les yeux. 

C’est encore ce qui explique l’indifférence, puisqu’on ne tient pas à faire de nouveaux amis, lorsqu’on sait qu’on en a d’autres qui nous aiment et nous chérissent. En un mot, le sommeil influe plus que vous ne pensez sur votre vie. 

Par l’effet du sommeil, les Esprits incarnés sont toujours en rapport avec le monde des Esprits, et c’est ce qui fait que les Esprits supérieurs consentent, sans trop de répulsion, à s’incarner parmi vous. Dieu a voulu que pendant leur contact avec le vice, ils pussent aller se retremper à la source du bien, pour ne pas faillir eux-mêmes, eux qui venaient instruire les autres. Le sommeil est la porte que Dieu leur a ouverte vers leurs amis du ciel ; c’est la récréation après le travail, en attendant la grande délivrance, la libération finale qui doit les rendre à leur vrai milieu. 

Le rêve est le souvenir de ce que votre Esprit a vu pendant le sommeil ; mais remarquez que vous ne rêvez pas toujours, parce que vous ne vous souvenez pas toujours de ce que vous avez vu, ou de tout ce que vous avez vu. Ce n’est pas votre âme dans tout son développement ; ce n’est souvent que le souvenir du trouble qui accompagne votre départ ou votre rentrée, auquel se joint celui de ce que vous avez fait ou de ce qui vous préoccupe dans l’état de veille ; sans cela, comment expliqueriez-vous ces rêves absurdes que font les plus savants comme les plus simples ? Les mauvais Esprits se servent aussi des rêves pour tourmenter les âmes faibles et pusillanimes. 

Au reste, vous verrez dans peu se développer une autre espèce de rêves ; elle est aussi ancienne que celle que vous connaissez, mais vous l’ignorez. Le rêve de Jeanne, le rêve de Jacob, le rêve des prophètes juifs et de quelques devins indiens : ce rêve-là est le souvenir de l’âme entièrement dégagée du corps, le souvenir de cette seconde vie dont je vous parlais tout à l’heure. 

Cherchez bien à distinguer ces deux sortes de rêves dans ceux dont vous vous souviendrez ; sans cela vous tomberiez dans des contradictions et dans des erreurs qui seraient funestes à votre foi. 

Les rêves sont le produit de l’émancipation de l’âme rendue plus indépendante par la suspension de la vie active et de relation. De là une sorte de clairvoyance indéfinie qui s’étend aux lieux les plus éloignés ou que l’on n’a jamais vus, et quelquefois même à d’autres mondes. De là encore le souvenir qui retrace à la mémoire les événements accomplis dans l’existence présente ou dans les existences antérieures ; l’étrangeté des images de ce qui se passe ou s’est passé dans des mondes inconnus, entremêlées des choses du monde actuel, forment ces ensembles bizarres et confus qui semblent n’avoir ni sens ni liaison. 

L’incohérence des rêves s’explique encore par les lacunes que produit le souvenir incomplet de ce qui nous est apparu en songe. Tel serait un récit dont on aurait tronqué au hasard des phrases ou des parties de phrases : les fragments qui resteraient étant réunis perdraient toute signification raisonnable. 

Pourquoi ne se rappelle-t-on pas toujours les rêves ? 

Dans ce que tu appelles le sommeil, ce n’est que le repos du corps, car l’Esprit est toujours en mouvement ; là, il recouvre un peu de sa liberté, et correspond avec ceux qui lui sont chers, soit dans ce monde, soit dans d’autres ; mais comme le corps est une matière lourde et grossière, il conserve difficilement les impressions qu’a reçues l’Esprit, parce que l’Esprit ne les a pas perçues par les organes du corps.   

Que penser de la signification attribuée aux rêves ? 

Les rêves ne sont point vrais comme l’entendent les diseurs de bonne aventure, car il est absurde de croire que rêver de telle chose annonce telle chose. Ils sont vrais en ce sens qu’ils présentent des images réelles pour l’Esprit, mais qui souvent n’ont pas de rapport avec ce qui se passe dans la vie corporelle ; souvent aussi, comme nous l’avons dit, c’est un souvenir ; ce peut être enfin quelquefois un pressentiment de l’avenir, si Dieu le permet, ou la vue de ce qui se passe à ce moment dans un autre lieu et où l’âme se transporte. 

N’avez-vous pas de nombreux exemples que des personnes apparaissent en songe et viennent avertir leurs parents ou leurs amis de ce qui leur arrive ? Qu’est-ce que c’est que ces apparitions, sinon l’âme ou l’Esprit de ces personnes qui vient communiquer avec le vôtre ? Quand vous acquérez la certitude que ce que vous avez vu a réellement eu lieu, n’est-ce pas une preuve que l’imagination n’y est pour rien, si surtout cette chose n’était nullement dans votre pensée pendant la veille ? 

On voit souvent en rêve des choses qui semblent des pressentiments et qui ne s’accomplissent pas ; d’où cela vient-il ? 

Elles peuvent s’accomplir pour l’Esprit, sinon pour le corps, c’est-à-dire que l’Esprit voit la chose qu’il désire parce qu’il va la trouver. Il ne faut pas oublier que, pendant le sommeil, l’âme est toujours plus ou moins sous l’influence de la matière, et que, par conséquent, elle ne s’affranchit jamais complètement des idées terrestres ; il en résulte que les préoccupations de la veille peuvent donner à ce que l’on voit l’apparence de ce que l’on désire ou de ce que l’on craint ; c’est là véritablement ce que l’on peut appeler un effet de l’imagination. 

Lorsqu’on est fortement préoccupé d’une idée, on y rattache tout ce que l’on voit. 

Lorsque nous voyons en rêve des personnes vivantes, que nous connaissons parfaitement, accomplir des actes auxquels elles ne songent nullement, n’est-ce pas un effet de pure imagination ? 

Auxquels elles ne songent nullement, qu’en sais-tu ? Leur Esprit peut venir visiter le tien, comme le tien peut visiter le leur, et tu ne sais pas toujours à quoi il pense. Et puis souvent aussi vous appliquez à des personnes que vous connaissez, et selon vos désirs, ce qui s’est passé ou se passe dans d’autres existences. 

Le sommeil complet est-il nécessaire pour l’émancipation de l’Esprit ? 

Non l’Esprit recouvre sa liberté quand les sens s’engourdissent ; il profite, pour s’émanciper, de tous les instants de répit que lui laisse le corps. Dès qu’il y a prostration des forces vitales, l’Esprit se dégage, et plus le corps est faible, plus l’Esprit est libre. 

C’est ainsi que le demi-sommeil, ou un simple engourdissement des sens, présente souvent les mêmes images que le rêve. 

 

barre_separation dans REVES

 

~ ~ ~     Les causes premières d’Allan Kardec   ~ ~ ~      

 

 

Publié dans:REVES |on 28 août, 2010 |Pas de commentaires »

Les rêves changent

Etoile de mer-         Nos rêves reflètent-ils parfois une possibilité vécue par l’un des nombreux aspects de notre moi ? Ces derniers temps, il m’a semblé que mes rêves étaient d’un autre ordre (je suis sûre que beaucoup de nos lecteurs ont observé la même chose, comme si je vivais un scénario sans être endormie. Lorsque je me réveille, je n’ai pas l’impression d’avoir réellement dormi, et puis, quand je referme les yeux, le scénario reprend là où j’en étais. C’est complètement différent de ce à quoi je suis habituée. 

-         Comment dois-je interpréter cela ?

Vous devez comprendre ce qu’est l’état de rêve. D’abord, il s’agit pour vous d’un état qui est rempli de confusion. Mais celle-ci tient simplement au fait que c’est l’un des seuls états auxquels les humains peuvent naturellement accéder qui est totalement en dehors de la réalité tridimensionnelle habituelle et qui entrouvre le voile. Vous êtes donc sans doute plus proches de la « vérité » sur la façon dont les choses fonctionnent quand vous rêvez, que lorsque vous êtes éveillés ! (Comprenez-vous cette fois la difficulté que peuvent éprouver les channels et les prophètes durant leurs visites de l’autre côté du voile ?) 

La raison pour laquelle tellement de gens ont des rêves inhabituels ces jours-ci tient au fait que votre ADN réagit peu à peu au nouvel alignement magnétique de la trame énergétique, lesquels alignements rendent de nouvelles avenues d’éveil possibles. Grâce à ces dernières, vous êtes libres de choisir de commencer à lever partiellement le voile vous séparant de l’autre monde, ce qui a pour effet de vous permettre d’être littéralement à cheval entre deux réalités… tout comme les channels. Voilà ce que nous appelons la maîtrise ! Mais cette situation engendre des rêves qui sont exceptionnellement réels, hors du temps et de l’espace, parfois déroutants, réconfortants ou effrayants, et donnant l’impression d’être plus réels que jamais. 

Avec le temps, vous allez également vous rendre compte de la possibilité de vivre la même expérience en méditant. Beaucoup de gens rapportent avoir des visions. Ce phénomène fait désormais partie de votre vie « normale ». Apprenez comment interpréter ces rêves en les considérant non pas simplement comme des choses se passant durant la nuit, mais plutôt comme une sorte d’intense communication que vous recevez alors. Ces rêves recèlent des indices révélateurs quant aux pouvoirs que vous possédez et à la relation que vous entretenez avec Dieu. Ils prennent souvent la forme d’images tridimensionnelles qui n’ont toutefois aucun lien avec vos perceptions habituellee à l’état de veille. 

Quand, en rêve, vous recevez la visite d’une personne décédée, portez-y attention, car c’est dans ces moments que ce genre de communication peut se produire. L’expérience sera alors cent fois plus profonde que si vous alliez à une séance chez une personne prétendant entrer en contact avec les morts. 

En rêve, vous pouvez communiquer avec l’essence même de l’âme du trépassé, et non simplement avec sa coquille résiduelle de forme humaine restée sur terre, la seule chose que les médiums perçoivent habituellement. Vous échangez alors en temps réel avec la dimension akashique du défunt, soit avec l’aspect intemporel de son être, celui qui ne porte aucun nom humain et qui représente la quintessence de nombreuses existences successives de cette entité sur cette planète-ci et d’autres. Cette entité, débordante d’amour et de sagesse, se manifestera à vous sous l’apparence l’être que vous avez perdu, mais une telle grâce et un tel amour en émaneront que cela aura pour effet de déclencher en vous une forte réaction émotionnelle. 

Pour en revenir à la question, les états de rêve et de veille présentent des similarités de plus en plus grandes. Ce fait à lui seul devrait suffire à confirmer ce dont je te parle, à savoir que vous êtes, chers humains, plus près que jamais auparavant, de réussir à soulever le voile sur l’autre monde. 

Barre de separation

 Issu du livre : AU-DELA du VOILE des illusions et de la confusion – L’année de l’Unité     Channeling de Kreyon, la Fraternité de Lumière, Soria, l’archange Michaël et Amma 

Publié dans:REVES |on 25 juillet, 2010 |Pas de commentaires »
123

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3