Archive pour la catégorie 'PRIERE ET MEDITATION'

LE CHEMIN DE LA LUMIÈRE

 

L’humilité intérieure de l’homme donne naissance aux plus beaux des fruits. C’est la plus grande qualité de l’homme sage et plein de raison. Quand l’homme monte, c’est-à-dire quand il se trouve dans une période d’évolution, il est humble parce qu’il aperçoit au-dessus de lui tant de hauteurs, tant de sommets qu’il aspire à gravir. Quand l’être descend, quand il est dans une période d’involution, il est fier et orgueilleux, car il continue à vivre avec le souvenir de sa haute provenance.

Tournez-vous vers l’éternel principe, demandez-lui de vous donner l’abondance de son amour et de sa sagesse pour que vos yeux s’ouvrent et que vous puissiez contempler le monde avec les yeux de la vérité. Celui qui voit et comprend Dieu à travers sa majestueuse et incomparable création, qui pense à lui, lui parle et l’aime d’un amour absolu, a saisi le vrai sens de la vie. Il peut affronter sans crainte les pires difficultés ; il a la certitude de les surmonter par la patience et la persévérance. Vous pouvez vous concentrer et recevoir d’en haut soutien, force, discernement. Vos bons désirs se réalisent et vous accomplissez mieux votre tâche. Tous vos échecs viennent de la non application de cette règle. Vous avez de bons désirs, mais il faut que vous sachiez où demander de l’aide.

1 blog francesca

La prière est la méthode la plus importante pour notre évolution. Elle n’est pas quelque chose d’extérieur et ne consiste pas seulement à prononcer des mots. La prière est un profond état d’âme intérieur. C’est la liaison avec la pensée du Créateur, de l’Illimité, le lien avec le monde des êtres évolués, ces serviteurs immortels. Il est nécessaire de savoir ce qu’il faut demander à la source de toute vie. Le plus sage est de demander comment accomplir la volonté divine. Cette volonté est bonne et paternelle. Elle désire que nous acquérions le savoir, l’amour et la puissance. Par la prière, l’Illimité nous donne les conditions de discernement, l’élan nécessaire pour y arriver. Les écritures disent : «Que la volonté de Dieu soit faite». C’est réellement le seul chemin par lequel nous pouvons avancer.

Chaque train, à son départ d’une gare, demande aux stations suivantes le libre passage pour qu’il n’y ait pas de collision. Nous aussi, nous devons demander au ciel le libre passage pour nos activités de la journée. En allant à votre travail, concentrez-vous un instant, demandez la protection de la Lumière. Dirigez votre regard intérieur vers la grande sagesse divine et vous recevrez l’aide nécessaire. S’il arrive que vous soyez sombre et de mauvaise humeur, c’est que votre ciel est couvert de nuages. Montez par la pensée au sommet le plus haut de votre esprit, dirigez votre pensée vers ce Dieu d’amour et de lumière, vers les êtres évolués, serviteurs de la vie. Vous ne tarderez pas à apercevoir un rayon de lumière percer le nuage de votre ciel. Ce sera la réponse à votre prière. L’homme qui suit le mouvement descendant de l’involution est orgueilleux parce que sa conscience conserve le souvenir vivant de son haut passé. Au contraire, il est humble s’il suit le chemin évolutif, ascendant. En s’élevant, il aperçoit les hauteurs qu’il doit surmonter grâce à ses efforts personnels d’auto-éducation, par l’étude, la connaissance et la pratique de la vie réelle. L’orgueilleux descend pour mesurer la profondeur de ses imperfections, tandis que l’être humble monte à la découverte des sommets d’où jaillit la lumière de la vérité.

L’humilité est nécessaire à tout homme et plus encore à celui qui aspire à la grande vie nouvelle. Toute tendance à se croire personnellement supérieur doit être exclue de la conscience de l’élève de l’école spirituelle. Les grandes souffrances que l’humanité endure, les continuelles luttes entre les sociétés et les peuples proviennent précisément du désir tenace de puissance, de supériorité. Là réside la cause de tout mal dans les manifestations contradictoires de la vie humaine actuelle.

Peter DEUNOV sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:HUMANITE, LUMIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 11 septembre, 2016 |Pas de commentaires »

LA MATERNITE SPIRITUELLE


Chers amis, je suis ici aujourd’hui, pleine de joie et le coeur grand ouvert pour vous tous. Je suis Marie.

J’ai été la mère de Jeshua. Je représente l’aspect féminin de l’énergie du Christ qui naît à présent sur terre dans une mesure de plus en plus grande. L’énergie féminine a longtemps été réprimée dans votre société, ainsi que dans vos coeurs.

maternité

L’énergie féminine est une force primordiale de la création, une partie fondamentale de Tout ce qui est. Elle donne naissance à la vie et s’écoule en chacun. Sans elle, vous n’existeriez pas en tant qu’âme ni en tant qu’être humain. Le courant d’énergie féminine apporte aussi une qualité magique à cette période et veut éclairer l’obscurité de ce mois de décembre tout autant que vos combats intérieurs et vos humeurs sombres.

Vous vous demandez parfois à quoi sert tout cela, cette vie qui est la vôtre sur la planète terre. Je vous dis qu’elle est précieuse et qu’elle est pertinente. Vous accomplissez ici une oeuvre importante. Votre présence a une influence sur toute la vie autour de vous, vous apportez une transformation au monde. Mais il n’est pas nécessaire que cela soit l’objet de votre attention. Vous n’avez pas du tout besoin de vous focaliser sur les autres pour que cela se fasse. Le secret est que vous avez juste besoin de vous focaliser sur vous et sur l’intégrité de votre être. A mesure que votre conscience s’imprègne d’amour et d’acceptation de ce que vous êtes dans toutes vos facettes, vous créez un canal par lequel la lumière vient à vous aisément et s’écoule automatiquement vers les autres aussi. En vérité, vous avez juste besoin de faire attention à vous-même pour remplir votre mission sur terre.

Dans ce contexte, j’aimerais vous parler aujourd’hui de la façon dont vous pouvez être une mère spirituelle pour vous-même. Je représente l’énergie de la mère dans la tradition chrétienne. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement? La maternité est un aspect essentiel de l’énergie féminine : la mère est considérée comme l’aspect de la nature qui donne la vie, qui nourrit et protège. Mais cette image est-elle complète? Dans les évocations qui ont été faites à mon sujet au cours de l’histoire, il y a eu beaucoup de distorsions et d’erreurs. C’est pour cela que j’aimerais vous parler un peu plus de ma vie sur terre, lorsque j’étais la mère de Jeshua.

Bien souvent, j’ai été décrite comme une sainte, mais je n’en ai sûrement pas été une dans cette vie là. J’ai été une femme ordinaire de chair et de sang, j’ai connu de grands tourments émotionnels et j’ai vécu tout ce que vous traversez dans vos vies. Dans ma famille de naissance, j’étais arrivée tardivement, la dernière de sept enfants, avec de nombreux frères et soeurs plus âgés. J’étais une forte tête. Toute petite, j’ai très vite appris qu’il me fallait prendre soin de moi et ne pas faire confiance aux autres. Mes parents étaient là pour moi, mais je n’étais pas le centre de leur attention. Ce qui convenait à ma nature, jusqu’à un certain point, car j’aimais être dans mon monde imaginaire et vivre à ma guise.

Pour une fille, j’étais plutôt robuste et audacieuse. J’avais aussi un solide sens des choses et je ne me laissais pas dévier facilement de cette conduite. Je ne me sentais pas trop concernée par ce que les autres pensaient de moi. J’avais des frères aînés qui me taquinaient de temps en temps et j’ai donc compris rapidement qu’il me fallait construire ma fierté et mon estime de soi, pour être moi-même. J’étais un peu différente des autres. Je percevais les énergies et j’avais tendance à « voir à travers » les gens. Souvent, lorsqu’ils bavardaient, je sentais bien qu’ils cachaient des choses, des émotions violentes ou sombres, alors que leur comportement était calme et lisse en surface. Enfant, cela me troublait. J’avais le sentiment qu’il y avait quelque chose de faux et je me demandais pourquoi, mais personne ne me l’expliquait. Parfois j’étais donc aussi très solitaire et je me sentais incomprise. J’aimais les animaux autour de chez moi et être dans la nature.

La pire chose qui me soit arrivée dans mon enfance a été la mort de ma mère. Cela s’est passé lorsque j’étais encore jeune, adolescente ; ma mère était relativement âgée, puisque j’étais arrivée tardivement. Sa mort a été pour moi la première confrontation avec la notion de perte. C’était une expérience profondément douloureuse et je me suis sentie ébranlée et abandonnée. Assise à côté d’elle sur son lit de mort, c’est comme si je perdais un morceau de moi. Une partie de moi semblait disparaître irrévocablement. Et il m’était impossible de la retenir, il me fallait lâcher prise. En fait, il s’est avéré que c’était la plus grande leçon que j’avais à apprendre dans cette vie : lâcher prise.

Je fais à présent un grand bond en avant au moment de la naissance de mon fils Jeshua. Comme toutes les mamans, j’adorais mon bébé et voulais le préserver de tout danger. Au début, je n’avais pas compris qu’il y avait quelque chose de spécial au sujet de Jeshua. Ce que j’ai toujours su, toute ma vie, c’est qu’une main invisible guidait nos vies. J’avais le sentiment que quelque chose de plus vaste était à l’oeuvre dans nos vies, quelque chose que nous ne pouvions soumettre à notre volonté, à nos besoins et à nos désirs humains. Je savais aussi que cette puissance supérieure était bienveillante et sage. Il y a en elle une sagesse que nous ne saisissons pas avec notre mental humain. C’est seulement après que nous réalisons que la vie nous donne exactement ce dont nous avons besoin. Au moment où les choses arrivent, elles semblent parfois injustes et cruelles.

Et telle était mon impression en élevant Jeshua. A mesure qu’il grandissait, cela devenait clair qu’il y avait quelque chose de spécial à son sujet. Il avait des dons et des talents remarquables et c’était une forte tête, tout comme je l’étais enfant. Je reconnaissais très bien cette énergie spéciale en lui mais cela me semblait très difficile. Toute mère souhaite protéger son enfant des forces mauvaises du monde. Mais mon fils ne voulait pas être protégé, il voulait clamer et montrer sa lumière ouvertement au monde. Il était propulsé par une mission intérieure, une énergie plus vaste qui le guidait à suivre son chemin très personnel pour changer le monde. Cela m’a pris de nombreuses années et beaucoup d’angoisses pour l’accepter. Car sa venue causait des soupçons envers l’ordre établi et il courait des risques. Il violait des lois et des limites et par conséquent, il recevait des provocations et même des menaces. Graduellement, j’ai dû lâcher prise de ma peur et du besoin de le contrôler et faire de la place pour la Lumière unique qu’il était venu apporter.

VIERGE CHEZ FRANCESCA

Selon vos termes terrestres, on pourrait dire que j’ai dû lâcher prise de ma maternité. J’ai dû libérer la part de moi qui avait tendance à être inquiète, surprotectrice et contrôlante. Jusqu’à ce que je réalise finalement qu’il n’était pas mon enfant. Oui, il était né de moi, de mon corps, mais il n’était pas mien. C’était une âme mûre de son plein droit qui voulait vivre et créer sa vie selon ses propres voies. Bien plus, il était soutenu en cela par des puissances célestes qui traçaient pour lui un chemin spécial. Mais n’est-ce pas vrai pour tout le monde? Pour chaque enfant qui vient sur la terre, il y a un chemin spécial, le sien, choisi par son âme. En tant que mère, vous avez à comprendre et respecter cela. Sitôt qu’un enfant sort de l’utérus, on doit apprendre à le laisser vivre sa vie et à faire confiance en sa force intérieure et en ses capacités à résoudre les difficultés qu’il va rencontrer au cours de sa vie.

Finalement, cela a été le choix de Jeshua de mourir sur la croix. Il a permis que cela arrive. J’ai dû accepter le fait que c’était sa décision, que cela appartenait au chemin de son âme et que c’était donc pertinent. J’ai versé des larmes amères et mon coeur était plein d’obscurité et de désespoir en le regardant mourir. Ne pensez pas que j’ai pu transcender facilement et être en paix avec ce qu’il se passait. Je n’étais pas une sainte. J’étais effondrée et c’était vraiment « ma sombre nuit de l’âme ». En même temps, cette expérience m’a enseigné de grandes vérités et finalement, m’a apporté une immense libération. Mais cela n’est venu qu’après. La présence de Jeshua dans ma vie m’a élevée et à la fin, je me suis donnée la permission d’être élevée ; c’est mon acte le plus courageux de cette vie. L’énergie du Christ au-travers de Jeshua m’a mise au défi de le voir mourir aux mains de meurtriers brutaux et néanmoins de garder confiance en cette puissance plus vaste, cette sagesse supérieure qui nous guide tous.

M’abandonner ainsi que mon chagrin à cette source de sagesse supérieure m’a éveillée à de profonds niveaux. Cela a permis à mon Soi de s’éveiller et de venir au premier plan pendant cette vie-là. J’ai commencé à réaliser vraiment que la paix intérieure et la liberté que vous désirez tous si ardemment ne peuvent jamais être atteintes en voulant prendre le contrôle sur la vie. Mais la maternité a été associée dans votre culture au fait de s’accrocher et de contrôler. Une bonne mère, dit-on, traverserait le feu et l’eau pour ses enfants et ne cesse jamais de se battre pour eux. Même si l’amour inconditionnel prend parfois la forme de la persévérance et de l’implacabilité, pour moi, la vraie maternité signifiait que je lâche prise de mes attentes et de mes peurs au sujet de Jeshua. Mon plus grand accomplissement a été que je libère Jeshua et que je le laisse être ce qu’il était. Ce n’est qu’alors que j’ai pu percevoir la beauté et la pureté submergeantes de ce qu’il était et représentait. Ce n’est qu’alors que j’ai pu vraiment être là pour lui, en égale, en âme-soeur, en mère dans le sens spirituel du terme. Cela a été mon assignation la plus difficile : apprendre à être une mère spirituelle et lâcher prise des émotions de la mère terrestre.

Lorsque je suis morte dans cette vie et que je suis passée sur l’autre plan, j’étais fatiguée et épuisée d’avoir vécu tant d’expériences, tant d’émotions extrêmes. Mais en même temps, je m’étais profondément enrichie. Une grande lumière m’avait touchée et, à travers elle, mon Soi a été capable de traverser et de se manifester sur terre. J’avais lâché prise, j’avais finalement accepté que les choses soient telles qu’elles étaient. J’ai lâché prise de ma maternité terrestre (dans le sens d’une maternité inquiète, contrôlante) et suis devenue une mère au sens spirituel.

Vous êtes tous invités à devenir une mère spirituelle envers vous. Vous êtes tous dans une lutte intense avec certains de vos aspects négatifs. Ce sont des blocages émotionnels et des croyances négatives à votre sujet. Essayez de les voir avec le regard d’une mère spirituelle : pas une mère qui veut tout résoudre mais une mère qui vous voit, qui reconnaît votre énergie unique. Une mère qui ne veut pas vous changer mais vous honore pour ce que vous êtes. Ressentez un moment ce genre d’énergie maternelle. Vous pouvez avoir l’impression que cette énergie émane de moi mais elle n’est pas mienne. Je ne la possède pas. Cela ressemble plus à une vibration ou à un niveau de conscience auquel j’ai dû m’élever pour me libérer. C’est universel et accessible à chacun de vous. C’est votre héritage car vous êtes tous appelés à devenir des mères spirituelles pour l’enfant Christ en vous.

Vous pouvez avoir accès à l’énergie de la maternité spirituelle en cessant d’essayer de résoudre vos problèmes pendant un instant et en les regardant simplement, en les laissant être là un instant. Pouvez-vous réunir un sentiment d’amour et d’appréciation envers vous, tout en ayant ces problèmes? C’est un point de départ.

Souvenez-vous de la façon dont une mère prend soin de son nouveau-né. D’un côté, il y a l’intimité d’être si proches physiquement et de l’autre, c’est comme si vous regardiez l’enfant de très loin, parce que vous êtes pleine de vénération et de respect pour le miracle de son existence. Une créature si petite et pourtant entière et complète, non seulement physiquement mais spirituellement. Une âme mûre qui est là pour suivre son chemin dans la vie. Quel miracle!

A présent, osez vous regarder ainsi. Créez une certaine distance envers vous et réalisez comment vous avez marché sur votre chemin, toute votre vie et comment vous avez toujours essayé de créer une réalité satisfaisante pour vous. Même lorsque vous avez commis des erreurs, comme vous dites, vous avez fait de votre mieux pour créer du bonheur ou pour trouver une voie hors de la douleur et du désespoir. Donnez-vous une pause pendant un moment et généreusement, permettez-vous ces erreurs. Vous n’êtes pas ici pour être parfaits. Cela deviendrait vite ennuyeux. Vous êtes ici pour vivre, pour expérimenter et traverser vos expériences avec de l’émerveillement, même si elles sont négatives.

La pire chose qui puisse vous arriver, en tant qu’êtres humains, c’est de ne plus bouger, quand vous n’êtes plus ouverts à de nouvelles expériences. Cela se produit quand vous restez coincés dans un problème ou un système de croyances. Chaque fois que vous vous sentez complètement coincés et que vous semblez ne pas avoir d’autre choix que d’endurer passivement la misère de votre vie, alors vous êtes spirituellement morts. Il n’y a plus d’espace, plus d’air à respirer, plus d’émerveillement dans votre vie.

Si tel est le cas, essayez de créer une distance par rapport à la situation ou au problème. Essayez de respirer autour. Imaginez que le problème a une place dans votre corps, par exemple là où c’est tendu ou douloureux et laissez votre respiration s’écouler aisément vers cet endroit et entourez-le d’espace. Ressentez la douce brise de l’air qui entoure l’énergie tendue et contractée et reconnaissez en elle l’étincelle originelle de votre âme. Elle est conscience pure et émerveillement. Souvenez-vous que votre séjour ici n’est que temporaire, vous n’avez pas besoin de le prendre tant au sérieux! C’est un jeu, un magnifique jeu, et en un clignement d’oeil, vous êtes de l’autre côté et vous vous souvenez. Vous n’avez pas besoin d’en faire quelque chose de si lourd, ce n’est qu’un instant dans le temps, respirez à nouveau dans l’espace et élargissez-vous, ouvrez-vous et élevez-vous au-dessus de ce problème particulier. Vous êtes beaucoup plus vaste que cela. Ressentez comment les choses recommencent à bouger dans l’espace que vous créez avec votre souffle.

S’il vous semble impossible de trouver de l’espace en vous, essayez de bouger physiquement. Faites n’importe quoi sauf penser à votre problème. Sortez, marchez, portez votre attention sur autre chose, juste pour faire circuler l’énergie, vous reconnecter au souffle, à l’émerveillement, à la Lumière que vous êtes. En n’y pensant plus, vous aurez de nouvelles réponses, de nouvelles perspectives. Les réponses ne viennent jamais de votre volonté ni de votre mental. Si vous insistez, pour « trouver maintenant ce que je dois faire », alors vous vous mettez la pression et vous vous bloquez. La réponse vient toujours en élargissant votre conscience et en l’ouvrant, et non en la fermant et en vous concentrant. Et si votre mental est obsessionnel, inquiet et qu’il vous semble impossible de lâcher prise, bougez physiquement : allez courir, marcher ou nager, peu importe. Le mouvement physique calme l’énergie dans votre tête.

En vous reliant à la mère spirituelle en vous, vous pouvez vous redonner de l’espace. Vous faites un pas en arrière, vous lâchez prise de l’autojugement et cela crée un nouvel espace pour Être. Vous laissez aussi de la place pour les choses négatives car la mère, en vous, réalise qu’elles sont là pour une raison et qu’elles ont une cause précise dans le passé. Lorsque vous vous sentez très tristes et désabusés, imaginez la main d’une mère sur votre épaule. Ressentez son contact léger mais réconfortant. Une vraie mère a juste besoin de vous regarder et de vous envelopper d’un regard pour vous consoler. Laissez cette consolation vous accompagner, venant du ciel et montant du fond de vous. Rassurez-vous, sachez que vous allez bien : vous faites du mieux que vous pouvez et c’est OK de faire des erreurs. Les erreurs font partie de ce jeu.

Donnez-vous une marge pour vivre : faire des choix, faire des erreurs puis faire de nouveaux choix. C’est cela vivre. Un mouvement continuel, la croissance, la découverte et l’émerveillement qui accompagne tout cela. L’art de vivre consiste à trouver de la place pour choisir dans tout ce qu’il vous arrive. Si vous trouvez cet espace dans lequel vous avez la liberté de choisir votre manière d’expérimenter quelque chose, vous êtes un maître de vie sur terre. Les choses vont se desserrer, même dans des circonstances affreuses et vous aurez des réponses que vous (votre mental) n’attendiez pas. Vous laissez la magie de la vie prendre le dessus.

Je réside à présent dans une sphère de liberté et de joie créatrice. Les fardeaux de la vie terrestre ne sont plus sur moi et je suis heureuse d’être ici en visiteuse, en me reliant à vous à partir du coeur. Je souhaite vous donner l’impression qu’il vous est possible de partager la même liberté et la même joie, même sur terre, selon votre chemin unique. La liberté est disponible pour chacun de vous maintenant, si vous osez lâcher prise et faire confiance dans la main de l’amour qui vous guide. Il est temps à présent de célébrer la vie. Accueillez la lumière, l’air et l’espace dans votre vie afin qu’elle s’écoule à nouveau au rythme de votre âme divine.

PAMELA

par
PAMELA KRIBBE

SOURCE: Site web Jeshua Challelings, « La maternité spirituelle »
http://www.jeshua.net/fr/
Traduction française par Christelle Schoette
Site:
http://www.jeshua.net/fr/

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Prière pour la perfection

prière pour la perfection

Personne ici n’est un orphelin cosmique, car nos Parents Spirituels sont à la tête de cet univers. 

Il est important pour votre vie spirituelle que vous appreniez à prier et que vous établissiez ce lien intime avec le Père Universel. Il est préférable que vous vous retiriez seuls dans votre chambre et exprimiez à voix haute vos désirs à Dieu. Quelque chose de spécial se passe dans l’âme, lorsque les vibrations de votre voix sont sincèrement dirigées vers le Créateur de tout. C’est comme une amorce pour démarrer un moteur qui ouvre un passage vers la plus haute route vers la présence du Père. Votre prière est toujours entendue, car il n’y a rien de plus important dans l’univers tout entier que le désir de l’enfant d’être avec le Divin Parent. 

Nous allons commencer avec une intention, et c’est une partie très importante du processus. Votre intention est d’établir une connexion directe avec Dieu. Vous contemplerez cette connexion et vous visualiserez l’établissement de ce lien intime avant même de commencer. Vous allez utiliser le circuit du Père qui est quelque chose dont vous jouissez, ainsi que tous les mortels habités d’un esprit divin. Sachant que votre esprit divin intérieur est l’Opérateur en Chef, vous pouvez être sûrs que toutes vos requêtes sont prioritaires et utilisent ce circuit spécial mis à la seule disposition des enfants expérientiels du Père. Vous allez vous centrer, respirer tranquillement, calmer votre mental, vous mettre à l’aise et vous préparer à ce rite de passage des plus intimes et des plus sacrés. 

« Père, remplis-moi de ton amour divin inconditionnel, parce que je souhaite être purifié par le pouvoir curatif de cet amour avant d’accéder à la terre sainte de ta présence.

Je suis ton enfant ascendant et c’est mon plus grand désir d’être connecté avec Toi en ce moment. Remplis-moi maintenant, Père, de lumière curative pour que je puisse rayonner devant Toi comme de l’or brillant.

Je T’aime Père, et je souhaite devenir comme Toi et apprendre à aimer de la façon dont Tu aimes. Père, envoie-moi les occasions d’ouvrir la porte et de choisir la voie qui mènera mon âme vers une plus grande unité avec Toi.

Rappelle-moi ces pensées et ces habitudes qui ne sont pas en accord avec Ta Volonté Parfaite, pour que je puisse voir ces imperfections en moi-même et que je fasse le choix de les corriger.

Rends-moi habile à répondre à Ta Volonté, mon Père, et puise dans les trésors de mes possibilités, pendant que je vis, que je me déplace et que mon être est dans ce monde.

Conduis-moi à la connaissance qui indique le chemin vers mon rôle et mon but dans le Grand Plan, afin que j’apprenne et que je fasse l’expérience de ces choses qui me permettront d’être en accord avec Ta Volonté.

Guide mes pas sur le chemin de ceux qui sont ici pour m’aider et m’enseigner. Permets-moi d’être reconnaissant, même lorsque les leçons qu’ils enseignent sont difficiles, car je comprends qu’il y a un plus grand but dans toutes ces expériences de vie.

Envoie tes anges pour me protéger, protéger ma famille et mes amis, car ils sont importants pour moi et pour ma croissance ici sur ce monde. Permets-moi de rester maintenant en silence devant Toi et de baigner dans la lumière parfaite de ton amour. » 

Faites une pause en restant attentif à ce qui survient dans votre mental, et terminez en affirmant : 

« Et donc JE SUIS Amour. »

Extrait du livre : Appel de la Voix Mission d’Ange de Daniel Vallat aux Editions  DAD

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 29 juin, 2016 |Pas de commentaires »

RITUEL DE PASSAGE par la vision du coeur

 

 

Les origines de la quête de vision

« Apprendre à aimer l’univers, de l’insecte minuscule jusqu’aux étoiles du ciel, avec une véritable émotion humaine, comme s’il s’agissait de personne qui te sont proches. Alors tu éprouveras l’intensité de l’amour libéré de ses contraintes et l’éternité descendra sur toi et te couvrira de ses ailes d’or ».

Jean-Paul Bourre, Préceptes de vie issues de la sagesse amérindienne

Dans la plupart des cultures indigènes du monde il existe une ancienne pratique que l’on appelle la « Quête de vision ». C’est un puissant rite d’initiation en nature sauvage qui, comme tous les rites initiatiques, est basé sur le fait de mourir et de renaître symboliquement. 

2

Traditionnellement pratiquée par les hommes elle souligne le passage de la puberté à l’adolescence. C’est un moment très particulier dans la vie d’un jeune : il part en pleine nature, seul, durant quatre jours et quatre nuits, munis seulement d’une couverture, pour être en intime relation à l’univers. Il s’abstient de nourriture et parfois même d’eau, les distractions sont réduites au minimum afin d’être pleinement ouvert au monde vivant autour de lui autant qu’aux profondeurs de son âme . Il médite, prie, danse, chante, écoute, observe pour entrer en contact avec son destin, avec sa puissance intérieure, avec sa sagesse, avec le monde spirituel. Il demande un rêve ou une vision qui leur indiquera quels sont ses talents, ses pouvoirs ou ses « médecines personnelles » en termes traditionnels, quelle est sa place au sein de la tribu… 

Ces messages prennent parfois la forme de grands rêves ou de grandes visions, mais le plus souvent ils se manifestent de façon plus subtil : un oiseau se pose sur une branche et, de ses cris poussent le quêteur à chercher plus profondément en lui ; une chenille arpenteuse tombe d’un arbre et s’emmêle dans ses fils ; l’oeil est attiré par un petit plant de chêne ; une souche qui pourrit peut parler de mort et de renaissance, une biche aperçue au loin éveille une pensée ou une idée qui fait sens pour le quêteur. Dans le calme, le silence, la solitude et la sobriété de la nature, ces événements naturels et presque ordinaires deviennent un miroir dans lesquels le quêteur peut recevoir des éléments de réponses à ses questions et voir plus clairement qui il est vraiment.

La quête de vision : soutient et facilitateur de transition de vie

Avez-vous la patience d’attendre que la boue se dépose au fond de l’eau et que l’eau de l’étang devienne claire à nouveau ?
Avez-vous le courage de rester immobile jusqu’à ce que l’action juste émerge d’elle-même ?
Lao Tseu

1

La Quête de Vision est un rituel de passage qui marque dans la vie d’un individu, la fin d’une période importante et le début d’une autre. C’est une cérémonie pour faciliter et soutenir les transitions d’une étape de la vie à l’autre. De nos jours, les cérémonies de passage ne rythment plus guère nos vies, rares sont les transitions réellement célébrées (hormis les anniversaires, la nouvelle année). Cependant, ces pratiques reviennent de plus en plus, sous leurs formes traditionnelles ou sous des aspects plus contemporains. En effet, aujourd’hui un nombre croissant de personnes sont appelées par ce genre de travail pour se reconnecter avec leur moi véritable, trouver une nouvelle inspiration, prendre une nouvelle direction, célébrer l’entrée dans une nouvelle période de la vie personnelle ou professionnelle…

Qu’entent-on par « Vision » ?

« La plus grande vision concerne d’abord la connaissance de soi. 
La plus puissante vision vient toutes en nuances, rarement dans une grande dimension. 
La quête de vision n’est pas un élément déclencheur mais un processus continu. 
[...] vous devez vous rappeler que ce n’est qu’un début et non une fin » 
Tom Brown, The Vision

La Vision dont parle les traditions ne s’apparente pas à une fantaisie de l’imagination ou à une rêverie, ni un délire, une vue de l’esprit déjantée ou une hallucination.

La Vision peut être une illumination ou une révélation soudaine, cependant le plus souvent elle ne l’est pas. Elle peut prendre toutes sortes de formes : une intuition, une imagine mentale, un chant spontané, une sensation corporelle, la mélodie d’un d’oiseau, une forme dans le ciel …Pour les indiens d’Amérique le Grand Esprit est partout. Les attentes conditionnent nos esprits et nos cerveaux et ferment les portes aux expériences extra ordinaires alors mieux vaut ne pas s’attendre à une expérience mystique, il parait que Dieu voyage incognito et dans les choses ordinaires…

La plus part du temps il n’y a pas d’éclaire mystérieux ou « divin » comme pourrait s’y attendre notre égo frugal d’expériences exotiques ou énigmatiques. La vision est le plus fréquemment discrète, sobre, subtile mais tout aussi bouleversante, renversante et puissante . Sans tambour ni trompette elle vient informer tous les pans de la vie, soulever les vieux tapis de son histoire, éclairer les coins oubliés ou négligés de son être.

La Vision peut prendre toutes sortes de formes : une intuition, une imagine mental, une sensation corporelle, la mélodie d’un d’oiseau, une forme dans le ciel …
Elle donne l’occasion de porter un certain regard sur son chemin. Avec ces nouvelles perspectives c’est comme si  vous saviez mieux comment danser avec la vie et ses événements …

La Vision peux donner l’occasion de porter un certain regard sur son chemin et sa trame de vie ; elle peut apporter une connaissance, une compréhension, un enseignement que nous pourrons alors mettre en œuvre. C’est comme si après une quête de vision ou tout autre travail d’archéologie personnelle profonde, authentique et sincère, vous regardiez votre existence avec une longue vue, vous aviez une vision plus globale du tableau de votre vie et de la Vie. Avec ces nouvelles perspectives c’est comme si vous saviez mieux comment danser avec telle difficulté, tel événement, tel challenge ou tel choix. Les appuis sont différents, de nouvelles ressources émergent, le terreau de votre Terre intérieure a été est nourris d’un engrais fertile …

 4

Des rites traditionnels aux démarches intérieures contemporaines tout aussi audacieuses et engageantes

« Qui es-tu ? » demanda la chenille
« Je …. je ne sais pas vraiment à présent, Monsieur », répondit Alice timidement. 
« Je sais qui j’étais ce matin quand je me suis levée, 
mais je crois que j’ai dû changer plusieurs fois de peau depuis » 
Lewis Carrol

Aujourd’hui, les hommes et les femmes qui entreprennent ce type de démarche proviennent de toutes les couches de la société, peu importe leur statut ou leur âge. Ce sont des personnes qui cherchent un sens nouveau à leur vie, qui ont besoin de plus de clarté concernant la direction de leur chemin, qui ont besoin de trouver des réponses à des interrogations profondes, importantes, voir vitales. Certains entreprennent ce cheminement à une croisée de routes, dans un moment de remise en question, de crise, de deuil, de séparation, à la suite d’une perte d’emploi, à l’entrée en retraite, lors d’un changement de carrière, de lieu de vie….

Beaucoup s’engagent dans cette aventure en réponse à un élan puissant intérieur qui pousse sans cesse à sonder, consulter et mettre en corps avec authenticité et simplicité leur identité profonde. Des individus qui osent être déformés, re-formés, transformés par ce qu’appelle la vie au fond d’eux. Des êtres qui sont dans le besoin impératif de grandir, de soulager des blessures, de se déployer, de se libérer. Des personnes, de plus en plus nombreuses, qui questionnent la justesse de leur choix, de leur chemin, de leur décision, de leur mode relationnel au Monde. Qui répondent à l’appel indiscutable de la croissance, de la guérison et de l’incarnation de leur Etre dans toutes ses dimensions.

Un démarche en réponse à appel indiscutable de croissance, de transformation et d’incarnation de son Etre profond dans toutes ses dimensions.

C’est un voyage intérieur qui demande du courage, de l’audace, de la confiance, de l’engagement, de la curiosité. La capacité à s’ouvrir à une autre réalité, à un autre mode de perception, à un autre rapport au temps et à l’espace est convoquée et développée. Se retrouver seul-e face à soi-même, face aux éléments, aux animaux, au silence, à la nuit, parfois au froid, au vent, à la pluie, au soleil, sans autres compagnon que soi-même et l’univers font appel à l’humilité, la confiance en soi et la foi en plus grand que soi.

Rando Danse, Immersion en grande Nature, Autoportrait, nuit dansée : des Quêtes de Vision traditionnelles aux quêtes contemporaines de Vision….

 5

La quête de vision ou tout autre travail nourrit des mêmes intentions est en fait une quête d’éveil. Eveil à la vie et à son caractère impénétrable. Des expériences variées sont proposées et peuvent prendre des formes bien différentes des quêtes de visions traditionnelles. Ces propositions hors de l’ordinaire du quotidien répondent à une intention délibérée de se relier au mystère du vivant, à sa puissance, à sa magie, motivé par un appel intérieur fort.

Que se soit une immersion en nature l’espace d’une nuit, une nuit dansée, un temps d’exploration en mouvement conscient, un processus de création d’un autoportrait, une méditation-création avec des éléments naturels, une rando danse dans un environnement radicalement différent, il s’agit de faire une pause, de s’arrêter et de se retirer du monde. Pour quelques heures ou journées, vivre et être avec un esprit et les sens grands ouverts, lucides, éveillés et non pas endormis ou engourdis comme ça peut être parfois le cas dans la vie quotidienne.

Immersion dans la nature ou rencontre avec soi-même par  les arts expressifs, une même intention : faire une pause, se retirer du monde, se relier au mystère du vivant, à sa puissance, à sa magie…

Regard sur le processus de l’Autoportrait : une quête de vision avec des outils et une méthode contemporaine

Le processus de création d’un Autoportrait peut être considéré comme une quête de vision dans le sens où il invite à questionner son Identité profonde et élargie, à explorer et mettre en perspective la relation à soi, à son histoire, aux autres, au Monde. Il conduit à trouver des chemins nouveaux afin de révéler la meilleure version de soi-même. Il aide dans l’ expression de son plein potentiel et épaule dans l’incarnation d’un Je Suis singulier, audacieux et talentueux

Pour cette quête le Life Art Process donne la parole au corps et s’appuie sur l’intermodalité artistique. La méthode consiste à faire des allers/retours entre le mouvement, le dessin, l’écriture et la voix. Elle s’ancre dans les trois niveaux de conscience : le physique, l’émotionnel et le mental/imaginaire, permettant de s’appréhender dans la globalité et d’être au plus proche de soi instant après instant. Les nombreuses explorations en lien étroit avec la nature viennent informer et nourrir le cheminement de chacun. Comme dans un quête de vision traditionnelle la nature est à la fois une partenaire, un miroir et un guide précieux. Elle est une alliée dans la restauration et l’intégration d’un Je Suis puissant, aligné, équilibré. Enfin, la pratique intimement reliée au « ici et Maintenant » est orientée ressources et s’appuie sur le potentiel de chaque individu. Les vas et viens entre travail seul-e, par deux ou trois et en groupe permettent de respecter son espace intime, d’alimenter sa recherche personnelle et de se sentir soutenu par des courants plus forts que les siens propres. La semaine se clôture par la création de ce que l’on nomme en Life Art Process un « Autoportrait » : un dessin sur un grand format réalisé aux pastels gras et secs et par un « Rituel dansé ».

En bref, un stage sur l’Autoportrait c’est :
- Une quête contemporaine de vision qui donne la parole au corps

– Un processus qui s’appuie sur le corps physique, émotionnel, et mental/imaginaire
– Du mouvement, du dessin, de l’écriture, de la voix
– En lien étroit avec la Nature
– Dans « l ‘ici et maintenant »
– Orienté ressource et basé sur le potentiel de chacun
–  Accessible à tous

Comme une quête de vision en nature, ce voyage artistique à la rencontre de soi conduit à se voir avec un regard inédit et à se penser avec une fraîcheur nouvelle. L’ensemble du cheminement donne lieu à l’émergence de nouvelles possibilités et convoque des façons d’être différentes en s’appuyant sur des ressources nouvelles et inhabituelles. A la suite de cette expérience une stagiaire exprime que « l’expérience a vraiment été déterminante dans [sa] réorientation professionnelle… ». Une autre femme « sens que cette expérience [la] suit encore aujourd’hui dans [sa] vie et l’entraîne à envisager [ses] expériences de vie sous différents aspects. Elle poursuit en écrivant « Je sens que ce sont des graines qui sont en train de germer… »

Le processus de l’autoportrait est, en quelque sorte, un rendez-vous avec soi-même et avec la fertilité, la puissance et l’intelligence de la vie qui vous traverse. C’est un voyage vers la restauration du dialogue entre votre nature sauvage et votre condition de Femmes et d’Hommes contemporains. C’est un itinéraire que chacun invente à son rythme. C’est un moyen pour remettre à jour la carte qui vous sert de guide dans la vie de tous les jours. C’est un espace privilégié pour explorer votre matière organique, sensorielle, émotionnelle, imaginaire et spirituelle.

Dans ce genre d’expérience le rapport à l’espace et à la matière n’a plus la même consistance, le temps subit presque une distorsion. Les organes sensoriels et les filtres de la conscience ordinaire sont distendus. La relation entre le monde dit intérieur et le monde dit extérieur est différent. Souvent, nous sommes projetez hors de nos habitudes, de nos rythmes journaliers, de nos disques rayés, de nos limitations, de nos schémas de pensées ordinaires. Notre Etre peut être en lien avec une autre forme de réalité, un monde invisible pour les yeux du corps, une réalité où la dualité n’existe pas, où la conscience égotique peut se dissoudre (au moins en partie). De cet espace-temps particulier peut jaillir des ressources insoupçonnées. Certains disent que nous faisons un « saut dans la beauté de la vie » ….Une participante à un stage témoigne d’avoir  » été profondément touchée lors des rituels par autant de beauté et de vérité. » Elle poursuit :  » Je suis admirative de ce potentiel qui est en nous, cette richesse, ces joyaux qu’il faut parfois aller déterrer avec douceur, bienveillance et courage. »

« Depuis le stage je sens en moi le DEBOUT, la verticalité et la clarté dans les trois niveaux. Je goute chaque fois la vie entière, c’est délicieuse. J’en suis reconnaissante à tout : le groupe, Béatrice, le Life Art Process, à la nature, cette rivière, l’eau qui a rincé et faire sortir en moi un coté que j’avais mis de côté. L’énergie du groupe qui m’a porté, qui m’a encouragé et permis d’oser aller au plus profond de mon être. Plusieurs proches m’ont dit qu’ils voient la transformation sur moi, sur mon visage, à mes actes. depuis le mois d’août je sens, je vois et je pense que j’ai abouti un truc. Maintenant je suis émue de la liberté que je ressens. ça me dépasse, ça me fait si du bien, j’en déguste pleinement. »  N., éducatrice, stage autoportrait août 2015

Après ce type d’immersion il y a cet étrange phénomène que « tout change mais rien ne change », que « plus rien ne sera jamais pareil, mais pourtant, en apparence, tout est semble pareil ». Il y a bien un « avant » et un « après » mais les phénomènes visibles et tangibles sont presque imperceptibles mais pourtant bien réels et bien significatives. Il y a cette certitude intérieure que « quelque chose d’indescriptible » a puissamment, indéniablement et durablement changé. Comme si le corps organique, émotionnel et psychique intime de l’être avait été malaxé par des mains invisibles et que la vie se réorganisait à partir de ces nouvelles informations. 

Peut être la Vision, celle d’une quête de quatre jours et quatre nuits seul-e en nature ou celle d’un autoportrait, est-elle à propos d’un dialogue et d’une reliance entre différentes parties de Soi et le Grand tout qui l’enveloppe. Une inter-relation qui se situe à un niveau large et profond, très spacieux. Tellement vaste que notre imaginaire ne peut en appréhender l’étendue. La conscience humaine se trouve alors en peine pour expliciter, rationnaliser, nommer ces échanges insondables et inexplicables par le verbe. Ou peut être est-ce tout simplement l’ouverture sur un champ de possibles. Comme le dit Jade dans Jade et les mystères de la vie « Un champ de possibles, c’est pas un champ de poireaux, de tomates ou de pommes de terre !… Ton champ de possibles, ça veut dire : le domaine de tes libertés, l’espace où tu peux faire de tes désirs des réalités, bref l’endroit où les choses te sont accessibles, où des possibilités te sont offertes… »

Béatrice MAINE, mars 2016
www.terrededance.com
Email : terrededance@gmail.com

134-etoiles-bleues

LES PROCHAINS STAGES :

DANSE, LIFE ART PROCESS & NEUROSCIENCES 
Investigation entre pratique artistique et apports théoriques
18 – 22 JUILLET à BRENAZ – Jura (01) 

Pourquoi est-ce parfois si difficile de changer en profondeur ? Comment transformer des habitudes qui se révèlent être des freins et élargir l’éventail des possibles? De quelle manière le détour par l’intermodalité artistique peut-il vous accompagner du désir au plaisir de changer? Le Life Art Process® et les récentes découvertes en neurosciences proposent des ressources d’actions et des pistes de compréhension pour installer des changements durables dans sa vie et être autonome dans son processus d’évolution.

FEMME & HOMME SAUVAGE : AUTOPORTRAIT D’UN ÊTRE CONTEMPORAIN
19 – 24 JUIN BRUAILLES (71) Terre du ciel
1er – 6 AOUT à MARSAZ Drôme (26) 

Comment prendre du recul par rapport à des parties de soi qui limites votre expressivité et votre créativité, votre bien être, votre épanouissement, votre confiance en vous? Quels ressorts pour entrer en contact avec les univers multiples de son Identité, incarner des facettes soutenantes de son moi profond? Le processus de l’autoportrait est une invitation à explorer son identité profonde et élargie. Une pratique et des outils originaux entre danse, dessin, écriture pour vous permettre de vous voir avec un regard inédit et de vous penser avec une fraîcheur nouvelle.

DEBRANCHE TOUT! Danse, Création, Vision
13 – 19 AOUT à LA CHAPELLE en VERCORS – DROME (26)

Un processus de 5 jours et 5 nuits dont 1 nuit et une journée seul-e en nature pour débrancher et se re-brancher sur sa guidance interne personnelle. A travers la danse, le dessin, l’écriture, le corps, les sensations, les perceptions et la nature chacun sera encouragé à se laisser conduire sur la route menant à sa vérité personnelle. Pré requis : voir le site.

ADN Libre & Créatif – Art Danse Nature & Autohypnose 
24 – 29 juillet à REIMS – Terre du Ciel

Nous sommes tous potentiellement créateurs et talentueux. Mais, avec les expériences passées, les peurs, les blessures, les auto jugements, les croyances comment restaurer et consolider sa confiance et son estime? comment incarner et affirmer sa puissance? sa liberté? son être profond? 
Et si danser, dessiner, créer, écrire, explorer avec la nature pouvait modifier notre cerveau, changer notre biochimie, transformer des habitudes mentales et émotionnels, libérer le corps, restaurer le lien avec son âme?

MARCHER, DANSER ET CREER DANS LES GRANDS ESPACES
24 AOUT – 3 SEPTEMBRE 2016 – en MONGOLIE 

Voyage dans les steppes de Mongolie. Sept jours entre randonnées, nuits en yourte, explorations sensorielles, Life Art Process et danse. Se déposer dans l’immensité des paysages, se laisser toucher par la présence puissante des steppes, sonner à notre regard la possibilité de courir à perte de vue, se relier à l’infiniment grand autour de soi et l’infiniment petit au creux de soi.

Voilà pourquoi j’ai appris à méditer

J’ai commencé à méditer lorsque j’avais trente ans. J’étais alors de nature anxieuse, facilement irritable et continuellement sous l’emprise d’émotions qui me faisaient perdre ma stabilité. Mes relations amoureuses et professionnelles s’en ressentaient. J’avais de bonnes intentions, mais il me manquait les outils pour pacifier mon mental, stabiliser mon corps et ouvrir mon coeur.

Pendant quinze ans, j’ai reçu les enseignements de maîtres tibétains, de yogis, de sages de différentes traditions. Je les ai rencontré en France, puis en Inde, au Tibet, aux Etats Unis.

Pendant cet apprentissage, j’ai réalisé que la méditation est tout aussi utile que l’action. Comme le silence est aussi utile que la parole, l’expiration que l’inspiration.

Lorsque tout s’agite autour de nous, lorsque nous perdons nos repères, lorsque la violence nous entoure, chacun cherche l’attitude la plus juste. La méditation n’est pas opposée à l’action. La méditation inspire l’action, elle lui donne du sens.

Lorsque je médite, je retrouve la paix en moi. Presque instantanément. C’est alors seulement que je peux redevenir confiant dans le monde et dans les êtres humains ; optimiste. Je peux alors me relier à cette source de foi inaltérable.

 

2

Arnaud Riou au festival de la Méditaion en janv. 2016 à Paris

Lorsque je médite, mon cœur s’ouvre à nouveau. La peur se dissipe et l’amour retrouve la place qu’il ne devrait jamais perdre. Car le contraire de l’amour n’est pas la haine, mais la peur. C’est ce que m’apprend la méditation. C’est lorsque nous avons peur que nous cessons d’aimer et de croire. C’est lorsque notre cœur s’ouvre à nouveau que nous cessons d’avoir peur.

La méditation me met en lien avec l’instant présent, avec la partie la plus vivante de mon être. Lorsque je médite, mes projections, mes peurs se dissolvent l’une après l’autre pour me permettre de m’ouvrir à un océan plus calme. Au milieu de la tempête, sous les vagues de la surface, le fond de l’océan est toujours calme. En méditant, je me connecte avec le fond de l’océan, la source de l’humanité, et la profondeur de mon amour.

Lorsque je médite, je peux identifier mes émotions. Elles sont là bien sûr ; la peur, la colère… Assez vite, je les regarde danser comme je regarde danser les vagues de la tempête. En prenant ce recul nécessaire, je cesse de m’identifier à elles. Les émotions ne sont pas ma personnalité. Elles ne sont pas mon être profond. Elles me traversent, m’envahissent parfois et je ne peux pas les empêcher de me toucher. En revanche, il ne tient qu’à moi de les dissoudre, de les laisser fondre à la lumière de ma conscience, de ma respiration, de mon calme.

L’action juste ne peut s’épanouir que si elle naît de la profondeur de notre être. Les actes posés sous le coup de la colère ou de la peur ne sont que des réactions émotionnelles, des pulsions. Je les comprends, mais ils ne viennent que de notre partie blessée et ne sont porteurs d’aucune réparation. Les actes posés en réaction provoquent eux mêmes d’autres réactions et d’autres violences. Toutes les guerres sur cette terre l’ont prouvé.

Aujourd’hui, chaque jour, je ressens de la peur et chaque jour je ressens de la tristesse. Aussi, chaque jour je médite et j’offre à mon cœur l’espace dont il a besoin pour se déployer.

Certains en lisant ces lignes pourraient craindre de ne pas savoir méditer, de ne pas savoir par où commencer. Pour ma part, bien sûr, les enseignements reçus des maîtres pendant des années, les livres lus, les retraites me sont précieux aujourd’hui plus que jamais.

3

Arnaud Riou au festival de la Méditaion en janv. 2016 à Paris

Mais l’endroit où vous êtes ici et maintenant est le meilleur endroit pour commencer à méditer. Vous êtes exactement à votre place. Il n’y en a pas d’autre. C’est en vous accueillant vous même là où vous êtes que vous commencerez à générer de la paix.

Il n’y a pas de protocole obligatoire pour méditer ; il n’est pas nécessaire d’être bouddhiste, de croire en Dieu, d’être initié. Il est juste nécessaire d’être humain ; de prendre le temps de quelques respirations. De fermer les yeux. De laisser le corps se détendre.

Il n’y a rien à faire, juste à être. Alors progressivement, la respiration devient plus profonde, l’abdomen se détend, les mâchoires se relaxent et l’esprit s’apaise. Alors progressivement, un espace vide se crée. C’est aussi simple que ça. C’est de cet espace vide que vous vous remplirez de vous. C’est de cet espace vide que naît votre calme, votre confiance et l’inspiration à partir de laquelle les actes justes s’imposeront… Comme une évidence.

Présentation vidéo du livre

Image de prévisualisation YouTube

 

Arnaud RIOU anime des groupes depuis 20 ans en France et dans différentes régions du monde. Il est le fondateur de la Voie de l’ACTE Approche Consciente de la Totalité de l’Etre, une approche qui s’inspire d’outils issus de l’art dramatique, de la méditation, des arts martiaux et du chamanisme. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages paru dans 7 pays. www.arnaud-riou.com

 4

CALME, Mon Carnet de Méditation, un carnet de voyage intérieur pour apprendre à méditer, par Arnaud Riou, vient de sortir aux Editions Solar 12,90 € en vente dans toutes les librairies.

 

 

Origine du « Je vous salue Marie »

vierge marie

La première partie, la Salutation Angélique inspirée de l’Évangile de St Luc 1/28 (les paroles de l’ange à l’ Annonciation) et 1/42 (la salutation d’Élisabeth à la Visitation), était déjà utilisée en Orient dans la Liturgie de saint Jacques qui, dès le IVe siècle chante : « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie parmi les femmes et béni le fruit de ton sein, car tu as engendré le sauveur de nos âmes »

La récitation de la première partie de l’Ave Maria s’est généralisée en Occident à partir du XIe siècle. La deuxième partie, la Supplication et le vouvoiement (priez pour nous pauvres pécheurs), a commencée a être rajoutée entre le XII° et XIV° siècle. C’est au XVI° et XVII° que la prière entière devint très populaire.

Marie peut être d’une grande aide pour ceux qui souffrent.
Voici une prière de Neuvaine qui peut les aider:

Vierge Marie, toi qui défait les nœuds

 1

Dessin de Guylène Ralu-Bandin

Mère du bel Amour,
Mère qui n’a jamais abandonné un enfant qui crie au secours,
Mère dont les mains travaillent sans cesse
Pour  ses enfants bien aimés,
Car elles sont poussées par l’Amour divin  
Et l’infinie Miséricorde qui déborde de ton cœur,
Tourne ton regard plein de compassion vers moi.

Vois le paquet de  « nœuds » qui étouffent ma vie.
Tu connais mon désespoir et ma douleur.
Tu sais combien ces nœuds me paralysent.  

Marie, Mère que Dieu a chargée de défaire
Les  « nœuds » de la vie de tes enfants,
Je dépose le ruban de ma vie dans tes mains.
Personne, pas même le Malin, ne peut le  soustraire
A ton aide miséricordieuse.
Dans tes mains, il n’y a pas un seul nœud
Qui ne puisse être défait.

Mère  toute puissante, par ta grâce et par ton pouvoir d’intercession
Auprès de ton Fils Jésus, mon Libérateur,
Reçois aujourd’hui ce « nœud  » (le nommer).  

Pour la gloire de Dieu, je te demande de le défaire,  
Et de le défaire pour toujours.
J’espère en Toi.
Tu es l’unique Consolatrice que Dieu m’a donnée,
Tu es la forteresse de mes forces fragiles,
La richesse de mes misères,
La délivrance de tout ce qui m’empêche d’être avec le Christ.  

Accueille mon appel.
Garde-moi, guide-moi, protège-moi.  
Tu es mon refuge assuré.
Marie, Toi qui défais les « nœuds », prie pour moi.
Amen »

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 4 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Prières indiennes

 

Wakan Tanka, O Grand Mystère,
Enseigne-moi à faire confiance
à mon cœur,
à mon esprit,
à mon intuition,
à ma connaissance intérieure,
aux sens de mon corps,
aux bénédictions de mon esprit.
Enseigne-moi à avoir confiance en eux
pour que je puisse habiter mon Espace Sacré,
ainsi que l’amour au-delà de ma peur,
Et marcher ainsi dans la Beauté
au passage de chaque soleil glorieux. »

Prière

Nous rendons grâces à notre mère, la terre, qui nous soutient.
Nous rendons grâces aux rivières et aux ruisseaux qui nous donnent l’eau. Nous rendons grâces à toutes les plantes qui nous donnent les remèdes contre nos maladies.
Nous rendons grâces au maïs et à ses soeurs les fèves et les courges, qui nous donnent la vie.
Nous rendons grâces aux haies et aux arbres qui nous donnent leurs fruits. Nous rendons grâces au vent qui remue l’air et chasse les maladies.
Nous rendons grâces à la lune et aux étoiles qui nous ont donné leur clarté après le départ du Soleil.
Nous rendons grâces à notre grand-père Hé-no, pour avoir protégé ses petits-enfants des sorcières et des reptiles, et nous avoir donné sa pluie.
Nous rendons grâces au Soleil qui a regardé la terre d’un oeil bienfaisant. Enfin, nous rendons grâces au Grand Esprit en qui s’incarne toute bonté et qui mène toutes choses pour le bien de ses enfants. »

 2

 

« Grand Esprit, aide moi à ne jamais juger un autre
avant d’avoir chaussé ses mocassins pendant au moins deux semaines. »

 

Ohiyesa, Santee Dakota, écrivain et médecin, décrit en 1911 la manière dont son peuple prie:
« Dans la vie de l’indien, il n’y a qu’un devoir inévitable: le devoir de prière, la reconnaissance quotidienne de l’Invisible et de l’Éternel.

Ses dévotions quotidiennes lui sont plus nécessaires que sa nourriture de chaque Jour. Il se lève au petit jour, chausse ses mocassins et descend à la rivière. Il s’asperge le visage d’eau froide ou s’y plonge entièrement. Après le bain, il reste dressé devant l’aube qui avance, face au soleil qui danse sur l’horizon, et offre sa prière muette. Sa compagne peut l’avoir précédé ou le suivre dans ses dévotions, mais ne doit jamais l’accompagner. Le soleil du matin, la douce terre nouvelle et le grand silence, chaque âme doit les rencontrer seule ! Chaque fois qu’au cours de sa chasse quotidienne, l’homme rouge arrive devant une scène sublime ou éclatante de beauté, un nuage noir chargé de tonnerre avec l’arche étincelante d’un arc-en-ciel au-dessus d’une montagne, une cascade blanche au coeur d’une gorge verte, une vaste prairie teintée du rouge sang d’un soleil couchant, il s’arrête un instant dans la position d’adoration. Il ne voit pas le besoin de distinguer un jour parmi les sept pour en faire un jour saint puisque pour lui tous les jours sont ceux de Dieu. »

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 4 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Le mode perdu de la prière

 

Aujourd’hui, plus qu’à toute autre époque de notre histoire, les choix que nous faisons auront potentiellement de sérieuses conséquences planétaires pour les générations à venir. Malgré l’intensification des tensions planétaires, des études récentes offrent un nouvel espoir et ravivent les convictions de ceux qui croient qu’on peut « intervenir » contre le cycle séculaire de la violence dans l’espoir d’un avenir meilleur. Lorsque nous prions « pour » quelque chose, nous utilisons un processus mental de logique. Par exemple, bien que la prière mentale pour la paix en Iraq peut être bien intentionnée et sembler créer une paix temporaire ou une guérison en un endroit donné à un moment donné, elle peut involontairement créer précisément l’opposé de la paix souhaitée, en un autre endroit à un autre moment.

E

Ce que signifie prier avec le coeur :

Par contre, notre coeur n’est pas polarisé. Dans les traditions amérindiennes, le mot « Shante Ista » (l’unique oeil du coeur) décrit l’objectivité non-polarisée du coeur; le coeur voit «ce qui est » plutôt que « ce qui devrait être ». Lorsque nous choisissons la paix ou la guérison à partir du coeur, aucune polarité n’est créée pour équilibrer notre choix puisqu’il n’y a pas de coeur gauche ni de coeur droit.
Venant du coeur, le sentiment est la prière ! Des études ont démontré que cette qualité de gratitude et d’appréciation pour la paix déjà existante crée un champ magnétique en présence de la paix et que tout ce qu’elle produit est aussi de la paix.

Éclaircissements

Pour être très clair, cette forme de prière n’est PAS dirigée vers un endroit, une personne, une organisation, un pays, une ville ou un événement. Ce mode de prière ne tente PAS de « transformer » les choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Les Anciens comprenaient qu’une telle utilisation de la prière est une « abomination » contre notre don de communier avec le monde. Imposer notre idée de ce qui devrait ou ne devrait pas être n’importe où dans le monde ou pour une personne est une forme de manipulation et un mauvais usage de notre don de la prière.
Au lieu de prier pour que quelqu’un «gagne » ou «perde », «souffre » ou «guérisse », nous devons plutôt ressentir de la reconnaissance et de la gratitude pour la paix et la guérison qui existent déjà. Le pouvoir de ce genre de prière transcende les notions de gains et pertes mesquines en nous invitant à élever les conditions de notre monde à un niveau bien au-delà de la médiocrité. De cette manière, nous ouvrons la porte à un principe subtil mais très puissant qui permet que la paix et la guérison soient présentes sans imposer notre volonté qu’il en soit ainsi.

Le mode perdu de la prière

Aujourd’hui, les chercheurs contemporains identifient quatre modes de prières utilisés en Occident. Existe-t-il un mode additionnel de prière ? Y a-t-il un cinquième mode de prière qui nous permet de collaborer aux résultats des événements à l’intérieur de notre corps ainsi que dans le monde qui nous entoure ? Les découvertes récentes dans des temples éloignés où ces traditions subsistent aujourd’hui, combinées aux nouvelles recherches dans certaines traditions parmi les plus sacrées et les plus ésotériques du passé, m’amènent à croire que la réponse est «oui » !
L’essentiel de nos conditionnements par les traditions occidentales des derniers 1 500 ans nous a invités à « demander » que les circonstances de notre monde changent par l’intervention divine; que nos prières soient exaucées. Cependant, malgré nos demandes bien intentionnées, nous pouvons renforcer, sans le vouloir, les conditions mêmes pour lesquelles nous prions.

Par exemple, lorsque nous demandons « Cher Créateur, faites que la paix vienne dans le monde», vous admettez en fait que la paix n’existe pas dans le présent. Les traditions anciennes nous rappellent que les prières-requêtes sont une forme de prière, parmi d’autres, qui nous donnent le pouvoir de trouver la paix dans notre monde par la qualité des pensées, des sentiments et des émotions que nous créons dans notre corps. Une fois que nous créons les qualités de paix dans notre esprit et alimentons nos prières avec nos sentiments de paix dans notre corps, le cinquième mode de prière affirme que le résultat a déjà eu lieu.

Aujourd’hui, la science quantique pousse cette idée une étape plus loin en stipulant que la création réagit précisément à de telles conditions de sentiments en mariant le sentiment (la prière) de notre monde intérieur avec les conditions similaires du monde extérieur. Bien que le résultat de notre prière puisse ne pas encore être évident dans le monde, nous sommes invités à reconnaître notre communion avec la création et vivre comme si notre prière était déjà exaucée.

Avec leurs formules d’une époque à présent révolue, les anciens nous invitent à considérer notre mode perdu de la prière comme une conscience en devenir plutôt qu’une forme prescrite d’action en certaines occasions. En un langage simple et élégant, ils évoquent le fait d’être «imprégnés » de la réponse à une prière et «immergés » dans la condition de vie choisie.
En langage moderne, cette description suggère que pour induire un changement dans notre monde, nous devons d’abord sentir le changement comme s’il s’était déjà accompli.

Tout comme la science moderne tend à démontrer la relation entre nos pensées, nos sentiments et nos rêves avec le monde qui nous entoure, il devient de plus en plus possible qu’un pont oublié relie nos prières avec notre expérience. La beauté d’une telle technologie intérieure est qu’elle est basée sur les qualités humaines que nous possédons déjà. Les prophètes d’antan qui nous ont vus dans leurs visions, nous rappellent qu’en honorant toute vie, nous assurons la survie de notre espèce et l’avenir du seul habitat que nous connaissons.

Comparer les modes de prières

Avec l’exemple de la paix planétaire, la prière basée sur la logique : Demander une intervention

La prière basée sur les sentiments : Savoir que notre prière est déjà exaucée
– Nous nous concentrons sur les situations présentes où nous estimons que la paix n’existe pas.

- Nous sommes témoins de tous les événements: ceux qui démontrent que la paix existe comme ceux où la paix n’existe pas, comme étant des possibilités sans jugement de valeur : pour ou contre, bien ou mal.

- 1Nous nous sentons vulnérables, impuissants ou en colère face aux événements et aux situations dont nous sommes témoins.

- Nous suspendons notre jugement de la situation en bénissant les conditions qui nous font souffrir. La bénédiction ne condamne ni ne consent à l’événement ou condition. Elle reconnaît plutôt que l’événement fait partie d’une source unique de tout ce qui est. (Consultez, le livre Marcher entre les mondes pour plus de détails).

- Nous utilisons nos prières-requêtes pour inviter l’intervention d’un pouvoir supérieur à amener la paix sur les individus, les situations, les endroits où nous croyons que la paix est absente.

- En ressentant notre prière comme étant déjà exaucée, nous communions à l’ancien principe quantique voulant que les conditions de la paix à l’intérieur de notre corps soient reflétées dans le monde au-delà de notre corps.

- Par notre quête, nous consolidons, sans le savoir, les conditions mêmes que nous désirons le moins. Par exemple, lorsque nous disons « S’il vous plaît, que la paix soit faite », nous déclarons que la paix n’est pas présente dans une situation particulière. Ce faisant, nous renforçons les conditions que nous avons choisies de changer.

- Nous reconnaissons le pouvoir de notre prière et savons (sentons) que notre prière est déjà exaucée.

- Nous persistons à formuler notre requête jusqu’à ce que nous constations effectivement ce changement sur terre.

Notre prière consiste maintenant à :
– Reconnaître que la paix est déjà présente dans le monde sachant que les changements sont déjà accomplis.
– Renforcer notre prière en remerciant l’occasion qui nous a été fournie de choisir la paix au lieu de la souffrance.

Sommaire
Si ces clarifications apparaissent trop fastidieuses, je m’en excuse sincèrement. Le principe est simple : En présence de la paix, tout ce qui peut en découler est la paix. Mille mercis pour votre bonne volonté de créer un meilleur monde. Soyez bénis d’une paix véritable et durable.

1

Gregg Braden est un auteur et conférencier de renommée mondiale qui a été un pionnier dans les recherches visant à relier la science et la spiritualité. Il a été dans le passé un professionnel de l’Internet, il a notamment été à partir de 1991 manager des opérations techniques pour Cisco Systems qui est à la base du développement d’Internet dans le monde. A la fin des années 90, il décida de quitter le monde de l’Internet pour se consacrer au développement humain et à la paix dans le monde. 

sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 5 avril, 2016 |Pas de commentaires »

Faire naître l’âme

 

Un modèle de sagesse invite à rechercher une vie possédant un sens autre que simplement naître, vieillir et mourir. Cela ne concerne que le corps physique. Grandir spirituellement permet l’accès à une vie pleine de conscience, régénère l’âme et fait alors sortir l’esprit et le corps de la souffrance.

Les maître éveillés contemporains semblent être les nouvelles figures qui remplacent désormais les philosophes. Ces derniers ont pour bilan de leurs théories et mises en pratique un échec : leurs propositions pour un modèle nouveau de vie en harmonie se soldent par des luttes entre les égos, qu’ils soient individuels ou collectifs. La planète n’est pas respectée, ni l’individu, ni le peuple.

De même, par l’exclusion du sacré ou de toutes figures divines ou de la reliance à un ordre supérieur, ces nouveaux philosophes se sont eux-mêmes égarés. Cela nous montre que les labyrinthes des théories conduisent rarement à l’éveil.

Actuellement, il ne s’agit pas de combattre les religions, ni de prôner un retour au christianisme ou même d’aller vers un fanatisme religieux. Retrouver en soi le religieux est le but. Renaître, c’est se relier donc faire vivre en soi et relier à soi le Sacré.

Ainsi, faire renaître notre âme, la mener sur d’autres cheminements nous conduit à l’expérience du sacré.

pensée positive

Percevoir en tout l’indicible

Toutes les religions anciennes proposent des dogmes mais qu’en est-il de la transmission de l’expérience ? Chaque génération d’homme a connu une occasion de vivre une expérience. Vie après vie. Et en 2012, quel chemin prendre ?

Ceux qui parlent de l’éveil utilisent des mots. Ces derniers demeurent bien trop faibles pour décrire l’extase, l’épectase, l’expérience ultime comme une invitation à suivre cette voie différente.

Pour emprunter cette voie, dont la seule promesse est de rencontrer le Soi uni au Grand Tout, il aura bien fallu entendre qu’elle existe. Pour la retrouver, comment ces maîtres de sagesse ont-ils transmis une parole permettant de percevoir l’indicible ?

 

La transmission invisible

Petite ballade du côté de l’histoire et de la transmission invisible…

Lorsque Bouddha voulut transmettre l’essence de son enseignement, il interrompit le sermon qu’il prononçait à ses disciples, prit un lotus dans sa main et le fit lentement tourner entre ses doigts, en SILENCE.

La plupart de ses disciples ne comprirent pas, mais Mahakasyapa sourit. A ce moment-là, Bouddha aurait déclaré :
« Je possède l’œil du trésor du vrai Dharma, l’esprit serein du Nirvana, et je le transmet à Mahakasyapa.
Notre véritable nature se manifeste, est présente.
»

Mahakasyapa est encore considéré aujourd’hui comme le premier patriarche indien, le seul disciple de Bouddha à avoir reçu Sa transmission de l’esprit. Il s’agirait là de l’origine de la Transmission spéciale en dehors des écritures du Chan ou Zen
Dictionnaire encyclopédique du Bouddhisme. P.Cornu

Cette transmission s’est effectuée dans un moment où le mental de son disciple demeure silencieux, au delà du sens des mots : Mahakasyapa touche enfin à l’essence de l’être. « Prendre et faire tourner la fleur » est un geste de totale attention à la fleur telle qu’elle est. Dépouillé de ses attachements, de ses « à priori, de ses certitudes » …l’esprit serein peut alors refléter la réalité dans son essence. Il n’y a plus séparation entre l’observateur et ce qui est observé. Dans le bouddhisme, c’est l’essence même de l’éveil.

Non dualité et coucher de soleil

Vivre totalement le moment présent si cher à Eckart Tolle se traduit par Nirvana, Moksa, Illumination, Eveil… Bien des mots qui pourraient nous décourager de devenir ces chercheurs de vérité, tant l’expérience même de cet état semble inaccessible.
Traduire en paroles l’expérience du non mental, de la non dualité, c’est comme décrire le plus magnifique des couchers de soleil à un aveugle.

« La résonance de la Vérité est tout ce dont nous disposons pour reconnaître ce qui est réel »
Barry Long

Autrefois, certains maîtres très explicites transmettaient par leurs enseignements le parfum de ce qu’ils nous invitent à partager, de ce qui nous attend au bout du chemin.

Pour d’autres, la parole n’a jamais réussi à être transmise même au cœur de leur enseignement.
Leur présence seule, telle celle de Ramana Marshi, invitait au silence.
Ceux qui ont eu la chance ou le courage d’en approcher un ont certainement ressenti que de demeurer à leurs côtés était la plus belle des invitations à explorer le voyage intérieur et à s’approcher ainsi d’un espace non dualiste.

zone d'ascension

Permanence de la béatitude

Krishnamurti nous offre une vision radicale dans cette recherche de la pure béatitude. Il s’agit d’un retour absolu à soi, faisant fi des traditions ancestrales.

A une époque où la conscience fait naître le désir de se transformer radicalement, Krishnamurti rejette toute la structure psychologique de la société, les valeurs traditionnelles, les morales établies, le « Connu » puisqu’il est le passé, ce passé qui projette une ombre sur les esprits.

Que nous donne-t-il à méditer ? Pour lui, l’amour et l’intelligence n’ont pas de cause. Ils sont lumière. Lorsque la véritable nature dans le psychisme est clairement observée et comprise, le processus de la pensée cesse d’être prédominant. Une telle compréhension est pure intelligence, libre de toute causalité, c’est la voie d’un changement radical de la condition humaine.

« La Vérité n’a pas de sentier, et c’est cela sa beauté : elle est vivante. Une chose morte peut avoir un sentier menant à elle, car elle est statique. Mais lorsque vous voyez que la Vérité est vivante, mouvante, qu’elle n’a pas de lieu où se reposer, qu’aucun temple, aucune mosquée ou église, qu’aucune religion, qu’aucun maître ou philosophe, bref que rien ne peut vous y conduire. Alors vous verrez aussi que cette chose vivante est ce que vous êtes en toute réalité. « La vérité n’est jamais dans le passé. Les vérités du passé sont les cendres de la mémoire. La mémoire appartient au temps. Dans les cendres mortes d’hier, il n’y a pas de vérité. La vérité est une chose vivante, elle n’est pas dans la sphère du temps. »

Yvan Amar se situe au confluent de trois héritages culturels : le judaïsme, reçu de son père, le christianisme transmis par sa mère, et l’hindouisme, légué par son maître, un sage indien contemporain.
Son livre « L’effort et la grâce » est une profonde réflexion sur la notion d’éveil, sur le concept de réalisation et des processus de croissance. En voici un extrait :

L’éveil extirpe le doute, premier poison du mental. Au fur et à mesure que l’éveil s’intègre au niveau psychologique, le doute disparaît, sans être pour autant remplacé par son contraire – la conviction ou la certitude – car la qualité fondamentale de l’éveil, c’est de ne pas connaître le contraire. Il ne connaît que l’évidence, qui engendre la vision non duelle de sagesse, de non-séparation. Le travail d’un éveillé n’est pas de résoudre les problèmes de ses disciples, mais bien de leur faire prendre conscience de leur nature profonde.
L’Effort et la Grâce

Ramakrisna
Seule, l’âme vêtue de Silence peut lever le voile qui Le sépare – Lui ! – de l’embrassement…

Ramakrishna, Une vie

Arnaud Desjardins
« …Vous trouverez toujours sur toutes les voies sans exception la même insistance sur l’attention et le souvenir, et d’abord me souvenir que je suis engagé sur la voie, me souvenir que j’essaye d’entrer en relation avec la plus grande profondeur possible en moi-même. Ce qu’on recherche en méditation, mais que vous pouvez rechercher dans toutes les circonstances de votre existence, c’est le tréfonds de votre propre réalité, la vie de votre vie. Qu’est-ce qui vous donne l’être, l’existence ?
J’existe : qu’est-ce que je suis vraiment ? Qu’est-ce que cette vie qui m’anime, plus profondément, plus durablement que tous les changements à la surface ?

Est-ce que vous êtes quoi que ce soit de non changeant – qui n’est pas soumis au temps, au vieillissement – et d’autonome – qui ne soit pas produit par autre chose ? À cette question, les enseignements spirituels répondent : oui. Il y a bien une réalité ultime.

L’invitation à l’expérience

Karlfried Dürckheim n’a jamais prétendu être réalisé. Son enseignement relie la tradition orientale et occidentale, il mérite bien sa place parmi les « grands ».

« Il existe deux notions du temps. En parlant du temps, nous pensons à quelque chose où se positionnait un avant et un après. Il y a également la notion de l’instant éternel. Rien ne bouge. Mais c’est faux de dire rien ne bouge, car c’est au-delà de bouger et de ne pas bouger.

Nous disons oui à la forme et par cela nous nous intéressons à ce qui est là et à ce qui va devenir. Alors les deux choses vont ensemble : le oui à la forme, le oui à la personne, le oui au temps et à l’espace. Et de l’autre côté, le oui à l’instant éternel, à la non forme. C’est le vide qui est la plénitude.  Ce n’est pas le rien, c’est l’absence de la multitude qui fait sortir la plénitude de ce temps éternel. Il est important de cultiver le sens de l’instant éternel, du temps au-delà du temps. (…) Mon travail a toujours été de préparer les conditions grâce auxquelles s’approche la chance d’être touché par le Tout Autre.

Kaveen
Disciple du Maitre spirituel Osho, il a suivi la voie de la méditation pendant plus de 20 ans, puis cette recherche comme il l’affirme s’est évaporée d’elle-même. Il partage son expérience dans un vocabulaire où est exclu tout le « jargon oriental. »

Voici la quintessence d’un art de vivre au présent : pas d’éveil, pas d’état à atteindre. Tout simplement la poésie d’une vie vécue en pleine conscience.

Expérimenter le développement de la conscience de soi est le plus somptueux cadeau qu’un être humain puisse recevoir. La promenade ne s’arrête jamais, le mouvement de la vie est éternel, et seul le promeneur décide, un jour, d’y rencontrer sa solitude, d’en tomber amoureux et de faire naître de ce coup de foudre un être naturel conscient et qui grandit ainsi vers plus de liberté. « La promenade » aux éditions Almasta Kaveen@zeecelebration.com

 

Nous sommes lumière

La vision d’Osho : la vie sans limite

« …Il est le suprême iconoclaste Le visionnaire devenant la vision. Certainement, un projet pour l’Existence – le droit de naissance de chacun de se régaler de la même expérience océanique d’une véritable individualité.
…Il n’y a aucun point à la ligne dans la vision d’Osho, mais une main aidante pour nous comprendre nous-mêmes.
»

Tom Robbins auteur

Dieu n’est pas une personne mais un vécu. La vision de l’univers que vous procure la dissolution de l’égo est ce que j’appelle la divinité. Rien ne peut vous révéler le divin en particulier, « Dieu » est l’expérience de l’amour parfait et universel. Cela n’a pas de centre, c’est l’existence sans limite. Le centre est donc partout. Parler de Dieu est une erreur, mais vous pouvez dire qu’accéder à l’amour parfait est « Dieu »
Osho « Méditation, la connaissance de soi » Aux éditions du Voyage intérieur

Méditer et guérir

Si les maîtres réussissent à transmettre l’indicible, qu’en est-il des thérapeutes qui ont inclus dans leurs séances une dimension méditative ? Pour ma part, cette dimension méditante s’inclut dans le travail de mes guérisons.

Dans chaque séance, j’invite la personne à vivre un espace permettant la rencontre avec elle-même. Ainsi s’ouvre une brèche qui n’est plus blessure mais guérison.
Suit un accueil du Verbe, parole reliée au sacré que nous venons d’expérimenter.

Cette quête et surtout de longues années de pratique m’ont permis de goûter à ce silence, devenu une part essentielle de mes soins. Cette dimension établit toute la différence.
Plus de théories, d’analyse du pourquoi et du comment, mais une expérience à partager.
Vécue à deux, cette expérience capte toute la vibration de ceux qui avant nous l’ont vécue. C’est la transmission de l’indicible, à nous de la vivre.

Patricia Menetrey sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/
Voir sa page web

Émotion, pensée, sentiment

 

reactivation-pyramides«  Les anciens Esséniens établirent une nette distinction entre émotions, pensées et sentiments. Bien qu’étroitement liées, pensées et émotions doivent tout d’abord être considérées de façon indépendante, puis réunies dans une fusion de sentiments qui deviennent le langage silencieux de la création.  » (p. 155)

«  L’émotion peut être considérée comme la source de la puissance qui nous aide à atteindre les buts de notre existence. C’est grâce à l’énergie provoquée par nos émotions que nous nourrissons nos pensées afin de les concrétiser… Nos émotions prennent une certaine direction grâce à la pensée, insufflant la vie aux images créées par celle-ci. … au cours de notre existence, nous vivons des situations variées qui se résument à deux émotions extrêmes et opposées : l’amour et la peur. C’est la qualité de notre émotion qui détermine sa manifestation.  » (p. 155-156)

«  La pensée peut être perçue comme le système de guidance qui dirige nos émotions. C’est l’image ou l’idée crée par notre pensée qui détermine la direction que prendront nos émotions et notre attention. La pensée est étroitement associée à l’imagination… la pensée en elle même ne dispose que d’une faible énergie; il ne s’agit que d’une possibilité sans aucune énergie pour lui donner la vie… Rien ne peut concrétiser une pensée en l’’absence d’émotion… C’est seulement par l’amour ou la peur que nous projetons sur les objets de nos pensées que nous insufflons la vie aux créations de notre imagination.  » (p. 156)

«  Les sentiments, représentant l’union des pensées et des émotions, ne peuvent exister qu’en leur présence simultanée. Lorsque nous éprouvons des sentiments, nous ressentons le désir de nos émotion se fondre dans nos pensées. Les sentiments sont la clé de la prière, car c’est au monde du sentiment que réagit la création… Par définition, pour éprouver un sentiment, nous devons d’abord avoir une pensée et une émotion sous-jacentes. Notre grand problème, en développant les plus hauts niveaux de la maîtrise personnelle, est de reconnaître les pensées et les émotions manifestées par nos sentiments.  » (p. 156-157)

Purger nos souvenirs en changeant l’émotion de l’expérience

«  … il nous est impossible d’écarter ou d’oublier nos expériences effrayantes et douloureuses. La pensée n’est que l’une des composantes de nos expériences – la ‘projection’ dans notre esprit de résultats possibles. Cependant, la souffrance est un sentiment, le produit de nos pensées stimulées par l’amour ou la peur provoqués par notre esprit. Grâce à cette formule, les maîtres esséniens nous invitent à purger nos souvenirs de nos plus douloureuses expériences, en changeant l’émotion de l’expérience elle-même.  » (p. 157)

Focaliser au bon endroit

«  le fait de focaliser notre attention sur les expériences que nous souhaitons éviter les attire précisément. Plutôt que de nous concentrer sur ce que nous ne voulons pas, nous devrions focaliser notre attention sur ce que nous désirons créer dans notre existence et vivre selon cette perspective… plus claire est l’affirmation, plus clair sera le résultat.  » (p.157)

Lorsque la prière n’est pas efficace

«  Une pensée privée de l’énergie capable de la stimuler s’appelle un souhait. Pour que notre pensée puisse devenir efficace, nous devons lui fournir de l’énergie… C’est l’émotion qui entraîne la réalisation de nos souhaits. Tout en admettant que nous pouvons choisir l’amour ou la peur comme émotion capable de stimuler notre pensée, il n’en est pas moins vrai que, la plupart du temps, notre besoin conscient est basé sur la peur…  Nous choisissons les conditions de notre existence grâce à nos sentiments – l’union de nos pensées et de nos émotions.  » (p. 159-160)

«  Les sentiments d’infériorité donnent vie à la création d’expériences que nous ne souhaitons pour rien au monde voir se produire dans notre vie – la concrétisation de notre manque de valeur… Perdu par l’Occident il y a 1,500 ans, le bonheur issu du souvenir de notre pouvoir peut amener dans notre vie bien-être, abondance, santé, sécurité et joie!  Outre le fait de pouvoir identifier comment notre technique intérieure de prière fonctionne, nous disposons également d’un moyen de changer les éléments constitutifs de notre prière afin de la rendre plus efficace pour notre usage futur.  » (p. 161)

GREGG BRADEN – Extraits de son livre
L’EFFET ISAÏE – Accéder à la science perdue de la prière et de la prophétie véritable
Ariane Éditions, 2000 sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

 

Publié dans:PENSEE, PRIERE ET MEDITATION |on 17 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Comment prier pour vous-mêmes

Comment prier pour le Monde…

Comment prier pour tout ce qui vous entoure ?

Comment prier pour la Vie ?

 prier pour soi et les autres

Simplement en étant heureux de vivre cette vie. En projetant en permanence la Paix, la Joie et l’Amour sur touts ceux qui vous entourent, en rendant grâce en permanence pour la beauté de la Vie.

Chaque fois que vos yeux se portent sur la beauté de la création et que vous en éprouvez une joie profonde, vous êtes en prière. Chaque fois que vous souriez à votre frère, vous êtes en prière. Chaque fois que vous souhaitez le meilleur pour ceux qui vous entourent vous êtes en prière ; chaque fois que vous visualisez le monde en paix vous êtes en prière. Chaque fois que vous avez de la compassion pour la souffrance de la nature, du monde minéral, pour la souffrance des règnes végétal et animal, vous êtes en prière. Chaque fois que vous rendez grâce à la Source, au Christ ou à Marie vous êtes en prière.

La prière est un état d’être profond. Etre heureux au plus profond de vous-mêmes est la plus belle prière que vous pouvez offrir au Père et à tous les êtres qui vous aident.

Pour vous réaliser au travers de la prière, si vous avez besoin du fil d’Ariane de n’importe quelle religion, il faut l’utiliser car elle vous permet de monter l’échelle qui vous ramène à la Source.

 A l’époque actuelle, la prière est une énergie gigantesque qui reliera les hommes entre eux, qui leur permettra de passer au travers de grandes difficultés. La prière en elle-même n’est qu’une formulation de mots, mais c’est un acte sacré qui élève totalement l’âme et la conscience humaine. Au travers de cette élévation, toutes les âmes se retrouvent et ne font plus qu’une. C’est au travers de cette fusion des âmes qui peut se concrétiser grâce à la prière que les miracles s’accomplissent.

Lorsque sur Terre des milliers, voire des millions de personnes demandent de tout leur cœur que la Paix soit sur ce monde, ils déclenchent un processus magique, un processus de Paix. Pour que celui-ci soit mené à son terme, il faudrait que chaque personne qui prie pour la Paix extérieure prie aussi pour la paix intérieure. Il n’est absolument pas possible de dissocier l’intérieur de l’extérieur. C’est pour cette raison que chaque fois que vous demandez la paix pour ce monde, il faut que vous demandiez avant tout la paix en vous-même. Ainsi vous ne dissociez pas l’intérieur de l’extérieur.

La prière quelle qu’elle soit, est le fil d’Ariane qui vous relie à la Source. La prière faite avec le cœur peut accomplir des miracles à chaque instant, que ce soit au niveau du soin ou au niveau spirituel. La prière est le lien entre les enfants de la Terre, les Hiérarchies de Lumière et la Source ;

Lorsque vous priez, vous invoquez celui qui vous est le plus cher. Vous pouvez invoquer qui bon vous semble, et sachez que votre prière ira où elle doit aller afin qu’elle soit exaucée par l’Etre Divin qui est en vous, par les Hiérarchies ou par la Source. Il faut que vous compreniez bien que rien n’est dissocié. Vous, les Hiérarchies de Lumière et la Source ne faites qu’un. Admettez tout simplement que c’est une partie de la Source ou une partie des Hiérarchies qui demande à elle-même d’exaucer un désir profond. Cela peut vous paraître difficile à croire ou à accepter, mais c’est ainsi que cela se passe.

Lorsque vous arriverez à comprendre que rien n’est dissociable, que tout est interconnecté, que vous faites partie non seulement du Tout mais aussi et essentiellement de la Source, vous comprendrez que toute prière est un laissez-passer et qu’elle peut être exaucée à tout moment par vous-même, par les hiérarchies, par la Source ; l’intérieur et l’extérieur ne font qu’un.

L’essentiel de la prière est la façon font vous l’accomplissez, dont vous la formulez, dont vous la vivez, dont vous la ressentez. Trois mots dits avec le cœur auront beaucoup plus de puissance que tout un chapelet dit d’une façon inconsciente.

L’amour que vous projetez sur vos proches, sur vos amis, sur le monde pendant une seconde a plus de puissance que toute une prière pendant dix minutes. Le temps de la prière ne compte pas. C’est la puissance que vous mettez dans ces moments intenses de prière qui compte.

Chaque être humain a sa propre façon de prier. Chaque être humain a ses propres mots. Actuellement, il est très important de prier, que ce soit au travers d’une religion ou sans religion. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de prier. La prière doit essentiellement se faire avec le cœur.  Peu importe à quelle religion ou à quelle philosophie vous appartenez. Pour être efficace, toute prière doit être faite avec le cœur.

Lorsque vous priez, il faut que vous ayez la conscience de dialoguer avec le Divin, avec les Etres de Lumière. Ce sont vos grands frères et la Source est votre Père. Vous pouvez demandez, remercier d’avoir, vous pouvez vous confier, remercier d’avoir la solution ou l’aide nécessaire ; le dialogue entre vous, les Hiérarchies de Lumière et la Source est très important, car vous élevez considérablement votre fréquence vibratoire, vous portez votre conscience à des niveaux supérieurs. C’est pour cela que depuis des centaines d’années les religions ont été très importantes. Elles ont permis aux êtres d’élever leur conscience vers le Divin, même s’il fallait pour cela mettre certaines barrières. Les êtres n’avaient pas l’évolution suffisante pour être détachés de certaines contraintes, notamment celle da la notion de péché.

Que ceux qui ont la foi chrétienne puisent dans cette foi. Qu’ils puisent cette force afin que leur prière sorte de leur cœur et ait une très grande puissance pour l’aide personnelle, pour l’aide en faveur de leurs frères ou du monde entier. Nous insistons pour vous dire que pour qu’une prière soit efficace, elle doit aussi êtres adressée à soi, car de cette façon vous vous élevez, vous vous transformez ; ainsi la prière faite pour l’Univers, pour votre Mère la Terre ou autres a beaucoup plus de puissance.

A l’époque actuelle, si tous les êtres de la Terre se mettaient simplement quelques minutes en méditation pour faire ressortir l’Amour qui est en chacun d’eux, la planète serait transformée comme par magie. La prière peut tout réaliser. Il faut que vous sachiez qu’elle peut aussi réaliser le bon comme le mauvais.

Nous aimerions vous faire comprendre que la prière est une énergie neutre que chacun peut utiliser en fonction de ce qu’il est. Ceci est très important, alors veillez à toujours utiliser cette énergie neutre dans le sens de la Lumière, dans le sens de l’aide, afin d‘ascensionner le plus d’êtres possible.

Au travers d’une prière dite avec le cœur, vous pouvez même transformer tout ce qui a été prévu pour ce monde. Le destin de l’humanité et celui de la planète peuvent être changés. Si les êtres humains se rendaient compte du pouvoir et de la puissance considérable de la prière, plus rien ne serait comme maintenant. Heureusement, tout évolue de la plus belle façon. On ne donne pas aux hommes inconscients des outils qui pourraient les détruire. Plus vous évoluerez, plus vous vous rendrez compte du pouvoir de la prière, et plus vous l’utilisez dans le sens positif, dans le sens de la Lumière.

La prière est souvent formulée avec les mots les plus simples, ceux qui sortent du cœur. Il n’y a pas besoin de phrases compliquées, il n’y a pas besoin de répéter en permanence certains mots, certaines phrases. Laissez parler votre cœur dans la prière. Votre cœur sait ce qu’il doit dire, ce qu’il doit exprimer. L’énergie sortant de votre cœur sera profitable pour vus et tous ceux pour lesquels vous priez.

Même une personne se disant totalement athée peut, par son comportement journalier, rendre grâce en permanence et formuler des prières, même si elle n’en pas conscience. Elle peut donner d’une façon très conséquente à ceux qui l’entourent, elle peut aussi avoir de grandes possibilités par rapport à elle-même et à sa propre évolution. Elle ne mettra jamais les mots « prière » ou « spiritualité » sur sa façon d’être, de penser et d’agir, elle agira tout simplement en fonction de son cœur, en fonction de son niveau de conscience, en fonction de l’Amour qui est en elle.

Vous pouvez avoir besoin d’un support mais vous pouvez aussi ne pas en avoir besoin. Que chacun continue à prier de la façon qui lui est la plus agréable, mais surtout que toute votre vie soit maintenant axée vers la prière.

Vous pouvez prier en travaillant, simplement en accomplissant votre travail le mieux possible, en offrant le travail que vous faites. Ceci aussi est une prière. La prière a mille et un visages. La prière est tout simplement un état d’être qui vous pousse de plus en plus à vous ouvrir à la conscience du Divin. La prière est aussi un pouvoir considérable que vous avez pour pouvoir aider ceux qui vous entourent et le monde. Apprenez à l’utiliser avec beaucoup de sagesse, beaucoup de simplicité et beaucoup d’Amour.

Une prière, c’est aussi un sourire, un mot gentil, le respect de l’Autre, l’ouverture. Une prière est la conscience et le respect de tout ce qui vit, une prière est simplement l’Amour manifesté au travers des mots. Tout est prière. Vous avez trop souvent tendance à croire que la prière est faite de mots appris. Vous dites des mots sans fin, des mots vides. Vous pouvez réciter des prières qui n’auront aucun effet, qui ne seront absolument pas porteuses.

Un homme qui regarde tout autour de lui la beauté de la nature est en prière. Un homme qui remercie Dieu le Créateur de toute la beauté qu’il a mise devant nos yeux pour notre plaisir est en prière. Un homme qui regarde avec attendrissement un bébé avec beaucoup d’Amour est en prière ; Un homme qui regarde les petits animaux, les oiseaux, les insectes, avec beaucoup de respect et d’Amour est en prière.

Apprenez à remercie le Créateur votre père pour toute la beauté qu’il a mise sur ce monde. C’est la plus belle des prières que vous puissiez faire. La prière est un état d’être avant tout. Quand vous dites : « Merci, Père, de la beauté que vous avez mise sur mon chemin », c’est une très belle prière. « Merci, mon frère pour la joie que me donne ta présence », c’est une prière. « Merci, mon compagnon, de l’Amour que tu me donnes », c’est une prière. Apprenez que tout est prière et priez dans ce sens-là. Priez ! Priez pour vous-mêmes, pour ceux que vous aimez, pour tous vos frères de la Terre, priez pour votre mère la Terre, priez pour l’Univers. Une simple pensée souvent émise peut être une grande prière.

Il est préférable d’avoir plusieurs pensées dans la journée plutôt que de vous astreindre à des prières sans consistance pendant lesquelles votre esprit s’échappe. Il ne suffit pas de prier longtemps pour que votre prière soit efficace, il suffit d’une pensée furtive, d’une pensée d’Amour, de Joie, de Beauté. Il suffit d’un simple remerciement pour la vie, pour tout ce que vous pouvez comprendre, pour l’Amour que vous avez les uns pour les autres, un remerciement envers le Père qui vous a permis d’expérimenter cette vie si riche, si prometteuse, si favorable à votre évolution.

La prière devrait devenir presque automatique chez vous, êtres humains. La prière, c’est le dialogue avec vous-mêmes, avec votre âme, avec votre Divin. La prière c’est le dialogue avec vos Guides, avec votre Grand Frère d’Amour, avec la Mère Divine (ou la Vierge pour ceux qui en sont très proches). Tout dialogue, quel qu’il soit, sera reçu et entendu s’il est fait vraiment avec les mots du cœur. Il est de plus en plus important de vous relier, de prier, de comprendre réellement ce qu’est la prière.

Bien sûr, il y a des prières toutes faites, mais nous aimerions que vous puissiez apprendre que vos prières doivent réellement émaner du pus profond de vous-mêmes.

Si vous récitez une prière toute faite, vous le faites d’une façon mentale et même machinale, et à ce moment là, la prière n’a aucun effet. Il est mieux de dire peu de mots, mais que ces mots soient ressentis, que cette prière soit puissante et imprégnée d’une énergie. Vous pouvez prier mentalement, mais il faut que la pire soit nourrie de votre puissance, de votre Amour, de votre confiance.

Extrait de LA PRIERE – Association du Ciel à la Terre. Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 5 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

LA PRIERE EST UNE AFFIRMATION

 

Vous dites souvent : « Je prie mais sans résultats ».

la_priere

Aucun homme ne peut dire cela. Dès qu’une prière est faite avec le cœur, elle trouve toujours quelqu’un pour la recevoir. Aussi étrange que cela puisse paraitre, ce n’est pas forcément la personne pour qui vous priez qui la recevra mais peut-être quelqu’un d ‘autre, parce que cette prière lui est destinée à la seconde même où vous la projetez hors de vous-même. Avant qu’une prière soit efficace, il faut en comprendre le processus.

Une prière ne doit pas être une supplication, elle doit être une affirmation.

Lorsque vous priez, il ne faut absolument pas vous préoccuper de savoir si votre prière sera efficace ou non. Elle sera peut-être efficace au niveau subtil de la personne pour qui vous la faites. Nous désirons vous faire mieux comprendre vos passibilités. La plus grande de ces possibilités est la confiance et la foi en ce que vous êtes, la confiance et la foi dans le pouvoir illimité que vous avez. Ce pouvoir vous sera donné petit à petit en fonction de votre élévation de conscience et de votre niveau de compréhension. Il est bien évident que l’on ne peut donner un jouet, aussi merveilleux soit-il, à un enfant qui pourrait le détruire ou qui pourrait détruire beaucoup de choses autour de lui.

La première des lois de celui qui veut réellement s’aider lui-même et aider les autres, c’est : Aime-toi.

Aucune prière ne pourra être miraculeuse si elle n’a pas été conçue dans l’Amour et surtout dans l’Amour de soi. Prenez du temps pour vous-mêmes, oubliez un peu vos tracas. Pensez à vous aimer davantage, pensez à mieux cultiver ce jardin merveilleux qui s’appelle Amour. De ce jardin émanera toute la puissance que vous aurez semée et que vous pourrez récolter.

Au lieu de vouloir désespérément aider ceux qui souffrent, vous devriez être dans l’Amour inconditionnel et accepter l’inacceptable, c’est à dire accepter de voir souffrir même ceux que vous aimez. Peut-être est-ce pour eux le seul moyen de grandir ou de réaliser qu’ils doivent changer de direction et apporter des améliorations à leur existence. S’ils sont têtus et bornés, s’ils ne veulent absolument pas comprendre ce que la vie, avec souffrance, avec douleur parfois, essaie de leur faire concevoir, que pouvez-vous faire. La prière leur adoucira certains moments difficiles, certains moments de désarroi.

Votre vie doit se situer à deux niveaux fonctionnant en parallèle. Avant de pouvoir aider les autres, il faut absolument vous aider vous-même, vous transformer, savoir comment vous fonctionnez, savoir que vous êtes une énergie active encore non maîtrisée.

Votre mental et votre ego voilent toujours la réalité de ce que vous êtes, cette immense énergie créatrice, cette immense énergie Amour. Tant que vous continuerez à penser, à agir avec la conscience humaine et non avec la conscience Divine, vous vous cognerez encore et encore la tête contre les murs et vous n’arriverez pas à comprendre pourquoi telle réaction que vous avez est caduque par rapport au résultat que vous en attendez ou pourquoi telle prière ne donne pas de résultat.

Ceci est très important :  pensez à vous, pensez à vous remodeler, pensez à vous visualiser en permanence en tant qu’être spirituel habillé d’un corps de matière qui lui permet tout simplement d’expérimenter la vie dans la troisième dimension. Vous faites toujours le contraire, vous pensez en être matériel qui de temps en temps s’élève spirituellement c’est votre erreur.

Nous savons que dans ce monde de troisième dimension la densité de la matière de votre véhicule, avec le moteur constitué par la personnalité, l’ego et le mental, est très puissante. Nous savons qu’il vous est très difficile de lâcher un peu les rênes afin que votre être spirituel, cosmique, prenne définitivement la direction de votre vie. Votre priorité est de vous transformer. Plus vous vous transformerez, plus vous prendrez conscience de vos possibilités et plus vous serez actifs. Vous pourrez ouvrir en vous-mêmes beaucoup de sas pour passer à d’autres plans de conscience et de ce fait vous vous donnerez d’autres outils.

La deuxième chose à bien comprendre concerne la puissance illimitée de la prière. Quand la prière est bien dirigée, bien comprise, elle peut effectivement transformer le monde.

Vous devez diriger votre prière en demandant que votre être Divin aille éveiller la partie Divine de tous ceux qui sont encore endormis. Ce n’est pas vous qui changerez le destin de vos frères. Simplement, par vos prières bien dirigées, vous donnez l’impulsion nécessaire, c’est à dire que par cette impulsion gigantesque de l’énergie d’Amour Inconditionnel votre être Divin éveille et stimule la conscience de la Divinité chez les êtres qui sont encore endormis. Cela permet à leur conscience de changer de niveau. Leurs réactions, leur compréhension d’eux-mêmes et de la vie pourront être totalement modifiée.

Il ne faut pas oublier que vous êtes tous reliés en permanence au travers de cette énergie Divine. Vous ne pouvez pas agir sur le destin de l’autre, sur le destin de votre peuple ou de votre monde, mais vous pouvez agir en stimulant l’énergie chez l’autre, au travers de sa partie Divine, cette énergie qui fera réagir en conséquence la grande majorité de l’humanité.

Lorsque vous agissez ainsi, l’ego ne participe pas puisqu’il n’y a pas d’intervention directe de vous-même sur quiconque. Il y a simplement l’envoie d’une énergie qui agira à votre place, ce qui est différent.

Extrait de LA PRIERE – Association du Ciel à la Terre. Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 20 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

SEMER NOS BENEDICTIONS

Bouddha Shakyamouni

Voici une superbe vidéo qui nous rappelle les mille et une façons dont nous disposons pour semer nos bénédictions comme des graines d’Amour et de Lumière. Lorsque toutes ces graines seront à maturité, elles éclateront en feux d’artifices pour fêter l’entrée dans le nouveau paradigme. N’est-ce pas un programme plus réjouissant que celui qui vous est servi chaque jour au journal télévisé ?

Image de prévisualisation YouTube

Le  pouvoir de la bénédiction

Juste avant que Thomas Edison ne meure, on lui avait demandé :
« Qu’est-ce que l’électricité ? »
Il avait alors répondu : « Je ne le sais pas. Elle est, servez-vous-en ! »
Il en est de même de la bénédiction : ça marche, qu’importe le pourquoi !
Mais que veut dire le mot Bénir ?
Pourquoi bénir ?
Quoi bénir ?
Tout d’abord, le verbe Bénir signifie « dire du bien, vouloir le bien,
voir le bien, penser le bien ou souhaiter le bien. »
C’est envelopper de lumière une situation ou un individu.
Il n’a donc pas l’unique connotation spirituelle connue.
Quant au verbe Harmoniser, il veut simplement dire « rendre harmonieux ».

Voici quelques-uns de ses bienfaits :


— La bénédiction nous enlève tout le stress, tout le poids d’une situation.
Nous n’avons plus à penser aux solutions, à chercher comment résoudre une situation à tenter de trouver l’issue ou la solution. C’est comme si nous pouvions délier de l’intérieur toutes situations non harmonieuses pour établir l’harmonie totale et parfaite.

— La bénédiction génère en nous une grande paix, une force tranquille et une formidable énergie.
— La bénédiction vient à bout de toutes les résistances, elle anéantit les obstacles qui se dressent sur notre chemin et nous permet de changer le cours des choses dans l’harmonie.

— La bénédiction multiplie les choses positives dans nos vies et nous permet de nous doter d’une plus grande solidité intérieure.
— La bénédiction nous permet d’aider quelqu’un à distance, de pacifier les autres et de voir se produire l’impossible.

Dans quels domaines l’appliquer ?
Sur les plans spirituel, mental, personnel, physique, professionnel, financier, matériel, relationnel, amoureux, familial, etc.

Comment et quoi bénir ?
Il s’agit tout simplement de répéter cette phrase : « Je bénis et j’harmonise » et de rajouter le sujet ou l’objet que vous voulez bénir.

Bref, nous pouvons tout bénir, sans exception :
les personnes, les objets, les situations et ce, où que nous soyons.
C’est un outil extraordinaire qui peut transformer toutes les facettes de notre vie.

Un texte de Madeleen Dubois auteure du livre Le pouvoir de la bénédiction

Mes rancœurs cachent la lumière du monde en moi

 

Un Cours En Miracles - LEÇON 69

 leon-69-

1. Nul ne peut voir ce que tes rancœurs dissimulent.  Parce que tes rancœurs cachent la lumière du monde en toi, chacun est dans les ténèbres, avec toi à ses côtés.  Mais comme le voile de tes rancœurs est levé, tu es délivré avec lui.  Partage maintenant ton salut avec celui qui se tenait à tes côtés quand tu étais en enfer.  Il est ton frère dans la lumière du monde qui vous sauve tous les deux.

2. Aujourd’hui, faisons une autre réelle tentative pour atteindre la lumière en toi.  Avant d’entreprendre cela pendant notre période d’exercice plus longue, consacrons quelques minutes à réfléchir à ce que nous essayons de faire.  Nous tentons littéralement d’entrer en contact avec le salut du monde. Nous essayons de voir passé le voile de ténèbres qui le garde dissimulé.  Nous essayons de laisser le voile être levé et de voir les larmes du Fils de Dieu disparaître dans la lumière du soleil.

3. Commençons aujourd’hui notre période d’exercice plus longue en nous rendant pleinement compte que c’est ainsi, et en étant réellement déterminés à atteindre ce qui nous est plus cher que tout. Le salut est notre seul besoin. Il n’y a pas d’autre but ici et pas d’autre fonction à remplir. Apprendre le salut est notre seul but. Mettons fin aujourd’hui à cette quête ancienne en trouvant la lumière en nous et en la tenant bien haut pour que chacun de ceux qui cherchent avec nous la voie et se réjouisse.

4. Très doucement maintenant, les yeux fermés, essaie de lâcher prise de tout le contenu qui occupe généralement ta conscience.  Pense à ton esprit comme à un vaste cercle, entouré d’une couche de lourds et sombres nuages.  Tu ne peux voir que les nuages parce que tu sembles être à l’extérieur et tout à fait à part du cercle.

5. De là où tu te tiens, tu ne vois aucune raison de croire qu’il y a une lumière brillante cachée par les nuages.  Les nuages semblent être la seule réalité.  Ils semblent être tout ce qu’il y a à voir.  Par conséquent, tu ne tentes pas de les traverser et de les dépasser, ce qui est la seule façon de te convaincre réellement de leur manque de substance. Nous tenterons de le faire aujourd’hui.

6. Après avoir pensé à l’importance de ce que tu essaies de faire pour toi-même et pour le monde, essaie de te mettre dans un état de calme parfait, en te souvenant seulement à quel point tu veux atteindre la lumière en toi aujourd’hui—maintenant ! 2 Détermine-toi à aller au-delà des nuages.  Tends la main et touche-les dans ton esprit.  Balaie-les de la main ; sens-les se poser sur tes joues, sur ton front et sur tes paupières quand tu passes au travers. Continue ; les nuages ne peuvent pas t’arrêter.

7. Si tu fais les exercices correctement, tu commenceras à te sentir soulevé et transporté. Ton petit effort et ta petite détermination appellent le pouvoir de l’univers à ton aide, et Dieu Lui-même t’élèvera des ténèbres dans la lumière.  Tu es en accord avec Sa Volonté.  Tu ne peux pas échouer parce que ta volonté est la Sienne.

8. Aie confiance en ton Père aujourd’hui et sois certain qu’Il t’a entendu et t’a répondu.

2 Tu ne reconnais peut-être pas encore Sa réponse, mais tu peux certes être sûr qu’elle t’est donnée et que tu la recevras.

3 Essaie, tout en tentant d’aller au travers les nuages jusqu’à la lumière, de garder cette confiance à l’esprit.

4 Essaie de te souvenir que tu joins enfin ta volonté à Celle de Dieu.

5 Essaie de garder clairement à l’esprit la pensée que ce que tu entreprends avec Dieu doit réussir.

6 Puis laisse la puissance de Dieu agir en toi et par toi, afin que Sa volonté et la tienne soient faites.

Pendant les périodes d’exercice plus courtes, que tu feras aussi souvent que possible étant donné l’importance qu’a l’idée d’aujourd’hui pour toi et pour ton bonheur, rappelle-toi que tes rancœurs cachent la lumière du monde à ta conscience.

2 Rappelle-toi aussi que tu ne la cherches pas seul, et que tu sais très bien où la chercher.

3 Ensuite, dis :

 Mes rancœurs cachent la lumière du monde en moi.
 Je ne peux pas voir ce que j’ai caché.
 Or je veux la laisser m’être révélée, pour mon salut et le salut du monde.
 Aussi, dis-toi :
 Si je garde cette rancœur, la lumière du monde me sera cachée,
au cas où tu serais tenté de reprocher quoi que ce soit à quiconque aujourd’hui.

  • Pour faciliter son stockage sur votre ordinateur ou son impression, vous pouvez télécharger ce texte au format pdf dans la rubrique Télécharger vos Méditations.
     
  • Cette méditation correspond à la leçon 69, partie du Livre d’exercices pour étudiants de l’ouvrage  Un Cours En Miracles – Foundation For Inner Peace aux éditions Octave, que vous pouvez acheter en ligne dans la Boutique Aquarienne.

Méditation d’enracinement

 

ancrage-énergétique« Cette méditation nous aide à nous enraciner dans un pilier énergétique de Lumière qui nous porte avec amour et à mesure que nous avançons dans notre travail. Veuillez donc vous trouver un fauteuil confortable dans une pièce silencieuse. Asseyez-vous carrément, le dos droit et les pieds au plancher. Puis lisez au complet la méditation suivante à un rythme qui vous convient.

Assis les pieds posés à plat au plancher, laissez-vous porter et soutenir par le fauteuil. Sentez l’espace où vous êtes et où se trouve votre corps … Maintenant, frottez-vous les mains et commencez à attirer l’énergie à partir du cœur de la terre. Tirez-la du centre même de la planète par la plante de vos pieds et laissez-là s’élever dans tout le corps… à travers vos jambes… à travers votre torse… dans votre cou… et dans la cavité de votre crâne.  Laissez l’énergie appuyer sur la paroi intérieure de votre crâne.

Tout en continuant de frotter vos mains, vous remarquerez peut-être que l’énergie a circulé dans vos bras et vos mains. Présentement, vos mains devraient être chaudes. Utilisez-les pour dégager votre aura (le champ d’énergie qui entoure votre corps). Balayez physiquement votre corps, le dégageant de toute vibration qui soit sur vous ou autour de vous et qui n’est pas à vous. Envoyez-la dans la terre, qui peut l’absorber et la transmuter. Puis, lorsque vous avez fini, posez vos mains, paumes vers le haut, sur vos genoux ou sur les accoudoirs du fauteuil.

A présent, laissez-vous prendre conscience de la source infiniment puissante et aimante de Lumière qui est toujours là, à environ 45 centimètres au-dessus de votre tête… A mesure que vous prenez conscience de la Lumière, celle-ci s’active et se déverse en pluie sur vous (devant, derrière et des 2 côtés.) La Lumière dégage tout ce qui sur vous ou autour de vous, interfère avec votre capacité de ressentir votre propre bonté.

A mesure que la Lumière circule de la tête aux pieds, elle s’accumule sous vos pieds et commence à se répandre. Elle se met à vous fournir une plate-forme de Lumière qui vous maintient à cet endroit, en ce moment. Elle ne vous retient pas les pieds, mais elle les tient et les soutient.

Puis, la Lumière commence à remplir votre champ énergétique. C’est une espace ovoïde qui s’étend tout autour de vous, à environ 45 cm dans chaque direction : devant, derrière et des 2 côtés. La Lumière commence à remplir cet espace… jusqu’à vos chevilles… vos genoux… vos hanches… jusqu’à vos épaules et au-dessus du sommet de votre tête, et vous êtes maintenant assis à l’intérieur d’un pilier de Lumière. Prenez un moment, à présent, pour laisser la Lumière faire son chemin sur vous. D’abord, de par son magnétisme naturel, la Lumière vous enlève tout ce qui, de l’intérieur ne vous aide pas en ce moment : douleurs physiques, stress ou détresse ; turbulences émotionnelles, inquiétudes ou chaos ; et de votre esprit, elle enlève toute pensée qui pourrait vous effrayer ou vous perturber. La Lumière peut vous enlever tout cela : tout ce qui est en vous et qui interfère avec votre expérience immuable de paix intérieure. Vous n’avez pas à lui dire quoi faire : la Lumière est une intelligence infinie qui connaît précisément vos besoins dans l’instant. Vous n’avez qu’à la laisser faire son travail…

Et alors que la Lumière vous enlève tout cela de par sa nature magnétique, en même temps, de par sa nature rayonnante, elle s’irradie en vous. Et tout comme elle s’irradie en vous de chaque angle possible (de l’avant, du haut, d’en-dessous) et qu’elle traverse la frontière de votre peau, la Lumière devient exactement ce qu’il vous fallait. S’il vous faut du courage, la Lumière en devient. Si vous avez besoin de réconfort, la Lumière en devient. Laissez-vous observer la Lumière à mesure qu’elle devient ce dont vous avez besoin et qu’elle répond au besoin du moment, quel qu’il soit. Prenez quelques instants pour la laisser agir …

Vous devriez maintenant vous trouver dans un état d’équilibre raisonnable et prêt à avancer. Ramenez votre attention à cet instant, puis continuez de lire »

Cette méditation est extraite du livre de Linda Howe aux éditions Ariane : Comment lire les Dossiers Akashiques – Accéder aux archives de l’âme et à son parcours.

Prier avec le coeur

images (1)Éclaircissements sur le mode perdu de la prière

Aujourd’hui, plus qu’à toute autre époque de notre histoire, les choix que nous faisons auront de sérieuses conséquences planétaires pour les générations à venir. Malgré l’intensification des tensions planétaires, des études récentes offrent un nouvel espoir et ravivent les convictions de ceux qui croient qu’on peut « intervenir » contre le cycle séculaire de la violence dans l’espoir d’un l’avenir meilleur. 

Des statistiques ont démontré que lorsqu’un nombre déterminés d’individus unissent leur conscience en une prière de masse, même sans dénomination religieuse précise, cela produit des effets qui s’étendent bien au-delà de la pièce ou de l’édifice où la prière a été faite. Ce nombre correspond à la racine carrée d’un pour cent de la population concernée. Ces études s’ajoutent à un faisceau de preuves qui suggèrent que se concentrer sur des sentiments de reconnaissance et de gratitude, comme si nos prières avaient déjà été exaucées, a un effet mesurable sur la qualité de vie durant la période de prière. Suite à notre description du « mode perdu de la prière » dans le livre L’Effet Isaïe, vos courriels et vos appels ont réclamé plus d’éclaircissements sur cette méthode de prière. 

Manifestement, il n’y a pas de « bonne » ou de « mauvaise » façon de prier. Dans sa plus simple expression, la prière est la faculté très personnelle et innée en chacun de nous de communier avec notre monde, avec les autres humains et un être supérieur. Le mode « perdu » de la prière est simplement un autre outil à ajouter à notre coffre d’outils de prières. 

Description du mode perdu de la prière

Le mode « perdu » de la prière est une forme de prière qui n’a pas de mot, pas d’expression extérieure et qui est basé simplement sur le sentiment. Plus spécifiquement, ce mode de prière nous invite à ressentir dans notre coeur reconnaissance et gratitude, comme si nos prières avaient déjà été exaucées, même si le monde semble démontrer le contraire. Voici de quelle manière cette précision est importante : Puisqu’il est admis que notre monde intérieur et nos corps reflètent ce que nous pensons et ressentons, nous devons nous assurer que nos prières proviennent de notre coeur plutôt que de notre tête. 

Voici le fondement de cette réflexion:

La logique de notre cerveau fonctionne sur la polarité — côté droit/côté gauche, sombre/lumineux, bon/mauvais, acceptable ou rejetable, etc. Prier dans le but « d’obtenir quelque chose » engendre un sentiment puissant un courant de ce qui « devrait être » ou « ne devrait pas survenir ». Les lois de la physique démontrent qu’une réaction existe dans une partie polaire chaque fois qu’un courant traverse l’autre partie polaire, selon un principe d’équilibre. 

Voici pourquoi : Ce que signifie prier avec la tête :

Lorsque nous prions « pour » quelque chose, nous utilisons un processus mental de logique. Par exemple, bien que la prière mentale pour la paix en Iraq peut être bien intentionnée et sembler créer une paix temporaire ou une guérison en un endroit donné à un moment donné, elle peut  involontairement créer précisément  l’opposé de la paix souhaitée, en un autre endroit à un autre moment. 

Ce que signifie prier avec le coeur :

Par contre, notre coeur n’est pas polarisé. Dans les traditions amérindiennes, le mot « Shante Ista » (l’unique oeil du coeur) décrit l’objectivité non-polarisée du coeur; le coeur voit «ce qui est » plutôt que « ce qui devrait être ». Lorsque nous choisissons la paix ou la guérison à partir du coeur, aucune polarité n’est créée pour équilibrer notre choix puisqu’il n’y a pas de coeur gauche ni de coeur droit.

Venant du coeur, le sentiment est la prière ! Des études ont démontré que cette qualité de gratitude et d’appréciation pour la paix déjà existante crée un champ magnétique en présence de la paix et que tout ce qu’elle produit est aussi de la paix. 

Éclaircissements

Pour être très clair, cette forme de prière n’est PAS dirigée vers un endroit, une personne, une organisation, un pays, une ville ou un événement. Ce mode de prière ne tente PAS de « transformer » les choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Les Anciens comprenaient qu’une telle utilisation de la prière est une « abomination » contre notre don de communier avec le monde.

Imposer notre idée de ce qui devrait ou ne devrait pas être n’importe où dans le monde ou pour une personne est une forme de manipulation et un mauvais usage de notre don de la prière. 

Au lieu de prier pour que quelqu’un «gagne » ou «perde », «souffre » ou «guérisse », nous devons plutôt ressentir de la reconnaissance et de la gratitude pour la paix et la guérison qui existent déjà. Le pouvoir de ce genre de prière transcende les notions de gains et pertes mesquines en nous invitant à élever les conditions de notre monde à un niveau bien au-delà de la médiocrité. De cette manière, nous ouvrons la porte à un principe subtil mais très puissant qui permet que la paix et la guérison soient présentes sans imposer notre volonté qu’il en soit ainsi. 

Le mode perdu de la prière

Aujourd’hui, les chercheurs contemporains identifient quatre modes de prières utilisés en Occident. Existe-t-il un mode additionnel de prière ? Y a-t-il un cinquième mode de prière qui nous permet de collaborer aux résultats des événements à l’intérieur de notre corps ainsi que dans le monde qui nous entoure ? Les découvertes récentes dans des temples éloignés où ces traditions subsistent aujourd’hui, combinées aux nouvelles recherches dans certaines traditions parmi les plus sacrées et les plus ésotériques du passé, m’amènent à croire que la réponse est «oui » ! L’essentiel de nos  conditionnements par les traditions occidentales des derniers 1 500 ans nous a invités à « demander » que les circonstances de notre monde changent par l’intervention divine; que nos prières soit exaucées. 

 Cependant, malgré nos demandes bien intentionnées, nous pouvons renforcer, sans le vouloir, les conditions mêmes pour lesquelles nous prions. Par exemple, lorsque nous demandons « Cher  créateur, faites que la paix vienne dans le monde», vous admettez en fait que la paix n’existe pas dans le présent. Les traditions anciennes nous rappellent que les prières-requêtes sont une forme de prière, parmi d’autres, qui nous donnent le pouvoir de trouver la paix dans notre monde par la qualité des pensées, des sentiments et des émotions que nous créons dans notre corps. 

 Une fois que nous créons les qualités de paix dans notre esprit et alimentons nos prières avec nos sentiments de paix dans notre corps, le cinquième mode de prière affirme que le résultat a déjà eu lieu.

Aujourd’hui, la science quantique pousse cette idée une étape plus loin en stipulant que la création réagit précisément à de telles conditions de sentiments en mariant le sentiment (la prière) de notre monde intérieur avec les conditions similaires du monde extérieur. Bien que le résultat de notre prière puisse ne pas encore être évident dans le monde, nous sommes invités à reconnaître notre communion avec la création et vivre comme si notre prière était déjà exaucée. Avec leurs formules d’une époque à présent révolue, les anciens nous invitent à considérer notre mode perdu de la prière comme une conscience en devenir plutôt qu’une forme prescrite d’action en certaines occasions. En un langage simple et élégant, ils évoquent le fait d’être «imprégnés » de la réponse à une prière et «immergés » dans la condition de vie choisie. En langage moderne, cette description suggère que pour induire un changement dans notre monde, nous devons d’abord sentir le changement comme s’il s’était déjà accompli. 

Tout comme la science moderne tend à démontrer la relation entre nos pensées, nos sentiments et nos rêves avec le monde qui nous entoure, il devient de plus en plus possible qu’un pont oublié relie nos prières avec notre expérience. La beauté d’une telle technologie intérieure est qu’elle est basée sur les qualités humaines que nous possédons déjà. Les prophètes d’antan qui nous ont vus dans leurs visions, nous rappellent qu’en honorant toute vie, nous assurons la survie de notre espèce et l’avenir du seul habitat que nous connaissons. Si ces clarifications apparaissent trop fastidieuses, je m’en excuse sincèrement. Le principe est simple : En présence de la paix, tout ce qui peut en découler est la paix. Mille mercis pour votre bonne volonté de créer un meilleur monde. 

Soyez bénis d’une paix véritable et durable

Gregg Braden

Publié dans:PRIERE ET MEDITATION |on 6 décembre, 2014 |1 Commentaire »

Exorcisme

 

 Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Pour ceux qui croient, aucune explication n’est nécessaire.
Pour ceux qui ne croient pas, aucune explication n’est possible.

Après avoir étudié la démonologie pendant de nombreuses années, avec toutes ses ruses et ses méfaits.

Nous, les Prêtres de Dieu, mettons tout en oeuvre pour déjouer ses pièges.

La plupart de la magie noire vient d’Afrique Noire, d’Haïti, et du Maghreb. 
Cet « art noir » est l’art de nuire à d’autres humains par des puissances démoniaques.

Les théologiens moraux enseignent que la magie (l’âme-agit) peut-être neutralisée par la prière, l’exorcisme, ou la destruction de l’article ou du signe qui la relie avec les forces du mal.
Mais, pour 99% des cas, les patients sont victimes d’envoûtement de nuisances (lourd à supporter).

Mais la possession se manifeste pendant le rituel de prière, car l’entité essaie de se cacher.
En cas de manifestations violentes, l’Exorciste devra placer sa confiance en Dieu. 
La possession peut demeurer bien cachée, en particulier si elle commence tôt dans l’enfance.
Dans ces cas-ci, quelqu’un choisi par le Seigneur, peut identifier l’état apparent tout à fait par accident. C’est ce qui est arrivé dans la vie de Saint PARTHENIUS, un Évêque du quatrième siècle.
Le malin, pour ne pas le citer, a réussi à faire croire qu’il n’existe plus et quand nous en parlons, les gens rigolent. Alors, il peut polluer à son gré.

 

 

 

La prière du guerrier spirituel

 Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

La prière du guerrier spirituel  dans PRIERE de-mythe-209x300

Je suis ce que je suis.

Par la foi que j’ai dans ma beauté,
je développe la confiance.

Dans la douceur,
j’ai la force.

Dans le silence,
je marche avec les dieux.

Dans la paix,
je me comprends moi-même
et je comprends le monde.

Dans le conflit,
je ne vois qu’une occasion
de choisir la paix.

Dans le détachement,
je suis libre.

Dans le respect de tout ce qui est vivant,
je me respecte moi-même.

Dans l’éternité,
j’ai de la compassion
pour la nature de toutes les choses.

Dans l’amour,
j’accepte inconditionnellement
l’évolution des autres.

Dans le don,
je ne fais que recevoir.

Dans la liberté,
j’ai la puissance.

Dans mon individualité,
j’exprime la Force Divine en moi.

Dans le service,
je donne ce que je suis devenu(e).

Je suis ce que je suis :

Complet(e),
Entier(e),
Guéri(e),
Sauvé(e),
Éternel(le),
Immortel(le),
Universel(le)
et Infini(e).

Dans la gratitude débordant de mon coeur
pour les incroyables dons que j’ai reçus,
je ressens et j’enseigne ma spécialité :

La Joie intérieure et l’allégresse divine.

Et c’est ainsi.

(Amen)

 Auteur inconnu

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 23 mai, 2013 |Pas de commentaires »

Prière et invocation

 Prière et invocation dans PRIERE ET MEDITATION a-yeux-150x90

RO. Quel est le lien entre la méditation et la prière ?

BC. La prière est le plus souvent une supplication, largement basée sur l’émotion, pour obtenir de l’aide, mais à son niveau le plus élevé, c’est une communion du cœur avec le divin. La méditation est la méthode, plus ou moins scientifique, pour contacter l’âme et s’unir à elle. Il n’y entre pas d’émotion.

RO. C’est donc là la différence. Existe-t-il alors un moyen d’élever les prières ?

BC. La prière se transformera finalement en invocation. On considérera Dieu comme une conscience qui se manifeste sous forme d’énergie que l’on peut invoquer ; ce sera la base de la nouvelle religion qui, d’après le Maître Djwhal Khul, se développera progressivement. La supplication purement émotive sera remplacée par l’invocation des énergies divines qui manifesteront alors dans le monde la nature spirituelle de Dieu.

RO. Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire, de manière régulière, pendant nos heures de veille, pour élever notre niveau de conscience, pour développer notre spiritualité ?

BC. De la méditation, bien sûr.

RO. Je voulais dire dans la vie quotidienne. Y a-t-il certaines manières de penser ou certaines attitudes que nous devrions encourager ?

BC. La bonne volonté, l’innocuité, sont des valeurs essentielles que nous devrions essayer d’acquérir. Et d’un point de vue plus technique, le maintien de l’attention sur le centre ajna, situé entre les sourcils, élève le niveau de conscience et l’écarte du marécage des émotions focalisées au niveau du plexus solaire. Garder l’attention fixée sur le centre directeur aide à adopter une attitude beaucoup plus mentale et donne la possibilité d’accéder finalement à la polarisation mentale, qui permet à l’âme d’illuminer la vie ; l’âme agit à travers le corps mental.

À consulter ici….   

Publié dans:PRIERE ET MEDITATION |on 12 février, 2013 |Pas de commentaires »

Le service et la méditation

 

RO. Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire, une manière de penser qui accélérerait notre évolution ?

BC. Il y a, bien sûr la méditation. L’évolution est accélérée par la méditation et le service. Ce sont les deux leviers du processus évolutif. Rien ne vous fait avancer plus vite qu’une méditation correcte, scientifique et une activité efficace de service altruiste.

RO. Cela fait longtemps que l’on nous dit que le service est une bonne chose. C’est presque devenu une sorte de cliché, mais vous dites que c’est l’absolue vérité.

Le service et la méditation dans PRIERE ET MEDITATION 1-copie-2-103x150BC. Oui, c’est même l’unique raison de notre incarnation. L’âme vient en incarnation, avant tout, pour servir le plan de l’évolution. Elle est consciente du plan du Logos de la planète et elle cherche à le réaliser par tous les moyens. L’aspect majeur de ce plan est la spiritualisation de la matière. L’âme accomplit ce service en venant en incarnation, ce qui est, bien sûr, une limitation pour elle. Elle est parfaite sur son propre plan mais, une fois incarnée, elle doit traverser toutes les limitations de nos misérables vies : l’égoïsme et l’avidité, les pensées déformées que les hommes projettent autour d’eux et qui créent de terribles conflits comme ceux de la Bosnie ou du Rwanda, ou encore des situations dramatiques comme en Afrique où des millions de gens meurent de faim alors que nous vivons dans un monde d’abondance.

RO. Pourquoi la méditation fait-elle progresser ?

BC. Parce qu’elle coordonne les véhicules et met en contact avec l’âme. La méditation est une méthode, plus ou moins scientifique selon le type de méditation, qui met l’individu en contact avec son âme ; et lui permettra finalement de fusionner avec elle. Tel est le but. Lorsque ce contact est établi, la méditation est utilisée comme un moyen pour s’élever et pénétrer plus profondément dans la nature de l’âme qui, en réalité, est triple. L’âme est une réflexion de l’étincelle divine, qui présente trois aspects : atma, bouddhi et manas. L’aspect manasique est centré sur l’intelligence, l’aspect bouddhique sur l’amour-sagesse et l’aspect atmique sur la volonté. Graduellement, grâce à la méditation et au service, l’intelligence, l’amour-sagesse et finalement la volonté de Dieu sont contactés et connus, et font partie de la nature du disciple.

À consulter ici…  

Publié dans:PRIERE ET MEDITATION |on 8 février, 2013 |Pas de commentaires »
12

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3