Archive pour la catégorie 'PENSEE'

Acte magique : langage de la conscience

 

La pensée n’est pas quelque chose d’homo­gène; on peut choisir de distinguer deux ma­nières de penser, coexistantes en chacun (1) — et qui sont aussi importantes l’une que l’autre — : la première, pensée rationnelle, s’exprime sous la forme de sa voix intérieure et elle utilise des mots. La seconde, pensée magique, s’exprime sous la forme de son intuition et elle utilise des images et des symboles.

Du fait qu’elle puisse être formulée par le langage, la pensée rationnelle permet de construire une base sur laquelle s’appuient des choses telles que le raisonnement et la logique; elle est divisible en unités sémantiques (c’est-à-dire de sens : les affirmations et propositions) ou morphologiques (les mots), elle est par nature le langage de la conscience. C’est avec elle que nous sommes le plus familiarisés — dans le monde dans lequel nous sommes, dans lequel vous êtes si vous lisez ces lignes.

chez francesca

Par contraste, la pensée irrationnelle est constituée d’atmosphères, de sentiments, de symboles, tout un ensemble de choses qui par nature ne peuvent pas être saisies dans leur totalité. En cela, elle ne peut jamais être totalement consciente — pour autant elle partage avec la pensée rationnelle des procédés cognitifs tels que le lien de cause à effet — ; en pratique, c’est un procédé très largement inconscient (2).

Or, l’inconscient dort caché, tapi derrière nos garde-fous, eaux profondes enfouies sous la partie consciente de notre personnalité et de nos perceptions. Occulté, sa puissance n’en est pas moindre, bien au contraire; les ressentis intérieurs possèdent cette force immense qui est celle de la capacité de nous court-circuiter.

Le fait de la possibilité d’un tel court-circuit de la conscience — l’on pourrait encore dire qu’il possède les clefs de la place-forte, et ainsi se moque des remparts — révèle quelque chose de fondamental : c’est par ce biais qu’agira de la façon la plus efficiente un moteur, une volonté interne. L’on connaît le triste destin en février des résolutions du Nouvel An; en revanche, inébranlables sont les résolutions que nous prenons tout au fond de nous-mêmes. Or, l’on pourrait croire qu’il n’y a aucun moyen d’agir dessus, parce que nous n’imaginons trop souvent que notre seule possibilité, c’est de se déclamer la résolution et se dire que l’on fera mieux que les autres fois; il n’en est rien. — Il faut agir au plus profond de nous-mêmes, au niveau de la pensée irrationnelle, materia prima qui seule, pourra court-circuiter notre éphémère volonté consciente — laquelle bien souvent porte déjà inconsciemment son propre frein elle-même.

Agir au plus profond de nous-mêmes.

Cela peut se faire au moyen de l’acte magique.

L’homme est un microcosme (3) . Chacune de ses terres peut être symbolisée en particulier par des objets; dès lors, il est possible d’utiliser l’un de ces objets comme une figuration de la chose sur laquelle l’on veut agir. L’objet est investi alors d’une vie magique, dès lors qu’en naît en notre esprit le lien symbolique. Toute action sur cet objet préfigure ainsi les actions sur ce à quoi il est lié — en quelque sorte, c’est agir bien plus directement que ce que l’on pourrait penser a priori sur notre inconscient. Or, seul celui-ci a besoin d’être modelé; l’on pourrait à la limite réaliser cet acte scrupuleusement et croire qu’il n’aura aucun effet sur notre volonté, que pourtant, intérieurement, le bouillonnement aurait déjà commencé, et tel une plaque électrique, chaufferait doucement mais inexorablement — amorçant une résolution bien plus réelle et efficiente que celles qui naissent et meurent en janvier.

C’est pour cela qu’il est si important de consacrer un lieu magique, de ne pas oublier l’ouverture et la fermeture du cercle lors de nombreux rituels, c’est pour cela qu’un envoûtement peut marcher sur quelqu’un qui n’y croit résolument pas et possède un esprit intelligent et rationnel (4) , que le triple retour existe; d’une manière beaucoup plus profane, c’est le même mécanisme qui rend compte de nombreuses situations de placebo et de manipulation d’autrui, ou encore expliquerait pourquoi une induction hypnotique marche (5) .

« Héloïse offre à Fabien une petite gemme d’une couleur signifiante, à une date signifiante, dans un lieu signifiant, dans un état d’esprit signifiant — avec prologue et épilogue — et elle passe doucement d’une main à une autre. Le regardant droit dans les yeux, Héloïse dit : « Je t’aime ». »

À jamais, cette gemme symbolisera leur lien, un véritable homoncule hermaphrodite qu’ils auraient alchimiquement créé, quand bien même ils feraient les plus grands efforts conscients pour se persuader du contraire et de son insignifiance. L’acte magique est plus fort que tout.

Ecce acta magica

———-

1 Le moment privilégié où il s’exprime à chacun est très certainement le rêve. À ce sujet et au sujet de l’incons­cient, la lecture de S. Freud et de C.G. Jung est particulièrement intéressante; voir par exemple Psychologie de l’inconscient (LDP), Essai d’exploration de l’inconscient (Folio essais).

2 On peut consulter à ce sujet C.G. Jung, dans les introductions de Métamorphoses de l’âme et ses symboles (LDP) ou encore de Psychologie et Alchimie (Buchet Chastel).

3 À propos de la sorcellerie, J. Favret-Saada a proposé une analyse intéressante dans Les mots, la mort, les sorts (Folio essais). Pour ce qui est de montrer l’importance de l’irrationnel sur l’homme — que l’on choisisse de le prouver d’une manière irrationnelle ou rationnelle — la lecture de Et l’homme créa les dieux (Folios essais) de P. Boyer s’avère passionnante.

4 Pour un résumé très intéressant de par sa clarté et sa concision sur ce vaste sujet, on peut lire Le sacré et le profane de M. Eliade (Folio essais).

5 T. Melchior propose l’explication d’une mise au diapason progressive du patient et de l’hypnotiseur, la voix de ce dernier se confondant peu à peu jusqu’à se substituer à la pensée consciente du patient — ce procédé se réalisant lorsque le patient se met à ne plus savoir si l’hypnotiseur opère une description de son état, ou une action : et c’est alors que ce qui n’était que description gagne la propriété d’également agir. À lire à ce sujet : Créer le réel, hypnose et thérapie (Couleurpsy).

Publié dans:CO-CREATION, ESPRITS, PENSEE, POUVOIR |on 25 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

Nos rêves ont bien changé

 

Avant de comprendre les rêves, il faut pouvoir s’en souvenir. Il faut commencer par retrouver un bon sommeil, puis apprendre à s’endormir à volonté, vaincre ses insomnies et se rendormir rapidement. Il n’y a pas de vie heureuse sans un bon sommeil. Pour retrouver le souvenir de ses rêves, de nombreuses règles peuvent être données. Je dirais qu’il faut « les aimer ». Tout est là. La règle générale est que pour retrouver le souvenir de ses rêves, il faut leur attacher la plus grande importance. S’y intéresser, s’en occuper, les écrire, les dessiner, les raconter, s’en inspirer ! Nous devons être plus préoccupés par nos rêves que par nos soucis de la journée. 

blogfrancesca

Le rêve est une autre vie qui accompagne toute notre vie. Il ne nous quitte pas de la naissance à la mort. Les découvertes scientifiques récentes font donc du rêve un objet d’étude scientifique nettement déterminable dans les laboratoires de rêve de chaque grande université. Et elles nous montrent que le rêve est plus important que le sommeil. Rêver est vital pour l’homme. Les expériences de privation de rêve n’ont jamais pu être prolongées bien longtemps. 

Pour comprendre quelque chose aux rêves, il faut commencer par admettre qu’il en existe plusieurs catégories : les cauchemars, les rêves ordinaires et les songes. Les cauchemars sont les mauvais rêves. Le critère du vrai cauchemar est qu’il nous réveille puis nous angoisse. Les rêves ordinaires, quant à eux, sont ceux que nous avons toutes les nuits et qui ne parlent que de ce que nous faisons tous les jours. Nous ferions volontiers une catégorie intermédiaire entre les rêves ordinaires et les songes avec les rêves psychanalytiques. Lors d’une psychanalyse, ou de certaines psychothérapies analytiques, les rêves vont changer et devenir de plus en plus profonds et révélateurs. Le patient rêve ainsi pour son analyste, grâce au transfert. Peu à peu, les rêves vont apparaître profonds, bien construits et symboliques. Ils vont jalonner la cure, en marquant ainsi ses principales étapes. Et enfin, les bons rêves qui, en français correct, doivent se nommer des songes. Ce n’est pas pour rien qu’en français nous avons deux mots, les rêves et les Songes. 

Nous pouvons ensuite essayer de comprendre nos rêves seul, avec un journal de rêves. Au bout d’une centaine de rêves sur le nocturnal, nous pouvons commencer à faire des analyses de contenus et des pourcentages. C’est une première manière de les comprendre, accessible à tous, sans psychanalyste. Le sens unique du rêve est dans l’inconscient du rêveur. Nous pouvons également avoir besoin d’un psychanalyste, car si le rêveur possède seul le secret du sens de son rêve, il peut parfois ne pas l’admettre. Il va donc le dire, au milieu d’un tas d’autres choses, au psychanalyste qui va doucement et prudemment le souligner en le lui retournant plusieurs fois, jusqu’à ce que des recoupements successifs forcent le rêveur à bien admettre sa vérité. D’ailleurs si les deux n’ont pas trouvé aussitôt le sens de ce rêve, l’inconscient va s’en charger et provoquer par la suite un autre rêve qui sera le sens du précédent. Les amplifications des rêves représentent une autre piste. Nous pouvons interpréter le rêve, mais aussi le jouer et le développer en le considérant comme un point de départ. L’idée selon laquelle chaque élément du rêve représente une partie du rêveur autorise une autre façon de comprendre le rêve en l’amplifiant. Cette méthode a été très efficacement développée par Fridriech Perls dans sa technique de Gestalt-thérapie. Puisque le rêve émane du rêveur, il est tous les personnages et les objets de son rêve et ne doit pas être abusivement réduit au personnage qu’il a choisi d’incarner dans son rêve. 

Les psychanalystes ont assez interprétés les rêves, il est temps maintenant de les changer, pour faire en sorte que nos nuits soient plus belles que nos jours. Il est possible de transformer ses rêves afin d’obtenir des songes ou vision de vérité : songe de beauté, de puissance, sortie hors du corps, rêve prémonitoire, thérapeutique, curatif, créatif… L’intérêt pour les rêves et leur transformation est partagé dans de nombreuses traditions ou cultures, et on en retrouve des traces à chaque époque. La transformation des rêves est essentiellement une question d’état de conscience. Pour avoir des rêves lucides, il faut introduire la conscience dans ses rêves et pour y arriver le secret est d’installer la conscience de rêve dans la vie de tous les jours. Différents exercices gradués peuvent nous aider à y parvenir. 

La découverte de ce genre de rêves lucides va être de la plus grande importance pour la psychologie comme pour la philosophie. Elle va permettre d’autres découvertes et peut-être de grands changements dans la science et dans notre vie. Pour cela il faut commencer à s’interroger sérieusement sur les raisons du rêve : pourquoi rêvons-nous toutes les nuits ? Pour les philosophes, il faut pousser l’interrogation plus profondément et se demander : pourquoi l’homme est-il programmé pour rêver ? Ainsi le rêve lucide, après nous avoir fait échapper à l’illusion des enfers de notre inconscient, peut nous délivrer de l’illusion sensorielle pour nous faire découvrir de nouvelles réalités.

Les rêves constituent la moitié de notre vie, et les comprendre, les diriger voir les expérimenter peut changer toute notre vie.

auteur

Publié dans:PENSEE, REVES |on 20 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

Le monde change quand la perception que j’ai de lui change

 

Vous dîtes que le monde change quand la perception que j’ai de lui change. Comment est-ce possible?

Celui qui a atteint sa pleine maturité, qui se connaît sciemment, ne se pliera pas nécessairement aux conventions sociales. Un tel être agira au bon moment, suivant ce que la situation indique, sans que personne ne soit lésé d’une quelconque façon. Si vos actes sont régis par vos désirs, vous n’avez aucune espèce de liberté. Par contre, si vous faites ce que réclame la situation, vous faites ce qui est juste, et vous et votre entourage êtes libres.

perception

Un sage n’a pas la moindre pensée d’être une personne quand il agit, sent ou pense. L’ego est totalement absent. L’ego n’est rien de plus qu’une pensée et deux pensées ne peuvent cohabiter simultanément. Aussi l’identification à l’ego ne peut avoir lieu qu’une fois disparue la pensée rattachée à l’objet. C’est alors seulement que l’ego déclare sienne cette pensée. Ce sens de la propriété : «j’ai vu ceci », «j’ai fait cela », intervient après le fait et n’a rien à voir avec le fait. Une fois que ce mécanisme est clairement perçu, vous comprenez que l’identification que vous aviez précédemment prise pour une réalité n’est qu’une illusion. Vous n’êtes pas le propriétaire de la situation pas plus que vous n’en êtes l’esclave. Votre vraie nature est au delà. Le silence de la conscience n’est pas un état, c’est le continuum où tout état, toute chose apparaît et disparaît. Les mots que nous utilisons dans l’état de veille pour parler de ce non-état sont une expression de cette conscience. Quand nous vivons dans la conscience, tout est expression de cette conscience.

Le monde que vous percevez n’est rien d’autre que le roman de votre imagination, basé sur la mémoire, la peur, l’angoisse et le désir. Vous vous êtes retranché dans ce monde. Voyez cela sans vous jeter sur des conclusions et vous serez libre. Vous n’avez nul besoin de vous affranchir d’un monde qui n’existe que dans votre imagination.

Ce que vous prenez pour une réalité est simplement un concept surgi de votre mémoire. La mémoire surgit de l’esprit, l’esprit du témoin, le témoin de votre vraie nature. Vous êtes le témoin, le spectateur placé sur la rive et regardant le fleuve couler. Vous ne bougez pas, vous êtes au delà du changement, au delà du temps et de l’espace. Vous ne pouvez percevoir ce qui est permanent parce que vous l’êtes.

N’alimentez pas les concepts dont vous avez fait vos fortifications ou l’image que les gens ont de vous. Ne soyez ni personne ni rien, contentez-vous de rester à l’écart de ce que la société vous demande. Ne jouez pas son jeu. Cela vous établira dans votre autonomie. 

L’exemple, si souvent utilisé dans le Vedanta, du serpent et de la corde, d’un côté se réfère au monde et, de l’autre, à la réalité ultime. Le serpent représente le monde des objets où nous rencontrons les personnalités, les pensées, et l’affectivité. La corde symbolise la réalité ultime, le silence de la conscience. Une fois que nous cessons de prendre la corde pour le serpent, l’idée du serpent disparaît et nous voyons la corde pour ce qu’elle est réellement. Il est parfaitement naturel que l’erreur perde sa substance et se dissipe quand la vérité devient évidente. Étant donné qu’une pensée fait partie intégrante de l’illusion, il lui est impossible de nous révéler la réalité ultime. Le « fait-d’être », la toute présence, qui est la source de toute expérience, est au delà de la dualité expérimentateur/expérimenté. Quand l’accent se trouve sur la conscience et non sur la pensée ou sur la perception, nous entrons progressivement dans une détente profonde, à la fois sur le plan neuro-musculaire et sur le plan mental.

Si nous observons avec détachement l’apparition et la disparition de tous les états que nous expérimentons, nous parvenons bientôt à appréhender que chaque état, chaque perception, chaque pensée sont réabsorbés dans une connaissance informulée, une connaissance qui est l’être. Ce continuum, seule réalité, est là avant que ne commence l’activité. Immergez-vous dans cette tranquillité chaque fois qu’elle se fait sentir.

Vous ne pouvez vous attendre à ce que la réalité surgisse, car elle est toujours là. Les événements apparaissent et disparaissent. N’oubliez jamais le caractère fugitif de toute expérience, c’est tout ce que vous avez à faire et la porte de la grâce s’ouvrira devant vous. Dès que des opinions et des réactions telle que «j’aime, je n’aime pas», interfèrent, vous retombez dans une habitude subjective et vous tissez autour de vous un filet, vous perdez de vue votre vraie nature. Les sentiments de sympathie et d’antipathie vous font tourner le dos à votre vraie nature. Vos concepts de changement, de progrès, en mieux ou en pire, sont fragmentaires et subjectifs. Quand vous regarderez le monde depuis votre totalité, le monde changera en vous. Vous êtes le monde.

 Jean Klein

Ecrit Par Jean Klein

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:CO-CREATION, GUERISON, HUMANITE, PENSEE |on 18 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

La sagesse commence dans l’émerveillement

 

 

A propos du Centre Nature Divine. Fondé en décembre 2015 à La Pesse dans le Haut-Jura par Elsa Delacroix, le centre de ressourcement Nature Divine offre un espace de calme et de dépaysement enchanteur qui permet aux personnes seules ou en groupe de faire une pause dans leur quotidien pour aller à la rencontre d’eux même, progresser dans leur démarche de développement personnel ou spirituel à travers un contact profond avec la puissance et la poésie de la Nature.

sagesse francesca

Se reposer, se ressourcer et renouer avec soi-même dans la magie de l’hiver : découvrez les séjours thématiques bien-être et ressourcement hiver 2017, « Lumières d’Hiver » du Centre Nature Divine au cœur du cadre préservé du Parc Naturel Régional du Haut-Jura.

Le Centre Nature Divine situé à La Pesse (39) dans le Haut-Jura à 1200 m d’altitude, propose toutes l’année des séjours bien-être et ressourcement dans un cadre enchanteur, au cœur de la nature bienfaisante. Elsa Delacroix, Astrologue Humaniste et guide intuitif, fondatrice du centre vous accueille, seul, en couple ou en groupe et vous propose de séjourner en yourte ou en gîte rural, situés en pleine nature.

Le programme de séjours « Lumière d’Hiver » au Centre Nature Divine de janvier à mars 2017 :  Séjours développement personnel et spirituel « Lumières d’Hiver ». Cet hiver 2017, le Centre Nature Divine vous propose, en complément des séjours « Respiration » et « Intuition » disponibles tout au long de l’année, un programme de séjours à thème habillés aux couleurs de cette saison et baptisé « Lumières d’hiver ». Les séjours «Lumières d’hiver » vous invitent dans la blancheur et le silence de l’hiver, moment propice de repli sur soi, à faire naître une nouvelle clarté dans votre vie qui vous guidera vers le mieux-être. Ces séjours se déroulent hors vacances scolaires, sur 5 jours (4 nuitées), du lundi au vendredi. Le programme du stage comprend un atelier de marche sensorielle en raquette, un atelier d’initiation à l’astrologie « Découvrez votre ciel intérieur » et deux demi-journées supplémentaires de temps d’introspection sur un thème en résonance avec les énergies planétaires du moment. Le thème astral individuel sert de support au travail réalisé par chacun pendant ces ateliers collectifs, néanmoins aucune connaissance de l’astrologie n’est nécessaire pour en tirer les bénéfices. Le reste du temps est libre pour permettre à chacun de profiter des bienfaits de la nature – source de vitalité, d’inspiration … et de sagesse.

 sagesse francesca1

quand le Soleil traverse le signe du Capricorne…

Nous découvrirons les domaines de notre vie teintés par l’énergie du Capricorne et comment y développer tout notre potentiel. Nous ferons un point sur les effets du transit de Saturne dans nos vies et ses enjeux de développement personnel. Nous aborderons les sujets liés au peurs et blocages, à la culpabilité, la responsabilité et au chemin vers l’authenticité de l’être. 

Dates de stage :
Du lundi 9 janvier au vendredi 13 janvier 2017 Du lundi 16 au vendredi 20 janvier 2017

sagesse francesca2

quand le Soleil traverse le signe du Verseau...

Nous découvrirons les domaines de notre vie teintés par l’énergie du Verseau et l’importance qu’elle y joue. Nous nous pencherons sur la planète Uranus dans le thème natal mais également en transit pour éclairer ses effets, notamment ce qu’elle peut nous ouvrir comme opportunité en matière de changement, de libération et déconditionnement. Nous découvrirons l’endroit de notre génie personnel – de notre unicité – et de quelle façon nous pouvons participer à des œuvres collectives et sociales qui contribuent à l’éveil des consciences.

Date de stage :
Du lundi 23 janvier au vendredi 27 janvier 2017 Du lundi 30 janvier au vendredi 3 février 2017

quand le Soleil traverse le signe des Poissons…

Nous découvrirons les domaines de notre vie teintés par l’énergie du signe des Poissons et comment y développer tout notre potentiel. Nous nous pencherons sur la planète Neptune et de quelle façon nous manifestons cette énergie dans notre vie. Cette période sera particulièrement consacrée au silence et à la méditation et à l’écoute de son intuition.

Date de stage :
Du lundi 13 mars au vendredi 17 mars 2017

Pour le détail du contenu et déroulement des stages « Lumière d’Hiver », visitez cette page de notre site ou contactez Elsa Delacroix au 03 84 42 72 60.

 coeurs_1-572a6

Le Centre Nature Divine : « Au cœur de la nature pour retrouver votre nature ».

Simplicité et Authenticité
Située sur la Combe du Cernétrou qui surplombe le village de La Pesse à 1205m d’altitude, Le Centre de Ressourcement Nature Divine est constitué d’une ancienne ferme typique jurassienne rénovée en plusieurs gîtes. Une yourte est également installée sur le domaine et vous accueille dans un cadre insolite. Le Centre bénéficie d’une situation exceptionnelle en pleine nature et vous pouvez partir directement depuis votre gîte, raquettes ou ski aux pieds. Pendant votre séjour, profitez également de notre espace spa, dans le décor insolite et charmant d’un chalet en bois-rond, qui vous offrira les bienfaits du jacuzzi et du sauna après une bonne journée de randonnée raquette ou ski de fond. Détox, détente et relaxation au programme.

Vous trouverez dans nos 3 gîtes ruraux la chaleur d’un décor montagne, simple et authentique, fait de bois et pierre. Vous organisez librement vos repas dans les cuisines toutes équipées ou pouvez également vous restaurer au village de la Pesse à 1,3 km du Centre. Le centre met également à votre disposition des espaces collectifs pour ceux qui souhaitent de la compagnie à midi.

L’hiver l’accès au Centre Nature Divine se fait uniquement à pied, ski ou raquette ce qui vous invite à vous mettre en « marche » vers vous-même, tel un rituel initiatique. Un nouveau voyage peut alors commencer où …la sagesse commence dans l’émerveillement.

A propos d’Elsa Delacroix, votre accompagnatrice et guide. Après avoir réalisé un premier parcours professionnel dans la conduite du changement et la transformation des organisations, Elsa a souhaité mettre ses compétences au service des individus et s’est tournée vers des outils symboliques de connaissance de soi et de guidance qui trouvaient en elle un profond écho à travers leur lien à la Nature et au Cosmos, notamment l’Astrologie Humaniste.

 sagesse francesca3

Astrologue professionnelle, enseignante, poète et guide intuitif, Elsa fonde son approche de la relation d’aide et de l’accompagnement au mieux-être sur une vision holistique du bien-être et de la santé. A travers les activités proposées par le Centre « Nature Divine », Elsa vous propose de voyager en Poésie « au cœur de la nature pour retrouver votre nature ».

Contactez
Pour découvrir le Centre de Ressourcement « Nature Divine », en savoir plus sur le calendrier des ateliers événementiels et les modalités d’inscription, contactez au 03 84 42 72 60 ou rendez-vous sur le site www.nature-divine.fr. Retrouvez également nos instantanés « Magie du Moment » sur notre page Facebook www.facebook.com/naturedivine
Adresse du Centre Nature Divine: Lieu-dit Le Cernétrou, 39370 La Pesse

A CEUX QUI ONT PEUR DES MONDES MULTIDIMENSIONNELS – N°1

 

L’être humain est multidimensionnel. Plusieurs sont fort atterrés par la seule dimension dans laquelle ils vivent et certains sont même submergés. Alors, la perspective de multiples dimensions peut créer certaines tensions. Toutefois, cela peut aussi créer une euphorie chez l’être qui en ressent une véritable clé de libération de l’illusion de la prison de l’incarnation.

C’est une clé de réalisation. Or, dans sa dimension ou dans les dimensions dans lesquelles il vibre, l’être est une énergie en mouvement qui émet et capte des ondes.

La Terre et son atmosphère, son champ magnétique et toute la matrice dans laquelle elle évolue existent dans un univers infini où il y a de multiples galaxies, systèmes solaires, planètes et une infinité de formes de vie. Tous sont énergie et tous émettent et reçoivent. En ce moment, la Terre est vraiment un lieu de convergence dans la galaxie, voire dans le cosmos. C’est un lieu de convergence majeur en raison du changement de rythme, qui cause les changements de formes et de fréquences de la vie qui y sont associés. C’est un lieu de convergence de vies, de transformation de la vie qui vibre.

Vous êtes au rendez-vous. Vous n’êtes pas que spectateurs, bien que certains veuille l’être. Vous êtes au cœur de ce grand mouvement et toute cette convergence, associée à cette évolution et cette révolution de la vie sur Terre, fait en sorte que les ondes sont de plus en plus présentes, intenses, de différentes fréquences et même de différentes natures. Si vous voyez autour de vous des objets qui bougent, ce que vous ne voyez pas, et même ce que vous n’entendez pas, est beaucoup plus présent et beaucoup plus influent sur vous que ce que vous voyez ou entendez.

BOUDDHAN

Ce que vous pouvez capter ou ressentir du subtil a maintenant plus d’influence et crée plus de turbulence que tous les gestes, les comportements ou toutes les paroles que vous pouvez voir ou entendre. Et dans ce subtil en mouvement, nous incluons même les pensées des humains. Leurs pensées génèrent à ce jour plus d’influence que leurs paroles et leurs gestes. Les paroles et les gestes ne sont que quelques infimes expressions de la pensée.

Actuellement, les pensées se libèrent deviennent des ondes libres en raison d’une transformation des glandes épiphyse, hypophyse et de l’hypothalamus, qui sont les grandes gestionnaires du système neuro-moteur de l’être humain ou de son système nerveux central.

Chères Ames, si les humains émettent, ils reçoivent aussi, et sur Terre il y a maintenant une saturation des ondes.

Souvent, vous entendez ou ressentez des mouvements vibratoires, vous avez l’impression d’être touchés par des ondes qui circulent dans l’atmosphère, et ces impressions sont réelles. Qui plus est, ces ondes ne circulent pas que dans l’atmosphère, mais aussi dans l’eau, dans la terre, dans des réseaux parallèles et dans d’autres dimensions. Par ces termes, nous entendons que l’espace et l’atmosphère autour de vous sont bien chargés d’ondes et de vibrations. Plus encore, il y a les différentes dimensions dans lesquelles les ondes circulent aussi à diverses fréquences. Alors, vous n’êtes pas seuls. Il est essentiel maintenant que vous puissiez mieux concevoir l’influence et les effets de tous ces mouvements, toutes ces vibrations, toutes ces ondes, puisque maintes personnes parmi vous, jour après jour, consciemment ou non, ont à se rééquilibrer parce que les ondes ont affecté un ou plusieurs de leurs systèmes, créant même des souffrances.

Nous vous proposons en cette rencontre d’abord d’approfondir votre regard sur les sources très différentes d’émissions d’ondes pour aussi ressentir que certaines de ces ondes sont vraiment bénéfiques pour l’être humain, alors que d’autres sont néfastes. Tout comme certaines de vos bactéries qui se logent dans vos entrailles et constituent une partie importante de votre système de défense alors que d’autres créent beaucoup de turbulence, d’agitation, de perturbations, voire de malaises. Il en est de même pour les ondes. Certaines vous permettent d’accentuer votre puissance, tandis que d’autres vous vulnérabilisent et provoquent de très grandes destructions.

Voyons d’abord les sources de ces ondes, puis leurs effets sur tous les humains selon la captation et la réaction de ces derniers à ces ondes. Par la suite, nous vous entretiendrons des voies pour œuvrer avec ces ondes et vous protéger de celles qui sont néfastes (cliquez ICI….).

La vie est génératrice d’ondes, de vibrations. Les ondes sont naturelles. L’énergie en émet et les humains, constitués d’énergie, en émettent aussi. Ces ondes sont lumineuses, sonores et sont une offrande aux êtres qui vous entourent. Imaginez pour un moment que vous leur donnez une forme un peu palpable dans votre souffle. Imaginez que votre souffle est vibrant d’ondes. Vous expirez depuis votre arrivée dans ce lieu ; vous émettez continuellement des ondes et vous captez les ondes de tous ces êtres autour de vous. Regardez-les, car de par les ondes qu’ils émettent, vous êtes beaucoup plus intimes que vous ne pourriez le croire puisque les ondes transportent les informations totales d’un humain. Les humains ont découvert par leur science qu’en retirant une cellule, un peu de salive ou un peu de tissu humain, ils peuvent en reconnaître la signature. Ils peuvent reconnaitre une multitude de ses attributs. Bientôt, ils découvriront que dans le souffle ils peuvent aussi découvrir beaucoup de choses sur chaque individu. Il n’y a pas un seul d’entre vous dont les ondes soient identiques, et ces ondes circulent par votre souffle et rayonnent par tout votre être.

Retournez-vous vers votre voisin de droite. Votre regard émet des ondes. Vous émettez des ondes parce que vous vivez. Alors, soufflez dans sa direction. Comme un baiser vibratoire, bous lui transmettez qui vous êtes car vos ondes, que nous associons à votre souffle pour que ce soit plus palpable, transmettent ce que vous êtes. Toute la beauté qui est en vous, toute la magnificence de votre être, est ainsi transmise aux humains. Peut-être aussi vos ombres et quelques poussières. Un être peut vous connaître parc ce que vous vibrez. La Terre est vibrante d’humains qui émettent des ondes et cela est naturel. Cela est aussi bénéfique car, par ces ondes, l’humain contribue au bon fonctionnement de la loi d’attraction. Vous émettez des ondes et la loi d’attraction fait en sorte que, par les ondes émises et reçues, vous ressentez une attraction vers un individu. Est-ce votre voisin de droite ?

C’eût été une synchronicité agréable. Vous êtes attirés par des individus, par ce que vous voyez et par ce que vous ressentez surtout. Réalisez-le, chères Ames, de manière à ne pas crainte les ondes et à développer vos capacités pour mieux les distinguer.

chez francesca

Réalisez que les ondes émises par les humains sont bénéfiques et qu’elles vous permettent d’entrer en relation, en communion, de vous reconnaitre, de vous ressentir et de vous attirer mutuellement. Si les humains émettent des ondes parce qu’ils vivent, ils en émettent aussi par les pensées qu’ils génèrent. Nous insistons sur ce fait puisque nous allons nous entretenir de plusieurs autres sources d’ondes moins naturelles. Il est important que vous conceviez que l’univers est en soi un univers d’énergies et d’ondes et que c’est par les ondes que vous allez vous équilibrer, vous harmoniser, vous rencontrer, vous unir avec vous-mêmes et avec les autres. C’est aussi par les ondes que vous allez vous séparer, vous distancier, vous provoquer, et rompre la relation. Le moment est venu pour vous de choisir de devenir maîtres des ondes – du moins de celles que vous captez et émettez.

Chaque élément et chaque tissu humain a une fréquence particulière. Voilà qui est merveilleux dans l’univers. Lorsque deux fréquences s’associent bien, vous avez une sensation de bien-être. Vous dites alors que vous êtes sur la même longueur d’onde, sur une même fréquence. Parfois, c’est après quelques jours que vous constatez cette même longueur d’onde.

Lorsque les ondes se rencontrent et qu’il y a un bien-être, cela signifie que votre communication est plus libre, que vous pouvez beaucoup mieux communier, et que vous pourrez dès lors croître, évoluer plus en harmonie et en équilibre. Voilà. Vous comprenez qu’avec certains individus vous avez l’impression d ‘évoluer et avec certains autres… d’involuer. C’est une question de longueur d’onde, de fréquence entre vous. Peut-être n’est-ce pas romantique, poétique, mais cela a l’avantage d’être réel.

 

Lire la suite ICI ……  

Ce texte est la retranscription d’une canalisation publique devant auditoire, de Sanctus Hermanus canalisé par Pierre Lessard 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de retranscription de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité

Publié dans:ENERGIES, MULTIDIMENSIONNALITE, PENSEE, PEUR |on 2 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

A CEUX QUI ONT PEUR DES MONDES MULTIDIMENSIONNELS –N°2

 

Ceci est la suite du N°1 – ICI …  (en 1 clic)

Autour de vous, il y a la nature. Elle est vivante. Les animaux, les plantes, les pierres émettent tous des ondes. Chaque onde est associée à un rythme particulier, à une fréquence donnée. Vous êtes dans un environnement où tout vous parle par les ondes. Ainsi, vous pouvez apprécier le parfum d’une fleur, ressentir la puissance d’une pierre, capter qu’une relation se crée avec un animal. Voilà pourquoi nous vous demandons que les ondes que vous émettez soient votre offrande, qu’elles soient vibrantes d’amour et de lumière, qu’elles influencent les êtres à se reconnaître et à se déployer dans toute leur beauté.

1sur blog Francesca

Les dévas émettent aussi des ondes. Il y a différents types de vie dans la nature : la vie humaine, mais aussi la vie naturelle animale, végétale, minérale. Les dévas permettent que toutes puissent s’harmoniser. Par exemple, ils aideront les humains à mieux ressentir ce que les forêts transmettent, ce que leurs fruits émettent, ce que les pierres représentent. Ce sont les ambassadeurs, les médiateurs, les capteurs. Ils émettent des ondes et vous pouvez les reconnaitre par celles-ci. Si un humain veut absolument voir les êtres invisibles, il cherchera en vain puisqu’ils sont invisibles. Tant et aussi longtemps qu’un humains cherche la preuve physique de la présence des dévas, il est en difficulté, car ceux-ci se présentent sur un plan subtil. Toutefois, à partir de l’instant où un individu est attentif aux sensations tout autant qu’aux vibrations qu’il reçoit, il peut mieux constater que la vie existe autour de lui.

Puis, il y a des sources d’émissions d’ondes moins naturelles. Débutons par certaines des créations des hommes. L’homme émet à partir de son propre champ d’énergie, de son propre champ magnétique. Tout en émettant, il a la capacité de créer des structures énergétiques, des formes énergétiques, des mouvements énergétiques et, par conséquent, des  circulations d’ondes dans des structures données. Il en est de même dans la nature. Par ses émissions, la nature va parfois créer des champs électromagnétiques intenses et des spirales particulières d’énergie. Par sn mouvement, elle va aussi créer une émission d’ondes différente de ce qu’elle est par sa nature même.

Saisissez bien nos paroles. Un humain émet par son corps physique, par ses corps de Lumière et par sa structure énergétique. Ses émissions sont naturelles. Toutefois, par ses intentions et sa volonté, il peut générer des ondes à un rythme, à une fréquence et dans une structure autre que les ondes qu’il émet naturellement. Il en est de même pour les autres formes de vie terrestres. Ainsi, la nature minérale, végétale ou animale qui émet naturellement peut créer des vortex et se rassembler en un lieu pour émettre à une fréquence différente qui influence les humains.

Ainsi, les humains ont la faculté de créer des structures énergétiques rendant possibles des émanations vibratoires différentes de ce qu’ils sont. Ils se rassemblent et, par leur intention commune, ils créent une forme d’antenne complexe. Ces ondes sont différentes de leurs propres ondes, car elles proviennent des champs électromagnétiques de la Terre, de l’au-delà, ou de l’intraterre.

Pourquoi créer des structures énergétiques.

Pour mieux communiquer à divers fréquences, au-delà des peurs, des attentes, dans un espace plus ultime, plus libre avec les autres formes de vie terrestres, intraterrestres et extraterrestres. Ces communications contribuent à l’équilibre de l’humain. De même, ce dernier peut créer des spirales d’énergies ascendantes et descendantes utiles à son équilibre, son rééquilibrage, son ouverture, son expansion, ou à son changement de taux vibratoire et de fréquence pour sa santé physique, psychique, énergétique et spirituelle.

Il créée en vue de favoriser son expansion. De façon générale, toutes les structures qu’un être peut créer ne devraient avoir pour but que son émancipation. Par exemple, pour se libérer des limites de la matrice terrestre. Si l’humain peut ainsi construire des structures énergétiques, d’autres formes de vie qui convergent vers la Terre ont aussi ces facultés. Appelons ces autres formes de vie les Frères de l’Au-Delà, si cela vous convient. 

thymus

Les hommes ont toujours su que ces Frères de l’au-delà étaient présents. Depuis le début de notre humanité, les humains regardent le ciel, les planètes, les étoiles, car cela est merveilleux, enchanteur et aussi parce qu’ils savent que la vie y est présente. Même au-delà de ce qu’ils voient, les humains ressentent la vie. L’homme ne peut être seul dans un univers infini. S’il est parvenu à se rendre jusqu’à la Lune, il parviendra un jour à se rendre jusqu’à une autre étoile de la galaxie. Ce n’est qu’une question de temps, un temps relatif à notre planète et à la troisième dimension. Et si l’homme arrive à se propulser jusqu’ à une étole de cette galaxie, il va de soi que sur certaines autres planètes, ailleurs dans cette galaxie ou dans les autres, des êtres peuvent aussi se propulser jusqu’à la Terre. Non seulement ils le peuvent, mais ils le font, et depuis très longtemps, les humains sont en relation avec eux.

Vous terminez actuellement une période de votre histoire où la science a évolué rapidement. Par son évolution, la science a permis d’ouvrir des perspectives, de repousser les frontières du possible, mais elle a aussi fait en sorte que quelques milliards d’hommes ont concentré leurs croyances sur ce qu’elle pouvait leur prouver. Durant les derniers siècles, un pourcentage important d’humains ont en effet refermé leur système de réceptivité  pour ne reconnaître que ce que la science pouvait leur démontrer. Vous le croirez difficilement, mais certains humains réfutent l’idée que d’autres formes de vie existent, alors qu’elles se présentent sans cesse dans la matrice terrestre et même dans l’atmosphère terrestre. 

Ce texte est la retranscription d’une canalisation publique devant auditoire, de Sanctus Hermanus canalisé par Pierre Lessard 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de retranscription de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité

Publié dans:ENERGIES, MULTIDIMENSIONNALITE, PENSEE, PEUR |on 2 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

LES PLÉIADIENS DANS NOTRE DIMENSION

 

 

Les Pléiadiens ne sont pas en mesure d’agir dans notre dimension car celle-ci présente des niveaux de fréquence trop bas. La structure de notre corps d’humain est reliée à l’environnement : notre univers, en d’autres termes, est la projection de nos pensées.

Un Pléiadien errant dans notre univers serait comme un humain voulant pénétrer dans un hologramme complexe généré en laboratoire par un rayon laser. Notre dimension constitue un hologramme de nos pensées : elle consiste en croyances cristallisées dans notre inconscient. C’est par le biais de cette structure inconsciente de croyances que nous nous incarnons dans notre dimension. Pour s’incarner dans une dimension quelconque, il convient d’adopter les structures de croyances tissant la trame d’une expérience. En ne sachant pas nous détacher de nos expériences, nous sommes tombés dans le piège de notre dimension. Lorsque notre corps physique meurt, nous nous contentons simplement d’en créer un nouveau par un processus automatique.

Pris au piège de notre dimension, nous sommes de surcroît devenus victimes de nos propres croyances limitées. Les Pléiadiens ont pour objectif de nous rendre notre conscience originelle et de restaurer notre puissante individualité multidimensionnelle.

Afin de nous aider, ils doivent s’incarner dans notre dimension et adopter nos systèmes de croyances, ce qui leur est très difficile car, notre dimension étant très dense, il leur faut manifester un niveau de conscience extrêmement élevé pour s’y exprimer. Alors qu’ils tentent de s’exprimer, ce niveau de conscience supérieur baisse en fonction de la densité de la matière. Penser comme un Pléiadien est donc difficile. Aussi, un Pléiadien doit s’incarner en tant qu’humain, mais avec une structure d’ADN modifiée afin de se souvenir de l’être réel qu’il est.

Les Pléiadiens incarnés en tant qu’humains sont réellement humains, mais leur héritage génétique et la structure de leur ADN diffèrent. Par exemple, il en serait de même pour un Anglais épousant une Espagnole : le couple aurait des enfants qui, bien qu’assurant la continuation de la lignée anglaise, seraient porteurs de gènes différents. Les humains ayant reçu un héritage pléiadien portent dans leurs gènes un type d’information spécifique.

 1spirit ciné

Selon leur fonction, les humano-pléiadiens vivent de nombreuses incarnations au cours desquelles ils intégrent leur nature humaine. Mais souvent, du fait de la densité du corps humain et de son contenu émotionnel, ils ne se souviennent plus des êtres qu’ils sont, et ils n’ont plus pour seul sentiment que celui d’être humain. Seule l’activation de leurs gènes de Pléiadiens permet à leur conscience d’émerger dans la dimension humaine.

Chaque humano-pléiadien opère dans le cadre d’une conscience de groupe supérieure. En d’autres termes, il fait partie intégrante d’une conscience collective et n’agit pas isolément. Des guides sont à ses côtés qui l’assistent dans le processus de la transformation progressive de ses croyances.

En raison de la croyance de l’homme dans la séparation et l’individualité, lorsqu’un humano-pléiadien rencontre l’un de ses guides pour la première fois, il le prend pour une entité distincte. En réalité, ce guide est sa propre conscience supérieure intégrée à une conscience de groupe. Par la découverte de sa conscience supérieure, l’humano-pléiadien accède à son savoir profond.

L’humano-pléiadien représente l’un des aspects de la conscience de groupe incarnée, tandis que les autres aspects de cette conscience de groupe permettent d’évaluer la dimension humaine à travers l’expérience vécue par l’humano-pléiadien.

Les Pléiadiens apprennent beaucoup sur les mécanismes de la pensée ayant engendré le niveau de fréquence si bas auquel l’homme s’exprime. En ayant expérimenté tous les aspects de l’existence humaine, ils peuvent nous aider au mieux. Lorsqu’un humano-pléiadien accepte son identité, il lui faut évaluer ses objectifs personnels et les concilier avec son véritable but dans la vie. Il doit donc réajuster les circonstances de sa vie afin d’être en adéquation avec l’objectif ultime de son incarnation terrestre.

Ce processus ne peut avoir lieu que selon les lois universelles. Si les choix de vie reposent sur la peur, alors des croyances limitées seront autant d’obstacles à surmonter dans la vie

 

Propos de Yasmine ROONEY http://www.exclusivebooks.com   

sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:MEDITATION, PENSEE, PLEIADES |on 24 octobre, 2016 |Pas de commentaires »

PENSER PAR LE COEUR

 

L’Intelligence suprême de l’Univers… Dieu… laquelle créa l’être humain et tout ce qui l’entoure, avait prévu de laisser à l’homme une possibilité de redécouvrir ses capacités perdues et d’utiliser la sagesse qui foisonne dans le monde immatériel.

Cette faculté a été donnée à l’être humain dès son origine mais il l’a perdue autant que son aptitude à la comprendre… En rupture avec l’intelligence suprême de l’Univers, dépossédé des facultés à l’aide desquelles il contribuait au perfectionnement de la planète terre et qui lui permettaient de la gérer en maître, l’homme s’échoua, tel un vaisseau parti à la dérive et son lien avec l’intellect universel s’émoussa …

blogfrancesca1

Ainsi s’amorça le mouvement de l’humanité, devenue invalide, vers des moyens artificiels de transformation de l’information, des aménagements techniques, des organisations sociales… En bref, de lourds mécanismes destinés, eux aussi, au naufrage.

Parce qu’il est temps d’éliminer les structures, de dépasser les limites et de briser les systèmes de conditionnement qui retiennent la conscience dans des courants confinés, préétablis. Parce que ces confinements et l’imposition de modèles de pensées anciens ont pour conséquences une conscience limitée destinée à maintenir l’humanité dans une situation d’asservissement et de contrôle, il est temps aujourd’hui d’accéder à la Vérité vraie, de comprendre et d’admettre qui vous êtes vraiment.

Ainsi, accepteriez-vous de redevenir qui vous étiez, qui vous êtes depuis l’origine ? De briser les tabous, le contrôle auquel vous êtes en permanence soumis par vos gouvernements, votre système monétaire, vos banques, vos marchands d’armes, dictateurs etc… ?

Accepteriez-vous, non de croire aveuglément ce qui va suivre mais d’envisager honnêtement qu’une autre réalité existe et de tenter l’aventure avant que de condamner en vous conformant de la sorte au but de ceux qui nous gouvernent en nous maintenant dans la peur et l’ignorance ?

Si tel est le cas, ce qui suit est pour vous. Attention toutefois, ces exercices ne sont pas de simples méditations, de simples techniques de visualisation. Ils sont destinés à permettre à l’homme de retrouver ses facultés perdues et de restaurer, parallèlement, l’harmonie sur terre ..

Extrait de : Exercices d’expansion de conscience conçus et réalisés par Grégory G

à lire sur http://bouger-la-vie.com/blog/wp-content/uploads/downloads/2011/10-12/Grabavoi-exercices.pdf

Publié dans:AMOUR, PENSEE, POUVOIR |on 17 septembre, 2016 |Pas de commentaires »

Les 14 entraînements à la Pleine Conscience

 

Les 14 Entraînements à la Pleine Conscience représentent l’essence de la Communauté de l’Inter-Etre. Ils sont la torche qui éclaire notre chemin, le bateau qui nous porte, le maître qui nous guide. Ils nous permettent de toucher la nature de l’inter-être dans tout ce qui est, et de voir que notre bonheur est étroitement lié à celui des autres. L’inter-être n’est pas une théorie ; c’est une réalité que chacun d’entre nous peut expérimenter directement, à tout moment. Les 14 Entraînements à la Pleine Conscience nous aident à cultiver la concentration et la vision profonde qui nous libèrent de la peur et de l’illusion d’un soi séparé.

1musique francesca

Premier entraînement : Ouverture d’esprit

Conscients de la souffrance provoquée par le fanatisme et l’intolérance, nous sommes déterminés à ne pas faire preuve d’idolâtrie et à ne pas nous attacher à une doctrine, une théorie ou une idéologie, même bouddhiste. Nous nous engageons à voir les enseignements bouddhistes comme des moyens pour nous guider et nous aider à pratiquer le regard profond et développer ainsi notre compréhension et notre compassion. Ce ne sont pas des doctrines pour lesquelles nous nous battrons, nous tuerons ou nous mourrons. Nous comprenons que le fanatisme, quelle que soit sa forme, est la conséquence d’une vision dualiste et discriminante. Nous nous entraînerons à regarder toute chose avec ouverture d’esprit et avec la vision de l’inter-être pour transformer le dogmatisme et la violence en nous et dans le monde.

Deuxième entraînement : Non-attachement aux vues

Conscients de la souffrance provoquée par l’attachement aux vues et aux perceptions erronées, nous sommes déterminés à éviter de faire preuve d’étroitesse d’esprit et de nous attacher aux vues actuelles. Nous nous engageons à apprendre à pratiquer le non-attachement aux vues en gardant l’esprit ouvert aux expériences et aux visions profondes des autres afin de bénéficier de la sagesse collective. La vision profonde se révèle par la pratique de l’écoute compatissante, du regard profond et du lâcher-prise des notions plutôt que par l’accumulation des connaissances intellectuelles. Nous sommes conscients que notre savoir actuel n’est pas une vérité absolue et immuable. La vérité est à trouver dans la vie, nous observerons à chaque instant la vie en nous, autour de nous pour apprendre tout au long de notre vie.

Troisième entraînement : Liberté de pensée

Conscients de la souffrance provoquée quand nous imposons nos vues à autrui, nous sommes déterminés à ne forcer personne, pas même nos enfants, à adopter nos vues, que ce soit en ayant recours à l’autorité, à la menace, à l’argent, à la propagande ou à l’endoctrinement. Nous nous engageons à respecter le droit d’autrui d’être différent, d’exercer sa liberté de conscience et de prendre ses propres décisions. Néanmoins, nous apprendrons à aider les autres à se libérer aussi de l’attachement aux vues, par la parole aimante et un dialogue compatissant.

Quatrième entraînement : Conscience de la souffrance

Conscients que le regard profond sur la nature de notre souffrance peut nous aider à développer notre compréhension et notre compassion, nous sommes déterminés à revenir en nous-mêmes pour la reconnaître, l’accepter, l’embrasser et l’écouter avec l’énergie de la pleine conscience. Au lieu de la fuir et de la masquer par le recours à la consommation, nous ferons de notre mieux pour pratiquer la respiration consciente et la marche méditative afin de regarder profondément ses racines. Nous sommes conscients que c’est seulement en les appréhendant que nous trouverons le chemin de la cessation de la souffrance. Une fois notre propre souffrance pénétrée, nous serons capables de comprendre celle des autres. Nous nous engageons à trouver tous les moyens : contact personnel, téléphoniques, électroniques, audiovisuels ou autres… pour être avec ceux qui souffrent afin de pouvoir les aider à transformer leur souffrance en compassion, en paix et en joie.

Cinquième entraînement : Vie saine et compatissante

Conscients que le vrai bonheur est enraciné dans la paix, la solidité, la liberté et la compassion, nous sommes déterminés à ne pas amasser d’argent ni de biens alors que des millions de gens meurent de faim, à ne pas vivre dans le seul but d’acquérir la célébrité, les profits, les richesses ou les plaisirs sensuels qui peuvent provoquer beaucoup de souffrance et de désespoir. Nous regarderons profondément comment nous nourrissons notre corps et notre esprit par la nourriture comestible, les impressions sensorielles, la volition et la conscience. Nous nous engageons à nous abstenir de jeux de hasard, d’alcool, de drogues et de tout autre produit tel que certains sites internet, jeux électroniques, émissions de télévision, films, magazines, livres et conversations, qui peuvent intoxiquer notre corps, notre conscience ainsi que le corps et la conscience collectifs. Nous consommerons de manière à préserver la compassion, la paix, la joie, le bien-être dans notre corps, notre conscience et dans le corps et la conscience collectifs de notre famille, de notre société et de la terre.

Sixième entraînement : prendre soin de la colère

Conscients que la colère bloque la communication et crée de la souffrance, nous nous engageons à prendre soin de l’énergie de la colère quand elle surgit, à reconnaître et à transformer ses semences qui sont profondément enfouies dans notre conscience. Quand la colère se manifeste, nous sommes déterminés à ne rien dire, à ne rien faire mais à pratiquer la respiration consciente ou la marche méditative pour la reconnaître, l’embrasser et la regarder profondément. Nous sommes conscients que les racines de la colère ne sont pas extérieures à nous-mêmes mais se trouvent dans nos perceptions erronées et dans le manque de compréhension de notre propre souffrance et de celle de l’autre personne. En contemplant l’impermanence, nous pourrons nous regarder ainsi que la personne qui, selon nous, est à l’origine de notre colère, avec les yeux de la compassion et alors reconnaître combien nos relations sont précieuses. Nous pratiquerons la Diligence Juste pour cultiver notre capacité de compréhension, d’amour, de joie et d’inclusivité. Ainsi, nous transformerons progressivement la colère, la violence, la peur en nous et nous aiderons les autres à faire de même.

Septième entraînement : S’établir heureux dans le moment présent

Conscients que la vie n’est accessible que dans le moment présent, nous nous engageons à nous entraîner à vivre pleinement chaque instant de notre vie quotidienne. Nous essaierons de ne pas nous perdre dans la dispersion, de ne pas nous laisser emporter par les regrets du passé, les soucis du futur ou l’avidité, la colère et la jalousie du présent. Nous pratiquerons la respiration consciente pour être attentifs à ce qui se passe dans l’ici et le maintenant. Nous sommes déterminés à apprendre l’art de vivre en pleine conscience en touchant les éléments merveilleux, rafraîchissants et porteurs de guérison qui sont en nous et autour de nous, quelle que soit la situation. Ainsi, nous pourrons cultiver les semences de joie, de paix, d’amour et de compréhension en nous-mêmes, afin de faciliter le travail de transformation et de guérison dans notre conscience profonde. Nous sommes conscients que le bonheur dépend principalement de notre attitude mentale et non des conditions extérieures. Nous pouvons vivre heureux dans le moment présent simplement en reconnaissant que nos conditions de bonheur sont déjà plus que suffisantes.

Huitième entraînement : communauté véritable et communication

Conscients que le manque de communication mène toujours à la division et à la souffrance, nous nous engageons à nous entraîner à la pratique de l’écoute compatissante et de la parole aimante. Sachant qu’une communauté véritable est fondée sur l’inclusivité et la pratique concrète de l’harmonie des vues, de la pensée et de la parole, nous pratiquerons à partager notre compréhension et nos expériences avec les membres de la communauté afin de parvenir à une vision profonde collective. Nous sommes déterminés à apprendre à écouter attentivement sans juger ni réagir et à ne rien dire qui puisse entraîner discorde ou rupture au sein de la communauté. A chaque difficulté, nous resterons avec notre sangha et pratiquerons le regard profond sur nous-mêmes et les autres pour en reconnaître toutes les causes et les conditions, y compris nos propres énergies d’habitudes. Nous assumerons la part de responsabilité que nous avons probablement eue dans le conflit et garderons la communication ouverte. Nous ne nous comporterons pas en victime mais ferons tout notre mieux pour trouver les moyens de nous réconcilier et de résoudre tous les conflits, aussi petits soient-ils.

Neuvième entraînement : Parole sincère et aimante

Conscients que les paroles peuvent être source de souffrance et de bonheur, nous nous engageons à apprendre à dire la vérité de manière aimante et constructive. Nous utiliserons seulement des paroles qui inspirent la joie, la confiance et l’espoir autant la réconciliation et la paix avec nous-mêmes et avec les autres. Nous parlerons et écouterons de façon à nous aider nous-mêmes et à aider les autres, à transformer la souffrance et à trouver les moyens de surmonter les difficultés. Nous sommes déterminés à ne pas dire de mensonges dans notre intérêt personnel ou pour impressionner les gens, à ne rien dire qui puisse susciter division ou haine. Nous protègerons la joie et l’harmonie de notre sangha en évitant de parler des fautes d’une autre personne en son absence et en interrogeant sans cesse la justesse de nos perceptions. Nous ne parlerons que dans l’intention de comprendre et d’aider à transformer les situations. Nous ne répandrons aucune rumeur et nous nous abstiendrons de critiquer ou de condamner ce dont nous ne sommes pas certains. Nous ferons tout notre possible pour parler ouvertement des situations injustes, même si cela peut nous créer des difficultés ou menacer notre sécurité.

Dixième entraînement : Protéger et nourrir la sangha

Conscients que l’essence et le but d’une sangha sont la pratique de la compréhension et de la compassion, nous sommes déterminés à ne pas utiliser la communauté bouddhiste pour notre pouvoir ou notre profit personnel et à ne pas transformer notre communauté en un instrument politique. Cependant, en tant que membres d’une communauté spirituelle, nous devrions prendre une position claire par rapport à l’oppression et à l’injustice. Nous ferons tout notre possible pour changer ces situations, sans prendre parti dans les conflits. Nous nous engageons à regarder avec les yeux de l’inter-être pour nous voir et voir les autres comme les cellules d’un corps de sangha. Etant une vraie cellule du corps de sangha qui génère la pleine conscience, la concentration et la vision profonde pour nous nourrir et nourrir toute la communauté, chacun de nous est en même temps une cellule du corps de bouddha. Nous cultiverons activement la fraternité, coulerons comme une rivière et pratiquerons à développer les 3 pouvoirs véritables : aimer, comprendre et trancher net les afflictions afin de réaliser l’éveil collectif.

Onzième entraînement : Moyens d’existence justes

Conscients que notre environnement et notre société sont détériorés par la violence et les nombreuses injustices, nous nous engageons à ne pas utiliser de moyens d’existence nuisibles aux êtres vivants et à la nature. Nous ferons tout notre possible pour choisir des moyens d’existence qui contribuent au bien-être de toutes les espèces sur terre et nous permettent de réaliser notre idéal de compréhension et de compassion. Conscients de la réalité mondiale de l’économie, de la politique et de la société, ainsi que de notre interrelation avec l’écosystème, nous sommes déterminés à nous comporter avec responsabilité en tant que consommateurs et citoyens. Nous n’investirons pas et ne commercerons pas avec les sociétés qui contribuent au tarissement des ressources naturelles, qui nuisent à la terre et privent les autres de leur chance de vie.

Douzième entraînement : Respect de la vie

Conscients de la grande souffrance provoquée par la guerre et les conflits, nous sommes déterminés à cultiver la non-violence, la compassion et la vision profonde de l’inter-être dans notre vie quotidienne, à promouvoir l’éducation à la paix, la médiation en pleine conscience et la réconciliation dans les familles, les communautés, les groupes ethniques et religieux, les nations et le monde. Nous nous engageons à ne pas tuer et à ne pas laisser les autres tuer. Nous ne soutiendrons aucun acte meurtrier dans le monde, dans nos pensées ou dans notre façon de vivre. Nous pratiquerons continuellement le regard profond avec notre sangha pour découvrir les meilleurs moyens de protéger la vie, d’empêcher la guerre et de bâtir la paix.

Treizième entraînement : Générosité

Conscients de la souffrance provoquée par l’exploitation, l’injustice sociale, le vol et l’oppression, nous nous engageons à cultiver la générosité dans notre manière de penser, de parler et d’agir. Nous apprendrons à œuvrer pour le bien-être d’autrui, des animaux, des plantes et des minéraux. Nous pratiquerons la générosité en partageant notre temps, notre énergie et nos ressources matérielles avec ceux qui en ont besoin. Nous sommes déterminés à ne pas voler et à ne pas prendre possession de ce qui ne nous appartient pas. Nous respecterons les biens d’autrui et essaierons d’empêcher les autres de profiter de la souffrance des humains et de tous les êtres.

Quatorzième entraînement : Comportement juste

Pour les membres laïcs :
Conscients que le désir sexuel n’est pas l’amour et que les relations sexuelles motivées par l’avidité ne peuvent pas dissiper les sentiments de solitude mais qu’elles engendrent plus de souffrances, de frustration et de solitude, nous sommes déterminés à ne pas avoir de rapports sexuels sans compréhension et amour mutuels, sans engagement profond, durable et connu de nos proches. Sachant que le corps et l’esprit sont un, nous nous engageons à apprendre les moyens appropriés pour prendre soin de notre énergie sexuelle et à cultiver la bonté aimante, la compassion, la joie et la non-discrimination pour notre propre bonheur et pour celui des autres. Nous devons être conscients de la souffrance qui pourrait être provoquée dans le futur par des relations sexuelles. Nous savons que pour préserver notre bonheur et celui des autres, nous devons respecter nos droits et engagements ainsi que ceux d’autrui. Nous ferons tout notre possible pour protéger les enfants des abus sexuels et pour empêcher les couples et les familles de se briser à cause de comportements sexuels irresponsables. Nous traiterons notre corps avec compassion et respect. Nous sommes déterminés à regarder profondément les Quatre Sortes de Nourriture (comestibles, sensorielles, volition et conscience) et à apprendre les moyens de préserver et de canaliser nos énergies vitales (sexe, respiration et esprit) pour réaliser notre idéal de bodhisattva. Avant de contribuer à l’apparition de nouvelles vies, nous serons pleinement conscients de notre responsabilité et nous méditerons sur leur futur environnement.

chez francesca

Pour les membres monastiques :

Conscients que l’aspiration profonde d’un moine ou d’une moniale peut seulement se réaliser lorsqu’il ou elle abandonne complètement les liens charnels, nous nous engageons à pratiquer la chasteté et à aider les autres à adopter un comportement sexuel responsable. Nous savons que les sentiments de solitude et de souffrance ne peuvent se dissiper par un rapport sexuel mais plutôt par la pratique de la bonté aimante, de la compassion, de la joie et de la non-discrimination. Nous sommes conscients qu’un rapport sexuel peut détruire notre vie monastique, nous empêcher de réaliser notre idéal de service des êtres vivants et nuire à la vie d’autrui. Nous apprendrons les moyens appropriés de prendre soin de notre énergie sexuelle. Nous sommes déterminés à ne pas opprimer notre corps, à ne pas le maltraiter ou le considérer comme un instrument, mais à nous occuper de lui avec compassion et respect. Nous sommes déterminés à regarder profondément les Quatre Aliments pour préserver et canaliser nos énergies vitales (sexe, respiration, esprit) afin de réaliser notre idéal de bodhisattva.

SOURCE 14 Quatorze Entraînements à la Pleine Conscience Révisés Juin 2012 Colonnes .pdf

Publié dans:DEVELOPPEMENT, ENERGIES, ESPRITS, MEDIUM, PENSEE, POUVOIR |on 15 septembre, 2016 |Pas de commentaires »

Un Enseignement sur la Lumière

« que nous sommes »

 

Cet Enseignement, transmis par Simhananda à ses étudiants dont je fais partie, nous invite à revoir la perception que nous avons de notre réalité humaine en cultivant la Lumière au quotidien.

Simhananda, signifiant littéralement « rugissement du lion », est un Maître de Sagesse, né et vivant en Occident, reconnu pour répandre l’immémoriale Vérité sur un ton résolument moderne. Conférencier émérite depuis plus de 40 ans, auteur de nombreuses œuvres, dont plusieurs ont obtenu de prestigieux prix internationaux, il sait transmettre la joie de la découverte de Soi, mais également de ce qui compose notre univers.

Voici quelques-unes de ses paroles de Sagesse sur la Lumière :

En tant qu’êtres humains, nous faisons tous partie du tissu même de la Création; pourtant, nous nous sentons souvent seuls, isolés et séparés. Tout porte à croire qu’en cours de route nous avons perdu notre intimité avec cette beauté spontanée étreignant la Création. Pour la revivre, la tâche nous revient de laisser tomber nos défenses et nos peurs, et d’éveiller, en notre être, cet état d’union au sein des opposés, sans égard aux contradictions. La paix et la tranquillité intérieures alors créées, préludes indispensables à l’union avec l’âme, nous permettront de vivre une union avec l’univers entier.

Du point de vue de l’âme, nous sommes une unité : ceci est un fait, une vérité, une réalité. Nous sommes issus de cette Source; nous vivons en Elle, nous sommes Elle; aussi, un jour, nous évoluerons consciemment en Elle. Toute attitude séparatrice n’est que la manifestation de notre ignorance fondamentale à l’égard de cette vérité immuable.

 Ciel

Éventuellement, de la même façon que l’ego et son sens de la séparation devront s’effacer, l’âme le devra également. Elle sera appelée à s’unir à plus grand qu’elle, à plus vaste qu’elle, et à consciemment fusionner avec la Création afin de devenir, rien de moins, que le processus créateur lui-même. À l’image de l’araignée, en tant qu’âmes, nous tissons des filaments de Lumière pour construire la toile radieuse de l’espace. Ceci est notre raison d’exister, un peu comme ces fleurs qui éclosent au printemps et expriment leur beauté, nous faisant apprécier davantage l’art d’être, tout naturellement.

Qui peut blâmer une fleur d’être naturellement là et simplement belle ? Une fleur n’a nul besoin de courir ou d’accomplir quoi que ce soit. L’art d’être transcende le savoir-faire et le savoir-accomplir. Bien souvent, dans nos sociétés actuelles, faire équivaut à fuir. Lorsque notre attention est centrée sur l’importance de faire et d’accomplir, nous oublions l’art d’être.

L’invocation « Votre Lumière Qui Est Ce Que Je Suis » a été écrite pour nous aider en ce sens. Plus nous parvenons à nous baigner quotidiennement de Lumière, jusqu’à demeurer en tout temps « dans la Lumière », plus cette Lumière nous imprègne et nous allège… Cette qualité irradiant de nous et se réfléchissant dans nos actions, en toute simplicité, illuminera graduellement et proportionnellement notre chère planète Terre de sa clarté.

bouddha

Lorsque nous devenons « co-créateurs » de ce qui nous entoure, de l’espace même — et cela inclut notre corps —, nous ne vivons plus de séparation. La distance et l’isolement disparaissent, et nous réalisons que tout, absolument tout vit et vibre sur de multiples niveaux de significations empreints de mystère. Le monde nous apparaît sous une nouvelle perspective, habillé de fraîcheur, et nous manifestons une sensibilité et une curiosité inédites, vivant alors avec ravissement et dignité ce que notre condition humaine exige de nous.

Nous ne sommes pas seuls ! Notre planète Terre est régie par de Grandes Intelligences. La galaxie et le cosmos reposent entre leurs mains. Notre race humaine est appelée à œuvrer avec ces Intelligences afin d’établir un travail de collaboration conscient et d’aider, ainsi, à parfaire le processus de la Création.

enseignement

Source

Les photos sont l’œuvre de Simhananda.

Extrait du livre Les Enseignements de Simhananda, compilés par Snezana Stanojlovic, publié aux Publications Orange Palm, Saint-Jean-sur-Richelieu, 2015, 240 p.

À travers ce livre, Simhananda, ce Maître occidental et Pèlerin intemporel de la merveilleuse planète Terre, nous propose de précieux Enseignements spirituels qui toucheront le cœur de ceux et de celles qui sont à la recherche de leur Soi véritable ou qui, simplement, souhaitent entendre des paroles de Sagesse qui leur permettront de faire un pas de plus sur le chemin de transformation qu’ils ont choisi.

Pour plus de détails, consultez le sitewww.palmpublications.com/fr/details_du_produit?id=77

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

L’ESPACE ENTRE … LA FIN ET LE COMMENCEMENT

« La Science ne peut pas résoudre le mystère suprême de la nature, parce que nous faisons partie du mystère que nous essayons de résoudre. » Max Planck, père de la théorie quantique.

Il y a un pouvoir qui vit dans l’espace « entre« , cet instant subtil où quelque chose finit et où ce qui suit ensuite n’a pas encore commencé.

soin

De la naissance à la mort de galaxies, du commencement à la fin de carrières et de relations, et même dans la simplicité d’inspirs et d’expirs, la création est une histoire de commencements et de fins : des cycles qui commencent et se terminent, s’étendent et se contractent, vivent et meurent.

Indépendamment de l’échelle, entre « le commencement » et « la fin », il y a un moment dans le temps où ni l’un ni l’autre n’est entièrement arrivé. C’est de là que viennent la magie et les miracles! Dans l’instant «  entre  », toutes les possibilités existent et aucune n’a été choisie. De cet endroit, on nous donne le pouvoir de guérir nos corps, de changer nos vies et d’apporter la paix au monde. Tous les événements originent de ce moment puissant et magique.

Le mystère et les possibilités de l’espace qui relie deux événements ont longtemps été honorés par la sagesse des traditions anciennes. Les traditions autochtones de l’Amérique du Nord, par exemple, précisent que deux fois par jour la terre entre précisément dans de tels royaumes mystiques. L’un de ces royaumes se situe immédiatement après que le soleil soit disparu au-dessous de l’horizon, et juste avant que l’obscurité de la nuit n’arrive. Le deuxième royaume se situe juste avant que le soleil réapparaisse à l’orée du ciel, après la période la plus sombre de la nuit.

Tous les deux se présentent au moment des crépuscules, ni complètement le jour, ni complètement la nuit. Les traditions suggèrent que c’est pendant cette période que se présente une ouverture par laquelle les vérités fondamentales peuvent être comprises, les guérisons profondes peuvent s’effectuer et les prières peuvent avoir leur plus grand pouvoir. Dans son livre A Separate Reality, l’anthropologue Carlos Casteneda a appelé cette ouverture « une fissure entre les mondes, » qu’il décrit comme un accès aux royaumes invisibles des esprits, des démons et du pouvoir.

Les scientifiques modernes reconnaissent le pouvoir de ce lieu. Pour eux, cependant, il est moins question de jour, de nuit et de temps, mais plutôt de matière dont notre monde est fait. Du point de vue d’un scientifique, ce que nous voyons comme un monde solide autour de nous n’est surtout pas solide!

Quand un film projette une image qui se déplace sur l’écran devant nous, nous savons que l’histoire que nous voyons est une illusion. L’idylle et la tragédie qui stimulent nos sentiments sont en réalité le résultat de plusieurs photographies projetées très rapidement, l’une après l’autre, pour créer une histoire continue. Tandis que nos yeux voient les images une à une, notre cerveau les fusionne ensemble dans ce que nous perçevons comme un film ininterrompu.

Les physiciens quantiques suggèrent que notre monde fonctionne presque de la même façon. Par exemple, ce que nous voyons à la télévision comme le ‘toucher’ au football ou le triple-axel d’un patineur de fantaisie, en termes quantiques, c’est une série d’événements individuels qui arrivent très vite et à proximité les uns des aures. De la même façon que plusieurs images alignées ensemble rendent un film si réel, ainsi la vie se présente comme de courts et minuscules éclats de lumière appelés quanta. Les quanta de vie arrivent si rapidement que, à moins que notre cerveau ne soit formé pour fonctionner différemment (comme il le peut dans certaines formes de méditation), ils font simplement la moyenne des impulsions pour créer l’action continue que nous voyons à la télévision.

A travers cette explication simplifiée de la vie, nous trouvons aussi la clef de notre guérison. Pour qu’un éclat de lumière disparaisse avant que le suivant n’apparaisse, il doit, par définition, y avoir un moment entre les deux. Dans cet espace, pendant un bref instant, il existe un équilibre parfait où rien n’arrive – les événements qui ont mené à l’éclat sont complets et les nouveaux événements n’ont pas commencé. En cette endroit « d’aucune chose, » tous les scénarios de vie / mort / souffrance / guérison / guerre / paix existent comme des possibilités et comme potentiel. C’est l’endroit où les sentiments et les prières deviennent des projets de vie.

Quelle est la clef ? Notre état émotionnel, pendant la prière, détermine la sorte de projet que nous créons. Sachant que le champ d’énergie est le reflet de nos croyances intérieures, nous devons trouver une façon de purifier notre blessure et notre colère avant de prier. En y réfléchissant, ceci fait du sens. Après tout, comment pourrions-nous espérer que l’Esprit de Dieu reflète la guérison et la paix si nous ressentons la peur et la blessure?

Parlant de quantum
Le Pouvoir de la Beauté, de la Bénédiction, de la Sagesse et de la blessure

Par GREGG BRADEN – Extraits de Secrets of the Lost Mode of Prayer, Hay House Publishing, 2006 sur http://www.greggbraden.com/newsletter200603.html  

Publié dans:ESPRITS, La MORT, PENSEE, POUVOIR, PRIERE |on 1 juin, 2016 |Pas de commentaires »

Des textes visionnaires

 

La comédie musicale HAIR est l’une des meilleures de tous les temps et la chanson Aquarius du groupe est l’un de ses plus beaux extraits.

Ce fut un grand succès au début des années 70. Je me rends compte aujourd’hui à quel point cette chanson était visionnaire. Elle fut composée en 1969 par Galt MacDermot, sur des paroles de James Rado et de Gerome Rani. J’ai dansé éperdument sur cette chanson, mais à l’époque, je ne prêtais pas attention aux paroles. Je sais seulement qu’elle me faisait du bien. Et aujourd’hui, ces paroles me reviennent :

Image de prévisualisation YouTube

 

When the Moon is in the Seventh House
And Jupiter aligns with Mars,
Then peace will guide the planets
And love will steer the stars

This is the dawning of the age of Aquarius
The age of Aquarius
Aquarius
Aquarius

Harmony and understanding
Sympathy and trust abounding
No more falsehoods or derisions
Golden living dreams of visions
Mystic crystal revelation
And the mind’s true liberation
Aquarius
Aquarius

Quand la Lune est dans la septième maison
Et Jupiter aligne avec Mars,
Alors la paix guidera les planètes
Et l'amour dirigera les étoiles
 
Ceci est l' aube de l'ère du Verseau
L'âge du Verseau
Verseau
Verseau
 
L'harmonie et la compréhension
Sympathies confiance riche
Pas plus de mensonges ou dérisions
rêves vivant d'or de visions
Mystic cristal révélation
Et la vraie libération de l'esprit
Verseau
Verseau

 

 

textes visionnaire

Ces textes étaient réellement visionnaires !

Nombreux étaient ceux qui oeuvraient à ce nouvel avenir. On Nous le répète plusieurs fois ; ces choses se produisent très lentement. Des vagues d’énergie traversent les cultures, qui se mettent alors à changer. Souvenez-vous que ces processus sont lents. L’alignement s’échelonne sur trente-six ans. Le processus débute donc bien avant que les germes soient semés.
 Les champs sont labourés par l’intuition akashique de ceux qui précèdent l’événement. Sur le plan quantique, les humains viennent sur la planète avec l’intuition de ce qui peut arriver et ils aident ceux qui les suivent.
 Le titre choisi était assez visionnaire. Ce Grand Rassemblement est le début de l’ère Lémurienne. Vous ne liez peut-être cette affirmation qu’ici, mais peu importe. Les noms et les étiquettes n’ont pas d’importance. Il s’agit du rassemblement de l’ancienne sagesse. C’est la sagesse de l’humanité qui éliminera les dictateurs, nettoiera notre environnement, nous permettra de vivre plus longtemps et créera finalement un meilleur équilibre entre les hommes et les femmes dans le plus grand respect de leur nature divine. Ils s’harmoniseront avec Gaia, créant de l’énergie à partir de ses mers et de sa chaleur, et mettant fin à des milliers d’années de guerre. 
Ce rassemblement est celui de l’ancienne conscience. Les Lémuriens qui sont restés dans une capsule temporelle quantique pendant toutes ces années, en émergeront lentement. Nous n’en verrons rien, mais nous le sentirons, car ils susciteront une mémoire chez les vieilles âmes et les nourriront de la sagesse des Anciens, qui disaient : 
« Divine et bénie est l’humanité, car elle fut créées à l’image de Dieu, le Créateur universel. L’humanité est le visage de Dieu, et ce visage sourira pour la première fois depuis que la Lémurie a existé sur la Terre. Bénies soient les semences de la création, car ceux qui viennent des étoile set dont les noms sont imprononçables reviendront un jour pour dire « Bravo ». C’est à ce moment, et seulement à ce moment, que l’humanité pourra voyager jusqu’aux étoiles et planter ses propres semences pour les mondes à venir ».  
Les choses arrivent lentement. Regardez-les sur une grande échelle temporelle pour savoir vraiment ce qui est arrivé et ce qui n’est pas arrivé. Rassemblez-vous en portant votre lumière où vous êtes. Ne désirez pas être autre chose ni quelqu’un d’autre, car chacun de nous est un parfait participant de cet éveil. 

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:PENSEE, PROPHETIES, SOCIETE, VIDEOS à voir |on 19 avril, 2016 |1 Commentaire »

Quel est le bénéfice de la méditation ?

 

Il existe plusieurs méthodes pour cela, mais la plus simple est encore de faire comme pour les émotions: regarder défiler les pensées comme au cinéma, en se persuadant qu’elles ne nous appartiennent pas. A ce moment-là, le rythme des pensées commence à ralentir et il est beaucoup plus aisé de les observer. Sans vouloir retenir, sans s’impliquer, sans juger, on se détache lentement du mental inférieur. Alors, peut commencer la méditation…

Après quelques temps (si vous n’avez plus vraiment conscience du temps qui passe, vous êtes sur la bonne voie!) vous éprouvez une sentiment d’unité, de calme intérieur, de plénitude. Vous ne pensez plus, vous ressentez ; vous n’êtes plus là, votre conscience d’être est partout! Relié à votre âme, vous ressentez que vous faites partie du Tout, que l’espace et le temps sont une illusion, que cette enveloppe de chair que vous habitez est beaucoup moins importante que l’étincelle de vie qui vous relie au Divin, que… mais vous verrez, chacun vit cette expérience à sa manière, avec son propre ressenti.

Quelquefois, lorsque la méditation conduit à cet état de béatitude sereine, on met quelques minutes pour “revenir” dans la réalité du quotidien; mais le corps est toujours là pour nous rappeler à l’ordre, par une crampe ou une démangeaison, le plus souvent.

nadis

Quel est le bénéfice de la méditation ?
Dès que vous aurez atteint, par une pratique régulière, ne serait-ce qu’un simple état de relaxation profonde, vous constaterez que vous considérez les choses d’une tout autre manière. Progressivement, vous deviendrez moins soucieux, moins nerveux, moins mental. Vous relativiserez les soucis, les peines, et même les joies.

“Comment ça ! je serai moins joyeux ?”, pensez-vous peut-être. En fait, en étant moins impliqué émotionnellement, la joie peut être vécue de l’intérieur, et là elle prend une tout autre dimension. Tout, en ce monde, est soumis à l’impermanence, les joies comme les peines, le bonheur comme la souffrance. Tellement de personnes s’extasient pour des broutilles et s’affolent également au moindre problème. En étant plus détachée, la conscience garde toute sa sérénité. Et pour arriver à ce détachement, rien ne remplace la pratique de la méditation.

Comme toute discipline, la pratique de la méditation nécessite un apprentissage. On peut apprendre seul, mais on met plus de temps à faire le vide. De plus, l’énergie de groupe “porte” plus efficacement, et le fait de parler de son expérience permet de faire des progrès rapidement. Cependant, chez certaines personnes hypersensibles, les vibrations des autres personnes peuvent les perturber. À chacun de trouver sa pratique.

Avec un peu d’entraînement, vous constaterez que certaines méditations semblent plus réussies que d’autres. Mais parfois aussi, vous aurez l’impression que votre méditation était inutile. Alors, considérez votre pratique comme un sport. Le mental est semblable à un muscle: il a besoin de se roder, de se chauffer avant d’être performant. Certains athlètes s’entraînent pendant des mois pour réussir une performance et vous pouvez être sûr qu’ils se découragent parfois. Ils pensent souvent, tout comme vous après certaines méditations, que la séance d’entraînement était nulle, ou moins bien que la dernière fois. Ce qui est vrai mais, pendant ce temps, les muscles travaillent, ils s’échauffent, et lors d’une séance ultérieure ils vont enfin pouvoir donner leur rendement maximum. C’est la même chose pour les méditations: si certaines vous semblent inutiles, dites-vous bien qu’elles sont aussi nécessaires que celles où vous avez eu l’impression d’avoir atteint la félicité.

Selon le niveau de conscience atteint par le pratiquant, la méditation agit sur différents plans:

- au niveau physique, c’est une relaxation: elle permet de décontracter les muscles, d’éliminer les tensions et de réguler le rythme respiratoire.
au niveau émotionnel, elle permet d’éliminer le stress, de canaliser les émotions et de relativiser les états d’âme sur le plan affectif.
au niveau mental, elle permet d’éliminer les pensées inutiles, de chasser les pensées parasites et de calmer son esprit par le détachement.
au niveau spirituel, elle permet de se maintenir en harmonie avec l’âme, de faire le point sur les progrès accomplis, d’entrer en contact avec les guides et les Etres de Lumière.

En outre, sur le plan causal, elle permet d’avoir du recul par rapport aux actes de la vie quotidienne, de prendre conscience du karma négatif accumulé (de cette vie mais également des vies passées) et à “fabriquer” du karma positif (le dharma). Enfin, elle aide à nous rapprocher des états de conscience les plus élevés.

 dimentionnalité

Pour les personnes qui ont du mal à se concentrer, voici quelques méditations qui m’ont été inspirées par les Etres de Lumière :

“Lorsque tu médites, calme ton esprit en visualisant une mer calme, comme en été par une nuit sans lune et sans vent. Visualise cette mer d’huile et dis-toi qu’elle est ton esprit, qu’elle se pénètre lentement de la paix de Dieu.

Dans cette paix intérieure, entend Sa voix qui te parle, comme à un enfant, doucement et tendrement. Alors, récite le “Notre Père” avec foi et ardeur, en répétant chaque phrase trois fois. Ainsi, cette prière aura une répercussion sur les trois plans principaux : elle calmera ton corps, elle rassérénera ton esprit et elle parlera à ton âme directement.”

“Pensez, lorsque vous méditez, à une eau très pure, une eau de cascade, qui coule depuis le sommet de votre tête et qui vous purifie…

Ensuite, imaginez que cette eau devienne tellement limpide, tellement légère, qu’elle se transforme peu à peu en une fontaine de Lumière, pure, lumineuse, et qu’elle vous baigne de sa clarté, de la tête jusqu’aux pieds…

Alors, ayez une pensée pour Celui qui Est, une seule mais qui vienne du fond du coeur. Ensuite oubliez, et restez dans cette paix profonde…

Par cet acte, vous créerez une bulle de Lumière dans votre espace personnel, et si vous le faites souvent, vous pourrez protéger ainsi votre entourage, votre famille, votre quartier, et même votre ville.”

“Soyez conscients de vos pensées, de la véritable nature de votre esprit, et vous clarifierez votre mental de jour en jour. Lorsque vous méditez, pensez ainsi à faire le “ménage” dans votre tête :

Commencez par débusquer les pensées négatives.
C’est simple : ce sont celles qui vous dévalorisent, celles qui vous rabaissent ou qui vous font douter de votre véritable valeur.

Une fois que vous les avez cernées, plutôt que de vous empêcher d’y penser, envoyez-leur de la lumière afin de les purifier.

Cette lumière doit partir de votre coeur.

Ensuite, débusquez les pensées parasites, celles qui vous empêchent de vous concentrer. Là aussi, c’est fort simple :

Ce sont celles qui ont trait à votre vie quotidienne et à ses vicissitudes. Elles n’ont rien à faire là, aussi demandez-leur de s’en aller, aussi simplement que vous le feriez avec des enfants turbulents : “Allez jouer ailleurs !”. Car, en fait, elles se jouent de vous, ou plutôt de votre mental en lui faisant croire que c’est très important. Elles font partie de ce que vous nommez “l’inconscient collectif”, c’est pourquoi elles ne vous appartiennent pas vraiment. Une fois le ménage fait et que vous commencez à y voir clair, laissez venir à vous les pensées les plus lumineuses, celles qui viennent du plus profond de votre coeur: des pensées d’amour, de compassion, de bonheur et de joie véritables. Comment ?

En imaginant que, du centre de votre poitrine, une fontaine jaillissante irradie vers l’extérieur et baigne tout votre être. Pénétrez-vous de cette image et vous verrez alors vos pensées devenir lumineuses, fluorescentes même, et à chacune d’elles sera accrochée une note d’espoir, de fantaisie, de rire parfois, et bien sûr d’amour…”

Les livres de Patrick Giani – Faire demande par email http://www.giani.fr/livres_giani.htm

Publié dans:MEDITATION, PENSEE, SOCIETE |on 16 avril, 2016 |Pas de commentaires »

Conseils au guérisseur débutant

 

 guérisseur

Le guérisseur débutant, enthousiasmé par une foi exaltée par les guérisons merveilleuses, peut se figurer qu’il suffit de faire certains gestes, de répéter certaines paroles et de vouloir avec force pour que les choses s’accomplissent. Il sera déçu s’il n’a pas pris conscience que les connaissances, l’amour, la foi, l’humilité, le désintéressement et l’élévation spirituelle sont nécessaires pour mériter l’assistance indispensable des esprits ! Le guérisseur doit comprendre que c’est à condition d’humilité qu’il conservera sa faculté, qu’il se méfie donc de lui-même et de l’orgueil qui le guette sournoisement… 

La spiritualité n’implique pas que le guérisseur néglige quelques règles de bases. 

La propreté de la personne et le lavage des mains, avant et après la séance, pour aussi, la symbolique de la pureté, sont souvent de mise. Une autre coutume veut que le guérisseur se « décharge » les mains en les secouant loin du malade et de lui-même autant que faire se peut, afin de faire partir les fluides nocifs, qui attirés par les mains de certains guérisseurs peuvent indisposer un organe délicat et transmettre d’autres malades. 

Le régime alimentaire peut aussi avoir une influence sur certains guérisseurs. En tout état de cause, la sobriété et la tempérance (pas d’excès alimentaires) sont primordiales. Il s’abstiendra de tout excitant (alcool, drogue etc..). 

De même les fatigues excessives laisseront le guérisseur sans force. Le médium guérisseur se tiendra dans une disposition d’esprit calme et bienveillant, un colérique ou un bouillonnant ne sera pas un bon guérisseur. 

En cas de fatigue psychique, la marche au grand air, qui en même temps régénère les poumons (l’oxygène est source de vie) lui fera le plus grand bien. Le malade quant à lui, arrive au guérisseur souvent dans un état de total découragement. Il convient alors d’être à son écoute, de lui redonner espoir, de susciter en lui la foi en une puissance souveraine qui dispense la vie : DIEU. Et la foi en lui-même. Lui faire comprendre que son « genre » de vie, son caractère, son mental influent sur son état. L’apaiser, le calmer, le déculpabiliser parfois tout en lui donnant l’intime conviction qu’il existe bel et bien au-dessus de nous des forces d’amour et d’intelligence à qui on peut demander une assistance efficace. 

En même temps le guérisseur doit gagner la confiance de la personne et manifester son dévouement désintéressé qui ne réclame aucun merci, aucune reconnaissance, aucune rétribution. L’abnégation totale, l’amour de l’autre. L’autre, son frère, partie de lui, partie du grand tout comme lui. 

De même que pour le magnétiseur, le guérisseur spirituel aura soin de conseiller au malade de ne pas se soustraire aux soins médicaux traditionnels, de poursuivre ses consultations et son traitement, faisant preuve ainsi de son ouverture d’esprit : Science et foi ne sont pas contraires, elles sont complémentaires. 

Après avoir éclairé le consultant de ce qu’on attend de lui, le guérisseur ne s’imposera pas davantage, il saura attendre que la personne soit demandeur de ses soins, forcer ne ferait que bloquer la personne et l’on sait que le refus psychologique implique l’échec. Comme pour toutes facultés, la guérison spirituelle connaît plusieurs niveaux et si nous parlons essentiellement ici des « grands » guérisseurs dont certains de nos jours sont très connus pour leur action salutaire, il n’en demeure pas moins que, beaucoup d’anonymes tout aussi dévoués pratiquent un peu partout dans le monde depuis la nuit des temps. 

On pourrait résumer très succinctement quelques guérisseurs « types » : 

- Magnétiseur clairvoyance spirite qui permet de voir l’entité dans les cas d’obsession,

- Magnétiseur doué de la clairvoyance médicale (vision des organes malades) ;

- Magnétiseur doué de la clairvoyance aurique (nous parlons de l’aura ci-dessous). 

Un médium guérisseur peut posséder plusieurs facultés qui se développeront avec l’exercice. 

Au fur et à mesure de son avancement, il abandonne de plus en plus le magnétisme humain soumis à sa propre volonté pour s’abandonner à celle de son guide qui dirigera sa main et l’inspirera. Les déclarations du consultant confirmeront ses indications, cette manière de faire lui servira de boussole, l’empêchera de s’égarer et ainsi lui permettra de progresser. 

La clairvoyance de l’aura peut, comme on vient de le dire être un facteur d’aide à la guérison ; En effet, la partie du corps psychique (ou éthérique) contenu dans le corps matériel dépasse quelque peu de ce dernier et se nomme aura. Elle est plus importante chez les méditatifs que chez les personnes à tendance matérielle prononcée. Les premiers détiennent une réserve d’énergie suite à la concentration et l’élévation de leurs pensées, de l’économie vitale réalisée par leur mode de vie et peut-être aussi leur alimentation peu carnée. L’activité organique des seconds réclame la presque totalité de leurs forces psychiques disponibles, d’où une faible influence magnétique. 

L’aura apparaît aux clairvoyants auriques (après entraînement) et aide à la compréhension de la maladie. Elle apparaît comme une buée laiteuse qui se colore d’après la qualité des aspirations de la personne. Pour certains l’aura n’est visible que lorsque la personne est placée dans l’obscurité la plus complète. On peut dire que pour le voyant chaque couleur correspond à un état : 

- blanc : pureté

- or : calme

- vert : intelligence et savoir

- jaune : pouvoir cérébral

- mauve : bienveillance

- bleu : recherche de la vérité

- rouge : passion

- brun : dépression mentale

- gris : désespoir

- noir : idée de suicide, animalité 

Cette « liste » n’est donnée qu’à titre d’exemple indicatif et ne peut être, elle non plus, tenue comme vérité. 

Les pensées elles-mêmes se traduisent par des mouvements rectilignes ou tourbillonnants qui sont, eux, provoqués par une agitation mentale (colère, passion). Un manque de rayonnement dénote un manque de vie, indice d’une maladie dégénérescente (cancer). 

Pour résumer ces exemples, nous dirons, sans l’affirmer, que lorsque le corps est en bonne santé l’aura est légèrement bleutée et striée de rayons rectilignes. Aux alentours des parties malades, les rayons s’estompent, tourbillonnent, s’entrecroisent ou s’affaissent. 

C’est par la pensée que l’homme peut donner au fluide vital les qualités bonnes ou mauvaises selon sa nature, la valeur des pensées qui les provoquent et les dirigent. Ainsi le magnétiseur, avec foi et amour, pourra faire des prodiges. Par son action désintéressée et morale, il s’élèvera peu à peu vers le plan spirituel et obtiendra, même à son insu, l’assistance d’un esprit supérieur. 

La pensée donne au fluide les qualités de calme ou d’excitation désirée. De même, les esprits donnent au fluide médiumnique, la forme, la couleur, la densité, la direction, les propriétés qu’ils désirent lui imprimer, ils « travaillent » le fluide du médium à l’aide de leurs pensées et de leur volonté. Son action terminée, l’esprit se retire et retourne à sa vie spirituelle. 

Pour guérir, l’esprit travaille le fluide du médium auquel il adjoint le fluide spirituel. L’esprit dirige le fluide vital du médium auquel il donne des qualités spéciales en vertu de ses connaissances et de son élévation morale. Le médium guérisseur, n’est en fait qu’un instrument docile de l’esprit, un condensateur de forces et un collaborateur de bonne volonté.

« Le médium guérisseur est le fil conducteur », nous dit l’esprit. 

Le fluide du guérisseur est quelque fois long à rendre sa santé à l’organisme, car aucune amélioration du corps ne peut se faire de façon rapide. Un peu comme dans la médecine traditionnelle où il ne sert à rien de donner en seule fois le sirop antibiotique, le fluide agit de même, et donné chaque jour, il modifie de façon stable la vitalité du consultant. Si la maladie est consécutive à une influence psychique ou spirite, l’action du médium guérisseur peut-être extrêmement rapide et la guérison parfois foudroyante. 

Les fluides sont donc le véhicule de la pensée, comme nous l’avons vu plus haut et sont modifiés par la pureté des sentiments qui les animent. C’est donc avec foi que les fluides agissent et par amour qu’ils révèlent leur puissance. 

Le corps humain, comme l’aimant, est polarisé (expériences établies grâce à des voyants sensitifs, entre autres, Durville). Le côté droit du corps, le front et la ligne médiane de la poitrine et du ventre sont positifs. Le côté gauche, la nuque et la colonne vertébrale sont négatifs. Mis en présence, les pôles de même nom (positifs avec positifs….) provoquent de l’excitation, de l’échauffement, de la force, le sommeil magnétique. Les pôles de noms contraires (positifs avec négatifs) calment, décongestionnent. 

Un exemple d’application : la main droite placée à la nuque ou le long de la colonne vertébrale donne une impression de bien être, diminue les spasmes nerveux des organes qui se trouvent à la même hauteur et commandés par les nerfs de la moelle épinière. Comme pour le magnétiseur, l’action magnétique du guérisseur sera la même, à la différence près que le fluide de l’esprit lui sera adjointe pour les raisons déjà exposées. Ainsi, le guérisseur spirituel établira la mise en rapport, et travaillera comme il le sent (passes, jet fluidique, souffle etc.), souvent inspiré par l’esprit. Son action se réduit à deux actions principales : dispersion des fluides nocifs (dégagement) puis concentration et application de fluides bienfaisants. Il utilisera la ou les méthodes qui lui conviennent le mieux, parfois pour une raison inexpliquée puisque inspiré et assisté.

 logo agence spirite

 

Publié dans:ESPRITS, GUERISON, MAITRISE, PENSEE |on 30 mars, 2016 |Pas de commentaires »

Les vertus de la prière

 

 

            La prière (quelque soit la religion) est pour moi un instrument extraordinaire. Elle place l’humain loin au-dessus de la simple pensée positive. Car elle permet de se retrouver en contact avec des énergies bien supérieures à la conscience humaine.  

PRIERE

Ces énergies sont d’une douceur, d’une tendresse et d’un amour incommensurable. Ce sont véritablement les énergies de guérison de l’âme, de l’esprit et du corps, pour celles et ceux qui sont prêts à s’y baigner en abandonnant pour un temps leur ego et leurs préjugés. Donc que l’on soit malade ou en bonne santé, la prière apporte l’équilibre et l’harmonie au sein de sa vie.  Elle permet de s’élever au-dessus du matériel afin de mieux appréhender les situations, d’avoir une vision plus globale et surtout moins chargée en émotions. Les problèmes fondent, les solutions se font jour et le calme apparaît.

            La prière réalisée en groupe (toutes religions confondues) est aussi très bénéfique pour les malades. J’ai ainsi eu la chance de rencontrer Maguy Lebrun qui a beaucoup œuvré pour la constitution de groupes de prière partout en France. J’ai participé à plusieurs séances ce qui a été pour moi une expérience inoubliable. Je me rappelle certaines séances où il y avait plus de 500 personnes qui s’étaient déplacées pour prier pour une dizaine de malades qui se présentaient successivement devant eux. Malgré le nombre, le silence était total. L’air était chargé de tellement d’énergies qu’il en devenait presque palpable. Tous les participants demeuraient concentrés, même les jeunes enfants qui accompagnaient souvent leurs parents. Les malades avaient du mal à contenir leurs émotions devant une telle attention à leur égard. Je ne peux pas dire qu’elles furent les résultats médicaux de ces groupes de prières, mais ce que je sais c’est que les personnes malades en ressortaient transformées. Elles avaient ressenties ces présences et tout cet amour qui leur étaient envoyés. Elles ne se sentaient plus seules… le miracle se lisait dans leurs yeux.

            Aux Etats-Unis les vertus de la prière ont été étudiées par des chercheurs de la Faculté de Médecine de Harvard qui ont interrogé 2 055 personnes âgées de plus de 18 ans sur leur utilisation de la prière. Le résultat a montré qu’un tiers de ces personnes (35%) prie pour des raisons de santé et parmi elles, 75% prient pour mieux se porter, et 22%, pour la guérison de pathologies précises. Les personnes qui prient pour leur santé en parlent rarement à leur médecin. « La prière accélère la guérison », telle est la conclusion de l’étude de l’Américan Médical Association effectuée sur 990 cardiaques à l’hôpital de Kansas City. La moitié de ces malades cardiaques avait été confiée à leur insu, aux prières de 75 personnes de diverses religions. Or, à l’issue de l’étude, il y a eu moins de complications dans ce groupe que dans le groupe témoin. Selon les chercheurs, cela ne peut être le fruit du hasard. Car celui-ci ne pouvait pas jouer sur plus d’une personne sur 25.

Pareillement, le Professeur Benson de l’université de Harvard estime que les patients qui répètent des prières, « sont capables de déclencher des changements de fonctionnement de leur organisme ».

            La récitation de l’Ave Maria (Ave Maria, gratia plena, dimus tecum, benedicat tui mulieribus et benedictus fructus ventri tui Jesus) et d’un mantra bouddhiste (Om mani padme om) enoncé à haute voix ont produit, avec une égale efficacité, une amélioration du rythme cardiaque et de la tension artérielle. La fréquence respiratoire fut aussi ralentie et  régularisée, comme l’a démontré l’étude italienne du Dr Luciano Bernardi.             L’étude « Mantra » (Monitoring and Actualization of Noetic TRAining) effectuée par le cardiologue  Mitchell Krucoff en Caroline du Nord s’intéressa à 150 patients souffrant d’insuffisance coronarienne. Les patients ayant bénéficiées d’une assistance par la prière ont eu des complications réduites de 25 à 30%. Ils avaient bénéficiés des prières de diverses religions : catholique, moravienne, bouddhiste, juive, chrétienne fondamentaliste, baptiste. Ces résultats ont fait dire au psychiatre Harold G. Koenig que « certaines des plus grandes découvertes scientifiques sont venues de ceux qui faisaient un pas hors de la boîte et je crois que c’est ce que fait cette étude ».

Le Professeur Rogerio Lobo, chef de service du Service de Gynécologie et d’Obstétrique de la Colombi University (New York) s’est intéressé pour sa part, à l’action de la prière sur 199 femmes demeurant en Corée qui étaient en attente de fécondation in vitro (FIV). Pour cela, il a demandé à des personnes vivant aux Etats Unis, au Canada et en Australie de prier uniquement sur photographies, pour ces femmes qu’ils ne connaissaient pas. Le résultat fut flagrant : 50% de grossesses dans le groupe ayant bénéficié de prières contre 26% dans le groupe témoin[6], soit deux fois plus de FIV réussies. Le Dr Elisabeth Targ de l’Institut de Recherche sur les Médecines Complémentaires, a suivi un groupe de 20 personnes malades du Sida qui ont bénéficié de prières à distance de chrétiens, de juifs, de bouddhistes, d’indous et de chamanes, qui avaient leur photo et ne connaissaient que leur nom. Ils ont été comparés à un groupe similaire de vingt personnes. Celui ayant bénéficié des prières a présenté au bout de six mois, moins de maladies opportunistes, moins besoin de consultations, moins de jours d’hospitalisation et une meilleure humeur que le groupe témoin.

Un article du Dr Wolfrum de l’Hôpital Général de Hambourg, paru en février 2002 dans la « Lettre Circulaire » (n°51) intitulé : « Le fait d’aller toutes les semaines à l’Eglise, favorise-t-il la santé ? » est particulièrement intéressant : Des résultats d’études cliniques rétrospectives portant sur trois décennies, notamment aux USA, peuvent se résumer presque unanimement dans le titre d’un livre paru récemment : « la foi fait la santé » (Glaube macht gesund). Une autre publication  du Pr. Koenig, orientée vers les examens de laboratoire, donne une réponse également favorable à la prière.

            De nombreuses autres études ont été réalisées notamment sur les cellules cancéreuses, les cellules sanguines, les bactéries, les plantes et les animaux. Elles ont toutes été positives pour la prière. C’est qui a conduit le Dr Larry Dossey à dire que « le pouvoir de guérison à distance de la prière est démontré. Il ne peut plus être regardé comme une affaire de foi ». Car pour ce médecin, le plus étrange dans ces études ait qu’elles aient été réalisées en double aveugle, c’est-à-dire sans que les patients et le personnel soignant sachent qui étaient les bénéficiaires de ces prières.

Le Dr Dossey a ensuite recensé les études effectuées sur ce sujet. Sur une cinquantaine réalisées, toutes établissaient un lien entre guérison et prière que ce soit à travers l’accélération de la cicatrisation, la réduction d’une pression artérielle trop élevée ou encore le ralentissement de la prolifération de certaines cellules cancéreuses. 

            Nous savions déjà que la pensée positive et la visualisation étaient capables de produire des résultats très intéressants sur la santé des malades, mais la prière semble aller bien au-delà. Elle fait appel à ce qu’il y a de plus noble dans l’être humain et ainsi qu’à des forces qui le transcendent. Ensuite, les résultats des études sont là pour prouver leur bien-fondé. Ils seront rassurants pour certains et dérangeants pour d’autres, ce qui n’empêche pas leur réalité. Car ces études en double aveugle, souvent à l’insu même des malades, ne peuvent aucunement être reléguées à un simple effet placebo. 

Lorsque vous priez, vous pouvez utiliser des prières toutes faites – il en existe dans toutes les religions du monde – ou des prières de votre cru. Car comme le disait Mahatma Gandhi : « il vaut mieux mettre son cœur dans la prière sans trouver les paroles que de trouver des mots sans y mettre son cœur ».
La prière permet de vous concentrer sur le Sacré et aussi d’élever votre niveau vibratoire afin de pouvoir rencontrer le Divin. Ces prières sont semblables au numéro de téléphone que vous réalisez pour appeler un ami. Mais quand la communication est établie, vous cessez de taper sur les touches de votre clavier de téléphone. De la même manière lorsque vous avez la communication avec le Divin, arrêtez de répéter vos prières, écoutez plutôt ce qu’il a à vous dire… Vous verrez cela va illuminer vos journées.

Et pour connaître les dates de mes prochaines conférences, je vous invite à suivre le lien :
http://www.luc-bodin.com/2013/02/04/les-prochaines-conferences-du-dr-luc-bodin-2/

Publié dans:ENERGIES, PENSEE, PRIERE |on 21 février, 2016 |Pas de commentaires »

LE SUCCES DE MELUSINE

Melusine-

Dans le temps d’avant le temps, on raconte bien des histoires de belles dames rencontrées au bord des fontaines, près des sources ou des lacs. En réponse aux princes ou aux bergers qui les demandent en mariage, elles exigent  des serments : qu’ils ne les voient pas nues, qu’ils ne les frappent pas, même légèrement, qu’ils ne les insultent pas, qu’ils les laissent à leur solitude lors de leurs couches, ou un jour par semaine … Sûrs que leur amour est plus fort que tout, ils jurent, sans hésiter un seul instant. Mais un jour, par étourderie, jalousie ou simple négligence,  ils  violent  leur  serment.  Alors  la  femme  aimée  disparaît ;  et  elle  emporte  avec  elles  le  bonheur  et  la fortune.

La plus célèbre de ces légendes est celle de Mélusine. Elle est connue de l’Europe entière, voire de tout l’espace indo-européen puisqu’on lui trouve des homologues jusque en Inde avec la déesse Miluschi. Pour se concentrer sur la figure de la Mélusine occidentale, précisons qu’elle est familière à l’Europe  entière ; depuis des temps très anciens dans sa version orale dont nous avons un premier écho en 1188 avec Geoffroy d’Auxerre, puis en 1200 avec Gautier Map, 1210 avec Gervais de Tilbury : tous trois rapportent des légendes de la même structure que celle de Mélusine; mais c’est en 1300 avec le moine bénédictin Pierre Bercheure, prieur de l’Abbaye de Saint Eloi, que l’on a la première relation à propos de la forteresse de Lusignan et de la dame qui la construisit.

La Légende  de  Mélusine  est  connue  dans  sa  version  écrite  en  France  grâce  à  Jehan  d’Arras  et  son  “Roman  de Mélusine” composé en 1392 à la demande de Jean de Berry pour magnifier sa famille; puis avec le récit en vers de  Couldrette  écrit  en  1402  à  la  demande  de  Jean  II,  seigneur  de  Parthenay,  “Mellusine  ou  le  roman  de  Lusignan”, qui retrace la généalogie de son illustre famille; du XVè siècle date la traduction en alémanique par  Thüring von Ringoltingen du texte de Couldrette.

Dès lors, Mélusine est célèbre dans toute l’Europe orientale et septentrionale;  au  XVIè  siècle,  la  traduction en anglais des romans de Jehan d’Arras et Couldrette connaît de nombreuses éditions; en 1579 le roman est traduit en danois avec plus de 22 éditions : le succès de Mélusine est phénoménal. Mais que nous dit cette histoire ?

“Il y a très longtemps, le roi Elinas rencontre la fée Pressine au bord d’une fontaine. Il lui déclare son amour et la demande en mariage. Elle accepte, mais à une condition : qu’il jure de ne pas l’approcher quand elle mettra ses enfants au monde. Il jure. Mais lorsque Pressine accouche de trois petites filles, dont Mélusine, elle voit surgir son mari. Elle disparaît aussitôt avec ses enfants pour aller rejoindre sa mère et ses sœurs dans l’île d’Avallon, la merveilleuse île des femmes. Bien des années plus tard, Mélusine se révolte contre ce père qui a trahi sa mère et l’a privée de son héritage : elle le capture et l’enferme dans la montagne magique.

Quelque  temps  plus  tard,  Mélusine  est  assise  au  bord  d’une  fontaine  quand  elle  voit  s’approcher  le  prince Raymond. Il s’éprend d’elle aussitôt et la demande en mariage. Elle accepte, mais à une condition : qu’il jure de ne jamais chercher à la voir le samedi, pendant toute sa vie. Il jure, et tient son serment pendant quelques 20  années. Alors, tout réussit : le royaume s’agrandit et prospère, des villes se construisent, la terre est riche, de  nombreux  enfants  leur  naissent.  Mais  un  jour  le  frère  du  roi  laisse  entendre  que  l’on  jase  sur  la  vertu  de Mélusine.

D’ailleurs, que fait-elle donc chaque samedi ? Saisi par le doute et la jalousie, Raymond se précipite chez Mélusine et la surprend au bain. Alors elle disparaît et tout s’effondre autour de Raymond : la guerre fait rage, la richesse s’évanouit, les calamités se multiplient jusqu’à l’écroulement du royaume. Raymond, jugé fou, est destitué.”

Une des premières surprises de ce récit nous vient de ce qu’il commence là où finissent les autres : au mariage !

En effet, contrairement à la plupart des contes, et à bien des romans actuels, le leitmotiv “ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants” ne marque pas la fin mais le début de l’histoire.

Pour  comprendre  le  sens  de  la  Légende  de  Mélusine,  et  l’importance  qu’elle  assigne  au  Tabou  qui  en  est  le nœud,  il  importe  de  comprendre  comment  s’emboîtent  tous  les éléments qui constituent cette légende et d’en  trouver la cohérence; celle de cette légende particulière mais aussi de toutes celles qui s’y rattachent.

EXTRAIT DE MELUSINE OU L’ELIMINATION DES TABOUS  – de A g n è s  E c h è n e

 https://matricien.files.wordpress.com/2012/05/melusine-ou-l_elimination-des-tabous.pdf

Publié dans:PENSEE, POLTERGEISTS et LEGENDES |on 20 février, 2016 |Pas de commentaires »

Un Dialogue Avec L’Âme Sur L’Essence De La Vie

arbre

Nous savons sans aucun doute que nous sommes des êtres conscients. Nous sommes même ‘’conscients d’être conscients’’. 
En ce sens, que l’on sait, que l’on est des personnes vivantes douées d’intelligence et de sentiment. Nous sommes conscients de nos pensées et émotions, de notre monde mental. Nous possédons la capacité de regarder en nous, de voir notre intériorité. On peut traduire conscience par divers termes comme : connaissance, esprit penseur, cognition, expérience, intuition, intellect et lumière.

Le mot conscience, veut en terme clair dire : ‘’Connaissance’’, comme dans ‘’se connaitre’’, – en être conscient. C’est la  »Connaissance de soi ». La conscience est l’activité principale de notre propre esprit et de l’esprit créateur de l’univers.

Notre conscience se situe à l’intérieur de nous. Entres autres, elle circule à travers les neurones de notre cerveau et dans tout notre corps. Ne la cherchez pas, elle n’a pas de point fixe. La conscience circule de l’information sur l’autoroute de l’esprit. Elle est comme une onde, on ne peut la voir. De la même façon que les ondes apportent l’image sur l’écran de votre télé. Il circule par câble, par satellite ou par sans fil. 

Notre conscience objective et la conscience subjective sont deux phénomènes d’une seule et même conscience ou énergie spirituelle. La conscience subjective est formée de notre mémoire que l’on a accumulé du monde objectif et de l’intelligence universelle qui est reliée au tout. Il y a aussi la mémoire cellulaire, qui elle est cachée de notre esprit conscient d’une certaine façon, car elle est dans nos cellules. Elle se focalise dans le bon fonctionnement de notre corps et non du monde extérieur. C’est pour cela que nous n’en sommes pas conscient objectivement.

L’esprit, la conscience, et les pensées, sont agissants dans notre boite crânienne et dans notre être entier. Le cerveau est le support, de même que le fil du câble est le support des ondes vidéo. Tout ce que l’on voit à l’extérieur par les fenêtres de nos yeux, est vu de l’intérieur de notre tête. Dans le fond, nous voyons l’extérieur, mais de l’intérieur. De la même façon que vous voyez à l’extérieur de chez vous, à travers la fenêtre.

Notre esprit conscient ne peut voir, et ne peut se concentrer que sur une seule chose à la fois. Cela se comprend quand on sait que deux objets ne peuvent occuper le même espace en même temps. On peut penser à plusieurs choses l’une après l’autre, mais pas à deux pensées en même temps, tel que je ne peux écrire deux lettres en même temps, mais subséquemment.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la conscience est à l’intérieur de nous. Cet esprit est toujours conscient. Que l’on soit endormi ou ce que l’on appelle inconscient, la conscience est toujours là, puisque nous sommes toujours vivant. Notre mémoire ne s’est pas effacé. Si vous fermez les yeux maintenant. Pouvez-vous dire que vous n’êtes plus conscient ? Bien sûr que non ? Vous ne voyez plus ce qui se passe à l’extérieur de vous, mais vous êtes toujours conscient !

Nous sommes conscients du monde objectif physique à travers nos cinq sens, qui sont comme des antennes qui enregistre tout ce qui se passe en dehors de nous, vers notre disque cérébral interne.

La conscience est en toute vérité psychique, elle est énergie et en même temps, elle est information, de la même façon que l’on peut faire circuler de l’information à travers un fil électrique. La conscience est le mouvement de l’esprit universel, de la même manière que la parole est le mouvement de l’air sur nos cordes vocales.

L’esprit conscient est le principe de base de toute chose. Il est une énergie statique qui devient dynamique par le mouvement circulaire de la pensée. L’esprit est électrique et la conscience est information. L’esprit est la force vitale qui englobe toute chose, soyez conscient de cette énergie, elle rayonne partout.

Penser à ceci : ‘’Tout ce que nous sommes aujourd’hui est l’intégral de tout ce que l’on a appris, depuis que l’on est venu au monde. Nous sommes avant tout le fruit de notre environnement extérieur. Car tout ce que l’on connait est extérieur à nous.  

Si l’on parle français, ou si nous sommes de telle religion, de telle culture ou de telle ethnie, cela provient de notre environnement externe. Notre conscience est  littéralement peinturée des couleurs culturels, sociales, politiques et religieuses de notre milieu.

Voilà ce qui forme l’information de notre conscience. Nous sommes le fruit bien mur et bien former de notre société. Voilà pourquoi il est si difficile de changer notre façon de penser. Nos pensées et croyances sont formées par habitudes. Notre conscience est programmée, et reprogrammable.

Notre conscience est malléable comme de la gélatine, car elle est faite d’ondes et d’informations. On peut la programmer ou la déprogrammé comme on veut, de la même manière que l’on peut effacer ou écrire sur le disque dur de l’ordinateur.  

Je ne dis pas ici d’effacer votre mémoire, mais bien que l’on se doive de la développer pour une efficacité maximale. De la nourrir de ce que l’on désire vraiment. Votre esprit est la source de tout pouvoir, mais encore faut-il savoir comment l’utiliser. Et malheureusement, on ne vous enseigne pas cela à l’école. 

Comme on a vu, notre conscience et notre intelligence est la somme totale de ce que l’on connait, de ce que l’on sait. Ce savoir peut-être exact ou édulcoré par des informations mi-exact ou des demies vérités ou carrément des croyances erronées, imprimées dans notre mental.

Bien que l’on veuille changer notre mode de pensée, il est très difficile de le faire en un mois ou même en un an, à cause de ce conditionnement cérébral. De la même façon que l’on ne peut pas perdre un excédent de poids en 1 semaine. Tout cela dépend de notre diète mentale et de son excédent de détritus psychologiques.


[ Nos 5 sens externe agissent comme des antennes : 
Voir, sentir, entendre, toucher, et gouter. Ils captent 
l’information externe et la ramènent vers le serveur interne – le cerveau. ]

SCHEMA

Pour changer nos pensées et ainsi notre monde – cela demande une véritable discipline mentale. Cela demande une saine alimentation intellectuelle et beaucoup d’exercices mentaux. Mais le prix en vaut la chandelle et nous fera remporter la ‘’coupe de l’esprit’’ et nous vaudra triomphe, dans le monde des sens.  

On crée bien notre réalité par l’esprit, mais il faut quand bien même que notre esprit soit programmé sur le programme de notre choix.

Il est dès lors impératif de modifier nos paradigmes, nos habitudes mentales en faisant la même chose, par la répétition sans borne. Par la pratique et la répétition, vous y arriverez. Ne vous découragez pas, prenez votre temps, vous n’avez rien à perdre, a part vos illusions.

Il n’y a pas de grand secret ici, ni de formule magique – tout se fait d’abord dans l’esprit par l’habitude et tout s’accomplis par la suite dans l’action. Ce qui nous motive est la qualité et la quantité de nos pensées positives et constructives.

Pour récapituler. L’esprit est la substance invisible qui dans le mouvement produit la pensé. Tous nos sens externes captent de l’information externe vers le ballon cérébral, notre cerveau. Cette information est ce qui constitue notre conscience, notre niveau de connaissance. Cette connaissance est ce qui constitue nos habitudes de penser et de faire.

Si on veut changer nos pensées, on se doit de les modifier par de la nouvelle information, comme lorsque l’on change d’idée. Notre conscience est notre programme ‘’Windows’’ interne et de la même manière, il coordonne ce que l’on voit, ce que l’on pense et ce que l’on peut faire ou non.

Tout est possible, tout est en devenir, du moment que l’on s’y mette corps et âmes et au pic et la pelle de l’action. Vous avez toutes les informations nécessaires pour la réussite. Il n’en tient qu’a vous de les appliquer. De toutes façons, votre vie se déroule maintenant, vous devez travailler, manger, dormir et vous relevez encore le lendemain. Il est de beaucoup plus préférable, de beaucoup plus adorable de mettre ne serait-ce qu’une heure par jour à l’étude et aux exercices de la science de l’esprit.

Car cela vous apportera la paix de l’esprit. Cela vous apportera la clarté et la motivation qui vous mèneront à la réussite totale de votre vie et cela dans tous les aspects que vous voulez.  

ISSU du site : Paroles De Mon Âme :

P.S. Vous pouvez copier ou distribuer ce texte en autant que vous citez l’auteur et mettez un lien vers cette page.

Tout est dans l’intention pure

pensée

Dans l’intention pure, celle qui ne transporte plus de formes pensées de colère, de désirs cachés de manipuler l’autre, qui ne transporte plus de désir de plaire, d’être reconnu, d’être aimé et qui ne crée plus de bénéfices secondaires. Pour voir clair en vous et amorcer la libération des mémoires, il vous faudra ouvrir votre esprit suffisamment grand pour être conscient de l’intention dans l’instant présent, de l’émotion qui monte, de la sensation qui se vit en vous. Et ainsi, d’un instant à l’autre, vous grandirez dans la conscience de l’instant présent, vous percevrez les mobiles sous-jacents de vos pensées et de vos actions ainsi que vos réactions inconscientes vis-à-vis l’autre. Combien de fois avez-vous des pensées et des gestes d’impatience, de colère, de jugement qui créent des retours de karma et vous empêchent de vous réaliser totalement dans l’image que le Soi divin maintient vivante en vous, qui est l’Unité avec tout ce qui est ?

Une barrière difficile à franchir est la croyance que la régénération n’est pas possible. Dans les plans divins, l’impossible est une absurdité. Dans le plan humain, le mental doute et questionne. La foi ne questionne pas, la foi est l’instant présent qui a totale confiance en la vie une. La foi sait qu’elle est reliée au Divin et à tout ce qui est. Sur le plan humain, vous manquez dangereusement de foi en vous-même, en les autres et en la Vie. Ce qui fait que votre corps physique lorsqu’il n’est pas protégé par des pensées et des intentions pures attire vers lui la maladie, les accidents, les virus, les problèmes dont vous ne voulez pas.

Alors comprenez que tout commence dans l’esprit, que la pensée crée

Dans nos messages, nous vous l’avons répété de milles et une manière. Alors si vous désirez régénérer vos cellules et ascensionner dans la lumière de l’esprit divin commencez par observer vos pensées et corriger vos intentions si elles ne sont pas pures. Apprenez à regarder l’autre avec des yeux neufs, cela vous permettra de voir que l’autre souffre aussi de ne pas être compris. Vous avez une belle opportunité de voir en l’autre la vie du divin au lieu de son incompétence. Et au lieu de le juger, de dire qu’il ne fait rien pour s’en sortir et le condamner, regardez-le plutôt comme un être en souffrance qui n’a pas les moyens, ni les outils pour prendre conscience des limites qu’il se met.

Vous avez le privilège d’avoir compris plein de choses et il est de votre devoir d’être lumière, de transmettre ces connaissances, pas nécessairement avec des mots mais par votre état d’être. En étant cette lumière en vous, en étant simplement ces gestes de confiance et d’amour envers la vie, vous donnez l’image à l’autre qu’il est possible de guérir, qu’il est possible d’aimer sans attendre, qu’il est possible d’avancer et d’être abondance de lumière, de joie, de paix. Alors plutôt que d’attirer vers vous la peur, la souffrance, la maladie et finalement la mort vous deviendrez la lumière de l’UN manifestée sur le plan terrestre.

Allez chers enfants croyez que vous êtes rendu à un point de votre croissance où tout se joue en vous. Vous êtes créateurs de votre réalité, et plus vous en prenez conscience, plus vous voyez clair dans les mobiles de vos actes, de vos pensées, plus vous déconstruirez ce vieil ego cosmique et humain. Et alors vous entrerez dans l’énergie du cœur de vie Une et la roue du karma s’arrêtera car vous ne serez plus affectés par vos anciennes peurs et celles des autres. Et, à ce moment-là, comment croyez-vous que vos corps se sentiront ? Très bien n’est-ce pas, très confortables, pleins d’énergie, pleins de vitalité, car vos corps subtils ne seront plus déstabilisés dans vos auras astrales et mentales par tous ces miasmes de peur. Alors vos corps subtils recevront une nourriture céleste qui nourrira ensuite vos corps physiques. C’est ainsi que la régénération commencera.

Comment ferez-vous cela ? Tout d’abord par des changements de pensées, de croyances et d’interprétation de votre réalité qui amorceront le nettoyage de vos corps subtils puis de vos organes internes. Tout cela se passera simultanément à tous les niveaux de conscience. Ce processus de purification des mémoires se fera à travers tous les chakras, de celui la base à celui de la couronne. Lorsque l’esprit se purifie, le cœur devient un organisme qui donne et reçoit et qui dans cette réception d’amour et de don se guérit de toutes les mémoires de vies passées contenues dans l’atome germe.

Cette première étape est importante pour vous, elle est l’étape de la foi absolue en vous-mêmes, en vos capacités de prendre conscience et de ne plus vous laissez arrêter par la peur. Il est temps de vous laissez habiter par la lumière permanente de l’esprit de Vie. Alors l’énergie de renaissance descendra en vous et cette renaissance amènera la guérison des mémoires. Et lorsque ces mémoires seront guéries elles amèneront une énergie nouvelle dans vos corps subtils puis dans votre corps physique matériel et alors la régénération pourra commencer. Tout d’abord elle se fera très peu voir, car elle commencera par les organes internes qui ont été les plus blessés et à mesure que les organes internes se régénéreront, les organes externes tels que la peau, les cheveux, pourront recevoir ces énergies qui vont partir du dedans vers le dehors.

Deux organes essentiels pour la régénération cellulaire

Commencez dès maintenant à croire que vos foies, vos rates, peuvent recevoir l’énergie du maître en vous et peuvent se guérir de leurs blessures anciennes. Et une fois que ces deux organes, qui sont essentiels à la régénération cellulaire, se seront programmés pour amener plus de pouvoir dans vos cellules et bien vous verrez que le cœur alors prendra sa place et commencera lui aussi à transmuter les mémoires. C’est à travers le foie et la rate que vous nourrirez l’énergie du cœur. C’est pourquoi nous vous avons donné ces soins énergétiques à pratiquer régulièrement.

Donc n’oubliez pas de bien nourrir de lumière votre foie et votre rate, de laisser cette lumière monter dans le cœur, de laisser l’étoile briller en vous puis de transférer son énergie à toutes vos cellules jusqu’à l’ADN. Petit à petit, vous découvrirez que vous vous sentirez de mieux en mieux, et dans l’esprit et dans le corps.

Y aura-t-il un changement spectaculaire ?
Pour certains cela est peut-être possible. Cependant pour la majorité il y aura plutôt une amélioration graduelle. Ce qui fait qu’au début vous ne la remarquez peut-être pas, mais un jour on vous dira c’est drôle il semble que tu as rajeuni… tu as l’air plus en forme qu’auparavant……Et alors vous direz : En effet je me sens mieux qu’auparavant, je crois que la régénération de mes organes est en marche.

Rappelez-vous cependant qu’il vous faudra tout d’abord libérer l’ego cosmique de ses mémoires avant d’entrer dans la phase finale de libération des mémoires cellulaires corporelles et de transmutation des organes internes. Ce n’est pas en restant dans le passé, ni en vous projetant dans l’avenir que vous réussirez. C’est en étant, ici maintenant, conscient à chaque instant de ce qui se passe en vous, dans vos pensées, dans vos organismes subtils et dans vos corps matériels.

Et n’oubliez pas que :

L’intention pure est essentielle à la transmutation des cellules.

Je vous souhaite la discipline du cœur et de l’esprit.
Que mon amour et ma paix vous accompagnent.
Soyez bénis.

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Message de Sérapis Bey, reçu par Louise Racette et Mariette Robidas lors d’un atelier « Être la Présence Je suis« 

Une pensée bien ordonnée

 

 tête

    Parmi tant d’autres aspects de la vie, vous êtes-vous demandé pourquoi nous sommes pour la plupart plutôt brouillons – dans notre mise, dans nos manières, dans nos pensées, dans notre façon d’agir? Pourquoi manquons-nous de ponctualité, et donc d’égards envers les autres? Mais qu’est-ce donc qui apporte l’ordre en toute chose -dans notre mise, dans nos pensées, dans notre discours, dans notre allure, dans la manière dont nous traitons ceux qui sont moins privilégiés que nous? Qu’est-ce qui fait éclore cet ordre singulier qui advient sans contrainte, sans préméditation, sans volonté délibérée? Vous êtes-vous jamais posé la question? Mais savez-vous ce que j’entends par l’« ordre »? L’ordre, c’est rester assis tranquille, mais sans effort, c’est manger avec élégance mais sans hâte, c’est être posé tout en étant précis, c’est être clair dans ses pensées tout en étant expansif. Qu’est-ce qui fait surgir cet ordre dans l’existence? C’est une question vraiment très importante et je crois que, si l’éducation permettait de découvrir le facteur capable de susciter cet ordre, cela aurait une portée immense. 

   De toute évidence, l’ordre ne naît qu’à travers la vertu, car si vous n’êtes pas vertueux non seulement dans les petites choses, mais en toute chose, votre vie devient chaotique, n’est-il pas vrai? La vertu en soi est sans grande importance, mais parce que vous êtes vertueux, la précision règne dans votre pensée, l’ordre règne dans tout votre être: telle est la fonction de la vertu. 

   Mais que se passe-t-il quand un homme s’efforce de devenir vertueux, qu’il se contraint à être bon, efficace, prévenant, attentionné, qu’il essaie de ne blesser personne, qu’il met toute son énergie à tenter d’établir l’ordre, qu’il se démène pour être bon? Ses efforts ne mènent à rien d’autre qu’à la respectabilité, ce qui entraîne une médiocrité de l’esprit: cet homme-là n’est donc pas vertueux. 

   Avez-vous déjà regardé une fleur de très près? Tout en elle – à commencer par les pétales – est d’une précision remarquable, et il s’en dégage pourtant une tendresse, un parfum, une beauté extraordinaire! Ainsi, dès lors qu’un individu essaie d’être ordonné, sa vie peut être réglée avec précision, mais il a perdu cette qualité de douceur, qui ne naît, comme pour la fleur, qu’en l’absence d’effort. Le problème est donc pour nous d’être à la fois précis, lucide et expansif sans effort. 

    En effet, l’effort que l’on fait pour être ordonné ou méthodique a une influence tellement réductrice. Si j’essaie délibérément d’être ordonné pour ranger ma chambre, si je fais attention à tout remettre en place, si je n’arrête pas de me surveiller, de Regarder où je mets les pieds, etc., que se passe-t-il? Je deviens insupportablement assommant pour moi-même et pour les autres. Celui qui veut toujours être autre chose qu’il n’est, dont les pensées sont soigneusement organisées, qui choisit une pensée de préférence à une autre est quelqu’un de très fatigant. Un tel individu peut être très organisé, très lucide, savoir utiliser les mots de manière précise, être très attentif et plein d’égards, mais il a perdu la joie de vivre créatrice. 

L’ordre, la propreté, la clarté de pensée ne sont pas très importants en eux-mêmes, mais ils le deviennent pour celui qui est sensible, qui a des sentiments profonds, qui est en état de perpétuelle révolution intérieure. Si vous êtes profondément émus par le sort des pauvres, ou du mendiant qui reçoit la poussière en plein visage au passage de la voiture du riche, si vous êtes extrêmement réceptifs, sensibles à tout, alors cette sensibilité même suscite l’ordre et la vertu. Je crois qu’il est très important que le professeur et l’élève le comprennent tous deux. 

    Malheureusement, dans ce pays comme partout ailleurs dans le monde, nous sommes si indifférents ; rien ne nous émeut en profondeur. Nous sommes pour la plupart des intellectuels – au sens superficiel du terme, c’est-à-dire des gens très habiles, imbus de mots et de théories sur ce qui est juste et sur ce qui est faux, sur la façon dont il convient de penser ou d’agir. Mentalement, nous sommes hautement développés, mais intérieurement, nous manquons de substance et de sens ; et c’est cette substance intérieure qui suscite l’action vraie, qui n’est pas une action dictée par une idée. 

    Voilà pourquoi il faut que vous ayez des sentiments très forts – des sentiments de passion, de colère -, il faut les observer, jouer avec eux, en découvrir la vérité ; car si vous ne faites que les étouffer, si vous dites: « Je ne dois pas me mettre en colère, je ne dois pas me passionner, parce que c’est mal », vous vous apercevrez que peu à peu votre esprit s’enferme dans une idée et devient donc très superficiel. Vous pouvez être immensément intelligent, avoir des connaissances encyclopédiques, s’il n’y a pas en vous la vitalité de sentiments forts et profonds, votre compréhension est comme une fleur sans parfum. 

    Il est capital que vous compreniez tout cela tant que vous êtes jeunes, car en grandissant vous serez de vrais révolutionnaires – pas des révolutionnaires acquis à une ideologie à une théorie ou à un livre, mais des révolutionnaires au sens global du terme, des êtres totalement, intégralement humains, de sorte qu’il ne reste pas en vous le moindre recoin qui soit contaminé pas les choses du passé. Alors vous avez l’esprit frais et innocent et donc capable d’une extraordinaire créativité. Mais si vous passez à côté du sens de tout cela, votre vie deviendra très morne, car vous serez happés par la société, par votre famille, votre femme ou votre mari, par des théories, par des organisations religieuses ou politiques. Voilà pourquoi il est si urgent pour vous de recevoir une vraie éducation, ce qui signifie que vous devez avoir des professeurs capables de vous aider à briser le carcan de la prétendue civilisation et à être non pas des machines répétitives, mais des individus qui aient vraiment en eux quelque chose qui chante, et qui soient donc des êtres humains heureux et créatifs.

 

Extrait … du livre LE SENS DU BONHEUR -  KRISHNAMURTI  sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

à retrouver ICI : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/12/04/le-sens-du-bonheur-de-krishnamurti/

Publié dans:PENSEE |on 19 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

PEUT-ON CONNAITRE LE FUTUR

 

 Les scientifiques qui ont étudié les prémonitions avec grand sérieux répondent : OUI ; c’est ce que le Dr Larry Dossey développe dans son livre The Poxer of Premonitions (sur internet dans Google-Books – extraits d’une interview dans le site mercola.com).

Prémonition : signifie littéralement « avertissement à l’avance ». Nous avons tous des prémonitions. Souvent elles annoncent quelque chose de désagréable ; problème de santé, décès, catastrophe naturelle, mais parfois aussi des choses positives ; promotion dans le travail, la seule place de parking qui reste, ou même les numéros gagnants de la loterie…

_pensee-creatrice

Elles se manifestent souvent sous la forme de rêves, comme dans l’exemple suivant. Amanda, jeune mère de famille, se réveille en pleine nuit. Elle a rêvé que, dans la chambre voisine, le lustre s’est décroché et a écrasé le bébé dont le berceau était en dessous, tandis qu’une horloge indique 4 h 35 et que la pluie et le vent frappent la fenêtre. Inquiète, elle secoue son mari qui lui dit de se rendormir, ce n’est qu’un rêve, il ne pleut pas … Mais Amanda va chercher le bébé et le garde avec elle. Quelques heures plus tard, un bruit très fort se fait entendre : le lustre est tombé sur le berceau, la pendule indique 4 h 35 et la fenêtre est battue par le vent et la pluie.

Les prémonitions peuvent aussi être de simples « Impressions » plus ou moins conscients, signalant que quelque chose ne va  pas, ou va se produire, ou qu’il faut faire attention à ceci, ou agir comme cela … On peut apprendre à les déceler et à en tenir compte.

Depuis deux décennies, les scientifiques se sont penchés sur la question. Des centaines d’expériences ont été menées, reproduites par des chercheurs dans le monde entier, confirmant la réalité des prémonitions. Ces expériences sont de nature à secouer les préjugés des sceptiques. Nous savons maintenant qu’on peut voir le futur, parce que c’est ce que des études scientifiques très soignées prouvent : des centaines d’études du phénomène pré-cognitif de « vision à distance », des études sur les pressentiments, des textes de prémonitions sur Internet… Le taux de probabilité expliquant les résultats positifs de ces études par l’intervention du hasard est de un sur un milliard.

Prenez par exemple les expériences sur les pressentiments faites sur le pionnier Dean Radin, chercheur en sciences cognitives. Une personne est assise devant un ordinateur qui lui présente une suite d’images tirées au hasard d’une très vaste collection. Ces images sont de deux types ; calmantes ou violentes. Les images calmantes peuvent être de charmantes scènes de nature ; les images violentes représentent la mort, des carnages, des autopsies, etc … Le sujet est relié à un circuit enregistrant une fonction physiologique, comme la conductivité électrique de la peau ou le diamètre de la pupille. Surprise et choc ; l’enregistrement montre que la fonction physiologique change quelques secondes avant que l’image soit sélectionnée au hasard par l’ordinateur et affichée sur l’écran. Et ce changement est beaucoup plus fort si l’image montrée est de nature violente. Comment le corps peut-il savoir qu’elle image va être montrée dans le futur ?

Ces études démontrent que nous avons une capacité inconsciente, inscrite en nous, de connaître le futur. D’une manière où d’une autre, le corps « sait » avant que notre prise de conscience se fasse. La plupart des chercheurs pensent que les prémonitions sont reliées à la survie et à l’évolution de l’espèce. Si vous savez que quelque chose qui menace votre vie est sur le point d’arriver, vous avez une chance de l’éviter, cela augmenterait votre chance de rester en vie et de vous reproduire.

Question ; si des gens peuvent voir le futur, pourquoi ne deviennent-ils pas riches en jouant en bourse .

Réponse ; quelques-uns le font. Bill Gates, Oprah Winfrey, Donald Trump affirment que leurs prémonitions les guides en affaires. Georges Soros a toutes sortes de théories pour soutenir ses décisions financières, mais son fils affirme ; »La vraie raison pour laquelle il change sa positon en bourse ou ailleurs, c’est que son dos commence à lui mal. Pour lui, c’est le premier « signal ».

Les chercheurs ont testé les capacités de voir le futur chez des PDG d’entreprises en plein essor. Un exercice consiste à prévoir une suite de chiffres qui va être montrée plus tard ; Les PDG qui ont de bons scores à ce test sont généralement ceux qui réussissent le mieux dans la gestion de leur entreprise. En d’autres termes, leur capacité de prémonition est corrélée avec leur succès professionnel. Ainsi, les expérimentateurs ont pu prévoir quels seraient les meilleurs bilans annuels d’entreprises en voyant les résultats de leurs PDG sur ce type de textes. Or, c’est quelque chose qui ne dépend ni de la raison, ni de la logique ; Vous ne pouvez pas « analyser » pour savoir ce qu’une suite de nombres choisis au hasard va être… Pour ces PDG, le mot politiquement correct pour « prémonition » est « intuition des affaires ». Dans d’autres expériences, les sujets utilisaient leurs prémonitions pour gagner des sommes d’argent en bourse ; l’une de ces expériences a fait la une du Wall Street Journal.

Alors qu’est-ce qui empêche les gens de devenir riches ? L’auteur répond : le facteur de limitation semble être l’avidité. Quand les sujets se concentraient pour gagner des sommes modestes, ça marchait. Quand ils devenaient trop gourmands, l’expérience échouait. Dans le cas des événements de Wall Street en automne 2008, des experts affirment que la principale cause de l’effondrement a été une avidité sans limite.

Sur le blog de Francesca  http://channelconscience.unblog.fr/

Extrait du journal L’Ethérien mensuel d’informations composé d’un éditorial, d’actualités internationales, de conférences d’IJP. Appel Guéry, d’articles écrits par les membres de l’Institut, de commentaires, de témoignages, d’informations et d’annonces

12345

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3