Archive pour la catégorie 'NATURE'

DE L’ARBRE A L’HOMME

 

 (1ère partie)

   images (1) L’arbre est le symbole de l’élévation, de la vie, de culte, du chemin ascensionnel, de la mort, de la régénération, et la liste n’est pas exhaustive. L’arbre contient une foule de significations cachées et son symbolisme est présent dans la quasi totalité des cultures et des religions.

    L’arbre communique avec trois mondes ou trois niveaux différents ; le monde souterrain où il développe ses racines dans l’obscurité de la terre, puis dans le monde aérien où son tronc et ses principales branches croissent, canalisant les forces célestes et terrestres et lui donnant sa forme première, et enfin vers le ciel là où les branches supérieures tendent vers la lumière solaire et où son feuillage, renouvelé chaque année, concrétise la loi cyclique naturelle. En cela, l’arbre est comme l’homme qui naît de la terre, grandit sur cette même terre et tend vers le Divin où son âme retournera après la mort.

    L’arbre est le symbole universel des rapports Terre-Ciel. Il est le symbole central,l’axe du m onde, le chemin ascensionnel par lequel cheminent ceux qui voyagent entre le visible et l’invisible. Il est un pont entre la matière et l’esprit.
C’est le pilier central, le totem des Sioux autour duquel ils effectuent la danse du soleil. C’est également l’échelle de Jacob qu’il faut gravir jusqu’aux cieux. L’arbre est le pilier central du Temple de pierre. C’est aussi la colonne vertébrale qui soutient le corps humain, Temple de l’âme.

    Dans toutes les civilisations, l’élévation de l’âme est symbolisée par un arbre, une échelle, une montagne, un temple, une obélisque, une tour (donjon), la linga, la stèle, le poteau chamanique, le clocher, la lance ou la colonne vertébrale.

Chez les indiens d’Amérique du nord, le symbolisme qui a perduré représente les différents mondes comme autant de cavernes superposées où les êtres passent de l’une à l’autre en montant le long d’un arbre central. Un symbolisme semblable se trouve réalisé par des rites dans lesquels l’ascension d’un arbre représente l’être suivant l’Axe du monde. De tels rites sont védiques ou chamaniques et incarnent tous les deux leur caractère primordial.

L’Arbre Inversé

« Ce figuier éternel, dont les racines vont en haut, les branches en bas, c’est le pur, c’est le brahman, c’est ce qu’on nomme la non-mort » (Katha Upanishad VI, 1).

A l’exemple de l’extrait du texte ésotérique hindou ci-dessus, l’arbre peut être envisagé à l’envers. Ses racines sont ancrées au ciel et représentent le Principe Divin qui fonde sa manifestation là où celle-ci a ses racines. Nous avons nos racines matérielles ou physiques sur la terre, mais nos racines spirituelles ou divines sont au
ciel.

Les racines divines, sont le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Par voie de conséquence, l’arbre inversé part de l’Esprit Divin pour descendre et éclairer la condition humaine. L’éternité étant présente en l’homme, le tronc de l’arbre entre ciel et terre est la conscience de l’homme, charnière indispensable entre les racines et les feuilles pour que se manifeste la Vie.

Les racines de l’arbre représentent le principe et les branches le déploiement de la manifestation. De plus l’arbre se reflète du ciel sur la terre. Platon dit que l’homme est comme une plante céleste, c’est-à-dire un arbre inversé dont les racines sont au ciel et les branches sur terre. Les racines primordiales de l’homme sont célestes, et son évolution est essentiellement terrestre. C’est à cette dernière que l’homme est voué pour avoir transgressé les ordres de Dieu, et c’est par cette dernière que l’homme effectuera son ascension de l’Arbre de Vie et retournera dans l’Eden Primordial.

Le Chêne

Arbre sacré dans de nombreuses traditions, le chêne est investi des privilèges de la Divinité Suprême du ciel. Il symbolise les idées de robustesse, de puissance, d’élévation, de longévité et de solidité. Ne dit-on pas « solide comme un chêne ». Le chêne est particulièrement synonyme de force morale autant que physique. Chez les celtes, comme chez les grecs et les yakoutes sibériens, il figure l’axe du monde.

Le chêne relie le ciel et la terre car c’est auprès d’un chêne qu’Abraham reçu les révélations de Yahvé. D’après Pline l’Ancien, le nom des druides est en relation étymologique avec le nom du chêne. Malgré tout le nom du chêne est différent dans toutes les langues celtiques et le gaulois. Le chêne symbolise la sagesse et la force, deux qualités sacerdotales attribuées aux druides. Saint Louis rendait la justice sous un chêne. Ses principaux attributs sont la puissance, la longévité, la robustesse.

Le Tilleul

Le tilleul, dont les fleurs parfumées ont des vertus adoucissantes, a toujours été considéré comme le symbole de l’amitié. Chez les grecs il a le même nom que la mère du centaure Chiron, dont les pouvoirs ont toujours été bénéfiques aux hommes.

Lorsque Ovide raconte l’histoire de Philémon et Baucis, qui avaient obtenu des dieux le privilège de mourir au même instant, il montre les deux arbres qui ombragent, après leur mort, le sanctuaire de Zeus dont ils avaient la garde.

Les deux arbres qu’il montre sont le chêne, l’arbre de Jupiter, et le tilleul, l’arbre de l’amitié et de la fidélité. Chez les Tchouvatches, le tilleul (arbre femelle) sert à faire des poteaux funéraires pour l’office des femmes mortes. Le chêne (arbre masculin) sert pour l’office des hommes morts.

Le Frêne

A l’époque d’Hésiode le frêne est un symbole de solidité puissante. Dans le mythe des races, il engendre la race de bronze. Le frêne dont on faisait les hampes de lance désigne aussi la lance elle-même. Dans les traditions nordiques il est symbole d’immortalité et de lien entre le ciel et la terre. Pour les germains, il est l’arbre du monde à l’ombre duquel se déploie l’univers. Sous ses branches les animaux trouvent abris et refuges car il puise sa force toujours vivifiante dans les entrailles de la terre. Il sert de refuge à ceux, qui ayant échappés aux divers désastres, repeupleront la terre. Il est le symbole de la pérennité de la vie, que rien ne peut détruire.

Le frêne est censé mettre en fuite les serpents, et que ces derniers, s’ils devaient choisir de passer par les branches d’un frêne ou par les flammes d’un feu, ils choisirent le feu. Pline et Dioscoride disent que la tisane de feuilles de frêne mélangée au vin est efficace contre le venin des serpents.

En Europe du nord, il est symbole de fécondité. C’est l’arbre de la femme par excellence. C’est à ses branches qu’elles suspendent des amulettes pour faire battre le cœur des hommes. Premier arbre de la création, il en est le second par l’utilité après l’olivier.

L’Olivier

L’Olivier est l’un des arbres les plus riches de significations ; il est synonyme de fécondité, de pureté, de paix, de victoire, de récompense et de force. Arbre consacré à Athéna, on dit que le premier olivier est né d’une querelle entre Athéna et Poséidon et qu’il était conservé comme un trésor derrière l’Erechteion.

On dit aussi que les oliviers sur l’acropole d’Athènes seraient ses rejetons. Ils poussaient en abondance dans la plaine d’Eleisis et ces arbres étaient protégés et ceux qui avaient le malheur de les blesser pouvaient encourir une condamnation de justice. A Rome il était consacré à Jupiter et à Minerve. Selon une légende chinoise, comme le frêne, il est censé neutraliser le venin des serpents. Au Japon il est symbole de réussite et de victoire.

Pour les peuples juif et chrétien, l’olivier est surtout symbole de paix. C’est un rameau d’olivier qu’une colombe porte à Noé à la fin du déluge. La croix, selon une légende était constituée de bois d’olivier et de cèdre, mais d’autres sources affirment qu’elle était en bois d’acacia.

Dans la tradition islamique l’olivier est l’axe du monde, symbole de l’homme universel, le prophète. L’olivier béni est associé à la lumière spirituelle comme l’huile d’olive alimentaire est utilisée pour les lampes d’éclairage. Dans certaines tribus cette huile est absorbée pour faciliter la procréation.

La Vigne

Arbre sacré du Moyen-Orient, la Vigne produit le Vin, la boisson des Dieux. Par adaptation, Israël regarde la Vigne et l’Olivier comme des arbres messianiques.
L’Arbre de Vie du Paradis Terrestre est très souvent assimilé à une Vigne, il est donc affecté d’un symbolisme très positif.

La Vigne est la propriété et l’assurance de la vie et de ce qui en fait le prix : un des biens les plus précieux de l’homme (1, Rois 21, 1). Une bonne épouse est pour son mari comme une vigne féconde (Psaumes, 128, 3). La sagesse est une vigne aux pampres charmants (Sir. 24, 17).

Le symbolisme de la vigne va se transposer sur Jésus-Christ comme celui qui produit le vin, le sang du rachat du monde. Lors de la Communion, le vin issu de la vigne est assimilé au sang du Christ et le pain fait du blé issu de la terre est son corps. Comme tous deux proviennent de la Terre Mère, de la Création, et la création de Dieu, le Vin et le Pain de la Communion sont d’Essence Divine. Jésus ne proclame-t-il pas être le vrai cep et que les hommes ne peuvent prétendre être la Vigne de Dieu s’ils ne demeurent pas en lui. Autrement ils ne sont que des sarments bons à jeter au feu.

Le symbolisme de la vigne s’étend à la totalité du peuple de Dieu, qui demande à son Fils de visiter sa vendange (Marc 12, 6). Le Christ deviendra comparable à une vigne, son sang sera le vin de la nouvelle alliance. Le Vin est l’image de la Connaissance. Noé qui débute le nouveau cycle plante la vigne. Clément d’Alexandrie dit : « Le Seigneur de qui nous devons manger le fruit, moyennant les soins d’une culture, qui se fait par le travail de la raison ». La vigne figure l’arbre de vie du jardin d’Eden.

Le Figuier

Comme l’Olivier et la Vigne, le Figuier symbolise l’abondance grâce à la production de ses fruits. Il possède également une face négative ; lorsqu’il est improductif ou desséché, il symbolise la Synagogue qui n’a pas reconnu le Christ Jésus. Dans le Nouveau Testament Jésus maudit le Figuier pour ce qu’il représente, l’intellectualité de la science. Représentant de la science religieuse, c’est-à-dire sa face positive, le Figuier possède un sens initiatique ; les ermites consomment volontiers ses fruits en quantité.

Dans l’ésotérisme Islamique le Figuier comme l’Olivier signifie les dualités des diverses natures. En Asie, c’est le Figuier Banian qui est le Figuier perpétuel des Upanishad et de la Bhagavad Gitâ ; c’est l’arbre du monde qui joint la terre au ciel. Il a le même rôle au sein du Bouddhisme. En Asie du sud-est le Banian, qui est peuplé de génies, est symbole de puissance et de vie.

Arbre sacré des traditions méditerranéennes, le Figuier est fréquemment associé aux rites de fécondation. Dans la pensée dravidienne il est dit qu’il doit son pouvoir fécondant à son Latex, et que le Latex est de même essence que Rasa, partie de l’énergie universelle contenue dans l’élément Eau , car il est le suc vital qui communique la vie à l’enfant dans le ventre de la future maman. La sacralisation du Figuier, comme d’autres arbres à Latex, se retrouve également en Crète, en Afrique Noire, où les figues sont assimilées symboliquement aux testicules pour leurs rôles fécondant. En Grèce, il est consacré à Dionysos.

Tantôt on lit que c’est de feuilles de Figuier qu’Adam et Eve cachèrent leur nudité dans le jardin d’Eden, tantôt c’est de feuilles de Vigne. Cette utilisation comme cache-sexe n’est pas dépourvue de signification symbolique. Selon la croyance romaine, Romulus et Rémus seraient nés sous un Figuier et on vénéra longtemps les divins jumeaux sous un Figuier détaché du premier par bouture. En Inde, la même croyance s’applique à Vishnou. Cela signifie que lorsque Adam et Eve recouvrent leurs nudités de feuilles, c’est pour affirmer qu’ils sont des « boutures » de l’Arbre de Vie.

Le Bouleau

Arbre sacré des peuples sibériens, il symbolise l’axe du monde, l’axis mundi. Comme pilier cosmique. Il reçoit sept ou neuf ou seize entailles décrivant l’escalier céleste. Dans l’initiation chamanique, il est au centre de la tente circulaire et monte au trou du sommet qui figure la porte du ciel ou du soleil, par laquelle on sort du cosmos dans l’axe de l’étoile polaire.

images (2)Le bouleau peut être masculin ou féminin, père et mère, mâle et femelle. Il joue un rôle protecteur et bienfaiteur. Pline pense que le bouleau est d’origine gauloise, mais dans le monde celtique il est probablement d’usage funéraire. Dans le texte gallois du « Combat des Arbrisseaux » un vers énigmatique dit ceci : « le sommet nous a couvert de feuilles ; il transforme et change notre dépérissement ».

Ce qui fait allusion à un usage de ses branchages pour couvrir les dépouilles mortelles. Il est l’artisan des transformations qui préparent le défunt à la vie future.

L’Acacia

Dans la pensée Judéo-Chrétienne, cet arbre est considéré comme un symbole solaire de renaissance et d’immortalité. L’Arche d’Alliance est faite de bois d’acacia. La couronne d’épines du Christ est tressée d’épines d’acacia, de ce bois dur, imputrescible, aux fleurs de lait et de sang, qui est symbole de renaissance et d’immortalité « il faut savoir mourir pour naître à l’immortalité ». René Guénon dit : « Les rayons de la couronne d’épines sont comme des rayons de soleil ». Le bois d’acacia symbolise l’initiation et la connaissance des choses secrètes ou cachées. Partout le bois d’acacia est lié aux valeurs religieuses, comme un support de la divinité, dans son aspect solaire et triomphant.

Le Pin

Le Pin, dans le mythe de Cybèle et d’Attis, est le symbole du Phallus ; Cybèle, folle d’amour pour son fils. Comme le désir du jeune garçon se portait vers une nymphe, sa mère  le rendit fou par jalousie. Le jeune Attis, au paroxysme du délire dont sa mère l’avait frappé, se châtre sous un Pin. Une fois l’an, on rendait un culte au Pin ; l’arbre était couvert de guirlandes, puis on y suspendait une image d’Attis et on l’abattait pour symboliser la castration. Au comble du désespoir, Cybèle arracha l’arbre et l’emmena dans sa grotte et pleura. C’est la mère chthonienne qui cache son fils dans son antre, dans son giron. Une version différente affirme qu’Attis fut transformé en Pin qui symbolise l’Amour du fils attaché à sa mère.

Après avoir passé succinctement en revue le symbolisme des arbres les plus connus sur le plan historique ou religieux nous allons approfondir leur symbolisme traditionnel.

Le Culte des Arbres

Une ancienne coutume raconte que lors de la naissance d’un enfant, toute la famille se rassemblait et le nouveau-né recevait le baiser de tous. Ensuite il était porté sur une colline voisine où le doyen de l’assemblée plantait un jeune arbre que nul ne devait jamais frapper de la hache. Comme cet arbre va croître en force et en vigueur comme l’enfant pour qui il est planté, il sera aussi l’abri des frêles oiseaux qui y trouveront asile sous ses rameaux. Plus grand il servira d’abri au cultivateur du champ voisin surpris par la pluie ou bien la chaleur harassante de l’été.

L’enfant devra croître en force et en vertu afin que quiconque trouve près de lui réconfort et appui et qu’il soit pour le genre humain une source de lumière qui ajoute au bonheur de ses frères.

D’aucuns ajoutent quand observant cet arbre grandir, on savait si l’enfant était en bonne santé ou bien s’il avait besoin du secours de ses proches.

Lorsque, après une vie bien remplie, son corps gisait inanimé, ses cendres étaient déposées au pied de l’arbre qui avait marqué sa naissance et les anciens de son entourage scrutaient tous les instants de sa vie afin de savoir s’il devait être honoré.

Chez un peuple familiarisé avec toutes les vertus, on n’honore pas les faibles et les tièdes en générosités en justice ou en bienfaisance de toutes sortes. Il est indispensable d’avoir en vertu la même supériorité sur ses semblables que le soleil en a sur les autres planètes.

En ce qui concerne le mariage, c’était sous un tel arbre que l’épouse, les yeux baissés, les joues toutes teintées du rose de la pudeur, qu’elle jurait à l’élu de son cœur une tendresse à toute épreuve ; sentiment que le futur époux promettait de rendre au centuple.

C’est également sous cet arbre que le chef de famille réglait les différents. L’arbre irradiant la mémoire d’un être fort et sage étouffait les ressentiments et les haines de celui qui venait en ce saint lieu. Il en repartait avec des sentiments purs et disposé à se sacrifier désormais à une vie de paix et d’harmonie.

C’est sous l’arbre ou la tombe d’un homme vertueux, dont le comportement était conforme à la plus pure morale, que le chef de famille instruisait ses enfants sur leurs droits et leurs devoirs réciproques, et sur les sentiments dont ils devaient se pénétrer pour Dieu. Nous constatons, à cet égard, que de nos jours les hommes sont plus enclin à obtenir une foule de droits plutôt que de perpétrer des devoirs envers leurs semblables.

téléchargement (1)Le Roi Nabuchodonosor

Autant l’arbre signifie la vie au fils des générations, autant il peut signifier la mort. Le Roi Nabuchodonosor était en proie à ses songes ; il demande à Daniel ce que signifie ce rêve :

« Je vis un arbre d’une grande taille, dit le Roi, qui est au centre de la terre. L’arbre grandit, devint puissant, sa hauteur atteignait le ciel, sa vue les confins de la terre. Son feuillage était beau, abondant son fruit ; en lui chacun trouvait sa nourriture…Mais voici un vigilant, un Saint du ciel descend et crie à pleine voix :
« abattez l’arbre, brisez ses branches, arrachez ses feuilles, jetez ses fruits » ».

« Ce songe, répondit Daniel, est pour tes ennemis, son interprétation pour tes rivaux. Cet arbre que tu as vu, grand et fort, atteignant le ciel… c’est toi, ô roi, qui es devenu grand et puissant… Mais tu seras chassé d’entre les hommes… ».

Dans les récits bibliques les arbres abattus sont les symboles des ennemis de Yahvé et de son peuple. Ils représentent les tyrans qui veulent escalader les cieux et qui sont interrompus dans leur ascension. C’est l’aspect négatif de la grandeur de l’arbre qui symbolise l’ambition démesurée des grands de la terre qui cherchent inexorablement à étendre leur pouvoir et leur empire au détriment de leurs semblables ; ils finissent foudroyés.

SOURCE  pour la partie 2 : http://chevalerietemplieretraditionnelle.fr/

 

 

 

 

Publié dans:NATURE |on 5 mai, 2014 |Pas de commentaires »

Les arbres celtiques

 

 

images (20)1- Le Frêne

Signification celtique du Frêne
Non seulement sa circonférence est énorme, sa hauteur est aussi imposante. Certains frênes sont connus pour être plus de 200 pieds de haut. Cette croissance incroyable doit cela à un système racinaire fantastique. La masse, la taille, et les racines profondément ancrées étaient toutes des métaphores pour les Celtes spirituellement de l’esprit (et nous aussi). Les frênes nous parlent de croissance, d’expansion, et la perspective ultérieure. Si nous pensons que symboliquement les anciens Celtes étaient enclins à le faire, nous pouvons comparer notre propre croissance de l’âme avec celle du frêne. Avec une plus grande réalisation (plus élevé), plus nous devons rester à la terre (bien ancrée). Ce concept s’inscrit en ligne droite avec le message mystique du frêne. En effet, certains druide indiquent le royaume entre ciel et terre sont maintenu par le frêne puissant. Même si elle est associée à l’élément de l’air, le frêne est également semblable à l’élément coupe-feu pour ses qualités de combustion étonnantes. Le bois du frêne brûle avec une chaleur intense, même quand il est vert. Cette surface d’idées de résurrection et de renouvellement pour les Celtes. Le frêne a été couramment utilisé pour des rituels de protection, car on croyait que les énergies utiles sont contenues dans son grand corps. Plus précisément, le frêne a été pensée pour être le tuteur des enfants, et a été souvent utilisé comme un agent de guérison pour les maladies de l’enfance.   Son association avec des enfants peut venir de mythes de la création au sein de la tradition celtique. Dans certains comptes le frêne a été considérée comme le berceau de la vie, de même il a été considéré comme un géant et un protecteur de la jeunesse.

2- L’Aubépine

Signification Celtique de l’Aubépine
La signification celtique de l’arbre aubépine traite de l’équilibre et de la dualité. L’aubépine est pleine de contradictions, dont aucun passés inaperçus par l’âme – esprit Celtes.   En mai, l’aubépine est dans sa gloire avec d’étonnamment belles fleurs. Celles-ci sont bien nichées parmi les grandes et mortelles épines de l’aubépine. Excellents herboristes et botanistes, les anciens Celtes ont compris la valeur médicinale de la qualité supérieure des feuilles et de fleurs d’aubépine. Cependant, il a été considéré comme un mauvais présage de mettre ses branches à l’intérieur de la maison.  Ceci est largement dû à l’odeur des branches coupées qui était sensiblement la même que la chair en décomposition (en effet, les composants chimiques sont les mêmes). Ici, nous voyons les aspects de la vie qui donne ainsi que des associations de la mort dans le même arbre symbolique.  En outre, l’aubépine est imprégnée de l’énergie masculine, mais il est historiquement un symbole de fertilité et associée à des aspects de la déesse des femmes (mère, jeune fille, vieille femme).  Les Celtes ont compris la puissance de l’équilibre. Ils savaient aussi que ce ne pouvait être attribué à des résultats spécifiques (comme parfois évident dans la danse des contradictions joué par l’aubépine) mais indiquait une source de la magie. En d’autres termes, ce qui ne peut être expliqué contient un pouvoir immense. L’aubépine doit être respectée dans toute sa diversité et sa dualité. Il est un symbole de l’union des contraires, et sert de message pour nous de mieux accepter le non conventionnel.

Lire : Les fleurs chinoises

 

 

Publié dans:NATURE |on 3 mai, 2014 |Pas de commentaires »

Les fleurs chinoises

téléchargement (6)

 

1. Symboles des fleurs chinoises

Il ne faut pas maltraiter les fleurs car celles-ci nous offre leurs nectar naturel et nous enivrent par leur doux parfum sans oublier qu’elles nous éblouissent par leur beauté, leur grâce d’épanouissement. Elles sont considérées comme un excellent symbole de l’amour, adoration, et de l’unité. Cela représente chaque début d’une vie. L’importance des fleurs en Feng Shui : elles sont consacrées pour apporter la bonne fortune et le succès. En outre, les bonnes plantes à fleurs manifestent le tChi, ou l’énergie positive. Par conséquent, leurs fleuraisons représentent une forte énergie.

2. Signification des fleurs chinoises communes

1) Chrysanthème
Fleur chinoise Chrysanthème:
C’est un excellent choix pour l’offrir à une personne comme un présent, le chrysanthème signifie une vie confortable. Les bouddhistes sont friands de l’utilisation de cette fleur en offrande sur alter. Elle représente la puissante énergie du Yang, cette fleur apporte à la maison la bonne chance.

2) Citron
Fleur chinoise Citron:
En Chine qui dit fleur de citron pense automatiquement à une main et à la position de ses doigts c’est à cause de la position de ses pétales qui sont relevées ; car celle-ci ressemble à la main de Bouddha. La Fleur chinoise du Citron est un emblème de prospérité, de plaisir et de chance.

3) Hortensia
Fleur chinoise Hortensia:
L’hortensia représente l’adoration, la reconnaissance et l’éclairement. C’est une fleur d’une telle beauté, qui peut nous envelopper et nous emporter vers un autre monde sans qu’on le sache .Il est dit que l’observateur peut facilement se perdre dans son abondance de belles pétales, et donc se perdre dans ses propres pensées – propitiation pensée supérieure et atteindre l’illumination. Grâce à sa polyvalence et à la beauté, l’hortensia fait un excellent cadeau de remerciement pour un héros méconnu dans nos vies.

4) Lotus
Fleur chinoise le Lotus:
Le Bouddhiste est partout dans le monde reconnaissent au Lotus comme signifiant le Saint-Siège du Bouddha. Pour les Chinois, il symbolise la pureté et la perfection, car elle se lève intacte et belle de la boue. Chaque partie de la plante, des racines aux pétales peut être utilisé à bon escient et à des propriétés médicinales.

5) Narcisse
Fleur chinoise Narcisse:
Ce symbole de la fleur chinoise est dit de donner l’épanouissement de nos talents cachés. Il est réputé pour augmenter le travail acharné dans les carrières, assurant ceux dont les carrières seront récompensées lors de l’incorporation de ce symbole de bon augure dans leur vie. En tant que tel, le Narcisse est un excellent cadeau pour ceux qui cherchent de l’avancement de carrière et de la chance.

6) Orchidée
Fleur chinoise Orchidée :
Emblématique de la fertilité, cette fleur encourage beaucoup de descendants. Aussi un symbole de perfection, d’abondance et de la croissance plus élevée, lorsque nous nous concentrons sur la beauté infinie de cette fleur nous sommes en mesure d’ouvrir le flux de la beauté et de la prospérité exotique dans nos vies.

7) Pivoine
Fleur chinoise de pivoine:
Considérée comme l’une des fleurs les plus exquises, la pivoine est un symbole de noblesse et de la valeur. La pivoine est devenu populaire dans les palais impérial pendant les dynasties Sui et Tang, et a obtenu le titre de « roi des fleurs.

Publié dans:NATURE |on 1 mai, 2014 |3 Commentaires »

Communiquer avec la nature

 

images (2)Développant sans cesse la communication virtuelle, nous nous sommes coupés de l’expérience sensorielle de la nature. Celle-ci a pourtant tellement à nous apprendre.
 

Instinctivement, l’être humain accorde à la nature une place privilégiée. On a retrouvé des jouets en forme d’animaux datant de l’Antiquité. Nos enfants grandissent l’imaginaire peuplé de héros animaliers : le pingouin d’Happy Feet en quête de destinée, Nemo le poisson-clown, Kung-Fu Panda, sans parler des indémodables Rox et Rouky, Bambi, Flipper et autres Willy, Lassie… Une nature virtuelle mais omniprésente. Quant à la nature réelle, nombre de parents ont pu constater combien leur progéniture semble s’épanouir au contact du monde végétal et animal. Il ne s’agit pas seulement de salutaires bols d’air. Il y a comme un échange à un niveau subtil, une atmosphère de retrouvailles entre deux amis trop longtemps séparés.

Et en effet, nous sommes pour beaucoup complètement séparés de la nature. Nous tentons de nous en rapprocher en fréquentant les rayons bio des supermarchés. Le week-end, nous rejoignons parfois un coin de campagne – « en voiture le plus souvent », souligne non sans ironie le biologiste Rupert Sheldrake. Pour lui, la séparation remonte à Descartes, pour qui l’esprit était l’apanage de l’homme, de Dieu et des anges, tandis que la nature, les animaux, le corps humain, étaient ravalés au rang de matière sans âme. Aujourd’hui, ce n’est plus notre nature divine qui justifie notre complexe de supériorité sur le reste du monde vivant, et notre utilisation abusive des ressources de la terre : c’est la science. Ou du moins une vision matérialiste qui nous parle d’un monde objectif que des chercheurs tout-puissants, surhommes au- dessus des passions humaines, observent au microscope et autopsient au scalpel. Et pourtant, voilà que la science elle-même est en train de démolir cette conception : nous ne saurions nous abstraire de ce que nous observons. Tant de témoignages et de découvertes nous incitent aujourd’hui à repenser notre rapport au vivant, à nous inclure de nouveau dans ce vaste règne. Nous avons beaucoup à partager avec les non-humains. « Le cerveau émotionnel des animaux est très proche du nôtre », nous apprend Temple Grandin. Cette autiste qui pense en images et non en langage a développé sa compréhension des animaux en se mettant physiquement et mentalement à leur place. Lorsqu’elle était adolescente, souffrant de terribles problèmes de communication, elle a été rejetée par les humains. Ce sont les chevaux, mais aussi les vaches, qui lui ont permis de dépasser ce handicap. Se rapprocher d’eux lui a permis de prendre contact avec sa nature humaine, puis avec les autres êtres humains. « Plus je connais les hommes, plus j’aime mon chien », disait Pierre Desproges. Pour Temple Grandin, ce fut le contraire. Toutefois, elle ne parle pas de communication, au contraire de Laila del Monte, communicatrice animale qui affirme qu’un véritable échange en images est possible entre l’être humain et l’animal. Fermiers et simples propriétaires peuvent souvent témoigner de phénomènes de télépathie entre eux et l’animal.

Le cas des plantes est encore plus troublant. Ces organismes silencieux dialoguent parfois selon des modalités mal connues. Entre eux et nous, il se produirait un échange énergétique d’une grande richesse, qui expliquerait le bien-être que nous ressentons lors de nos promenades en forêt. Selon le chercheur canadien Pier Rubesa, qui étudie ces échanges, « les recherches scientifiques pourraient nous permettre de reprendre conscience du lien qui nous unit à la nature ». Un lien largement exploré par les chamanes amazoniens, qui ont avec les plantes une relation de maître à élève et apprennent d’elles, au cours de voyages dans d’invisibles dimensions, le secret de préparations et de remèdes d’une grande complexité. En juillet dernier, une déclaration signée par plusieurs scientifiques a concédé au règne animal une part de conscience. Et si l’ensemble du monde vivant était conscient ? et si comme le suggère Sheldrake, tout organisme était modelé de l’extérieur par un champ morphogénétique invisible qui l’entourerait et contiendrait le plan de sa forme finale ? Et si les habitudes de comportement social étaient régulées par d’autres champs, auxquels tous les membres de l’espèce contribueraient par résonance ? Ces champs les relieraient les uns aux autres de manière instantanée, quelle que soit la distance. Dans le modèle de Sheldrake, des champs peuvent également se créer entre des espèces différentes, un chien et son maître, par exemple. Sans le savoir, nous serions pris dans un réseau, une multitude de fils invisibles, semblables à ces fins tissages de toiles d’araignées superposées les unes aux autres qu’on trouve dans les recoins humides. Quelle que soit la théorie qui a votre préférence, nous espérons que la lecture des articles qui suivent vous inspirera avant tout le besoin d’une balade au grand air. Car il n’y a au fond rien à penser. Des concepts erronés sur nous-mêmes et notre rapport au monde nous ont éloignés de la nature. Y retrouver notre juste place passe par la sensualité de l’expérience.

SOURCE : INREES
Publié dans:NATURE |on 21 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Retrouver sa fréquence lumineuse de guérison

téléchargementPrès de BUGARACH, Diane-Eya transmet l’énergie d’amour et de lumière par sa présence et par ses séminaires. Chaque être humain a sa propre Fréquence Lumineuse, la sienne est la fréquence Verte : c’est la fréquence de la Guérison et de la Science, du Chakra du Coeur.

 

  • 3 jours de jeûne purification et intégration des nouvelles énergies de ce début de cycle

- Transmission de Sagesse et pratiques de diverses traditions.
– Méditations pour la Nouvelle Terre.
– Sorties dans les lieux sacrés du Pays Cathare.
– Découverte des eaux chaudes et salées…

Lors des 3 jours de jeûne : Diane-Eya propose d’ascensionner de l”homo-érectus” à l”homoluminus” : celui dont la conscience s’illumine et fusionne avec la Lumière et l’Amour Cosmique.

  • Cérémonie de l’Eau dimanche 8 juin 2014 à Gruissan plage de Mateille près de Narbonne Participation ouverte à tous et gratuite.

Appel de notre Mère TERRE ! Agissons ensemble pour préserver notre héritage vital : L’EAU Cérémonie de dépollution vers 14h30. L’humanité a le droit et le devoir de contribuer à guérir la TERRE et l’EAU.
Maintenant nous savons qu’ensemble nous pouvons, en toute vérité, AGIR !
L’un des messages les plus importants des cristaux d’eau est que chacune de nos pensées, chaque mot et chaque acte constituent une information que nous émettons ou recevons. Notre conscience, par nos paroles, exerce en effet une influence sur l’EAU.
Cette influence est super puissante si nous faisons TOUS converger notre pensée vers le même but. C’est en cela que réside la force d’un souhait en commun.

  • Séminaires de Femmes

Adaptés de la tradition amérindienne dans laquelle les femmes se retrouvaient dans la loge de « lune », venez vous aussi partager et vous libérer de toutes vos entraves karmiques, ainsi que celles de vos lignées.

Offrez-vous la chance de créer votre « colonne de puissance », en utilisant divers objets symboliques et en vous connectant à l’énergie féminine sacrée par des pratiques ancestrales. Cette technique vous permettra de libérer votre énergie vitale de tous les blocages accumulés tout au long de vos années d’incarnation en nettoyant vos chakras l’un après l’autre de toutes les épreuves émotionnelles.

  • Prochaines dates des Séminaires :

21 et 22 juin 2014
12 et 13 juillet 2014
26 et 27 juillet 2014
9 et 10 août 2014
23 et 24 août 2014

Possibilité de retraites végétarisme – hébergement méditation sur le lieu

Contact : [1]DIANE-EYA
06 87 88 49 43 ou 06 73 57 77 60
ou 04 68 70 08 90
eyadiane@yahoo.fr
mmargueritedaste@live.fr

www.diane-eya.fr

Publié dans:NATURE |on 2 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Comment magnétiser l’eau

 

téléchargement (1)a) Dans une bouteille : le verre arrête le courant électrique mais pas le magnétisme. Vous magnétisez donc l’eau à travers la paroi de la bouteille en faisant des « passes longues » c’est-à-dire que vous portez le bout de vos doigts de chaque côté de la bouteille, près du goulot, et vous descendez jusqu’en bas, frôlant le verre de vos doigts et pensant, visualisant, le jet de fluide jaillissant de vos doigts, pénétrant et illuminant l’eau. Dix à quinze minutes suffisent pour un litre d’eau.

b) Dans un verre : vous pouvez procéder de la même façon, mais certains prennent le fond du verre dans la main gauche et magnétisent l’eau en envoyant le fluide par la main droite posée au-dessus de la surface de l’eau.

II est excellent de boire chaque soir, par exemple, un verre d’eau magnétisée. Parfois il est utile de joindre à votre fluide une force pensée.

On peut faire des quantités de magnétophores : carrés de papier magnétisés que votre protégé portera sur lui (sur le plexus solaire ou sur l’endroit malade), coton hydrophile, maillot de corps, slips, genouillères magnétisées, etc., etc. Un magnétiseur que je connais bien magnétise des carrés de ouate, tout simplement en les gardant quelques heures fixés sur son plexus solaire.

Ceci nous amène à un véritable « secret magique ». Tout fragment de vous-même, éloigné de vous, reste relié à vous fluidiquement, et en le magnétisant on vous magnétise. Aussi pouvez-vous influencer magnétiquement une personne qui se trouve à 10 000 kilomètres de vous en magnétisant une mèche de cheveux, un linge taché de son sang, un bout de buvard imprégné de sa salive, etc. etc.

Mais le plus beau c’est le travail sur photographie et… sur le « fantôme visualisé » de la personne visée.

A lire dans : Cours pratique de magnétisme expérimental de Marcel FOLENA

http://api.ning.com/files/S6leBpJ8ovC7*5jgeYmvIxrQA*w**bELoImwzwrqrt0mJR5vIA0BtVvu4cggty8*kQ0YOly0L89dDh0M6FV8zpG0*befHWnV/2_frenchmarcel_folena__cours_pratique_de_magntisme_exprimental__xxxx__39ppfrenchspirite.free.fr2.pdf

Publié dans:NATURE, POUVOIR |on 23 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Une question de taille : Le passé de la Terre lu dans… quelques gouttes d’eau

 

Des chercheurs ont retracé certaines évolutions de l’atmosphère grâce à un fossile de gouttes de pluie, vieux de 2,7 milliards d’années.

Il y a 2,7 milliards d’années, le soleil brillait environ 30 % moins qu’aujourd’hui, de sorte que la température à la surface de la Terre aurait dû se trouver au-dessous de 0 °C. Pourtant, les géologues ont la preuve qu’il existait déjà, à cette époque, de l’eau liquide sur notre planète, pas seulement de la glace. Pour expliquer cette étrangeté, les scientifiques ont émis deux hypothèses. Soit l’atmosphère de la Terre était à l’époque beaucoup plus dense. Soit sa concentration en gaz à effet de serre – tant redoutés aujourd’hui – était beaucoup plus élevée. Mais la vérité pouvait tout aussi bien se situer entre les deux… Comment savoir ?

Des chercheurs américains de l’Université de Washington, spécialisés en sciences de la Terre et en exobiologie, sont allés chercher la réponse dans des fossiles de… gouttes d’eau tombées du ciel durant cette période. Ils ont alors choisi de se pencher sur des roches volcaniques découvertes en Afrique du Sud sur lesquelles de tels impacts, vieux de 2,7 milliards d’années, avaient été décelés. L’idée était simple : plus une goutte de pluie avait rencontré une atmosphère dense, plus elle avait eu de peine à la traverser. Il fallait donc parvenir à déterminer à quelle vitesse ces gouttes avaient frappé le sol. Pour s’en faire une idée, les scientifiques se sont intéressés à la dimension des impacts, qui dépendent à la fois de la taille des gouttes, de leur vitesse de chute et… de la pression atmosphérique, liée à la densité de l’atmosphère.

nature10890-f1.2

Ils ont alors entrepris de projeter eux-mêmes des gouttes d’eau de tailles variées sur une roche volcanique équivalente, puis ils ont comparé leurs impacts aux fossiles sud-africains. Les plus grosses gouttes de pluie susceptibles de tomber sur la Terre mesurent tout au plus six millimètres et chutent, dans l’atmosphère actuelle, à une vitesse de 9 mètres par seconde. Si l’atmosphère de l’époque du fossile était beaucoup plus dense, ces grosses gouttes, tombés plus lentement, auraient dû laisser de plus petits impacts dans la roche… Schématiquement, les plus gros impacts présents sur le fossile devraient donc être plus petits que ceux de l’échantillon fabriqué par l’équipe de Sanjoy Som…

Résultats : d’après les calculs des chercheurs qui viennent d’être publiés dans la revue Nature, la pression atmosphérique à l’époque du fossile ne peut pas avoir été plus de deux fois supérieure à celle d’aujourd’hui. Il est même plus probable que celle-ci ait été à peu près équivalente, voire inférieure. Ainsi, la présence d’eau liquide sur la Terre, il y a 2,7 milliards d’années, aurait été rendue possible non par une atmosphère plus dense, mais bien grâce à une forte concentration en gaz à effet de serre, qui n’ont pas toujours été un fléau. Cette donnée sera très utile dans la recherche d’autres planètes propices au développement de la vie…

 

Le Point.fr -

 

Publié dans:NATURE, TERRE |on 17 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

Votre programme anti-fatigue 100 % naturel

 

 abeilles-2243555-jpg_1948504

Pour soutenir une fatigue passagère, la nature a inventé bien mieux que les excitants comme le café. Kola, acérola ou encore ginseng vous boostent.

Travail, examens, transports, restauration rapide ou tout simplement manque de sommeil : nos rythmes de vie mettent notre corps à rude épreuve. Et quand le froid et la bise arrivent, nous nous trouvons fort dépourvus en énergie ! Rien de plus normal. Physiologiquement, nous ne devrions travailler qu’à la lumière du jour et l’hiver devrait être une période de repos, contrairement à l’été. Un rythme qu’adoptaient d’ailleurs nos ancêtres. Durant l’hiver, en plus de la baisse de luminosité, les contrastes de température entre nos intérieurs chauffés et le froid extérieur fatiguent notre organisme. 

Pour retrouver de la vitalité, on peut déjà commencer par marcher tous les jours au moins 30 minutes, avant le petit déjeuner ou encore à l’heure du déjeuner. Limiter le café et le thé vous permettra par ailleurs de mieux régulariser votre énergie en évitant les à-coups qu’ils provoquent. Débutez plutôt la journée par une tisane de thym ou de sarriette, à laquelle vous pouvez ajouter de la menthe. Ces plantes toniques ont un goût agréable et cumulent les avantages d’être revigorantes, digestives et antiseptiques. Autre alternative tonique du matin : le lait et les flocons d’avoine en porridge. Ils assureront rapidement, après quelques jours, un vrai regain d’énergie. Idéal pour les enfants comme pour les grands avec comme seule contre-indication les hyperthyroïdies et les intolérances vraies au gluten.

Regain d’énergie avec les produits de la ruche

Pour compenser une fatigue passagère, le Dr Jean-Christophe Charrié, médecin généraliste et enseignant en phytothérapie clinique, conseille d’alterner des cures de gelée royale, de pollens, de kola et d’acérola. La gelée royale, sécrétée par les abeilles nourricières, est l’aliment exclusif des reines. Ce superaliment riche en vitamines, minéraux et oligo-éléments est utilisé depuis longtemps pour lutter contre la fatigue, le stress, les infections hivernales et comme tonifiant général pour les convalescents. On dit que les anciens empereurs de Chine y puisaient le secret de leur longévité et leur vigueur. C’est le régénérant idéal après une chirurgie ou un accident, ou tout simplement pour se redynamiser face au froid, optimiser son immunité ou renforcer l’énergie des adolescents et des étudiants. Le Dr Charrié le recommande en cure de trois semaines, une fois par trimestre. En revanche, il le déconseille formellement aux personnes souffrant ou ayant souffert d’un cancer, car la gelée royale, selon lui, favoriserait la multiplication cellulaire. La plupart des gelées sont fabriquées en Chine et la qualité n’est malheureusement pas toujours au rendez-vous. Méfiez-vous donc des produits vendus sur Internet et préférez ceux conseillés par votre pharmacien ou votre magasin de diététique. Une bonne gelée royale doit être conservée au frais après la récolte, surtout pas congelée ni transformée.

Les abeilles ont plus d’un tour dans leurs alvéoles et le pollen sera un autre allié précieux de l’hiver, tant pour gommer la fatigue que pour soutenir l’immunité. Là encore, approvisionnez-vous de préférence en pharmacie et faites des cures de dix à quinze jours à raison d’une à trois cuillers à café le matin. Il est conseillé aux personnes allergiques, mais peut, en revanche, soutenir les personnes confrontées au cancer.

Le plein de vitamine C

La vitamine C sous la forme de comprimés d’acérola (Malpighia punicifolia) est un autre grand classique anti-fatigue très efficace. Contrairement à la vitamine C synthétisée, cette forme naturelle, issue d’une petite cerise des Antilles, s’assimile totalement et décuple l’énergie. On trouve l’acérola sous la forme de comprimés dosés à 500 mg en pharmacie ou en magasin bio, et il est généralement conseillé d’en prendre une dose le matin et éventuellement une deuxième à 10 heures si on éprouve des difficultés à démarrer la journée. À partir de 13 ans, toute la famille peut y recourir durant tout l’hiver, car nous sommes généralement tous carencés en vitamine C. De même, chaque matin, on peut commencer la journée avec une ou deux cuillers à soupe de jus d’argousier. Ce petit arbuste qui donne des baies orange est une autre belle source de vitamine C et d’oligo-éléments multiples.

Noix de kola

Plutôt qu’un café, les noix de kola pourront vous aider à réveiller votre énergie. Elles sont utilisées depuis des millénaires en Afrique pour leurs vertus tonifiantes et aphrodisiaques. Leur efficacité comme stimulant physique et mental est aujourd’hui effectivement reconnue. En revanche, les effets sur la libido restent à démontrer ! Comme le café, les noix de kola contiennent de la caféine, mais elle est combinée à des polyphénols et se libère donc plus lentement que celle du café. Au final, l’effet est moins tonique mais dure plus longtemps, ce qui permet de mieux gérer son énergie sur la durée. « Pour suivre une cure de kola, explique le Dr Charrié, demandez à votre pharmacien une préparation de gélules d’extrait sec de Kola à raison de 50 mg pour une gélule. Selon votre fatigue, vous pouvez prendre une ou deux gélules de kola chaque matin durant tout l’hiver. » Si vous souffrez d’ulcères gastriques ou duodénaux, si vous êtes nerveux ou sous traitement médical, les noix de kola ne sont pas pour vous, ou alors il faut en parler à votre médecin, car elles peuvent renforcer l’effet de certains médicaments. De même, il est inutile et dangereux de se composer un supercocktail avec de multiples boosters : vitamine C ou kola, il faut choisir ou alterner !

Cannelle, gingembre, ginseng et avoine

Le citron et la cannelle seront parfaits pour les coups de fatigue durant les épisodes de rhume, et vous pouvez tout simplement profiter de leurs bienfaits sous la forme de tisanes bien chaudes. Le gingembre râpé en infusion avec un peu de miel est également un tonifiant idéal pour tout le monde, sauf pour les personnes ayant un terrain cancéreux d’après le Dr Charrié. Tout comme l’éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus) et le ginseng (Ginseng panax), qui sont de puissants toniques à l’action très rapide, mais avec les mêmes contre-indications que le gingembre. Le ginseng est la plus énergisante des plantes : utilisée depuis des millénaires, elle est parfaite et rapide comme stimulant intellectuel et physique, lors des phases de convalescence ou en cas d’épuisement important.

La fatigue au cas par cas

Pour une action plus précise, identifiez votre fatigue et n’hésitez pas à consulter, surtout si cela persiste. Si vous êtes surmené, que vous avez tendance à prendre du poids dans le haut du corps ou que vous vous sentez près du burn-out, la rhodiola, qui est une plante adaptogène, sera votre alliée pour remonter la pente (sous la forme de gélules en cure de dix à quinze jours). Si vous êtes sujet au coup de barre postprandial (après le repas du midi), pensez tout d’abord à bien mastiquer votre repas et à limiter les graisses cuites pour épargner au pancréas un surplus de travail. Vous pouvez aussi améliorer votre digestion en adoptant la chicorée le matin, voire le midi, et prendre aussi une tisane d’aigremoine après le déjeuner.

Consultez notre dossier : Les plantes qui font du bien

Publié dans:ENERGIES, GUERISON, NATURE, PLANTES |on 14 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

Action des Esprits sur les phénomènes de la nature.

 

 Action des Esprits sur les phénomènes de la nature. dans ESPRITS images-12Les grands phénomènes de la nature, ceux que l’on considère comme une perturbation des éléments, sont-ils dus à des causes fortuites, ou bien ont-ils tous un but providentiel ?
 » Tout a une raison d’être, et rien n’arrive sans la permission de Dieu. « 

- Ces phénomènes ont-ils toujours l’homme pour objet ?
 » Quelquefois, ils ont une raison d’être directe pour l’homme, mais souvent aussi ils n’ont pas d’autre objet que le rétablissement de l’équilibre et de l’harmonie des forces physiques de la nature. « 

- Nous concevons parfaitement que la volonté de Dieu soit la cause première, en cela comme en toutes choses, mais comme nous savons que les Esprits ont une action sur la matière, et qu’ils sont les agents de la volonté de Dieu, nous demandons si certains d’entre eux n’exerceraient pas une influence sur les éléments pour les agiter, les calmer ou les diriger.
 » Mais c’est évident ; cela ne peut être autrement ; Dieu ne se livre pas à une action directe sur la matière ; il a ses agents dévoués à tous les degrés de l’échelle des mondes. « 

La mythologie des Anciens est entièrement fondée sur les idées spirites, avec cette différence qu’ils regardaient les Esprits comme des divinités ; or, ils nous représentent ces dieux ou ces Esprits avec des attributions spéciales ; ainsi, les uns étaient chargés des vents, d’autres de la foudre, d’autres de présider à la végétation, etc. ; cette croyance est-elle dénuée de fondement ?
 » Elle est si peu dénuée de fondement, qu’elle est encore bien au-dessous de la vérité. « 

- Par la même raison, il pourrait donc y avoir des Esprits habitant l’intérieur de la terre et présidant aux phénomènes géologiques ?
 » Ces Esprits n’habitent pas positivement la terre, mais ils président et dirigent selon leurs attributions. Un jour, vous aurez l’explication de tous ces phénomènes et vous les comprendrez mieux. « 

Les Esprits qui président aux phénomènes de la nature forment-ils une catégorie spéciale dans le monde spirite ? Sont-ce des êtres à part ou des Esprits qui ont été incarnés comme nous ?
 » Qui le seront ou qui l’ont été. « 

- Ces Esprits appartiennent-ils aux ordres supérieurs ou inférieurs de la hiérarchie spirite ?
 » C’est selon que leur rôle est plus ou moins matériel ou intelligent ; les uns commandent, les autres exécutent ; ceux qui exécutent les choses matérielles sont toujours d’un ordre inférieur, chez les Esprits, comme chez les hommes. « 

Dans la production de certains phénomènes, des orages par exemple, est-ce un seul Esprit qui agit, ou se réunissent-ils en masse ?
 » En masses innombrables. « 

Les Esprits qui exercent une action sur les phénomènes de la nature agissent-ils avec connaissance de cause, en vertu de leur libre arbitre, ou par une impulsion instinctive ou irréfléchie ?
 » Les uns oui, les autres non. Je prends une comparaison ; figure-toi ces myriades d’animaux qui, peu à peu, font sortir de la mer des îles et des archipels ; crois-tu qu’il n’y ait pas là un but providentiel, et que cette transformation de la surface du globe ne soit pas nécessaire à l’harmonie générale ? Ce ne sont pourtant que des animaux du dernier degré qui accomplissent ces choses tout en pourvoyant à leurs besoins et sans se douter qu’ils sont les instruments de Dieu. Eh bien ! de même, les Esprits les plus arriérés sont utiles à l’ensemble ; tandis qu’ils s’essayent à la vie, et avant d’avoir la pleine conscience de leurs actes et leur libre arbitre, ils agissent sur certains phénomènes dont ils sont les agents à leur insu ; ils exécutent d’abord ; plus tard, quand leur intelligence sera plus développée, ils commanderont et dirigeront les choses du monde matériel ; plus tard encore, ils pourront diriger les choses du monde moral. C’est ainsi que tout sert, tout s’enchaîne dans la nature, depuis l’atome primitif jusqu’à l’archange, qui lui-même a commencé par l’atome ; admirable loi d’harmonie dont votre esprit borné ne peut encore saisir l’ensemble. « 

Issu du livre d’Allan Kardec : Le livre des Esprits – Livre II

Publié dans:ESPRITS, NATURE |on 20 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

TOUCHER LA SOURCE DE TOUTE EXISTENCE


Image de prévisualisation YouTube

Un nouveau genre de cinéma expérientiel permet maintenant aux spectateurs de faire l’expérience du Divin. L’ancien débat à propos de ce qui existe au-delà de la vie sur Terre est révolu selon Caroline Cory, productrice/directrice et fondatrice de Omnium Entertainment.

Son nouveau film intitulé « Je suis l’univers, je suis l’Amour » est un film d’animation 3D entièrement réalisé en images CG et qui traite des plans multidimensionnels de l’univers et de la Conscience. Le spectateur est transporté à travers les images visuelles éblouissantes et les sons fabuleux du cosmos, dans un voyage qui le ramène de la Source universelle jusqu’à la Terre. Ce voyage a pour but d’éveiller le souvenir de notre incarnation humaine et de notre connexion perpétuelle avec l’univers et avec la Source universelle. Ce film est unique dans le genre du cinéma contemplatif ou « expérientiel » du fait qu’il permet au spectateur d’être entièrement immergé dans les images et les sons, dépassant ainsi l’esprit analytique ou linéaire. Ce processus déclenche de multiples expériences qui vont de l’amour inconditionnel, de la guérison approfondie, et de l’éveil spirituel, jusqu’à l’état d’union absolue avec l’univers et le Divin.

Selon Caroline, la mission derrière ce nouveau genre est de créer un style de divertissement immersif qui provoque une réponse innée et naturelle, celle d’être spirituellement plus éveillé et connecté. « Avec ce film, raconte Caroline, mon intention est que les spectateurs aient du plaisir avec ce nouveau genre de cinéma afin que nous puissions, à travers le divertissement, encourager l’émergence d’une société qui soit plus altruiste, aimante et spirituellement évoluée. »

Lorsque j’ai visionné le film pour la première fois, j’ai eu l’impression vivide de me souvenir de quelque chose d’essentiel à mon être. J’ai été profondément touchée et émue par l’émergence du souvenir de la création de mon être par la Source universelle. C’est une expérience magnifique, inexplicable en paroles et surtout inoubliable. Ce genre de film expérientiel est conçu pour être visionné de multiples fois et chaque fois, il engendre des expériences différentes. Ce film entraine d’une façon naturelle un alignement parfait de tout notre être avec la fréquence de la Source universelle, il aide à rendre réelle et vivante notre connexion avec tous les êtres vivants et l’univers entier.

Pour voir la bande-annonce ou louer le film avec sous-titres français, cliquez ici : http://jesuislunivers.filmbinder.com/

Pour plus de détails sur la Méthode OMnium développée par Caroline Cory, visitez www.omniumuniverse.comVoir la section française sous l’onglet « Other Languages »

Pour d’autres informations en français sur les changements actuels et la nouvelle réalité, visitez:http://www.omnium-daretobeyou.blogspot.fr/p/articles-en-francais.html et aussi http://www.omnium-daretobeyou.blogspot.fr/p/osez-etre-vraiment-vous.html

 

Publié dans:ELEMENTS, ENERGIES, NATURE, VIDEOS à voir |on 27 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

Communication avec la nature


 Communication avec la nature dans NATURE images-81

Chères âmes, accueillez notre amour,

S’il vous sied, ouvrez vos yeux et projetez votre regard tout autour de vous; unissez-vous par le regard à la nature. Ouvrez votre coeur et offrez-lui votre présence amoureuse. Émanez votre vibration, sans attente, sans condition et sans crainte vers toutes les formes de vie de la nature et de ses dévas. Offrez- leur votre beauté. Votre offrande inconditionnelle favorisera en vous la conscience et la sensation de sa présence et de l’abondante nourriture qu’elle vous offre. A cette étape de l’évolution de l’humanité, alors qu’une nouvelle conscience éveille les êtres humains à leur nature pour une transformation de ce monde, il est essentiel qu’ils reconnaissent la vie sur la terre sous ses différentes formes avec lesquelles ils cohabitent. Les transformations dans l’atmosphère terrestre, provoquées tant par les mouvements de la terre que par les rayons cosmiques qui la rencontrent, tant par les choix de vie des êtres humains font en sorte que la nature se transforme. Ces mouvements, ces expressions sont de plus en plus intenses.   L’équilibre apparent connu durant les derniers centenaires et peut-être millénaires, se rompt.

Bien sûr, chères âmes, un regard éclairé sur la terre, dans une perspective de millions d’années, vous permet de constater que les mouvements et transformations de la terre furent déjà par le passé fort intenses et de grande amplitude. L’histoire de la terre vous présente des périodes de transformations majeures durant lesquelles les formes de vie terrestres furent totalement changées. La période actuelle de transformation de la nature n’a pas et n’aura pas l’amplitude de certaines périodes du passé, toutefois l’être humain devra s’adapter aux transformations qui prennent place actuellement et qui s’intensifieront. L’une de ces transformations par exemple est la diminution durant une période importante de l’ensoleillement sur la terre. Une autre de ces transformations sera l’envahissement de certaines terres par les eaux et l’assèchement de d’autres parcelles. Des mouvements telluriques modifieront aussi les terres qui sont habitées par les hommes comme les terres qui sont actuellement désertiques. La vie humaine pourra continuer son évolution durant cette période de transformation.   Toutefois, les êtres humains ont maintenant à éveiller toutes leurs facultés de communication parallèlement à leur ouverture de conscience afin de communier avec les différentes formes de vie de la nature. La communication et la communion permettront aux hommes de mieux comprendre la nature, de la respecter et d’accueillir ses connaissances et sa sagesse afin de mieux équilibrer et harmoniser leur vie sur la terre.

C’est ainsi, chères âmes, que nous vous proposons d’offrir votre présence et votre gratitude à la nature et de parler à ses éléments. Parlez aux oiseaux, parlez aux plantes, aux arbres, parlez aux pierres, parlez à la pluie, parlez au vent, parlez aux rayons de soleil, parlez à la terre et sachez au-delà de vos demandes écoutez leurs invitations. Dans l’intention de respecter la vie et les rythmes de chacun, dans l’intention de vous harmoniser, pour votre cohabitation amoureuse, entendez ce que la nature vous propose. Vous réaliserez les grands enseignements qu’elle vous offre. Au-delà de l’expression de toute les nourritures que la Nature vous présente, elle vous transmettra comment vous pouvez bénéficier de sa présence pour vivre avec plus d’aisance sur la terre. Vous pourrez, avec elle, choisir les voies pour que chacun de ses éléments puissent se déployer sans que les hommes n’y fassent entraves et d’autre part,   comment, de part et d’autre, une saine adaptation peut être le résultat d’un respect mutuel. La nature est vivante. La nature est consciente. Ses grands mouvements actuels collaborent à ce que les êtres humains soient secoués pour s’éveiller.

Qu’à chaque jour, tout votre être s’ouvre à communiquer avec une forme ou l’autre de la nature. Et lorsqu’une transformation, qu’un mouvement important se manifeste, intériorisez-vous, élevez votre rythme vibratoire, entrez dans un état d’expansion, communiez avec la nature et entendez le sens réel du mouvement, son origine, ce qu’il favorise, et la façon de vous harmoniser par la suite, entre les hommes et avec la nature. La nature provoquera beaucoup les hommes durant la prochaine période afin qu’ils retrouvent une envie profonde de s’unir et de collaborer à la vie sur terre.

Chères âmes, plus vous serez conscients que la nature est un partenaire de vie, plus vous communierez pour que la vie sur cette terre soit l’expression d’un paradis.

Accueillez notre amour.  

Maître Saint-Germain 
par Pierre Lessard

Publié dans:NATURE, TERRE |on 2 août, 2013 |Pas de commentaires »

Ouverture d’un BLOG sur le DIVIN avec Omraam

Ouverture d'un BLOG sur le DIVIN avec Omraam dans NATURE banniere

Au travers de plus de 4500 conférences, il explore la nature humaine dans son environnement, à l’échelle individuelle, familiale, sociale, planétaire. Celui que nous appelons Maître, dans l’acception orientale du terme se référant à la maîtrise personnelle et au talent pédagogique, nous dit : « ce que je souhaite par cet enseignement, c’est vous donner des notions sur la vie, sur vous-même, comment vous êtes construits, quelles relations vous avez avec l’univers tout entier et quels échanges vous devez faire après entre vous et l’univers qui est la Vie ».

Aider l’être humain à retrouver sa dimension spirituelle (qu’il appelle sa nature supérieure ou divine), à se perfectionner, se renforcer et s’épanouir au cœur du monde où il se trouve, voilà son objectif prioritaire. Omraam Mikhaël Aïvanhov précise : « Je me suis surtout efforcé d’éclairer un sujet : les deux natures de l’être humain, sa nature supérieure et sa nature inférieure, parce que c’est la clé qui permet de résoudre tous les problèmes. 

Mais le travail intérieur, individuel, s’inscrit dans une perspective plus large et universelle : il permet d’acquérir la conscience que nous sommes citoyens du cosmos, membres de la grande famille humaine, la fraternité universelle, fils et filles d’un même créateur. Au-delà encore, l’enseignement du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov nous invite à participer à la réalisation d’un nouvel âge d’or sur la terre.

Par son rayonnement et son enseignement, le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov a ouvert à d’innombrables personnes le chemin de l’épanouissement intérieur.

Pour suivre les enseignements de Omraam Mikhaël Aïvanhov :

fleche-a-droite1 dans POUVOIRVoici le lien : http://herosdelaterre.blogspot.fr/ 

 

omraam.mikhael.aivanhov-106x150 dans SOCIETE

Publié dans:NATURE, Non classé, POUVOIR, SOCIETE |on 1 août, 2013 |Pas de commentaires »

Hommage à la Mère

Hommage à la Mère dans MARIE-MADELEINE images-26

Chères Âmes, accueillez notre Amour.

En tout Être humain et en toute forme de vie, existe la Femme Sacrée. Celle-ci se manifeste à vous et à la vie qui l’entoure sous plusieurs aspects merveilleux : celui de la créatrice, celui de la guérisseuse, celui de la diffusion de l’Amour sans réserve, dans toute sa lumière. Et parmi ces multiples aspects, expressions d’Isis, de Myriam-Marie-Magdeleine, il y celui a la Mère. Rendons hommage à la Mère.

La Mère, Femme Sacrée est celle qui accueille la vie. Son accueil est celui de l’univers manifesté en un Être humain qu’elle porte dans ses entrailles, qu’elle porte dans son cœur, par amour, sans jamais l’y emprisonner. La Mère est aussi celle qui reconnaît dans la nature universelle de chaque Être sa dimension individuelle, soit son essence; l’essence reconnue permettra à l’Être de la déployer et d’en ressentir la pure joie de l’existence et l’union aux autres Êtres humains par sa collaboration à l’œuvre commune. Elle reconnaît l’enfant et sa beauté, ses dons, ses qualités. Elle anime en lui son mouvement créateur. Et c’est ainsi que son accueil, sa reconnaissance, son animation permettent l’éveil d’un Être universel incarné pour qu’il se déploie dans toute sa beauté. Elle collabore au miracle de l’univers. Ainsi, elle est sacrée.

Nous vous proposons d’éveiller en vous la Mère, Femme Sacrée : chaque jour, pendant les prochains jours, reconnaissez un aspect de vous, soit de votre essence, de même qu’un aspect merveilleux d’un Être qui croise votre chemin. Ressentez en vous la lumière de ce que vous reconnaissez en vous et en l’autre et inscrivez-le dans un petit livre sacré que vous porterez sur vous.

En reconnaissant ainsi un aspect très concret de votre beauté, soit d’une véritable qualité  et celle d’un autre Être la Mère en vous s’éveillera et vous en sentirez l’Amour inconditionnel.

Accueillez notre Amour

Maître Saint-Germain
Par Pierre Lessard

Publié dans:MARIE-MADELEINE, NATURE, PENSEE, PRIERE |on 16 juillet, 2013 |Pas de commentaires »

L’accélération du temps

 

Par Gilles Sinquin

VENEZ ME REJOINDRE SUR LE FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Avez-vous remarqué que le temps s’accélère au fur et à mesure que nous approchons de 2012 ? Les Mayas avaient réussi à percer le mystère de l’accélération du temps. Leur calendrier représente un système sans faille, comportant neuf cycles d’évolution, les inframondes, dont le premier commence il y a 16,4 milliards d’années par la création du monde et le dernier se termine en 2012 par l’intemporalité.

L’accélération du temps dans ASCENSION ruines-204x300Nous approchons de la fin du monde en 3ème dimension pour entrer dans la 5ème : l’intemporalité, ce qui déclenchera l’ascension planétaire (l’illumination), nous vivrons alors l’âge d’or. Certaines grandes prédictions l’attestent comme chez les Indiens Hopis d’Arizona, dans l’apocalypse de St Jean, les discours eschatologiques de Jésus ou le livre de Daniel. Mais le plus important sont les découvertes de certains scientifiques qui prouvent et démontrent que ce passage pourrait bien avoir lieu vers 2012. 

La fréquence de résonance de la Terre. 
Notre Terre est en train d’effectuer une ascension de sa fréquence de Résonance, c’est-à-dire de sa fréquence vibratoire essentielle. Les scientifiques de la Terre, les physiciens et les géophysiciens la connaissent sous le nom de Résonance de Schumann. 

La Résonance de Schumann est considérée par les géophysiciens comme « le battement de cœur de la Terre. » A partir de 1987 cette fréquence vibratoire s’est lentement accélérée, et depuis 1997, s’accélère de plus en plus. Alors que pendant des milliers d’années cette résonance était de 7,8 hertz (7,8 cycles par seconde), elle a atteint aujourd’hui une valeur record de 12,9 hertz. 
Cette élévation de la fréquence vibratoire de la Terre s’exprime également au niveau temporel. Autrement dit, plus la vibration s’élève, plus le temps s’accélère ! Le temps s’accélère et va s’accélérer de plus en plus sans que nous nous en rendions compte. 
De nos jours, une journée de 24 heures correspond à 16 heures de temps réel. 
Tout va de plus en plus vite : qui n’a pas ressenti que les journées sont de plus en plus courtes et que nous avons de moins en moins de temps dans la journée ? Pendant la transition, l’accélération du temps nous permet de vivre un futur immédiat. 

Nous alternons entre la 3ème, la 4ème et la 5ème dimension. La 3ème dimension nous replonge dans nos anciens schémas, le passé. C’est notre mental qui empêche toutes possibilités de résonance avec l’énergie lumière. Avec la 4ème dimension, c’est l’accélération du temps qui ouvre un passage dans notre conscience (la zone de l’espace neutre, le Soi lumineux). Nous avons alors accès à l’intemporalité, la 5ème dimension. 

Imaginez que vous êtes dans le Soi lumineux l’instant présent, le silence, vous êtes dans l’instant sans temps, la 5ème dimension…………. 

En transition 3ème/4ème dimension les chakras sont modifiés. 
En 3ème dimension, les 7 chakras majeurs ont une fréquence de rotation égale. Les êtres qui actuellement ressentent l’appel de la quatrième dimension ont leurs chakras qui tournent à une vitesse de rotation différente du fait de l’accélération du temps. Les 4 chakras majeurs le 4ème (cardiaque), le 5ème (laryngé), le 6ème (3ème œil) et le 7ème (couronne) ont une rotation pulsée accélérée. Ils tournent beaucoup plus rapidement qu’en 3ème dimension. Quand les quatre chakras supérieurs sont en rotation accélérée les trois autres chakras : 3ème (plexus solaire), 2ème (sacré) et 1er (racine) deviennent des chakras mineurs. 

Ressentez-vous actuellement de nouvelles manifestations sensorielles comme des fatigues inexplicables, des sueurs nocturnes abondantes, des pertes de mémoires, des douleurs qui se manifestent dans le dos, la nuque, les épaules etc. ? Par l’accélération du temps, votre corps physique et votre ADN sont en mutation. Vos cellules cherchent à s’harmoniser avec les fréquences plus subtiles de l’énergie lumière qui spiritualise actuellement la planète. 

Pourquoi faut-il se préparer pour 2012 ? 
Lorsque nous atteindrons la 5ème dimension (aux environs de 2012), le passage sera très difficile à vivre pour tous ceux qui, non informés, n’auront pas commencé leur transformation intérieure. L’être humain va se retrouver confronté à une descente colossale d’énergie lumière venant du cosmos, qui se placera dans toute la création. L’homme vivra un moment obscur, ressentant toutes ses mémoires émotionnelles ressurgir ensemble, comme une force destructrice dans sa conscience, car aucune force magnétique ne pourra les retenir. Ce sera le grand lâcher-prise, l’abréaction. Ce défoulement sera vécu comme une délivrance par tous ceux qui auront suffisamment et rapidement évolué. Ils feront l’expérience de l’ascension planétaire, s’engageant à l’avenir dans la loi du UN (l’unité). Les autres le vivront comme une crise infernale s’ils ne veulent pas lâcher prise. 

Ma mission est d’aider le maximum de personnes à transiter vers la 4ème dimension. 
Par mon canal, j’accélère le temps et deviens la lumière. Je peux ainsi recevoir les Êtres de lumière qui sont en 5ème dimension, ceux-ci ne pouvant descendre en 3ème dimension car la fréquence est trop lourde. Lorsque j’entre en contact avec une personne qui veut accélérer son ascension personnelle, il se passe un phénomène d’osmose. 
La fréquence plus basse de la personne va s’aligner à la fréquence plus haute de l’être de lumière et à la mienne. L’intensité de la lumière est régulée par l’Être de lumière S’opère alors un changement vibratoire par l’ouverture du centre du cœur qui irradie la lumière sur tous les autres centres. Ceux-ci vibrent alors en fréquence supérieure 4ème dimension.

Découvrez pendant les journées d’ascension personnelle comment utiliser cette fréquence supérieure. 

Actuellement, grâce à l’accélération du temps la lumière ne demande qu’à nous aider et nous pouvons l’utiliser par la connexion transmutation lumière. Quand nous projetons en conscience cette accélération d’énergie lumière, nous pouvons dissoudre les énergies cristallisées d’une mémoire, d’un conditionnement, apaiser nos propres souffrances physiques et morales ainsi que celles des autres, transformer nos scénarios répétitifs ou transmuter une situation par le pouvoir de l’intention (la pensée dirigée). Nous devenons ainsi notre propre maître, vivons en conscience notre ascension personnelle et nous sommes en harmonie avec l’accélération du temps 

Gilles Sinquin est Auteur du livre « l’Elévation Personnelle » aux Ed Lanore. 
– Site : www.sepreparerpour2012.com 
2ème livre : Se préparer pour 2012 à paraître en librairies en Septembre 2009 mais disponible dès Juin sur le site internet. 

Publié dans:ASCENSION, NATURE, TEMPS, TERRE |on 31 mai, 2013 |Pas de commentaires »

Nature et intention

Quand les plantes ressentent nos intentions

Les plantes ont-elles une forme de perception ? D’après l’expérience de Cleve Backster , il semblerait que ce soit bien le cas, et que les plantes soient réceptives à ce qui se passe dans leur environnement. Extrait du livre « La Science de l’intention » de Lynne McTaggart.

Nature et intention dans NATURE 46

Cleve Backster fut parmi les premiers à suggérer que les plantes sont affectées par l’intention humaine, une idée considérée comme si absurde qu’elle fut ridiculisée pendant quarante ans. Backster doit sa notoriété à une série d’expériences censées démontrer que les organismes vivants perçoivent les pensées des gens et y réagissent. (…)

Un matin de février, après avoir travaillé toute la nuit, Backster prit une pause-café et s’apprêta à arroser le dracéna et les autres plantes dans son bureau. Alors qu’il remplissait son arrosoir, il se demanda s’il serait possible de mesure le temps qu’il faut à l’eau pour se rendre des racines jusqu’aux feuilles, particulièrement dans le cas du dracéna, une plante possédant une très longue tige. Il se dit qu’il pourrait tester cela en reliant le dracéna à l’un de ses polygraphes. Une fois que l’eau aurait atteint le point situé entre les électrodes, l’humidité contaminerait le circuit et s’afficherait sous forme d’une baisse de résistance. (…)

Backster intercala une des longues feuilles arrondies du dracéna entre les deux électrodes d’un détecteur de mensonges et l’encercla avec un élastique. Après avoir arrosé la feuille, il s’attendait à voir un mouvement de hausse dans le tracé s’imprimant sur le papier déroulant du polygraphe, ce qui correspondrait à une baisse dans la résistance électrique de la feuille à mesure que son taux d’humidité augmentait. Mais alors qu’il versait l’eau, exactement le contraire se produisit. Le tracé commença à se diriger vers le bas et afficha ensuite une déviation de courte durée, semblable à ce qui survient lorsqu’une personne éprouve brièvement une peur d’être détectée. 

A ce moment-là, Backster crut être témoin d’une réaction typique de celle d’un humain, bien qu’il apprit plus tard que l’isolant cireux présent entre les cellules des plantes provoque une décharge électrique semblable à une réaction humaine de stress captée par un polygraphe. Il décida que si la feuille faisait effectivement preuve d’une réaction émotionnelle, il allait devoir trouver un important stimulus émotionnel pour intensifier sa réaction. (…)

Pour susciter l’équivalent d’une alarme dans une plante, Backster savait qu’il lui fallait menacer d’une façon ou d’une autre son bien-être. Il essaya d’y parvenir en plongeant une des feuilles dans une tasse de café, mais cela ne causa aucune réaction intéressante dans le tracé obtenu, sinon la continuation du mouvement vers le bas. S’il s ‘était agi là du tracé généré par un être humain, Backster en aurait conclu que la personne testée était fatiguée ou bien qu’elle s’ennuyait. A l’évidence, il lui fallait brandir une menace immédiate et authentique ; il pensa donc à trouver une allumette et brûler la feuille équipée d’électrodes. 

A l’instant même où il eut cette pensée, le crayon traceur bondit soudain vers le haut du papier déroulant du polygraphe et faillit jaillir à l’extérieur. Backster n’avait pourtant pas brûlé la feuille ; il avait seulement pensé à le faire. Selon son polygraphe, la feuille avait perçu la pensée comme une menace directe et avait manifesté une inquiétude extrême. Il courut alors jusqu’au bureau de sa secrétaire situé dans une autre pièce afin d’y prendre des allumettes. Lorsqu’il revint, la feuille enregistrait toujours des signes manifestes d’angoisse sur le polygraphe. Il frotta donc une allumette et l’agita sous la feuille de la plante. Le crayon poursuivi sa course erratique. Backster ramena ensuite les allumettes sur le bureau de sa secrétaire. Le tracé se calma et redevint droit petit à petit. 

Backster ne savait pas quoi penser de tout cela. Il s’intéressait depuis longtemps à l’hypnose et aux idées relatives au pouvoir de la pensée et à la nature de la conscience. Il avait même tenté un certain nombre d’expériences à l’aide de l’hypnose au cours de son travail au Service de contre-espionnage de l’armée et avec la CIA, dans le cadre d’une campagne conçue pour déceler si les services d’espionnage russes avaient eu recours à des techniques d’hypnose.

Cependant, ce qu’il venait d’observer était proprement extraordinaire. Cette plante, semblait-il, avait lu ses pensées. Il ne se considérait pas comme quelqu’un qui aime particulièrement les plantes. Cela n’avait pu advenir que si la plante possédait une sorte de faculté de perception extrasensorielle sophistiquée. Elle devait être d’une manière ou d’une autre réceptive à ce qui se passait dans son environnement, et capable de percevoir bien davantage que de simples informations sur l’eau ou sur la lumière. (…)

extrait de La Science de l’intention, Lynne McTaggart
aux Editions Ariane (Mars 2008 ; 416 pages) 

Publié dans:NATURE, PLANTES |on 25 avril, 2013 |Pas de commentaires »

Conscience et nature

 

Conscience et nature dans NATURE 1Dirigé par son mental de plus en plus performant, l’homme a développé au cours de son évolution la capacité à communiquer par la parole. Petit à petit, il a perdu la faculté d’utiliser son moyen de communication d’origine grâce auquel il avait la capacité de communiquer non seulement avec ses semblables, mais aussi avec les autres êtres vivant sur terre, les animaux et les plantes.

Ce moyen de transmission des messages n’a pas besoin d’un mental développé, au contraire, le mental est plutôt un frein à la communication sensitive. Le fait que  l’homme ne communique plus aujourd’hui que par la parole et la communication non verbale (signes, expression du visage, etc.) ne signifie pas pour autant que les animaux ne communiquent pas (ou plus) par cette voie naturelle d’échange.

Le fait aussi que l’homme communique maintenant par la parole, ne signifie pas qu’il n’est plus capable de communiquer avec la nature comme auparavant. Nous avons toujours accès à la communication par le canal de l’intuition. Avec un peu d’entraînement, la communication avec les animaux les arbres et le reste de la nature redevient rapidement une habitude fascinante. De plus en plus de personnes retrouvent la faculté de parler avec la nature. 

Quelques témoignages de communication avec la nature : 

Vous découvrirez ici des témoignages de cette possibilité de communication avec la nature. Si vous-mêmes avez vécu l’expérience d’un contact avec la nature, Nature et Conscience vous invite à envoyer votre témoignage pour qu’il soit publié sur notre site.

La Buse, prédateur d’amour

Le jardin aux limaces

L’arbre et moi

Témoignages de tous

Publié dans:NATURE |on 25 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

Esprits de la nature

Comment attirer les Esprits de la Nature et collaborer avec eux

 Beaucoup de gens manifestent leur souhait de ressentir, de « voir » et de communiquer avec les Esprits de la Nature. Certes, il n’y a pas une méthode éprouvée qui permette d’y aboutir. Cependant, notre comportement, notre attitude vis-à-vis de la Nature et, d’une façon plus large, notre manière d’appréhender l’ensemble du monde vivant, sont de nature à nous rapprocher ou, au contraire, à nous éloigner des Intelligences qui ont en charge la Nature. C’est pourquoi, je vais dresser une petite liste, non exhaustive, bien sûr, de ce qui peut favoriser la venue, l’approche et le contact avec les Elémentaux.

Esprits de la nature dans ESPRITS fee-240x300-La 1ère des choses, c’est d’aimer la Nature et de s’y promener souvent, particulièrement en forêt, le long des ruisseaux d’eau claire et pure, en bordure des lacs, des torrents et des bords de mer, dans les montagnes, dans les prés, etc. En faisant cela, ressentir les parfums de la Nature, écouter et apprécier tous les sons mélodieux et enchanteurs de toute la vie qui l’anime (le chant des oiseaux, le bruissement d’un animal qui s’éloigne, le murmure d’un ruisseau,…), regarder, avec émerveillement, la beauté des arbres et des plantes, admirer le prodigieux agencement des végétaux et des rochers, s’immerger dans l’ambiance de paix et d’harmonie des lieux naturels jusqu’à se sentir faire partie intégrante d’eux-mêmes, jusqu’à se sentir vibrer à leur unisson,…

-S’intéresser, par des actes concrets, à la vie de la Nature : cultiver un jardin, planter des arbres, apporter du soin et de l’attention aux végétaux, nourrir les oiseaux l’hiver,…

-Croire en l’existence des Esprits de la Nature car ainsi ils se sentiront acceptés et seront plus à même de se manifester à vous. Et le fait de reconnaître leur présence participe à l’élévation de leur propre énergie et aussi…de la vôtre.

-Etre naturel , « brut  de décoffrage », joyeux et enthousiaste , avec une « âme d’enfant » ; votre sensibilité et votre perception subtiles s’en trouveront affûtées et les Esprits de la Nature seront attirés par vous.

-Parler aux Elémentaires, même si on ne les « entend  » pas ; eux vous entendront.

-Aider les Esprits de la Nature dans leurs tâches : lorsque vous voyez un végétal malade, envoyez-lui de l’énergie par votre désir de le soulager, visualisez une coque de pure lumière pour le soigner, aimez-le ; appelez un Esprit (une fée, un Deva,…) pour unir vos efforts dans le soin.

-Sensibiliser les autres à la Nature, dans toutes ses composantes, y compris les plus intimes et les plus magiques.

-Prendre régulièrement le temps de converser avec un ou plusieurs Esprits de la Nature ; pour cela, installez-vous dans un coin tranquille de nature, relaxez-vous, fermez les yeux et demandez si un Esprit de la Nature veut bien venir parler avec vous ; attendez de sentir sa présence, remerciez-le d’avoir répondu à votre requête et engagez le dialogue ; après chaque question, laissez venir en vous la réponse et mettez votre mental de côté. Une relation commencera à s’établir et s’approfondira d’autant plus que vous renouvèlerez le rendez-vous. Manifestez votre désir de collaborer.

Ces quelques conseils, qui vous paraîtrons sans doute évidents, sont pourtant essentiels pour qui veut vraiment s’intéresser aux Intelligences de la Nature. C’est pourquoi il ne faut pas les sous-estimer. Ce n’est pas la curiosité qui doit vous guider mais bien un appel intérieur profond.

Voir le site de référence… 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:ESPRITS, NATURE |on 9 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

Les êtres de la nature

 

Les Islandais croient, en majorité, en l’existence des Intelligences invisibles de la Nature ce qui, en Europe, les distingue singulièrement des autres peuples et, ce qui est encore plus remarquable, c’est qu’ils prennent en compte, de manière tangible, la présence de ces Etres dans la construction de leurs infrastructures (routes, voies ferrées, etc.) et de leurs habitations.

Ainsi, par exemple, les routes sont tracées en contournant des endroits habités par des Esprits de la Nature : une colline où un elfe a élu domicile entraîne un changement de tracé afin de la préserver ; un rocher qui « abrite » une fée amène à détourner une route, jusqu’à la rendre localement sinueuse et étroite, pour éviter de le détruire ou de l’endommager. Même sur des voies importantes et stratégiques, de telles dispositions sont adoptées.

De même, en Islande, on ne construit pas sa maison dans des  lieux connus pour être des zones où séjournent des Esprits de la Nature, même sur une parcelle située en agglomération et même s’il s’agit d’un terrain qui jouxte plusieurs bâtiments. Une autorisation de construire, régulièrement délivrée par les autorités administratives, peut même être retirée si une information survient indiquant que des Intelligences de la Nature sont établies sur la parcelle prévue.

Ceci pourra faire sourire certains…

Les êtres de la nature dans NATURE laterrevivante-300x268D’autres qui reconnaissent l’existence de ces Etres pourront s’étonner de telles précautions car les Esprits de la Nature peuvent, sans problème, quitter un lieu pour en habiter un autre. De plus, ils ne disposent pas, comme nous,  du libre- arbitre et n’agissent pas dans leur intérêt personnel. Leur rôle est totalement voué à la préservation, au développement et à l’épanouissement de la Nature. Dans ce cadre, ils ont mission de veiller à ce que l’ordre naturel  ne soit pas bouleversé et d’assurer un équilibre favorable à la Vie. Ce sont eux qui ont travaillé à une harmonisation de l’espace : la présence et l’emplacement de rochers, de bosquets, de forêts, de déclivités, de collines, de plateaux,…ne sont pas le fruit du hasard ; il n’est pas du tout anodin de modifier un lieu ! L’homme intervient souvent de manière anarchique, égoïste, sans se soucier des vies minérales, végétales et invisibles, sans comprendre qu’il détruit un équilibre qui a demandé des millénaires pour être atteint…

Comment se fait-il que les Esprits de la Nature se manifestent aux Islandais et pas ailleurs ? Personnellement, je pense qu’ils  préviennent les hommes où qu’ils soient. Le problème est de les entendre pour prendre en compte leurs avertissements. Sans doute, les Islandais sont-ils plus ouverts à leur présence en raison, non seulement de leurs traditions, mais aussi à cause des conditions climatiques et locales particulièrement difficiles qu’ils ont à surmonter et qui nécessitent qu’ils soient très vigilants par rapport à la nature (rudesse du climat, changements brutaux des manifestations naturelles, volcans en activité, geysers, tremblements de terre, etc.).

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans:NATURE |on 30 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Esprits de la Nature

Les principaux Esprits de la Nature

Avant-propos : L’énumération et les indications qui suivent ont été empruntées, pour une partie, à Jean-Pierre MARTINEZ (http://www.esprit-de-la-nature.fr/) ; je me suis contenté de  compléter sa liste et de modifier certains renseignements (assez peu d’ailleurs puisque la plupart de mes investigations ont confirmé ses données), en fonction de ma propre expérience et de mes mesures personnelles.

Les descriptifs indiqués ci-après, notamment les dimensions, ne sont pas à prendre de manière absolue ; d’une part, les EN se présentent à nous selon l’imagerie que nous en avons (résultant essentiellement de la tradition, des contes et des légendes) et, d’autre part, leur taille est assez variable. Par exemple, pour les lutins, je vous précise qu’ils sont hauts de 20 à 40 cm mais, en réalité, il en existe qui sont bien plus petits. Tous ces renseignements sont donc relatifs et ne sont pas à prendre au pied de la lettre. L’objectif est de donner une idée et de disposer d’un état comparatif entre les différents Esprits de la Nature.

Par ailleurs, il convient de mentionner le fait que la liste suivante est très loin d’être exhaustive ; il ne s’agit que des principaux EN. Il en existe un très grand nombre d’autres dont certains, d’ailleurs, nous sont inconnus.

Esprits de la Nature dans NATURE asie-170x300Enfin, selon les pays et selon les régions, un même Esprit de la Nature ne porte pas forcément le même nom.

-Les Esprits de l’eau :

  • La vouivre : serpentiforme, longue de 4 à 8 mètres, ayant un diamètre de 30 à 40 cm, fait augmenter le biochamp de300 à 450%. Apprécie la compagnie des hommes qu’elle aime adombrer.
  • L’ondin et l’ondine : mesure de 40 à 50 cm, a un diamètre de 20 à 30 cm, fait augmenter le biochamp de 350 à 500%. Vient facilement lorsqu’on l’y invite.
  • Le triton : a un corps rond, d’un diamètre de 30 à 60 cm, fait augmenter le biochamp de 250 à 400%.
  • La sirelle : elle ressemble à une petite nymphe aux bras palmés, fait augmenter le biochamp de 1 000%.
  • La nymphe : comme la sirène, elle a un corps de femme et une queue de poisson, longue de 1,50 m, fait augmenter le biochamp de 1 200 à 1 500%.
  • La sirène : un peu plus grande que l’homme, fait augmenter le biochamp de 1 500 à 2 000%. Se trouve en bord de mer.
  • La fée de l’eau : a une taille variable, est multi-émanation, fait augmenter le biochamp de 2 000 à 7 000%.
  • Le Déva de l’eau : idem fée de l’eau.

-Les Esprits de l’air :

  • Le ryel : a l’apparence d’un oiseau, haut de 1 m et large de 60 cm, fait augmenter le biochamp de 400%.
  • Le sylphe : haut  de 3,50 m à 4,00 m,  large de 1,20 à 2,00 m, fait augmenter le biochamp de 1 500%.

La sylphide : haute der 2,50 m, large de 0,80 à 1,00 m, fait augmenter le biochamp de 1 000%.

Ils aiment s’installer sur les points hauts, sur les nuages et sur les oiseaux. Apprécient le contact avec les hommes.

  • L’elfe : sensiblement de la taille de l’homme, fait augmenter le biochamp de 500 à 1 500%. Apprécie particulièrement les buis et les sapins. Aime accompagner les artistes et les créateurs.
  • La vestale : haute de 3 m, fait augmenter le biochamp de 1 000 à 1 200%.
  • La licorne : a l’apparence et la taille d’un poulain, fait augmenter le biochamp de 2 500 à 3 000%.
  • La fée de l’air : d’une taille variable, fait varier le biochamp de 2 000 à 10 000%.
  • Le Déva de l’air : idem fée de l’air.

-Les Esprits de la Terre :

  • Le torn : haut de 10 cm, fait augmenter le biochamp de 200%, vit dans les pierres.
  • Le lutin : haut de 20 à 40 cm et large de 20 cm, fait augmenter le biochamp de 250%, aime fréquenter les jardins.
  • Le gnome : haut de 50 à 90 cm et large de 50 cm, fait augmenter le biochamp de 300 à 350%, se plait dans les cavités du sol (taupinières).
  • Le farfadet : haut de 60 cm, fait augmenter le biochamp de 400%.
  • Le nain : haut de 1,00 à 1,50 m, fait augmenter le biochamp de 400 à 500%.
  • Le rhome : haut de 25 à 50 cm, fait augmenter le biochamp de 250 à 400%.
  • Le troll : haut de 3 m, fait augmenter le biochamp de 600%,  peu bavard.
  • Le faune : haut de 3 m, de forme humaine mais ayant des sabots, 2 cornes et une queue, fait augmenter le biochamp de 1 200%,  vit dans las arbres, c’est son esprit masculin.
  • La petite fée de la terre : haute de 1,20m, fait augmenter le biochamp de 400%.
  • La fée de la terre : d’une taille variable, fait augmenter le biochamp de 2 000 à 10 000%.
  • Le Déva de la terre ; idem fée de la terre.

-Les Esprits du feu :

  • La salamandre : d’une taille de 20 à 60 cm et d’un diamètre de 20 cm, fait augmenter le biochamp de 300 à 1 000%.
  •  Le feu-follet : a l’apparence d’une flamme, fait augmenter le biochamp de 1 200%.
  • La fée du feu : d’une taille variable, fait augmenter le biochamp de 30 000 à 40 000%.
  • Le Déva du feu : idem fée du feu.

-Autres esprits que l’on rencontre dans la Nature :

  • Le dragon : notre compagnon d’enfance (jusqu’à 14 mois), fait augmenter le biochamp de 500 à 5 000%, a une grande queue, aime les courants telluriques.  
  • Le géant : d’une taille de 20 à 30 m, fait augmenter le biochamp de 15 000%.
  • L’orbe : boule sphérique de lumière, d’un diamètre de 25 à 60 cm de diamètre, fait augmenter le biochamp de 400 à 2500% ; l’orbe est polarisé : certains orbes peuvent être photographiés.

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:NATURE |on 24 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Légende du géant et de la petite fée

Il était une fois (Eh oui, c’est une légende !), vivait, dans les Vosges du Nord, un géant qui habitait  une grande grotte ; cette grotte était en fait un coquillage gigantesque que la mer avait déposé là il y a des millions d’années, du temps où la montagne était immergée.

Personne  ne demeurait dans le voisinage du géant qui se sentait souvent très seul, et cela lui pesait malgré la magnificence du lieu. De plus, en raison de sa taille imposante, les animaux de la forêt fuyaient à son approche. Il ne parlait donc à personne et ne pouvait rien partager de ses idées, ses espoirs et de son ressenti. Au fil du temps, il devenait de plus en plus pessimiste et malheureux.

Une nuit, il fit un beau rêve : une petite fée, aux cheveux de blé et au corps lumineux, habitant un rocher de la forêt,  lui apparut ; cette fée était si belle, si resplendissante, si rayonnante qu’à son réveil elle exerçait encore sur lui une attirance indicible.

Légende du géant et de la petite fée dans NATURE fee040Il se mit en tête de la chercher jusqu’à ce qu’il la trouve et de lui offrir le bien le plus précieux qu’il détenait ; le présent qu’il voulait lui donner était une perle de nacre très volumineuse, provenant de sa roche-coquillage, qui, par ses propriétés particulières, éclairait sa demeure le soir. Il pensait ainsi, avec celui-ci, montrer à cette fée si magnétique l’amitié qu’il lui portait.

Il prit donc sa perle et partit à sa recherche. Il parcourut la forêt dans tous les sens, examina chaque roche mais rentra chez lui sans l’avoir trouvée. Il recommença le lendemain, puis le surlendemain, en vain. Le désespoir commençait à s’installer en lui, au point qu’il envisageait même d’abandonner sa quête. Mais, la nuit suivante, la petite fée lui apparut à nouveau en rêve et s’adressa à lui en ces termes : « J’habite près de chez toi mais je suis si petite par rapport à toi que tu passes à côté de moi sans me voir, viens je t’attends. ».

Le lendemain matin, il reprit donc ses recherches, dans un rayon proche de sa grotte, en apportant une extrême attention. Très vite, il la découvrit à proximité d’une roche particulière, constituée d’arcades, qui allait, de fleur en fleur, s’abreuver de la rosée du matin. Il la regarda émerveillé et fasciné mais, tout-à-coup, il prit conscience de sa lourdeur et de sa maladresse et il se sentit déconfit et incapable de l’aborder. Il allait rebrousser chemin lorsque la petite fée se mit à lui parler : « S’il te plaît, ne t’en vas pas, je souhaite, moi aussi que nous devenions amis. Tu sais, je suis très sensible à ta gentillesse et, comme tu es très fort, ta présence me rassurerait et me protègerait. Moi, je t’apprendrai tout ce qui est dans ma  nature et en mon pouvoir. Qu’en dis-tu ? ». Le géant s’approcha d’elle, timidement, et ils s’assirent côte à côte. Puis ils se mirent  à parler et le soir arriva qu’ils parlaient encore…Une profonde amitié était née.

Ils se rencontrèrent chaque jour, partageant leurs expériences et leurs sentiments et, chaque jour, ils se sentaient de plus en plus proches.

Un jour, ils se sentirent comme n’étant qu’un seul être ; alors, ils disparurent du plan terrestre et une nouvelle étoile scintillante apparut dans le ciel…

 Les lieux évoqués dans cette légende existent réellement : la grotte est la grotte Saint-Léon, qui se situe dans la commune de WALSCHEID, en Moselle ; c’est la plus vaste grotte des Vosges (profonde de 32  mètres et large de 24  mètres) ; quant à la roche dont il est question ici, elle est à quelques kilomètres de la grotte, sur le territoire de la commune de SAINT-QUIRIN, en Moselle ; elle s’appelle la roche des fées…

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:NATURE |on 18 décembre, 2012 |Pas de commentaires »
12345

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3