Archive pour la catégorie 'MULTIDIMENSIONNALITE'

LA VIE CIRCULE EN PLUSIEURS DIMENSIONS

 

85735120_oToute la Vie circule sur une forme géométrique plus ou moins complexe à plusieurs dimensions. Quand nous vous envoyons une forme géométrique, que nous appelons aussi ‘fleur de Vie’, bien souvent vous la percevez comme une image plate mais, en réalité, elle comprend aussi la hauteur, la profondeur, la largeur, et cela votre champ de vision ne l’a pas encore compris ni assimilé jusqu’à maintenant. 

De manière à vous permettre d’entrer un peu plus au coeur de votre géométrie, nous avons décidé de travailler sur votre vision et de rectifier certains canaux de votre corps, d’aligner des canaux subtils afin que vous retrouviez au moins une partie – la base – de vos pouvoirs et compreniez un peu plus les lois dimensionnelles. 

Les dimensions correspondent à un état profond de conscience d’un élément, d’un secteur, d’un sentiment. Imaginez un sentiment comme une cellule, ou un cercle, et dessinez des portions, chacune représentant une dimension de ce sentiment. Eh bien, vous naviguez à l’intérieur de celui-ci, portion par portion, dimension après dimension. Le sentiment est le moteur, le vecteur de toutes les réalisations de ce Cercle atomique de Vie. Il n’y a pas de petit ou de grand sentiment, il n’y a que des sentiments. Il y a, pour vous, des sentiments positifs et négatifs ; pour nous, il y a le sentiment. À l’intérieur, vous le teintez de votre dualité en cours, mais par lui-même celui-ci est neutre. C’est votre approche du concept de la Vie qui teinte le sentiment de négatif, ou de positif. C’est votre regard sur la Vie, sur les Lois Divines, qui est le vecteur de la dualité. La pensée est engendrée à la suite ; elle est la chimie du regard et du sentiment ou, du moins, du regard dans le sentiment. Ce Cercle atomique de Vie repose sur l’Amour ; l’Amour étant la clé de toutes les portes, de tous les réservoirs. 

L’Amour est neutre, l’Amour Est. Il ne ‘ sait ’ pas qu’il peut y avoir un amour négatif ou un amour positif. Pour lui, il est AMOUR, il EST, il ne sait même pas qu’il est Amour. 

Le regard que chacun possède et qui est toujours en mutation a ce pouvoir de déterminer ce que va devenir cet Amour. Va-t-il construire, détruire, ou guérir ? Va-t-il devenir possessif, agressif ? Seul, le regard va établir ce choix. Quand le regard pénètre l’Amour, une chimie se met en mouvement et engendre des pensées. La pensée est donc l’enfant du regard au sein de l’amour. Mais cette pensée est au service de votre regard. N’étant pas la victime d’un despote, elle peut devenir libre et autonome, influençant son ‘père/mère ’ le regard, libérant ainsi l’amour de toute forme de dualité. Votre premier Cercle atomique de Vie est appelé à se libérer de ce regard duel sur l’Amour. Il faut que cela commence à un endroit quelconque dans ce grand Univers qu’est notre Cercle atomique de Vie. Et nous, Créateurs, avons dû un jour choisir un point stratégique et regarder le potentiel à venir pour ce Cercle atomique de Vie. Aussi, avons-nous étudié et nous sommes-nous réunis afin de confronter nos propres sentiments, nos déductions. À notre niveau, nous avons dû aussi accepter une part d’égoïsme, car nous espérions  être choisis. C’est étrange de notre part, n’est-ce pas, et pourtant c’est le cas. 

Naturellement, cet aspect est d’une nature autre que ce que vous connaissez, mais ces frictions existent ; nous n’en sommes pas dupes, nous en jouons parfois. Et une fois le choix final décrété, nous avons quand même eu la sagesse (et heureusement, si les maîtres de sagesse n’étaient pas sages, quel serait l’avenir de ce Cercle atomique de Vie ?) suprême de choisir le meilleur endroit, le point stratégique parmi tous, puis nous avons retenu la science comme arbitre. Alors, en nous appuyant sur nos sciences, nous avons reconnu l’endroit où, un jour, une émission d’énergie d’un tel potentiel de réalisation pourrait vraiment descendre dans le but d’éclairer chacun d’entre nous. Nous avons constaté qu’il n’y avait qu’un secteur approprié, un seul, et tous les scientifiques des sept Super-Univers sont venus dire : ‘Nous sommes unanimes, si nous voulons servir l’ensemble, il n’y a que cet endroit et pas un autre.’ Ainsi, la sagesse nous a guidés, éclairés, et nous avons retenu ce secteur comme point stratégique. Partant, nous avons demandé d’être guidés et de recevoir ce savoir suprême de reconnaissance du point stratégique afin de préparer un plan qui, le moment venu, actionnerait toutes les forces qui descendraient pour le bien de tous. 

Le Grand Constructeur veillait et nous a priés de former un groupe pour cet événement puis de retenir les êtres de lumière les plus volontaires, de les soumettre à des épreuves de résistance afin de renforcer leur volonté, et de les faire voyager dans les mondes finis pour qu’ils parviennent en temps et en heure à ce rendez-vous. Nous connaissions le lieu, mais pas l’heure. Pourtant nous avons oeuvré ; nous nous sommes mis à l’écoute et avons dirigé toute notre science au service de cet instant que nous ne connaissions pas. Il se trouve que ce point stratégique se situe dans votre système solaire. Que les êtres de lumière de ce groupe formé pour cet instant magique sont tous en place dans ce système. Pas un seul n’a failli, chacun ayant réussi à parvenir à l’endroit assigné. Tout est en place. Vraiment ! Nous savons parfaitement qu’il ne reste qu’une seule planète dans ce système solaire qui n’a pas encore maîtrisé la dualité. Mais en réalité, je vous le confirme, la dualité nous a servis, car elle nous a permis de cacher ces êtres de lumière afin de les protéger. Nous savons parfaitement que sur votre planète se concluent des accords secrets, se produisent des actes monstrueux visant à empêcher cette humanité de grandir et de passer avec aisance dans le champ de conscience qui se présente. 

Nous connaissons tout cela. Nous voyons aussi que vous êtes à ce point stratégique de votre histoire où vous êtes descendus très loin dans l’Ombre et que l’ombre de l’Ombre essaie de vous amener à perdre pied, à oublier la connaissance de qui vous êtes. Mais voyez-vous, le grand Plan avait  tout prévu bien que nous ignorions si votre sagesse se réveillerait à temps pour appeler les forces en réserve, guérir ce lieu de vie afin que ce point stratégique entre dans son plein contrat. 

Il ne peut y avoir d’erreur ni de manque d’amour, car la Vie ignore tout de cela. Vous avez eu le libre choix jusqu’au bout, seulement voilà, désormais nous connaissons l’heure ; enfin, nous la connaissons ! Et nous nous réjouissons puisque ces énergies vont enfin descendre là où elles étaient attendues et que ces êtres de lumière cachés dans la dualité vont pouvoir se réveiller. 

Mes frères, mes soeurs – si je vous appelle ainsi ce n’est pas pour rien –, bon nombre d’entre vous viennent des étoiles et ont accepté d’entourer ces êtres de lumière, et de canaliser une partie de la dualité ayant cours ici pour leur permettre d’être tout de même protégés au maximum et de pouvoir se réveiller en temps et en heure voulus. 

Ces êtres sont donc prêts à se réveiller mais, voyez-vous, ils ont revêtu une forme extraordinaire que l’esprit humain n’aura pas été chercher, car ce sont les Cristaux. Jusqu’ici, ceux-ci ont dormi. De temps en temps, on leur a dit : ‘ Attendez, regardez, n’oubliez pas qui vous êtes ; allez, retrouvez un peu cette mémoire de qui vous êtes, d’où vous venez ! ’ puis on les a invités à rentrer de nouveau en sommeil, sachant que c’était très important. Avec la venue du Maître Cristal dans l’aura de cette planète, ce système solaire – lieu stratégique pour tout le Cercle atomique de Vie – entre dans son réveil. Bien sûr, votre vaisseau spatial focalise toutes les attentions, et pour cause : les Cristaux, ceux qui détiennent l’ouverture des champs d’action pour ce Cercle atomique de Vie, ont été placés sur votre planète. Nous n’y pouvons rien, ce n’est pas nous qui avons choisi. Par contre, chacun de vous s’est amené en sachant parfaitement quel rôle il avait à tenir, et à quel moment. 

Alors, vous vous étonnez peut-être d’être là, sur la planète qui revêt la plus grande importance aux yeux de tout le Cercle atomique de Vie, mais ne jouez plus les aveugles, ceux qui ignorent, car vous saviez tous parfaitement que c’était l’endroit stratégique. Le peuple des Cristaux est constitué d’Êtres d’une grande envergure, d’une puissance atomique que vous n’imaginez pas ; heureusement, vous n’avez pas encore accès à cette dimension puissante des Cristaux. Ils vous ont permis de les toucher juste assez afin que vous compreniez leur puissance et le fait qu’on ne joue pas avec eux. 

MESSAGE DU COLLECTIF SORIA Europe : www.dgdiffusion.com

Publié dans:CHANNELING, MULTIDIMENSIONNALITE |on 4 juillet, 2015 |Pas de commentaires »

La création dans la 12ème dimension

 

gallerie.Très chers, vous vous trouvez à l’orée d’un nouveau et merveilleux saut dans l’évolution. Et pourtant, beaucoup d’entre vous se sentent bloqués. C’est comme si, tout en faisant les choses correctement, vous ne faisiez que peu de progrès. Ce sentiment de blocage se ressent lorsque l’on voit les gens autour de soi avancer très rapidement. Nous allons aujourd’hui vous en donner une nouvelle illustration. Dans l’évolution humaine actuelle, il se peut que l’une des choses les plus puissantes dans le fait d’être multidimensionnel est que cela vous offre de multiples points de perception. Cette vue multiple de toute situation est ce que nous appelons la 12ème dimension. Comme votre réalité se crée à partir de votre point de perception, on peut dire que dans la nouvelle énergie, toutes choses commencent dans la 12ème dimension. De nouveaux raccourcis vers la création sont maintenant rendus possibles et ils se populariseront dans les prochaines années. Ces raccourcis initient le processus de création en vous aidant à placer votre création dans la 12ème dimension; dans ce message, nous allons vous aider à vivre une telle expérience.

Pour voir un événement à partir de multiples points de perception dans la 12ème dimension, il faut avoir accès à tous les points de la ligne du temps. La race humaine évolue plus rapidement qu’on ne l’a jamais imaginé. Aujourd’hui, votre progression est à nouveau sur le point de faire un grand saut. Beaucoup de gens commencent même à assimiler l’énergie supérieure et néanmoins se sentir bien dans leur corps. Oui, et bien que beaucoup se mettent à penser, d’autres sont toujours en butte à des difficultés. Sachez qu’il ne s’agit pas d’une course où il faut être le premier et que tout moment est le moment parfait. Pour mieux comprendre ce qui vous attend aujourd’hui, nous allons récapituler les plus récents changements qu’affronte actuellement l’humanité dans son évolution : le recâblage de l’humanité a commencé; les deux moitiés de votre cerveau sont en train de se recâbler pour permettre au voile de s’affiner de plus en plus. Il s’agit d’un changement physique qui ne sera pas « découvert » avant plusieurs années. En deux mots, la bulle de biologie est améliorée pour supporter une forme améliorée d’être humain. Puisque le recâblage se fait à un niveau de vibration physique, il affecte aussi d’autres aspects physiques.

L’un des domaines qui en sont la conséquence est la ré-initialisation, puisque l’on voit partout des ordinateurs se crasher. Les systèmes de stockage de données, que vous appelez des disques durs, sont les plus sensibles et les derniers à s’adapter à l’énergie plus élevée. On a déjà vu, et l’on continuera à voir se produire des crashes inexpliqués dans ce domaine, particulièrement dans les grands systèmes. Les cristaux sont en train de se recâbler eux-mêmes pour s’adapter à l’énergie supérieure, tout comme le corps physique. En réalité, cela se produit à tous les niveaux du jeu.

L’un des autres changements en cours est l’Infusion d’Energie Sexuelle. Votre nouveau câblage vous confère une relation nouvelle à votre corps physique. C’est un esprit supérieur entrant dans un nouveau véhicule. Cela excitera le corps physique; tandis que le processus de vieillissement, qui use le corps physique, ralentit et s’arrête, le corps trouve un regain d’énergie. Comme ce phénomène sera ressenti par la plupart des humains comme une augmentation d’énergie de force de vie, ou sexuelle, nous l’avons appelé l’Infusion d’Energie Sexuelle. Elle a lieu maintenant et sera ressentie très fortement au cours des deux prochaines années.

Le Groupe par Steve Rother retranscrit par Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

LES INTELLIGENCES EXTRATERRESTRES

 

téléchargementJe dois décrire ici un organigramme. Commençons par trois catégories d’êtres extraterrestres et nous irons ensuite plus loin.

Il y a d’abord ceux que vous appelleriez des intelligences étrangères, simplement parce que vous ne connaissez pas leur nature. La première catégorie, on par préférence, mais arbitrairement, comprend les extraterrestres qui possèdent des vaisseaux concrets. Certains ont la capacité de modifier la structure moléculaire de  leurs vaisseaux de manière à voyager entre les dimensions, de la troisième en montant.

Nous, les Arcturiens, possédons une forme très avancée de cette technologie qui permet à nos vaisseaux de voyager facilement entre les dimensions. Nos vaisseaux résident principalement dans la cinquième, mais ils peuvent aller plus haut. En de très rares occasions, nous les avons conduits jusque dans la troisième dimension, mais cette opération nécessite beaucoup d’énergie et nous ne la faisons donc pas à la légère.

La deuxième catégorie de visiteurs extraterrestres comprend les intelligences hautement vibratoires. Comparables aux intelligences hautement électromagnétiques qui vivent sur la Terre, ces êtres n’ont pas de vaisseaux. Ils voyagent dans l’espace sous la forme de champs électromagnétiques distincts et ils peuvent se déplacer collectivement.

La troisième catégorie est très étrange, bien que tout ce que je vous livre ici le soit à vos yeux. Ces intelligences extraterrestres sont la projection d’esprits appartenant à de très lointaines civilisations. Elles sont des points d’énergie qui ne visent qu’à observer ce qui se passe sur votre planète et dans votre système solaire. Elles ne sont pas en interaction avec vous.

Les anges…

Puisque nous parlons de ce sujet, je vous fais part de notre point de vue sur le phénomène des anges. Les anges existent. Ce sont des intelligences hautement vibratoires, bienveillantes et bien intentionnées. Quand un humain en rencontre un, il peut très facilement interpréter l’expérience selon ses attentes ou des croyances. De plus, je dois préciser que certains anges sont plus intelligents que d’autres ou plus habiles à créer des résultats.

A mon avis, la difficulté que pose la question des anges, c’est que le concept est alourdi et déformé par les dogmes religieux et les fausses idées spirituelles.

C’est une merveilleuse expérience que de rencontrer une haute intelligence puissante et bienveillante. Et cette expérience peu se révéler enrichissante autant pour l’entité que pour l’humain. Ce dernier doit toutefois être conscient qu’il doit assumer la responsabilité de ce qu’l en retire. Ainsi, si vous êtes en interaction avec un « ange » soyez vigilants. Si cet « ange » vous dit que vous devez faire quelque chose, vous êtes alors en contact avec un idiot ou avec une entité malveillante déguisée en entité bienveillante. Tout être, humain ou autre, qui voudrait porter atteinte à votre souveraineté est à éviter.

Par exemple, Lilith résidait dans un autre spectre vibratoire. On a raconté plusieurs histoires à son sujet, mais la véritable rencontre entre elle et d’autres intelligences électromagnétiques a eu lieu dans le monde astral, où résident la plupart des intelligences supérieures. A l’instar des humains, ces êtres vibratoires peuvent se rendre dans l’astral supérieur et même au-delà, dans ce que certains appellent le plan éthéré, mais que nous appelons simplement la cinquième dimension.

Encore une fois, votre univers est beaucoup plus étrange que vous ne pouvez l’imaginer.

 

Extrait du message de EKTARA – Arcturiens  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

Place à l’humain Interdimensionnel

 

MainIl est temps de révéler comment les choses fonctionnent, et nous allons commencer avec l’être humain. Puis nous aborderons des domaines biologiques pour représenter des informations n’ayant encore jamais été transcrites à ce jour. 

Voici des informations que certains d’entre vous ont toujours soupçonnées. Elles expliquent le fonctionnement de bien des choses, les filaments magnétiques qui relient les parcelles et les parties de ce que vous êtes individuellement. Chacun de vous n’est pas tout entier ici ! Une partie de chaque être humain assis dans cette pièce est dispersée dans l’espace interdimensionnel, et les diverses parties ont de nombreux objectifs.  

1)      Parlons de la première partie interdimensionnelle qui habite à l’intérieur de votre corps. La divinité que vous appelez le Soi supérieur n’est pas le but suprême de votre partie spirituelle. Elle n’est que celle qui suit votre corps et que vous pouvez sentir. C’est la partie à laquelle vous vous accrochez. C’est la partie magique, spirituelle, celle avec laquelle vous essayez de converser et de communiquer. Mais elle ne constitue qu’un fragment de ce que vous appelez vous-même.  

2)      Une parcelle de vous-mêmes est actuellement de l’autre côté du voile en tant que votre Guide. « Quoi, voulez-vous dire, Kryeon, que je suis mon propre Guide ? » Oui, une parcelle de vous l’est. Nous avons déjà décrit les Guides, et nous allons y revenir. Une parcelle de vous constitue une partie de l’énergie que nous appelons la soupe de Guides. Encore une fois, vous voulez mettre des nombres sur les Guides et les Anges, les parer de peau et d’ailes, les nommer et affirmer ; « Il y en a trois, il y en a quatre, il y en a huit ». en réalité, ils sont infinis, et ils sont UN, comme l’océan qui est UN, même s’il est rempli de millions de gouttes d’eau. Vos anges et vos Guides sont des formes d’énergie et non pas des morceaux de votre existence à quatre dimensions. Nous vous l’avions déjà expliqué ; une partie de vous se trouve dans votre « groupe de guides » ! que pourriez-vous vous offrir de meilleur que vous-mêmes, en termes d’énergie ? Il vaut mieux vous y habituer ! C’est la seconde partie de vous-mêmes. Cela vous arrive-t-il de vous parler à vous-mêmes ? Il y a longtemps, nous avions décrit la possibilité que vos guides puissent prendre congé de vous temporairement. Lorsque cela se produit, c’est dévastateur pendant un certain temps, car vous vous êtes quittés vous-mêmes !  

3)      Voyons ici la troisième partie de vous, de l’autre côté du voile, en train de planifier avec le reste de vous-mêmes ! Comment pourrait-il en être autrement ? Pensez-y ! Vous êtes-vous jamais demandé comment fonctionne la cocréation, la synchronicité ? Etes-vous conscients de ne pas pouvoir créer la synchronicité tout seuls ? Elle doit tenir compte de ceux qui vous entourent. Etes-vous conscients que vous faites partie de la synchronicité de quelqu’un d‘autre ? Cela doit relever d’un calendrier complexe !  

 

La cocréation n’a pas lieu dans un placard. Elle suppose un mouvement dans la vie, des intentions, un contact énergétique avec chaque personne que vous touchez – que vous éclairez de votre lumière. Quelle sorte de planification cela exige-t-il, pensez-vous ? Elle se situerait en tout cas sur une échelle qui dispose de temps zéro et du temps infini. De l’autre côté du voile, une partie de vous-mêmes et de chaque autre être humain vivant sur la Terre s’occupe de planification. Peut-être aviez-vous l’impression que la planification avait été réglée avant votre venue sur terre et que vous étiez désormais laissé à vous-mêmes ? Mais non ! O êtres humains, Anges, êtres divins, quelle impression cela vous fait-il ? De l’autre côté du voile vit une parcelle, une partie de vous-mêmes occupée à coordonner avec les autres les synchronicités, les cocréations ainsi que vos intentions. Pensiez-vous vivre dans un vide ? Que les choses se contentaient de se produire ? Non. Planification et guidance se poursuivent, et c’est vous, ainsi que les autres qui vous entourent qui vous en occupez – faisant tout dans l’espoir que votre recherche vous amène à cet endroit où vous comprendrez que la glace n’est pas du tout bizarre [rire].  

Nous avons mentionné que le défi de votre vie était d’être mis à l’épreuve ; nous vous avons entretenus de ce plateau d’or plein de vos solutions autant que de vos défis. Nous avons répété que tout se maintenait en équilibre et par le passé, nous avons dit que vous créez vos solutions au moment même où vous créez vos défis, bien avant d’y être parvenus. Dorénavant, vous savez que vos défis sont d’ordre quadridimensionnel, mais les solutions sont multidimensionelles !  

Comment les choses se passent-elles pour vous pendant votre séjour ici ? Et pour les autres êtres humains ? Certains d’entre vous s’inventent une prière en quatre dimensions ; ils s’agenouillent devant l’Esprit pour lui demander ; « Dieu, s’il te plait, fais les changer ! Fais en sorte que les membres de mon entourage fassent ceci ou cela ! » Je vais vous exposer la manière interdimensionnelle ; au lieu de supplier Dieu de changer autrui, commencez donc par vous-mêmes ! Transformez-vous autant que vous demandez aux autres de le faire. Lorsque vous montrez ainsi votre lumière, cela donne le coup d’envoi d’une séance de planification pour les autres ! Voici ce qui se passe : bien que ce soit par le biais des choix individuels des autres êtres humains autour de vous, votre propre changement crée de l’énergie. Dans les séances de planification, certains s’en rendent compte et apportent aux autres un choix d’intentions. Du fait que vous créez une réalité de votre choix en fonction de votre divinité, le Soi supérieur, le Soi des Guides, le Soi planificateur et tout être humain interdimensionnel peuvent être touchés. Ils ne sont pas changés, mais reçoivent l’énergie de nouveaux choix. Parfois, on leur donne même un défi… juste parce que vous avez changé. Le résultat : souvent des recherches, de la compassion, et le début de réels changements dans toutes vos vies.  

Et vous voudriez recouvrir l’humain de peau, lui donner un nom et le faire marcher tout seul sur la Terre ? Impossible ! Ce n’est pas ainsi que cela fonctionne, très chers. Et je n’en ai pas fini.  

4)      Ce qui suit va vous paraître curieux, incroyable, et très étrange. Une partie de votre contrat ici-bas, autant qu’on puisse le décrire en votre mode linéaire, consiste à guider les personnes ayant composé votre famille dans votre vie précédente. Le saviez-vous ? Tout simplement, vous faites partie du groupe de Guides de ceux que vous aviez quittés lors de votre dernière vie antérieure ! Vous pourriez rétorquer que cela n’a pas de sens au point de vue du temps du calendrier, et vous auriez raison. Habituez-vous ! Cela n’a pas de sens pour vous, mais dans le MAINTENANT, tout ceci est possible. « Voulez-vous me laisse entendre que je peux être à deux endroits en même temps dans des cadres temporels différents ? A la fois dans le passé et le futur ? » Oui. Et vous ne pourrez jamais le comprendre tant que vous serez un être humain. Cependant, au niveau du Troisième langage, c’est l’amour de Dieu qui offre ce cadeau de compréhension et dans un moment, vous saisirez mieux le vrai sens de ce cadeau. 

 Ainsi, vous êtes occupés en un autre lieu  à aider la famille qui fut la vôtre dans le passé ! Voyez la profondeur de ceci ! Les auditeurs et les lecteurs diront : « Je ne comprends toujours pas un mot de tout ça ! » Mais le langage du Trois vous présente cela sur le mode interdimensionnel ; alors que vous êtes assis, croyant ne rien faire, vous êtes en réalité en train de travailler. Peut-être vous demandiez-vous quand vous alliez continuer ce pour quoi vous étiez venus ? C’est ce que vous aviez toujours fait, en d’autres temps et d’autres lieux. Certains d’entre vous ont fait des rêves leur montrant ce qu’ils étaient en train de faire. Ils les ont écartés, pensant que ce n’était là que pure fantaisie, mais maintenant, ils savent que ceux-ci étaient réels. Ainsi, l’état de rêve est souvent un état interdimensionnel pendant lequel le cerveau se déconnecte et part en vol libre. Dès lors, les énergies du MAINTENANT peuvent entrer ; vous pouvez les voir et les sentir. Cela explique qu’autant les rêves que vous faites aient si peu de sens dans le temps linéaire, n’est-ce pas ? Ils se situent hors du temps et de l’espace, changeant sans cesse de costume. L’avez-vous remarqué ? Vous êtes plus près de votre véritable réalité pendant vos rêves qu’à l’état de veille. 

 

Message de Kryeon, retranscrit par Francesca du blog : http://channelconscience.unblog.fr/

L’INITIATION OCCULTE

 

 

179   Ce que la science occulte appelle l’Astral, comprend tout l’Invisible L’immense variété de matières qui composent la création sont pénétrées d’Esprit à des degrés différents, mais aucune d’elles n’est l’Esprit; celui-ci ne se trouve à l’état pur que dans ce que l’Evangile appelle le royaume des Cieux. Nous ne possédons pas d’étalon pour mesurer les divers pourcentages de condensation de la matière ; cet étalon existe, mais dans un plan encore inaccessible à notre intelligence, le plan des Nombres.

   A notre point de vue relatif de terriens, notre matière physique est la plus dense, mais au point de vue universel, il existe beaucoup de plans plus denses que le nôtre.

   Etymologiquement, le mot astral désigne toutes les espèces de forces qui agissent par rotation, par paraboles, par ondes; les anciens occultistes ont appliqué ce mot à toutes les sphères invisibles, à cause de leur à priori panthéiste on émanationiste.

   Il faut identifier plan et planètes; il y a encore plus de planètes invisibles que de corps célestes visibles ; il ne faut donc pas espérer les cataloguer en une existence.

   Les êtres créés, depuis le vibrion jusqu’à la nébuleuse, en y comprenant tous les états psychiques, peuvent se considérer comme statique ou dynamique, en repos ou en mouvement : ainsi par exemple, un homme est immobile, il vit cependant, il représente une planète, s’il agit, il vit encore, mais alors son acte est analogue à la vie d’un cliché.

   Tout est donc dans un interéchange continuel; les hommes n’ont pas inventé les voyages; tout voyage dans la Nature ; tous les êtres réagissent les uns sur les autres, donnent et reçoivent ; la terre rayonne des germes minéraux, végétaux, animaux, humains, géniaux, mentaux, magnétiques, etc., et elle en reçoit autant de tous les coins de l’Univers.

   Nous baignons donc dans l’Invisible ; nous sommes l’un des canaux les plus importants par lesquels l’Esprit de la Terre reçoit de nouvelles formes de vie, et en expédie ; notre mission est donc très grave. L’homme terrestre sur 100 parties, en a 99 dans l’Invisible, et une seulement dans le visible ; notre esprit, qui comprend peut-être des milliers d’organes fluidiques, agit dans cet Invisible, tant terrestre que cosmique, y cherche, y voyage, s’y nourrit, et le cultive : il ne faut donc pas le lancer à l’aveugle dans cet océan, et il importe de bien choisir sa boussole.

   En effet, tout travail a pour effet de nous rapprocher du but que nous avons choisi ; ce but, notre idéal, est un dieu; car tout le subjectif est la correspondance d’un être objectif ; et ce travail a comme dernière conséquence de nous incorporer a l’être de ce dieu : comme la cellule végétale tend vers la vie animale, et l’atteint quand une bête se l’est assimilée comme aliment: le processus est partout analogue.

   Notre existence tout entière, jusque dans ses plus vulgaires manifestations doit donc tendre vers la forme de vie la plus haute, vers la vie éternelle : qu’est ce que cette dernière ? C’est le sacrifice constant d’un pour tous, de tous pour un, de tous pour tous. C’est l’Amour qui est le Centre des centres ; c’est donc à l’Amour qu’il faut rendre un culte vivant, en agissant, en pensant, en travaillant pour lui.

   Les entraînements ésotériques sont donc des trompe-l’oeil, en ce sens qu’ils ne s’adressent pas au centre de l’homme, mais à un de ses organes externes: magnétisme, mental, psychisme, etc. Le jardinier, qui coupe des feuilles et des rameaux pour obtenir une fleur belle et monstrueuse, mais éphémère, fait comme l’initié qui tue en lui telle ou telle forme de la vie, l’énergie sexuelle par exemple, pour la sublimer en une faculté plus rare : cette faculté ne sera pas viable ni saine.

   Ainsi il ne faut appeler à son aide aucune créature, aucun adepte, aucun sage, aucun saint, aucun génie, aucun archange : toute créature est, parce que créature, capable d’erreur : il ne faut appeler que Dieu, et l’appeler d’une façon vivante, non seulement par le désir mais aussi et surtout par l’acte.

   Toute créature, même la plus élevée, est chargée des chaînes du temps et de l’espace : elle répondra donc moins vite à notre appel que le Ciel qui est libre ; il ne faut rien déranger dans le monde ; mais Celui qui vit hors du monde, le Ciel, se dérange et est auprès de celui qui l’évoque, non pas avec des cérémonies, mais par l’holocauste de ses désirs propres : le Ciel est l’inverse de la Nature ; celle-ci vit par l’individualisme, ou l’essaie tout au moins; celui-là vit par l’universalisme ; toutes les fois donc que l’homme oublie son individu pour s’occuper d’un autre, il évoque le Ciel, et le Ciel vient à côté de lui et en lui. « Celui qui fait la volonté du Père est ma mère, dit le Verbe. »

   Les enseignements des hommes célèbres ne doivent donc être pour nous que des gymnastiques intellectuelles ; le vrai travail est au centre de nous-mêmes à la racine de notre volonté, de notre moi, dans cet organe qu’on peut appeler le cœur invisible qui est la lampe où couve l’étincelle de la lumière incréée.

par Paul SÉDIR

ILS ONT TRAVERSE LA LUMIERE

nde-promenade-dans-lunivers1

 

« J’étais étudiante, je venais de finir mes examens, raconte Nadège. Je me sentais un peu vide et triste. Tout à coup, ma respiration s’est accélérée, je me suis sentie monter de plus en plus haut, jusqu’à atteindre une extase spirituelle totale. J’étais en symbiose avec l’univers, aimantée par une lumière, un condensé d’amour et d’unité. Dans ce voyage, j’ai vu des personnes former une ronde. Elles m’ont invitée à les rejoindre. J’ai alors eu l’impression d’être le maillon d’une chaine d’harmonie parfaite. »

Une expérience similaire peut surgir sans crier gare, chez n’importe qui, à n’importe quel âge, à des moments inattendus. Une nuit, au fond de son lit. Dans une église, en excursion touristique. En fin d’après-midi, face au soleil couchant. Au bac à sable, avec son enfant… Tout à coup, une brèche s’ouvre, la conscience s’élargit, les frontières de l’être s’estompent, l’espace et le temps se dissolvent, un sentiment de paix et de plénitude nous envahit, la conviction intime d’être unis à tout l’univers nous saisit. 

Un changement d’état de conscience

Béatitude, fluidité, communion, bonheur suprême, amour absolu… Pour expliquer le moment, les mots manquent souvent, « notamment pour décrire la sensation paradoxale de toucher du doigt à la fois le tout et le rien, le vide et le plein, la fin et le commencement », indique la psychologue Stéphanie Rajalu, du réseau d’écoute de l’INREES. Surprenante aussi : l’expression de percer le voile des apparences et de s’éveiller à l’essence des choses. Que touche t on alors : le divin ? Une part de soi-même ? Un phénomène extérieur ? Une dimension du réel d’ordinaire inaccessible ? S’agit il d’une révélation ? D’un rêve éveillé ? D’une hallucination ? « C’est un état modifié de conscience », répond le médecin Alain Tayeg, du réseau d’écoute de l’INREES. « Ces moments de transcendance, aussi spectaculaires soient-ils, soit courants. Même si on ne connaît pas leur nature exacte, ils font partie de l’humain. » Généralement lumineux, ils peuvent bouleverser par leur soudainenté et leur intensité. « Ces vécus sont faciles à intégrer lorsqu’ils s’inscrivent dans un cadre qui leur donne un sens – tel que la pratique d’une spiritualité, du yoga, ou de la méditation », commente Stéphanie Rajalu. « Mais ils peuvent aussi surgir comme par effraction, à l’occasion par exemple d’un choc émotionnel, de difficultés personnelles ou professionnelles. »

Un événement bouleversant

Qu’ai-je vécu ? Pourquoi ? S’en ouvrir à ses proches n’est pas toujours aisé ; c’est courir le risque de se heurter au scepticisme et aux moqueries, voire de passer pour un fou. « La manière dont le récit est accueilli fait la différence, indique Stéphanie Rajalu. La personne qui s’interroge a besoin d’une écoute positive. Sinon, l’expérience risquera de devenir douloureuse », entrainant la peur, le déni, ou l’isolement. « Le partage est essentiel », confirme Alain Tayeg. Face à ce type d’événement, la première nécessité, « c’est de se poser. Mettre de côtés ses préjugé pour reconnaître ce que l’on a vécu, tout en acceptant de ne pas avoir d’explication. Puis en parler, car en mettant des mots, on banalise, on clarifie, on crée un contexte qui aide à l’exploration extérieure. » Car ces moments, si on ne les laisse pas nous déborder et nous déconnecter de la réalité matérielle, sont une opportunité d’évolution. Que révèlent-ils de notre situation ? Qu’ont-ils à nous apprendre sur nous, sur le monde ? « L’expérience n’est pas un objet en soi, à triturer ou vénérer ; c’est un signal, dit Alain Tayeg. Il ne faut pas s’y accrocher, mais s’en dégager pour tacher d’en trouver le sens. »

Une renaissance

Comme le début d’un chemin, vers une meilleure qualité d’être et « plus de joie au quotidien », dit Stéphanie Rajalu. « Ressentez, explorez », conseille Alain Tayeg. Au besoin, « lisez États modifiés de conscience, de Sylvie Déthiollaz, un ouvrage réconfortant ». Ou parlez-en à un professionnel formé, qui saura écouter, rassurer et accompagner « avec neutralité et bienveillance ». Sans perdre de vue qu’au final, «c’est vous qui trouverez le sens de ce que vous vivez. La seule vérité qui compte, dans ce domaine, c’est celle qui vous sera utile ». Transcender son être pour mieux le redéfinir ? Une fois traversée, l’expérience est souvent perçue comme « un cadeau ». Une renaissance – à soi, au monde. Un moyen de se nourrir intérieurement, de dépasser certains vécus pour mieux se connaître intimement et avancer avec ouverture et confiance vers plus de cohérence, de lien et de sens. 

Conscience élargie

« C’était en 1990, j’étais en formation. À l’époque, j’avais de gros soucis, professionnels comme personnels. Au dîner, la conversation avait tourné autour de mes problèmes, ce qui m’avait pas mal remué. De retour dans ma chambre, impossible de fermer l’oeil. Je me plonge dans un livre d’Arnaud Desjardins. Au matin, profitant du beau temps, je pars faire un footing. Et là, m’envahit un sentiment d’unité : je ne suis pas que moi, je suis tout le reste. Deux jours plus tard, nouveau choc : je sais à l’avance ce que va dire la formatrice. Comme si mes capacités s’étaient décuplées, comme si mes peurs étaient tombées pour que s’exprime mon plein potentiel. Ma faculté de précognition a duré 3 mois, puis elle s’est estompée. Cette expérience m’a fait comprendre que je pouvais vivre de manière plus consciente, moins mécanique. Elle m’a ouvert à une approche plus spirituelle du monde.«  - Jérôme

Lumière mystique

« J’avais une vingtaine d’années, j’étais militaire de carrière – le métier dont je rêvais. Après quelques jours de vacances au Club Med de Corfou, tournant un peu en rond, je décide de participer à une excursion au Grand Météore, un monastère orthodoxe perché au sommet d’un impressionnant piton rocheux – appelé aussi le monastère de la Transfiguration… À l’intérieur, une porte mène à une petite église. Sous son plafond voûté, je sens une lumière m’envelopper, sécurisante, puissante mais pas éblouissante. Le temps s’arrête. Quand je reprends conscience, je dois courir pour rattraper le groupe ! En redescendant, me vient à l’esprit qu’il faut que je change tout : mes excès, ma manière de me comporter, de me nourrir… Habité d’une force irrépressible, je romps mon contrat avec l’armée et débute un long chemin vers moi-même, qui m’amènera à devenir thérapeute. Dans la religion orthodoxe, ce phénomène de retournement intérieur est connu sous le nom de métanoïa. Dans cette église, d’autres l’ont vécu avant moi. Le savoir m’a aidé à me dire que je n’étais pas fou.«  - Pierre 

Ascension céleste

« C’était il y a 27 ans, je faisais l’amour avec mon ami. Juste après l’orgasme, je nous ai senti quitter notre corps par la tête, puis être propulsés à une vitesse faramineuse dans l’espace. Au fil de cette ascension, j’ai été envahie d’un sentiment de plénitude absolue, d’harmonie et de communion avec l’univers. Je me disais : « Ouf, c’est terminé, je rentre chez moi. » J’ai vu mon ami s’engouffrer quelque part, mais impossible pour moi d’aller plus loin : une sorte de sage m’a arrêtée et m’a dit que je devais redescendre – ma fille m’attendait. Le lendemain, mon ami était mort. Cette histoire a impacté ma vie : j’ai suivi une psychanalyse, repris mes études, suis devenue psychologue analyste, ce qui m’a ramenée à une approche plus cartésienne… Jusqu’à ce que tout ressurgisse au décès de mon père.« - Muriel

Flot d’amour

« Pendant longtemps, je ne me suis pas sentie à ma place sur la Terre : je ne comprenais rien à cette société, à ses codes. Il y a 5 ans, j’étais presque au bout du rouleau, ma vie était très compliquée, de terribles douleurs dans le ventre me tourmentaient. J’ai fini par demander de l’aide « là-haut »… Peu de temps après, j’ai rencontré une magnétiseuse. Dès que ses mains sont passées au dessus de mon ventre, je me suis mise à pleurer, pleurer, pleurer, sans savoir pourquoi. Mon mari, très cartésien, était à mes côtés ; il n’en revenait pas. Un flot d’amour parcourait mon corps de la tête aux pieds. Je me sentais divinement bien. En recevant cet amour là, je me suis dit que si tout le monde faisait l’expérience, il n’y aurait plus de guerre ! Cela aurait pu m’isoler encore plus, mais au contraire ça m’a aidée à vivre, à vaincre mes peurs et trouver enfin ma voie. » - Brigitte

source : http://www.inrees.com/

L’énigme des NDE

 

nde3On les appelle Expériences de Mort Imminente (EMI) ou Near Death Experience (NDE). Ce sont ces moments où des personnes, jugées médicalement mortes, ont eu l’impression de quitter leur corps avant de s’engager dans un long tunnel au bout duquel elles ont perçu une bienveillante présence. Hallucination ou réalité ? Les scientifiques continuent à s’interroger.

Récemment en Angleterre, une équipe de chercheurs a tenté de savoir si la conscience pouvait survivre à la mort du cerveau. Elle a interrogé soixante-trois victimes d’infarctus, qui avaient été considérées comme cliniquement mortes pendant une semaine. Seulement sept des victimes ont des souvenirs de cette période et, parmi elles, quatre ont fait état de NDE. Pourtant, ces sujets n’auraient pas dû être capables de garder le moindre souvenir. Mais la communauté scientifique ne s’avère pas convaincue pour autant. Elle s’interroge, notamment, sur les effets de l’oxygène sur le cerveau. Autre questionnement : le moment auquel s’est produite la NDE. N’est-elle pas survenue juste avant la mort clinique ou en période de réveil ?

Des témoignages contradictoires

Certains vont même plus loin, comme Olivier, infirmier, qui a longtemps travaillé au service des urgences d’un grand hôpital parisien : Tout cela ne sert qu’à rassurer ces gens. Ils ont tellement peur de mourir qu’ils prennent au sérieux leurs hallucinations ! Si c’était vrai, pourquoi toutes les personnes considérées comme mortes ne racontent-elles pas la même histoire ? Pourquoi est-ce que ça ne concernerait qu’une petite minorité ? J’ai connu bien des gens qu’on a considérés cliniquement morts et qui s’en sont sortis. Je leur ai posé la question : qu’ont-ils ressenti ? L’un d’eux m’a dit : C’est comme une télé qu’on éteint. Et croyez-moi, il y a bien plus de gens comme cela que ceux qui ont vécu une sortie de corps. Je ne crois pas une seconde à la véracité de ces histoires de NDE. Certaines personnes qui prennent de la kétamine, puissant anesthésique, pourraient vous décrire le même style de sensation. Et pourtant, on ne les a jamais crues mortes…
En dépit des sceptiques, les témoignages sont pourtant particulièrement troublants. Ils proviennent d’individus des deux sexes, de tous âges, de toutes cultures et de toutes croyances. Tous décrivent les mêmes sensations : perception de son propre décès, décorporation, passage dans un tunnel, vision d’une lumière, rencontre avec des défunts ou des personnages inconnus, sensation de symbiose…
Médiatisé depuis trente ans, le phénomène n’est pourtant pas nouveau. Identifiées et décrites par le psychiatre américain Raymond Moody, les NDE avaient déjà été baptiséesExpériences de mort imminente, dès 1895, par le philosophe français Victor Egger. Elles ont même été évoquées dans des textes très anciens, comme l’« Épopée de Gilgamesh » ou encore « La République de Platon ». Le sujet en question ne peut pas non plus laisser de marbre. Il touche à la métaphysique, aux interrogations les plus profondes que peut se poser l’être humain. Qu’y a-t-il après la mort ?

Voyage au bout de la vie

Plus précisément, comment se passe un « voyage » ? Françoise, 56 ans, a eu un infarctus il y a deux ans. Pendant plusieurs jours, elle est considérée comme cliniquement morte. Cette expérience m’a véritablement transformée, confie-t-elle. D’abord, je n’ai pas osé en parler. J’avais peur qu’on me prenne pour une folle ! Ou, tout simplement, qu’on me dise que j’avais rêvé. Alors que je sais parfaitement que j’ai réellement vécu ça. Ça ? J’ai eu l’impression de me réveiller, d’émerger de je ne sais trop où. J’étais dans mon lit d’hôpital, il y avait du monde autour de moi. Et je savais que j’étais morte. Je ne m’en suis pas rendu compte brusquement, je n’ai pas eu peur, je n’ai pas été triste. C’était une évidence, c’est tout ! J’ai eu l’impression de me détacher de mon corps, de planer au-dessus de lui et des gens qui étaient réunis dans la chambre. Ensuite, je me suis retrouvée dans une sorte de tunnel. Là encore, je n’avais pas peur. Et je suis arrivée au bout du tunnel. Il y avait une grande lumière toute bleue. Je me suis alors sentie incroyablement bien. Et puis j’ai vu un homme âgé, très beau, avec une longue barbe. Il me souriait tout doucement. J’ai eu envie d’aller vers lui mais quelque chose m’a retenue. Je savais que si je m’avançais encore, je ne pourrais plus revenir. J’ai pensé à mes enfants. Alors, j’ai fait le chemin inverse. Dans un premier temps, je n’ai pas osé parler de tout ça. Et puis je me suis rendu compte qu’il y avait eu beaucoup de livres à ce sujet. Des tas de gens avaient vécu la même chose que moi… Françoise n’est pas la seule à avoir été bouleversée par cette expérience hors du commun. Tous ceux qui ont vécu une NDE en restent profondément marqués. Leur perception de la vie se retrouve radicalement modifiée. Ayant flirté avec la mort, ne la redoutant plus, ils savent désormais tout le prix qu’il faut accorder à l’existence terrestre. Ils sont intimement persuadés que notre passage sur terre n’est qu’une étape et qu’une autre forme de vie nous attend après la mort. Beaucoup dépassent leurs anciennes croyances religieuses « ciblées » et réalisent les limites des religions : Dieu est en chacun de nous, personne ne peut se l’approprier. De là à penser que ces manifestations d’indépendance de la conscience sont le signe que nous avons une âme…

 

Nathalie Jeanjean pour Signes et sens

Co-Créer avec les Multiples Soi

 

2014-03-29-00-46-22Permettez-moi de passer à un autre sujet que vous souhaitez tous entendre parler ou connaître. Les Humains sont possédés par le désir de savoir, et ils se disent,  » Comment puis-je co-créer ma réalité ?  » Bien, la première chose à faire est de se débarrasser de votre notion 3-D du temps. Comprenez et acceptez que vous êtes une énergie plus vaste que celle dont vous pouvez voir dans votre 3-D. Vous êtes « plus » que ce qu’il vous semble. Bien que vous soyez en charge de votre vie et de votre intelligence, pensez un moment à toutes ces autres vies qui sont encore actives et que vous devez également contrôler.  » Kryeon, est-ce que cela signifie que j’ai aussi le contrôle sur mon Soi-Supérieur ?  » Oui, car votre Soi-Supérieur n’est rien d’autre qu’un complément divin de votre être angélique. Il est assis là, sans aucun jugement, et il ne vous contrôle pas. Il est assis là, prêt à être relié ou branché à vous, et quand vous vous connectez à lui par les pensées, ces dernières deviennent plus performantes tout en demeurant vos propres pensées, mais elles sont améliorées par la sagesse de votre Soi-Supérieur.

Revenons à la co-création. De façon à ce que je puisse correctement vous donner les explications, je vais vous donner la règle. C’est un axiome que vous avez toujours su, intuitivement, qu’il est là, mais je ne vais pas le verbaliser. Cela concerne l’illumination. Le voici ; Peu importe la somme d’énergie lumière ou illumination que vous mettez sur une autre personne, vous ne pouvez pas la changer sans sa permission. Permettez-moi de vous l’énoncer d’une autre manière. Avec votre illumination, vous ne pouvez pas, spirituellement parlant, appliquer le principe du rouleau compresseur à une autre personne qui ne l’a pas. C’est contre les règles ; ça ne peut pas se faire.

Selon la perception 3-D, la co-création peut sembler être quelque chose que vous faites avec votre propre énergie. Une chose qui vous touche et qui vous apporte quelque chose. Ce n’est pas du tout de cette manière que ça fonctionne. En toute intégrité, vous ne pouvez pas affecter le vie de quelqu’un d’autre, avec votre propre co-création. Si vous prenez le temps d’y réfléchir, vous direz peut-être,  » Bien, de quelle autre façon peut-elle fonctionner ? Ne doit-il pas toujours y avoir un gagnant et un perdant ? Il doit y avoir au moins une personne qui soit touchée par ce que je co-crée. Je ne vis pas sur une île déserte. Tout ce que je fais doit, d’une façon ou d’une autre, affecter quelqu’un d’autre.  » La réponse est, non. Il n’y a pas de gagnant ou perdant, car c’est plutôt une situation où chacun y trouve son compte, une situation où les deux sont gagnants.

Il y a un concept énorme que vous ne comprenez pas. Lorsque vous co-créez pour vous-même, vous faites circuler une énergie. Ce faisant, vous aidez les autres à se déplacer vers des endroits qui vont éventuellement leur apporter une lumière qu’ils n’avaient pas auparavant, et ceci va procurer plus de choix à leur libre-arbitre. De plus, ceci crée la situation pour laquelle vous avez travaillé dans votre vie. C’est complexe, mais pensez-y de cette façon – votre énergie est en parfaite harmonie avec tout ce qui est autour de vous, quand vous co-créez avec une intention pure. Les règles ne sont jamais violées.

Faisons une révision, afin de comprendre deux choses que nous avons déjà mentionnées. C’est le même concept que celui où vous diffusez votre lumière. Nous vous avons déjà dit ceci,  » L’on ne vous demande pas d’envoyer de la lumière polarisée.  » Si vous savez que quelque chose est en train de se produire et que vous désirez envoyer de la lumière, n’envoyez pas la solution. Seulement de la lumière. Habituez-vous à comprendre que la lumière est tout ce que vous avez. Elle a une « intelligence cosmique » qui sait quoi faire. C’est ce que possède le Phare de Lumière. Il n’a pas d’ordre du jour. Seulement de la lumière. Il ne diffuse rien d’autre que sa lumière. Ce sont les autres qui vont décider de « voir ou ne pas voir » sa lumière. Vous projetez de la lumière dans l’ombre, et les personnes qui sont là vont bénéficier d’une meilleure vision. Vous comprenez ? Lorsque leur libre-arbitre a une meilleure vision, ils peuvent faire des choix plus « éclairés », grâce à votre lumière. C’est de la lumière diffusée avec intégrité, et ceci s’applique aussi à la co-création.

La deuxième révision concerne ce que nous vous avons dit au sujet de la prière. Lorsque vous priez pour quelqu’un, ne placez pas d’ordre du jour dans votre prière. C’est difficile !  » Kryeon si nous ne pouvons rien demander ou placer d’ordre du jour, comment pouvons-nous prier pour quelqu’un ?  » C’est facile. Imaginez le résultat final de la prière. Si vous priez pour la guérison d’une personne, alors, voyez-la mentalement comme étant heureuse et sans maladie. N’essayez pas d’imaginer de quelle manière la guérison se fera, et ne dites pas à Dieu comment procéder. Voyez le résultat. Vous attirez vos potentiels futurs quand vous agissez de cette façon. Si vous priez pour la paix, voyez une Terre où les familles ne vivent pas dans la peur et l’inquiétude. Là où il n’y a pas de guerre. Imaginez le sourire des enfants qui vivent dans un endroit sécuritaire.

C’est votre imagination ou visualisation qui est votre prière, et ceci, amies et amis, est comme le fait d’envoyer de la lumière. Envoyez la compassion de votre Soi-Divin aux endroits qui en ont besoin. C’est ce que font les vrais Phares de Lumière, sauf qu’ils ont une lumière physique alors que la vôtre est spirituelle. Ce n’est pas difficile à comprendre, mais la co-création est plus ardue.

Je vais vous donner un exemple que vous comprendrez tous, spécialement en cette ville (New York). Vous voyez que je sais où je suis (sourire de Kryeon). Combien parmi vous ont entendu parler de l’Ange du Stationnement (Parking Angel) ? Saviez-vous qu’ici, vous aviez de ces Anges ? Vous en avez probablement plus que la plupart des autres (grand sourire de Kryeon).

La Façon de Procéder

Imaginons que vous êtes dans votre automobile et que vous tournez en rond, à la recherche d’une place de stationnement. Vous avez tous vécu une telle situation, n’est-ce pas ? (Rires) Vous priez,  » Cher Ange du Stationnement, je ne sais pas comment vous allez vous y prendre, mais j’ai besoin d’un espace pour garer ma voiture ici.  » Soudainement, une voiture voiturée garée juste en face de vous, quitte effectivement son emplacement, car le conducteur a décidé de partir, et vous prenez la place qui vient tout juste de se libérer. Vous dites,  » Merci, Ange du Stationnement !  » Permettez-moi de faire une révision de ce qui vient tout juste d’arriver, afin que vous ne soyez pas confus.

Il y en a qui estiment que le scénario se déroule comme ceci : Votre arrivée dans le quadrilatère a changé l’énergie, et d’une façon ou d’une autre, une pauvre âme qui magasinait s’est faite expulser du magasin par l’Ange du Stationnement qui l’a lancé dans sa voiture, où elle fut forcée de reculer et quitter son stationnement ! Déconcertée et perplexe, cette pauvre âme a soudainement réalisé qu’elle n’avait aucune intention de quitter, mais qu’elle l’a quand même fait ! Que s’est-il passé ou qu’est-il arrivé ? (Rires) Ensuite, vous prenez la place de stationnement qui vient tout juste de se libérer !

Oh ! Quel raisonnement 3-D ! Il est bien sûr que ce que je viens de décrire ne se réalise pas de cette manière. Non, c’est plutôt une danse synchronisée qui est hors du temps et de l’espace. Avez-vous une idée de la complexité de tout ceci ? La prochaine fois où vous entrerez dans cette danse, pensez-y. Voici le scénario réel : Votre arrivée est sur le point de correspondre avec le départ d’un autre. Donc, tout ce que l’Ange du Stationnement doit faire, c’est d’aligner la synchronicité de la danse. Vous êtes au bon endroit et au bon moment, la personne qui fait du shopping (ses emplettes ou du magasinage) quitte le magasin et vous prenez sa place. Elle est satisfaite et vous l’êtes aussi. Tout le monde gagne. Cependant, ceci implique « Les Multiples Portions du Vous » qui sont en plusieurs endroits à la fois, aussi bien que celles de la personne qui faisait du shopping. En fait, l’Ange du Stationnement joue le rôle de directeur du trafic dans l’immense session de planification où « Les multiples Vous » sont sans cesse impliqués.

Maintenant, prenez le temps de réfléchir à la complexité et à la planification de tout ceci. Vous avez votre Soi-Supérieur, en plus de tous vos autres Soi, et ils savent tous à quel moment vous arriverez et repartirez, sans compter que la même chose se passe pour l’autre qui fait ses emplettes. Avez-vous déjà pensé que les autres anges doivent être d’accord et se synchroniser avec la danse ? Ils le font. Vous êtes-vous jamais demandé si votre bonne fortune n’était pas le fait de la co-création d’une autre personne ? C’est souvent le cas… Et ce fut beaucoup plus facile à synchroniser.

Imaginez le scénario. Vous avez là, deux personnes ; celle qui quitte et celle qui arrive. Celle qui quitte se dit,  » Mon Dieu, les places de stationnement sont réellement difficiles à trouver. Faites que cette place aille à la personne qui le mérite vraiment et qui vous aime de la même façon que moi.  » Et, soudainement vous arrivez dans le décor ! Maintenant… Dites-moi ? De qui provient cette co-création ? De la personne qui arrive ou de celle qui part ?

Comprenez-vous la complexité de tout ceci ? À présent, amplifiez cette complexité par des dizaines de millions de fois, car le processus se rapporte à une danse de synchronicité. Vous demandez des solutions pour vos relations, vous demandez des solutions pour vos emplois, pour vos voyages… Vous essayez de co-créer tellement de choses dans votre vie.

En même temps que tout ceci, vous demandez que la danse soit synchronisée. Il y en a tellement parmi vous qui ne comprennent pas le fonctionnement de ce processus. Vous lui imposez des règles,  » Oh Esprit ! Délivre-moi exactement ce que j’ai besoin. J’ai besoin de ceci, de cela, et je vais le co-créer. Euh !… Mais je ne suis pas prêt à quitter la ville. En passant, je ne veux pas faire ceci et cela. « 

images (6)Votre ange dit,  » Que puis-je faire si vous mettez tant de restrictions ?  » Si vous lui imposez autant de restrictions, vous n’aurez pas d’aptitudes co-créatrices. Les restrictions arrêtent la musique.

Si vous voulez co-créer, alors permettez que commence la danse ! Sans restrictions. N’ayez pas peur de l’amour de Dieu. Vous pensez avoir déterminé l’endroit où vous êtes supposés être, et ce que vous êtes supposés faire, sauf que vous avez tous quelque chose dont vous ne voulez pas que Dieu interrompre ou change. Certains disent,  » Dieu, ne touche pas à ma famille !  » Permettez-moi de vous parler de vos pensées emprisonnées. Vous avez toujours peur que Dieu fasse quelque chose qui perturbe votre famille, vos amies et amis, ou les bonnes choses de votre vie. Que diriez-vous si, au lieu de cela, nous touchions votre famille et qu’elle s’élevait de nouveau, en amour pour vous ? [NDT : J'ai choisi l'expression, "s'élever en amour", au lieu de "tomber en amour".] Que diriez-vous si, votre famille bénéficiait d’une lessive qui rendrait l’amour encore plus étincelant ? Que diriez-vous si, cette famille dont vous ne voulez pas que nous touchions, devenait soudainement intéressée à ce que vous avez trouvé ? Avez-vous assez de courage pour permettre qu’elle soit au courant de ce que vous faites ? C’est ce que je tente de vous exprimer. Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être.

Cette canalisation en direct fut présentée le 1er avril 2006, à la réunion de la S.E.A.T. (Society for Enlightment And Transformation), Organisation des Nations Unies (ONU), New York. Kryeon avait également délivré un message la journée précédente à cet endroit, soit le 31 mars 2006, intitulé: KRYEON AUX NATIONS UNIES – 2006.

Mystérieux signal radio

 venu d’ailleurs capté pour la première fois

radio-burstUn «sursaut radio rapide» dont la source est éloignée d’environ 5,5 milliards d’années lumière a été capté en temps réel pour la première fois par des scientifiques. Sa cause reste toujours mystérieuse, même si plusieurs pistes sont avancées. Quelques millisecondes seulement. C’est le temps qu’a duré l’observation par les astronomes du télescope de l’Observatoire de Parkes d’un phénomène encore inexpliqué: le Sursaut radio rapide. Des sursauts d’ondes radio très brefs, mais très puissants. Plus mystérieux encore, sa source, estimée à environ 5,5 milliards d’années-lumière de la Terre. Soit en dehors de notre galaxie, probablement en directement de la constellation du Verseau d’après les scientifiques de l’université de Swinburne qui ont mené l’observation, rapporte The Register.

«L’origine de ce radio burst pourrait avoir potentiellement dégagé autant d’énergie en quelques millisecondes que ce que le Soleil produit en 24 heures», a déclaré le docteur Mansi Kasliwal, un astrophysicien du Carnegie Institution for Science à Washington. Les astronomes du CSIRO, le télescope de l’Observatoire de Parkes, en Australie, avaient découvert l’existence de ces sursauts radio rapides en 2007 en fouillant dans les archives des données récoltées par le télescope. Mais ils ne l’avaient jamais capté en temps réel… jusqu’à maintenant. Si l’origine, la cause et la provenance exacte de ce sursaut radio rapide restent encore inexpliquées pour les scientifiques, plusieurs théories sont avancées. La plus populaire étant l’explosion d’une étoile à neutron si gigantesque qu’elle aurait provoqué l’apparition d’un trou noir.

Une chose est sûre, l’évènement à l’origine de ce signal est très certainement «monumental et cataclysmique», selon Emily Petroff, l’astrophysicienne qui a dirigé l’équipe qui a observé le phénomène en temps réels. Ces signaux ont été enregistrés le 14 mai dernier. Huit mois plus tard, alors que l’étude (disponible intégralement en anglais) est enfin publiée, les scientifiques tentent encore de comprendre les mystères qui se cachent derrière. Vous êtes plusieurs dans les commentaires à vous interroger sur la vitesse et l’âge des ces ondes radios. Pour la vitesse, on sait qu’une onde radio se déplace, dans l’espace, à 300 000 000 mètres par secondes, soit environ la vitesse de la lumière. Quand à l’âge, de nombreux facteurs entrent en jeu, ce qui empêche les scientifiques ayant mené l’étude de se prononcer exactement. C’est pourquoi ils donnent une estimation «à la louche». La bonne nouvelle étant qu’ils vont probablement réussir à capter à nouveau ce signal, et donc pouvoir donner plus d’information sur son origine (date, localisation etc.).

En savoir plus sur : http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/un-mysterieux-signal-radio-venu-d-ailleurscapte-pour-la-premiere-fois_1643212.html#0dUeTrG5uSGptkYx.99

L’Intelligence de l’Univers

 

t_270_0Il y a encore une chose dont nous aimerions vous parler. Elle est appelée, « intelligence quantique ». Nous n’en parlons pas souvent, mais vous devez savoir ce qu’elle est. Les Humains mettent souvent Dieu dans une boîte. Vous avez tendance à compartimenter toutes choses afin de pouvoir les comprendre.  » Cher Dieu, enseigne-moi comment prier. Je dois savoir comment prier.  » Nous avons maintes fois entendu ceci, et nous vous l’avons déjà dit. Bientôt, nous allons nous répéter, et ceci se fera dans un endroit différent, mais la vraie réponse est,  » Ne vous en faites pas !  » Vous avez développé la lumière et nous savons où elle va ! Que diriez-vous de de cet arrangement ? Le libre-arbitre est la clef. Vous développez la lumière et nous nous occupons de la synchroniser et l’harmoniser.

Vous voulez prier pour une personne qui demeure en Somalie mais vous ne savez pas laquelle, puisqu’il y en a tellement qui en ont besoin. Allez-y, développez votre lumière. Ensuite, assoyez-vous avec une intention pure et envoyez-la. Nous savons qui en a besoin, très chère ou très cher. À partir de là, ce n’est plus votre problème car votre part est faite, et c’est à nous d’entrer en jeu. L’intelligence quantique signifie que vous êtes connectés à Dieu. Tous et chacun de vous. Vous pouvez développer la lumière sans nécessairement savoir vers qui elle va ou sans connaître tous les détails. Nous connaissons les adresses !

Vous pouvez allumer la lumière dans une pièce sans savoir comment fonctionnent les génératrices électriques, sans connaître les propriétés de l’ampoule électrique ou la physique des photons. C’est parce que vous êtes au « courant » du processus 3-D, et vous lui faites confiance. Pourquoi ne pas appliquer cette confiance à l’invisible et devenir part du processus inter-dimensionnel de l’intelligence quantique ?

Ceci nous amène directement à l’effet du laser inter-dimensionel de Yawee. (Kryeon parle du Dr. Todd Ovokaitys qui fait partie de l’audience et qui vient de présenter une recherche sur le SIDA) Lorsque l’information est transmise à la structure cellulaire par son rayon laser, Yawee à fini son travail ! Il y a une intelligence dans ce processus inter-dimensionnel qui s’adresse aux cellules spécifiques qui en ont besoin. Ceci est très différent de la médecine traditionnelle. Au lieu de viser ou cibler une chimie ou protéine particulière d’une manière physique, ce processus mystérieux – selon les apparences – le fait par lui-même. Cependant, il n’a rien de mystérieux. Il est une extension de l’intelligence cosmique, et il fait partie du treillis qui, « connaît tout », au sujet de la structure cellulaire et l’équilibre de toutes choses. L’étude des choses dans l’état quantique de votre physique va démontrer que la connexion infinie (l’opposé de la séparation infinie) crée une réunification qui existe déjà dans l’unité de la conscience universelle… C’est une façon de dire que les choses, dans leur état quantique, connaissent toutes les autres choses et ont tendance à s’équilibrer ou s’harmoniser par elles-mêmes…

Êtes-vous ici, ce soir ou en train de lire ces lignes, dans l’incertitude sur la façon de prier ? Savez-vous quoi faire pour votre corps physique ? Plusieurs disent,  » Je ne sais plus quoi faire.  » Vous n’avez pas besoin de le savoir. Est-ce que vous comprenez ? Vous n’avez qu’à vous asseoir devant Dieu et dire,  » Je me relie à mon Soi-Supérieur, et j’ai besoin que vous me disiez ce que je dois savoir. Je suis assis ici et je suis prêt.  » Ensuite, reculez, afin de faire de la place à la réponse. Tout ce que nous avons besoin, très chère ou très cher, c’est votre permission et votre intention pure.

L’intelligence quantique ira aux endroits où votre corps en a besoin. Prenez l’habitude de méditer ou réfléchir quotidiennement à ceci, même si c’est seulement un moment, c’est mieux que rien. Dites,  » Cher Esprit, place en moi ce dont j’ai besoin.  » Ainsi, vous allez économiser beaucoup de temps, cher Être Humain. Ne dites plus à l’Esprit ce que vous pensez que nous devons faire. Ne pensez-vous pas que nous sommes là ? Oh ! Vous vous assoyez devant l’Esprit et dites,  » Tu ne croiras pas ce qui m’est arrivé aujourd’hui !  » Ah oui, nous vous croyons ! Souvenez-vous que nous étions là.  » Eh bien, Esprit, je vais avoir de la difficulté à payer mon loyer.  » Ne pensez-vous pas que nous le savons ? Ne perdez pas votre temps. Nous sommes en amour avec vous. Ne perdez pas votre temps. Venons-en au fait, et le fait est ceci,  » Cher Esprit, donne-moi la sagesse de créer ce dont j’ai besoin. Donne-moi l’assurance que c’est déjà chose faite, alors, je vais simplement m’asseoir ici et me laisser aimer.  » C’est ce que font, envers tous et chacun, les frères et soeurs dans l’Esprit. C’est ce que je suis.

Nous sommes actuellement assis dans un endroit très historique ou notoire, et je ne parle pas de cette église (structure physique centenaire). Je parle du fait que nous sommes près de l’endroit où a eu lieu l’événement que vous appelez le 9/11. Pensez aux vies perdues en cet endroit… Dans votre propre cité, dans votre propre ville et dans votre propre voisinage. C’est un changement d’énergie très profond qui a eu lieu sur la planète, et il s’est réalisé précisément en cet endroit. J’aimerais que, tous ensemble, nous revisitions ces milliers de vies perdues ici. Vous savez qu’en dehors du temps elles sont encore ici. Certaines ont fait demi-tour et se sont réincarnées immédiatement en une nouvelle « expression » sur la planète. Au risque de me répéter, je vous dirai que si vous pouviez les interviewer elles vous diraient à peu près ceci,  » Nous avions donné notre consentement.  » Elles vous diraient qu’elles connaissaient le potentiel, car il était dans leur « vase inter-dimensionnel des possibilités », au moment où elles sont nées. Elles diraient,  » Nous avons participé au plan global, et c’est l’une des raisons pour laquelle nous sommes venues. Nous avons accompli notre part, maintenant, c’est à votre tour. « 

Avez-vous le courage de regarder le sourire qui illumine leurs visages en ce moment ? Elle sont éternelles, chers Êtres Humains, tout comme vous. Cependant, vous ne souhaitez peut-être pas regarder, puisque cela peut vous être douloureux, mais il n’en demeure pas moins qu’il y a de la joie, car elles sont connues de Dieu… Chacune d’elles. Tout comme vous.

KRYEON (2)L’heure du changement est venue. Permettez-vous d’être parmi celles et ceux qui initient ce changement. Cet endroit est délicieux et les couleurs sont grandioses. Il y en a cinq parmi vous, qui viennent de recevoir la semence de guérison, ce qu’ils n’avaient pas au moment où ils sont arrivés ici. Je ne parle pas seulement de guérison physique. Est-ce que le fait de retrouver la paix sur un sujet qui vous perturbait n’est pas une sorte de guérison ? Je connais celles et ceux qui sont ici ! Célébrez la paix qui passe inaperçue… Une paix que vous ne pouvez pas expliquer. Vous réveiller en paix, peu importe ce qui était dans votre vie… Peu importe quelles étaient les menaces ou conditions… Sachant que vous êtes connue ou connu de Dieu.

Kryeon

 canalisation à la réunion de la S.E.A.T. (Society for Enlightment And Transformation), Organisation des Nations Unies (ONU), New York. Intitulé : KRYEON AUX NATIONS UNIES – 2006.

Publié dans:CHANNELING, MULTIDIMENSIONNALITE, PLANETES |on 28 février, 2015 |Pas de commentaires »

Pratiquer l’archéologie intuitive

 

 

Tarot1 (1)De récentes découvertes en neurosciences permettent de mieux comprendre les mécanismes intuitifs. Ces données, adossées aux avancées de la physique quantique, et prolongées par la vision philosophique et spirituelle de l’intuition, ouvrent d’intéressantes perspectives pour apprendre à développer cette capacité universelle que Jung considérait comme « normale, naturelle et nécessaire ».

Mystérieuse intuition… Pour Einstein, elle était la « seule chose qui vaille au monde ». Faculté présente en chacun de nous, l’intuition permet de capter certaines informations sans passer par la raison. Celles-ci servent à anticiper des événements, percevoir ce qu’autrui ressent, avoir des idées lumineuses ou nous guider vers les bons choix. Longtemps reléguée aux rayons ésotériques, l’intuition fait l’objet depuis une quinzaine d’années de l’intérêt des neuroscientifiques. Pour eux, elle résulte des super-capacités de notre cerveau, capable de stocker et traiter en tâche de fond tous nos souvenirs et nos pensées, dont 80 % sont inconscients.

Plusieurs parties de l’encéphale sont en jeu dans les mécanismes intuitifs. 

Le cerveau limbique, siège des émotions, joue un rôle primordial, ainsi que la partie droite du cortex supérieur dont dépendent les processus d’imagination et de création. Le cortex moteur est également impliqué. La récente découverte dans cette zone des neurones-miroir – groupe de cellules s’activant de manière identique chez une personne en train d’effectuer une action, ou bien chez quelqu’un en train de la regarder effectuer cette même action – pourrait expliquer l’empathie et pourquoi nous sommes parfois capables de prédire les intentions et réactions d’autrui.

À la vision matérialiste de l’intuition des neuroscientifiques – qui serait cantonnée dans notre cerveau – s’oppose une approche plus spiritualiste. Ainsi, pour les philosophes, l’intuition dépasse le cadre strict de notre corps physique et dépend de notre esprit. Platon y voit la « saisie immédiate de la vérité par l’âme ». 

Henri Bergson la considère comme une voie d’accès à l’essence des êtres et des choses. Dans les sagesses orientales, l’intuition est une clé spirituelle d’accès à l’univers et aux connaissances fondamentales. Le psychiatre Carl Gustav Jung y voit une forme de communication subtile, d’inconscient à inconscient. Véritable révolution, la physique quantique ouvre de nouvelles voies de compréhension de l’intuition. Ainsi, le concept quantique de « non-localité », espace atemporel et acausal, pourrait expliquer les phénomènes controversés de télépathie, de précognition ou de pressentiment (voir à la fin de l’article).

Quoi qu’il en soit, au-delà de la nature réelle de l’intuition, nous pouvons apprendre à mieux l’utiliser. C’est un processus concret, à la portée de tous, qui passe par des pratiques particulières.

 

Pratiquer l’archéologie intuitive

Nous avons tous des intuitions, mais parfois, nous les avons oubliées ou refoulées. Réveiller son sixième sens passe tout d’abord par une réappropriation consciente de son capital intuitif. Prenez un carnet et notez les souvenirs d’intuitions qui viennent. Utilisez le temps présent, décrivez quel était le contexte, comment s’est manifestée votre intuition, si vous l’avez suivie ou pas, ce qui s’est passé, etc. Laissez-vous du temps et vous devriez voir resurgir d’anciennes manifestations intéressantes.

Mettre son cerveau pensant en pause

Pour fonctionner au mieux, les circuits intuitifs doivent s’alléger du poids du mental. Ainsi, lorsque vous vivez des intuitions, apprenez à les recevoir sans les expliquer, les juger ou à l’inverse, sombrer dans une dimension magique. Laissez-les « être », dans l’expérience de l’instant présent. Entraînez-vous à prendre des décisions intuitives, sans chercher à vous rassurer derrière une profusion d’informations. Plus nous cherchons à amasser de données sur un sujet, plus nous courrons le risque de nous éloigner de l’essentiel.

S’écouter, se comprendre

Loin d’être l’ennemi de la raison, les émotions sont nécessaires pour mener une vie normale, prendre nos décisions et avoir de l’intuition ! Il est donc primordial de se mettre à leur écoute et les vivre, tout en instaurant une juste distance avec elles. Pour cela, apprenez à reconnaître et nommer avec précision une émotion lorsqu’elle se manifeste. Il en existe cinq grandes catégories : joie, tristesse, peur, colère, désir.
 

Si vous vous sentez débordés par elles, le fait de prendre conscience de les identifier et les nommer peut suffire à les calmer.

 images (3)

L’activité intérieure

Notre société ne nous incite pas à explorer les rivages de notre intériorité. C’est pourtant là que notre intuition vit, s’exprime et grandit. Méditation, yoga, sophrologie, relaxation, qi gong permettent d’investir cet espace en soi, en faisant notamment l’expérience de la lenteur et de la simplicité. Il est possible de pratiquer la marche, la course ou toute autre activité en pleine conscience, c’est-à-dire en développant son attention à l’instant présent, à nos cinq sens et aux ressentis corporels associés (sons, odeurs, goûts, textures, aspects visuels…).

Se connecter à ses intuitions du saut du lit

Durant la période de réveil matinal, notre cerveau émet des ondes longues, alpha et thêta, typiques des états de conscience modifiés, comme la méditation ou l’hypnose. Dans cet état flottant, nous pouvons accéder à des informations intuitives, comme trouver la solution à un problème préoccupant. Pour capter ces intuitions du réveil, programmez-vous le soir en vous endormant avec cette intention. Le matin, activez cette fonction dans un coin de votre tête, tout en restant endormi. Puis notez vos idées sur une feuille pour ne pas risquer de les oublier ensuite.

L’étape du travail sur soi est incontournable pour développer son intuition.

On peut le mener avec un thérapeute ou seul si l’on possède de bonnes capacités d’introspection. En comprenant mieux nos failles, nous pouvons alors déjouer les pièges des fausses intuitions. La plus répandue d’entre elles est la projection, qui consiste à plaquer ses désirs, ses peurs, ses rêves ou ses envies sur quelqu’un d’autre ou sur une situation, et l’appeler intuition. Pour intuiter vrai, il est important d’être aligné avec soi-même. Notre sixième sens ne s’épanouit en effet que dans un rapport apaisé et confiant à soi et dans la vie.

Le pressentiment prouvé scientifiquement

« L’anticipation physiologique prédictive » est le nom scientifique donné au pressentiment par les chercheurs. En 2012, le laboratoire de neuroscience et de perceptions cognitives de la Northwestern University, aux États-Unis, a analysé les résultats de vingt-six études publiées entre 1978 et 2010 sur le sujet. La conclusion est étonnante : notre corps est capable deressentir des événements inattendus sur le point de se produire – entre deux et dix secondes avant – sous forme de réactions au niveau du cœur, de la peau, des ondes cérébrales et du système nerveux. « Nos connaissances actuelles ne nous permettent pas de comprendre ce phénomène. Cependant, des découvertes récentes en biologie quantique pourraient nous éclairer », indique la chercheuse Julia Mossbridge, qui a piloté l’étude.

Isabelle Fontaine du site  http://www.principes-de-sante.com/

 

Un «aller-retour» au coeur de la Lumière

 

NDE, l’histoire de Mellen-Thomas Benedict

 

images (3)En 1982, je mourais en phase terminale d’un cancer. Les conditions dans lesquelles j’étais, étaient intolérables, et toutes sortes de chimiothérapies aggravaient mon état végétatif. Les médecins m’avaient donné huit mois à vivre. 

Dans les années 1970, je travaillais dans l’information et les crises que traversait la planète m’abattaient (nucléaire, écologie, …). Parce que je n’avais aucune recherche spirituelle, j’ai cru que la nature avait fait une erreur et que nous étions le cancer de cette planète. Je ne voyais aucune issue à tous ces problèmes que nous avions créés. Pour moi, chaque humain était une souche cancérigène. C’est ce qui m’a tué. Prenez garde à votre façon de considérer votre monde. Cela peut se retourner contre vous et particulièrement si cela est négatif. Mon regard sur le monde était très noir. Ce regard m’a conduit tout droit à la mort. J’ai tenté toutes les méthodes de guérison, mais rien n’a marché. 

Alors, j’en concluais que ceci était une affaire entre Dieu et moi. Avant cela, je n’avais jamais eu à affronter Dieu. Aucune spiritualité ne m’intéressait, mais malgré tout je commençais à m’informer sur cet univers et je m’orientais vers d’autres médecines. Je lisais tout ce que je pouvais à ce sujet. Je lisais tout sur les religions et les philosophies. Tout cela était fort intéressant et me donnait l’espoir qu’il y avait peut-être quelque chose de l’autre côté. J’entrais en soins intensifs. Je me souviens me réveiller chez moi à 4 heures trente du matin, et je savais alors ce qu’il en était. C’était le jour où j’allais mourir. J’ai appelé quelques amis afin de leur dire au revoir. J’ai réveillé l’infirmière afin de lui dire que c’était la fin. J’avais passé un accord avec elle et je lui avais demandé de ne pas me laisser seule pendant les six heures qui suivraient ma mort car j’avais lu que parfois, des choses étranges se déroulaient pendant ce laps de temps.

 Je me souviens alors d’un début de NDE (Near Death Experience). Soudain, je pris conscience que je me tenais debout et que mon corps était allongé sur le lit. Autour de moi, c’était sombre. Être en dehors de mon corps était une sensation bien vivante. J’étais si vivante que je pouvais voir toutes les pièces qui m’entouraient. Je pouvais voir le toit de la maison, autour de la maison et sous la maison. Il y avait une brillante lumière. Je me suis tournée vers elle. La lumière ressemblait vraiment à tout ce que d’autres personnes avaient décrit à propos des NDE. C’était si magnifique, si tangible qu’il était possible de la ressentir. Elle était envoûtante et attirante comme si vous vouliez vous blottir dans les bras de votre père idéal ou de votre mère idéale. Alors, que je me dirigeais vers la Lumière, intuitivement, je savais que si je continuais à avancer vers elle, je mourrais. Alors que je m’avançais vers elle, je lui demandais : « S’il te plait, attend ! Je veux m’imprégner de ceci et j’aimerais parler avec toi avant de partir.. » Puis, quelque chose se produisit car à ce moment précis, vous avez le contrôle de la vie après la mort. Ma demande a été honorée et j’ai eu une conversation avec la Lumière. La Lumière prenait plusieurs visages comme celui de Jésus, Bouddha, Krishna, mandalas, …

 

J’ai demandé à la Lumière : « que se passe-t-il ? S’il te plait Lumière éclaire-moi sur tout cela. Je veux vraiment connaître la vérité de ce qui Est ». La communication était télépathique. La Lumière a répondu. Pendant cette expérience, l’information qui m’était transmise était celle-ci : « la Lumière se manifeste en fonction de nos croyances et de nos attentes. Si tu étais bouddhiste, catholique ou fondamentaliste, tu expérimenterais ce en quoi tu as toujours cru. 

Alors que la Lumière se présentait à moi, je réalisais que ce que je voyais vraiment était la matrice de notre Soi Supérieur. Je n’appartenais à aucune religion en particulier. C’est donc ce qui m’était renvoyé pendant cette NDE. Alors que je demandais à la Lumière de m’en révéler davantage. Je comprenais ce que signifiait la matrice du Soi Supérieur. Il existe une « grille, un réseau » autour de la Planète où tous les Moi Supérieurs sont connectés. C’est comme une super compagnie, un autre niveau subtil qui nous entoure, on peut l’appeler : un niveau de l’esprit. Après quelques minutes, je demandais encore des explications. Je voulais vraiment savoir ce qu’était l’Univers. Mais au fond de moi j’étais prête à mourir. Puis la Lumière s’est transformée en la plus belle chose qui soit : un mandala fait d’âmes humaines. J’ai vu ce magnifique Mandala, et j’ai vu, Ô combien merveilleux nous sommes tous dans notre essence, au coeur de nos atomes. Nous sommes la plus belle des créations. L’âme humaine, la matrice humaine que nous formons tous est absolument fantastique, élégante, exotique, Tout. Je peux difficilement exprimer à quel point cela a changé mon regard sur les Êtres Humains. Je m’exclamais : « O mon Dieu que les Êtres Humains sont beaux ». 

Qu’importe où vous en êtes, qu’importe la forme qui est la vôtre, vous êtes une des plus belles créations.

Les révélations qui venaient de la Lumière se déversaient encore et encore. Alors j’ai demandé à la Lumière : « Cela signifie-t-il que l’Humanité va être sauvée ? » Puis, tel le souffle d’une trompette accompagné de lumières qui tourbillonnent, la Grande Lumière a dit : « Souviens-toi de cela et n’oublie jamais : Vous vous sauvez vous-mêmes, vous vous rachetez vous-mêmes et vous vous guérissez vous-mêmes comme vous l’avez toujours fait. Et comme vous le ferez toujours. Vous avez été créés avec le pouvoir de le faire avant même la création du monde ». A ce moment-là, j’ouvrais davantage ma conscience. Je comprenais que nous avons DEJA ETE SAUVES et que nous nous sommes sauvés parce que nous avons été conçus ainsi comme l’est le reste de l’Univers Divin. Voilà ce que signifie la deuxième naissance. Du fond de mon coeur je remerciais la Lumière. Je déclarais : « O cher Dieu, Cher Grand Soi, J’aime ma vie ! » 

La Lumière semblait m’absorber encore plus profondément. La Lumière de L’Amour est indescriptible. J’entrais dans un autre royaume encore plus profond et je comprenais encore davantage. Je voyais un immense Courant de Lumière, large, et débordant, profond au coeur même de la Vie. Je demandais ce que cela était. « C’est la rivière de la Vie. Bois de cette eau sacrée autant que tu le souhaites » 

Alors je l’ai fait. Boire la Vie elle-même était une extase. Alors la Lumière a dit : « Tu as un désir ».

La Lumière savait tout de moi, le passé, le présent et le futur. « Oui », j’ai murmuré. J’ai demandé à voir le reste de l’Univers, au-delà de notre Système Solaire, au-delà de l’illusion des hommes. La Lumière m’a dit que je pouvais aller dans le Courant de la Vie. Ce que j’ai fait. J’ai été transportée par la Lumière jusqu’au bout du tunnel. J’ai senti et j’ai entendu une série d’explosions soniques. Une impressionnante accélération.  

Soudain, portée par le Courant, je m’éloignais de la Planète. J’ai vu la terre disparaître. Le système solaire, dans toute sa splendeur, défiler à toute vitesse et disparaître. Aussi vite que la vitesse de la Lumière, je volais vers le centre de la Galaxie et j’absorbais au fur et à mesure, toute la connaissance. J’apprenais que cette Galaxie et tous les Univers bouillonnent d’une variété considérable de vies. J’ai vu de nombreux mondes. La bonne nouvelle est que nous ne sommes pas seuls. Alors que j’avançais sur ce Courant de Conscience au travers du centre de la Galaxie, le courant se fracturait en d’extraordinaires ondes d’énergies. Je contournais, le fantastique amas de Galaxies, chargé de toute sa Sagesse.

J’ai cru que j’allais quelque part, mais je réalisais alors, que le Courant s’élargissait, que ma propre conscience s’élargissait pour absorber tout de l’Univers. Toutes les créations défilaient à mes côtés.

C’était merveilleux au-delà des mots. J’étais vraiment un Super Enfant ; un bébé dans un Monde Enchanté.  

Puis, à ce moment-là, je ne bougeais plus, immobilisée dans un profond silence. Je pouvais voir et percevoir POUR TOUJOURS au-delà de l’infini. J’étais dans le Vide. J’étais en phase de pré-création, avant le Big-bang. J’avais franchi le début des temps, j’étais allée au-delà de la première vibration, au-delà du premier mot. J’étais dans l’oeil de la Création. J’avais l’impression de toucher le Visage de Dieu. Cela n’avait rien à voir avec une sensation religieuse. Simplement, j’étais Ph 2Un avec la Vie et la Conscience Absolue. Quand je dis que je pouvais voir et percevoir pour Toujours, cela signifie tout de la Création et sa propre création. Il n’y avait pas de début ni de fin. Les scientifiques pensent que le Big-bang est un événement isolé qui a crée l’Univers. Au cours de ma NDE, j’ai vu que le Big-bang est seulement l’un des infinis Big-Bangs qui ont créé d’innombrables Univers et de façon simultanée. Les seules images qui se rapprochent de tout cela sont celles crées par les ordinateurs en appliquant des   équations géométriques fractales. Les anciens savaient cela. Ils disaient que Dieu créait des Univers en expirant et en créait d’autres en inspirant. 

Ils appelaient ces moments les Yugas. Tout cela n’était que pure conscience. Je voyais tous les Big-Bangs ou Yugas se créer et se créer encore. Je pénétrais au coeur d’eux et je réalisais que chaque particule de création a le pouvoir de créer. Difficile de l’expliquer. Il m’a fallu plus d’un an pour assimiler tout ce que contenait le Vide. Le Vide est Tout sauf rien et il est plus que tout. Le Vide est le

zéro absolu, le chaos d’où tout est possible. C’est la Conscience Absolue, bien plus que toutes les intelligences Universelles. Le Vide est l’espace entre les atomes et ses composants. La science d’aujourd’hui l’appelle : le point zéro. Toutes les fois où ils tentent de le mesurer, les indicateurs sortent des mesures (vers l’infini). Il y a bien plus d’espaces zéro dans nos corps et dans l’Univers que tout autre chose. Ce que les mystiques appellent le Vide n’est pas un vide. Il est plein d’énergies, toutes sortes d’énergies qui ont créé tout ce que nous sommes. Tout depuis le Big-bang est vibration, du premier Mot, qui est la première vibration.  

Le « Je suis » de la bible renvoie à cette question : Qu’est-ce que « Je suis » ? La création est Dieu qui s’explore lui-même et ce de toutes les façons possibles. C’est une exploration sans fin au travers de nous-mêmes. Pendant ma NDE, je commençais à comprendre que tout ce qui est, est Le Soi, Votre Soi, Mon Moi. Voilà pourquoi Dieu sait quand une feuille tombe. Cela est possible car où que vous soyez, vous êtes au centre de l’Univers. Où qu’un atome soit, il est le centre de l’Univers. Car Dieu est le Vide. Après avoir fait l’expérience du Vide, je voulais retourner au principe de la création. Puis, tout à coup, je suis retournée au Big-bang et j’entendais plusieurs explosions arrondies. Je me suis retrouvée sur le Courant de retour vers toute la Création. Quelle chevauchée ! Je traversais l’amas de Galaxies avec encore plus de clarté. Je franchissais le centre de notre Galaxie qui est un trou noir. Les trous noirs sont des grands processeurs de recyclage de l’Univers. Savez-vous ce qu’il y a de l’autre côté d’un trou noir ? La Lumière. Nous sommes, notre Galaxie qui provient d’un autre Univers. Dans sa configuration globale, la Galaxie ressemble à une fantastique cité de Lumières. Toutes les énergies de ce coté du Big-bang sont Lumière. Tous les atomes, toutes les étoiles, toutes les planètes, la conscience elle-même est faite de Lumière ! La Lumière est vivante, tout est fait de Lumière même les pierres. Donc tout est vivant. Tout est conçu avec la Lumière Divine et tout est très intelligent. Alors que je poursuivais mon voyage, je vis une énorme Lumière s’approcher. Je savais que c’était la Lumière Initiale, La Lumière de la Matrice du Soi Supérieur de notre Système Solaire. Puis tout le Système Solaire s’est présenté comme une Lumière dans des explosions de velours. Je pouvais voir toutes les énergies que ce Système Solaire générait, c’est un vrai Festival de Lumière. ! 

Je pouvais entendre la musique des Sphères. Notre système Solaire, comme tous les corps de Lumière Célestes génèrent une matrice de lumière, de sons et de vibrations qui lui sont propres. Sachez que les Humains font un bruit incroyable à chaque instant, tel des enfants qui joueraient dans la cours de récréation de l’Univers. 

images (4)La Lumière m’a bien expliqué que la Mort n’existait pas et que nous sommes immortels. Nous sommes vivants depuis toujours ; Nous faisons partie d’un système qui se recycle lui-même sans cesse. Il ne m’a pas été demandé de revenir, je savais que je le ferais. C’était naturel. J’ignore à l’échelle du temps humain combien de temps je suis restée dans la Lumière. Une fois mes réponses obtenues, je savais que le retour était proche. Chaque humain a une vie différente et des questions propres. Chacun de nous explore la vie d’une façon unique. Et ceci est fondamental. Parce que chacun contribue à la Vision d’ensemble, à la complétude de la Vie. Nous sommes des Dieux explorant le Dieu Moi dans la danse infinie de la Vie. Votre unicité embellit toutes vies.  

Alors que je retournais dans le cycle de la vie, je n’avais pas pensé que je reviendrais dans le même corps et cela ne m’a pas été dit. Je l’ai fait. J’avais complètement confiance. J’ai demandais à me souvenir de tout ce que j’avais vu et de tout ce que j’avais appris. J’ai entendu un « OUI » comme un baiser à mon âme. Alors je suis retournée à la Lumière au cœur du royaume vibratoire. Le processus s’est inversé et plus d’informations m’étaient données. Je suis revenue chez moi et le processus de réincarnation m’était expliqué. J’obtenais des réponses à ces questions : Comment cela marche ?

La terre est un grand processeur d’énergie et la conscience individuelle évolue en dehors de cela mais au sein de chacun. Je me suis imaginé en tant qu’humain pour la première fois et j’étais heureuse. De tout ce que j’avais vu, j’étais heureuse  d’être un atome dans l’Univers. Etre une partie humaine de Dieu, quelle bénédiction ! C’est fantastique. C’est une bénédiction au-delà de ce que l’on peut imaginer. Pour chacun d’entre nous, faire partie de cette expérience humaine, c’est fabuleux et Grandiose. Chacun d’entre nous, qu’importe où nous sommes, malade ou pas, nous sommes une bénédiction pour cette planète. Même là où vous êtes. 

J’expérimentais le processus de réincarnation pensant redevenir un bébé quelque part. Mais un autre enseignement sur l’identité m’était donné et comment évolue la conscience. J’étais si surprise quand j’ai ouvert mes yeux. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai été étonnée de me retrouver dans mon corps, dans ma chambre avec le visage de quelqu’un au-dessus du mien. Un visage qui pleurait. C’était mon infirmière.

Elle m’avait trouvé morte. Mon corps était raide et inflexible. Puis elle est allée dans l’autre pièce. Je me suis réveillée et j’ai vu la Lumière à l’extérieur. Je voulais me lever pour sortir mais je suis tombée du lit. Elle a entendu le bruit, s’est précipitait et m’a trouvée parterre. Une fois que j’allais mieux, j’étais très impressionnée sur ce qui c’était passé pendant ma NDE. Dans un premier temps, j’avais du mal à me souvenir de tout cela. Je me demandais : suis-je en vie ? Ce monde me semblait être un rêve bien plus que ce que j’avais découvert. Au bout de trois jours, je me sentais « normale » à nouveau, mais plus lucide et malgré tout différente de ce que j’avais toujours ressenti. La mémoire de cette NDE est revenue un peu plus tard. Je ne voyais plus rien de négatif dans les êtres humains. Avant cela, je jugeais beaucoup, et je pensais que beaucoup de gens étaient « dérangés ». En fait, je pensais que nous étions tous un peu « dérangés ». 

Trois mois plus tard, j’ai fait des examens. Je me sentais bien. Le médecin m’a dit : « Il n’y a plus rien ! » Je répondais : « ce doit être un miracle ! » Il a répondu : « non, ces choses arrivent et nous les appelons : rémissions spontanées ! » Il n’avait pas l’air étonné. Mais pour moi cela était un miracle et j’étais

impressionnée. Pendant ma NDE, j’ai visité ce que vous appelez l’enfer et j’ai été très surprise. Je n’ai

pas vu Satan ou le diable. Ma descente aux enfers était une descente dans la misère, l’ignorance et la souffrance de nos limitations. 

Cela semblait être une éternité misérable. Mais chaque âme avait une étoile autour qui lui était accessible à chaque instant. Mais personne ne semblait y prêter attention. Ces êtres étaient si fatigués par leurs rancoeurs, leurs traumas et leur misère. Mais après ce qui m’a semblé être une éternité, j’ai appelé la Lumière comme un enfant appelle ses parents quand il se sent en danger. Puis la Lumière est apparu et a formé un tube qui s’est dirigé vers moi, m’isolant de toutes ces peurs et douleurs. Voilà ce qu’est vraiment l’enfer. Nous sommes en train d’apprendre à nous retrouver à nous unir. Les portes de l’enfer sont ouvertes et nous allons pouvoir nous relier afin que nous sortions de cette misère, main dans la main. La Lumière s’est transformé en un Ange immense. Je lui demandais : « Etes–vous l’Ange de la Mort ? » Il m’a précisé qu’il était ma Présence Divine, la Matrice de mon Moi Supérieur. Puis je suis retournée à la Lumière. Bientôt nos scientifiques vont quantifier l’esprit. Les physiciens « fracassent » les atomes pour comprendre de quoi ils sont faits. Ils sont allés jusqu’aux quarks et charms, … Un jour ils atteindront cette petite chose qui fait que tout se tient ensemble et ils devront l’appeler… Dieu ? Nous commençons à peine à comprendre que nous aussi nous créons. 

images (6)Lors de ma NDE, j’ai franchi un point, celui où nous dépassons tout le savoir, comprenant que Nous avons le pouvoir de créer. Et c’est ainsi que Dieu s’expanse au travers de nous. Depuis cette expérience, je rencontre la Lumière dans chacune de mes méditations. Chacun de vous peut le faire. Il n’est pas nécessaire de mourir ou de vivre une NDE. C’est en vous comme un équipement auquel vous êtes déjà connecté. Le corps est le plus magnifique Être de Lumière qui soit. Le corps est un univers d’infinies Lumières. L’esprit ne nous pousse pas à détruire ce corps. Ce n’est pas ce qui se passe. Ne cherchez pas à devenir Dieu, Dieu devient vous. Ici !  

Je demandais, quelle est la meilleure des religions ? Avec beaucoup d’Amour la réponse fut : « Cela m’est égal ». Incroyable. Quand j’ai entendu cela, j’ai immédiatement compris que ce qui était important c’était Nous. Pour Dieu, il n’est pas important que vous soyez protestant, catholique, bouddhiste ou autre, car tout est une facette du tout. Tout est important. Pendant ma NDE, j’ai exploré le coté noir des déchets toxiques, des missiles nucléaires, la déforestation, et le problème démographique, … Je suis revenue en aimant chacun des problèmes. C’est un mandala que nous avons créé pour nous propulser vers un autre niveau de conscience. Nous prenons ainsi conscience que nous sommes tous interconnectés. Chaque bombe nous a poussé à dire : « cela suffit, nous n’en avons plus besoin ». Nous

sommes aujourd’hui dans un monde bien plus sûr que nous ne l’avons jamais été. Et il va devenir de plus en plus sûr. Je suis donc revenue de ma NDE aimant les bombes nucléaires car elle nous ont unis davantage. Ceci est si immense. Et Peter Russel a dit : « ces problèmes sont maintenant du côté de l’âme. Donc nous aurons des réponses de l’âme ».  

Le déboisement de la forêt amazonienne va ralentir, et dans moins de 50 ans, il y aura plus d’arbres que jamais. Engagez-vous là où vous entendez l’appel. Mais ne soyez pas dépressif, tout fait partie d’un plan bien plus vaste. La Terre est en train de se domestiquer. Elle ne sera pas sauvage comme elle l’a été. Mais il y aura de grands espaces sauvages, des réserves où la nature pourra prospérer. La population croissante permettra une bascule des consciences. Cette bascule transformera la politique, l’argent et l’énergie. Depuis je respecte la Vie et la Mort. Dans notre Adn, nous avons ouvert les portes d’un grand secret. Bientôt, il nous sera possible de vivre dans ce corps aussi longtemps que nous le souhaitons. Après plus de 150 ans de vie, nous saurons intuitivement si nous voulons changer de canal.

Vivre pour toujours dans le même corps n’est pas aussi créatif que de se réincarner. Nous allons enfin comprendre la sagesse de Tout cela, et l’apprécier. Nous sommes vivants depuis toujours.

Ce corps dans lequel vous êtes a toujours été en vie ! Il provient d’un courant de vie qui ne cesse jamais, retournant vers le Big-bang et bien au-delà !

 

Traduit par Dominique-Claire Germain de Vivre Sa Légende

 

Publié dans:ADN, LUMIERE, MULTIDIMENSIONNALITE |on 21 décembre, 2014 |Pas de commentaires »

Autour des Orbes

 

Je ne sais si certains d’entre vous l’ont remarqué de leur côté depuis quelque temps, un phénomène lumineux bien particulier se manifeste de plus en plus souvent sur des photos prises avec de petits appareils numériques.

Photographier les Orbs
orbs
OrbsQuelques amis, des proches, et moi-même en avons récemment fait et continuons d’en faire l’expérience. Il s’agit essentiellement de l’apparition de sphères lumineuses semblables à de petits médaillons fort bien dessinés. Certaines vont jusqu’à évoquer des mandalas. Apparaissent aussi, bien que plus rarement, des sortes de triangles isocèles naissant, dans l’espace, de l’assemblage de trois points lumineux. Tout cela sans oublier, enfin, des formes plus indéterminables, moins régulières, mais sur le déplacement desquelles il semble possible d’intervenir. En appelant ces dernières, on peut parvenir à les faire se rapprocher d’une main tendue, par exemple.
orbs
Il est à noter que les appareils numériques les plus sophistiqués ne paraissent pas capables de capter de telles images. On m’a dit à ce propos que leur technologie diffère de celle des petits appareils classiques que chacun glisse dans une poche ou un sac à main et que cette différence en est sans doute l’explication.
orbs
Bien sûr, la première réaction de chacun face à de tels clichés est de se dire qu’il s’agit tout bêtement de reflets ou d’imperfections de la photo dus à un problème technique ou encore à l’éclairage. Cependant, leur observation, si elle est honnête, nous permet de nous rendre rapidement compte qu’il ne s’agit en aucun cas de cela mais bien de manifestations lumineuses authentiques.

OrbsDe véritables mandalas lumineux…


orbs
L’expérience en a été faite récemment en un même lieu, au même moment, avec des appareils différents et des photographes différents placés selon des angles multiples. Les photos qui en résultent montrent les mêmes sphères et les mêmes mandalas en suspension dans l’espace, donnant la sensation de danser autour de certaines personnes.
orbs
Ces manifestations lumineuses sont de tailles très diverses, de plusieurs intensités aussi et s’avèrent transparentes puisqu’on aperçoit derrière nombre d’entre elles la continuité du décor d’un mur, d’un objet ou encore une personne.
orbs
Je dois ajouter qu’il faudrait être incontestablement de mauvaise foi pour n’y voir qu’une anomalie technique ou le jeu d’un quelconque « hasard », d’autant plus que la qualité des bulles de lumière et des mandalas photographiés ainsi que leur nombre varie considérablement non seulement d’un lieu à l’autre mais aussi en fonction de l’activité qui a cours ou a eu cours en ce lieu.
orbs
La musique, par exemple, surtout lorsqu’elle génère un espace sacré, harmonieux ou simplement joyeux semble particulièrement propice à susciter des mandalas et des sphères de lumière. Il en est de même d’une atmosphère de méditation ou de soins de nature énergétique.

Intelligence…
orbs
dscf0014En se livrant à un peu de recherche et d’expérimentation, on s’aperçoit que ces « lumières » ne se manifestent pas toujours spontanément dans des endroits ou lors de circonstances qu’on peut qualifier de profanes mais qu’elles ont plutôt tendance à se laisser photographier si on les sollicite intérieurement.
orbs
On peut donc parler « intelligences » en ce qui concerne au moins certaines d’entre elles puisqu’elles réagissent à nos appels du dedans.
orbs
En réfléchissant à tout cela et en multipliant les observations, il me paraît sûr que ces manifestations sont de plusieurs natures. Certaines proviennent sans conteste d’empreintes psychiques laissées en un lieu par ceux qui l’ont habité ou qui l’habitent encore de façon intense. D’autres, plus élaborées, peuvent être qualifiées de « sceaux vibratoires » émanant de présences protectrices. D’autres enfin témoignent d’autres présences, plus observatrices, visiblement attirées par l’activité et les préoccupations qui emplissent et nourrissent le lieu.
orbs
Je me promets, en ce qui me concerne, de mener une étude plus approfondie de la question, notamment avec les capacités naturelles dont la Vie m’a doté. Ce qui je puis ajouter aujourd’hui, c’est qu’il est pour moi évident que des phénomènes de ce type et d’autres encore, bien plus significatifs, ne font que commencer à être perceptibles par nous-même si nous avons encore besoin de l’aide d’un peu de technologie pour les mettre en évidence aux yeux de tous.

Daniel Meurois www.meurois-givaudan.com

Publié dans:ENERGIES, MULTIDIMENSIONNALITE |on 1 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

Quand l’amour rend visite

…  

Nous ne connaissons pas les effets a posteriori de nos histoires d’amour sur le monde invisible. C’est pourtant ce qui détermine la qualité du dialogue avec l’au-delà.

 

images (4)Parmi les rencontres avec « l’autre rive » qui m’ont particulièrement ému, je me souviens de cette femme désirant éclairer différents points de son existence et mieux comprendre qui elle était. Alors que nous parlions ensemble, un halo de lumière se manifeste à ses côtés, dans lequel doucement apparaît la silhouette d’un jeune homme. Il reste là un instant, semble regarder par-dessus l’épaule de cette femme. Ce type de manifestation n’étant pas si fréquente, je m’arrête de parler afin de mieux entendre en moi cette présence ; « Vous êtes avec ma mère, quant à moi je suis mort dans un accident de moto. » Je suis un peu troublé par cette annonce car, d’une part la personne en face de moi ne m’a rien dit de particulier et d’autre part si la mort du jeune homme vient de se produire, je ne me vois pas l’annoncer même avec quelque prudence. Comprenant mon inquiétude – la ressentant surtout – le jeune homme ajoute ; « Mais elle le sait, il y a plus d’un an que cela s’est produit. »

Présent dans cette brillance

Avec mille précautions, je préviens la personne qu’un jeune homme souriant se tient à ses côtés et qu’il la regarde avec beaucoup d’affection. Je ne dis rien d’autre, dans l’attente de sa réaction. Je ne connais pas l’histoire de cette femme, ni celle de ce jeune homme et je ne veux pas la choquer. Le jeune homme est toujours présent dans cette brillance, son image semble bouger comme si j’assistais à une projection sur un écran qui ondulerait légèrement, faisant perdre parfois la netteté. Mon regard se fixe de nouveau sur cette dame. Les larmes aux yeux, elle me dit ; « C’est mon fils. Vous le voyez, il est venu. » Sa réaction m’encourage et son émotion me rassure. En fait, je comprends qu’elle est venue pour cela.

Soulagé, porté par le bonheur de cette femme et l’amour qu’il lui porte, je suis tout écoute. De la même manière qu’il devait lui parler de son vivant, le jeune homme confie à sa mère ; « Je vais bien. Je suis en paix, il n’y a pas de souffrance. Je ne suis pas mort sur le coup comme tu le sais, quelques instants après. Mais le choc a été si violent que c’est comme si j’avais été projeté hors de mon corps. Et la seule pensée que j’ai eue, c’est… Oh, maman va être inquiète. Aussitôt, je me suis retrouvé auprès de toi. Tu servais du café à tes collègues de service où tu étais de garde au centre hospitalier. La pendule sur le mur indiquait minuit passé. Tu riais tout en ayant le souci de tes malades, je le ressentais. Je savais que tu ne me voyais pas, que tu ignorais tout. Puis j’ai pensé à ma sœur et instantanément je me suis retrouvé au pied de son lit. Elle dormait et je l’ai contemplée. Et c’est parce que je l’ai regardée qu’elle a bougé, ouvert les yeux et qu’elle m’a vu. Elle en a été surprise, mais a cru à un rêve. A nouveau, j’ai vu mon corps, mais cette fois étendu sur une table et j’ai compris alors que j’étais mort. »

Un monde de ressentis
Et ce fils d’expliquer à sa mère tout l’amour qu’il éprouve pour elle, « pas l’amour que mon cœur de fils te portait de son vivant… il s’agit d’autre chose. » Il attendait de pouvoir communiquer avec elle. Pour lui, le temps n’existe pas mais il ressent l’impatience de sa mère. Et c’est maintenant que devait se faire cette rencontre, partager ce bonheur. Il lui dit aussi qu’il a beaucoup à faire, qu’avec d’autres, dans un ailleurs comme l’on dit sur Terre, il a choisi d’accueillir et d’aider ceux qui sont victimes de mort violente. Et il demande à sa mère de ne pas chercher à reprendre contact avec lui et dit qu’il donnera de ses nouvelles par rêve. Qu’elle sache simplement qu’il est bien, heureux et qu’il y a toujours une partie de moi qui est là, qu’il ne vit pas ailleurs, qu’il est juste là avec ceux qu’il a aimés, qu’il lui est difficile de trouver les mots mais qu’il pourrait dire ceci ; « Il n’y a aucun éloignement entre les êtres que vous prétendez morts et vous autres qui êtes vivants. C’est juste une autre façon de vivre. Notre vie est parfaitement réelle tout autant que la vôtre. Elle est organisée autrement, c’est un monde fait de ressentis, de vagues successives d’amour. » Et cet homme confie à sa mère que, chaque fois qu’elle pense à lui, une vague d’amour le submerge. Il la reconnaît car seule sa mère peut l’aimer ainsi et penser à lui de la sorte. Il est alors aussitôt avec elle. Cette même force comporte d’autres fréquences vibratoires et c’est ainsi qu’il reconnaît s’il s’agit de sa sœur ou de son père. Il sait toujours qui pense à lui, qui l’aime autant. Il est donc omniprésent dans le cœur de tous, mais aussi sur le plan humain à les accompagner.

Le rejoindre en esprit

Par rapport à sa mère, il explique que, non seulement, il perçoit ses pensées mais il continue de vivre avec elle au niveau de l’âme, au niveau intérieur. C’est comme si elle le portait. En effet, bien que l’âme de sa mère soit au cœur d’une expérience humaine (l’incarnation), leurs âmes ne sont pas assujetties à la matière. Sur leur plan de conscience, elles se rejoignent, sont toujours complices. L’âme d’une mère porte l’âme de son enfant. C’est ce qui permet les retrouvailles au moment de la mort, retrouvailles prévues car l’amour ressenti et vécu intensément a des conséquences sur un plan spirituel. Les liens ne sont plus seulement physiques, mais deviennent des liens spirituels éternels. Cela explique pourquoi le jeune homme demande à sa mère de ne pas chercher à l’appeler uniquement sur un plan humain. Désormais, leur relation se poursuit à un niveau plus subtil et il lui explique avec une grande délicatesse qu’elle doit, parce qu’elle le peut, le rejoindre en esprit, communiquer avec lui davantage à travers sa pensée et son cœur. Et pour cela, elle doit écouter en elle et faire confiance à ce qu’elle ressent.

A la fin du contact, il lui redit tout son amour. La maman est en larmes d’émotion et de bonheur. Elle retrouve son calme et m’explique enfin l’histoire qui s’est révélée en tout point exacte. Elle est infiniment heureuse de ce contact et ne doute pas un instant que son enfant de dix-neuf ans est toujours vivant, même si son absence physique lui pèse parfois. La perte d’un être cher est toujours difficile, alors celle d’un enfant…

J’étais moi-même très heureux qu’elle ait retrouvé son fils et qu’elle sache que lorsque des émotions surgissent en elle, c’est parce qu’elle le porte toujours comme au moment de sa grossesse ; que leurs âmes dialoguent dans une autre dimension de l’esprit.

Quelques mois plus tard

Quelques mois plus tard, une jeune femme demande un entretien. Au cours de celui-ci, le jeune homme se présente de la même manière : présence d’un halo lumineux dans lequel s’installe une forme plus précise. Il semble touché de voir cette jeune femme. Sans me prêter davantage attention –il sait que je le vois – il me dit qu’il s’agit de sa belle-sœur envoyée par sa mère. Cette dernière n’a pas osé revenir parce qu’il le lui avait déconseillé. C’est alors qu’une force en moi me fait dire à la jeune femme : « Christian est là et m’explique qui vous êtes, que vous venez aux nouvelles car sa maman n’a pas osé le faire. Les nouvelles sont toujours les mêmes, c’est-à-dire aussi lumineuses, agréables et pleines d’amour. Il prie pour que votre espoir qui est aussi son souhait se réalise, celui d’avoir un enfant. Est-ce bien cela ? » La jeune femme est interloquée. Et comme il l’avait fait avec sa mère, Christian recommande à sa jeune belle-sœur de ne pas renouveler l’expérience ; elle doit compter sur elle-même, sur sa foi, sur ce qu’elle est, sur sa force intérieure. Car en vérité, tout ce qu’elle a envie de vivre et qu’elle ne se sent pas capable d’affronter humainement, elle l’a décidé avant de venir au monde et la réussite est prévue. Elle doit donc avoir confiance. Puis il me remercie avant de se fondre dans la lumière qui semble l’emmener en se refermant sur lui.

En séchant ses larmes, la jeune femme m’avoue qu’elle ne croit pas à tout cela, que sa belle-mère lui a effectivement demandé ce service et qu’elle a accepté en voyant toute sa peine. Elle me remercie du réconfort que lui ont procuré les propos de Christian.

Deux ans plus tard…

Deux ans après, la maman de Christian est revenue. Je ne l’ai pas reconnue mais son fils s’est de nouveau présenté. Avant même de s’adresser à elle, il tient à m’expliquer certaines choses qui rejoignent en tous points différents témoignages de personnes décédées puis : « Elle a besoin d’être réconfortée, je le comprends bien mais il faut aussi qu’elle saisisse l’enseignement que mon amour lui donne. » Je transmets alors le message d’amour de Christian à sa maman, nuancé de recommandations ; il lui rappelle ce qu’il lui avait suggéré la première fois. Elle réagit en s’adressant à lui directement : « Mais ça me fait tellement de bien. Ne refuse pas d’avoir des contacts avec moi, sinon ça veut dire que je te dérange. » Et Christian d’expliquer : « Ce n’est pas de dérangement dont il s’agit, parce qu’il n’y en a pas. Mais comment peux-tu devenir consciente de ma présence en toi et avec toi en chaque instant si tu utilises toujours un intermédiaire ? Pour beaucoup d’autres, ça reste nécessaire, mais de là où je suis, je sais ce dont tu as besoin. C’est pourquoi je t’incite à t’appuyer sur ta foi et sur la confiance que tu éprouves. En consultant, tu les remets en question et c’est comme si tu recommençais à zéro. Bien sûr que je ne t’interdis rien et je te donne ce conseil uniquement pour que l’au-delà fasse peu à peu partie de ta propre vie, devienne ta propre lumière, ta quête, ta vérité. Pour le moment, c’est toujours la vérité d’un intermédiaire même si tu connais les faits et que, par émotion, tu sais que cela est juste avec tous les détails qui la portent. Il serait tellement mieux pour ton évolution spirituelle que tu puisses grandir seule à cette vérité, te l’affirmer et la vivre dans la réalité. C’est ainsi que mon absence physique te pèsera moins. Tu vas me sentir vivre pleinement dans ton quotidien. Tu dois réussir à t’éveiller à ta propre richesse spirituelle comme à celle que moi-même je véhicule.

Dans ton for intérieur

images (5)Nous ne sommes pas désunis mais bien ensemble. Tu le crois, c’est bien, mais tu dois le vivre ; alors, seulement tu comprendras que je ne suis pas mort mais que je reste vivant. Tu le sauras parce que tu vas aborder cette vie-là chaque jour un peu plus dans ton for intérieur. C’est là que tu peux déjà me retrouver sans que tu sois obligée de mourir au plan humain. Maman, à ce moment-là, ma mort te devient « utile » dans ta quête personnelle parce que je t’ai ouvert une fenêtre sur un autre monde que tu aurais  toujours voulu ignorer mais que désormais tu veux vivre. Tu comprends mieux pourquoi je te déconseillais de revenir ? C’est juste pour que tu comprennes qu’en prenant contact avec toi-même, tu te place dans ma force qui vit en toi. Tu vas savoir utiliser tes valeurs et non pas tes manques. Chaque fois que tu es en demande, tu l’es à travers tes manques. Cela t’aide psychologiquement et sur un plan spirituel, mais d’une manière plus lente. Voilà, chère maman, mon message qui nous relie aujourd’hui et jusqu’au jour où je t’accueillerai. »

La maman a parfaitement compris ce que disait son fils parce qu’elle l’a ressenti au plus profond d’elle-même. Au fur et à mesure que je traduisais en mots ce que Christian me disait, la vie se révélait en elle. Je n’ai plus jamais revu cette femme, ni même qui que ce soit de la famille. Avant de s’en aller, Christian s’adresse à moi : « C’est la dernière fois que l’on se voit car maman a ressenti tout ce que je lui ai dit et, puisqu’elle a compris, elle me laisse à ma présence et donc par notre amour réuni, nous existons ensemble. »

Retrouvez d’autres témoignages
dans Ce que la mort m’a confié

Publié dans:AMOUR, MULTIDIMENSIONNALITE |on 28 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

LES MOTEURS DE PROPULSION : LES TROIS KUNDALINI

 

images (1)Trois forces fondamentales dynamisent les êtres dans tous les règnes de l’Univers : les idées, les désirs et les actes. La plus haute vision que nous avons de ces trois forces est, pour la première, celle de l’Esprit suprême, le verbe sacré, penseur de la vie, l’inconnaissable Intelligence divine, le Père, l’architecte de l’univers : la tête. La seconde est l’amour, la Déesse, le magnétisme qui maintient la cohésion entre les mondes : le cœur. Et finalement, en troisième, la puissance, le mouvement, l’action : la force. De l’union des trois peut naître un dieu. Ces moteurs sont en nous et nous les utilisons quotidiennement, dans des buts, la plupart du temps, très dévoyés. 

La force de l’Esprit, par exemple, est parfois exploitée pour élaborer des plans maléfiques : les recherches nucléaires, la science matérialiste en général qui nie la dimension spirituelle des êtres, ne les considérant qu’en tant que corps de matière évoluant dans un Univers hasardeux. Toutes les dérives intellectualistes déconnectées du cœur sont des usages détournés de la force créatrice de la pensée. En effet, les « fonctions créatrices » auxquelles font référence les écritures bibliques sont bel et bien les forces de la pensée, dont les premiers pouvoirs sont la capacité de conception et de création. La procréation obéit à des lois analogues pour engendrer des corps formels, mais là n’est pas la déviance suprême de l’humanité. Son « péché » est avant tout dans l’usage pervers qu’elle fait de son mental, détournant son esprit de la contemplation de Dieu, l’appliquant exclusivement à la matière, et à la satisfaction égocentrique, souvent à l’encontre de la vie. La pensée nous a été donnée pour nous relier au divin, non pour l’exploiter à des fins égotiques. Le mental est un feu ravageur s’il n’est pas équilibré par le cœur au service d’une action juste.

La force du cœur est celle de l’amour. Nous parlons ici d’amour divin, à ne pas confondre avec la sentimentalité humaine. L’amour pour les dieux a été détourné en sentimentalité, en attachement à des formes périssables, en vampirisme affectif. L’amour peut soulever des montagnes, la sagesse populaire le sait bien. Une mère dont l’enfant est en détresse puise en elle des ressources insoupçonnées. Mais cette force éminemment puissante, si elle est sollicitée pour des buts égocentriques, peut entraîner crimes et passions. L’amour humain est versatile, il entraîne, avec ses joies et ses plaisirs fugaces, un versant antagoniste de souffrance et de trahison. L’amour qui n’est pas orienté par une compréhension juste est un gouffre de déperdition d’énergie. L’amour désintéressé, sans être naïf, voilà la véritable propulsion du cœur. Mais sa pratique est très difficile.

KARMA

La troisième force est celle de l’action. En sanskrit, « action » se dit karma. L’action est donc le ferment de notre destinée et entraîne inévitablement le karma. Cela est logique, en agissant, nous engendrons des effets, qui nous reviendront comme un boomerang. C’est la Loi. 

Nous venons tous au monde avec une réserve énergétique dévolue à l’action: le karma. Stocké dans la kundalini du bassin, elle-même logée dans le sanctuaire du sacrum, le karma se diffuse petit à petit, tout au long de la vie et nous procure la force motrice. Ce moteur de propulsion est le plus actif de l’humanité: le karma nous pousse à procréer et à dépenser de l’énergie pour assurer notre survie et celle de notre déscendance. Nous faisons des erreurs et nous devons les réparer. Chacun de nos gestes est comptabilisé sous un joug implacable, régulé par Saturne ; dans ce système, l’injustice n’existe pas. Tous nos mouvements sont commandés par le karma qui nous tient comme un créancier implacable. Nous naissons là où le destin nous dépose, afin que nous l’accomplissions. Au final, le sort des humains sera le même pour tous : la mort. Alors les matérialistes s’agitent pour « profiter », les hommes de pouvoir pour « laisser une trace dans l’histoire », les dépressifs cessent d’agir par ennui ou par désespoir, mais tous accumulent un karma, qui devra être remboursé ou crédité, en cas de « bonnes » actions, dans cette vie ou dans une autre. Ainsi s’épuise le feu du sacrum… jusqu’à ce que mort s’en suive.

Comme pour les foyers du cœur et de la tête, le sanctuaire du bassin doit être orienté vers la transcendance, sinon notre force se dilapide horizontalement. Dans une voie libératrice, on cherche à poser des actes qui n’entraînent pas de comptes à rendre à l’infini, mais qui soient libres de karma. C’est seulement ainsi que nous pourrons devenir maîtres de notre destinée. Pour y parvenir, nos actes doivent être dénués d’égocentrisme. Lorsqu’on saisit le fondement dialectique de la vie terrestre, on comprend que même nos soi-disant bonnes actions peuvent porter préjudice à notre âme ! En effet, elles ne peuvent que contrebalancer le mal qu’on a pu occasionner, mais ne sont en aucun cas libératrices, tant qu’on les perpétue pour être « bien vus », pour réparer une culpabilité ou pour donner bonne conscience à notre ego. Le monde est fait de la double illusion matérielle et sentimentale. Toutes deux conduisent droit à la mort, puisqu’elles renforcent l’attachement à ce qui est périssable, les corps ou les personnalités mortelles. 

Les feux de nos trois kundalini sont en train de s’épuiser. De leur bonne orientation et de leur allumage régulier dépendra le décollage de notre vaisseau de gloire. La Tradition nous enseigne que notre structure chérubinique est composée de trois paires d’ailes. Le chérubin est le messager divin. Il porte les informations des Dieux d’une dimension à l’autre. Kerub, en Hébreux, a la même étymologie que Merkavah. Cette image est parfaitement juste, puisque nos moteurs-kundalini se déploient dans une dynamique ailée. Notre âme a des ailes !

PLUSIEURS PERSONNES HABITENT NOTRE MICROCOSME

Ce serait une funeste erreur de croire que notre petite – ou grosse ! – personnalité soit la seule présence active au sein de notre Merkavah. Envisageons la demeure de l’âme : au centre, logé dans le cœur, réside le germe de l’immortalité. Mais c’est une vie somnolente qui l’anime, une très faible lueur dans la nuit de l’incarnation. L’existence que nous menons dans la frénésie moderne et les préoccupations égocentriques sont un cauchemar permanent pour notre âme, Belle au bois dormant. Son prince, l’Esprit, est absent, puisque notre monade immortelle réside toujours dans le monde des esprits vierges. Seule une parcelle de notre personne divine est plongée dans la matière, celle qui correspond à notre corps éthérique. Le noyau externe, celui qui circonscrit le champ de rayonnement de notre microcosme est toujours présent. Il s’agit bien du véhicule d’immortalité, issu de l’amour qui se déployait originellement entre l’âme et l’Esprit, dans la triple unité. Malheureusement, le champ où se manifestait cet amour est désert. Dans ce véhicule inactif, vivait l’enfant divin, le prince conducteur. Ce dernier doit être remis aux commandes, car il a été évincé par un parasite : l’ego. De l’asservissement de l’intrus et de la restauration du prince dépend notre Libération.

Le mythe manichéen du Chant de la Perle raconte ce drame cosmique à travers l’allégorie du fils amnésique : un roi et une reine de puissance vivaient dans un somptueux palais. Ils avaient un fils. Un jour, ils le vêtent de ses plus riches habits, lui préparent un sac de voyage plein de délicieuses victuailles et d’étoffes précieuses, et l’envoient accomplir une mission : chercher et rapporter la perle sacrée que le serpent détient dans son repaire. Fier et noble, le prince s’en va, déterminé à revenir vainqueur pour honorer ses parents. Les années passant, au fil des chemins et des pays traversés, notre beau prince use ses vêtements, il a depuis bien longtemps mangé toutes ses victuailles et vendu ses étoffes. Il est comme un voyageur errant, sans but, il a oublié sa mission. Ses parents, ne le voyant pas revenir, lui envoient des messagers, afin qu’ils le rappellent à sa mission héroïque. Le prince a perdu la mémoire, sa noblesse ne se manifeste plus par un quelconque signe extérieur, il n’en demeure pas moins fils de roi. De même, notre vaisseau contient potentiellement toute la puissance divine. Nos foyers de feu, de lumière et d’énergie ne demandent qu’à éclore à nouveau mais, pour cela, il faut accomplir une mission : retrouver et rapporter une perle sacrée aux dieux en vainquant le Serpent. Il y a un combat intérieur à mener contre la personnalité inférieure pour réanimer notre conducteur divin. La question est de savoir quelle est l’identité du serpent usurpateur, celui qui contrôle notre égo à partir d’un centre occult…

Extraits du livre Merkavah.

Publié dans:KARMA, MULTIDIMENSIONNALITE |on 21 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

L’amour est la seule chose que le partage grandit.

 

Je suppose que si je dis qu’avec un peu plus d’amour notre monde tournerait mieux, presque tout le monde sera d’accord. Cela semble même être une évidence. Si la solution à bien des difficultés est à portée de main (un peu plus d’amour), alors on devrait pouvoir la mettre facilement en application. 

FORUM1 adresse

Mais ce n’est pas aussi facile que cela. Pourquoi ? 

Peut-être pensez-vous à nos jeux d’ego, qui nous maintiennent dans la dualité, à la recherche parfois avide et aveugle de pouvoir et de plaisir, ou à ces peurs qui nous séparent. Vous avez raison, tout cela existe, mais je pense à autre chose : à notre système économique.

Voyez-vous, la doctrine du capitalisme qui régit nos systèmes économiques est basée sur la compétition, la concurrence. Or, dès qu’un être humain entre en mode compétitif, qu’il voit en l’autre un concurrent, il ferme son cœur et ne peut plus exprimer son amour. C’est l’un ou l’autre. La compétition exclut l’amour

Il est facile de comprendre que tant et aussi longtemps qu’on basera nos échanges économiques et la plupart des relations entre humains sur la compétition, nous ne pourrons laisser s’exprimer l’amour présent dans nos cœurs. Qu’on le veuille on non, le capitalisme (ou tout système semblable) étouffe l’amour, l’amitié, la douceur, et empêche la floraison de notre humanité vers des valeurs plus élevées, des valeurs 
de partage, de solidarité, d’unité, de fraternité. 

Notre évolution passe donc inmanquablement par l’abandon du capitalisme. Comme on peut le voir, ceux qui en tirent profit font tout pour maintenir notre humanité sous le joug exclavagiste de se système (à travers le FMI, la Réserve fédérale américaine, la Banque européenne, etc). Je ne donne cependant que peu de temps encore à ce système. Il est trop barbare, cynique, destructeur et inhumain. Pour ma part, on peut s’en libérer dès aujourd’hui. 

Mais alors, comment va-t-on faire ? Voilà une excellente question !

Comment aimeriez-vous que soit notre monde ? 
 
Pensons-y, visualisons-le aussi beau et joyeux qu’on le peut, créons-le dès aujourd’hui en y mettant le meilleur de nous-mêmes, et nous le verrons un jour autour de nous. Car c’est à nous, individuellement et collectivement, qu’il appartient de le décider et de le bâtir. 

Ne laissons plus un groupe de gens passés maîtres dans l’art de la manipulation et du mensonge nous diriger et décider à notre place. S’ils ont pu installer un tel système, qui profite à une infime minorité au détriment de tous les peuples, qui saccage notre environnement et pollue au point de compromettre notre survie, c’est que nous les avons laissé faire.

Or, nous avons le pouvoir de choisir. Nous avons le pouvoir de dire oui et non ! Je connais bien les contraintes de notre vie moderne, je connais nos obligations de tous genres et je sais qu’on ne peut pas changer de vie comme par magie. Mais en ce qui concerne notre système économique actuel, dire « Non, ça suffit la folie ! » et un acte nécessaire. Un acte libérateur aussi, car nous sommes devenus trop dépendants, trop soumis et trop privés d’amour pour nous épanouir.

C’est en mettant la qualité d’amour au coeur de notre vie, de nos échanges, de nos relations à l’autre et à tout être vivant, que nous pourrons enfin exprimer le plus beau de l’humain !

Venez rejoindre « La Vie Devant Soi » ici : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans:AMOUR, HUMANITE, MULTIDIMENSIONNALITE, SOCIETE |on 19 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

Voyages intérieurs avec Jan Kounen

Source INREES

Cinéaste, voyageur et explorateur de la psyché, Jan Kounen se met à nu dans ces carnets intimes. Un témoignage hors norme, doublé du premier guide d’approche de la médecine traditionnelle de l’ayahuasca en Amazonie.
images (7)

Cela fait plus de dix ans que je vais dans la partie amazonienne du Pérou rencontrer des curanderos (guérisseurs). Dix ans, c’est le passage de la découverte à l’apprentissage. Dans ce parcours, j’ai trouvé assez vite ma place, celle de passeur. Puis, peu à peu, je suis devenu ayahuasquero par la force des choses. La question ne se pose plus quand vous dépassez quelques centaines de cérémonies : l’ayahuasca fait partie de votre vie, vous devenez un pratiquant. C’est simple. Je pratique avec les Shipibo. Je suis leur travail, j’apprends, je reçois l’enseignement. Puis, j’écris ou je filme. Au cours des années, je suis devenu, dans la medicina, un pratiquant silencieux, sans doute trop, par timidité ou simplement pour ne pas me positionner comme curandero. Même si je suis entré dans la danse récemment, j’y reviendrai, je suis avant tout cinéaste. Cineasta ayahuasquero.
Dix ans d’aventure, c’est l’âge de raison, voire de déraison. En tout cas, l’occasion de faire un bilan sur l’apprentissage de cette médecine et de revenir sur un grand nombre de rencontres humaines.

Au début de cette aventure, en 1999, j’étais le plus souvent le seul Blanc entouré d’Indiens et de métis. Quelques Occidentaux passaient par là, ou bien l’on parlait d’eux, ces ayahuasqueros. Ils étaient très peu, sans doute moins de quelques centaines à travers le monde. Aujourd’hui, les apprentis sont nombreux, et certains sont devenus de bons guérisseurs. Des milliers de gens partent à la rencontre de l’ayahuasca. Le temps de la mise en relation entre les cultures est maintenant derrière nous.

Au cours des dernières années, je me suis souvent retrouvé, en Amazonie, entouré de personnes qui venaient faire leur première « cérémonie ». M’étant senti moi-même au début bien démuni face à l’expérience, j’en suis venu à leur prodiguer des conseils. Il est vrai que là-bas les gens venaient vers moi car mes films les avaient souvent invités à faire le voyage.

Le lendemain des cérémonies, je découvrais que certains conseils pouvaient avoir été fortement utiles, d’autres moins. D’année en année, cela m’a permis d’affiner ce travail. J’ai souvent été aussi le traducteur entre le guérisseur et les patients dans leurs entretiens privés lors de traitements, ce qui m’a apporté une connaissance plus profonde des questions que se posent les patients, ou de leurs demandes. L’idée de faire un manuel pratique pour se préparer à une cérémonie d’ayahuasca a germé en moi lorsque je me suis rendu compte que, au sein de toute la littérature émergente sur le sujet, cet ouvrage manquait. Malgré l’abondance d’informations, il y a peu ou pas de conseils concrets sur la manière de se préparer à une cérémonie, pour savoir à quoi s’attendre, et pas de renseignements précis sur comment traverser l’expérience. Pourtant, la demande existe. J’ai reçu beaucoup de questions par mail ou sur Facebook. Lors d’un vernissage, récemment, une jeune fille m’aborde et me demande si je suis bien qui je suis. Puis, tout de suite : « Hé ! Tu as été chamanisé, c’est quoi, être chamanisé ? » Oh là là !…Par ailleurs, j’avais une série de textes sur mon disque dur, écrits entre 1999 et aujourd’hui. En les relisant, je me suis dit que mon témoignage offrait une multitude d’informations qu’il était temps de partager. J’ai trié mes notes. Je les avais d’abord écrites dans l’optique de ne pas oublier, ensuite dans celle de faire « un jour » un bouquin où la mémoire chronologique des événements serait respectée. Après lecture, j’ai recomposé un texte à partir de morceaux et créé un objet narratif hybride, entre roman autobiographique et scénario. Un texte qui conviendra à l’aspect kaléidoscopique de l’aventure.

Certaines notes ont été écrites au lendemain d’une cérémonie, d’autres quelques semaines, voire quelques années plus tard. Le corps principal du voyage est constitué de notes chronologiques prises chaque jour durant mon séjour de juillet 2009, c’est-à-dire dix-sept cérémonies en vingt-cinq jours. C’est l’une des rares fois où j’ai vraiment écrit au quotidien. Ces notes permettront de suivre une diète dans la durée et de survoler ces dix dernières années. Certaines notes sont drôles, et j’ai souvent ri en les relisant ; d’autres, bien évidemment, le sont moins, mais de leur juxtaposition se dégage un témoignage intime sur l’aventure. Témoignage, questions, le livre avait pris sa forme : les Carnets, relatant mon expérience, formeront la première partie de l’ouvrage, le Manuel pratique, la seconde. Les Carnets racontent ce que cette médecine a fait pour moi, et comment ça s’est passé.
Voilà donc un petit guide, celui que j’aurais aimé avoir lors de mon premier voyage, il y a une dizaine d’années. Il permettra, je l’espère, de se préparer de manière concrète à participer à une cérémonie d’ayahuasca. Il contient des conseils simples et des propositions d’attitudes internes et externes pour traverser l’expérience et les moments qui la suivent.
Ce qui est intéressant, c’est d’observer le mouvement intérieur : il a une grande amplitude, c’est la grande oscillation de la medicina. L’ayahuasca nous propose l’expérience de notre propre réalité, vécue depuis notre part irrationnelle. Bref, pas gagné d’avance !

J’espère que la description de ces voyages, sentiments, pensées, joies et peurs, accompagnés de leur lot d’incohérences, de contradictions, de perditions et d’illuminations, établiront en sous-texte la mosaïque opératoire de cette mystérieuse medicina. Ce sera une mélodie personnelle.
Son orchestration est celle de Guillermo Arévalo Valera, dit Kestenbetsa (Écho de l’Univers, en langue shipibo). C’est lui qui m’a ouvert la porte de ce monde, qui me l’a enseigné et qui m’a soigné. Il a été d’abord un maestro, pour devenir ensuite un frère. Il m’a fait rencontrer d’autres guérisseurs shipibo, dont Panshin Beka. Il est, bien sûr, l’homme au centre de ce récit.Certains textes évoqueront sans doute des états par lesquels vous passerez si vous allez sur place (et des souvenirs pour ceux qui ont déjà fait le voyage). Sinon, de toute façon, mouvements, climax et résolutions sont par nature les mères de tous les récits.

Le lecteur uniquement curieux de cette aventure y trouvera aussi son compte, du moins je le souhaite.
En revanche, vous ne trouverez dans ce livre que peu de choses sur l’histoire de l’ayahuasca ou sa pharmacologie, un sujet déjà largement traité ailleurs.
La forme est celle d’une comédie métapsychique, construite en mode flash-back, dont je suis le héros.
Vous allez rire… à mes dépens. C’est fait pour.
Bonne lecture, et surtout bon voyage si vous partez loin, très loin, à la rencontre d’une culture et… de vous-même.
Publié dans:MULTIDIMENSIONNALITE, POUVOIR |on 28 juin, 2014 |Pas de commentaires »

Le corps, reflet de l’esprit

 

Avant d’être un état physique défini comme « absence de maux », la santé peut se concevoir comme une cohérence entre nos actes et nos aspirations profondes. Au fil de centaines de consultations, Michel Odoul a élaboré une approche de cet équilibre de l’âme, entre corps et esprit.
Le corps, reflet de l'esprit dans AME CorpsEsprit

Définir ce qu’est le corps d’un être humain me paraît inutile, car il est, en tant que réalité physique perceptible et tangible, connu de tous. Il est en revanche nécessaire de revenir sur les notions d’âme et d’esprit, sans entrer toutefois dans un discours théologique ou religieux. Ce n’est ni mon propos, ni l’objectif de cet article qui vise à montrer comment la pratique thérapeutique peut s’inspirer d’une vision de l’être humain radicalement différente de celle qui a cours actuellement dans nos sociétés.

L’âme comme l’esprit sont des champs subtils, qui se dérobent aux tentatives d’explication. La différence entre les deux est pourtant essentielle. Avec l’âme, nous nous situons à un niveau subtil qui a toutefois une relation directe avec le corps, voire avec la psychologie. Source de la conscience individuelle, l’âme est cette partie de la psyché humaine que l’on peut associer au Soi, à ce que les orientaux qualifient de Maître Intérieur. Sa particularité réside dans sa « verticalité », dans son essence céleste. Nous sommes ici très près du Chenn (esprit incarné), des orientaux. Troisième composante d’un être humain, l’esprit est en amont de l’âme, il est indissociable du champ spirituel. Il est à l’individu incarné ce que l’air de la surface est au scaphandrier en eau profonde : un monde aérien dans lequel il peut aller chercher de l’air, du souffle et s’en nourrir sans que cela ne coûte rien à personne. L’esprit est la source de l’âme, l’océan cosmique des orientaux d’où sont issus tous les Chenn – les esprits incarnés. Il est la matrice de l’âme, qui reste reliée à lui comme une sorte de cordon ombilical.
L’harmonie naît de l’esprit qui est le champ de l’équilibre parfait, de l’homéostasie, et c’est pour cela que cette notion est purement spirituelle. Il ne s’agit pas de la perfection figurée par la sagesse béate d’un vieillard barbu, mais d’une notion d’harmonie et de cohérence. Dans cette proposition de vision du sujet, le corps devient la résonance de ces champs plus subtils qui le transcendent.
Il se conçoit comme le « véhicule » de cet esprit qui n’est relié à lui que par ce fil ténu, sensible et fragile qu’est l’âme. Il en est le champ exécuteur, réalisateur et en même temps l’interface qui à la fois exprime ce qui émane de l’esprit, et à la fois lui renvoie les informations résultantes de ce qui a été exécuté, incarné. C’est donc sans doute ainsi qu’il va être possible pour l’homme de percevoir si l’harmonie existe entre son corps (et ce qu’il en fait) et son esprit (et les aspirations qui en émanent).

Cartographie de l’âme et du corps

téléchargement (9)L’esprit est un état de référence à la fois très élevé et simple à percevoir. Il se traduit par une cohérence de l’individu entre ce qu’il est, ce qu’il fait, et le contexte dans lequel les événements se déroulent. La psychologie nous permet de le subodorer, puisque l’on constate que lorsque nos actes au quotidien sont en cohérence avec nos aspirations profondes au niveau inconscient, nous connaissons un état d’équilibre et d’harmonie. Nous avons tous connu des phases dans notre vie où nous nous sommes sentis étonnamment bien, en prise avec le monde, en paix, en tranquillité. Ce sont des signatures de cette cohérence.

Cela nous permet de mieux envisager quand la souffrance s’inscrit et pourquoi. C’est lorsque ce lien de l’être humain « conscient » avec sa source, son essence la plus subtile et la plus noble (inconsciente et à laquelle il n’a pas directement accès), se tend, se tord voire se coupe que l’individu ressent au plus profond de lui et dans son corps, cette rupture. Si l’âme est coupée de l’esprit, l’être humain est lui aussi perdu car il a rompu son lien avec la vie. Il entre en survie, ou plutôt en survivance. Les maladies ou les souffrances que nous ressentons nous disent que notre âme est vrillée, tordue ou nouée. Le rôle du praticien est alors, à partir du type de tension qui existe au niveau corporel, d’identifier le type de distorsion de l’âme qui lui correspond.

« Il y a une cartographie relationnelle entre les zones du corps et les zones de l’âme. »

Pensons à tous ces moments où l’on est dans sa vie à côté de ce qu’on devrait être et faire. Lorsque nous n’avons pas agi en notre âme et conscience, ne ressentons-nous pas un malaise ? Et ce malaise a une conséquence et une réalité physiologique. Répété, le comportement finit non seulement par s’inscrire dans le corps, mais par le léser, et en particulier les zones corporelles en relation avec cette structure particulière de l’âme. En cela, l’âme est comparable à la colonne vertébrale. Selon la zone de la myéline qui est lésée, c’est telle ou telle partie du corps qui ne fonctionnera pas bien. De la même façon, selon le pan de l’âme qui a été blessé de façon répétitive, des conséquences physiologiques se produiront dans telle ou telle partie du corps. Prenons l’exemple d’un événement vécu comme une trahison ou un abandon. Ces notions s’imprègnent dans la structure profonde de la personne. Sur le plan psychique et sur un plan plus spirituel, cela signifie qu’on ne peut plus s’appuyer sur celui ou celle qui a trahi. Les jambes, qu’on utilise pour aller vers les autres, et leur point d’appui, les hanches et le bassin, sont en résonance avec cela. Lorsqu’on est amené à soigner des personnes qui ont des problèmes de hanche – arthrose, douleur etc. – il est troublant de constater qu’elles font souvent émerger un vécu de trahison et d’abandon. Il y a donc une cartographie relationnelle entre les zones du corps et les zones de l’âme. Nous sommes là en présence d’un système non pas magique, mais biochimique, qui fait le lien et l’interface entre ce qui passe dans les structures de l’âme et dans la réalité corporelle.

Insight

En thérapie, dans toute la phase de l’entretien, de la discussion, le rôle du praticien va être de décoder les tensions physiques, d’aider le patient à donner sens à ce qui lui arrive, et de le reconnecter avec ce qui est élevé et subtil en lui. C’est une méthodologie qui défroisse l’âme, même si elle peut amener parfois à donner sens à la pire des erreurs. L’enjeu pour le patient, c’est d’avoir ce qu’on appelle en psychologie un « insight », ou dans les religions « une révélation », ce moment de reconnexion avec le sens que recouvre la douleur physique en fonction d’un comportement qu’on a eu.

Au bout de cinq ans de pratique de l’aïkido, je me suis mis à avoir mal aux poignets. Je ne comprenais pas pourquoi, j’avais de plus en plus mal et je continuais à pratiquer. Jusqu’au jour où je ne pus plus tenir et serrer les partenaires. Fait troublant : comme je ne pouvais plus les tenir et les serrer, mes techniques marchaient mieux ! Et là, j’ai eu un moment d’insight, de compréhension : mon corps me disait que dans mon rapport à la vie, j’avais tendance à trop serrer les choses, croyant que je pourrais ainsi les maîtriser. Deux ans de tendinite aux poignets ont disparu en une semaine ; ça a été un effet de type « révélation ». Ce sont des phases privilégiées, même si elles sont douloureuses, où l’on sent que l’on respire mieux, que l’on est plus léger. On s’est en fait reconnecté à quelque chose de plus aérien, on s’est en quelque sorte re-verticalisé.
En consultation, les gens ont souvent les larmes aux yeux à ce moment-là. Il est capital, car il sort le patient de la posture de victime et le rend acteur de la transformation. Il sait qu’il ne pourra s’éviter la souffrance liée à la distorsion que s’il change de comportement. A lui de voir de quelle manière et à quel rythme il peut le faire.

Signatures d’acceptation

La notion d’esprit est également importante dans les techniques énergétiques, en particulier lorsqu’on travaille sur le champ qualitatif le plus élevé. En médecine traditionnelle chinoise, un certain nombre de points sur tous les méridiens permettent de travailler non pas la quantité d’énergie mais sa qualité, sa dynamique ou valeur fréquentielle. Ce champ du qualitatif se subdivise en deux champs. L’un a trait au qualitatif basique et simple : par exemple, on va cadrer une présence de feu excessive qui se traduit par une sorte de tension émotionnelle. Dans un deuxième champ plus sophistiqué, on peut travailler sur ce que je qualifie de « signatures d’acceptation ». Ce type de travail consiste à amener l’individu à accepter ce qui se joue dans son corps pour le reconnecter avec la dimension élevée de lui-même. Sans pour autant ignorer le symptôme, la nécessité de « lutter contre » lui est alors dépassée, au profit de sa compréhension dans une perspective globale. Ce niveau d’action incroyable rejoint une notion majeure dans la médecine chinoise évoluée, non symptomatique : le ciel ordonne et la terre exécute. Cela signifie que c’est du subtil que vient la racine des choses. Ce qui se passe dans le dense, dans le manifesté, est l’exécution d’un « ordre » qui a émané du subtil. Comme dans toute structure, lorsque l’exécutant n’exécute pas les ordres, il y a une tension. Dans cette perspective, la capacité de sens est cruciale. Elle suppose de prendre la chose telle qu’elle est, de l’accueillir au plus profond de soi. C’est la capacité de se distancier, parce qu’on va lui donner du sens, de quelque chose qui peut être une horreur. En réunifiant l’être, la question du sens ramène un nouveau souffle dans nos âmes et nos esprits. Elle reconstitue le lien avec le causal, rendant ainsi au phénoménal sa juste place, celle de « conséquence ». La question du sens, enfin, pacifie l’être, voire le soigne, comme je le crois profondément et comme le pensait aussi par exemple Victor Frankl, père de la « logothérapie » ou thérapie par le sens, tirée de son expérience de survie dans les camps nazis.

Combien de fois ai-je vu en consultation des cancéreux en phase terminale me dire : « J’ai parfaitement compris que je n’avais pas d’autres moyens de m’en sortir. » La personne sait qu’elle a été capable de rouvrir les connexions entre ces champs physiques dans lesquels elle souffre, qui vont peut-être la perdre, et des champs plus subtils dans lesquels manifestement une pacification a eu lieu. Lorsque quelqu’un sait, au plus profond de lui-même, qu’il va vers la mort, il n’a ni envie, ni besoin de mensonge. La vérité transpire par tous les pores de la peau, par le regard, par le comportement. Et quand on travaille sur le corps de telles personnes, c’est extrêmement bouleversant, car c’est l’occasion de leçons de vie absolument incroyables. Jusqu’au dernier moment, la personne est capable de vous regarder sereinement dans les yeux, de vous parler, voire de se préoccuper plus de vous que d’elle…

La liberté contre la sécurité

Dans nos vies, nous avons réduit notre champ de conscience parce que nous sommes en état de survie, voire de survivance. Autrefois, durant les moments de prière, de méditation, on arrivait à faire un peu de silence en nous, pour que des informations venant de zones un peu plus profondes puissent émerger. Aujourd’hui, le silence n’existe plus dans nos vies. La seule issue dans ces moments-là, c’est que quelque chose se mette à hurler en nous. Ça fait alors très mal.

images (10)Plus on veut avancer dans la connaissance de soi, plus une grille minimale de lecture de la symbolique du corps va être nécessaire. Mais en amont de cela, on peut résoudre 80 % des situations en s’arrêtant simplement quelques minutes lorsqu’on a une tension, une maladie ou une souffrance, et en se posant la question : « de quoi cela me parle-t-il dans ma vie ? Qu’est-ce qui se passe ? » Pas lorsqu’on se fait une petite entaille en épluchant un oignon bien sûr ! Mais si on attrape froid trois fois de suite, on a mal au dos, on se met à avoir des migraines de façon répétitive, on se cogne plusieurs fois au même endroit, on a un accident, on se casse quelque chose.

« L’enjeu de cette réflexion sur le corps, l’esprit et l’âme, c’est de mener sa vie différemment. »

L’enjeu de cette réflexion sur le corps, l’esprit et l’âme, c’est de mener sa vie différemment, et de laisser des espaces libres et souples en nous où elle puisse s’exprimer. Nous sommes dans des sociétés et des cultures dans lesquelles tout est risque. On dit même que « ça risque de marcher » ! Il y a un virus de l’insécurité et de la peur. La perte du lien avec l’âme et l’esprit se traduit dans un domaine précis de nos vies, qui signe indéniablement la perte de confiance dans la vie et induit la tentation, la recherche absolue de sécurité. Or, on a constaté une chose : plus on est dans le mouvement, dans la liberté, dans l’autonomie, plus les choses qui en apparence apportent de l’insécurité, libèrent en fait la réalité physique, ce qui a pour conséquence une diminution des pathologies. C’est en fonction de la manière dont l’individu aménagera des espaces de respiration dans sa vie qu’il instaurera un champ de liberté.

La peur qui terrorise les individus parce que leur champ conscient est devenu dominant est la peur de la mort. La mort étant la fin du conscient, elle semble être aussi la fin de la vie. Pourtant, fuyant la mort à tout prix, on l’instaure dans le vivant. Comment donner un sens à la vie sans donner un sens à la mort et dépasser ainsi l’image sclérosante du néant qui lui est associée ? Ne pourrait-on envisager, en cohérence avec ce qui précède, que la mort ne soit pas la rupture du lien, ni l’inverse de la vie, mais plutôt l’inverse de la naissance et un retour aux sources ?
 
 source INREES
Publié dans:AME, ESPRITS, MULTIDIMENSIONNALITE |on 31 mai, 2014 |Pas de commentaires »

LA LUMIERE EST AU BOUT DU TUNNEL

 

C3Ceci n’est pas non plus une image nouvelle, mais si j’apprécie le style aéré qui est pour vous agréable à lire, je ne suis là pour surprendre ni pour créer une œuvre littéraire, vous vous en doutez. Ce tunnel est long, si long qu’il ne se mesure pas en kilomètres, mais plutôt en siècles, en millénaires. Si long que l’on n’a commencé à en voir la fin que depuis moins de vingt années seulement. Si long que les êtres qui le parcourent ont fini par oublier qui ils sont, où ils vont. Une partie de ces êtres ne pourrait même plus dire si elle avance ou si elle recule.

Dans ces conditions, et pour briser la monotonie, l’ennui d’un voyage aussi prolongé et apparemment sans but, des êtres souvent venus de l’ombre ont inventé des distractions « pour aider à passer le temps », disent-ils. Si au moins on profitait des galeries placées ça et là pour aller contempler la Nature environnante, les arbres, les fleurs, les animaux, les étoles, tout ce qui fait la vrai Vie, pour communier avec elle, on arriverait à garder un peu d’humanité.

Mais si quelques-uns cherchent à présent ce contact, l’immense majorité dans les pays dits « civilisés » reste enfermée dans un tunnel et ne se pose même plus les questions existentielles qui suscitent des réponses salvatrices. Ils ont la télévision, la radio, les cinémas, des sons parfois très agressifs qu’ils appellent « musique », des restaurants où ils se nourrissent souvent mal de choses mortes ou adultérées. C’est vrai qu’il y a, mélangé à tout cela, quelques belles images, quelques notions utiles et des vérités, mais au milieu de tout un mélange de faux principes, fausses idées et techniques destinées à vous maintenir dans l’oubli de votre vraie identité, à vous garder bien loin de votre Etre Divin, soumis et disposés à vous laisser exploiter.

Vous ne me croirez peut-être pas si je vous dis qu’une grande partie des êtres qui circulent dans ce tunnel n’a même pas encore aperçu la Lumière qui est là, au bout, et qui marque la fin de ce simulacre de vie. Il serait temps qu’ils la voient, qu’ils se réveillent de leur longue léthargie, sans quoi ils vont se retrouver en pleine lumière, éblouis, déboussolés, incapables de trouver des repères et de voir les guides qui leur montrent le chemin. Il y en aura qui seront tentés de revenir en arrière, dans la sécurité de leurs habitudes, de leurs distractions fictives, de leur esclavage, y compris ceux qui se sont battus pour la liberté. Mais savaient-ils seulement tout ce que ce mot implique ? 

Ces dormeurs, ces êtres timorés qui préfèrent la misère connue et subie au long des siècles à un saut dans l’inconnu, comment faire pour les réveiller ?

Ils se trouvent jusque dans les rangs des Artisans de la Lumière, de ces êtres qui ont tant insisté pour s’incarner sur la Terre en ce moment et ont signé sans la moindre hésitation un contrat de mission pour cette vie. Il y a hélas ! encore quelques uns qui sommeillent.

La planète est déjà rentrée dans la 4è dimension et entre-temps ils lambinent encore, ils préfèrent à leur travail primordial le film que l’on donne ce soir à la télé, le dîner chez des amis, le match de football ou de rugby. Ils sont capables de veiller jusqu’à 3 ou 4 heures du matin pour assister en direct au Grand Prix de Formule 1 de tel ou tel pays, mais ils bouderont la réunion de leur groupe de méditation pour ne pas perdre une heure de sommeil ou parce qu’ils se sentent fatigués après un travail abrutissant ; Ils savent pourtant que nous les remplissons d’énergie dès qu’ils viennent à nous.

Ceci n’est pas un blâme. Je ne les juge pas. De ce côté du voile ils sont inconditionnellement aimés et jamais jugés. Nous nous demandons néanmoins comment les arracher un instant à leurs préoccupations mondaines ou à leurs loisirs pour les amener à accomplir leur part de cette immense œuvre collective qu’est l’Ascension de la Terre et de l’humanité.

Les temps tels que vous les avez connus touchent à leur fin. Une nouvelle ère, une Nouvelle Terre sont sur le point de naître. Réveillez-vous et prenez part à cette naissance. Faites-le tout de suite, pas la semaine prochaine ou même demain. Bientôt il sera trop tard.  Il n’y a plus que quelques mètres avant le bout du tunnel. La Lumière est là, lueur d’espérance et de joie pour ceux qui sont éveillés, projecteur aveuglant pour ceux qui dorment encore. L’Amour vous rappelle. Votre Père/Mère/Créateur vous attend. Le feriez-vous attendre plus que le temps strictement nécessaire pour couvrir la petite distance qui vous sépare encore de lui ?

Puisque vous disposez du libre arbitre, malgré tout notre désir de vous secouer un peu pour que vos yeux s’ouvrent enfin, nous ne pouvons que dire, avec confiance en la générosité de vos cœurs, en la sagesse de vos âmes ! Que votre volonté soit faite. 

Extrait de Le Temps des Maîtres – transmis par Marlice d’Allance 2012 recopié par Francesca   aux Editions HELIOS – page 71

Publié dans:MULTIDIMENSIONNALITE |on 7 mai, 2014 |Pas de commentaires »

A ceux qui sont encore dans LA DUALITE

chemin2Je sais, chers enfants, qu’il ne vous est pas aisé de sortir de la dualité qui es la loi sur notre 3ème dimension. Tout autour de vous conspire pour vous y maintenir, et si vous sortez des « rangs » il y aura toujours une bonne âme pour chercher à vous y ramener.

C’est là que votre libre arbitre et votre détermination peuvent vous êtres très utiles, ainsi que notre aide. Dois-je vous rappeler que vous n’êtes pas obligés de suivre le courant général, que vous ne faites pas partie des brebis mais êtes plutôt des bergers dont la mission est justement de conduire le troupeau aux verts pâturages oubliés depuis très longtemps ?

Même dans un couple, il n’y a pas de raison de rester dans la dualité. Lorsque vous avez intégré en chacun de vous les énergies masculines et féminines que tous vous possédez en un tout harmonieux, l’autre devient le prolongement de cette harmonie puisqu’il a, lui aussi, les deux types d’énergie en lui. Il est vrai qu’au niveau physique, tant que durera cette dimension, cette densité, tant que vous serez encore soumis à ses lois (pour peu de temps cependant) la dualité existera. Néanmoins, rien ne vous force à maintenir cette li de la densité dans votre âme et dans votre cœur.

Vous qui séjournez de plus en plus, en conscience, dans la 4ème dimension, vous qui nous rejoignez sans peine au cours de vos méditations, solitaires ou en groupe devez vous apercevoir que la loi des contraires peut devenir loi d’harmonie, que les opposés sont à transformer en facettes d’un diamant qui contribuent toutes à l’éclat merveilleux de cette pierre précieuse que vous êtes. Ainsi, l’autre surtout votre compagnon de vie, votre époux, ayant harmonisé à son tour en lui les énergies contraires, deviendra votre alter ego, le prolongement de ce que vous êtes et de ce que vous devenez.

Je crois entendre un chœur de protestation. Oui, il y a beaucoup de maris (et aussi quelques épouses) qui refusent les nouvelles idées et les nouvelles énergies. Et, bien sûr, vous ne pouvez pas les « convertir ». Personne n’en a le droit ; d’ailleurs ce mot est à tel point entaché de souvenirs douloureux, d’histoires de coercition et d’irrespect des êtres qu’il vaut mieux le bannir de notre dictionnaire ; mais vous pouvez les transformer en silence, en douceur, le cœur grand ouvert et plein d ‘amour ; rendez grâce à ce qu’ils sont et à ce qu’ils ne sont pas. Ensuite laissez faire la vie, laissez faire le ciel.

Cette transformation a l’avantage de s’opérer avec l’accord du patient, ou du moins de son être profond, de son Enfant Divin. Il répondra à cette invitation qui lui permettra enfin de grandir et de s’épanouir. La réponse ne sera peut-être pas instantanée ou pas immédiatement visible, mais elle ne sera pas moins en route, sous forme d’un processus irrévocable. Gardez donc confiance. Comme disait un Etre de Lumière à une de vos soeurs : « Apprenez à surfer sur vos difficultés ». Dans les romans, les films et les pièces de théâtre, quand ils ne sont pas destinés à vous maintenir dans la crainte, quelques minutes avant le dénouement heureux, tout s’embrouille e t l’histoire atteint le paroxysme de l’horreur. Et soudain, par un de ces retournements inattendus de ce que vous avez coutume d’appeler « le sort », la tempête se calme, la guerre se termine, l’épidémie est arrêtée ou la comète qui allait détruire la Terre est déviée.

Dans la réalité aussi, tout semble plus sombre et désespéré au cours des moments qui précèdent le salut, l’apothéose, le miracle du triomphe de la Lumière sur l’obscurité. Alors je vous pose la question : si vous qui connaissez ces choses, vous qui nous avez à vos côtés pour vous enseigner, vous rassurer, vous soutenir et, au besoin, vous porter , si vous vous laissez noyer dans le doute et la peur, qui rassurera les foules ? Qui seront les phares, les guides, les supports de l’humanité en ces moments difficiles ?

Vous pouvez, et même vous devez vous appuyer sur nous, mes doux enfants, mais ne vous permettez pas des défaillances qui annuleraient votre mission et nous laisseraient impuissants à sauver vos frères et sœurs. Nous comptons sur vous, nos Maîtres en incarnation, nos relais sur la Terre. Et nous viendrons vous rejoindre, bien visibles, dès que cela sera possible. C’est une promesse.

Vous avez toute la force requise. Vous vous y êtes préparés pendant des millénaires. Et nous serons avec vous à chaque instant. Allez jusqu’au bout ; La porte du paradis est devant vous. Marchez en sa direction, d’un pas ferme, suivis de tous ceux que vous aurez pu réveiller, et pourquoi pas de toute l’humanité ?

Qu’il en soit ainsi.

Extrait de Le Temps des Maîtres – transmis par Marlice d’Allance 2012recopié par Francesca   aux Editions HELIOS – page 79

Publié dans:MULTIDIMENSIONNALITE |on 7 mai, 2014 |Pas de commentaires »
1234

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3