Archive pour la catégorie 'LOI NATURELLE'

Illumination


LA TROISIÈME VAGUE – ILLUMINATION ET INITIATION

J’aimerais maintenant vous parler de la troisième vague, la plus exceptionnelle de toutes : la vague de l’illumination et de l’initiation.

Le règne d’Agni commence. Dans cette vague commence la prophétie dont vous, Humains, avez eu une fois connaissance, mais que vous avez de nouveau oubliée en cheminant dans l’oubli pendant des éons. Dans les anciennes écritures, il est encore écrit que dans l’ère du Verseau, Agni apparaît à l’horizon pour annoncer à nouveau le règne de la Lumière.

Sous son règne, les êtres vont être élevés à nouveau, les opprimés libérés et les soi-disant puissants détrônés. Agni ne fait pas cela pour abaisser quiconque. Son être est purement et simplement élévation. Il vous élève là où votre place est prévue par Dieu.

Illumination dans HUMANITE marie-madeleine1A cette époque, le trône divin sera visible sur Terre et le signe d’Agni apparaîtra à l’horizon. Un appel partira à travers les mondes : l’appel de l’éveil. Le début du Nouvel Âge, que vous appelez aussi l’Âge du Verseau ou bien l’Âge d’Or, apparaîtra pour vous à l’horizon et sera annoncé si distinctement par les feux que personne ne pourra pas ne pas le remarquer.

Une grande vague de Lumière viendra sur Terre avec beaucoup d’impulsions et amènera encore une vague de destruction – la destruction de tout ce qui résiste à cette vague d’Amour, de Lumière et de régence divine.

Il s’agit pour chaque personne voulant être de la partie, de prendre sa place. Faites-vous aider à trouver cette place en contactant Agni à l’intérieur de vous. Il vous sera facile de le contacter car il sera omniprésent à cette époque.

Partout des feux apparaîtront. Le feu annonce la nouvelle naissance et la nouvelle création. La Terre brûlera. Elle s’inclinera devant Agni en signe d’hommage à sa venue.

Au même moment, les portes de Shamballa s’ouvriront et seront omniprésentes sur Terre. Cela montrera que le règne de la Lumière ne s’est plus retiré, mais au contraire participe corps et âme à la Terre et à ce qu’elle vit.

Il y aura soudainement de nouveaux systèmes pour la Terre, que vous n’auriez même pas envisagés – peut-être dans les gouvernements, dans les formes de pouvoir qui sont consacrés à la Lumière.

Alors, il y aura les dernières négociations entre les puissants de la Lumière et les puissants de l’Ombre pour faire enfin la paix. Chacun a sa place dans le royaume de Dieu. Ils ne doivent pas s’évincer entre eux, mais au contraire se soutenir. Vous-même, pendant longtemps sur Terre, avez vécu le combat entre l’Ombre et la Lumière comme une guerre.

La politique mondiale devra aussi s’adapter à cet avantage vibratoire et faire la paix. La compréhension des autres sera encouragée et on croira quand même au leadership qui ne provient pas d’un compromis de nombreuses opinions mais uniquement du plan divin.

Les gouvernements qui se décideront à recevoir de l’aide afin de se joindre à la guidance divine, survivront. Sinon, votre système tombera en ruine devant vos yeux. Ceux qui sont aveugles, penseront que Dieu les punit. Mais ceux qui voient, reconnaîtront que Dieu honore sa promesse donnée il y a très longtemps – aider les siens à revenir sous la régence  de la Lumière. C’est à ce moment-là que commencera le règne de la Lumière sous la guidance du trône divin.

Oubliez toutes vos prophéties. Aucune dans ses prévisions n’a pour l’instant vraiment réussi à atteindre le niveau où l’époque après 2012 pouvait être décrite, puisque toutes étaient liées à la Terre et étaient limitées. Finalement toutes les révélations ne décrivaient que la chute du pouvoir temporel. L’humanité devrait maintenant comprendre au plus profond d’elle-même que Dieu n’a jamais été un Dieu vengeur, destructeur, mais seul se détruit soi-même ce qui est vieux et dépassé.

Le règne d’Agni apportera la paix au monde. De grandes Lumières de paix venant de tous les mondes afflueront sur Terre, et les univers lumineux dirigeront leurs courants de paix continuellement sur la Terre et aideront les êtres. Les portes entre les dimensions deviendront de nouveau plus perméables et la communication avec d’autres mondes et le Ciel vaincra le voile de l’oubli.

Pour ceux qui renient Dieu, cette époque sera terrible.

Pour ceux qui aiment Dieu, cette époque sera celle qui leur a toujours manqué, celle qu’ils ont toujours souhaitée voir arriver. Cette époque engendrera une création nouvelle à une vitesse énorme, plus rapide que vous ne l’ayez jamais connue. Cette époque va s’accélérer encore plus. Il vous faudra faire attention à votre corps car vous vous adapterez à de nouvelles vagues vibratoires. Pour cette raison, une nouvelle médecine va naître, non plus basée sur la maladie mais elle aidera plutôt les Hommes à illuminer leurs corps et à devenir un vaisseau d’Amour, pour qu’ils puissent se retrouver.

Sachez qu’Agni vous est bienveillant. Il est aimant. Il est l’incarnation du mot divin et l’expression de son trône sur Terre. Les gens auront de plus en plus de visions du trône divin à cette époque. Dieu n’aura de cesse de toucher les siens dans leurs rêves pour atteindre seulement ceux qui sont prêts à ouvrir leur cœur.

Cette période est la plus difficile pour vous parce que les Ombres n’auront plus prise. La Lumière sur Terre cherchera à se densifier et en même temps,  elle cherchera l’union avec la Lumière christique. Les Ombres n’auront plus de place. Des vagues d’Or se déploieront sur la Terre et annonceront le message de la paix. L’humanité peut se préparer en reconnaissant de nouveau le feu sacré. Le feu est la création, qui  jadis donna naissance à tout, même à la Terre. Ce n’est qu’à travers le feu que vous pourrez vivre cette période, en n’évitant plus le feu. Sinon, la Terre devra produire le feu établissant l’équilibre entre elle et Agni pour enfanter la nouvelle création. Elle devra faire cela seulement si les Hommes ne reconnaissent pas le feu tel qu’il est. Vous trouvez le feu dans votre cœur. Il est l’expression de votre Amour, le brasier de votre nostalgie de Dieu dans votre cœur.

Une vague d’enfants revient maintenant sur Terre.

Une vague d’enfants particuliers, que vous pouvez seulement accepter en reconnaissant ce qu’ils sont ; ce qui ne peut pas être encore expliqué aujourd’hui. Cependant, j’aimerais vous conseiller de souhaiter la bienvenue à ces enfants, car ils apporteront la connaissance que vous avez longtemps oubliée, pour la guérison de la Terre et pour une nouvelle création. Ils portent ces outils en eux. Il y aura tant de Lumière que vous n’en supporterez pas son éclat en certains endroits.

st-thomas-aquinas-199x300 dans LOI NATURELLEMais, le bonheur commencera à jaillir à nouveau en vous. Vous trouverez le chemin vers la “maison”. Ceux qui cherchent reconnaîtront leurs familles spirituelles et auront enfin la permission d’amener à eux ce qui leur a longtemps manqué. Les frontières de la séparation s’aboliront et beaucoup de choses se présenteront à vous d’une nouvelle manière que vous ne devinez même pas.  Ce sera le temps où les choses s’accompliront et la volonté de Dieu permettra que je revienne vers vous sur Terre.

Moi, Marie Madeleine, que vous ne devez  absolument pas vénérer, mais qui est, selon la mission attribuée par Jésus, son apôtre vivant, son porte-parole et son intermédiaire. A cette époque, vous apprendrez à comprendre que les vrais avatars qui séjournent parmi vous ne pourront jamais être compris, dans la polarité, par le langage. Il y aura cependant des médiateurs qui vous rendront cette langue compréhensible jusqu’à ce que vous reveniez dans l’unité.

Même moi, je glorifie déjà Agni dans sa présence de précurseur sur Terre et je m’incline devant lui. Même moi, Agni, tu m’élèveras, comme tu élèves chaque être. Que ce soient des Dieux séjournant parmi les Hommes, des bouddhas qui se sont oubliés, des anges ou d’autres familles stellaires, tous ont le droit de s’élever face à Agni. Sachez qu’à cette époque, tous ceux qui ont eu à faire à l’écriture de l’histoire de la Terre sont incarnés. Tout être, qui a laissé des traces sur Terre, est ici et aujourd’hui incarné, ou bien le sera d’icilà. Ils veulent tous coopérer avec leurs capacités, leurs qualités, leurs potentiels et leur pouvoir originel pour participer à la mise en forme de cette nouvelle ère.

Cette mise en forme sera le grand appel aux Hommes, de laisser derrière eux leur impuissance et de mettre à disposition les cadeaux de la création pour le bien de tous les êtres. L’opportunité de faire cela n’aura jamais été aussi grande.

Extrait du livre Marie Madeleine, le début de l’âge d’or 2012 – page 73

Publié dans:HUMANITE, LOI NATURELLE, MARIE-MADELEINE, TERRE |on 29 octobre, 2012 |Pas de commentaires »

La magie x 2

La magie Blanche :

La magie blanche est la plus vieille science du monde et ses origines remontent aux époques païennes et celtiques… Les pouvoirs de la magie blanche est basé sur la projection d’énergie naturelle provenant des Chakras et qui entre en osmose au cour du rituel avec l’univers, la nature et ses esprits élémentaires qui la peuple afin d’obtenir les effets désirés… La magie blanche est aussi une magie d’amour avec les forces de la nature pour en devenir l’initié. Elle vous servira de fil d’Ariane dans votre chemin spirituel et vous aidera à mieux comprendre votre place dans l’univers ainsi que dans la nature… Cette science divine utilise tous les accessoires que la nature met à votre disposition comme par exemple : herbes magiques, pierres précieuses aux pouvoirs magnétiques, esprits élémentaires, paroles magiques, fleurs, Chakras etc… On utilisait cette science dans plusieurs domaines comme faire revenir l’être aimé, se débarrasser de certains mauvais esprits, attirer la chance, réussir un projet, communiquer avec son guide spirituel et les esprits de la nature etc., spiritisme, magie blanche, dédoublement corporel, extase spirituelle…

La magie x 2 dans ESPRITS 2-300x133

La magie noire :

La magie noire est depuis le Moyen Age jugée comme dangereuse et néfaste. Actuellement, certains la voient toujours de cet œil tandis que d’autres la respecte pour la tradition qu’elle représente. Pour mieux comprendre la première vision de la magie noire, on peut faire une simple comparaison avec la magie blanche. Elles ont un point commun qui est d’intervenir dans le destin des personnes grâce à l’intervention des forces de la nature ou des esprits que nous transmettent leurs énergies. Cependant, les grandes différences sont la façon d’obtenir ce que le souhaite et le but. En effet, la magie blanche intervient lorsqu’il s’agit de faire le bien alors au contraire de la magie noire qui fait du mal. Le but est atteint en détruisant la situation d’une tierce personne et l’objectif peut même parfois être une vengeance pour détruire son adversaire. Cette magie est donc dangereuse pour la personne visée mais également pour le sorcier qui la met en place. En effet, il faut être très expérimenté et prudent pour réaliser de la magie noire afin d’éviter le « triple retour ». Il s’agit de l’action des démons sur le sorcier en fonction de sa demande, il sera atteint avec trois fois plus de virulence. Cette magie peut agir non seulement sur les humaines mais également sur des lieux, des objets,… Les résultats et les conséquences de cette magie sont très puissants et peuvent être néfastes.

Extrait de :  http://elovia.be/la-magie-la-magie-peut-etre-divisee-en-deux-groupes-bien-differents/

Publié dans:ESPRITS, LOI NATURELLE, NATURE, POUVOIR |on 12 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

Libre arbitre et univers « auto » conscient

 

Extrait des propos de David Icke

Dans le cadre de cette conception selon laquelle l’univers est une projection holographique de « quelque chose », nous allons tenter de définir ce qu’est ce « quelque chose ». Ou à tout le moins, quelle est la base de notre univers 3 Dimensions ou plutôt 4Dimensions/5 sens ?

Libre arbitre et univers En nous référant aux théories développées par Amit Goswami , un physicien d’origine indienne, nous découvrons que l’univers n’est pas purement mécaniste et qu’il est sous-tendu par un ordre très subtil. L’intéressé nous explique que nous sommes en présence de deux conceptions apparemment antagonistes. Expliquons-nous. L’univers de matière est constitué de cellules (pour le vivant), de composants chimiques et organiques qui eux-mêmes sont constitués de particules plus petites, les fameuses particules quantiques, à la fois particules et ondes. Tout phénomène serait donc la conséquence des réactions et interactions entre ces particules. De ce fait, nos comportements ne seraient rien d’autre qu’une suite d’opérations purement mécaniques dont nous dépendrions. Dans une telle perspective, notre liberté est une illusion : cette liberté «  est seulement un épiphénomène ou un phénomène secondaire, secondaire au pouvoir causal de la matière « . C’est simplement parce que nous n’avons pas les instruments et la science nous permettant de « mesurer » et de prévoir le comportement de ces particules que nous croyons qu’elles sont imprévisibles. Si nous avions tous les instruments, nous pourrions tout expliquer, tout prévoir et nous ne serions que le fruit d’une simple mécanique très complexe certes, mais d’une vulgaire mécanique, comme un automate.

Le hasard n’existerait pas dans une telle vision, il ne serait que « l’inconnaissable », ce que nous ne sommes pas capables de connaître à cause de nos limitations. Il n’y a donc pas de place pour la créativité et le libre arbitre dans cette vision absurde. Voilà l’hypothèse hyper matérialiste. La matière (avec l’espace et le temps) est le support de tout, même de la conscience. C’est ce que l’on appelle le « super paradigme matérialiste ». Un modèle qui a la prétention de vouloir tout expliquer en affirmant que la conscience n’est rien mais en fait, c’est aussi un modèle qui se désintègre à la rencontre de la première anomalie quantique. Un modèle qui oublie un peu vite que la matière est une illusion en perpétuel changement dans un champ infini de possibilités. Heureusement, il y a, selon Goswani, une conception totalement inverse selon laquelle la conscience est à la source de tout et que l’étude des anomalies semble créditer. C’est d’abord la conscience qui met en route la matière et non l’inverse, nous affirme Goswani.

La matière a donc une source, un support, un moteur qui serait la conscience. Selon notre physicien indien qui lui aussi fut impressionné par la découverte d’Alain Aspect (voir début du texte), «  très tôt, on a découvert que les particules quantiques (constituant la matière et les « objets quantiques ») n’étaient pas des ondes évoluant dans l’espace et dans le temps. En fait, on ne peut absolument pas les considérer comme des ondes dans l’espace et dans le temps car ces particules quantiques présentent des propriétés qui ne « collent » pas avec les ondes ordinaires. Alors, on a commencé à les considérer et à les identifier comme étant des ondes ayant des potentiels, des potentiels d’ondes, des possibilités d’ondes et ce potentiel est reconnu comme étant transcendant, au delà de la matière, quelque part… Les objets ont vraiment des connections au delà de l’espace et du temps « . En termes plus clairs, Goswami nous affirme dans cette interview donnée au site TWM (http://twm.co.nz/sitemap.html, un site vraiment indispensable mais en anglais) qu’au-delà de l’apparence de la matière, au niveau quantique, il y a un monde fait de possibilités, de potentialités, un monde qui ne s’est pas encore tout à fait manifesté, ou tout est encore indéterminé, où le libre arbitre règne, un monde qui est au-delà du temps et de la matière.

Notre monde est sous-tendu par un niveau au-delà du temps et de la matière et constitué uniquement d’informations et de potentiels dont il est donc une projection. Cela ressemble fort à un monde de conscience, à ces fameux champs morphogénétiques ou encore au monde des Idées de Platon .

C’est extraordinaire de penser que des philosophes de l’Antiquité comme Platon ou Démocrite avaient déjà des intuitions fulgurantes comme celles relatives aux mondes des atomes, des particules élémentaires, des univers virtuels. Sans outils scientifiques, sans microscopes électroniques, sans ordinateurs. Certains pensent que les philosophes de l’Antiquité avaient été mis en contact avec des civilisations hyper évoluées. Mais nous sortons du sujet. L’expérience d’Aspect nous montrait donc que les atomes émettent des photons, des particules quantiques qui réagissent entre elles instantanément. Donc plus rapidement que la vitesse de la lumière, ce qui était une impossibilité dans la théorie d’Einstein. Cela signifie que cette « communication » ou apparence de communication, de relation entre ces deux particules se fait à un autre niveau, au-delà du temps et de l’espace. Dans une autre dimension. Dans cette autre dimension qui n’est pas régie et étranglée par une mécanique liberticide, l’univers et les êtres qui le peuplent conservent alors le libre arbitre.

Autre argument en fonction du libre arbitre : le concept de flou quantique qui sous-tend l’univers. Le monde quantique ou plutôt, le comportement des particules quantiques qui est imprévisible a permis aux scientifiques de dire que l’on se trouvait dans un « flou quantique ». Dans un tel univers, il est impossible de déterminer les causes précises des choses en une suite d’événements prédictibles : l’événement A donnerait toujours l’événement B qui donnerait toujours l’événement C etc. Dans le monde quantique, tout est incertain jusqu’à un certain degré. Bien entendu, si tout était totalement incertain, nous serions incapables de construire des machines électroniques par exemple. Si l’on extrapole les choses, les causes de l’univers sont donc multiples et échappent à cette idée d’une suite de causes mécaniques précises. «  Le flou quantique réfute l’idée d’un univers totalement déterministe  » affirme le « moine » biologiste Mathieu Ricard.

lire le Vol 12, n°3, avril-mai 2005 de Nexus Magazine

Publié dans:ENERGIES, ESPRITS, HUMANITE, LOI NATURELLE, NATURE, TEMPS |on 2 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

L’Intégrité par Kryeon

Extraits du channeling LES PERCEPTIONS DE LA MAÎTRISE – II, 11 SEPTEMBRE 2003
SOURCE INITIALE: http://www.double-helice.org

Voici un postulat [une règle spirituelle]: Il n’y a pas un autre être humain sur la planète qui peut affecter votre vérité ou votre voie spirituelle, à moins que vous ne le laissiez faire.

Il y a des périodes d’essai pour certains. Il y a plusieurs années, nous avons dit que c’était le début d’un temps où plusieurs allaient se montrer à vous sous leur vrai jour. Nous vous avons dit qu’ils ne pourraient plus cacher longtemps leurs véritables sentiments et pensées. Il y aurait la formation de nouvelles alliances, et plusieurs seraient brisées. Tout cela serait approprié parce que l’énergie se divise d’elle-même, et la polarité commence à se manifester. Nous vous avons dit que cela se produirait dans les affaires, la politique et avec les gouvernements, la religion et aussi dans votre vie personnelle. La plupart de ces choses seraient dues à l’intégrité, quelque chose qui commence à se manifester dans une nouvelle équation de la réalité de la conscience humaine.

Ce que nous voulons dire, c’est qu’il ne sera plus facile d’être neutre à présent concernant l’énergie de la réalité. La question est: Qu’est-ce que je vais faire de l’ange en moi? Je sens des choses que je n’ai jamais ressenties avant à propos de ce qui est vrai et de ce qui ne l’est pas. Je commence à voir l’insignifiance dans la plupart de ce que je fais. Je commence à sentir que l’attribut le plus important dans la vie est cette intégrité en toutes choses. Je commence à m’attendre à ce que les autres soient des personnes intègres! Je dois décider si c’est une nouvelle réalité pour moi ou non… et si c’est le cas, qu’est ce que j’en fais?

Ceux qui refusent ce qui se produit vont se mentir à eux-mêmes. Ce sera évident, à mesure que leurs vies réagiront dramatiquement à la nouvelle énergie sur Terre. Ceux qui se sont toujours fié à leur charisme vont soudainement perdre leurs amis. Cela ne fonctionnera plus. Ceux qui étaient toujours « chanceux » dans la vie vont aussi rencontrer des revers dans le paradigme auquel ils s’attendaient. Dans les deux cas, ils devront examiner qui ils sont, pour ensuite passer à l’action.

Ceux qui souhaitent attendre pour choisir, en pensant « Est-ce réel? » vont avoir une période plus difficile pour prendre n’importe quelle décision. Même si nous vous avons dit que Dieu travaille lentement et que vous avez beaucoup de temps pour faire ceci ou cela, voici un sujet qui est à votre portée, même dans cette pièce… même pendant que vous lisez. Vous n’êtes pas seul dans tout cela. Avez-vous remarqué que les gouvernements doivent se débattre avec la même chose? Et aussi les corporations, et les organisations religieuses sur Terre! C’est partout autour de vous, et jusqu’à un certain point, vous devez le remarquer et « faire des liens », comme l’indique une phrase de votre culture populaire, en décrivant un humain qui reconnaît l’évidence d’une situation

Certains demandent, « Qu’est-ce que je vais faire avec cette question? » Si c’est vrai que vous êtes éternel et que vous êtes ici pour une courte période, cachés dans la dualité, alors, pour vous, le vrai test est de découvrir si cela est vrai! C’est un bon départ. Malheureusement, il n’y aura pas de preuves empiriques pour vous, comme il y a dans la science 4D avec les autres questions de physique. Au lieu de cela, il y aura une preuve interdimensionnelle… tout autour de vous. Allez-vous laisser vos cellules vous parler de cela? Elles savent. Allez-vous laisser votre soi émotionnel marier le soi intellectuel et vous donner la réponse? Cela exige que vous abandonniez vos vieux paradigmes et demandiez à Dieu, « Dis-moi, s’il te plaît, ce que je devrais savoir. » Alors, à l’intérieur du libre arbitre, c’est à vous de décider si cela est un fait spirituel ou non.

Kryeon

 

Publié dans:LOI NATURELLE |on 31 juillet, 2012 |Pas de commentaires »

L’alimentation

Extraits de lectures d’Edgar Cayce
sur l’alimentation

« L’association de ce que nous pensons et de ce que nous mangeons engendre ce que nous sommes, physiquement et mentalement. »
[Lecture 288-38]


L'alimentation dans DEVELOPPEMENT 1903344587· « Ne pas manger dans un état de grande fatigue, de stress, d’énervement ou de surexcitation. Éviter les aliments ne convenant pas à l’organisme. » [137-30]
· « Consommer en moyenne 80% d’aliments alcalins et 20% d’aliments acides. Il n’est pas souhaitable de s’astreindre à des règles alimentaires trop strictes ou de se rendre esclave d’un régime. Ne pas prendre agrumes et céréales au même repas. Ne mettre ni lait ni crème dans le café ou dans le thé. Ne pas manger de fritures. » [1568-2]
· « Si le milieu est légèrement alcalin, il résiste mieux aux rhumes et aux congestions. » [270-33]
· « Préférer les céréales complètes, car elles ont gardé leur germe. Consommer beaucoup de légumes verts et de fruits. Des fruits oléagineux. Parmi ces derniers, l’amande est celui qui possède la plus grande proportion de phosphore et de fer directement assimilables par l’organisme. » [1131-2]
· « Trois amandes par jour constituent une bonne prévention contre le cancer. » [1158-31] 
· « Dans la mesure du possible, consommer essentiellement des produits locaux. Ceci permet au corps de mieux s’acclimater à la région où il se trouve. » [3542-1]
· « Manger beaucoup de crudités. Les préparer de diverses façons, y compris en gelée. » [3445-1]
· « La gélatine ne se recommande pas pour ses vitamines propres, mais pour son action sur les glandes. Elle permet en effet à ces dernières d’extraire des aliments ingérés certaines vitamines que le système digestif ne peut assimiler autrement. » [849-75]
· « Pratiquement tout le monde devrait consommer de la salade verte en abondance, car c’est un dépuratif sanguin très efficace. » [404-6]
· « Pour chaque légume poussant sous terre, en manger au moins trois qui poussent au-dessus du sol. En outre, consommer au moins un légume à feuilles pour chaque légume à cosses. » [2602-1]
· « Le maïs et les tomates sont excellents. À condition d’être mûries sur la plante, les tomates contiennent davantage de vitamines que n’importe quel légume. » [900-386]
· « Ramassées vertes, les tomates peuvent s’avérer très nocives. Il est donc souvent préférable de les préparer en conserve avant de les consommer, car elles perdent ainsi une grande partie de leur toxicité. » [584-5]
· « L’huile d’olive en petite quantité est très bénéfique au système digestif. » [543-26]
· « Avec les viandes ou les protéines, manger peu d’hydrates de carbone. » [416-9]
· « Éviter trop de viande rouge, surtout peu cuite. Consommer plutôt du poisson, de la volaille et de l’agneau. » [1710-4]
· « Boire chaque jour un litre et demi ou deux litres d’eau. » [1131-2]
· « 1/2 ou 3/4 verre d’eau chaude tous les matins à jeun aide à éliminer les toxines. » [311-4]
· « Ne pas mastiquer la nourriture, ainsi que boire beaucoup en mangeant, favorisent les rhumes. Il faudrait même « mâcher » l’eau ou les liquides deux ou trois fois avant de les avaler. » [808-3]
· « Ne pas utiliser de corps gras dans la cuisson des légumes. » [303-11]
· « Le fait d’ajouter les condiments, même le sel, avant la fin de la cuisson, détruit les vitamines des aliments. » [906-1]
· « Éviter de cuisiner dans de l’aluminium. Utiliser plutôt des ustensiles en grès ou, mieux encore, le papier sulfurisé. » [1196-7]

EQUILIBRE….

 

Combien de fois sommes-nous ébranlés puis affectés par ce qui semblait ne plus nous atteindre, être réglé en nous?  On ne peut pas se mentir sur son réel équilibre intérieur.  Ce qui nous déséquilibre est un signe conscient qu’il y a en nous un manque, un espace vide à combler.  Tout se passe entre deux entités qui se comblent mutuellement. Les parties plus denses de chacun comblent et s’équilibrent avec les parties moins denses de l’autre.  Si vous ne connaissez pas la peur, elle vous sera clown, gifdonnée par un autre qui remplira votre espace vide de son contraire.  Quand vous aurez intégré en vous toutes ces facettes, en quelque sorte neutralisé la peur dans son déséquilibre, vous serez conscient de sa force mais la maintiendrez en équilibre en vous.

 Vous pouvez, si vous le voulez consciemment, traverser l’autre quand vous sentez qu’il y a un espace à combler.  Vous le faites parce que vous-même vous avez un trop-plein de cette énergie et sans son partage, vous vous sentez saturé voire même débordant.  Si vous avez un trop-plein de joie pour ce qui est possible d’avoir dans votre environnement immédiat, vous chercherez à le transvider dans un moule creux, son inverse.  Alors, vous serez attiré par son contraire, un individu dont la tristesse est en déséquilibre, en trop-plein en lui.  Vous vous comblerez mutuellement jusqu’à vous équilibrer dans vos vases respectifs.  Cela se passe à tous les niveaux de tous les corps possibles et la plupart du temps à l’insu des êtres impliqués du moins dans votre réalité.

 Quand une énergie plus dense vous traverse, elle peut ne laisser aucune trace de son passage si votre énergie moins dense est équilibrée dans l’ensemble. Mais le moindre déséquilibre, une carence particulière en soi, peut attirer et piéger une portion de l’énergie plus dense.  Cette énergie créera une tension en vous.  En cherchant à se rééquilibrer, à se répandre dans son nouvel environnement, elle provoquera ainsi une prise de conscience.  La conscience, née de ce déséquilibre, vous obligera à chercher un nouveau réajustement entre le dedans et le dehors. 

 Nous sommes en équilibre instable, en permanence  poussé par des énergies internes en expansion et des énergies externes qui nous maintiennent dans des limites.  Les énergies plus denses tendent à se répandre jusqu’à atteindre un niveau d’équilibre avec son environnement puis tendent à se contracter sur elles-mêmes.  Rendues à un certain point de concentration, elles cherchent à se répandre à nouveau.  C’est un aller-retour constant entre notre centre fixe et notre périphérie qui redéfinit en permanence nos dimensions.  C’est la pulsation originelle de toute forme de vie dans l’univers.  Votre coeur et vos poumons, essentiels à votre survie, peuvent en témoigner.

Extrait du livre NAJA L’ILLUMINÉ -  PREMIER PORTRAIT  À L’ORIGINE DE TOUT CANALISÉ PAR

                     COLIN CHABOT – retrouvez les écrits en son entier ici :http://www.music-close-to-silence.net/a_lorigine_de_tout.pdf

Publié dans:ASCENSION, DEVELOPPEMENT, LOI NATURELLE |on 26 avril, 2012 |Pas de commentaires »

Invitation FORUM de discussion

 BONJOUR A TOUS ET TOUTES !

Invitation FORUM de discussion dans 2007 - PREDICTIONS 150157_979163764_coeur-rouge_H224046_L

Pour ceux qui apprécient ce blog et les autres, vous pouvez nous rejoindre sur Le forum que je viens de créer, c’est un nouvel espace de discussion supplémentaire et complémentaire….

Voici son adresse : http://devantsoi.forumgratuit.org/        

       Venez nombreux ! Je serai heureuse de vous y accueillir !

Vous pourrez toujours reprendre des éléments contenus sur ce blog afin de pouvoir en discuter ensemble sur le forum !

Je vous dis donc à TRES BIENTOT !

877c29ca dans 2008 - PREDICTIONS

Nature humaine : La fréquence fondamentale

gifs fleursC’est par la pratique de l’élévation du rythme vibratoire, favorisée par la contemplation et la méditation, que l’homme atteindra sa fréquence fondamentale individuelle. Cette fréquence est celle de son essence. Nous vous avons déjà transmis que chaque être, même s’il est de nature universelle, a une essence individuelle. En d’autres mots, chacun est distinct par l’ensemble de ses qualités, de ses dons et de ses talents. Son essence exprime la teinte, la couleur et le parfum de sa pulsion de vie, de même qu’une force énergétique s’exprimant tant physiquement que subtilement. 

En s’incarnant, le duo âme-esprit manifeste à la fois l’universalité et l’individualité de l’être. Il se présente donc avec une fréquence qui lui est propre. C’est grâce à celle-ci qu’il peut entrer en relation avec les autres et même avec d’autres formes de vie. Ainsi, par l’intermédiaire de cette fréquence, il peut accéder à des portails de communication sur différents plans de conscience, différentes dimensions, avec différentes formes de vie. 

Vous allez constater que la fréquence fondamentale d’un individu lui permet non seulement de s’exprimer, de manifester ce qu’il est véritablement, et d’émettre sa vibration pure, mais aussi de mieux percevoir les vibrations des formes de vie universelles autour de lui. Pour plus de précision, ajoutons ceci: lorsqu’un être vibre à sa fréquence fondamentale – au moment où la lumière du duo âme-esprit rencontre la matière dans le fœtus -, il peut entrer alors en relation avec diverses formes de vie, que ce soit celles que l’on retrouve dans la nature (animale, végétale ou minérale), de ce monde et d’autres mondes, extraterrestres comme intraterrestres

Par contre, les inscriptions mémorielles présentes génétiquement et l’ampleur des influences de la société feront en sorte qu’inconsciemment souvent, mais très concrètement, l’être cherchera à s’identifier à son milieu et à vibrer sur la fréquence de masse. Dès lors, il diminuera son rythme vibratoire et sa capacité de réception et de communication avec le subtil. 

Chaque humain est en soi une expression de l’univers tout entier. Ce dernier se manifeste à chaque instant par de multiples formes de vie. Chaque manifestation universelle est en soi une expression holographique. Ainsi, vous portez en vous l’univers tout entier, tout comme chacune de vos cellules porte la connaissance et la vibration de tout votre être incarné. Chaque cellule est une représentation de votre être, lequel est une représentation de l’univers. L’univers se manifeste donc par l’union de toutes ces cellules. Nous pourrions ensemble imaginer que chaque cellule a une fréquence qui lui est propre, une expression de la fréquence globale de l’univers. Chaque particule unie aux autres particules constitue l’univers dans sa fréquence universelle. Par conséquent, chaque humain s’exprime naturellement à une fréquence particulière qui lui permet de s’harmoniser avec chacune des autres fréquences pour constituer le Tout. 

Un exemple de fréquence est celle du rythme cardiaque. C’est là une analogie intéressante, car le cœur physique, par son battement, permet à l’individu de se sentir uni. Observez comment les humains retrouvent un calme, une paix dans un mouvement répétitif associé aux battements du cœur. 

gifs fleursEn se présentant sur terre, l’individu vit d’abord l’union avec un autre être, car il est dans le corps physique d’une femme. Et dans ce corps physique, il ressentira la fréquence de cet être et, bien sûr, le battement de son cœur. Puisque, en s’incarnant, l’être peut avoir l’impression de se séparer du Tout, il cherchera un nouvel univers dans le corps de sa mère. Entendez ceci de nos paroles: l’être, avant de s’incarner, existe dans l’univers entier. Il n’a pas cette sensation d’individu séparé. Il est dans une expression d’union totale. Dans l’incarnation, parce qu’il se manifeste dans un corps physique, il peut avoir, à cause de sa densité, la sensation d’être désuni et séparé. La période de gestation lui permet de retrouver la sensation d’union. Le battement de cœur de la mère, qui représente sa fréquence, sera ce à quoi il pourra s’associer pour retrouver la paix. 

Le battement du cœur est l’une des façons d’émettre sa vibration. Une façon fondamentale par laquelle l’humain manifeste son existence et communique avec les autres. Le cœur physique qui bat est lui-même en association avec le thymus et les autres glandes supérieures du corps. 

Les humains sont tous à la fois identiques et différents, à l’instar des flocons de neige que vous pouvez si bien observer. Identiques de par leur nature et leur manifestation concrète, et différents par une forme légèrement nuancée l’une de l’autre. Cette nuance est leur individualité. Elle est aussi associée à une fréquence unique. 

Nous vous l’avons souvent transmis: l’humain est une antenne qui accueille et reçoit les vibrations de toutes les formes de vie qui l’entourent. Chaque forme de vie est en soi une énergie en mouvement. Comme cette énergie est en mouvement, elle crée et émet des vibrations. L’être est donc une antenne qui reçoit des vibrations et en émet. Ces vibrations sont reçues et émises à une fréquence précise, propre à chacun, mais suffisamment similaire pour favoriser la communication, la communion. Toutefois, la distinction dans la fréquence permet à chacun d’être une expression unique tout en étant une expression du Tout – différent et UN en même temps. 

Le fait de vouloir s’unir à un Tout et d’être UN, en cherchant aussi à être unique, est peut-être un paradoxe existentiel ou l’expression d’une multitude de particules qui forment d’abord un Tout. En cela, l’envie et la pulsion d’être unique ne doivent pas être condamnées dans un parcours qui se veut spirituel. Elles doivent être comprises de telle sorte qu’elles puissent s’exprimer sans pour autant créer de l’opposition, de la division et de la concurrence. 

Voyez comment l’évolution de votre humanité a toujours été associée à une forme de concurrence et de comparaison entraînant de l’opposition. Si les hommes sont l’expression d’un Tout parfait, donc eux-mêmes parfaits, pourquoi entrent-ils dans un mouvement d’opposition, de division et de concurrence? Simplement parce qu’ils saisissent mal cette pulsion d’unicité, laquelle fait en sorte qu’ils cherchent à se manifester de façon unique. Il est fort intéressant de noter que cette pulsion à exprimer et à déployer son caractère unique servira de catalyseur pour retrouver l’union. Et cela se fera par la découverte de la fréquence fondamentale. Ainsi, il est tout aussi important d’honorer la pulsion d’être unique que la volonté d’être UN et uni au Tout. 

Pour l’individu très identifié à l’incarnation, la pulsion de l’unité ressentie peut entraîner une angoisse de se perdre ou de se dissoudre dans le Tout. C’est souvent ce qui explique la peur de la mort, par exemple. Car, au-delà de la peur de souffrir avant la mort ou de la peur de l’inconnu d’un voyage cosmique possible, il y a aussi une peur d’exister dans un tout indifférencié. De même, la difficulté de s’abandonner, dans l’espace méditatif et de permettre l’augmentation du rythme vibratoire y trouve sa source. 

Dans chaque cellule, on retrouve cette pulsion de l’unicité susceptible de provoquer la peur du tout et la crainte d’être trop identifié à l’incarnation. Ces peurs peuvent alors engendrer des conflits intérieurs. Éventuellement, tout cela tend vers un équilibre. Ainsi, chaque être vibre sur une fréquence propre à partir de laquelle il peut capter et émettre. Or, ce qui est à la fois magnifique ici, mais insécurisant pour certains, c’est qu’étant donné la nature universelle de l’être, celui-ci a la possibilité de vibrer sur plusieurs fréquences, donc de transformer sa fréquence. Cela signifie aussi qu’il peut oublier sa fréquence dans cette capacité de la changer. 

Alors, quelle est la raison première de retrouver sa fréquence fondamentale? Quel en est le bénéfice? Cela se résume dans la relation continue que celle-ci procure avec le Soi, dans l’accès ininterrompu à son inspiration. Être à l’écoute sans être dans l’effort de l’écoute. Une autre analogie vous permettra de saisir une nuance importante ici. Lorsqu’une radio émet dans votre langue maternelle, vous comprenez le contenu même si vous êtes occupé. Si, toutefois, la radio diffuse dans une langue que vous connaissez, sans la maîtriser, il y a de fortes probabilités que vous passiez à côté du message principal, à moins d’être particulièrement attentif. Il en est de même avec votre fréquence. Même sans concentration dirigée, vous pouvez capter une inspiration dans la mesure où vous êtes dans votre mouvement créateur naturel. 

Or, si vous captez ainsi l’inspiration, c’est que vous êtes aussi en relation continue avec chacune de vos cellules (en plus de l’âme). Que signifie recevoir et émettre à partir des cellules? Comprenez que ces dernières ont été créées par une première cellule, une cellule fondamentale ou maîtresse qui porte en elle la vibration de votre esprit, de votre âme, et le plan pour tout le corps. Et de cette cellule maîtresse, toutes les autres sont nées. Or, vos cellules savent ce qui est juste pour votre corps. Par exemple, les cellules d’un tissu de votre épaule savent qu’un mouvement de votre bras et de votre épaule est juste et qu’il assure la circulation. Toutefois, elles savent aussi qu’un autre mouvement n’est plus juste, qu’il crée une tension et que cela peut provoquer là une contraction, sinon une déchirure. Non seulement vos cellules le savent, mais elles vous le communiquent. 

gifs papillonsLes cellules de votre corps vous indiquent ce qui est juste pour ce dernier, et ce, de manière tout à fait naturelle. Chez tous les humains qui sont à l’écoute et qui ont retrouvé leur fréquence fondamentale, cette écoute n’exige pas une attention particulière, car cette attention est acquise. Il n’y a pas là nécessité d’une interrogation profonde ni d’une intériorisation pour s’unifier aux cellules et demander ce qui est juste. Tout cela est immédiat, instantané, naturel, parce que vous êtes alors à votre fréquence fondamentale, donc à la fréquence la plus naturelle de chacune de vos cellules. 

Ainsi, chacun peut s’assurer d’un équilibre et d’une harmonie par une relation de communication avec les cellules de son corps. Dans ce nouveau monde qu’ils sont à créer, les humains vont de plus en plus apprendre à se guérir par un tel rapport naturel et constant avec le corps. Par la suite, ils vont apprendre à ne plus le détériorer comme par le passé. La guérison est en soi associée à un mouvement naturel de régénérescence cellulaire. Or, ce mouvement est facilité lorsque l’être tend vers sa fréquence fondamentale, dans un parcours conscient d’élévation de son rythme vibratoire. 

Déjà, en étant plus sensible à sa fréquence naturelle, l’individu a une communication avec ses cellules beaucoup plus spontanée et naturelle. Bien sûr, la fréquence fondamentale fait en sorte que l’être est beaucoup plus conscient de chacune d’elles et va ainsi augmenter, intensifier sa capacité d’autoguérison. Dans le retour à la fréquence fondamentale, l’être va vers une guérison beaucoup plus accélérée puisque sa communication avec ses cellules est beaucoup plus naturelle. D’une part, il peut communiquer avec ses cellules, mais d’autre part, il les entend lui transmettre ce qui est juste ou ne l’est pas. Elles sont comme des voix intérieures qui le guident spontanément et naturellement dans un rapport constant avec lui. 

De manière générale, les humains ont créé une fréquence à partir de laquelle ils communiquent à un premier niveau, dans un langage, des physionomies, des mouvements, par une codification. Nous dirons qu’il y a ici un accord inconscient, tacite, d’utiliser une fréquence, comme si vous étiez tous des postes émetteurs ayant désormais à syntoniser la même fréquence pour s’assurer d’être entendus. Cela semble extraordinaire, n’est-il point? Pour vous assurer d’être chacun entendu au premier niveau, vous allez quitter la fréquence qui vous permet d’émettre les subtilités, les nuances et les raffinements de votre être afin de communiquer à ce premier niveau. Vous vous êtes standardisé ou identifié à une norme, et tous ici ont l’impression de pouvoir communiquer. 

Toutefois, cela occasionne pour les individus la perte des échanges subtils et des nuances de qui ils sont. Ils ont alors l’impression d’être sans pouvoirs ou de les avoir perdus. Actuellement, ils émettent tous sur une même fréquence, avec les mêmes codes, mais curieusement ils ne se comprennent pas. Vous voyez comme tout cela est paradoxal! C’est simplement que la vibration de chacun n’est pas comprise.

 

gifs fleurs

Source : Extrait du livre Manifester ses pouvoirs spirituels, p. 31 à 43 Ariane Éditions, 2009 – par Pierre Lessard et Maître Saint-Germain –  

 

Publié dans:LOI NATURELLE |on 16 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Les sept miroirs esséniens de la relation

Les sept miroirs esséniens de la relation dans GUERISON k6985069Le  » mystère des sept miroirs de la relation  » sera présenté à chaque personne, peu importe son âge, son sexe ou sa culture, tout au long des relations de sa vie. Selon toute probabilité, vous êtes en train de vivre ces miroirs. Étonnamment, vous les verrez dans une séquence précise. Les miroirs subtils seront reconnus et résolus avant les miroirs puissants, d’une subtilité encore plus grande. Dans la perspective initiatique ancienne, on maîtrise les émotions qui mènent à la compassion, sous forme de séquence, en reconnaissant consciemment et en maîtrisant les sept miroirs de la relation humaine. Comment l’initié d’il y a 2500 ans aurait-il pu devenir confiance, par exemple, si les peurs qui empêchaient la confiance n’étaient pas alors maîtrisées ? Comment est-ce possible aujourd’hui? (p. 125) 

Comment pouvez-vous changer les cycles de peur et de haine sans maîtriser les schémas qui permettent à la peur et à la haine d’exister? C’est par vos relations qu’on vous montrera les plus grands exemples de vos croyances centrales, peu importe ce que vous « croyez » par rapport à elles. (p. 126) 

Vous vivez les mêmes patterns, les mêmes temples que les Anciens, qui se déploient devant vous dans la même séquence qu’à chaque initié qui a jamais emprunté la voie de la maîtrise. Le fait de reconnaître ce que la séquence est en train de vous dire, et pourquoi vous répétez des attitudes semblables avec des gens différents, sera peut-être votre étape la plus puissante vers une maîtrise toujours plus élevée. (p. 126) 

Pour cette raison, je vous présente ces miroirs en séquence, par ordre croissant de subtilité. Des expressions multiples de ces miroirs pourront croiser votre chemin le même jour, au même moment, et demeurer non reconnues jusqu’à ce que la séquence soit complète. La résolution de chaque miroir, en séquence, est l’équation codée qui permet le changement biochimique dans votre corps. Ces changements, c’est vous, en phase avec la terre. La science de l’émotion et de la relation est votre  » technologie vibratoire  » de la vie et de la compassion. (p. 126) 

Si nous voyons nos miroirs, alors ce sont des patterns courants qui arrivent maintenant. Le miroir devient notre moment de chance. Une fois identifié, le pattern peut être guéri en un rien de temps. Reconnaître le pattern, voilà la clé de la source sous-jacente du miroir. Plus souvent qu’autrement, cette source est une combinaison des trois peurs universelles. (p. 130) 

Le mystère du premier miroir : reflets du moment 

Dans les années 60, plusieurs professionnels de l’automotivation disaient : si vous n’aimez pas ce que quelqu’un vous montre, regardez en vous-même. Il y a une forte chance que d’autres puissent vous refléter les patterns que vous êtes devenu. Vous vous identifiez tellement à ces derniers que, souvent, vous ne les voyez pas. Quand ce scénario s’applique, il s’exprime souvent lorsque d’autres vous renvoient une image de vous-même, dans l’instant. (p. 129) 

Le mystère du deuxième miroir : Reflets du jugement 

Ces trois personnes que j’avais si habilement attirées dans ma vie, et qui m’enseignaient de façon magistrale, ne m’avaient pas renvoyé l’image de ce que j’étais dans l’instant. Plutôt, chacune m’avait montré un reflet très différent, un miroir subtil dont personne ne m’avait averti. Dans leur unicité, elles m’avaient fait voir assez clairement non pas ce que j’étais, mais ce que je jugeais. Elles m’avaient montré ces qualités à propos desquelles j’avais une charge à ce moment-là (p. 136). « Ces gens sont-ils en train de me montrer à moi-même? » (p. 137) 

Le mystère du troisième miroir : Reflets de la perte 

Pour que vous surviviez dans la vie jusqu’à cet instant, vous avez peut-être compromis d’immenses portions de vous-même en échange de la continuation de votre expérience. Ces parts ont été innocemment cédées, perdues ou prises alors que vous appreniez à vous débrouiller avec les défis de votre vie. Vous avez appris qu’il était plus facile de  » céder  » ou de changer au lieu de naviguer devant l’opposition. Les compromis ont été masqués sous des stratégies socialement acceptables, pas toujours approuvées, mais permises ou négligées dans notre société… Ce pattern (de comportement), c’est le fait de perdre, de donner ou de laisser quelqu’un prendre un aspect de vous-même dans le but de survivre… Alors que vous rencontrez quelqu’un qui a une charge complémentaire à des aspects de vous qui ont été perdus, enlevés ou cédés, sa charge peut vous sembler très agréable. (p. 145) 

Le mystère du quatrième miroir : Reflets de votre amour le plus oublié 

Chaque peur est déguisée sous un pattern comportemental socialement acceptable. Sous ce déguisement, le pattern peut se jouer publiquement, car son expression masquée est admise. Si le masque de votre plus grande peur est correct aux yeux de votre communauté, de votre famille et de votre société, alors il devient sécuritaire de nier, d’engourdir et d’anesthésier votre peur avec des gens qui ont des peurs semblables… (p. 153) Les patterns de comportements dépendants et compulsifs, à l’extrême, fournissent l’occasion de faire l’expérience du contraire exact de ce que l’on désire le plus dans la vie. Dans la réalité reflétée par la dépendance, en général, les choses mêmes qui vous sont les plus chères s’éloignent peu à peu de vous. Il y a une forte possibilité que ce à quoi vous accordez le plus de valeur dans la vie corresponde finalement à ce que votre « dépendance » vous enlève peu à peu… La clé consiste à apprécier les cadeaux et les qualités que la vie vous offre sans craindre de les perdre. (p. 155) 

Le mystère du cinquième miroir : Reflets du Père / Mère / Créateur 

Il est fort probable que la perception que vous avez de vos père et mère ait très peu à voir avec la personne que vous appelez  » papa  » ou  » maman  » en ce monde. Tout l’amour, la joie, l’affection et la compassion que vos parents vous ont prodigués, de même que la colère, le jugement, la distance et la peur, ne sont possibles que tant qu’ils vous reflètent vos attentes vis-à-vis de votre relation avec votre créateur, le « Père/Mère » céleste… Il y a une forte chance que la façon dont vous avez. perçu votre mère et votre père dans votre vie vous ait reflété votre croyance sur la façon dont votre créateur vous considère… (p. 159) Les gestes de vos parents, de par leur nature propre, vous annoncent la guérison des sentiments qu’ils provoquent; des sentiments de séparation, de confiance et d’estime de soi. (p. 161) 

Le mystère du sixième miroir : Reflets de votre quête dans l’obscurité 

A quelques exceptions, presque tout le monde fait l’expérience d’une «nuit noire de l’âme» à un moment ou l’autre au cours de sa vie. L’expérience n’a pas à être pénible, comme le suggère l’expression. La douleur, s’il y en a une, vient de l’innocence et de la résistance possible par rapport à l’expérience et aux possibilités qu’elle présente… Votre «nuit noire de l’âme» est une époque, de même qu’une expérience de votre vie, où vous pouvez être attiré dans une situation ou des circonstances représentant votre pire peur. Faire l’expérience de la nuit noire de l’âme, c’est vivre le mystère du cinquième miroir essénien de la relation : votre quête dans l’obscurité… Vous ne pouvez entrer dans une « nuit noire de l’âme » que si vous avez rassemblé tous les outils émotionnels nécessaires pour vous voir à travers votre expérience, en restant intact et en gardant votre grâce. Votre maîtrise personnelle de la vie est l’élément déclencheur qui signale à la création à quel moment vous êtes prêt à démontrer votre maîtrise de ce que la vie vous a offert. (p. 168-169) 

Le mystère du septième miroir : Votre plus grand acte de compassion 

 

Souvent, le juge le plus dur sur soi, c’est soi-même. Pour cette raison, le septième miroir s’appelle notre « plus grand acte de compassion ». C’est dans le miroir de nous-mêmes que nous sommes requis d’accepter, en toute compassion, la perfection dans chaque expression de la vie, peu importe comment les autres considèrent l’expérience. Pourquoi tant de gens trouvent-ils plus facile de faire preuve de compassion envers les autres qu’envers eux-mêmes?… Sans attachement vis-à-vis d’un résultat, chaque expérience devient une occasion de s’exprimer, et rien d’autre… Le plus grand geste de compassion que l’on puisse vous demander de poser, c’est peut-être celui envers vous-même, dans votre choix de conduite de vie et d’expression de la vie. Le fait de vous voir autrement que dans la perfection vous dévoilera votre plus grand doute (crainte universelle de moindre confiance) quant à la perfection de votre expérience. Les gestes que vous posez en vue de vous changer, s’ils naissent d’autre chose que l’amour et le respect du cadeau que vous offre la vie par votre corps, vous révéleront votre question la plus grande concernant l’estime (la peur universelle de l’estime de soi) dans la perfection de qui vous êtes. (p. 177)

 

scintille

Extrait du VOYAGE INITIATIQUE par GREGG BRADEN – SOURCE : Marcher entre les mondes: la science de la compassion – Ariane Editions, 2000 

 

Publié dans:GUERISON, LOI NATURELLE, MAITRISE, MEDITATION |on 14 octobre, 2011 |Pas de commentaires »

Nécessité du travail.

Drag and drop me

La nécessité du travail est-elle une loi de la nature ? 

« Le travail est une loi de nature, par cela même qu’il est une nécessité, et la civilisation oblige l’homme à plus de travail, parce qu’elle augmente ses besoins et ses jouissances. » 

Ne doit-on entendre par le travail que les occupations matérielles ? 

« Non ; l’Esprit travaille comme le corps. Toute occupation utile est un travail. » 

Pourquoi le travail est-il imposé à l’homme ? 

« C’est une conséquence de sa nature corporelle. C’est une expiation et en même temps un moyen de perfectionner son intelligence. Sans le travail, l’homme resterait dans l’enfance de l’intelligence ; c’est pourquoi il ne doit sa nourriture, sa sécurité et son bien-être qu’à son travail et à son activité. A celui qui est trop faible de corps, Dieu a donné l’intelligence pour y suppléer ; mais c’est toujours un travail. » 

Pourquoi la nature pourvoit-elle d’elle-même à tous les besoins des animaux ? 

« Tout travaille dans la nature ; les animaux travaillent comme toi, mais leur travail, comme leur intelligence, est borné au soin de leur conservation ; voilà pourquoi chez eux il n’amène pas le progrès, tandis que chez l’homme il a un double but : la conservation du corps et le développement de la pensée qui est aussi un besoin, et qui l’élève au-dessus de lui-même. Quand je dis que le travail des animaux est borné au soin de leur conservation, j’entends le but qu’ils se proposent en travaillant, mais ils sont, à leur insu, et tout en pourvoyant à leurs besoins matériels, des agents qui secondent les vues du Créateur, et leur travail n’en concourt pas moins au but final de la nature, bien que, fort souvent, vous n’en découvriez pas le résultat immédiat. » 

Dans les mondes plus perfectionnés, l’homme est-il soumis à la même nécessité du travail ? 

« La nature du travail est relative à la nature des besoins ; moins les besoins sont matériels, moins le travail est matériel ; mais ne crois pas pour cela que l’homme reste inactif et inutile : l’oisiveté serait un supplice au lieu d’être un bienfait. » 

L’homme qui possède des biens suffisants pour assurer son existence est-il affranchi de la loi du travail ? 

« Du travail matériel, peut-être, mais non de l’obligation de se rendre utile selon ses moyens, de perfectionner son intelligence ou celle des autres, ce qui est aussi un travail. Si l’homme à qui Dieu a départi des biens suffisants pour assurer son existence n’est pas contraint de se nourrir à la sueur de son front, l’obligation d’être utile à ses semblables est d’autant plus grande pour lui que la part qui lui est faite d’avance lui donne plus de loisirs pour faire le bien. » 

N’y a-t-il pas des hommes qui sont dans l’impuissance de travailler à quoi que ce soit, et dont l’existence est inutile ? 

« Dieu est juste ; il ne condamne que celui dont l’existence est volontairement inutile ; car celui-là vit aux dépens du travail des autres. Il veut que chacun se rende utile selon ses facultés. »   

La loi de nature impose-t-elle aux enfants l’obligation de travailler pour leurs parents ? 

« Certainement, comme les parents doivent travailler pour leurs enfants ; c’est pourquoi Dieu a fait de l’amour filial et de l’amour paternel un sentiment de nature afin que, par cette affection réciproque, les membres d’une même famille fussent portés à s’entraider mutuellement ; c’est ce qui est trop souvent méconnu dans votre société actuelle. »   

Nécessité du travail. dans LOI NATURELLE gif-barre01

Texte issu du Livre des Esprits – Allan Kardec – Les principes de la doctrine Spirite. 

Publié dans:LOI NATURELLE |on 1 mai, 2011 |1 Commentaire »

Individualité

CONSCIENCE DE SON INDIVIDUALITÉ
par
KRYEON 

L’Effet Social Humain 

Même ceux qui étudient la société n’ont pas encore pris cela en considération. Prêtez attention à ceci: il y a plus d’Humains sur Terre en ce moment qu’il n’y en a jamais eu. Durant les cinquante dernières années, la Terre a triplé sa population – de plus en plus d’Humains interagissant avec de plus en plus d’Humains. L’endroit est de plus en plus bondé, n’est-ce pas? Des ajustements ont du être apportés à votre société pour cela, et vous le savez. En fait, certains d’entre vous ont passé ces 50 années ici, à s’en rendre compte… et même à s’en plaindre! Pourtant, quel a été le soucis social prédominant? Ne pensez-vous pas qu’avec de plus en plus d’Etre Humains interagissant les uns avec les autres, la structure sociale aurait finie par évoluer vers une forme d’existence plus socialiste? Créer un système coopératif qui serve un intérêt plus communautaire afin que tout fonctionne ne tombe-t-il pas sous le sens? Mais ce n’est pas ce qui s’est produit.

 

 En fait, les systèmes ayant ces particularités sont tombés en morceaux! Les gouvernements semblant offrir « le plus grand bien pour le plus grand nombre de personnes » se sont écroulés. La conscience allant avec ces systèmes n’était pas supportée par l’humanité. Alors qu’est-ce qui a été créé? Regardez autour de vous. Il ne vous reste que des systèmes sur Terre où les individus sont vus individuellement en fonction de leur participation. Ces systèmes encouragent les participants à penser à eux en dehors de la conscience du groupe. Cela n’est-il pas contre-intuitif pour une population se resserrant sur elle-même? Oui, c’est le cas, encore que personne ne l’ai remarqué. En ce moment, les systèmes mettant en avant la valeur personnelle, l’acharnement personnel, même l’adulation, sont les plus prospères sur la planète. 

En parcourant la planète, même dans les pays qui ne veulent pas l’admettre, il y a une conscience de l’individualité. Les Etres Humains s’éveillent et sortent des ténèbres et ils disent, « Je suis spécial; Je suis unique; personne n’est comme moi. Je vais penser de la façon dont je le souhaite. » Cela est partout. Cela a débordé les gouvernements et va déborder de plus en plus…et ça c’est en parler ouvertement. Cela est universel sur cette planète, il s’agit juste d’un des nombreux phénomènes dus à une population croissante qui semblent contre-intuitifs. Pourtant c’est un aspect spirituel, car nous vous enseignons que vous êtes un individu faisant partie de la création.

Individualité dans LOI NATURELLE barre_separation

Extraits du channeling Franc parlé, 12 janvier 2003
SOURCE INITIALE: http://www.double-helice.org
 

  

Publié dans:LOI NATURELLE |on 17 mars, 2011 |Pas de commentaires »

Mort et Au-delà

LA MORT ET L’AU-DELÀ
par
PAMELA KRIBBE 

SOURCE: Site web Jeshua Challelings, « La mort et l’au-delà »
http://www.jeshua.net/fr/
Traduction française par Christelle Schoette 

Diffusé avec l’autorisation exceptionnelle de Pamela Kribbe    

Ce channelling a été présenté en direct le 5 février 2006 à Oisterwijk, aux Pays-Bas.
Le langage parlé a été légèrement révisé pour améliorer la lisibilité
.

Drag and drop me

Chers amis, anges de lumière bien-aimés, je vous souhaite la bienvenue. C’est du coeur de l’énergie du Christ que moi, Jeshua, je vous tends la main et vous accueille. 

Ange bien-aimé, sache que tu es chéri. Sache que tu es aimé sans conditions, même à présent que tu résides en un corps de chair et de sang, un corps mortel. Même en vivant dans les limites de ce foyer temporaire, tu fais encore inconditionnellement partie de Dieu, le Foyer auquel tu aspires tant. Tu n’as jamais vraiment quitté le Foyer, mais tu ne reconnais pourtant pas la flamme éternelle qui reste allumée à jamais en ton être. Entre en contact avec cette lumière, en cet instant, chéris-toi, sache qui tu es. Une lumière brûle en toi, si belle, si pure. Comment pourrais-tu en douter? 

Aujourd’hui, nous allons parler de la mort. Il existe beaucoup de peurs concernant la mort. La peur de l’annihilation, la peur de l’oubli, la peur d’être engloutis par ce grand trou noir que l’on associe à la mort. Comme c’est si souvent le cas dans la dimension terrestre, vous avez tendance à inverser les choses et à les présenter exactement à l’opposé de ce qu’elles sont en réalité. En fait, la mort est une libération, un retour à la maison, un rappel de ce que vous êtes réellement. 

Lorsque la mort vient, vous retournez sans effort à votre état d’être naturel. Votre conscience fusionne avec la flamme de lumière qui est votre identité réelle. Les fardeaux terrestres sont ôtés de vos épaules. Résider dans un corps physique vous impose des limitations. Il est vrai que vous avez choisi de plonger dans cet état de limitation à cause de la possibilité d’expérience qu’il avait à offrir. Néanmoins, c’est une sensation de félicité que d’être rétablis dans votre état angélique naturel. L’ange à l’intérieur de vous aime voler et être libre, explorer librement les myriades de mondes qui constituent l’univers. Il y a tant à explorer et à expérimenter. Une fois que vous êtes nés dans un corps terrestre, vous perdez plus ou moins contact avec cette liberté angélique et ce sentiment d’être sans limites. 

Si vous le voulez bien, joignez-vous à moi, alors que nous revenons au moment qui précède le plongeon dans votre incarnation actuelle. À un niveau intérieur, vous vous êtes donné la permission de commencer cette vie terrestre. Ce fut un choix conscient. Peut-être l’avez-vous oublié, et à l’occasion, vous avez des doutes sur votre réel désir d’être ici. Pourtant, il fut un temps où vous avez dit « oui ». Ce fut un choix courageux. C’est un acte de grande bravoure que celui de troquer temporairement votre liberté angélique et votre sentiment de non-limitation pour l’aventure qui consiste à devenir humain, à devenir mortel. Cette aventure recèle une promesse qui la rend précieuse. Ressentez ce « oui! » qui un jour s’est élevé de votre âme. Souvenez-vous aussi de votre attirance pour la Terre. Ressentez comment vous vous êtes connectés à la réalité terrestre, et ressentez le moment où vous êtes descendus dans l’embryon à l’intérieur de l’utérus de votre mère. Il se peut que vous remarquiez qu’il y a de la lourdeur entourant la planète Terre, une certaine grisaille, une certaine densité. 

Il y a beaucoup de souffrances sur la Terre. Douleur, perte, peur, pensées négatives, font partie de l’atmosphère collective. Et c’est ce que vous avez traversé, en tant qu’âme en voie d’incarnation. Votre lumière s’est frayé un chemin à travers cette obscurité et ce faisant, un voile inévitable d’ignorance est tombé sur votre conscience angélique originelle. Ressentez la tristesse de cet événement, et derrière lui, votre courage et votre bravoure. Vous étiez déterminés: « Je vais le faire. Une fois de plus, je vais m’enraciner dans la réalité de la Terre, afin de trouver ma lumière, afin de la reconnaître, de la redécouvrir et de la transmettre à ce monde qui en a tant besoin. » 

Oui, ce fut un bond dans l’ignorance. Oublier temporairement qui vous êtes, ne pas vous souvenir de votre état d’être illimité, font partie de l’être humain. Vous oubliez que vous êtes en sécurité et libres, peu importe où vous êtes. Étant humain, vous faites en sorte de clamer à nouveau ce sentiment de liberté et de sécurité. Dans votre quête, il est possible que vous tombiez dans le piège d’énergies qui paraissent vous offrir ce que vous recherchez, mais qui en fait, vous rendent dépendants de choses qui vous sont extérieures. Il se peut que vous vous reposiez sur des jugements extérieurs qui vous disent comment vous comporter afin d’être aimé. Ces fausses images du Foyer, ces substituts, ont tendance à vous attrister et vous déprimer. En fait, le voyage de descente du ciel à la terre a été rude. La mort, toutefois, vous ramène au plan de l’amour et de la sécurité éternels. C’est en mourant que vous vous abandonnez à ce que vous avez toujours été. Si vous mourez consciemment, s’il vous est possible d’accepter la mort et de vous y abandonner, mourir devient un événement joyeux.

Drag and drop me

Que se passe-t-il lorsque vous mourez? Avant de mourir, vous passez par un processus de séparation et de lâcher-prise. C’est une phase où vous dites adieu à la vie terrestre, à ceux que vous aimez. Ce peut être difficile, mais en même temps, cela vous offre la possibilité de réfléchir en profondeur sur ce que vous êtes, ce que vous avez appris et accompli sur terre pendant votre vie. Dans le chagrin que vous ressentez à quitter ceux que vous aimez, ce qui vous connecte à eux devient encore plus clair. C’est un lien d’amour qui est immortel. Ce lien est si puissant qu’il passe sans effort par delà la frontière qu’est la mort. L’amour est une source inépuisable, donnant pour toujours naissance à une vie nouvelle. N’ayez pas peur de perdre ceux que vous aimez, car c’est au moment de dire adieu que les liens d’amour inconditionnel sont renforcés et reçoivent une vie nouvelle. Car il est certain: lorsque vous vous quittez dans l’amour, vous allez à nouveau vous rencontrer. Vous allez vous retrouver sans effort, car le plus court chemin reste toujours celui du coeur. 

Si vous avez aimé ceux qui sont partis, vous pouvez être sûrs qu’ils sont proches de vous au niveau du coeur. Ressentez leur présence, car ils sont ici parmi nous, ils vous saluent. Ils se sentent privilégiés et libres. Ils sont délivrés des doutes qui assaillent tant de vous sur terre et ils aspirent à partager avec vous l’amour et la tendresse qui vous sont accessibles à tout moment. 

Ceux qui restent associent souvent la phase qui précède le départ de ceux qu’ils aiment avec des sentiments de tristesse et de perte. Il est naturel de ressentir du chagrin au départ de ceux que l’on aime; il est naturel de ressentir un manque et d’avoir envie de leur présence physique. Toutefois, nous vous encourageons à essayer de ressentir qu’avec leur départ, c’est une porte vers une dimension nouvelle qui s’ouvre, une dimension où la communication est de nature si pure, si claire et si directe qu’elle s’élève au-dessus des méthodes de communication couramment utilisées sur terre. Il vous est possible d’entrer en communication directe avec ceux que vous aimez après leur mort, de coeur à coeur. De cette façon, les malentendus qui survenaient habituellement entre vous sont facilement éclaircis, dès que vous communiquez de façon honnête et ouverte avec eux. Votre message sera toujours reçu. 

Lorsque vous mourez, vous verrez ceux qui vivent sur terre selon une perspective différente. Vous serez plus tolérants, plus doux, et vous aurez un sentiment de plus grande sagesse. Vous ne serez pas soudain complètement équilibrés, car il y a des émotions et des sentiments que vous emportez et qui nécessitent d’être gérés. Vous ne serez ni parfaits ni omniscients, sitôt que vous lâcherez prise de la vie physique. Et ce n’est pas si mal, après tout, car il y a encore tant à découvrir de ce côté-ci! Cependant, il y a chez la majorité d’entre vous une perspective nouvelle. La dimension d’éternité est tangible et elle teinte de respect votre vision de ce qui vous préoccupait, vous et vos proches, durant votre séjour terrestre. 

Alors, que se passe-t-il pour VOUS dès que vous franchissez la frontière de la mort? Après être passés par le stade du chagrin, le stade des adieux, vous allez commencer à ressentir l’approche de la mort. Votre attention change. En lâchant prise du monde extérieur, des gens, de votre corps, votre attention va maintenant se tourner vers l’intérieur et se retirer plus profondément. Votre conscience du monde extérieur diminue et cela vous permet de vous préparer au voyage intérieur pour lequel vous allez embarquer. Si vous acceptez consciemment la mort, vous allez faire l’expérience d’être prêts, prêts à vraiment lâcher prise. Pour vos proches, c’est le moment de vous laisser aller, car vous avez besoin de toutes vos forces pour vous tourner vers l’intérieur et vous préparer. 

Mourir n’a pas besoin d’être un processus douloureux. En vérité, ce qui prend place est de nature noble et majestueuse. Mourir est un événement sacré lorsque l’âme se connecte à elle-même de manière plus intime. Durant le stade final, la personne qui meurt perçoit la dimension terrestre de manière détachée: le corps, les odeurs, les couleurs, et d’autres sensations physiques. Une autre dimension entre dans sa conscience, d’un éclat si prometteur et si accueillant qu’il n’est plus si difficile de s’y abandonner et de laisser toutes les choses terrestres derrière soi. Même la présence de vos proches ne vous empêchera plus de partir, à présent. L’énergie du Foyer, Dieu, le ciel, quel que soit le nom que vous lui donniez, est de nature si enveloppante, chaleureuse et rassurante qu’il devient aisé de lâcher prise et de rendre votre corps usé et fatigué à la terre. 

Dès que vous lâchez prise en paix, votre âme s’élève de votre corps, en douceur, de façon fluide. Vous allez vous sentir soutenus par des forces universelles de sagesse et d’amour. Si vous mourez sans résister, votre entourage immédiat va se trouver empli d’une énergie tendre et aimante. Vous allez faire l’expérience d’un sentiment indicible de soulagement. Vous êtes libres et tout devient clair. Vous vous souvenez de l’omniprésence de l’amour, non comme d’une idée abstraite, mais comme d’une réalité palpable. Sur terre, vous appeliez cette sorte d’amour « Dieu », et vous gardiez une image humaine déformée de ce que ce Dieu « voulait de vous ». Vous étiez convaincus que Dieu exigeait de vous certaines choses, et généralement vous n’y satisfaisiez pas. Mais ici, dans cette dimension, vous vous souvenez de ce qui est vraiment la volonté de Dieu: vous donner une âme, vous inspirer, faire l’expérience de la création à travers vous et se reconnaître enfin dans votre apparence. Dieu voulait devenir humain à travers vous. Le but de l’évolution de l’univers, c’est Vous: Dieu devenu humain! 

Dieu est la source de la création, et vous êtes son accomplissement. Vous, qui avez donné à la lumière de Dieu une forme humaine, n’êtes jamais jugés pour le fait d’être humain. Au contraire, vous êtes honorés. L’idée d’un Dieu vengeur est encore une autre déformation, un retournement de la vérité suscité par la peur. Dieu se reconnaît en vous, quoi que vous fassiez ou ne fassiez pas. Lorsque vous êtes de retour de ce côté-ci, vous redevenez conscients de cela, et une cargaison d’auto-jugements et de sentiments d’infériorité tomberont de vos épaules. Vous ressentirez la joie originelle d’être vivants à nouveau, en sécurité dans les mains de Dieu. 

Peu après votre arrivée ici, vous allez percevoir des êtres de lumière autour de vous. Des guides vous assisteront, ainsi que des gens que vous avez connus et qui sont décédés avant vous. Parfois, vous serez surpris de rencontrer des gens que vous avez côtoyés brièvement, mais qui ont touché votre coeur en profondeur, des amis de longue date et des connaissances. Tous ceux avec qui vous avez eu une connexion fondée sur l’amour viendront vous accueillir. Là encore, il devient si clair pour vous que les adieux sont une illusion, que la connexion du coeur est éternelle. Vous allez faire l’expérience d’un sentiment de gratitude et de respect, en entrant dans cette sphère d’amour inconditionnel et de sagesse. 

Après votre arrivée de ce côté-ci, il y a une phase de réajustement, où vous vous habituez à votre nouvel environnement et relâchez peu à peu votre attachement à la vie terrestre. Vous aurez besoin de vous acclimater. Des guides spécialisés vous y aideront. Vous aurez encore un corps mais vous aurez l’impression qu’il est plus fluide que le corps physique auquel vous étiez habitués. Il prendra vraisemblablement l’apparence de votre corps physique le plus récent. Bien qu’il y ait la liberté de revêtir l’apparence que l’on désire, la plupart apprécient une certaine continuité pour quelque temps. Vous êtes aussi libres de créer vos conditions de vie, par exemple une magnifique maison entourée d’un beau jardin, dans un environnement naturel que vous aimiez sur terre. Il est tout à fait admis que vous puissiez réaliser vos désirs terrestres sur ce plan, auquel je fais référence comme le plan astral. C’est une dimension ou sphère d’existence qui permet beaucoup de liberté créatrice, bien qu’il ressemble encore et soit étroitement connecté à la dimension de la terre physique.

Drag and drop me

Pour ceux qui ont eu de la difficulté à accepter la mort sur terre, la transition vers l’autre côté a peut-être été moins paisible. Ils ont souvent besoin de plus de temps pour s’adapter à leurs nouvelles circonstances de vie. Parfois, il s’écoule un certain temps avant qu’ils ne réalisent vraiment qu’ils sont décédés. Certains ont souffert d’une longue maladie et ont de la difficulté à renoncer à l’idée d’être malade. Ils n’arrivent pas à croire qu’ils sont à nouveau en bonne santé, et l’aide patiente et douce d’un guide spirituel leur est souvent nécessaire pour se libérer de leur ancien corps. L’ancien corps peut coller à l’âme, juste sous forme de concept, de forme-pensée. Même chose pour les habitudes émotionnelles et les schémas de comportement. Ils peuvent se répéter sur le plan astral jusqu’à ce que l’âme découvre sa liberté, son aptitude à lâcher prise et à s’ouvrir à quelque chose de neuf. 

Une autre possibilité est qu’une âme reste attachée à la sphère terrestre, à ses proches en particulier, parce qu’ils sont morts soudainement ou très jeunes. Cela peut arriver en cas d’accidents, de désastres ou lorsque la personne était au début de sa vie. Ce sont des situations où une âme particulière ne se sentait pas prête ou préparée à son départ. Mourir dans ce cas est plus ou moins traumatisant. Il y a un accompagnement de ce côté-ci pour ces âmes traumatisées, comme toujours. Tôt ou tard, cette âme parviendra à accepter et comprendre la situation. Il y a toujours une raison valable à ce qui semble être un départ prématuré du plan terrestre. Mourir n’est jamais une coïncidence. 

À mesure que votre séjour de l’autre côté se prolonge, votre esprit s’éveille à des degrés de conscience de plus en plus vastes et profonds. De plus en plus, vous lâcherez prise de modes de pensée et de perception auxquels vous étiez habitués sur terre. Essentiellement, vous revenez de façon graduelle au coeur de ce que vous êtes, votre âme, l’étincelle divine en vous. Plus vous entrez, ou revenez, dans cet état de conscience, plus vous vous détachez de la personnalité terrestre et de la dimension de la terre. Vous aurez le sentiment d’un courant d’existence qui va bien au-delà de cet aspect de vous. Vous entrerez en contact avec d’autres vies passées sur terre, des incarnations où vous avez incarné d’autres aspects de votre âme. Vous prenez conscience de l’espace illimité qu’est votre âme et des nombreuses expériences que vous avez récoltées lors de votre voyage dans l’univers. 

À présent, lorsque les gens sur terre se connectent à vous, ils ont le sentiment d’une personne qui a grandi en sagesse et en amour spirituel. En fait, à mesure que vous vous approchez du coeur de votre âme, vous quittez le plan astral et entrez dans ce qui est appelé le plan essentiel, la sphère de l’essence. La plupart des gens restent un certain temps sur le plan astral après leur mort. Ils reviennent sur leur vie terrestre et réfléchissent sur toutes les expériences qu’ils ont traversées. Dans la sphère astrale, vous pouvez faire l’expérience à la fois de la joie et de la dépression, des émotions positives et négatives. Votre environnement reflète votre réalité psychologique intérieure. Les émotions que vous devez résoudre se présentent sous forme de couleurs, de paysages et de rencontres. Il vous arrive souvent de visiter le plan astral en rêve, vous êtes donc familiarisés avec ce plan de conscience. Dans votre littérature ésotérique, lorsque qu’on parle des nombreuses strates ou sphères de l’après-vie, de l’obscurité à la lumière, c’est du plan astral dont il est question. 

Sur le plan astral, vous avez l’occasion de faire le tri dans la valise émotionnelle que vous avez emportée de votre récente vie terrestre. Plusieurs guides aimants vous assistent dans cette tâche. À un certain point, vous allez lâcher prise de tous vos attachements et de votre souffrance émotionnelle, et vous serez à même de dépasser le plan astral. C’est alors que vous passez au plan de l’essence. Lorsque cela survient, c’est comme une seconde mort. Vous laissez derrière vous tout ce qui ne vous appartient pas réellement, et vous vous permettez de fusionner avec votre Soi plus vaste, votre coeur divin. Au moment où vous passez au plan essentiel, vous serez conscient de l’immense puissance qui vous anime. Vous ferez l’expérience de votre unité avec Dieu. 

Le plan de l’essence, le plan de l’éternel Soi, est le siège de la conscience divine d’où est originaire toute création. Je vous demande de prendre un moment pour vous connecter à ce plan, ici et maintenant. Il n’est pas éloigné. Il imprègne toute chose, à la fois le plan astral et le plan terrestre; il imprègne le cosmos entier. La présence que vous percevez ici est la présence de Dieu, pure et non-teintée. On peut la ressentir comme un profond silence, complètement paisible et cependant débordant de vie et de créativité. De cette source jaillit toute la création et à cette source, elle retourne. 

Lorsque vous atteignez le plan essentiel dans l’après-vie, vous êtes capables de faire des choix conscients en ce qui concerne votre future destination. Sur ce plan, il vous est possible, avec l’aide d’enseignants et de guides, d’arranger une autre incarnation terrestre, ou de prévoir un voyage différent, selon vos objectifs. Vous pouvez entendre clairement la voix de votre âme sur ce plan essentiel. C’est de ce plan qu’un jour vous avez dit « oui » à la vie dans laquelle vous vous trouvez à présent. 

Prenez un instant pour vous souvenir comment vous étiez sur ce plan. Plus vous devenez conscients de cette dimension au cours de votre vie terrestre, plus il vous sera facile de mourir en paix et, après votre mort, de passer du plan astral au plan de l’essence.

Drag and drop me

La mort n’est rien d’autre qu’une transition, l’une des nombreuses transitions par laquelle vous passez dans la vie. La naissance est une transition. La vie sur terre connaît tant de ces moments de transition, de traversée et de lâcher-prise. Pensez-y. Ce corps dans lequel vous résidez a été un jour très petit, un petit bébé fragile. Et pourtant votre âme, l’essence divine en vous, était déjà à l’oeuvre en vous quand vous étiez ce fragile petit bébé. Lorsque vous avez atteint la maturité, beaucoup d’entre vous ont été engloutis par les exigences que la vie terrestre a eues envers vous, et vous avez été confrontés aux peurs et aux doutes. La conscience de votre coeur divin, votre âme, a été repoussée à l’arrière-plan. Pourtant, il y a eu des moments dans votre vie où la dimension de conscience divine s’est ouverte à nouveau. Souvent, c’est arrivé alors que vous deviez lâcher prise, que vous deviez dire adieu. 

Peut-être était-ce dire adieu à quelqu’un que vous aimiez, peut-être quitter un emploi, quelque soit le scénario concevable. 

De tels évènements sont des transitions qui ressemblent à une mort, non au sens littéral mais au niveau psychologique. Il vous est demandé de lâcher prise à un niveau profond, c’est précisément à ces moments de lâcher-prise qu’il vous est possible de commencer à ressentir la réalité de votre Soi éternel, de la lumière divine qui brûle en vous. Cette réalité demeure avec vous sans conditions, même quand tout s’effondre autour de vous. Et c’est ainsi pour la mort physique. Si à cet instant, vous êtes assez courageux pour lâcher prise, le plan de l’éternel va vous étreindre et vous allez faire l’expérience d’une conscience très forte de ce que vous êtes en réalité. Mourir en abandon conscient est un événement sacré, empli de vie et de beauté. Tous ceux qui y assistent seront touchés par sa majesté. Plus ceux qui sont présents auront fait l’expérience de ce qu’est « mourir tout en étant en vie », plus ils seront emplis de respect et de révérence envers la transition dont ils sont témoins. 

En regard des transitions disponibles dans la création, de la naissance et la mort physique jusqu’à des moments d’intense détachement émotionnel au cours de votre vie, la question centrale reste toujours non pas si vous allez survivre mais si vous serez capables de retenir la connexion avec votre coeur divin. Êtes-vous capables de rester en contact avec le plan de l’essence, vos origines, le battement de coeur de la création? Se connecter souvent avec le plan essentiel au cours de sa vie est la meilleure façon de se préparer à la mort, et à ce qui se trouve au-delà. En devenant conscients maintenant, avant la mort physique, que le coeur même de ce que vous êtes ne dépend pas du corps physique actuel dans lequel vous résidez, ni de l’identité que vous assumez dans ce monde, vous vous rendez libre d’effectuer une transition douce le moment venu. 

Se connecter au plan essentiel est un choix. Mourir, en soi, ne vous en rapprochera pas. Après la mort, vous serez sensiblement la même personne que maintenant, bien que dotée de possibilités différentes et douée d’une perspective plus vaste. Mais la question cruciale reste toujours: vous souvenez-vous de vous? Êtes-vous capables de vous connecter consciemment à cette dimension intemporelle qui vous traverse et vous inspire en vérité? 

Vous êtes des anges de lumière impérissables et bien-aimés. Ayez foi en cela. Laissez-vous réconforter et soutenir par cette connaissance à l’heure de votre mort; et maintenant aussi, lorsque vous vous débattez dans les difficultés de votre vie. 

Pour mourir en paix, il vous est demandé de vous détacher intérieurement de tout ce qui vous lie à l’existence terrestre. Pratiquez ce détachement continuellement tant que vous êtes en vie, et vous serez préparés à mourir. 

Il se peut que vous ayez cette question: « N’est-ce pas tragique de se détacher de la vie, tout en étant dedans? » La réponse est: « Non, bien au contraire, c’est la preuve d’un esprit vraiment puissant ». 

Que signifie le détachement? Cela signifie que vous portez attention à l’essence, que vous ne vous laissez pas emprisonner par des sujets non-essentiels. Cela signifie que vous ne créez pas de drames émotionnels inutiles; cela signifie que vous savourez la joie des choses simples de la vie. Pratiquer le détachement et rester en phase avec le plan de l’essence inclut le fait d’être conscients d’une dimension cachée, qui se tient directement en-dessous et derrière ce qui est observable. Cela signifie renoncer au jugement prompt en termes de bien et de mal, et faire confiance à une intelligence cosmique qui dépasse de loin l’intelligence humaine. 

Beaucoup d’entre vous sont piégés par une fièvre pensante. Vous considérez la vie fièvreusement; comment résoudre les problèmes, comment accomplir tout ce dont vous pensez avoir besoin. Vous êtes très attachés au fait d’organiser la vie selon votre volonté et votre pensée. Le détachement signifie prendre cet aspect pensant de vous-mêmes moins au sérieux. Est-ce une chose tragique? Non, au contraire, cela allège et aère votre vie. 

La vie devient une lutte fatigante et pesante de par votre besoin excessif de contrôle. Le détachement apporte la paix de l’esprit, l’humour et la perspicacité. Être conscient de l’aspect fini de la vie inspire le désir de chérir la vie. Et c’est là que votre coeur divin peut s’écouler sans efforts à travers vous, du plan essentiel jusqu’à votre réalité terrestre. 

Alors, vous aurez conquis la mort avant de mourir.

Drag and drop me

© Pamela Kribbe 

Traduction française par Christelle Schoette
Site:
http://www.jeshua.net/fr/ 

Publié dans:LOI NATURELLE |on 14 mars, 2011 |Pas de commentaires »

La vie et la mort

La vie et la mort. 

Quelle est la cause de la mort chez les êtres organiques ? 

« Epuisement des organes. » - Pourrait-on comparer la mort à la cessation du mouvement dans une machine désorganisée ? 

« Oui, si la machine est mal montée, le ressort casse ; si le corps est malade, la vie s’en va. » 

 Pourquoi une lésion du coeur plutôt que celle d’autres organes cause-t-elle la mort ? 

« Le coeur est une machine à vie ; mais le coeur n’est pas le seul organe dont la lésion occasionne la mort ; ce n’est qu’un des rouages essentiels. » 

Que deviennent la matière et le principe vital des êtres organiques à leur mort ? 

« La matière inerte se décompose et en forme de nouveaux ; le principe vital retourne à la masse. » 

L’être organique étant mort, les éléments dont il est formé subissent de nouvelles combinaisons qui constituent de nouveaux êtres ; ceux-ci puisent à la source universelle le principe de la vie et de l’activité, l’absorbent et se l’assimilent pour le rendre à cette source lorsqu’ils cesseront d’exister. 

Les organes sont pour ainsi dire imprégnés de fluide vital. Ce fluide donne à toutes les parties de l’organisme une activité qui en opère le rapprochement dans certaines lésions et rétablit des fonctions momentanément suspendues. Mais lorsque les éléments essentiels au jeu des organes sont détruits, ou trop profondément altérés, le fluide vital est impuissant à leur transmettre le mouvement de la vie, et l’être meurt. 

Les organes réagissent plus ou moins nécessairement les uns sur les autres ; c’est de l’harmonie de leur ensemble que résulte leur action réciproque. Lorsqu’une cause quelconque détruit cette harmonie, leurs fonctions s’arrêtent comme le mouvement d’un mécanisme dont les rouages essentiels sont dérangés. Telle une horloge qui s’use avec le temps ou se disloque par accident, et que la force motrice est impuissante à mettre en mouvement. 

Nous avons une image plus exacte de la vie et de la mort dans un appareil électrique. Cet appareil recèle l’électricité comme tous les corps de la nature à l’état latent. Les phénomènes électriques ne se manifestent que lorsque le fluide est mis en activité par une cause spéciale : alors on pourrait dire que l’appareil est vivant. La cause d’activité venant à cesser, le phénomène cesse : l’appareil rentre dans l’état d’inertie. Les corps organiques seraient ainsi des sortes de piles ou appareils électriques dans lesquels l’activité du fluide produit le phénomène de la vie : la cessation de cette activité produit la mort. 

La quantité de fluide vital n’est point absolue chez tous les êtres organiques ; elle varie selon les espèces, et n’est point constante soit dans le même individu, soit dans les individus de la même espèce. Il en est qui en sont pour ainsi dire saturés, tandis que d’autres en ont à peine une quantité suffisante ; de là pour quelques-uns la vie plus active, plus tenace, et en quelque sorte surabondante. 

La quantité de fluide vital s’épuise ; elle peut devenir insuffisante pour l’entretien de la vie si elle n’est renouvelée par l’absorption et l’assimilation des substances qui le recèlent. 

Le fluide vital se transmet d’un individu à un autre individu. Celui qui en a le plus peut en donner à celui qui en a le moins et, dans certains cas, rappeler la vie prête à s’éteindre. 

Texte issu du Livre des Esprits – Allan Kardec – Les principes de la doctrine Spirite. 

Publié dans:LOI NATURELLE |on 8 février, 2011 |Pas de commentaires »

Bien ou mal…

 Le bien et le mal

Quelle définition peut-on donner de la morale ? 

« La morale est la règle pour se bien conduire, c’est-à-dire la distinction entre le bien et le mal. Elle est fondée sur l’observation de la loi de Dieu. L’homme se conduit bien quand il fait tout en vue et pour le bien de tous, car alors il observe la loi de Dieu. » 

Comment peut-on distinguer le bien et le mal ? 

« Le bien est tout ce qui est conforme à la loi de Dieu, et le mal tout ce qui s’en écarte. Ainsi, faire le bien, c’est se conformer à la loi de Dieu ; faire le mal, c’est enfreindre cette loi. » 

L’homme a-t-il par lui-même les moyens de distinguer ce qui est bien de ce qui est mal ? 

« Oui, quand il croit en Dieu et qu’il veut le savoir. Dieu lui a donné l’intelligence pour discerner l’un de l’autre. » 

L’homme, qui est sujet à l’erreur, ne peut-il se tromper dans l’appréciation du bien et du mal, et croire qu’il fait bien quand en réalité il fait mal ? 

« Jésus vous l’a dit : voyez ce que vous voudriez qu’on fît ou ne fît pas pour vous : tout est là. Vous ne vous tromperez pas. » 

La règle du bien et du mal, qu’on pourrait appeler de réciprocité ou de solidarité, ne peut s’appliquer à la conduite personnelle de l’homme envers lui-même. Trouve-t-il, dans la loi naturelle, la règle de cette conduite et un guide sûr ? 

« Quand vous mangez trop, cela vous fait mal. Eh bien ! C’est Dieu qui vous donne la mesure de ce qu’il vous faut. Quand vous la dépassez, vous êtes puni. Il en est de même de tout. La loi naturelle trace à l’homme la limite de ses besoins ; quand il la dépasse, il en est puni par la souffrance. Si l’homme écoutait en toutes choses cette voix qui lui dit assez, il éviterait la plupart des maux dont il accuse la nature. » 

Pourquoi le mal est-il dans la nature des choses ? Je parle du mal moral. Dieu ne pouvait-il créer l’humanité dans des conditions meilleures ? 

  « Nous te l’avons déjà dit : les Esprits ont été créés simples et ignorants. Dieu laisse à l’homme le choix de la route ; tant pis pour lui s’il prend la mauvaise : son pèlerinage sera plus long. S’il n’y avait pas de montagnes, l’homme ne pourrait pas comprendre que l’on peut monter et descendre, et s’il n’y avait pas de rochers, il ne comprendrait pas qu’il y a des corps durs. Il faut que l’Esprit acquière de l’expérience, et pour cela il faut qu’il connaisse le bien et le mal ; c’est pourquoi il y a union de l’Esprit et du corps. »   

Les différentes positions sociales créent des besoins nouveaux qui ne sont pas les mêmes pour tous les hommes. La loi naturelle paraîtrait ainsi n’être pas une règle uniforme ? 

« Ces différentes positions sont dans la nature et selon la loi du progrès. Cela n’empêche pas l’unité de la loi naturelle qui s’applique à tout. » 

Les conditions d’existence de l’homme changent selon les temps et les lieux ; il en résulte pour lui des besoins différents et des positions sociales appropriées à ces besoins. Puisque cette diversité est dans l’ordre des choses, elle est conforme à la loi de Dieu, et cette loi n’en est pas moins une dans son principe. C’est à la raison de distinguer les besoins réels des besoins factices ou de convention. 

Le bien et le mal sont-ils absolus pour tous les hommes ? 

« La loi de Dieu est la même pour tous ; mais le mal dépend surtout de la volonté qu’on a de le faire. Le bien est toujours bien et le mal est toujours mal, quelle que soit la position de l’homme ; la différence est dans le degré de responsabilité. » 

Le sauvage qui cède à son instinct en se nourrissant de chair humaine est-il coupable ? 

« J’ai dit que le mal dépend de la volonté ; eh bien ! l’homme est plus coupable à mesure qu’il sait mieux ce qu’il fait. » 

Les circonstances donnent au bien et au mal une gravité relative. L’homme commet souvent des fautes qui, pour être la suite de la position où l’a placé la société, n’en sont pas moins répréhensibles ; mais la responsabilité est en raison des moyens qu’il a de comprendre le bien et le mal. C’est ainsi que l’homme éclairé qui commet une simple injustice est plus coupable aux yeux de Dieu que le sauvage ignorant qui s’abandonne à ses instincts. 

Le mal semble quelquefois être une conséquence de la force des choses. Telle est, par exemple, dans certains cas, la nécessité de destruction, même sur son semblable. Peut-on dire alors qu’il y ait prévarication à la loi de Dieu ? 

  

« Ce n’en est pas moins le mal, quoique nécessaire ; mais cette nécessité disparaît à mesure que l’âme s’épure en passant d’une existence à l’autre ; et alors l’homme n’en est que plus coupable lorsqu’il le commet, parce qu’il le comprend mieux. » 

Le mal que l’on commet n’est-il pas souvent le résultat de la position que nous ont faite les autres hommes ; et dans ce cas, quels sont les plus coupables ? 

« Le mal retombe sur celui qui en est cause. Ainsi, l’homme qui est conduit au mal par la position qui lui est faite par ses semblables est moins coupable que ceux qui en sont cause ; car chacun portera la peine, non seulement du mal qu’il aura fait, mais de celui qu’il aura provoqué. » 

  Celui qui ne fait pas le mal, mais qui profite du mal fait par un autre, est-il coupable au même degré ? 

« C’est comme s’il le commettait ; en profiter c’est y participer. Peut-être aurait-il reculé devant l’action ; mais si, la trouvant toute faite, il en use, c’est donc qu’il l’approuve, et qu’il l’eût faite lui-même s’il eût pu, ou s’il eût osé. » 

Le désir du mal est-il aussi répréhensible que le mal même ? 

« C’est selon ; il y a vertu à résister volontairement au mal dont on éprouve le désir, quand surtout on a la possibilité de satisfaire ce désir ; si ce n’est que l’occasion qui manque, on est coupable. » 

suffit-il de ne point faire de mal pour être agréable à Dieu et assurer sa position à venir ? 

« Non, il faut faire le bien dans la limite de ses forces ; car chacun répondra de tout le mal qui aura été fait à cause du bien qu’il n’aura pas fait. » 

Y a-t-il des personnes qui, par leur position, n’aient pas la possibilité de faire du bien ? 

« Il n’y a personne qui ne puisse faire du bien : l’égoïste seul n’en trouve jamais l’occasion. Il suffit d’être en rapport avec d’autres hommes pour trouver à faire le bien, et chaque jour de la vie en donne la possibilité à quiconque n’est pas aveuglé par l’égoïsme ; car faire le bien, ce n’est pas seulement être charitable, c’est être utile dans la mesure de votre pouvoir toutes les fois que votre secours peut être nécessaire. » 

Le milieu dans lequel certains hommes se trouvent placés n’est-il pas pour eux la source première de beaucoup de vices et de crimes ? 

  « Oui, mais c’est encore là une épreuve choisie par l’Esprit à l’état de liberté ; il a voulu s’exposer à la tentation pour avoir le mérite de la résistance. » 

Quand l’homme est en quelque sorte plongé dans l’atmosphère du vice, le mal ne devient-il pas pour lui un entraînement presque irrésistible ? 

« Entraînement, oui ; irrésistible, non ; car, au milieu de cette atmosphère du vice, tu trouves quelquefois de grandes vertus. Ce sont des Esprits qui ont eu la force de résister, et qui ont eu en même temps pour mission d’exercer une bonne influence sur leurs semblables. » 

Le mérite du bien que l’on fait est-il subordonné à certaines conditions ; autrement dit, y a-t-il différents degrés dans le mérite du bien ? 

« Le mérite du bien est dans la difficulté ; il n’y en a point à faire le bien sans peine et quand il ne coûte rien. Dieu tient plus de compte au pauvre qui partage son unique morceau de pain, qu’au riche qui ne donne que son superflu. Jésus l’a dit à propos du denier de la veuve. » 

                        Extrait du Livres des Esprits d’Allan Kardec 

 

Publié dans:LOI NATURELLE |on 24 décembre, 2010 |Pas de commentaires »
123

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3