Archive pour la catégorie 'LOI NATURELLE'

Voici les qualités d’une personne arrivée à maturité

Les qualités d’une personne arrivée à maturité sont très étranges.

Tout d’abord, elle n’est pas une personne. Elle n’est plus un moi. Elle a une présence, mais elle n’est pas une personne.

Deuxièmement, elle ressemble davantage à un enfant – simple et innocente.

C’est pourquoi je dis que les qualités d’une personne arrivée à maturité sont très étranges, car le mot  » maturité  » donne l’idée d’avoir de l’expérience, d’être âgé, vieux. 

Physiquement, il se peut que la personne soit vieille, mais spirituellement, c’est un enfant innocent. 

Sa maturité n’est pas qu’une expérience acquise à travers la vie. Dans ce cas, elle ne serait pas un enfant, dans ce cas, elle ne serait pas une présence ; elle serait une personne qui a de l’expérience – qui a des connaissances, mais qui n’est pas arrivée à maturité.

La maturité n’a rien à voir avec les expériences de la vie.

Elle a à voir avec votre voyage intérieur, avec votre expérience de ce qui est intérieur.

Plus on entre profondément en soi, plus on est arrivée à maturité. 
Lorsqu’on a atteint le centre même de son être, on est parfaitement arrivé à maturité. Mais à ce moment-là, la personne disparaît, seule la présence demeure ; le moi disparaît, seul le silence demeure ; le savoir disparaît, seule l’innocence demeure.

Pour moi, la maturité est un autre nom pour la réalisation
Vous êtes arrivé à l’accomplissement de votre potentiel. Il s’est actualisé. La graine a fait un long voyage et s’est épanouie.

La maturité a un parfum. 
Elle donne une immense beauté à l’individu. 
Elle donne de l’intelligence, l’intelligence la plus affinée qui soit. 
La personne arrivée à maturité ne devient rien d’autre qu’amour. 
Son action est amour, son inaction est amour, sa vie est amour, sa mort est amour. Elle est simplement une fleur de l’amour.

 zen attitude

L’Occident a des définitions de la maturité qui sont tout à fait infantiles. En Occident, par maturité on entend que vous n’êtes plus innocent, que vous avez mûri à travers les expériences de la vie, qu’on ne peut plus vous tromper facilement, qu’on ne peut plus vous exploiter ; que vous avez en vous quelque chose comme un roc solide – une protection, une sécurité. Cette définition est très ordinaire, très terre-à-terre. Oui, dans le monde vous trouverez ce type de personnes arrivées à maturité.

Mais ma façon de voir la maturité est totalement différente, diamétralement opposée à cette définition. 
La maturité ne fera pas de vous un roc ; elle vous rendra si vulnérable, si doux, si simple.

osho

par Osho

Pour en savoir plus sur Osho >

Publié dans:ESPRITS, LOI NATURELLE, LUMIERE, MEDIUM |on 20 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

S’IDENTIFIER AUX ELEMENTS – VUE CELTIQUE

 

 

Les éléments qui constituent l’individu peuvent être vus comme équivalents aux chakras, aux planètes, aux sens et aux couleurs, mais c’est une autre histoire. Durant la divination, nous utiliserons les neufs dúile et nous ferons référence aux Trois Chaudrons de l’Échauffement, de la Vocation et de la Connaissance plutôt qu’aux chakras. 

Mais avant d’évoquer davantage les éléments et les Trois Chaudrons, voyons ce qu’un Ollamh peut nous dire concernant leurs Mystères lorsqu’il essaie d’harmoniser son propre Dúile au cosmos. Ce regard en « coulisses » est contenu dans une grande et ancienne invocation appelée « Le Mystère » et attribuée à Amergin, fils de Mile, Ollamh des Milesiens (vers 1000 avant l’ère commune).

 les éléments

 

 Cette traduction a été réalisée par R.A.S. Macalister pour le Livre des Invasions ou Leabhar Ghabala. 

Nous devons être capables de nous identifier à chacun des éléments de notre corps et du monde qui nous entoure. 

Le Cosmos et l’Être contiennent des éléments qui sont interconnectés selon leur essence, leur relation à l’ensemble des autres éléments et leurs relations les uns par rapport aux autres. 

Les os sont la charpente du corps. Ils forment la forme du Chaudron de la Vocation. Ils sont notre pilier. Pour les Celtes, et les peuples du Néolithique qui vivaient avant eux dans les Îles Britanniques, les os contenaient la Magie d’une personne. Ils étaient utilisés pour produire des outils magiques et étaient sculptés de divers symboles et d’Ogham afin d’amplifier leur effet. D’ailleurs, c’est sur la pierre qu’était écrit l’Ogham et c’était par les « cris » de la pierre que le roi était choisi. La pierre est la fondation d’une maison tout comme les os sont la fondation du corps. Ce n’est pas un hasard si les plus puissants lieux magiques d’Irlande furent ornés de pierres sculptées, comme à Brú. On accordait également aux météorites une importante position mystique ; elles étaient considérées comme les os des étoiles, des « pierres qui brûlent ». 

La chair est la partie du corps connectée au squelette et qui donne à notre corps une forme. Cette forme, ou silhouette, est connue en Irlande comme le delb. La chair est ce qui nous permet de nous mouvoir et nous donne de la force. C’est la substance que nous consommons, brûlons et sacrifions (avec le sang) quand nous faisons des offrandes aux Dieux. La chair d’un taureau était offerte et mangée afin de faciliter les visions de Tarbh Feis. Parfois, le sang ou la chair d’un ennemi étaient ingérés durant les rituels qui suivaient une bataille (selon certains auteurs, mais ce n’est pas un fait avéré, bien que cela ne me surprendrait pas). La Terre est l’analogie cosmique de la chair. C’est la Terre qui supporte notre   existence et c’est à Sa surface que nous travaillons. La chair est le principal composant du Chaudron de la Vocation. 

Les cheveux et la peau sont les « capteurs » de nos corps. La peau est l’organe sensoriel le plus étendu que nous possédions. Elle réagit au toucher, au chaud, au froid, à la souffrance et au plaisir. La peau est la seule voie par laquelle nous prenons conscience de nous-mêmes, de nos limites et de notre environnement. Les cheveux, qui poussent sur la peau, sont une voie supplémentaire nous permettant de percevoir notre environnement sans rien toucher. En effet, grâce à eux, nous pouvons percevoir le vent et l’électricité statique. Tout comme notre peau, notre chevelure reflète notre état de santé  général. Quand nous nous sentons bien, nos cheveux sont brillants et soyeux. Quand nous sommes déprimés, ils sont ternes et plats. 

L’aspect de notre peau, comme l’aspect de nos cheveux, est un indicateur de notre condition physique. Un environnement sain se reflète dans une herbe bien verte, des plantes, des arbustes et des arbres vigoureux. Notre peau et nos cheveux fournissent la couverture du Chaudron de la Vocation. 

Le sang est la rivière de vie du corps. C’est ce qui soutient la chair, comme la respiration. Il nous réchauffe et reflète notre état émotionnel. Le sang est l’un des trois feux du Chaudron de l’Échauffement. Sommes-nous chauds ou sanguins ? Notre sang ne fait qu’un tour ? Avons-nous les yeux injectés de sang ? Ou peut-être sommes-nous de sang bleu ? Ces expressions soulignent bien la nature jaillissante, structurante et réactive du sang. Tout comme le sang est la source de vie du Corps, la Mer est le Chaudron d’Abondance pour le Monde. La Mer exprime ses humeurs et se tempère, comme le fait le sang. La Mer est dans un état de changement constant. C’est le Sang du Monde. 

Le souffle est le constant renouveau de l’esprit. Il permet une mise à plat des sentiments et des tensions. Notre respiration est également utile au processus d’oxygénation du sang. Elle est l’un des trois feux du Chaudron de l’Échauffement. Le souffle est ce qui affecte nos humeurs et nos perceptions. Dès notre naissance, notre premier acte conscient en ce monde est la respiration. Ce n’est pas une coïncidence si les termes qui désignent le souffle, l’âme et le nom ont tous la même racine en Irlandais (anail, anam, ainm). Le souffle et le vent sont des correspondances entre le corps et la nature. 

Les Celtes voyaient dans le vent le souffle des cieux. Il était également utile aux marins pour prévoir le temps et prédire leurs prises. D’un autre côté, l’esprit jouissait d’une plus grande considération chez les Celtes. La sagesse était réputée couler des sources et des chaudrons. C’est une coïncidence surprenante que ce « flux de sagesse » d’une source de connaissance trouve des parallèles évidents dans les ondes alpha découvertes par la science moderne. Peut-être les Druides ont-ils découvert la nature ondulante de la pensée lors de leurs chirurgies du cerveau ? (Des exemples ont été découverts dans des tombes celtes.) La Lune est le phénomène naturel qui contrôle les vagues sur la terre et en mer. Elle est le symbole de la pensée et du cycle de la Nature Elle-même. L’esprit est l’un des trois feux du Chaudron de l’Échauffement. 

Le visage était considéré comme une fenêtre donnant sur la personnalité d’un individu. Comment quelqu’un se tenait en public et comment il était perçu par les autres était essentiel. La réputation et les exploits personnels étaient vantés par les poètes et les bardes. La parole et l’honneur d’un homme (ou d’une femme) étaient aussi importants que sa vie elle-même. L’importance du visage et de l’apparence devait transparaître dans l’emphase des druides pour la satire et dans leur habileté à blesser ou tuer l’objet de leur mépris (en parole seulement). 

C’est le soleil qui représente le visage du monde : il l’illumine pour que tous les êtres puissent voir et être vus. C’était suivant la course du Soleil ou contre lui que l’on annonçait les louanges et les insultes.

Il était l’exemple-même du visage pour les Celtes. Le visage était l’ouverture du Chaudron de la Connaissance. 

Le cerveau sert de support aux pensées et aux souvenirs. Il est comme le papier des livres ou le silicone des ordinateurs : c’est le media qui contient notre esprit et nos pensées. Il est l’ordonnanceur   et l’architecte de nos facultés mentales. Être un « cerveau » implique de très fortes capacités de déduction. C’est le signe de nos pouvoirs mentaux. Le cerveau est le « ragoût » contenu dans le Chaudron de la Connaissance, tout comme les Nuages et les Étoiles sont le ragoût cosmique des Dieux. Les Druides lisent les étoiles et les nuages pour obtenir la Sagesse des Dieux. L’astrologie druidique était encore appelée Neladoracht, littéralement « l’observation des nuages ». 

La tête était vénérée chez les Celtes qui conservaient la tête de leurs adversaires les plus importants comme trophées. On pensait pouvoir contrôler l’âme d’une personne si l’on possédait sa tête. Effectivement, celle-ci était réputée contenir l’essence de la personnalité et du pouvoir d’un individu. C’est pourquoi elles étaient préservées dans de l’huile de cèdre et exposées en bonne place dans les salles de banquet et la maison (ainsi que sur les chars et les chevaux). La tête contrôlait l’Être, tout comme les Cieux règnent sur la Terre. Le Roi Sacré qui possède la Souveraineté de la Terre (comme le chef des Tuatha et l’époux de la Déesse). La tête était le récipient pour le Chaudron de la Sagesse. 

Bien d’autres choses pourraient encore être ajoutées en ce qui concerne les éléments et la cosmologie celtes. D’une part, les Celtes utilisaient les quatre directions pour établir leur centre (tout comme le Soleil lui-même et les étoiles), puis ils ajoutaient d’autres dimensions à leur espace : un ici, un en haut et un autour (un extérieur et un en-dessous). Ce monde et l’Autre-Monde se touchaient presque en tout lieu, mais, à certains moments et en certains endroits, les portes pouvaient s’ouvrir un petit peu plus grand. Mais il s’agit là d’innombrables autres histoires !

 

Pour plus d’information sur les voies des Druides et les mystères de l’Ogham, vous pouvez lire mes articles sur la divination oghamique dans le Journal of the Henge of Keltria

 

http://www.keltria.org  ou visiter le site  http://www.summerlands.com

Publié dans:ELEMENTS, LOI NATURELLE |on 13 octobre, 2016 |Pas de commentaires »

LE SIMPLE FAIT D’ETRE VIVANT ALIMENTE L’ATMOSPHERE

 

Lorsque vous mangez une pomme, vous vous nourrissez de son prana, surtout si vous avez cueilli cette pomme directement dans un pommier et capté d’abord consciemment du regard son prana. Pour en capter davantage encore, prenez une croquée de cette pomme et gardez un moment le morceau dans votre bouche, sans le mâcher. Vous serez étonné de la sensation que cela peut procurer.

 pomme

Le prana est l’essence vitale de toute nourriture. Vous avez peut-être parfois remarqué qu’il vous fallait manger beaucoup d’aliments avant de vous sentir rassasié. C’est peut être dû au fait qu’il ya peu de particules praniques dans les aliments choisis, ou encore qu’ils n’ont pas été suffisamment bien absorbées durant la digestion. Si vous êtes certain que vos aliments sont vivants, et qu’ils contiennent donc du prana, gardez-les quelque instants dans la bouche avant de les avaler afin de mieux capter la partie éthérique de l’aliment.

Ainsi, par votre Intention et votre Attention, vous absorberez son énergie éthérique. Puis, mastiquez-le longuement avant de l’avaler, afin que tous les micro-capteurs de votre bouche puissent aussi l’absorber. Lorsque vos aliments ne sont pas aussi vivants que souhaité, et possèdent donc peu d’énergie vitale, rechargez-les de prana en focalisant sur vos aliments, à partir de votre troisième œil, les faisceaux de lumière portant votre Intention de les revivifier.

Comme vous êtes vivant, vous irradiez la vie. Cela signifie que vous contribuez à charger la vie autour de vous, tout comme l’atmosphère, de cet élément vital qu’est le prana. Tout ce qui est vivant, partout dans l’univers, génère du prana, l’énergie de la vie présente en toutes choses.

Si un individu ne reconnaît pas être lui-même de source universelle, par ignorance ou par inconscience, il ne génère alors que fort peu de prana. C’est lorsqu’un humain s’exprime, s’épanouit et se manifeste en harmonie avec sa conscience d’être de lumière incarné, que le prana qu’il émet contribue à la vie environnante de manière vraiment importante.

Tout autour de vous, le prana est présent comme il est présent en vous et en toute forme de vie. Et si vous êtes conscient que vous en créez naturellement, vous vous en nourrirez aussi plus consciemment.

Le prana que vous générez est naturellement présent dans vote champ magnétique, lequel a la propriété de faire circuler et de projeter le prana qui émane de vous. En fait, plus vous générez de prana, plus votre champ magnétique est vibrant. Et plus votre champ magnétique est vibrant, plus vous captez les vibrations des autres, et de même, plus les autres peuvent capter la vibration authentique de votre Ame. Votre champ magnétique vous permet d’utiliser la loi d’attraction et d’attirer à vous ce qui correspond le mieux à votre essence et au but de votre incarnation. Votre champ magnétique vous permet aussi de projeter vos intentions avec plus de puissance dans l’univers et d’attirer à vous les situations, les circonstances et les êtres pouvant catalyser votre épanouissement spirituel jusqu’à un état de grâce divine. Qui plus est, votre champ magnétique es tune sorte de filtre naturel qui dissout et élimine tout ce qui ne vous appartient pas. Il constitue donc un élément essentiel à votre bien-être, que le prana rend plus vivant, plus vibrant. 

C’est grâce à votre champ magnétique que vous pouvez accueillir, ressentir et respirer votre présence d’Ame et ses émanations. Qui plus est, votre champ magnétique agit comme un filtre éliminant ce qui ne vous appartient pas. La nourriture pranique est associée au centre de la gorge, et à l’aptitude à exprimer clairement ses idées. Sachez aussi que le champ magnétique que vous alimentez de votre prana est directement en lien avec votre aura, exprimant votre signature énergétique. Votre champ magnétique vibrant d’ondes de lumière colorées est donc l’expression subtile de qui vous êtes vraiment. Les individus sensitifs ayant développé leur faculté de double vision (superposant la perception de l’aura à ce que leurs yeux voient) peuvent voir et ressentir votre aura, et ainsi vous découvrir sous votre vrai jour. Plus votre champ magnétique est puissant, plus il est facile de le sentir. Lorsque le champ d’énergie d’un être est puissant et étendu, tous sur son passage ressentent sa force et se sentent attirés vers lui, sans pouvoir nécessairement comprendre ou expliquer ces impressions.

Le prana circule librement dans l’atmosphère de la planète. Il est constamment généré par les écosystèmes terrestres et par le règne minéral, végétal et animal. En fait, tout ce qui est constitué de cellules vivantes génère du prana. Même les minéraux sont porteurs de vie. Ils émettent donc eux aussi des ondes et du prana et contribuent ainsi depuis toujours à l’évolution de la vie sur Terre. 

Votre champ magnétique, s’il est bien chargé de prana, vous permettra d’être moins affecté par les sombres égrégores qui à l’heure actuelle en maints endroits, dégénèrent en égrégores de terreur. Ces forces ténébreuses sont créées par des humais projetant autour d’eu la peur, la colère, la critique et la terreur qui les habitent. C’est donc un cercle vicieux. Et lorsqu’un individu émet de la colère, non seulement il alimente l’égrégore de colère déjà existant, mais en plus il attire à lui de semblables énergies de colère qui l’envahissent et il a alors l’impression d’être possédé par quelque chose de morbide qui lui fait perdre ses moyens et dénature son être véritable. Il n’est plus lui-même, mais c’est uniquement parce qu’il est sous l’emprise d’un tel égrégore. Un champ magnétique sain et vibrant crée un bouclier partiellement ou totalement impénétrable par les ondes émanant de ce genre de soucis.

Par conséquent, si vous alimentez régulièrement votre champ magnétique en prana, vous faites le choix le plus sage qui soit.

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Donner un sens à notre alimentation

L’alimentation est au cœur de notre vie. Elle constitue notre base. Il n’est pas question, sous prétexte, de porter un regard attentif à notre alimentation, de laisser s’éteindre notre curiosité et notre gourmandise. Le temps est venu de revisiter et de réinvestir notre plaisir autrement. Nous sommes d’ailleurs naturellement très bien dotés pour cela. Nul besoin de faire appel à de quelconques artifices. Tout est déjà là, à l’intérieur de nous, en simplicité et en justesse.

Et si le secret d’une alimentation harmonieuse résidait dans des choses simples ? Nous venons au monde riche de nos six sens pour toucher, sentir, écouter, goûter, voir et ressentir la vie. Si nous stimulons nos sens innés, ils n’auront de cesse de croître et de s’affiner pour nous offrir une expérience de vie vibrante. Nos sens nous relient au monde. Ils nous renseignent sur notre environnement. Ils nous ouvrent à un champ de perceptions infinies. Ils sont pourvoyeurs de vie nous protégeant et nous informant des dangers, mais aussi nous procurant du plaisir.

CARTES

Nos sens (à l’exception de la vue) se manifestent in utéro. 
Comme une valse bien menée : le premier à entrer dans la danse est le toucher, suivi de l’odorat puis de l’ouïe. Ensuite, apparaissent les « bourgeons gustatifs » que sont les récepteurs gustatifs et les papilles pour devenir le goût. L’instinct, réflexe de survie ancestral, est déjà présent et permet au fœtus de reconnaître les saveurs « toxiques ». En effet, les saveurs amères ont souvent été associées dans notre évolution à des substances toxiques comme les champignons ou les baies.

Leur rôle est essentiel car se sont par nos sens que nous sommes présents à nous-mêmes et à notre environnement, dans l’ici et maintenant. Pourtant, nous avons tendance à les sous-estimer, voire à les oublier, traversant la vie sans regarder vraiment, sans respirer pleinement, sans savourer intensément, sans contacter sa peau, sans écouter la mélodie de la vie et sans accueillir nos ressentis.

Nos sens sont pleinement impliqués dans notre relation à la nourriture. Ils nous informent de la comestibilité des aliments et nous offrent du plaisir. Pour cela, il est nécessaire de les stimuler : observer, sentir, toucher, écouter et ressentir avant de goûter. Nos modes de vie souvent basés sur la performance et la compétitivité nous poussent à tord à limiter l’usage de nos sens à celui de la vue (si c’est beau, alors ça doit être bon !) et au goût (je goûte et je verrais bien si c’est bon !). Les autres sens comme l’odorat, le toucher, l’ouïe et l’intuition sont mis en veille et s’endorment parfois très profondément. On en vient à perdre le sens de nos sens. Aujourd’hui, nous pouvons les ré-activer pour découvrir « l’alimentation sensorielle » ! L’alimentation sensorielle, c’est très simple et emprunt de bon sens. Si lorsque je me nourris, je décidais d’activer tous mes sens pour bénéficier de toute la richesse qu’ils m’offrent ? Si je décidais maintenant de contacter mes sens et mes ressentis, que se passerait-il alors ? Il y a des aliments que je ne consommerais pas, parce que je sentirais qu’ils ne sont pas bons pour moi. A l’inverse, je mangerais plus de certains aliments. Je sentirais vibrer tous les récepteurs de mon corps éveillé !

CARTE0Au fil du temps, nos sens ont cédé leur place au profit du sens des conventions, nous mettant ainsi à distance de nos compagnons les plus fiables et fidèles, appauvrissant nos sensations, nos perceptions et notre vocabulaire. Notre éducation, la meilleure que nos parents ont souhaitée nous offrir, a conditionné nos comportements. N’avez-vous jamais entendu dire qu’il n’était pas poli de porter la nourriture à son nez pour la sentir (surtout en présence d’invités) ; qu’on ne mange pas avec les doigts, parce que c’est sale et impoli et, que ce comportement n’est pas adaptée à notre société (J’évoque ici notre culture européenne). C’est ainsi que de nombreux parents crient victoire très tôt parce que leurs tous petits mangent déjà avec des couverts. Et voilà comment le toucher se colore d’interdit… qu’il s’agisse de nourriture, de contact, il devient cet interdit qui s’affiche dans les boutiques alors que ces mêmes magasins exposent des objets qui stimulent nos sens et invitent à la caresse. Dans notre société, nos mains sont réservées à la malbouffe. On mange sur le pouce, avec les doigts des sandwichs et autres plats conçus pour être engloutis, bouffés. Notre odorat est leurré par les sprays appétant diffusés dans certains commerces de bouche. Le visuel prime sur la qualité des aliments. On mange en musique dans des ambiances qui parasitent nos sens. Nous avalons, parfois sans mâcher, et à d’autres moments sans contacter le goût, on s’interroge sur les saveurs qui composaient notre assiette déjà vide.

Les sens dirigent notre attention sur l’ici et maintenant. C’est un moyen simple d’investir l’instant présent. Il suffit de contacter ses sens un à un. En cet instant, notre mental s’absente pour laisser place à l’expérience. C’est l’expérience de la pleine conscience. Soyons à la fête en présence de nos sens. Le temps d’un repas au moins : touchez les aliments, évaluez leur poids, leur température, sentez les sensations sous vos doigts. Par cette attention, vous informez votre corps sur la qualité et la quantité d’aliments qu’il va recevoir. Vous êtes en train de démarrer votre digestion. Portez à votre nez les aliments pour humer avec profondeur leurs senteurs, leur odeurs. Accueillez les souvenirs, les associations, les émotions le cas échéant. Notre sens de l’olfaction est relié au cerveau limbique, siège de nos émotions. Portez à vos oreilles et écoutez le son des aliments, affinez vos perceptions, en secouant légèrement, en pressant avec douceur pour écouter les variations. Mettez les aliments sous la lumière, observez les zones de contrastes, les couleurs… Avant de goûter, fermez les yeux riches de tous ces ressentis et accueillez toutes les sensations qui se présentent en cet instant. Contactez votre intuition : certains aliments vous attirent-ils davantage ? A l’inverse, certains ne vous tentent –ils pas ? Faîtes le choix de ne manger que les aliments dont vous avez besoin. Prenez la décision de manger les aliments qui vous attirent et de réserver ceux qui ne vous attirent pas à un autre repas, à une autre expérience. Maintenant, portez à votre bouche. Laissez fondre. Croquez une fois. Laissez la curiosité des goûts de cette bouchée envahir votre bouche et votre corps. Puis, mâchez jusqu’à ôter tout le goût et avalez.

Nos sens nous accompagnent à la découverte du monde. Ils aiment être rassurés par des odeurs, des touchers, des goûts, des paysages ou des visages, des sons que nous connaissons bien. Ils aiment aussi la curiosité et l’aventure. C’est dans ces instants là qu’ils sont les plus stimulés… la nouveauté est un moyen de les activer. Les expériences seront parfois positives et nous chercherons à les reproduire, tandis que d’autres expériences ne seront pas enregistrées comme agréables. La richesse des sens, c’est que cette expérience désagréable au demeurant, si elle est de nouveau retenter, pourra devenir agréable. Expérimentez. Jouez. Vibrez… écoutez-vous.

Ariane ROQUES auteure du Jeu de cartes 
« Se nourrir en conscience », aux Editions Le Souffle d’Or.

Voici la première carte du jeu :

carte_10

ariane

par Ariane ROQUES

mangeuse éveillée et auteure du Jeu de cartes 
« Se nourrir en conscience », aux Editions Le Souffle d’Or.

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

DELAISSEZ VOS PERSONNAGES ARTIFICIELS

 

Quand nous nous retirons d’une situation, le sentiment de perception cesse automatiquement. Mais il est important qu’il soit clair pour nous qu’en nous retirant ainsi de la situation, nous cessons également de nous rendre disponibles.

Pour ce faire, nous pouvons nous dire cette phrase intérieurement: « Je ne me rends plus disponible à ceci. » Nous partons parfois quand même avec l’espoir que l’autre souffre de notre départ et modifie son comportement. Ou encore voulons-nous, en mettant de la distance entre nous et l’autre, nous venger et obtenir réparation de notre souffrance. Nous partons avec une rancœur intérieure, et peut-être notre sentiment porte-t-il même un « Tu peux bien aller … ! » Ou encore, nous avons peur, craignant sans cesse que l’autre nous pourSUIve.

Faire tomber les masques

Nous réagissons violemment contre le vécu. Ou nous craignons que notre départ ne nous libère pas du tout. Dans tous ces cas, notre départ n’en est pas vraiment un. Nous restons avec nos déséquilibres, disponibles à l’autre et à la situation, et nous voulons absolument changer quelque chose en partant. C’est ainsi que nos sentiments désagréables persistent ou réapparaissent après de courtes périodes.

Un départ qui nous libère complètement de notre sentiment de perception doit en être un au cours duquel nous acceptons respectueusement la situation et ne voulons plus la changer. Nous devons totalement abandonner notre désir de changement – et ne pouvons le faire qu’en appréciant la situation et en la considérant telle qu’elle est. Ne donnant aucune valeur négative à la situation, nous partons simplement en nous disant intérieurement, comme un être équilibré, chaleureux, respectueux, reconnaissant et humble: « Je la considère comme elle est et je ne me mets plus à sa disposition. Je laisse les déséquilibres tels qu’ils sont. Ils ont une place dans mon cœur. » Je m’aide parfois de l’image suivante: une pièce musicale inachevée ou un poème appris à moitié que je laisse ainsi ont toujours leur place. Puis-je en sourire affectueusement?

Quand, dans un partenariat, l’autre perçoit notre recul dans un certain domaine et ne peut le gérer, il réagit presque toujours en créant une distance intérieure. Il est blessé ou il pense qu’il doit de toute façon s’éloigner quelque peu de nous. Tout cela est perçu au niveau des sentiments. Puis, cela se manifeste par notre capacité à nous retirer avec affection, par un sentiment de distance ensuite ressenti par l’un et l’autre – et souvent, par une mauvaise conscience.

J’ai souvent demandé à l’autre individu comment il gérait la situation. Il exprimait alors sa distance intérieure, et je pouvais lui expliquer que je ne prenais pas de distance, mais que je ne me rendais tout simplement plus disponible à la situation en question, tout en restant respectueux et ouvert envers lui.

Si la personne ne peut comprendre ou accepter notre explication, nous devons alors considérer sa distance et son sentiment de distance pour ce qu’ils sont. Si elle peut la concevoir et s’ouvrir à nouveau, alors notre recul est ressenti de façon plus agréable. Cela survient quand il y a compréhension mutuelle, sans distance intérieure, avec une ouverture d’esprit mutuelle et chaleureuse.

Mais dès que nous cédons à la rancœur ou à d’autres sentiments du genre, notre premier sentiment de perception désagréable persiste, parce que nous restons en contact avec cette perception et disponibles à celle-ci. Nous combattons. Peut-être cela arrive-t-il pour que nous allions plus en profondeur dans cette situation. Pour une raison, une partie de nous y reste attachée ou cherche encore quelque chose. Nous avons toujours des désirs de changement ou d’amélioration, sans pouvoir vraiment lâcher prise. C’est pourquoi nous sommes intérieurement encore ouverts et demeurons en résonance.

Chaque affrontement, chaque dénigrement à notre égard signifie que nous sommes devant une responsabilité non souhaitée. Mais comme nous nous imposons cette obligation, nous nous sentons libres de prime abord, pour autant que nous puissions triomphalement nous en sortir complètement par nous-mêmes. Nous nous disons: « Je ne suis plus disponible à cette obligation », et vient alors le soulagement. Le combat cesse, nous pouvons être ouverts et chaleureux. Et sans sombrer encore dans l’obligation, nous pouvons même nous occuper de l’autre avec affection. Nous avons le choix chaque fois. Voilà pourquoi la phrase « Je ne suis plus disponible » est faite d’amour pur. Elle nous ouvre à des attitudes et des sentiments chaleureux, qui ne viennent que de nous-mêmes, si nous ne nous mettons plus à la disposition de déséquilibres étrangers. Être chaleureux envers quelqu’un et se conduire chaleureusement ne veulent pas également dire s’attacher à cette personne. Beaucoup de gens entretiennent cette confusion et créent accessoirement des liens – et des sentiments d’obligation. Si vous n’arrivez plus à vous défaire de ces sentiments, vous commencerez, à un moment donné, à combattre ces liens. La décision de ne plus être disponible à ce sentiment de lien vous ramène alors à votre côté chaleureux et vous ouvre à autrui.

Cette phrase – Je ne suis plus disponible à ce sentiment de lien – me comble d’énergie et de bonheur. Quand je l’emploie de façon ciblée et respectueuse, je peux toujours choisir quand, à quelle fréquence, et pour combien de temps je me rends disponible. Tentez aussi l’expérience avec la phrase « Je ne suis plus disponible à ton désir de changement ». Comment vous sentez-vous après l’avoir formulée? Par ailleurs, et selon la situation, il peut être important de se rendre disponible au désir de changement de quelqu’un quand il s’agit de soutenir cette personne, d’établir avec elle une relation humaine pleine de compréhension, car une transformation peut réellement prendre place dans ce contexte. Il était bon de suivre votre sentiment de perception, de résoudre quelque chose grâce à votre aide et de vivre avec cette personne un heureux dénouement.

Vous avez toujours le choix.

Le bonheur naît quand nous avons un désir de changement, nous le vivons et nous parvenons avec succès à une transformation. Le bonheur naît également quand nous reconnaissons quelque chose ou quelqu’un comme il est, nous ne voulons plus le changer et nous nous sentons soulagés de cela.

La souffrance découle de notre volonté de changer ce qui ne peut l’être, du fait de nous sentir incapables de lâcher prise par rapport à notre désir de changement, de refuser de reconnaître les circonstances du moment (parce que nous n’avons pas encore pris le temps, peut-être, d’aller en profondeur dans ce désir de changement). La souffrance vient également quand nous avons un désir de changement, mais que nous ignorons comment le satisfaire (ici aussi cela dépendra de notre capacité d’approfondir le problème).

Le bonheur est au rendez-vous quand nous avons appris comment réaliser nous-mêmes ce désir de changement au bon moment, quand nous pouvons lâcher prise au bon moment par rapport à ce désir de changement, que nous pouvons le reconnaître tel qu’il est et au bon moment réaliser un nouveau désir de changement et de nouveau, que nous pouvons lâcher prise au bon moment … tout en sachant que tout vient à point nommé.

La souffrance naît parfois du fait de ne pas avoir appris une chose très importante, soit le lâcher-prise. Apprendre et se détacher de quelque chose, c’est atteindre un meilleur équilibre et faire l’expérience du bonheur. Le bonheur absolu, c’est connaître toutes ces connexions et pouvoir se dire à chaque situation: « Et ceci en fait également partie. » Même au plus profond d’une crise ou dans la pire douleur, je sais que cela aussi fait partie de ma vie, que cela montre la transformation éternelle et la perfection de l’univers. Je ressens ce savoir et cette foi en l’univers – malgré toutes les souffrances – comme le bonheur absolu…

je-ne-suis-plus-disponible

Extraits du livre : Je ne suis plus disponible, p. 88-105
Ariane Éditions, 2010 sur le blog de FRANCESCA http://channelconscience.unblog.fr/

L’intégration Christique

 

 

Communication télépathique de Lumière de l’Être reçue par Francine Ouellet le 9 avril 1997.

 

Bien-aimés frères et sœurs dans le Christ Vivant, vous qui attendez mon retour, sachez que Je suis déjà là. Sachez que Je suis toujours parmi vous, que jamais Je ne vous ai quittés. Sachez également que mon cœur s’enflamme de poursuivre l’échange jadis commencé sur la montagne. Laissez votre amour vous transporter au cœur même de votre souvenance. Permettez que votre mémoire s’enflamme au Feu qui brûle dans les profondeurs de votre être. 

Reconnaissez-vous, assis parmi la foule, l’âme vibrante de la Joie céleste. Tel qu’il y a deux mille ans, mon Amour se déverse dans votre intimité la plus profonde. Beaucoup se retrouveront assis à l’écart, le corps mortifié par la souffrance de leur manque d’amour. Pour ceux-là, mon cœur se remplit de la Joie du Père, car vous avez retrouvé le chemin de mon Amour. Ne souffrez plus ; Je suis là avec vous. Je suis là, au cœur même de votre souffrance. Je m’y loge et vous y attends. Permettez-vous de vous accueillir dans votre douleur quelle qu’elle soit, ainsi vous m’accueillerez en vous. Je suis votre soif. Je suis votre manque. Je suis votre désir d’aimer. Je suis votre désir d’être aimés. Je suis votre réalité d’Amour. Sachez, bien-aimés dans le Père, que ce manque d’Amour qui vous transperce le cœur de mille souffrances est une profonde illusion. Dans le Père, il n’y a place pour aucun manque, aucune souffrance : tout y est Amour. Vous êtes immergés totalement dans l’Amour depuis le début des temps et vous y êtes éternellement. Toute autre réalité est une illusion. Bien-aimés du Père osez croire en cette réalité sereine, et la souffrance du manque d’Amour s’estompera peu à peu de votre cœur faute d’être nourrie. 

lotus

D’autres se retrouveront assis au cœur de la foule, enflammés par la Divine Présence, mais le cœur blessé par l’indignité. Pour ceux-là, mon cœur se remplit de la Joie du Père. Je dis, vous êtes déjà dans les bras du Père, l’âme fière et digne. Déjà, votre âme se lève fière d’être un enfant de Dieu. Sachez, mes bien-aimés, que votre indignité n’est qu’une illusion que vous gardez logée au sommet de vos croyances. Permettez-vous de croire à votre réalité Divine et l’indignité perdra peu à peu de sa force illusoire, faute d’être nourrie. 

Sachez que la Flamme Vivante du Fils de Dieu brûle en vous depuis le début des temps et brûlera vivante éternellement. L’Amour sans condition que vous développez en vous, pour vous et pour les autres, est le signe de l’éveil de mes Energies au cœur de votre être. Le Feu Christique qui s’éveille consume le conditionnel de votre Amour. Il brûle votre personnalité et en dépose les cendres aux pieds de votre Divinité. Ne me cherchez plus à l’extérieur de vous, et surtout ne m’attendez plus : Je suis présent. Je ne suis plus le Maître Jésus, cette perception de la personnalité que l’humanité a fixée dans la matière. Je suis l’infini. Je suis la Voie, la Vérité. Je suis la Vie en chacun de vous. Je suis Christ. Je suis vous et vous êtes Christ. Ne vous cherchez plus ailleurs qu’en vous. Ne vous cherchez plus ailleurs qu’au cœur même de la Lumière de l’Être. Dans plusieurs incarnations dans la matière, Je suis venu et revenu réaliser la Fusion avec le Père. Je suis venu unifier tout mon être dans la Grande Réalité omniprésente et omnipotente de l’Amour. Mon incarnation en Jésus fut celle qui amena mon être dans sa pleine et totale Réalisation Divine. Ma Réalisation devint un symbole pour chacune des réalisations de mes frères et sœurs de l’humanité. 

Pour parvenir à ma pleine fusion avec le Père, il m’a fallu faire vibrer en moi cette parcelle de Lumière du Père, jusqu’à son scintillement maximal, jusqu’à son scintillement divin. Cette parcelle de Lumière Divine ne vibre que sous les émanations de l’Amour : l’amour de soi, l’amour des autres, l’amour dans son sens le plus large, l’amour pour l’Amour. Cette parcelle de Lumière du Père contient toutes les vibrations chromatiques de l’arc-en-ciel. Lorsque Je suis parvenu, par l’Amour que Je cultivais, à faire scintiller ma Lumière Divine, mon Christ, J’amenais à éclosion et à maturation chacun des rayons de couleur qui composent la Lumière Divine du Père et qui se logeait en moi. Je suis devenu l’émanation vivante des ondes chromatiques globales de la Lumière. La couleur dorée représente la somme de toutes ces vibrations coloriques. 

L’intégration Christique en chacun de vous vous conduit vers la même réalité. L’éveil du Christ éveille chacune des couleurs de l’arc-en-ciel en vous et celles-ci ont émané dans votre champ magnétique, dans votre aura. Ainsi, la totalité de votre champ magnétique, de vos corps subtils, est graduellement transformée par votre faculté à émaner l’Amour. J’aimerais vous rappeler, bien-aimés frères et sœurs de l’humanité, que la Réalisation Christique ne se fait pas seulement par la foi dans le Divin. Elle se fait également par l’intérêt et l’action de l’esprit vers la Connaissance. La Foi guide le pèlerin sur la route qui le conduit à la demeure du Père et la Connaissance révèle les indications de cette route. Pendant toute mon incarnation de Jésus, J’ai cultivé une détermination à vouloir m’ouvrir à des réalités qui m’étaient totalement étrangères. Cette attitude a grandement contribué à nouer mon esprit de la Connaissance et a amplifié ma Foi de la grandeur des affaires du Père. 

L’union de la Foi et de la Connaissance est l’union du cœur et de l’esprit des énergies féminines et masculines de l’être. C’est l’union de la polarité de l’être. L’ouverture ressentie de votre cœur et l’ouverture de votre esprit cultivent votre faculté à l’Amour Inconditionnel. L’intégration de cette fusion éveille le Christ intérieur qui est symbole d’Unicité. Lorsque ceci est commencé à l’intérieur de vous, vous rencontrez la Lumière et la Paix que procure la fusion, mais vous rencontrerez également toutes vos limitations et tous vos doutes. 

N’ayez point crainte de sombrer dans l’ombre de la nuit sans étoile. Le plongeon dans vos ombres est le signe que la réalisation du Christ en vous s’installe en profondeur en y délogeant tout ce qui a besoin de Lumière. Que l’ombre du doute, qui parfois vous visite, ne soit pas pris pour une erreur de parcours, mais pour un effet d’intégration de la Lumière. Accueillez-vous dans cette réalité. La permission que vous vous accordez de vous accueillir éveille en vous les célestes vibrations de l’inconditionnel. La souplesse de cœur que vous vous permettez vous conduit vers l’accumulation des Énergies Christiques en vous. Soyez assurés que rien ne se perd et rien n’arrive subitement sans préparation ni accumulation d’énergie propice à l’événement. La réalisation de votre Christ intérieur est soumise aux mêmes Lois Divines : la loi de l’Intégration. Le Christ est le chemin, la voie de l’intérieur. Il conduit le Fils de l’Homme vers le Fils de Dieu. Par l’infusion de mes Énergies et celles des Etres de Lumière sur la planète en ce moment, l’humanité est aidée à faire le rapprochement de tous ces concepts qu’elle a vécus au cours des derniers siècles et surtout depuis les dernières décennies en une seule et unique réalité : la Réalité Christique. 

Beaucoup d’indications ont été transmises par les Êtres de Lumière travaillant à travers l’évolution de la Terre, sur les moyens de parvenir à l’unicité de l’Amour. La diffusion de la réalité des pôles d’attraction et d’unification des éléments négatifs et positifs a été utilisée par la Science, la Religion et l’Art. Il est maintenant temps d’unir les forces de ces trois grandes puissances afin que l’humanité passe de l’autre côté du voile de l’illusion. L’illusion est entretenue par la matière et l’esprit de l’homme est rattaché à cette matière. En déchirant le voile du Temple, la mission du Fils de Dieu fut remplie. Mais il a été évident qu’à ce moment précis commençait véritablement l’action de Son ministère. Je vous assure, mes frères et mes sœurs bien-aimés, que Je suis toujours actif et présent dans l’énergie de l’humanité, c’est-à-dire dans chacune de vos propres énergies. L’Intégration Christique de mes Énergies propulsées à l’intérieur de votre cœur est une action bien précise de mon actuel ministère. 

J’ai délégué des âmes à partager la charge de mon ministère il y a deux mille ans. Les Apôtres, comme ils ont été nommés, ont été les premiers à faire office à cette tâche. Maintenant, ceux que Je délègue portent le nom de Travailleurs de la Lumière. Ils propagent et enseignent la guérison dans toutes ses dimensions et dans toutes ses ramifications tel que le firent les Apôtres il y a deux mille ans. En vérité Je vous le dis, toux ceux et celles que Je délègue le sont par la voie du cœur. Tous ceux et celles qui participent sous ma régence à une partie de mon ministère ont tous entendu mon appel du fond de leur cœur, dans leur réalité intime et personnelle. Que ceux et celles qui ont des oreilles entendent. 

araméen

Soyez assurés que vous n ‘êtes point seuls dans l’exercice de votre mission pour la Lumière. Plusieurs des Apôtres dont l’histoire a relaté quelques faits ont accepté de revenir sur la Terre à cette époque où celle-ci vit sa plus grande Transformation. Ils ont accepté de poursuivre leur aide à l’humanité par la réintégration Christique de leur être. L’émanation subtile de leur vibration Christique montre le chemin de la réalisation à celui ou celle qui, sans les reconnaître, croise leur chemin. 

Les Apôtres qui n’ont point choisi de réintégrer la matière transmettent, à travers plusieurs Travailleurs de la Lumière ayant accepté d’être des intermédiaires entre le Ciel et la Terre, des guidances d’Espoir et d’Amour. Ils transmettent également des enseignements et des révélations permettant de comprendre que la grande guérison est la réalisation de l’humain au Divin et que celle-ci est possible pour qui la désire réellement. La grande Guérison est en premier lieu un principe d’unicité, une union dans l’Amour. C’est aussi la capacité de l’être à s’accueillir à travers toutes ses pensées et tous ses doutes. 

L’inverse est le relâchement de la conscience du désir à s’unir à l’Amour. Ce relâchement infiltre un doute dans l’Énergie, le doute du non-mérite de l’Amour, le doute de ne point se sentir digne et, surtout, le doute dans la force d’unification de l’Amour. Ce relâchement est à l’origine de toutes maladies. Soyez persévérants et zélés à vouloir vous unir à l’Amour et la maladie s’effacera de vos cellules. Frères et sœurs bien-aimés, pour vivre l’unisson dans l’Amour, vous n’avez pas, pour cultiver votre zèle, à chercher en dehors de votre propre réalité énergétique et de votre propre intériorité. 

Ma venue sur Terre a eu pour objet spécifique d’indiquer à toutes les âmes le chemin de l’Intériorité et d’aider à combattre le voile de l’illusion. Vous êtes des multitudes, en ces temps de changements profondément intérieurs, à vous éveiller aux fruits de mon travail spirituel en ressentant l’appel de votre Christ intérieur. 

La Hiérarchie Céleste vous aide en ce moment à propulser votre taux vibratoire dans une autre spirale énergétique. Elle infuse en vous des puissantes énergies afin de vous supporter dans votre confrontation aux forces duelles de la matière. Ces énergies, qui sont actuellement émises sur la Terre, sur la Grande Terre de la Transformation, ont pour effet d’augmenter votre potentiel énergétique. Ainsi vous pouvez, par votre effort intérieur, parvenir à ne pas être happés par le mouvement cyclique des vibrations de l’extérieur et à ne pas être assujettis par l’onde sonore que la matière dégage. Toute cette sonorité matérialiste atténue la vibration de l’onde céleste, de l’onde Christique, qui se fait entendre de l’intérieur. 

Je désire, en ces temps de Grande Transformation, infuser mon Énergie Christique en chacun de vous pour augmenter votre potentiel auditif et votre potentiel d’émission sonore de votre Christ intérieur. Beaucoup d’âmes, à cause de la perte de l’ouïe divine, ont perdu également leur route, leur équilibre intérieur. L’ouïe est, et sera toujours, le sens privilégié pour retrouver le chemin du Ciel. L’ouïe est le régent de l’équilibre dans toutes ses dimensions. Le développement de l’attention à retrouver sa propre voie intérieure guide vers la route du Christ, vers l’Amour du Soi. L’écoute intérieure atténue l’assujettissement aux ondes de la matière. En augmentant la réception auditive de votre Christ intérieur, vous augmentez la clarté de la direction de votre vie. 

Lorsque J’imprègne mes Vibrations d’Énergie Christique dans votre corps et dans votre âme, J’y imprègne la Lumière Christique ; J’y imprègne toutes les particules photoniques de la Lumière. Ces particules sont imprégnées dans vos cellules et en augmentent l’intensité de leurs vibrations. Ceci a pour effet de vous élever au-dessus du taux vibratoire de la matière. L’aspiration vers le divin peut s’épanouir et éveiller les vibrations Christiques de votre être. Lorsque celles-ci sont enclenchées, elles sont cumulatives. Elles sont propulsées par l’Amour que vous vous permettez d’accueillir, mon Énergie, en vous, de vous et des autres. Ma Voie est la Voie de Lumière de l’Etre. 

J’ai pris la Vibration de cette appellation correspondante terrestre pour amener une réalité intime et personnelle de l’Énergie Christique en chacun, une vibration d’accueil inconditionnel de l’ombre de chacun. La Lumière déloge l’ombre. Le Christ éclaire l’ombre de la désunion dans toutes ses ramifications. Le Christ enlève l’ombre du monde. Votre Christ intérieur enlève l’ombre de votre monde et du monde. C’est, par le fait même, d’en responsabiliser le pouvoir, de responsabiliser le pouvoir personnel de votre Intégration Christique et de devenir co-créateurs divins, chers frères et sœurs de la Lumière. Permettez-vous de vous réaliser dans toute votre réalité divine et de fusionner l’ombre dans la Lumière. Lorsque le mouvement est commencé en vous, que vos ombres sont infiltrées par la Lumière et propulsées à la surface de votre conscient, il est un temps de Tribulations intérieures. Raz-de-marée, éruptions volcaniques, tremblements de terre trouvent tous leurs correspondances dans votre réalité énergétique. Vous n’êtes jamais seuls lorsque vous contactez vos ombres par la Lumière ; de l’aide vous est toujours octroyée pour renforcer et stabiliser votre être. 

réveil des âmes

L’énergie de la Mère-Terre est le secours de bien des âmes en quête de stabilité. Reliez-vous à son énergie et persévérez dans votre unification. Il est évident que lorsque vous vous dirigez vers l’énergie de la fusion divine, cette énergie répond en s’inscrivant dans toutes les fibres de votre être. Elle y dévoile tout ce qui n’est pas uni et y dévoile tout ce qui contribue à la désunion. Comme l’Énergie Christique est la fusion totale et absolue dans l’Amour, il ne pourrait y avoir de place pour quelques parcelles, si infimes soient-elles, des vibrations de la désunion du non-Amour dans l’esprit, le corps et le cœur du pèlerin. 

Vous serez visités par tout ce qui, dans votre vie présente et celles du passé, a contribué à vous maintenir hors de l’union, hors de l’Amour. Chers frères et sœurs de Lumière, pour ce faire, ne vous attendez à être visités que par vos propres réalités intimes et personnelles. N’attendez point de grand concept extérieur sur l’Amour de son prochain ou du devoir de bon chrétien non rempli. Attendez-vous à être visités par de vieux chagrins d’amour non assouvis complètement, à l’éveil d’une peur d’enfant ou à une vieille croyance vous certifiant que vous ne méritez pas l’Amour. 

Attendez-vous surtout à vous y retrouver tels que vous êtes et accueillez-vous sans réserve ni retenue. Cet accueil est l’Amour Inconditionnel du Père en action. Cet accueil est l’Union avec Dieu. Ne peinez pas à chercher ailleurs que dans l’accueil le secret de l’Amour. La permission que vous vous donnez de vous accueillir dans tout ce que vous êtes est le véritable sens de l’Amour du Christ. 

Votre amour est l’alliance nouvelle et éternelle avec le Divin. Aimez-vous, et aimez les autres dans le Christ. 

Je vous bénis, frères et sœurs dans l’Amour. 

Lumière de l’Être 

Ce message est un extrait du livre « La Médiumnité : réalité intime et personnelle » de André DeLadurantaye et Francine Ouellet aux éditions Marie-Lakshmi Inc.

Publié dans:JESUS, LOI NATURELLE, LUMIERE, MAITRISE |on 7 août, 2016 |Pas de commentaires »

L’action du médium-guérisseur sur la souffrance

 

 LE COEUR

Le médium guérisseur guérit les corps et guérit les coeurs, son action peut être efficace aussi sur la souffrance morale, sur le psychisme, et outre les maladies que nous nous déclenchons nous-mêmes par notre propre mental, certains esprits malveillants (parfois inconsciemment d’ailleurs parce qu’ils sont comme dans un brouillard, un rêve et n’ont pas pris conscience qu’ils sont morts) peuvent quelquefois, altérer notre santé, ou la loi de cause à effet, résultant de nos vies antérieures peut se faire jour. 

Un esprit est attiré en raison de sa sympathie pour la nature affective, intellectuelle ou morale d’un autre esprit incarné ou désincarné. Ainsi, notre ambiance spirituelle est le reflet de notre mentalité. Elle sera constituée d’esprits sérieux si en nous, dominent l’amour, la sincérité et le désir sérieux de nous instruire. Au contraire, la frivolité, la sensualité excessive ou l’ignorance par exemple attirerons à nous des esprits inférieurs qui se plairont en notre compagnie, nous entourant de leur fluide grossier, qui, à la longue peut altérer nos fluides personnels et les répercussions peuvent se faire sentir sur notre organisme. 

Parfois, les pensées légères de ces entités légères ou néfastes, s’imposeront aux nôtres et peuvent nous pousser à commettre de regrettables excès, parfois ces entités peuvent nous dominer suffisamment pour nous obséder réellement. Vivant dans notre milieu, elles peuvent nous « vampiriser » en utilisant notre force vitale dans le but d’arriver à leurs fins et peu à peu les forces s’affaiblissent. Notre corps est alors incapable de réagir contre les atteintes extérieures (microbes, désordre physique, influence spirituelle inférieure) de les combattre, la maladie s’installe. Ce qui ne veut pas dire que toute maladie est due à cette influence, car de nombreux facteurs entrent en compte dans le déclenchement d’une maladie (influence de notre mental, pollution etc.). 

Certaines souffrances trouvent leur fondement dans le cours de nos vies antérieures : pour imager, nous pourrions dire que toutes nos pensées, bonnes ou mauvaises se gravent ou se photographient dans notre subconscient donnant au périsprit une apparence qui se modifie constamment au cours de notre évolution. Ces images/pensées sont des vibrations, elles sont donc mobiles en fonction des circonstances qui les différencient. Elles ne peuvent ni se mêler ni se détruire, ni s’effacer parce que l’âme qui les perçoit n’est pas isolée dans l’infini, étincelle de la « grande âme universelle », sa mémoire se prolonge dans la mémoire cosmique ou Divine. Ainsi, plus il y a effort de l’âme pour avoir de bonnes pensées, et donc de bonnes paroles et de bonnes actions, c’est-à-dire pour être dans l’amour, plus ses vibrations deviennent subtiles et plus son milieu s’épure et s’éclaire. 

Nous devons donc tout faire pour nous dégager le plus possible de notre passé d’égoïsme et d’orgueil et donner à nos pensées une élévation qui allègera notre âme et lui permettra un jour de se dégager de la réincarnation dans les mondes inférieurs et donc aux souffrances qu’ils comportent. Les réfractaires, insensible à l’amour, continueront leur route infernale inlassablement jusqu’à ce qu’ils comprennent, errant à la recherche d’un bonheur inaccessible pour eux, puisque seul l’amour procure le vrai bonheur. Ils subissent inlassablement les conséquences de leurs fautes et cette déchéance serait éternelle s’ils n’étaient pas soutenus par les pensées d’amour et de réconfort des âmes plus évoluées incarnées ou désincarnées. Ainsi si la loi d’affinité nous attache, la justice de Dieu nous redresse et l’Amour nous soutient ou nous délivre pour nous porter toujours plus haut. 

Le guérisseur pourra éventuellement donc guérir le coeur (l’esprit, pas l’organe) du malade, par l’imposition des mains, la prière etc. Comme le magnétiseur, il devra avoir la foi et réfléchir à ce qu’il fait, le guérisseur doit savoir aussi que toutes les épreuves qui nous affligent ont un but utile et sont la conséquence souvent de la loi de cause à effet. Aussi, si le guérisseur enlève l’épreuve à l’intéressé avant que celui-ci n’en ait compris les raisons, la vraie personnalité du consultant réapparaît avec toutes ses tendances inférieures et ses défauts (pour un temps). 

Intervention de l’esprit : « Guérir les coeurs, ce n’est pas seulement cela, c’est aussi d’abord savoir écouter la personne afin de déterminer le mieux possible l’affliction qui la met en situation d’échec. » 

 

SOURCE http://www.alliancespirite.org

Publié dans:GUERISON, LOI NATURELLE |on 27 mars, 2016 |Pas de commentaires »

LA PUISSANCE DU DON POUR NOTRE EVOLUTION

Vous deviendrez tout ce que vous désirez devenir et vous connaîtrez tout ce que vous désirez connaître lorsque vous saurez partager votre être sans la crainte ni l’attente d’un résultat particulier. Quand vous vous exprimez purement à partir du centre de votre être sans subir aucune influence extérieure et sans rechercher aucune gratification, vous devenez un être accompli dans son flux créateur. Dans cet état, vous donnez naturellement à la création et toutes vos actions sont des dons. Les actes de partage que vous accomplissez sont alors acceptés comme des dons de lumière et ils s’ajoutent au processus évolutionnaire qui a lieu partout autour de vous. Vous donner ainsi, c’est l’ultime liberté que vous recherchez tous.

croix

Vous désirez tous vous affranchir de ce que vous pensez devoir faire pour survivre. L’abandon de cet état d’esprit libérera votre âme. La seule façon de vous libérer de cette prison qu’est la mentalité de survie, c’est d’exprimer votre essence véritable à chaque instant, dans chaque pensée et dans chaque action. C’est possible en effectuant ce choix intentionnellement et en faisant confiance à la validité de la source de votre existence.

Vous n’êtes pas venus en cette vie pour simplement y survivre. Vous êtes venus exprimer votre source créatrice et en partager l’énergie pour l’évolution de l’Un. La conscience désire s’accroître afin que toute la réalité s’accroisse. C’est pourquoi le partage pour un motif extérieur n’ajoute rien à la création. Seul le partage pour un motivé par le cœur est un vrai partage. Quelqu’un qui paraît toujours faire le bien ne le fait peut-être pas davantage que quelqu’un qui ne fait rien. Ce qui importe, c’est d’exprimer le don unique que l’on possède et d’être fidèle à soi-même sans céder à aucune influence extérieure. La personne qui résiste au mendiant et qui l’aide ainsi à affronter ses peurs fait peut-être davantage pour cet individu que celle qui lui donne un dollar. Mais peut-être pas non plus. C’est peut-être la personne qui danse dans la rue qui donne le plus au mendiant sans même s’en rendre compte. Pourquoi? Parce que ce danseur exprime sans doute son âme et qu’il partage ainsi en toute liberté l’énergie de la création avec toutes les personnes qu’il croise.

Comment savoir si vous êtes fidèles à votre âme? Cette question est de la plus haute importance et vous devriez vous la poser souvent. Efforcez-vous d’en trouver la réponse dans toutes vos actions. Pourquoi faites-vous ce que vous faites en ce moment même? Pourquoi lisez-vous ces lignes? Pourquoi avez-vous fait ce que vous avez fait aujourd’hui? Avez-vous agi par peur ou par manque de quelque chose? Peut-être aussi que vous n’avez rien fait, par peur de quelque chose ou par incrédulité? Pourquoi êtes-vous la personne que vous êtes aujourd’hui? Pensez-vous que vous êtes ce que vous êtes censés être dans cette vie-ci? Avez-vous l’impression que vous êtes censés être quelque chose en particulier ou agir d’une façon spécifique? Pour trouver la réponse à ces questions, vous devez transcender toute fausse idée de vous-mêmes et toute perception erronée du monde.

Tous les outils que nous vous procurons ainsi que les idées que nous soumettons à votre réflexion ont pour but d’ébranler vos fausses convictions et d’élargir votre perception afin que vous découvriez que vous êtes beaucoup plus que ce que vous laissent croire vos cinq sens. Votre esprit, qui est connecté à tout, est déjà une forme d’énergie libre. Il est toutefois piégé dans des limites imposées par lui-même et conçues pour vous permettre de sortir du cocon afin d’être les papillons que vous êtes réellement.

Si vous pouviez oublier pendant un instant ce que vous pensez être et si vous arrêtiez de vous comparer à ce que vous pensez que sont les autres, vous donneriez à votre âme une chance de se libérer de la prison de votre ego analytique. Vous avez tous déjà entrevu la lumière lorsque vous êtes sortis de votre ego et que vous avez permis à votre âme de briller. En de tels moments, vous perdez complètement de vue votre fausse image et vous pouvez relâcher votre emprise sur le temps et sur l’espace pour vous lier à votre âme créatrice. Abandonner l’égotisme et exprimer votre lumière, voilà le véritable partage.

Vous avez tous des dons que vous cachez parce qu’ils vous semblent insignifiants ou qu’ils ne peuvent pas vous rapporter d’argent. Souvent, ces dons, quelle que soit leur ampleur ou leur petitesse, sont les ailes angéliques qui peuvent vous faire survoler vos peurs et envelopper l’univers. Plusieurs parmi vous n’exercent pas leurs talents parce qu’ils les croient inférieurs à ceux des autres. Ces comparaisons vous empêchent de les partager. Si vous osez exprimer votre essence sans crainte, vous pouvez affronter les secteurs de votre existence qui vous empêchent de donner le meilleur de vous-mêmes. Quand vous cessez d’essayer, vous ne vous procurez jamais l’occasion de traverser les voiles de l’ego. Plusieurs craignent d’être ce que leur cœur et leur âme désirent vraiment, et, par conséquent, ils empêchent leur lumière de briller. C’est une bien triste situation pour le monde.

Si vous avez travaillé à l’élimination des voiles de votre ego, vous entrevoyez déjà votre diamant intérieur. Faites un effort quotidien pour vous rappeler que vous n’avez plus besoin de votre ego et pour faire briller votre lumière. Il vous faut exercer une focalisation consciente pour être l’esprit radieux que vous êtes réellement et pour le partager audacieusement avec le monde, quoi que pensent les autres de votre mode d’expression particulier. Votre diamant intérieur est le seul de son genre. Si vous ne le laissez pas briller, il passera inaperçu et une partie de la création restera dans l’obscurité. Vous avez pour mission de découvrir votre joyau intérieur. Plusieurs parmi vous connaissent l’existence de leur joyau, mais ils ont tellement été programmés pour ne pas le regarder qu’ils en ignorent constamment l’existence et qu’ils pataugent plutôt dans de vieux schèmes de dissimulation qui les desservent.

Le simple fait d’imaginer au sein de votre être la présence d’une étoile éternellement lumineuse éveillera votre âme à sa vraie nature. Imaginez quotidiennement en vous cette étoile de lumière centrale autant de fois que vous le pourrez et voyez-là devenir de plus en plus brillante. Voyez cette lumière illuminer votre corps physique et votre aura, et rayonner sur toute la planète et dans l’univers. Imaginez votre lumière connectée à toute conscience. Voyez-la partager son essence. Soyez en paix avec cette étoile centrale et avec tout ce qu’elle atteint.

Comprenez que cette lumière est l’être qui fait l’expérience de l’existence physique afin de s’exprimer. Laissez-la guider votre cœur et votre esprit à travers vos manifestations. Soyez l’expression poétique de cette étoile centrale. Si vous laissiez votre âme lumineuse s’exprimer pleinement, que vous dirait-elle? Qu’est-ce que cette étoile centrale voudrait que vous soyez et donc que vous partagiez? Quelles frontières franchirait alors son rayonnement? Faites confiance à la voix de votre esprit et ne la laissez pas étouffer par les jugements de votre ego. Elle désire vivement se libérer de vos contraintes matérielles.

L’acceptation de la fantastique brillance de votre âme lui ouvre des portails lui permettant d’exprimer son essence et de la partager d’une façon correspondant à votre objectif et stimulant votre évolution personnelle et collective. La focalisation sur le cœur de votre être ainsi que l’écoute et la vision intérieures de sa voie vous guideront dans votre spiritualité. Si vous entraînez votre conscience à faire confiance à cette brillance intérieure, votre être se transformera et il éclairera l’univers. Chaque âme qui s’éveille ainsi devient une ampoule lumineuse supplémentaire qui dissout l’obscurité et élève la vibration de votre Terre. Voilà le don véritable. La décision d’allumer votre lumière doit être prise quotidiennement.

Chaque jour vécu dans votre sphère est un don que reçoit votre âme pour éclairer le monde. Êtes-vous fidèles aujourd’hui à cette étincelle intérieure? Avez-vous pris un instant pour écouter votre âme? Ou bien êtes-vous toujours en mode robot? Plus vous vous exercerez à percevoir votre luminosité centrale, plus vous reconnaîtrez qu’elle n’a pas de programme spécifique et qu’elle est complètement libre de toute obligation. Elle veut briller et laisser briller les autres! Elle ne porte aucun jugement sur elle-même ni sur son entourage. Votre âme sait uniquement exprimer le don pur et inconditionnel.

DONNER POUR ÉVOLUER  par Extraits de son livre « Les clés de l’évolution de l’âme », JILL MARA p. 300 Ariane Edition, 2010 sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:AME, LOI NATURELLE, POUVOIR |on 13 mars, 2016 |Pas de commentaires »

ACTION et REACTION : le choc en retour

dessous-matrix-74

Comme la lumière a besoin des ténèbres pour pouvoir apparaître, comme la chaleur demande le froid afin que nous puissions sentir la différence, comme le bien se distingue aisément du mal, il faut savoir que toute action, quelle qu’elle soit, entraîne une réaction.

D’ailleurs, un certain nombre de symboles vont par deux, nous permettant de comprendre leurs caractères opposés et souvent complémentaires. Le choc en retour n’échappe pas à cette règle incontournable de l’action et de la réaction.

Tout d’abord, il faut que nous soyons tout à fait conscients que le danger du choc en retour est bien réel. Mais il ne faut pas nous tromper et penser que le choc en retour est le fruit d’une justice suprême. Non, il est le fait d’une force, d’une énergie automatique qui revient obligatoirement vers son auteur ; et ceci, que l’action magique touche ou non le sujet visé. Mais, quand je parle d’action magique, il ne s’agit là que d’une simple pensée. 

Si nous arrivons à comprendre que tout se tient dans l’univers, nous ne serons pas loin d’avoir tout compris. Une seule parole, une seule pensée, un seul geste font partie d’un ensemble, d’un tout, agissant sur cet ensemble en lui donnant une orientation qui lui permet, en quelque sorte, de définir notre futur. Dès que nous voulons agir sur les autres, si notre puissance de volonté est suffisante, nous entrons en contact avec le monde astral. Ce monde n’est pas celui de la matière, il n’est pas non plus celui de l’esprit. Il est un monde intermédiaire ; celui des émotions. Certains occultistes le décrivent comme une sorte de cire malléable dans laquelle les moindres pensées viennent s’imprimer.

Ce plan est celui qui relire la terre au ciel, le passage entre la matière et l’esprit. Ce monde astral relie tous les êtres entre eux, et c’est pourquoi nous pouvons dire « nous ne serons pas sauvés les uns sans les autres ». De notre compréhension de ce monde astral dépend notre aptitude à POUVOIR et à SAVOIR.

S’il vous est arrivé d’avoir de mauvaises pensées ou d’agir contre quelqu’un, s’il vous plaît, ne culpabilisez pas. Il arrive à tout le monde commettre des actes qui nous paraissent, quelques temps plus tard, incompréhensibles. L’important aujourd’hui c’est de pouvoir se protéger d’une manière parfaitement efficace. Vous le savez, un geste, aussi simple soit-il, entraîne une réaction ; alors, pardonnez-vous et cessez ce comportement.

L’Amour est le bouclier qui peut préserver de toute atteinte. Il est tellement clair qu’un état d’esprit positif, amoureux de la vie, qui va vers le sens du bien et du beau en général, est la meilleure protection que l’on puisse souhaiter, que l’on hésite à le dire encore et encore. Mais pourtant, une mise en garde s’impose, car aimer ne veut pas dire faire semblant d’aimer.

Ne trichez pas. On ne triche pas avec le monde astral.

Soyons nous-mêmes, ayons la force d’aimer ; je sais ce n’est pas toujours simple, mais nous nous adressons-là à un monde qui ne connaît ni la rancune ni les reproches et qui existe en nous, par nous et pour tous.

sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:LOI NATURELLE |on 29 février, 2016 |Pas de commentaires »

L’OBSERVANCE DES LOIS NATURELLES

 

VIRGIN25 33*95 ANIS - ZEN BLANC

Les lois du cosmos nous permettent d’atteindre graduellement notre plein potentiel spirituel et de prendre ainsi la place qui nous revient de droit au sien de l’univers. C’est une question de cheminement spirituel, suivre la voie offerte par les lois du cosmos facilite l’évolution de notre être sur tous les plans et à tous les niveaux. Cette énergie nous libère de nos craintes, de nos angoisses, de nos inquiétudes, de nos doutes et de nos phobies. Elle guérit aussi notre corps et notre âme pour mieux nous harmoniser avec le reste de la nature.

Découvrez ces lois sur http://www.lespasseurs.com/Les_12_lois_de_la_Vie.htm

En observant ces lois cosmiques, nous recevons de l’univers des rayons d’énergie qui agissent sur notre âme aussi bien que sur notre corps physique et nos facultés mentales. A mesure que nous observons ces lois, des changements s’opèrent en nous. Il ne s’agit pas de changements spectaculaires,, ces transformations sont presque imperceptible. Mais avec de la persévérance e tune bonne dose de patience, il est possible d’obtenir des résultats assez surprenants. Il faut commencer par orienter ses pensées et ses sentiments vers l’observance des lois universelles ou cosmiques. Avec de la pratique se développera alors dans la vie de touts les jours, un sentiment de paix et de sérénité qui nous permettra d’atteindre nos buts les plus désiré, et ce sans effort. L’univers nous guidera vers nos buts et il mettra en place les événements pertinents qui nous permettront de réaliser nos désirs.

Il faut aussi garder à l’esprit qu’on peut faire des progrès très sérieux sans que ceux-ci soient visibles ou qu’ils se matérialisent sous la forme qu’on attendait.  Les forces impliquées sont d’une nature très délicate ; leur essence diffère de ce qu’on connait jusqu’à maintenant. L’énergie générée par les lois nous permet d’avancer, d’évoluer et d’atteindre notre plein potentiel, mais c’est le processus de toute une vie.

Une fois que nous commençons à progresser sur la voie des Lois cosmiques, nous apprenons que chacune d’entre elles nous offre des possibles merveilleuses pour mieux jouir de la vie et apprécier pleine notre séjour dans l’univers terrestre. Elles sont simples, ce qui ne veut pas dire qu’elles soient faciles à suivre. Ce sont souvent les préceptes les plus simples qui nous offrent le plus de difficultés parce que nous refusons la simplicité et cherchons toujours la petite bête ou la clause cachée. Les lois sont aussi simples qu’elles le paraissent et il n’existe ni piège, ni clause cachée. Elles renferment toute la sagesse du monde.

Lorsque nous appliquons la loi de la simplicité dans tout ce que nous faisons, la joie de vivre est facile à trouver. Une fois que nous pouvons discerner la bonté et la beauté chez les autres, nous devenons miséricordieux et nous pardonnons plus facilement. En pardonnant, nous ouvrons la porte à la compréhension, ce qui nous pousse à conserver une plus grande pureté d’intention. Lorsque nous avançons de cette façon, nous pouvons chasser le négatif de notre vie et devenir positif.

Les pensées négatives n’ont plus de pouvoir sur nous, et cette légèreté nous pousse à devenir plus généreux de nous-mêmes et de nos biens à mesure que ceux-ci sont disponibles. Nous donnons ce que nous pouvons, simplement, sans nous sentir coupables. En vivant en harmonie avec nous-mêmes et les autres, en étant content d’être qui nous sommes, notre sens écologique s’éveille de plus en plus. Cela devient agréable de participer à la sauvegarde de la planète parce que nous savons que nous avons une place ici-bas et un rôle à y jouer.  Finalement, nous sommes en mesure de mieux nous comprendre et nous nous permettons d’atteindre un niveau dévolution optimal pour l’incarnation présente.

L’être humain est un produit du cosmos ; il est formé des mêmes éléments qu’on trouve partout dans l’univers, il s’alimente aux mêmes sources. Nous sommes biologiquement et spirituellement faits pour vivre en accord avec l’énergie de l’univers qui est en nous et celle qui provient de l’extérieur.

L’énergie universelle est là tout autour de nous, nous n’avons qu’à apprendre à y puiser tout ce dont nous avons besoin, sous une forme ou sous une autre ; il s’agit toujours de l’énergie de la création. Elle continue à construire, à transformer et à réparer la matière, entrepris au début des temps. Nous faisons partie d’un cycle naturel et merveilleux où la destruction précède la création. Il reste toujours une porte ouverte vers la transformation : C’EST LE SENS DE LA VIE.

 sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:LOI NATURELLE |on 29 février, 2016 |Pas de commentaires »

L’intégration de notre essence Mâle et Femelle

 

Le but à viser est l’intégration en soi-même de l’essence mâle et de l’essence femelle. Elles constituent un tout. Les personnes entières cherchent à entrer en contact avec d’autres personnes entières dans des relations fondées sur la confiance, le désir et le choix. Les relations ne sont pas fondées sur le besoin d’avoir quelqu’un dans sa vie pour combler un manque et pour se sentir validé. Vous êtes complets en vous-mêmes et vous fonctionnez avec une autre personne qui est complète en elle-même et qui offre un tout nouveau territoire à explorer.

4

Lorsque vous épousez cette flamme soeur en vous-mêmes, vous reconnaissez alors la partie en vous qui est intuitive, déesse, donneuse de vie et sensible, tout aussi bien que la partie en vous qui est puissante, rationnelle et intellectuelle, l’une procédant du plan terrestre et l’autre procédant du plan spirituel. Lorsque vous fusionnez ces énergies ensemble, il est impératif que vous trouviez quelqu’un qui possède les mêmes qualités. Vous ne vous harmoniserez pas avec quelqu’un qui n’est pas intégré et entier.

Vous attirerez automatiquement vers vous des gens qui sont entiers, et cela se fera sans effort. Vous serez capables de vous brancher l’un dans l’autre à partir d’un désir et d’une reconnaissance mutuellement partagés, et non à partir d’un besoin. Vous réaliserez quelque chose que vous n’aviez jamais cru possible auparavant dans une relation, et vous donnerez à la relation une toute nouvelle personnalité, une nouvelle dimension et une nouvelle définition. Vous deviendrez vos propres modèles pour ce nouveau type de relation…

Alors que vous êtes tous en voie d’intégrer les polarités en vous-mêmes, des questions difficiles ne cesseront de faire surface encore et encore. Accueillez de bon coeur les temps difficiles, car ils peuvent être la source des plus importantes leçons que vous apprendrez. Demeurez centrés sur votre propre croissance, votre propre cheminement, et votre propre soi, et non pas sur ce que font les autres. Faites appel à vos aspects masculins et féminins en vous et établissez un dialogue entre eux afin qu’ils puissent commencer à travailler en association et dans l’harmonie. Donnez-vous beaucoup d’amour et d’encouragement. Prenez rendez-vous avec vous-mêmes et dites, « Je t’aime, cher soi. Tu es un soi merveilleux, Tu est le numéro Un, le meilleur soi. »

Lorsque vous vous accordez la dignité de votre propre amour, comme si vous étiez un prince royal recevant les marques d’approbation des gens, tout change. La force et l’intégration deviennent vôtres parce que vous croyez en vous et que vous aimez qui vous êtes. Lorsque vous croyez en vous et que vous vous aimez, tout commence à bien aller pour vous. La chose la plus difficile à faire pour la plupart d’entre vous c’est de prendre l’engagement de croire que vous méritez l’amour. Personne d’autre n’a à vous aimer. Vous n’êtes pas ici pour aller de tous côtés recueillir l’amour des autres personnes pour vous convaincre que vous méritez d’être aimés.

Vous êtes ici pour maîtriser une tâche très difficile dans un système qui est dominé par l’obscurité et qui vous donne très peu de données, de stimulation et d’information sur la vrai nature des choses. Vous êtes ici pour accomplir l’impossible. En vous engageant à vous aimer vous-mêmes et à faire de cet engagement le fondement de tout ce que vous faites à chaque jour, tout prend naturellement la place qui lui revient. Vous devenez entiers et complets. Vous êtes alors prêts pour une relation engagée avec une autre personne qui est complète, et cette relation peut vous faire pénétrer dans des royaumes inexplorés.

Barbara Marciniak dans Messagers de l’Aube 

Publié dans:ELEMENTS, ENERGIES, HUMANITE, LOI NATURELLE |on 6 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

Que savons-nous au juste des mécanismes de la perception

 

 

différences de perception Nous définissons volontiers l’homme comme « le seul être conscient d’être conscient » — recul prodigieux que nous prenons pour nous inscrire personnellement dans l’univers où nous nous mouvons, qui lui donne tout son relief et en assure la continuité en lui attribuant un centre, qui n’est autre que nous.

Tant que le monde ne possède pas ce centre, nous ne pouvons sans doute en voir le visage continu ; tant que nous ne percevons pas notre perception elle-même, le temps ne peut se réfléchir en rien ; tant que nous n’exis­tons pas pour nous-mêmes, tant que nous ne sommes pas ­si peu que ce soit — distincts et du monde et de nos sem­blables, l’univers spatio-temporel ne peut s’articuler autour de nous. Il faut que nous commencions par nous découvrir et nous individualiser pour que l’Espace et le Temps prennent naissance autour de nous et qu’alors s’esquisse peu à peu le sens d’une causalité.

À quel moment de l’évolution s’est produit ce qui, à la fois, a séparé l’être de la Nature en lui en donnant une autre appréciation et lui a permis d’établir avec elle de nouveaux rapports, plus libres et plus profonds ? Il y a deux millions et demi d’années, époque des premiers outils d’os ou de pierre ? Il y a huit cent mille ans, lors de la conquête du feu ? Plus tôt ? Plus tard ?

Lentement, souterrainement, s’est amplifié le rythme, s’est enrichie la préhension. Au fil des dizaines de milliers d’années, la personnalité humaine s’est laissé tailler dans un matériau inerte et, de l’insensibilité à l’écoulement temporel, est passée à la faculté de mesurer le Temps. De l’indifférence aux causes de ses actes, elle est passée au sens du péché. Et ce sens n’est, en réalité, qu’un effet de cette perception du Temps qui, s’écoulant, enchaîne l’un à l’autre des événements qui, autrefois, étaient distincts, existaient en soi, n’étaient produits par rien.

C’est là, peut-être, la charnière de notre métamorphose, l’axe de notre passage de la conscience animale à la conscience humaine, de l’ignorance au savoir, de l’incapa­cité de discerner la Mort au respect de nos morts et à l’idée de leur survie. Une différence de qualité dans la perception du Temps nous a graduellement tirés de notre hébétude. Une nouvelle altération pourrait, demain, nous extraire du clair-obscur où nous nous débattons.

Nous avons tendance à nous imaginer que l’univers tel que nous le voyons est l’univers en soi, qu’il n’en existe aucune autre représentation possible. Mais comment les animaux le verraient-ils du même regard, qui ne possèdent pas les mêmes instruments de vision ? La manière d’occuper l’espace, l’habitat, la morphologie, autant de caractères qui peuvent varier d’une espèce à l’autre et tout faire varier à leur suite.

Dans quel univers vit l’oiseau, qui n’est celui ni du che­val, ni du serpent, ni encore moins du poisson ? Tous sont des expressions de la vie sur la Terre, et aucun, cependant, ne voit la Terre de la même façon, ne se meut, dirait-on, sur la même planète. Nous comprenons sans mal qu’il y a une relation entre l’apparence physique et les pouvoirs moteurs qu’elle recouvre, qu’il faut avoir la forme et les caractéristiques d’un oiseau pour voler, celles d’un cheval pour galoper, celles d’un serpent pour ramper, celles d’un poisson pour vivre au fond des eaux.

Mais nous nous arrêtons là et ne déduisons pas le plus important : ces pouvoirs physiques sont associés à des facultés plus subtiles qui déterminent la perception du monde. Ou bien faut-il dire qu’une certaine perception du monde nécessite certains instruments pour s’exprimer et qu’elle les met au point au fil de l’évolution ?

Selon qu’à notre avis l’essence précède l’existence, ou le contraire, nous privilégions l’une ou l’autre explication. Mais le résultat demeure le même : chaque espèce voit différemment l’univers, y participe d’une autre manière, est régie par des lois qui lui sont propres, selon des valeurs, physiques ou non, qui changent de l’une à l’autre, celle-ci étant aveugle à ce qui est élémentaire pour celle-là, pouvant ce qu’aucune autre ne peut, et impuis­sante à seulement ébaucher ce que toutes les autres accomplissent d’instinct.

La conscience de l’oiseau perçoit le monde de telle façon qu’il peut voler dans l’espace et que son corps s’adapte naturellement aux exigences du vol — ou bien, son corps pouvant voler, sa conscience perçoit le ciel d’une manière qui permet à ce pouvoir de s’exercer. Cela, nous le comprenons et l’admettons, sans pour autant savoir de quelle manière, justement, l’oiseau voit le ciel. Firmament bleu ? Désert transparent ? Océan fluide ? Ou autre chose encore, qui, étranger à notre conscience, n’appartient pas à notre vocabulaire ?

Depuis le plan de notre mentalité humaine, nous étudions l’oiseau tel qu’il apparaît à nos sens, et qui n’est pro­bablement pas ce qu’épie la convoitise du chat. Et cet oiseau que nous seuls voyons sous cet aspect, nous le proje­tons dans un azur que nous seuls aussi, sans doute, voyons sous l’aspect de l’azur. Nous enfermons la réalité dans une formule que nous croyons indiscutable : l’oiseau vole dans le ciel. Mais qu’en savons-nous? En fait, ce n’est là que notre réalité.

Tout ce que nous considérons et dont nous admettons que chaque être humain peut déjà l’interpréter à sa façon s’échappe de surcroît dans le multiple chatoiement de la conscience des autres espèces. Une chose n’est pas seule­ment modifiée, dans un cadre donné, par la subjectivité de chaque observateur, comme l’a démontré la science moderne. Elle est simultanément connue — quand elle n’est pas ignorée totalement — par des observateurs appar­tenant à des ordres différents, revêt pour chaque espèce une forme, un sens, une texture — une matérialité — qu’elle n’a pas pour les autres.

Dans quel « monde » vivent les bêtes qui nous entourent ? Et les plantes, et les pierres ? Les immenses forêts balsamiques qui charment nos errances et les cimes éperdues qui s’effilent dans le vertige bleu des glaciers ? Tout est-il donc conscient ? demanderont certains. Mais justement, s’il est des choses qui ne sont pas conscientes d’une manière ou d’une autre, où existent-elles, en quel plan où rien de ce que nous connaissons n’a d’apparence ? Et faut-il alors déclarer qu’existe un Inconscient gigan­tesque, ténébreux, aveugle et sourd, immobile et muet où rien ne paraît de ce qui est pourtant ? Un coma du monde ? Et qu’est, au fond, cet inconscient de la Matière que nous savons décomposer jusqu’à ne plus capter que de l’Éner­gie ? L’Énergie est-elle inconsciente, qui, aboutissant à la multiplicité de la conscience, en contient donc dès le début la graine ? Ou au contraire, comme l’affirment cer­tains, est-elle conscience à l’état pur ? Franchi le seuil du scientifiquement décelable, du mentalement analysable, les choses ne s’inversent-elles pas, le cœur de la cécité matérielle se muant en abîme de voyance, la ténèbre en lumière, le néant en absolu de l’être ?

« Sans effort, les mondes se meuvent l’un en l’autre », dit le Rig Véda. Là où, en ce moment précis, nous nous trou­vons, hommes doués de pensées, sensibles à l’écoulement du Temps et à la profondeur de l’Espace, mais indiffé­rents à ce que les ordres inférieurs perçoivent ou à ce que percevraient des espèces supérieures, là se situe une infi­nité de mondes. Ce ne sont pas seulement les mondes de l’imaginaire et du rêve, ni les mondes subtils dont parlent les occultistes et où, disent-ils, s’élèvent les demeures des dieux et des démons, ce sont les autres mondes matériels, ceux où circulent les bêtes, où croît l’herbe et fleurissent les arbres, où sommeillent les pierres.

À l’endroit même où nous vivons, et que nous percevons d’une manière qui nous est propre, se trouve une multi­tude de lieux qui n’ont rien à voir entre eux, ni avec ce que nous appelons le monde. Et tous sont matériels. Ou bien tous sont les innombrables visages d’un seul monde qu’aujourd’hui nous disons matériel, mais qui, pour pos­séder ce pouvoir d’afficher à la fois tant d’aspects, est peut-être, fondamentalement, autre chose.

Les sphères de la création s’enchâssent les unes dans les autres. Ou plutôt elles s’évanouissent les unes dans les autres. Sans s’annuler, elles existent simultanément au même endroit. Et cette simultanéité dans l’Espace et le Temps abolit toute notion d’Espace et de Temps.

L’Espace et le Temps ne sont d’ailleurs que des façons de mesurer une chose qui nous échappe et qui nous consti­tue. Ont-ils une réalité en soi, séparément ou en tant que bi-unité einsteinienne ? Comment apparaîtrait l’univers à une intelligence plus vaste que la nôtre et fonctionnant différemment ? Comment apparaîtrait-il effectivement au jour de la mutation annoncée par tant de savants et de mystiques ? Volatilisés en leur transcendance que l’on nomme éternité et où l’immortalité, ultime continuité de l’être, est le principe des choses ?

Peut-être. En tout cas, il semble que la courbe de notre destinée aille dans ce sens et que, si nous regardons à nou­veau en arrière pour nous incliner, il y a soixante mille ans, sur la dépouille d’un homme de Néandertal, c’est à cela que semblera désormais aboutir cette première inhu­mation, origine de notre instinct du sacré.

 

(Extrait de Le Dieu de Dieu de Alexandre Kalda aux éditions Flammarion 1989)

Publié dans:HUMANITE, LOI NATURELLE |on 12 novembre, 2015 |Pas de commentaires »

17 raisons d’appeler à l’émergence d’une nouvelle conscience

 

. Ils sont astrophysiciens, biologistes, psychiatres, philosophes, enseignants, artistes, maîtres zen ou pionniers de l’écologie. Tous estiment qu’il est temps d’évoluer vers une nouvelle conscience, de soi et du monde.

horloge2

L’INREES leur donne la parole dans le hors-série n°1 d’Inexploré.

Et si vous oubliez tout ce que vous pensiez savoir des lois qui régissent le vivant ? XVIIe siècle, Newton décrit le monde comme un ensemble d’objets mécaniques et délimités, Descartes réduit le réel à ce qui est observable et mesurable – l’homme y compris. Emerge alors en Occident la représentation d’un univers fragmenté, déterministe, quantifiable. Tout devient maîtrisable, exploitable, consommable.

Au nom de quoi faire voler en éclat ces conceptions ? De la science elle-même. Depuis cent ans, des physiciens lèvent le voile sur de nouvelles dimensions. Trinh Xuan Thuan, astrophysicien : « Après avoir dominé la pensée occidentale pendant trois cents ans, la vision newtonienne a fait place à celle d’un monde holistique, indéterminé et débordant de créativité. L’avènement de la physique quantique et de la théorie du chaos a introduit les principes d’incertitude, d’imprévisibilité, d’influence entre l’observateur et le réel observé. Les atomes forment un monde de potentialités ou de possibilités, plutôt que de choses et de faits. Des phénomènes de mécanique quantique ne peuvent se comprendre avec les références classiques. Pourquoi par exemple, quand on sépare de plusieurs kilomètres deux photons qui étaient associés, l’un continue de savoir ce que fait l’autre, sans aucune communication ? Cela pose problème si on suppose que la réalité est morcelée et localisée sur chacune des particules. Le paradoxe n’a plus cours si on admet que les deux photons font partie d’une réalité globale, quelle que soit la distance qui les sépare. Ils sont interdépendants : chaque partie porte en elle la totalité, et de chaque partie dépend tout le reste. »

La réalité de cette nouvelle physique est multidimensionnelle, son univers constitué de matière, de flux d’énergie et d’information. Et si c’était le cas à tous les niveaux du vivant ? 

En biologie du cerveau, par exemple. Jean Becchio, médecin généraliste, président de l’Association française d’hypnose : « Dans les années 50-60, on pensait tout connaître du cerveau. Quarante ans plus tard, on est perdu ! La matière grise n’est plus considérée comme aussi primordiale : elle ne serait que le récepteur d’informations captées depuis l’extérieur, puis envoyées dans la substance blanche, où elles rencontrent d’autres informations issues du monde intérieur, de la mémoire, des émotions, des apprentissages… On vient aussi de trouver qu’il y a des neurones miroirs partout dans le cerveau, qui jouent un rôle important dans les phénomènes de sympathie, d’empathie et de compassion. Cette découverte fait évoluer la conception très robotique de l’humain ; il est d’abord un être relié aux autres. Le cerveau n’est plus étudié comme une boîte isolée, mais dans sa relation avec son entourage. »

Autre découverte de taille : le cerveau ne produirait pas la conscience. Pim Van Lommel, cardiologue, spécialiste des expériences de mort imminente : « Dans l’étude que j’ai menée sur des patients ayant survécu à un arrêt cardiaque, 18% rapportent une expérience d’expansion de conscience au moment où ils étaient en mort cérébrale. Ils ont perçu leur réanimation, peuvent avoir vu des souvenirs de leur vie entière, interagi avec des proches décédés… Des millions de gens dans le monde ont vécu ces phénomènes – 9 millions aux USA, 20 millions en Europe. Notre étude (la plus importante à ce jour) met en échec les explications matérialistes – manque d’oxygène, hallucinations, rêves, etc. Elle prouve que le cerveau ne crée pas la conscience ; il n’est que le catalyseur qui rend possible son expérience – comme le poste de télévision n’est qu’une interface pour accéder aux émissions. La véritable conscience est non locale, plus vaste que ce que nous percevons dans la vie quotidienne, et capable de survivre au corps physique. » 

Il existerait donc une conscience supérieure à la conscience ordinaire… Une hypothèse en voie de validation scientifique. Roger Nelson, directeur du Global Consciousness Project, chercheur en parapsychologie à l’Université de Princeton : « Nos expérimentations ont montré que les gens étaient capables, par la pensée, d’influer sur le contenu d’une séquence de nombres aléatoire. L’effet est ténu, pas suffisant pour ouvrir une porte de garage à distance, mais assez pour comprendre que l’esprit n’est pas confiné à la boîte crânienne et peut entrer en relation directe avec différents aspects du monde. Nos capteurs détectent aussi un changement lorsque les gens se retrouvent en communion, à l’occasion d’un événement fort. L’interaction des consciences individuelles induit un échange d’information et la création d’une cohérence de champ, qui n’existait pas auparavant, qu’on appelle la conscience de groupe. Nous avons plus de 400 enregistrements de ce type ; à partir de ce seuil, les critères scientifiques admettent la réalité d’un phénomène. »

Il serait même possible, par cette conscience non locale, d’accéder à des informations affranchies de l’espace et du temps. Stephan A. Schwartz, chercheur principal sur le cerveau, l’esprit et la guérison à l’Institut Samueli (USA) : « Les expériences que nous avons menées prouvent, protocoles scientifiques et données statistiques à l’appui, que nous avons la capacité de décrire des choses, des lieux ou des gens éloignés, comme s’ils étaient sous nos yeux. Nous pouvons également décrire un événement qui ne s’est pas encore produit. Les données recueillies sont de deux types : des impressions de sens – par le goût, le toucher, les odeurs – et une impression de connaissance : je ne sais pas comment, mais je sais que c’est vrai. Il n’y a rien de surnaturel là-dedans : vous vous ouvrez simplement à cette part non locale de votre conscience qui n’est pas limitée par le temps et l’espace. Cette compétence se développe, à condition d’en avoir la volonté. L’intention est un point clé. »

De quoi chambouler profondément nos visions du monde et de nous-mêmes. Comme l’ont pressenti nombre de sagesses traditionnelles, notre identité profonde ne serait pas nos corps ni nos esprits individuels, mais cette conscience connectée à un grand tout. Lynne McTaggart, journaliste scientifique : « Lorsque les particules subatomiques conversent, elles échangent de l’énergie. Quand vous multipliez cette infime quantité par tous les échanges entre toutes les particules de l’univers, vous obtenez une incroyable quantité d’énergie dans un espace vide. Ce champ permet de comprendre qu’il n’y aurait pas des objets séparés, mais un lien, c’est-à-dire une connexion si intriquée, si essentielle et si profonde qu’il est impossible de dire où une chose s’arrête et où l’autre commence. Notre environnement nous crée autant que nous le créons. C’est un processus coopératif, qui doit nous inciter à dépasser la polarisation terrible que nous observons aujourd’hui, et vivre selon une image plus organique et plus holistique. » 

Sortir du sentiment de maîtrise absolue, retrouver le sens de la globalité, de l’humilité et des responsabilités…

Dans le rapport à soi, d’abord, la manière dont on s’envisage et dont on se soigne.Thierry Janssen, médecin psychothérapeute : « En parallèle d’une médecine de plus en plus technologique, émerge un paradigme de santé issu de cultures traditionnelles, qui insistent davantage sur la prévention et, lorsqu’il s’agit de soigner, le font de manière globale, en ne réduisant pas la personne à un corps-machine. Il me paraît absolument pertinent de considérer l’humain comme un être indivisible, dont les pensées influencent le fonctionnement biologique et dont le fonctionnement biologique influence la pensée, sans tomber dans l’idée que toutes les pathologies sont causées par des conflits psychologiques et que la résolution de ceux-ci suffiraient à guérir. Dans une perspective intégrative, l’idéal serait de soigner les patients avec empathie, en développant des relations de respect, en les considérant comme des individus multidimensionnels, tout en profitant des merveilleux outils que la technologie nous offre. » 

Evolution, aussi, dans notre rapport aux autres, ce que l’on inculque et ce que l’on transmet. Antonella Verdiani, docteure en sciences de l’éducation, à l’initiative du Printemps de l’éducation : « Aujourd’hui, l’école est source d’inégalités car basée sur la compétition et non sur la coopération. Elle ne table pas sur l’échange et le partage des connaissances, mais sur un rapport autoritaire, qui n’autorise pas les enfants (et ils ne se l’autorisent pas eux-mêmes) à devenir auteurs de leurs propres vies. Notre époque n’a plus besoin des petits soldats de l’ère industrielle. Lorsque l’enseignant se positionne avec ouverture, en tant que guide et accompagnant, cela change totalement la donne. L’éducation intégrale, fondée sur le libre progrès de l’enfant, dans un cadre bienveillant, part du principe qu’il existe chez l’enfant une connaissance quasi-innée. Si on lui fait confiance, il sait très vite où il doit aller. Il faut stimuler le questionnement, les éveiller à leurs propres réponses. Y compris en matière existentielle, une dimension qui existe bel et bien chez les enfants. » 

la nature

Autres aspect fondamental : notre rapport à la nature.  

Pierre Rabhi, pionnier de l’agro-écologie, fondateur du mouvement Colibris : « Au lieu de prendre conscience de la beauté infinie de la planète et de considérer la Terre comme une oasis perdue dans un désert sidéral dont nous sommes totalement dépendants, nous continuons de la sinistrer, en agissant comme si ses ressources étaient inépuisables, comme si nous pouvions nous affranchir de cette nature que nous appelons “environnement”, comme si nous n’en faisions pas partie. Si des extraterrestres nous observaient, ils concluraient que nous avons des aptitudes mais que nous sommes inintelligents ! Tant que nous ne modifierons pas notre regard, nous serons dans cette dichotomie, dans ce dualisme totalement artificiel. A partir du moment où je suis à l’école de la nature, je ne cherche plus à m’imposer à elle, à la dominer ni à l’empoisonner, je suis à son écoute, j’observe son processus et je le respecte. Etymologiquement, humus, humanité, humilité, c’est la même chose. »

Jusqu’à notre rapport à l’univers, en prenant la mesure que nous n’en sommes qu’un des composants. Morvan Salez, chercheur en astrophysique : « Grâce à l’amélioration de la technologie, on trouve de plus en plus de systèmes planétaires très semblables au nôtre. Environ 780 exoplanètes ont été détectées de manière certaine, plus de 2000 sont en attente de confirmation. Les très importants progrès effectués dans la compréhension de notre propre écosystème ont aussi permis de découvrir que les bactéries sont absolument partout, dans des régions où l’on pensait que c’était impossible. Pour arriver à la biosphère actuelle à partir de molécules organiques inertes, il a fallu des mécanismes incroyablement subtils. Face à ce constat, on peut considérer que les paramètres de l’univers sont tels que si on laisse le temps agir à partir de bons ingrédients de départ, des formes de vie sont vouées à apparaître, peut-être très différentes de la nôtre. Nous dire que nous ne sommes pas seuls, c’est un électrochoc, qui peut remodeler en profondeur notre conception de nous-mêmes et de notre place au sein du cosmos. »

Cette évolution n’est pas un luxe : si on ne change rien, la planète court à sa perte, et nous avec. La crise actuelle n’est-elle pas révélatrice d’un besoin criant de retrouver un supplément d’âme, un sens et une cohérence ? Frédéric Lenoir, philosophe : « Les derniers grands succès de la littérature et du cinéma, tels que l’Alchimiste, le Seigneur des Anneaux, Harry Potter ou Avatar, réhabilitent les mythes, la magie, l’imaginaire. Preuve qu’on crève dans un rationalisme desséchant et que les gens ont besoin de rêver, de se relier au monde à travers des symboles, des archétypes. L’âme n’a pas suivi la croissance du corps matériel de l’humanité. Pourquoi ? Parce que nous ne la cultivons pas. On a aujourd’hui de plus en plus d’outils qui nous permettent de comprendre, de discerner, mais on ne sait pas bien s’en servir. Nous avons besoin de rééquilibrer notre cerveau. De plus en plus d’individus sont en quête d’une expérience intérieure qui touche leur cœur, leur vie. Ils sont à la recherche d’un éveil, d’un changement de conscience. Je crois que l’existence a un sens et que chacun peut le trouver, s’il le veut. » 

Pas seulement en acceptant un nouveau paradigme scientifique – qui ne serait alors qu’une idéologie de plus. Au-delà des théories, certaines expériences sensibles ouvrent sur une perception, intime, d’un autre réel : une musique que l’on écoute, un film que l’on regarde, une poésie que l’on lit, un paysage que l’on contemple… Jean François Clervoy, astronaute : « La Terre vue de l’espace, c’est très beau ! On en a les larmes aux yeux, on en tombe amoureux. Et on s’aperçoit que la couche d’atmosphère est fine comme du papier à cigarettes ; notre vie ne tient qu’à ce filet ! Tous les astronautes reviennent des vols spatiaux bien plus sensibles au fait que la Terre est un vaisseau spatial en soi, aux ressources limitées. L’espace enrichit : sur le plan sensoriel, émotionnel, spirituel, existentiel. Quand on voit la beauté de l’univers, on se demande pourquoi c’est aussi beau, pourquoi on est si ému. Lorsqu’on regarde la Terre par le hublot, en apesanteur, on oublie qu’on a un corps, on a l’impression qu’on est simplement une conscience qui flotte, qui a le pouvoir de voir. Je crois que l’univers n’est pas limité à la matière, aux couleurs que je vois, aux émotions que je perçois. Il y a quelque chose de supérieur. »

Un quelque chose qu’il est possible d’explorer en lâchant la raison individuelle – et les postures sociales – pour laisser vibrer cette justesse d’intuition qui sommeille en nous. Jan Kounen, cinéaste : « Créer est un processus très intuitif. Tout à coup, une histoire résonne en moi et ne me quitte plus. Cette intuition compte beaucoup dans mes choix. Avant de prendre une décision, je surveille les signaux qui m’indiquent, physiquement et psychiquement, que je ne suis pas dans la peur, dans la détresse artistique. Sinon, la décision restera liée à l’énergie qui l’a fait naître. La pensée est créatrice, elle est liée à un monde énergétique que l’on nourrit, et qui nous alimente en retour. Je pense qu’il existe à l’intérieur de nous une intelligence plus efficace que notre seule intelligence mentale, laquelle est limitée par notre culture, notre vocabulaire, nos modèles, etc. Dans le monde indigène, l’imaginaire est un outil, qui permet d’accéder à des réalités différentes, qui toutes peuvent donner des informations importantes. »

Y compris en psychothérapie, où de nouvelles méthodes explorent l’invisible, au-delà de l’ego. Olivier Chambon, psychiatre : « Focusing, cohérence cardiaque, hypnose, TIPI… Ces techniques travaillent sur le monde de l’âme, du rêve, de l’imaginal, qui amène des compréhensions dépassant les connaissances habituelles. Lorsque la conscience est attirée vers l’ego, celui-ci la rétrécit, la ratatine et la conditionne. C’est en allant chercher des choses extérieures à lui qu’on permet à l’ego de trouver des voies de transformation qu’il ne trouve pas en lui-même. On apprend à faire attention à des choses inconnues, irrationnelles, éphémères, imprévues, incontrôlées. En voyage chamanique sous hypnose ou en EMDR, on accède à des parties du soi oubliées, des souvenirs qu’on ignorait avoir, des énergies nouvelles, ainsi qu’à un espace de pardon, de compréhension et de confiance, où l’on peut se voir et voir les autres sans juger ni blâmer. On obtient alors un rééquilibrage à tous les niveaux : physique, émotionnel, mental et spirituel. » 

Mais la prise de conscience ne suffit pas. Elle doit se cultiver au quotidien. Thich Nhat Hanh, maître zen : « Pour que la paix, la joie de vivre, l’amour et l’espoir puissent émerger, il faut prendre soin de l’instant présent, être conscient d’être vivant, qu’on est en train de marcher sur la planète Terre, d’entrer en contact avec les merveilles de la vie. Cela s’acquiert par une pleine conscience nourrie à chaque instant, de la concentration sur le présent, et une bonne gestion de ce moment. Réorganiser sa vie quotidienne, sa manière de travailler, de manger, de dormir, de respirer… Etre capable de préserver la paix, la compréhension et la compassion dans n’importe quelle situation, est une pratique spirituelle. Une fois qu’on est habité par cette vision juste, on existe en tant qu’être véritable, solide, libre et joyeux, et on peut avoir une influence sur le monde. Il n’y a pas de cloison étanche entre le soi et le non-soi. Chaque énergie que vous émettez en termes de pensée, de parole et d’acte, a un effet sur tout le cosmos. » 

Exemple très concret avec la MBSR, une méthode de réduction du stress par la pleine conscience, implantée dans 550 hôpitaux aux Etats-Unis (et 200 ailleurs dans le monde). Jon Kabat-Zinn, professeur de médecine, concepteur du programme : « Le MBSR met de l’énergie sous forme d’attention dans ce qui va en nous, plutôt que dans ce qui ne va pas. Le patient devient acteur de sa santé, en entrant en contact avec le paysage de son être. En habitant le moment présent, qu’il soit plaisant ou non, sans rien prendre personnellement, sans créer une narration sur sa douleur, on finit par voir les idées et les opinions pour ce qu’elles sont : des habitudes de l’esprit, qui ne sont pas la vérité. Je ne suis pas ma douleur, je ne suis pas mes pensées, je ne suis pas mon cancer. Sans médicament ni chirurgie, juste avec la pleine conscience cultivée comme un muscle, la MBSR permet de réduire durablement les symptômes. Ce type de pratique change non seulement l’activité cérébrale, mais la structure du cerveau. Et il n’est pas le seul à être plastique : vos chromosomes, vos cellules, tout en vous est capable de changer en fonction de la façon dont vous mangez, dont vous aimez, dont vous faites de l’exercice, du temps que vous prenez pour le calme et l’attention méditative. »

Direction le pays des Bisounours et de l’amour rose bonbon ? Non. Le but n’est pas de vivre perché bien au chaud sur un petit nuage, mais au contraire de trouver en soi la lucidité et la force de cerner la réalité sous toutes ces facettes, même les plus sombres, et passer à l’action contre tout ce qui nous désincarne, faute de sens et d’âme. Fabrice Midal, fondateur de l’Ecole occidentale de méditation :  

« On n’a jamais rendu les hommes heureux en les gavant de sucreries ! Seule la vérité apaise réellement le cœur humain. Si nous ne l’affrontons pas, nous ferons de la spiritualité un rêve de plus. Impossible de s’asseoir et de méditer un moment sans rencontrer la souffrance. Mais à mesure qu’on s’y engage, la conscience s’ouvre et devient assez vaste pour soutenir les défis et les difficultés. L’important n’est pas d’avoir les solutions toutes faites, mais d’ouvrir notre champ de vision et notre capacité à faire face. La spiritualité doit chercher à comprendre le pire, afin de trouver des manières justes d’y répondre. La méditation donne le courage de revenir à l’essentiel. Elle montre un autre rapport à tout, fondé sur l’attention et la bienveillance. Partout où il y a l’être humain, il y a la possibilité d’un acte gratuit qu’on ne peut commander, instrumentaliser ni pronostiquer. C’est cela qu’il nous faut reconnaître, préserver et cultiver. » 

Vous aimez cet article ?

Partagez-le…

Publié dans:CO-CREATION, LOI NATURELLE, MAITRISE, NATURE |on 13 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

L’AMOUR INCONDITIONNEL

 

NamastéTu es unique, différent de toutes les autres, incomparable.

Sans réserve ni hésitation, je t’accueille comme tu es, sans une pensée ou une parole de jugement. Je ne vois aucune erreur ni faute dans tout ce que tu dis, accomplis, ressens ou crois, car j’ai conscience que tu fais ce que tu crois être bon pour toi.

Je ne peux observer la vie à travers tes yeux ni la comprendre à travers ton cœur. Alors, même si j’ai déjà foulé un chemin qui ressemble à celui que tu empruntes aujourd’hui, je reconnais toute la valeur de ton point de vue unique.

Je te vois comme une parcelle de la Conscience Infinie, du Tout, cherchant à trouver sa propre façon de s’unir à elle-même et au monde.

Sans réserve ni hésitation, je te laisse libre de chaque choix afin que tu puisses apprendre de la façon qui te paraît appropriée. Je ne peux savoir ce qui est mieux pour toi, ce qui est juste ou ce dont tu as besoin sauf si, à ta demande et en accord avec ton âme, je recherche dans tes archives subtiles ce que tu as chois d’apprendre, comment tu as choisi de l’apprendre, avec qui et pendant quelle période de temps. Sache que, seul, si tu fais silence et écoutes ta voix intérieure, tu pourras obtenir les mêmes réponses.

Sans réserve ni hésitation, j’accueille les choix que tu fais à chaque instant. Je n’émets aucune opinion à e sujet car je sais qu’avent de songer à retrouver l’unité, il te faut expérimenter toutes les facettes de la dualité. Avec humilité, je m’incline devant le constat que le chemin que je pense être le meilleur pour moi n’est pas forcément le meilleur pour toi. Je sais que ma vérité n’est pas ta vérité ni la vérité. Je sais que tu es guidé comme je le suis, que mes guides n’ont pas la voix qui porte plus que les tiens, amis simplement que j’ai appris à davantage tendre l’oreille vers eux.

Je te remercie de dévoiler auprès de moi tes blessures, tes souffrances et tes peurs qui, parce qu’elles font parfois encore écho en moi, me permettent aussi d’identifier et guérir les miennes.

L’amour que je te porte est sans attente, sans objectif et sans esprit de retour. Je connais ce lieu en toi où tout l’univers réside. Je connais ce lien en toi qui est Amour, Paix et Vérité. Et je connais ce lieu où, si tu es dans ce lieu en toi et moi dans ce lieu en moi, alors toi et moi ne sommes plus qu’UN.

SOURCE http://www.lasymphoniedesames.com

Publié dans:AMOUR, ENERGIES, LOI NATURELLE, LUMIERE, POUVOIR |on 23 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Protégez-vous des informations déstructurantes

imagesAutre point important : cessez de lire et d’écouter toutes informations déstructurantes, déstabilisantes, juste créées pour abaisser votre niveau vibratoire. Ne lisez, n’écoutez que ce qui est positif, et qui sans vous masquer la réalité, vous donne de l’espoir, vous aide à vous élever, à être vous, seulement vous.

Bien sûr, vous ne trouverez pas ces données dans vos médias « officiels » : TV, presse écrite, radio… qui ne sont que des instruments de l’ombre. Vous disposez depuis quelques années d’un excellent outil de communication et d’information qui est l’internet. Mas là, ATTENTION car sis tout le monde peut y placer de l’information, l’ombre aussi, et elle ne s’en prive pas !

Le test de l’Ombre et de la Lumière

Aussi, chaque information que vous collectez sur l’internet, doit passer par le filtre de votre cœur. C’est vous et personne d’autre qui doit la valider. Comment me direz-vous ?


Très simplement : lorsque vous recueillez une nouvelle information qui vous interpelle, fermez les yeux et demandez à l’Être de Lumière qui vous habite – votre Moi profond – de vous indiquer tout simplement, par le test de l’Ombre et de la Lumière, si cette information est crédible. Invariablement, vous la verrez apparaître lumineuse ou sombre… bien entendu votre choix sera fait !

Prenez pour habitude d’interroger votre Moi profond, votre essence, votre Esprit… et vous serez surpris de voir avec quelle rapidité vos facultés de discernement vont évoluer.

Surtout ne prenez pas pour « argent comptant » une information véhiculée par un « grand-média-renommé-et-connu-de-tous »… !!!!
Pour tout ce qui vous est proposé comme information, faites systématiquement le test de l’Ombre et de la Lumière… vos facultés de discernement seront décuplées… !

Mais retenez bien ceci : « L’ombre ne pourra jamais éteindre la Lumière, alors que la Lumière a déjà commencé à dissoudre l’ombre, et continuera jusqu’à ce que la surface de la Terre soit aussi lumineuse que son intérieur, où je vis. »

Allez mes amis de la surface, reprenez confiance en vous, en votre capacité de participer à ce grand changement vibratoire que constitue l’ascension planétaire actuelle. Bientôt, l’intérieur et la surface de la Terre seront en pleine harmonie et vous serez heureux d’y avoir participé et d’y vivre.

Cela me fera un énorme plaisir de vous faire connaître mon monde, où je vis, si vous le souhaitez, une fois l’harmonisation réalisée, l’harmonisation de l’intérieur de la Terre avec l’extérieur : sa surface, où vous vivez actuellement.


Mais vous découvrirez également qu’une harmonisation de l’Intérieur et de l’Extérieur de vous-même se sera produite…

 

Message d’Othar, reçu le 14 août 2015 par Jean-Paul Thouny

 

Publié dans:LOI NATURELLE, LUMIERE, MAITRISE |on 28 août, 2015 |1 Commentaire »

RÉGRESSIONS DANS LES VIES ANTÉRIEURES

 

MEDECINE MYSTIQUE le livreNous ne nous souvenons généralement pas de nos vies antérieures par protection de la partie spirituelle de notre esprit. Tant de souvenirs de nos morts et de nos souffrances antérieures seraient trop difficiles à supporter et risqueraient de nous empêcher de vivre. La recherche des vies antérieures peut être douloureuse.

Pour cette raison, il n’est pas recommandé de s’y livrer seul, mais accompagné d’une personne entraînée qui peut vous aider à ne pas vous laisser happer inutilement par des souvenirs trop durs.

Il existe aujourd’hui de nombreux hypnotiseurs, magnétiseurs ou radiesthésistes qui pratiquent ce type de régression dans une optique thérapeutique visant à débusquer et neutraliser des traumatismes ayant pris racine dans un passé karmique lointain. Dans ce registre, il sera évident d’être à l’écoute de son ressenti et de son intuition quant au choix du praticien afin que celui-ci puisse vous apporter les informations recherchées avec toute l’éthique car la conscience professionnelle voulues. Il existe plusieurs méthodes, dont celle du docteur TAL ScHALLER. Le canevas utilisé par ce médecin pour accompagner les patients dans les vies antérieures permet d’entrer dans un état de conscience modifiée et de résoudre des problèmes restés en suspens.

EXEMPLES DE RÉGRESSION

Une femme avait la hantise du feu sans savoir exactement pourquoi. Ainsi, elle avait peur d’allumer le feu dans sa cheminée. Curieusement plusieurs objets de sa maison ayant rapport au feu étaient chargés en énergies négatives. Il lui fut demandé de se relaxer et de retourner dans la vie antérieure qui avait créé cette peur. La scène se dessina dans un décor du Moyen Âge. Elle se vit brûlée sur le bûcher de I’INQUISITION comme sorcière : il y avait des Ames partout et des cris. Il lui fut proposé de modifier le scénario et d’imaginer qu’elle était délivrée par un homme à cheval. Elle opéra cette régression à plusieurs reprises. La peur du feu disparut. Les objets chargés négativement basculèrent vers des énergies positives. Nous verrons par la suite que les phobies prennent souvent racine dans des traumas de vies passées.

SOURCE : Dossier entités Répercussions médicales et spirituelles de Serge Fitz aux éditions SERVRANX 

Publié dans:LOI NATURELLE, VIES ANTERIEURES |on 12 août, 2015 |Pas de commentaires »

Ce qui fait la différence entre le Sage et le disciple

 

le sageParce que personne a les mêmes épreuves, personne n’aura les mêmes sensations, ou pas exactement en tout cas, parce que chacun est unique. Même si les rayons sont au nombre de sept et que l’on pourrait croire qu’il n’y a que sept façons d’être divin, à l’intérieur de ces rayons, il y a de toute façon des sous-rayons et à l’intérieur de ces sous-rayons il y a une multitude de libertés que l’homme doit prendre pour vivre tous ces aspects. Donc, aucune douleur ne ressemble à une autre douleur lorsque le disciple marche sur le sentier spirituel.

Il ne sert donc à rien de chercher quelle a été la douleur de l’autre, pour savoir si votre douleur est correcte et si elle correspond à une épreuve, à un passage, à un moment, ou, si c’est parce que vous n’avez pas l’âme d’un disciple et qu’il vous faudra attendre des millions et des millions d’années avant de devenir quelqu’un. Il ne faut ni vous soucier de vous-même, de votre avenir spirituel, ni vous soucier de votre présent, c’est-à-dire de ce que vous avez, de ce que vous n’avez pas, de ce que vous passez ou ne passez pas. Vivez simplement ce qui vient vers vous, et uniquement cela.

Ce qui fait la différence entre le sage et le disciple un peu fou qui voudrait par amour de la lumière avoir un peu trop vite des expériences, un peu trop vite des résultats, parce qu’il ignore en fait ce qu’est la réalité du chemin initiatique, c’est que le sage, en voyant le bien de Dieu partout et la main initiatique du Maître partout, prend tout, autant le silence que le bruit, autant l’épreuve que l’absence de phénomènes.

Il prend tout comme étant un phénomène nécessaire à sa propre évolution. Il ne cherche pas à savoir s’il doit lui arriver cela parce que cela est arrivé à Chrisna Meurty, ou à un autre ou à un de ses amis. Il attend que cela lui arrive à lui aussi. Le sage ne cherche pas à obtenir ce qui a été l’expérience de l’autre, il attend en droite ligne avec son âme ce que Dieu a réservé pour lui. C’est complètement différent dans la démarche.

Celui qui est capable de cette sagesse, de cette attente, prouve qu’il est devenu quelqu’un d’indépendant, quelqu’un de profondément uni avec lui-même et qu’il sait que, le principe de vie qui l’anime est un principe de vie qui est en train de s’individualiser avant de devenir un principe.

Celui qui cherche à obtenir les expériences dont les autres ont parlé, que ce soit les grands Saints ou les amis du quartier, ne comprend pas qu’il cherche selon un esprit qui ne se réfère sans cesse qu’à la masse. C’est-à-dire, l’esprit de quelqu’un qui ne peut être que selon ce que l’autre a été, et si l’on ne peut être que selon ce que l’autre a été, on ne peut être soi-même, on ne peut être cette grande individualité qui signe la marque du disciple et de l’initié.

Pour être un disciple, pour être ou devenir un initié, il faut savoir vivre sa propre vie, il faut savoir vivre et supporter son propre silence, sa propre absence. Celui à qui il n’arrive rien, n’est pas quelqu’un qui a échoué, qui est sur le bord de la route et qu’au milieu de la route passent les disciples, les initiés. La caravane passe, et lui n’arrive jamais à monter, parce qu’il croit qu’il est là, qu’on l’a laissé, qu’il a échoué. « À moi il ne m’arrive jamais rien, je ne vois, je n’entends jamais rien. Je ne crois en rien, je ne sais plus où je suis. Je ne sais même plus pourquoi je suis venu sur ce chemin »

Ce n’est pas qu’il a cessé de croire, mais son cœur est trop fatigué, parce que son cœur a usé son énergie dans l’attente de quelque chose dont parlait la caravane qui passait. Mais la caravane, ce n’est pas toi, c’est les autres, c’est celui qui a vécu telle expérience, qui fait telle chose, mais ce n’est pas toi. Toi, tu as un destin qui t’attend, tu es quelqu’un de spécial en toi-même, et si tu ne t’acceptes pas, comment le chemin pourrait-il te prendre pour t’emmener ? Parce que c’est le chemin qui emmène les gens qui marchent dessus. Mais pour être sur ce chemin, pour pouvoir monter sur ce chemin, il faut que tu aies acquis par l’esprit et dans l’esprit la même vélocité, la même rapidité. Sinon, dès que tu veux monter, le tapis roulant va t’éjecter et te mettre sur le côté.

Publié dans:ASCENSION, DEVELOPPEMENT, LOI NATURELLE |on 10 juin, 2015 |1 Commentaire »

Que sont les Lois cosmiques

education-cosmique-montessori-7Les Lois Cosmiques sont celles qui respectent les Lois de la nature et les Lois Divines sont celles qui respectent les Lois de Dieu. Le Cosmos est une oeuvre de Dieu, mais elle est autonome, elle a sa vie propre et ses Lois qui la régissent tandis que les Lois Divines sont celles qui s’adressent à l’âme seulement. Les Lois Divines sont aussi des Lois Cosmiques, mais à un degré supérieur. Un homme peut bien respecter toutes les Lois Cosmiques dans la nourriture, dans l’air qu’il respire, dans la société et enfreindre bien des Lois Divines. Un autre peut respecter toutes ou presque, les Lois Divines et violer à coeur de jour les Lois Cosmiques. 

L’idéal de l’homme pour une évolution équilibrée est le respect des 2 Lois, donc c’est la mise en marche de toutes les énergies. Plus il y a d’atouts dans une entreprise, plus il y a de chances que l’entreprise réussisse. Plus les atouts sont supérieurs, plus la réussite aura de valeur. 

Les Lois Divines s’adressent surtout à l’aspect moral et les Lois Cosmiques à l’aspect physique. Cependant les Lois Cosmiques ne sont toutes respectées que lorsque les Lois Divines les accompagnent. Les unes seules sont déficientes si les autres ne les suivent pas. L’homme ne vit pas seulement d’une vie spirituelle, mais il ne vit pas non plus uniquement d’une vie physique. 

La véritable condition d’évoluer sur tous les plans est le respect de toutes les Lois Spirituelles et Cosmiques.

LIRE des 12 lois cosmiques reçues par Madame Adéla Tremblay Sergerie

http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/09/06/les-douze-lois-cosmiques/

Publié dans:ACCORD, LOI NATURELLE |on 24 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Conférence Géométrie sacrée

Le 15 avril, nous recevrons Philippe Blot-Lefevre qui expliquera comment mettre en forme nos intentions pour communiquer… le sens : « Géométrie sacrée – Média des Médias ».

L’Homme utilise la géométrie sacrée depuis 10 000 ans.

7452908-11487724

Chaque grande étape d’évolution de la société occidentale a eu son géomètre sacré : Vitruve, Clairvaux, Vinci, Le Nôtre, Haussmann, Disney. Les entreprises qui passent le siècle utilisent toutes la géométrie sacrée. Chaque dessin à succès international tient son magnétisme d’une application de la géométrie sacrée : Mickey®, LVMH®, Chanel N°5®, Apple®, Coca-Cola®, General Electric®…

Nos ancêtres et quelques récents spécialistes savaient mettre en oeuvre ce qui est aujourd’hui expliqué par la physique quantique : on peut donner une forme spécifique à une intention afin d’en améliorer la perception par les futurs utilisateurs.

Philippe Blot-Lefevre, Risk Manager de profession, expert en géométrie sacrée, nous dévoile la puissance de ce média et ses applications possibles dans l’entreprise et la société contemporaine.

-Expert en géométrie sacrée, Philippe Blot-Lefevre met les formes au service de performance de tout ce qui mérite d’être entrepris/partagé (à la maison ou au travail). 

Son expertise repose sur une solide expérience de grand manager et de coach. Master en poche, Philippe embrasse une première carrière de Risk Manager pour protéger hommes et biens. Entrepreneur, il rejoint l’équipe fondatrice de Concept qui va croître de 8 à 4800 collaborateurs en cinq ans. Son expérience holistique de la consolidation, de la gestion documentaire, de la propriété intellectuelle, des communautés d’intérêts et de l’intelligence économique, « Introduction à la sécurité économique », l’amène à enseigner à l’Université de La Rochelle (Master ICONE) et à l’INHESJ. Il publie un premier ouvrage qui fait référence, « Droit d’usage et Protection de l’information ». 

En parallèle de cette activité, Philippe développe son sens de la Nature et de l’Homme avec des missions de plus en plus nombreuses de paysagisme et de coaching afin de saisir véritablement les foyers d’évolution de notre Société encore fondée sur l’entreprise. 

Elève, au seuil des années 2000, du scientifique Philippe Bougon (ISIEE), ancien chercheur du Groupe EADS et autodidacte en héliobiologie, ils vérifient à l’appui de logiciels informatiques qu’ils développent, les similitudes de géométrie sacrée des sites les plus touristiques de la planète. Citons Time Square, le Taj Mahal, la Cité Interdite, Versailles, la Medersa Ben Youssef à Marrakech, les Parcs Disney, … et aussi le Pentagone, les abbayes Bénédictines, Machu Pichu et la Mosquée bleue. 

Conseil, Coach technique, formateur et Conférencier international, Philippe applique aujourd’hui ses connaissances à des projets physiques (urbanisme, rénovation de monuments, énergie de locaux d’habitation ou professionnels), à la création graphiques (logos, mise en page ou à l’écran, impression 3D) et à la stratégie de Croissance Responsable dans les entreprises. 

Conférences

• 15 avril 2015 : « Géométrie Sacrée – Média des Médias«  à l’Observatoire du réel 

Publié dans:ELEMENTS, HOLONS, LOI NATURELLE |on 13 avril, 2015 |Pas de commentaires »

LES ENTITES OBSCURES et la grille cristalline

 

« Kryeon, je ne peux croire qu’il n’existe aucune entité obscure » ?

Artur-Golacki03Mettons les choses au clair. J’ai récemment mentionné qu’il existe des entités obscures. Oui, il y en a. Cependant, je veux d’abord que vous compreniez que les humains ont tendance à personnaliser et à craindre tout ce qui est sombre. Je veux que vous commenciez à utiliser votre logique spirituelle et votre discernement.

Votre tradition et vote mythologie sont fortes, et elles vous y incitent à priori. Vous avez donc tendance à craindre l’obscurité au lieu de comprendre les vérités. C’est l’objet de cet exposé.

Les entités obscures de la planète sont réelles. Mais elles ont une conscience, ce n’est pas que de la physique. Vous devez savoir que certains humains se sont si complètement retirés de la lumière qu’ils sont eux-mêmes devenus des entités obscures. Ils se servent de ce « pouvoir de l’obscurité » pour assujettir d’autres humains dans la peur. Ce sont donc des entités obscures, et c’est leur choix. Ils sont souvent puissants, car ils dégagent une conscience maléfique ; Vous les avez vus au cours de votre histoire et vous avez constaté à quel point, souvent, l’humanité croit en leur pouvoir. C’est une vieille énergie dans laquelle le mal se reproduit en éliminant toute lumière autour de lui.

Par ailleurs, certaines entités obscures ne sont pas humaines et vont et viennent sur une base régulière. Ce sont des êtres conscients qui vous rendent visite sur la Terre et tentent de vous effrayer pour voir comment vous allez réagir. Il y a une mise à l’épreuve constante quant à la façon dont la conscience humaine évolue. Et comme presque tout ce que vous voyez en physique est polarité, il en va de même en ce qui concerne la lumière et l’obscurité de la conscience. Toutefois, comme nous en avons souvent parlé, ceux qui viendraient d’autres endroits de l’Univers n’ont aucun pouvoir sur vous, à moins que vous les laissiez faire ; Ils n’ont aucun « dieu intérieur » et ne constituent qu’une « biologie intelligente ». Leur fascination à votre égard tient au fait que vous avez vraiment « Dieu en vous » et qu’ils ne peuvent tout simplement pas comprendre cela. Alors ils ont découvert que la peur permettait de vous maitriser pendant qu’ils vous examinent.

Si vous émettez votre lumière, aucune entité ne peut vous atteindre. Ils changeront de direction. Comme toujours, j’ai enjoint aux humains d’appeler l’amour de Dieu dans leur vie et de reconnaître qu’ils font partie de la Source créatrice. Votre Moi supérieur est unique dans la galaxie, et aucune autre forme de vie n’en a. Vous, sur la Terre, vous l’avez, et grâce à cela, c’est actuellement la seule planète où la liberté de choix spirituel existe.

Vous êtes la Lumière.

La Grille Cristalline

Les attributs multidimensionnels des systèmes de la planète en équilibrent le magnétisme global. En particulier, la Grille cristalline, toujours dans une programmation favorisant un quotient de pouvoir négatif, fait en sorte par exemple que vous ressentez autant de lourdeur lorsque vous parcourez d’anciens champs de bataille. Du fait de cette programmation, vous accordez une valeur plus élevée aux éléments négatifs qu’aux positifs. Cela va maintenant changer.

A mesure que l’énergie se modifie sous l’impulsion de la conscience humaine, la mémoire de la Grille cristalline se transforme. Elle st donc actuellement en transformation. De plus, cette grille a conservé la mémoire d’époques anciennes où l’humanité avait atteint des niveaux de conscience relativement avancés. Elle a donc une référence qui l’influence dans sa transformation actuelle. Cela implique aussi une inter-influence entre le passé, le présent et le futur ; Dans un proche avenir, un Travailleur de lumière sensible, debout sur un champ de bataille, ne sentira pas autant ce qui s’est passé au cours de la bataille. Aussi, il y a une redéfinition du sens de la valeur que l’on a de soi. Et cela est perçu par la Grille.

Hier soir, nous avons conclu en cherchant à vous faire comprendre le mouvement de poussée en un va et vient entre lumière et obscurité, et ce qui pourrait très bien se produire ensuite. Faites de votre mieux, sans y attribuer une personnalité ou une entité ; l’obscurité est bête. Elle n’a aucune intelligence. Elle fait tout simplement partie d’un système qui veut survivre pour conserver l’équilibre, comme tant d’autres systèmes sur la planète.

Source : http://francesca1.unblog.fr/  

Texte issu du Livre : « Recalibrage de l’Humanité – Le début d’un nouveau cycle évolutif » – TOME XI de KRYEON aux Editions Ariane 2014 

Nous pouvons en discuter ensemble sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans:ESPRITS, LOI NATURELLE |on 14 février, 2015 |Pas de commentaires »
123

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3