Archive pour la catégorie 'GUERISON'

Comprendre l’efficacité des guérisseurs

 

la guérisonLynne McTaggar Journaliste scientifique américaine, Convaincue du pouvoir de l’intention sur la matière, elle a lancé plusieurs expérimentations dont certaines ont selon elle produit des résultats concluants.

Au cours de vos recherches, avez-vous relevé des points communs entre les guérisseurs ? 

J’en ai rencontré beaucoup pour écrire La Science de l’intention, et j’ai trouvé des points communs, même s’il y a des différences dans les pratiques. Tous ont un état d’esprit très concentré, énergisé. Cet « hyperétat » d’intense concentration pourrait expliquer la poussée d’énergie qu’on observe chez eux. Ils sont comme un laser. 

Un laser produit une lumière très cohérente et très focalisée. Ils atteignent le même genre d’état. Les chercheurs qui les ont étudiés – WilliamTiller, Gary Schwartz, Elmer Green – ont tous ont constaté chez eux de grandes décharges d’énergie électromagnétique. Gary Schwartz a même photographié des guérisseurs à l’aide d’une caméra capable de capter les émissions de biophotons (particules de lumière émanant des organismes vivants –NDLR) et a vu beaucoup de lumière émanant de leurs mains… 

Quel rôle la concentration joue-t-elle dans le processus ? 

Tous les maîtres en matière d’intention – qu’il s’agisse de guérisseurs, de maîtres qi gong, de moines bouddhistes – évoquent un degré extrême d’attention focalisée. Ce n’est pas un état de calme, c’est un état hyper chargé. L’étude de certains de ces moines a montré que leur cerveau ne fonctionne pas en mode alpha, mais en mode gamma, c’est-à-dire très rapidement, beaucoup plus qu’une conscience de veille ordinaire. J’ajoute que le guérisseur doit être très précis dans la désignation de la zone qu’il veut toucher. Si c’est la main gauche qui doit être soignée, c’est vers elle qu’il faut envoyer l’intention. On entend parfois des guérisseurs dire qu’ils ne veulent pas spécifier la zone et que « c’est le cosmos qui décide ». Mais les plus efficaces auxquels j’ai pu parler dirigeaient leur intention de manière précise. 

Est-ce que selon vous les magnétiseurs utilisent les champs électromagnétiques pour guérir les personnes tandis que les guérisseurs à distance utilisent d’autres mécanismes d’une tout autre nature ? 

Non, je ne le pense pas. Les deux utilisent la même chose. Certes, les études ont montré qu’il y a chez les guérisseurs en action une poussée d’énergie à la fois électrique et électromagnétique. Cette énergie est ce qui est observable. Mais cela ne signifie pas que c’est la source de la guérison. Pour preuve, les mêmes effets sont observés que le patient soit à proximité ou à 300 kilomètres de distance. Parfois, plus la distance est importante, plus l’effet est grand. Dans ce cas, les champs magnétiques ne peuvent expliquer la guérison. Il est donc nécessaire de faire appel à d’autres facteurs d’explication

 extrait du Magazine Inexploré N°15 – JUILLET – Août – septembre 2012

Et pour ma part, je dirais que le Guérisseur concentre et re-distribue les énergies dans le sens où ils doivent se diriger et que le patient, lui, réalise entièrement sa propre guérison. Parole de Francesca.

Publié dans:ENERGIES, GUERISON |on 25 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

LE HANDICAP VÉCU COMME UN DON

HANDICAP ET DONChaque handicap est un don, parce qu’il nous permet de découvrir en nous des pouvoirs qui, sinon, passeraient inaperçus. Le mot-clef ici est l’acceptation.

Tant que nous n’avons pas pleinement accepté d’être tels que nous sommes, ces dons et ces pouvoirs qui sont le corollaire de ce qui semble être un handicap, demeurent hors de portée. Toute forme de révolte crée un blocage qui empêche les énergies de la vie de circuler. Lorsque j’étais jeune, ce sont la maladie et la souffrance qui sont devenues mes enseignantes. L’inconfort de mon corps était tel que j’ai appris à voyager dans d’autres dimensions de l’être où mon corps ne me pesait plus. J’ai appris également à apprécier la solitude, la méditation, la contemplation et à vivre la philosophie de l’acceptation, avec laquelle vient une compréhension de ce que vivent les autres.

La plupart des chamans à travers le monde le sont devenus après une expérience de mort «temporaire » ou une maladie grave. Il est parfois très difficile d’être reconnaissant d’un handicap. Je me souviendrai toujours des prisonniers amérindiens que j’ai accompagnés en tant que conseiller spirituel dans une prison de haute sécurité. Ils ont dû apprendre à être reconnaissants d’être en prison. Cela leur a pris beaucoup de temps, environ 5 à 6 mois, pendant lesquels j’ai dû insister pour qu’ils puissent développer en eux le sentiment de reconnaissance d’être là où ils étaient.

Tant qu’ils n’avaient pas acquis la capacité d’éprouver cette gratitude, tout restait au point mort. Mais dès que cela leur a été possible, tout a changé. Ils sont devenus productifs et ont fabriqué de l’artisanat. Ils ont même entrepris des campagnes de financement pour obtenir les matériaux nécessaires et la permission de les faire entrer dans un établissement de sécurité maximale. Ils ont fait renaître la fraternité amérindienne qui continue à œuvrer depuis ce moment important. Certains d’entre eux sont devenus des guérisseurs reconnus qui enseignent aujourd’hui la méditation et guident leurs frères vers un autre mode de vie. Ce sont d’ex-criminels, qui ont vécu dans une ambiance où la violence et le crime étaient un mode de vie. Ils ont fait un virage à 180° et leur premier pas a été la gratitude d’être là où ils étaient. Il en est de même pour un handicap.

Après la reconnaissance et la gratitude, il est temps de générer de l’énergie pour transformer le handicap en atout. Il existe probablement autant de méthodes que d’individus….

Extrait de l’Interview de Aigle Bleu pour le magazine Sacrée Planète

Publié dans:AMERINDIENS, ENERGIES, GUERISON, POUVOIR |on 25 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

La peur de la souffrance

 

La souffranceUne partie de notre être se rebellera toujours contre la souffrance physique ou morale car nous sommes de simples êtres humains qui aimons la vie et le bonheur.

Nous ne pouvons assumer la peur de la souffrance qu’en fonction de l’amour que nous portons aux autres. Comme une mère qui par amour de son enfant n’a pas peur d’affronter mille dangers pour le sauver. De même celui qui pense aux autres, celui qui se dévoue pour un noble idéal, pour servir la volonté divine, celui-là n’a pas peur pour lui-même. Il peut tout, et souvent fortifié par la foi et la justesse de sa cause, il devient inébranlable.

Si par l’offrande de notre souffrance personnelle nous savons que nous pouvons soulager celle des autres êtres, nous l’accepterons et malgré elle nous aurons une sorte de certitude, sinon de joie, qui justifiera encore notre vie ; et peut-être qu’il est possible d’être à la fois joyeux et souffrant en même temps à deux niveaux de conscience différents. Comme une mère qui souffre en mettant au monde son enfant et pourtant reste joyeuse.

La souffrance que nous craignons tous reste, l’instructeur dont nous avons besoin pour comprendre celle des autres et ne pas rester insensible dans notre égoïsme. C’est en faisant dans son corps l’expérience de la maladie que l’on s’aperçoit combien on était heureux avant sans le savoir et que l’on peut être amené plus tard à vouloir aider les autres.

La souffrance est le moteur essentiel de toute progression spirituelle. Beaucoup de grands saints l’ont affirmé en disant à la fin de leur vie : « Ce qu’il faut c’est toujours assumer plus de souffrance par amour des autres. »

Chacun a un type de peur à surmonter pour donner un sens à sa vie et avancer sur son chemin. Il est normal d’avoir peur, car même les saints ou les êtres réalisés ont eu peur dans leur vie. Il faudrait être complètement insensible pour ne pas connaître la peur.

La vie est une grande aventure où parfois nous connaissons de nombreux déboires. Mais il ne faut pas avoir peur de l’échec, car ce sont ceux-ci qui nous instruisent et nous enrichissent.

Savoir réfléchir calmement, accepter la vérité et recommencer immédiatement à partir de son expérience acquise, c’est se prémunir de la peur de l’échec et augmenter sa confiance en soi.

Notre vie est le reflet de notre maturité intérieure, et il convient donc de toujours travailler sur soi. Celui qui prend conscience de la présence du Bouddha en lui et dans l’univers ne perd jamais confiance ni courage. Celui-là il peut faire face car il croit en son destin. La vie devient pour lui une grande aventure joyeuse, le Jeu de Dieu, où l’incertitude joue au contraire le rôle d’un stimulant.

Plus nous descendons profondément en nous-même et plus la richesse de nos découvertes nous permet d’affronter des problèmes difficiles comme la souffrance physique, la maladie, la vieillesse et la mort. La vraie spiritualité doit permettre d’accepter ou de vivre différemment la souffrance. D’ailleurs celle-ci peut être l’occasion d’un éveil spirituel, certains ayant beaucoup souffert physiquement ou moralement n’ont pu assumer leur vie qu’en se tournant vers leur être intérieur.

Docteur Billaud et Révérend Yukaï sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:GUERISON, PEUR, POUVOIR |on 24 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Des médecins de l’âme au Tibet

 

Héritière d’un savoir multiculturel qui se perd dans la nuit des temps, la médecine tibétaine arrive en Occident. Profondément holistique, d’une richesse prodigieuse, cette approche qui regarde l’humain dans toute sa globalité corps-énergie-esprit a certainement beaucoup à nous apprendre.

mandala

Il est des cultures sur notre planète qui sont détentrices de connaissances immémoriales. La médecine tibétaine, un des systèmes de médecine les plus vieux du monde, regroupe certains aspects de la médecine ayurvédique indienne, de la médecine traditionnelle chinoise ainsi que de la médecine perse ancienne qui remonteraient à plus de 2500 ans. Plongeant aussi ses racines dans le chamanisme de la tradition Bön, pratiquée au Tibet avant que le Bouddhisme ne s’y installe au 7ème siècle, l’origine de son savoir se perd, en réalité, dans la nuit des temps. C’est au 8ème siècle que l’érudit Yutok Yonten Gonpo a codifié ce système de médecine qui depuis s’est propagé dans de nombreux pays d’Asie. A l’heure actuelle, la médecine tibétaine fait tranquillement mais surement son chemin vers l’Occident. Depuis leur quartier général à Dharamsala – lieu de vie du Dalaï Lama dans le nord de l’Inde -, les médecins de l’Institut Médical et Astrologique Tibétain ou Men Tsee-Khan, parcourent le monde pour enseigner ce savoir ancestral issu d’un patrimoine inouï. 

Une des sagesses de la médecine tibétaine est de ne pas séparer l’esprit du corps. Fondamentalement holistique, cette approche vise alors à restaurer la santé physique ainsi que la santé mentale du patient, considérée comme étant primordiale. Le vent « rLüng » est par exemple l’une des trois humeurs dont le bon équilibre serait nécessaire à notre bien être. Il permet la circulation des substances physiques de notre organisme mais aussi de l’énergie et de tout ce qui n’est pas physique, comme l’esprit. « Selon la médecine tibétaine, les maladies sont dues à un déséquilibre des trois Humeurs (Vent, Bile et Phlegme) qui sont la base du système médical. Le Vent, qui fait le lien entre l’esprit et le corps est le véhicule de la conscience. Il communique son énergie aux deux autres Humeurs et son action a donc une répercussion plus importante sur l’organisme qu’un simple déséquilibre de la Bile ou du Phlegme », expliquent les médecins du Men Tsee-Khang. La conscience aurait besoin de circuler librement entre le corps et l’esprit chevauchant le vent, maitre des trois humeurs. 

Basant leurs diagnostiques sur une écoute attentive du patient, sur la prise du pouls – dont il existerait 43 variations possibles -, l’examen de la langue et des urines, les médecins tibétains peuvent aussi avoir recours à l’astrologie. Ils établissent alors des thèmes astraux personnalisés qui dressent le portrait de chaque patient. Prenant en compte tous les aspects liés à la santé, l’éducation, le mode de vie, la famille, ils prescrivent des antidotes pour surmonter les obstacles inévitables de l’existence. L’astrologie intervient également dans la prédiction des jours favorables ou néfastes à la préparation des médicaments. « Dans les textes anciens, l’astrologie faisait partie intégrante de la science médicale, et certains textes datant du XIIème siècle prédisent de nouvelles maladies provoquées par l’apparition de nouvelles substances toxiques ou un changement environnemental ».

En s’appuyant sur la pharmacopée tibétaine d’une abondance incroyable, les médecins administrent des médicaments confectionnés à partir de substances naturelles. « Le Men-Tsee-Khang possède une nomenclature riche de 2993 remèdes dont 300 sont d’origine végétale. Certains médicaments contiennent des minéraux dont des pierres précieuses, de l’or et de l’argent ». Il leur arrive également de pratiquer l’acupuncture et la moxibustion tibétaine. Ces médecins de l’âme donneront aussi souvent des conseils de modification de comportements qui touchent à l’alimentation et le sommeil, mais aussi à nos postures émotionnelles et mentales de manière à faire de chaque épreuve une occasion d’ajuster notre attitude face à la vie. Aurions nous des choses à apprendre de cette approche capable de nous considérer dans notre globalité ? 

Conférence sur la médecine et l’astrologie tibétaine les 16 et le 17 novembre 2013 à Veneux-les-sablons et à Paris. Plus d’informations

 

Publié dans:AME, GUERISON, PLANTES |on 19 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Traverser nos peurs

imagine7

A la naissance, séparez un caneton des siens, élevez-le en laboratoire. Après quelques jours, projetez au-dessus de sa tête l’ombre d’un faucon : le caneton s’aplatit, corps et bec contre terre, signe qu’il a peur. Projetez l’ombre d’un oiseau migrateur : il n’a rien à craindre, et ne s’aplatit pas.

A l’instar des petits palmipèdes, chaque espèce a ses peurs, qui ont un sens en regard de sa survie. L’humain est ainsi naturellement prédisposé à redouter le noir, le vide, le froid, l’eau, la foudre, les animaux féroces, les regards fixes, les endroits clos… Mais qu’il développe une peur panique des coccinelles ou qu’il redoute le regard des autres au point de ne plus pouvoir sortir de chez lui, et l’on peut légitimement supposer que son « trouillomètre » est déréglé.

Pendant longtemps, l’explication dominante de ces terreurs incongrues a été celle de la psychanalyse. Freud voyait dans les phobies ou l’anxiété chronique la marque de l’échec du refoulement de pulsions sexuelles ou agressives inacceptables. Aujourd’hui, les comportementalistes privilégient plutôt l’explication « biopsychosociale ».

Ne pas dissimuler

D’un point de vue génétique, il semblerait en effet que le seuil d’acceptation physiologique et émotionnel de la peur varie d’un individu à l’autre. Dans cette perspective, les peureux seraient en réalité… des allergiques à la peur : s’ils paniquent à l’idée de prendre l’avion, ils redoutent plus que tout de ressentir les manifestations de la panique, convaincus qu’elle aura raison d’eux. Leur fragilité constitutive serait ensuite renforcée par des expériences malheureuses ou par une éducation qui surestime les dangers du monde et sous-estime leur capacité à y faire face.

Il n’est pas une peur que l’on ne puisse surmonter, même si son objet (les serpents, le regard des autres ou la mort) ne peut être effacé. Encore faut-il se résoudre à s’attaquer au problème. Malheureusement, le principal ennemi des grands anxieux et des phobiques, c’est la honte. Outre qu’ils consacrent une énergie colossale à éviter les situations anxiogènes, ils se compliquent terriblement l’existence en essayant de dissimuler leur peur à leur entourage. Leur vie devient ainsi une suite d’occasions manquées (un déplacement professionnel que l’on refuse par crainte de l’avion, un rendez-vous galant que l’on décline par peur de paraître idiot…) et beaucoup se réfugient dans la consommation d’alcool ou de psychotropes. Or, on est aussi peu responsable d’une peur maladive qu’on le serait de son diabète. En revanche, ce dont on peut prendre la responsabilité, c’est de se soigner.

S’exprimer

Parler de ses peurs permet de les dédramatiser. D’abord, parce que l’on a de fortes chances de constater que l’on n’est pas aussi seul qu’on le pensait. Ensuite, parce qu’il s’agit de sortir d’un monologue dans lequel on produit des pensées plus terrifiantes les unes que les autres (« Et si j’oubliais de me réveiller ? Et si j’avais laissé la porte ouverte ? Et si le ciel me tombait sur la tête ? »), auxquelles on apporte le plus souvent des réponses décourageantes (« Je ne m’en sortirai jamais, ce sera encore pire… »). Enfin, parce que ceux qui, dans notre entourage, sont parvenus à surmonter leur trac, leur phobie ou leur anxiété, ne manqueront pas de nous faire bénéficier de leurs stratégies. Ou de nous communiquer les coordonnées de leur thérapeute.

 images (1)

Les mots de la peur

 La peur : c’est une réaction normale face à un danger réel (un molosse agressif, un ascenseur en chute libre…). Salutaire, elle permet de se protéger par l’immobilisation, la fuite ou le combat. Elle peut être surmontée par une explication logique ou lorsque le danger est circonscrit. 

L’anxiété : c’est l’appréhension d’un danger qui n’est pas encore apparu, qui peut ne pas survenir (tomber malade, échouer, ne plus être aimé…). Modérée, elle permet de prendre des précautions pour éviter les ennuis. Excessive, elle enferme le sujet dans une spirale d’inquiétudes et d’activisme destinés à réduire toute forme de risque. 

Le trac : c’est une anxiété d’évaluation déclenchée par le regard d’autrui : on craint d’être maladroit, jugé négativement. Elle devient maladive quand elle entraîne une véritable panique, une terrible honte de soi et un évitement chronique de situations banales (dîners, réunions, magasins). Le sujet souffre alors de phobie sociale. 

La phobie : c’est une peur disproportionnée devant ce que l’individu ressent comme un danger (un caniche joyeux, un ascenseur en fonctionnement…). Paniqué, le phobique perd tous ses moyens. Aucun raisonnement ne peut le rassurer. Sa liberté est restreinte par des stratégies d’évitement. 

A lire

Petites Angoisses et grosses phobies de Christophe André, illustrations de Muzo.
Pour affronter ses peurs avec humour, grâce à la pédagogie du psychiatre et le talent du dessinateur de BD (Le Seuil, 2002).

La Peur de tout d’Evelyne Mollard. 
Un ouvrage pointu, pour mieux comprendre les mécanismes de la peur et des thérapies comportementales et cognitives (Odile Jacob, 2003).

Arrêtez de vous faire du souci de Robert Ladouceur.
Agrémenté de tests et d’exercices, un guide pour s’aider soi-même (Odile Jacob, 2003).

 Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:GUERISON, PEUR |on 13 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Le gluten peut-il nous poser un problème

gluten-cest-quoi-

● Les apports nutritionnels du gluten

En ce qui concerne notre santé, le gluten ne nous apporte pas de nutriment indispensable que l’on ne saurait trouver par ailleurs. 

Qu’on se le dise : un régime sans gluten ne provoque pas la moindre carence… Mais une alimentation riche en gluten… Qu’en est-il ? 

● La transformation des céréales

Lorsque l’on dit que le gluten est une colle, il est facile d’imaginer ce qu’il va faire une fois dans notre système digestif : il va coller.

Le problème est d’autant plus aigu que l’industrie agro-alimentaire est passée par là. Ainsi, le blé actuel contient trois fois plus de gluten (et de chromosomes !) que le blé d’origine. Quel a été ce processus ?

« Apparu » il y a 10 000 ans dans le bassin mésopotamien, le blé comptait alors 14 chromosomes. Il y a d’abord eu les sélections naturelles bien sûr, inhérentes à toutes les espèces vivantes.

Ensuite l’homme est intervenu. Il a d’abord choisi, puis domestiqué les variétés les plus avantageuses pour l’agriculture, les plus résistantes. La logique agricole a intensifié cette sélection : seuls les plus beaux grains étaient gardés pour être replantés, d’où les premières mutations génétiques. L’homme a ensuite croisé, combiné les variétés. Si l’ingrain (le seul blé cultivé il y a 4 000 ans environ) portait un seul grain, l’amidonnier des Egyptiens en offrait déjà deux ou trois fois plus. Notre blé commun se targue de six rangs de grains…

Le milieu naturel a eu également son mot à dire : les différents sols et climats ont influencé les sélections de blé lors de leurs « voyages » d’une région, d’un pays, d’un continent à l’autre.

Aujourd’hui, on refuse de parler d’OGM pour le blé. Pourtant, bien des manipulations ont encore été effectuées depuis les années 70. Ainsi, le blé moderne présente 42 chromosomes…

● L’impact de ces transformations sur notre organisme

Deux conséquences majeures apparaissent.

D’une part, notre organisme n’a pas évolué à la même vitesse que le blé ou autres céréales à gluten. Les manipulations génétiques des céréales font que le gluten n’est jamais complètement digéré. Le Dr Seignalet souligne également que la cuisson de ces protéines entraîne des transformations nuisibles pour notre corps.

D’autre part, certaines études ou expériences montrent à quel point l’alimentation peut influer non seulement notre terrain, mais aussi notre ADN. Ainsi, deux études indépendantes menées sur l’épigénétique – par les universités de Duke (Etats-Unis) en 2010, et de Groningen (Pays-Bas) plus récemment – ont non seulement montré que notre alimentation avait un impact sur notre ADN, mais que cet impact se répercutait sur les générations suivantes… Ces études ont par ailleurs été corroborées par des épisodes historiques, comme le développement de certaines intolérances alimentaires chez les jeunes populations (1), suite aux famines subies par les mères (par exemple l’augmentation de l’intolérance au lactose suite à la disette hollandaise de la Seconde Guerre Mondiale), ou l’apparition de certaines maladies suite aux modifications des habitudes alimentaires (phénomène largement rencontré en Asie dans les dernières décennies, et bien illustré dans le film documentaire « La santé dans l’assiette »). Dans son livre « Le syndrome entéro-psychologique », le Dr Natasha Campbell-Mc Bride a d’ailleurs expliqué que les déséquilibres intestinaux (dysbioses, porosités, intolérances alimentaires, etc.) se retrouvent de façon de plus en plus prononcée d’une génération à l’autre. 

Si l’on détecte aujourd’hui plus d’intolérances ou de sensibilités au gluten, c’est donc tout simplement parce que notre organisme n’a pas eu le temps de s’adapter, que ce soit face à la quantité de gluten ingérée ou à la transformation des céréales en elles-mêmes, et que cette inadaptation s’accentue à chaque génération. Il est alors possible de se trouver face à quatre types de situations, que nous allons détailler.

Alors, gluten or not gluten ?

Face à toutes les problématiques engendrées par le gluten moderne, il est bien tentant de conseiller une éviction du gluten de l’alimentation. Toutefois, changer son alimentation sans conseil thérapeutique n’est pas forcément une bonne idée… Effectivement, les symptômes présentés par une sensibilité au gluten peuvent être communs avec d’autres pathologies. Il vaut donc mieux savoir ce qu’il en est plus exactement. Des examens médicaux permettront de faire le point.

• Si l’on pense être sensible au gluten, mieux vaut requérir les conseils d’un naturopathe. Enlever le gluten de son alimentation ne suffit pas à régler totalement un problème de santé ou retourner vers l’équilibre. Il s’agit aussi de réinoculer la flore, réparer la muqueuse (par des moyens naturels bien sûr), et tous les autres dégâts ; une chélation des métaux lourds (en toute sécurité, sans faire de bêtises) peut s’avérer nécessaire. Enfin, enlever le gluten de son alimentation ne signifie pas que l’on mange bien : respecter un bon équilibre alimentaire reste primordial.

•             Ainsi, si l’on se contente de remplacer les produits contenant du gluten par des produits sans gluten, cela peut devenir très vite onéreux : mieux vaut modifier certaines habitudes alimentaires (en limitant sa consommation de pâtes et de gâteaux, par exemple, même s’ils sont sans gluten !) Cela peut même se retourner contre nous. La mode du sans gluten faisant son apparition, nombre de produits présents sur le marché sont très peu qualitatifs, compensant l’absence de gluten par des taux de sucre, conservateurs ou colorants frisant l’indécence…

•             Si bien des problèmes de santé ont été réglés après une éviction du gluten et que l’on souhaite le réintégrer dans son alimentation, il est important de suivre certaines règles, sous peine de retrouver des symptômes de départ intensifiés. Si rien n’a été fait pour préparer le corps à ce retour du gluten, l’organisme va réagir fortement à la réintroduction d’une molécule qui a posé problème à un moment donné.

•             C’est pour cette raison que certaines personnes critiquent les régimes sans gluten. Or les problèmes de santé extérieurs qui se retrouvent lors de cette réintroduction mal menée du gluten ne font qu’illustrer toutes les perturbations internes engendrées par le gluten initialement.

• Par expérience, la question de la sensibilité au gluten est très largement présente chez les personnes que je reçois en cabinet. Je me suis aussi aperçue d’une chose : plus les personnes sont réceptives aux différentes énergies, et plus elles sont sensibles à la qualité des aliments : que ceux-ci soient liquides (qualité de l’eau), ou solides (et dans ce cas la transformation et la mutation des produits comme les céréales pose souvent problème).

Conclusion

L’intolérance au gluten n’est pas un effet de mode : l’industrie agro-alimentaire ainsi que nos modes alimentaires, nos choix de consommations, ainsi que d’autres facteurs aggravants comme le stress ou les métaux lourds font qu’un nombre de plus en plus important de personnes sont sensibles ou intolérantes au gluten.

Ces difficultés face au gluten sont difficiles à comprendre, car les effets ne sont pas forcément immédiats, et, les symptômes peuvent être très variables d’une personne à l’autre.

La sensibilité est aussi décriée parce que difficile à détecter médicalement. Les études et validations scientifiques sont encore en cours (des recherches américaines sont menées depuis février 2015). La méthode la plus fiable est celle des tests de peptidurie, qui sont toutefois peu reconnus en France et payants, car non pris en charge par la Sécurité Sociale.

Ce seront les personnes qui ont souffert de leur intolérance ou sensibilité au gluten, qui l’auront enlevé de leur alimentation et procédé aux différents rééquilibrages qui en parleront le mieux : parce que rien ne vaut l’expérience et la santé retrouvée !

Extrait du site Energie Santé, à lire en son entier sur le site : http://www.energie-sante.net/fr/nt/NT021_gluten-ou-pas.php

Publié dans:GUERISON, HUMANITE, MALADIE, PLANTES |on 19 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Les critères de l’homéopathie authentique

 

 homeopathie-

Rappelons ici quelques principes de base de l’homéopathique authentique :

1.  Parmi les moyens de mémorisation et d’amplification d’un signal vibratoire, il y a le frottement moléculaire (secousses), la rotation (moulins à prière des Tibétains), la génération de Vortex (Schauberger), sans parler des transferts optiques et électromagnétiques modernes.

2.  L’eau est le support matériel idéal en outre utilisé par tous les règnes du vivant qui fabriquent journellement, au sein de leur organisme, de l’homéopathie Korsakov pour éliminer leurs poisons et toxines.

3. La mémoire de l’eau est devenue un fait incontestable scientifiquement démontrée par les travaux de Benveniste et de Masaru Emoto, et brillamment confirmé par les récents travaux du Professeur Luc Montagnier.

4.Le signal homéopathique est en fait un signal radio complexe qui comprend comme tous les signaux vibratoires une fréquence et une amplitude.

5.  La gamme de fréquences du signal homéopathique est définie par le nombre de dilutions, chaque nouvelle dilution faisant grimper la gamme fréquentielle d’un octave ou harmonique. Plus la dilution est élevée (donc la fréquence), plus le produit s’adresse à un corps subtil profond.

6. L’amplitude du signal est proportionnelle à la surface d’émanation du produit. Ce signal homéopathique se comporte comme une odeur ou un parfum, plus on l’étale plus l’odeur est puissante. La surface des granules est minime par rapport à celle présentée par une cuillère dose de trituration ou 20 à 30 gouttes du produit liquide. Il est clair que la formule granules est donc la plus médiocre.

7. Le signal homéopathique contrairement à la chimie allopathique est rayonnant. Il peut donc être absorbé par simple proximité de contact, par exemple, (un flacon pendu par une cordelette de soie au cou). Il existe des sites physiologiques d’absorption privilégiés : sous la langue, en gouttes, ou dans les narines et dans les conduits auditifs en pulvérisation.

8.La formule aqueuse présente l’avantage de pouvoir être re-secouée à tout moment, ceci visant à augmenter le rayonnement du produit (ce qui se vérifie facilement à l’analyse Kirlian).

9. La dilution 9K en manuel est suffisante pour couvrir pratiquement tous les cas de figure en atteignant toutes les couches de corps subtils.

10.  Une caractéristique intéressante du procédé Korsakov est que l’on garde la mémoire de toutes les dilutions précédentes puisque l’on ne change pas de flacon. Ce n’est pas le cas par le procédé Hahnemann. Donc la dilution 9K couvre tous les cas de figure sans risque de se tromper de dilution.

NOTA : Les dilutions Korsakov mécaniques couramment vendues sont très différentes dans leur principe d’élaboration par rapport à la méthode manuelle. Au 19ème siècle où vivait Korsakov, on ne disposait pas de l’électricité. 

Les dilutions astronomiques de 5 000, 10 000, 50 000 voire 100 000 K, demanderaient des années de travail pour réaliser cela à la main.

Par ailleurs, la très petite quantité de produit haute dilution récoltée après des jours ou des semaines de fonctionnement continu des machines automatiques, porte son prix à des valeurs inabordables dans sa forme liquide. L’imprégnation granulaire est donc un choix obligé si l’on veut rendre le prix de vente plus sympathique… à moins de reprendre le substrat final à la main dans un plus grand flacon, mais je ne suis pas dans le secret des grands labos…

mas-bazan-safran-4

La fabrication artisanale : voici toute la recette

Le choix de l’eau

Il est évident que l’eau osmosée qui est de l’eau déprogrammée et très pure est ce qu’il y a de mieux. Encore faut-il avoir un osmoseur.

L’eau distillée est ce qu’on utilise classiquement mais qui à l’échelle artisanale présente un coût prohibitif dans la mesure où la plus grosse partie va être jetée. Normalement cette eau s’achète en pharmacie.

Mais on peut aussi faire du travail correct avec une eau de source la moins minéralisée possible, type Mont Roucous.

Le choix et la préparation des flacons

Les bouteilles de 500 ml ou même 250 ml vendues en pharmacie sont parfaites.

S’ils ont déjà servi, il faut rendre ces flacons vibratoirement vierges. Les laver ne sert pas à grand-chose si ce n’est à réaliser une dilution supplémentaire. Pour effacer la vibration résiduelle, on peut :

•   Amener le flacon dans de l’eau à la température minimum de 70°,

•   Passer le flacon au four à micro-onde (j’espère que vous n’en avez pas),

•   Rincer le flacon avec un peu d’alcool à 90° pur (méthode rapide).

Les souches-mères

Les souches peuvent être de nature extrêmement diverses (minérales, végétales, chimiques, organiques animales ou humaines, ou encore industrielles toxiques). Il est nécessaire qu’elles soient conditionnées sous une forme liquide hydro-alcoolique.

Lorsqu’il s’agit de produits solides, il est donc utile de les faire tremper dans de l’eau pure (distillée ou osmosée), ou de l’alcool à 70° selon la nature du produit, même s’il ne présente pas de solubilité. Il y a alors enregistrement de l’information, c’est-à-dire la signature vibratoire de la souche. Le temps de trempage peut varier de quelques heures à 48 heures selon les cas. Vous obtenez là ce que l’on nomme la base ou solution mère. Nous voilà donc prêt pour entamer la procédure homéopathique Korsakov proprement dite.

Des auto-isothérapies à la carte

Notez que vous pourrez résoudre facilement des tas de pathologies difficiles résistant à la médication classique pour un prix dérisoire, en prélevant simplement des exsudats qui peuvent être : crachats pulmonaires, salive, morve, larmes, urine, pus, desquamations cutanées, sueur, ménorrhées, placenta de l’accouchement… mais pas de sang.

NOTA : Big pharma a très peur de cette méthode artisanale. C’est pour cela que peu avant la 2ème guerre mondiale, on a détruit toute la documentation et les annales cliniques concernant l’auto-isothérapie.

Quelques détails importants

Rappelons d’abord que pour faire de la véritable homéopathie, il faut 3 choses :

DILUTION – SECOUSSES – CONSCIENCE

Remarquez qu’une machine ne peut pas satisfaire à la troisième proposition. Ce volet n’est pas plus surprenant dans le cas de la fabrication des remèdes homéopathiques que dans le domaine de la cuisine, qui doit être faite, dit-on « avec amour ». D’ailleurs on trouve dans les écrits de Nostradamus : « Ne consommez point la nourriture d’un cuisinier en colère ».

Dernier détail : où se mettre pour effectuer la procédure ?

Mon expérience personnelle m’a montré que la meilleure qualité est obtenue et que les flux d’énergie sont mieux ressentis quand on se place dehors dans la nature, une pelouse pouvant suffire, et vous allez voir pourquoi ensuite.

Mode opératoire

Amenez le matériel nécessaire (flacons, eau pure) sur le lieu choisi.

1. Marquer au feutre sur votre bouteille, un trait au 1/3 environ de la hauteur.

2. Introduire une petite quantité de base juste suffisante pour mouiller tout l’intérieur du flacon. Secouez 4 ou 5 fois et jetez l’excédent sur le sol (dans l’herbe) sans égoutter.

3. Remplir jusqu’au trait 1/3 le flacon avec de l’eau pure. Notez « dilution 1 ». Bouchez et secouez alors une centaine de fois.

4. Les sensitifs peuvent sentir à un moment donné une énergie monter entre leurs mains. Les secousses doivent être verticales et sans violence, à un rythme juste que vous trouverez en le faisant varier plus vite, moins vite, jusqu’à ce que vous ressentiez un réel plaisir, dans votre corps : pensez pendant ce temps que vous effectuez un mariage entre les forces du ciel et de la terre dans votre flacon. Si vous n’arrivez pas à ressentir tout cela, tant pis, vous obtiendrez quand même de l’homéopathie mais elle sera « standard ».

5. Videz le flacon sur le sol et dites : « je te rends à la terre afin que tu renaisses plus grand » (formule alchimique) . C’est un principe d’affinage universel utilisé quotidiennement par la nature. Si vous jetez simplement l’eau sans rien dire ou penser, vous obtiendrez quand même de l’homéopathie, mais … « standard ».

6. Remplir à nouveau au trait votre flacon avec de l’eau pure. Notez « dilution 2 » et recommencez l’opération comme dans le paragraphe 3.

7. Videz le flacon en procédant comme dans le paragraphe 5.

8. Remplir au trait et notez « dilution 3 », continuez ainsi de suite jusqu’à dilution 8.

9. Attention : à la dilution 9 remplissez le flacon entre les 2/3 ou 3/4.

10. Secouez et ne jetez plus. Vous avez le produit définitif.

11. Fixez le produit homéopathique avec 10 % d’un alcool fin (ex : cognac) afin d’éviter l’invasion d’algues ou micro-organismes divers. Néanmoins, si le produit ne doit pas être gardé longtemps, il est possible de le laisser tel quel, en particulier pour des bébés ou des personnes allergiques à l’alcool.

12. Enfin, il est prudent et sage d’envelopper le flacon intégralement dans du papier aluminium de cuisine et avec du papier blanc par dessus pour le protéger de toutes les pollutions vibratoires ambiantes (télé, radio, antennes GSM, radars….). On sera aussi attentif à ne pas stocker les flacons obtenus, à proximité de produits chimiques peu nobles (ménagers ou pharmaceutiques).

13. Voilà, vous savez tout, et vous n’avez plus besoin de personne pour réaliser de la bonne homéopathique courante, même en urgence.

FLACON(1)Il est évident que l’obtention de certaines souches reste problématique et que ces souches coûteuses sont jalousement stockées par les laboratoires. Mais, il vous reste beaucoup de possibilités directes aussi simples qu’efficaces.

NOTA :La méthode s’applique parfaitement pour les animaux (chiens, chats, chevaux, et tous animaux de la ferme) – Les animaux sont généralement plus faciles à soigner que les humains parce qu’ils ne sont pas embrouillés par un mental toxique.

Si des personnes vous observent en train d’opérer dehors, n’ayez crainte elles croiront que vous êtes en train de laver des bouteilles !

À vous de jouer.

article de Michel Dogna – Naturothérapeute, auteur, enseignant sur www.micheldogna.fr

Publié dans:GUERISON, PLANTES |on 17 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Bien utiliser la thérapie florale

 

 

therapie-florale-alternative-santeDes millions de personnes dans le monde emploient aujourd’hui les fleurs de Bach pour résoudre leurs conflits psychologiques. Mais on ne s’improvise pas thérapeute et l’autodiagnostic, souvent erroné, mène généralement à l’échec. Pour être efficace, la thérapie florale ne peut s’affranchir d’un soutien thérapeutique.

Selon certaines enquêtes, plus d’un tiers de la population française aurait un jour utilisé les remèdes floraux du Dr Bach. Le petit dépliant disponible chez tous les revendeurs répond à cette énorme demande. Non seulement, il résume la philosophie qui a présidé à la conception de ce système thérapeutique mais, surtout, il propose un petit manuel d’utilisation des différents remèdes. Ainsi, naît, chez le néophyte, le sentiment d’avoir enfin rencontré la thérapie dont il est à la fois le sujet à traiter et le thérapeute. Avec l’attente d’un résultat rapide et durable. Bien souvent, malheureusement, l’expérience se révèle décevante.

La thérapie florale est aujourd’hui galvaudée

Pourtant, la thérapie florale, créée au début des années trente, ne serait pas devenue universelle si elle ne reposait pas sur des bases solides. Depuis longtemps, elle serait tombée dans l’oubli. Alors, comment expliquer le malentendu dont elle fait l’objet ?

La faute en revient en partie au Dr Bach lui-même. Il désirait que sa thérapie soit accessible à tous, grâce notamment au faible coût des remèdes et à leur simplicité de mise en œuvre. Aussi a-t-il identifié 38 états émotionnels répartis en sept classes. Ainsi, si j’identifie le malaise que je traverse comme de la peur, je suis invitée à regarder lequel des cinq remèdes suivants me correspond le plus : Rock Rose, Mimulus, Cherry Plum, Aspen, Red Chestnut. L’indication de chaque remède est résumée en quelques mots. Par exemple, Mimulus répond à des peurs précises : crainte de la vie quotidienne ; trac, peur de l’autre. Mais, par exemple, quelqu’un qui est manipulé depuis son enfance par la peur de ne pas être reconnu pour ce qu’il est ou/et ce qu’il fait, ne tirera aucun bienfait de Mimulus, mais de Vervain. À vouloir être simple, la thérapie florale est devenue simpliste.

D’autre part, il n’est indiqué nulle part que le soutien d’une personne entraînée ou d’un psychothérapeute est souhaitable. Or comment une personne qui n’a pas entamé un travail sur soi peut-elle être capable de reconnaître son égocentrisme, son incapacité à écouter tout en inondant son interlocuteur du récit de ses innombrables soucis (Heather) ? Qui se rendra compte qu’il est intolérant, et aussi critique que vaniteux (Beech) ? Qui acceptera que son caractère autoritaire et parfois tyrannique est en grande partie responsable de ses problèmes relationnels (Vine) ? Bien peu en vérité ! Aussi, les remèdes autoprescrits ne correspondent souvent qu’à des états superficiels de la personnalité. Et si l’aide d’un psychothérapeute n’est pas sollicitée, aucun changement profond et durable n’est à espérer.

Se donner du temps

Lorsqu’on répète depuis l’enfance un comportement inadapté, on ne peut espérer que celui-ci disparaisse en quelques jours, quelques semaines au plus. Philip Chancelor le montre bien dans son « Manuel des fleurs guérisseuses du Dr Bach » s’attache à l’étude de cas plutôt qu’à la présentation des remèdes. Aucune transformation réelle n’a été obtenue en moins d’un an. Le chemin est long et les chutes fréquentes. Il est nécessaire que la volonté de guérir soit développée et régulièrement confortée.

Qui désire prendre des remèdes floraux, répond – sans le savoir, le plus souvent – à l’appel de ce qu’il y a de plus profond en lui. Que vient-il chercher exactement ? Il a bien des difficultés à le dire à ce point de son cheminement. Ce n’est qu’après la prise régulière de quelques remèdes pendant plusieurs mois qu’il comprend qu’il tient à exprimer le meilleur de lui-même et enfin à s’épanouir.

Car si les changements induits par la thérapie florale sont imperceptibles d’un jour sur l’autre,ils sont incontestables au bout de quelques semaines.

Associer les thérapies comportementales

Mais si les remèdes floraux permettent de transformer les défauts décelés en nouvelles qualités, ils en révèlent d’autres, plus profonds, de sorte qu’à chaque nouveau pas que le patient fait vers son but, ce dernier semble s’éloigner d’autant ! C’est pourquoi il nous paraît essentiel d’associer aux remèdes floraux, certaines thérapies comportementales pour que le patient prenne une part plus active à son processus de libération.

Certains outils proposés sont particulièrement puissants. Comme « les trois lois de la communication » qui permettent de se sentir en sécurité en toute circonstance. Comme le « processus décisionnel » qui nous révèle le ou les endroits où nous butons toujours et nous apprend à développer la force intérieure à réaliser nos envies, quels que soient les obstacles rencontrés.

D’autres outils seront plus spécifiques du travail de psychothérapie, tel « le processus des trois questions baïonnette » qui identifie le schisme entre notre ego et notre essence et ouvre sur la résolution de ce conflit qui n’a que trop duré.

Ce n’est qu’en conjuguant l’action des thérapies florale et comportementale que le processus de transformation peut être véritablement consolidé.

 téléchargement

Bibliographie

Formation

« Les remèdes floraux, un chemin vers soi » : dans une approche conciliant les fleurs du Dr Bach et certaines thérapies comportementales, le Dr Bauplé propose une formation destinée aux thérapeutes.

Publié dans:GUERISON, PLANTES |on 7 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

L’erreur est humaine, le pardon est divin

PARDON

Avec l’«amour», le «pardon» est probablement le terme le plus galvaudé et en même temps le moins bien compris dans le langage humain. La signification du pardon a été déformée par la compréhension erronée que l’on en a. Pardonner ne veut pas dire que nous devions supporter les abus de nos partenaires de vie, libérer les criminels, rester dans un emploi qui ne nous convient pas… Pourtant, nos croyances, dues à notre éducation, font que pardonner est synonyme de faiblesse ou encore que le pardon doit être manifesté par des mots ou des attitudes. Pourtant, le vrai pardon est une fonction de l’amour qui tend à comprendre l’ombre chez l’autre et à libérer la douleur pour laisser la place à la paix. Le pardon n’est pas une attitude supérieure (je vaux mieux que l’autre, je suis plus «saint» que lui), mais au contraire une histoire d’amour entre moi et moi. 

Pourquoi le pardon est-il si difficile ? Le plus grand obstacle au pardon est notre ego négatif qui aime rester accroché à d’anciens griefs. Il est la plus grande source de résistance au pardon. Notre ego négatif est ce qui empêche notre bonheur et notre paix intérieure. Il fait que nous gardons en nous des griefs, des sentiments d’amertume, des ressentiments qui créent du stress, des ulcères et autres maladies psycho-somatiques. C’est à nous de faire le choix de nourrir notre ego ou notre âme, d’avoir raison ou d’être heureux… 

Tout comme les autres qualités de l’âme (la paix, l’amour, l’innocence, le respect, l’unité pour n’en citer que quelques unes) le pardon ne nécessite pas le «faire». C’est une attitude intérieure qui commence par le désir de se libérer de nos bagages émotionnels et par le choix de fonctionner à partir de l’âme plutôt qu’à partir de l’ego négatif. Le pardon est la volonté de percevoir chacun, y compris nous-mêmes, comme une expression de l’amour. C’est la volonté d’abandonner nos anciennes casseroles qui nous font du tort. Le pardon nous permet de vivre une vie pleine et harmonieuse mais notre responsabilité consiste en notre choix de vouloir lâcher-prise de nos «vieilles casseroles» en n’y restant pas accrochés par nos pensées, nos ressentis. Tant que nous ne pouvons oublier le passé (douloureux) nous n’avons pas vraiment lâché-prise. Lorsque nous oublions délibérément le passé douloureux, lorsque nous choisissons de ne plus y penser, l’ego négatif a moins de prise sur nos pensées. Avez-vous déjà remarqué que lorsque nous regardons nos sentiments négatifs calmement, honnêtement et que nous y réagissons de manière responsable, ceux-ci disparaissent comme par enchantement ?

Si nous regardons le mot pardon de plus près, nous trouvons par et don. Nous rendons (donnons) en quelque sorte la liberté à nos sentiments négatifs par le lâcher-prise du pardon. Notre choix, notre responsabilité, consiste à lâcher-prise de la douleur éveillée en nous par l’impact des actes, paroles, attitudes de l’autre envers nous. L’autre peut s’excuser de ses actes, paroles, attitudes mais la guérison intérieure ne se fait que lorsque nous lâchons prise de nos sentiments négatifs. 

Ce processus ne se fait pas du jour au lendemain, mais se met en place petit à petit. Le désir intime, profond, de fonctionner à partir de son âme et non plus de son ego négatif – le désir de vivre en paix dans le coeur et dans la tête est le point de départ pour faire émerger le vrai pardon. Si par contre vous sentez que pardonner rajoute une obligation dans votre vie, vous fonctionnez à partir de votre ego négatif. Etre conscient de ce qui nous habite nous permet de faire nos choix et si nous comprenons que le pardon est la porte d’accès à notre bonheur cela nous permet de faire le choix d’avancer à partir de notre âme. Lorsque vous vous sentez attaqué par l’autre, il vous faut d’abord vous occuper de la douleur que ceci provoque en vous. Essayer de pardonner sans avoir lâché-prise des sentiments de colère, etc… n’est pas possible. Si nous ne sommes pas en paix, comment pouvons-nous pardonner ? Une bonne habitude à prendre est de s’arrêter et de respirer profondément, revenir à nous-mêmes, lorsque nous éprouvons des difficultés à décrocher de nos pensées négatives. Analysez vos émotions, prenez du recul (mettez-vous en retrait, en observation) pour les voir de plus loin, sans y être collés. Mettez-les éventuellement sur papier pour les clarifier, et donnez-vous le temps de pardonner après, si le pardon dans l’instant n’est pas possible. Ne vous sabotez pas par des «il faut» et «je dois»… cette voix-là c’est encore l’ego négatif ! 

Lorsque vous aurez compris (et vécu) que l’énergie du pardon se trouve en vous et qu’elle ne doit pas venir des autres, vous deviendrez co-créateur de votre vie en toute conscience. Ceci ne peut se manifester que lorsque nous devenons responsable de chaque aspect de notre vie et de nos relations. Lorsque nous ne chercherons plus l’amour, la sécurité, la paix à l’extérieur de nous mais l’aurons trouvé en nous par la grâce du pardon, une nouvelle vie s’offrira à nous. Serait-ce cela le paradis sur terre ? 

Michael Patrick Bovenes, Circle of Light Publishing
Traduit de l’anglais par Brigitte Soille

Protocole des soins EFT

                images

Voici une nouvelle façon d’utiliser EFT qui fait appel au miraculeux. Par définition, un miracle, c’est quelque chose de trop beau pour être vrai. On n’y croit pas. Mais voilà que l’on peut désormais envisager l’impossible, abattant nos barrières mentales et émotionnelles par les tapotements, ce qui permet à « l’impossible » de se faire possible et de se manifester concrètement
 
Le procédé est une mixture de la « Méthode de Choix » du Dr. Carrington et celle du Dr. Philip Mountrose.
 
Je vous conseille d’effectuer ce protocole de soins EFT très lentement, en restant sur les phrases qui font monter des émotions fortes tout en maintenant le tapping sur le point en question jusqu’à ce que vous puissiez calmement passer au suivant.
 
Aussi, si vous ne désirez pas frapper sur les points, vous pouvez simplement exercer une pression dessus.
 
Tout est possible à qui décide d’envisager l’impossible …
« J’ai décidé de … . Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie. »
« J’ai décidé de d’ici à _. Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie. »

 

Image de prévisualisation YouTube
    
Par exemple :

  • « J’ai décidé de guérir… (nommer le mal dont on souffre) d’ici à demain matin au plus tard. Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie. »
  • « J’ai décidé de trouver l’âme soeur à présent et de me marier avant … (la fin de l’année, d’ici l’été prochain, etc.) Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie.
  • « J’ai décidé de rembourser toutes mes dettes dans les six mois qui viennent. Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie. »
  • « J’ai décidé de voir mon existence se transformer au-delà de mes plus hautes espérances. Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie. »

Modèle de protocole :
« J’ai décidé de désormais gagner plus de 7000 Euros par mois très facilement. Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie. » (Pour créer votre propre protocole, changez simplement la phrase décrivant le choix que vous avez émis.)

  • Point Karaté :  »Même si je ne crois pas pouvoir facilement gagner plus de 7000 Euros par mois, c’est impossible et un miracle ne se produira pas dans ma vie, je m’accepte et me respecte profondément. Et même si le miraculeux n’a jamais fait partie de mon existence, je m’accepte et me respecte avec toutes mes limites et m’ouvre maintenant à l’idée que tout est possible et qu’un miracle peut se produire à tout moment dans ma vie. » 

(Répétez le texte 3 fois de suite.)Tenir le point et prendre une respiration profonde.

  • Dessus de la tête : J’ai décidé de gagner dès maintenant plus de 7000 Euros par mois très facilement. 
  • Sourcil : J’ai décidé de gagner plus de 7000 Euros par mois dès maintenant.
  • Coin de l’oeil : J’ai décidé de gagner plus de 7000 Euros par mois très facilement.
  • Sous l’oeil : J’ai décidé de gagner plus de 7000 Euros par mois
  • Sous le nez : dès maintenant et très facilement.
  • Creux du menton : J’ai décidé de gagner dès maintenant et très facilement plus de 7000 Euros par mois.
  • Clavicule : J’ai décidé de gagner dès maintenant plus de 7000 Euros.
  • Sous le bras : J’ai décidé de dorénavant gagner plus de 7000 Euros par mois.
  • Sous le sein : J’ai décidé de désormais gagner facilement plus de 7000 Euros par mois.

Tenir le point et prendre une respiration profonde.

  • Dessus de la tête : Tout est possible …
  • Sourcil : et un miracle peut se produire maintenant dans ma vie.
  • Coin de l’oeil : Un miracle se produit maintenant dans ma vie …
  • Sous l’oeil : Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie.
     
  • Sous le nez : Un miracle se produit maintenant dans ma vie.
  • Creux du menton : Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie.
  • Clavicule : Un miracle se produit maintenant dans ma vie.
  • Sous le bras : Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie.
  • Sous le sein : Un miracle se produit maintenant dans ma vie.

Tenir le point et prendre une respiration profonde.

  • Dessus de la tête : Tout est possible et je peux désormais facilement gagner plus de 7000 Euros par mois.
  • Sourcil : Un miracle se produit maintenant dans ma vie qui m’autorise à désormais gagner facilement plus de 7000 Euros par mois.
  • Coin de l’oeil : Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie.
  • Sous l’oeil : J’ai les moyens désormais de gagner plus de 7000 Euros par mois très facilement.
  • Sous le nez : Un miracle se produit dans ma vie et je gagne à présent facilement plus de 7000 Euros par mois.
  • Creux du menton : Tout est possible pour moi y compris de gagner facilement plus de 7000 Euros par mois.
  • Clavicule : Un miracle se produit maintenant dans ma vie qui me permet de gagner dorénavant très facilement plus de 7000 Euros par mois.
  • Sous le bras : Tout est possible et un miracle se produit maintenant dans ma vie.
  • Sous le sein : Je peux désormais gagner plus de 7000 Euros par mois très facilement.

Tenir le point et prendre une respiration profonde.

  • Dessus de la tête : Tout est possible et je trouve désormais les moyens de gagner plus de 7000 Euros par mois très facilement.
  • Sourcil : Tout est possible et je trouve les moyens de gagner désormais facilement plus de 7000 Euros par mois.
  • Coin de l’oeil : Tout est possible et je trouve maintenant des moyens honnêtes et faciles de gagner désormais plus de 7000 Euros par mois.
  • Sous l’oeil : Tout est possible et je trouve à présent les moyens de gagner dorénavant plus de 7000 Euros par mois de manière honnête et facile.
  • Sous le nez : Tout est possible et je trouve maintenant les moyens de gagner désormais plus de 7000 Euros par mois très facilement.
  • Creux du menton : Tout est possible et je trouve un moyen honnête et facile de gagner dès maintenant plus de 7000 Euros chaque mois.
  • Clavicule : Tout est possible et je trouve maintenant un moyen facile et agréable de gagner honnêtement plus de 7000 Euros par mois.
  • Sous le bras : Tout est possible et je trouve facilement le moyen de gagner agréablement plus de 7000 Euros par mois très honnêtement.
  • Sous le sein : Tout est possible et je trouve dès maintenant les moyens de gagner honnêtement et facilement plus de 7000 Euros chaque mois de manière constante et agréable.

Tenir le point et prendre une respiration profonde.
 

  • Dessus de la tête : C’est une bonne décision que de vouloir être à l’aise financièrement.
  • Sourcil : Vouloir gagner facilement plus de 7000 Euros par mois est un excellent choix.
  • Coin de l’oeil : J’ai le droit de vouloir m’enrichir financièrement.
  • Sous l’oeil : J’ai le droit de vouloir gagner de l’argent très facilement.
  • Sous le nez : J’ai le droit de conquérir facilement tout l’argent que je veux posséder.
  • Creux du menton : J’ai le droit d’être aussi riche que j’en ai envie.
  • Clavicule : J’ai le droit d’aimer vivre dans le luxe et l’abondance.
  • Sous le bras : J’ai le droit d’avoir plus d’argent que j’en ai besoin pour bien vivre.
  • Sous le sein : J’ai le droit de recevoir continuellement de très grosses sommes d’argent.

Tenir le point et prendre une respiration profonde.

  • Dessus de la tête : Je sais que tout est possible et qu’un miracle peut se produire à tout moment dans ma vie.
  • Sourcil : Je sais maintenant que tout est possible.
  • Coin de l’oeil : Je sais à présent qu’un miracle peut se produire à tout moment.
  • Sous l’oeil : Tout est possible …
  • Sous le nez : et un miracle peut se produire dans ma vie à tout moment.
  • Creux du menton : Je sais que tout est possible.
  • Clavicule : Je sais qu’un miracle peut venir à tout moment transformer ma vie très bénéfiquement.
  • Sous le bras : Je le sais.
  • Sous le sein : Tout est possible et un miracle peut se produire à tout moment dans la vie de chacun.

Tenir le point et prendre une respiration profonde,

  • Protubérance occipitale : Répétez la phrase trois fois en stimulant ce point.
    • « Tout est possible et un miracle peut se produire à tout moment dans ma vie. »
    • « Aujourd’hui, je commence une nouvelle vie. Je souris à la vie et c’est le cœur rempli d’amour, que  je me prépare à accueillir le miracle de ce jour où je nais à nouveau, dans un jardin d’abondance offrant des fruits à tous. »

Tenir le point et prendre une respiration profonde, 
Pensez à boire beaucoup d’eau dans les heures qui suivent.
Ce protocole a été créé et proposé par Sophie Merle qui dirige la Fondation Française EFT.

Les personnes que j’accompagne avec EFT seront peut-être étonnées de constater, que les rondes de tapotements sont réduites. Il s’agit de la technique de base EFT simplifiée, dans laquelle la phase de préparation qui permet de supprimer l’inversion psychologique, se fait en tapotant sur le point karaté, et la gamme de neuf étapes est supprimée.
 
Ce protocole est très efficace, j’y ai juste ajouté le tapotement sur la protubérance occipitale accompagné de phrases constructives que vous pouvez enrichir de vos propres formules. Vous pouvez adapter ce protocole et l’utiliser plusieurs fois par jour.
 
Nos seules limites sont celles que nous nous imposons ; la plupart du temps, par tacite acceptation familiale, culturelle, religieuse, sociétale… Pour dissoudre ces limites, quelle que soit la méthode utilisée,  il peut s’avérer nécessaire de s’en servir régulièrement pour aller balayer la moindre miette de préjugés limitatifs en nous. Alors pensez à tapoter sur tout ce qui ne vous convient plus, cela prend moins de temps et d’énergie que de « ruminer » sur vos soucis, et crée des changements téléchargementprogressifs ou miraculeux en vous et autour de vous.

Afin de vous apporter plus de confort (travail hors ligne, impression), ce protocole vous est proposé en téléchargement libre au format pdf, ICI.
 
Je vous souhaite moult miracles petits et grands dans votre Vie.

Patricia Dieghi
Thérapeute  énergéticienne
EFT – Shamballa MDH – Reiki Usui
 Praticienne & Formatrice

SUR TELOS : Les 7 flammes de Dieu

 

 les 7 flammes de dieu

Je suis Adama et je suis heureux d’être parmi vous aujourd’hui. Il serait salutaire que vous vous concentriez quotidiennement sur les énergies de l’un des sept rayons majeurs qui inondent la planète en provenance du Créateur. L’ensemble de leurs énergies déferle sur la Terre comme jamais auparavant, mais chaque jour, l’un des rayons prédomine.

Travailler avec les sept rayons vous aidera à équilibrer vos sept chakras majeurs et apportera l’harmonie et le mieux-être dans vos vies actuelles. Au cours du processus d’ascension et d’illumination, l’ensemble des sept rayons majeurs et, par la suite l’ajout des cinq autres, devront être équilibrés et maîtrisés afin de progresser vers une plus grande sagesse et vers l’état de maître.

A Télos, nous effectuons un travail plus efficace en amplifiant, dans nos cœurs, nos esprits et nos activités les énergies spécifiques à chaque jour de la semaine. Nous vous invitons à faire de même, et vous serez agréablement surpris de constater à quel point l’amplification des énergies, au jour le jour, vous aidera.

Image de prévisualisation YouTube

Ce texte et cette vidéo sont extraits du livre de Aurélia Louis-Jones, Telos – Protocoles pour la cinquième dimension, Tome III aux éditions Ariane.

Du Guérisseur… à la guérison

3686-photoIntro.panoramic

 

Dhyan Manish, vous proposez une formation de « Guérisseur Authentique » depuis plusieurs années, qu’est-ce qu’un guérisseur authentique ?

Avant de répondre à cette question très importante, il me semble indispensable de préciser ce qu’est la guérison selon ma vision et mon expérience de guérisseur depuis plus de 30 ans. La guérison est la transformation de la maladie et de la souffrance, mais c’est surtout la prise de conscience de sa propre vérité et de son authenticité.

Pour cela nous devons recevoir, reconnaître et accepter nos blessures, nos souffrances et nos conditionnements, c’est-à-dire tout ce qui nous a rendu malade, tout ce qui nous a éloigné de notre propre être intérieur, de notre centre. Recevoir, Reconnaître, Accepter sont les trois premières étapes du processus de guérison. La quatrième étape, c’est la Transformation. Ce processus, je l’ai appelé la « Voie du Cœur ».

La guérison ne vient que de l’intérieur. Elle peut provenir d’une cellule de l’organisme qui se propage à toutes les autres cellules. Lorsque l’être humain devient conscient de son intérieur profond, il libère chaque cellule qui le rendait malade. Se guérir, c’est simplement éliminer tout ce qui ne nous appartient pas et qui nous empêche d’exprimer notre essence propre. Il est inutile d’accuser l’extérieur, les autres et les parents… tout est caché en nous, nous pouvons le regarder et l’exprimer, car maintenant tout nous appartient. Même si le responsable est l’extérieur. La guérison et l’authenticité sont inséparables.

Chaque guérison individuelle apporte la guérison, la transformation à son entourage. La guérison crée l’amour et la paix.
La guérison est la prise de conscience de notre propre être et de son individualité. Elle s’obtient grâce à la relation entre l’existence et nous-même. Elle se réalise par la conscience, séparée du mental et de l’égo.

La guérison, c’est s’abandonner totalement à l’existence, c’est dire oui inconditionnellement aux situations qui perturbent notre vie. Si un malade dit oui totalement à sa maladie c’est déjà une guérison. La « Voie du Cœur » est un chemin de guérison pour arriver à la transformation. La guérison est un acte spirituel envers soi.

« Lorsque vous essayez de faire quelque chose seul, séparés du Tout, c’est un échec. Le succès est en Dieu et avec Dieu. » (Osho) Par Dieu, il faut entendre le principe Créateur, vous pouvez l’appeler l’Existence, l’Energie de vie…

Pour mieux comprendre le processus de la guérison, je vais continuer en répondant à votre question initiale : qu’est ce qu’un « guérisseur authentique », « Authentic Healer » ?

Le guérisseur authentique n’est pas seulement quelqu’un qui connaît et utilise une technique de guérison pour guérir les autres, il est avant tout un homme ou une femme qui a pris le chemin de la rencontre avec son être intérieur pour trouver sa propre guérison. Pour être un guérisseur authentique pour les autres, il est indispensable de suivre la voie de l’autoguérison. Le guérisseur est un être spirituel qui utilise son énergie individuelle pour accompagner l’autre afin qu’il se guérisse par sa propre conscience.

Notre propre guérison nous permet d’être connecté à la vie de tous les jours dans un état de présence, d’écoute, de réceptivité, d’authenticité et d’amour.
Lorsque nous sommes guéris, nous sommes ouverts et réceptifs aux autres et pouvons les recevoir et les aider dans le cœur, pour les accompagner dans leur travail sur eux-mêmes pour leur propre guérison.

Être un guérisseur authentique est un état naturel de l’être humain qui se donne le droit d’être connecté à l’existence. Nous sommes tous des guérisseurs, c’est une qualité humaine. Si vous êtes un professionnel de santé ou désirez le devenir, suivez la voie de la guérison authentique pour être présent à vous-même et en vous-même. Vous deviendrez le guérisseur de votre vie. Alors vous guérirez peut-être les autres simplement par votre présence et par votre nouvel état d’être.

Nous sommes tous des guérisseurs et tous guérissables. Grâce à notre état authentique, notre entourage profite de notre bien-être, notre qualité de vie les attira dans leur propre conscience. Il n’est pas nécessaire d’être professionnel pour être un guérisseur authentique. Le guérisseur est avant tout un état naturel dans la présence, la réceptivité et l’amour. Le guérisseur authentique offre ce qu’il est, il ne peut pas offrir autre chose que cela.

Aider les gens, ce n’est pas obligatoirement agir et faire quelque chose pour eux, il suffit juste d’être présent avec soi-même. Notre nouvel état d’être et la nouvelle qualité de notre vie deviennent un miroir qui attire l’attention de l’enfant intérieur des autres. Le guérisseur authentique crée un parfum qui apporte la guérison aux autres par l’amour.

Le guérisseur n’est pas celui qui guéri mais celui qui aide à la guérison.
Il est parfois nécessaire d’agir rapidement, par des moyens fiables, pour bloquer une maladie, mais il est ensuite indispensable de découvrir le pourquoi de cette maladie. Le médicament, la chirurgie sont des thérapies merveilleuses lorsqu’elles sont utilisées à bon escient. Mais l’expression émotionnelle est indispensable pour accéder à une véritable guérison.Tant qu’il y a des nœuds émotionnels, des kystes émotionnels, qui résident dans nos corps physique, émotionnel et de conscience, l’état de guérison ne peut-être que momentané.

Si la maladie est trop avancée, l’expression émotionnelle aide le malade à moins souffrir, s´ il accepte sa maladie et ses conséquences. Cette prise de conscience va lui permettre de vivre plus dignement. C’est la première phase de la guérison. Il ne s’agit pas d’une soumission, mais bien d’une acceptation, ce qui est totalement différent.

Beaucoup de maladies graves ont été créées par des systèmes de contrôle et des résistances à la vie. Le lâcher-prise est un élément nécessaire pour la guérison. Un des rôles du guérisseur est d’accompagner la personne pour que se lâcher-prise aie lieu. Cet aspect nécessite lui aussi des qualités d’être particulières, qui vont se traduire dans la voix, le mouvement, la créativité du guérisseur.

L’état psychique est aussi important que l’état physique. Le guérisseur authentique permet au malade de redevenir conscient de lui-même et de découvrir le système qui est caché derrière sa maladie, afin de favoriser la guérison.

Le guérisseur authentique, dans son accompagnement, doit-être dans le non vouloir. Plus il sera dans une réelle présence à lui-même, dans un état méditatif, plus il sera en lien avec la nature profonde de son client, avec son mouvement spécifique, plus il pourra l’accompagner sur son chemin de libération et de guérison.

Vous pouvez, s’il vous plaît, nous parler plus précisément de la technique sur laquelle repose l’accompagnement du guérisseur au cours des sessions de guérison ? 
Vous nous avez parlé également des Nœuds émotionnels, ou kyste émotionnel, vous pouvez nous préciser ?

Oui, bien entendu, mais tout d’abord permettez moi d’insister sur le fait que c’est toute la qualité de présence du guérisseur et son authenticité qui permettront à cette technique d’être totalement efficace. La Confiance, la Compassion et l’Amour qui en découlent sont indispensable. Cette technique ou plus exactement ce processus, je l’ai appelé « Energétic Breathing  »

téléchargementEnergetic Breathing est une technique simple et naturelle. Elle peut être même pratiquée par un enfant. Cette technique utilise la respiration diaphragmatique profonde et consciente pour retrouver son être originelle, authentique.
Energetic Breathing est un processus naturel pour prendre conscience des émotions réprimées et permettre à celles-ci de s’exprimer pour libérer notre être.

Toutes les techniques de respiration sont indispensables pour retrouver son être originel. Mais la technique Energetic Breathing® est certainement la plus efficace, la plus juste et la plus puissante car elle touche directement les problèmes et va directement à l´essentiel.

Energetic Breathing agit dans tous les corps et possède plusieurs qualités et plusieurs fonctions :

  1. Psychique : nettoyer des émotions réprimées par l’expression
  2. Physique : retrouver la santé et un équilibre métabolique par la déméthylisation
  3. Spirituelle : découvrir la méditation par la relaxation profonde
  4. Existentielle : découvrir une dimension au-delà des frontières du mental par la conscience

1. Psychique : L’expression émotionnelle est aussi importante que les sens.
Pour information les émotions sont : le rire, les pleurs, la colère, le bien-être, le plaisir, la souffrance, la joie, la tristesse, la peur… Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions. Il y a simplement des émotions, elles sont une partie intégrante à l’être humain.
Depuis la naissance l’enfant exprime ses émotions naturellement. Déjà fétus il les exprimait. Les émotions non exprimées créent un dérèglement dans le corps physique et psychique. Cette anomalie perturbe le corps donc forme des blessures. Ces blessures créent la maladie physique et psychique.
La technique Energetic Breathing aide à libérer les émotions et à retrouver son énergie émotionnelle.
Par exemple : Quand un computer est charger par des virus, des chevaux de Troyes, il faut le nettoyer pour qu’il fonctionne avec sa qualité première. Pour que notre corps fonctionne il faut nettoyer notre mental, notre psychique de toutes les infections et les traumas reçus dans notre vie.
Il n’y a pas de guérison sans expressions émotionnelles.

2. Physique : Les stress, les angoisses et les émotions réprimées forment des groupes de méthyles qui bloquent le transfert des gènes sur la RNA.C’est ce que j’appelle aussi kystes émotionnels.
La méthylisation réduit les gènes au silence. Un choc ou un stress physique peut provoquer un phénomène chimique que l’on appelle méthylisation. Marqués par des molécules des méthyles (CH3) certains gènes ne peuvent plus se transmettre sur la RNA ce qui crée des problèmes car ils sont souvent des régulateurs du stress. Mais ce blocage est réversible grâce à Energetic Breathing.

Energetic Breathing fait disparaître les marquages des méthyles sur la RNA et les gènes peuvent s’exprimer à nouveau. De ce fait les cellules retrouvent leurs activités, le corps physique guérit et les maladies et les symptômes peuvent alors disparaître.

3. Spirituelle : La société moderne est tellement obsédée par l’extérieur que nous sommes depuis notre enfance conditionnés par l’extérieur. Ce n’est pas la nature de l’être humain. L’être humain est créé pour être au centre, à l’intérieur, et être en relation avec le monde extérieur depuis ce centre.
Energetic Breathing permet de découvrir son être profond par une respiration douce, profonde qui permet de se détendre et de découvrir l’espace de la relaxation et l’état méditatif. Cet état méditatif a des influences très bénéfiques sur le corps physique.

4. Existentielle : Energetic Breathing® permet – après s’être débarrassé des obstacles physiques et mentales – de découvrir un monde au-delà du mental et de l’égo. Libéré de toutes informations, de tous conditionnements, cet espace intuitif permet de créer, d’inventer, de découvrir un monde nouveau qui n’a jamais été explorer par le rationnel. Cela s’appelle le monde astral.
Imagine tous les gens.… John Lennon

Pour en revenir au rôle du guérisseur, celui-ci accompagne son client dans cette respiration spécifique. L’hyperventilation qui se crée conduit à l’hyper-oxygénation. Avec la présence méditative du guérisseur, l’énergie se propage dans tout le corps et, après un temps indéterminé, les blocages, les traumas, les peurs, les angoisses, les émotions réprimées dans le corps depuis très longtemps commencent à ressurgir.

L’expression émotionnelle peut varier considérablement et provoquer des réactions différentes dans le corps (rire, douleur, pleurs, bien-être, plaisir, cris, colère …), en fonction notamment du contrôle ou du lâcher mental du client.

Le guérisseur accompagne le client dans l’expression de ses émotions mais il ne le dirige pas. Il l’accompagne afin que celui-ci, ne contrôle pas ses émotions, ne les réprime pas, et ne s’identifie pas non plus à celles-ci. Les émotions doivent s’exprimer totalement et librement. Plus les émotions sont exprimées, plus la respiration devient ample et le client commence à sentir une libération. Il va progressivement se désidentifier de celles-ci et va sentir de plus en plus un état d’harmonie intérieure et d’unité avec son propre être dans une paix profonde, un espace dans lequel les problèmes peuvent se transformer.

La session se conclue par un échange verbal, toujours dans une réelle présence. Cet échange permet de faire un retour (feed-back), un résumé de ce que le client a vécu et de ce que le guérisseur a ressenti. Avant de se quitter, le hug est indispensable.

Vous pouvez nous dire quelques mots sur la formation de « Guérisseur Authentique », Energetic Breathing ?

La formation de « Guérisseur Authentic » est ouverte à toutes et à tous. Chaque année, j’organise des cycles de formation en France, en Italie et en Allemagne.

Il s’agit d’une formation axée sur l’expérimentation consciente où chaque participant est à la fois invité à vivre un véritable chemin de transformation et de guérison, tout en ayant accès à l’ensemble du programme Energetic Breathing®. Au cours de la formation, les participants découvrent et expérimentent aussi un ensemble de clés et de pratiques du Training la Voie du Cœur et de la Transformation, sans oublier les techniques de méditation actives qui sont pratiquées quotidiennement et qui font partie intégrante de l’enseignement. Nous abordons, en effet, de nombreux thèmes tels que : l’attachement, la manipulation, les conditionnements, les manques, les relations, la relation de couple, le mental et l’égo, l’Amour, la sexualité….

Au cours de ces cycles de formation, nous accueillons également les personnes intéressées qui veulent recevoir des sessions individuelles de guérison, expérimenter cette technique et cette approche de la guérison ou qui souhaitent découvrir le programme en vue de suivre cette formation.

Aujourd’hui, il y a plusieurs praticiens confirmés, en France et à l’étranger. Ceux qui souhaitent avoir des informations complémentaires sur le programme Energetic Breathing®, sur les sessions individuelles, ou sur le réseau de praticiens peuvent nous contacter directement à l’Espace Healing. Charam se fera un plaisir de leur répondre.

Manish, j’aimerais que vous nous parliez de votre parcours personnel de guérisseur ?

J’ai expérimenté le monde de l’ésotérisme pendant plusieurs années et en 1981 à la suite d’une expérience initiatique très forte, je me suis retrouvé en communion avec le Divin, plus tard, j’ai appris que cela s’appelait Satori. A la suite de cette expérience, la vision de l’aura m’a été offerte. Après plusieurs mois de pratique, j’ai pu maîtriser ma vision de l’aura, la comprendre, la connaître et l’utiliser. C’est une connaissance totalement personnelle, en connexion directe avec mon être intérieur. 

Aujourd’hui, ma capacité de voir l’aura est plus précise, plus affinée et je l’utilise dans mon travail de guérison et de thérapie. 
Ma rencontre avec Osho en 1988 a été un grand changement dans ma vie. Il m’a reconnu comme guérisseur authentique et m’a proposé le département de la guérison dans son ashram à Puna. J’ai décliné cette invitation pour créer un centre de guérison en France, « le centre de méditation Osho – la chêneraie » à Orange, puis l’« Espace Healing » à Comps en Provence.

La parole que m’a offerte personnellement Osho : « Guérisseur, guéris-toi toi-même » est devenue le fondement de mon enseignement et est au cœur de mon chemin spirituel et professionnel. La guérison de soi-même est la plus importante pour devenir un guérisseur et transformer les techniques thérapeutiques auxquelles ont se forme. Une petite technique peut être valorisée par un bon technicien, une grande technique peut être détruite par un mauvais technicien.

Je propose depuis 34 ans des sessions individuelles, des stages de développement personnel et de guérison, des satsangs et, surtout, un cursus de formation de guérisseur authentique, « Authentic Healer® », en France, en Allemagne et en Italie. Cette technique permet principalement de se guérir et de guérir les autres. Depuis de nombreuses années, j’anime des conférences et des soirées à thème en France et à l’étranger.

Aujourd’hui, je poursuis bien entendu mon propre chemin de développement personnel et spirituel pour que le monde soit plus conscient et plus beau, quand je quitterai mon corps, que lorsque je suis venu sur cette terre en 1948.
Osho m’a guidé et me guide toujours sur mon chemin spirituel et dans mon travail avec l’être humain.

Charam anime les week-ends de méditation au centre Espace Healing, il y en a presque un par mois (voir le programme sur le site web), c’est l’occasion de pratiquer les fameuses méditations actives d’Osho ? 

Oui, cela fait partie des activités que propose Charam au sein de l’Espace Healing. L’accès à l’espace de méditation est aujourd’hui devenu indispensable pour faire face au stress qui ne cesse d’augmenter dans notre monde moderne. Mais, c’est aussi la voie pour permettre à chacun d’accéder à son centre intérieur, à sa vérité libre de tous conditionnements, à l’expression naturel de son Etre. C’est là, dans cet espace de méditation, que nous pouvons nous relier à nos ressources essentielles et à notre créativité pour accomplir la Promesse qui nous habite. C’est la vision que partage Charam. Il anime des groupes de méditation depuis plusieurs années. Les méditations d’Osho et les pratiques associées représentent, aujourd’hui, pour lui, la clé qui permet d’entrer dans cet espace et d’arriver ainsi à l’Etat de méditation.

Pour accéder à notre centre intérieur, pour nous reconnecter au Soi profond, nous avons besoin de lâcher nos tensions et de nous libérer de l’agitation du mental. Dans notre monde moderne, le cerveau est très fortement sollicité. Il est stimulé par une surabondance d’informations et de sollicitations en tout genre, provenant du monde extérieur. Il est prédominant au point d’être devenu le centre de la personnalité humaine, générant ainsi de nouvelles tensions. L’Homme est ainsi de plus en plus éloigné de son Centre Intérieur, enchaîné au pouvoir du mental, et les pratiques traditionnelles de méditation ne sont plus adaptées.

Les Méditations actives d’Osho ont été conçues scientifiquement afin de nous aider à lâcher d’une manière consciente les répressions accumulées au fond de notre Etre, de nous libérer de nos conditionnements et ainsi de pouvoir ensuite goûter à l’état relaxé de la méditation.
Ces méditations sont utilisées dans le monde entier. Elles nous conduisent à explorer et aller toujours plus profondément à l’intérieur de nous-mêmes, afin de nous rapprocher de plus en plus de notre Etre authentique; cette approche élimine la dépendance à une autorité extérieure et la filiation à une quelconque idéologie. Elles nous permettent simplement, dans un esprit ludique, de revenir en conscience au bonheur de Vivre.

Vous être un des fondateurs du très beau centre Espace Healing dans la Drôme Provençale (à 30 Kms à l’est de Montélimar près de Dieulefit), c’est je crois le seul centre de méditation Osho en France mais c’est aussi un lieu ouvert à toutes les personnes de toutes tendances spirituelles qui désirent se transformer pour créer une meilleure humanité. J’ai appris que toute l’équipe de l’Espace Healing et quelques amis, ont constitué un groupe de projet afin d’écrire une nouvelle page de l’histoire du Centre, pouvez-nous en dire quelques mots ?

Merci de me poser cette question. En effet, parfois les informations qui circulent, peuvent-être erronées. Tout d’abord, il n’y a rien de plus permanent que le changement, et il est donc bien naturel que l’Espace Healing se transforme, évolue tant dans son organisation que dans les activités proposées. La vocation de l’Espace Healing tant qu’à elle ne change pas : offrir à tous ceux qui le souhaite un lieu d’accueil, de ressourcement, de méditation et de guérison d’une part, et un ensemble d’activités, de programmes de formation et d’accompagnement pour permettre à chacun et à chacune d’accéder à l’expression de leur Etre dans son authenticité. Cette vocation est toujours dans la mouvance d’Osho.

Pour en venir plus précisément au projet de l’Espace Healing, celui-ci comporte deux volets. L’un concerne le site, l’autre les activités du Centre. Sur ce dernier point, compte tenu de la vocation de l’Espace Healing, il est bien naturel de toujours essayer d’évoluer et d’apporter des énergies et des idées nouvelles. Une équipe s’est constituée pour élaborer et mettre en place de nouvelles activités et en améliorer certaines qui existent déjà. Ce projet a aussi pour objectif de repenser l’organisation générale de l’Espace Healing, en y associant de nouvelles personnes et de nouvelles compétences. Ce dernier point est d’ailleurs la priorité des priorités dans le sens où pour ma part, je souhaite me consacrer totalement au cœur de mon métier.

Des sannyasins, des personnes qui ont fréquentés et fréquentent ce lieu, des amis, souhaitent participer à ce projet, selon une même motivation et des valeurs communes, 
L’idée générale est de redonner un nouvel élan à l’Espace Healing, pour participer d’une manière encore plus active à ce qui nous tient à cœur au sein de l’équipe.

téléchargement (1)Ensuite, par rapport au site, un des associés de la SCI, souhaite revendre toutes ou partie de ses parts. Il nous faut donc trouver des acquéreurs pour celles-ci et l’idée est de pouvoir en profiter pour associer là aussi de nouvelles personnes à ce projet collectif. Il s’agit donc d’un placement financier qui est proposé dans le cadre de l’achat de parts au sein de la SCI. La différence, avec certains placements c’est qu’il offre en même temps l’intérêt de participer à un beau projet de développement de la conscience pour un monde meilleur.

Comme chaque année, il y aura encore cette année le festival de méditation d’été (du 10 au 14 juillet) avec le talentueux groupe Prem Joshua et ses mélodies envoutantes inspirées des mantras indiens.
C’est une grande chance d’avoir ce musicien et ce groupe en France, vous connaissez ce groupe personnellement, pouvez-nous en dire quelques mots ?

Depuis plusieurs années, Prem Joshua et ses musiciens viennent nous offrir un festival de méditation qui permet grâce à la musique d’aller plus profondément à l’intérieur et de retrouver ainsi notre véritable silence. Prem Joshua est un musicien célèbre dans le monde et principalement en Inde. Il a été reconnu par Ravi Shankar pour sa maîtrise de la Cithare. C’est une chance extraordinaire pendant ces 5 jours du festival, de côtoyer intiment ce grand artiste. Le festival d’été est un espace de rencontre, de partage, de célébration, où chacun peut d découvrir de nouvelles pratiques dans un esprit convivial, d’ouverture et de méditation.

L’Espace Healing propose à tous ceux qui le souhaitent différentes formules de séjours. Grâce à un accueil convivial, authentique, et une écoute attentive, chacun peut se ressourcer, vivre une expérience enrichissante, être accompagner dans son questionnement, découvrir et pratiquer la méditation, recevoir des soins de guérison, échanger à partir de l’expérience de chacun.

POUR EN SAVOIR PLUS
www.dhyanmanish.com 
www.espacehealing@orange.fr

Publié dans:GUERISON |on 1 juin, 2015 |Pas de commentaires »

Nous sommes tous des guérisseurs qui s’ignorent

 

Interview

telechargement-12Dhyan Manish, vous proposez une formation de « Guérisseur Authentique » depuis plusieurs années, qu’est-ce qu’un guérisseur authentique ?

Avant de répondre à cette question très importante, il me semble indispensable de préciser ce qu’est la guérison selon ma vision et mon expérience de guérisseur depuis plus de 30 ans.
La guérison est la transformation de la maladie et de la souffrance, mais c’est surtout la prise de conscience de sa propre vérité et de son authenticité.

Pour cela nous devons recevoir, reconnaître et accepter nos blessures, nos souffrances et nos conditionnements, c’est-à-dire tout ce qui nous a rendu malade, tout ce qui nous a éloigné de notre propre être intérieur, de notre centre. Recevoir, Reconnaître, Accepter sont les trois premières étapes du processus de guérison. La quatrième étape, c’est la Transformation. Ce processus, je l’ai appelé la « Voie du Cœur ».

La guérison ne vient que de l’intérieur. Elle peut provenir d’une cellule de l’organisme qui se propage à toutes les autres cellules. Lorsque l’être humain devient conscient de son intérieur profond, il libère chaque cellule qui le rendait malade. Se guérir, c’est simplement éliminer tout ce qui ne nous appartient pas et qui nous empêche d’exprimer notre essence propre. Il est inutile d’accuser l’extérieur, les autres et les parents… tout est caché en nous, nous pouvons le regarder et l’exprimer, car maintenant tout nous appartient. Même si le responsable est l’extérieur. La guérison et l’authenticité sont inséparables.

Chaque guérison individuelle apporte la guérison, la transformation à son entourage. La guérison crée l’amour et la paix.
La guérison est la prise de conscience de notre propre être et de son individualité. Elle s’obtient grâce à la relation entre l’existence et nous-même. Elle se réalise par la conscience, séparée du mental et de l’égo.

La guérison, c’est s’abandonner totalement à l’existence, c’est dire oui inconditionnellement aux situations qui perturbent notre vie. Si un malade dit oui totalement à sa maladie c’est déjà une guérison. La « Voie du Cœur » est un chemin de guérison pour arriver à la transformation. La guérison est un acte spirituel envers soi.

« Lorsque vous essayez de faire quelque chose seul, séparés du Tout, c’est un échec. Le succès est en Dieu et avec Dieu. » (Osho) Par Dieu, il faut entendre le principe Créateur, vous pouvez l’appeler l’Existence, l’Energie de vie…

Pour mieux comprendre le processus de la guérison, je vais continuer en répondant à votre question initiale : qu’est ce qu’un « guérisseur authentique », « Authentic Healer » ?

Le guérisseur authentique n’est pas seulement quelqu’un qui connaît et utilise une technique de guérison pour guérir les autres, il est avant tout un homme ou une femme qui a pris le chemin de la rencontre avec son être intérieur pour trouver sa propre guérison. Pour être un guérisseur authentique pour les autres, il est indispensable de suivre la voie de l’autoguérison. Le guérisseur est un être spirituel qui utilise son énergie individuelle pour accompagner l’autre afin qu’il se guérisse par sa propre conscience.

Notre propre guérison nous permet d’être connecté à la vie de tous les jours dans un état de présence, d’écoute, de réceptivité, d’authenticité et d’amour.
Lorsque nous sommes guéris, nous sommes ouverts et réceptifs aux autres et pouvons les recevoir et les aider dans le cœur, pour les accompagner dans leur travail sur eux-mêmes pour leur propre guérison.

Être un guérisseur authentique est un état naturel de l’être humain qui se donne le droit d’être connecté à l’existence. Nous sommes tous des guérisseurs, c’est une qualité humaine.
Si vous êtes un professionnel de santé ou désirez le devenir, suivez la voie de la guérison authentique pour être présent à vous-même et en vous-même. Vous deviendrez le guérisseur de votre vie. Alors vous guérirez peut-être les autres simplement par votre présence et par votre nouvel état d’être.

Nous sommes tous des guérisseurs et tous guérissables. Grâce à notre état authentique, notre entourage profite de notre bien-être, notre qualité de vie les attira dans leur propre conscience. Il n’est pas nécessaire d’être professionnel pour être un guérisseur authentique. Le guérisseur est avant tout un état naturel dans la présence, la réceptivité et l’amour. Le guérisseur authentique offre ce qu’il est, il ne peut pas offrir autre chose que cela.

Aider les gens, ce n’est pas obligatoirement agir et faire quelque chose pour eux, il suffit juste d’être présent avec soi-même. Notre nouvel état d’être et la nouvelle qualité de notre vie deviennent un miroir qui attire l’attention de l’enfant intérieur des autres. Le guérisseur authentique crée un parfum qui apporte la guérison aux autres par l’amour.

Le guérisseur n’est pas celui qui guéri mais celui qui aide à la guérison.
Il est parfois nécessaire d’agir rapidement, par des moyens fiables, pour bloquer une maladie, mais il est ensuite indispensable de découvrir le pourquoi de cette maladie. Le médicament, la chirurgie sont des thérapies merveilleuses lorsqu’elles sont utilisées à bon escient. Mais l’expression émotionnelle est indispensable pour accéder à une véritable guérison.Tant qu’il y a des nœuds émotionnels, des kystes émotionnels, qui résident dans nos corps physique, émotionnel et de conscience, l’état de guérison ne peut-être que momentané.

Si la maladie est trop avancée, l’expression émotionnelle aide le malade à moins souffrir, s´ il accepte sa maladie et ses conséquences. Cette prise de conscience va lui permettre de vivre plus dignement. C’est la première phase de la guérison. Il ne s’agit pas d’une soumission, mais bien d’une acceptation, ce qui est totalement différent.

Beaucoup de maladies graves ont été créées par des systèmes de contrôle et des résistances à la vie. Le lâcher-prise est un élément nécessaire pour la guérison. Un des rôles du guérisseur est d’accompagner la personne pour que se lâcher-prise aie lieu. Cet aspect nécessite lui aussi des qualités d’être particulières, qui vont se traduire dans la voix, le mouvement, la créativité du guérisseur.

L’état psychique est aussi important que l’état physique. Le guérisseur authentique permet au malade de redevenir conscient de lui-même et de découvrir le système qui est caché derrière sa maladie, afin de favoriser la guérison.

Le guérisseur authentique, dans son accompagnement, doit-être dans le non vouloir. Plus il sera dans une réelle présence à lui-même, dans un état méditatif, plus il sera en lien avec la nature profonde de son client, avec son mouvement spécifique, plus il pourra l’accompagner sur son chemin de libération et de guérison.

Vous pouvez, s’il vous plaît, nous parler plus précisément de la technique sur laquelle repose l’accompagnement du guérisseur au cours des sessions de guérison ?
Vous nous avez parlé également des Nœuds émotionnels, ou kyste émotionnel, vous pouvez nous préciser ?

Oui, bien entendu, mais tout d’abord permettez moi d’insister sur le fait que c’est toute la qualité de présence du guérisseur et son authenticité qui permettront à cette technique d’être totalement efficace. La Confiance, la Compassion et l’Amour qui en découlent sont indispensable. Cette technique ou plus exactement ce processus, je l’ai appelé « Energétic Breathing ® »

Energetic Breathing est une technique simple et naturelle. Elle peut être même pratiquée par un enfant. Cette technique utilise la respiration diaphragmatique profonde et consciente pour retrouver son être originelle, authentique.
Energetic Breathing est un processus naturel pour prendre conscience des émotions réprimées et permettre à celles-ci de s’exprimer pour libérer notre être.

Toutes les techniques de respiration sont indispensables pour retrouver son être originel. Mais la technique Energetic Breathing est certainement la plus efficace, la plus juste et la plus puissante car elle touche directement les problèmes et va directement à l´essentiel.

Energetic Breathing agit dans tous les corps et possède plusieurs qualités et plusieurs fonctions :

  1. Psychique : nettoyer des émotions réprimées par l’expression
  2. Physique : retrouver la santé et un équilibre métabolique par la déméthylisation
  3. Spirituelle : découvrir la méditation par la relaxation profonde
  4. Existentielle : découvrir une dimension au-delà des frontières du mental par la conscience

1. Psychique : L’expression émotionnelle est aussi importante que les sens.
Pour information les émotions sont : le rire, les pleurs, la colère, le bien-être, le plaisir, la souffrance, la joie, la tristesse, la peur… Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises émotions. Il y a simplement des émotions, elles sont une partie intégrante à l’être humain.
Depuis la naissance l’enfant exprime ses émotions naturellement. Déjà fétus il les exprimait. Les émotions non exprimées créent un dérèglement dans le corps physique et psychique. Cette anomalie perturbe le corps donc forme des blessures. Ces blessures créent la maladie physique et psychique.

La technique Energetic Breathing aide à libérer les émotions et à retrouver son énergie émotionnelle.
Par exemple : Quand un computer est charger par des virus, des chevaux de Troyes, il faut le nettoyer pour qu’il fonctionne avec sa qualité première. Pour que notre corps fonctionne il faut nettoyer notre mental, notre psychique de toutes les infections et les traumas reçus dans notre vie.
Il n’y a pas de guérison sans expressions émotionnelles.

2. Physique : Les stress, les angoisses et les émotions réprimées forment des groupes de méthyles qui bloquent le transfert des gènes sur la RNA.C’est ce que j’appelle aussi kystes émotionnels.
La méthylisation réduit les gènes au silence. Un choc ou un stress physique peut provoquer un phénomène chimique que l’on appelle méthylisation. Marqués par des molécules des méthyles (CH3) certains gènes ne peuvent plus se transmettre sur la RNA ce qui crée des problèmes car ils sont souvent des régulateurs du stress. Mais ce blocage est réversible grâce à Energetic Breathing.

Energetic Breathing fait disparaître les marquages des méthyles sur la RNA et les gènes peuvent s’exprimer à nouveau. De ce fait les cellules retrouvent leurs activités, le corps physique guérit et les maladies et les symptômes peuvent alors disparaître.

3. Spirituelle : La société moderne est tellement obsédée par l’extérieur que nous sommes depuis notre enfance conditionnés par l’extérieur. Ce n’est pas la nature de l’être humain. L’être humain est créé pour être au centre, à l’intérieur, et être en relation avec le monde extérieur depuis ce centre.
Energetic Breathing® permet de découvrir son être profond par une respiration douce, profonde qui permet de se détendre et de découvrir l’espace de la relaxation et l’état méditatif. Cet état méditatif a des influences très bénéfiques sur le corps physique.

4. Existentielle : Energetic Breathing permet – après s’être débarrassé des obstacles physiques et mentales – de découvrir un monde au-delà du mental et de l’égo. Libéré de toutes informations, de tous conditionnements, cet espace intuitif permet de créer, d’inventer, de découvrir un monde nouveau qui n’a jamais été explorer par le rationnel. Cela s’appelle le monde astral.
Imagine tous les gens.… John Lennon

Pour en revenir au rôle du guérisseur, celui-ci accompagne son client dans cette respiration spécifique. L’hyperventilation qui se crée conduit à l’hyper-oxygénation. Avec la présence méditative du guérisseur, l’énergie se propage dans tout le corps et, après un temps indéterminé, les blocages, les traumas, les peurs, les angoisses, les émotions réprimées dans le corps depuis très longtemps commencent à ressurgir.

L’expression émotionnelle peut varier considérablement et provoquer des réactions différentes dans le corps (rire, douleur, pleurs, bien-être, plaisir, cris, colère …), en fonction notamment du contrôle ou du lâcher mental du client.

Le guérisseur accompagne le client dans l’expression de ses émotions mais il ne le dirige pas. Il l’accompagne afin que celui-ci, ne contrôle pas ses émotions, ne les réprime pas, et ne s’identifie pas non plus à celles-ci. Les émotions doivent s’exprimer totalement et librement. Plus les émotions sont exprimées, plus la respiration devient ample et le client commence à sentir une libération. Il va progressivement se désidentifier de celles-ci et va sentir de plus en plus un état d’harmonie intérieure et d’unité avec son propre être dans une paix profonde, un espace dans lequel les problèmes peuvent se transformer.

La session se conclue par un échange verbal, toujours dans une réelle présence. Cet échange permet de faire un retour (feed-back), un résumé de ce que le client a vécu et de ce que le guérisseur a ressenti. Avant de se quitter, le hug est indispensable.

Vous pouvez nous dire quelques mots sur la formation de « Guérisseur Authentique », Energetic Breathing ?

ego10La formation de « Guérisseur Authentic » est ouverte à toutes et à tous. Chaque année, j’organise des cycles de formation en France, en Italie et en Allemagne.

Il s’agit d’une formation axée sur l’expérimentation consciente où chaque participant est à la fois invité à vivre un véritable chemin de transformation et de guérison, tout en ayant accès à l’ensemble du programme Energetic Breathing. Au cours de la formation, les participants découvrent et expérimentent aussi un ensemble de clés et de pratiques du Training la Voie du Cœur et de la Transformation, sans oublier les techniques de méditation actives qui sont pratiquées quotidiennement et qui font partie intégrante de l’enseignement. Nous abordons, en effet, de nombreux thèmes tels que : l’attachement, la manipulation, les conditionnements, les manques, les relations, la relation de couple, le mental et l’égo, l’Amour, la sexualité….

Au cours de ces cycles de formation, nous accueillons également les personnes intéressées qui veulent recevoir des sessions individuelles de guérison, expérimenter cette technique et cette approche de la guérison ou qui souhaitent découvrir le programme en vue de suivre cette formation.

Aujourd’hui, il y a plusieurs praticiens confirmés, en France et à l’étranger. Ceux qui souhaitent avoir des informations complémentaires sur le programme Energetic Breathing, sur les sessions individuelles, ou sur le réseau de praticiens peuvent nous contacter directement à l’Espace Healing. Charam se fera un plaisir de leur répondre.

Manish, j’aimerais que vous nous parliez de votre parcours personnel de guérisseur ?

J’ai expérimenté le monde de l’ésotérisme pendant plusieurs années et en 1981 à la suite d’une expérience initiatique très forte, je me suis retrouvé en communion avec le Divin, plus tard, j’ai appris que cela s’appelait Satori. A la suite de cette expérience, la vision de l’aura m’a été offerte. Après plusieurs mois de pratique, j’ai pu maîtriser ma vision de l’aura, la comprendre, la connaître et l’utiliser. C’est une connaissance totalement personnelle, en connexion directe avec mon être intérieur. 

Aujourd’hui, ma capacité de voir l’aura est plus précise, plus affinée et je l’utilise dans mon travail de guérison et de thérapie. 
Ma rencontre avec Osho en 1988 a été un grand changement dans ma vie. Il m’a reconnu comme guérisseur authentique et m’a proposé le département de la guérison dans son ashram à Puna. J’ai décliné cette invitation pour créer un centre de guérison en France, « le centre de méditation Osho – la chêneraie » à Orange, puis l’« Espace Healing » à Comps en Provence.

La parole que m’a offerte personnellement Osho : « Guérisseur, guéris-toi toi-même » est devenue le fondement de mon enseignement et est au cœur de mon chemin spirituel et professionnel. La guérison de soi-même est la plus importante pour devenir un guérisseur et transformer les techniques thérapeutiques auxquelles ont se forme. Une petite technique peut être valorisée par un bon technicien, une grande technique peut être détruite par un mauvais technicien.

Je propose depuis 34 ans des sessions individuelles, des stages de développement personnel et de guérison, des satsangs et, surtout, un cursus de formation de guérisseur authentique, « Authentic Healer® », en France, en Allemagne et en Italie. Cette technique permet principalement de se guérir et de guérir les autres. Depuis de nombreuses années, j’anime des conférences et des soirées à thème en France et à l’étranger.

Aujourd’hui, je poursuis bien entendu mon propre chemin de développement personnel et spirituel pour que le monde soit plus conscient et plus beau, quand je quitterai mon corps, que lorsque je suis venu sur cette terre en 1948.
Osho m’a guidé et me guide toujours sur mon chemin spirituel et dans mon travail avec l’être humain.

Charam anime les week-ends de méditation au centre Espace Healing, il y en a presque un par mois (voir le programme sur le site web), c’est l’occasion de pratiquer les fameuses méditations actives d’Osho ? 

Oui, cela fait partie des activités que propose Charam au sein de l’Espace Healing. L’accès à l’espace de méditation est aujourd’hui devenu indispensable pour faire face au stress qui ne cesse d’augmenter dans notre monde moderne. Mais, c’est aussi la voie pour permettre à chacun d’accéder à son centre intérieur, à sa vérité libre de tous conditionnements, à l’expression naturel de son Etre. C’est là, dans cet espace de méditation, que nous pouvons nous relier à nos ressources essentielles et à notre créativité pour accomplir la Promesse qui nous habite. C’est la vision que partage Charam. Il anime des groupes de méditation depuis plusieurs années. Les méditations d’Osho et les pratiques associées représentent, aujourd’hui, pour lui, la clé qui permet d’entrer dans cet espace et d’arriver ainsi à l’Etat de méditation.

Pour accéder à notre centre intérieur, pour nous reconnecter au Soi profond, nous avons besoin de lâcher nos tensions et de nous libérer de l’agitation du mental. Dans notre monde moderne, le cerveau est très fortement sollicité. Il est stimulé par une surabondance d’informations et de sollicitations en tout genre, provenant du monde extérieur. Il est prédominant au point d’être devenu le centre de la personnalité humaine, générant ainsi de nouvelles tensions. L’Homme est ainsi de plus en plus éloigné de son Centre Intérieur, enchaîné au pouvoir du mental, et les pratiques traditionnelles de méditation ne sont plus adaptées.

Les Méditations actives d’Osho ont été conçues scientifiquement afin de nous aider à lâcher d’une manière consciente les répressions accumulées au fond de notre Etre, de nous libérer de nos conditionnements et ainsi de pouvoir ensuite goûter à l’état relaxé de la méditation.
Ces méditations sont utilisées dans le monde entier. Elles nous conduisent à explorer et aller toujours plus profondément à l’intérieur de nous-mêmes, afin de nous rapprocher de plus en plus de notre Etre authentique; cette approche élimine la dépendance à une autorité extérieure et la filiation à une quelconque idéologie. Elles nous permettent simplement, dans un esprit ludique, de revenir en conscience au bonheur de Vivre.

Vous être un des fondateurs du très beau centre Espace Healing dans la Drôme Provençale (à 30 Kms à l’est de Montélimar près de Dieulefit), c’est je crois le seul centre de méditation Osho en France mais c’est aussi un lieu ouvert à toutes les personnes de toutes tendances spirituelles qui désirent se transformer pour créer une meilleure humanité. J’ai appris que toute l’équipe de l’Espace Healing et quelques amis, ont constitué un groupe de projet afin d’écrire une nouvelle page de l’histoire du Centre, pouvez-nous en dire quelques mots ?

Merci de me poser cette question. En effet, parfois les informations qui circulent, peuvent-être erronées. Tout d’abord, il n’y a rien de plus permanent que le changement, et il est donc bien naturel que l’Espace Healing se transforme, évolue tant dans son organisation que dans les activités proposées. La vocation de l’Espace Healing tant qu’à elle ne change pas : offrir à tous ceux qui le souhaite un lieu d’accueil, de ressourcement, de méditation et de guérison d’une part, et un ensemble d’activités, de programmes de formation et d’accompagnement pour permettre à chacun et à chacune d’accéder à l’expression de leur Etre dans son authenticité. Cette vocation est toujours dans la mouvance d’Osho.

Pour en venir plus précisément au projet de l’Espace Healing, celui-ci comporte deux volets. L’un concerne le site, l’autre les activités du Centre. Sur ce dernier point, compte tenu de la vocation de l’Espace Healing, il est bien naturel de toujours essayer d’évoluer et d’apporter des énergies et des idées nouvelles. Une équipe s’est constituée pour élaborer et mettre en place de nouvelles activités et en améliorer certaines qui existent déjà. Ce projet a aussi pour objectif de repenser l’organisation générale de l’Espace Healing, en y associant de nouvelles personnes et de nouvelles compétences. Ce dernier point est d’ailleurs la priorité des priorités dans le sens où pour ma part, je souhaite me consacrer totalement au cœur de mon métier.

Des sannyasins, des personnes qui ont fréquentés et fréquentent ce lieu, des amis, souhaitent participer à ce projet, selon une même motivation et des valeurs communes, 
L’idée générale est de redonner un nouvel élan à l’Espace Healing, pour participer d’une manière encore plus active à ce qui nous tient à cœur au sein de l’équipe.

Ensuite, par rapport au site, un des associés de la SCI, souhaite revendre toutes ou partie de ses parts. Il nous faut donc trouver des acquéreurs pour celles-ci et l’idée est de pouvoir en profiter pour associer là aussi de nouvelles personnes à ce projet collectif. Il s’agit donc d’un placement financier qui est proposé dans le cadre de l’achat de parts au sein de la SCI. La différence, avec certains placements c’est qu’il offre en même temps l’intérêt de participer à un beau projet de développement de la conscience pour un monde meilleur.

Comme chaque année, il y aura encore cette année le festival de méditation d’été (du 10 au 14 juillet) avec le talentueux groupe Prem Joshua et ses mélodies envoutantes inspirées des mantras indiens.
C’est une grande chance d’avoir ce musicien et ce groupe en France, vous connaissez ce groupe personnellement, pouvez-nous en dire quelques mots ?

téléchargementDepuis plusieurs années, Prem Joshua et ses musiciens viennent nous offrir un festival de méditation qui permet grâce à la musique d’aller plus profondément à l’intérieur et de retrouver ainsi notre véritable silence. Prem Joshua est un musicien célèbre dans le monde et principalement en Inde. Il a été reconnu par Ravi Shankar pour sa maîtrise de la Cithare. C’est une chance extraordinaire pendant ces 5 jours du festival, de côtoyer intiment ce grand artiste. Le festival d’été est un espace de rencontre, de partage, de célébration, où chacun peut d découvrir de nouvelles pratiques dans un esprit convivial, d’ouverture et de méditation.

L’Espace Healing propose à tous ceux qui le souhaitent différentes formules de séjours. Grâce à un accueil convivial, authentique, et une écoute attentive, chacun peut se ressourcer, vivre une expérience enrichissante, être accompagner dans son questionnement, découvrir et pratiquer la méditation, recevoir des soins de guérison, échanger à partir de l’expérience de chacun.

POUR EN SAVOIR PLUS
www.dhyanmanish.com 
www.espacehealing.com
Votre contact Charam Satgyan Email : espacehealing@orange.fr

Publié dans:GUERISON, POUVOIR |on 28 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Le Schizophrène est un esprit évolué

 

schizophrenieEtre schizophrène, c’est être prisonnier d’un réseau de communication avec le monde invisible, qui n’est pas structuré ni organisé de façon cohérente. 

Le schizophrène est un esprit évolué, mais il est perturbé par l’utilisation anarchique et involontaire de ses facultés sensorielles, supérieures aux organes qui génèrent les cinq sens, c’est-à-dire les facultés propres à son âme. 

En conséquence, celui qui est pourvu de ce type de réseau s’en trouve très malheureux parce qu’il ne sait pas comment agir pour faire taire certains correspondants ou pour en appeler d’autres. Rester dans cet état peut en effet conduire la personne atteinte de ce dérèglement médiumnique à vivre des situations très désagréables. 

Les esprits de toutes catégories se manifestent à elle parce qu’ils cherchent toujours un canal pour s’exprimer. Cela est surtout vrai pour les esprits des fréquences inférieures. 

Le schizophrène a donc de fortes chances d’entendre plutôt ces esprits, parce qu’ils sont très proches de la terre et s’amusent comme ils le peuvent. Cependant, ils ne sont pas conscients pour certains, du mal qu’ils font en agissant ainsi. Ils échappent tous à la hiérarchie spirituelle, et se livrent aux pires excès qui vont parfois jusqu’à manipuler un être faible en le conduisant jusqu’au suicide. 

Les possibilités de guérison du schizophrène ne passent pas par l’absorption massive de médicaments chimiques écrasant l’esprit et transformant le soi-disant malade en une véritable légume afin d’anéantir ses perceptions, comme on aimerait nous le faire croire. Il faut au contraire lui expliquer ce qui se passe réellement et l’aider à gérer tout le désordre auquel il est confronté. Il faut que la personne soit sensibilisée à ses réelles possibilités de guérison si elle arrive à contrôler ces voix qui l’obsèdent, et qui pour la plupart lui font peur. Il faut que toute personne atteinte par ce problème ne soit plus en situation de faiblesse. 

Bien au contraire, le schizophrène est un être spirituellement très évolué, qui peut et qui doit s’opposer avec une grande autorité à ces esprits invisibles qui le perturbent, en leur imposant le silence et le respect. 

On peut se demander pourquoi certains esprits évolués sont désignés comme étant schizophrènes et d’autres ne le sont pas. C’est une grande interrogation, mais nous pouvons tenter d’y répondre. 

Les êtres qui sont sensibles aux voix et aux manifestations du bas astral sont des esprits prisonniers d’un douloureux passé spiritual, qui les amis dans une situation de vulnérabilité excessive. Ils ont vécu la peur dans une vie antérieure.Ils ont été placés dans les pires situations qu’un être normalement constitué ne pouvait supporter. Presque toujours, ils ont subi des sévices physiques et moraux et sont devenus des esclaves de l’esprit humain. C’est-à-dire qu’ils ont subi la domination outrageante d’êtres ignobles et sans scrupule. Ces esprit sont été affaiblis par ces expériences de vie, mais ils ont également développé de grandes facultés de résistance et de communication avec le seul être susceptible de les comprendre et les aider : je parle de leur guide spirituel ou de leur ange gardien. 

Ces expériences douloureuses les ont suivis, et les suivront jusqu’au terme de leurs multiples vies. Cependant, il faut comprendre qu’un schizophrène est souvent à la fin de sa vie spirituelle, c’est à dire de ses multiples vies  lorsque de telles souffrances se manifestent. Il est toujours fragile et se met sans en être conscient, sous la tutelle de l’autorité la plus négative du monde invisible. 

Il est plus facile d’en sortir lorsque la personne atteinte n’est pas schizophrène. Et pour cause, elle n’en perçoit que la pensée et reste donc moins facile à atteindre. Celui qui perçoit la voix de façon très claire est beaucoup plus vulnérable, parce qu’il croit se retrouver dans la situation de soumission précédemment décrite, dont le souvenir est inscrit dans la mémoire de son âme. 

Le processus de guérison est donc simple et complexe à la fois. Il passera toujours par l’écoute et par la compréhension du possédé, pare qu’il s’agit en l’occurrence d’une véritable possession. Elle n’est surtout pas à prendre à la légère bien sûr, même si les cas sont divers et ne présentent pas tous les mêmes symptômes, mais le fond du problème ou la cause est identique. 

C’est la raison pour laquelle le traitement passe obligatoirement par une compréhension objective, traduite dans les moindres détails à la personne qui souffre. C’est la seule possibilité qui s’offre à elle de se sentir soutenue et renforcée dans son propre combat intérieur qui consiste à éliminer les voix perturbatrices, et à se débarrasser définitivement des intrus qui s’emparent de façon intempestives de son esprit. L’être soumis à de telles agressions ne peut résister très longtemps, surtout si le traitement qui lui est proposé est exclusivement chimique. 

Le traitement psychiatrique doit passer par la compréhension spirituelle des manifestations. Elles ne proviennent pas du cerveau comme le pensent es médecins mais se produisent au contraire par le processus d’écoute télépathique ou clairaudient du corps éthérique. Il faut donc que le traitement soit approprié à celui qui est la cause du désordre, et non  celui qui ne l’est pas. 

Les schizophrènes sont des êtres merveilleux d’amour et lumineux dans toute leur splendeur. Ils doivent lutter eux-mêmes contre les esprits sombres qui le réduisent à l’état d’esclaves et savoir qu’en agissant avec la foi d’être vainqueurs, ils s’en débarrasseront définitivement sans aucun secours thérapeutique médicamenteux.

Francesca du Blog http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ESPRITS, GUERISON, MALADIE |on 9 mai, 2015 |4 Commentaires »

NE JUGES PAS ET TU NE SERAS PAS JUGE

 

pardon-forgivenessCet aphorisme évangélique « Ne juge pas et tu ne seras pas jugé ! » ne concerne pas seulement les adeptes d’une croyance religieuse. C’est dans le quotidien qu’il se vérifie toujours, un jugement intempestif attirant souvent une réaction opposée au moins équivalente. Ce que la psychanalyse nomme « projection », c’est-à-dire le fait d’attribuer sans discernement à autrui un défaut qui nous concerne, relève de ce type d’attitude. Ne plus juger reviendrait alors à ne plus se juger, d’où un allègement et un confort inestimables…

> Je tourne sept fois ma langue avant de parler
Combien de malentendus sont dus à une précipitation orale. C’est sorti tout seul… Les mots ont dépassé ma pensée… Votre premier exercice consiste donc à observer ces moments où vous ne pouvez retenir votre langue et où vous regrettez instantanément ce que vous venez de dire. Avec l’habitude, vous installerez une saine vigilance qui vous évitera bien des justifications d’après-coup.

> Je prends en compte l’avis d’autrui

Avant d’émettre un avis négatif sur un comportement, prenez soin de vous enquérir de l’avis d’un tiers : Que pensez-vous d’un tel à ce propos ? Ce comportement possède l’avantage de mettre de la distance entre une réaction à fleur de peau et une saine réflexion.

> Je ne suis pas un juge
Pensez au fonctionnement de la justice qui nécessite une longue procédure avant que le juge déclare un prévenu coupable, s’appuyant, quoi qu’il en soit, sur des textes de lois qu’il n’a d’ailleurs pas écrits lui-même. Fort de cette prise de conscience, ne vous laissez plus aller à une réaction injuste qui ne prendrait en compte qu’un souci de toute-puissance.

> Je ne colle pas d’étiquette
Le manichéisme est une représentation dualiste – et apparemment confortable – de la réalité. Il consiste à classer le monde de manière infantile selon deux critères qui s’excluent l’un l’autre : le bon et le mauvais. Ainsi, l’être perçu bon est idéalisé et son opposé voué aux foudres de la destruction. Lorsque cette grille de lecture est utilisée, elle peut devenir catastrophique. L’Histoire a démontré les ravages que peut générer cette forme de pensée. Relevez tous les préjugés dont vous affublez une personne sans jamais l’avoir rencontrée, simplement parce vous la supposez appartenir à un parti politique, à une religion, à une ethnie ou une culture qui vous est étrangère et qui vous fait peur. Une troisième voie, plus réaliste, consiste à ne pas coller d’étiquette a priori et d’accepter qu’un dialogue est néanmoins possible.

> J’exprime ma différence en respectant autrui
Ne pas juger n’est en aucun cas synonyme d’acceptation béate. Vous avez le droit d’avoir des pensées différentes et de les exprimer. Cette notion de différence et de pluralisme fait la richesse de la démocratie. Winston Churchill n’affirmait-il pas, avec son humour britannique, que la démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres… Tout l’art consiste donc en un équilibre entre affirmation de soi et respect d’autrui, sachant qu’il s’agit d’un chemin et que vous ferez certainement encore des erreurs d’appréciation. L’important est de ne plus en être dupe…

En résumé
L’absence de jugement offre l’assurance d’une communication de qualité. Le défi est enthousiasmant au vu de la paix intérieure et extérieure que ce comportement offre à ceux qui l’ont déjà adopté. Ne plus juger est l’occasion de participer humblement à l’édification d’un monde qui a décidément besoin de tolérance.

Publié dans:ACCORD, GUERISON |on 10 mars, 2015 |Pas de commentaires »

La thérapie quantique d’aujourd’hui

76890389_oTout est enregistré dans notre ADN dès notre conception. L’acquisition des émotions commence dans l’utérus de la génitrice : toute émotion subie par notre mère (peur, colère, rancœur, chagrin, anxiété, tristesse) se transfère à l’enfant en se stockant dans nos gènes ainsi que dans nos tissus (os, chair, etc.). Les appareils de thérapies quantiques comme le SCIO visent à enrayer les pollutions émotionnelles et physiques des cellules. Cela entraîne parfois des réactions d’élimination qui peuvent être inconfortables, signe que le corps rejette cette charge, mais qui visent toujours à améliorer, à terme, l’état de santé. Au fur et à mesure que les tensions et les peurs s’éliminent, on retrouve son énergie et son entrain d’antan !

La thérapie quantique reconnaît l’interdépendance fondamentale entre le corps et l’esprit à tous les stades de la vie, tout en considérant sa dimension spirituelle. Seuls des rayonnements à très faible énergie sont nécessaires et sont imperceptibles par le patient. Ce faible signal agit au niveau informationnel des cellules et interagit par phénomène de réaction en chaîne, sur l’ensemble de l’organisme. On sait aujourd’hui, que toute cellule a la capacité de transmettre, de traiter et de régénérer une information comme le ferait un ordinateur.

Les thérapies quantiques emploient tous les types de radiations biologiquement compatibles pour rétablir la cohérence de l’information altérée par la maladie. Le champ d’application et d’efficacité des thérapies quantiques ne cesse de s’élargir. Des recherches de pointe sont réalisées en Russie pour diverses maladies comme les tumeurs, les maladies cardio-vasculaires, les maladies auto immunes, les paralysies cérébrales, les lithiases rénales, l’asthme, les allergies, mais aussi les maladies neurologiques (autisme, schizophrénie). Elle est également utilisée en médecine du sport et en médecine cosmonautique pour préparer les cosmonautes aux vols spatiaux… 

La thérapie quantique est une nouvelle approche, basée sur la synthèse de toutes les sciences quantiques. Elle s’appuie sur l’utilisation des quantas, ces infimes quantités de lumière, d’ondes électromagnétiques qui composent le cœur de toute matière, en vue de la prévention et à la régénération de la santé des individus. Elle intègre les derniers acquis de la physique quantique et l’expérience millénaire de la médecine orientale, c’est-à-dire la réalité énergétique structurant la nature profonde de tout être vivant.

On peut qualifier le quantique d’« invisible qui anime la matière du vivant ». Il influence toutes les fonctions de l’organisme, que ce soit les cellules, les tissus, les organes, ou les systèmes en général, jusqu’à la dimension spirituelle et les niveaux de conscience de l’individu.

Un dysfonctionnement organique entraîne autour des cellules et des tissus un champ électromagnétique altéré. La thérapie quantique emploie tous les types de rayonnements biologiques environnementaux et écologiques, afin de réduire les interférences et de rétablir l’harmonie et la stabilité dans le champ électromagnétique à traiter. Pour ce faire, les émissions électromagnétiques employées doivent être à l’unisson avec les processus biophysiques d’information énergétique de l’organisme vivant. Ce que l’on appelle la bio-résonance.

La bio-résonance représente la capacité des êtres vivants à capter et émettre des rayonnements dans leur environnement, et à se synchroniser avec l’énergie ambiante. Elle englobe aussi les méthodes de soins et appareils basés sur l’émission de rayonnements électromagnétiques destinés à rééquilibrer l’énergie corporelle. A l’échelle de l’infiniment petit, il n’est plus possible de décrire la réalité selon les lois de la physique classique, c’est-à-dire de façon déterministe.

On observe des phénomènes insolites faisant intervenir de nouvelles notions telles que la non-localité, la superposition d’états ou le principe d’incertitude. Les particules observées peuvent apparaître à un endroit, puis disparaître et réapparaître ailleurs sans que l’on sache où elles étaient entre-temps ; une même particule peut être à deux endroits en même temps, ou se présenter sous deux formes différentes simultanément ; deux particules très éloignées, du moment qu’elles aient été en relation à un moment donné, continuent de communiquer de l’information à distance et instantanément !

Ces observations étonnantes ont été répétées à de nombreuses reprises en laboratoire sans que notre  » logique  » habituelle ne puisse embrasser la réalité observée. De plus, dès que l’on observe les choses au niveau quantique on les modifie, du simple fait de les observer ! C’est-à-dire que l’observateur – par son intention et sa conscience notamment – va en partie déterminer le résultat de l’observation.

La physique quantique apporte ainsi à l’être humain une nouvelle vision du monde pour préserver sa santé et son bien-être.

Nous sommes à l’aube d’une révolution : celle des thérapies de demain.

Extrait du livre de Marion Kaplan et Valérie Lamour, aux éditions Robert Laffont :  »Rajeunir ? Agir contre le vieillissement cellulaire« 

Publié dans:ENERGIES, GUERISON |on 7 mars, 2015 |Pas de commentaires »

Les thérapeutes de l’invisible

 

images (2)Lorsque rien ne va plus, que l’on ne sait plus par quel bout prendre le quotidien, il est bon de trouver un interlocuteur capable de nous aider à voir la fin du tunnel de nos angoisses. Ces spécialistes que sont les thérapeutes de l’invisible, bien que n’étant pas à proprement parler des magiciens, obtiennent de tels résultats qu’ils pourraient parfois le laisser penser…

Si l’abstraction (n’en déplaise aux émules de Saint Thomas !) n’est pas perceptible par les sens matériels, ses effets – eux – sont bien manifestes. Comment expliquer, ainsi, ce mal-être indéfinissable qu’une simple passe magnétique a le pouvoir de dissoudre ou encore ce soulagement ressenti par le consultant lorsque le médium entre en communication avec l’esprit d’une personne défunte ? Rationaliser en la « matière », même si cette attitude reste naturelle, n’a finalement pas grand intérêt au vu des bienfaits obtenus. Pourtant, quelques éclaircissements peuvent aider à comprendre ces phénomènes pour le moins étranges.

Le concept de l’âme


Certains l’on appelée fluide, d’autres assurent qu’elle vient de l’inconscient, d’autres encore qu’elle est d’origine divine. Quoi qu’il en soit, une énergie immatérielle, que l’on peut appeler l’âme, agit à l’insu ou au su de tout individu. Le philosophe spiritualiste Omraam Mikhaël Aïvanhov explique, pour sa part, que notre âme dépasse de beaucoup ce que nous pouvons nous imaginer d’elle : cette partie de l’Âme universelle qui est en nous tend sans arrêt vers l’espace, vers l’immensité, vers l’infini… L’âme serait donc à la fois intérieure pour chaque être et extérieure à lui. Les thérapeutes spiritualistes pensent que l’être humain souffre lorsqu’il est coupé, pour une raison ou pour une autre, de cette circulation énergétique, situation créant une dysharmonie entre microcosme et macrocosme. La théorie des chakras est basée sur ce concept d’âme individuelle et d’âme cosmique, le chamanisme également, tout comme le druidisme et les techniques de guérison faisant appel à une énergie spirituelle.

Guérir le subconscient


Le monde de l’ésotérisme et de l’occultisme n’est plus aujourd’hui l’objet de sarcasmes. Au point que des reportages télévisés font état de praticiens hors norme qui, s’ils insistent pour que leurs consultants n’abandonnent en aucun cas un traitement médical, agissent néanmoins en complémentarité et voient une réalité qu’aucun appareil ne peut mesurer à ce jour. De son côté, l’ouvrage « Le passeur d’âme », publié aux Éditions Milalma, rassemble des témoignages fort intéressants dont celui de Jacques, 40 ans, souffrant de migraines résistantes à tout traitement :

Vos migraines sont un peu particulières, lui dit le thérapeute de l’invisible. Elles suivent une ligne qui part du haut de votre visage et descend en biais jusqu’à votre bouche, n’est-ce pas ?

Comment le savez-vous ? demande Jacques très étonné.

Je vois un trait rouge sur votre visage, invisible pour la plupart des gens. Cette trace rouge provient d’une mémoire…


Au fil de la discussion, le thérapeute explique à son consultant qu’une mémoire est la résultante d’un choc émotionnel occasionné par une expérience douloureuse que le subconscient refuse de classer. Chose étonnante, le spécialiste fait remonter les faits dans les années 1870… Il s’agit pour lui d’un coup de sabre reçu lors d’une bataille du temps de Napoléon III. Le consultant lui révèle alors qu’il pratique l’escrime et, notamment, la spécialité… du sabre ! À la suite de cet échange, le thérapeute effectua un soin éthérique et les migraines du consultant disparurent…

 

Lucien Rougier du Magazine Signes et Sens

Publié dans:ESPRITS, GUERISON |on 28 février, 2015 |Pas de commentaires »

La grande offense de l’homme et comment se libérer de son karma

 

vision--galeL’homme se tient au centre de la création, entre les mondes de la Mère – les pierres, les plantes et les animaux – et les royaumes du Père – les Anges, les Archanges et les Dieux. De par sa position, il a une grande responsabilité dans l’équilibre des mondes.

Malheureusement, depuis des siècles, l’homme commet l ’offense envers les règnes de la Mère. Il est maintenant temps qu’il demande pardon, mais sait- il comment ?…

En effet, de nos jours, l’homme se comporte comme un roi sur la terre, se croyant supérieur aux pierres, aux plantes et aux animaux. Par la pollution, les pesticides, les coupes à blanc, les expériences de laboratoire, les manipulations génétiques…, il a asservi la nature en ne se souciant que de sa propre existence, comme si les autres règnes n’étaient pas eux aussi des êtres vivants. L’homme ne peut pas vivre sans ces êtres, et pourtant, il vit dans l’inconscience et commet l’offense envers eux en les asservissant. L’offense à Dieu consiste à tuer la présence divine dans la vie et à ignorer le Créateur à travers la créature. L’homme a ignoré le Divin dans la pierre, dans la fleur, dans l’arbre, dans l’oiseau… Le sens du pardon des offenses consiste à retisser des alliances saines et pures avec tous les règnes de la nature, qui ont chacun quelque chose de précieux à transmettre à l’homme. 

RENOUER AVEC LES RÈGNES DE LA MÈRE

Les minéraux transmettent à l’homme la stabilité, l’enracinement, le feu intérieur, la forme. Les êtres qui vivent à travers le minéral veulent bien porter et donner une forme, mais uniquement à ce qui est divin, à ce qui a un sens sacré. Sinon, ils se trouvent plongés dans le désespoir, la peine, le trouble. Les végétaux transmettent à l’homme le désir, l’aspiration à s’élever et à grandir. Ils lui permettent d’assimiler, de digérer, de se développer, d’atteindre des buts. Ils ne veulent pas vivre dans un homme qui ne porte pas en lui la lumière d’un haut idéal, l’aspiration à l’éveil dans une conscience supérieure et à l’ennoblissement de son être. Les animaux transmettent à l’homme le rêve, l’imagination, les sens et le pouvoir de perception. Les intelligences qui gouvernent ce règne ne veulent pas que l’homme soit bestial, que ses mouvements d’âme soient animés par des intentions inconscientes et faussement égoïstes. Ils n’aiment pas qu’il utilise ses sens pour nourrir ce qui est limité, ce qui est sans respect de la vie et de l’âme. Les intelligences derrière le règne humain transmettent à l’homme la pensée. Elles ne veulent pas qu’il éteigne la lumière de la pensée et s’en serve pour matérialiser des oeuvres éphémères, qui ne servent pas le Divin. Elles souhaitent plutôt qu’il illumine le monde de la Lumière de l’intelligence du Soleil pour que les associations de l’homme avec tous les règnes soient en accord avec l’harmonie, le respect de Dieu et la vie belle et juste.

SE RÉCONCILIER AVEC LES PIERRES, LES PLANTES ET LES ANIMAUX

Le pardon des offenses est un travail dans la subtilité. Acquis par l’homme, il permet que l’amour divin règne sur la terre. En élevant son être, l’homme devient un transformateur d’énergie ; en s’élevant dans d’autres vibrations, il élève non seulement son corps, son énergie, ses sens, ses pensées, mais il élève avec lui la terre et l’humanité. Pour élever la terre tout entière avec lui, l’homme doit guérir en lui les 3 règnes de la nature…

 

Par Olivier Manitara
source : magazine http://www.magazine-essentiel.com/

Publié dans:GUERISON, HUMANITE, KARMA |on 27 février, 2015 |Pas de commentaires »

Bien utiliser la thérapie florale

 

oui-a-la-therapie-floraleDes millions de personnes dans le monde emploient aujourd’hui les fleurs de Bach pour résoudre leurs conflits psychologiques. Mais on ne s’improvise pas thérapeute et l’autodiagnostic, souvent erroné, mène généralement à l’échec. Pour être efficace, la thérapie florale ne peut s’affranchir d’un soutien thérapeutique.

Selon certaines enquêtes, plus d’un tiers de la population française aurait un jour utilisé les remèdes floraux du Dr Bach. Le petit dépliant disponible chez tous les revendeurs répond à cette énorme demande. Non seulement, il résume la philosophie qui a présidé à la conception de ce système thérapeutique mais, surtout, il propose un petit manuel d’utilisation des différents remèdes. Ainsi, naît, chez le néophyte, le sentiment d’avoir enfin rencontré la thérapie dont il est à la fois le sujet à traiter et le thérapeute. Avec l’attente d’un résultat rapide et durable. Bien souvent, malheureusement, l’expérience se révèle décevante.

La thérapie florale est aujourd’hui galvaudée

Pourtant, la thérapie florale, créée au début des années trente, ne serait pas devenue universelle si elle ne reposait pas sur des bases solides. Depuis longtemps, elle serait tombée dans l’oubli. Alors, comment expliquer le malentendu dont elle fait l’objet ?

La faute en revient en partie au Dr Bach lui-même. Il désirait que sa thérapie soit accessible à tous, grâce notamment au faible coût des remèdes et à leur simplicité de mise en œuvre. Aussi a-t-il identifié 38 états émotionnels répartis en sept classes. Ainsi, si j’identifie le malaise que je traverse comme de la peur, je suis invitée à regarder lequel des cinq remèdes suivants me correspond le plus : Rock Rose, Mimulus, Cherry Plum, Aspen, Red Chestnut. L’indication de chaque remède est résumée en quelques mots. Par exemple, Mimulus répond à des peurs précises : crainte de la vie quotidienne ; trac, peur de l’autre. Mais, par exemple, quelqu’un qui est manipulé depuis son enfance par la peur de ne pas être reconnu pour ce qu’il est ou/et ce qu’il fait, ne tirera aucun bienfait de Mimulus, mais de Vervain. À vouloir être simple, la thérapie florale est devenue simpliste.

D’autre part, il n’est indiqué nulle part que le soutien d’une personne entraînée ou d’un psychothérapeute est souhaitable. Or comment une personne qui n’a pas entamé un travail sur soi peut-elle être capable de reconnaître son égocentrisme, son incapacité à écouter tout en inondant son interlocuteur du récit de ses innombrables soucis (Heather) ? Qui se rendra compte qu’il est intolérant, et aussi critique que vaniteux (Beech) ? Qui acceptera que son caractère autoritaire et parfois tyrannique est en grande partie responsable de ses problèmes relationnels (Vine) ? Bien peu en vérité ! Aussi, les remèdes autoprescrits ne correspondent souvent qu’à des états superficiels de la personnalité. Et si l’aide d’un psychothérapeute n’est pas sollicitée, aucun changement profond et durable n’est à espérer.

Se donner du temps

Lorsqu’on répète depuis l’enfance un comportement inadapté, on ne peut espérer que celui-ci disparaisse en quelques jours, quelques semaines au plus. Philip Chancelor le montre bien dans son « Manuel des fleurs guérisseuses du Dr Bach » s’attache à l’étude de cas plutôt qu’à la présentation des remèdes. Aucune transformation réelle n’a été obtenue en moins d’un an. Le chemin est long et les chutes fréquentes. Il est nécessaire que la volonté de guérir soit développée et régulièrement confortée.

Qui désire prendre des remèdes floraux, répond – sans le savoir, le plus souvent – à l’appel de ce qu’il y a de plus profond en lui. Que vient-il chercher exactement ? Il a bien des difficultés à le dire à ce point de son cheminement. Ce n’est qu’après la prise régulière de quelques remèdes pendant plusieurs mois qu’il comprend qu’il tient à exprimer le meilleur de lui-même et enfin à s’épanouir.

Car si les changements induits par la thérapie florale sont imperceptibles d’un jour sur l’autre,ils sont incontestables au bout de quelques semaines.

Associer les thérapies comportementales

Mais si les remèdes floraux permettent de transformer les défauts décelés en nouvelles qualités, ils en révèlent d’autres, plus profonds, de sorte qu’à chaque nouveau pas que le patient fait vers son but, ce dernier semble s’éloigner d’autant ! C’est pourquoi il nous paraît essentiel d’associer aux remèdes floraux, certaines thérapies comportementales pour que le patient prenne une part plus active à son processus de libération.

Certains outils proposés sont particulièrement puissants. Comme « les trois lois de la communication » qui permettent de se sentir en sécurité en toute circonstance. Comme le « processus décisionnel » qui nous révèle le ou les endroits où nous butons toujours et nous apprend à développer la force intérieure à réaliser nos envies, quels que soient les obstacles rencontrés.

téléchargement (1)D’autres outils seront plus spécifiques du travail de psychothérapie, tel « le processus des trois questions baïonnette » qui identifie le schisme entre notre ego et notre essence et ouvre sur la résolution de ce conflit qui n’a que trop duré.

Ce n’est qu’en conjuguant l’action des thérapies florale et comportementale que le processus de transformation peut être véritablement consolidé.

 

Bibliographie

Formation

« Les remèdes floraux, un chemin vers soi » : dans une approche conciliant les fleurs du Dr Bach et certaines thérapies comportementales, le Dr Bauplé propose une formation destinée aux thérapeutes.

Infos et points de vente fleurs de Bach : 

  • Dans les pharmacies et les boutiques bio ou en VPC sur Internet
Publié dans:GUERISON, NATURE, PLANTES |on 23 février, 2015 |Pas de commentaires »

NOUS SOMMES TOUS GUERISSEURS

 

77349387_oSa conviction est faite : être sourcier est très banal. 

Il « exerce » depuis quelques mois quand une vieille douleur au genou se réveille. Verdict médical : l’opération est inéluctable. Pourquoi a-t-il consulté un guérisseur ? « Je n’y croyais pas, je pensais que c’était du n’importe quoi : que pouvait faire ce pauvre garçon pour mon cartilage abîmé ? » Pourtant, son genou guérit. « Je me suis intéressé au phénomène, j’ai voulu comprendre. » Il a donc essayé.

Premiers essais, premiers succès. Dans le milieu du cinéma, Bernard Blancan se taille une petite réputation et, sur les plateaux de tournage, il n’est pas rare de le voir imposer ses mains. « Certains pensent sans doute que je suis allumé, un peu barré. Peut-être ont-ils raison d’une certaine manière. Beaucoup me sollicitent quand même… » A-t-il un don particulier ? Il éclate de rire. « Mais non. Vous pouvez le faire vous aussi ! Nous sommes tous des guérisseurs. » A l’en croire, le mode d’emploi est enfantin. « La démarche est la même que celle du sourcier. Il n’est même pas besoin d’y croire. Il y a juste deux écueils à éviter. D’abord, le rejet total, sur le mode “je ne veux pas que ça marche parce que ça me chamboulerait trop”. Et aussi la croyance totale, façon “je suis un être exceptionnel, et il n’y a pas de doute qu’avec moi, ça va marcher”. L’état d’esprit idéal est celui du “pourquoi pas ?” ».

 

JETER LE MAL AU SOL 

Essayez. L’exercice implique un minimum de concentration. « Pas la concentration forcée, insiste notre guérisseur. Il faut juste être là, dans l’instant, à cet endroit, et faire abstraction du reste. Etre “en état de conviction”… Visualisez le mal, dans le genou par exemple, en surplomb duquel vous posez votre main. Imaginez une enveloppe énergétique, un rayonnement invisible au-delà du corps physique. Touchez cette enveloppe : vous et moi aurons cette sensation du toucher, sans qu’il y ait contact physique. Sans doute créons-nous cette sensation dans notre esprit, mais le fait est qu’elle existe. Donnez au mal une couleur, le rouge en général. Imaginez-le comme une incandescence qui va s’évacuer, voyez-le partir. Visualisez ensuite ce genou qui se répare, les petits vaisseaux, les muscles qui se remettent en état de marche. C’est fait ? L’exercice est terminé. » Enfin, presque. Bernard Blancan y ajoute un geste : il replie sa main, comme s’il se saisissait du mal qui est « sorti ». Et il le « jette » au sol… 

Tour de magie ? « Effet placebo, réplique-t-il. Je n’ai aucun pouvoir magique, vous non plus. Mais chacun a en soi des facultés d’autoguérison – que nous n’activons pas toujours parce que nous avons parfois besoin de la maladie, pour des tas des raisons : que l’on s’occupe de nous, que l’on se pose un peu. Les rituels sont l’équivalent de ce comprimé sucré que je vais vous donner pour combattre votre migraine et qui, effectivement, agira. » 

Cependant, à force de multiplier les expériences de sourcier et de guérisseur, Bernard Blancan a fini par pousser les portes de la rationalité. Il a imposé ses mains sur une clémentine avec l’idée de la voir se dessécher ; elle s’est effectivement ratatinée beaucoup plus rapidement qu’une clémentine-témoin. Il s’est concentré de la même manière sur une tomate, mais celle-ci était chez un ami ; elle s’est déshydratée alors qu’une tomate-témoin suivait le processus naturel de pourrissement. Il a substitué un pendule à ses baguettes et a cherché de l’eau, non pas sur un terrain mais sur Google Maps ; et il a trouvé l’eau. Il a guéri, à distance, des brûlés. Il aurait pu en perdre son esprit cartésien ; il s’est, au contraire, acharné dans sa quête d’une explication. « Je ne crois pas à la magie, pas plus qu’à ce concept très spiritualiste d’ouverture de conscience que je ne comprends pas : il fait partie du vocabulaire préétabli, prémâché, derrière lequel on se cache pour ne pas essayer d’expliquer. Non, il n’y a pas une élite qui a accès au monde parallèle dont est privé le tout-venant. Je pense, par contre, que les paradigmes définissant le réel vont un petit peu plus loin que ceux définis par la science d’aujourd’hui. Tôt ou tard, les frontières entre science et superstition vont bouger. Sous l’effet de la science. »

“QUELQUE CHOSE EN PLUS” 

On entre là dans un autre champ. Celui des possibles, du « quelque chose en plus ». « Je ne vous demande pas d’y croire, je n’ai aucune preuve à vous apporter, dit-il. Mais j’en ai besoin pour travailler. » Son hypothèse est la suivante : la pensée peut envoyer une information, comme elle peut en recevoir. Un « signal » plutôt – mais il utilise ce mot avec des pincettes, par crainte d’une méprise avec l’irrationnel ou avec la magie. Lui, c’est plutôt en matière de physique qu’il réfléchit ici. De physique quantique – celle qui travaille sur l’infiniment petit et sur la « communication » entre photons. « Peut-être, ajoute-t-il, sommes-nous tous, d’une certaine manière, intriqués. Que l’eau, enfouie à des kilomètres de moi, m’envoie un signal pour me dire qu’elle est là ; je réagis alors par de micro­mouvements musculaires inconscients qui font bouger la baguette ou le pendule – parce que ceux-ci ne bougent pas seuls, indépendamment de celui qui les tient. Peut-être aussi que c’est le même signal que j’envoie à votre genou pour lui dire qu’il est temps d’entrer en processus d’autoguérison ? Je m’interroge, je n’ai aucune certitude, aucune réponse absolue. Pour moi, la vraie croyance, c’est cet état de recherche. »

 

Extrait de Comment font-ils ? par Bernard Blancan sur Clé.com

Publié dans:ENERGIES, GUERISON |on 30 janvier, 2015 |Pas de commentaires »
12345...8

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3