Archive pour la catégorie 'GUERISON'

Nous sommes les acteurs de notre vie

Nous jouons un rôle ici-bas, les consciences s’amusent, apprennent en jouant, rien de plus, rien de moins, des jeux de séduction, de pouvoir, de manipulation, avec des partenaires choisis par affinités d’âmes. L’important n’est pas d’y croire ou non, mais de jouer le jeu de l’incarnation. À notre mort, le rideau tombe ou se lève, selon l’angle d’observation. Chacun reprend son Je, son Moi, sa véritable vibration et devient un observateur de son rôle sur terre. Ainsi les cycles s’activent : acteur puis spectateur, et on recommence les tournées…

au féminin

Notre vie est comme une pièce de théâtre dans toute l’immensité de l’univers = un grand avant, un petit pendant, un grand après. À la fin du spectacle, on tombe les costumes et on laisse dans les loges tout ce qui nous a encombrés, on a vécu un temps sur le plateau, qui n’est lui-même qu’un tout petit décor dans l’immensité de tout ce qui entoure le théâtre. Puis les acteurs sortent, marqués par le spectacle, nous sortons de note vie terrestre, marqués par nos rôles. Dans l’un et l’autre, nous pouvons donner libre cours à notre imaginaire et à notre improvisation.

Acteurs le temps d’un spectacle ou d’une vie, nous ressortirons avec l’empreinte. L’acteur peut parfois improviser, nous avons la chance en tant que « vivant humain » de pouvoir le faire constamment, à chaque minute de notre vie.

Quel a été notre jeu ?

Parlons de notre interprétation, qu’y avons-nous mis ? Tout notre cœur pour jouer juste ou simplement l’influence d’un mental qui répétait bêtement le scénario écrit ou soufflé par un autre ? Y avons-nous mis de la sincérité, a-t-on voulu créer des effets pour obtenir des applaudissements ? Avons-nous joué faux, sur-joué ou sous-joué de peur du regard et du jugement des autres ?

Nous provoquons par nos paroles, nos actes, nos poses, nos costumes, tout comme les acteurs, sur les autres et en nous, des réactions de colère, de jugement, de joie, de tristesse, de rires ou d’émotions diverses. On peut alors dire que le théâtre stimule l’imagination du spectateur grâce au talent de l’acteur tout comme… la vie, elle, stimule l’Un-tuition d’un être qui de spectateur, devra apprendre à être acteur de sa vie.

Que ce soit pour distraire ou instruire, la pièce de théâtre est là pour montrer des visions d’un acte avec ses scènes sur un temps très limité et pour déclencher des émotions. La vie est là pour ouvrir des voies d’évolution suivant les actes choisis en conscience en regardant au-delà du décor.

L’acteur a un texte qu’il récite. Il veut emmener le spectateur dans un chemin précis et la fin est définie à l’avance. Les événements de la vie nous offrent au fur et à mesure l’occasion de créer diverses fins possibles à chaque scénario, aucune n’est établie définitivement. La fiction, finalement c’est quand nous jouons notre rôle sur terre alors que la réalité c’est la globalité du décor terrestre plus l’envers du décor.

Je voulais par cette comparaison vous murmurer que nous ne voyons dans notre vie qu’un petit aspect de la Vie, qu’un petit spectacle d’un temps donné, l’important est tout ce qui se passe en arrière-plan dans les coulisses, avant et après. Et que dire du parallèle avec les répétitions pour apprendre à jouer de plus en plus juste ! Dans la vie, certaines choses se reproduisent de façon récurrente jusqu’à ce que nous ayons trouvé la juste réponse, la juste réaction. 

La Vie est infinie

Il y a l’éternité et l’immortalité dans une autre dimension où rien ne peut être découpé ou tronqué. C’est la Bonne Nouvelle. Nous ne mourons pas, nous ne naissons pas, nous sommes Énergie. Nous traversons des phases et des cycles dans différentes dimensions sur des fréquences vibratoires différentes, en parallèle. Alors oui, c’est une bonne nouvelle !

Réjouissez-vous car rien n’est fini, rien n’est jamais fini et ne peut l’être. Une énergie ne meurt pas, elle se transforme, tout le temps. Nous ne naissons pas, nous ne mourons pas. Nous sommes. Nous nous transmutons sur des scènes de théâtres variées, nous jouons dans plusieurs salles, plusieurs villes avec des spectateurs différents (certains fans reviennent dans nos vies…) rires !!! Les rôles sont redistribués à chaque incarnation. C’est merveilleux car sans cesse nous avons l’opportunité de nous en enrichir, d’enrichir notre Je.

Sur ce, le rideau rouge se baisse pour mieux se lever la prochaine fois, dans un nouveau décor, avec un nouveau scénario. N’apprenons rien par cœur, ne récitons pas votre vie. Lisons, écoutons, imprégnons-nous et laissons surgir l’improvisation ! Improviser (un-pro-viser) c’est génial, c’est la meilleure façon de vivre au présent. 

journal-de-bord-de-jean-yves
Livre de Jean-Yves et Eliane Fayolle :
Le journal de bord de Jean-Yves – Autrement capable ÉSA Éditions, 2015

Publié dans:DEVELOPPEMENT, ENERGIES, ESPRITS, GUERISON |on 6 décembre, 2016 |Pas de commentaires »

Acceptation des changements biologiques

L’expérience humaine relativement au sens de la vue dans l’ancienne énergie est différente de ce qu’elle deviendra. En réalité, votre biologie est ajustée de façon à ce que vous puissiez à l’avenir voir certains attributs du monde astral. Cela veut dire que certaines transformations touchant vos yeux, les connexions entre vos yeux et votre cerveau, et le cerveau lui-même devront se produire. Voici quels en sont les symptômes. Beaucoup parmi vous ferment maintenant les yeux dans l’obscurité totale et s’aperçoivent alors qu’il y a toujours une rougeur qui demeure, comme s’il y avait une lumière qui était encore allumée dans la pièce. Pour les gens qui ont l’habitude que tout devienne noir lorsqu’ils ferment les yeux (de l’ancienne manière), il faudra qu’il y ait une période d’ajustement pour qu’ils comprennent pourquoi cela se produit. En plus, de cette subtile rougeur, vous verrez peut-être aussi des formes géométriques ! C’est de la science pure et une réaction absolument naturelle au travail que vous permettez pour équilibrer votre biologie. Certains d’entres vous comprendront la nature des attributs géométriques en prenant connaissance des messages contenus dans ce livre. : ALCHIMIE DE L’ESPRIT HUMAIN

méditation

Vous devez donc accepter avec calme l’ensemble de ces changements biologiques. Nous vous encourageons à vous détendre face à tout ce qui se passe et à honorer ces changements. En honorant une chose que vous ne comprenez pas, vous devenez une partie de cette chose. Cette alliance favorise une conclusion plus rapide du travail et vous donne par la même occasion le sentiment d’être aimé. Ceci est bien sûr le thème sur lequel Kryeon revient régulièrement en relation avec le Nouvel âge.

Il y a une autre sensation que vous ressentez peut-être. Il y a en ce moment un manque de cohérence vibratoire entre ce que vous avez appelé votre vibration mentale et le reste de votre biologie. Le message que moi et d’autres entités nous vous apportons est un message spirituel. Même si ce que je fais concerne la planète physique, vous percevez votre croissance d’un point de vue mental et spirituel. Vous devenez peur à peu une personne tolérante et paisible avec une sage perspective sur les autres personnes vous entourant. Ce  sont là des processus presque exclusivement mentaux pour vous, même si en vérité ce sont là des attributs astraux. Vous le « sentez » dans votre tête cependant, et votre attitude est perçue comme étant le produit de votre tournure d’esprit.

Ce qui se produit ensuite semblera familier pour certains d’entres-vous. L’Esprit sait que le reste de votre biologie a besoin de « rattraper » votre nouvelle mentalité (chakra de la couronne). Pour ce faire, il y a beaucoup de travail qui est généré pour vous au niveau biologique ; en réalité, ce processus remonte à la période du 11 :11 lorsque vous avez été informés du code qui était transmis à toute l’humanité (plus de détails sont donnés à ce sujet dans ce livre). Votre biologie a reçu à ce moment-là, la permission de changer avec votre croissance astrale, et les mécanismes ont été donnés dans ce but à la partie magnétique de votre ADN.

Publié dans:AMOUR, GUERISON, MULTIDIMENSIONNALITE |on 29 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

Le monde change quand la perception que j’ai de lui change

 

Vous dîtes que le monde change quand la perception que j’ai de lui change. Comment est-ce possible?

Celui qui a atteint sa pleine maturité, qui se connaît sciemment, ne se pliera pas nécessairement aux conventions sociales. Un tel être agira au bon moment, suivant ce que la situation indique, sans que personne ne soit lésé d’une quelconque façon. Si vos actes sont régis par vos désirs, vous n’avez aucune espèce de liberté. Par contre, si vous faites ce que réclame la situation, vous faites ce qui est juste, et vous et votre entourage êtes libres.

perception

Un sage n’a pas la moindre pensée d’être une personne quand il agit, sent ou pense. L’ego est totalement absent. L’ego n’est rien de plus qu’une pensée et deux pensées ne peuvent cohabiter simultanément. Aussi l’identification à l’ego ne peut avoir lieu qu’une fois disparue la pensée rattachée à l’objet. C’est alors seulement que l’ego déclare sienne cette pensée. Ce sens de la propriété : «j’ai vu ceci », «j’ai fait cela », intervient après le fait et n’a rien à voir avec le fait. Une fois que ce mécanisme est clairement perçu, vous comprenez que l’identification que vous aviez précédemment prise pour une réalité n’est qu’une illusion. Vous n’êtes pas le propriétaire de la situation pas plus que vous n’en êtes l’esclave. Votre vraie nature est au delà. Le silence de la conscience n’est pas un état, c’est le continuum où tout état, toute chose apparaît et disparaît. Les mots que nous utilisons dans l’état de veille pour parler de ce non-état sont une expression de cette conscience. Quand nous vivons dans la conscience, tout est expression de cette conscience.

Le monde que vous percevez n’est rien d’autre que le roman de votre imagination, basé sur la mémoire, la peur, l’angoisse et le désir. Vous vous êtes retranché dans ce monde. Voyez cela sans vous jeter sur des conclusions et vous serez libre. Vous n’avez nul besoin de vous affranchir d’un monde qui n’existe que dans votre imagination.

Ce que vous prenez pour une réalité est simplement un concept surgi de votre mémoire. La mémoire surgit de l’esprit, l’esprit du témoin, le témoin de votre vraie nature. Vous êtes le témoin, le spectateur placé sur la rive et regardant le fleuve couler. Vous ne bougez pas, vous êtes au delà du changement, au delà du temps et de l’espace. Vous ne pouvez percevoir ce qui est permanent parce que vous l’êtes.

N’alimentez pas les concepts dont vous avez fait vos fortifications ou l’image que les gens ont de vous. Ne soyez ni personne ni rien, contentez-vous de rester à l’écart de ce que la société vous demande. Ne jouez pas son jeu. Cela vous établira dans votre autonomie. 

L’exemple, si souvent utilisé dans le Vedanta, du serpent et de la corde, d’un côté se réfère au monde et, de l’autre, à la réalité ultime. Le serpent représente le monde des objets où nous rencontrons les personnalités, les pensées, et l’affectivité. La corde symbolise la réalité ultime, le silence de la conscience. Une fois que nous cessons de prendre la corde pour le serpent, l’idée du serpent disparaît et nous voyons la corde pour ce qu’elle est réellement. Il est parfaitement naturel que l’erreur perde sa substance et se dissipe quand la vérité devient évidente. Étant donné qu’une pensée fait partie intégrante de l’illusion, il lui est impossible de nous révéler la réalité ultime. Le « fait-d’être », la toute présence, qui est la source de toute expérience, est au delà de la dualité expérimentateur/expérimenté. Quand l’accent se trouve sur la conscience et non sur la pensée ou sur la perception, nous entrons progressivement dans une détente profonde, à la fois sur le plan neuro-musculaire et sur le plan mental.

Si nous observons avec détachement l’apparition et la disparition de tous les états que nous expérimentons, nous parvenons bientôt à appréhender que chaque état, chaque perception, chaque pensée sont réabsorbés dans une connaissance informulée, une connaissance qui est l’être. Ce continuum, seule réalité, est là avant que ne commence l’activité. Immergez-vous dans cette tranquillité chaque fois qu’elle se fait sentir.

Vous ne pouvez vous attendre à ce que la réalité surgisse, car elle est toujours là. Les événements apparaissent et disparaissent. N’oubliez jamais le caractère fugitif de toute expérience, c’est tout ce que vous avez à faire et la porte de la grâce s’ouvrira devant vous. Dès que des opinions et des réactions telle que «j’aime, je n’aime pas», interfèrent, vous retombez dans une habitude subjective et vous tissez autour de vous un filet, vous perdez de vue votre vraie nature. Les sentiments de sympathie et d’antipathie vous font tourner le dos à votre vraie nature. Vos concepts de changement, de progrès, en mieux ou en pire, sont fragmentaires et subjectifs. Quand vous regarderez le monde depuis votre totalité, le monde changera en vous. Vous êtes le monde.

 Jean Klein

Ecrit Par Jean Klein

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:CO-CREATION, GUERISON, HUMANITE, PENSEE |on 18 novembre, 2016 |Pas de commentaires »

Personne ne pourra jamais rien vous prédire

 

De quel droit ose-t-on prédire l’avenir de quoi que ce soit pour qui que ce soit ?

Personne n’est à la place de l’autre, avec son histoire, son vécu, son ressenti.

Comment pourrait-on avoir la pleine conscience des ressources internes d’une personne qui n’est pas « nous-mêmes » ? Déjà les nôtres, nos propres réserves énergétiques, sont souvent sous-estimées, c’est dans l’action, dans le mouvement, dans la mise en marche après la motivation que l’on trouve où que l’on décuple l’énergie nécessaire à la création.

PREDIRE

C’est à chacun de vivre son expérience ! Unique puisque nous sommes tous uniques. Bien entendu, on peut prodiguer des conseils, un avis (et SVP… seulement s’il est demandé... rires …) mais chaque personne est libre de ses choix, nous ne devons rien à personne, sauf le respect de qui elle est, de ce qu’elle choisit de faire, que cela NOUS plaise ou non.

Un point de vue peut être pertinent à écouter, c’est formateur, mais… autant cela peut être bénéfique de l’écouter, autant ça l’est, encore plus même, de l’ignorer ensuite ! Par là, je veux dire, de s’en détacher, pour exclure toute influence extérieure et se fondre dans la profondeur de notre Intuition, seul guide véritable. Sans compter qu’un conseil judicieux peut finalement, – véritable paradoxe – nous désorienter, en ce sens qu’il nous éloigne de notre Profondeur, de notre Essence.

Deuxième question :

De quel droit démoraliser quelqu’un et saboter son élan, contribuant ainsi à le rebuter, ce qui revient aussi à choisir pour l’autre ce que l’on pense être bon pour lui ?

N’est-ce pas véritablement nuisible et dangereux ? Il est illogique de projeter des conséquences, certes possibles, mais pas systématiques, d’une expérimentation choisie par un autre ! C’est même contre la Nature du Divin, car nous sommes là Naturellement pour expérimenter…

C’est toujours une illusion que de penser pour soi ou pour un autre qu’un objectif est irréalisable ! Plutôt que d’imaginer les pires fins à un scénario, ce qui d’une part use et d’autre part gâche de l’énergie pour rien, s’il suffisait « d’y aller », qu’en pensez-vous ?

De toute manière, tout événement dans notre vie est destiné à nous enseigner, à nous mettre ou à nous remettre en vie, quoiqu’il arrive ! Et que l’objectif soit atteint ou non n’a aucune importance, au risque de vous choquer. Ce qui est important, c’est de se respecter, d’agir en fonction de notre désir le plus profond, d’avancer petit à petit pour développer au fur et à mesure le meilleur de soi-même sur le chemin choisi. Cette transformation et cette évolution, se moquent complètement du fait que l’on atteigne ou non le but. Et respecter l’autre, c’est respecter aussi son choix qui peut nous paraître « mauvais » !

Je vous en prie, virez-moi aussi cette notion d’échec/réussite une bonne fois pour toutes, pour être en communion profonde dans l’amour avec soi et avec les autres, et non dans la comparaison. Compas-raison : on tourne en rond à vouloir avoir raison !

Faire avorter une tentative de mouvance vers un but, pour quelqu’un, c’est aussi asseoir un pouvoir sur lui qui peut être destructeur. Vous le tuez … en disant : tu es… incapable. Tous les  »tu es » tuent et posent une étiquette en compas-tir-mentant… Pourquoi ne pas unir ses forces avec celles de l’autre ? Ne serait-ce pas plus épanouissant pour les deux parties et source de joie et de plaisir partagés ?

Bien entendu, il faut aussi avoir défini ce qu’aider l’autre veut dire…

Rires… en voilà une drôle de question, n’est-ce pas ?

Aider l’autre :

Est-ce imposer son point de vue, son choix ?

Est-ce imaginer le pire scénario, la pire issue pour l’autre ?

Est-ce stimuler, vivifier, encourager ?

Est-ce seulement écouter sans rien dire ? Veut-il vraiment nos conseils ? A-t-il envie d’être ramené à une dure réalité alors qu’il focalise toutes ses forces pour réaliser un rêve et, est-ce bénéfique pour lui ? Quelle est ma réelle intention ?

Est-ce que je ne veux pas tout simplement montrer, démontrer que j’ai et que j’aurai raison ?

Est-ce que je veux avoir raison ou vibrer de l’amour ?

Est-ce que j’aide quand je suis pessimiste ? Est-ce que le stress, les angoisses ou les peurs ont déjà prouvé leur efficacité dans une réalisation de soi, ou un bien-être intérieur ou bien encore dans notre marche vers la version de nous-même encore plus lumineuse et en paix ?

Est-ce entretenir son espoir, ses espoirs ? Espérer n’est-ce pas finalement, déprécier le présent, s’empêcher de le savourer tel qu’il est ? L’espoir n’est-il pas qu’un mécanisme de survie, qui nourrit une insatisfaction du présent ?

Aider l’autre, n’est-ce pas plutôt lui demander ce qu’il aimerait qu’on fasse pour lui ?

Aider, est-ce Rabaisser ?

Aider, est-ce une solution ?

Je laisse monter en vous vos réponses…

Quelles qu’elles soient, je vous invite à vous ouvrir au fait, que toute pensée est vibration, tout mot est vibration, tout est vibration, ainsi, tout ce qui est émis par vous susceptible d’alimenter une faiblesse, une dévalorisation de l’autre va les renforcer, à un niveau énergétique, même si vous n’avez pas l’intention de nuire. Prenez-en conscience, vraiment.

Est-ce que la plus belle, la plus élevée de nos attitudes, ne serait pas d’offrir à l’autre, notre énergie à cumuler avec la sienne, pour la réalisation de ses rêves de l’instant ? Ne serait-ce pas se brancher à la fréquence de notre amour pour lui ?

Mes petits conseils – oui je sais vous ne m’avez rien demandé –, ou comment être pris à son propre piège ! Je ris, vous me connaissez, ce ne sont que des idées avec votre liberté de les lire ou non ! On va dire… mes petites pistes persos :

Pour ceux qui reçoivent et acceptent donc de recevoir les flèches empoisonnées d’un découragement certain à s’engager dans un choix :

Apprenez à dire non au découragement !
Arrêtez de cogiter, allez-y, vous verrez bien ! Tout chemin est utile, même s’il ne donne pas les résultats espérés, il n’y a rien à espérer, il y a juste à définir, choisir, foncer ! Notre mental est très doué pour imaginer les catastrophes à venir… Je n’ai pas besoin des autres pour arriver là où je veux aller ! J’y vais et c’est tout, c’est l’énergie que je mets dans ma motivation qui va créer ce qui suit ! Pas celle d’un autre ! Si je me sens touché, blessé, je me pose la question : est-ce qu’une partie de moi croit qu’il a raison quand il me juge incapable de… ? Je ne suis pas cet incapable, je suis capable, je suis autrement capable (là je sais de quoi je parle…) je crois en moi et renvoie ces flèches et ce jugement ! Je n’ai ni tort ni raison, j’ai confiance en moi ! Que le but que je me suis fixé soit difficile à atteindre ou non, peu importe, cela ne définit en rien l’issue.

Pour ceux qui envoient ces flèches empoisonnées :
Apprenez à dire oui au choix de l’autre : au nom de ta liberté, je respecte ton choix, que puis-je faire pour t’aider et déjà, as-tu envie que je t’aide ? Laissez l’autre expérimenter et n’abaissez pas son énergie ! Même si l’autre est responsable de se laisser toucher, de détruire son énergie en acceptant de recevoir les flèches, il y a quand même eu un « émetteur », et la flèche atterrira quelque part…. soit elle sera déviée par un récepteur sûr de lui qui va brandir son bouclier, soit elle sera reçue plein cœur… et en ce cas elle reviendra un jour ou l’autre (oui la flèche ressort et fait le tour de la terre, rires) sur son émetteur… c’est une loi. Non pour vous punir, mais pour vous faire prendre conscience que tout ce qui se dit et se pense émet une vibration boomerang.

CROYANCES

Le monde des croyances

Je voudrais aussi vous convier à sortir du monde des croyances, il est toujours limité. Que ce soit sur nous ou sur les autres. Il existe un autre monde, où tout est possible, où tout est imaginable. Ce monde-là, il est personnel, c’est le vôtre, c’est celui de l’autre, toujours en perpétuelle construction, c’est l’immensité du silence de votre âme, de son âme, qui « elle », sait…. Faites un point de la situation, écoutez si vous voulez les avis ici et là, mais surtout, ensuite, faites taire le mental en vous, fermez vos oreilles et écoutez la voix de votre étincelle divine.

Soyez intimement persuadés d’une chose : les autres ne sont pas, ne seront jamais Nous ! Jamais ils n’auront notre ressenti, notre essence, jamais ils n’entendront le murmure de notre âme !

Un objectif n’est qu’un objectif, un chemin n’est qu’un chemin, c’est la marche vers soi qui est intéressante et bénéfique pour l’acquisition de notre Sagesse. Savoir si on est sur le bon chemin ou si on a pris la bonne décision est inutile. C’est l’union de notre désir et de notre intuition qui nous élèvera, nous portant toujours plus haut. Pour être en paix, en pleine possession de toutes nos forces, soyons prêts à accueillir tous les résultats possibles, toutes les conséquences possibles, car ils seront, elles seront toujours ceux/celles dont nous avons besoin pour notre évolution. Effet bonus, cela renforce la confiance en soi.
Je vais terminer par cette citation que j’adore de St Exupéry :

« L’avenir, tu n’as point à le prévoir mais à le permettre. » Jean-Yves

LIVRE

Livre de Jean-Yves et Eliane Fayolle :
Le journal de bord de Jean-Yves – Autrement capable ÉSA Éditions, 2015

Moi Jean-Yves, je raconte dans ce livre une histoire : mon histoire retranscrite de ma chère maman, fidèle dame de compagnie, qui prend soin de moi depuis ma naissance et a doublé ses intuitions, est restée optimiste et confiante depuis mon accident. Oui, à l’intérieur de mon corps j’ai conservé mes facultés mentales, je peux toujours lire, voir, ressentir les événements. Mon histoire peut également être malheureusement la vôtre si par inadvertance votre ski s’enfonce dans une crevasse, si un bolide vous percute, si vous sombrez dans un état dit végétatif.
Je souhaite qu’il en soit de même pour tous mes amis emmurés dans leur silence, merci.

Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas, Jean-Yves est ce que l’on appelle un « grand traumatisé », cloué sur son fauteuil. qui ne peut s’exprimer qu’avec un doigt sur un clavier, à l’aide d’une facilitatrice; ce que l’on appelle la « Communication Profonde Accompagnée ». Cela ne l’empêche nullement de visiter d’autres mondes, sur d’autres plans de conscience, sans quitter « physiquement » son fauteuil et de nous partager les enseignements reçus lors de ses explorations…

Merci à toi Jean-Yves.

Des Matières contre les énergies négatives

 

Comprenez bien Chères Ames, que nous sommes tous sensibles à des niveaux différents. Par exemple, certains sont ultrasensible s là où d’autres ne ressentent presque rien. Cette sensibilité ou hypersensibilité électromagnétique est une maladie qui génère plusieurs symptômes comme des tensions    

Sachez que l’Améthyste dégage des émissions créant un filtre contre les ondes néfastes. Toutefois, sachez que porter sur vous ou placée près de vous durant une longue période, l’Améthyste provoquera des tensions. Elle peut causer une sensation d’oppression, peut-être même des maux de tête et de l’angoisse chez certains individus. Il faut donc utiliser l’Améthyste de préférence lorsque vous êtes dans un endroit baigné d’intenses ondes néfastes. 

OASIS

Vous pouvez alors la porter sur vous durant quelques minutes. Pour une protection prolongée, il est toutefois préférable qu’elle soit placée à proximité de vous et non sur vous. 

Vous pourrez également utiliser la Tourmaline Noire ou encore le Quartz, un cristal dans lequel il y a une incrustation de Tourmaline. Ces pierres pourront neutraliser les ondes néfastes en agissant comme une sorte de paratonnerre. 

Une autre substance est intéressante pour vous : l’Ambre. Ce n’est pas une pierre. Cette substance odorante est constituée de la vie minérale, végétale, et même de vibrations animales. Elle a donc cette capacité d’émettre des parfums et d’agir comme une éponge absorbant les ondes néfastes. 

Vous pouvez porter l’Ambre sur vous longuement. Il est donc très intéressant que vous portiez des pierres de la substance d’Ambre sous forme de bijoux, par exemple. La seule chose que vous devez vous rappeler est de décharge l’Ambre régulièrement. 

L’Améthyste n’a pas à être déchargée puisqu’elle émet. Pour l’Ambre, utilisez votre propre magnétisme. D’abord avec l’intention de le nettoyer tout simplement, puis posez-le dans la terre comme si vous faisiez un cataplasme d’argile. Vous le faites parfois quand vous avez des tensions dans un bras ou une jambe. Vous pouvez aussi poser un cataplasme sur votre Ambre. L’argile va absorber les ondes néfastes comme un buvard. 

Vous pouvez aussi créer des fils ou des tissus neutralisants constitués de cuivre et de soie brute. Prenez le cuivre et entourez-le de soie brute. Vous pouvez l’utiliser sous forme de filament entourant un appareil qui émet, ou dans un lieu de méditation par exemple, pour ne pas qu’il s’imprègne d’ondes ni qu’il en attire. 

Vous pouvez aussi constituer un tissu de soie brute – une tenture par exemple – que vous imprégnez de particules de cuivre et que vous pouvez placer autour d’un appareil ou d’un espace que vous désirez protéger. Cependant, ne soyez pas obsédés par cela. 

Ne créez pas tous vos vêtements à partir de soie brute imprégnée de cuivre. Toutefois, les structures de cuivre et de soie favoriseront un champ épuré. Par exemple, imaginons que vous épurez un lieu, une pièce avec de l’Ambre. Vous y posez de l’Ambre pendant un moment afin d’absorber le sondes. Mais si la génération d’ondes est continue, vous aurez de la difficulté. 

Lorsque nous vous parlons de vigilance, tentez de réduire les émissions d’ondes. Posez de l’Ambre pour absorber ce qu’il y a en place, puis créez une structure de cuivre et de soie pour établir un lieu protégé – jusqu’à un certain point, bien entendu. N’oubliez pas que, dans une certaine mesure, votre taux vibratoire agit en tout premier lieu. 

Rappelez-vous que si vous portez des métaux sur vous, par exemple des lunettes ou des bijoux de métal, vous attirez davantage d’ondes qui peuvent s’accumuler en vous. Il est très important que vous puissiez vous enraciner, vous relier à la terre. Assurez-vous que vos vêtements ne comportent pas de métal. Revenez à des structures, des vêtements  qui sont beaucoup plus naturels, car ils vous protègeront davantage. 

Nous vous invitons ici à fermer les yeux, détendez-vous, respirez profondément sans faire d’effort et vibrez dans l’espace de votre cœur. 

Demandez intérieurement à votre Esprit d’être plus perceptif et sensitif. 

Demandez intérieurement quels sont vos propres symptômes et les effets des ondes néfastes sur vous. 

pierres-et-cristaux

Ne réfléchissez pas intellectuellement. Demandez à entendre, à percevoir, à ressentir comment votre corps vous indique la présence d’ondes nocives. S’agit-il d’une angoisse soudaine, d’une migraine, d’un acouphène ? Quel est le symptôme le plus juste vous indiquant ces ondes néfastes ? 

Puis, demandez intérieurement si votre taux vibratoire est suffisamment élevé et, afin de l’élever davantage, quel aspect de vous doit être relâché ou détendu. Est-ce des peurs, des mémoires, un attachement à la souffrance passée, une dépendance affective ou relationnelle ? Un attachement, une dépendance matérielle ? Est-ce l’orgueil, l’envie, la jalousie, le jugement sur soi, la culpabilité, par exemple ? 

Demandez intérieurement quel aspect de vous fait obstacle à l’élévation de votre taux vibratoire. En d’autres termes, demandez à votre Esprit ce qui peut être transformé pour que vous soyez moins sensible aux ondes néfastes en élevant votre taux vibratoire. Y a-t-il une peur particulière qui vous vulnérabilise, des colères, des impatiences, des intolérances qui diminuent votre taux vibratoire ? Ecoutez en vous…. 

Choisissez d’élever votre niveau d’amour, en sachant que l’amour permet de raviver, d’intensifier, de fortifier votre système immunitaire physique et subtil contre les parasites de toutes formes, et même les ondes nocives. 

Nous vous invitons à diminuer vos propres émissions d’ondes néfastes, comme par exemple vos pensées colériques et vos critiques, mais aussi à diminuer le recours à des systèmes émettant des ondes nuisibles. Enfin, modifiez en conscience vos environnements, vos comportements physiques et vibratoires par amour pour vous et pour l’amour de la Terre.

 

Propos de Pierre Lessard sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

Publié dans:ELEMENTS, GUERISON, NATURE |on 28 octobre, 2016 |2 Commentaires »

Etre conscient de l’ego

 

 

La plupart d’entre nous portons des blessures. 
A cause de notre ego, notre être tout entier est une blessure. 
Et nous la portons partout où nous allons. 
Personne ne cherche à nous blesser, personne n’est dans l’attente de nous faire du mal ; tout le monde est occupé à protéger ses propres blessures. 
Qui aurait assez d’énergie ?
Mais cela arrive tout de même parce que nous sommes tellement prêt à être blessé, tellement prêt, dans l’attente des coups.

 chez francesca

L’instruction pour cette méditation est simple :

Soyez conscient de votre blessure.
Ne l’aidez pas à croître, laissez-la se guérir et elle ne sera guérie que lorsque vous irez à sa racine. 
Moins votre mental interviendra, plus vite votre blessure guérira ; sans mental, pas de blessure. 
Vivez une vie sans tête. 
Allez et acceptez les choses comme elles sont.

Pendant vingt-quatre heures seulement, essayez : une acceptation totale, quoi qu’il arrive. 
Quelqu’un vous insulte, acceptez-le, ne réagissez pas et voyez ce qui se passe. 
Soudain vous éprouverez un flot de vitalité que vous n’aviez jamais ressenti auparavant.

 francesca blog

Vidéo d’Eckhart Tolle qui nous parle du Corps de Souffrance

« Tant que vous êtes incapables d’accéder au pouvoir de l’instant présent, chaque souffrance émotionnelle que vous éprouvez laisse derrière elle un résidu. Celui-ci fusionne avec la douleur du passé, qui était déjà là, et se loge dans votre mental et votre corps ».

VIDEO / Image de prévisualisation YouTube

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

 

Le rôle protecteur des minéraux

 

 

La tradition amérindienne voit en chaque pierre un esprit protecteur. Cette sacralisation du règne minéral n’est pas dénuée de sens. Pour témoin, une discipline qui fait de plus en plus d’adeptes : la lithothérapie.

Il n’existe pas moins de 4000 minéraux répertoriés à ce jour. Il est étonnant de constater que le corps humain comporte en quantité variable nombre de ces éléments. De l’équilibre minéral dépend le bon fonctionnement de l’organisme tout entier. Le principal est le carbone autour duquel la vie a pu émerger. Il est contenu dans les glucides, les lipides et les protéines. Le calcium et le phosphore sont indispensables au squelette, l’iode à la glande thyroïde, le fer aux globules rouges du sang, etc. Pour la lithothérapie, l’impact énergétique des pierres sur l’organisme humain et son psychisme résulte d’une analogie structurelle et vibratoire.

Qu’est-ce que la lithothérapie ?

Cette forme de médecine douce peut être associée à toute pratique énergétique. La vibration subtile de certaines pierres entre en résonance avec le corps humain, libérant ainsi ses tensions physiques et émotionnelles. La prise en compte des 7 chakras, centres psychocorporels situés le long de la colonne vertébrale, permet de cibler les effets thérapeutiques. L’impact vibratoire des minéraux employés repose à la fois sur leur composition chimique, leur structure atomique, leur couleur – en lien avec la chromothérapie –, mais également leur symbolisme agissant sur le psychisme via l’inconscient collectif. La lithothérapie préconise également de porter sur soi un bijou orné de pierres adaptées à ses besoins de manière à profiter de leurs effets bienfaisants tout au long de la journée.

 

protection

Les pierres et leurs bienfaits

Parmi ces pierres, les plus représentatives, accompagnées de leurs pouvoirs protecteurs, livrent des secrets étonnants :

- L’hématite : connue depuis l’antiquité égyptienne pour ses vertus en matière de circulation sanguine, elle se caractérise par son apparence de métal brillant. Le chaman amérindien l’utilise pour favoriser son efficacité. Elle symbolise la terre nourricière. Elle peut être portée par des personnes ayant des problèmes de varices. Psychologiquement, elle stimule la confiance en soi et se révèle donc très intéressante pour les sujets souffrant de timidité.

- L’œil de tigre : considérée comme l’une des principales pierres de protection, certaines traditions s’en servent de talisman pour se prémunir des serpents et des envoûtements. Au niveau énergétique, l’œil de tigre a un effet miroir, réfléchissant les ondes négatives et les renvoyant vers son émetteur. Du point de vue physique, il favorise le fonctionnement du système digestif.

- Le quartz rose : cette « pierre du cœur » est en lien avec le quatrième chakra (région cardiaque) et il possède des vertus apaisantes. En cas d’insomnie ou d’agitation, les lithothérapeutes conseillent de placer un quartz rose sur la table de nuit.

- L’améthyste : le mot « améthyste » tire son origine du terme grec amathustein, signifiant ne pas être ivre. De couleur violette, cette pierre favorise l’élévation spirituelle et convient tout à fait à la méditation. Elle est aussi très efficace en cas de migraine lorsqu’on la place entre les deux sourcils pendant quelques secondes.

- La pierre de Lune : pierre féminine par excellence, les femmes s’en servent pour favoriser la lactation. Au niveau psychique, elle favorise l’intuition et protège des angoisses.

- La tourmaline noire : ce minéral est particulièrement efficace pour se protéger des ondes magnétiques générées par les écrans d’ordinateur, de téléviseur, les téléphones portables et les appareils électriques. 

Jacques Tiébault de Signes et Sens

sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ELEMENTS, ENERGIES, GUERISON, NATURE, POUVOIR |on 24 octobre, 2016 |Pas de commentaires »

FAIRE SILENCE POUR MIEUX ENTENDRE

 

La possibilité de communiquer n’est pas un don réservé à quelques-uns

Ainsi, l’ensemble des communications que nous recevons se passent dans l’inconscient, mais nous pouvons développer cette capacité de communication de manière consciente en étant plus attentif à ce qui se passe dans notre monde intérieur. Dialoguer avec les énergies subtiles n’est pas un don réservé à quelques élus, mais un mode d’échange entre les mondes énergétiques qui fait partie de notre bagage spirituel. Notre âme connaît ce langage subtil, car elle l’utilisait avant de s’incarner et s’en servira de nouveau en quittant la Terre. En conséquence, il est possible d’en jouir ici-bas si nous retrouvons le mode d’emploi.

À cet effet, il n’y a pas une seule recette magique qui vaille pour tous. Notre unicité requiert de partir à la découverte de soi pour comprendre la manière dont notre âme nous parle en premier lieu. Cela nous permettra de départager ce qui provient de la tête ou du cœur : de la personnalité (ego) ou de l’âme. Après, il sera plus facile d’établir des communications avec d’autres âmes ou énergies subtiles. Même s’il n’y a pas de solution miraculeuse pour y parvenir, il y a tout de même un ingrédient universel qui est essentiel de connaître : le silence.

silence

Une clé : le silence…

Nous savons tous que faire silence, c’est davantage que tenir « motus et bouche cousue », car dans le monde interne s’agitent pensées, perceptions, croyances et émotions qui font parfois tout un vacarme. Il faut dès lors une certaine discipline pour atteindre le vide dans les pensées. Pour une personne qui, comme moi, possède une machine à cogiter des plus fonctionnelles, le défi est alors de taille. Dès qu’on tente de l’interrompre, elle s’agite encore plus vite. Y aurait-il un interrupteur secret caché quelque part ?

Comme je ne parvenais pas à cet état où il n’y a plus de pensées, je me suis longtemps posé la question. Le yoga m’a apporté une clé importante à ce sujet. Bien que cette discipline ne soit pas le seul moyen de parvenir au silence intérieur, elle m’a appris à observer à être en présence consciente de mon corps. Cela à pour effet de nous ramener immédiatement dans l’instant présent et contribue à réduire le flot des pensées. En plus, ce contact avec le corps nous prépare à la communication subtile. En effet, il est le premier allié pour la développer puisque c’est lui qui capte les ondes qui nous sont envoyées, et qui les transmet par le ressenti.

Le contact avec le corps physique est donc primordial tant pour s’intérioriser que pour comprendre notre propre discours interne. Une fois établi, il permet ensuite d’accéder à l’espace sacré du cœur, là où on peut établir des communications avec les énergies subtiles et de renouer avec notre sagesse intérieure. C’est là également que se trouvent bonheur, paix et amour, ainsi que toutes les solutions aux défis du quotidien. Tout ce que nous cherchons se trouve en nous. Alors, concrètement, comment pouvons-nous récupérer toutes ces informations ?

 SILENCE1

Plus qu’une technique : un état d’être…

Et c’est là une excellente interrogation, particulièrement lorsque nous baignons dans une situation difficile ! Sachons d’abord que tout cela ne réfère pas à une méthode ou une technique, mais à un état d’être. En effet, la communication claire et limpide s’établit dans l’espace du cœur. C’est là que se trouve la certitude tant souhaitée. Alors, si nous concentrons notre attention sur une technique, nous perdons de vue l’essence même de la communication puisque nous quittons ainsi l’espace du cœur pour se retrouver dans la tête. Il y a certes des moyens pour nous aider à mieux capter les messages qui nous sont envoyés, mais ce qui prime est toujours l’état d’être nécessaire à la communication, et non le moyen que nous utilisons.

Que ce soit le yoga, la méditation, la contemplation, la visualisation, l’art, la musique, la marche en forêt, nombreux sont les moyens qui nous guident vers un état d’intériorisation propice au silence. Il importe aussi de savoir qu’en situation de grande émotivité, il est souvent préférable de changer notre manière de s’intérioriser. Ainsi, la machine à pensées (la tête) sera absorbée par la nouveauté et délaissera du coup les préoccupations du moment. Par exemple, dans ces moments, il serait approprié d’utiliser un exercice de respiration si habituellement cela ne fait pas partie de la routine de centration. D’une simplicité désarmante, mais d’une efficacité éprouvée, quelques grandes et profondes respirations en conscience nous amènent immédiatement dans un état plus calme, car elle permet de reprendre contact avec le moment présent. D’ailleurs, instinctivement, lors de grands stress ou d’un état d’exaspération, ne sommes-nous portés à expirer bruyamment ?

Il importe aussi de savoir que l’écoute intérieure se compare aisément à l’exercice physique. On en voit les résultats qu’avec un entraînement régulier. Chaque moment d’arrêt avec soi est une occasion d’observer ce qui se passe dans notre monde intérieur et de discerner les messages de la tête et de cœur. Cela exige de la vigilance. C’est pourquoi l’entraînement régulier est de nécessaire. Il ne faut cependant pas croire que parce qu’il y a régularité, le silence s’atteindra toujours instantanément. C’est l’état d’agitation intérieur qui donne la marche à ce niveau et non la somme des entraînements.

Dans les situations émotionnelles intenses, il est évidemment plus difficile de capter ce qui se passe. L’accueil de ce qui est dans le moment présent permettra calmer ce qui tente de s’exprimer alors. Il importe donc de ne pas nous juger ni comparer la qualité du silence qui s’installe en nous. Dès que nous allons dans cette direction, nous retournons dans le processus mental d’analyse qui nous éloigne de l’état de présence propice au silence. Chaque moment d’intériorisation est différent. Il n’y a donc pas de comparaison possible. Il s’apprécie pour ce qu’il est, pour le bien-être qu’il nous apporte, pour l’apaisement qu’il nous procure et pour les compréhensions qui en émergent.

Une seule minute de silence vaut son pesant d’or. Sachons la reconnaître à sa juste valeur. Accueillons-la et goûtons-la pleinement. Si étrange que cela puisse paraître, ce qu’on nomme vide du silence est en réalité plénitude de la vie.

Sylvie Ouellet

Auteure, conférencière, formatrice

Courriel : sylvie@sylvieouellet.ca

www.sylvieouellet.ca

Séminaire par Sylvie Ouellet

samedi 5 et dimanche 6 novembre de 9h30 à 17h30 à Voiron (Isère) France

Pour plusieurs, envisager qu’une âme puisse les contacter est fort interpellant. Dans ce monde rationnel, l’idée de communiquer avec l’invisible est encore trop souvent perçue comme une figure d’exception, quand elle n’est pas carrément rejetée.

La base des enseignements Alimentaires

 

1 – L’alimentation a-t-elle une importance pour notre évolution spirituelle?

- Je pourrais te répondre oui, mais je souhaite te répondre non. Je pense que si tu es en harmonie avec toi-même, la règle de vie ou la façon de te nourrir n’ont pas une importance capitale, car si tu suis une philosophie, si tu suis une orientation et que tu n’es pas d’accord avec elle au plus profond de toi-même, cela sera néfaste pour ton évolution spirituelle. Il faut suivre ton intuition la plus profonde. Il faut que vous suiviez votre intuition pour ouvrir votre coeur.

Il faut donc tout simplement que vous soyez en harmonie avec ce que vous mangez. Si vous faites un régime végétarien – par exemple – contraint et forcé parce que vous vous dites : « C’est bien pour mon évolution spirituelle », il y aura une lutte en vous, et vous n’acquerrez pas, vous n’irez pas vers la vraie spiritualité. Alors nous ne conseillerons aucun régime. Chacun fait selon ce que son coeur désire et lui indique, chaque être étant différent. Mais il faut transcender, il faut aller au-delà.

alimentation

Je vous dirai ceci, qui est pour nous beaucoup plus important : la vraie nourriture n’est pas celle du corps, la vraie nourriture est celle de l’Esprit.

Malheureusement, vous donnez beaucoup à manger à votre corps et vous laissez mourir de faim votre Esprit. Pour nous, c’est cela le plus important. Une nourriture aussi vous est essentielle, vous l’ingérez vraiment sans le savoir et sans le comprendre, c’est toute l’Énergie d’Amour qui est autour de vous, c’est cette Énergie Divine, ce prâna. Absorbez cette Énergie avec conscience et désintéressez-vous un petit peu de ce que votre corps absorbe. Votre corps aura d’autres besoins si vous donnez à manger autre chose à votre Esprit.

Il y a la bonne rigueur, il y a la mauvaise rigueur. À vous de savoir quelles sont votre bonne rigueur et votre mauvaise rigueur, car chaque être est une fleur différente dans le jardin de Dieu. 

2 – Vous nous avez enseigné dans d’autres lieux que dans l’ère du Verseau, non seulement les hommes ne mangeront plus leurs frères inférieurs, mais que les animaux ne se mangeront plus entre eux. La transmutation dont vous nous parlez permettra-t-elle ainsi une mutation biologique pour que cet état de choses puisse changer, parce que je vois mal qu’un lion puisse se nourrir d’herbe dans l’état actuel des choses.

- Ta question est très intéressante et je vais répondre ceci : dans la prochaine ère, lorsque la grande transmutation se sera faite, le seul règne qui se donnera par Amour aux règnes supérieurs sera le règne végétal. Cela peut vous paraître complètement étonnant, mais les animaux qui n’auront pas pu vivre la transmutation alimentaire ne pourront survivre. Donc les hommes et les animaux se nourriront de leur frère inférieur : le règne végétal. Ceux qui ne pourront pas se nourrir comme cela n’auront pas lieu d’être sur ce plan, sur ce monde. Il y aura beaucoup d’espèces qui disparaîtront car elles ne pourront pas s’adapter, aussi bien chez les humains que dans le monde animal.

N’oubliez pas ceci : les êtres humains, comme les animaux, se nourriront en grande partie de prâna, d’Énergie Divine, car ils auront ouvert les portes à ces Énergies. Pour les animaux, pour vos frères inférieurs, cela se passera d’une façon inconsciente, mais pour les humains cela se passera d’une façon consciente.  

3 – Un régime végétarien est-il souhaitable pour s’engager sur une voie ou encore un cheminement spirituel ?

Nous allons répondre oui, mais nous allons dire aussi ceci : ce n’est pas parce que vous ferez un régime végétarien que vous serez systématiquement sur la voie spirituelle. Beaucoup d’êtres ont l’impression qu’à partir du moment où ils sont dans une certaine éthique de vie, ils sont sur le chemin spirituel. Il peut y avoir des êtres qui ont encore un besoin physique d’absorber de la nourriture, c’est-à-dire de la viande, de la nourriture lourde et qui ont déjà fait une très grande ouverture, un très grand cheminement, parcouru un très grand chemin sur cette voie spirituelle.

La nourriture, comme les énergies, les ondes de forme ou tout ce qui vous entoure, peuvent être complètement transcendés. Vous absorbez de la viande, mais tout ce que vous absorbez n’est pas propre à une très bonne consommation et à une très bonne vie. Alors apprenez à bénir mentalement tout ce que vous absorbez, que ce soient des boissons, que ce soient des fruits, des légumes. Essayez de transformer toute l’énergie, toutes les vibrations de l’alimentation que vous absorbez. Vous seriez surpris de savoir que parfois vous absorbez du vrai poison, mais que votre véhicule de manifestation a aussi la capacité, sans que vous en ayez conscience, de le transmuter. Ne soyez pas trop préoccupés si vous avez encore des besoins de manger de la viande, de la charcuterie etc.

Il vous est dit que vous avez besoin de protéines pour vivre, nous pouvons vous dire qu’à un certain niveau de conscience, vous n’en n’avez plus besoin. Vous pouvez pratiquement vous nourrir d’une nourriture presque inexistante, car vous avez la nourriture énergétique, le prâna, qui prend le relais de la nourriture physique. Mais pour que ce relais puisse se faire, il faut que votre corps soit déjà dans une certaine vibration.  

4 – Est-ce qu’il est important de rester vigilant vis-à-vis des végétaux qui sont modifiés génétiquement pour notre alimentation, ou est-ce désormais sans intérêt ?

- Nous aimerions vous dire ceci : il aurait été important d’être vigilant par rapport à tout ce qui est manipulé sur votre planète. Mais maintenant cela n’a plus une importance considérable car tout sera vibratoirement et cellulairement totalement changé.

Donc, même si vous absorbez de la nourriture qui n’est pas celle que vous auriez dû absorber – c’est-à-dire qui n’est pas saine à la santé humaine – bénissez cette nourriture, absorbez-la avec amour, en sachant que rien ne pourra nuire à votre corps. Nous vous déconseillons de manger vos petits frères, mais si votre corps réclame encore de la viande, bénissez-la, absorbez-la dans l’Amour, dans la Paix, surtout pas dans la culpabilité.

Quoi que vous puissiez absorber, sachez que votre corps, vos cellules, ont la capacité de transformer, de transcender l’énergie absorbée en une énergie qui pourra être totalement positive pour vous.

Nous pourrions vous dire que même ce qui est complètement négatif pour la vie, c’est-à-dire la radioactivité telle que vous la connaissez, peut être totalement inoffensive si vous savez l’absorber.

Pour nous qui pouvons être humain comme vous sur certains mondes, nous ne craignons pas la radioactivité. Elle est totalement inefficace sur nos cellules, sur nos corps, car nous savons transcender tout ce que nous absorbons, que ce soit au travers de notre tube digestif ou de notre respiration. Vous pouvez faire cela et c’est très facile. Ayez conscience, chaque fois que vous absorbez de la nourriture ou que vous respirez, que ce que vous respirez et que ce que vous mangez sont parfaits pour vous.

Cellar and preserves

Vos anciens – c’est-à-dire les êtres d’il y a cent ans ou même moins – savaient bénir la nourriture avant de la prendre, et c’était ce qu’il fallait faire. Ils le faisaient en hommage au Père. Ils le faisaient inconsciemment et cela leur servait à intégrer, à ingérer totalement cette nourriture sans qu’elle puisse leur être néfaste. Ils n’avaient pas de maladies de la digestion comme vous en avez actuellement. Maintenant vous ne mangez pas, vous absorbez goulûment et sans conscience toute nourriture.

Tout ce que vous absorbez en énergie, que ce soit par le moyen de la respiration ou celui de la nourriture matérielle, doit l’être dans un autre état de conscience, c’est-à-dire en bénissant, en acceptant avec Amour tout ce qui va pénétrer dans votre corps et lui permettre de s’activer, de vivre, de se mouvoir, d’être.

Boire est nécessaire à votre vie, et également au nettoyage de votre corps. Vous nourrir est nécessaire pour avoir l’énergie, pour que votre corps fonctionne. Lorsque vous respirez, vous devez avoir conscience que c’est l’Amour universel que vous respirez et que cela aussi est nécessaire à votre bon fonctionnement. Ne soyez pas des automates qui mangent, boivent, respirent. Ayez conscience de ces actes essentiels à la vie.  

5 – Justement, au niveau de la nourriture pour les animaux, que peut-on leur donner avec des boîtes de pâtée, des croquettes ? Il se trouve que j’ai des animaux chez moi qui ne sont pas en très bonne santé à cause de cela.

Il n’y a pas que cette nourriture-là ! Les animaux subissent ce que tous les humains subissent. C’est-à-dire la Transformation !

Vous pourriez certes donner à vos animaux une nourriture plus saine, mais beaucoup moins facile à préparer et vous vous lasseriez très vite de préparer cette nourriture. Vous ne le faites même pas pour vous, vous ne le feriez pas pour vos « petits frères » animaux.

Ce que vous pourriez faire, chaque fois que vous ouvrez une boîte, magnétisez-la, bénissez-la et demandez que l’Énergie Divine pénètre cette boîte. Comme cela, la nourriture que vous donnerez à vos petits frères sera différente, transformée vibratoirement.

Le monde animal – même s’il souffre aussi beaucoup de vos actions sur votre monde – va devenir de plus en plus intelligent. Vous aurez de plus en plus la possibilité de communiquer de façon télépathique avec le règne animal, car celui-ci a des facultés de télépathie beaucoup plus importantes qu’en a le règne humain et vous pourrez communiquer avec tous vos frères inférieurs.  

6 – Que pensent les Êtres de Lumière du fait que la plupart des hommes soient encore carnivores et qu’ils fassent souffrir les animaux pour les tuer ?

- Ils n’ont aucun jugement, ils disent simplement : « Que chacun agisse selon son état de conscience. » Lorsque vous évoluez, lorsque vous passez sur des plans de conscience supérieurs, vous ne pouvez avoir qu’Amour pour vos frères différents. C’est à vous d’essayer de faire comprendre aux autres que la Vie est sacrée. Mais il faut être tolérant envers ceux qui font inconsciemment souffrir leurs petits frères d’un autre règne.

Chaque être peut avoir plusieurs phases dans sa vie, des phases où il a un rejet absolu pour tout ce qui est viande, puis il peut avoir d’autres phases où il a de nouveau envie de consommer de la viande. Ce n’est pas parce qu’il est plus ou moins évolué, c’est parce que son véhicule a besoin de cette énergie.

Là où vous devriez vous insurger, c’est pour la souffrance gratuite, c’est-à-dire lorsque vous faites ce que vous appelez des expériences en laboratoire. Cela est une souffrance gratuite qui ne vous sert pas, car vous pourriez découvrir les moyens de vous soigner beaucoup plus facilement et sûrement avec d’autres méthodes. Dans un temps qui ne sera pas si loin que vous le pensez, il n’y aura plus aucune expérience sur des animaux en laboratoire. Il y aura une loi qui sera votée interdisant toute expérience de vivisection. Un grand pas sera déjà fait.

 

Dossier de Monique Mathieu du site : http://ducielalaterre.fr/

Seules les vibrations d’amour guérissent

 

Seules les vibrations d’amour guérissent, quels que soient les maux, car elles se situent à un niveau vibratoire bien au-delà de ce que vous appelez « matière » et de ce fait, peuvent interférer dans les dysfonctionnements pouvant exister, survenir, dans ce bas niveau vibratoire qu’est la matière. Pour illustrer cela, votre chair, vos os sont constitués de ce que vous appelez « matière » ; en fait, d’énergie de bas niveau vibratoire. Le niveau des vibrations qui constituent votre corps physique est intangible, variant très peu. Par contre le niveau vibratoire de vos pensées, peut varier lui, dans d’importantes proportions. Sans entrer aujourd’hui dans le processus de la maladie, je dirai simplement que le niveau de vibrations de vos pensées influe énormément sur vos corps subtils et physique, ainsi que sur ceux des Autres.

Oui, le niveau de vos pensées influe énormément sur votre état d’être et sur ce que vous appelez « santé », mais également sur les Autres, ceux qui vous entourent comme ceux qui vivent à l’autre extrémité de la planète. En élevant votre niveau vibratoire, non seulement vous permettez au véhicule de votre âme : votre corps, de fonctionner harmonieusement, en un mot : « être en santé », mais également vous participez à l’élévation des vibrations de la planète. Ce faisant, vous aidez les Autres, tous les Autres, sans distinction, sans jugement, dans la neutralité.

chez francesca

Élever ses vibrations

Comment pouvez-vous élever vos vibrations ?

Et bien, comme je vous l’ai déjà dit : par l’amour en vous-même et la neutralité, face à ce qui vous entoure. Beaucoup de méthodes existent pour vous aider si cela vous est difficile seul. Mais sachez qu’il n’existe aucune méthode, formation, technique, dont vous pouvez acheter les résultats.

Pourquoi ?

Est-ce que les formateurs que vous pouvez rencontrer ne sont pas compétents ? Non, pas du tout, mais simplement que lorsque de l’argent est en jeu, le niveau vibratoire de la contrepartie qui vous est offerte s’n trouve affecté et, inéluctablement son niveau vibratoire ne peut vous aider à élever les vôtres. Tout simplement, observez, écoutez la nature. Tout ce qui vous entoure est d’une richesse inégalée si vous l’observez avec les yeux du coeur.

En observant ce qui vous entoure avec les yeux du coeur, le niveau de vos vibrations s’élèvera tellement que vous n’en verrez que les bons aspects et par réaction, vos vibrations s’élèveront encore et encore. Écoutez le chant des oiseaux, la mélodie du vent sur les feuilles des arbres, l’eau qui coule… La nature vous offre tout cela et encore plus. Laissez-vous simplement porter par l’harmonie de votre environnement. Peut-être vivez-vous dans le brouhaha de la ville, de l’effervescence du travail, de la notion de gagner… de l’argent…

Et bien évadez-vous au travers de lectures, de musique enregistrée, que vous aurez soigneusement choisies. Certains d’entre vous ont la faculté de transcrire sur différents supports matériels (livres, disques, films…) leurs émotions, leurs ressentis… leurs vibrations, et ce faisant, les mettent à la disposition des Autres qui ne peuvent pas, pour diverses raisons, bénéficier directement des bienfaits de la nature.

Mais lorsque vous optez pour l’utilisation de tels moyens de substitution, vis-à-vis de la nature, de votre mère la terre, choisissez-le bien, choisissez les avec votre coeur, lorsque vous les visionnez, lisez, écoutez. Ne faites pas intervenir la raison dans votre choix, mais seulement votre coeur, qui vous permettra d’obtenir l’élévation de vos vibrations.

Message de Hilarion Reçu le 17 février 2011 par Jean-Paul Thouny

sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:AMOUR, GUERISON |on 13 septembre, 2016 |1 Commentaire »

L’ALCHIMIE A BESOIN DE NOTRE CONSCIENCE

 

L’organisation de nos vies intérieures est une activité simple pour notre biologie.

Elle s ‘appuie sur le fonctionnement naturel et non-conscient de nos « mises en vie » non seulement physiologiques, mais aussi émotionnelles, mentales, psychiques comme spirituelles. Chacun de ces quatre plans à ses tonalités. Tous ces éléments communiquent entre eux pour « notre mise en vie » et composent donc, notre organisation alchimique.

Avant de vous définir ce que Didier Thiellet appelle le laisser-faire intérieur, je me dois d’abord, de vous décrire certaines facettes de cette organisation complexe pour notre logique intellectuelle et d’une richesse inouïe qui embrasse la perfection.

Croyez-vous que notre alchimie ait besoin de notre conscience, 
notre volonté, notre désir pour exister ?

Pour mieux vous aider à saisir le phénomène, j’ose vous proposer une suite de questions/réponses pour lesquelles j’espère, vous me pardonnerez de jouer sur les deux tableaux. N’hésitez surtout pas à vous arrêter devant les questions et/ou les réponses, j’espère encore pour ne pas bâiller « la » corneille, mais bien pour amener votre cheminement méditatif aux questions que je m’en vais « nous » poser. Si mes mots venaient à votre réflexion susciter quelques prises de conscience, merci de m’envoyer cinq euros cinquante sur mon compte. Je vous promets d’en faire bon usage.

Mais passons au sujet.

ALCHIMIE

 

Qui créé et dirige nos vies.

 

Sauriez-vous dire avec précision qui ou qu’est-ce qui a construit votre personnalité ?

Il y aurait bien une flopée de réponses ! N’est-ce pas ?
Prenons la première qui pourrait arriver à nos têtes : « mes parents ». 
Auquel cas je répondrais : « est-ce qu’ici, maintenant, votre vie se crée sur les dires, actions ou soins de vos parents ? »

Il me semble que vous allez me répondre non ? Non ?

Ensuite, il est possible que certains d’entre vous pensent que leur vie se soit créée en partie par l’impact parental ou l’impact de leur histoire. Mais si cet impact est de l’ordre du passé, qui est la mémoire qui le porte ? Qui entretient et actionne cette mémoire ?

« Moi » dirions-nous sûrement ?
Qui est ce moi et quel pouvoir effectif a-t-il réellement ?
Est-ce ce « moi » qui va acheminer l’information d’un neurone à un autre?
Est-ce ce « moi » l’organisateur de ce cheminement ?
Est-ce aussi ce « moi » le commandeur des fonctions cognitives qui animent notre vie ?
Est-ce ce « moi » qui nous fait lever notre bras dans tel degré, latitude ou vitesse ?
Dois-je continuer ? 

Qui choisit ?

Est-ce, ce « moi » qui a les possibilités ou capacités de faire une carrière comme ingénieur, électricien ou garçon d’étage ?
Est-ce, ce « moi » qui construit chaque trait de l’histoire qu’il traverse ?
Est-ce ce « moi » qui amène à lui les possibilités entre A ou B pour pouvoir choisir ?
Est-ce ce « moi » qui crée telle ou telle envie ou est-ce que ce moi a telle ou telle envie qui lui arrive ?
Bien sûr la compréhension, la vision du monde et de soi vont nous soutenir dans notre choix.
Mais qui a forgé cette compréhension ?
Qui a adopté cette vision du monde ?
Qui est le créateur réel de cette vision du monde ou de soi-même ?
Qui est le créateur des pensées, émotions, sensations et croyances qui nous traversent ?
Encore « moi » me direz-vous ?
Sommes-nous reparti pour faire une boucle ?

Eh, oui ! Je crois entendre déjà chez quelques uns l’inquiétant « mais si ce n’est pas moi, qui c’est ? », et j’imagine que certaines, c’est certain, pourraient me demander cinq euros soixante cinq de dommage et intérêt. Eh oui, le paradoxe de la dualité dans l’unité est touffue sur nos têtes et va jusqu’à blanchir notre chevelure qui perd de sa force naturelle. Dans cette unité, ce vide, ce silence immanent, nous devons bien faire exister ce toi et ce moi, non ? Comment pourrions-nous nous reconnaître, nous aimer ou nous détester sinon, mes chéris, chéries ?

Ah, mais ! Je ne dois pas confondre cette recherche d’amour avec l’amour qui va bien plus loin. Cet amour qui gonfle nos artères, glisse dans nos nerfs, se faufile dans nos contradictions ou s’accommode dans nos croyances limitantes de la vie et du « moi » et qui n’a pas besoin de l’amour d’autrui pour s’alimenter et orchestrer mais qui se fait une fête de la rencontre.

Derrière papa et maman, la vie.

Si certes mon corps biologique a l’empreinte naturelle de ma généalogie et porte en référence l’histoire de ma mère et/ou de mon père. Si certes, mon corps n’avait jamais pu se condenser sans l’union du spermatozoïde de mon père et l’ovule de ma mère. Tous ces éléments : mon corps, le spermatozoïde de mon père et lui-même l’ovule de ma mère et elle-même, leurs ancêtres, leurs corps et tout ce qui va avec – tous ces éléments réunis ne sont qu’une seule et même chose : des éléments de la vie. Donc, je suis, tu es, il est, nous sommes tous des enfants de la vie pour ne pas dire la vie elle-même.
Dois-je espérer les cinq euros quarante cinq virgule sept sur mon compte?
Mais la vie ne s’achète pas !

Et derrière la vie « quoi qu’il y a ? »

L’amour.

C’est l’amour qui fait battre nos cœurs, active nos pensées, sensations, émotions, souvenirs. C’est l’amour qui se plie à nos croyances, nos désidératas et nos compréhensions et c’est encore l’amour qui nous met devant nos contradictions et nos illusions. C’est l’amour qui nous attache à une histoire et nous fait passer dans le trauma de la pseudo séparation ou qui nous laisse dans la solitude du moi et c’est encore l’amour qui nous laisse le libre choix de nous abandonner et nous reconnaître en lui. Et c’est toujours l’amour qui se réjouit en soi quand nous réalisons que nous ne sommes rien d’autre que lui.
Pourtant, nous traversons la félicité de la dualité, le jour et la nuit.

Les idées sur nous-mêmes et sur la vie se construisent sur une résistance 
à celle-ci, un non-laisser-faire intérieur.

Dans ma carrière d’homme des cavernes où l’obligation de montrer au clan comme j’étais beau, efficace, adéquat et performant afin d’être reconnu, récompensé et si possible aimé, la réflexion m’a poursuivi, pourchassé, traqué et acculé.

Cette réflexion a amené Didier Thiellet à réaliser que dans cette forme de bataille, il jouait sur les tableaux : de la rébellion pour forcer la reconnaissance et de la soumission pour recevoir de l’amour ou calmer la peur. Et il nous dit……….. :

Dans cette bataille entre moi et l’autre, il y avait par exemple l’action d’appeler la reconnaissance d’autrui pour sentir « mon moi » exister ou de m’efforcer à être quelqu’un, pour dissiper la peur du « rien » et du vide. De plus, pour pouvoir exiger et revendiquer l’amour, la reconnaissance ou le respect, la fabuleuse organisation de vie qui œuvre en vous comme en moi, avait fait en sorte de me faire rencontrer les personnes et situations au travers desquelles je pouvais revendiquer l’objet espéré. Elle avait aussi, pour plus de congruence, créé dans la terre fertile de mon inconscient, des croyances comme « je suis indigne d’amour », « je suis nul » ou « la vie est dure » pour donner du relief et des raisons à mes revendications. Elle utilisait des traumas passés pour nourrir ces croyances et créait des arguments par un éventail de conclusions, justifications, comparaisons, réactions, visions afin de donner un sens à l’illusion d’être. Je réalisais aussi que toute cette organisation était le résultat de la subtile communication des diverses éléments inconscients composants l’animation de mon existence et que ce ballet s’articulait à partir de mon acceptation ou non acceptation de ces dits éléments inconscients. Il m’est alors apparu évident que la vie n’avait aucunement besoin de ma volonté pour animer mon voyage terrestre. Elle avait répondu à ma façon de m’ouvrir ou de me fermer à elle. Je réalisais aussi que l’amour que j’avais tant de fois pris comme valeur fausse et traîtresse était en fait le créateur effectif de toute existence, la mienne comme la votre.

Rencontrer la fabuleuse organisation de la vie en soi.

ALCHIMIE2

Pour apprécier le jeu du « Je » et la diversité subtile des détails de la vie, je comprenais par contre que j’avais besoin de prendre la responsabilité de mes perceptions et du comment je prenais, accueillais, vivais les éléments de cette vie intérieure. Je réalisais que l’idée de moi et de la vie était construite sur la retenue de perceptions collectées et incorporées lors de situations dans lesquelles mon état d’esprit les avait refusées et enregistrées comme traumatisantes. Fait cocasse puisqu’en refusant de laisser se passer en moi des perceptions qui se passaient, je forçais mon cerveau à me définir sur elles et qu’en refusant le vivant qui m’animait dans l’instant j’ordonnais à celui-ci à rêver une autre vie.

Croyez-vous que nos « moi » diffèrent dans leur fonctionnement ?
Je vous laisse la réponse.

Qu’est-ce que le moi pour moi ?

Dans ce moi, l’égo prend une place prépondérante. Il est pour moi la structure qui se crée sur la résistance des perceptions passées tirées des situations vécues, vous en avez un aperçu dans ma description ci-dessus. Comme l’égo ne peut exister sans ces perceptions incorporées, le moi vit dans l’ambiance émotionnelle et mentale de ces perceptions. L’égo est tout à la fois, une vision illusoire de ce que nous sommes et un pont qui permet d’entrevoir ce que nous pourrions appeler la conscience de l’essence ou l’amour que j’ai évoqué plus haut. Sur ce pont s’exerce une conscience, que nous prenons comme individuelle que je qualifie plus de « biologique » et que je reconnais comme le « moi », qui permet à chaque instant de nos vies de discerner sous quelles références nous demandons à celle-ci de s’orienter :

- dans la conscience de l’égo avec tout ce qui a été conditionné 
– ou dans la conscience de l’essence à travers laquelle le tout à partir du rien, est possible.

Et comme dit Lavoisier : « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

Au-delà du mot et des maux ou l’état sans état.

J’ai commencé à apprendre par la psychologie quantique de Stephen Wolinsky, élève de Swami Nissargadatta, comment et combien nous élaborions les états d’âmes sur lesquels nous bâtissions le sens de nos vies et du « nous-même » sur la lecture de nos expériences passées. Bien que notre biologie va enregistrer comme information de survie les perceptions vécues à travers notre matériel corporel, notre conscience intellectualisée ne va en garder qu’une partie pour formater sa raison et ses sens de vie. Comme l’avance Stephen, ce formatage se base sur des fausses conclusions. Pour aller au-delà de cette intellectualisation, nous utilisons en psychologie plusieurs méditations guidées.

 

La démystification du moi et de l’égo.

Nous ne sommes pas nos pensées, émotions, sensations, idées, croyances, souvenirs et mémoires, nous avons des pensées, émotions, sensations, idées, croyances, souvenirs et mémoires.

Nous nous sommes malgré tout identifiés à ces éléments et de par cette identification, nous avons confondu l’état d’être à l’avoir. L’avoir passe, l’être reste au-delà de la vie et de la mort, au-delà du temps et de l’espace.
Donc, du fait que :

- le moi construit ses raisons d’existence en refoulant dans son intériorité des perceptions passées qui stagnent et peuvent se changer en toxines émotionnelles, 

- nous dessinons l’image de nous-mêmes au travers de l’ambiance émotionnelle, mentale et mémorielle de ces perceptions arrêtées, 

- « ces arrêts » sur expériences provoquent des états d’âmes où découle de la souffrance,

- la vie se manifeste en « souffrance » quand nous ne sommes plus dans son courant, il suffit alors, pour rencontrer l’état sans état de laisser vivre et passer en soi-même cet avoir de perceptions retenues avec tout état d’âme.

Nous n’avons rien à faire d’autre pour exister que d’épouser la vie dans notre espace de conscience de l’instant et nous laisser diriger par l’amour.

Pour ce faire il suffit de contacter le vivant corporel, d’accepter de le vivre dans sa chair, de suivre les flux de ce vivant dans les paysages intérieurs qu’il emprunte, d’accepter de traverser les nœuds psycho-énergétiques amassés, fruits de nos mensonges et de réaliser que ce que nous sommes va au-delà de l’idée que nous avons sur nous-même. En lâchant la recherche à l’existence et en laissant passer les perceptions retenues qui l’impulse apparaît alors en soi, à un moment donné la conscience de l’essence. Plus nous discernons à chaque moment qu’il se doit l’identification formatée, plus nous rééduquons notre cerveau à lâcher le combat du rêveur et plus nous plaçons notre espace de conscience dans la conscience de l’essence.

J’ai appelé cet pratique le laisser-faire intérieur.

La page blanche.

Dans l’action de laisser se passer en soi ce qui se passe à chaque instant, nous revenons à « la page blanche » où toutes les formes de vie peuvent effectuer leur danse et leur voyage. Nous avons cru être l’écriture alors que nous sommes la page blanche où le tout par le rien est possible. Les mots sont insuffisants pour percevoir ce que nous sommes.  Pour citer Nissargadatta :

 « pour savoir qui tu es, sache qui tu n’es pas » ou « installe-toi dans le je suis et laisse tomber tout le reste ».

La formation en ligne : « Surfez votre vie. » par Didier Thiellet

LE SITE : http://linstantdeletre.net/bienvenue/

 

ALCHIMIE3

Si l’action du laisser-faire et la rencontre de la diversité de votre vivant intérieur vous attire, je vous accueille avec plaisir dans un voyage passionnant au travers de la formation : « Surfez votre vie »Dans cette formation, vous apprendrez à contacter le vivant au sein de votre corps, à vivre l’instant dans la présence de ce vivant, à déjouer les cristallisations identitaires, les vérités égotiques et leurs croyances limitantes. Vous apprendrez à vivre dans la simplicité de votre alchimie jusqu’à peut-être vous laisser porter par elle. La simplicité n’est pas facile puisqu’elle demande de lâcher tous les efforts sur lesquels nous avons misé pour devenir quelque chose ou quelqu’un. Cette action/non action demande au départ l’effort de ne plus faire d’efforts. Comme j’ai entendu Josette Calmes l’exprimer, praticienne en Dynamique Emotionnelle Exprimée méthode Etienne Jalenques, « c’est un gros effort ». 

Au moment où nous quittons « celui qui rêve sa vie » nous nous laissons embarquer par la vie qui œuvre pour nous comme une grande. Arrive alors, comme le dit Jean Bouchart d’Orval : « les vacances. ».

Publié dans:ACCORD, AMOUR, ASCENSION, DEVELOPPEMENT, GUERISON |on 4 septembre, 2016 |Pas de commentaires »

LE SIMPLE FAIT D’ETRE VIVANT ALIMENTE L’ATMOSPHERE

 

Lorsque vous mangez une pomme, vous vous nourrissez de son prana, surtout si vous avez cueilli cette pomme directement dans un pommier et capté d’abord consciemment du regard son prana. Pour en capter davantage encore, prenez une croquée de cette pomme et gardez un moment le morceau dans votre bouche, sans le mâcher. Vous serez étonné de la sensation que cela peut procurer.

 pomme

Le prana est l’essence vitale de toute nourriture. Vous avez peut-être parfois remarqué qu’il vous fallait manger beaucoup d’aliments avant de vous sentir rassasié. C’est peut être dû au fait qu’il ya peu de particules praniques dans les aliments choisis, ou encore qu’ils n’ont pas été suffisamment bien absorbées durant la digestion. Si vous êtes certain que vos aliments sont vivants, et qu’ils contiennent donc du prana, gardez-les quelque instants dans la bouche avant de les avaler afin de mieux capter la partie éthérique de l’aliment.

Ainsi, par votre Intention et votre Attention, vous absorberez son énergie éthérique. Puis, mastiquez-le longuement avant de l’avaler, afin que tous les micro-capteurs de votre bouche puissent aussi l’absorber. Lorsque vos aliments ne sont pas aussi vivants que souhaité, et possèdent donc peu d’énergie vitale, rechargez-les de prana en focalisant sur vos aliments, à partir de votre troisième œil, les faisceaux de lumière portant votre Intention de les revivifier.

Comme vous êtes vivant, vous irradiez la vie. Cela signifie que vous contribuez à charger la vie autour de vous, tout comme l’atmosphère, de cet élément vital qu’est le prana. Tout ce qui est vivant, partout dans l’univers, génère du prana, l’énergie de la vie présente en toutes choses.

Si un individu ne reconnaît pas être lui-même de source universelle, par ignorance ou par inconscience, il ne génère alors que fort peu de prana. C’est lorsqu’un humain s’exprime, s’épanouit et se manifeste en harmonie avec sa conscience d’être de lumière incarné, que le prana qu’il émet contribue à la vie environnante de manière vraiment importante.

Tout autour de vous, le prana est présent comme il est présent en vous et en toute forme de vie. Et si vous êtes conscient que vous en créez naturellement, vous vous en nourrirez aussi plus consciemment.

Le prana que vous générez est naturellement présent dans vote champ magnétique, lequel a la propriété de faire circuler et de projeter le prana qui émane de vous. En fait, plus vous générez de prana, plus votre champ magnétique est vibrant. Et plus votre champ magnétique est vibrant, plus vous captez les vibrations des autres, et de même, plus les autres peuvent capter la vibration authentique de votre Ame. Votre champ magnétique vous permet d’utiliser la loi d’attraction et d’attirer à vous ce qui correspond le mieux à votre essence et au but de votre incarnation. Votre champ magnétique vous permet aussi de projeter vos intentions avec plus de puissance dans l’univers et d’attirer à vous les situations, les circonstances et les êtres pouvant catalyser votre épanouissement spirituel jusqu’à un état de grâce divine. Qui plus est, votre champ magnétique es tune sorte de filtre naturel qui dissout et élimine tout ce qui ne vous appartient pas. Il constitue donc un élément essentiel à votre bien-être, que le prana rend plus vivant, plus vibrant. 

C’est grâce à votre champ magnétique que vous pouvez accueillir, ressentir et respirer votre présence d’Ame et ses émanations. Qui plus est, votre champ magnétique agit comme un filtre éliminant ce qui ne vous appartient pas. La nourriture pranique est associée au centre de la gorge, et à l’aptitude à exprimer clairement ses idées. Sachez aussi que le champ magnétique que vous alimentez de votre prana est directement en lien avec votre aura, exprimant votre signature énergétique. Votre champ magnétique vibrant d’ondes de lumière colorées est donc l’expression subtile de qui vous êtes vraiment. Les individus sensitifs ayant développé leur faculté de double vision (superposant la perception de l’aura à ce que leurs yeux voient) peuvent voir et ressentir votre aura, et ainsi vous découvrir sous votre vrai jour. Plus votre champ magnétique est puissant, plus il est facile de le sentir. Lorsque le champ d’énergie d’un être est puissant et étendu, tous sur son passage ressentent sa force et se sentent attirés vers lui, sans pouvoir nécessairement comprendre ou expliquer ces impressions.

Le prana circule librement dans l’atmosphère de la planète. Il est constamment généré par les écosystèmes terrestres et par le règne minéral, végétal et animal. En fait, tout ce qui est constitué de cellules vivantes génère du prana. Même les minéraux sont porteurs de vie. Ils émettent donc eux aussi des ondes et du prana et contribuent ainsi depuis toujours à l’évolution de la vie sur Terre. 

Votre champ magnétique, s’il est bien chargé de prana, vous permettra d’être moins affecté par les sombres égrégores qui à l’heure actuelle en maints endroits, dégénèrent en égrégores de terreur. Ces forces ténébreuses sont créées par des humais projetant autour d’eu la peur, la colère, la critique et la terreur qui les habitent. C’est donc un cercle vicieux. Et lorsqu’un individu émet de la colère, non seulement il alimente l’égrégore de colère déjà existant, mais en plus il attire à lui de semblables énergies de colère qui l’envahissent et il a alors l’impression d’être possédé par quelque chose de morbide qui lui fait perdre ses moyens et dénature son être véritable. Il n’est plus lui-même, mais c’est uniquement parce qu’il est sous l’emprise d’un tel égrégore. Un champ magnétique sain et vibrant crée un bouclier partiellement ou totalement impénétrable par les ondes émanant de ce genre de soucis.

Par conséquent, si vous alimentez régulièrement votre champ magnétique en prana, vous faites le choix le plus sage qui soit.

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

PRIERE DE GUERISON

 

Des plus grandes épreuves que nous pouvons subir en ce monde terrestre, la maladie est parmi celles qui apparaissent le plus régulièrement. Elle nous donne même la solide impression de venir beaucoup plus souvent qu’à son tour.

Nous savons déjà que les maladies terrestres peuvent être contrôlées, soit par le canal physique, soit par le canal spirituel, soit encore par une action alliant les deux niveaux en étroite complémentarité. Mais pour que chacun des types d’intervention curative soit efficace, il faut avant tout que Dieu en autorise les résultats escomptés. Pour cela, il faut au point de départ que le retour à la santé soit compatible avec les limites du plan de vie qui régit notre incarnation. Il est donc possible que, malgré toutes les bonnes conditions d’application réunies, les traitements de nature autant physique que spirituelle demeurent tout à fait impuissants. Il faut donc bien tenir compte de cet aspect lorsque nous prions Dieu de nous accorder la guérison.

portes du temps

Voyons maintenant le genre de prière que nous pouvons adresser à Dieu lorsque la maladie nous assaille ou touche un de nos proches :

Dieu tout-puissant, bon Père du ciel, je suis accablé par la maladie qui m’empêche d’agir pleinement dans le monde matériel qui m’entoure.

La souffrance étreint autant mon corps que mon Esprit.

Je Te prie aujourd’hui pour implorer Ton secours.

Si mon enveloppe de chair peut retrouver sa santé par les médecins de ce monde, guide-moi vers celui qui pourra le mieux me soigner.

Inspire-le pour que sa science m’apporte la solution tant espérée.

Si c’est plutôt par la vie de l’Esprit que je dois me soigner ou si c’est aussi par elle, dirige vers moi les Esprits guérisseurs de l’au-delà  qui peuvent et désirent me redonner la force et la santé.

Permets, si c’est nécessaire, que je puisse en reconnaître les messagers.

Si je souffre en contrecoup d’actions passées, soulage ma misère.

Considère ce que j’ai déjà compris pour abréger mes peines.

Si c’est pour mieux me grandir, donne-moi la force de souffrir.

Guide-moi vers l’aboutissement de ce difficile chemin et permets que mon Guide m’inspire un regain d’énergie stimulant mon Esprit affaibli.

Je Te remercie, Dieu d’Amour, d’écouter cette prière.

Je remercie également les entités qui voudront bien m’apporter leur soutien et je remercie plus particulièrement mon Ange gardien pour sa réconfortante présence.

AMEN !

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:GUERISON, PRIERE |on 19 août, 2016 |Pas de commentaires »

Donner un sens à notre alimentation

L’alimentation est au cœur de notre vie. Elle constitue notre base. Il n’est pas question, sous prétexte, de porter un regard attentif à notre alimentation, de laisser s’éteindre notre curiosité et notre gourmandise. Le temps est venu de revisiter et de réinvestir notre plaisir autrement. Nous sommes d’ailleurs naturellement très bien dotés pour cela. Nul besoin de faire appel à de quelconques artifices. Tout est déjà là, à l’intérieur de nous, en simplicité et en justesse.

Et si le secret d’une alimentation harmonieuse résidait dans des choses simples ? Nous venons au monde riche de nos six sens pour toucher, sentir, écouter, goûter, voir et ressentir la vie. Si nous stimulons nos sens innés, ils n’auront de cesse de croître et de s’affiner pour nous offrir une expérience de vie vibrante. Nos sens nous relient au monde. Ils nous renseignent sur notre environnement. Ils nous ouvrent à un champ de perceptions infinies. Ils sont pourvoyeurs de vie nous protégeant et nous informant des dangers, mais aussi nous procurant du plaisir.

CARTES

Nos sens (à l’exception de la vue) se manifestent in utéro. 
Comme une valse bien menée : le premier à entrer dans la danse est le toucher, suivi de l’odorat puis de l’ouïe. Ensuite, apparaissent les « bourgeons gustatifs » que sont les récepteurs gustatifs et les papilles pour devenir le goût. L’instinct, réflexe de survie ancestral, est déjà présent et permet au fœtus de reconnaître les saveurs « toxiques ». En effet, les saveurs amères ont souvent été associées dans notre évolution à des substances toxiques comme les champignons ou les baies.

Leur rôle est essentiel car se sont par nos sens que nous sommes présents à nous-mêmes et à notre environnement, dans l’ici et maintenant. Pourtant, nous avons tendance à les sous-estimer, voire à les oublier, traversant la vie sans regarder vraiment, sans respirer pleinement, sans savourer intensément, sans contacter sa peau, sans écouter la mélodie de la vie et sans accueillir nos ressentis.

Nos sens sont pleinement impliqués dans notre relation à la nourriture. Ils nous informent de la comestibilité des aliments et nous offrent du plaisir. Pour cela, il est nécessaire de les stimuler : observer, sentir, toucher, écouter et ressentir avant de goûter. Nos modes de vie souvent basés sur la performance et la compétitivité nous poussent à tord à limiter l’usage de nos sens à celui de la vue (si c’est beau, alors ça doit être bon !) et au goût (je goûte et je verrais bien si c’est bon !). Les autres sens comme l’odorat, le toucher, l’ouïe et l’intuition sont mis en veille et s’endorment parfois très profondément. On en vient à perdre le sens de nos sens. Aujourd’hui, nous pouvons les ré-activer pour découvrir « l’alimentation sensorielle » ! L’alimentation sensorielle, c’est très simple et emprunt de bon sens. Si lorsque je me nourris, je décidais d’activer tous mes sens pour bénéficier de toute la richesse qu’ils m’offrent ? Si je décidais maintenant de contacter mes sens et mes ressentis, que se passerait-il alors ? Il y a des aliments que je ne consommerais pas, parce que je sentirais qu’ils ne sont pas bons pour moi. A l’inverse, je mangerais plus de certains aliments. Je sentirais vibrer tous les récepteurs de mon corps éveillé !

CARTE0Au fil du temps, nos sens ont cédé leur place au profit du sens des conventions, nous mettant ainsi à distance de nos compagnons les plus fiables et fidèles, appauvrissant nos sensations, nos perceptions et notre vocabulaire. Notre éducation, la meilleure que nos parents ont souhaitée nous offrir, a conditionné nos comportements. N’avez-vous jamais entendu dire qu’il n’était pas poli de porter la nourriture à son nez pour la sentir (surtout en présence d’invités) ; qu’on ne mange pas avec les doigts, parce que c’est sale et impoli et, que ce comportement n’est pas adaptée à notre société (J’évoque ici notre culture européenne). C’est ainsi que de nombreux parents crient victoire très tôt parce que leurs tous petits mangent déjà avec des couverts. Et voilà comment le toucher se colore d’interdit… qu’il s’agisse de nourriture, de contact, il devient cet interdit qui s’affiche dans les boutiques alors que ces mêmes magasins exposent des objets qui stimulent nos sens et invitent à la caresse. Dans notre société, nos mains sont réservées à la malbouffe. On mange sur le pouce, avec les doigts des sandwichs et autres plats conçus pour être engloutis, bouffés. Notre odorat est leurré par les sprays appétant diffusés dans certains commerces de bouche. Le visuel prime sur la qualité des aliments. On mange en musique dans des ambiances qui parasitent nos sens. Nous avalons, parfois sans mâcher, et à d’autres moments sans contacter le goût, on s’interroge sur les saveurs qui composaient notre assiette déjà vide.

Les sens dirigent notre attention sur l’ici et maintenant. C’est un moyen simple d’investir l’instant présent. Il suffit de contacter ses sens un à un. En cet instant, notre mental s’absente pour laisser place à l’expérience. C’est l’expérience de la pleine conscience. Soyons à la fête en présence de nos sens. Le temps d’un repas au moins : touchez les aliments, évaluez leur poids, leur température, sentez les sensations sous vos doigts. Par cette attention, vous informez votre corps sur la qualité et la quantité d’aliments qu’il va recevoir. Vous êtes en train de démarrer votre digestion. Portez à votre nez les aliments pour humer avec profondeur leurs senteurs, leur odeurs. Accueillez les souvenirs, les associations, les émotions le cas échéant. Notre sens de l’olfaction est relié au cerveau limbique, siège de nos émotions. Portez à vos oreilles et écoutez le son des aliments, affinez vos perceptions, en secouant légèrement, en pressant avec douceur pour écouter les variations. Mettez les aliments sous la lumière, observez les zones de contrastes, les couleurs… Avant de goûter, fermez les yeux riches de tous ces ressentis et accueillez toutes les sensations qui se présentent en cet instant. Contactez votre intuition : certains aliments vous attirent-ils davantage ? A l’inverse, certains ne vous tentent –ils pas ? Faîtes le choix de ne manger que les aliments dont vous avez besoin. Prenez la décision de manger les aliments qui vous attirent et de réserver ceux qui ne vous attirent pas à un autre repas, à une autre expérience. Maintenant, portez à votre bouche. Laissez fondre. Croquez une fois. Laissez la curiosité des goûts de cette bouchée envahir votre bouche et votre corps. Puis, mâchez jusqu’à ôter tout le goût et avalez.

Nos sens nous accompagnent à la découverte du monde. Ils aiment être rassurés par des odeurs, des touchers, des goûts, des paysages ou des visages, des sons que nous connaissons bien. Ils aiment aussi la curiosité et l’aventure. C’est dans ces instants là qu’ils sont les plus stimulés… la nouveauté est un moyen de les activer. Les expériences seront parfois positives et nous chercherons à les reproduire, tandis que d’autres expériences ne seront pas enregistrées comme agréables. La richesse des sens, c’est que cette expérience désagréable au demeurant, si elle est de nouveau retenter, pourra devenir agréable. Expérimentez. Jouez. Vibrez… écoutez-vous.

Ariane ROQUES auteure du Jeu de cartes 
« Se nourrir en conscience », aux Editions Le Souffle d’Or.

Voici la première carte du jeu :

carte_10

ariane

par Ariane ROQUES

mangeuse éveillée et auteure du Jeu de cartes 
« Se nourrir en conscience », aux Editions Le Souffle d’Or.

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Élevez nos émotions pour optimiser la réalisation

 

 

Lorsque vous aurez pris l’habitude de préparer votre âme par une connexion protectrice, vous pourrez vous ouvrir à un monde que vos cinq sens ne peuvent pas percevoir. Vous aurez créé votre propre système de filtrage et vous pourrez alors diriger vos pensées où bon vous semblera. Puisqu’il s’agit d’élever votre vibration plus haut qu’elle ne l’est actuellement, vous voudrez faire le maximum pour atteindre votre objectif. Visez haut. Combien haut? Souvenez-vous de votre système de guidance. Souvenez-vous que vos émotions sont des mouvements d’énergie. Visez les plus hauts mouvements énergétiques. Visez l’état d’exaltation le plus durable. La durabilité est cruciale. Vous voudrez atteindre le niveau qui vous procurera une grande satisfaction et qui deviendra un aspect de votre être. Recherchez une satisfaction qui vous valorisera à long terme et qui valorisera aussi le monde à vos yeux.

 conscience de soi

Quand vous pensez à ce que vous êtes aujourd’hui, ce sont vos réalisations qui dominent. Ce sont les obstacles que vous avez surmontés et les actions que vous avez entreprises pour améliorer votre vie et celle des autres qui font de vous une âme satisfaite. Chacun de vous est venu en ce monde avec un certain nombre de réalisations accomplies dans des vies antérieures et aussi dans celles qu’il n’a pas encore vécues selon votre vision linéaire du temps. Dans cette vie-ci, vous êtes la somme de certains aspects choisis de votre âme qui s’expriment cette fois-ci d’une façon particulière. Dans cette vie-ci, vous recherchez la satisfaction dans des domaines dont vous n’avez pas encore fait l’expérience. Vous donnez de l’expansion à votre âme. 

Pour élever votre vibration, vous devez élargir votre fréquence. Vous êtes déjà nés avec quelques voiles en moins. Ce n’est pas dans ces domaines que vous devez vous élever et vous révéler. Votre objectif est différent de celui de vos voisins, de vos parents ou de vos frères et sœurs. Et, croyez-nous, ce n’est pas votre nouvelle voiture qui élèvera votre vibration à long terme. Ce pourra toutefois être ce que vous aurez dû faire pour obtenir cette voiture qui l’élèvera, selon ce que visait votre conscience en le faisant. Ce ne sont pas les biens matériels qui peuvent satisfaire votre âme, mais plutôt le processus de transformation volontaire que vous vous serez imposé. 

Il ne fait aucun doute qu’un grand nombre de choses transitoires vous procurent du plaisir, mais la satisfaction que vous en retirez est brève. Elle ne dure que le temps de la jouissance et elle ne vous rend pas meilleurs. Par exemple, si vous aimez le chocolat, vous éprouvez du bonheur à en manger, il vous faut continuer à en manger pour maintenir ce bonheur. D’un autre côté, si vous faites régulièrement de l’exercice physique pour demeurer en forme, vous ressentez une satisfaction plus durable. Vous avez surmonté quelque chose et vous en êtes devenus meilleurs. Vous êtes ici pour briller le plus possible. Vous n’êtes pas ici simplement pour manger du chocolat, même s’il n’y a rien de mal à cela. Si seulement vous le mangiez avec davantage de conscience, ce pourrait être plus enrichissant pour vous. Élever votre vibration, c’est révéler davantage de votre source lumineuse. Cela ne risque pas de se produire si vous passez votre temps à vous faire plaisir sans rien changer en vous. 

La transformation de vos obstacles personnels pour révéler la lumière 

À mesure que vous surmontez les obstacles qui se présentent dans votre existence, vous devenez une âme et une personne plus brillantes. Vous devenez davantage que ce que vous étiez au départ et vous exprimez davantage la lumière de la création. Si vous restez tels que vous étiez, vous ne livrez pas davantage de votre potentiel. Par contre, en grandissant continuellement et en prenant de l’expansion, vous améliorez votre représentation de Tout ce qui Est. Cela ne veut pas dire que vous devez courir le marathon ou devenir président de votre pays. Le sens du mouvement est déterminé individuellement. Pour un individu, ce sera peut être simplement le fait d’ouvrir la porte de chez lui et de surmonter sa peur du monde extérieur qui le fera avancer au point de transformer son âme à jamais. Pour d’autres, ce pourra être de dire ce qu’ils pensent ou encore d’aimer leur partenaire, quelles que soient les fautes commises par ce dernier. Pour certains, la moindre action de ce genre peut susciter davantage de croissance en leur faisant traverser la frontière les séparant de leur essence véritable. C’est donc différent pour chacun, et aucune difficulté n’est plus grande qu’une autre. Sa taille dépend de la signification qu’elle revêt personnellement pour chaque individu. 

Comment savoir ce qu’il vous faut vaincre pour éliminer vos filtres? Regardez les secteurs de votre vie où vous vous sentez le plus blessés ou déçus. Dans quels secteurs rencontrez-vous constamment un blocage? Qu’est-ce qui vous cause de la frustration et de l’inquiétude? C’est différent pour chacun et ce n’est pas nécessairement ce que d’autres peuvent penser. Quelqu’un pourrait observer votre vie et penser que vous avez besoin d’avoir plus d’amis, et pourtant vous n’éprouvez aucune insatisfaction sur ce plan. Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Si vous êtes esseulés, peut-être recherchez-vous la présence des autres, mais il se peut bien qu’il vous faille accepter la solitude. La réponse se trouve uniquement dans chaque âme. Vous la trouverez peut-être en faisant le contraire de ce que vous croyez. Si un individu esseulé réussit à être heureux avec lui-même et à obtenir de la satisfaction dans ses tâches, solitaires ou non, il a alors trouvé l’expression de son âme. Si jamais une occasion d’échanger des idées avec des amis le fait avancer, il devrait alors rechercher davantage de telles occasions. 

Les difficultés sont nos amies. Les obstacles nous indiquent comment devenir de meilleurs créateurs. Pour que votre âme atteigne de plus hautes vibrations, elle doit affronter chaque difficulté avec enthousiasme en la considérant comme une occasion d’acquérir davantage de lumière. Certains défis nous forcent à examiner notre attitude et nous fournissent l’occasion de modifier notre perception. C’est finalement ce que nous devons tous faire quand nous rencontrons des obstacles. Si une difficulté paraît négative, comment la transformer en autre chose? Vous pouvez parvenir à transformer les fréquences en acquérant le contrôle de vos perceptions. 

Ces dernières sont souvent enracinées profondément dans vos comportements conditionnés, ceux de cette vie-ci et des autres. Il peut donc s’avérer nécessaire de déterrer ces racines pour modifier votre point de vue. Encore une fois, c’est également là une occasion d’effectuer un véritable changement. Plusieurs d’entre vous seront tentés d’abandonner la lecture de ce livre à ce point-ci. L’idée d’un véritable travail peut être rebutante. Cependant, nous savons que vous pouvez l’accomplir et que ce sera de moins en moins difficile à chaque tentative. Vous avez là l’occasion d’une énorme croissance dont il vous faut profiter. Les récompenses en seront astronomiques. 

Par où faire commencer ce changement? Prenez un événement qui s’est produit aujourd’hui même dans votre vie. Comportait-il un aspect frustrant? Imaginez que vous aurez une attitude différente la prochaine fois que cette situation se présentera. Est-il facile de changer votre attitude? Pouvez-vous voir les choses autrement? Plus votre filtre personnel est profondément enraciné, plus ce sera difficile de modifier votre réaction. Plus il recouvre votre connexion à l’énergie de la lumière, plus ce sera difficile d’en enlever toutes les couches. C’est toutefois possible de le faire petit à petit. 

Les secteurs de votre vie où vous ressentez le plus de frustration sont couverts de couches matérielles plus épaisses. Imaginez le changement intérieur qu’il vous est possible d’effectuer en éliminant toutes ces couches. Vous serez plus légers et plus brillants selon le nombre de couches que vous aurez éliminées. Si l’une de vos frustrations consiste à faire la queue longtemps à la banque et que vous décidez d’apporter un magazine la prochaine fois afin de prendre plaisir à lire un article intéressant, vous ajouterez ainsi de la lumière à votre âme et au monde. Ce n’est pas trop difficile à faire, mais vous passerez de la colère au contentement et cela aura un effet. 

Si, par contre, vous venez de découvrir que votre mari couche avec votre meilleure amie, vous ne pourrez peut-être pas modifier votre réaction de colère, de tristesse et de déprime simplement en lisant un article de magazine. Cependant, l’occasion de grandir à partir de cette expérience n’est pas négligeable. La chose la plus difficile à réaliser dans cette situation, c’est que c’est vous qui avez là une occasion de changer puisque vous ne pouvez pas changer les autres personnes impliquées. La situation comporte toutefois un cadeau pour elles aussi. Chaque personne, à sa façon, pourra devenir meilleure selon ce qu’elle fera de cette possibilité de transformation. Toutes les parties ont contribué également à créer cet événement et elles doivent donc toutes en assumer pleinement la responsabilité. Personne n’a rien fait à personne. Chaque individu a attiré l’événement dans son expérience afin que son âme puisse grandir. Comment découvrir un problème qui requiert de l’attention s’il ne se présente pas avec évidence?

 rita

Si les individus observaient davantage ce qu’ils créent et s’ils maintenaient leur vibration à un haut niveau, ils n’auraient pas besoin d’autant de « coups de marteau sur la tête » pour les réveiller. Cependant, il faut parfois des coups de marteau, qui offrent l’occasion parfaite d’une sérieuse modification. Un événement comme l’infidélité et la trahison peut aller dans plusieurs directions dont chacune est susceptible de changer la vie. Certaines réactions peuvent amener l’individu à se développer considérablement tandis que d’autres peuvent le faire sombrer. Ce genre d’événement comporte un grand potentiel positif si on l’utilise pour altérer sa conscience. Ce n’est pas une tâche facile, mais le résultat en vaut la peine. Les situations radicales et émotionnellement épuisantes comme celle-ci forcent les gens à évaluer ce qu’ils ont créé et à comprendre pourquoi elles sont apparues dans leur existence. Si l’individu assume sa responsabilité, il peut trouver le moyen de continuer à avancer tout en devenant plus fort. Ces situations sont l’occasion d’une importante prise de conscience quant à soi-même et à ses relations. Cependant, si l’individu n’assume pas sa responsabilité, il aggrave son cas et la même situation relationnelle se répétera sans doute plus tard.

 

Jill Mara

Dans Les clés de l’évolution de l’âme – Portail vers la prochaine dimension

Aux éditions Ariane

http://www.simion7d.com/

Ré-harmonisation planétaire

 

Académicien, docteur en biologie, physicien, scientifique de génie, clairvoyant et guérisseur, Grigory Grabovoï originaire du Kazakhstan, est reconnu par de nombreuses académies scientifiques dans le monde entier, par divers représentants de courants spirituels et même par l’Unesco et l’Onu.

 GG

Grigori Grabovoi et Brigitte Ahoia

Cet homme hors du commun, grâce à ses capacités extrasensorielles a enchaîné les succès dans de nombreux domaines : il a sauvé la navette spatiale « Atlantis » et la station spatiale « Mir » pour le compte du Centre de Contrôle des Vols Spatiaux, a prévenu d’une catastrophe nucléaire majeure en 1999 à la centrale nucléaire bulgare de Kosloduy, a réalisé des expériences de téléportation d’objets, de dématérialisation et de matérialisation, de régénération de matière détruite, a pratiqué des centaines de guérisons avec déclarations notariées de personnes atteintes de maladie en phase terminale…

Il a traduit toute cette science spirituelle, acquise directement du champ informationnel infini de la Conscience Cosmique, en langage scientifique moderne.

Il a créé un enseignement à la portée de tous contenant de nombreuses technologies issues de la conscience et de l’âme que chacun peut appliquer sans difficulté pour restaurer, changer, contrôler toute sa réalité dans tous les domaines sans aucune limite.

Pour lui, la réalité n’est pas objective mais bien un produit de notre conscience.
Les possibilités de ses technologies bio-informatives sont infinies et tout événement quel qu’il soit peut être changé.
Nous pouvons modifier une information disharmonieuse par l’information harmonieuse à la  Norme de la création.
Son enseignement est UNIQUE et basé avant tout sur le Salut de Tous car nous sommes tous interconnectés.
L’enseignement de G. Grabovoï nous permet de récupérer tous nos potentiels d’origine, de passer de l’état de victime à celui de Créateurs Conscients Responsables de notre monde intérieur et extérieur.

« La tâche de toute notre VIE consiste à traduire le savoir de notre âme en une forme logique afin de pouvoir l’utiliser de façon consciente » G. Grabovoï

Brigitte Ahoia, enseignante accréditée par G.Grabovoï, a volontairement créé une structure associative, il y a 3 ans avec Évolution 888, afin de s’inscrire dans une correspondance authentique avec la dynamique du Salut Global qui est la base dans l’Enseignement de Grigori Grabovoï.

Evolution 888 participe également à un mouvement coopératif et solidaire avec d’autres enseignants étrangers afin d’accompagner G.Grabovoï à réaliser son plan de ré-harmonisation planétaire. Évolution 888 est la première structure associative accréditée en France pour diffuser cet enseignement.
Elle organise et anime des séminaires, ateliers et stages partout en France et à l’étranger.

  • Séminaires découverte :
    Mulhouse 8/9/10 juillet

    Annecy 15/16/17 juillet
    Paris 22/23/24 juillet
    Lille 16/17/18 septembre
    Concarneau 23/24/25 septembre
    Vaison la Romaine 7/8/9 octobre
Toutes les infos et newsletter sur :
Grabovoi.fr

Vous pouvez aussi vous inscrire sur le Forum LA VIE DEVANT SOI http://devantsoi.forumgratuit.org/

pour plus d’info

Publié dans:GUERISON, PLANETES, TERRE |on 5 août, 2016 |Pas de commentaires »

Comment Etre devant la Présence Divine

 

La première fois que je fus confronté à la Présence Divine, je crus nettement à un effet de mon imagination. Je me disais que, compte tenu de mon infériorité d’évolution, il n’était pas possible que je puisse atteindre un tel niveau de dégagement spirituel conscient. Comme si l’au-delà voulait absolument me faire écarter cette hypothèse, on me fit revivre la même expérience quelques mois plus tard, dans des conditions en tout point similaires.

en croix

Il me fut impossible par la suite de pouvoir en nier la pleine réalité.

Les deux fois, j’étais seul, assis à la table de la cuisine. Je retravaillais certains passages de livres. Alors que je n’y attendais pas, je me sentis subtilement m’élever en esprit en sortant en dehors de mon corps. Bien que je gardais un contact conscient avec ce dernier, je montai très haut, comme si mon Esprit allait s’imprégner de l’énergie bienfaitrice des niveaux vibratoires les plus subtils.

Soudain, je me sentis comme en état de compréhension de l’Etre suprême. Je ne pouvais Le voir, mais Sa Présence intime, bien qu’encore très éloignée, m’enlaçait complètement de Ses effluves d’Amour. Je vécus alors ce que j’appellerais une expérience de conscientisation de la Nature Divine.

Dans un premier temps, l’Amour que je ressentis de cette Etre sublime m’inspira une vision très petite de moi-même. Cet Amour se voulait tellement inconditionnel que Sa pureté semblait se raffiner à l’infini. Je me perçus très indigne d’une telle grandeur d’Etre. Ensuite, un désir indéfinissable de Le rejoindre me fit comprendre en un seul cop toute la pertinence des efforts courageusement appliqués à notre épuration spirituelle. Dans l’état où je me trouvais, un pressant sentiment d’impatience m’étreignait de toutes parts. J’aurais accepté les pires épreuves d’incarnation pour me permettre d’atteindre au plus tôt le niveau vibratoire de cet Etre dont l’Amour me parut presque étouffant pur mon humilité encore trop fragile.

Malgré ce sentiment, une joie mêlée d’une vive espérance m’étreignait ; joie de comprendre la grandeur où conduit le chemin et vive espérance en percevant l’aboutissement accessible de la route.

La deuxième édition de cette expérience privilégiée me plongea dans une profonde analyse de ce que j’avais vécu. Encore imprégnée par l’intensité du phénomène, une réflexion sur Dieu se déclencha en moi. Celle-ci devait me permettre se saisir encore mieux Sa nature, du moins sur deux aspects que je compris davantage.

Le premier aspect qui frappa ma réflexion concerne Son rayonnement. Je ne vous en donnerai malheureusement qu’un aperçu car les mots me manquent pour vous décrire que j’ai réellement senti. Son rayonnement semble constitué essentiellement d’amour et de vie. Bien qu’il ait été encore très loin de moi pendant l’expérience, j’ai senti que ces deux éléments s’interpénétraient pour former un genre d’alliage énergétique indissociable. Cette énergie pénètre en nous comme une brillance pétillante qui vient vibrer dans chaque cellule subtile de notre être. L’effet en est presque enivrant de bien-être.

En pénétrant en nous, le rayonnement divin nous fait découvrir la source première et continue de toute forme de vie. Il est plus que vivant. Il est la Vie. Il n’a nul besoin de forme oud e visage, car il est tout ce qui existe. Il est toute l’énergie répandue dans le moindre atome matériel ou pseudo-matériel de toute la création infinie et de tous les mondes de l’Esprit. En fait, j’ai clairement senti dans mon esprit que rien ne pouvait exister sans qu’il participe à son existence.

Le deuxième aspect concerna Sa perfection e t Sa grandeur. J’ai été fort surpris par le malaise que je ressentais en comprenant davantage ce qu’il était vraiment. La conception que je m’en étais faite, malgré tous les échanges que j’avais eus sur Lui avec mes frères de Lumière, me laissait supposer qu’un grand bonheur devait envahir tout Esprit qui s’approchait de Dieu. Or, l’expérience que je vécus me démontra qu’il n’en était pas nécessairement ainsi. La subtilité de Ses vibrations d’amour nous fait comprendre toute notre infériorité. Devant une telle grandeur, notre orgueil est bien éprouvé. C’est là que j’ai compris pourquoi nous pouvions choisir des incarnations si difficiles à l’état d’Esprit. J’ai bien vu que c’était réellement nous-mêmes qui tenions à remettre la moindre dette pour nous assurer d’être vraiment dignes d’une telle présence. Car dès que nous sommes conscients de ce qu’Il est, nous ne pouvons supporter l’idée d’avoir pu transgresser Ses Lois sans en avoir assumé nous-mêmes les conséquences. Car il est justice pure et équité sans fin.

Nous aspirons tellement à pouvoir Le côtoyer en toute aisance, que nous en oublions la cherté du prix à payer. L’attirance est tellement forte qu’elle provoque un véritable aveuglement d’impatience. Ce phénomène est vécu par tout Esprit qui sait que nous ne pourrons véritablement l’atteindre que dans la perfection. Nous voulons donc accélérer la montée par des pas toujours plus grands ; heureusement pour nous que Dieu autorise Lui-même chacun de nos plans de vie, ce qui nous garantis que les exigences de nos incarnations ne sont jamais au-dessus de nos forces. De plus, il veille sagement à ce que ces plans soient scrupuleusement respectés, au risque de nous laisser faussement penser de Lui, dans les séquences difficiles, qu’il nous abandonne dans la souffrance.

Ce qui accentue encore plus cette impression d’humiliante petitesse, c’est Son regard hors du temps qu’Il jette sur nous. Dieu qui perçoit déjà l’aboutissement final de notre progression spirituelle semble nous regarder comme si nous étions déjà parfaits. Cette impression nous rend très mal à l’aise, car en Esprit, notre lucidité nous fait bien voir toutes nos faiblesses encore existantes et tout le chemin qui reste à parcourir. Cet aspect m’a ainsi fait comprendre pourquoi, à notre niveau, nous ne voyons pas nécessairement Dieu après notre mort. C’est qu’Il ne veut pas empêcher le bonheur relatif que nous pouvons avoir mérité.

C’est là aussi que j’ai réellement compris l’importance de faire taire le plus possible notre orgueil pendant notre incarnation. Car dans l’au-delà, cette faiblesse peut bloquer notre accès au monde vibratoire des bonheurs proches de Dieu. Trop obnubilés par les déchirements qu’elle provoque en nous, nous risquons de nous éloigner de la Lumière, craignant d’être humiliés par la pureté du Regard Divin.

Après avoir vécu cette expérience, mon regard sur les misères du monde terrestre se transforma. Je compris vraiment qu’aucune force ne pourrait résister devant une telle grandeur, d’autant plus que cette force n’existerait que par l’autorisation de Sa volonté. Je sais maintenant qu’il n‘y a pas de véritable guerre entre le bien et le mal. S’il en était autrement, le mal ne pourrait même pas voir le jour puisque Dieu n’est que bien et amour. En fait, tout ce que nous appelons le mal n’est que l’expression de l’ignorance spirituelle de chacun de nous, c’est à dire la manifestation des degrés inférieurs de l’évolution progressive à laquelle Dieu seul à échappé.

La proximité du mal qui nous entoure nous sert implicitement d’outil de progression spirituelle. En combattant le mal, nous confirmons nos acquis tout en assistant nos frères incarnés qui sont aujourd’hui à l’échelon d’ignorance où nous étions hier. Mais la lutte se fait pour nous et par nous. Quant à l’intervention divine, Elle ne cherche qu’à nous assister dans nos efforts de progression, en respectant le plan de vie élaboré par chacun d ‘être nous lequel plan est intimement relié à nos acquis, à nos dettes à payer et aux buts que nous nous sommes fixés. Bien sûr, mon expérience m’a rendu encore plus conscient de la longue route qu’il reste à parcourir, mais j’ai bien vu que cet aboutissement nous était réellement accessible. De plus, constater que Dieu nous regarde déjà comme si nous étions tous élevés jusqu’à Lui nous confirme à l’avance que nous parviendrons tous à gravir la montée.

J’aurais aimé découvrir d’autres aspects de Dieu et vous en faire part, mais je crois que cette pensée constitue en elle-même l’expression d’une certaine ingratitude envers Lui. Je Le remercie donc de m’avoir permis de vivre une pareille manifestation de Son amour et de permettre maintenant que je puisse la partager avec vous.

propos de Serge GIRARD dans QUAND L’AU-DELA SE MANIFESTE

La bibliothèque de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:ENERGIES, ESPRITS, GUERISON, La MORT, LUMIERE |on 31 juillet, 2016 |2 Commentaires »

L’OBLIGATION DE VIVRE DANS L’HARMONIE ET EN SANTÉ

Les épreuves, de nos jours, n’épargnent personne. Les bombardements électromagnétiques et les causes de stress sont tels que les maladies cardiaques, le cancer et d’autres problèmes font de plus en plus de victimes. Cela ne signifie pas que les épidémies causées par l’homme ne sont pas préoccupantes. Au contraire. Les âmes sont tellement désorientées par tous ces assauts qu’elles sont incapables de mener une existence normale. Le véritable enjeu de la bataille, ce sont vos âmes. Beaucoup vont périr et devront attendre une autre chance pour « s’exprimer ». Ces « tests » sont parmi les plus durs que vous deviez affronter.

chez francesca

C’est par l’intérieur qu’on se régénère. Il faut vouloir harmoniser les différentes facettes de sa vie. Mais la tâche n’est pas aussi facile qu’il y paraît. Le désir de retrouver l’harmonie n’est que la première étape. Il faut être prêt à agir, prêt à affronter les causes des conflits personnels intérieurs, voir ces conflits tels qu’ils sont, puis s’en débarrasser. Arrêtez de vous asservir aux démons créés par le moi, de vous soumettre à leur emprise. La vie est censée être vécue dans la joie. Elle est censée être la manifestation d’une expression créatrice qui rend hommage à notre Créateur.

Prenons un exemple. Supposons qu’une relation intime naisse entre vous et une personne que vous aimez beaucoup. Vous vous mariez et fondez un foyer. Au début, tout se déroule merveilleusement. Puis les enfants arrivent, voulus ou non (c’est le cas le plus fréquent). Votre vie commence à changer. Vous ne pouvez plus tout simplement sortir avec vos amis et vous amuser. Le devoir vous retient à la maison où des responsabilités vous attendent. L’argent peut devenir une source de préoccupations. Vous et votre conjoint commencez à avoir quelques conflits suscités par ces pressions et ce stress croissant. Vous comptez sur l’autre pour vous donner la force nécessaire, pourtant celle-ci manque de plus en plus.

Très vite, cette personne merveilleuse, votre conjoint(e), le devient de moins en moins et n’est plus aussi désirable. Vous vous accusez réciproquement d’être la cause de vos difficultés, puis vient le moment où vous n’en pouvez plus. Alors, vous décidez de divorcer. Cet exemple, très général, est commun dans votre monde.

Continuons sur cette lancée. Peu de temps après, vous trouvez quelqu’un d’autre et vous vous remariez. Votre nouveau conjoint(e) vient aussi d’une famille éclatée. Vous joignez alors les deux familles éclatées et tentez d’en créer une qui soit équilibrée. Ainsi, le même cycle se répète.

Quand s’arrête ce cycle ? Au moment où vous vous rendez compte du vrai problème. C’est-à-dire quand vous cessez d’attendre de l’autre qu’il comble ce vide en vous. Si vous sentez le vide en vous, c’est que VOUS l’avez laissé se créer, et vous êtes le seul à pouvoir le combler.

Lorsqu’un rapport intime s’établit entre deux personnes, une énergie s’échange entre les deux dans un esprit de don envers l’autre, et on s’attend à ce que cette expérience se maintienne tout le temps. C’est bien, sauf que la voie sera très cahoteuse si vous ignorez que votre conjoint ne pourra pas vous envoyer cette énergie tout le temps.

Revenons en arrière et reprenons le premier exemple. Une fois que les enfants arrivent, ils exigent beaucoup d’énergie (cette énergie que vous aviez l’habitude de vous donner l’un l’autre). Et soudainement, vous prenez conscience de la responsabilité que vous avez de donner, et de créer un milieu propice à l’éducation des enfants. Les soucis et le stress liés à la tâche de donner le meilleur aux enfants épuisent les parents.

Ni l’un ni l’autre n’a plus beaucoup à donner et se comporte d’une manière mécanique, presque comme un robot avec son conjoint. La joie et la spontanéité disparaissent peu à peu. Un vide s’installe en eux. Ils ne se rendent pas compte que ce sont eux qui ont créé cette situation instable. Ils s’accusent l’un l’autre, alors que chacun est responsable.

Si nous voulons vraiment créer l’harmonie dans notre vie, il suffit de prendre conscience des erreurs dont nous accusons l’autre ou des choses qui nous ont causé beaucoup de peine, puis de se poser la question : « Dans quelle mesure suis-je responsable de cette situation? »

Vous êtes responsable des sentiments que vous ressentez. Il n’y a pas de victime. Si vous vivez avec une personne qui vous bat pourquoi avez-vous choisi ce ou cette partenaire ? Invoquez-vous l’ignorance? Alors pourquoi répétez-vous constamment cette expérience?

Vous allez découvrir l’harmonie désirée lorsque vous vous rendrez compte que vous êtes les auteurs de vos infortunes. Autrement dit, si vous souffrez de solitude, vous-mêmes lui ouvrez la porte. Vous en êtes les créateurs, car vous estimez la mériter.

Prenez conscience du fait que VOUS devez faire vos propres choix et prendre vos propres décisions, et assumer la responsabilité des conditions de vie que vous avez contribué à créer.

L’EQUILIBRE INTERIEUR EST LA CLÉ DE L’EQUILIBRE EXTERIEUR. Si vous souffrez constamment de troubles de santé, eh bien, peut-être recherchez-vous la sympathie (l’énergie) d’une autre personne. Rendez-vous compte que le Moi divin en vous peut vous fournir toute L’ENERGIE dont vous aurez jamais besoin.

Apprenez à vous aimer vous-mêmes, sans ressentir le besoin de recevoir l’énergie d’un autre, sinon vous pompez son énergie psychique, et vice-versa, comme le feraient des parasites. Quand la paix et l’harmonie seront en vous, ces états se manifesteront extérieurement.

Les personnes blessées choisissent la compagnie d’individus ayant subi les mêmes traumatismes. Quand vous trouverez la paix et l’équilibre intérieur, vous vous associerez à des gens possédant ces qualités. De plus, vous reconnaîtrez les personnes pouvant drainer votre énergie et vous faire basculer dans un état négatif. Ce n’est qu’un exemple de déséquilibre intérieur. Il y en a beaucoup d’autres, mais celui-là est particulièrement répandu.

A partir du moment où vous décelez la cause des frustrations et des douleurs que vous ressentez, vous devez faire l’effort conscient de les surmonter. Il faut que vous regardiez la situation bien en face et que vous soyez prêts à ASSUMER LA RESPONSABILITE PERSONNELLE DE VOS « CRÉATIONS ».

Si le problème affecte une autre personne, vous devez le prendre sur vous, si cela s’impose de faire, et être tout à fait honnête à cet égard. Ne rejetez pas la responsabilité de vos frustrations et d’autres désagréments émotifs sur d’autres; ces états émanent de VOUS.

Tous les évènements de la vie que, soit dit en passant, vous percevez par la lentille de votre subjectivité, ont leur raison d’être. En regardant de près, vous constaterez que chaque tragédie apparente comporte un enseignement.

A partir du moment où vous trouverez votre harmonie intérieure, les problèmes externes (par ex. les troubles de santé) diminueront. Il n’est pas assuré qu’une guérison miraculeuse se produise, bien que cela soit possible.

Si vous connaissez quelqu’un qui refuse d’assumer la responsabilité de son état, signalez-le-lui et cessez de le conforter dans sa conviction. Beaucoup d’individus sont portés à créer un problème, sinon comment gagneraient-ils la sympathie (l’énergie) qu’ils recherchent. On ne se coupe de la Source infinie – l’Énergie divine – que pour essayer par tous les moyens de combler le vide intérieur.

La Lumière de Dieu, Son Énergie, est ce à quoi ces individus aspirent. La condition est de se recueillir et de demander la paix intérieure du fond du cœur, de demander qu’on vous montre le moyen d’y parvenir. Dieu va vous donner l’occasion de trouver cette harmonie intérieure, mais c’est à VOUS d’exercer toute la diligence voulue pour supprimer toute entrave à cette réalisation.

hilarion

Il existe d’autres sources de stress sur votre planète : la pollution de l’atmosphère, du sol et de l’eau, ainsi que les maladies (troubles pathologiques) créés par l’homme. Toute la planète est rongée par la MALADIE. Cet état est entièrement attribuable aux tares mentales de ceux qui choisissent de se déconnecter de la Source de Lumière Une.

Ces gens-là ne sont pas capables de créer l’énergie intérieurement. C’est pourquoi ils la soutirent à d’autres. Leur fréquence vibratoire est tellement basse qu’ils se sustentent par les fréquences émotives de la colère et de la frustration. Ils ne supportent pas l’Énergie de l’Amour, car elle les « brûle ». Aussi entretiennent-ils le trouble social en provoquant une détérioration des mœurs, à tel point que la confusion s’empare de la société et qu’ainsi conditionnés, les gens se « pompent » mutuellement. C’est à ces énergies que s’alimentent les forces du mal. C’est pourquoi, lorsque de grand Maîtres nous exhortent à aimer nos ennemis, ils veulent dire par là qu’il faut maintenir la fréquence d’Amour quand on pense à ses ennemis ou lorsque ceux-ci attaquent. L’adversaire ne pouvant rester dans la fréquence de la Lumière associée à l’Amour, il décampera à toute allure. L’inverse est également vrai. Si vous êtes constamment épuisés et angoissés, l’adversaire fera tout pour vous maintenir dans cet état.

Quand vous créerez et entretiendrez cette énergie d’Amour sans avoir besoin de la présence de l’autre, vous ne ressentirez plus le vide intérieur. Vous vivrez dans la félicité, sans avoir besoin d’un apport extérieur, et L’HARMONIE sera réalisée.

L’Amour et l’Énergie de Dieu créateur sont infinis. Laissez-les se manifester INTERIEUREMENT, le moi physique reflètera cet état intérieur. Attention à ceux qui veulent vous empêcher de progresser, ils ne souffrent pas qu’on les devance.

Faites preuve de persévérance et d’assiduité, car il semble très fréquemment que c’est avant l’aube que la nuit soit la plus noire. Plus vous vous approchez de l’objectif de Lumière, plus féroces sont les attaques des forces du mal. Une fois que vous aurez franchi le seuil de la Lumière, ces énergies auront perdu la partie et ne pourront plus rien faire. C’est pour cela que les assauts se font plus intenses juste avant de franchir le denier obstacle et d’atteindre l’objectif. C’est à ce moment-là que la majorité abandonne la partie et succombe à la pression, souvent à un pas de la victoire.

Je suis Maître Hilarion. Je représente le Rayon émeraude, qui est l’Énergie de la régénération et qui émane du spectre lumineux du Créateur. Je viens au nom de la Lumière Une du Créateur et de la Création pour vous aider à trouver l’inspiration et la force intérieure d’accéder à la santé de l’âme et du corps.

Puissent la persévérance et la patience vous accompagner dans la Lumière.

Par MAÎTRE HILARION Extraits du livre La Sagesse des Rayons
Editions Marie Lakshmi
Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Je Suis, Guide spirituel pour un monde mutant

Résumé

Ce livre a été écrit selon la volonté du principe Divin créateur de toutes choses, et que je nomme le « Je Suis ».

LIVREDans ce monde en pleine mutation, en plein changement, il est plus que nécessaire pour l’être humain de se libérer et de guérir des influences, des emprises, des traumatismes, des peurs et des croyances qui le limitent et qui lui nuisent plus ou moins.

Je propose alors de vous enseigner comment faire pour vous en libérer facilement afin que vous puissiez retrouver votre propre « souveraineté », et que vous puissiez accéder progressivement à votre propre maîtrise. Vous allez également apprendre comment communiquer avec ce principe Divin, avec les diverses entités que je nomme parfois « guides de lumière », avec les nombreuses âmes, et avec des êtres pouvant se situer dans d’autres dimensions ou d’autres sphères « d’apprentissage ».

Ainsi, dans cet ouvrage, je démystifie au mieux de nombreux thèmes importants, afin que ceux-ci soient davantage accessibles à toutes et à tous. Je réponds aussi, en toute simplicité, à des questions qui portent sur des sujets aussi nombreux que variés.

Comment notre âme s’incarne-t-elle dans notre corps physique ?

Qu’est-ce qu’un champ vibratoire ?

Qu’est-ce qu’une dimension ?

Peut-on mesurer ou quantifier notre état « d’être » général, ici et maintenant ?

Pouvons-nous aller chercher dans d’autres dimensions, des informations qui nous sont utiles et nécessaires en cet instant pour notre propre évolution et notre transformation personnelle ?

Nos corps subtils influencent-ils notre corps physique ?

La guérison du corps physique engendre-t-elle obligatoirement celle de tous nos corps « énergétiques » ainsi que celle de notre aura ?

Qu’est-ce qu’une information cellulaire et comment se transmet-elle au corps physique ?

Sommes-nous influencés physiquement, émotionnellement et mentalement par des phénomènes ou par certaines de nos nombreuses multidimensionnalités qui se situent dans d’autres dimensions ou dans d’autres mondes ?

Sommes-nous prédestinés ?

Les vies dites « antérieures » existent-elles vraiment ?

L’effet « placebo » est-il réel ?…

J’aborde également des sujets de plus en plus d’actualité comme ceux concernant l’égo, l’argent, l’avortement, l’euthanasie, le suicide, la possession ou l’incorporation par des entités et des êtres de basses vibrations, la mort, le réveil nocturne, les prophéties, l’astrologie, les symboles, la religion, l’alimentation, les dimensions que je nomme « la dimension de l’âme » et « la dimension source », les êtres extra et intra-terrestres, les O.V.N.I.S, les mutilations animales, la construction des pyramides et leurs principales fonctions…

Vous allez apprendre comment formuler certaines demandes qui vont vous permettre de vous libérer et de vous guérir de ce qui vous limite et de ce qui vous nuit dans votre vie quotidienne, comme la magie noire, les entités et les êtres de basses vibrations, les implants physiques, les influences multidimensionnelles…

Un lexique composé des différents mots et expressions qui sont employés dans ce livre, va nous permettre de mieux comprendre et de mieux appréhender des concepts et des notions bien spécifiques qui appartiennent maintenant de plus en plus au langage courant ou usuel. Par les enseignements qui vous sont donnés dans ce livre, je vous propose donc de devenir ici et maintenant, des acteurs pleinement conscients de votre guérison, de votre évolution et de votre plein épanouissement. Je vous invite à vous libérer des vieux « vêtements » inappropriés et désuets appartenant désormais au passé, et je vous encourage à vivre en tant qu’homme nouveau dans un monde en pleine transformation, en pleine mutation.

david-kaci

« Un livre utile, à la portée de toutes et tous »

David KACI : Géobiologie  – Thérapie énergétique – Médiumnité 

davidoka@yahoo.fr

Publié dans:DEVELOPPEMENT, ENERGIES, ESPRITS, GUERISON |on 15 juin, 2016 |Pas de commentaires »

LES BLESSURES INVISIBLES

   

Nous plaignons tous, à juste titre, les hommes, les femmes et encore plus les enfants victimes de cancer et d’autres maladies souvent fatales. Mais que pense-t-on, que sait-on de ces blessures qui souvent n’atteignent pas le corps, qui vous maintiennent plus ou moins ‘présentable’ pendant qu’elles vous rongent l’âme et créent une souffrance de tous les instants que personne ne soupçonne?

Nous inculquons à nos enfants le respect des aînés et aussi, je l’espère, le respect des autres, quel que soit leur âge ou statut.

Mais combien de parents et d’éducateurs apprennent les jeunes, depuis leur plus tendre enfance, à se respecter eux-mêmes? Ceci n’est pas une critique mais un appel pour le bien de tous.

blessures invisibles

Combien d’écoliers, de lycéens, d’étudiants en faculté sont conscients que manquer d’égards envers eux-mêmes, envers leur corps et leur âme, est aussi un crime et sans doute un des plus terribles et plus funestes?

Celui qui se drogue, qui abuse de l’alcool ou du tabac et d’autres poisons garde la conscience tranquille ou presque. Il se dit qu’il n’a tué personne, qu’il n’a pas agressé son prochain, qu’il n’a jamais été en prison, sauf naturellement s’il a perdu tout contrôle de ses actes et est devenu agressif et dangereux. Ceci n’est pas si rare, à notre grande consternation.

Entre-temps il ne se rendait pas compte du mal qu’il faisait à son corps et à son âme. Quand sa vie commence à être difficile, il éprouve souvent un sentiment d’injustice comme si le monde entier le persécutait, lui qui ne fait de mal à une mouche. D’autres s’enfoncent dans un complexe de culpabilité, se croient indignes d’amour ou d’amitié, de faire une vie normale, ce qui les rend encore plus prisonniers de leurs vices. C’est un cercle infernal.

Ils semblent ignorer, lorsqu’ils s’addonent à leur vice favori, que leur corps, cette merveille de la mécanique céleste, leur cerveau qui est toujours supérieur aux ordinateurs les plus performants, sont les instruments qui leur ont été donnés pour évoluer, pour apprendre le temps d’une vie et grandir en sagesse, et que les endommager est non seulement une faute grave mais un énorme gaspillage. 

Faisons une comparaison:

Si un contremaître responsable met entre les mains d’un jeune apprenti un outil de grande valeur, il lui insufflera le respect de cet outil et la responsabilité d’en prendre soin. Or notre outil le plus précieux est justement notre corps et en prendre soin est un de nos premiers devoirs, faute de quoi toute notre vie sera affectée et souvent anéantie.

Le manque d’un corps en bon état est un drame pour celui qui n’a pas su le respecter. Son âme, privée de cet outil irremplaçable, ne pourra plus s’exprimer et s’étiolera au cours d’une vie que, plus elle sera longue, plus de souffrance elle lui apportera, surtout s’il lui reste quelques lueurs de conscience qui lui font voir toute l’extension de sa misère. 

Je n’exagère pas.Mieux vaudrait que ce fut le cas.

C’est terrible d’entendre une personne dans la force de l’âge, impeccablement habillée et soignée et de bonne apparence te dire dans un moment de lucidité :

« Répète ce que tu as dit. Tu sais, il n’y a que la moitié de mon cerveau qui fonctionne. »

Enfermé en asyle psychiatrique ou en liberté, elle a honte de ne pas travailler, de se sentir inutile, mais n’ose pas postuler pour un poste, même modeste, de peur d’être rejetée. 

Parfois, une telle personne est capable de soutenir une conversation cohérente pendant une demi-heure sans que ses ‘démons’ viennent la déstabiliser, des démons qui ne sont pas visibles mais bien réels, conséquence de certaines drogues qui permettent à des entités de l’ombre de s’approprier l’être et de le torturer, comme des enfants turbulents torturent un jouet ou un insecte, juste parce que cela les amuse.

Ce n’est pas un cas isolé ce que je vous décris là, mais le résultat de plusieurs contacts et observations dont je viens de vous présenter un exemple-type. Demandez aux professionnels de psychiatrie combien de cas similaires ils rencontrent au jour le jour. Cependant peu d’entre eux admettent que les fameuses ‘hallucinatios’ ne sont pas simplement le produit d’un cerveau malade mais que la possession décrite par les religions est souvent une triste vérité.

Les calmants, les anxiolytiques peuvent assommer la victime assez pour qu’elle ne se rende plus compte de ces agressions, mais il est peu probable qu’ils les guérissent, à moins d’une intervention Supérieure, de type spirituel. Je doute que l’exorcisme comme il est (ou était il y a seulement quelques années) prôné par l’Eglise Catholique soit vraiment plus efficace.

Que peut-on faire pour nos proches, pour nos frères et soeurs dont la vie est ainsi transformée en enfer, le seul enfer qui existe et qui se situe ici ?

Leur offrir amour, compassion, lumière n’est pas inutile et sans doute un peu plus doux comme remède que les comprimés. Quant à la guérison totalle, elle est toujours possible car les miracles existent. J’ose prévoir que, dans un avenir proche, de l’ordre de quelques années, il y aura des techniques mieux ciblées et plus adaptées à ces phénomènes que celles d’aujourd’hui.

Entre-temps le maximum, l’aide la plus efficace et la plus valable contre de tels fléaux consiste dans l’apprentissage aux jeunes, dès le berceau, de la valeur de leur corps et du respect qu’ils lui doivent.

J’aimerais que ceci soit compris par tous les parents et par ceux qui sont en contact avec les jeunes. Je crois que cela pourrait éviter bien des tragédies. De plus, il me semble que celui qui dès le berceau a appris à se respecter posera aussi un autre regard sur ceux qui l’entourent.

Je comprends que les professionnels, ceux qui ont fait de longues études pour se spécialiser dans la psyché humaine, n’apprécient pas ce discours. Je me mets à leur place et je trouve que mon BAC Lettres ne m’accorde pas le droit de donner des leçons. Mais vous avez tous compris que ces paroles ne sont pas de moi mais inspirées par des Etres qui connaissent chacun de nous mieux que nous-mêmes.

Voilà! Ceci est la leçon du jour, telle qu’elle m’a été transmise par ces Grands Etres et que je rédige en toute humilité de simple canal. Puisse-t-elle vous aider à mieux traiter ces problèmes et surtout à les prévenir, sans toutefois oublier que le jeune qui vous est confié est une âme à part entière, avec son propre passé et un programme de vie que vous pouvez alléger mais pas changer complètement.

En attendant le temps des miracles, soyons courageux, sereins et conscients de ce que nous pouvons faire pour les autres mais surtout de ce que nous pouvons et devons faire pour nous-mêmes. Un bon exemple est cent fois plus efficace que tous les discours.

Restez dans l’Amour Universel et Inconditionnel.

12345...8

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3