Archive pour la catégorie 'CO-CREATION'

Se brancher sur la bonne énergie

Il est aujourd’hui courant parmi les personnes engagées dans la transformation sociétale et personnelle de se référer à cette maxime fameuse attribuée à Gandhi de «devenir soi- même le changement que l’on désire pour le monde».  Je propose d’appliquer ce principe au déferlement quotidien de mauvaises nouvelles qui, jour après jours, nous rend addicts!  Grâce aux spécialistes de la publicité et de la communication, nous savons que la répétition d’un message permet de l’inscrire durablement dans notre esprit.  Ceci est largement démontré pour les produits de lessive comme pour les hommes politiques.  Nos communicants nous apprennent également que, si ces messages s’impriment si facilement, c’est uniquement parce qu’ils rencontrent un écho favorable de notre part.

La fabrique de «La Réalité»

Une question pour la santé de l’esprit s’impose donc: avec quelles informations acceptons-nous de nourrir nos esprits?  A qui, à quoi consentons-nous «de louer notre temps de cerveau disponible» si bien défini par un ancien patron de chaîne télévisuelle?  Il est inexact de dire que les informations diffusées par les médias reflètent «La Réalité».  Elles reflètent des choix, pour certains conscients et pour d’autres inconscients, basés sur des critères allant de l’audimat à la sélection de données qui confortent les systèmes de croyances dominants.  Très souvent, le choix de l’information contribue à démontrer ce que l’on cherche à priori.  Tout le reste, ce qui ne sert pas cet objectif est soit ignoré, soit pas même perçu.  C’est ainsi que dans le traitement de l’information s’opère un premier choix de sujets à fort contenu conflictuel ou problématique, souvent déprimants ou mortifères.

Reflexion

Une poubelle qui brûle

Si l’on en croit les spécialistes, les nouvelles positives et porteuses d’espérance ne suscitent pas la même excitation auprès du public puisqu’elles ne se vendent pas.  Un second choix s’opère ensuite sur le traitement de l’information: plutôt que de vouloir présenter les différentes facettes d’une situation pour un même type d’évènement, seule la facette à forte sensation émotionnelle de préférence choquante et instantanée sera mise en avant.  C’est ainsi qu’une manifestation de quelques jeunes en colère qui brûlent des drapeaux devant l’ambassade américaine fait le tour des caméras alors qu’au même moment plusieurs manifestations pacifiques d’envergure restent invisibles.  Rendre compte de la totalité des faits ou actions est impossible.  Un parti pris préside à la sélection de l’information.  Quel est- il?  Une poubelle qui brûle en banlieue retiendra l’attention alors que le travail patient de citoyens et d’associations sur le terrain n’est même pas mentionné.  Le monde entier est inondé, minute après minute, des moindres informations sur le conflit israélo-palestinien et sur les exactions des groupes islamistes violents.

Le plat de la désespérance

Qui a entendu parler des Congrès Mondiaux pour la Paix entre Imams et Rabbins qui se tiennent depuis environ 10 ans?  Les dizaines de milliers de rencontres, d’actions de transformation et de propositions positives de la société civile en pleine effervescence silencieuse passent inaperçues (lire à ce sujet le dernier numéro spécial de Kaizen sur la France en Transition) alors que la manifestation de personnes en colère contre la hausse des charges est un sujet qui fait dire que la France est au bord de l’implosion.  C’est comme si seuls la violence, la colère et le désespoir étaient des choses sérieuses ou pouvaient permettre de transformer les choses.  Si nous n’osons pas croire que l’espérance, le bonheur et les réalisations de transformations peuvent vraiment changer quoi que ce soit, alors nos médias ont raison de nous servir le plat de la désespérance, de la misère humaine et de la colère.

Je me demande souvent si les actions de transformations positives, créatrices de joie, de bonheur et l’absence de problèmes nous intéressent vraiment.  Imaginons des médias qui diffuseraient des informations constructives tout au long de la journée: seraient-ils crédibles?  Serions-nous aussi intéressés?  L’exploration de l’inconnu, du nouveau, du rêve que nous portons en nous nous mobilise-t-elle plus que l’exposition de nos souffrances?  Je ne suis pas tout à fait certain de notre réponse.  De façon consciente ou inconsciente, nous sommes devenus «addicts» à la négativité ambiante sinon comment expliquer cette consommation massive de stupéfiantes mauvaises nouvelles.

Se débrancher de l’énergie négative

Dans notre regard existe une chose qui se consolide en croisant celui des autres.  Ainsi, nous pouvons voir dans nos vies le triste ou le gai, le triste avec un regard gai ou le gai avec le regard triste, ou encore plus rien du tout.  Cela dépend de notre façon de considérer le monde: quel regard utilisons-nous et de quel point de vue nous plaçons-nous? 

«La Réalité» est une construction interactive avec notre environnement.  A quoi ressemble donc notre création?  Nous réapproprier notre pouvoir d’agir et de changer en soi et autour de soi passe par la prise de conscience de cette dépendance.  Cette prise de conscience nous amène, lorsque nous n’en pouvons plus, à nous débrancher de ce type d’énergie afin de réorienter notre pouvoir créateur vers autre chose que la triste contemplation d’un monde qui se meurt.  Dès que la porte commence à se fermer sur ces dépendances, nous sommes libres de nous intéresser aux multitudes de transformations positives et porteuses d’espérances qui fleurissent aujourd’hui sur notre planète.  Jamais nous n’avons eu autant d’informations à ce sujet. Il suffit de regarder et de choisir.  Il faut oser sortir de l’intoxication des émotions et de la pensée.

Tous co-créateurs

Mon propos n’est pas de nier que les évènements mortifères existent réellement mais de nier que ces évènements constituent la réalité.  C’est comme si, pour décrire la vie d’un quartier ou d’un village sur une journée, on concentrait en les amplifiant tous les heurts, les propos déplacés, les procès d’intention, les échecs, les accidents et les décès en ignorant tout le reste.  Objecter que changer de regard peut permettre d’ignorer ces situations mais pas de les éviter ni de modifier leur réalité est possible.  C’est oublier que nous sommes tous co-créateurs, à la fois conscients et inconscients de ce qui arrive autour de nous.  Sinon qui d’autre que nous, collectivement, a créé la société dans laquelle nous vivons?  En choisissant délibérément d’orienter notre attention, notre regard, notre pensée, notre énergie, notre action vers ce que nous voulons pour le monde, nous contribuons à le changer.  On pourrait aussi tenter de culpabiliser en pensant que la seule façon d’aider un mourant, c’est de rester à son chevet.  Certainement, mais pas en mourant avec lui…

La «Une» de demain…

Il y a un monde qui se meurt avec une partie de nous-mêmes.  C’est celui basé sur la prédation, la conquête, la guerre, le prosélytisme, la domination, les murs de séparation (homme- nature, masculin-féminin, esprit-matière, terre- étoiles), les vérités uniques, l’individu isolé du monde, l’égologie.  C’est lui qui agonise en direct sous nos yeux.  Mais il y a aussi un monde qui naît avec une partie de nous-mêmes.  Il est fondé sur l’équilibre, l’interdépendance de toutes choses, la reliance, la coopération, les vérités multiples incluses dans l’unité, la non séparation (homme- nature, masculin-féminin, esprit-matière, terre-étoiles), la paix intérieure et extérieure, l’écologie.  Ce monde ne fait pas encore la une de l’information!  Nous sommes dans le passage et il nous appartient de savoir choisir quel bout du tunnel nous intéresse.  Avez-vous choisi?

 

L’ouvrage de référence

«Les nouveaux collectifs citoyens» disponible aux éditions du Souffle d’Or (Cliquer ici
Retrouvez Ivan Maltcheff sur www.impulse.fr ou lui écrire: ivan.maltcheff@club-internet.fr

Publié dans:CO-CREATION, ENERGIES |on 27 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Les étapes du processus de création

 

images (4)Comme l’univers répond à votre vibration et non à ce que vous vivez présentement, des choses étonnantes jamais vécues auparavant se manifesteront peu à peu dans votre existence. D’après nos observations, la chose qui vous fait le plus souvent trébucher est la suivante: le contraste [entre les expériences agréables et désagréables que vous vivez], pourtant nécessaire et utile pour vous aider à susciter la montée de désirs nouveaux en vous, fait souvent apparaitre toutes sortes d’énergies confuses. En général, pour savoir si vous voulez quelque chose, il vous faut déjà avoir une assez bonne idée des détails et des événements qui vous ont aidé à identifier ce que vous ne voulez pas.

Autrement dit, quand exprimez-vous avec clarté le désir d’être bien? N’est-ce pas habituellement lorsque vous ne vous sentez pas tellement bien? Quand avez-vous le plus fortement envie d’avoir davantage d’argent? Sans doute quand vous n’en avez pas assez. Ainsi, c’est lorsque la confusion règne en vous que vous avez le plus grand besoin de clarté. C’est lorsque l’accablement vous envahit que votre désir de sérénité est le plus grand. Et c’est lorsque vous vous ennuyez que votre besoin de stimulation devient le plus fort…

Le processus de créativité comporte 3 étapes. Premièrement, vous demandez, ce qui est facile puisque vous le faites constamment. Deuxièmement, une réponse est apportée à votre requête, ce qui ne vous concerne pas puisqu’elle provient de l’énergie Source. Troisièmement, vous devez consentir à recevoir ce que vous avez demandé.

Il est important de bien comprendre la différence entre la première étape et la troisième. Lorsque toute votre attention est focalisée sur une chose dont vous avez besoin ou que vous désirez vraiment, ou lorsque vous priez pour obtenir cette chose, il est fréquent que la vibration émanant de vous ne corresponde pas à la chose désirée et qu’elle soit plutôt en résonance harmonique avec l’absence de cette même chose.

Lorsque toutes vos factures arrivent en même temps, que vous n’avez pas assez d’argent pour les payer, que la panique s’empare de vous et que vous vous dites: « J’ai besoin de plus d’argent » ou, de façon plus positive, « Je veux plus d’argent », vous en êtes alors à la première étape, celle d’exprimer votre désir. Mais vous n’êtes pas en mode réceptif, lequel correspond à la troisième étape. Vous maintenez une distance entre votre demande et vous. Vous demandez continuellement, incapable de vous arrêter, car le contraste entre la situation actuelle et la situation recherchée fait naitre un désir en vous. Vous devez trouver un moyen de vous mettre en mode réceptif, comme si vous vouliez recevoir un signal radio.

Extrait de: Créateurs d’avant-garde, E.&J. Hicks

 

Publié dans:CO-CREATION, LOI NATURELLE |on 9 avril, 2014 |Pas de commentaires »

UNE NOUVELLE Phase Ascensionnelle

 

 

2bNous entrons maintenant dans une nouvelle phase de nos enseignements. Elle sera pour certains d’entre vous la dernière, car plus vous intégrez en vous votre divinité, plus vous vous unissez à l’Enfant Divin qui est en vous et absorbez toutes ses qualités, moins vous avez besoin d’enseignements.

Des clés vous seront données pour réussir cette phase, mais n’oubliez pas que ces clés ne sont pas automatiques, qu’il faut quand même faire l’effort de les introduire dans les serrures correspondantes et les tourner. Certaines sont un peu rouillées, mais toutes finiront par se soumettre à votre détermination. Et si vous ne comprenez pas toujours ce qui vous est dit, réjouissez-vous, car ce n’est pas avez votre intellect que vous devez le comprendre, mais avec votre cœur. C’est au fond de vous-mêmes que vous trouverez la lumière pour éclairer ces clés et leur mode d’emploi.  Vous vous demandez pourquoi nous ne sommes pas plus explicites, pourquoi nous avons l’air de vous mettre face à des mystères. Ce n’est pas, chers enfants pour vous agacer. Vous devez vous en douter. Simplement, les choses de l’esprit n’ont pas la même signification pour tous. Elles sont intiment reliées à la mission et au chemin de chacun de vous, et il est utile (je dirai même indispensable) que chacun trouve en lui ce qu’elles représentent pour lui-même, pour son avancée personnelle. Souvenez-vous que, si vous êtes tous UN, vous n’en êtes pas moins tous différents.

Ainsi donc, c’est avec votre cœur grand ouvert, en respirant profondément et en conscience, sachant que par votre inspiration vous vous reliez aux Plans Célestes et par l’expiration au noyau de votre Terre, que vous devez vous mettre en état de recevoir le message qui, à travers les mêmes  mots, est différent pour chacun. Ceux qui n’ont pas conscience d’avoir fait un long parcours initiatique ne doivent pas craindre de « prendre le train en marche », comme vous dites, puisque le chemin que l’on faisait autrefois tout au long d’une vie et même de plusieurs vies d’efforts acharnés, devient de plus en plus facile et rapide à transposer. Et aussi, parce que des vies et des vies vous ont préparés à ce moment.

Certains de vos aînés ont encore mis la moitié de leur vie à arriver là où ils se trouvent à présent, tandis que d’autres, propulsés par les énergies nouvelles et de plus en plus puissantes qui se déversent sur cette planète, pourront tout assimiler, tout intégrer, en un temps qui varie entre quelques mois et quelques jours, selon le degré de confiance, persistance et surtout d’amour qu’ils y mettront.  C’est un peu comme vos moyens de transport. Il y a à peine un siècle de votre temps, pour aller d’une ville à une autre, c’était tout une expédition. Cela prenait des jours ou des semaines, il fallait apporter de la nourriture et de l’avoine pour les chevaux, de l’eau, des matelas et des tentes, des couvertures pour la nuit. Aujourd’hui vous prenez tranquillement l’avion à Paris, avec juste une petite valise de vêtements, et vous êtes à Tokyo en quelques heures. A condition, bien sûr, d’avoir un passeport et un billet, qui sont les clés pour réussir votre voyage.

Pour décoller vers un autre type de vol, qui vous conduira en même temps au-delà des nuages et au plus profond de vous-mêmes, vous aurez besoin des clés mentionnées plus haut. L’amour sera votre passeport, à validité permanente, la volonté et la confiance, en vous surtout, constituent le billet, la carte d’embarquement. Depuis le début de nos enseignements nous avons toujours insisté sur l’amour inconditionnel, l’amour de tout et de tous et surtout l’amour pour vous-mêmes au point de vous avoir parfois quelque peu agacés. C’était indispensable, mes chers enfants. Vous en étiez, pour la plupart, si loin !

J’espère sincèrement que c’est aujourd’hui chose faite, qu’en vous regardant dans le miroir, chaque matin, vous y voyez davantage qu’un nez, une bouche, un front où peut-être quelques rides commencent à se montrer, des cheveux qui n’ont pas la couleur souhaitée ou se font rares. J’espère que vous percevez ce pétillement au fond de vos yeux qui révèle une âme bien éveillée et en harmonie avec tout l’univers. Si ce n’est pas le cas, je ne peux que vous conseiller de suivre les sages paroles d’un de vos dictons : « Vingt fois sur le métier remets l’ouvrage… » Et, si possible vingt fois par jour, car le temps presse.

Reconnaissez que, sachant maintenant Qui vous êtes, ayant ressenti (ou pressenti) votre Etre Divin, il n’y a plus de raisons pour que vous continuiez à ne considérer en vous que votre enveloppe charnelle. Nous vous avons conseillé aussi de rendre grâce à ce que vous êtes, y compris à ces choses qui ne vous plaisent pas en vous-mêmes. Car tout a sa raison d’être, et ce que vous prenez pour vos défauts sont peut-être vos plus grands atouts pour arriver à accomplir la mission que vous avez choisie. Et maintenant ajoutez à cette action de grâce une autre qui, elle aussi, a sa raison d’être.  Dites encore : « Je rends grâce à ce que je ne suis pas ».

Qu’est-ce que cela veut dire ? A quoi cela sert-il ?

Tout simplement à permettre au Père, à la volonté divine, de s’exprimer  à travers vous, d’œuvrer dans votre cœur grand ouvert et plein d’amour. Oui  mes enfants : votre rôle de catalyseurs de la Lumière Divine ne sera complet, ne transformera l’humanité, la Terre et jusqu’aux plans non-manifestés, que si vous exprimez reconnaissance de ce qui n’est pas, de tout ce qui reste dans le domaine des potentialités et peut être manifesté par vous, à travers vous. Et aussi reconnaissance de ce que vous avez été et absolution du passé, du vôtre et de celui de tous et de tout.  Comprenez-vous, chers enfants, le pouvoir qui vous est conféré par votre amour inconditionnel et l’immense responsabilité qu’est la vôtre, celle de co-créer avec nous des Plans Célestes, l’expression de la volonté divine sur Terre ?

Méditez sur ces deux phrases, car elles ne peuvent être bien comprises que par vote cœur. Votre intellect, aussi brillant, aussi cultivé soit-il, ne peut saisir toute la beauté et toute la puissance de ces mots, lorsque prononcés en conscience et issus d’un cœur ouvert et plein d’amour. Appelez-nous même si vous n’êtes pas canal, et nous vous parlerons en votre cœur pour vous apporter les éclairages qui vous manquent. Car après tout, que vous le sachiez ou non, vous êtes tous canal. Sauf que la plupart ont besoin d’une ouverture, ou d’une bénédiction, d’une sorte d’autorisation, pour se permettre nous contacter, de dialoguer avec nous du Monde Céleste. De notre côté nous vous parlons à tous, ou du moins à tous ceux qui consentent à nous écouter, ne fut-ce que pendant leurs rêves.

Je ne veux pas m’étendre davantage. Je vous laisse le temps d’assimiler ce que je vous ai dit aujourd’hui et vous conseille encore de ne reprendre la lecture que quand vous aurez intégré ce qui précède. Je n’ai pas dis « compris », car votre mental risque de ne pas l’accepter pendant longtemps encore, mais assimilé, intégré en votre cœur, là où résident la vraie connaissance et la vraie sagesse. Nous vous aimons à un point que vous ne pouvez imaginer et vous bénissons.

Extrait de « Le Temps des Maîtres » – transmis par Marlice d’Allance 2012- - recopié par Francesca  

 aux édition HELIOS

PARFAIRE LES SAVOIR FAIRE DE COCREATEUR QUI SONT LES VOTRES

« »

« Perfecting your skills as a cocréateur »

    Traduction du message de l’Archange Michel
transmis à travers Ronna Herman 

 

images (5)Maîtres bien aimés, depuis de nombreuses années maintenant il y a tant de nouvelles inventions et de percées scientifiques et aussi, une quantité écrasante d’informations philosophiques et spirituelles bombardant les esprits de l’humanité, que le cerveau humain peut à peine absorber les théories sans nombre et les nouveaux concepts sans tomber dans la surcharge. 

Vous êtes en plein dans un processus monumental – une procédure complexe de choix et de manifestation de votre destinée pour le Nouvel Age, laquelle deviendra progressivement votre réalité plus raffinée, plus étendue de demain. Vos choix – l’objectif, la clarté et la puissance de vos pensées et actions détermineront la rapidité à laquelle vos désirs se manifesteront dans le monde matériel de la forme. Il est d’une importance capitale que vous appreniez à discipliner votre esprit, à renforcer vos capacités de concentration et à maintenir le contrôle sur vos émotions et le bavardage de votre esprit. Les dons et opportunités ou bienfaits Divins qui vous ont été offerts requièrent / nécessitent une forte discipline personnelle qui leur corresponde, ainsi qu’un haut niveau de responsabilité. 

Devenir parfaitement conscient des émotions et des modèles de pensée qui sont les vôtres est un composant important au sein du processus de cocréation, car il déterminera la qualité des modèles vibrationnels que vous enverrez dans votre Roue personnelle de Créateur à Douze Rayons. Les fréquences des pensées Semences que vous introduisez dans votre Roue personnelle de Création détermineront la qualité de ce que vous manifesterez et elles détermineront aussi ce que vous vivrez dans votre vie de tous les jours, que ce soit positif ou négatif. Ces événements seront votre baromètre en ce qui concerne quelle sorte de modèles vibrationnels vous envoyez dans le monde de cause et d’effet. Votre tâche principale / but principal en ce moment est de développer un état de conscience attentive, alors que vous vous déplacez de plus en plus profondément dans le noyau de l’Atome Semence de votre Cœur Sacré et de votre Esprit Sacré, où vous trouverez toute la force et la guidance dont vous aurez besoin. Alors que vous développerez vos capacités cocréatives et deviendrez plus compétents en ce qui concerne votre contrôle mental et vos capacités de visualisation, vous comprendrez combien il est important de contrôler constamment les modèles de fréquences que vous rayonnez à l’extérieur dans le monde. Soyez toujours attentifs au fait que que vous vivez dans un monde d’énergie vibrante, neutre, cosmique – les forces de la Création – qui attend que vous la façonniez en n’importe quelle chose que vous pouvez imaginer. Vous créez votre propre Paradis ou enfer. Vous ne pouvez reprocher à personne d’autre que vous la réalité que vous vivez présentement.

 Vous êtes une Etincelle du Créateur Divin, et quand il vous a été donné le don de conscience individualisée, une conscience de votre nature Divine indépendante, il vous a été dit : « Allez et créez des mondes sans fin en mon nom« . A partir de ce moment, au-delà de votre souvenir, vous avez fait des expériences, vous vous êtes efforcé, vous avez appris, vous avez réussi parfois et échoué beaucoup de fois aussi; cependant, vous avez fait régulièrement des progrès et il vous est maintenant donné une occasion de devenir un participant à part entière à la création d’un nouvel Age d’Or. 

Intégrer et perfectionner les vertus, qualités et attributs de vos nombreux Soi Supérieurs est un processus graduel. La multitude d’Etincelles de votre Soi Dieu contient une profusion d’informations et chaque facette individuelle a de nombreuses merveilleuses expériences et merveilleux succès à partager avec vous ainsi qu’une grande infusion d’amour Divin, de béatitude et de joie Divines. Chaque Atome Semence de votre Soi Ame Supérieur que vous intégrerez vous fournira davantage de dons merveilleux de Conscience Divine – de capacités, de talents et de sagesse au-delà de vos rêves les plus fous. 

Il est d’une importance capitale que vous appreniez à être un agent conscient guidant toutes les forces de vie. Afin de devenir un cocréateur compétent, vous devez maintenir une idée dans votre esprit assez longtemps pour qu’elle soit clairement enregistrée au sein de votre cerveau. Tout évènement et toute manifestation créée de la forme sont des preuves d’énergie et de force mentale: du bon usage ou du mauvais usage de la force. 

Rappelez-vous, le souffle est le conducteur de l’énergie vitale de Force de Vie.Dans les années à venir, l’humanité comprendra que le souffle est sacré – c’est le don de vie – et vous apprendrez à ne pas le gaspiller. Alors que vous inhalez chaque souffle, soyez conscients que c’est le seul souffle dont vous êtes assurés, car il peut très bien être votre dernier souffle. 

Bien-aimés, il vous appartient de prendre le temps de réfléchir sur les importants concepts de Création que nous vous transmettons et de les intégrer. Vous, les Semences d’Etoiles, qui avaient atteint le niveau requis de modèles harmonieux de fréquences êtes maintenant prêts à mettre tout ce que vous avez appris en pratique. Alors que vous le faites, ceux autour de vous qui luttent encore à l’intérieur des limites de l’environnement restrictif des dimensions inférieures seront remplis du plus grand respect envers ce que vous accomplissez et progressivement, ils commenceront à suivre votre exemple. Comme vous en êtes conscients, enseigner par l’exemple est la façon la plus efficace pour capter l’attention de ceux qui vous entourent. Un truisme du passé s’applique aussi : « Par les fruits de votre travail, vous serez reconnus ». 

Etudiez ces concepts jusqu’à ce qu’ils soient fermement enracinés au sein de votre mémoire car ils font partie des « Lois de la Manifestation » et sont des importants composants pour que votre conquête du statut de « Maître de Manifestation » soit couronnée de succès. 

  1. •Devenez un spectateur, un observateur, pas un participant à tout le drame négatif qui se déroule constamment autour de vous. C’est l’état de vos émotions qui vous attire dans le maelström de négativité, par contre, si vous rayonnez d’harmonieux modèles de fréquences supérieures, vous serez immunisés contre les énergies discordantes qui vous entourent. 
  1. •Vous êtes en train d’étendre votre conscience éveillée de ce qui se produit autour de vous et donc c’est d’une importance capitale que vous mainteniez un état d’esprit détaché. Vous développez une nouvelle façon de penser qui est basée sur le mental personnel et le contrôle émotionnel. 
  1. •Vient en premier la Conscience de Soi puis vient la Conscience de l’Ame suivie de la Conscience Galactique et pour finir de la Conscience Sous Universelle. Vous vous efforcez de puiser dans les courants de Conscience infinie, tout autant que dans les vastes Pyramides de Lumière qui contiennent le Manifeste Cosmique du Plan de base Divin complet de cette expérience Sous Universelle. 
  1. •Vous développez aussi une sensibilité très aigüe, contenue envers ceux avec lesquels vous interagissez, ce qui inclut un point de vue compréhensif mais quelque peu détaché. C’est une part importante du développement du non jugement. Vous chercherez avec application, assumerez et vivrez votre vérité au meilleur de votre capacité et vous devez accorder aux autres le même droit. 
  1. •Ne permettez à aucune chose ni à personne de perturber votre sérénité. Développez un haut niveau de retenue et de sensibilité et pratiquez avec application le fait d’être patients et lents à la colère. 
  1. •En cherchant la maîtrise de Soi, une partie de votre mise à l’épreuve sera d’avoir à connaître, à surmonter certaines relations éprouvantes avec les personnes dans votre vie qui ne sont pas prêtes ou disposées à avancer sur la spirale de l’éveil conscient de l’Ame et possiblement même à vous en écarter. Toute Ame sans exception doit choisir le chemin qu’elle suivra. Vous êtes seulement responsables de votre propre évolution spirituelle.

 

  1. •Il est impératif que vous ne renonciez pas à votre recherche d’éveil Spirituel personnel et de Maîtrise de Soi à cause d’un sens erroné du devoir ou de la loyauté envers ceux qui cherchent à continuer à soutirer votre énergie ou ceux qui exigent une quantité non raisonnable de votre attention et de votre temps. 

Tant d’entre-vous luttent encore dans leurs relations, lesquelles sont la source d’une bonne partie de la douleur et de la souffrance présentes de l’espèce humaine. Si vous êtes disposés à faire face à la vérité, il est temps pour vous d’aller dans votre Pyramide de Lumière de Cinquième Dimension et de solliciter l’assistance de votre Soi Supérieur pour qu’il vous aide, d’un point de vue supérieur, à faire le point sur les raisons pour lesquelles vous interagissez et réagissez comme vous le faites avec votre compagnon, votre famille et ceux avec lesquels vous avez une relation proche et à analyser ces raisons. Avez-vous peur d’affirmer votre vérité et de prendre fermement votre décision de devenir le maître de votre propre destinée ? 

  1. • Apprenez-vous à donner de vous-mêmes seulement ce que vous ressentez comme confortable dans le fait de donner, alors que vous apprenez à obéir aux lois d’équilibre et d’harmonie concernant le fait de donner et de recevoir ? 
  1. •Avez-vous toujours peur d’être seuls, de perdre votre travail ou votre sécurité ? 
  1. •Doutez-vous toujours que vous pouvez gérer le succès, la puissance ou la responsabilité ? Beaucoup d’entre-vous seront conduits au bord du gouffre pendant ces années à venir. Il semblera que ce soit comme s’il y avait devant vous seulement l’obscurité, un grand vide ou une destruction sûre, mais en fait, ce sera votre Soi Esprit vous donnant des coups de coude pour que vous avanciez, vous donnant l’envie d’essayer vos ailes symboliques et vous mettant à l’épreuve pour voir si vous êtes prêts à planer. 
  1. •Etant dans une phase très critique de votre processus d’illumination, dans un moment où vous êtes le plus vulnérables et où vos tests et épreuves ne sont pas si dramatiques que comme dans le passé, vous êtes assez souvent déconcertés et vous ne savez ce que sera la prochaine étape ou quelle sera la nouvelle vérité que vous devrez incorporer dans votre réalité toujours en changement. 
  1. •Rappelez-vous, quand vous affirmez : « Je renonce à tout ce que j’ai et à tout ce que je suis pour mon plus grand bien », ou « J’aligne ma volonté avec la volonté Divine de notre Dieu Père / Mère pour mon bien le plus élevé et le plus grand bien de tous », cela ne signifie pas que vous abandonnez vos possessions matérielles ou votre libre arbitre. Cela concerne le fait de faire confiance à la sagesse de votre Sur Ame – Soi Supérieur et de votre Soi Dieu car ces sages facettes supérieures de votre conscience Divine savent toujours ce qui est le meilleur et le plus bénéfique pour vous à tout moment donné. 

images (6)Prenez garde de ne pas retomber dans les vieux modèles qui permettaient aux autres de faire votre opinion, de montrer le chemin sans que vous vous posiez de questions, sans valider ce qu’est votre vérité en allant en vous-mêmes et en connectant cette source infaillible, votre propre Présence Divine. Nombre d’entre-vous sont encore en train de chercher hors d’eux-mêmes, se tournant vers ceux qu’ils pensent être plus puissants ou avoir plus de connaissances qu’eux, en espérant qu’ils montreront le chemin, afin de ne pas avoir à aller à l’avant dans des territoires non testés. Nous vous disons, bien-aimés, ceci ne marchera pas. Vous, en qualité de Montreurs de chemin et de Pionniers, devez Eclairer votre propre chemin, faire appel à votre propre et précieuse sagesse intérieure qui a été chèrement payée et gagnée en traversant de nombreuses, longues périodes d’expériences, d’épreuves et de souffrances et pour finir de succès. 

Je vous dis, mes courageux amis, vous ne pouvez pas être peureux ou faibles, car la prochaine étape sur votre chemin vers la pleine Maîtrise de Soi est de prendre la suprématie sur votre monde personnel, d’avancer avec courage et détermination, alors que vous réassumez votre héritage Divin. Il vous attend, mais vous devez attirer à vous, intégrer et activer l’Essence du Créateur – les Particules Adamantines de Lumière – la substance Divine de toute Création que vous utiliserez pour façonner et créer votre merveilleux monde nouveau. Vous avez toujours été destinés à devenir le catalyseur et le directeur de votre propre avenir. Vous devez infuser votre vision avec des émotions d’excitation et de hardiesse ; vous devez être téméraires et courageux, alors que vous allez à contre-courant de la marée de la standardisation et que vous sortez de sous l’étau de la conscience de masse. Vous devez dire des mots qui résonnent avec les vibrations du succès et vous devez prendre position et agir tel un gagnant triomphant. Vous devez oser tout risquer, alors que vous vous prouvez que quand vous êtes en harmonie avec l’Esprit, quoi que vous donniez librement avec une attention pleine d’amour sera retourné au centuple.  

Vous avez tous une part importante à jouer, vous ne pourrez plus renoncer à votre autorité ou suivre avec faiblesse vers où les autres vous conduisent. Vous devez prendre une part active et jouer le rôle qui vous a été assigné par votre Soi Divin, ce qui sera votre don et votre contribution au tout. Vous devez accomplir le serment que vous avez fait avant de vous incarner en ce temps le plus critique sur Terre. 

Maintenant plus que jamais auparavant, vous avez les outils de manifestation au bout de vos doigts. Vous devez sortir de votre zone de confort et laisser ce qui vous ne vous sert plus – vous savez tous où ceci s’applique dans votre vie personnelle – ceci vous a été rendu évident pendant des mois et même des années, et ceci deviendra encore plus insupportable jusqu’à ce qu’enfin, vous vous laissiez toucher et lâchiez ce qui vous retient en arrière. 

Bien-aimés, alors que vous deviendrez plus compétents en tant que cocréateurs inspirés, vous ne focaliserez plus votre énergie pour créer les petits désirs terre à terre du passé. Vous aurez établi un flot constant de Particules Adamantines passant dans et à travers votre votre vaisseau physique, le reste coulant à l’extérieur dans le monde de la forme. Vous aurez programmé dans les plus petits détails ce que vous souhaitez manifester pour votre confort personnel et votre plaisir et votre mantra continuel sera : « Tous mes besoins et désirs sont satisfaits avant même que je réalise ce qu’ils sont, lesquels seront toujours pour mon plus grand bien et pour le plus grand bénéfice de tous ». Vous aurez méticuleusement tracé les grandes lignes de votre chemin de service envers l’humanité, lequel sera en harmonie parfaite avec votre mission Divine pour cette ère nouvelle. Vous aurez une connexion constante, claire et salutaire avec votre Sur Ame – Soi Supérieur en résidence, et vous suivrez avec grâce et facilité le Chemin de Lumière qui serpente toujours de plus en plus haut dans les réalités plus raffinées d’existence. Soyez assurés que je vous guiderai, dirigerai, inspirerai et protégerai toujours,alors que vous avancerez dans votre voyage dans l’inconnu. Je rayonne l’éternel amour de notre Dieu Père / Mère à chacun de vous.

JE SUIS L’ARCHANGE MICHAEL.

Je réclame le copyright universel pour cet article au nom de l’Archange Michel. Copiez et partagez en toute liberté.

Transmis par Ronna Herman, www.ronnastar.com et ronnastar@earthlink.net

Publié dans:CO-CREATION |on 3 mars, 2014 |Pas de commentaires »

CO-CRÉATION CONSCIENTE

joieNous des Grands Prêtes Mayas sommes présents sur Terre en énergie pour vous guider et vous aider à traverser ces moments de transition parfois très intenses.

Chaque humain ressent au fond de lui une grande détresse qui refait surface. Celle-ci demande compréhension et libération par l’exécution, la mise en œuvre de votre plan d’incarnation.  Il vous est parfois difficile de vous résigner à adopter l’action la plus juste pour votre âme étant reliés encore très fortement à votre plan terrestre.

Recueillez-vous dans ces instants, ces périodes de grands bouleversements, priez et remettez en la Force Suprême les actions justes dans votre situation. Vous serez conseillés adéquatement et dans toute la douceur nécessaire à votre âme.

Votre perception de la situation sera pour vous adéquate si votre recueillement a été profond et entendu.  Si votre mental, vos pensées, votre jugement, vos doutes, vos remises en questions, vos incertitudes refont surface;  votre recueillement sera biaisé et votre réalité perçue différemment du réel potentiel, de la réelle action à porter.

Le meilleur outil, cher humain, dans les cas de détresse, mal être, découragement, stress, sera de vous ouvrir à la Foi, à votre Foi, en sachant que tout est placé dans votre vie pour votre mieux être.

Soyez assurés que nous avons à « cœur » votre équilibre et votre harmonie intérieure et nous utilisons tout (la Force Suprême, Dieu, Énergie Universelle, l’Univers) pour que vous puissiez comprendre et entendre les messages qui vous sont transmis de part et d’autre.

Plusieurs humains résistent aux changements par peur de l’inconnu alors que si votre Foi est présente en vous, vous aurez la force et la motivation de passer à l’action pour trouver une vie, une situation meilleure, qui sera bien intégrée dans vos cellules et dans votre corps physique.

Soyez humbles, laissez l’égo de côté et acceptez la défaite ou votre vie telle qu’elle est vraiment, sans illusion.

Soyez honnêtes avec vous-mêmes et conciliants.

Rien ne sert de vous apitoyer sur votre sort, regarder plutôt au loin, plus haut et trouver l’alternative qui apporterait lumière au cœur de votre vie.

Chaque être humain aspire à une vie de d’amour, de paix et d’harmonie sur Terre et il n’en tient qu’à vous, votre discernement de vivre une vie lumineuse et inspirée.

TOUT EST POSSIBLE, vous co-créez votre existence et notre support est disponible constamment.

Apprenez à vivre au présent, ici et maintenant, cela vous permettra d’avoir une perception plus juste et adéquate de votre réalité.

Vous êtes des êtres qui avez toutes ces potentialités disponibles à l’intérieur de vous, prenez contact avec vous-mêmes, voyez vos réels besoins, vos réels buts, vos goûts.  Il est impératif que chaque individu se reconnaisse à sa propre et juste valeur. Ne jamais vous en remettre à quelqu’un d’autre pour cette essentielle découverte.  Vous êtes unique et différent des autres humains et vos aspirations et besoins sont également tout-à-fait différents de tous les autres humains.

Pour chaque décision à prendre dans votre vie; prenez un moment de recueillement, méditation, soyez à l’extérieur du tumulte pour vous permettre d’aller vous interroger et trouver la guidance personnalisée à votre être.  Votre âme est présente et toujours prête à vous répondre. Ayez confiance en vous à l’intérieur de cette démarche et vous apprivoiserez ce mode de communication avec vous-même.

Ces enseignements demanderont peut-être plusieurs années de cheminement pour certains, mais ils valent l’importance de la démarche et l’intégration dans vos vies.

Soyez à l’écoute de vous-même, réceptifs à votre âme et ses guidances. Accueillez-vous et instaurez une vie positive et accueillante à l’intérieur même de votre quotidien.

Ces enseignements sont essentiels à votre parcours d’évolution, prenez un moment pour les lire et relire pour une meilleure intégration dans vos vies.

Nous sommes présents pour vous.

Les Grands Prêtes Mayas

Message canalisé par Sylvie Gourde le 14 Octobre 2012.

www.lesailesdelange.com

Publié dans:CO-CREATION, MAYAS |on 5 février, 2014 |Pas de commentaires »

La Co-Création au service du Nouveau Monde

images (7)

Vous êtes des Êtres créateurs, vous l’avez toujours été. Le film et le livre « Le Secret » n’ont fait que révéler au grand jour les fondements de la Loi de l’Attraction, qui n’est qu’UNE des 12 Lois Universelles connues pas les Sages et les Mystiques depuis des millénaires. La différence c’est qu’une fois que cet aspect de vous-même est dévoilé à votre conscience, il n’y a plus de retour en arrière possible. Vous devenez pleinement responsable de votre destin et de tout ce que se passe dans votre vie. 

Prenons un exemple éloquent : imaginez que vous avez toujours roulé avec une voiture qui vous semblait bien « ordinaire » – parce qu’en fait personne ne vous en avait expliqué les propriétés exceptionnelles – et que, tout-à-coup, vous découvrez que vous conduisiez en réalité une voiture de course de grand luxe! Bien entendu, dans un premier temps, vous êtes heureux de pouvoir bénéficier de ses nouveaux avantages, tels sa rapidité extrême et sa maniabilité prodigieuse; vous vous réjouissez d’être élevé au statut de « pilote de course » et d’avoir enfin le droit de faire de la vitesse sur la route. 

Toutefois, ce n’est pas parce que vous conduisez une telle voiture que vous savez la maîtriser à la perfection. Le problème avec ce genre d’automobile, c’est qu’au moindre coup de volant, elle vous obéit au doigt et à l’œil. Tant que vous êtes vigilant, concentré sur la route, il n’y a pas de souci… Or, la moindre distraction, le moindre obstacle peuvent perturber votre conduite, voire vous envoyer « valser dans le décor » ou, pire encore, vous fracasser contre un mur. 

On dit qu’il n’y a pas de mauvaises voitures, seulement de mauvais conducteurs. Et vous, de quelle façon conduisez-vous votre vie? Lorsque les personnes de mon entourage ont découvert la Loi de l’Attraction, elles se sont mises à formuler leurs vœux, leurs souhaits et leurs aspirations les plus chères. Elles y ont investi du temps, de l’énergie et des efforts qui, pour la plupart, sont demeurés sans résultats concrets. 

À mes yeux, c’est comme si, depuis des années, elles avaient semé des graines de carottes dans leur jardin et que, tout d’un coup, elles se rendaient compte qu’elles en avaient marre des carottes et décidaient de planter des brocolis à la place. Puis, au bout de quelques jours, ou quelques semaines, elles étaient étonnées de ne trouver encore que des carottes dans leur potager… Avaient-elles pris le temps de déraciner leurs vieux légumes : les pensées limitatives qu’elles nourrissaient depuis des décennies? S’étaient-elles appliquées à désherber leur petit bout de terre envahi par les mauvaises herbes : les anciens schémas et programmations qui ont orientés leur vie jusqu’à maintenant? Non, ces gens s’étaient contentés de planter quelques graines de vision « positive », dans une « plantation » d’ondes négatives!!! 

Si, comme eux, vous avez cru que les enseignements du « Secret » ou tout autre livre du genre étaient telle une « baguette magique » qui ferait apparaître des « brocolis » dans votre assiette ou des miracles dans votre vie, il y a fort à parier que vous aussi avez été déçu-e! 

Pour cultiver un jardin, cela exige maints efforts, mais surtout, essentiellement, de la confiance et une bonne dose de patience. De même, on ne devient pas pilote de course en quelques jours, il importe de consacrer des heures et des heures pour faire l’apprentissage de cette façon différente de [se] conduire, ainsi que des mois entiers d’entrainement intensif… avant même de pouvoir s’élancer sur une piste en circuit fermé! Et on n’imaginerait même pas avoir l’idée d’aller circuler sur la voie publique… sous peine de devenir soi-même un « danger public »!! 

Et si la nouvelle année qui débute était pour vous l’occasion de développer peu à peu vos facultés co-créatrices d’une manière constructive en CHOISISSANT de « cultiver » une nouvelle façon de penser et d’envisager votre existence sous des auspices plus favorables? Vous savez qu’apprendre à conduire avec vigilance ne fera pas disparaître les obstacles sur votre route, ni les éventuels incidents de parcours… Tout au plus, vous serez mieux « équipé » pour faire face aux imprévus et, peut-être, anticiper à temps les mauvaises manœuvres d’un autre conducteur ou éviter de justesse un accident imminent. 

Le fait d’avoir la pleine maîtrise de votre véhicule non seulement vous permet de rouler en toute quiétude, mais vous devenez aussi « rassurant », voire même un exemple à suivre pour ceux que vous croisez sur votre route! Ainsi, concrètement, le fait de focaliser votre attention sur des pensées positives, sur tout ce que va déjà bien dans votre existence, vous permet de « semer » de plus en plus de graines de « positif » dans votre « jardin intérieur », mais surtout, de transformer votre conception de la vie en une vision plus « nourrissante », et plus « ressourçante » tant pour l’âme que l’esprit. 

Pour vous y aider, permettez-moi de vous proposer un exercice des plus judicieux, facile à intégrer au cœur de votre quotidien. Chaque fois qu’une peur, une angoisse ou un doute jaillit en vous-même, par exemple que vous craignez de ne pas être à la hauteur, de décevoir les gens, de ne pas réussir ce que vous tient à cœur ou de ne pas parvenir à surmonter la difficulté qui se présente dans votre vie, voici ce qui vous permettra de reconnecter de manière tangible avec votre puissance intérieure co-créatrice : 

Prenez une grande feuille blanche sur laquelle vous dessinez une balance. Plutôt que celle-ci soit munie de plateaux, dessinez plutôt un seau de bonne envergure de chaque côté du balancier. Dans un premier temps, du côté gauche de la feuille, inscrivez à l’intérieur du seau votre problème, votre souci et/ou votre perception négative de vous-même. 

Puis, dans le seau de droite, inscrivez toutes les fois où vous vous souvenez avoir déjà rencontré ce genre de difficulté auparavant, toutes les fois où vous avez su trouver une solution pertinente, toutes les fois où vous êtes « retombé-e » sur vos pieds, toutes les fois où vous êtes « passé-e au travers » de situations semblables, toutes les fois où la chance a tourné en votre faveur, toutes les leçons que vous avez tirées de ces expériences, tout le cheminement que vous avez parcouru grâce à de tels « incidents de parcours » et même, toutes les qualités que vous avez développées au fil des ans à travers de tels événements qui vous paraissaient insurmontables au départ… 

Imaginez que chaque exemple que vous notez est comme une goutte qui remplit le seau de droite. Au besoin, agrandissez le seau en ajoutant un niveau de plus au bas de la feuille. Voyez-le augmenter de volume, déborder même, pour qu’au bout du compte, le seau de droite occupe de plus en plus de place sur la feuille, au point de ne pouvoir qu’obligatoirement faire « basculer la balance » du côté positif. 

Peut-être avez-vous déjà entendu cet exemple, mais l’avez-vous vraiment déjà expérimenté dans tout votre Être? Visualisez que ce seau de l’Abondance et de la pleine Reconnaissance de vous-même, il est en vous, bien présent dans votre cœur. Chaque fois que vous vous dénigrez, que vous vous désespérez, c’est comme si l’eau vive qui abreuve votre âme se répandait sur le sol. 

De même, chaque fois que vous faites passer les « responsabilités » et les « obligations » extérieures avant vos propres besoins et votre propre bien-être, que vous donnez généreusement votre temps et votre énergie à tous ceux qui vous entourent, en vous oubliant ou en vous « sacrifiant » pour les autres, c’est comme si vous leur « donniez à boire » sans prendre soin de vous préserver un minimum vital d’eau potable pour assouvir votre propre soif. Pas étonnant que des pensées douloureuses ou négatives remontent alors à votre conscient : ce ne sont là que les « complaintes » de votre moi intérieur réagissant à votre propre négligence envers vous-même! 

Il en va de la même façon pour les problèmes et difficultés rencontrées au jour le jour : si vous êtes dans de bonnes dispositions, serein, centré, jouissant d’un bon équilibre tant sur le plan physiologique qu’émotionnel, il y a de fortes chances que rien ne vous apparaisse comme « dramatique ». Mieux que cela, vous aurez tendance à chercher à relever de nouveaux défis pour stimuler votre propre reconnaissance en vous-même et sentir que vous continuez d’évoluer dans votre cheminement vers le plein épanouissement sur tous les plans. 

Lorsque vous êtes fier-fière de vous, dynamisé par les expériences positives de votre vie, c’est comme si vous vous appliquiez à « maintenir à flot » votre seau d’eau intérieur. Lorsque vous choisissez d’entretenir des pensées agréables envers vous-même, c’est comme si vous consacriez tous vos efforts à ne « semer » que des « brocolis » ou tout autre légume dont vos raffolez dans votre jardin intérieur, donc à « cultiver » consciemment l’Abondance dans toutes les sphères de votre vie. Lorsque vous demeurez centré, présent à vous-même et attentif aux petites choses du quotidien qui vous font du bien, c’est comme si vous vous mettiez au volant de la voiture de vos rêves et que vous en assumiez la pleine maîtrise; vous faites de votre propre véhicule personnel, votre Être tout entier, un pur bolide qui vous mènera là vous vous le désirez, au moment que vous le souhaitez, vous garantissant d’arriver à bon port sain et sauf, en toute sécurité! 

Et plus vous vous sentirez « rassuré-e », « rassasié-e », épanoui-e, comblé-e et satisfait-e, plus vous découvrirez et intégrerez la manière « positive » de vous maintenir dans cet état de bien-être… pour votre plus grand bonheur! Les « sceptiques » et les « opposants » à la loi de l’Attraction ont bel et bien raison : il n’y a pas de Secret! Les « pensées magiques » n’existent pas puisque votre qualité de vie n’est que le résultat de la somme des croyances que vous entretenez envers vous-mêmes… Alors, de quel côté penchera votre balance intérieure? 

2009 est une année charnière qui nous permettra d’expérimenter en profondeur notre puissance créatrice, tant individuelle que collective. Déjà nous pouvons mesurer l’impact de la « désinformation pernicieuse » qui nourrit les peurs et engendre des mouvements de panique, tant sur le plan économique que politique. L’importance de demeurer centré est encore plus grande que par le passé (rappelez-vous : vous êtes désormais au volant d’une voiture de course!) car votre capacité de manifestation s’intensifie et la rapidité à laquelle vos pensées se matérialisent s’accentue au même rythme que le temps s’accélère… 

Plus que jamais le « libre arbitre » prend son sens dans la réalité que notre humanité se crée actuellement au plan planétaire : ceux qui choisissent de se maintenir dans une vibration de sérénité et de confiance en l’avenir voient leurs expériences de vie servir de fondations ou de levier pour générer encore plus de bonheur dans leur existence. Tandis que ceux qui se laissent déstabiliser par les événements « extérieurs » ou « perturbateurs » auxquels ils sont confrontés n’en souffrent que davantage sur tous les plans (professionnel, interpersonnel, financier, sociopolitique, etc.). 

Pour vous aider à « garder la tête froide », à demeurer centré, repensez à l’exercice de la balance : le seau le plus plein est celui qui fera « pencher » votre réalité vers le côté positif ou négatif. Pour ma part, quand certains « prophètes de malheur » me font parvenir des mails annonçant des « catastrophes imminentes » ou me tiennent des propos à saveur « apocalyptique », je visualise ces personnes faisant le bilan de tout ce qu’il y a de positif dans leur vie afin que ces pensées n’obscurcissent aucunement leur futur proche ou lointain. Quand on me reproche de ne pas être « réaliste », voici ce que je réponds habituellement : 

« Imaginons que vous avez raison, que, disons, la fin du monde aura bel et bien lieu en 2012. Pour les trois prochaines années, vous allez vous inquiéter, vous tourmenter et gâcher votre vie. Une fois que tout sera terminé, vous pourrez alors me dire « J’avais bien raison! ». Pour ma part, je préfère choisir de profiter de la vie, de savourer pleinement chaque instant et d’avoir confiance que le meilleur est encore à venir. Tant et aussi longtemps que cela durera, que ce soit une journée, un mois ou une décennie, je demeurerai enthousiaste…  car, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir! » 

En bref, je préfère m’appliquer à être heureuse ici et maintenant que de chercher à « avoir raison » à tout prix!!! À mes yeux, ce que je « sème » aujourd’hui, c’est ce qui portera fruit demain… que ce soit dans cette vie-ci ou dans la suivante! En optant pour une telle attitude, je ne peux donc qu’être gagnante à court et à long terme… 

De plus, en me créant une réalité harmonieuse et équilibrée, je « donne l’exemple vivant » qu’il est possible pour chaque personne que je rencontre de faire de même dans sa propre vie. Je favorise ainsi « l’effet d’entraînement » qui incitera les autres à vouloir eux aussi choisir le bonheur et créer un environnement favorable à l’émergence d’un nouveau mode de vie plus équitable pour tous. 

En avançant tous dans la même direction épanouissante sur tous les plans, nous devenons co-créateurs du « Nouveau Monde », de ce « Paradis sur Terre » auquel nous aspirons tous… Nous faisons ainsi pencher la balance planétaire du « bon » côté favorable au plus grand nombre. Tout part de vous. Tout est déjà présent en vous-même. Il vous suffit de prendre le temps de reconnaître enfin votre plein potentiel créateur qui agit à chaque instant dans toutes les sphères de votre vie. Vous êtes déjà un bon « conducteur », accepterez-vous de mettre tout en œuvre pour parvenir à la « maîtrise » totale de votre véhicule divin et illimité? 

C’est du moins ce que je vous souhaite du fond du cœur pour 2009 et les années à venir! 

Message de Bianca Gaïa/Diane LeBlanc, transmis le 13 janvier 2009,

aussi disponible sur www.biancagaia.com. Vous êtes invité à faire circuler ce texte

à condition d’en respecter l’intégralité, y compris ces quelques lignes.

Publié dans:CO-CREATION |on 1 février, 2014 |Pas de commentaires »

La créativité

images (29)

par Patrice van Eersel

S’il est un domaine où l’humain se distingue du reste de l’univers, c’est qu’il peut être créateur. Mais comment, où et quand devenons-nous réellement créatifs ? Cette question me passionne depuis toujours. J’ai jusqu’ici schématiquement rencontré deux réponses : l’optimiste, pour qui « six milliards d’humains = six milliards de créateurs », et la pessimiste, qui s’esclaffe : « Six milliards ? Tu parles ! Encore heureux s’il y a eu dix créateurs sur toute la terre au XX° siècle ! » En réalité, les deux voix ne parlent pas de la même chose : la première évoque une potentialité, rarement réalisée ; la seconde ne s’intéresse qu’aux réalisations si puissantes qu’elles ont marqué la culture mondiale. Comme souvent, je restais sur ma faim. Et voilà que le professeur Mihaly Csikszentmihaly m’a apporté un gros et savoureux plat de résistance. La créativité, ce vétéran de la psychologie positive, prof à l’université de Chicago, l’a étudiée avec pragmatisme et humanisme. Pendant des années, avec ses étudiants, il a interrogé des centaines de « créateurs » reconnus, aussi bien artistes et poètes que chercheurs et savants. Le résultat est un modèle touffu, passionnant et impossible à résumer. Sachez tout de même que, selon Csikszentmihaly, un créateur, cela n’existe pas en soi, tout nu au milieu de nulle part : il doit s’exprimer dans un domaine dont la symbolique est codifiée et doit être reconnu par une communauté, qui inscrira son apport dans l’ADN collectif. Sachez aussi (c’est frappant) que le créateur type n’existe pas, mais que son profil type comporte au moins dix sortes de contradictions fécondes : il est à la fois extraverti et timide, orgueilleux et modeste, lucide et naïf, masculin et féminin, fort et fragile, etc. Traverser cette exploration peut vous aider à mieux créer… votre propre chemin de vie.

Aux éditions Robert Laffont

Publié dans:ADN, ARTISTES PEINTRES, CO-CREATION |on 26 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

RENCONTRE AVEC UN EXPLORATEUR DU TEMPS

Entretien avec Jean-Claude GENEL

pour le magazine Sacrée Planète                                                                                      


Le nouveau livre de Jean-Claude Genel
 est consacré à la vie de Jésus et de l’apôtre Jean, puisée dans la mémoire du temps. Pour comprendre l’intérêt littéraire et spirituel de cet ouvrage aujourd’hui, nous avons demandé à l’auteur comment images (6)il explore ce qui est connu sous le nom de mémoire akashique. Découverte !

Sacré Planète : Jean-Claude Genel, pour les lecteurs de « Sacré Planète » qui ne vous connaissent pas encore, pourriez-vous nous dire quelques mots de vous ?

Jean-Claude Genel : Ma vie a été orientée très tôt par ma facilité à voir le monde invisible comme l’une des composantes de la réalité. Je suis né ainsi et n’en est donc aucun mérite. Tout petit, je ne faisais pas la différence entre les vivants et les morts. Pour moi, tous évoluaient dans un même monde. Mes parents ont respecté ma manière d’aborder la vie, ils étaient tout simplement aimants. La liberté dont j’ai disposé m’a permis de garder intacte cette faculté de traduire l’intention de l’Au-delà par la communication avec les âmes, la transmission de messages des guides de l’humanité, l’exploration des Annales akashique ou des crop circles. J’ai toujours été protégé et guidé par des êtres de lumière qui m’ont appris à être toujours disponible à mes ressentis, à l’écoute du monde invisible pour devenir un explorateur de l’âme humaine. 

Sacré Planète : Quelles ont été les étapes marquantes de votre parcours et quels sont, aujourd’hui, vos principaux pôles d’activité ?

Jean-Claude Genel : Parmi les étapes marquantes, je vais vous étonner mais je pense à la mort d’êtres chers qui ont pu me faire douter parfois de l’amour divin. Mais il y a eu aussi la reconnaissance, par des guides incarnés, tant en Europe qu’en Inde, de ma capacité à formuler la tradition, principalement christique. Dans les années 90, la chasse aux minorités spirituelles en France m’a fait comprendre que le plus grand fléau ici-bas est bien l’ignorance. Reçu en audience privée à Dharamsalla en 1998, le Dalaï Lama m’a encouragé dans mon projet sur les « Droits de l’Ame » et mon travail en général. Aujourd’hui, mes principales activités sont orientées sur l’enseignement des Valeurs de l’âme et j’ai fondé pour cela l’Université Libre des Valeurs. Avec mon nouvel éditeur, j’ai entrepris d’en publier les fondamentaux. Je me lance également dans la publication d’enregistrements des lectures akashiques de la vie du Christ sur CD, accompagnés d’un enseignement pour le temps présent. 

Sacré Planète : A propos de votre médiumnité, à quel âge l’avez-vous découverte et comment l’avez-vous cultivée ?

Jean-Claude Genel : Ma disposition purement « médiumnique » s’est affirmée vers l’âge de 18 ans, même si, comme je l’ai dit, je la vivais naturellement depuis mon plus jeune âge. Cependant, je ne me déclarerai pas médium ni voyant comme on l’entend généralement. En Inde, on compare ma manière de fonctionner à celle des rishis qui sont à l’origine de la formulation du Véda. Personnellement, je parlerais davantage d’un état de conscience que je peux modifier et étendre à volonté en fonction de la situation rencontrée ou de l’exploration que je choisi de mener. J’ai travaillé ainsi sur l’origine des crânes de cristal, scruter la mémoire du temps à la rencontre de Bouddha, de Moïse, de la civilisation lémurienne ou bien de l’île de Pâques. Je peux me mettre à l’écoute d’un arbre millénaire ou des génies de la nature. A part un changement de fréquence, c’est toujours le même phénomène “d’extension de conscience”.

Sacré Planète : Comment vivez-vous ce phénomène ?

Jean-Claude Genel : C’est très simple, je me concentre sur mon intention. Pour ce livre : visiter la vie de Jésus; Alors, un film défile à grande vitesse devant mes yeux, puis se fige quelques instants sur une scène immobile, le…………….

Prenez le temps de lire la suite dans SACREE PLANETE
et soutenez le magazine ICI

 

Publié dans:CO-CREATION, TEMPS |on 11 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

2013 – Création, Co…Création, Re…Création

 

images4

La journée “Présence des Maîtres de Sagesse” du 9 décembre 2012  a commencé, Comme chaque année, par une présentation de la tendance astrologique de 2013 par Carole Sédillot. Parmi les informations passionnantes qui nous ont été exposées, nous vous présentons ce qui nous a paru essentiel pour vivre une belle année 2013. (Article de  Tania Cholat)

Planter le décor astrologique

Carole nous rappelle d’abord qu’une année n’a de sens que dans la continuité des années précédentes. Ce retour en arrière ne nous fait pas régresser mais, au contraire, nous permet de prendre de l’élan car les mots de l’an dernier vont être amplifiés et les formes vont être différentes. Si nous ne faisons pas le lien entre les années, nous sommes de nouveau dans quelque chose qui nous sépare. La séparation.

2012 : 2 + 0 + 1 +2 = 5, la traversée, une modalité horizontale, le 5 étant le pape, le pontife, le pont. Qu’avons-nous traversé ? Qu’est-ce qui nous a traversés ? Et qu’allons-nous faire de cela ? Sommes-nous restés au milieu du pont ?

Carole Sédillot nous rappelle également l’échelle qui nous indique une verticalité : c’est l’antenne entre le monde matériel qui nous incarne et le monde spirituel qui nous inspire, deux mondes dont nous avons besoin.

Le 5 de 2012, c’est le masculin, l’extériorisation dynamique, aller de l’avant alors que 2013 donne le 6 (2 + 0 + 1 + 3) qui est féminin. C’et donc le recentrage, la concentration et aussi le choix, l’amour, la beauté, l’harmonie. Pour Jung, l’harmonie de l’être humain existe quand il est dans sa complétude, c’est-à-dire quand il est complet, entier de lui-même, avec lui-même. Trop souvent encore, nous sommes séparés, divisés.

Création, ré harmonisation

Revenant sur la Co-création (qui est également le thème des rencontres 2013 de l’Université Libre des Valeurs), Carole a attiré notre attention sur ce mot cocréation. Le préfix co signifie avec : comment être avec ? Et avec qui ? Bien sûr, c’est avec soi-même », nous sommes dans la qualité avec le monde extérieur, c’est à dire le collectif.

En langage des oiseaux, la création devient la « crée-action ». En outre, l’anagramme de création, c’est réaction, ce qui signifie qu’il y a déjà eu action. Que nous est-il demandé de créer avec nous-mêmes ? Comment être dans la création, pour atteindre la co-création et bénéficier ensuite d’une re-création, le tout entrecoupé de phases de récréation, plus légères et plus agréables. Comment, malgré toutes les difficultés qui se jouent sur terre et entraînent la séparation, allons-nous être capables d’apporter une bouffée d’oxygène en restant conscients de la réalité. Il s’agit de passer de la victimisation au courage. Or, étymologiquement, le courage vient de cœur ; s’engager, c’est faire preuve de courage et avoir du courage, c’est avoir du Coeur, c’est à dire la force de vie. C’est là, au centre du cœur que réside l’âme véritable, le souffle divin.

Dans ce monde en disharmonie, il nous est demandé de réharmoniser ce qui veut aussi dire qu’il y a déjà eu harmonie et que nous sommes capables d’accomplir ce travail puisque nous l’avons déjà fait. Et n’oublions pas que nous y sommes non pas obligés, mais invités ce qui nous permet de l’aborder différemment.

Une transition qui a du sens

Mais les mots étant une énergie, nous devons aussi être clairs sur leur sens.

Le créateur est celui qui crée à partir de son propre potentiel. Le créatif est celui qui interprète ce qui existe déjà, il fait preuve de créativité qui nous permet de reproduire quelque choses qui existe déjà, mais à un autre niveau de satisfaction et de réponse à ce qui a été demandé. Quant à la création, elle répond à la demande de l’univers. Elle est ce quelque chose qui n’existait pas avant, de l’ordre du Nouveau et qui nous met en relation avec le Sacré. Qui dit sacré, dit sacrifice. Que devons-nous justement sacrifier en cette année 2013 ? A quoi devons-nous renoncer en toute conscience, sinon ce renoncement n’aurait pas de sens ?

L’année 6, c’est Vénus, l’Amour, l’art. or l’art s’adresse à cette part de l’individu qui est unique. Il vient de toucher. Chacun d’entre nous est telle une création, unique : nous sommes l’œuvre du Créateur. La séparation est la cause de nos souffrances. Il s’agit de relier notre part humaine à cette part de divin en nous et ainsi, nous serons réunis dans la complétude et l’harmonie.

Mais, comment s’unifier en soi pour pouvoir se dépasser ? Comment être au cœur, au centre, pour contacter l’harmonie ? C’est un des défis majeurs que l’année 2013 nous propose de relever.

papesse impératricepapesse impératrice 2 

A l’image de la Papesse (2) du jeu de Tarot qui porte son enseignement, la transmission, c’est le ressenti, l’émotion, le spirituel, l’Impératrice (3), c’est le mental, l’esprit, le matériel. Elles se tournent le dos : la communication est difficile. C’est donc là qu’il faut œuvrer et apprendre à dire à l’autre qu’on l’aime, sans attendre les drames, les catastrophes. Et pour cela, il faut d’abord s’aimer soi-même, avoir du respect pour soi. Et en fait, c’est plus simple qu’on le croit. Selon Jung, ce qui est juste et vrai est toujours simple. La simplicité est une Valeur qui n’est pas toujours facile à mettre en œuvre. C’est aussi être dans une humilité de la place qui est la nôtre. Notre richesse est dans qui nous sommes véritablement. Cela implique aussi d’être dans le désir de rencontrer cette harmonie en soi.

Nous sommes le changement

Ce qui est important, ce n’est pas ce qui va être formidable en 2013, c’est comment nous, nous allons être formidables en 2013. Si nous voyons les précipices autour de nous, comment est notre conscience ? Comment nous conduisons-nous ? Comme le héros ou pas ? A l’aide des Valeurs ou pas ? Nous  ne devons pas oublier qu’elles sont à notre disposition. Et les nommer c’est bien ; les mettre en œuvre, les vivre, c’est mieux.

 

Jusqu’en 2015, nous sommes dans des configurations astrales qui sont puissantes (mais pas nécessairement négativement) et qui mettent en tension Uranus (représenté par le Mat et la Maison Dieu) avec Pluton (représenté par l’Arcane XIII). Nous sommes dans un cycle similaire à 1933/34 ; il a commencé en 2012 et on va le vivre jusqu’en 2015. Cette configuration d’aujourd’hui va durer un peu plus longtemps pour des raisons astronomiques ; et il va y avoir des moments d’accalmie et des moments de tension. Ce sont ces énergies-là qui mettent en relation avec la crise ; et qui dit crise dit changement.

Le collectif doit changer, mais le monde ne peut pas changer si aucun de nous ne change. Que changeons-nous ? Pourquoi et comment ? Tout cela s’inscrit dans un processus. Nous sommes présents sur la terre, nous sommes donc tous concernés, même si c’est différemment les uns des autres. On ne peut plus rester dans les mêmes structures ; il faut faire des deuils pour aller vers le Mat (0) qui est aussi un espace uranien ; notre espace libre et éthique. Nous devons quitter l’ancien pour aller vers du nouveau.

A l’écoute de nous, nous passerons de la terre inconnue (vers laquelle nous avons peur d’aller) au terrain connu (qui est en nous), sachant qu’en fait, c’est la même chaise. Cela nécessite encore une fois du courage, première Valeur dont le héros a besoin, pour affronter ses peurs, les dépasser.

Thème de l’entrée dans 2013 à Paris

De nombreux mouvements des planètes dites « lentes » ont lieu en ce moment. Il s’agit des planètes considérées comme universelles, contrairement aux planètes « rapides » qui sont plus individuelles. Carole Sédillot les a mises également en relation avec les lames du Tarot. J’en cite quelques-unes pour les « spécialistes » ; mais ne l’étant pas moi-même, je ne m’y attarderai pas :

-      depuis 2 ans et jusqu’en 2015, Pluton est dans le signe du Capricorne (Lame XIII) ; la puissance va chercher dans les profondeurs de la terre ; il y a amplification des réactions de la terre.

-      Uranus (Maison Dieu) est entrée dans le signe du Bélier et va y rester jusqu’en 2018.

-      Saturne (l’Ermite) vient d’entrer dans le signe du Scorpion pour 2 ans et demi. Elle nous demande… lire la suite dans le magazine MEDI@ME N° 4 (www.université-libre-des-valeurs.com )

Publié dans:2014 - PRÉDICTIONS, CHIFFRES, CO-CREATION |on 2 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

RELATION INTIME ENTRE CREATEUR ET CREATURE

 

La relation intime entre le Créateur et sa créature se noue autour de ce que l’on peut nommer la co-création. On pourrait illustrer cette idée par la peinture de la chapelle Sixtine où le doigt d’Adam touche celui de Dieu. Participer à l’action de Dieu implique un contact. L’homme qui œuvre pour Dieu doit, pour ainsi dire, s’unir de volonté à Dieu, et accomplir ainsi la prière christique : « Que ta volonté soit faite sur la Terre comme au Ciel ». (citation M.Claire Daupale – enseignante de philosophie).

Remarquons que cette relation entre l’homme et Dieu est dissymétrique, c’est à dire que les deux partenaires ne sont pas égaux : Dieu seul est Maître, c’est lui qui est à l’initiative de la co-création. Le partenariat entre l’homme et Dieu requiert donc de la part de l’homme d’accepter humblement de servir le Divin. L’homme serviteur n’est toutefois pas servile, bien au contraire, car c’est être livre que de choisir par amour de se mettre au service du Bien. L’homme est donc invité par Dieu à entrer dans une dynamique créatrice bienfaisante.

 images (49)

Une longue tradition mystique

Tout au long de l’histoire de la pensée, nombreux ont été les penseurs à constater que l’homme pouvait, pour ainsi dire, transcender sa condition misérable grâce au bon usage de la pensée (cf. par exemple les Pensées de Pascal, sur le « roseau pensant ») trouvant sa source d’inspiration dans l’entendement divin, ce qui n’est autre qu’entrer dans un processus philosophique et mystique de co-création. Si nous parcourons rapidement l’Histoire, nous rencontrons quelques jalons majeurs de cette tradition mystique. Dans l’Antiquité, les philosophes comme Socrate, Platon ou Plotin ont médité l’adage inscrit sur le fronton du temps des Delphes : « Connais-toi toi-même ». Il s’agissait de découvrir, par delà les manifestations personnelles du « petit moi » (ego), les capacités co-créatrices du « grand Moi » ou de l’Esprit ou encore du Moi divin résidant en chacun. La maxime de Delphes en redoublant le « toi » par le « toi-même » relie donc bien la partie humaine de chacun à sa partie divine. Autrement dit, pour se « co-naître » véritablement, et ainsi « re-naître » à une nouvelle vie, une vie créatrice (« co » provient du latin « cum » qui signifie « avec ») il convient d’associer, de relier notre humanité à notre éternité.

Afin d’illustrer cette idée, évoquons une interprétation mystique d’obédience plotinienne du mythe d’Hésiode (Hésiode, Les travaux et les jours) sur les différentes races : ce qui est présenté comme une évolution « temporelle », le passage de la « race d’or » à la « race de fer », peut se comprendre de façon symbolique. Ainsi, le fond de nous-mêmes serait en or (le Moi divin), alors que la périphérie de nous-mêmes (notre ego) serait de fer. Et il est vrai que l’Esprit en nous est précieux, rayonnant de beauté, résistant, contrairement à notre ego, dur, terne et altérable.

L’autre en miroir du Soi

Nous voyons là que la co-création s’effectue par un mouvement de conversion intérieure, par un recueillement qui permet de retrouver au fond de soi une jonction à Dieu. Ainsi, la co-création ne se manifeste à l’extérieur (engagements divers porteurs de bonté) que parce qu’elle est tout d’abord initiée de l’intérieur (union à la partie divine en soi). L’action qui découle d’une méditation véritable, d’une contemplation vivante, se reconnaît à sa clarté, à son éclat harmonieux, à la lumière apaisante qu’elle fait rayonner autour d’elle, à sa fécondité.

A ce mouvement unitif de soi à Soi (processus qui s’effectue dans le silence et le retrait), il convient d’adjoindre un mouvement co-créatif interpersonnel, c’est à dire qui s’effectue par la rencontre d’autrui (processus qui se réalise dans le don et la générosité). Comme tout être dispose d’une racine divine, c’est servir le Très Haut que d’honorer en l’autre son origine divine. La co-création ne peut donc qu’être fondée sur le respect de chacun, car elle repose sur la prise de conscience que toute vie est émanation de Dieu, c’est à dire que toute vie est sacrée.

Au Moyen-Age, la tradition des troubadours et de l’Amour courtois s’inscrit dans la lignée de cet enseignement. Le chevalier fidèle à sa Dame et à un code d’honneur exigeant, en s’inclinant devant sa belle, saluait en Elle son Esprit, symboliquement associé à la Vierge. Dès lors, l’amour de concupiscence (égoïste : prendre) se sublimait en amour de bienfaisance (amour altruiste : donner) : l’aimée, représentante de Maris, conduisait l’amant à se rendre aimable, donc vertueux. Ainsi, la co-création s’inscrit dans une mouvement de recentrement sur ce qui est divin en soi et en autrui, et de décentrement par rapport à ce qui est « humain trop humain » (Nietzsche) en soi comme en autrui. Se déprendre ou se départir de ses limitations égoïstes, de ses emprisonnements négatifs, de ses négations frileuses, requiert un travail conscient, des efforts répétés, des exercices quotidiens afin de faire fleurir les vertus dans le jardin de l’âme, qui devient alors un jardin de paradis. Ces fleurs du Bien résultent d’une poésie inscrite au cœur de nos quotidiens, gr^ce à « l’Alchimie du Verbe » qui transforme de façon co-créative le prosaïque en noblesse !

L’honnêteté comme clef spirituelle ?

Dans la période baroque (17ème siècle), des penseurs comme Leibniz ou Spinoza, de manière certes bien distincte, ont présenté des systèmes de pensée qui, chacun, articulaient la physique à la métaphysique et qui, de ce fait, était co-créatif. Pour Leibniz, l’âme est « miroir de Dieu et de l’univers », ce qui permet de spécifier la relation du fini et de l’infini. Co-créer dépendra donc de la limpidité de notre miroir intérieur. S’il est lisse et poli, c’est à dire si nos pensées sont claires et droites et nos sentiments nobles et purs, alors notre conscience pourra réfléchir (aux deux sens du terme) les beautés célestes, les splendeurs des espaces immatériels et en éprouver de vifs contentements, des béatitudes. Le principe leibnizien, « hneste vivere » (vivre honnêtement, avec probité ou intégrité) est une clef permettant d’ouvrir les portes de ces dimensions spirituelles. Le miroir de l’âme devient étincelant si on lui retire des opacités, il convient donc de procéder à des mises au point intérieures purificatrices ; se dépouiller des encombrements psychiques, émotionnels et intellectuels, qui paralysent la bonne action et qui se cristallisent en traits de caractère qualifiés de « défauts ». Ce terme indique d’ailleurs qu’il y a un manque à être, une restriction, une absence, car l’ego est coupé de la présence de l’Esprit. Le sujet est déconnecté de sa racine divine, il est donc privé de  la sève régénératrice qui alimente son arbre de vie. 

L’âme en joie

Quant à Spinoza, il présente le lien de la « nature naturée » (le créé, le fini, le matériel) à la « nature naturante » (la vie divine qui alimente en permanence la création). Tout ce qui est manifesté et limité découle de la substance divine, spirituelle et illimitée. Cette inscription de la matière dans l’esprit est, selon lui, une donnée initiale qui doit être méditée afin de disposer d’idées « adéquates » qui donnent accès à la « joie » et permettant de vivre « sub specie aetemitatis » (sous le regard de l’éternité). En retreignant nos pensées à une lecture où seule prévaut la rationalité matérielle, et donc la finitude de notre condition incarnée, nos idées sont « inadéquates », car partielles, courbées vers la terre : elles ne sont pas habitées par le mouvement de la substance divine qui abreuve l’âme de joie, de clarté. Agir « sous le regard de l’éternité, c’est être capable de relier les phénomènes apparents, séculier,s temporels, à leur origine inapparente, éternelle ou divine. Notre participation à la nature divine augmente nos perfections : cette jonction instaure en l’âme des affects joyeux et aimants.

Un élan créateur

Enfin, pour achever ce rapide tour d’horizon historique, évoquons un auteur plus contemporain tel que le philosophe Bergson (cf. les deux sources de la morale et de la religion). Selon ce dernier, il convient de quitter le moi superficiel qui n’appréhende le réel que selon des catégories spatialisantes (donc tournées vers l’extérieur de soi) pour retrouver son « moi profond », source d’intuitions et d’énergies créatrices. Le moi limité se reconnaît à son engoncement mécanique dans les habitudes sclérosées, alors que le moi pleinement conscient fait preuve de liberté, d’inventivité, d’ingéniosité, d’aptitude à opérer des choix féconds. Pour ce philosophe, ceux qui disposent pleinement d’une conscience éveillée ne peuvent qu’adhérer à une « religion dynamique » (distincte d’une religion statique) et ne sont autres que les grands mystiques qui, à ce titre, peuvent valoir comme modèle éthiques, comme initiateurs de renouveaux prometteurs pour l’humanité. Ainsi, du fait de leur capacité d’union à la volonté divine, chacun d’eux transforme de façon inédite son humanité de sorte qu’elle devient réceptrice d’une énergie pure, réellement « émouvante » (comme leur coeur est touché, la conscience de ceux qu rencontrent ces saintes personnes est mise en mouvement).

La co-création : moyen d’éveil spirituel

Une fois admise l’idée que la co-création es tune notion mystique qui désigne la jonction entre la matière et……. (lire la suite sur MEDI@M n°3) www.universite-libre-des-valeurs.com

Publié dans:CO-CREATION |on 30 novembre, 2013 |Pas de commentaires »

COCRÉATEURS – Mode d’emploi !

                 

produita706Cocréation est un terme nouveau pour désigner une idée inscrite dans une longue tradition mystique, à savoir l’union de  volonté à Dieu. En s’appuyant sur les messages des Maîtres de Sagesse publiés sous le titre Cocréateurs Jean-Claude Genel nous propose un mode d’emploi qui permet à la magie de l’âme d’opérer en toute liberté.

La cocréation est la clé de l’ère du Verseau, ère dont nous ressentons les prémisses faites de spiritualité, de liberté de penser et d’agir selon notre cœur. Elle nous engage donc dans une double responsabilité, celle d’assumer le bilan de l’ère des Poissons qui s’achève et celle de créer les conditions d’une existence plus fraternelle sur toute la surface de la planète. Elle renvoie aussi à la nécessité de dépasser les interprétations erronées de la notion de « karma » pour retrouver le sens d’un engagement à œuvrer, c’est-à-dire à libérer notre génie intérieur. Le cycle nouveau nous invite à une œuvre collective en passant par la conscience de soi, condition de la maîtrise de soi. En cela, nous sommes aidés depuis l’Antiquité par les mystiques et les  philosophes. Mais, de nos jours, nous sommes quelques-uns, que je qualifierais de philosophes mystiques, à savoir puiser à la source de la Tradition primordiale. Pour ma part, dans le cadre de la résurgence christique qui m’est chère, je transmets depuis plus de 25 ans le message des intelligences supérieures qui veillent à notre destinée. Quel est ce message et en quoi peut-il nous guider dans un travail de cocréation ?

Une feuille de route

Le message des Maîtres de Sagesse se réfère aux vérités essentielles auxquelles il semble de plus en plus urgent de se tenir : le « Connais-toi toi-même » et les valeurs de l’âme comme fondement de notre pouvoir personnel. C’est même la condition si nous ne voulons pas subir le contrecoup des tempêtes économiques, sociales et financières qui sont la marque de ceux qui persistent à vouloir contrôler les masses. Il ne s’agit donc pas de prophéties mais bien d’informations à intégrer pour que l’Être nouveau se structure en nous. Ces dernières sont de plus en plus précises. Elles doivent être méditées et expérimentées pour trouver leur place dans notre esprit puis dans nos réalisations. Les informations que je propose ici et que je développe dans l’ouvrage « Cocréateurs » sont destinées à faciliter l’application de la feuille de route proposée par les Maîtres. Savoir lire une carte me paraît de bon sens pour garder le cap et éviter les raccourcis New-Age aussi illusoires qu’inefficaces.

Une époque initiatique

Tout d’abord, quelle vision les guides ont-ils de l’époque que nous traversons ? Ils la qualifient de totalement initiatique et s’ils prennent la peine de le rappeler, c’est que nous n’en avons pas encore pris toute la mesure. J’ai toujours pensé que ce qui est initiatique relève d’un défi que la vie nous présente au moment où nous sommes prêts à grandir. Il peut prendre n’importe quel aspect dans l’existence : une expérience de réussite, une séparation douloureuse, une trahison, un projet à mener à terme, etc. L’initiation vient donc solliciter nos qualités…

(lire la suite dans le magazine Sacrée Planète n°55)

(Découvrez le programme d’étude 2013 sur le thème de la Cocréation : ici

Publié dans:CO-CREATION |on 17 novembre, 2013 |Pas de commentaires »

Valeurs et Parcours de femmes

 

Annie Lévy m’a confié ressentir une véritable vibration intérieure quand la femme qu’elle accompagne est dans un état d’esprit de guérison. Elle a su créer une relation tout à fait unique avec ces femmes, « rescapées » du cancer du sein, qui va bien au-delà d’une restauration de leur féminité. Voici son expérience.

Article de Annie Lévy

7Parcours d’une femme – Au premier jouir de sa vie, chaque petite fille naît avec des richesses de beauté et de féminité qui lui sont propres. Jour après jour, ces valeurs grandissent et s’épanouissent car c’est un jardin que la femme cultive au quotidien, consciemment ou non.

Je fais partie de ces êtres qui ressentent que cette nature féminine s’exprimera, au fil du temps, toujours plus vite, plus fort et plus profondément que tout autre trait de son tempérament. En effet, depuis l’enfance, les valeurs de la beauté et de la féminité coulent dans mes veines. A l’école déjà, je voulais transformer ma maîtresse pour la rendre plus jolie ! Plus tard, je remarquais toujours spontanément les points forts d’un visage ou d’une anatomie et je savais de quelle manière les mettre en valeur. Puis, de plus en plus régulièrement, mes proches me demandèrent des conseils en esthétisme et c’est ainsi que cette vocation m’a amenée à créer ma première boutique de lingerie fine. Mon destin professionnel prit un autre tournant en 1995 lorsque j’ai souhaité exercer ce don empathique dans le domaine médical et plus précisément pour les femmes opérées d’un cancer du sein. J’ai ainsi enseigné en école d’infirmières durant sept ans et animé des ateliers et conférences en milieu hospitalier.

Depuis 2008, j’accompagne les femmes, opérées du sein, par un coaching thérapeutique personnalisé afin de les aider lors de cette épreuve. Il faut savoir qu’une femme sur neuf la traversera au cours de sa vie. Cela concerne donc un grand nombre d’entre nous.

La beauté intérieure

Si depuis plusieurs années, les progrès de la science et de la médecine ont pu abaisser le taux de mortalité, cela ne peut faire oublier que le cancer du sein est une maladie traumatisante, et ce à plus d’un titre, car elle induit non seulement une souffrance physique, mais également une souffrance psychique. Même lorsque son pronostic vital n’est pas engagé, une femme ne sort pas indemne d’une intervention chirurgicale telle qu’une mastectomie ou une tumorectomie. A cela s’ajoutent des traitements comme la chimiothérapie, la radiothérapie ou l’hormonothérapie. En dernier lieu vient la reconstruction, lorsque celle-ci est possible. Ce sont ces femmes rescapées, mais blessées au plus profond de leur corps, que je rencontre depuis de nombreuses années. Je les aide dans la restauration de leur image corporelle et des valeurs de leur féminité, par des solutions et conseils adaptés.

Lorsqu’elles sont atteintes du cancer du sein, les femmes ressentent une violente attaque envers ce que l’on pourrait appeler leur ADN de beauté et de féminité. Devant ce corps qui les a trahies et les fait souffrir, elles se sentent désemparées, impuissantes. Certaines sont dans le déni, d’autres sont en colère et en pleurs face à ce sentiment d’injustice. D’autres encore ressentent même du dégoût devant leur miroir et les signes visibles de la maladie comme la fatigue, l’amaigrissement, la perte des cheveux et bien sûr la perte d’un sein. L’ablation d’un sein est un véritable cataclysme tant il est vrai que le sien est un symbole très fort pour la femme. Le sein représente la sexualité, la maternité, une partie intime purement féminine. Beaucoup de femmes vivent alors sa perte comme une négation de leur féminité.

Le processus d’acceptation

Cette épreuve individuelle de la féminité est un combat au quotidien que ces femmes doivent également mener dans leur sphère amoureuse, intime, familiale, amicale, sociale et professionnelle. Pour en sortir victorieuses, il leur est nécessaire d’effectuer un travail sur elles-mêmes. « A quelque chose malheur est bon » dit le proverbe. Quand on est au plus mal, il est difficile de l’entendre et de le croire, mais cela n’en reste pas moins une réalité. L’adversité permet de devenir plus fort pour la surmonter, en développant de nouvelles capacités. Il faut d’abord comprendre et accepter que la blessure physique et psychologique est légitime. Il ne s’agit pas ici de se poser en victime mais d’accepter ses limites sans culpabiliser. Oui, la vie peut et doit continuer pendant la maladies : travailler, s’occuper des enfants, de son couple, de sa maison… Non, cela ne doit pas mener à l’épuisement parce que l’on a oublié un sujet essentiel : soi.

Pour cicatriser, au sens propre comme au figuré, la femme doit se repositionner dans son existence, dans sa relation aux autres, mais aussi face à elle-même. Sur le chemin vers l’acceptation, il est nécessaire qu’elle se donne du temps pour faire le deuil de son sien, mais aussi pour la reconquête de sa féminité.

Une grâce qui vient de l’âme

Car une femme, bien heureusement, n’est pas qu’un sein. Tout comme un homme n’est pas qu’un corps ou une partie de corps. L’être humain s’envisage dans son entièreté. La notion et le ressenti de féminité recouvrent d’innombrables aspects. Les valeurs de la beauté et de la féminité peuvent se traduire par une attitude, une grâce naturelle, un sourire, une autre partie du corps mise en valeur, un parfum, un vêtement soyeux, un maquillage, une coiffure mais aussi par la générosité, la flamme de vie, l’attrait, la sérénité qui émanent d’une femme qui a retrouvé confiance en elle et rétabli son estime perdue. C’est en continuant de prendre soin d’elle qu’elle peut réapprivoiser son image corporelle et se réapproprier sa féminité. En rétablissent le contact avec elle-même, elle communique alors mieux avec son entourage, son conjoint, ses enfants et sa famille lesquels sont également affectés par l’épreuve de la maladie. Ce rapprochement est salutaire pour combattre le sentiment d’isolement et les malentendus qui s’installent parfois quand on n’ose pas exprimer ses souffrances et ses craintes. Cette communication permet ainsi de ne pas rompre le lien avec son conjoint et de réinventer une sexualité harmonieuse.

Cocréation

Renaître à soi après la maladie, c’est aller chercher courage, force et détermination au plus profond de son être pour renouer avec son corps, faire la paix avec lui et avec son esprit, se tenir debout pour aller de l’avant et marcher vers une lumière plus forte que l’ombre. C’est en regagnant le respect de soi que les femmes atteintes d’un cancer du sein changent leur propre regard sur elle-même et celui des autres à leur égard. C’est en se réconciliant avec leur féminité qu’elles reprennent goût à la vie.

Depuis plus de 20 ans j’accompagne de nombreuses femmes lors de coaching thérapeutique en féminité et leur propose des conseils et solutions afin qu’elles retrouvent la certitude que dans chacune d’elles, quelque soient la physionomie, ses origines sa personnalité ou ses atouts, les valeurs de la beauté et de la féminité ne meurent jamais. Elles peuvent évoluer ou changer d’aspect avec l’âge, le vécu, les épreuves comme la maladie mais aussi les joies et les bonheurs comme la grossesse. Ainsi, lorsqu’une femme se regarde et s’envisage avec respect et dignité, elle ne perd jamais ce qui fait l’essence de sa beauté.

Pour dépasser la maladie et le handicap, le parcours de soins est essentiel. Le parcours de soi l’est tout autant. Renaître à sa féminité, c’est renaître à soi et à la vie. C’est être une femme plus forte que l’épreuve et une femme plus fort après l’épreuve.

ARTICLE DE ANNIE LEVY – coach thérapeutique en féminin.

Publié dans:2013 - PREDICTIONS, CHIFFRES, CO-CREATION |on 14 novembre, 2013 |Pas de commentaires »

2013 – Création, Co…Création, Re…Création

La journée “Présence des Maîtres de Sagesse” du 9 décembre 2012  a commencé, Comme chaque année, par une présentation de la tendance astrologique de 2013 par Carole Sédillot. Parmi les informations passionnantes qui nous ont été exposées, nous vous présentons ce qui nous a paru essentiel pour vivre une belle année 2013. (Article de  Tania Cholat)

 images2

Planter le décor astrologique

Carole nous rappelle d’abord qu’une année n’a de sens que dans la continuité des années précédentes. Ce retour en arrière ne nous fait pas régresser mais, au contraire, nous permet de prendre de l’élan car les mots de l’an dernier vont être amplifiés et les formes vont être différentes. Si nous ne faisons pas le lien entre les années, nous sommes de nouveau dans quelque chose qui nous sépare. La séparation. 

2012 : 2 + 0 + 1 +2 = 5, la traversée, une modalité horizontale, le 5 étant le pape, le pontife, le pont. Qu’avons-nous traversé ? Qu’est-ce qui nous a traversés ? Et qu’allons-nous faire de cela ? Sommes-nous restés au milieu du pont ? 

Carole Sédillot nous rappelle également l’échelle qui nous indique une verticalité : c’est l’antenne entre le monde matériel qui nous incarne et le monde spirituel qui nous inspire, deux mondes dont nous avons besoin. 

Le 5 de 2012, c’est le masculin, l’extériorisation dynamique, aller de l’avant alors que 2013 donne le 6 (2 + 0 + 1 + 3) qui est féminin. C’est donc le recentrage, la concentration et aussi le choix, l’amour, la beauté, l’harmonie. Pour Jung, l’harmonie de l’être humain existe quand il est dans sa complétude, c’est-à-dire quand il est complet, entier de lui-même, avec lui-même. Trop souvent encore, nous sommes séparés, divisés.

 Création, ré harmonisation

Revenant sur la Co-création (qui est également le thème des rencontres 2013 de l’Université Libre des Valeurs), Carole a attiré notre attention sur ce mot cocréation. Le préfix co signifie avec : comment être avec ? Et avec qui ? Bien sûr, c’est avec soi-même », nous sommes dans la qualité avec le monde extérieur, c’est à dire le collectif.

En langage des oiseaux, la création devient la « crée-action ». 

En outre, l’anagramme de création, c’est réaction, ce qui signifie qu’il y a déjà eu action. Que nous est-il demandé de créer avec nous-mêmes ? Comment être dans la création, pour atteindre la co-création et bénéficier ensuite d’une re-création, le tout entrecoupé de phases de récréation, plus légères et plus agréables. Comment, malgré toutes les difficultés qui se jouent sur terre et entraînent la séparation, allons-nous être capables d’apporter une bouffée d’oxygène en restant conscients de la réalité. Il s’agit de passer de la victimisation au courage. Or, étymologiquement, le courage vient de cœur ; s’engager, c’est faire preuve de courage et avoir du courage, c’est avoir du Coeur, c’est à dire la force de vie. C’est là, au centre du cœur que réside l’âme véritable, le souffle divin. 

Dans ce monde en disharmonie, il nous est demandé de réharmoniser ce qui veut aussi dire qu’il y a déjà eu harmonie et que nous sommes capables d’accomplir ce travail puisque nous l’avons déjà fait. Et n’oublions pas que nous y sommes non pas obligés, mais invités ce qui nous permet de l’aborder différemment. 

Une transition qui a du sens

Mais les mots étant une énergie, nous devons aussi être clairs sur leur sens.

Le créateur est celui qui crée à partir de son propre potentiel. Le créatif est celui qui interprète ce qui existe déjà, il fait preuve de créativité qui nous permet de reproduire quelque choses qui existe déjà, mais à un autre niveau de satisfaction et de réponse à ce qui a été demandé. Quant à la création, elle répond à la demande de l’univers. Elle est ce quelque chose qui n’existait pas avant, de l’ordre du Nouveau et qui nous met en relation avec le Sacré. Qui dit sacré, dit sacrifice. Que devons-nous justement sacrifier en cette année 2013 ? A quoi devons-nous renoncer en toute conscience, sinon ce renoncement n’aurait pas de sens ? 

L’année 6, c’est Vénus, l’Amour, l’art. or l’art s’adresse à cette part de l’individu qui est unique. Il vient de toucher. Chacun d’entre nous est telle une création, unique : nous sommes l’œuvre du Créateur. La séparation est la cause de nos souffrances. Il s’agit de relier notre part humaine à cette part de divin en nous et ainsi, nous serons réunis dans la complétude et l’harmonie. 

Mais, comment s’unifier en soi pour pouvoir se dépasser ? Comment être au cœur, au centre, pour contacter l’harmonie ? C’est un des défis majeurs que l’année 2013 nous propose de relever. 

Image sur clé Papesse Impératrice 1 et 2

A l’image de la Papesse (2) du jeu de Tarot qui porte son enseignement, la transmission, c’est le ressenti, l’émotion, le spirituel, l’Impératrice (3), c’est le mental, l’esprit, le matériel. Elles se tournent le dos : la communication est difficile. C’est donc là qu’il faut œuvrer et apprendre à dire à l’autre qu’on l’aime, sans attendre les drames, les catastrophes. Et pour cela, il faut d’abord s’aimer soi-même, avoir du respect pour soi. Et en fait, c’est plus simple qu’on le croit. Selon Jung, ce qui est juste et vrai est toujours simple. La simplicité est une Valeur qui n’est pas toujours facile à mettre en œuvre. C’est aussi être dans une humilité de la place qui est la nôtre. Notre richesse est dans qui nous sommes véritablement. Cela implique aussi d’être dans le désir de rencontrer cette harmonie en soi. 

Nous sommes le changement

Ce qui est important, ce n’est pas ce qui va être formidable en 2013, c’est comment nous, nous allons être formidables en 2013. Si nous voyons les précipices autour de nous, comment est notre conscience ? Comment nous conduisons-nous ? Comme le héros ou pas ? A l’aide des Valeurs ou pas ? Nous  ne devons pas oublier qu’elles sont à notre disposition. Et les nommer c’est bien ; les mettre en œuvre, les vivre, c’est mieux. 

Jusqu’en 2015, nous sommes dans des configurations astrales qui sont puissantes (mais pas nécessairement négativement) et qui mettent en tension Uranus (représenté par le Mat et la Maison Dieu) avec Pluton (représenté par l’Arcane XIII). Nous sommes dans un cycle similaire à 1933/34 ; il a commencé en 2012 et on va le vivre jusqu’en 2015. Cette configuration d’aujourd’hui va durer un peu plus longtemps pour des raisons astronomiques ; et il va y avoir des moments d’accalmie et des moments de tension. Ce sont ces énergies-là qui mettent en relation avec la crise ; et qui dit crise dit changement. 

Le collectif doit changer, mais le monde ne peut pas changer si aucun de nous ne change. Que changeons-nous ? Pourquoi et comment ? Tout cela s’inscrit dans un processus. Nous sommes présents sur la terre, nous sommes donc tous concernés, même si c’est différemment les uns des autres. On ne peut plus rester dans les mêmes structures ; il faut faire des deuils pour aller vers le Mat (0) qui est aussi un espace uranien ; notre espace libre et éthique. Nous devons quitter l’ancien pour aller vers du nouveau. 

A l’écoute de nous, nous passerons de la terre inconnue (vers laquelle nous avons peur d’aller) au terrain connu (qui est en nous), sachant qu’en fait, c’est la même chaise. Cela nécessite encore une fois du courage, première Valeur dont le héros a besoin, pour affronter ses peurs, les dépasser. 

Thème de l’entrée dans 2013 à Paris

De nombreux mouvements des planètes dites « lentes » ont lieu en ce moment. Il s’agit des planètes considérées comme universelles, contrairement aux planètes « rapides » qui sont plus individuelles. Carole Sédillot les a mises également en relation avec les lames du Tarot. J’en cite quelques-unes pour les « spécialistes » ; mais ne l’étant pas moi-même, je ne m’y attarderai pas : 

-      depuis 2 ans et jusqu’en 2015, Pluton est dans le signe du Capricorne (Lame XIII) ; la puissance va chercher dans les profondeurs de la terre ; il y a amplification des réactions de la terre.

-      Uranus (Maison Dieu) est entrée dans le signe du Bélier et va y rester jusqu’en 2018.

-      Saturne (l’Ermite) vient d’entrer dans le signe du Scorpion pour 2 ans et demi. Elle nous demande… lire la suite dans le magazine MEDI@ME N° 4  

Publié dans:2013 - PREDICTIONS, CHIFFRES, CO-CREATION |on 13 novembre, 2013 |Pas de commentaires »

Sai Baba, l’instructeur miraculeux

par Michel Rousseau

Paru dans le magzine Les 3 Mondes – juillet/août 2001 n°24

Sai Baba, l’instructeur miraculeux dans CHANNELING images-7Depuis soixante cinq ans, Sathya Sai Baba rencontre invariablement deux fois par jour ses fidèles venus pour recevoir sa bénédiction dans son ashram du sud de l’Inde (Puttaparthi dans l’état de l’Andra Pradesh), nommé « Prashanti Nilayam » (demeure de paix  suprême) . Certains repartent avec un peu de cendre sacrée matérialisée pour eux, d’autres se voient offrir toutes sortes de présents que le maître à la couronne de cheveux touffus semble extraire directement de l’espace. Le voir, pour le croire !                                                                  

« C’était en 1993, j’avais entendu parler de Baba et de ses miracles. Comme une petite fille devant un arbre de Noël, je décidais de me rendre à Puttaparthi. Mes moyens financiers ne me permettaient pas de m’offrir un tel voyage et à l’instant où je pris la décision de passer outre ce problème, la somme exacte représentant cette dépense me fut offerte spontanément d’une façon complètement inattendue. Deux semaines plus tard, en présence de Sathya Sai Baba commençait une transformation qui se poursuit depuis. » Ainsi s’exprime Nelly Lewin, la traductrice du livre Sai Baba, le Seigneur.

Pour Raymonde, biologiste-ingénieur de formation, l’expérience a été directe puisque Baba l’a reçue en privé et lui a matérialisé une bague ornée d’un diamant. Elle raconte: « Je suivais un stage en France et diverses personnes me demandèrent si je connaissais Sathya Sai Baba, dont à l’époque je n’avais jamais entendu parler. Je demandai de qui il s’agissait. Il me fut répondu: c’est un Avatar (1). Lorsque je vis sa photo, au dos d’un livre, je fus mal à l’aise: je ne le trouvai pas très « christique ». Pour comble, le livre s’ouvrit directement sur une photo de Baba avec des yeux bleus. Ma réaction fut très vive, je lançai le livre contre le mur, avec la sensation d’être bernée. Six mois plus tard, j’étais en Inde. Faire l’expérience de la puissance d’amour de cet être était la réponse à toutes mes questions formulées ou non. D’ailleurs, il s’arrêta un jour devant moi et, me regardant intensément, je pus voir ses yeux devenir aussi bleus que sur la photo qui m’avait tellement dérangée. Après un grand sourire, il continua sa route. En plus de la matérialisation de la bague devant mes yeux, j’ai eu l’occasion de vivre des expériences de matérialisation et de dématérialisation d’autres objets en réponse à des questions formulées. Je remarquai que le plus souvent, les miracles se produisaient quand la personne n’était ni dans l’attente de ceux-ci, ni en état de demande.

Pendant ce séjour, je rencontrai une jeune femme scandinave qui, l’année précédente, était arrivée là en chaise roulante. Lors d’un accident de voiture, elle avait perdu l’usage d’une de ses jambes, les muscles ayant été déchiquetés. Poussée par des amis, elle avait fait le voyage sans grande envie. Son premier contact avec Sai Baba l’avait en fait beaucoup dérangée : le côté kitsch indien du décor l’avait fait violemment réagir. Elle l’interpella intérieurement : »Hey, Man, you make a good show!«  (Hé, mon gars, tu fais du bon spectacle). Instantanément, Baba se retourna vers elle et lui fit un clin d’œil. Trois jours après cela, elle marchait comme avant, les muscles étaient reconstitués.« 

Le B. A. BA du message

Qu’y a-t-il de nouveau sous le soleil spirituel de l’Inde ? Sai Baba ne prétend pas apporter une nouvelle doctrine ni fonder une religion supplémentaire. Pour lui, l’unité de la foi et l’amour doivent se démontrer par un service actif envers l’humanité. Les disciples sont invités à invoquer le nom de Dieu sous ses noms traditionnels et à honorer toutes les religions. Mais, si la prière et la méditation constituent une voie de purification indispensable, le but ultime demeure conforme à l’idéal traditionnel de l’Inde : atteindre la libération. « Eteignez les désirs, dit Sai Baba, et l’illusion disparaîtra, et ce qui apparaîtra sera votre propre divinité. » Mais, pour l’instructeur miraculeux, il est hors de question de chercher à s’évader du monde. Au contraire, il faut travailler et construire ici-bas pour améliorer le sort de l’humanité. L’éducation et la médecine sont des domaines qu’il privilégie en tant que voies de service. Si les sceptiques peuvent douter des miracles opérés par Sai Baba, il faut reconnaître que ses réalisations concrètes sont assez surprenantes, telles de nombreuses écoles et universités dans le pays tout entier, entièrement gratuites comme tout le système d’éducation, ainsi que ce système d’irrigation en eau potable à l’usage d’un million et demi d’habitants de l’Andra Pradesh, ou bien ce deuxième hôpital gigantesque (ouvert à Bangalore), le premier se trouvant à Puttaparthi. Ce sont de véritables temples de la guérison. Tout y est gratuit, y compris les soins qui y sont dispensés.

La légende de Sai Baba

Sathyanarayana est né le 23 novembre 1926 dans une famille modeste du sud de l’Inde. Très tôt, il réunit ses premiers disciples parmi ses petits camarades. Un jour, il demanda à chacun quel était son fruit préféré et, au fur et à mesure des réponses, il fit apparaître dans un arbre toute la variété des fruits énumérés. Le tamarinier fut nommé « l’arbre des désirs ». Bientôt, les villageois et même ses professeurs formèrent le premier cercle de ses fidèles. Le 23 mai 1940, il déclara être un Avatar ayant reçu la mission de ramener les valeurs essentielles. Comme on lui demandait de donner les preuves de ses qualités spirituelles, il prit des fleurs de jasmin qu’il lança en l’air, et celles-ci retombèrent sur le sol en formant le nom Sathya Sai Baba en écriture télégou. Il annonça à sa famille qu’il renonçait aux liens familiaux et terrestres. Il aurait alors démontré qu’il était la réincarnation d’un Gourou (Maître Spirituel) – Shirdi Sai Baba – en réalisant des guérisons et des manifestations miraculeuses. Il aurait même opéré un malade à l’aide d’instruments chirurgicaux spécialement matérialisés pour l’occasion. La légende était née.

Dans un discours du 6 juillet 1963, Sai Baba déclara que son incarnation actuelle s’inscrivait dans une trilogie dont le but est de rétablir les valeurs morales de toutes les religions sur une période de 250 ans. Dans sa vie précédente, en tant que Sai Baba de Shirdi – du nom d’une bourgade de la région d’Hyderabad – il aurait assuré la transmission de l’énergie de Shiva (2), jusqu’à sa mort en 1918. Il s’est réincarné 8 ans plus tard, sous le nom de Sathya (Vérité) Sai Baba, dans l’énergie Shiva/Shakti. Sa réincarnation a déjà été annoncée. Sous le nom de Prema Sai, elle débutera 8 ans après son « départ » prévu pour 2020, à l’âge de 95 ans. Prema Sai devrait se faire connaître à l’âge de 20 ans, en 2048, afin de manifester « Prema », l’aspect amour et douceur (Shakti). Voilà donc un programme qui ne laisse rien au hasard. Pour démontrer la véracité de ces prédictions, certains disciples anciens ont affirmé qu’ils avaient continué avec Sai Baba des conversations commencées dans sa précédente incarnation en tant que Sai Baba de Shirdi.

Baba en ligne directe

Dans un premier livre, Graciela Busto relate son expérience de communication télépathique et médiumnique avec Sai Baba. A toutes les questions qui la préoccupent, le gourou répond par le canal d’une transmission qui ne laisse place à aucun doute dans l’esprit de la disciple. Cet acte de foi ne se discute pas.

Certains pèlerins revenus de l’ashram de Sai Baba expriment leur réserve envers ce qu’ils considèrent comme de l’idolâtrie : « Le moindre événement de la vie ordinaire est interprété comme survenant par la volonté du maître. A-t-on perdu ses clefs et voilà qu’on interprète l’incident comme une épreuve envoyée par Baba ou une de ses facéties amicales. Et lorsqu’on les retrouve, c’est bien entendu grâce à son intervention ». Sans doute, à force de projeter sur Sai Baba l’image d’un sauveur suprême, on risque la déception si l’âge d’or se fait attendre au-delà de 2015. Cette date annoncée par certains comme le début de l’âge d’or, constituant une ère de paix relative et d’opportunités spirituelles, non la fin de l’âge de fer – Kali-Yuga – dont les Ecritures prévoient qu’il doit durer encore 432000 ans. En ce domaine, les avis des diverses écoles divergent grandement. A moins que Sai Baba ne nous réserve des surprises ? Ce dernier passe davantage son temps à attirer notre attention sur les outils qui sont à notre disposition pour évoluer et atteindre la libération (réalisation, illumination) dans cette vie qu’à lancer des prédictions…

Sai Baba incite l’homme à faire l’unité à l’intérieur et à l’extérieur de lui. Il en résulte une exacerbation momentanée des dualités. Dans ce contexte, tout le spectre des réactions se trouve présent et il est facile d’alimenter les controverses. Comme nombre de mouvements qualifiés d’hindouistes souvent à tort, l’association Sri Sathya Sai rencontre en France des difficultés, depuis la parution du très controversé rapport parlementaire sur les sectes. Mais, la diffamation médiatique et la persécution administrative qui frappent un certain nombre de disciples ne sont fondées sur rien d’autre que l’allergie de la France rationaliste à toutes formes de manifestations surnaturelles et de spiritualité chaleureuse. L’expression « Faut pas rêver » n’est-elle pas typiquement française ?

1. Envoyé divin qui s’incarne sur la Terre à certaines époques cruciales.
2. Divinité détruisant l’illusion (Maya).

Publié dans:CHANNELING, CO-CREATION, POUVOIR |on 12 novembre, 2013 |Pas de commentaires »

Message de Christ’Al Chaya

Message de Christ’Al Chaya dans CHANNELING telechargement-8

Bien-aimés de l’Un, chers lecteurs, je vous salue. Soyez les bienvenues, chères âmes, soyez accueillies, accueillies et entourées dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillies dans ces vibrations.

 Je suis Christ’Al Chaya, maître d’enseignement et de rigueur, un Melchisédech galactique de la Fraternité Dorée d’Orion. Je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous assister dans ce processus initiatique, dans cette cocréation de la nouvelle matrice de la Terre pour l’avènement de la  race future, de l’Adam Kadmon galactique.

 Le 26 octobre 2013 s’est ouvert en Egypte, dans le Temple de Kom Ombo, le Portail de rédemption sur un ancien siège de la kundalini terrestre, dans une matrice yang de la Terre. Et ce portail est un succès pour les forces d’unité christique et nous remercions tous les volontaires incarnés qui ont participé à l’activation de ce Portail. Il a la forme d’une étoile à cinq branches qui représente le pentagramme, l’homme nouveau, la perfection de l’Etre qui a atteint la maîtrise à travers la conscientisation de toutes ses initiations passées, présentes, futures et initiations vécues également dans les mondes parallèles, dans les vies galactiques.

 A chaque pointe de l’étoile, il y a la représentation d’un couple parèdre porteur de l’unification de la Conscience christique et Melchisédech. Cette étoile est entourée de trois cercles : ces trois cercles représentent l’énergie, la conscience et l’enseignement des Melchisédech féminins qui ont établi douze Rayons bleu cobalt se rejoignant au sommet du portail, formant ainsi un canal puissant d’énergie bleu cobalt qui se concentre à l’intérieur d’un triangle d’or dans l’étoile à cinq branches et qui représente le cœur matriciel des Déesses Mères.

 Ce Portail a différentes fonctions : il unifie et guérit toutes les mémoires de la Déesse du ciel outragée, de la Déesse de la Terre profanée, par l’unification du Cœur de la Déesse Isis qui rappelle à l’humain que la loi de l’Unique naît à l’intérieur du Cœur christique et que son rayonnement s’établit par l’extériorisation du pilier central bleu cobalt dans la rigueur du 1er Rayon. A l’intérieur même du triangle contenu dans l’étoile à cinq branches, il y a un 8 à l’infini, un lemniscate couleur or qui circule entre la Déesse de la Terre et la Déesse du ciel : ce lemniscate couleur or mettra un terme définitif aux guerres des religions et rétablira l’Ordre Divin dans la matrice de la Terre.

 Pour vous connecter à ce Portail de rédemption au Temple de Kom Ombo, où sont présentées les deux lignées : celle d’Horus, Melchisédech, celle de Sobek, reptilienne, vous devez visualiser une étoile à cinq branches couleur or avec, au centre de cette étoile, un triangle, pointe vers le bas, bleu cobalt, rose et rose orangé, contenant à l’intérieur un lemniscate, un 8 à l’infini couché couleur or. Puis vous demandez à toutes vos extensions hybrides, à la part de votre patrimoine hybridifié, de passer dans le cœur matriciel de ce Portail, afin que toutes ces extensions soient éduquées dans la conscience d’alignement du 1er Rayon, dans la conscience d’alignement Melchisédech pour que, demain, le Corps christique de cette humanité puisse obtenir un rayonnement suffisant, à même de transmuter toutes les dissonances imprégnées dans les mémoires, dans l’akasha de la Terre et de son humanité.

 Il est indispensable de traverser d’abord le premier Portail, celui de la porte d’Aramu Muru, au Pérou, puis de traverser le 2ème portail activé au Temple de Kom Ombo en Egypte.

Au mois de mars 2014, à l’Ile de Pâques, le 3ème portail de rédemption sera activé afin que la conscience unitaire lémurienne, qui est à la fois la conscience stellaire des mondes magnifiés et la conscience terrestre future, commence à se diffuser. Entre le 2ème et le 3ème Moaï, faisant partie des sept Moaïs qui regardent vers l’océan, il y a le même lien qu’entre les 2ème et 3ème Portails de rédemption.

Au 2ème Portail de rédemption, toutes les personnes présentes ont regardé vers le Nil. Le Nil représente la matrice qui a été hybridifiée, symboliquement, par l’insertion de crocodiles dans ses eaux. Et les sept Moaïs regardent vers l’océan, car ils savent que, bientôt, il y aura l’émergence d’une nouvelle conscience, l’avènement d’une nouvelle humanité qui aura parcouru son chemin d’ascension et pourra accueillir les différents corps vibratoires du Christ.

 Cette humanité nouvelle vivra la seconde naissance du Christ, elle sera la matrice du Christ révélé.

 Soyez remerciés, pleinement remerciés, guidés dans votre évolution et dans votre processus d’ascension.

 OM SHANTI CHAYA

Qui est Christ’al Chaya ?

 Christ’al Chaya est un Mekchizélec de la Fraternité Dorée d’Orion, un maître Cristal. Gardien de la Terre sur laquelle il s’est incarné  plusieurs reprises, il en délivre les mémoires originelles associées au vécu et aux mémoires d’Orion car elles sont en concordance avec notre planète aujourd’hui. Il aide à la formation du nouveau corps christique de l’humanité ainsi qu’à celle d’une humanité galactique qui unifiera les univers fils de la Source Père/Mère en phase d’Ascension, comme la Terre.
C’est un maître de rigueur qui éclaire les profondeurs et les zones d’ombre, afin de révéler notre cristal intérieur et nous rendre plus transparents. Il nous apprend à nous libérer de nos croyances, à nous aligner sur l’énergie de la Source, le cœur christique, le JE SUIS qui guérit les blessures humaines. Il nous demande d’intégrer une conscience de 5è dimension, afin de sauvegarder notre planète, d’être libre, ce qui est différent du libre arbitre, et mettre de la conscience dans notre vie.

telechargement-9 dans CO-CREATION


canalisé par Rosanna Narducci, channel et auteur

 www.christalchaya.com

Publié dans:CHANNELING, CO-CREATION |on 2 novembre, 2013 |2 Commentaires »

Cocréation – union volontaire avec Dieu

Cocréation – union volontaire avec Dieu dans CO-CREATION 220px-honda_asimo_walking_stairsLa cocréation est la clé de l’ère du Verseau, ère dont nous ressentons les prémices faites de spiritualité, de liberté de penser et d’agir selon notre cœur. Elle nous engage donc dans une double responsabilité, celle d’assumer le bilan de l’ère des Poissons qui s’avère et celle de créer les conditions d’une existence plus fraternelle sur toute la surface de la planète. Elle renvoie aussi à la nécessité de dépasser les interprétations erronées de la notion de karma pour retrouver le sens d’un engagement à œuvrer, c’est-à-dire à libérer notre génie intérieur. Le cycle nouveau nous invite à une œuvre collective en passant par la conscience de soi, condition de la maîtrise de soi. En cela, nous sommes aidé depuis l’Antiquité par les mystiques et les philosophes. Mais, de nos jours, nous sommes quelques-uns, que je qualifierai de philosophes mystiques, à savoir puiser à la source de la Tradition primordiale. Pour ma part, dans le cadre de la résurgence christique qui m’est chère, je transmets depuis plus de 25 ans le message des intelligences supérieures qui veillent à notre destinée. Quel est ce message et en quoi peut-il nous guider dans un travail de cocréation ?

Le message des Maîtres de Sagesse se réfère aux vérités essentielles auxquelles il semble de plus en plus urgent de se tenir : le « Connais-toi toi-même » et les valeurs de l’âme comme fondements de notre pouvoir personnel. C’est même la condition, si nous ne voulons pas subir le contrecoup des tempêtes économiques, sociales et financières qui sont la marque de ceux qui persistent à vouloir contrôler les masses. Il ne s’agit donc pas de prophéties, mais bien d’informations à intégrer pour que l’Etre nouveau se structure en nous. Ces dernières sont de plus en plus précises. Elles doivent être méditées et expérimentées pour trouver leur place dans notre esprit puis dans nos réalisations. Les informations que je propose ici et que je développe dans l’ouvrage « Cocréateur » sont destinées à faciliter l’application de la feuille de route proposée par les Maîtres. Savoir lire une carte me paraît sensé pour garder le cap et éviter les raccourcis new-âge aussi illusoires qu’inefficaces.

Une époque initiatique

Tout d’abord, quelle vision les guides ont-ils de l’époque que nous traversons ? Ils la qualifient de totalement initiatique et s’ils prennent la peine de le rappeler, c’est que nous n’en avons pas encore pris toute la mesure. J’ai toujours pensé que ce qui est initiatique relève d’un défi que la vie nous présent e au moment où nous sommes prêts à grandir. Il peut prendre n’importe quel aspect dans l’existence ; une expérience de réussite, une séparation douloureuse, une trahison, un projet à mener à terme, etc. L’initiation vient donc solliciter nos qualités non encore exprimées. Elle nous aide à nous libérer de la partie de nous qui n’a plus lieu d’être et à laquelle nous serions tentés de nous accrocher « au cas où » : des schémas de pensées, des habitudes, des sentiments, etc. Mais pour être vécue comme telle, l’initiation doit d’abord être reconnue car elle est avant tout une élévation de l’âme. Elle réclame notre compréhension, notre sensibilité et notre intelligence, mais aussi tout ce que nous sommes dans la relation pure et intime avec nos valeurs. Une intensité accrue dans la perception de celles-ci est la marque du « passage ». Notre expérience humaine s’en trouve bouleversée car nous sommes appelés dans notre expression spirituelle la plus lumineuse. Le nouveau cycle n’a que faire de nos préoccupations humaines qui nous détournent de ce qui est essentiel. Un enseignement nouveau est à découvrir dans la continuité de la trame divine. Comment l’appréhender ?

Exprimer le meilleur de soi

Les Maîtres insistent sur trois points : la pureté, la conscience et la lucidité. Ces termes rappellent que la transition en cours ne repose que sur l’expression du meilleur de soi. Quand nous vivons nos valeurs, nos restaurons un état de pureté et un nouvel état de conscience peut s’épanouir. Nous nous libérons de toute pollution que des siècles d’interdits, de faiblesses et d’éducation maladroite ont générée et transmise. Nous reprenons possession de qui nous sommes, réinvestissons notre « centre » pour nous réapproprier notre propre force. Pureté, conscience et lucidité sont les qualités capables de nous faire lâcher la peur et les mauvais sentiments, condition indispensable si nous voulons solder le passé. Dans le processus de cocréation, les Maîtres nous annoncent aussi que Shambhalla œuvre avec chacun de nous et participe de plus en plus à  l’enseignement que reçoivent certains groupes spirituels. Rappelons que Shambhalla est le cœur de toute vie où sont reçues les aspirations de l’humanité et où ses besoins sont interprétés pour y répondre de manière spirituelle. Si Shambahalla œuvre avec chacun de nous, cela signifie que, dan son âme, chacun est important. Shambhalla compte donc sur toutes les bonnes volontés. Par cette communion, nous nous retrouvons au cœur d’un vaste dispositif énergétique commandé par les Maîtres depuis Shambahalla. De la rencontre de toutes ces intelligences doit sortir quelque chose de on et d’utile pour l’humanité ; une libération ! L’incarnation présente est une manière élégante de vivre un « solde de tout compte », un bilan où chacun est appelé à vérifier ses acquis et à ressentir le chemin dont il a besoin pour comprendre et s’éveiller.

Du bilan à la transformation

Ce bilan est le moyen de laisser les morts enterrer leurs morts, c’est à dire de nous délivrer de l’imprégnation du passé et de nous rendre libres. Il nous faudra comprendre cette liberté et savoir l’utiliser. Elle représente une transformation de nos schémas de fonctionnement. Etre libre se traduit par une capacité à oser vivre avec toute la justesse et la réflexion voulues, l’intelligence aussi. Nous ne pouvons pas faire semblant, ni tricher, car seule la vérité rend livre de toute dette karmique. Elle résulte d’une profonde transformation de sons pensées. Au cours de l’enseignement de l’U.L.V (voir site : www.universalite-libre-desvaleurs.fr ) ou en entretiens privés, je vois encore trop de personnes qui connaissent les lois spirituelles sans pouvoir les appliquer faute de ne pas avoir assez modifié leurs schémas de pensée. Leur parole traduit souvent leur impossibilité de faire des liens et une manière de réfléchir en opposition à leurs aspirations profondes. Elles oublient que la réalité qui les entoure est la manifestation de chacune de leurs pensées. En vérité, « ça pense dans leur t^te plus qu’elles ne pensent par elles-mêmes. Alors, ce sont les habitudes qui pilotent leur existence, ne leur laissant, au bout du compte, qu’un sentiment de frustration.

Naître à soi

Une liberté nouvelle pointe dans les messages des Maîtres depuis quelques années. Elle oblige à « Naître à soi«  , moment où nous commençons à accepter que nous sommes des êtres spirituels venus vivre une expérience humaine. Quand cette conscience s’installe, nous commençons à diriger notre incarnation aussi clairement que nous choisissons la couleur des vêtements que nous allons porter dans la journée. La liberté de naître à notre propre divinité nous entraîne dans une voie d’énergie et de lumière ; c’est bien ce qui nous effraie parfois ! Elle nous conduit à rencontrer les situations et les êtres qui reflètent parfaitement nos aspirations du moment. Alors, la vie devient une féerie de synchronicités et chacune d’elles est source d’émerveillement.

- SOURCE : Par J.Claude Genel, Spécialiste de la démarche mystique, des états de conscience élargis et de la quête de sens. Jean-Claude Genel s’inscrit dans la lignée de ceux qui ont su trouver, au-delà des traditions et des dogmes, l’enseignement direct du guide intérieur. Il anime depuis 1985 des activités d’éveil aux valeurs de l’âme.  Contact : www.gproductions.fr

J.C Genel reçoit en canalisation des messages des Maîtres de la Fraternité de Shambhalla.

Publié dans:CO-CREATION |on 26 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

Les CINQ ETAPES de la Cocréation


Les CINQ ETAPES de la Cocréation dans AME ruines-204x300Les messages des Maîtres de Sagesse sont transmis pour nous permettre de nous impliquer davantage dans l’expression de notre pouvoir personnel. Il nous appartient de les passer à l’épreuve de notre quotidien. Ce que nous expérimentons par nous-mêmes fait de nous des « connaissants » car l’expérience libère et transforme notre potentiel spirituel. Analysons comment chacun de nous peut travailler à devenir cocréateur, c’est ç dire agir en totale osmose avec les plans divins. Parmi les très nombreuses pistes proposées par les Maîtres, voici les cinq étapes qui permettent d’entrer en cocréation avec la univers :

ETAPE 1 : Respecter les choix de l’âme.

L’outil dont nous disposons pour respecter les choix de l’âme est notre amour. En réalité, les guides nous voient comme des « cœurs aimants » au service de l’âme. Nous sommes donc l’écrin qu’elle a choisi pour que s’accomplisse la volonté du Créateur. De plus, sachant que notre âme respecte toujours les conditions de vie que nous lui offrons – des plus misérables aux plus sublimes – l’obéissance à l’âme est source de joie et de plénitude. Ce cœur aimant est donc fait pour exprimer la gratitude et la reconnaissance envers une âme respectueuses de ce qu’elle a décidé de vivre. Nous pourrions dire que l’âme respecte ses engagements, quel que soit le champ d’expériences que nous lui offrons. Nous sommes son sanctuaire au cœur de l’existence humaine, le lieu où chaque méditation et chaque prière nous aident à comprendre l’enseignement qu’elle veut nous engager à vivre. Ce « saint des saints » est le lieu de l’offrande véritable ; ce que nous devenons grâce aux expériences de la vie.

ETAPE 2 : Décider de notre futur

Nous sommes cocréateurs par les qualités de notre âme, par nos valeurs et non en luttant contre les démons du passé. Pour décider de notre futur, nous devons constamment revenir à la question centrale : « Qu’est-ce que je veux vraiment et qui donne du sens à ma vie ? » Notre cerveau fonctionnant principalement par images, désirer une vie différente demande de projeter un nouveau film dans notre rêve. Nous devons retrouver notre capacité à rêver, à oser nous voir et nous ressentir selon notre désir le plus ardent. Alors les images viennent et le cerveau dispose d’un nouveau modèle pour créer la réalité désirée. Très souvent, notre façon de penser est tellement conditionnée que nous n’osons même pas envisager la moindre démarche. C’est oublier un peu vite que les forces de la vie sont toujours en train de nous accompagner et que, si nous décidons de vivre le meilleur de nous-mêmes, nous leur permettons de cocréer un nouveau décor favorable à notre réalisation. L’âme est et devient ce qu’elle regarde, disait Plotin. Décider de notre vie, c’est offrir à l’âme la possibilité de libérer les images de beauté et harmonie liée au monde divin auquel elle est toujours reliée. Nous avons tous la capacité de saisir, puis d’interpréter les synchronicités de la vie qui ne répondent qu’à notre âme. La meilleure façon d’entrer dans le processus de cocréatrion est de rêver notre futur.

ETAPE 3 : Etre présent à soi

Our entrer dans la conscience de soi, nous devons cultiver la « présence à soi » qui, au fil du quotidien, nous permet d’augmenter l’intensité de notre rayonnement par lequel l’âme agit. Pour cela, portons notre attention sur trois acitons ismples :

1. Se regarder vivre ; tout changement s’amorce quand on est capable de s’observer dans le quotidien. Constater ce qui motive nos actions est indispensable pour démêler le vrai qui émane de l’âme, du faux qui nous fait agir par intérêts égotiques.

2. S’écouter penser : une manière simple de reprendre le contrôle est de « s’entendre penser ». A partir de quelles informations intérieures et extérieures pensons-nous ? Les pensées qui surgissent nous appartiennent-elles ?

3. Réagir : passer à une action différente de celle menée avant. Cela m’évoque le livre de Stéphane Hessel, « Indignez-vous ! » et que je ramènerais à l’échelle individuelle ; qu4est6ce que je devrais changer en moi et qui perdure, Qu’est-ce qui m’indiffère en moi et agace tant les autres ? Etc. Nous devons mener cette insurrection pacifique à partir de nos propres constats.

ETAPE 4 : Accepter d’être cocréateurs

La cocréation est l’énergie intelligente à laquelle nous consacrons notre désir, nos sens, notre corps, nos prières et notre motivation. Elle est uniquement une question d’énergie à mettre en mouvement, comme le compositeur fait jaillir les notes de la mélodie qui hante son esprit. Nous sommes des énergies intelligentes liées à la Source de la Création, c’est pourquoi nous sommes des cocréateurs. Rappelons-nous que, dans tout processus de changement ou de transformation, l’acceptation est la phase psychologique qui survient après avoir traversé toutes les autres, du déni à la dépression, en passant par le chantage et la colère. L’acceptation est donc cet instant de lucidité extrême qui nous fait accueillir l’intelligence en lieu et place de l’ego !

Accepter d’être des cocréateurs du futur est une phase du processus de croissance après nous être libérés du passé et avoir fait notre bilan personnel. Nous devons reconnaître que, globalement, nous avons fait déjà un certain travail et il est possible désormais de passer à une cocréation délibérée. Notre acceptation nous place alors au cœur de cette intelligence qui, seule, donne vie à nos idées, les concrétise et nous montre un savoir-être inné. Créer le futur se fait à travers une nouvelle façon de penser, peut-être même à travers une nouvelle technologie, tant que le cœur reste relié à la Source. Même si nous devons utiliser notre trop courte vie humaine, le futur dont il s’agit concerne les 2160 ans de l’ère du Verseau, pas seulement les quelques décennies à venir.

ETAPE 5 : Pratiquer !

Pour être efficaces, nous devons pratiquer ce que nous avons dans le cœur et que notre âme nous confie. Nous ne devons dépendre ni nous préoccuper de l’opinion d’autrui, mais agir selon notre ressenti. Pas question de se laisser enfermer par toutes formes d’illusions qui en appellent davantage à notre incompétence qu’à nos talents. L’efficacité au service de l’action positive garde toujours le mensonge à distance. Le cœur est alors livre et ce que l’âme nous inspire devient une stratégie à appliquer. Notre intelligence est l’outil d’adaptation à toutes les situations auxquelles nous aurons à faire face à l’intérieur (de nous) comme à l’extérieur. Devenir familier de l’intelligence  de l’âme demande de la pratique, nous fait grandement revoir nos manques et accepter nos qualités. N’en revient-on pas au célèbre adage socratique : Connais-toi toi-même ?

Laisser agir la magie de l’âme

Notre mission de cocréateurs est donc une mission de premier plan que nous ne pouvons remplir que dans l’amour de soi et de l’autre. Elle nous demande de poser dès à présent un regard nouveau sur la réalité de notre existence afin de laisser agir la magie de l’âme.

Si l’homme est à l’image du monde par son corps, il es t l’image de Dieu par son esprit et son âme, avec laquelle il peut donner naissance à un monde nouveau. Ce que Sainte Hildegarde de Bingen nous a transmis dans la formulation suivant : « O homme, tu as en toi le ciel et la terre, fais de ce monde un ciel sur la terre ».

- SOURCE : Par J.Claude Genel, Spécialiste de la démarche mystique, des états de conscience élargis et de la quête de sens. Jean-Claude Genel s’inscrit dans la lignée de ceux qui ont su trouver, au-delà des traditons et des dogmes, l’enseignement direct du guide intérieur. Il anime depuis 1985 des activités d’éveil aux valeurs de l’âme.  Contact : www.gproductions.fr

J.C Genel reçoit en canalisation des messages des Maîtres de la Fraternité de Shambhalla. http://universite-libre-des-valeurs.fr/  

Publié dans:AME, CO-CREATION |on 22 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

JOURNEE de DEUIL PERINATAL (parlons-en)

JOURNEE de DEUIL PERINATAL (parlons-en) dans ACCORD 1379963_10201566774350147_633506773_n

CLIQUEZ SUR L'IMAGE

« Le deuil d’un bébé pendant la grossesse ou après, ce n’est pas le deuil du passé, comme le deuil d’un adulte.  C’est le deuil de l’avenir, le deuil du futur et des projets qui viennent avec.  Ce n’est pas un deuil qui se règle en très peu de temps, puisqu’on va peut-être revivre une grossesse, accompagnée d’inquiétudes et de stress.  Et c’est justement à ce moment-là qu’il faudra renégocier la perte qu’on a vécue. »

Ce site a vu le jour le 26 avril 2001.
Il est le premier groupe de soutien virtuel créé
pour les parents qui font face au deuil de leur petit bébé décédé
en cours de grossesse, en naissant
ou durant ses premières semaines de vie.
Depuis, il réunit des parents endeuillés habitant aux quatre coins du monde…
 CLIQUEZ SUR L'IMAGE

«Chaque année des milliers de parents vivent le décès d’un bébé en cours de grossesse ou dans les jours, semaines ou mois suivant sa naissance. Aujourd’hui j’appuie ces parents en affichant comme photo de profil le ruban du deuil périnatal, faites comme moi!» 

Cet événement vient de toucher le couple de ma fille et son compagnon ! la grossesse avait atteint 7 mois ! le petit Nolan sera… en pensées ! 2758329009 dans Entre amis

«Un bébé qui meurt entourant sa naissance, c’est toute une vie qui ne sera jamais vécue. Appuyons les parents vivant un deuil périnatal en affichant comme photo de profil le ruban de la cause aujourd’hui»

«La peine ne se mesure pas au nombre de semaines ou au vécu d’un bébé, mais à la grandeur du rêve que portaient en eux ses parents. Aujourd’hui j’appuie la cause du deuil périnatal en affichant le ruban officiel comme photo de profil. Faîtes comme moi!»

«Le deuil périnatal est ce que vivent les parents dont le bébé décède en cours de grossesse ou dans l’année suivant sa naissance. Un deuil méconnu, tabou et très difficile à vivre. Aujourd’hui est la journée internationale de sensibilisation au deuil périnatal, faites comme moi et affichez le ruban de la cause comme photo de profil!»

OSEZ en parler et faites en sorte que le deuil périnatal ne soit plus un sujet tabou pour notre société !

Chaque petit geste compte!

France – Fondatrice

Nos Petits Anges au Paradis
Groupe de Soutien au Deuil Périnatal 


www.nospetitsangesauparadis.com

Nos Petits Anges au Paradis – Deuil Périnatal


www.nospetitsangesauparadis.com

Groupe de soutien pour les parents qui font face au deuil de leur petit bébé mort in utero, décédé à la naissance ou encore suite à de graves malformations menant au décès.

MERCI DE PARTICIPER ! 

L’énergie-conscience

L'énergie-conscience dans CO-CREATION images-11
Par Jeanne Guesné

Notre corps recèle une masse d’énergie qui réclame notre participation consciente pour se libérer. Lorsque nous sommes totalement à l’écoute – corps, sentiment, pensée -, cette énergie devient « dynamique » et le corps vivant. Goûtez-en la saveur une seule fois et vous en retrouverez le goût dans la vie quotidienne. Elle est le goût de l’Être immortel en nous. Le goût de l’énergie qui maintient l’unité du corps, mais en demeure indépendante.

Cette énergie est en réalité un second corps.

Lorsque je m’oublie, elle se dissout… Lorsque je suis présente au présent, elle s’identifie, s’amplifie…

La croissance de ce second corps d’énergie-conscience-connaissance est le sens même de la vie.

Par mon travail intérieur, je ne connais pas seulement un accroissement de ma faculté d’analyser, de calculer, de conclure ; c’est une amplitude de mon « espace d’investigation » de ma sensation corporelle profonde.
Elle conduit à un accroissement de mon discernement, qui peu à peu me libère de mes contraintes sociales et culturelles. Si je ne suis pas identifiée à mon corps, je peux le gérer. Si je ne suis pas identifiée à mon émotion, je peux la contrôler. Si je ne suis pas identifiée à mes pensées, je peux servir ma conscience d’être. Le vouloir de l’ego est toujours une barrière. Avoir faim et soif d’être, c’est l’aimant qui nous relie en nous-même et aux autres. La force est toujours donnée dans le présent de l’instant.

 

La clé du devenir 

Il arrive un jour où l’on sent que l’on est deux : un personnage dans un corps en correspondance avec son environnement, et quelque chose d’autre, comme un témoin invisible et muet, toujours présent. À partir de là s’opère une rupture qui brise un rythme. L’existence continue apparemment sans changement, mais plus rien n’est semblable.

On sait que le corps va mourir un jour, mais ce qui le sait en est indépendant, et la mort ne le concerne pas. Cela est une certitude inexprimable et qui ne demande aucune explication pour être. Il suffit de demeurer disponible à son expression en Soi, disponible à son écoute.

L’erreur serait de confondre cet état de paix sublime avec le calme d’un mental conciliant. D’après Ilya Prigogine, « il existe des centres de force, les uns invisibles, les autres visibles, c’est-à-dire habillés d’ondes captives matérialisées temporairement ». Vous… moi… Nous sommes tous aux centres de forces habillées d’ondes matérialisées temporairement…

Quelle perspective pour l’esprit humain à l’aube du troisième millénaire ? Le processus du développement de la conscience humaine en action dans le travail intérieur. Des niveaux de sensibilité laissés en jachère, établiront instantanément, dès lors qu’ils seront réveillés, des accords de résonance avec des expressions d’intelligence inconnues dans lesquelles nous avons notre être…

Écrit Par Jeanne Guesné

Publié dans:CO-CREATION, ENERGIES, ESPRITS |on 10 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

L’aliment idéal

L'aliment idéal dans CO-CREATION images-4

Marie-Françoise Tesson, au LAPATS (Laboratoire associatif pour l’application des tests sensibles), à Frechendets, dans les Hautes-Pyrénées, travaille surtout pour l’agriculture biologique et assure des stages d’initiation à la méthode. Les tests sont faits « en aveugle » – le manipulateur ne connaît pas la provenance des produits testés, ce qui évite tout biais inconscient. A l’oeuvre depuis sept ans, Marie- Françoise Tesson résume :
« On voit très bien l’affaiblissement vital dans les produits congelés, la farine ou le sucre raffinés, le lait U.H.T., les aliments cuits aux micro-ondes, et de manière générale dans les produits issus de l’agriculture dominante. Mais on ne peut pas systématiser : il nous est arrivé d’obtenir de piètres images avec des produits de culture bio elles indiquent alors un manque de savoir-faire ou des productions trop intensives, des cultures hors-saison. »

« L’aliment idéal doit présenter un équilibre entre la force de croissance, influencée par la terre, qui se voit à la densité des stries, et la force d’ organisation, dépendante du cosmos, révélée par la netteté de la structure. Les images les plus équilibrées viennent le plus souvent des produits de l’agriculture biodynamique. La culture biologique classique donne des images d’une grande vitalité, mais qui manquent un peu d’organisation. « 

« Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles pistes et de nouvelles comparaisons. Le domaine est immense, il faudrait que des laboratoires se multiplient et se spécialisent. La cristallisation peut révéler toutes sortes d’influences inattendues.

Par exemple, nous avons testé des pains pétris le même jour par plusieurs stagiaires. A partir des mêmes ingrédients, avec la même cuisson dans le même four, on obtient des images différentes. Certaines personnes bonifient la qualité du pain, d’autres pompent de l’énergie… « 

Bientôt, le LAPATS proposera un « label », établi sur la base de contrôles réguliers, pour les producteurs qui le désirent. Et un jour, qui sait, on pourrait voir apparaître, sous forme de vignettes sur l’emballage, des photos de cristallisation sensible. Chacun pourrait alors se faire un jugement. Même si l’interprétation fine demande une formation spéciale, l’appréciation simplement esthérique se trompe rarement : comme par hasard, les plus belles images correspondent aux meilleurs produits I

  Par Jean-Pierre Lentin

Publié dans:CO-CREATION, DEVELOPPEMENT, GUERISON |on 6 octobre, 2013 |Pas de commentaires »
12345

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3