Archive pour la catégorie 'ATLANTES'

Vagues d’essaimage

 

résumé de lectures par : Pascuser

1ère civilisation : en -32 400 : 2 essaimages espacés de 100 ans 

Colonisation d’une alliance des 24 (Alteans, Hoovans, Ashan) en -32 400 qui créent une civilisation à Aksu, près du bassin de Tarim (Province de Yinjiang en Chine actuellement). A cette époque l’âge de glace avait déjà pris fin, mais le climat restait rude et froid.

Vagues d'essaimage dans ATLANTES bulle-saturne-300x173Un être a été créé par cette civilisation extra terrestres en partenariat avec les neufs et mis sur Terre pour se mélanger avec les êtres existant. Cet être était appelé le Faucon (Hawk). Après le travail qu’il a effectué, à la fois en termes de mélange génétique, mais surtout d’apprentissage (apprentissage d’un langage, construction d’une société structurée, etc) les êtres sont passés à l’état d’êtres « humains ». Ce Faucon a vécu pendant 1600 ans.

Le Faucon a aussi apporté le principe d’un seul chef dirigeant, la construction solide et sûre, la culture des plantes, l’élevage des animaux, comment se soigner. Bref, il a été un pilier qui a permis à une civilisation humaine de naître, après qu’elle ait appris à parler.

La durée de vie humaine qui était de l’ordre de 20 ans est passée à 120 ans puis 150 ans et même parfois plus. Le Faucon, dû à son origine (il venait des « cieux ») était considéré comme un Dieu par les peuplades terriennes.

Durant cette période il y a eu un tout deux essaimages, le deuxième ayant eu lieu 1000 ans après le premier environ.

Le deuxième essaimage était le fait des Hoovans.

Un successeur du Faucon est venu, avant que le Faucon ne meure, afin de prendre sa suite. Il a été reconnu par les hommes comme le fils du Faucon. Il a permis la continuité du développement de la civilisation. 

Atlas, le chef des Alteans a été appelé Zeus et pris pour un Dieu car il était monté dans un cygne (son vaisseau) qui était stationné auprès de leur montagne sacrée (l’Olympe).

3 groupes se sont constitués, dirigés chacun par respectivement les Ashan, les Alteans, les Hoovans, qui ont essaimé dans le monde à partir de Aksu vers 3 directions.

Les Alteans ont dirigé un groupe qui a fondé ce que nous avons appelé la civilisation de l’Atlantide. En fait il y a eu plusieurs essaimages par les Alteans dans cette civilisation durant une période de 12 000 à 17 000 ans. Ils ont utilisé leur technologie avancée pour aller coloniser des terres lointaines et leur espace s’étendait depuis la Grèce jusqu’à ce qui est aujourd’hui les USA.

Mu et la Lémurie ne sont que des colonies appartenant à la même culture que la culture Atlante, qui s’est étendu dans le Pacifique (Mu ayant été toutefois insufflée par les Ashan). L’Atlantide a pris fin en -11 000. Ils s’appelaient les Altimas. La culture Maya est une lointaine colonie qui a coupé les contacts et a régressé avec le temps.

L’extinction de l’Atlantide a eu lieu par des évènements naturels, inondation des océans et tremblement de terre ; provoqués par l’usage abusif et nocif de leur technologie qui a créé des déséquilibres sur Terre. La technologie n’est devenue un problème pour les Atlantes que durant les derniers milliers d’année de leur existence en tant que civilisation.

Le déluge est le souvenir de cette destruction par les eaux.

Il existait une autre sous-civilisation à l’Est de Aksu. A Aksu avaient eu lieu des mélanges entre les extra-terrestres d’une civilisation donnée et des humains, puis entre ces rejetons et les civilisations extra-terrestres. Au final, il y avait des humains héritant de caractères combinés de plusieurs civilisations extra-terrestres.

Lire la suite ici ….  

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:ATLANTES, O.V.N.I et E.T., SOCIETE |on 4 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

Les Atlantes et les égyptiens

Les rescapés du déluge de l’atlantide

 

« Les Atlantes et les égyptiens adoraient Dieu sous sa forme solaire. » 

 

Rescapés du Déluge

Une tribu d’Indiens blancs, appelés Parias, vivait jadis au Venezuela dans un village qui portait le nom significatif de « Atlan ». Elle maintenait la tradition d’un désastre qui avait détruit son pays, une vaste île de l’Océan.

Plus de 130 tribus d’Indiens d’Amérique conservent les légendes ayant trait à une catastrophe mondiale. 
Il y a 12 000 ans environ, a eu lieu le déluge.

Les rescapés se sont réfugiés sur les « cinq hauts plateaux du globe : Iran, Himalaya, Abyssinie, Montagnes Rocheuses, Altiplano péruvien. » 

Les Atlantes et les égyptiens dans ATLANTES egypte-4-300x272« La catastrophe eut lieu durant la présence du Soleil devant la constellation du Lion. Le cataclysme fut d’une telle violence que la terre pivota sur son axe et que le globe solaire qui avançait dans le ciel ne le fit plus, mais rétrograda, c’est à dire qu’il parut reculer alors qu’étant fixe c’était simplement la terre qui avait changé de rotation dans l’espace.

Mais le phénomène que retinrent les survivants de cette colère divine fut que le soleil ne se levait plus à l’ouest mais à l’est, et qu’il se couchait sur leur pays englouti depuis ce jour là. »


Le Maroc était une colonie atlante avant le cataclysme. Elle était la Terre la plus proche du continent disparu.
C’est pourquoi les rescapés atlantes y débarquèrent à la disparition de leur continent. Ils se réfugièrent au nord de la région d’Agadir, à Tamanar.

D’après des géologues marocains, l’ancien pôle Nord (avant son renversement) se trouve dans le sud d’Erfoud, dans le Sahara. 
Quand eut lieu la destruction finale de l’Atlantide, certains se réfugièrent dans le pays Maya (actuel Yucatan).

10/02/1935 : le Washington Herald publiait un article de F.A. Mitchell-Hedges, explorateur britannique de grand renom, membre de la Commission Maya du British Musueum, qui a trouvé les vestiges d’une civilisation inconnue dans les îles situées au large de l’Amérique Centrale. Cette civilisation, disait-il, « pourrait bien être celle de la légendaire Atlantide ».

Le musée de l’Indien d’Amérique, fondation Heye, à New York écrit à Mitchel Hedges :
« Vos observations et les explorations américaines officielles au Nicaragua prouvent incontestablement qu’en des temps très reculés un mouvement terrestre d’une extraordinaire ampleur et d’une force cataclysmique a dû se produire dans cette partie du monde, et vos fouilles ont sans aucun doute mis au jour les vestiges d’une civilisation préhistorique, qui existait avant ces cataclysmes. 
Les habitants d’Amérique Centrale étaient formé d’un métissage entre ceux de l’Atlantide, Mu et Oz (ou Og située en terre péruvienne).
Edgar Cayce fait de nombreuses allusions à des arrivées des atlantes en Egypte et dans les Pyrénées. Avant la destruction, les Atlantes allèrent en Egypte, dans les Pyrénées, au Yucatan, et dans le pays d’Og. 

Ou sont situées les Archives et documents traitant des Atlantes ?
« Les uns dans la Terre Atlante qui fut engloutie, et qui ressurgira, et remonte déjà vers la surface; d’autres dans ce lieu proche du Sphinx où se trouvait la salle des Archives, en terre égyptienne; et d’autres encore dans le pays aryen, au Yucatan, où le temple qui fut construit là bas existe encore (2012-1, 25/09/1939) 

Il y a une salle en Amérique du Sud où se trouvent des disques (dans un métal inconnu aujourd’hui) contenant l’Histoire passée et future datant de l’Atlantide (fin).
Dans l’Himalaya se trouvent des instruments pour déchiffrer. 

1940 : Edgar Cayce prédit que l’enregistrement des systèmes par lesquels les Atlantes fabriquaient de l’énergie se trouve dans une partie effondrée de leur continent, dans la boue marine, près de la Floride, au lieu appelé Bimini, où se trouvent les restes d’une portion de temple.

1970 : Bimini : des murailles ont été détectées à Bimini. 

Par Edgar Cayce – Anne Givaudan – Robert Charroux – Albert Slosman - Andrew Tomas 

Publié dans:ATLANTES, O.V.N.I et E.T. |on 11 novembre, 2012 |Pas de commentaires »

Réapparition de l’Atlantide

Prophétie sur la réapparition de l’Atlantide

« D’ici cent ans environ, après une série de tremblements de terre, des îles s’élèveront hors de l’océan, dans la région des Açores, et les ruines de l’Atlantide seront découvertes et explorées.« 

Edgar Cayce 1929

Lectures concernant l’Atlantide

Réapparition de l'Atlantide dans ATLANTES bateau-blanc

Dès 1933, Edgar Cayce avait donné, sous vision médiumnique, une description précise de l’emplacement de l’Atlantide :

 » La position du continent de l’Atlantide est située entre le Golfe du Mexique d’un côté et la Méditerranée de l’autre. Les preuves sur cette civilisation perdue seront trouvées dans les Pyrénées et au Maroc d’une part, au Honduras Britannique, au Yucatan et en Amérique d’autre part. Il y reste des terres émergées de ce qui a dû être une partie de ce grand continent à un moment ou un autre. Les Antilles Britanniques ou les Bahamas, et une partie de celles-ci qu’on peut voir actuellement, si une étude géologique était faite dans quelques-uns de ces endroits, principalement, et notamment à Bimini et à proximité du Golf Stream, des découvertes pourraient être déterminantes ». (Lecture 364-3)

 Pour donner un point de comparaison comme la taille de l’Europe y compris l’Asie européenne, non pas l’Asie, mais l’Asie européenne, vous voyez ? Cela constituait, ainsi que nous l’avons vu, pendant ou après la première des destructions, avec leur position actuelle, la partie la plus méridionale, les îles créées par les premières forces volcaniques ou éruptives (comme on les appellerait de nos jours) qui ont entraînées la destruction de ce continent. » (lecture 364-6) Les îles principales au temps de la dernière destruction s’appelaient: « Poseidia et Aryen, et Og « . (lecture 364-6)

« L’entité était en terre Atlante quand eurent lieu ces périodes des derniers bouleversements ou de la disparition des îles de Poseidia.
« L’entité était parmi ces groupes qui sont allés dans ce qui a été plus tard connu sous le nom de l’Inca …dans le pays péruvien. » (lecture 3611-1)

On voit que les descriptions d’Edgar Cayce se rapprochent plus de l’hypothèse d’un grand continent situé au centre de l’Océan Atlantique et s’étendant des Antilles aux Canaries, bien que cette hypothèse me semble être la plus improbable d’un point de vue géologique. Certaines découvertes sous-marines réalisées dans le secteur des Bahamas dans les années 70 avaient semblé confirmer les visions d’Edgar Cayce avant d’être démenties par les scientifiques, des structures similaires existant aussi en Islande.

Publié dans:ATLANTES, PROPHETIES |on 21 octobre, 2012 |Pas de commentaires »

Une découverte tenue secrète

 

Depuis juillet 2002 un mur est construit autour du plateau des pyramides de Gizeh. Des gardes armés surveillent la zone et dirigent les touristes vers des sites rigoureusement sélectionnés par les autorités. Les ouvriers y travaillant 24/24 dans la plus grande discrétion.

Le mur dispose de fondations enterrées et consolidées par des barres en acier de 10 cm d’épaisseur. Il s’élève sur une hauteur de 4 à 7 mètres sur environ 8 kilomètres carrés et à plus d’un kilomètre des pyramides. Le plus étonnant est que ce mur englobe également des habitations qui ont étés déplacées et le cimetière arabe. Le chercheur Jim Hurtak a même déclaré que des couloirs, des tombes et des tunnels non explorés se situaient dans cette zone.

Une découverte tenue secrète dans ATLANTES pyramide-300x195

S’agit-il vraiment de protéger les places archéologiques des terroristes ou de mettre à l’abri du regard les futurs découvertes dans ces tunnels non encore explorés ?

Selon les rumeurs, en 2001, une chambre secrète aurait été découverte à proximité des pattes du Sphinx, mais elle aurait été classée (et serait encore) top secrète sous la pression de la CIA. Or, une autre médium, Monique Mathieu, déclara en 2000 qu’un nouveau crâne de cristal était sur le point d’être découvert en Egypte, et qu’il révèlerait au monde l’immense connaissance acquise par les civilisations oubliées (l’histoire de ces mystérieux crânes fera l’objet d’un futur post ).

Une étude réalisée par John West arriva à la conclusion que le corps du Sphinx était à l’origine celui d’un lion taillé 10500 ans avant notre ère.

Il est orienté vers le point d’équinoxe où se lève le soleil le 21 mars. Or il y a 10500 ans, le soleil se levait dans la constellation du lion à l’équinoxe vernal. Pour lui, ce n’est que beaucoup plus tard que Pharaon fit retailler sa tête à son effigie (ce qui serait à l’origine de la disproportion actuelle du monument). D’après les traces d’érosions encore visibles, le Sphinx aurait également subit le déluge 10.500 ans avant notre ère (Par contre pour certains géologues, l’érosion importante du corps viendrait du fait qu’il est taillé dans une couche de calcaire plus friable que celle constituant la tête. Cet argument n’explique pas, par contre, la disproportion  évidente entre la tête et le corps !)

Le même déluge qui engloutit l’Atlantide (date que Platon évoqua également pour la disparition de ce continent). En 1933, Edgar Cayce (« Les mystères de l’Atlantide revisitée ») avait donné une vision médiumnique du site de Gizeh. Selon lui, à proximité du Sphinx, une salle d’archive secrète renfermait l’histoire de toute l’humanité. Il ajouta qu’une colonie rescapée de l’Atlantide édifia en Egypte les bases d’une nouvelle civilisation avec l’aide d’une civilisation issue d’Orion.

Edgar Cayce

 

 

Publié dans:ATLANTES, PYRAMIDE |on 20 octobre, 2012 |Pas de commentaires »

L’Atlantide avec Cayce

Edgar Cayce, la Grande Pyramide et l’Atlantide

William Fix et Dorothée K. de Bizemont 

Edgar Cayce "La grande pyramide et l'Atlantide"La Grande Pyramide en Egypte demeure un mystère. Quels sont les secrets de sa construction? N’est-elle que le tombeau de Pharaon? Quelle est sa véritable origine? Jamais ces questions n’ont été véritablement éclaircies…

Edgar Cayce, le célèbre médium américain, guérisseur et prophète, s’est consacré à cette énigme. Ses révélations stupéfièrent les hommes de son temps et ébranlèrent le peu de certitudes que les archéologues nourrissaient. Et pourtant, ne rejoignaient-elles pas les messages des grandes Traditions?

Selon Edgar Cayce en effet, la Grande Pyramide est d’une provenance beaucoup plus lointaine qu’on le prétend. La pierre date de 12.000 ans. Elle fut taillée par les Atlantes, en elle reposent les secrets de la civilisation disparue…

Un livre passionnant qui révolutionne l’approche et l’histoire des Pyramides, ces “demeures d’éternité”, et modifie l’éclairage que nous portons sur notre origine…

Pour commander cet ouvrage par l’intermédiaire d’Amazon.com, cliquez ici

Publié dans:ATLANTES, PYRAMIDE |on 16 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

Science et arts Atlantes

 

Parmi les arts, l’architecture était le plus répandu. Les édifices étaient de massives constructions aux proportions gigantesques. Les maisons d’habitation dans les villes, n’étaient pas comme les nôtres, entassés, serré les unes contre les autres dans des rues ; mais de même que leur maison de campagne, elle s’était entourée de jardin, où séparés par de vastes terrains, et toute formaient des bâtiments isolés.

Science et arts Atlantes dans ATLANTES emeraude-table

Les habitations de quelque importance étaient formées de quatre bâtiments entourant une cour centrale, au milieu de laquelle jaillissait une de ses fontaines dont le nombre avait valu à la « Ville aux  porte d’or » le surnom de « ville des eaux ». Les marchandises en vente n’étaient jamais exposées dans les rues, comme cela se fait aujourd’hui, et les transactions commerciales n’avaient pas lieu en public, sauf certaine époque, où de grandes foires étaient installées sur les places publiques de la ville. Mais le trait caractéristique de la maison Toltèque est la tour qui s’élevait au coin ou au centre de l’un des bâtiments. Un escalier extérieur, en spirale menée aux étages supérieurs ; la tour est couronnée d’un dôme pointu, – et cette partie supérieure de l’habitation était ordinairement employée comme le laboratoire. Comme il y a été dit plus haut, les maisons étaient peintes de brillantes couleurs.

Quelques-unes étaient ornées de sculptures, d’autres de fresques ou de dessins coloriés. Les fenêtres étaient remplies par une substance semblable au verre, mais moins transparente. L’intérieur des maisons ne renfermait pas tous les raffinements que l’ont n’y trouve de nos jours, mais la vie il y trahissait une civilisation, dans son genre, très développée.

Les temples étaient formés d’immenses salles qui rassemblaient aux salles gigantesques de l’Égypte, mais construite encore sur une plus large échelle. Les piliers de soutènement étaient généralement carrés, rarement circulaires. Au temps de la décadence, les bas-côtés s’ornèrent de chapelles innombrables, où l’on renfermait les images des habitants les plus considérables.

Ces niches latérales étaient, parfois, suffisamment vaste pour que puisse y évoluer le cortège des prêtres, que des hommes éminents avaient à leur service pour célébrer le culte de leur propre image. – De même que les maisons particulières, les temples n’étaient jamais complets, s’ils n’étaient surmontés de ces tourelles couronnées d’un dôme, et dont les dimensions et les ornements étaient proportionnés à la magnificence de l’habitation qu’elles complétaient ces tours servaient aux observations astronomiques et au culte du soleil.

Les métaux précieux étaient largement employés l’ornementation des temples ; l’intérieur de ces édifices était souvent non seulement incrusté, mais encore recouvert de plaques d’or. L’or et l’argent étaient hautement appréciés ; mais comme nous le verrons plus loin au sujet de leur emploi courant, l’usage qu’ont en faisait était purement artistique et jamais appliqué aux transactions ; car la grande quantité de ces métaux, fabriqué alors par les chimistes, – ou comme nous dirons aujourd’hui, par déjà alchimiste – les avait en quelque sorte déposséder de la qualification de métaux précieux. Cette possibilité de la transmutation des métaux n’était pas universellement connue ; mais elle était cependant si répandue qu’elle avait lieu sur une très vaste échelle. En somme, la production de ces métaux si précieux peut être considérée comme une des entreprises industrielles de ce temps, par lesquelles les alchimistes gagnaient leur vie. L’or était plus apprécié que l’argent et on en fabriquait davantage.

LIRE LE DOSSIER en son entier ici 

Publié dans:ATLANTES |on 8 août, 2012 |Pas de commentaires »

Atlantide

 

La première carte représente la surface de la terre ainsi qu’elle existait, il y a environ un million d’années, alors que la race Atlantéenne était dans toute sa grandeur et avant que se produisit le grand cataclysme qui eut lieu il y a à peu près 800 000 ans.

Atlantide dans ATLANTES carte_atlantide_pe-300x203

Il faut remarquer que le continent de l’Atlantide lui-même s’étendait de quelques degrés à l’Est de  l’Islande jusqu’aux environs à l’endroit où est situé aujourd’hui Rio de Janeiro en Amérique méridionale. Comprenant le Texas et le golfe du  Mexique, les états méridionaux et orientaux de  l’Amérique, ainsi que le Labrador, ce continent s’étendait à travers l’océan jusqu’à nos îles ; l’Ecosses et l’Irlande, ainsi qu’une partie du Nord de l’Angleterre, en formaient les promontoires – tandis que ses contrées équatoriales comprenaient le Brésil et toute l’étendue de l’océan jusqu’à la Côte d’Or de l’Afrique. Des fragments disséminés, qui dans la suite formèrent  les continents de l’Europe, de l’Amérique et de l’Afrique, sont indiqués sur cette carte, de même qu’un continent encore plus ancien, très étendue, là les Lémurie. Les restes d’un continent plus anciens encore, le continent hyperboréen qui fut habité par la seconde race racine, sont aussi indiquer et colorés en bleu de même que la Lémurie. Ainsi qu’on l’on voit d’après sa seconde carte, la catastrophe qui s’est produite, il y a 800 000 ans a apporté un grand changement dans la distribution territoriale du globe. Le grand continent a perdu ses régions polaires, et les portions qui restaient ont été encore divisées.

Trois causes contribuèrent à produire des immigrations. La race touranienne, ainsi que nous l’avons vu, fut dès le début poussé par le désir de coloniser, et coloniser sur une échelle considérable. Les sémites et les akkadiens fut aussi, à un certain degré, une race colonisatrice.

Avec le temps, la population augmentera de plus en plus, la nécessité obligea les moins favorisés de chaque race à chercher les moyens d’existence dans des contrées habitées par une population moins dense. Car il faut se rappeler que, lorsque les atlantes atteignirent leur zénith pendant l’ère Toltèque, la proportion de la population par mètre carré sur le continent de l’Atlantide égalait probablement, si 22 même elle ne les dépassait pas, celle de la population de l’Angleterre et de la Belgique actuelle.

Il est certain, en tous cas, que les contrées propres à la colonisation étaient beaucoup plus vastes qu’elles ne le sont de notre temps ; tandis que le total de la population, qui de nos jours, ne dépasse pas de 12 à 1500 millions, atteignait alors le chiffre considérable de 2 mille millions.

Il y eut enfin des émigrations dirigées par des prêtres et qui précédaient chaque catastrophe. En dehors des quatre catastrophes principales mentionnées plus haut, il y eut encore un grand nombre. Les rois initiés et des prêtres qui suivaient « la bonne loi » était informée à l’avance des calamités qui menaçaient le pays. Ainsi chacun d’eux fut comme le centre des avertissements prophétique et il devint finalement le chef d’un groupe de colons. Il faut remarquer ici que, dans les derniers temps, les chefs de la contrée devirent hostiles aux émigrations dirigées par des prêtres, car ces émigrations avait pour conséquence l’appauvrissement et la dépopulation de   royaume.

Les immigrants furent alors souvent obligés de s’embarquer secrètement pendant la nuit.

En retraçant rapidement les courants d’immigration suivie par chacune des sous race, nous parviendrons nécessairement jusqu’aux contrées que leurs descendants respectifs occupent de nos jours

poursuivre la lecture du dossier en PDF ici

 

 

Publié dans:ATLANTES |on 6 août, 2012 |Pas de commentaires »

Le « Mythe » Atlante versus le Tarot

L’Arche de Noé,
par le dessinateur
Raymond Peynet

Tout en étant pour la plupart des gens un mythe qui n’a pas encore été démontré scientifiquement, le concept de « l’Atlantide » a traversé toutes les civilisations connues depuis des millénaires. Toutes les religions — même y compris la Bible — parlent de grands ancêtres supérieurs, de dieux, demi-dieux et géants. Allégorie, fantaisie des anciens peuples? Toutes ces histoires se retrouvent néanmoins dans les traditions orales — transmises de génération en génération — de toutes les cultures amérindiennes et méditerranéennes. On parle aussi de déluge: qui lui, a été scientifiquement prouvé par des fouilles géologiques…

Le

Atlantide — Une question de Légende?

Ainsi, selon la légende, le peuple Atlante aurait été très avancé côté connaissances et technologie. Néanmoins, il semble qu’au fil du temps beaucoup de ses gens avaient perdu leur but premier dans la vie — la spiritualité —, en ne se préoccupant que du monde matériel et de la puissance. Ce peuple, autrefois spirituel, a été déchiré entre deux groupes distincts: alors que l’un perpétuait la tradition spirituelle de leurs aïeux, l’autre s’absorbait à satisfaire ses appétits physiques et ses désirs. Cette division mena à une guerre entre les deux clans; puis à la chute du continent, et à sa destruction. Selon le mythe, les Atlantes en vinrent à se concentrer presque exclusivement que sur la matérialité: tout en ignorant leur vraie nature spirituelle.

En conséquence ils auraient attiré sur eux une série de trois cataclysmes. Le premier, survenu quelques 50 000 années avant J.C., aurait détruit leur source principale de pouvoir. Le second, vers l’an 28 500 avant J.C., aurait disloqué le continent en trois îles plus petites. Alors que la troisième et dernière destruction — celle dont parle le philosophe Platon — se serait produite aux environs des années 10 500 avant J.C. et aurait causé l’engloutisse­ment des trois îles (le Déluge); ceux qui ont réussi à survivre ont dû émigrer vers d’autres parties du monde, dont l’égypte et l’Amérique. Plusieurs survivants de la légendaire Atlantide ayant émigré en égypte, ceux-ci se sont finalement intégrés dans une culture qui a atteint le sommet de sa gloire en même temps que le troisième cataclysme atlante.

Il semble que sous la direction d’un Grand Prêtre nommé Ra Ta — référence très possible à « TARO », « ROTA » ou Tarot —, l’Égypte a commencé à mener le monde à une politique sociale visant à l’égalité, la transformation personnelle, et la responsabilité morale vis à vis les autres. Rappelons que la civilisation égyptienne est consi­dérée comme non égalée dans l’histoire scientifique du monde; et est créditée de l’introduction de l’écriture, de la science médicale, de l’irrigation, de l’architecture, et du nationalisme.

Trouvez une mine de renseignements relatifs à l’Atlantide, sur ce site:
« L’ÉPOPÉE ATLANTE AUTOUR DE L’ATLANTIDE – Rêves, mythes, hypothèses et réalités ».

Publié dans:ATLANTES |on 1 août, 2012 |Pas de commentaires »

La Technologie des Atlantes

 

La pierre Tuaoi ; « …Elle avait la forme d’une figure à 6 côtés, dans laquelle la lumière apparaissait comme moyen de communication entre l’infini et le fini; ou le moyen qui permettait les communications avec ces forces extérieures. Ce qui a permis plus tard à l’énergie qui en rayonnait, comme du centre d’où provenaient les activités radiantes, de diriger les différentes formes de transitions ou de voyages pendant ces périodes d’activité des Atlantes…. »

« …Elle ressemblait à un cristal, quoique sous une forme très différente de celle utilisée alors. Ne les confondez pas, car il y avait entre elles de nombreuses générations de différence . C’était à l’époque où l’on dirigeait les avions, ou les moyens de transport; car à cette époque on voyageait indifféremment dans les airs, ou sur l’eau, ou sous l’eau. Déjà la force par laquelle ces appareils étaient dirigés se trouvait dans cette centrale électrique d’énergie, ou pierre Tuaoi, qui était comme le rayon sur lequel elle agissait. »

« Au début c’était la source du contact entre le spirituel et le mental… » (lecture 2 072-10)

La Technologie des Atlantes dans ATLANTES atlantide_ile

Selon Cayce, c’était l’abus de l’utilisation de ce cristal comme source d’énergie, qui avait conduit l’Atlantide à la perte. Car il semble, à croire ces lectures, que les atlantes utilisaient ces cristaux surtout pour torturer leurs semblables. Ce qui est sûr, c’est qu’ils connaissaient vers la fin une forme d’énergie qu’on ignore aujourd’hui. Nous pouvons d’ailleurs constater, en lisant les lectures de Cayce, que le niveau technologique était aussi développé que le nôtre de nos jours, sinon supérieur.

Il semble que l’Atlantide, selon Cayce, connaissait vers la fin un niveau technologique au moins identique au nôtre. Ils avaient ce que nous appelons aujourd’hui radio et télévision. Ils connaissaient également le transport individuel et public, tel que nous le connaissons. Ce qui est cependant moins bien, c’est le fait que la société atlante était devenue décadente vers la fin et qu’ils avaient commencé à faire des sacrifices humains. Nous retrouvons cette tendance de sacrifices humains comme chez les indiens mexicains, les Mayas, ainsi que chez les Incas.

Lectures médiumniques d’Edgar Cayce

Publié dans:ATLANTES |on 31 juillet, 2012 |2 Commentaires »

L’Atlantide par Cayce

Lors de ces lectures, Cayce affirmait l’existence de l’Atlantide. Il décrivait l’Atlantide comme un vaste continent avec une technologie de pointe dont les réfugiés auraint peuplé l’Égypte antique et les régions précolombiennes d’Amérique. La description de Cayce de l’Atlantide a beaucoup en commun avec celle de Ignatius Donnelly. D’après Cayce, la société atlante a été divisée en deux factions politiques d’une grande longévité : une « bonne » faction appelée les « fils de la loi d’Un » et une faction « mauvaise » appelée les « fils de Belial ». Beaucoup de personnes aujourd’hui vivantes seront, selon Cayce, des réincarnations d’Atlantiens, qui doivent maintenant faire face aux mêmes tentations qu’avant. Cayce avait également prévu la venue d’une certaine « pierre bleue » d’origine atlante, qui devait être trouvée sur « une île des Caraïbes » et devait avoir le pouvoir de guérir. C’est en 1974 qu’une pectolite bleu volcanique, maintenant connue sous le nom de Larimar, a été trouvée en République Dominicaine. Dans les cercles métaphysiques on dit que cette pierre, de gemme colorée, peut soigner, comme avec la plupart des cristaux et de pierres gemmes, mais il n’y a aucune preuve scientifique à ce sujet. L’Atlantide avait, selon Cayce, souffert de trois destructions principales dont un déluge. Selon les lectures, une source importante d’agitation était le désir des fils de Belial d’exploiter les « Choses », des sous-humains, de corps animalet  peu intelligents, contre celui des fils de la loi d’Un, voulant les protéger. Une surcharge du cristal aurait été à l’origine de la destruction par une gigantesque explosion de l’Atlantide.

L'Atlantide par Cayce dans ATLANTES A-300x224

Cayce donne même dans sa lecture 364-6 les noms d’îles qui restaient après les deux premières destructions, Poseidia, Aryen et Og.

L’Égypte. À côté des périodes bibliques, l’ère la plus significative pour les « lectures de la vie » était l’Égypte ancienne, une civilisation pré-dynastique se composant de réfugiés atlantes. Cayce avait prétendu avoir été un pharaon inconnu appelé « Ra-Ta », qui avait établi un centre curatif basé sur le spirituel (le « temple du sacrifice ») et un établissement éducatif (le « temple beau »). Ses lectures, diagnostics et récits au sujet du passé et du futur, étaient censés être une suite à son travail plus ancien. Cette civilisation aurait également construit des monuments sur le plateau de Guizeh, dont la grande pyramide et aurait laissé de l’Atlantide des enregistrements dans une salle à cet effet situés quelque part sous le Sphinx.

Edgar Cayce avait donné à peu près 2 500 lectures de vie à des centaines de personnes différentes pendant la période de 1923 à 1944. Parmi ces lectures, 700 parlent de l’Atlantide et de sa civilisation oubliée, en donnant beaucoup d’indications précieuses dans ce pays légendaire, dont suivent ci-dessous quelques extraits.

Position et description de l’Atlantide :

« La position du continent de l’Atlantide est située entre le Golfe du Mexique d’un côté – et la Méditerranée de l’autre. Les preuves sur cette civilisation perdue seront trouvées dans les Pyrénées et au Maroc d’une part, au Honduras Britannique, au Yucatan et en Amérique d’autre part. Il y reste des terres émergées de ce qui a dû être une partie de ce grand continent à un moment ou un autre. Les Antilles Britanniques ou les Bahamas et une partie de celles-ci qu’on peut voir actuellement – si une étude géologique était faite dans quelques-uns de ces endroits – principalement et notamment, à Bimini et à proximité du Golf Stream, des découvertes pourraient être déterminantes. » (lecture 364-3)

Quelle était la taille de l’Atlantide ?

« Pour donner un point de comparaison comme la taille de l’Europe y compris l’Asie européenne – non pas l’Asie, mais l’Asie européenne – vous voyez ? Cela constituait, ainsi que nous l’avons vu, pendant ou après la première des destructions – avec leur position actuelle – la partie la plus méridionale – les îles créées par les premières forces volcaniques ou éruptives (comme on les appellerait de nos jours) qui ont entraîné la destruction de ce continent. » (lecture 364-6)

Cayce avait mentionné dans un grand nombre de ces lectures, qu’existait une division religieuse de l’Atlantide. Appelés les « Enfants de la Loi d’Un » et les « Fils de Belial ». Ces deux groupements semblent avoir été en conflit constant. Nous pouvons d’ailleurs comparer cette situation avec l’Égypte ancienne, où les « Enfants de la Loi d’Un » sont comparables au peuple Juif et les « Fils de Belial » aux égyptiens de l’époque. Là aussi on avait un peuple monothéiste plutôt spirituel, contre un peuple polythéiste orienté vers le pouvoir et le matérialisme. D’après les lectures de Cayce, les conflits entre les « Enfants de la Loi d’Un » et les « Fils de Belial » dégénéraient très souvent en révoltes, soulèvements et rebellions. Nous pouvons facilement les comparer avec la situation de l’Egypte ancienne. Là aussi il y avait des conflits constants entre la classe dirigeante polythéiste et la population juive, elle monothéiste.

Les Enfants de la loi de Un :

« Leurs préceptes étaient que l’âme a été donnée par le Créateur ou est entrée par des sources extérieures dans la projection du moi mental et spirituel aux périodes données. Tels étaient les préceptes de la Loi de Un, rejeté par les Fils de Belial.. » (lecture 877-26)

Publié dans:ATLANTES |on 30 juillet, 2012 |Pas de commentaires »

Barques Atlantes ?

Il est parfaitement envisageable que les prêtres égyptiens aient organisé leur religion en la théorisant sous la forme généralement développée par les égyptologues. Les barques solaires, les peintures le montrent, les Textes des Pyramides ou des sarcophages le disent, servaient certainement de façon symbolique au transport de l’âme du défunt. Cependant, la religion égyptienne telle que nous la connaissons est relativement récente (les textes des Pyramides, les plus anciens textes funéraires du monde sont datés entre 2350 et 2180 av. JC, le Livre des Morts datant lui de vers -1500)

Barques Atlantes ? dans ATLANTES tapiss10-300x201

Serait-il envisageable alors que l’événement déclencheur de ce mythe de la navigation périlleuse, de la mort, de la renaissance, soit lié au souvenir, plus ancien, de la destruction de l’Atlantide, et de la navigation de rescapés jusqu’aux terres d’Egypte ?

Pourquoi pas ?

Le lieu devenu mythique de l’Atlantide, assimilé par les survivants à la terre des morts située loin à l’occident.

Les barques atlantes copiées et recopiées par la nouvelle civilisation née de la fusion des rescapés atlantes et des peuplades autochtones.

Ces barques quasiment divines qui ont servi au transport de ces « dieux » sachant tant de choses (l’agriculture, l’architecture, les arts…) et prenant donc dans le culte organisé ultérieurement sur ce souvenir un aspect central.

Ces barques adaptées à la navigation en haute mer, sans raison apparente si on les considère comme une production locale n’ayant besoin que de navires destinés à une navigation fluviale.

Ces barques des dieux légendaires du Premier Temps qui ont apporté en Egypte (comme en bien d’autres contrées) les bienfaits de la civilisation – de leur civilisation – l’astronomie, l’agriculture, l’architecture, l’écriture peut-être, faisant franchir aux pauvres habitants de la vallée du Nil un substantiel « bond en avant ». Comme un nouveau monde se bâtissant sur les ruines de l’ancien…

Les anciens Egyptiens ont toujours considéré leur histoire comme s’articulant en deux « temps »: un « Premier Temps » pendant lequel régnaient des « dieux », puis un second « temps » pendant lequel la royauté passa à des hommes.

Le temple d’Edfou, en Haute Egypte, consacré à Horus, contient un grand nombre d’inscriptions relatives à ce Premier Temps. Ces hiéroglyphes seraient, d’après certaines interprétations, une incroyable confirmation de l’hypothèse atlante… Ces textes uniques donneraient en effet une grande importance à « Sept Sages » qui étaient considérés comme étant les seuls à savoir construire des temples et autres bâtiments. Et les textes préciseraient que les sept sages et les autres dieux étaient originaires d’une île, la « Patrie des Primordiaux ». Un déluge aurait provoqué la destruction de cette terre et la grande majorité de ses « divins habitants » aurait été noyée. A leur arrivée en Egypte, les rares survivants seraient devenus « les Anciens qui ont illuminé cette terre ».

On sait combien les interprétations des hiéroglyphes peuvent être délicates, alors, même si cette lecture semble parfaitement « coller au scénario », on est malgré tout obligé d’être prudent.

Toutefois, tous les égyptologues reconnaissent sans aucune réticence que, dans la plupart des cosmogonies des cités égyptiennes, l’origine du monde actuel est bien un tertre solaire émergeant de l’Océan primordial.

Du tertre primordial à l’île émergeant des flots il n’y a peut-être, après tout, que quelques coups de rame !…

LIRE LA SUITE

Publié dans:ATLANTES |on 30 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Le « mythe » Atlante

 versus le Tarot

L’Arche de Noé,
par le dessinateur
Raymond Peynet

Tout en étant pour la plupart des gens un mythe qui n’a pas encore été démontré scientifiquement, le concept de « l’Atlantide » a traversé toutes les civilisations connues depuis des millénaires. Toutes les religions — même y compris la Bible — parlent de grands ancêtres supérieurs, de dieux, demi-dieux et géants. Allégorie, fantaisie des anciens peuples? Toutes ces histoires se retrouvent néanmoins dans les traditions orales — transmises de génération en génération — de toutes les cultures amérindiennes et méditerranéennes. On parle aussi de déluge: qui lui, a été scientifiquement prouvé par des fouilles géologiques…

Atlantide — Une question de Légende?

Ainsi, selon la légende, le peuple Atlante aurait été très avancé côté connaissances et technologie. Néanmoins, il semble qu’au fil du temps beaucoup de ses gens avaient perdu leur but premier dans la vie — la spiritualité —, en ne se préoccupant que du monde matériel et de la puissance. Ce peuple, autrefois spirituel, a été déchiré entre deux groupes distincts: alors que l’un perpétuait la tradition spirituelle de leurs aïeux, l’autre s’absorbait à satisfaire ses appétits physiques et ses désirs. Cette division mena à une guerre entre les deux clans; puis à la chute du continent, et à sa destruction. Selon le mythe, les Atlantes en vinrent à se concentrer presque exclusivement que sur la matérialité: tout en ignorant leur vraie nature spirituelle.

En conséquence ils auraient attiré sur eux une série de trois cataclysmes. Le premier, survenu quelques 50 000 années avant J.C., aurait détruit leur source principale de pouvoir. Le second, vers l’an 28 500 avant J.C., aurait disloqué le continent en trois îles plus petites. Alors que la troisième et dernière destruction — celle dont parle le philosophe Platon — se serait produite aux environs des années 10 500 avant J.C. et aurait causé l’engloutisse­ment des trois îles (le Déluge); ceux qui ont réussi à survivre ont dû émigrer vers d’autres parties du monde, dont l’égypte et l’Amérique. Plusieurs survivants de la légendaire Atlantide ayant émigré en égypte, ceux-ci se sont finalement intégrés dans une culture qui a atteint le sommet de sa gloire en même temps que le troisième cataclysme atlante.

Il semble que sous la direction d’un Grand Prêtre nommé Ra Ta — référence très possible à « TARO », « ROTA » ou Tarot —, l’Égypte a commencé à mener le monde à une politique sociale visant à l’égalité, la transformation personnelle, et la responsabilité morale vis à vis les autres. Rappelons que la civilisation égyptienne est consi­dérée comme non égalée dans l’histoire scientifique du monde; et est créditée de l’introduction de l’écriture, de la science médicale, de l’irrigation, de l’architecture, et du nationalisme.

Trouvez une mine de renseignements relatifs à l’Atlantide, sur ce site:
« L’ÉPOPÉE ATLANTE AUTOUR DE L’ATLANTIDE – Rêves, mythes, hypothèses et réalités ».

Publié dans:ATLANTES |on 27 juin, 2012 |Pas de commentaires »

Volcan Satorin

L’éruption du volcan Santorin vers 1600 avant J.-C. : Par Alain Moreau

Dans la plupart des cas de fausses Atlantides on trafique les coordonnées spatio-temporelles, comme dans le cas de l’identification de l’« Atlantide » à la destruction de la civilisation minoenne, cette destruction ayant été provoquée par l’éruption du volcan de Santorin, vers 1600 avant J.-C. En Méditerranée, donc, et à une époque n’ayant strictement rien à voir avec la date donnée par le philosophe grec Platon : vers 9000 avant J.-C., une fois ajoutée la période nous séparant de sa mort.

marmiteCette « thèse » a encore été défendue dans une émission de Jacques Pradel sur « Europe 1″, en mars 2002. (La personne alors interrogée par Jacques Pradel a publié en 2008 un livre sur le « mythe » de l’Atlantide…) Le magazine « Thalassa » (6 septembre 2002, France 3) y a aussi fait référence. Les défenseurs de cette théorie supposent qu’un zéro supplémentaire a été ajouté par erreur (9000 au lieu de 900) !

Parmi les défenseurs de l’identité Atlantide/Santorin il y a eu les archéologues grecs Angelos Galanopoulos et Spiridon Marinatos, J. V. Luce (professeur de l’Université de Dublin), l’équipe du commandant Cousteau, Alain Bombard (qui en avait parlé dans une émission télévisée) et Jacques Lebeau (ancien rédacteur en chef de la revue « Atlantis »). Voici, à ce sujet, le commentaire de Jacques Hébert, dont je partage la conclusion :

« Scientifiquement avérée, cette éruption du Santorin, cinq à dix fois plus puissante que celle du Pinatubo, s’avère bien pratique. Elle clôt le débat Atlantide et elle fournit une explication ‘‘clé en main’’ aux mythologistes : voilà le mystère du déluge éclairé. Quant à Phaéton interrompant la course du Soleil par sa chute, c’est le colossal nuage de cendres qui obscurcit le ciel et terrorise les populations antiques. Même les dix plaies d’Egypte que relate le « Livre de l’Exode » trouveraient là une cause rationnelle. Que la configuration géographique ne corresponde plus du tout aux récits précis de Platon, que l’océan au-delà d’un détroit s’évanouisse dans une mer Egée connue des locuteurs de Platon, mais qu’ils ne citent jamais, aucun de ces contre arguments ne trouble les tenants de cette absurdité. » (1)

Une absurdité qui a la peau dure. Dans un livre publié en 2007, « Les grands mystères de l’Histoire » (City Editions), l’auteur, Laurent Pfaadt, écrit encore que l’hypothèse Santorin est la plus probable. Le même auteur écrit que, selon Edgar Cayce, l’Atlantide a été détruite à trois reprises par des bombes atomiques… entre 5000 et 10.000 avant J-C. !! Il y a là manifestement une erreur : ce n’est pas 5000 qu’il faut lire, mais 50 000 ! En outre, si le clairvoyant américain Edgar Cayce (1877-1945) a bien évoqué trois destructions du continent atlante, ces destructions n’étaient cependant pas à chaque fois dues à l’utilisation de bombes atomiques. Les dates réelles données sont : vers 50.000 avant J.-C., vers 28.000 avant J.-C., vers 10.000 avant J.-C. (2)

Lire la suite des propos de Alain Moreau ici…. http://www.mondenouveau.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=142&Itemid=48

Publié dans:ATLANTES |on 9 avril, 2012 |Pas de commentaires »

De fausses Atlantides

 

Propos recueillis de Alain Moreau

Depuis le récit de Platon le sujet de l’Atlantide a enflammé les imaginations, notamment celles des spéculateurs qui placèrent (et continuent de placer) le « continent perdu » dans les endroits les plus fantaisistes : mer Méditerranée, mer du Nord, mer d’Azov, mer Caspienne, mer Rouge, Europe, Asie, Afrique (Tunisie, Sahara, etc.), Amérique, Antarctique, etc. Un autre spéculateur a localisé l’Atlantide, de façon erronée, du côté de l’Indonésie. (Voir Robert Schoch, « Les constructeurs des pyramides », éditions du Rocher, 2004.)

De fausses Atlantides dans ATLANTES 305px-Ivan_Sat_Img_Sept_7_2004Tout cela, évidemment, ne correspond pas à l’emplacement initialement donné par Platon : « au-delà des colonnes d’Hercule » (détroit de Gibraltar), donc dans l’Atlantique ! La réponse à cette pléthore de localisations absurdes est simple :

« Il y a deux aspects du récit qui donnent au problème de l’Atlantide de Platon un caractère d’improbabilité fantastique : la situation dans l’océan Atlantique, où depuis longtemps devait exister un océan et non une terre ; l’existence sur cette terre d’un clan civilisé des Atlantes, alors que le reste de l’humanité se trouvait encore au stade néolithique.

Cela explique que beaucoup d’atlantologues, ne pouvant pas dépasser ces obstacles sus-indiqués, refusent la base même de la légende, la date de la disparition de l’Atlantide et sa situation dans l’océan Atlantique. C’est pour cette raison qu’ils situent leur pseudo-Atlantide dans différents endroits du globe terrestre. » (Pierre Carnac) (1)

  Autres localisations fantaisistes : à lire sur le site source…. 

Publié dans:ATLANTES |on 2 avril, 2012 |Pas de commentaires »

Une fausse Atlantide en mer du Nord


Propos d’Alain Moreau …

On sait que Platon parlait d’une île localisée au-delà du détroit de Gibraltar, cette île ayant été détruite à la suite d’un cataclysme. Ce dernier s’est produit à une date correspondant à 9000 ans avant l’époque du philosophe grec.

File:W1.pngSylvain Tristan est l’auteur de : « Les lignes d’or » et de : « L’Atlantide, le premier empire européen ». Quant à Jean Deruelle il est l’auteur de : « L’Atlantide des mégalithes ». Que soutiennent ces auteurs ? Que l’Atlantide était la civilisation des peuples mégalithiques d’Europe du Nord ! C’est Jean Deruelle qui a émis le premier l’hypothèse de cette origine mégalithique de la civilisation atlante.

Sylvain Tristan dit qu’il fait « une équation entre les descriptions recevables des peuples atlantes et ce que nous savons de l’expansion mégalithique ». Il insinue que la première description faite par Platon de l’empire atlante et de ses colonies « correspond presque rigoureusement à l’implantation territoriale mégalithique ». Il ajoute que le seul peuple de cette époque à maîtriser la navigation est la civilisation mégalithique, dont la colonisation s’est effectuée sur toutes les côtes de l’Atlantique. Quant à Diodore de Sicile il a décrit les Atlantes comme des peuples qui vivaient jadis le long de l’Atlantique, quelques millénaires avant les Grecs. Là encore, dit Sylvain Tristan, il ne peut s’agir que des peuples mégalithiques.

Pour étayer sa thèse Sylvain Tristan s’est appuyé sur des faits archéologiques, des références mythologiques et une « démonstration mathématique ». En fait tous ces éléments sont tout à fait indépendants de l’identification erronée des Atlantes aux « mégalithiciens ».

Une fausse Atlantide en mer du Nord dans ATLANTES 240px-JupiterAlan Butler est le « redécouvreur » de la « géométrie à 366° ». C’est le décryptage du disque de Phaistos qui est à la base de cette « redécouverte ». Cet objet retrouvé en Crète est un calendrier basé sur une année de 366 jours. Daté de 1800 avant J.-C. ce calendrier est censé renforcer l’hypothèse selon laquelle les peuples du nord de l’Europe (Frisons) étaient des Atlantes, car cet objet reproduit des symboles mégalithiques et philistins (Frisons)… Selon Sylvain Tristan les « unités de mesure des Atlantes », identifiés aux « mégalithiciens », montrent qu’ils étaient maîtres d’une géométrie à 366°. L’Ecossais Alan Butler considère que les constructions mégalithiques étaient fondées sur une unité de mesure de 83 centimètres, le yard mégalithique, qui est une subdivision parfaite de la circonférence terrestre et qui implique le nombre 366, une seconde d’arc terrestre mesurant 366 yards mégalithiques. De plus les sites mégalithiques et les capitales des premières civilisations sont situés à des endroits qui impliquent la maîtrise de la géométrie à 366°. Ces villes, placées à certains endroits selon des critères mathématiques et astronomiques précis, sont tissées sur le réseau de lignes correspondant au découpage de la Terre selon 366 méridiens équidistants. Si l’on découpe la Terre comme une clémentine en 366 quartiers on révèle le réseau d’implantation des capitales des anciennes civilisations.

Tout cela est « bien », mais si c’est vrai cela n’a, à vrai dire, rien à voir avec la véritable Atlantide (localisée au niveau de l’Océan Atlantique et non en Europe). Ce n’est pas le « génie des Atlantes » qui est ici impliqué. Selon Sylvain Tristan les (faux) Atlantes auraient découvert cette géométrie par une observation des astres.

Les « mégalithiciens », dit-il, sont allés jusqu’au Jourdain. Selon cet auteur le fait que les nouvelles grandes cités des peuples d’Amérique du Sud, de Grèce, aient été érigées sur les « lignes d’or », montre que l’Atlantide a participé à la naissance des civilisations. Ils auraient ainsi favorisé l’émergence de grandes civilisations de Sumer, d’Egypte, de l’Indus, de la Grèce.

Lire la suite des propos de Alain Moreau ici…. 

Publié dans:ATLANTES |on 2 avril, 2012 |Pas de commentaires »

Invitation FORUM de discussion

 BONJOUR A TOUS ET TOUTES !

Invitation FORUM de discussion dans 2007 - PREDICTIONS 150157_979163764_coeur-rouge_H224046_L

Pour ceux qui apprécient ce blog et les autres, vous pouvez nous rejoindre sur Le forum que je viens de créer, c’est un nouvel espace de discussion supplémentaire et complémentaire….

Voici son adresse : http://devantsoi.forumgratuit.org/        

       Venez nombreux ! Je serai heureuse de vous y accueillir !

Vous pourrez toujours reprendre des éléments contenus sur ce blog afin de pouvoir en discuter ensemble sur le forum !

Je vous dis donc à TRES BIENTOT !

877c29ca dans 2008 - PREDICTIONS

La Légende de l’Atlantide


 Qu’une civilisation grandiose ait pu exister et disparaître subitement, voilà qui a de quoi fasciner. Un nom, l’Atlantide, résume cette histoire ou ce rêve. Le mot évoque une île mystérieuse, baignée par les rayons d’un chaud soleil, et un peuple, fondateur d’une culture brillante et éphémère. 

Au IVe siècle avant notre ère, le philosophe grec Platon est le premier à mentionner l’existence de l’Atlantide. Par la suite, la cité fabuleuse inspire divagations et utopies. 

* Le témoignage de Platon :

La Légende de l'Atlantide dans ATLANTES 220px-Greatrift Vers 355 avant notre ère, deux dialogues de Platon, le TIMEE et le CRITIAS, fondent le mythe de l’Atlantide. Dans le TIMEE, Critias, parent de Platon, raconte une histoire qu’il tient de son grand-père, qui l’a lui même reçue de son père, ce dernier l’ayant entendu raconter par le sage grec Solon. Alors que Solon se trouve en Egypte, aux environs de 590, un prêtre du temple de Saïs lui fait la confidence suivante : 9000 ans plus tôt existait une île dénommée l’Atlantide,  » sortie de la mer Atlantique « , située au-delà des Colonnes d’Hercule (aujourd’hui Gibraltar), et  » plus large que la Libye et l’Asie réunies  » (pour les grecs de l’époque, il faut entendre le nord de l’Afrique et l’Asie Mineure). Il était alors possible de passer de cette île à d’autres et de gagner un continent qui s’étendait en face de celles-ci (l’Amérique ?). 

L’histoire du peuple qui habitait cette île est la suivante. Les rois atlantes, puissants et prospères, animés de visées expansionnistes, conquirent les rives de la Méditerranée, s’emparant notamment de la Libye et de l’Egypte et s’enfonçant en Europe jusqu’à la Tyrrhénie (Italie occidentale). Mais ils furent finalement repoussés et vaincus par les Athéniens. Peu après, des tremblements de terre gigantesques et des cataclysmes se produisirent, et la fière Atlantide fut engloutie. 

Dans le CRITIAS, le philosophe donne plus de renseignements sur l’Atlantide. Après la création du monde, les dieux se partagèrent celui-ci et Poséidon, souverain de la mer, reçut l’Atlantide. De son union avec une mortelle, Cleito, il eut dix fils, et chacun hérita d’une partie de l’île. Atlas, devint le roi et reçut la meilleure et la plus grande des régions. L’île était très riche et bénéficiait d’importantes ressources, tant agricoles que minières. Les sages qui la gouvernaient y faisaient régner le bonheur le plus parfait, distribuant méthodiquement le travail. 

300px-Atlantis_map_kircher dans ATLANTESL’Atlantide se divisait en districts. Les nombreux canaux qui la sillonnaient, convergaient vers sa capitale, de forme circulaire. Au cœur de celle-ci se dressait la résidence royale, ancienne demeure du dieu de la Mer. C’etait une citadelle de forme également arrondie et d’un diamètre d’environ cinq kilomètres. Des anneaux concentriques de terre et de mer, reliés entre eux par des tunnels et des ponts, composaient cette acropole. Elle abritait les temples, les palais et les édifices publics ainsi que les champs de course. Le plus formidable des temples etait celui dédié à Poséidon. Ses façades extérieures étaient entièrement couvertes d’argent et ses toits étaient plaqués d’or. A l’intérieur, les voûtes étaient en ivoire ciselé incrusté d’or, d’argent et d’orichalque (métal assez mystérieux dont on peut supposer qu’il s’agit soit de cuivre, soit d’un alliage de cuivre et d’or). Le temple était orné de nombreuses statues tout en or. L’une surpassait toutes les autres, celle représentant Poséidon se tenant debout sur un char attelé de dix chevaux ailés, et d’une grandeur telle que la figure touchait la voûte de l’édifice. La description de Platon montre la richesse et la puissance de l’Atlantide. Le CRITIAS étant resté inachevé on n’en sait pas plus sur l’île. 

* Un prétexte pour des utopies 

Le texte de Platon est interprété aujourd’hui comme la première des utopies : une allégorie destinée à vanter les mérites de l’Empire athénien alors en décadence. Mais la cité idéale que décrit le philosophe est-elle purement imaginaire, ou la construction platonicienne repose-t-elle sur une tradition qui pourrait avoir des origines historiques ? Ce débat n’est pas encore clos. Les commentateurs antiques eux-mêmes semblent partagés sur le sens des dialogues platoniciens. Aristote, au IVe siècle avant notre ère, affirme que l’Atlantide n’est qu’un mythe. D’autre part, un disciple de Platon affirme avoir vu, à Saîs, les hiéroglyphes relatant l’histoire racontée à Solon. 

Selon Platon, l’Atlantide a disparu en un jour et une nuit, victime d’un cataclysme. Plusieurs auteurs, partant de l’hypothèse que l’île a vraiment existé, ont tenté sérieusement d’apporter une explication à cette disparition. La solution la plus évidente est celle de l’éruption d’un volcan, mais il est impensable qu’une explosion, même titanesque, ait pu engloutir totalement et en une journée une île de la taille de celle que Platon décrit dans le CRITIAS. Aussi certains commentateurs évoquent-ils l’hypothèse d’une gigantesque météorite qui serait tombée sur la Terre, entraînant le plus formidable raz de marée de l’histoire de l’humanité (une catastrophe dont le mythe du déluge garderait le souvenir). A moins qu’il ne faille voir dans la catastrophe évoquée par Platon qu’un effet littéraire destiné à dramatiser la chute éclair d’une civilisation brillante, la civilisation crétoise en l’occurrence, assimilée au déclin plus progressif d’Athènes. 

Au Moyen-Age, l’Atlantide est pratiquement oubliée. L’intérêt pour l’île engloutie renaît au siècle des grandes découvertes, certains auteurs se risquant à identifier l’Amérique à l’île platonicienne. Plus fréquemment, des philosophes reprennent le procédé du philosophe antique pour disserter sur la notion de cité idéale. A l’époque contemporaine, le mythe de l’Atlantide continue à alimenter utopies philosophiques et fictions romanesques. Au début du xxe siècle, l’écrivain Pierre BENOIT publie ainsi une Atlantide bientôt célèbre, où l’île mystérieuse est située en plein désert. Deux officiers s’y retrouvant retenus par la troublante Antinéa. 

Plus sérieusement, des archéologues et des spécialistes de la mer ont cherché à identifier le lieu. Pour les Grecs comme pour Cousteau, l’Atlantide ne serait autre que l’île de Santorin, située a 110 km au nord de la Crète. Elle est circulaire, et en 1500 avant notre ère, la Crète est à l’apogée de sa puissance. De plus elle est l’ennemie d’Athènes et pratique le culte du taureau comme le font les Atlantes. Mais en 1470 avant notre ère, le volcan de Santorin explose brutalement. L’éruption s’accompagne d’importants tremblements de terre, de pluies de cendres et d’une vague formidable de plusieurs dizaines de mètres de haut. C’est cette vague qui dut s’abattre sur la Crète, détruisant sa civilisation sans retour. Onze cent ans après la catastrophe, Platon a-t-il confondu dates et lieux, l’île ensevelie et la culture crétoise sinistrée ? Ou a-t-il délibérément mêlé des évènements historiques et une tradition légendaire pour forger une allégorie à portée politique et morale ? Les deux hypothèses sont également plausibles.

Publié dans:ATLANTES |on 16 mars, 2012 |Pas de commentaires »

L’Atlantide a existé !

Les sources « psychiques » ou « paranormales » valables sont unanimes : l’Atlantide a existé, elle se trouvait au niveau de l’océan Atlantique, et sa disparition définitive remonte à environ 12 000 ans.

.gifs  diversMalheureusement de nombreux spéculateurs ont placé le continent disparu (souvent réduit par eux à une simple île) dans les endroits les plus variés de la planète, à l’exclusion, bien sûr, de la bonne localisation, celle que je viens de donner. Ces localisations fantaisistes s’expliquent simplement par le rejet de la possibilité d’une civilisation « avancée » dans la prétendue « préhistoire » et par la prétendue impossibilité géologique de l’existence d’un continent disparu là où se trouve l’Atlantique. Dès lors les spéculateurs se sont donnés à coeur joie pour identifier la « terre atlante » à des contrées n’ayant strictement rien à voir avec ce qu’avait écrit Platon : « au-delà des Colonnes d’Hercule » (le détroit de Gibraltar), c’est-à-dire, bien sûr, dans l’océan Atlantique. Il y a une constante dans ces multiples localisations fantaisistes : elles se contredisent toutes, leurs promoteurs étant pourtant persuadés avoir raison, ce qui est plutôt pathétique ! Voici un premier exemple d’identification absurde, celui prôné par Jacques Hébert : l’île Socotra.

Fin 2003 est paru un livre dans lequel l’auteur identifiait l’Atlantide à l’île Socotra (ou Socotora), après le détroit de Bab el Mandeb (qui ferme la mer Rouge), au débouché du golfe d’Aden, porte de l’océan Indien !

L’auteur de cette « découverte », Jacques Hébert, commence par rejeter toute idée d’une disparition il y a 11.600 ans d’une Atlantide localisée au niveau de l’océan Atlantique, en reprenant les arguments de ses devanciers : il y a plus de 11.000 ans l’humanité vivait la fin du paléolithique, l’écriture et la métallurgie n’existaient pas, etc. Et le prêtre égyptien ne pouvait avoir cité à Solon le nom de l’océan Atlantique, car ce dernier n’était connu des seuls Egyptiens que quelques années avant la visite du Grec en Egypte.

Il se débarrasse de la date donnée dans le récit de Platon (9000 ans avant son époque) en recourant à l’échappatoire suivante (qu’il n’est pas le premier à utiliser) : il y aurait eu confusion entre 900 ans et 9000 ans, un zéro ayant été ajouté par erreur. Il évoque un contresens entre deux interlocuteurs ne parlant pas la même langue, l’erreur pouvant être recherchée dans les différences de transcription des systèmes numériques égyptiens et grecs. A moins que la mémoire de Solon ne l’ait trahi ! Et comme les Egyptiens disposaient dans leurs archives de renseignements très détaillés sur l’île ‘‘atlante’’, « il était clair que des marins venus d’Egypte avaient dû y débarquer dans des temps très anciens et y avoir été reçus pacifiquement »…

Dans son récit Platon ne dit presque rien des habitants atlantes. Cela s’explique, selon Jacques Hébert, par le fait que Solon et le prêtre égyptien connaissaient le peuple dont il était question.

Lire la suite des propos de Alain Moreau ici….

Publié dans:ATLANTES |on 17 février, 2012 |Pas de commentaires »

Notre Mère Marie : héritage des Atlantes

gif gratuit joie peinedélivrez  ce message à ceux d’entre vous qui sont encore en lutte :

 « Être chéri, il existe deux océans cosmiques à la fin du temps. L’un d’eux est l’océan de tes larmes non-encore versées. L’autre est l’océan cosmique de ta vie, cet océan originel de ton être. Viens t’asseoir aujourd’hui sur les rives de ton océan et regarde son eau. Regarde vers le large. Regarde seulement, ne fais rien.

Une sœur va venir, une prêtresse de la Lumière, et t’apportera son message. Il est le suivant : « Chaque fois que tu t’es battu(e), tu n’as pas pleuré. Chaque fois que tu as pleuré, tu ne t’es pas battu(e). « 

Ainsi, le guerrier de la Vie ne trouve pas son trépas sous la lame de son adversaire mais dans l’océan de ses propres larmes.

Aime-toi TOI-MÊME
avec la même infinie tendresse,
le même respect que ceux dont Dieu t’aime.

Alors, tu ne peux plus faire de différence
entre l’ami ou l’ennemi
et tu peux aimer ton prochain
véritablement comme tu t’aimes toi-même ».

Avec amour et profond respect envers vous tous
je suis avec vous, en vérité.
Je suis Saint Germain.

Et je suis Sabine, avec amour et compassion pour les processus de guérison
que cette leçon saura déclencher.
Envoyez-les moi les vagues sombres qui vous paraîtront trop lourdes.
Ainsi soit-il !

issu de : www. Kristallmensch.de Sabine Wolf Hannover, am 3. Februar 2007 : http://www.kristallmensch.net/id-04-lheritage-des-atlantes.html

 

Publié dans:ATLANTES |on 28 décembre, 2011 |Pas de commentaires »

Héritage des Atlantes

Le Christ Emmanuel : héritage des Atlantes
cette LUMIÈRE vivante, naguère crucifiée puis revenue a dit en 2002 :

 « Le Verseau verse l’eau rafraîchissante de la Vie sur la Terre en flammes. Il baptise l’Humanité au nom de Dieu et prépare l’ascension dans les sphères lumineuses, comme l’annonça Jean-Baptiste autrefois. Il vous délivre du froid et des ténèbres de l’hiver de l’âme et conduit votre âme, mûrie par les épreuves et la lutte intérieure, vers les forces ascendantes de l’Esprit divin.

Aqr bode.jpgAu début du printemps, les forces évolutionnaires de l’Esprit créateur modifient les fondements de votre vie, oui, elles les inversent, dans l’infime comme dans le grand. Tout ce qui comptait autrefois n’a plus de valeur maintenant. Tout ce qui descendait autrefois se trouve désormais en ascension. Tout ce qui tuait jusqu’à présent crée maintenant la vie.

C’est l’époque des plus grands troubles intérieurs et extérieurs, car l’Obscur humain en « remontée »  de 6000 années d’hiver percute à grande puissance la Lumière spirituelle descendante. C’est une période de bouleversements grandioses qui agissent jusqu’au plus profond des structures cellulaires de vos corps humains et qui ne laisse aucune pierre de vos anciens « échafaudages de vie » à sa place.

Si vous vous lancez dans l’aventure de l’Obscur du passé et de la Lumière nouvelle, si vous êtes véritablement OUVERTS, alors vous vivrez cette transition des temps et y participerez avec beaucoup de joie et de force, même si cela se produit de façon imprévue et à une vitesse souvent vertigineuse. Les âmes n’ayant pas encore acquis la maturité requise continueront de faire des expériences d’Obscurité : de maladie, de culpabilité, d’impuissance et de désespérance. Elles les créeront elles-mêmes et les subiront car elles ne croient en rien d’autre qu’en l’Obscurité.

Vous êtes ceux qui s’éveillent et dont l’aide aimante déploie, en ces temps, une grande force.
Celle-ci agit de manière élévatrice dans l’ensemble du cosmos – ce qui est imperceptible à l’échelle humaine. En vérité, le temps est venu où les agneaux et les loups boivent de nouveau à la même fontaine.

 

issu de : www. Kristallmensch.de Sabine Wolf Hannover, am 3. Februar 2007 : http://www.kristallmensch.net/id-04-lheritage-des-atlantes.html

 

 

Publié dans:ATLANTES |on 27 décembre, 2011 |Pas de commentaires »
1234

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3