Archive pour la catégorie 'ADN'

Une seule énergie durable, stable et quantique, sur la planète

 

Regardons une expérience qui date de plus de 10 ans, en Écosse. Il y avait un physicien et un médecin. Le médecin est le Dr Todd Ovokaitys, un collègue de mon partenaire. N’est-ce pas une coïncidence étrange ou un drôle de hasard, de voir que ces deux hommes se soient rencontrés au cours de leurs incarnations actuelles (sourire de Kryeon) ? Le physicien et le médecin ont été les premiers à co-développer un événement quantique, durable, cohérent, contrôlable et reproductible. Ils ont créé une énergie quantique durable [ sorte de "mouvement perpétuel"], qui peut être reproduite et utilisée à volonté. Ils l’ont fait en opposant des énergies laser et déphasées, à travers ce que nous appellerions « un arrangement quantique de lentilles holographiques ». Il s’est produit un changement du temps réel. Cette « soupe cohérente et quantique », bien que très petite, est contrôlable. Elle peut être recréée, manipulée et livrée à volonté.

LEE 2015

Ils ne sont pas les premiers Êtres Humains qui ont réussi à créer de l’énergie quantique sur votre planète. Cependant, ils sont les premiers qui ont réussi à le faire avec une formule précise, ce qui fait que cette expérience peut être répétée autant de fois que vous le souhaitez. Le premier Être Humain qui a réussi à le faire était Nikola Tesla. Hélas, il ne pouvait pas déterminer la formule précise pour ce faire, car il n’avait pas le support informatique que vous avez actuellement. Pourtant, avec toutes ses multiples expériences sur le magnétisme, il avait parfois vu la preuve de cette énergie quantique, mais il faisait tellement de « soupes différentes » qu’il ne se souvenait plus des sortes et de la quantité des ingrédients qu’il avait placés dans cette soupe.

Suite à cette expérience d’il y a 10 ans, ce médecin et ce physicien ont mis le facteur quantique en évidence, car ils ont appliqué leur découverte [ou recette de soupe quantique] à la biologie. Chaque fois qu’ils ont imprégné cette énergie dans un test ou une expérience biologique, ils ont obtenu une guérison ! Pensez-y. Selon vous, est-il possible – sur cette planète – que vous en arriviez à développer une sorte d’énergie qui, lorsque vous la dirigez vers quelqu’un, il guérisse ? Quelles sont les chances que cela se réalise ? C’est comme lancer mille fois les dés et toujours avoir des 6. Commencez-vous à percevoir l’image globale, le plan d’ensemble ?

Lorsque cette énergie quantique pourra être reproduite dans d’autres laboratoires, il y en aura qui vont chercher à en faire une arme (il en est toujours ainsi). Je peux vous affirmer que ce sera la première énergie spécifique dont il ne sera pas possible d’en faire une arme. Peut-on dénaturer une énergie et en faire une arme ? Cependant, dans le cas de l’énergie quantique, c’est impossible, puisqu’elle a une attitude de bienveillance, sans compter le fait que votre science physique et vos astronomes commencent à penser qu’elle est « peut-être » intelligente. Alors, que dites-vous de tout ceci ? Cela devrait vous faire voir qu’il y a quelque chose qui se passe dans les « hautes sphères de la physique ». Quelque chose qui va bien au-delà des règles, lois et attributs de la matière.

Avec le temps, le facteur quantique sera éventuellement découvert, sur cette planète. Lorsque ce sera chose faite, il sera très controversé, puisqu’il ira à l’encontre de la logique 3-D et de la façon dont les choses fonctionnent, selon la méthode scientifique. La réalisation de cette oeuvre a été difficile. Les âmes expérimentées qui sont en face de moi, ou en train de lire ces lignes, se sont dévouées, pour que l’humanité puisse enfin constater la présence de cette énergie incroyable. Elles ont pataugé pendant de multiples réincarnations, afin de réaliser cette bénédiction bien méritée. Si, en tant que scientifique, vos recherches et expériences vous donnaient l’impression qu’il y a une sorte de chose, une force ou une énergie qui semble « penser par elle-même », que feriez-vous ? Si, le magnétisme, la gravité et la lumière, pouvaient être harmonisés d’une manière quelconque, afin que cet agencement puisse créer des guérisons, sans jamais devenir une énergie destructive, que feriez-vous ? Ce phénomène va provoquer la redéfinition d’une partie des forces fondamentales de l’Univers. La planification intelligente est seulement le premier phénomène de cette force ou de cette énergie intelligente. Pourtant, même aujourd’hui, les astronomes et physiciens pensent encore qu’il s’agit d’une anomalie.

Cette dite « anomalie » sera la prochaine grande découverte sur votre planète. Elle vous était inaccessible parce qu’il fallait que le niveau de conscience soit plus élevé, afin que la compréhension 3-D puisse réaliser sa présence. Lorsqu’une planète atteint le niveau de conscience où elle peut découvrir l’énergie quantique, elle est en mesure de l’utiliser. Si vous alliez sur l’une de ces planètes, vous sauriez que vous pouvez rencontrer des entités qui ont un haut niveau de conscience. Pourquoi nous aurions-vous parlé de tout ceci, avant que des entités incarnées – sur votre planète – aient atteint ce niveau de conscience ? Ç’aurait été une perte de temps, en plus de, peut-être, créer des frustrations. Sachez que le facteur quantique contient le secret des voyages interplanétaires, car ceux-ci ont de multiples enchevêtrements, des états qui semblent inextricables. Il y a de nouvelles manières d’agir, qui sont fonctionnelles, mais vous n’y aviez jamais pensé auparavant, car votre niveau de conscience n’était pas assez élevé. Vous pouvez désormais jeter vos « navettes spatiales ». Vous êtes sur le point de franchir un grand pas – dans ce domaine.

L’ADN est une force quantique

Passons maintenant à l’infiniment petit. Il y a plus de 10 ans, Vladimir Poponin, un scientifique russe, a utilisé la lumière, lors d’une expérience sur une molécule d’ADN. Grâce à cette expérience ou test de laboratoire, il a découvert un champ multidimensionnel, autour de la molécule d’ADN. La lumière s’est modelée par elle-même, dans une équation mathématique (onde sinusoïdale), en présence de l’ADN. Il a découvert que l’ADN avait un champ quantique. En outre, ce champ quantique était en quelque sorte, rempli d’informations. Si l’ADN n’avait pas été présent, comment le modèle du champ lumineux aurait-il pu se transformer en une onde sinusoïdale ? N’oubliez pas que ces informations proviennent d’un biologiste quantique, non pas de Kryeon. Pourtant, nombreux sont ceux qui doutent que cette expérience se soit déjà réalisée, car elle montre quelque chose qu’aucun Être Humain n’avait pensé ou espéré. Il y en a d’autres qui ne veulent tout simplement rien savoir du fait que ce vrai biologiste quantique ait réalisé une telle expérience ! Ils ont choisi de reléguer toutes ces informations aux oubliettes du Nouvel-Âge, au lieu de la science. Il est toujours intéressant de constater ce que les Êtres Humains font avec la science, n’est-ce pas ? Si ça ne cadre pas avec le modèle 3-D de leur réalité, alors ils nient son existence.

Lorsque le génome humain a été complètement transcrit, chaque particule chimique a été vue ou identifiée. Les chiffres sont mirobolants, car, dans une molécule, trop petite pour être vue sans un microscope électronique, il y a plus de 3 milliards de particules chimiques ! La double hélice est plus complexe que vous ne le pensez. Cette molécule est assez petite pour être qualifiée comme faisant partie de l’état quantique, et Vladimir Poponin a montré qu’il avait fait un champ autour d’elle, même s’il y avait une seule petite molécule d’ADN.

Ceux qui ont créé le Projet Génome Humain ont voulu savoir comment les 3 milliards de particules chimiques de l’ADN créent plus de 26 000 gènes dans le corps humain. Sachez qu’il y a plus de gènes que cela, mais j’utilise les chiffres des scientifiques au lieu des miens. C’est ce qui les intéressait. Ils n’ont pas vu l’état quantique de l’ADN, même si, dans la science relative à l’ADN, la logique crie de toutes parts qu’elle se doit d’être quantique. Ce n’est pas ce qu’ils cherchaient. Au lieu de cela, ils ont compté les particules chimiques et cherché des codes. Ils les ont trouvés, dans un arrangement très bizarre.

Ils ont découvert que dans les 3 milliards de particules chimiques de la double hélice d’ADN, tous les gènes étaient créés dans les parties des protéines codées de l’ADN. Trois et demi pour cent de l’ADN créait tous les gènes. Plus de 90 % de la composition chimique de l’ADN semblait être aléatoire. Il semblait complètement inutile, selon ce qu’ils pouvaient voir ou comprendre. Même à ce jour, la science ne voit pas ce qui est évident ; c’est-à-dire que le 90 % est quantique et le 3,5 % est linéaire.

Aujourd’hui, vos physiciens quantiques ont souvent affaire à dix dimensions, plus le temps (11 dimensions), dans le genre le plus populaire de la physique multidimensionnelle ; la théorie des cordes [string theory]. Si vous leur demandez à quoi ça ressemble, les réponses contiendront des mots tels que : chaos, arrangement aléatoire, etc. C’est ainsi que fonctionnent les champs quantiques. Ils sont pleins de potentiels, au lieu d’être « pleins de lois et règles absolues ». En outre, ils varient selon une foule de facteurs… Incluant celui de la conscience des Êtres Humains. Un jour viendra où l’on réalisera qu’il y a une forte possibilité que l’ADN soit dans un état quantique, même si c’est une molécule biologique. Ceci va aller à l’encontre de la loi de « volume ou taille », dans l’état quantique. L’ADN est majoritairement quantique, et il a également un effet sur le spin [rotation] des atomes qui entrent dans son champ. Ensuite, la prochaine question sera :  » Quelles sont les informations contenues dans le 90 % d’ADN qui est quantique? »

Nous arrivons maintenant à la vérité de base, n’est-ce pas ? Alors, je vais vous la dire. La partie quantique du 90 % de l’ADN est deux choses à la fois. Elle est pleine d’informations ésotériques et intemporelles. C’est le modèle original et quantique de tout ce que vous avez été et de tout ce que vous êtes, depuis votre première incarnation sur cette planète. Votre ADN individuel contient des séries d’instructions utiles à votre incarnation actuelle, puisque chaque incarnation individuelle a été enregistrée dans votre propre cristal des Archives akashiques. L’on pourrait dire que c’est la semence de l’empreinte créatrice et bienveillante de toute la Création elle-même. Tous vos talents sont là : expériences de vie, connaissances, sagesse, etc., même si ces choses ne sont pas visibles ou actives dans votre incarnation actuelle. Toutes les prédispositions à X, Y ou Z sont enregistrées là. Bref, les instructions de chaque cellule-souche sont là.

Vous êtes-vous déjà demandé à quel endroit les cellules souche obtenaient l’information nécessaire à la « fabrication d’un corps humain » ? Cette information provient du 90 % de l’ADN qui est quantique. Pourquoi est-ce qu’un ADN quantique individuel crée-t-il un corps physique plus faible ou plus fort que les autres ? Pourquoi est-ce qu’il y a des prédispositions pour certaines maladies, dès la naissance ou un peu plus tard ? Je vais maintenant vous donner des informations à ce sujet. Ainsi, vous serez en mesure de comprendre ce qui suivra. Ce sera peut-être l’attribut le plus important de l’information biologique que nous ayons jamais présentée.

KRYEON – sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/ Extraits du channeling « Le facteur quantique – La physique avec une attitude », 10 avril 2011 - 

Publié dans:ADN, CHANNELING, ENERGIES, MAITRISE |on 17 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

L’effet de l’esprit sur le corps

Le secret de cette empreinte biologique serait niché au cœur de nos cellules, là où les effets du stress perturbent l’organisme en s’attaquant à l’ADN. Ce pouvoir étrange de l’esprit sur le corps, la biologiste australo-américaine Elizabeth Blackburn, prix Nobel de médecine 2009, et Elissa Epel, psychiatre à l’université de Californie, l’ont montré en 2004 en comparant l’ADN de mères d’enfants en bonne santé à celui de mères d’enfants atteints d’une maladie grave et chronique, comme l’autisme ou un handicap moteur et cérébral. Eh bien, chez ces dernières, soumises au stress psychologique chronique, l’ADN présente des signes de vieillissement précoce… Comme s’il était « rongé » par l’angoisse.

adn-emotions

Plus précisément, c’est l’extrémité des chromosomes qui est atteinte. En effet, au cœur des cellules, l’ADN est condensé sous forme de chromosomes, à l’extrémité desquels se trouvent des « capuchons » appelés télomères qui les protègent de l’érosion au fil des divisions cellulaires. Cependant, ils raccourcissent progressivement au fur et à mesure que la cellule vieillit. Or, chez ces mères angoissées, les télomères sont anormalement courts, reflétant un vieillissement accéléré de 9 à 17 ans ! « Nous observons ainsi un lien direct entre les émotions et ce qui se passe dans la cellule, précise Elissa Epel. Et nous avons aussi constaté que lorsque le niveau de stress diminue la longueur des télomères augmente ! » Comment le stress pourrait-il raccourcir les télomères ? « On ne comprend pas encore le mécanisme, reconnaît Elizabeth Blackburn. Nous cherchons du côté des interactions entre le cortisol, l’hormone du stress, dont le taux élevé est associé à une réduction de l’activité de la télomérase, la molécule chargée de l’entretien des télomères. »

Fixés aux extrémités de chaque chromosome, les télomères raccourcissent progressivement au fil de l’âge. Mais un stress chronique peut les réduire de manière anormale, jusqu’à accélérer le vieillissement cellulaire de plusieurs années.

Un résultat fascinant

Les changements de méthylation temporaires sont visibles sur l’hippocampe d’un rat soumis à un stress important. A dr., les groupements méthyles, en noir, sur les gènes des neurones, ont disparu.
Mais ce n’est pas tout. Car non content de s’attaquer aux télomères, l’état de stress inscrit sa marque directement sur nos gènes, modifiant de façon ciblée et durable certains de nos comportements. Cette action relève d’un phénomène biologique dont l’importance se dévoile de plus en plus aujourd’hui : l’épigénétique, terme désignant les modifications chimiques qui affectent l’ADN, autres que les mutations qui touchent la structure même de la molécule. Ces modifications épigénétiques sont comme de petites « étiquettes » – des groupements méthyles – qui indiquent à la machinerie cellulaire quels gènes elle doit utiliser ou, au contraire, ignorer. A la clé ? La méthylation empêche physiquement l’expression des gènes en se plaçant sur l’ADN (voir infographie).

Or, les biologistes constatent que stress et traumatismes psychiques entraînent des erreurs d’étiquetage épigénétique dans la zone cérébrale qui gère les émotions, l’hippocampe… Une équipe menée par Michael Meaney, à l’université McGill (Canada), l’a montré en 2004 en comparant le cerveau de bébés rats cajolés par leur mère à ceux de ratons délaissés. Le délaissement induit des modifications épigénétiques qui bloquent le gène utilisé pour produire le récepteur aux corticoïdes dans l’hippocampe. Or, ce récepteur contrôle la réponse au stress en réduisant le taux sanguin de cortisol, l’hormone libérée en cas de stress. En clair, les rats délaissés possèdent moins de récepteurs au cortisol, et sont alors moins armés pour faire face au stress. Perpétuellement angoissés, ils souffrent de troubles de la mémoire et d’un comportement dépressif. Même à l’âge adulte, le moindre dérangement prend chez eux des proportions alarmantes…

Ces deux souris Agouti sont dotées d’un gène de la couleur du pelage identique. Selon le degré de méthylation de ce gène, lié au stress, l’une est jaune, avec même une susceptibilité à l’obésité, et l’autre brune et sans problème de santé.

Ce fascinant résultat peut-il être extrapolé à l’homme ? Oui, répondent les mêmes chercheurs qui, en mars 2009, ont publié les résultats de l’analyse du cerveau de personnes décédées par suicide, certaines ayant été victimes de sévices sexuels dans l’enfance, d’autres non. Chez celles ayant subi des abus, le gène du récepteur aux corticoïdes est bloqué par une méthylation de l’ADN des neurones… de l’hippocampe, tout comme chez les rats abandonnés. «Ces personnes ont donc naturellement un taux de cortisol élevé, ce qui est souvent associé à un état dépressif majeur », explique Moshe Szyf, l’un des auteurs de l’étude. Ainsi, en affectant les gènes qui permettent de lutter contre les tensions, les traumatismes précoces altèrent durablement la capacité à surmonter les difficultés, favorisant le risque suicidaire.

Depuis deux ans, les études qui confirment le rôle de l’environnement et du vécu dans l’apparition des troubles mentaux se multiplient. En 2008, des chercheurs canadiens du Centre de l’addiction et de la santé mentale, à Toronto, ont comparé le cerveau de personnes atteintes de schizophrénie ou de troubles bipolaires à celui de témoins. Chez les premières, 40 gènes présentaient une méthylation anormale. Or, ces gènes s’avèrent pour la plupart impliqués dans le développement cérébral ou la transmission des messages entre les neurones.

Certes, les scientifiques sont encore loin de pouvoir faire la part du biologique dans les maladies psychiatriques. Mais certaines données sont troublantes : c’est parfois en remontant très loin dans l’histoire d’un individu, avant sa naissance, que l’on trouve la « source » de la maladie. Ainsi, en 2008 également, une étude danoise menée sur 1,38 million de femmes a montré que le fait d’être confronté à la maladie ou au décès d’un proche juste avant ou pendant la grossesse augmente de 67 % le risque de schizophrénie chez l’enfant à naître. En outre, lorsqu’une femme est dépressive ou anxieuse pendant sa grossesse, le bébé a tendance à présenter un marquage épigénétique anormal sur le gène du récepteur aux corticoïdes. Avec pour conséquence un nourrisson au taux de cortisol élevé, très sensible au stress. La preuve que nos gènes gardent la cicatrice des événements vécus avant même la naissance ! 

« Je pense que la plupart des maladies chroniques comme l’asthme, le cancer, le diabète, l’obésité et des maladies neurologiques (autisme, troubles bipolaires, schizophrénie) résultent en partie d’une mauvaise régulation épigénétique lors des premiers stades de développement », estime Randy Jirtle, directeur du laboratoire d’épigénétique à la Duke University, aux Etats-Unis. Alors que le génome d’un individu reste très stable au cours de sa vie, l’ensemble des marques épigénétique qui régulent l’expression des gènes – son « épigénome » – varie constamment, en réaction aux variations extérieures… Et c’est justement son rôle : « L’épigénome est une interface entre nos gènes, qui sont statiques, et notre environnement, variable », explique Randy Jirtle. Ainsi, la « partition »génétique reste la même, mais son interprétation peut varier au cours de la vie, en fonction de son marquage épigénétique.

Liaison_cosmique

Des empreintes positives

Mais alors, si le marquage épigénétique est dynamique, serait-il réversible ? L’expérience de chercheurs de l’université Rockefeller, à New York, le laisse penser. Ils ont réussi en novembre 2009 à « annuler » les effets épigénétiques causés par le stress dans le cerveau de souriceaux, en leur donnant… du Prozac, un anti-dépresseur. Mieux, la trichostatine A, un médicament proche du valproate, utilisé pour réguler les troubles de l’humeur dans certaines psychoses, a permis de supprimer le marquage épigénétique anormal et de corriger le comportement de rats adultes ayant été négligés par leur mère à la naissance.

En outre, les émotions positives peuvent heureusement, elles aussi, laisser leur empreinte. En 2008, des travaux menés au Massachusetts General Hospital ont montré que huit semaines de relaxation suffisaient à modifier l’expression de plusieurs centaines de gènes, selon un profil totalement opposé à celui induit par le stress. Par ailleurs, une nouvelle étude menée à l’université de Saarland, à Hambourg, vient de montrer que l’activité physique ralentit le raccourcissement des télomères dans les globules blancs. De son côté, Elissa Epel lance une étude pour étudier les effets de la méditation sur la longueur des télomères.

« En fait, le message de l’épigénétique est optimiste. Ses empreintes peuvent être inversées, et nous cherchons maintenant à utiliser des médicaments agissant sur ce marquage pour soigner les maladies mentales », explique Moshe Szyf. Il y a aussi des chances pour que le soutien social et psychologique suffise à corriger le marquage épigénétique chez les personnes à risque ». Ainsi, contrairement à ce qu’affirmaient les scientifiques dans les années 1990, nous ne sommes pas uniquement le produit de nos gènes. Nos expériences, nos émotions, nos actions façonnent l’expression de ces gènes en permanence. Avec la certitude que rien n’est irrémédiable.

Extrait de Marine Corniou pour Source-Ressources et Science et Vie  www.source-ressource.com

Publié dans:ADN, ESPRITS |on 17 août, 2015 |1 Commentaire »

Les Particules Adamantines

Dans Le Processus D’ascension

Rosanna Narducci – CHRIST’AL CHAYA – chez Debowska Productions : www.debowska.fr

Image de prévisualisation YouTube

Depuis 2010, des particules subatomiques, provenant du Grand Soleil Central Sirius, descendent périodiquement vers la Terre. Ces particules adamantines encodées par les civilisations avancées, nos frères des étoiles, contiennent une multitude d’informations, visant à guérir les parties de nous qui résistent aux changements de conscience et qui ont du mal à s’adapter à la nouvelle matrice de la terre. Ces particules informées ont pour rôle d’augmenter le rayonnement de notre part christique et de nous libérer des conditionnements et limitations reçus des familles involutives, mais les programmes d’Ascension qu’elles contiennent demeurent en partie inopérants.

En effet ces particules subatomiques transportent avec elles des structures d’origine galactique que notre corps physique ne reconnaît pas et n’arrive pas à métaboliser, alors ces structures stagnent notamment dans les corps émotionnel et mental.Lors de cette transmission, le Maître Christ’Al Chaya nous présentera les grandes stratégies d’intégration des particules adamantines, élaborées par les Grands Instructeurs de la Fraternité Dorée d’Orion. Parmi ces stratégies, nous trouvons les 3 Portails de Rédemption et le Portail de Solarisation du Mont Shasta, ainsi que les Sceaux d’Unité Quantique.

Ces Sceaux divins ont pour fonction de ré-initialiser les encodages de la structure mère de nos cellules, afin d’y réhabiliter nos codes matriciels originels. Ils ré-informent les URIM et THUMMIM, les éléments cristallins situés au cœur de la cellule d’ADN. Ces Sceaux participent activement à la guérison de nos extensions en souffrance et à la libération de nos résistances aux changements de fréquences de la nouvelle grille magnétique de la Terre.

images (2)

Rosanna Narducci Est le channel de Christ’Al Chaya.  
Elle est auteure des CONCLAVE, aux éditions Ariane,  http://editions-ariane.comRetour   
tome I : 11:11:11  
tome II : 2012, l’avènement de la race solaire 
tome III : la nouvelle Arche d’Alliance

Elle anime également des conférences et séminaires où elle retransmet en channeling, les enseignements de Christ’Al Chaya, parmi lesquels : l’Ascension, selon la voie des Melchisedech et les Sceaux d’Unité Quantique, 

Retrouvez les différents enseignements de Christ’Al Chaya sur l’agenda du site :Retour ligne automatique www.christalchaya.com

Par Debowska Productions : www.debowska.fr  – http://www.debowska.fr/les-collections/nouvelle-humanite/

Publié dans:ADN, ASCENSION |on 5 août, 2015 |Pas de commentaires »

ADN et cicatrices génétiques

 

L’association entre maltraitance infantile et certaines pathologies adultes résultent d’une modification chimique de l’ADN. C’est ce qui a été récemment démontré par  le groupe de recherche du Professeur Alain Malafosse, du Département de psychiatrie de l’UNIGE (Université de Genève), en collaboration avec le Département de génétique et de développement, dont les travaux sont publiés dans la revue Transnational Psychiatrie.

http://www.dailymotion.com/video/xci77k

 

La biologie moderne, spécialement la génétique, étudie depuis longtemps l’ADN. La théorie TGD ou géométro-dynamique topologique  du physicien finlandais Matti Pitkänen qui établit un lien entre la physique et la conscience ; la théorie sur les champs morphogénétiques  biologiste britannique Rupert Sheldrake ; les observations du biologiste moléculaire,  Dr Pjotr Garjajev et de son équipe de chercheurs interdisciplinaires de l’Académie des Sciences de Moscou, qui démontrent que l’ADN communique dans l’univers ; les résultats des expériences de Gregg Braden qui montrent que la forme de l’ADN change en fonction des états émotionnels de l’expérimentateur ; apportent une autre vision de l’ADN.

Contrairement à ce que l’on nous a raconté pendant des années, les codes existant dans l’ADN, ne sont pas seulement utilisés pour construire des protéines dans notre corps, mais plutôt pour l’hyper communication. Comme ont pu l’établir les savants russes, le langage et les langues sont des éléments majeurs du processus. ADN et langage seraient les deux termes d’une relation réciproque, et l’ADN réagirait au langage.

Les expérimentations scientifiques corroborent ce que traditions ancestrales et enseignements ésotériques ou spirituels transmettent depuis des éons.

L’essentiel est de savoir que ces traces ou cicatrices au niveau de l’ADN, responsables de dysfonctionnements ou de maladies,  peuvent s’effacer, comme l’indique la journaliste en fin de reportage. C’est ce qui est proposé entre autres, durant les formations Shamballa MDH™, et tout particulièrement durant les 4 jours du stage Maître Praticien Shamballa 13D, qui comprend nettoyages, activations, reprogrammation de l’ADN.

téléchargement  

« Tout ce qui est, n’est que parce qu’il communique avec le tout.
Rien n’existe en soi, individuellement ;
Tout a son existence dans l’autre » 
Dalaï Lama

Publié dans:ADN, VIDEOS à voir |on 23 juillet, 2015 |Pas de commentaires »

Notre ADN Pléiadienne

 

pleiades ADNLorsque les Pléiadiens sont venus sur la Terre pour la première fois, il y a approximativement 200 000 ans, l’humanité y formait un groupe comme toutes les autres espèces en évolution. Le mammifère humain possédait une variété de formes. Comme chez les autres mammifères d’aujourd’hui, la variété assurait la survie. Il y avait 26 types d’humains, mais il n’en restait plus que 17 (résultat du processus d’évolutif normal) quand les Pléiadiens sont arrivés ici. Pour ensemencer la planète, ils devaient modifier l’ADN humain pour y introduire le complément spirituel qui leur était propre. Il fallait que l’humanité finisse par ne comporter qu’un seul type d’humain, celui qui existe aujourd’hui, et que cette espèce possède aussi « l’ADN du cosmos ».

Ce type d’humain diffère de tous les autres mammifères terrestres, que vous l’ayez remarqué ou non. C’est ce que vous êtes aujourd’hui. Vous êtes donc le produit d’une évolution unique. En vous donnant une partie de leur ADN, les Pléiadiens ont créé un humain de 23 chromosomes, tandis que les mammifères classiques en possèdent 24. Au cours du processus, plusieurs choses se sont produites simultanément.

Quand un agriculteur veut cultiver du maïs, il ne voit pas les choses de la même façon que l’individu qui va le manger. Le consommateur demanderait ceci : « A quel moment le maïs sera-t-il prêt à déguster » ? On lui répondrait alors : « Quand les épis seront à maturité. Alors, on les récoltera, on les fera cuire e ton les servira sur la table ». Voilà ce que serait l’histoire du maïs pour le consommateur. Elles commencent à la récolte des épis mûrs. Cette histoire est différente pour l’agriculteur. Ce dernier se mettra à observer le champ qu’il doit d’abord labourer et fertiliser, et don t il doit peut-être retourner la terre quelques fois pour qu’elle contienne suffisamment d’azote. Peut-être qu’il plantera les graines et qu’il remettra les semis dans le sol après leur éclosion. Voilà quelle serait l’histoire du maïs pour l’agriculteur.

Il y a donc au moins deux questions et deux scénarios. A quel moment commence le maïs ? Le consommateur donne une réponse et l’agriculteur en fournit une autre. Quelle est la bonne ? Tout dépend de qui pose la question : le consommateur ou le producteur ? Voici maintenant une troisième question : quel est le concepteur (créateur) du maïs ? Qui a fait le maïs ? Quand ?

Historiquement, cette « création d’un seul type d’humain » a également déclenché le moteur ésotérique de la vie spirituelle sur cette planète. Vous pouvez mesurer l’énergie de l’âme, l’énergie quantique de la spiritualité liée à Gaia. C’est là le travail que vous effectuerez aujourd’hui en tentant de retracer l’histoire de la spiritualité et la motivation du créateur de ce système. La conscience humaine est de l’énergie quantique et elle est la somme de toutes les âmes.

Transportons-nous maintenant 90 000 ans en arrière. L’être humain possède 23 chromosomes, ceux des Sept Sœurs. Il a fallu 50 000 ans de plus pour que cet humain se développe et devienne un être sensible et quantique pouvant créer une civilisation sans modèle organisationnel antérieur. Pour ce faire, il faut des générations d’essais et d’erreur, même si cela vous semble normal aujourd’hui. Tout cuisinier sait qu’il faut du temps pour cuire un mets de qualité. sans recette ni formation, combien de temps faudrait-il à un humain ne connaissant rien à la cuisine ni aux ingrédients alimentaires pour créer un vrai repas de gourmet de sept plats rien qu’en faisant des essais et des erreurs ? C’est la même chose. Au début de l’humanité, l’évolution n’était pas aussi rapide qu’aujourd’hui car on apprenait à peine à faire fonctionner ensemble un groupe d’humains.

C’est ainsi que s’acquiert la sagesse et le temps constitue le four où cuit le mets de la connaissance. La conscience mise en place par les Pléiadiens dans un humain à 23 chromosomes a créé le développement, de sorte que chaque génération est devenue plus sage que la précédente. Finalement, bien après la disparition de la Lémurie, l’ADN humain a acquis l’efficacité qui’l possède aujourd’hui : la divinité humaine est reconnue presque à la naissance, et plus de 80 % d’une population de quasiment sept millions d’individus [la civilisation actuelle] croient au même Dieu et même à la vie après la mort.

Très chers, un éveil se produit à l’heure actuelle sur cette planète chez vos frères et sœurs qui ont gravi et dévalé ces collines autrefois. Plusieurs des vieilles âmes d’aujourd’hui ont vécu ici et se trouvent à présent partout sur la planète.

Un groupe spécial de Lémuriens pouvaient utiliser régulièrement le Temple de la Régénération (au sommet de la montagne). Leur vie en fut longuement prolongée. J’an parle depuis des années. Ils étaient la royauté et les « gardiens des secrets ». Ils vivaient jusqu’à trois fois plus longtemps que les autres Lémuriens, mais il le fallait car ce sont eux qui possédaient le savoir originel. C’était une façon de préserver la tradition et la pureté de l’information.

Mon partenaire Lee Carroll est passé plusieurs fois par le Temple de la Régénération, d’où son association avec Yawee (le docteur Todd ovokaitys). A titre de messager, il transportait l’information sacrée – les secrets – entre les temples. Les Lémuriens d’alors ne ovulaient pas révéler ces secrets à beaucoup de gens. Par conséquent, mon partenaire a vécu très longtemps. Il a continué à se régénérer dan les temples aussi souvent que ceux qui formaient la royauté. Ce messager a passé plusieurs existences ici et il avait toujours froid. Aujourd’hui pour la première fois, j’ai dit à mon partenaire pourquoi il revient toujours ici, pourquoi il est si attaché à ce pays… et pourquoi l n’aime pas le froid.

Gaîa et les grilles de conscience de cette planète ont été créées en même temps que vous, par la même énergie et depuis la même source.

Si vous avez lu comme moi tous les livres de Kryeon, que vous pourrez d’ailleurs trouver ici, sur mon autre blog : http://bibliothequecder.unblog.fr/search/KRYEON  vous vous souvenez sans doute que Lee Carroll s’était réjoui en voyant la page couverture de l’édition de de janvier 2000 du magazine Scientific American. Il l’a même incluse dans son tome VI, Franchir le seuil du millénaire (Editions Ariane). Pourquoi cette joie ? Je pense que le titre était plutôt éloquent :                         

« Nous n’étions pas seuls. Notre espèce a eu au moins 15 cousins.

Il ne reste que nous. Pourquoi ?

(Canalisation de Kyeon à Hawaïï : « La chronologie de la création » Onzième croisière de Kryeon.

Retranscrit par Francesca du Blog :  http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ADN, PLEIADES |on 19 juillet, 2015 |Pas de commentaires »

ADN et comportement quotidien

miracle

 

L’épigénétique démontre l’influence de nos comportements sur notre ADN

Pour celles et ceux qui ont déjà participé à un atelier New Paradigm MDT, et notamment la formation Maître Praticien-ne 13D, les propos de Joël de Rosnay au sujet de l’épigénétique et des 85% de « junk DNA » ou « ADN poubelle », ne feront que confirmer les informations transmises, et feront écho au travail énergétique effectué pendant le stage pour nettoyer et activer l’ADN.  Ainsi que sur la réappropriation et l’intégration de notre Maîtrise personnelle.

Pour d’autres personnes, cela peut-être une révélation et un encouragement à effectuer des transformations dans leur vie…

Image de prévisualisation YouTube

Pour en savoir plus : Maître Praticien 13D

 

Publié dans:ADN, VIDEOS à voir |on 19 juin, 2015 |Pas de commentaires »

Informer et activer son ADN

dieu fSans doute peut-il sembler étrange d’évoquer l’ADN dans un sujet consacré aux pensées, aux émotions et à la danse. Nous allons voir qu’il n’en est rien.

A une époque où tous ses collègues s’occupaient principalement du développement du projet de séquençage du génome humain et essayaient de savoir comment les gènes contrôlent les cellules, le docteur en biologie Bruce Lipton a, lui, choisi une autre voie et, en travaillant dès 1976 sur la culture des cellules-souches, il a étudié l’influence de l’environnement sur l’expression de la cellule. Il lui est apparu que le destin des cellules est contrôlé d’abord et avant tout par l’environnement dans lequel elles se trouvent.

De son propre aveu, ce fut une révolution et même un viol de ce qu’il appelle le dogme central, pilier de la biomédecine d’aujourd’hui, selon lequel le flux de l’information en biologie va de l’ADN à l’ARN jusqu’à la protéine. Et comme, toujours selon ce dogme, notre corps est formé de protéines, qui sont elles-mêmes codées par l’ADN, il en résulte que notre sort dans la vie est déterminé par les gènes que nous recevons dès notre conception. Vu sous cet angle, nous ne pouvons qu’être victimes de notre hérédité puisque nous ne choisissons pas nos gènes et que nous ne pouvons pas les changer. Le message de la science conventionnelle est donc que nous ne contrôlons pas notre vie et que nous pouvons toujours être victimes d’un mauvais gène.

Bruce Lipton pense que ce concept est totalement faux car il repose sur la physique newtonnienne s’exprimant dans la médecine.

Pour la physique quantique au contraire, qui s’intéresse aux particules, le fondement de l’univers n’est pas l’univers physique et mécanique mais une énergie invisible appelée champ. Elle affirme que c’est le champ qui contrôle la biologie. Einstein dit même que « le champ est l’âme qui gouverne l’action des particules ». Autrement dit, ce sont des forces invisibles qui donnent forme à la matière. En ce qui nous concerne, nous sommes certes des corps physiques mais nous baignons dans des champs magnétiques. Aussi, pour savoir pourquoi le corps est en bonne ou mauvaise santé, ce n’est pas seulement le corps qu’il faut comprendre mais aussi les forces invisibles qui le traversent, ce champ invisible que Max Planck a appelé la matrice. Étonnant, non ? C’est comme si, en définitive, la science n’avait rien fait d’autre, depuis quelques décennies, que d’introduire, réintroduire, enfin ! … un concept spirituel, celui des forces invisibles, dans le monde physique.

Non moins étonnant est le rapport que l’on peut établir entre la danse et la physique quantique. Participant, encore débutante, à mes premiers stages avec Malkovsky, je ne comprenais pas pourquoi il répétait sans cesse que ce que nous faisions avec lui (nos gestes, nos mouvements, nos pensées, nos émotions) influençait positivement les milliards de cellules de notre corps. Je ne comprenais pas à cette époque la relation qu’il pouvait y avoir entre le fait de faire rebondir une balle ou de la lancer en l’air, de tourner sur soi en dessinant des spirales, de tracer des courbes et des ellipses dans l’espace et les milliards de cellules qui constituent mon corps. Malkovsky avait, lui, saisi le rôle de la pensée, des émotions et de l’environnement sur l’être humain. Même si les probabilités qu’il ait connu la physique quantique à cette époque sont faibles, il devait savoir intuitivement que tous ces jeux servant de base au vocabulaire d’une danse, qu’il voulait libérée des codes de la danse classique permettent justement de se connecter à toutes les forces invisibles qui circulent dans la matrice, créent et animent les formes du vivant afin qu’elles puissent à nouveau influencer positivement nos cellules.

Par ailleurs, ce n’est sans doute pas un hasard si les cellules du corps ont une forme circulaire et l’ADN une forme de double hélice. Ainsi, lorsqu’en dansant on dessine ces figures, elles génèrent ce que l’on appelle des ondes de forme et il se produit un phénomène de résonance entre les formes identiques présentes dans le corps (microcosme) et celles de l’univers (macrocosme). Une telle résonance met alors les deux univers en cohérence et harmonise toutes les composantes du microcosme qu’est le corps avec le macrocosme. C’est en effet en se reliant de cette façon aux forces qui structurent et animent le vivant que l’être humain se met sous les influences les plus positives, donc bénéfiques pour lui. Agissant comme un baume apaisant, elles contrebalancent en lui les influences négatives que le subconscient et l’environnement familial ou sociétal sont susceptibles d’exercer. On peut noter que plus il y a de danseurs qui dansent ensemble, plus le ressenti est fort pour chacun car toutes les énergies micro-vibratoires créent une synergie, en l’occurrence ici un champ positif.

Le biologiste français Etienne Guillé rappelle lui aussi qu’il existe une catégorie d’ADN qui n’est ni l’ADN structurel servant à créer les cellules des différents éléments du corps ni celui qui sert à les faire fonctionner. Pour la plupart des scientifiques, cet ADN est une énigme et ils ne savent pas à quoi il sert mais Etienne Guillé pense qu’il donne une ouverture prodigieuse vers les différentes facettes du champ des forces cosmiques, source inépuisable de forces vives. Il affirme que, lorsque le contact s’établit avec le champ, on observe un véritable retournement du mode de fonctionnement de l’être humain. Il décrit les séquences de cet ADN comme participant alors à un ballet (oui !…).

L’être humain a donc le choix : soit vivre dans l’inconscience, c’est-à-dire (subir) sous la double influence de son subconscient et de son environnement immédiat (lesquels, rappelons-le, souvent responsables de malaises et de stress) et risquer de se maintenir sous des influences perturbantes et nocives susceptibles d’endommager les autres ADN et d’engendrer des maladies, soit entrer en contact avec la matrice, ce champ constitué par les forces invisibles qui modèlent l’univers, et laisser constamment la vie entrer en lui.

La danse Malkovsvsky mérite d’être essayée car elle donne l’opportunité à la fois de reprogrammer son subconscient en agissant sur l’interface qu’est le corps et de se connecter au champ des forces cosmiques, inépuisable source de vie.

Anne-Marie Bruyant
Professeur de Danse Libre, Mezy-sur-Seine, France
www.danse-libre.com

Anne-Marie Bruyant est l’auteure du livre «  La danse libre, sur les traces d’Isadora Duncan et François Malkovsky« , éd. Ch. Rolland

Publié dans:ADN |on 12 mai, 2015 |Pas de commentaires »

Un «aller-retour» au coeur de la Lumière

 

NDE, l’histoire de Mellen-Thomas Benedict

 

images (3)En 1982, je mourais en phase terminale d’un cancer. Les conditions dans lesquelles j’étais, étaient intolérables, et toutes sortes de chimiothérapies aggravaient mon état végétatif. Les médecins m’avaient donné huit mois à vivre. 

Dans les années 1970, je travaillais dans l’information et les crises que traversait la planète m’abattaient (nucléaire, écologie, …). Parce que je n’avais aucune recherche spirituelle, j’ai cru que la nature avait fait une erreur et que nous étions le cancer de cette planète. Je ne voyais aucune issue à tous ces problèmes que nous avions créés. Pour moi, chaque humain était une souche cancérigène. C’est ce qui m’a tué. Prenez garde à votre façon de considérer votre monde. Cela peut se retourner contre vous et particulièrement si cela est négatif. Mon regard sur le monde était très noir. Ce regard m’a conduit tout droit à la mort. J’ai tenté toutes les méthodes de guérison, mais rien n’a marché. 

Alors, j’en concluais que ceci était une affaire entre Dieu et moi. Avant cela, je n’avais jamais eu à affronter Dieu. Aucune spiritualité ne m’intéressait, mais malgré tout je commençais à m’informer sur cet univers et je m’orientais vers d’autres médecines. Je lisais tout ce que je pouvais à ce sujet. Je lisais tout sur les religions et les philosophies. Tout cela était fort intéressant et me donnait l’espoir qu’il y avait peut-être quelque chose de l’autre côté. J’entrais en soins intensifs. Je me souviens me réveiller chez moi à 4 heures trente du matin, et je savais alors ce qu’il en était. C’était le jour où j’allais mourir. J’ai appelé quelques amis afin de leur dire au revoir. J’ai réveillé l’infirmière afin de lui dire que c’était la fin. J’avais passé un accord avec elle et je lui avais demandé de ne pas me laisser seule pendant les six heures qui suivraient ma mort car j’avais lu que parfois, des choses étranges se déroulaient pendant ce laps de temps.

 Je me souviens alors d’un début de NDE (Near Death Experience). Soudain, je pris conscience que je me tenais debout et que mon corps était allongé sur le lit. Autour de moi, c’était sombre. Être en dehors de mon corps était une sensation bien vivante. J’étais si vivante que je pouvais voir toutes les pièces qui m’entouraient. Je pouvais voir le toit de la maison, autour de la maison et sous la maison. Il y avait une brillante lumière. Je me suis tournée vers elle. La lumière ressemblait vraiment à tout ce que d’autres personnes avaient décrit à propos des NDE. C’était si magnifique, si tangible qu’il était possible de la ressentir. Elle était envoûtante et attirante comme si vous vouliez vous blottir dans les bras de votre père idéal ou de votre mère idéale. Alors, que je me dirigeais vers la Lumière, intuitivement, je savais que si je continuais à avancer vers elle, je mourrais. Alors que je m’avançais vers elle, je lui demandais : « S’il te plait, attend ! Je veux m’imprégner de ceci et j’aimerais parler avec toi avant de partir.. » Puis, quelque chose se produisit car à ce moment précis, vous avez le contrôle de la vie après la mort. Ma demande a été honorée et j’ai eu une conversation avec la Lumière. La Lumière prenait plusieurs visages comme celui de Jésus, Bouddha, Krishna, mandalas, …

 

J’ai demandé à la Lumière : « que se passe-t-il ? S’il te plait Lumière éclaire-moi sur tout cela. Je veux vraiment connaître la vérité de ce qui Est ». La communication était télépathique. La Lumière a répondu. Pendant cette expérience, l’information qui m’était transmise était celle-ci : « la Lumière se manifeste en fonction de nos croyances et de nos attentes. Si tu étais bouddhiste, catholique ou fondamentaliste, tu expérimenterais ce en quoi tu as toujours cru. 

Alors que la Lumière se présentait à moi, je réalisais que ce que je voyais vraiment était la matrice de notre Soi Supérieur. Je n’appartenais à aucune religion en particulier. C’est donc ce qui m’était renvoyé pendant cette NDE. Alors que je demandais à la Lumière de m’en révéler davantage. Je comprenais ce que signifiait la matrice du Soi Supérieur. Il existe une « grille, un réseau » autour de la Planète où tous les Moi Supérieurs sont connectés. C’est comme une super compagnie, un autre niveau subtil qui nous entoure, on peut l’appeler : un niveau de l’esprit. Après quelques minutes, je demandais encore des explications. Je voulais vraiment savoir ce qu’était l’Univers. Mais au fond de moi j’étais prête à mourir. Puis la Lumière s’est transformée en la plus belle chose qui soit : un mandala fait d’âmes humaines. J’ai vu ce magnifique Mandala, et j’ai vu, Ô combien merveilleux nous sommes tous dans notre essence, au coeur de nos atomes. Nous sommes la plus belle des créations. L’âme humaine, la matrice humaine que nous formons tous est absolument fantastique, élégante, exotique, Tout. Je peux difficilement exprimer à quel point cela a changé mon regard sur les Êtres Humains. Je m’exclamais : « O mon Dieu que les Êtres Humains sont beaux ». 

Qu’importe où vous en êtes, qu’importe la forme qui est la vôtre, vous êtes une des plus belles créations.

Les révélations qui venaient de la Lumière se déversaient encore et encore. Alors j’ai demandé à la Lumière : « Cela signifie-t-il que l’Humanité va être sauvée ? » Puis, tel le souffle d’une trompette accompagné de lumières qui tourbillonnent, la Grande Lumière a dit : « Souviens-toi de cela et n’oublie jamais : Vous vous sauvez vous-mêmes, vous vous rachetez vous-mêmes et vous vous guérissez vous-mêmes comme vous l’avez toujours fait. Et comme vous le ferez toujours. Vous avez été créés avec le pouvoir de le faire avant même la création du monde ». A ce moment-là, j’ouvrais davantage ma conscience. Je comprenais que nous avons DEJA ETE SAUVES et que nous nous sommes sauvés parce que nous avons été conçus ainsi comme l’est le reste de l’Univers Divin. Voilà ce que signifie la deuxième naissance. Du fond de mon coeur je remerciais la Lumière. Je déclarais : « O cher Dieu, Cher Grand Soi, J’aime ma vie ! » 

La Lumière semblait m’absorber encore plus profondément. La Lumière de L’Amour est indescriptible. J’entrais dans un autre royaume encore plus profond et je comprenais encore davantage. Je voyais un immense Courant de Lumière, large, et débordant, profond au coeur même de la Vie. Je demandais ce que cela était. « C’est la rivière de la Vie. Bois de cette eau sacrée autant que tu le souhaites » 

Alors je l’ai fait. Boire la Vie elle-même était une extase. Alors la Lumière a dit : « Tu as un désir ».

La Lumière savait tout de moi, le passé, le présent et le futur. « Oui », j’ai murmuré. J’ai demandé à voir le reste de l’Univers, au-delà de notre Système Solaire, au-delà de l’illusion des hommes. La Lumière m’a dit que je pouvais aller dans le Courant de la Vie. Ce que j’ai fait. J’ai été transportée par la Lumière jusqu’au bout du tunnel. J’ai senti et j’ai entendu une série d’explosions soniques. Une impressionnante accélération.  

Soudain, portée par le Courant, je m’éloignais de la Planète. J’ai vu la terre disparaître. Le système solaire, dans toute sa splendeur, défiler à toute vitesse et disparaître. Aussi vite que la vitesse de la Lumière, je volais vers le centre de la Galaxie et j’absorbais au fur et à mesure, toute la connaissance. J’apprenais que cette Galaxie et tous les Univers bouillonnent d’une variété considérable de vies. J’ai vu de nombreux mondes. La bonne nouvelle est que nous ne sommes pas seuls. Alors que j’avançais sur ce Courant de Conscience au travers du centre de la Galaxie, le courant se fracturait en d’extraordinaires ondes d’énergies. Je contournais, le fantastique amas de Galaxies, chargé de toute sa Sagesse.

J’ai cru que j’allais quelque part, mais je réalisais alors, que le Courant s’élargissait, que ma propre conscience s’élargissait pour absorber tout de l’Univers. Toutes les créations défilaient à mes côtés.

C’était merveilleux au-delà des mots. J’étais vraiment un Super Enfant ; un bébé dans un Monde Enchanté.  

Puis, à ce moment-là, je ne bougeais plus, immobilisée dans un profond silence. Je pouvais voir et percevoir POUR TOUJOURS au-delà de l’infini. J’étais dans le Vide. J’étais en phase de pré-création, avant le Big-bang. J’avais franchi le début des temps, j’étais allée au-delà de la première vibration, au-delà du premier mot. J’étais dans l’oeil de la Création. J’avais l’impression de toucher le Visage de Dieu. Cela n’avait rien à voir avec une sensation religieuse. Simplement, j’étais Ph 2Un avec la Vie et la Conscience Absolue. Quand je dis que je pouvais voir et percevoir pour Toujours, cela signifie tout de la Création et sa propre création. Il n’y avait pas de début ni de fin. Les scientifiques pensent que le Big-bang est un événement isolé qui a crée l’Univers. Au cours de ma NDE, j’ai vu que le Big-bang est seulement l’un des infinis Big-Bangs qui ont créé d’innombrables Univers et de façon simultanée. Les seules images qui se rapprochent de tout cela sont celles crées par les ordinateurs en appliquant des   équations géométriques fractales. Les anciens savaient cela. Ils disaient que Dieu créait des Univers en expirant et en créait d’autres en inspirant. 

Ils appelaient ces moments les Yugas. Tout cela n’était que pure conscience. Je voyais tous les Big-Bangs ou Yugas se créer et se créer encore. Je pénétrais au coeur d’eux et je réalisais que chaque particule de création a le pouvoir de créer. Difficile de l’expliquer. Il m’a fallu plus d’un an pour assimiler tout ce que contenait le Vide. Le Vide est Tout sauf rien et il est plus que tout. Le Vide est le

zéro absolu, le chaos d’où tout est possible. C’est la Conscience Absolue, bien plus que toutes les intelligences Universelles. Le Vide est l’espace entre les atomes et ses composants. La science d’aujourd’hui l’appelle : le point zéro. Toutes les fois où ils tentent de le mesurer, les indicateurs sortent des mesures (vers l’infini). Il y a bien plus d’espaces zéro dans nos corps et dans l’Univers que tout autre chose. Ce que les mystiques appellent le Vide n’est pas un vide. Il est plein d’énergies, toutes sortes d’énergies qui ont créé tout ce que nous sommes. Tout depuis le Big-bang est vibration, du premier Mot, qui est la première vibration.  

Le « Je suis » de la bible renvoie à cette question : Qu’est-ce que « Je suis » ? La création est Dieu qui s’explore lui-même et ce de toutes les façons possibles. C’est une exploration sans fin au travers de nous-mêmes. Pendant ma NDE, je commençais à comprendre que tout ce qui est, est Le Soi, Votre Soi, Mon Moi. Voilà pourquoi Dieu sait quand une feuille tombe. Cela est possible car où que vous soyez, vous êtes au centre de l’Univers. Où qu’un atome soit, il est le centre de l’Univers. Car Dieu est le Vide. Après avoir fait l’expérience du Vide, je voulais retourner au principe de la création. Puis, tout à coup, je suis retournée au Big-bang et j’entendais plusieurs explosions arrondies. Je me suis retrouvée sur le Courant de retour vers toute la Création. Quelle chevauchée ! Je traversais l’amas de Galaxies avec encore plus de clarté. Je franchissais le centre de notre Galaxie qui est un trou noir. Les trous noirs sont des grands processeurs de recyclage de l’Univers. Savez-vous ce qu’il y a de l’autre côté d’un trou noir ? La Lumière. Nous sommes, notre Galaxie qui provient d’un autre Univers. Dans sa configuration globale, la Galaxie ressemble à une fantastique cité de Lumières. Toutes les énergies de ce coté du Big-bang sont Lumière. Tous les atomes, toutes les étoiles, toutes les planètes, la conscience elle-même est faite de Lumière ! La Lumière est vivante, tout est fait de Lumière même les pierres. Donc tout est vivant. Tout est conçu avec la Lumière Divine et tout est très intelligent. Alors que je poursuivais mon voyage, je vis une énorme Lumière s’approcher. Je savais que c’était la Lumière Initiale, La Lumière de la Matrice du Soi Supérieur de notre Système Solaire. Puis tout le Système Solaire s’est présenté comme une Lumière dans des explosions de velours. Je pouvais voir toutes les énergies que ce Système Solaire générait, c’est un vrai Festival de Lumière. ! 

Je pouvais entendre la musique des Sphères. Notre système Solaire, comme tous les corps de Lumière Célestes génèrent une matrice de lumière, de sons et de vibrations qui lui sont propres. Sachez que les Humains font un bruit incroyable à chaque instant, tel des enfants qui joueraient dans la cours de récréation de l’Univers. 

images (4)La Lumière m’a bien expliqué que la Mort n’existait pas et que nous sommes immortels. Nous sommes vivants depuis toujours ; Nous faisons partie d’un système qui se recycle lui-même sans cesse. Il ne m’a pas été demandé de revenir, je savais que je le ferais. C’était naturel. J’ignore à l’échelle du temps humain combien de temps je suis restée dans la Lumière. Une fois mes réponses obtenues, je savais que le retour était proche. Chaque humain a une vie différente et des questions propres. Chacun de nous explore la vie d’une façon unique. Et ceci est fondamental. Parce que chacun contribue à la Vision d’ensemble, à la complétude de la Vie. Nous sommes des Dieux explorant le Dieu Moi dans la danse infinie de la Vie. Votre unicité embellit toutes vies.  

Alors que je retournais dans le cycle de la vie, je n’avais pas pensé que je reviendrais dans le même corps et cela ne m’a pas été dit. Je l’ai fait. J’avais complètement confiance. J’ai demandais à me souvenir de tout ce que j’avais vu et de tout ce que j’avais appris. J’ai entendu un « OUI » comme un baiser à mon âme. Alors je suis retournée à la Lumière au cœur du royaume vibratoire. Le processus s’est inversé et plus d’informations m’étaient données. Je suis revenue chez moi et le processus de réincarnation m’était expliqué. J’obtenais des réponses à ces questions : Comment cela marche ?

La terre est un grand processeur d’énergie et la conscience individuelle évolue en dehors de cela mais au sein de chacun. Je me suis imaginé en tant qu’humain pour la première fois et j’étais heureuse. De tout ce que j’avais vu, j’étais heureuse  d’être un atome dans l’Univers. Etre une partie humaine de Dieu, quelle bénédiction ! C’est fantastique. C’est une bénédiction au-delà de ce que l’on peut imaginer. Pour chacun d’entre nous, faire partie de cette expérience humaine, c’est fabuleux et Grandiose. Chacun d’entre nous, qu’importe où nous sommes, malade ou pas, nous sommes une bénédiction pour cette planète. Même là où vous êtes. 

J’expérimentais le processus de réincarnation pensant redevenir un bébé quelque part. Mais un autre enseignement sur l’identité m’était donné et comment évolue la conscience. J’étais si surprise quand j’ai ouvert mes yeux. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai été étonnée de me retrouver dans mon corps, dans ma chambre avec le visage de quelqu’un au-dessus du mien. Un visage qui pleurait. C’était mon infirmière.

Elle m’avait trouvé morte. Mon corps était raide et inflexible. Puis elle est allée dans l’autre pièce. Je me suis réveillée et j’ai vu la Lumière à l’extérieur. Je voulais me lever pour sortir mais je suis tombée du lit. Elle a entendu le bruit, s’est précipitait et m’a trouvée parterre. Une fois que j’allais mieux, j’étais très impressionnée sur ce qui c’était passé pendant ma NDE. Dans un premier temps, j’avais du mal à me souvenir de tout cela. Je me demandais : suis-je en vie ? Ce monde me semblait être un rêve bien plus que ce que j’avais découvert. Au bout de trois jours, je me sentais « normale » à nouveau, mais plus lucide et malgré tout différente de ce que j’avais toujours ressenti. La mémoire de cette NDE est revenue un peu plus tard. Je ne voyais plus rien de négatif dans les êtres humains. Avant cela, je jugeais beaucoup, et je pensais que beaucoup de gens étaient « dérangés ». En fait, je pensais que nous étions tous un peu « dérangés ». 

Trois mois plus tard, j’ai fait des examens. Je me sentais bien. Le médecin m’a dit : « Il n’y a plus rien ! » Je répondais : « ce doit être un miracle ! » Il a répondu : « non, ces choses arrivent et nous les appelons : rémissions spontanées ! » Il n’avait pas l’air étonné. Mais pour moi cela était un miracle et j’étais

impressionnée. Pendant ma NDE, j’ai visité ce que vous appelez l’enfer et j’ai été très surprise. Je n’ai

pas vu Satan ou le diable. Ma descente aux enfers était une descente dans la misère, l’ignorance et la souffrance de nos limitations. 

Cela semblait être une éternité misérable. Mais chaque âme avait une étoile autour qui lui était accessible à chaque instant. Mais personne ne semblait y prêter attention. Ces êtres étaient si fatigués par leurs rancoeurs, leurs traumas et leur misère. Mais après ce qui m’a semblé être une éternité, j’ai appelé la Lumière comme un enfant appelle ses parents quand il se sent en danger. Puis la Lumière est apparu et a formé un tube qui s’est dirigé vers moi, m’isolant de toutes ces peurs et douleurs. Voilà ce qu’est vraiment l’enfer. Nous sommes en train d’apprendre à nous retrouver à nous unir. Les portes de l’enfer sont ouvertes et nous allons pouvoir nous relier afin que nous sortions de cette misère, main dans la main. La Lumière s’est transformé en un Ange immense. Je lui demandais : « Etes–vous l’Ange de la Mort ? » Il m’a précisé qu’il était ma Présence Divine, la Matrice de mon Moi Supérieur. Puis je suis retournée à la Lumière. Bientôt nos scientifiques vont quantifier l’esprit. Les physiciens « fracassent » les atomes pour comprendre de quoi ils sont faits. Ils sont allés jusqu’aux quarks et charms, … Un jour ils atteindront cette petite chose qui fait que tout se tient ensemble et ils devront l’appeler… Dieu ? Nous commençons à peine à comprendre que nous aussi nous créons. 

images (6)Lors de ma NDE, j’ai franchi un point, celui où nous dépassons tout le savoir, comprenant que Nous avons le pouvoir de créer. Et c’est ainsi que Dieu s’expanse au travers de nous. Depuis cette expérience, je rencontre la Lumière dans chacune de mes méditations. Chacun de vous peut le faire. Il n’est pas nécessaire de mourir ou de vivre une NDE. C’est en vous comme un équipement auquel vous êtes déjà connecté. Le corps est le plus magnifique Être de Lumière qui soit. Le corps est un univers d’infinies Lumières. L’esprit ne nous pousse pas à détruire ce corps. Ce n’est pas ce qui se passe. Ne cherchez pas à devenir Dieu, Dieu devient vous. Ici !  

Je demandais, quelle est la meilleure des religions ? Avec beaucoup d’Amour la réponse fut : « Cela m’est égal ». Incroyable. Quand j’ai entendu cela, j’ai immédiatement compris que ce qui était important c’était Nous. Pour Dieu, il n’est pas important que vous soyez protestant, catholique, bouddhiste ou autre, car tout est une facette du tout. Tout est important. Pendant ma NDE, j’ai exploré le coté noir des déchets toxiques, des missiles nucléaires, la déforestation, et le problème démographique, … Je suis revenue en aimant chacun des problèmes. C’est un mandala que nous avons créé pour nous propulser vers un autre niveau de conscience. Nous prenons ainsi conscience que nous sommes tous interconnectés. Chaque bombe nous a poussé à dire : « cela suffit, nous n’en avons plus besoin ». Nous

sommes aujourd’hui dans un monde bien plus sûr que nous ne l’avons jamais été. Et il va devenir de plus en plus sûr. Je suis donc revenue de ma NDE aimant les bombes nucléaires car elle nous ont unis davantage. Ceci est si immense. Et Peter Russel a dit : « ces problèmes sont maintenant du côté de l’âme. Donc nous aurons des réponses de l’âme ».  

Le déboisement de la forêt amazonienne va ralentir, et dans moins de 50 ans, il y aura plus d’arbres que jamais. Engagez-vous là où vous entendez l’appel. Mais ne soyez pas dépressif, tout fait partie d’un plan bien plus vaste. La Terre est en train de se domestiquer. Elle ne sera pas sauvage comme elle l’a été. Mais il y aura de grands espaces sauvages, des réserves où la nature pourra prospérer. La population croissante permettra une bascule des consciences. Cette bascule transformera la politique, l’argent et l’énergie. Depuis je respecte la Vie et la Mort. Dans notre Adn, nous avons ouvert les portes d’un grand secret. Bientôt, il nous sera possible de vivre dans ce corps aussi longtemps que nous le souhaitons. Après plus de 150 ans de vie, nous saurons intuitivement si nous voulons changer de canal.

Vivre pour toujours dans le même corps n’est pas aussi créatif que de se réincarner. Nous allons enfin comprendre la sagesse de Tout cela, et l’apprécier. Nous sommes vivants depuis toujours.

Ce corps dans lequel vous êtes a toujours été en vie ! Il provient d’un courant de vie qui ne cesse jamais, retournant vers le Big-bang et bien au-delà !

 

Traduit par Dominique-Claire Germain de Vivre Sa Légende

 

Publié dans:ADN, LUMIERE, MULTIDIMENSIONNALITE |on 21 décembre, 2014 |Pas de commentaires »

UN SAUT DANS L’EVOLUTION

images (3)

Il y a 455 000 ans existaient l’Homo erectus, l’homme de Neandertal, et l’Homo sapiens sapiens qui évoluaient toujours avant que les Dieux évolués n’atterrissent ici. Ils arrivèrent et créèrent canaux et rivières au Moyen-Orient. Le Nil est un fleuve artificiel. Le Nil n’est pas un chenal naturel.

Le Moyen-Orient était un Jardin d’Eden. L’Ephrate, le Tigre et le Nil furent tous créés artificellement. le pays n’était pas un désert. Chaque grain de sable que vous voyez aujourdh’ui est le résultat de l’érosion de ce qui fut jadis le pays le plus fertile du monde. C’est là que vinrent les deux frères, comme vous l’avez déjà entendu. Cela se trouve dans les Enuma Elish et toutes les tablettes découvertes à Sumer rapportèrent toutes la vérité. Ils vinrent ici et y créèrent une contrée qui en quelque sorte, puisse être utilisable par ceux qui faisaient des allers-retours ici. Ces Dieux avaient tous une peau magnifique, musculeuse, de couleur cannelle. Les Déesses étaient tout aussi grandes, fortes et belles, et avaient déjà quatre mille ans à l’époque de leur arrivée, c’est la vérité.

Le grand élixir des Dieux qui avait été préservé durant des millions d’années fut apporté sur cette planète il y a 455 000 ans ; Le premier ignoble à être planté sur la terre le fut entre la vallée de l’Euphrate et celle du Tigre ; il faut ensuite transplanté en un lieu appelé l’Argentine puis en Amérique du Sud, ensuite en Amérique du Nord, puis dans les steppes de la Russie et ensuite en Europe. Qui plantait ces vignobles ? Les Dieux, sur une terre sacrée. Saviez-vous que les vignobles destinés à la fabrication du vin sont uniquement plantés sur un sol qui fut jadis sous la mer. Le couronnement d’un sol est donc une terre qui s’est élevée de la matrice de l’océan et son couronnement est un vignoble.

Pourquoi est-ce important ? Parce qu’une terre émergée de l’océan est comme un enfant né de la matrice. C’est le résultat final du chaos et du changement. Et les vignobles les plus remarquables qui aient jamais été plantés furent plantés sur de tels sols ; ils sont bien en vie aujourd’hui. A cause des changements intervenus à la terre, nombre de ces vignobles n’existent plus aujourd’hui. Cela est dû aux destructions opérées par les Dieux et, par Dieux, je veux dire ceux qui vinrent ici et ceux qui manipulèrent les humains qui sont indigènes à cette terre. Mais les vestiges des grands vignobles existent sur un sol qui était jamais sous la mer. Cela est un symbole. C’est le couronnement d’une résurrection. La terre est toujours la résurrection à partir de la matrice. Le sol est un don divin de Dieu. Ils le plantèrent donc dans son environnement le plus favorable et apprirent aux êtres humains sa signification et ce pour quoi il est bon.

Les céréales ne sont pas indigènes à la terre. Elles furent apportées ici d’ailleurs. Le blé n’est pas une plante indigène à la terre. Il fut apporté ici par un groupe d’une autre constellation. Le blé comporte toujours en lui l’empreinte de la manipulation génétique originelle que les Dieux apportèrent ici ; ils le manipulèrent pour qu’il puisse pousser sur cette terre à cette distance de ce soleil.

Pourquoi y avait-il des troupeaux de chèvres et des bergers ? Parce que nous trayons la chèvre qui a le lait qui nourrit ses petits, cet aliment absolu qui leur permet de grandir ; Comment un petit grandit-il pour devenir une chèvre adulte ? Un petit grandit en se nourrissant des éléments nutritifs qui permettent aux cellules de son cerveau, en vérité  son ADN, d’être stimulées. Et quel est l’effet stimulant du fromage ? Le calcium. Le calcium est la grosse molécule qui, si vous voulez, ouvre la bouche de la cellule permettant aux substances nutritives d’être transportées jusque dans l’ADN. C’est pourquoi les petits bébés peuvent vivre de lait seul , c’est parce que la valeur du calcium qu’il possède ouvre chacune de leurs cellule set permet aux substances nutritives d’y entrer pour leur donner stimulation et croissance immédiate.

Il y a 455 000 ans, cette planète fut colonisée par les cultures très avancées. La première fut les Lémuriens, et la deuxième les Atlantes. Et les Dieux de Sumer seraient ce qu’on appelle la généalogie qui mènerait au continent de l’Atlantide.

Les Atlantes deviendraient une espèce créée par le croisement de l’ADN des Dieux avec l’humanoïde le plus intelligent qui existait alors.  Et il fallut plus de cent vingt ans pour développer le brin parfait d’ADN qui donnerait jour à une entité ressemblant aux Dieux, qui possédaient un grand cerveau – ils héritèrent du cerveau jaune. Ils posséderaient toutes les facultés. Ils seraient aussi grands. Ils seraient aussi beaux, mais ils seraient des serviteurs. 

Il y a eu beaucoup de conjectures à savoir s’il existait des laboratoires travaillant sur l’ADN en Afrique.  Il y en existait mais il en existait également en Inde, car le retour migratoire vers l’Inde est un souvenir profondément ancré, une mémoire génétique, signifiant le retour au lieu de la conception.

Et en même temps, il y avait un autre groupe qui était venu ici d’au-delà de l’Etoile Polaire, les grands Lémuriens. Leur vaisseau était en réalité une entité biologique en elle-même et faite à partir d’eux-mêmes. Ils en avaient la capacité. Les Lémuriens vinrent d’au-delà de l’Etoile Polaire en traversant un vortex qui reliait ce qu’on appelle une autre réalité. C’étaient des géants. Leurs vaisseaux étaient des entités biologiques qui réagissaient à la concentration de leur pensée et à leur système nerveux. Tout ce qu’ils rêvaient, leur vaisseau pouvait le devenir. Ceci est un fait.

Ils atterrirent ici lorsque les dinosaures étaient encore ici ; ils n’en avaient pas peur parce qu’ils en comprenaient la radiation biologique car leur vaisseau entier était créé ; il avait poussé, comment pourrais-je dire, leurs vaisseaux avaient poussé dans un jardin. Fantastique ? Pourquoi pensez-vous que c’est si fantastique ? Vous utilisez moins de quatre pour cent de votre ADN. Qu’existe-t-il dans le reste ? Peut-être y a-t-il des ailes dans votre ADN.  Peut-être y a-t-il des écailles dans votre ADN. Et peut-être qu’il y a un ADN qui est l’antigravité, des projections du champ unifié. Peut-être que tout cela existe déjà. Qui êtes-vous pour dire que cela n’existe pas ? Ne montrez pas votre ignorance. Ne pensez même pas votre ignorance.

Les Lémuriens étaient plus purs. Parce qu’ils étaient si distinctement différents physiquement, leur lignée demeura dans sa totalité très pure jusqu’à l’époque où ils commencèrent  se mêler aux Atlantes et aux Ioniens qui étaient les Grecs d’origine ; Les Ioniens de la littérature grecques originelle sont les Norvégiens d’aujourd’hui. Les Grecs que vous voyez aujourd’hui dans le Bassin Méditerranéen sont un mélange de sangs fondamentalement issus de l’Empire Truc. Les vrais Grecs sont les norvégiens,  la peau claire, aux yeux clairs, aux cheveux blonds. Ils étaient les Ioniens.

Grâce à leurs processus alchimistes, à leurs processus métallurgiques, les Dieux savaient comment utiliser l’or, le faisant accéder à son spin de rotation le plus élevé au niveau du noyau. Et le produit qui en résultait était une poudre blanche qui émettait un champ radioactif. Ils le cuisaient pour en faire du pain, le mangeaient et, quand ils le mangeaient, leurs cops spirituel brillait. Cela leur donnait l’immortalité. Telle est la raison pour laquelle, après cela, tout être humain qui accédait au trône du gouvernement était décoré avec des plastrons d’or, des casques d’or. Pour eux, l’or représentait ce qui était intrinsèquement possible aux Dieux qu’ils servaient dans l’Antiquité.

Vous avez donc fait un saut dans votre évolution. Vous étiez au bon endroit au bon moment ; Cela signifiait que, quand tout le monde descendait du Point Zéro dans le Néant, le Point Zéro était comme la plus grande étoile qui ait jamais existé. Et pourtant, selon ce qu’aujourd’hui vous appelez grand, c’était la plus petite particule qui ait jamais existé et qui existe aujourd’hui. Cependant,  ce moment-là, c’était le plus grand système dans le Néant lui-même. Et les rayons qu’il émettait étaient innombrables car c’était un moteur qui ne cessait de perpétuer la conscience de sa propre contemplation, et c’est pourquoi vous êtes ici aujourd’hui.

L’immortalité a tout à voir avec l’ouverture d’esprit qui elle-même a tout à voir avec la manière dont l’ADN se reproduit dans la cellule. L’immortalité a à voir avec la certitude de la connaissance et la vérité. L’un de vos plus grands problèmes est votre corps émotionnel. C’est la malédiction de tout être humain. Et le terme maîtrise n’existerait pas s’il n’y avait pas son antithèse appelée le corps émotionnel. Le corps émotionnel est comme avoir reçu le cadeau d’une boîte d’outils faisant un travail médiocre mais satisfaisant, au lieu de comprendre le fonctionnement des ordinateurs. Le corps émotionnel est comparable au livre qui nous enseigne comment faire fonctionner l’ordinateur. Mais beaucoup d’entre vous en sont encore à lire le livre et n’ont jamais fait fonctionner l’ordinateur. Vous utilisez toujours des clés à molette au lieu des lasers.

images (4)Onze milliards de planètes. Eh bien, vous n’êtes vraiment allés nulle part n’est-ce pas ?

Non. Et si vous ne me croyez pas, regardez la Voie lactée avec un télescope. Il vous faudra plus d’une seule nuit pour regarder l’immensité de ce que vous n’êtes pas, l’humanité de votre situation, pour réaliser ce que vous n’êtes pas et pourquoi vous êtes ici. Me suis-je fait comprendre ? Que cela nous enseigne-t-il sur les Dieux ?

Que cela nous apprend-il sur vous ? Ce sont vos remarquables parents. Si vous êtes les Dieux, que cela vous indique-t-il ? Cela vous dit de faire connaître l’inconnu et de partir ensuite. Il y a onze milliard de terres dans la Voie lactée. Pourquoi voudriez-vous rester ici plus de quatre cent mille ans ? Il y a d’autres lieux où aller. Expliquez cela en vos termes à vous.

 

 retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/   

  Extrait du livre RAMTHA : « Intervention des Dieux il y a 455 000 ans» aux Editions AdA.

Publié dans:ADN, ATLANTES, SUMERIENS |on 30 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’amélioration de notre ADN-ARN et les Etres de Lumière

 

 

téléchargement (2)Au fur et à mesure que les Photons-Lumière s’accentueront sur la Terre beaucoup de choses subiront une modification, tout ce que nous sommes sera impossible à occulter et la conscience s’éveillera vers une direction ou une autre suivant le chemin que chacun a choisi.
Par conséquent, tant que nous serons dans ce Limbes-Purgatoire purificateur temporaire, les Etres Protecteurs nous indiquent l’importance de nous préparer fondamentalement, étant impératif le fait d’être positifs, affectifs, solidaires, empathiques, ainsi qu’apprendre à Transformer les densités en subtilités.

Image de prévisualisation YouTube

http://youtu.be/T1xwIwXZ920

D’un autre côté il faut aussi éviter de passer par des états réactionnaires-perturbateurs-turbulents de manière à ne pas tomber dans de fortes charges-exutoires, comme cela arrive pour la majorité des gens qui ne savent pas se conduire avec prudence, respect et intelligence. 

Il faut savoir également que beaucoup de faits vécus proviennent de conspirations-provocations délibérées, planifiées dans le but de nous maintenir soumis à cette basse fréquence qu’ils émettent. Alors pour contrecarrer cette anti-lumière dominatrice, il faut lutter pour nous libérer des liens qui durant des siècles nous ont ligoté et pendant que ce changement de vibration Génétique a lieu, essayer de récupérer notre Hérédité Stellaire qui nous revient de droit. Ce n’est qu’ainsi que nous reconquerrons la liberté de l’Ame-Conscience, qui est nôtre depuis toujours. 

En effet, une métamorphose sur toute la planète est en train de se produire, activée par l’énergie Photonique déterminante. Ces Photons nous poussent à renforcer notre position-nos inclinations-préférences, que ce soit en direction de la Lumière ou de l’Obscurité avec et tout ce que cela implique. Il s’agit d’une situation que toute l’humanité sans distinction est en train de vivre, c’est pour cela qu’il n’y a aucun lieu où s’accrocher, se protéger, se plaindre ou tenter de chercher de l’aide, la seule chose véritable est la syntonie-intégration que chacun de nous ressent et partage avec les autres.

Vidéo réalisée par Alcyon

Alcyon Pléiades 22-1 – L’amélioration de notre ADN-ARN et les Etres de Lumière

 

Publié dans:ADN, PLEIADES, VIDEOS à voir |on 15 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

La créativité

images (29)

par Patrice van Eersel

S’il est un domaine où l’humain se distingue du reste de l’univers, c’est qu’il peut être créateur. Mais comment, où et quand devenons-nous réellement créatifs ? Cette question me passionne depuis toujours. J’ai jusqu’ici schématiquement rencontré deux réponses : l’optimiste, pour qui « six milliards d’humains = six milliards de créateurs », et la pessimiste, qui s’esclaffe : « Six milliards ? Tu parles ! Encore heureux s’il y a eu dix créateurs sur toute la terre au XX° siècle ! » En réalité, les deux voix ne parlent pas de la même chose : la première évoque une potentialité, rarement réalisée ; la seconde ne s’intéresse qu’aux réalisations si puissantes qu’elles ont marqué la culture mondiale. Comme souvent, je restais sur ma faim. Et voilà que le professeur Mihaly Csikszentmihaly m’a apporté un gros et savoureux plat de résistance. La créativité, ce vétéran de la psychologie positive, prof à l’université de Chicago, l’a étudiée avec pragmatisme et humanisme. Pendant des années, avec ses étudiants, il a interrogé des centaines de « créateurs » reconnus, aussi bien artistes et poètes que chercheurs et savants. Le résultat est un modèle touffu, passionnant et impossible à résumer. Sachez tout de même que, selon Csikszentmihaly, un créateur, cela n’existe pas en soi, tout nu au milieu de nulle part : il doit s’exprimer dans un domaine dont la symbolique est codifiée et doit être reconnu par une communauté, qui inscrira son apport dans l’ADN collectif. Sachez aussi (c’est frappant) que le créateur type n’existe pas, mais que son profil type comporte au moins dix sortes de contradictions fécondes : il est à la fois extraverti et timide, orgueilleux et modeste, lucide et naïf, masculin et féminin, fort et fragile, etc. Traverser cette exploration peut vous aider à mieux créer… votre propre chemin de vie.

Aux éditions Robert Laffont

Publié dans:ADN, ARTISTES PEINTRES, CO-CREATION |on 26 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

La Biologie qui fait peur

images (14)

Nouvelles Clés : Autrefois, la biologie et les neurosciences nous émerveillaient. Aujourd’hui, elles font plutôt peur, alors qu’a priori, elles visent quand même à soigner. Comment s’y retrouver ?

Hervé Chneiweiss : Nous traversons un passage difficile parce nous en savons aujourd’hui beaucoup plus. Or, la science commence toujours par désenchanter le monde… avant de le réenchanter. Il faut comprendre que la biologie a fini par entièrement s’intégrer au grand courant de la démarche scientifique, où l’on passe de l’approximation à l’accumulation des connaissances. Grâce au microscope optique ou électronique, on a pu observer les cellules, leur développement, leurs assemblages. Le séquençage du génome humain – grand rêve de quelques pionniers lancé le lendemain même du jour où Armstrong mettait le pied sur la lune, quand James Watson (Découvreur, avec Francis Crick, de la structure de l’ADN, en 1953. Prix Nobel en 1962.) a convaincu les autorités d’en faire la « next frontier » du rêve américain – a été réalisé deux à trois fois plus vite que prévu. Avec, au passage, la première aventure industrielle menée par la recherche fondamentale (qui n’en a pas été dépossédée comme avec l’atome), et même un moratoire d’un an sur les recherches, décidé en 1974 à la suite d’une rencontre, à Asilomar en Californie, de tous les scientifiques travaillant sur la génétique. Une année à réfléchir aux enjeux éthiques et à mettre au point les protocoles de confinement des labos ! Bref, on a fait entrer la vie dans le monde technique, où tout est mis à plat, révélé. Les questions éternelles (d’où vient la vie ? pourquoi vit-on ?), simples au départ, ne relèvent plus du « grand mystère de la vie » dont parlaient les théologiens. Du moins en apparence ! Car une fois que l’on a dit cela, tout le mystère réapparaît : on découvre qu’il n’y a rien de pré-déterminé vraiment, rien de pré-écrit vraiment, mais un ensemble de possibles.

Comment passe-t-on d’une cellule d’un centième de millimètre – où se trouve cependant un ruban d’ADN mesurant, déplié, environ un mètre – à un individu fait de centaines de milliards de cellules assemblées à peu près correctement en organes, qui va vivre environ 90 ans, interagir avec son environnement, se nourrir, aimer, penser, et tout ça avec des molécules ? Comment est-ce possible ? Les questions éternelles restent les mêmes, avec ceci de merveilleux : le mystère n’est plus « fermé », on a posé le pied sur un continent nouveau, l’atome conduit au quark appelé « charmant » ou « étrange », la cellule montre qu’il ne suffit pas d’avoir lu ses gènes pour comprendre comment elle marche, tout comme il ne suffit pas de voir l’activité du cerveau pour comprendre la conscience – ou de connaître les lettres pour faire de la poésie.

N. C. : En entrant dans l’ère de la complexité, la biologie ne fait-elle pas exploser tous ses dogmes ?

H. C. : Si ! À chaque découverte, un dogme explose. Quand j’étais étudiant, on considérait le gène, constitué d’ADN, comme une simple unité de codage des informations permettant, via l’ARN-messager, de produire une protéine. Gène, ARN, protéine, chacun avait sa fonction, comme un interrupteur allumé ou éteint. C’était simple. On sait aujourd’hui que la moindre protéine interagit avec une centaine d’autres, en fonction d’une multitude de facteurs qui lui donnent une formidable palette d’expressions, comme un être humain que l’on trouve habillé différemment selon les lieux, les époques de l’année ou de la vie. Quant à l’ARN, on a découvert qu’il n’était pas seulement un intermédiaire entre l’information génétique et la protéine. Il existe plusieurs ARN, et chacun a un sens. Certains fragments, les SIRNA (small inhibitory ribo nucleic acid) peuvent même empêcher l’expression des autres… Inutile de dire que le gène lui-même se révèle d’une complexité extrême, bien loin de l’idée : un gène = une fonction !

N. C. : Et du côté du cerveau ?

H. C. : C’est la même chose : les dogmes s’écroulent et ça change tout ! On vivait depuis 1904 dans le dogme du neurone : la cellule qui transmet l’information, c’est le neurone – soit seulement 10 à 15 % des 500 milliards de cellules du cerveau. Le reste – la « glie » – a été considéré pendant un siècle comme du remplissage. Il fallait bien que ça tienne, elle était là pour ça. Or, pas du tout ! On sait aujourd’hui que les cellules gliales entrent en interaction avec les neurones, codent de l’information de façon spécifique, interagissent les unes avec les autres et provoquent, quand elles se dérèglent, l’immense majorité des maladies neurologiques. Les astrocytes, qui constituent la majorité de ces cellules gliales, jouent un rôle primordial dans la constitution de l’architecture cérébrale au cours du développement : ils servent de « rails » lors de la migration des neurones immatures vers les couches externes du cortex. Par ailleurs l’astrocyte est le seul lieu de stockage du glucose dans le système nerveux, donc la seule source énergétique des neurones.

N. C. : L’idée selon laquelle nous n’utilisons que 10 % de notre cerveau est donc fausse également ?

H. C. : Tout comme celle disant que l’on naît avec un stock de cellules à peu près fixe, avec quelques ajustements jusque vers l’âge de trois ans et qu’ensuite, jusqu’à sa mort, on va conserver ce capital – tout en l’usant ! Ce n’est pas vrai du tout, nous renouvelons des cellules pendant toute notre vie, grâce aux fameuses cellules souches présentes dans tous nos organes. Nos os se remanient sans arrêt, notre tube digestif change chaque semaine. Mieux , notre système nerveux lui-même a sa plasticité : chaque neurone remodèle en permanence son « arbre dendritique » – l’endroit où il reçoit de l’information – sous l’influence des cellules gliales, qui déterminent quelle synapse doit être mise en place ou remaniée pour travailler avec plus d’efficacité. Plus encore : deux zones du cerveau (la zone sous-ventriculaire et la zone sous-granulaire de l’hippocampe) abritent des cellules souches qui donnent naissance à de nouveau neurones tout au long de la vie, y compris à l’âge adulte. Il existe également des cellules souches adultes capables de donner naissance aux différentes lignées cellulaires du système nerveux central, dont des neurones, dans d’autres régions du cerveau (le striatum, la moelle épinière). Toutefois ces cellules restes inactives tant que tout est normal dans la physiologie du système nerveux. D’où une idéée simple : l’environnement local conditionne la capacité des cellules souches à proliférer et à se différencier.

Autrement dit, cette nouvelle complexité nous montre que les mécanismes d’apprentissage sont infiniment moins déterminés qu’on le pensait. Nous pouvons continuer d’apprendre jusqu’à un âge très avancé, et même jusqu’à la fin de notre vie, aucune fatalité ne s’y oppose. Tant que nous nous servons de notre système nerveux central – en agissant, en communiquant, en réfléchissant – notre réseau de cellules gliales continue d’établir de nouvelles passerelles synaptiques entre nos neurones, et ceux-ci peuvent même, dans certains cas, se renouveler !

LIRE LA SUITE ici… 

Publié dans:ADN, ESPRITS, LOI NATURELLE, PEUR |on 15 décembre, 2013 |Pas de commentaires »

Accord au sommet avec les bactéries

Accord au sommet avec les bactéries dans ACCORD telechargement-9

Par Charles Wilreck

Les plus anciennes formes de vie connues sont les bactéries vert de bleu. Elles se nourrissent de l’hydrogène soufré des volcans, métabolisé grâce un savant procédé de captage de l’énergie solaire (photosynthèse). Au bout de quelques centaines de millions d’années, certaines de leurs descendantes se sont mises à utiliser l’hydrogène de l’eau, cassant – quel prodige ! – les molécules des océans. On imagine le festin. L’orgie déboucha sur une folle surpopulation et une pollution abominable : l’autre atome de la molécule d’H2O, l’oxygène, était pour elles un poison mortel. Ce fut la première grande crise écologique de la biosphère, il y a deux milliards d’années.

Les bactéries réagirent de deux manières. Les unes s’enfouirent dans la boue, ‘interdisant à jamais tout contact avec l’oxygène – comme nous nous protégeons du méthane dont elles raffolent. Les autres, plus vives, inventèrent un procédé fabuleux, capable de transformer le poison-oxygène (qui se colle à tout et oxyde) en une source d’énergie utile. Nous appelons ce procédé respiration. Aujourd’hui encore, tout au fond de nos cellules, les organites qui nous permettent d’utiliser l’oxygène de l’air, les mitochondries, vivent de manière absolument indépendante; avec leur propre ADN (que nous ne nous transmettons que de mère à enfant), elles se comportent exactement comme des milliards de bactéries aux commandes des centrales énergétiques de nos cellules. Autrement dit, chacun de nous est une gigantesque colonie, conçue et constituée par des êtres microscopiques, qui ont su vaincre la grande pollution oxygénée d’il y a deux milliards d’années. Or nous disons « moi je » : ces colonies sont donc conscientes de leur globalité.

Les bactéries ont inventé l’essentiel des processus vivants, par exemple le mélange génétique, c’est-à-dire la sexualité, toutes sortes de coopérations et de symbioses, débouchant sur les plus étranges « chimères » (ainsi pense-t-on aujourd’hui que nos cellules rétiniennes sont des algues rouges, et nos neurones des champignons… du moins des descendants de champignons). Il est probable aussi que les bactéries jouent un rôle essentiel dans la régulation atmosphérique, etc, la liste de leurs prodiges n’en finit pas. Trouvez-vous étonnant que l’industrie verte, moteur de l’économie de demain, soit en train de passer ses premiers accords au sommet avec les toutes-puissantes bactéries?

Le sociologue Max Weber a génialement montré comment l’éthique protestante avait engendré l’esprit du capitalisme – en obligeant ses adeptes à appliquer à la lettre la Parabole des Talents: celui qui possède de l’argent doit l’investir, dans l’intérêt de tous, et non en jouir comme un satrape. On a vu l’efficacité de la démarche. Malheureusement, celle-ci excluait de son jeu la Nature, considérée comme un réservoir inerte et inépuisable.

On connaît la suite.

Quelle nouvelle éthique s’avèrera aussi puissante que celle des capitalistes protestants, mais une octave plus haut dans la subtilité de l’intégration ?

Hans Jonas, le philosophe allemand dont beaucoup d’écologistes citent volontiers « l’Éthique de responsabilité », dit en gros que, pour passer de la technosphère à la noosphère (et entrer dans un monde où toutes les activités humaines, même techniques, auront retrouvé la logique du vivant), il nous faut élargir à tous les êtres la fameuse Règle d’Or : fais (ou ne fais pas) à autrui ce que tu voudrais qu’on te fasse (ne te fasse pas).

Pas évident. Comment étendre ce bel impératif au poulet ou à la salade qu’on va manger ?

Pourtant, pas de doute : il faut élargir notre vision.
Chacun s’y prend à sa façon.

L’industriel suisse Stephan Schmidtheiny, qui rassembla à la conférence de Rio cinquante patrons du monde entier pour créer le Business Council for a Sustainable Development, travaille à faire réintégrer dans la logique capitaliste la notion de « prochaine génération ». Les multinationales savent certes mettre au point des stratégies à long terme, mais le concept de « prochaine génération » touche un autre niveau de l’être : il ne s’agit plus de ruse, mais de responsabilité vis-à-vis de notre descendance affective, charnelle, spirituelle. « Qu’il soit américain, chinois ou français, dit Schmidtheiny, dès qu’un entrepreneur accepte de réfléchir à l’échelle de la prochaine génération, nous sommes sûrs de pouvoir nous entendre. Sinon, rien à faire. » Bien sûr, nous sommes loin des Indiens qui calculaient tout sur sept générations, mais le principe révolutionne déjà beaucoup de choses.

Brice Lalonde, lui, a découvert un jour que la distinction entre naturel et artificiel était malsaine – si l’homme est l’enfant de la Nature, ses oeuvres doivent l’être aussi, non ? Lalonde raconte comment cette réconciliation s’est faite en lui, alors qu’il visitait un haut- fourneau avec de jeunes métallos rigolos « qui sautaient par-dessus l’acier en fusion comme si c’était de la lave ». Du coup, dans son esprit, tout est devenu naturel, même les usines les plus sophistiquées ! On peut pousser le jeu jusqu’à dire que la fusion nucléaire civile apprivoise de petits soleils… Les philosophes rappelleront peut-être la distinction entre Natura naturae (nature avant l’homme) et Natura naturans (nature issue de l’homme). Il n’empêche : si tout phénomène terrestre est naturel, nous voilà au moins débarrassés d’une vieille culpabilité vis-à-vis de l’artefact. « Au travail ! » disent les nouveaux capitalistes, soutenus par les scientifiques de la Nouvelle Alliance. Ces derniers, tels Ilya Prigogine, affirment qu’au point d’embourbement où nous sommes, prétendre se passer de la technoscience serait une douce rêverie : il faut, disent-ils, pousser la logique jusqu’au bout, et déboucher enfin sur la grande Science qualitative et fluide dont rêvait Henri Bergson.

Mais si l’artefact en question donne un Golem ?
Quid des manipulateurs génétiques qui voudraient reconstruire l’homme ? Suffira-t-il de les obliger à songer à la « prochaine génération » ?

Devant quelle transcendance nos malheureux « comités de bioéthique », pour l’instant bousculés par des découvertes chaque jour plus folles, s’inclineront-ils ?

Devant quelle beauté ?

Publié dans:ACCORD, ADN |on 10 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

Un chirurgien chez les chamanes

Ayahuasca : comment et pourquoi ?

Aziz Khazrai a un parcours hors du commun. Ce chirurgien, déçu par la pratique de la médecine en Occident, est parti étudier les pratiques guérisseuses du chamanisme amazonien. Comment et pourquoi en est-il venu à s’intéresser aux médecines traditionnelles  ?

Un chirurgien chez les chamanes dans ADN colombe

Ma première rencontre avec le chamanisme amazonien et l’ayahuasca date de l’été 2005. A cette époque je traversais une phase particulièrement difficile de ma vie, mélange de déprime cognée et totalement refoulée ainsi que d’un besoin vital de réponse à des grandes questions existentielles. Jusqu’à lors j’étais un jeune chirurgien viscéral « lambda » qui faisait son boulot sans se poser trop de questions et sans en tirer de grandes satisfactions non plus. A l’instar de beaucoup de mes collègues qui pratiquent la médecine classique occidentale, je faisais mon travail de technicien de santé du mieux que je pouvais, en appliquant les connaissances apprises sur les bancs de la faculté et dans les hôpitaux, mais une sorte de malaise diffus m’empêchait de planifier une carrière ou même de m’installer. A cette époque j’étais incapable de définir ce malaise par des mots, j’étais juste conscient de son existence. 

Je décidai alors de partir en Afrique pour faire un peu de la médecine humanitaire. Ma première mission fut dans une région reculée de l’Afrique occidentale, où vivait un peuple de la forêt, qui avait su conserver sa tradition spirituelle des origines. Outre leur pratique de la sorcellerie qui m’apparaissait comme très folklorique, ils utilisaient une médecine traditionnelle assez ésotérique qui faisait une large part aux plantes. Il faut vous dire que la plupart des médecins sont conditionnés dès les premières années de fac à mépriser l’usage des plantes médicinales ainsi que de toute forme de médecine non académique qui est souvent assimilée à de la charlatanerie pure et simple. Il est vrai que j’avais les mêmes préjugés. 

Pourtant au fil du temps je pus réaliser par moi-même l’efficacité réelle de cette médecine traditionnelle sur certaines maladies en particulier les affections et traumatismes des os et des articulations. Pour tout vous dire, leurs marabouts étaient tellement efficaces qu’aucun malade ne venait à l’hôpital se faire soigner d’une fracture ou autre luxation. Aucun. 

Comme j’étais assez intrigué par le phénomène, je rendis visite à nombre de marabouts et autres guérisseurs, mais aucun ne consentit à partager son savoir. Ce peuple vouait au secret un culte des plus fervents, raison pour laquelle je ne donne aucune précision géographique les concernant. Seul l’un d’entre eux m’a lâché une bribe d’explication et encore à contrecœur. Pour réduire une fracture m’a-t-il dit, j’applique une certaine plante sur le membre cassé du malade. Puis je prends de cette plante et je la mange. Ensuite la plante me dit comment soigner les os, comment les immobiliser et pour combien de temps. 

Cette simple phrase m’avait sidéré. Une étrange synchronie venait de se produire. Toute ma vie j’avais été formaté par le matérialisme et la vision scientifique et rationnelle du monde. J’étais même le genre de gars à affirmer haut et fort qu’il ne croyait pas du tout à l’existence de ce truc fumeux que les psychologues appellent l’inconscient. Seuls existaient pour moi la logique et la raison que j’assimilais à la conscience. Hors de la logique (linéaire et causale) et de la raison, il n’y avait que le délire et le chaos. Du grand n’importe quoi. Je ne le savais pas à cette époque, mais ni le matérialisme ni la science ne sont capables d’apporter des réponses satisfaisantes aux grandes questions existentielles que tout homme se pose un jour ou l’autre. Qui suis-je ? Qui suis-je vraiment ? Que suis-je ? C’est quoi tout ça là autour de moi ? A quoi ça rime ? Et pourquoi tout ce bordel ? Enfin vous voyez le genre. Ces questions avaient fini par me rattraper et ne me lâchaient plus jusqu’en Afrique. Je peux vous dire que j’avais lu des tas de livres sur le sujet. Des livres de science, de philo, de religions diverses et variées. J’avais même fait l’effort pour le grand incroyant que j’étais de lire des auteurs ésotériques. Le problème était que tout avait été écrit ainsi que son contraire. Je ne savais vraiment plus qui ou quoi croire et en même temps je ne pouvais plus revenir en arrière et ne plus croire à rien. J’avais même attribué comme raison principale à mon état dépressif d’alors, ce besoin insatisfait de réponses essentielles. Cet alors qu’en l’espace de quelques jours, deux amis que presque tout oppose m’ont parlé d’expériences incroyables qu’ont vécu certains occidentaux en Amazonie en consommant le breuvage ayahuasca, un des plus puissants hallucinogènes connus. Un de ces amis m’avait laissé un petit livre intitulé « Le Serpent Cosmique », dans lequel son auteur Jeremy Narby narre ses propres expériences avec l’ayahuasca. Sa conclusion était que le breuvage fait basculer la conscience ordinaire du monde macroscopique (celui des objets à notre échelle : humains, plantes, animaux) vers celui de l’infiniment petit, le monde de la biologie moléculaire et de l’ADN (l’acide nucléique contenu dans le noyau de toutes les cellules vivantes et qui contient l’information nécessaire à leur existence). Grâce à l’ayahuasca la communication entre le sujet et l’objet se fait directement d’ADN à ADN et non plus de cerveau à cerveau. C’est ainsi que Narby explique de manière rationnelle et satisfaisante l’immense savoir botanique (et autre) des peuples indigènes. 

Cette thèse des plus originales m’avait d’emblée séduit. Mon expérience Africaine acheva de me convaincre. Voici deux peuples de la forêt séparés par des milliers de kilomètres, jamais en contact les uns avec les autres, et qui pourtant utilisaient les mêmes techniques naturelles pour obtenir des connaissances pertinentes capables de soigner efficacement des malades. J’avais trouvé enfin une solution à ma quête de réponses existentielles. Je devais me rendre au Pérou à la rencontre des chamanes de la forêt. L’ayahuasca allait m’aider. Moi qui ne faisais plus confiance aux hommes ni à leurs livres j’allais interroger directement le grand ADN cosmique. 

Voici l’état d’esprit dans lequel je me trouvais lorsque je goûtais pour la première fois l’ayahuasca.

La suite du dossier « Un chirurgien chez les chamanes »

Publié dans:ADN, ESPRITS, POUVOIR |on 18 juillet, 2013 |Pas de commentaires »

L’histoire de l’ADN et du genre humain

 

L’ADN est l’élément clé de votre identité à la fois physique et spirituelle. Le Soi supérieur y réside. Les annales akashiques, le plan directeur de tout ce que vous n’avez jamais été, s’y trouvent aussi. Vos incarnations, votre croissance spirituelle, vos talents accumulés au fil d’éons sont tous là. L’ADN contient aussi le karma avec lequel vous êtes venu et que bon nombre ont rejeté. Les annales de cette action éclairée s’y trouvent également.

 Vos antécédents spirituels sont dans l’ADN, inscrits dans les aspects quantiques. Quelques-uns conçoivent cela au point de savoir qu’ils ont été lémuriens. Si c’est votre impression, vous mesurez l’envergure de ce qui réside en vous. Voilà pourquoi nous abordons ces points. L’être humain l’admet difficilement, car ce qu’il croyait extérieur à lui-même est présent en lui. Cela correspond pourtant aux enseignements des maîtres et à ceux de Kryeon, puisque vous êtes chacun une parcelle du Créateur et que le processus de l’état de maître sont en vous.

L'histoire de l'ADN et du genre humain dans ADN enseignement_universel-300x117

La science de l’ADN

Au cours des dernières années, la preuve scientifique de ce que nous sommes sur le point d’affirmer vous a été apportée. Nous y avons déjà fait allusion, mais aujourd’hui nous nous contenterons de parler franchement pour qu’aucun doute ne subsiste quant à ce qui déroute vos scientifiques : votre ADN renferme trois milliards de substances chimiques. Chaque molécule d’ADN, en forme de boucle, comporte plus de trois millions de substances chimiques. Ces molécules sont si petites qu’elles ne sont visibles qu’au microscope électronique.

  Comme je l’ai mentionné déjà, le Projet génome humain [PGH], une entreprise scientifique, a élucidé un mystère : seuls 3% de la chimie génétique exercent un effet tangible, soit les portions d’ADN encodées en protéines. À eux seuls, ces 3% produisent des milliers de gènes qui constituent le plan directeur de la vie que vous recherchiez. Toutefois, uniquement 3% produisent les gènes. Plus de 90% de la chimie de l’ADN observé demeurent ainsi un mystère, puisqu’ils semblent n’avoir aucune fonction évidente. Ces 90% de la chimie génétique ne comportent aucun système, aucune symétrie ou fonction biologique observable. Ils ne possèdent pas de codes chimiques, comme les parties encodées sous forme de protéines. Voilà pourquoi on a tendance à n’en tenir aucun compte – ils sont considérés comme superflus.

Lire la suite ici…. http://www.centredeconnaissance.org/html/adn.html

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans:ADN |on 8 mars, 2013 |Pas de commentaires »

Grilles magnétique et cristalline

 

La grille magnétique

La grille est en réalité un entrelacement de plusieurs grilles de niveaux vibratoires différents (voir partie 2). Certaines sont pleinement activées et d’autres sont seulement latentes.

Actuellement on peut distinguer, à la manière qu’a notre esprit d’analyser et de classer (d’autres visions sont possibles), 2 grilles opératoires, en relation avec la vie humaine. Elles ont été décrites principalement par Lee Carroll (canal de la conscience appelée Kryeon – prononcée « kraillonne »). D’autres auteurs ont donné des précisions supplémentaires (À propos de la fiabilité relative de ces informations obtenues par médiumnité, voir l’encadré ci-contre Canalisations, prophéties et vérité).

La première grille est celle que nous avons décrite jusqu’à ce point de notre étude. Son existence et ses caractéristiques ont été déterminées par l’observation de ses manifestations visibles et tangibles (lignes de leys, flux énergétiques, vortex, anomalies géophysiques).

Elle est en rapport avec le champ électromagnétique de la terre et nommée pour cette raison grille magnétique ou électromagnétique. Elle est présente à la surface de la Terre et s’élève parfois à d’autres altitudes en fonction du relief. Elle a été prépondérante dans les 6000 dernières années.

De nos jours, sous nos yeux, la grille magnétique subit des changements spectaculaires. Elle est réajustée depuis 1987. En conséquence, la configuration déterminée par Bethe et Hagen ne correspond plus exactement à la situation actuelle.

Ces modifications ont eu pour but de réduire le voile existant entre notre réalité et les réalités supérieures. Elles ont aussi eu pour but de créer les conditions d’activation de la deuxième grille, liée à l’émergence d’une nouvelle conscience sur Terre. C’est la grille cristalline.

Grilles magnétique et cristalline dans ADN 220px-Odilon_Redon_002

La grille cristalline

La deuxième grille est nommée grille cristalline car elle manifeste certaines qualités du cristal sur un plan subtil, en particulier sa capacité de stockage d’informations (voir articles Géométrie cristalline et Codes et information). Elle contient la bibliothèque des connaissances de la planète, passées, actuelles ou futures. Elle contient des informations relatives aux changements actuels.

Elle est aussi en relation avec certains gisements cristallins profonds de la terre. Ces cristaux accumulent l’énergie supérieure cosmique sous forme de codes d’information. Puis ils les délivrent à la terre par le canal des flux sacrés selon leur calendrier interne. Chaque cristal détient des clés vibratoires uniques spécifiques de sa nature et du lieu où il est implanté.

Les gisements sont des points de manifestation ou d’ancrage de la grille. Ces endroits d’ancrage ont été repérés comme sacrés par les populations. Dans les traditions, ils ont été associés aux dragons, non pas les dragons maléfiques, mais les dragons porteurs de l’énergie terrestre, de la force et de la stabilité.

La grille cristalline est aussi nommée grille de stabilité ou grille de Lumière.

Les deux grilles sont interconnectées, mais la grille cristalline est fixée géographiquement et reste à la même place quels que soient les changements de la grille magnétique.

Les grands cristaux existent depuis des temps immémoriaux, mais comme les lignes de leys, ils ont été désactivés aux époques où la conscience humaine a décliné et s’est tournée vers la lutte et le conflit de pouvoir. Certains ont été déplacés afin d’être mis en lieu sûr à de grandes profondeurs et redevenir actifs à une époque ultérieure appropriée. La nôtre!

Il existe une deuxième forme d’ancrage de la grille cristalline, une forme vivante et mobile. Ce sont les baleines. En fait, les baleines ont en commun avec les cristaux qu’elles détiennent l’ensemble de toutes les connaissances terrestres, logées dans les plans subtils de leur ADN. Le sort des baleines est lié à l’évolution de la grille cristalline, et les modifications subtiles des baleines auront des répercussions bénéfiques sur l’humanité.

La grille cristalline est la nouvelle aura de la Terre et détermine les potentialités de la planète. Elle est capable de gérer des codes de lumière beaucoup plus sophistiqués que l’ancienne grille. Elle est en correspondance avec les plans subtils supérieurs de notre corps et de notre ADN (voir article ADN vibratoire).

Extrait du site de référence : http://www.spirit-science.fr/doc_terre/grille3.html#mozTocId988321

Publié dans:ADN, LUMIERE, SOCIETE, TERRE |on 7 septembre, 2012 |Pas de commentaires »

Chaînons d’ADN

Chainons mobiles et liens chimiques

Les chainons de l’ADN sont constitués par des groupements d’atomes (les bases azotées), reliés par des liens chimiques. La chimie décrit les liens entre molécules et atomes par l’énergie qu’il faut pour les séparer (énergie de dissociation). Ces énergies ont des valeurs diverses selon la nature du lien. Certaines sont très faibles, d’autres beaucoup plus fortes, mais, sauf cas exceptionnels, on peut toujours exercer une force suffisante pour dissocier le lien dans certaines conditions.

Chaînons d'ADN dans ADN man-religion1-41x300Par exemple, les liens qui maintiennent les deux brins de l’ADN parallèles se relâchent facilement au cours du cycle de croissance de la cellule, pour permettre à l’ADN de se dupliquer. On peut aussi obtenir artificiellement cette séparation des deux brins en chauffant (ce que les biologistes nomment péjorativement une dénaturation). De la même façon, les liens entre bases peuvent se dissocier dans le cas de la transposition, et de nouveaux liens peuvent se reconstruire avec d’autres atomes ou groupements d’atomes.

Ces attirances et ces ruptures de liens entre atomes sont semblables aux relations entre personnes. Imaginons des personnes qui se tiennent la main. En se serrant les unes contre les autres, elles forment un groupe bien solidaire. Mais dans certaines circonstances, elles peuvent desserrer ou lâcher leurs mains. Imaginons que la température s’élève anormalement et qu’elles aient trop chaud. Elles ont besoin de se desserrer en écartant les bras, tout en gardant leurs mains en contact. Imaginons encore qu’elles sont dans l’eau, en bord de mer, heureuses. Soudain, des vagues plus fortes arrivent, et les personnes doivent se lâcher pour nager séparément. Elles peuvent également attraper les mains d’une autre personne. Transcrites dans le cas de l’ADN, les vagues représentent une modification de l’environnement chimique qui induit une dissociation des liens.

Quelle est au juste la nature de la force des liaisons chimiques? C’est une attirance électrique entre atomes, qui dépend de la nature des atomes et de leur éloignement. Fondamentalement, atomes et molécules sont constitués d’électricité sous forme d’électrons et de protons, et cette électricité est mouvante et interagissante (voir quatrième partie: l’ADN électrique).

Issu du site de Alain Boudet : http://www.spirit-science.fr

 

Publié dans:ADN |on 28 août, 2012 |Pas de commentaires »

Fatigue spirituelle

RYTHME DE VIE, COMPÉTITION ET FATIGUE SPIRITUELLES
par EDNA FRANKEL

Un bref message sur la compétition et la fatigue spirituelles

L’idée de  » compétition spirituelle  » fait déjà partie de votre cadre de référence, soit que vous ayez lu cela quelque part, soit que vous en ayez fait l’expérience, ou les deux. Alors que les travailleurs de la lumière gagnent de la force dans leurs talents et dans leur travail en réseau, des  » leçons d’ego  » surgissent constamment entre vous. Sans compter des leçons de discernement, de non-jugement, de tolérance, et d’équilibration de toutes ces expériences.

Fatigue spirituelle dans ADN soleil-00033-142x150Nous vous disons, ceux qui se sentent supérieurs aux autres sont en pleine leçon. Et ceux qui font preuve d’une ouverture de cœur et d’esprit, et qui tendent la main aux autres leur donnent le bon exemple. Certains vont réussir ! Le  » désherbage  » continue donc, tout comme les leçons, quelle que soit votre activité. Il n’y a pas de leçon d’évasion tant que vous êtes dans un corps humain! Voici un conseil pour supporter ces changements avec équilibre et grâce : demandez que chaque leçon soit positive! Nous vous avons toujours exhortés à focaliser votre intention sur des mots bien choisis et à les prononcer à haute voix. L’Esprit ne peut interférer avec le libre arbitre. Quoique nous exaucions vos prières de bien des façons, nous ne pouvons contrecarrer votre chemin de vie ni vos choix. Comme lors de nos séances de guérison durant le travail du Cercle de Grâce, nous ne pouvons faire que ce qui nous est demandé.

La leçon la plus difficile de toutes est probablement d’apprendre à ne pas juger ! Puisque ceux qui sont le plus près de vous – votre propre famille et vos amis intimes – sont là pour refléter vos leçons, vous devez conserver à tout moment cette conscience supérieure pour vous-mêmes et votre entourage. La métaphysique enseigne que chaque personne marche sur son propre sentier et que le libre arbitre doit être respecté. Est-ce là un paradoxe ? Eh bien, oui et non! Quand vous avez à l’esprit le plus grand potentiel d’une personne, vous reconnaissez ainsi la Flamme divine que celle-ci porte en elle. Cette source divine, vous pouvez l’aimer sans porter de jugement. Ce que la personne décide de faire de son temps et de son énergie, cela la regarde.

Chers travailleurs de la lumière, votre défi constant consiste à ne pas laisser votre propre vibration s’abaisser au niveau de votre entourage.

Cela peut d’ailleurs s’avérer assez épuisant, ce qui nous amène à la seconde moitié de ce message conceptuel : l’épuisement spirituel. Il peut se produire sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel. Vous devez travailler sur vous-mêmes et aussi les uns sur les autres. Il faut vous purifier des dommages éthériques de haute densité et vous équilibrer à un plus haut niveau de fonction énergétique. C’est le temps de vous guérir afin de mieux aider les autres quand les masses commenceront à s’éveiller. Préparez-vous dès aujourd’hui, car il ne vous reste que quelques années. Dès 2008, les masses commenceront à s’éveiller et vous ne fournirez pas !

Sur le plan mental/émotionnel, les quelques prochaines années verront une intensification du drame dans le reste du monde et dans la vie des travailleurs de la lumière qui ne se seront pas préparés. Purifiez votre corps maintenant ! Faites le ménage dans votre vie, dans votre maison, déménagez s’il le faut, mais faites-le tout de suite! Il vous est dorénavant plus facile de distinguer la  » vieille énergie » de la  » nouvelle « , particulièrement si vous avez déjà apporté des changements majeurs dans votre vie. Vous prendrez du recul par rapport à votre existence et chacun de vous sera connecté plus clairement à son présent et à son avenir. Tout ce que vous avez accumulé dans votre passé – vos biens, vos vieux vêtements, vos vieux livres, etc. – doit être largué ! Chaque fois que vous éliminerez un tas d’objets et libérerez un peu plus d’espace, vous respirerez mieux, vous penserez mieux, vous vous sentirez mieux ! Vous aurez besoin de vous débarrasser de vos vieilleries, à défaut de quoi vous serez toujours attiré vers le bas par votre ancien bagage, et ce, physiquement, émotionnellement, mentalement et spirituellement.

En réalité, vous savez déjà tout cela, mais plusieurs d’entre vous se sentent  » brûlés » ; ils ont l’impression que, quoi qu’ils fassent, le monde est rendu trop loin dans l’erreur pour qu’ils puissent y remédier. Le premier point de vue est celui d’une perspective interne déprimée et le second est externe. Nous le répétons : toutes les dimensions de la vie refléteront vos leçons; à vous de savoir comment regarder et où. Plus vous vous efforcerez d’élever vos vibrations, plus vous aurez l’impression d’y arriver puis de retomber. Comment franchir le pas final qui vous assurera d’y ÊTRE vraiment ? Comment incarner pleinement ces énergies supérieures et conserver cette nouvelle réalité? Chers enfants, le dernier niveau à guérir, et le plus difficile, a trait à votre système de croyances. Place ici à l’humour cosmique: c’est ce niveau qui dirige votre fonctionnement biologique!

Afin de guérir parfaitement et d’évoluer au sein même de l’ADN, votre système de croyances doit opérer à un plan supérieur. Si vous éprouvez des craintes ou des doutes, vous n’y êtes pas ! Cependant, une fois que vous aurez atteint ce niveau et que vous pourrez retenir l’énergie divine dans votre corps, tout deviendra facile, car vous baignerez alors dans le flux d’amour universel, lequel satisfera tous vos besoins. Mais vous devez y croire! Chacun doit croire, au tréfonds de lui-même, que c’est réalisable!

Extraits du livre 2007, LE RETOUR DE LA LUMIÈRE, p. 98-101 et 112-115.
Ariane Éditions, 2006

Publié dans:ADN, ASCENSION, ENERGIES, ESPRITS, GUERISON, POUVOIR |on 24 juillet, 2012 |Pas de commentaires »

Assistance pléiadienne dans la vie humaine

par Yasmine Rooney – tiré de la Revue UNDERCOVER #11 de Joël Labruyère.

CARBONE ET CRISTALLISATION :
AU CŒUR DE L’ADN

L’énergie bloquée à des fins de cristallisation se manifeste sous la forme de l’atome de carbone. Le carbone est au cœur des molécules de chaque être vivant de notre dimension, et il est à l’origine du processus de la cristallisation de la matière solide. Parmi les éléments que l’on recense dans notre dimension, le carbone est le seul capable de produire la variété de molécules nécessaires à la vie organique. Les atomes de carbone se lient les uns les autres pour former des maillages de chaînes ou de cristaux et existent à cause de notre désir d’appréhender les choses sous une forme solide.

RéplicationdelADN.png

Une pensée, de même qu’une croyance, naît de l’intelligence d’une forme de vie. Les groupes d’atomes s’accumulent à la source universelle, bien qu’ils ne soient pas suffisamment liés pour former une masse solidifiée. Une croyance, lorsqu’elle apparaît, présente une structure fluide et génère une énergie considérable. Les atomes qui en constituent le support ne sont pas encore étroitement liés les uns les autres. Alors qu’elle pénètre notre système de pensées, chacun de nous décide de la rejeter ou de l’accepter. Un chrétien fervent, par exemple, à la lecture d’un enseignement bouddhiste peut en accepter les différents aspects mais les rejeter ensuite parce qu’ils contredisent ses propres convictions. Ces aspects peuvent pénétrer son esprit en raison de la fluidité de leur nature et, rejetés, retournent simplement à leur source.

Insulin2.jpgUne autre personne découvrant le même enseignement pourra décider d’en faire sa nouvelle philosophie. Ses nouvelles croyances demeurent d’une nature fluide pour quelque temps jusqu’à leur intégration complète à son système de pensée. L’énergie puissante qu’elles génèrent élève alors le niveau de vibration atomique des autres croyances déjà cristallisées chez cette personne. Parallèlement à une ouverture d’esprit ou à l’abandon des anciennes croyances, ce niveau de vibration plus élevé se traduit par une transformation passagère : les croyances cristallisées deviennent elles-mêmes d’une nature plus fluide. Ainsi, les nouvelles croyances, de par la fluidité de leur nature, fusionnent avec les anciennes – ou les remplacent, une nouvelle structure étant alors créée. Une fois cette structure consolidée, à savoir lorsque les énergies apportées par les nouvelles croyances ont été absorbées, un nouvel arrangement relie les atomes de carbone les uns aux autres dans une forme solidifiée.

La science physique appelle ces structures fluides de croyances des  » cristaux liquides « . Dans la nature, ces cristaux sont des substances présentant des propriétés à la fois liquides et solides. Leurs molécules se meuvent avec fluidité, bien qu’elles présentent souvent la même orientation.

Le degré de fluidité ou de solidité des cristaux liquides est fonction de la température et de la pression auxquelles ils sont exposés. Lorsque la température est suffisamment élevée ou la pression suffisamment basse, ils se comportent comme des liquides. À l’inverse, lorsque la température est suffisamment basse ou la pression suffisamment élevée, ils se comportent comme des solides.

Publié dans:ADN, PLEIADES |on 22 mars, 2012 |Pas de commentaires »

Invitation FORUM de discussion

 BONJOUR A TOUS ET TOUTES !

Invitation FORUM de discussion dans 2007 - PREDICTIONS 150157_979163764_coeur-rouge_H224046_L

Pour ceux qui apprécient ce blog et les autres, vous pouvez nous rejoindre sur Le forum que je viens de créer, c’est un nouvel espace de discussion supplémentaire et complémentaire….

Voici son adresse : http://devantsoi.forumgratuit.org/        

       Venez nombreux ! Je serai heureuse de vous y accueillir !

Vous pourrez toujours reprendre des éléments contenus sur ce blog afin de pouvoir en discuter ensemble sur le forum !

Je vous dis donc à TRES BIENTOT !

877c29ca dans 2008 - PREDICTIONS

123

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3