*** ALLAN KARDEC ***

*** ALLAN KARDEC *** 20899595kardec-jpg  

Allan KARDEC 

 » Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la loi « 

 Son NOM : Hippolyte Léon Denisart-Rivail, est né le 3 octobre 1804 à Lyon et est mort le 31 mars 1869 à Paris. 

Allan Kardec est considéré comme le père de Spiritisme en France. Son vrai nom était Hyppolyte Léon Denizard Rivail. Le pseudonyme est provenu de communications médiumniques. Ces deux noms  » Allan  » et  » Kardec  » lui ont été donnés comme ayant été ses noms dans des incarnations précédentes. 

Il est mieux connu pour le Livre des Esprits, publié pour la 1ère fois en 1856 et devenu un classique du genre. Dans ce livre une nouvelle théorie de la vie et du destin humain est exposée. 

Le Livre des Esprits est basé sur une compilation de messages reçus par différents médiums. Ces messages médiumniques ont mis en évidence la doctrine de la réincarnation.

 Le succès du Livre des Esprits ne peut être remis en cause. C’est, de loin, un des livres les plus populaires traitant de la médiumnité, de la vie spirituelle, et de l’évolution de l’âme. Il y en a eu plus de 25 éditions et il reste encore largement lu, surtout en France, en Amérique du Sud, en Australie, et en Nouvelle Zélande. C’est, sans conteste, le texte de référence pour les spirites. 

Plus tard, en 1864, Kardec a compilé et écrit le Livre des Médiums qui a connu un grand succès comme une source inépuisable de conseils et d’informations sur la médiumnité et le développement médiumnique.

  

NB : Les œuvres d’Allan Kardec peuvent être désormais à télécharger gratuitement en PDF

D’abord, les 2 livres qui sont la marque la plus durable d’Allan Kardec.

             Le Livre des Esprits (1856) 

            Le Livre des Médiums (1864)

Et aussi ses autres livres :

             Qu’est ce que le spiritisme ? (1860) 

            L’Évangile selon le Spiritisme (1864) 

            Le Ciel et L’Enfer (1865) 

            La Genèse, les miracles et les prédiction selon le spiritisme (1867)

Allan Kardec a pris comme point de départ l’enseignement du Spirite traditionnel à propos de l’amélioration et de l’évolution de l’Esprit. Il croyait à la réincarnation et a beaucoup insisté sur cette doctrine. Pour définir clairement ses enseignements, le terme « Spiritisme » a été adopté et est encore utilisé par beaucoup. Le concept de la réincarnation y reste le plus prédominant.

 La contribution d’Allan Kardec à la cause de Spiritisme était fondamentale. Il a aidé à mettre en lumière quelques-uns des enseignements les plus profonds et les plus perspicaces à propos les Esprits et la communication avec les Esprits. 

Il est enterré au Père Lachaise, à Paris, où chaque jour, des dizaines de personnes viennent se recueillir et prier sur sa. Tombe, qui représente un dolmen, en souvenir de sa vie antérieure de Druide. 

channel@samsara-fr.com 

Le spiritisme est la science nouvelle qui vient révéler aux hommes, par des preuves irrécusables, l’existence et la nature du monde spirituel, et ses rapports avec le monde corporel ; il nous le montre, non plus comme une chose surnaturelle, mais, au contraire, comme une des forces vives et incessamment agissantes de la nature, comme la source d’une foule de phénomènes incompris jusqu’alors et rejetés, par cette raison, dans le domaine du fantastique et du merveilleux. C’est à ces rapports que le Christ fait allusion en maintes circonstances, et c’est pourquoi beaucoup de choses qu’il a dites sont restées inintelligibles ou ont été faussement interprétées. Le spiritisme est la clef à l’aide de laquelle tout s’explique avec facilité. 

Le spiritisme est à la fois une science d’observation et une doctrine philosophique. Comme science pratique, il consiste dans les relations que l’on peut établir avec les Esprits ; comme philosophie, il comprend toutes les conséquences morales qui découlent de ces relations. 

La science et la religion n’ont pu s’entendre jusqu’à ce jour, parce que, chacune envisageant les choses à son point de vue exclusif, elles se repoussaient mutuellement. Il fallait quelque chose pour combler le vide qui les séparait, un trait d’union qui les rapprochât ; ce trait d’union est dans la connaissance des lois qui régissent le monde spirituel et ses rapports avec le monde corporel, lois tout aussi immuables que celles qui règlent le mouvement des astres et l’existence des êtres. Ces rapports une fois constatés par l’expérience, une lumière nouvelle s’est faite : la foi s’est adressée à la raison, la raison n’a rien trouvé d’illogique dans la foi, et le matérialisme a été vaincu. Mais en cela comme en toutes choses, il y a des gens qui restent en arrière, jusqu’à ce qu’ils soient entraînés par le mouvement général qui les écrase s’ils veulent y résister au lieu de s’y abandonner. C’est toute une révolution morale qui s’opère en ce moment et travaille les esprits ; après s’être élaborée pendant plus de dix-huit siècles, elle touche à son accomplissement, et va marquer une nouvelle ère dans l’humanité. Les conséquences de cette révolution sont faciles à prévoir ; elle doit apporter, dans les rapports sociaux, d’inévitables modifications, auxquelles il n’est au pouvoir de personne de s’opposer, parce qu’elles sont dans les desseins de Dieu, et qu’elles ressortent de la loi du progrès, qui est une loi de Dieu. 

Issu de la Biographie d’Allan KARDEC (1896) 

La science et la religion n’ont pu s’entendre jusqu’à ce jour, parce que, chacune envisageant les choses à son point de vue exclusif, elles se repoussaient mutuellement. Il fallait quelque chose pour combler le vide qui les séparait, un trait d’union qui les rapprochât ; ce trait d’union est dans la connaissance des lois qui régissent le monde spirituel et ses rapports avec le monde corporel, lois tout aussi immuables que celles qui règlent le mouvement des astres et l’existence des êtres. Ces rapports une fois constatés par l’expérience, une lumière nouvelle s’est faite : la foi s’est adressée à la raison, la raison n’a rien trouvé d’illogique dans la foi, et le matérialisme a été vaincu. Mais en cela comme en toutes choses, il y a des gens qui restent en arrière, jusqu’à ce qu’ils soient entraînés par le mouvement général qui les écrase s’ils veulent y résister au lieu de s’y abandonner. C’est toute une révolution morale qui s’opère en ce moment et travaille les esprits ; après s’être élaborée pendant plus de dix-huit siècles, elle touche à son accomplissement, et va marquer une nouvelle ère dans l’humanité. Les conséquences de cette révolution sont faciles à prévoir ; elle doit apporter, dans les rapports sociaux, d’inévitables modifications, auxquelles il n’est au pouvoir de personne de s’opposer, parce qu’elles sont dans les desseins de Dieu, et qu’elles ressortent de la loi du progrès, qui est une loi de Dieu.

Allan-Kardec-cadre

Publié dans : ||le 30 juillet, 2010 |1 Commentaire »

1 Commentaire Commenter.

  1. le 28 décembre, 2010 à 22:18 dinand doz écrit:

    merci encore a mr kardec colette

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3