LE « JE » MULTIDIMENSIONNEL

J’ai souvent lu et entendu des références à notre multidimensionnalité, au fait que seule une petite parcelle de ce que nous sommes réellement est incarnée sur la Terre. Cela me laissait rêveuse. Pas vous?

Nous pourrons bientôt récupérer les mémoires de tout ce que nous avons vécu ici, sur cette planète ( et peut-être vaudrait-il mieux, dans l’immédiat, utiliser souvent la Flamme Violette par rapport à notre passé de siècles et de millénaires pour que ce contact soit joyeux).

violette

C’est déjà fabuleux mais ce n’est pas tout. Nous pourrons aussi communiquer avec notre famille de l’espace et retrouver le souvenir des choses vécues ensemble. D’autres parties de notre être attendent, peut-être avec impatience, que nous soyons capables de nous relier à elles, de profiter d’un passé qui, s’il n’a pas toujours été rose sur la Terre, a toutefois été jalonné de moments merveilleux, je joies indicibles connus ici et ailleurs.

Je dois portant avouer que je ne me suis pas souvent penchée sur cette multidimensionnalité, peut-être parce que, comme il arrive à tant d’autres humains, ma vie actuelle me donnait assez de fil à retordre. Eh bien, j’avais tort.

Ce matin, à mon réveil, j’étais en train de penser à quelques personnes qui peuplent ou ont peuplé mon existence récente et à essayer de comprendre certaines de leurs réactions et attitudes, pas pour les juger mais simplement pour décerner les mécanismes de leurs comportements. 

Au bout d’un moment, mon Maître me dit avec sa douceur habituelle:

« Ne trouves-tu pas que c’est un gaspillage de temps et d’énergie que tu es en train de faire? »

Je me suis défendue: 

« Tu sais bien, Seigneur, que je ne cherche pas a critiquer ces personnes mais uniquement à les comprendre. »

Après une courte pause, il demanda encore:

« Penses-tu pouvoir comprendre entièrement ton être multidimensionnel? »

« Certainement pas. »

« Es-tu sûre de bien te comprendre toi-même dans toutes les facettes de ton être? »

« Non – ai-je été obligée d’avouer.

Il n’a plus rien dit. Il savait que j’étais trop honnête pour ne pas tirer les conclusions logiques de cet aveu. 

Non, je ne pourrai pas tout comprendre chez les autres tandis que je me surprendrai encore moi-même. Comment se targuer de bien connaître un être dont on ignore même l’ampleur?

Lui, Il connaît tout de moi, de mon passé, de mon présent, de mes perspectives d’avenir. C’est comme si j’étais transparente. Cela pourrait me gêner mais ce n’est pas le cas. Bien au contraire. Etre totalement soi-même, sans les mensonges, les manières que notre Sociérté attend de nous, en sachanr que l’on n’est pas jugé, que c’est réconfortant!

Il n’a de nouveau parlé qu’après un long moment au cours duquel Il m’a permis de méditer sur ce dialogue.

« Tu sais maintenbant – dit-il enfin – qu’il ne faut pas chercher à tout décortiquer, mais que l’on doit accepter ce que l’on ne comprend pas, en sachant que le jour viendra où l’on pourra tout accueillir sans jugement. Il te faut, si tu le veux bien, accueillir dès cet instant ce qui t’est connu, mais aussi ce qui est inconnu, en ayant confiance en ta Divine Présence, en ton Guide et en toi-même, car même à des êtres dans l’ombre la plus épaisse tu peux apporter de la Lumière, si tu es Présence d’Amour et de respect, protégée par nous, des Plans Supérieurs.

Il te faut apprendre à avancer sans voir, sans entendre et sans comprendre, t’abandonnant à la Présence Divine que tu t’es engagée à servir, de Qui tu as voulu être l’instrument, ayant pour boussoles l’Amour Inconditionnel, la confiance, la foi. Tu marcheras en aveugle mais dans la certitude que tu approches le seuil d’un avenir radieux.

Depuis cet engagement, pris librement et avec une totale détermination, tu n’as rien à craindre. Une nouvelle vision de la vie, des gens et des choses te fera découvrir que tout est beau. 

Tout à l’heure tu t’émerveillais des perles de pluie accrochées aux branches nues de cet arbre devant ta fenêtre. Rends grâce de cette capacité à t’émerveiller. Tout est beau, y compris tes chagrins, tes erreurs, tes défaillances, les imperfections de ton corps, l’humiliation de le sentir difficile à contrôler. Tout cela te fait grandir, tout t’apporte une leçon qui te rapproche de la totalité de ton être, de ta multidimensionnalité.

Accueille chaque moment avec joie, accueille tout ce qui vient à toi dans l’enthousiasme de l’enfant qui fait des découvertes et sait que chacune d’elles le conduira plus loin sur le chemin de la vie.

Sois légère, insouciante, abandonnée à la vie qui sera de plus en plus belle parce que tu l’as voulu depuis le jour où tu t’es réveillée à cette autre Vérité qui est finalement la seule. »

Je l’écoutais ravie, les yeux remplis de larmes, de larmes belles et joyeuses comme celles de la pluie sur les brancches de l’arbre.

A travers moi, je crois qu’Il s’adressait à vous tous qui lisez ces pages. Mon voeu le plus cher est que ses mots pénètrent jusqu’au fond  de votre coeur et qu’ils y restent.

EXTRAIT du Journal d’une disciple

 

Publié dans : MULTIDIMENSIONNALITE |le 4 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3