Archive pour mai, 2016

La voie du chamanisme Toltèque

 

 

Notre univers est par nature bipolaire, soit masculin/féminin, grand/petit, sombre/lumineux, etc…

Chaque aspect ne pourrait exister sans l’autre. Notre réalité se compose du tonal et du nagual.

2

Le tonal est ce qui se voit, ce qui se pèse, la matière, le sang, la chair, les os, etc… Il est tout se qui s’explique. Le tonal ancre la logique et il donne un sens à tout ce que nous vivons. Nous pouvons aussi dire que notre état « éveillé » appartient au tonal. On l’appelle également en psychologie le conscient, la partie émergée de l’iceberg.

Le nagual est l’invisible. Il est l’espace entre la matière, le vide, l’intuition, le ressenti. Le nagual n’a pas de logique et ne peut donc s’expliquer. Il est le mystère et la magie de la vie. Lorsque nous dormons, nous pouvons dire que nous plongeons dans le nagual puisque nos rêves n’ont pas de cohérence. En psychologie, il est l’inconscient.

Il y a 3000 ans, dans les tribus Toltèques, étaient appelés « Naguals » les chamans, les guérisseurs. On leur attribuait de grands pouvoirs car ils étaient en relation avec le monde de l’esprit.

D’après cette sagesse ancienne, notre corps est constitué d’un aspect physique, mais il est aussi entouré d’un corps d’énergie (certains l’appellent l’aura dans d’autres cultures). Notre position de perception sur notre réalité se fixe en ce que l’on appelle « le point d’assemblage ».

Lorsque nous sommes enfants et que notre système de croyance est neutre, le point d’assemblage est amovible, il se déplace régulièrement, puis, à force d’éducation et d’expériences, il va se ralentir pour enfin se fixer dans une zone de notre corps énergétique et enfin se mobiliser et s’endurcir avec une grande rigidité.

Voilà pourquoi il est de plus en plus difficile avec l’âge de changer de comportement ou de croyance, car la fixité du point d’assemblage s’est enracinée au fur et à mesure du temps, à l’aulne du renforcement par notre attention.

Et la science moderne dans tout ça?

Il est déplorable d’observer une telle fermeture de la science face aux questions d’ordre spirituelles, et concernant le monde du chamanisme.

La science part du postulat de base de « l’évolution » de Darwin. Ce n’est qu’un postulat qui est donc une croyance. Puis, nos scientifiques soumettent des expériences qui vont apporter la validité de la recherche. Nous sommes donc totalement dans ce cercle vicieux, puisque tout ce qui sera démontré d’une autre manière n’aura aucune validité puisque il existe une croyance de base dans laquelle la science ne peut envisager de considérer les choses autrement.

Tant que la science sera dans son postulat et sa croyance de départ, les découvertes stagneront sur ce que nous connaissons déjà, et il faudrait complètement remettre en question tout un système de fonctionnement, ce qui dans notre orgueil semble bien difficile.

J’espère qu’un jour, les scientifiques et les maîtres de sagesse sauront se donner la main, car l’exploration et la découverte n’est il pas réellement ce qui compte pour avancer?

Dans la pratique du chamanisme, il n’y a pas de dogme ; la seule validité d’une croyance va être dans une recherche de vérité et les chamans ont pour cela un mode de vie tendant à vivre avec la plus grande souplesse de leur point d’assemblage, afin de ne pas être les marionnettes de leurs croyances.

1

Quelle différence entre chamanisme et religion ?

Les peuples assujettis à de multiples commandements n’ont pour la plupart pas eu la chance d’avoir un rapport, avec le divin, étroit et personnel. Les religions ont souvent instauré une image de Dieu correspondant à leurs propres croyances et conditionnement.

Ainsi, nous retrouvons souvent sous le terme de « Dieu » une notion de jugement et de culpabilité. Ont nous apprend que Dieu est un Dieu jaloux et qu’il ne nous sauvera de l’enfer que si nous ne pêchons pas. S’ensuit le jugement et la culpabilité et c’est alors la peur qui domine la relation avec ce concept du divin.

A travers les religions, l’homme ne parvient plus à être libre de réfléchir par lui même, il est l’esclave d’un système de lois et de croyances. Il croit simplement des écrits d’autres hommes qui étaient là bien avant lui, et cela se propage de génération en génération. Dans la plupart du temps, Dieu est masculin ainsi que tous les concepts machistes tournant autour de ce concept. Or, la spiritualité du chamanisme est bien différente.

La spiritualité permet de se connecter avec le divin et d’entretenir une relation personnelle avec la source de l’univers. La foi est basée sur l’expérience, et la spiritualité invite à ressentir, à écouter, à être réceptif à cette force créatrice.

Le chamanisme ne rejette pas pour autant les paroles de sagesse qui ont alimenté les religions. Il invite à réfléchir par soi même à ces paraboles et à trouver son propre chemin, dans sa propre liberté. Je pense qu’un temps viendra où la dualité manichéenne sera révolue.

J’aimerai à travers cet article ouvrir le concept de Dieu afin de vous réconcilier avec lui.

Imaginons une énergie qui est tout ce qui est, et tout ce qui sera. Il n’y a que cette énergie et il n’existe rien d’autre. Alors cette énergie s’ennuie. Elle a besoin de faire l’expérience de sa splendeur. Alors elle se divise en des milliards de petites lumières. Elle crée l’obscurité, car elle sait qu’à travers cette obscurité, elle pourra faire l’expérience d’elle même.

Alors moi, vous et chaque chose qui nous entoure est Dieu. Nous faisons tous partis de ce grand tout. En réalité il n’y a rien d’autre. Nous avons tous choisi l’amnésie afin, non pas d’évoluer pour devenir meilleur, nous sommes déjà parfaits, mais de nous rappeler qui nous sommes vraiment. Et ce chemin est magnifique. Dans la bible il est écrit que Dieu à fait l’homme à son image. Je pense que ce verset parle de notre pouvoir de création. Nous sommes les créateurs de notre réalité. Par notre perception, par nos valeurs, nos croyances, nous créons le monde constamment autour de nous, nous sommes des artistes.

Je pense aussi qu’au niveau de l’intention, nous sommes les créateurs de nos vies. Voilà pourquoi il est si important de vivre avec conscience.La plupart des gens subissent la vie comme si tout dépendait du plus grand des hasards. Il y a ceux qui se plaignent de leurs échecs, et d’autres à qui tout semble réussir. Alors quel Dieu d’amour laisserait faire pareille injustice ?

 1

Notre pouvoir de création est bien plus illimité que ce que nous pouvons imaginer. Il est très fréquent que nos échecs soient les plus beaux reflets de nos intentions mal alignées avec notre être profond. Et combien de fois a t’on pu admettre que c’était les épreuves qui nous avaient forgé, qu’elles nous avaient fait évoluer ?

Je pense que la vie est merveilleuse. Un intégriste religieux passerait sa vie entière à méditer dans un monastère, pensant qu’il a évolué, et voilà qu’à peine ressorti, il se met à ressentir encore la colère, la tristesse, car confronté au monde, il se rend compte qu’il n’a pas bougé d’un millimètre !

La vie, nos épreuves, nos succès, nos expériences, nous évoluons et chaque jour nos opinions changent. Nous faisons connaissance avec nous même et pour finir, nous nous rendons compte que nous ne nous connaissons pas vraiment. Nous sommes surpris de mal connaître notre entourage alors qu’il en est de même pour nos propres réactions. Nous nous donnons des challenges, des objectifs à atteindre, nous parcourons cette vie comme une grande aventure. Nous sommes des explorateurs. Je crois sincèrement que nous sommes Dieu faisant l’expérience de lui-même !

Je pense aussi que nos concepts fixés dans leurs positions du point d’assemblage nous font croire à l’injustice. Sachez reconnaître en vous le divin. Sachez rechercher toutes ces choses que vous croyez ne pas avoir, en vous ! Elles y sont et y ont toujours été.

Si votre vie est merveilleuse, que tout se passe comme vous l’avez prévu, profitez-en. Voici le temps du répit. Reposez vous. Et quand vient l’épreuve, la difficulté, la solitude, la souffrance et le sang, voici venu le temps pour vous d’explorer ce que vous êtes. Explorez encore plus profond. J’ai vécu comme chacun des moments très difficiles dans ma vie, et dans les épreuves, j’ai pu trouver ma propre lumière. J’ai pu rencontrer Dieu qui me disait qu’il ne m’avait pas abandonné et que c’était à moi de parcourir mon chemin.

J’ai remis beaucoup de croyances erronées à la poubelle, car c’étaient les croyances liées aux contextes que je vivais qui me faisaient souffrir. Je ne pense pas en notion de bien ou de mal. Je pense en efficacité. Qu’est ce qui va me servir dans cette situation ? Quelle croyance va être plus aidante ? Pendant longtemps je me suis dit que le fait de changer ses croyances sur plus de positif pouvait être dangereux car je risquais d’être comme les autruches et ne plus voir la réalité telle qu’elle était. Là je me trompais. Je n’avais tout simplement pas conscience que de toute façon, je ne la voyais pas avec objectivité dans mon présent.

Ne croyez en rien. Ni en ce qu’on vous dit, ni en ce que vous vous dites vous même !!!

Parce que tout ce que vous vous direz sera le fruit de vos conceptions, de vos opinions et de vos théories (ou de celles des autres). Si elles sont plus utiles, alors sachez les adopter. Pourquoi seraient-elles plus fausses que les autres ? De toute façon, tout ce que nous nous racontons est une histoire. Nous sommes de fantastiques écrivains, des scénaristes chevronnés, et je crois que beaucoup parmi nous adorent les drames !!!

Par Beltane 

Publié dans:AMERINDIENS, ENERGIES, POUVOIR |on 9 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Le Mystère de la Ronde des Archanges

 

 
Il est évident que l’humanité traverse aujourd’hui une crise majeure. Elle est à un tournant de son histoire et tout un monde s’ouvre devant elle. C’est l’heure de la décision déterminante, des choix décisifs.

La plupart des gens ressent qu’une prise de conscience doit avoir lieu et qu’elle doit éclairer la vie intérieure de tous les individus. La Ronde des Archanges s’inscrit dans cette optique de l’émergence d’une nouvelle conscience sur la terre ; une conscience qui amènera une nouvelle qualité de vie et d’être.

Enracinée dans la terre d’une tradition millénaire : ‘l’Essénisme’, elle est un extraordinaire chemin pour vivre avec son âme dans toutes les circonstances de la vie. Entrer dans cette pratique sacrée est un acte libérateur, une prise en mains de sa destinée, une action positive pour reprendre le contrôle de son existence et recevoir la grande bénédiction de la Lumière.

ronde-des-archanges  
Au commencement des temps, après la « grande chute » dont parlent toutes les traditions des peuples, l’humanité se divisa en 2 cercles, en 2 parties distinctes. Le premier cercle, composé de la grande majorité des êtres humains, pourrait être appelé celui des « enfants de la matière » et le second, celui des « Enfants de la Lumière ».

Le premier cercle était constitué d’hommes et de femmes qui, face à l’environnement hostile et inconnu dans lequel ils se trouvaient, décidèrent de survivre à tout prix en dominant le monde matériel. Ils entreprirent alors de découvrir les lois le gouvernant, afin de répondre à leurs besoins corporels et à leurs désirs personnels. Ces préoccupations étaient bien légitimes, mais, progressivement, ils se laissèrent happer par le tourbillon d’une chute encore plus grande et s’identifièrent totalement au corps physique, aux seules racines de leur arbre au détriment de leurs branches : les belles pensées unies à l’intelligence supérieure. Ils laissèrent s’éteindre la mémoire de leur origine divine et prirent les besoins de leurs enveloppes extérieures pour unique réalité. Ils se coupèrent ainsi de la partie supérieure de leur être et apprirent à vivre sans suivre les orientations de leur âme, sans la sagesse éternelle des mondes. C’est sur ces bases instables et mouvantes qu’est apparue notre civilisation actuelle.

 Par Olivier Manitara

Publié dans:ANGES, TERRE |on 7 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Les Pierres et la Spiritualité

 

 1

Il est délicat de définir la Spiritualité car ce terme, aujourd’hui très vulgarisé et vidé de sa substance, est utilisé pour une très large gamme de pratiques et de croyances…Aussi, allons-nous essayer ici, de mettre en évidence ce qui en constitue le cœur, « cette matrice fondamentale de l’être » hors du domaine de l’Ego, et examiner comment les pierres qui constituent la matrice fondamentale de l’Univers physique peuvent nous relier aux différentes manifestations de cette Essence qui vit en nous, et nous aider à nous libérer de ce qui la masque. Toutes les traditions dites « spirituelles » ont cherché à leur manière à exprimer cette Essence.

Ces différentes traditions (le Christianisme et le Bouddhisme, en particulier) ainsi que de nombreux chamanismes (amérindiens, sud-américains, africains…) ont intégré les pierres à leur pratique. Dans notre bulletin n°34 nous avons déjà traité le thème « Les Pierres et le christianisme ». Dans ce numéro, nous allons examiner comment les pierres nous relient à certains aspects fondamentaux de l’être et à leur manifestation. Aussi avons-nous choisi quelques pierres correspondant à des points essentiels exprimés par les principaux courants spirituels et que l’on peut traduire par quelques mots-clés: épuration, incarnation, présence, acceptation.

Epuration de l’Ego

2

L’Améthyste est une pierre que l’on associe souvent à la Spiritualité sans que l’on explique pour autant la nature de ce lien. Pourtant, Mythologie et usages traditionnels concernant l’Améthyste sont très explicites: cette pierre « refroidit » littéralement les excès de l’Ego, de la personnalité ; c’est une pierre de « tempérance » selon la terminologie chrétienne ou en d’autres termes d’épuration de l’Ego. Elle est adaptée à la démarche qui considère que désirs, pulsions et passions sont des manifestations de l’Ego et qu’ils nous éloignent de notre Essence ou de Dieu. La réputation de l’Améthyste de protéger de l’ivresse peut être comprise aussi dans ce sens, l’ivresse n’étant pas, dans ce cas, causée que par l’excès de vin.
Le catholicisme a fait de l’Améthyste sa pierre de prédilection et les évêques portent une bague en Améthyste.

Incarnation et Intégration

On rapporte que quand le Bouddha a connu l’Éveil, ses disciples lui ont demandé : « Comment peut-on en avoir la preuve ?  » Alors touchant le sol, il a répondu : « Cette terre est mon témoin! « 

On pourrait rapprocher cette réponse de l’adage : « On reconnaît l’arbre à ses fruits » Quel est l’intérêt d’une Spiritualité abstraite avec ses principes et rituels qui ne débouche pas sur une transformation du comportement au quotidien ?

3

La Sugilite correspond à cette incarnation, cette intégration de notre nature fondamentale. Selon les personnes, cette nature s’incarne dans une forme particulière d’énergie, et à chaque personne correspond une « voie ». Porter une Sugilite dans l’axe du corps est un bon support pour incarner l’Énergie et trouver sa voie. Cette pierre a l’énergie active aide à canaliser l’Energie. Parfois, pour donner plus d’ancrage dans le réel à une énergie trop éthérée, des pierres d’ancrage comme les Bojis, la Tourmaline noire ou la Shungite peuvent être utiles.

Présence et Conscience

Les voies qui utilisent la méditation comme support mettent l’accent sur l’instant présent et les prises de conscience. L’activité mentale se situe dans le passé ou l’avenir (même tout proche), la sensation ramène à l’instant présent.
La formule « ici et maintenant » rendue populaire par le Zen exprime bien cette démarche.

La Phénacite est la pierre qui exprime le mieux le fait d’être dans cet « ici et maintenant », présent et vigilant, c’est-à-dire libre des compulsions et conditionnements qui sont comme des circuits imprimés dans la mémoire.

La Phénacite symbolise la « Résurrection » dans la tradition chrétienne ou la libération vis à vis du karma dans le bouddhisme. Elle est particulièrement indiquée pour les personnes distraites et celles dont le passé est très prégnant. Pour toute personne bloquée dans un schéma répétitif, c’est une excellente pierre de « passage » et de libération de ce schéma.

Le Cristal de roche représente la conscience au sens global. Tenu à la main pendant la méditation ou placé à proximité s’il est assez gros, il intensifie les sensations et rend plus nettes les prises de conscience.

La Fluorite est une pierre complémentaire aux deux précédentes ; elle exprime la clarté de l’Esprit (ou de la conscience). On pourrait utiliser l’image d’un ciel dégagé, pur; l’Ego constitue les nuages, plus ou moins sombres et opaques, qui obstruent le ciel et nous font oublier qu’il est toujours là ; on est identifié aux nuages, qu’on les trouve magnifiques ou menaçants.

La Fluorite est une pierre de discernement, de désidentification, de clarté. Elle aide à traduire la clarté de l’Esprit en pensées et décisions. C’est une pierre essentielle pour le chercheur, quelle que soit cette recherche.

Acceptation et ouverture du cœur

L’acceptation correspond plus à une « voie du cœur » bien qu’elle puisse aussi découler de la pratique de la méditation. Elle apparaît clairement dans la tradition chrétienne où l’on s’en remet à la volonté de Dieu : »Que la Volonté soit faite sur la terre comme au ciel ».

Dans les traditions orientales, elle s’exprime dans la notion de Destinée. Dans les deux cas, c’est reconnaître l’impuissance de l’Ego, les limites de l’être humain et se soumettre aux « lois de l’Univers » pour employer un terme plus neutre. Pour que cet abandon soit possible, il faut pressentir cette intelligence primordiale qui gouverne l’Univers malgré l’apparent chaos. C’est ce que le christianisme appelle la Foi. Le manque de foi crée la peur qui engendre volonté de contrôle et de pouvoir, et lutte.

Trois pierres sont fondamentales dans cette optique : Moldavite, Larimar et Séraphinite.

La Moldavite est la pierre-type d’ouverture, de ce que nous appelons « l’ouverture du cœur ». Nous avons longuement parlé de cette pierre dans notre bulletin n°31.

Le Larimar correspond à l’apaisement de la volonté d’Avoir sous ses diverses facettes: ambition, challenge, avidité, rivalité, contrôle, qui créent beaucoup de stress et de tensions.

La Séraphinite est une pierre de lâcher-prise ; elle est particulièrement utile quand on touche en soi un « nœud », un « noyau dur » : ce peut-être une addiction, un comportement sclérosé, névrotique, une fixation ou une crispation dont on n’arrive pas à se défaire. L’énergie interne de cette pierre favorise  » le lâcher ».

Le Quartz rose est un très bon complément à ces trois pierres auxquelles il apporte sa douceur. Un sentiment de douceur bienveillante et protectrice favorise ouverture, apaisement et lâcher-prise ; c’est pourquoi dans nos colliers (voir « nos créations »), nos programmations et nos mandalas nous associons toujours le Quartz rose à ces pierres.

La Variscite correspond à la Foi et peut être portée en pendentif au niveau du cœur.
Enfin, la Tanzanite est très indiquée pour les personnes dont les jugements empêchent l’acceptation ; dans ce cas, on peut placer, en position allongée, une Tanzanite au milieu du front ( » 3e œil « ) avec un quartz rose sur le chakra du cœur (au centre du sternum).

Pierres et symbolisme

Le symbolisme de la croix se retrouve dans de nombreuses traditions spirituelles ou chamaniques (chamanisme Amérindien, Celte…)

4
Staurolite

 

La Staurolite (du grec Stauros=croix et Lithos=pierres), formée par deux cristaux qui s’interpénètrent formant un macle en croix, cette pierre se rencontre dans plusieurs pays: celle de Bretagne présente des spécimens les plus remarquables dont l’Energie est la plus puissante.

5
Pierre de Fée

La Pierre de Fée correspond au culte de la civilisation de la Déesse-mère (avant la naissance du patriarcat). Ces formations qui viennent du Québec, sur les rives du fleuve Harricana, rappellent les ‘Vénus paléolithiques’ dont la plus connue est la Vénus de Willendorf. Plus près de notre époque, le Shivaïsme du Cachemire, particulièrement vivace du 9ème au 12ème siècle, à fait revivre par le culte des ‘Dakinis’, cette tradition plusieurs fois millénaire.

Et la pratique…

Quelques conseils:

Toutes les pierres présentées dans cet article conviennent bien à être portées en pendentif au niveau du chakra du cœur qui peut-être considéré comme le centre de transformation des attitudes.Dans une programmation ou dans un mandala, il est important d’inclure, en plus de ces pierres, un Quartz rose qui apportera une dimension de douceur et de bienveillance envers soi-même ; cela aidera à éviter une pratique trop « pure et dure » : volontaire, exigeante, en recherche d’efficacité et de résultats.

Si vous souhaitez porter sur vous ces pierres en association, nous avons réalisé des colliers sur les thèmes: « lâcher-prise » (Séraphinite et Quartz rose) et « Paix intérieure » (Larimar et Quartz rose).
Voir colliers « Nos créations » sur notre catalogue papier ou sur le site internet : www.cristal-essence.fr

Publié dans:CHAKRAS, NATURE, TERRE |on 6 mai, 2016 |Pas de commentaires »

LE PARADIS ET L’ENFER EXISTENT-ILS VRAIMENT

paradi enfer

En ce qui concerne le paradis :

Dans le contexte de la révélation, nous savons que le « paradis » où nous nous retrouverons n’est ni une abstraction ni un lieu physique situé dans les nuages, mais une relation personnelle vivante avec la Sainte Trinité. Il s’agit de notre rencontre avec notre Père qui se produite au sein du Christ ressuscité grâce à la communion du Saint Esprit. Il est toujours nécessaire de conserver une certaine modération en décrivant ces « réalités ultimes », car ces représentations sont toujours quelque peu décevantes. Le langage personnalisé d’aujourd’hui est mieux adapté pour dépeindre l’état de bonheur et de sérénité dont nous bénéficieront dans notre communion définitive avec Dieu.

Ecrit par le pape Jean-Paul II – Juillet 1999

En ce qui concerne l’enfer :

Les images de l’enfer que les Saintes Ecritures nous offrent doivent être correctement interprétées. Elles montrent la frustration et la vacuité totale d’une vie sans Dieu… Davantage qu’un lieu précis, l’enfer indique l’état dans lequel se trouvent ceux qui sont séparés d e Dieu volontairement et définitivement. L’enfer n’équivaut pas au châtiment imposé physiquement par Dieu, mais à la condition résultant des attitudes et des actions que les êtres adoptent au cours de cette vie. Les Ecritures utilisent de nombreuses images pour décrire la douleur, la frustration et le vide qu’entraîne une vie sans Dieu. Davantage qu’un lieu physique, l’enfer représente la situation d ans laquelle se trouvent ceux qui volontairement et définitivement se sont séparés de Dieu, source de toute vie et de toute joie. Ainsi, la damnation éternelle n’est pas l’œuvre de Dieu, mais en réalité la conséquence de Nos actes.

Ecrit par le pape Jean-Paul II – Juillet 1999

Vatican city – Editorial and Management Offices.

Publié dans:ACCORD, HUMANITE |on 6 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Origine du « Je vous salue Marie »

vierge marie

La première partie, la Salutation Angélique inspirée de l’Évangile de St Luc 1/28 (les paroles de l’ange à l’ Annonciation) et 1/42 (la salutation d’Élisabeth à la Visitation), était déjà utilisée en Orient dans la Liturgie de saint Jacques qui, dès le IVe siècle chante : « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie parmi les femmes et béni le fruit de ton sein, car tu as engendré le sauveur de nos âmes »

La récitation de la première partie de l’Ave Maria s’est généralisée en Occident à partir du XIe siècle. La deuxième partie, la Supplication et le vouvoiement (priez pour nous pauvres pécheurs), a commencée a être rajoutée entre le XII° et XIV° siècle. C’est au XVI° et XVII° que la prière entière devint très populaire.

Marie peut être d’une grande aide pour ceux qui souffrent.
Voici une prière de Neuvaine qui peut les aider:

Vierge Marie, toi qui défait les nœuds

 1

Dessin de Guylène Ralu-Bandin

Mère du bel Amour,
Mère qui n’a jamais abandonné un enfant qui crie au secours,
Mère dont les mains travaillent sans cesse
Pour  ses enfants bien aimés,
Car elles sont poussées par l’Amour divin  
Et l’infinie Miséricorde qui déborde de ton cœur,
Tourne ton regard plein de compassion vers moi.

Vois le paquet de  « nœuds » qui étouffent ma vie.
Tu connais mon désespoir et ma douleur.
Tu sais combien ces nœuds me paralysent.  

Marie, Mère que Dieu a chargée de défaire
Les  « nœuds » de la vie de tes enfants,
Je dépose le ruban de ma vie dans tes mains.
Personne, pas même le Malin, ne peut le  soustraire
A ton aide miséricordieuse.
Dans tes mains, il n’y a pas un seul nœud
Qui ne puisse être défait.

Mère  toute puissante, par ta grâce et par ton pouvoir d’intercession
Auprès de ton Fils Jésus, mon Libérateur,
Reçois aujourd’hui ce « nœud  » (le nommer).  

Pour la gloire de Dieu, je te demande de le défaire,  
Et de le défaire pour toujours.
J’espère en Toi.
Tu es l’unique Consolatrice que Dieu m’a donnée,
Tu es la forteresse de mes forces fragiles,
La richesse de mes misères,
La délivrance de tout ce qui m’empêche d’être avec le Christ.  

Accueille mon appel.
Garde-moi, guide-moi, protège-moi.  
Tu es mon refuge assuré.
Marie, Toi qui défais les « nœuds », prie pour moi.
Amen »

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 4 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Prières indiennes

 

Wakan Tanka, O Grand Mystère,
Enseigne-moi à faire confiance
à mon cœur,
à mon esprit,
à mon intuition,
à ma connaissance intérieure,
aux sens de mon corps,
aux bénédictions de mon esprit.
Enseigne-moi à avoir confiance en eux
pour que je puisse habiter mon Espace Sacré,
ainsi que l’amour au-delà de ma peur,
Et marcher ainsi dans la Beauté
au passage de chaque soleil glorieux. »

Prière

Nous rendons grâces à notre mère, la terre, qui nous soutient.
Nous rendons grâces aux rivières et aux ruisseaux qui nous donnent l’eau. Nous rendons grâces à toutes les plantes qui nous donnent les remèdes contre nos maladies.
Nous rendons grâces au maïs et à ses soeurs les fèves et les courges, qui nous donnent la vie.
Nous rendons grâces aux haies et aux arbres qui nous donnent leurs fruits. Nous rendons grâces au vent qui remue l’air et chasse les maladies.
Nous rendons grâces à la lune et aux étoiles qui nous ont donné leur clarté après le départ du Soleil.
Nous rendons grâces à notre grand-père Hé-no, pour avoir protégé ses petits-enfants des sorcières et des reptiles, et nous avoir donné sa pluie.
Nous rendons grâces au Soleil qui a regardé la terre d’un oeil bienfaisant. Enfin, nous rendons grâces au Grand Esprit en qui s’incarne toute bonté et qui mène toutes choses pour le bien de ses enfants. »

 2

 

« Grand Esprit, aide moi à ne jamais juger un autre
avant d’avoir chaussé ses mocassins pendant au moins deux semaines. »

 

Ohiyesa, Santee Dakota, écrivain et médecin, décrit en 1911 la manière dont son peuple prie:
« Dans la vie de l’indien, il n’y a qu’un devoir inévitable: le devoir de prière, la reconnaissance quotidienne de l’Invisible et de l’Éternel.

Ses dévotions quotidiennes lui sont plus nécessaires que sa nourriture de chaque Jour. Il se lève au petit jour, chausse ses mocassins et descend à la rivière. Il s’asperge le visage d’eau froide ou s’y plonge entièrement. Après le bain, il reste dressé devant l’aube qui avance, face au soleil qui danse sur l’horizon, et offre sa prière muette. Sa compagne peut l’avoir précédé ou le suivre dans ses dévotions, mais ne doit jamais l’accompagner. Le soleil du matin, la douce terre nouvelle et le grand silence, chaque âme doit les rencontrer seule ! Chaque fois qu’au cours de sa chasse quotidienne, l’homme rouge arrive devant une scène sublime ou éclatante de beauté, un nuage noir chargé de tonnerre avec l’arche étincelante d’un arc-en-ciel au-dessus d’une montagne, une cascade blanche au coeur d’une gorge verte, une vaste prairie teintée du rouge sang d’un soleil couchant, il s’arrête un instant dans la position d’adoration. Il ne voit pas le besoin de distinguer un jour parmi les sept pour en faire un jour saint puisque pour lui tous les jours sont ceux de Dieu. »

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 4 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Que décidons-nous ? Qui décidons-nous d’être ?

Je sais, cela n’apparaît pas simple car chaque personne est aussi tout un monde dans un monde, avec son histoire, sa personnalité, son esprit, son âme, un mystère complexe avec un passé et un futur, mais surtout un présent à déterminer à chaque minute, car ce temps se conjugue en éternels recommencements. Et heureusement ! Rires !!!

1

J’aime rappeler qu’au lieu de focaliser sur le « j’aurais dû, je devrais », le « je fais » nous évite une solution mentale car la vérité est évidence et s’observe dans la soie de la douceur de son soi. Qui sommes-nous, que choisissons-nous de mettre en lumière en nous ? C’est notre mission, facile si nous nous toilettons sans être sanglés.

Vivre dans la peur ne pourra jamais nous permettre une relation profonde ni avec notre être authentique ni avec les autres. Nous resterons craintifs et non créatifs. Se séparer du pouvoir créatif conduit à piétiner pour ne pas revivre le passé dans le futur. Ce n’est pas naturel. Mettons les couleurs du printemps dans notre vie, la vie est une lumière dans le vent, le vent est le souffle divin qui nettoie tout sur son passage.

Je passe maintenant à la question d’Isabelle :
« Où est la dimension omni-cosmique ? »

Bien… je souris… je vais essayer de répondre, car j’ai aussi ma limitation de compréhension, même si j’ai plus conscience de certaines choses, car je suis réglé différemment, rires. Accordé différemment serait plus juste. J’ai moins besoin de « chosifier » les trucs, rires… Je vis, je reçois, j’émets, je transmets. Mais encore une fois, ce que j’en retiens, ce que j’en digère, ce que j’en assimile, ce n’est que ma petite vérité de l’instant, à mon niveau, ma vision de tous ces machins, cette question emmène au-delà de la compréhension humaine, mais je vais tenter une approche…

Déjà « où » est inapproprié, car ce n’est pas un lieu. Il n’y a pas de lieux dans l’Univers, c’est une notion difficile à intégrer sur terre où tout est compartimenté, limité. Il n’y a que de l’énergie, des fréquences vibratoires sur lesquelles on se branche. Forcément, l’esprit humain veut comprendre donc il classifie, enferme et nomme. A commencer par nous-même, nous avons un nom, mais aussi un cœur et une vibration. On ne va pas quelque part, on règle notre radio interne sur une longueur d’onde particulière qui va nous mettre en connexion sur la fréquence correspondante de Radio Univers en fonction de sa vitesse. La variation de vitesse crée des dispersions. Je vous laisse réfléchir à cette métaphore, rires… D’où l’importance de notre ton et de notre pulsation…

Je répondrai donc que c’est la fréquence de l’amour inconditionnel, la plus haute fréquence, là où s’entend la fameuse musique des sphères, elle diffuse des ondes qui imprègnent notre terre (entre autres) où certains points particuliers la reçoivent plus nettement, plus concentrée qu’ailleurs. Exemple, les pyramides qui ensuite, prennent un rôle d’émetteur, surtout lorsqu’elles sont disposées en triangle, ce qui augmente leur puissance de rayonnement. C’est comme une symphonie céleste jouée du ciel, entendue sur terre avec tout ce qui la parasite. Dans la Nature, chaque oiseau, chaque arbre, chaque point d’eau, chaque pierre… en reçoit une étincelle d’où l’importance de mon blabla sur le retour à la Nature comme point de re-Source. Notre champ vital, notre aura, se dilatent et s’élèvent sur ces points particuliers mais aussi quand on comm-unit et comm-Unique dans la Nature. Avec les humains, c’est plus… fasti-dieux.

L’être humain ne saurait, en son état, la recevoir pleinement, il brûlerait sur place. C’est un rayonnement qui part de l’œil divin, de son cristallin, un regard de lumière pure dont nous recevons la pulsation fragmentée. Mais il n’y a pas que les pyramides, d’autres points énergétiques, d’autres monuments agissent en diapasons. Quoi qu’il en soit, pour se connecter à ces ondes divines, tout dépend aussi de l’Intention (encore une fois…) avec laquelle nous arrivons sur ces fameux points. Mais… même les sceptiques, les incrédules, bénéficient en partie de ces rayonnements. Un accordage a toujours lieu, qu’il soit ressenti ou non, pour accélérer l’évolution, la transformation. Car nous y Allons !

En conclusion s’il fallait une réponse simple et courte, je dirais que l’omni-cosmique est la fréquence de l’Homme dans son état originel/naturel dissous en pure énergie, dans l’énergie du Tout, redevenu Un dans le Cosmos.

Le H – le UN – le C osmos, soit le Hunc = LUI qui luit. Mais je crains que ce ne soit très clair, même si c’est lumière, rires, je chahute… cela me fait du bien…

J’oubliais, je n’ai pas besoin de pierre particulière comme vous le demandiez, à moins que vous ne me trouviez une pierre oblongue, ainsi je deviendrai men – hir, Homme-Long… pour émettre depuis mon al-long-ement encore plus puissamment.

Signé Jean-Yves, pyramide horizontale…
20.02.2016

Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas, Jean-Yves est ce que l’on appelle un « grand traumatisé », cloué sur son fauteuil. qui ne peut s’exprimer qu’avec un doigt sur un clavier, à l’aide d’une facilitatrice; ce que l’on appelle la « Communication Profonde Accompagnée ». Cela ne l’empêche nullement de visiter d’autres mondes, sur d’autres plans de conscience, sans quitter « physiquement » son fauteuil et de nous partager les enseignements reçus lors de ses explorations… Merci à toi Jean-Yves.

Voir les autres articles de cette série de messages : Qui es-tu ?,  Que veux-tu ?,  Que dis-tu ?
Jean-Paul Thouny

Publié dans:ELEMENTS, HUMANITE |on 3 mai, 2016 |Pas de commentaires »
12

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3