Archive pour le 4 mai, 2016

Origine du « Je vous salue Marie »

vierge marie

La première partie, la Salutation Angélique inspirée de l’Évangile de St Luc 1/28 (les paroles de l’ange à l’ Annonciation) et 1/42 (la salutation d’Élisabeth à la Visitation), était déjà utilisée en Orient dans la Liturgie de saint Jacques qui, dès le IVe siècle chante : « Salut, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi, tu es bénie parmi les femmes et béni le fruit de ton sein, car tu as engendré le sauveur de nos âmes »

La récitation de la première partie de l’Ave Maria s’est généralisée en Occident à partir du XIe siècle. La deuxième partie, la Supplication et le vouvoiement (priez pour nous pauvres pécheurs), a commencée a être rajoutée entre le XII° et XIV° siècle. C’est au XVI° et XVII° que la prière entière devint très populaire.

Marie peut être d’une grande aide pour ceux qui souffrent.
Voici une prière de Neuvaine qui peut les aider:

Vierge Marie, toi qui défait les nœuds

 1

Dessin de Guylène Ralu-Bandin

Mère du bel Amour,
Mère qui n’a jamais abandonné un enfant qui crie au secours,
Mère dont les mains travaillent sans cesse
Pour  ses enfants bien aimés,
Car elles sont poussées par l’Amour divin  
Et l’infinie Miséricorde qui déborde de ton cœur,
Tourne ton regard plein de compassion vers moi.

Vois le paquet de  « nœuds » qui étouffent ma vie.
Tu connais mon désespoir et ma douleur.
Tu sais combien ces nœuds me paralysent.  

Marie, Mère que Dieu a chargée de défaire
Les  « nœuds » de la vie de tes enfants,
Je dépose le ruban de ma vie dans tes mains.
Personne, pas même le Malin, ne peut le  soustraire
A ton aide miséricordieuse.
Dans tes mains, il n’y a pas un seul nœud
Qui ne puisse être défait.

Mère  toute puissante, par ta grâce et par ton pouvoir d’intercession
Auprès de ton Fils Jésus, mon Libérateur,
Reçois aujourd’hui ce « nœud  » (le nommer).  

Pour la gloire de Dieu, je te demande de le défaire,  
Et de le défaire pour toujours.
J’espère en Toi.
Tu es l’unique Consolatrice que Dieu m’a donnée,
Tu es la forteresse de mes forces fragiles,
La richesse de mes misères,
La délivrance de tout ce qui m’empêche d’être avec le Christ.  

Accueille mon appel.
Garde-moi, guide-moi, protège-moi.  
Tu es mon refuge assuré.
Marie, Toi qui défais les « nœuds », prie pour moi.
Amen »

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 4 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Prières indiennes

 

Wakan Tanka, O Grand Mystère,
Enseigne-moi à faire confiance
à mon cœur,
à mon esprit,
à mon intuition,
à ma connaissance intérieure,
aux sens de mon corps,
aux bénédictions de mon esprit.
Enseigne-moi à avoir confiance en eux
pour que je puisse habiter mon Espace Sacré,
ainsi que l’amour au-delà de ma peur,
Et marcher ainsi dans la Beauté
au passage de chaque soleil glorieux. »

Prière

Nous rendons grâces à notre mère, la terre, qui nous soutient.
Nous rendons grâces aux rivières et aux ruisseaux qui nous donnent l’eau. Nous rendons grâces à toutes les plantes qui nous donnent les remèdes contre nos maladies.
Nous rendons grâces au maïs et à ses soeurs les fèves et les courges, qui nous donnent la vie.
Nous rendons grâces aux haies et aux arbres qui nous donnent leurs fruits. Nous rendons grâces au vent qui remue l’air et chasse les maladies.
Nous rendons grâces à la lune et aux étoiles qui nous ont donné leur clarté après le départ du Soleil.
Nous rendons grâces à notre grand-père Hé-no, pour avoir protégé ses petits-enfants des sorcières et des reptiles, et nous avoir donné sa pluie.
Nous rendons grâces au Soleil qui a regardé la terre d’un oeil bienfaisant. Enfin, nous rendons grâces au Grand Esprit en qui s’incarne toute bonté et qui mène toutes choses pour le bien de ses enfants. »

 2

 

« Grand Esprit, aide moi à ne jamais juger un autre
avant d’avoir chaussé ses mocassins pendant au moins deux semaines. »

 

Ohiyesa, Santee Dakota, écrivain et médecin, décrit en 1911 la manière dont son peuple prie:
« Dans la vie de l’indien, il n’y a qu’un devoir inévitable: le devoir de prière, la reconnaissance quotidienne de l’Invisible et de l’Éternel.

Ses dévotions quotidiennes lui sont plus nécessaires que sa nourriture de chaque Jour. Il se lève au petit jour, chausse ses mocassins et descend à la rivière. Il s’asperge le visage d’eau froide ou s’y plonge entièrement. Après le bain, il reste dressé devant l’aube qui avance, face au soleil qui danse sur l’horizon, et offre sa prière muette. Sa compagne peut l’avoir précédé ou le suivre dans ses dévotions, mais ne doit jamais l’accompagner. Le soleil du matin, la douce terre nouvelle et le grand silence, chaque âme doit les rencontrer seule ! Chaque fois qu’au cours de sa chasse quotidienne, l’homme rouge arrive devant une scène sublime ou éclatante de beauté, un nuage noir chargé de tonnerre avec l’arche étincelante d’un arc-en-ciel au-dessus d’une montagne, une cascade blanche au coeur d’une gorge verte, une vaste prairie teintée du rouge sang d’un soleil couchant, il s’arrête un instant dans la position d’adoration. Il ne voit pas le besoin de distinguer un jour parmi les sept pour en faire un jour saint puisque pour lui tous les jours sont ceux de Dieu. »

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 4 mai, 2016 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3