Que décidons-nous ? Qui décidons-nous d’être ?

Je sais, cela n’apparaît pas simple car chaque personne est aussi tout un monde dans un monde, avec son histoire, sa personnalité, son esprit, son âme, un mystère complexe avec un passé et un futur, mais surtout un présent à déterminer à chaque minute, car ce temps se conjugue en éternels recommencements. Et heureusement ! Rires !!!

1

J’aime rappeler qu’au lieu de focaliser sur le « j’aurais dû, je devrais », le « je fais » nous évite une solution mentale car la vérité est évidence et s’observe dans la soie de la douceur de son soi. Qui sommes-nous, que choisissons-nous de mettre en lumière en nous ? C’est notre mission, facile si nous nous toilettons sans être sanglés.

Vivre dans la peur ne pourra jamais nous permettre une relation profonde ni avec notre être authentique ni avec les autres. Nous resterons craintifs et non créatifs. Se séparer du pouvoir créatif conduit à piétiner pour ne pas revivre le passé dans le futur. Ce n’est pas naturel. Mettons les couleurs du printemps dans notre vie, la vie est une lumière dans le vent, le vent est le souffle divin qui nettoie tout sur son passage.

Je passe maintenant à la question d’Isabelle :
« Où est la dimension omni-cosmique ? »

Bien… je souris… je vais essayer de répondre, car j’ai aussi ma limitation de compréhension, même si j’ai plus conscience de certaines choses, car je suis réglé différemment, rires. Accordé différemment serait plus juste. J’ai moins besoin de « chosifier » les trucs, rires… Je vis, je reçois, j’émets, je transmets. Mais encore une fois, ce que j’en retiens, ce que j’en digère, ce que j’en assimile, ce n’est que ma petite vérité de l’instant, à mon niveau, ma vision de tous ces machins, cette question emmène au-delà de la compréhension humaine, mais je vais tenter une approche…

Déjà « où » est inapproprié, car ce n’est pas un lieu. Il n’y a pas de lieux dans l’Univers, c’est une notion difficile à intégrer sur terre où tout est compartimenté, limité. Il n’y a que de l’énergie, des fréquences vibratoires sur lesquelles on se branche. Forcément, l’esprit humain veut comprendre donc il classifie, enferme et nomme. A commencer par nous-même, nous avons un nom, mais aussi un cœur et une vibration. On ne va pas quelque part, on règle notre radio interne sur une longueur d’onde particulière qui va nous mettre en connexion sur la fréquence correspondante de Radio Univers en fonction de sa vitesse. La variation de vitesse crée des dispersions. Je vous laisse réfléchir à cette métaphore, rires… D’où l’importance de notre ton et de notre pulsation…

Je répondrai donc que c’est la fréquence de l’amour inconditionnel, la plus haute fréquence, là où s’entend la fameuse musique des sphères, elle diffuse des ondes qui imprègnent notre terre (entre autres) où certains points particuliers la reçoivent plus nettement, plus concentrée qu’ailleurs. Exemple, les pyramides qui ensuite, prennent un rôle d’émetteur, surtout lorsqu’elles sont disposées en triangle, ce qui augmente leur puissance de rayonnement. C’est comme une symphonie céleste jouée du ciel, entendue sur terre avec tout ce qui la parasite. Dans la Nature, chaque oiseau, chaque arbre, chaque point d’eau, chaque pierre… en reçoit une étincelle d’où l’importance de mon blabla sur le retour à la Nature comme point de re-Source. Notre champ vital, notre aura, se dilatent et s’élèvent sur ces points particuliers mais aussi quand on comm-unit et comm-Unique dans la Nature. Avec les humains, c’est plus… fasti-dieux.

L’être humain ne saurait, en son état, la recevoir pleinement, il brûlerait sur place. C’est un rayonnement qui part de l’œil divin, de son cristallin, un regard de lumière pure dont nous recevons la pulsation fragmentée. Mais il n’y a pas que les pyramides, d’autres points énergétiques, d’autres monuments agissent en diapasons. Quoi qu’il en soit, pour se connecter à ces ondes divines, tout dépend aussi de l’Intention (encore une fois…) avec laquelle nous arrivons sur ces fameux points. Mais… même les sceptiques, les incrédules, bénéficient en partie de ces rayonnements. Un accordage a toujours lieu, qu’il soit ressenti ou non, pour accélérer l’évolution, la transformation. Car nous y Allons !

En conclusion s’il fallait une réponse simple et courte, je dirais que l’omni-cosmique est la fréquence de l’Homme dans son état originel/naturel dissous en pure énergie, dans l’énergie du Tout, redevenu Un dans le Cosmos.

Le H – le UN – le C osmos, soit le Hunc = LUI qui luit. Mais je crains que ce ne soit très clair, même si c’est lumière, rires, je chahute… cela me fait du bien…

J’oubliais, je n’ai pas besoin de pierre particulière comme vous le demandiez, à moins que vous ne me trouviez une pierre oblongue, ainsi je deviendrai men – hir, Homme-Long… pour émettre depuis mon al-long-ement encore plus puissamment.

Signé Jean-Yves, pyramide horizontale…
20.02.2016

Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas, Jean-Yves est ce que l’on appelle un « grand traumatisé », cloué sur son fauteuil. qui ne peut s’exprimer qu’avec un doigt sur un clavier, à l’aide d’une facilitatrice; ce que l’on appelle la « Communication Profonde Accompagnée ». Cela ne l’empêche nullement de visiter d’autres mondes, sur d’autres plans de conscience, sans quitter « physiquement » son fauteuil et de nous partager les enseignements reçus lors de ses explorations… Merci à toi Jean-Yves.

Voir les autres articles de cette série de messages : Qui es-tu ?,  Que veux-tu ?,  Que dis-tu ?
Jean-Paul Thouny

Publié dans : ELEMENTS, HUMANITE |le 3 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3