Archive pour avril, 2016

LES ENTITES DU BAS ASTRAL – mise au point

 

Pour presser dans votre chemin ascensionnel, libérez-vous des vieilles idées sur le monde astral. Inévitablement, au cours d’une recherche spirituelle, on se trouve confronté à des difficultés, des doutes, des angoisses. Vous serez amenés à traverser des zones considérées comme le « bas astral », peuplées de montres, où se déroulent des événements déplaisants.

Ne vous démoralisez pas, cette rencontre est un signe de progrès ; vous êtes prêts à affronter de nouvelles dimensions.

mystère astral

Le monde astral n’a aucun pouvoir de vous nuire. Il s’agit d’un monde de représentations, comme le notre, mais différent. Profitez-en pour apprendre à lutter, à vous défendre, à attaquer, et mieux encore, à apprivoiser les forces hostiles. Celles-ci ne se présentent que pour votre évolution, comme un sportif rencontre des adversaires à sa taille au fur et à mesure de ses progrès. Pendant vos recherches, restez intégré dans la réalité courante. La spiritualité n’est qu’une dimension parmi d’autres, essentielle sans doute, mais qui ne doit pas vous empêcher de vivre une vie sociale.

On imagine volontiers que l’inconnu est dangereux. C’est pourquoi il est important de se familiariser avec les exercices d’aller et de retour, pour éviter cet écueil. En ayant des aperçus de l’astral, vous réduisez les peurs et vous approfondissez vos connaissances.

La littérature du XIXè siècle a abondamment décrit des univers bizarres, peuplés d’entités, d’élémentaux, de larve s, de coquilles vides… Effrayer les gens, leur faire croire qu’ils ne pourront pas vivre des expériences est une technique de pouvoir, destinée à le conserver pour soi. Des mondains ont créé des jeux avec les esprits des disparus et ont suscité des communications fantaisistes.

Par chance, la plupart des chercheurs et des médiums sont des gens sincères, qui désirent vraiment aider leur prochain. Aujourd’hui, il n’est pas nécessaire d’inventer des angoisses ou des terreurs. Le monde astral est un monde, avec ses lois, ses dangers et ses chances. Vous u croiserez ce qui existe, et ce que vous pouvez percevoir ; Une mise à l’épreuve vous renforcera. Imagine-t-on un explorateur ou un chevalier partant sans aucune préparation ? Non. Mais, dans le domaine spirituel, s’il est vrai que la grâce advient quelquefois, il est nécessaire de s’entraîner. Vous rencontrerez quelques dangers, des animaux, des humains, des êtres curieux, des montres peut-être. Et cela durera tant que vous ne les intégrerez pas, par le combat, puis l’acceptation.

La surprise de rencontrer des êtres différents n’est pas plus grande que celle de nos ancêtres découvrant des kangourous ou les tamanoirs ; etc… Imaginons un extra-terrestre rencontrant, voilà des millions d’années, un dinosaure … Fascinante est la créativité de la Création.

Au départ, nous n’y sommes guère confrontés, car nous évoluons dans le monde éthérique. Les rencontres sont souvent floues, indistinctes, même si les sensations restent liées à la nature humaine ; on capte en permanence, en ville, dans la forêt, ou ailleurs. Certaines images inhabituelles sont impressionnantes. Ce sont des « monstre de papier ». C’est votre mise à l’épreuve…. Elles se présentent pour vous proposer d’intégrer leur force. Elles peuvent déclencher la panique, comme les dragons, les ogres des contes, mais sans vraiment vous atteindre. Souvenez-vous ; attaquez, défendez-vous, appeler à l’aide, apprivoisez-les. Ne fuyez que si faire face est impossible pour vous. Pénétrez à l’intérieur du danger. Les entités négatives deviendront des forces qui s’assimileront à la vôtre. Vous verrez votre ennemi se transformer ou disparaître.

Considérez plutôt que le monde astral devient une représentation de votre monde intérieur. Saisissez la chance de canaliser votre part d’ombre ; en vous renforçant, vous vous renforcez également dans la réalité physique.

Après plusieurs mois, vous ne redouterez plus la mort ; vous reconnaîtrez le danger et resterez plus calme. D’un certain point de vue, la réalité terrestre est une apparence, votre force impalpable subsiste à travers les siècles.

Félicitez-vous donc quand se présentera à vous des images négatives : c’est le moment de les transformer. En affrontant ces plans, ces entités, vous aurez la possibilité de découvrir des mondes beaucoup plus agréables. Dès que les gardiens de l’au-delà seront convaincus de votre désir, ils vous laisseront passer sans encombre.

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ESPRITS, MAITRISE |on 12 avril, 2016 |1 Commentaire »

CHANNELING ET MÉDIUMNITÉ

 

 LE CHANNELING

 

Channeling (parfois channelling, littéralement canalisation) est un terme américain de la littérature New Age qui désigne un prétendu procédé de communication entre un être humain et une entité appartenant à une autre dimension (un ange, un « maître ascensionné », une entité du plan astral, une divinité, un extra-terrestre etc…).

Par extension, le terme peut désigner l’ensemble des croyances et des pratiques qui se sont formées, à partir des années 1980 aux États-Unis, autour de ce procédé pour constituer un courant particulier, interne au mouvement New Age.

Apparenté à la notion de médiumnité en vogue à la fin du XIXe siècle au sein du mouvement spirite, le postulat du channeling recoupe une thématique très ancienne d’expériences visionnaires : chamanisme, prophétisme. Le point de vue des sceptiques attribue ce genre de manifestation à l’inconscient, voire à du charlatanisme.

1

Définition

Le channeling se rapproche des concepts de révélation et d’inspiration. Selon Van Baaren, l’inspiration étant « une communication verbale ou écrite d’une divinité en direction du monde, par laquelle elle utilise un être humain comme médium ».

Certains auteurs, tel que Klimo, au lieu de catégoriser le channeling comme une forme contemporaine de révélation, a attribué le nom de « channeling » à toutes les révélations du passé.

Un point de vue partagé par de nombreux universitaires, dont Wouter Hanegraaff qui considère que « l’hypothèse que le channeling et d’autres révélations reposent sur le même mythe étiologique, est valide et très intéressante ».

Le channeling marque une certaine rupture avec le spiritisme, en tant que forme de médiumnité tournée davantage vers des questions spirituelles et métaphysiques.

Contrairement aux spirites qui privilégiaient les messages d’esprits humains désincarnés, généralement membres de la famille ou proches, les messages des channels proviendraient d’êtres de lumière, d’entités angéliques, de « maîtres ascensionnés » voire d’extraterrestres (comme le cas du révérend Short et l’alien Kolton). Dans les deux cas, l’origine des messages obtenus est attribuée à des êtres non-incarnés, lesquels solliciteraient l’aide d’un tiers habilité à recevoir et à transmettre leur parole dans notre monde. Il existe cependant des cas, comme celui de Neville Rowe qui fait parler un banc de dauphins, où le channeling s’éloigne des messages classiques d’entités surnaturelles.

Selon l’étude de Dureen Hughes, à la différence des expériences de possession, le channeling serait perçu par les médiums comme une fusion avec une autre conscience, plutôt que le fait d’être « habité » par une entité surnaturelle maléfique.

En Français, channeling est parfois traduit par canalisation, transmission, transmission médiumnique, communication spirituelle quand le terme américain n’est pas utilisé. On peut lire parfois aussi que le channel est dit servir de canal ou qu’il sert de voie de transmission à l’entité concernée.

Dans le New Age 

Dans le New Age, la personne qui reçoit et transmet une information d’une entité invisible est appelée un « channel » (un « canal »). La méthode contemporaine du channeling trouverait sa première formulation dans la « télépathie éthérique », concept élaboré en 1950 par la théosophe Alice Bailey et popularisé dans son ouvrage « Télépathie et corps éthérique ».

Elle consiste pour le channel à se plonger dans un état méditatif, de conscience altérée ou une forme de transe avec modifications du timbre de la voix et à « s’ouvrir » à l’entité. Mais tous les channelings ne sont pas nécessairement associés à des états altérés, et certains auteurs donnent leur message sans aucune altération de leur comportement ou de leur voix. Le point commun entre toutes ces manifestations reste le fait de recevoir un message d’une entité extérieure à sa propre conscience.

Une caractéristique du New Age est d’inciter tout un chacun à pratiquer le channeling comme une option accessible à tous, un don qui ne serait pas réservé à quelques élus mais qui pourrait être cultivé par n’importe qui. 

Les channelings peuvent être de deux types :

direct : voix entendues par le « canal », paroles prononcées par sa bouche, ou bien par écriture automatique… 

indirect : messages reçus par l’intermédiaire d’un support (technique du « ouija » voir également les œuvres du channel Luiz Gasparetto, « canal » de peintres célèbres).

Certains channelings sont publiés et vendus en librairies, surtout sur le continent américain, foyer du phénomène et où ce dernier connaît une certaine popularité. 

Channels populaires 

Parmi les channels, on peut citer Jane Roberts (auteur des Livres de Seth, et « Channel » de l’entité appelée Seth depuis 1963. Roberts est considérée comme un des plus anciens et des plus influents auteurs de la culture New Age), Eva Pierrakos (canal du « Guide »), David Spangler (canal de « Limitless Love and Truth » et de « John » ), Judy Zebra Knight(canal de Ramtha), l’américain Lee Caroll (canal de l’entité Kryeon), Barbara Marciniak (canal des « Pléiadiens »), Laura Knight-Jadczyk (canal des « Cassiopéens »), Elwood Babbitt (canal de différents « esprits » sous la garde des entités Dr.Fischer et Jim Cole), Sanaya Roman (canal d’Orin et de Thaddeus). En France, il existe peu d’auteurs notoires dans ce genre, à part Johanne Razanamahay et Christian Tal Schaller ou Daniel Meurois et Anne Givaudan qui y ont été associés.

 

 

Critique du « Channeling »…

Christianisme

 

La critique chrétienne du channeling repose moins sur le postulat que ce procédé pourrait être une imposture ou du charlatanisme que sur la possibilité que les entités en question ne soient pas ce qu’elles disent être, qu’il s’agisse en fait d’esprits malfaisants qui se font passer pour des êtres de lumière. Pour la plupart des chrétiens, le parallèle entre le channeling et les possessions démoniaques évoquées dans la Bible leur apporte l’explication à la nature du phénomène. 

Emanuel Swedenborg est souvent utilisé en référence à la mise en garde chrétienne contre les pratiques du New Age et en particulier la relation avec les esprits. « Quand les esprits parlent à l’homme, ce dernier doit se garder de croire ce qu’ils lui diront, parce qu’ils disent n’importe quoi. Ils mentent d’une façon si solennelle que l’homme en est impressionné. Si l’homme continue d’écouter, ils vont insister, continuer à tromper et à séduire ».

 

Médecine  

Carl Gustav Jung a été parmi les premiers à étudier le channeling dans une perspective psychiatrique. À l’école de médecine de Zürich, il rédigea sa thèse sur les transes de channeling de sa cousine Helene Preiswerk. Bien qu’il ait d’abord affirmé en conclusion que ce que les channels « canalisaient » étaient principalement des déséquilibres psychiques réprimés, il exprima plus tard l’hypothèse que certains phénomènes psychiques, tel que la télépathie, étaient authentiques.

Rayna Rodgers, dans son étude du channeling, fait un parallèle avec le trouble de la personnalité multiple tout en notant que le contrôle (le channeling est une action volontaire qui n’interrompt pas le sens des responsabilités sociales) des personnes sujettes ou pratiquantes du channeling est plus important que chez les patients victimes d’un trouble dissociatif de l’identité.

 

Extrait de l’article paru sur http://secretsdutarot.blogspot.fr

Publié dans:CHANNELING, MEDIUM |on 9 avril, 2016 |Pas de commentaires »

NE PAS ENCOMBRER SA CONSCIENCE

 

La plupart des expériences et des incidents deviennent inconscients. On agit alors « machinalement ». L’inconscient est chargé de gérer les informations qui ne nous sont pas d’une utilité immédiate, ainsi que toutes les actions et chaînes de pensée automatisables. Cette faculté de mécaniser les gestes et les idées a permis l’essor de la parole et des innombrables comportements humains. S’il fallait toujours songer à ce que l’on va dire, ou réviser mentalement les gestes à venir, nous serions restés des êtres primitifs, ne disposant que d’une faible réserve d’actions et de réactions. Le potentiel de l’inconscient est la clé de l’essor humain.

image de soi

La médaille a son revers : le mécanisme de l’inconscient peut nous faire revivre à l’infini des souvenirs désagréables, car nous apprenons rarement à interrompre une chaîne de pensées et à faire bifurquer les émotions. Une fois le mécanisme intégré, on ne le remarque plus, il paraît aller de soi, et l’on ne sait plus comment l’orienter. Et pourtant, de nombreux souvenirs agréables sont disponibles, ne demandant pour ressurgi… qu’une pensée favorable.

Pourquoi ne pas commencer par un exercice tout simple ?

Avez-vous déjà porté une veste bleue ? Avez-vous déjà dansé le tango ? Aussitôt ces questions posées, votre cerveau se met en quête d’images, de sensations, d’exemples. En un instant, votre esprit parcourt des années de votre vie et opère un tri quasi instantané. La visualisation est ce processus naturel, cette faculté de se remémorer ou d’imaginer des situations absentes de l’environnement immédiat. Projeter, telle est la grande force de l’être humain.

Amusez-vous à faire surgir des souvenirs que vous pensiez disparus. Soyez attentif surtout aux sensations physiques. Prenez comme point de départ certains mots, par exemple : plage, forêt, chaud, crème, gâteau, grenadine, fenêtres, danse, lit, petits pois, purée… En quelques instants, quantité d’informations remontent à la surface. Un procédé similaire vous permettra bientôt de redécouvrir vos capacités à dissocier conscience et corps physique ; vous mettrez au jour le trésor de votre inconscient individuel et de l’inconscient collectif.

Plus exact que « visualisation » est le terme « représentation », car la fonction visuelle n’est pas la seule à opérer ; les foncions auditives, kinesthésique, olfactive, participent également de cette activité.

Pour réussir cet exercice, auquel vous devez consacrer de cinq à dix minutes, restez assis, ou étendez-vous sur votre lit. Après avoir ravivé des situations agréables du passé, imaginez une situation à venir. Voyez-vous vous-même en train de réaliser quelque chose qui vous tient à cœur – par exemple, vous passez un examen en restant détendu, vous parlez à un supérieur sans vous sentir inférieur, ou bien encore vous chantez en public, ou vous dessinez paisiblement. C’est un bon moyen de vous perfectionner. Il n’est pas indispensable de mimer les mouvements correspondants, mais le faire vous aidera, au même tire qu’une répétition théâtrale.

Ensuite, pour varier, aussi longtemps sinon plus, appliquez-vous à ressentir les mouvements, tout en restant strictement immobile. Quelques exemples :

-          vous faites du sport, vous vous observez de l’extérieur, comme à travers l’objectif d ‘une caméra. Eprouvez les tensions dans les muscles, le choc des pieds sur le sol, les mouvements des bras, etc. Sentez que, la prochaine fois que vous pratiquerez ce sport, vos gestes seront déliés et harmonieux. Comme un metteur en scène, ajustez les diverses composantes : chaleur, respiration, pensées, environnement.

-          imaginez d’autres situations… vous téléphonez pour demander un renseignement ou un service, écoutez votre voix posée…. ou bien encore vous courez le long de la mer, sentez le vent dans vos cheveux, le sel sur la peau, l’eau sur vos mollets, entendez le cri des mouettes…. etc…

Là encore, le processus est connu. Toute la journée, nous imaginons des événements qui sont censés se produire. D’où l’importance de tester à l’avance vos comportements, pour acquérir des réactions appropriées.

Votre cerveau et votre esprit inconscient enregistrent les événements qui se sont produits depuis votre naissance, et même avant celle-ci.  A vous de découvrir ces enregistrements, qui vous aideront à faciliter l’union intérieure, la réconciliation entre les diverses tendances de votre être, les différents aspects de votre personnalité. La richesse de ces enseignements demeure en partie inexploitée.

Si votre main droite racontait sa vie, que dirait-elle ?  Chaque morceau de chair es tune banque de données, gorgée d’émotions et de scènes. Réveillez ses organes, c’est ouvrir la conscience. Bien des éléments nous influencent, nous perturbent et nous guident, sans que l’on s’en aperçoive. En désamorçant les bombes émotionnelles du passé, vous augmentez vos chances de quitter votre corps. Vous ne serez plus retenu par la crainte ou l’illusion.  Vous découvrirez une voie utilisée par nos ancêtres et qui demeure disponible dans notre inconscient. Ils possédaient le même cerveau, les mêmes ressources, et ont évolué par empirisme.

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:DEVELOPPEMENT, HUMANITE, MAITRISE |on 9 avril, 2016 |Pas de commentaires »

Travailler avec les couleurs

INDIGO

Indigo :  Couleur apaisante pour les anxieux et les maux qui affectent la tête. 

Exercice pour améliorer la vue

«  Portez votre attention sur vos yeux. Ont-ils l’air fatigués et lourds, ou au contraire  légers et détendus?

     Imaginez que la lumière indigo pénètre dans vos yeux pour rechercher les zones d’ombre dans votre champ de vision et les en dissiper.  Posez vos paumes de mains sur vos yeux et laissez-les y pendant quelques minutes pour les détendre complètement. 

    Imaginez quelque chose que vous souhaitez créer à l’avenir. Ensuite, immortalisez-la comme s’il s’agissait d’un beau tableau . Maintenant placez ce tableau dans une bulle indigo , laissez-la flotter au milieu du monde et laissez son énergie rayonner. 

    Dites : « Intelligence Divine, merci de faire se réaliser la vision que j’ai eue, au bon moment et de la bonne manière. »                                       Inna Segal

 Le vendredi est le jour de la planète Vénus. 

En tant que planète du signe du Taureau Vénus régit les cinq sens.

La carte couleur du jour incite à se concentrer sur la vue aujourd’hui, aussi bien physique que subtile. 

Portez un vêtement, un accessoire indigo ou allez dans un lieu où il domine et observez si vous y voyez plus clair, plus calme, plus sereinement….

 

Chocolat

« La couleur chocolat est un mélange de marron et de noir. C’est donc une couleur qui nous relie à la terre, pose des limites saines et nous encourage à nous structurer. Elle vous donne accès à votre part d’ombre, vous permet d’améliorer votre discernement et de mûrir. La couleur chocolat peut aussi vous apporter nourriture morale et résilience.

Nourissez votre corps et votre esprit avec la couleur chocolat. 

Nourriture 

  Réfléchissez à ce que la nourriture signifie pour vous. Comment pouvez-vous vous nourrir moralement et vous choyer plus? Sur une feuille de papier écrivez dix actions nourrissantes que vous pouvez faire pour vous même dans la semaine qui vient… et faites-les. »                                       Inna Segal

 Le samedi est le jour de la planète Saturne.  

Effectivement, le chocolat peut adoucir les effets de ce jour qui nous demande de nous intérioriser et de faire le point. Saturne nous met souvent en contact avec les vieilles blessures, les frustrations et les douleurs mais lorsque nous savons vivre ses énergies au bon niveau, nous inspirons le sens de la responsabilité, nous  ressentons du respect pour nous-même, de la confiance, ce qui est à la base de la vie en conscience…

Arc en ciel 

images (4)« Le rayon arc en ciel est une combinaison de plusieurs couleurs; c’est pourquoi son énergie est très puissante et régénérante. C’est un rayon qui vous permet de vous détendre, de vous sentir plus heureux et plein de vie. En outre, il ouvre les portes du royaume mystique et peut vous relier aux fées, aux anges et à votre créativité.

Se relier à la Nature 

 Rendez-vousdans un parc. Debout sans bouger, connectez-vous à vote intuuition, ragardez autour de vous et cherchez un arbre qui vous inspire. Sentez l’attirance de cet arbre qui vous demande de vous approcher de lui.

Marchez jusqu’à lui et entourez-le de vos bras. Sentez-le vivre, ressentez sa connexion avec la terre, avec les autres arbres, avec le monde Laissez un peu de l’énergie Divine que renferme cet arbre entrer dans votre corps…Visualisez un arc en ciel et laissez-le baigner votre corps, renforcer votre connexionà la nature…. »                     Inna Segal

 Le dimanche est le jour du Soleil 

Si vous ne saviez pas quoi faire aujourd’hui …

Le Soleil est la force de vie primordiale qui anime toute chose. Le dimanche est le jour pour rayonner et recevoir le rayonnement des autres: êtres, animaux, plantes et objets…

Cerise 

« La couleur cerise aide à améliorer l’estime de soi et apporte douceur, joie et sagesse dans votre vie. Elle peut ouvrir votre coeur et vous permettre d’écouter vos désirs les plus profonds. Cette couleur intense et profonde vous encourage à vivre votre vie pleinement. Elle agit comme un aimant qui  attire des personnes et des opportunités merveilleuses ainsi que l’abondan ce dans votre vie. »        Inna Segal 

Bien que ce fruit mûrisse en été, la couleur intense de certaines variétés est très appropriée à l’automne. Entourez-vous ou habillez-vous de la couleur cerise. Elle réchauffe en analogie avec le sang qui coule dans vos veines.             

Le lundi est le jour du la Lune 

La Lune est en résonance avec les comportements instinctifs. La sécurité est l’un des premiers besoins de l’homme. Le rouge profond de ces cerises reflète la brillance, comme la Lune reflète la lumière du Soleil. Pour vous sentir en scurité aujourd’hui osez révéler votre brillance intérieure, c’est elle qui éclaire votre journée. Il n’est rien de plus extraordianire que de choisir de vivre la vie d’un être ordinaire comme vous et moi, ici et maintenant.

Perle 

« La couleur perle est une teinte de blanc qui calme, purifie et favorise la foi. Elle vous permet d’être en harmonie avec la vie et de vous relier à votre nature divine. C’est aussi la couleur de l’intégrité personnelle, de la vérité, de la loyauté.  Elle apporte clarté, paix et harmonie dans votre vie. »        Inna Segal 

Visualisez une lumière perle pour vous connecter aux plans les plus élevés de votre être.             

Le mardi est le jour de Mars 

C’est la planète qui révèle le désir qui nous anime et nous pousse à l’action. 

Aujourd’hui, les actes vont naturellement vers ce qui est clair, respectueux de soi et des autres. Cette couleur attire vers le meilleur en nous et révèle le meilleur chez ceux qui nous entourent. C’est le jour de mettre son collier de perles…

Vermillon : Attirez les relations 

images (5)Le but de l’incarnation est de rencontrer les autres, de les comprendre et de vivre avec eux. La gentillesse est un mot dont l’énergie d’ouverture et d’acceptation demande à être revalorisée et réhabilitée. La relation amoureuse, intime, est une relation parmi d’autres… La première est la relation à soi, l’acceptation de nos parts masculine et féminine, de nos particularités qui en sont à ce stade parce que c’est le mieux que nous puissions vivre dans l’instant, autrement…

Le Petit Prince apprend que nous sommes responsables de ceux que nous apprivoisons. Attirer les relations veut aussi dire développer le courage et la patience de les gérer, de se remettre en question, d’accepter les différences de l’autre. 

La chaleur du vermillon dissipe le stress et les inquiétudes. Nous ne sommes jamais seuls si nous ressentons les liens avec les autres, avec chaque autre qui croise notre chemin  aujourd’hui.Carte du jeu Langage secret des couleurs de Inna Segal

Corail : la fluidité des synchronicités

« Cette nuance d’orange aide à retrouver la vitalité physique, à s’ancrer, à chasser le stress, l’inquiétude et l’anxiété. Elle permet de considérer les évènements sous un autre angle et de soigner les coeurs brisés ou les amours non partagés. 

Visualisez-vous traversant un pont de couleur corail afin d’amener plus de fluidité et de facilité dans votre vie.

Représentez-vous des rayons de couleur corail rayonnant de votre coeur et dites: « ma vie est facile et pleine de synchronicités. Je suis mon chemin le plus divin. »

A chaque fois que vous devez prendre une décision ou que vous avez besoin d’aide, visualisez-vous marchant sur un chemin corail. » Inna Segal 

Les synchronicités sont un miracle en soi, partout autour de soi. Pour qu’il se produise, il réclame notre attention sur le mouvement naturel de la vie, de la disponibilité et de la Foi en nos capacités de connexion avec le Tout. 

Le corail, ce petit animal si précieux, si magique des mers chaudes, est hélas en voie de disparition.

Il se nourrit de tout ce qui l’entoure et même des fines particules de plastique présentes partout dans l’eau marine mais il ne peut pas les assimiler, les dégrader, alors il s’étouffe lentement de l’intérieur manquant d’oxygène.

Par notre visualisation aidons-le à trouver des ressources nouvelles, à « muter » pour continuer à prospérer comme nous les faisons chaque fois que notre passé est dégradé, digéré, complètement assimilé. 

Abricot: la volupté 

Pensez à ce fruit bien mûr, velouté, délicat qui garde les traces de doigts. Il est gorgé de soleil, juteux, il fond dans la bouche, sucré juste à point, libérant une saveur incomparable.  

« La couleur abricot permet d’alléger toute l’énergie lourde et pesante que vous pourriez véhiculer. Elle apporte énormément de vitalité, de joie et d’entrain dans votre vie. Elle vous aide à vous libérer de votre anxiété, et de vos peurs irrationnelles. C’est la couleur de la créativité, de la gaieté, de l’intuition. » Inna Segal 

La couleur abricot est un orange au repos, un orange qui savoure à l’intérieur,par les capteurs subtils, la délicatesse et la finesse du moment. Il se laisse aller et accepte de s’ouvrir, de dévoiler la douceur de l’intime. Il dégage confiance, sérénité, plénitude et volupté. 

L’intensité de la force de vie, l’éclosion du désir se vivent aussi dans le lent processus du bourgeon, du bouton de fleur qui déploie un pétale après l’autre , qui répand son parfum suave et s’offre en une fleur complètement ouverte au vent, aux brises, au soleil, aux abeilles… 

Réjouissez-vous et détendez-vous. 

Mandarine: La spontanéité 

 Ce fruit au jus rafraichissant qui réjouit nos papilles tout au long de l’hiver s’ouvre comme une fleur aux multiples pétales.  Il invite à la dégustation, au plaisir. 

images (6)« La couleur mandarine est vibrante, synonyme de créativité, d’appétence pour la vie et la vitalité.Elle a la capacité à réveiller vos énergies sexuelle et créatrice. Cette couleur symbolise la chaleur, la richesse, le courage et la spontanéité. Elle favorise la connaissance de soi, l’action, la confiance et la détermination. Stimulez votre énergie mandarine et débridez votre personnalité sauvage et spontanée » Inna Segal 

La spontanéité fait référence à l’instinct qui est un comportement naturel, le plus souvent associé à la survie, mais aussi à la franchise, au fait d’être direct, d’une impulsivité qui garanti la sincérité. Les réflexes inconscients, dits aussi spontanés, révèlent l’authenticité de notre être. Laissez les huiles essentielles s’échapper de la peau des mandarines et embaumer votre univers. Tout devient léger, facile, agréable et incite à s’amuser.

SOURCE http://www.astro-couleurs.com/#!-jeu-inna-segal/c4at

Publié dans:ASTROLOGIE, ENERGIES, GUERISON |on 7 avril, 2016 |Pas de commentaires »

Le mode perdu de la prière

 

Aujourd’hui, plus qu’à toute autre époque de notre histoire, les choix que nous faisons auront potentiellement de sérieuses conséquences planétaires pour les générations à venir. Malgré l’intensification des tensions planétaires, des études récentes offrent un nouvel espoir et ravivent les convictions de ceux qui croient qu’on peut « intervenir » contre le cycle séculaire de la violence dans l’espoir d’un avenir meilleur. Lorsque nous prions « pour » quelque chose, nous utilisons un processus mental de logique. Par exemple, bien que la prière mentale pour la paix en Iraq peut être bien intentionnée et sembler créer une paix temporaire ou une guérison en un endroit donné à un moment donné, elle peut involontairement créer précisément l’opposé de la paix souhaitée, en un autre endroit à un autre moment.

E

Ce que signifie prier avec le coeur :

Par contre, notre coeur n’est pas polarisé. Dans les traditions amérindiennes, le mot « Shante Ista » (l’unique oeil du coeur) décrit l’objectivité non-polarisée du coeur; le coeur voit «ce qui est » plutôt que « ce qui devrait être ». Lorsque nous choisissons la paix ou la guérison à partir du coeur, aucune polarité n’est créée pour équilibrer notre choix puisqu’il n’y a pas de coeur gauche ni de coeur droit.
Venant du coeur, le sentiment est la prière ! Des études ont démontré que cette qualité de gratitude et d’appréciation pour la paix déjà existante crée un champ magnétique en présence de la paix et que tout ce qu’elle produit est aussi de la paix.

Éclaircissements

Pour être très clair, cette forme de prière n’est PAS dirigée vers un endroit, une personne, une organisation, un pays, une ville ou un événement. Ce mode de prière ne tente PAS de « transformer » les choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord. Les Anciens comprenaient qu’une telle utilisation de la prière est une « abomination » contre notre don de communier avec le monde. Imposer notre idée de ce qui devrait ou ne devrait pas être n’importe où dans le monde ou pour une personne est une forme de manipulation et un mauvais usage de notre don de la prière.
Au lieu de prier pour que quelqu’un «gagne » ou «perde », «souffre » ou «guérisse », nous devons plutôt ressentir de la reconnaissance et de la gratitude pour la paix et la guérison qui existent déjà. Le pouvoir de ce genre de prière transcende les notions de gains et pertes mesquines en nous invitant à élever les conditions de notre monde à un niveau bien au-delà de la médiocrité. De cette manière, nous ouvrons la porte à un principe subtil mais très puissant qui permet que la paix et la guérison soient présentes sans imposer notre volonté qu’il en soit ainsi.

Le mode perdu de la prière

Aujourd’hui, les chercheurs contemporains identifient quatre modes de prières utilisés en Occident. Existe-t-il un mode additionnel de prière ? Y a-t-il un cinquième mode de prière qui nous permet de collaborer aux résultats des événements à l’intérieur de notre corps ainsi que dans le monde qui nous entoure ? Les découvertes récentes dans des temples éloignés où ces traditions subsistent aujourd’hui, combinées aux nouvelles recherches dans certaines traditions parmi les plus sacrées et les plus ésotériques du passé, m’amènent à croire que la réponse est «oui » !
L’essentiel de nos conditionnements par les traditions occidentales des derniers 1 500 ans nous a invités à « demander » que les circonstances de notre monde changent par l’intervention divine; que nos prières soient exaucées. Cependant, malgré nos demandes bien intentionnées, nous pouvons renforcer, sans le vouloir, les conditions mêmes pour lesquelles nous prions.

Par exemple, lorsque nous demandons « Cher Créateur, faites que la paix vienne dans le monde», vous admettez en fait que la paix n’existe pas dans le présent. Les traditions anciennes nous rappellent que les prières-requêtes sont une forme de prière, parmi d’autres, qui nous donnent le pouvoir de trouver la paix dans notre monde par la qualité des pensées, des sentiments et des émotions que nous créons dans notre corps. Une fois que nous créons les qualités de paix dans notre esprit et alimentons nos prières avec nos sentiments de paix dans notre corps, le cinquième mode de prière affirme que le résultat a déjà eu lieu.

Aujourd’hui, la science quantique pousse cette idée une étape plus loin en stipulant que la création réagit précisément à de telles conditions de sentiments en mariant le sentiment (la prière) de notre monde intérieur avec les conditions similaires du monde extérieur. Bien que le résultat de notre prière puisse ne pas encore être évident dans le monde, nous sommes invités à reconnaître notre communion avec la création et vivre comme si notre prière était déjà exaucée.

Avec leurs formules d’une époque à présent révolue, les anciens nous invitent à considérer notre mode perdu de la prière comme une conscience en devenir plutôt qu’une forme prescrite d’action en certaines occasions. En un langage simple et élégant, ils évoquent le fait d’être «imprégnés » de la réponse à une prière et «immergés » dans la condition de vie choisie.
En langage moderne, cette description suggère que pour induire un changement dans notre monde, nous devons d’abord sentir le changement comme s’il s’était déjà accompli.

Tout comme la science moderne tend à démontrer la relation entre nos pensées, nos sentiments et nos rêves avec le monde qui nous entoure, il devient de plus en plus possible qu’un pont oublié relie nos prières avec notre expérience. La beauté d’une telle technologie intérieure est qu’elle est basée sur les qualités humaines que nous possédons déjà. Les prophètes d’antan qui nous ont vus dans leurs visions, nous rappellent qu’en honorant toute vie, nous assurons la survie de notre espèce et l’avenir du seul habitat que nous connaissons.

Comparer les modes de prières

Avec l’exemple de la paix planétaire, la prière basée sur la logique : Demander une intervention

La prière basée sur les sentiments : Savoir que notre prière est déjà exaucée
– Nous nous concentrons sur les situations présentes où nous estimons que la paix n’existe pas.

- Nous sommes témoins de tous les événements: ceux qui démontrent que la paix existe comme ceux où la paix n’existe pas, comme étant des possibilités sans jugement de valeur : pour ou contre, bien ou mal.

- 1Nous nous sentons vulnérables, impuissants ou en colère face aux événements et aux situations dont nous sommes témoins.

- Nous suspendons notre jugement de la situation en bénissant les conditions qui nous font souffrir. La bénédiction ne condamne ni ne consent à l’événement ou condition. Elle reconnaît plutôt que l’événement fait partie d’une source unique de tout ce qui est. (Consultez, le livre Marcher entre les mondes pour plus de détails).

- Nous utilisons nos prières-requêtes pour inviter l’intervention d’un pouvoir supérieur à amener la paix sur les individus, les situations, les endroits où nous croyons que la paix est absente.

- En ressentant notre prière comme étant déjà exaucée, nous communions à l’ancien principe quantique voulant que les conditions de la paix à l’intérieur de notre corps soient reflétées dans le monde au-delà de notre corps.

- Par notre quête, nous consolidons, sans le savoir, les conditions mêmes que nous désirons le moins. Par exemple, lorsque nous disons « S’il vous plaît, que la paix soit faite », nous déclarons que la paix n’est pas présente dans une situation particulière. Ce faisant, nous renforçons les conditions que nous avons choisies de changer.

- Nous reconnaissons le pouvoir de notre prière et savons (sentons) que notre prière est déjà exaucée.

- Nous persistons à formuler notre requête jusqu’à ce que nous constations effectivement ce changement sur terre.

Notre prière consiste maintenant à :
– Reconnaître que la paix est déjà présente dans le monde sachant que les changements sont déjà accomplis.
– Renforcer notre prière en remerciant l’occasion qui nous a été fournie de choisir la paix au lieu de la souffrance.

Sommaire
Si ces clarifications apparaissent trop fastidieuses, je m’en excuse sincèrement. Le principe est simple : En présence de la paix, tout ce qui peut en découler est la paix. Mille mercis pour votre bonne volonté de créer un meilleur monde. Soyez bénis d’une paix véritable et durable.

1

Gregg Braden est un auteur et conférencier de renommée mondiale qui a été un pionnier dans les recherches visant à relier la science et la spiritualité. Il a été dans le passé un professionnel de l’Internet, il a notamment été à partir de 1991 manager des opérations techniques pour Cisco Systems qui est à la base du développement d’Internet dans le monde. A la fin des années 90, il décida de quitter le monde de l’Internet pour se consacrer au développement humain et à la paix dans le monde. 

sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:PRIERE, PRIERE ET MEDITATION |on 5 avril, 2016 |Pas de commentaires »

L’amour de votre âme lumineuse

 

Pour aimer le monde inconditionnellement et pour partager inconditionnellement avec lui, vous devez d’abord accepter votre être, l’aimer et partager avec lui. L’ouverture à votre lumière combinée à la confiance en elle est le seul moyen de trouver cet amour pur et cette acceptation de soi qui rayonnera vers les autres. Vous n’êtes pas seulement l’être physique que vous voyez dans le miroir. La forme matérielle n’est que l’expression de votre âme. Aimez ce que vous choisissez d’exprimer dans ce monde et appréciez le fait d’avoir beaucoup à partager. L’attachement excessif à une image ou à une personnalité physique vous retient captifs de la toile de votre ombre. Sachez apprécier l’expression unique que vous révélez et ce que vous avez à donner avec votre cœur. Décidez dès maintenant d’accepter où vous êtes en ce moment et qui vous êtes sous cette forme dimensionnelle. Décidez de partager la vérité de votre âme. Reconnaissez que vous n’êtes pas que l’image que vous présentez à vous-mêmes et aux autres et que vous n’êtes pas séparés du monde qui vous entoure. Acceptez que vous êtes intégrés à la toile de la vie et aimez-vous à cause du rôle que vous jouez. Il n’y a aucune raison de vouloir être ce que vous n’êtes pas. Soyez satisfaits, non pas insatisfaits, de votre véritable grâce. Soyez en paix avec votre être et laissez briller sa beauté intérieure.

âge cristal

C’est seulement quand vous accepterez que l’ombre que vous projetez sur la sphère matérielle n’est pas votre être véritable que vous abandonnerez les illusions et que vous serez réellement vous-mêmes. Pardonnez toutes vos matérialisations que vous jugez sévèrement et sachez que ce n’est pas là ce que vous êtes vraiment. La reconnaissance de votre illusion vous libérera pour vous transformer en papillon. Même les actes que vous jugez les pires s’effaceront lorsque vous accepterez que vous êtes plus qu’eux et que vous pouvez transcender leur emprise sur votre psyché. Vous pourrez ensuite cesser de vous plaindre de votre inaptitude, pour être enfin votre lumière intérieure et la donner.

Vous pouvez éliminer tous vos démons, briller en votre centre et faire de chaque manifestation de votre existence un acte de partage véritable à partir de votre âme. Tombez amoureux de votre essence spéciale, inconditionnellement, de sorte que le simple fait d’être vous-mêmes s’ajoutera à l’évolution de l’Âme unique. Une fois que vous serez tombés amoureux de votre âme, vous pourrez tomber amoureux du reste de la création. Tout ce que vous vivrez sera le reflet du partage de cette pure énergie. Et l’univers vous réfléchira votre don.

Si tous les humains réalisaient soudain à quel point ils sont merveilleux et tombaient amoureux de leur âme, l’humanité réglerait alors tous ses problèmes en un instant. Être amoureux de votre véritable expression individuelle, cela ne veut pas dire que vous devez aimer tous les aspects de votre ego ou toutes ses manifestations. Vous n’avez pas à aimer être violents ou être malheureux de faire de l’embonpoint. Ces manifestations extérieures liées à la personnalité ou à l’apparence physique ne sont qu’un reflet de l’absence d’amour de votre soi véritable.

Les maladies physiques et émotionnelles sont les signes d’un déséquilibre des niveaux de votre âme. Une intégration équilibrée de vos corps physique, émotionnel, mental et spirituel manifestera votre nature fondamentale. Si votre connexion spirituelle dirige le jeu et que vous éliminez le pouvoir accordé à votre identité extérieure, vos manifestations indésirables cesseront d’être un fardeau. Quand vous aimerez votre esprit intérieur, les défauts physiques ou liés à la personnalité deviendront insignifiants et finiront par ne refléter que la joie véritable. Si vous aimez votre âme, vous pourrez changer tout ce qui ne représente plus votre vraie nature et vous deviendrez des êtres qui évoluent et qui donnent vraiment.

Autrement dit, nous ne vous disons pas d’aimer ce que vous aimeriez changer. Nous vous disons plutôt d’aimer la connexion à votre étoile centrale et d’accepter votre expression présente en sachant que vos manifestations physiques peuvent être des dons à la création. Aimez votre pouvoir créateur et partagez cet amour avec tout le monde avec qui vous entrerez en contact. Vous n’avez pas à aimer tout ce qu’aime l’humanité, mais plutôt à apprécier le pouvoir que vous possédez comme êtres de lumière, de choisir vos expériences et de transformer votre terrain de jeu de fond en comble.

Aimez le fait de ne pas avoir besoin de quelque chose d’extérieur pour vous sauver. Vous êtes Dieu et vous pouvez vous sauver comme vous le jugez bon en croyant à votre propre divinité. Cela commence par l’expression de l’être divin que vous êtes déjà. L’esprit de tous vos grands maîtres religieux, comme Jésus-Christ, Mahomet et le Bouddha, connaissait le secret de l’amour intérieur qui guérit le monde. Ils incarnaient cet enseignement et ils accomplissaient ce qui semblait des miracles. Vous êtes tous capables de faire de tels miracles. Vous avez tous en vous ce même esprit messianique. Reconnaissez votre beauté de dieux et de déesses de la création, et soustrayez votre individualité à l’esclavage qui lui est imposé par votre ego dont les motivations sont extérieures. Voilà le secret du changement du monde.

Aimer votre source, cela veut aussi dire de faire confiance à votre guidance intérieure. Certains appellent cela écouter leur soi supérieur. Quel que soit le nom que vous lui donnez, l’important c’est que vous développiez un rapport avec ce soi supérieur et que vous soyez guidés par la lumière lorsque vous faites confiance à votre connaissance intérieure. Cette lumière sera toujours dans un état de partage, ce qui se manifestera comme un épanouissement de votre expérience de vie. Les soucis d’une nature terrestre s’évanouiront et des voies s’ouvriront pour que votre âme puisse s’exprimer et partager ses dons. Les besoins de survie seront comblés et bien d’autres encore.

Qu’avez-vous à perdre ? L’inquiétude, la peur et la répugnance n’ont jamais facilité la création de quoi que ce soit, sauf du chaos et du désespoir. Elles ne sont sûrement pas utiles. Même dans une situation où votre vie est menacée, il vaudra mieux pour vous d’être centrés, calmes et vibrants plutôt qu’en proie à l’anxiété. Vous aurez toujours davantage à donner à vous-mêmes et aux autres si vous êtes centrés sur la lumière, sur l’amour, sur la paix et sur l’équilibre.

Extraits de son livre « Les clés de l’évolution de l’âme », JILL MARA Ariane Edition, 2010 sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Le mystère de l’amour

 

Qu’y a-t-il entre nous et l’amour? L’inconnu, le mystère. Ce qu’il y a de merveilleux, c’est que nous ne pouvons pas étudier ni même comprendre l’amour. Nous pouvons disséquer les formes d’amour contracté, mais nous ne pouvons pas faire l’autopsie d’un amour créateur, pas plus que nous ne pouvons comprendre la mort ou la vie. Nous pouvons cependant être témoins de la mort, de la vie, du processus d’individuation, nous pouvons être témoins de l’amour, et nous pouvons être acteurs.

L'HOMME (2)

Reconnaître que l’autre est un mystère demande d’accepter le détachement et nous délivre de la dépendance. Comment, en effet, être dépendants d’un mystère? Par contre, nous pouvons fusionner avec ce mystère afin d’expérimenter la part de mystère qui existe aussi en nous. Je dis souvent aux thérapeutes qui se sont initiés à mon approche que la clé de la guérison se trouve dans celui qui souffre, non dans le thérapeute assis en face de la maladie de l’autre. La personne souffrante a en main la clé de sa libération. Il en est de même dans le couple ou dans la relation à deux ou à trois: l’autre est habité par le mystère de l’amour. À partir de là, tout est possible.

L’amour nous porte si nous nous laissons porter par lui. Cela exige de notre personnalité, qui aime contrôler, qu’elle lâche prise. Si nous laissons l’amour nous porter, nous acceptons de perdre l’illusion de connaître l’autre et de connaître l’amour. S’il y a quelque chose de réducteur, c’est de penser que l’autre ou l’amour puisse être ramené à une connaissance. Entretenir cette idée revient à couper ses ailes à l’amour. Lorsque nous nous laissons porter par l’amour, nous avons le sentiment que « l’amour donne des ailes » et nous le disons. Nous avons ici la preuve directe que l’amour nous élève et qu’aimer nous ouvre au mystère de l’amour. Il est vrai que l’amour nous porte au sens où il nous sort des prisons dorées de la dépendance et de la souffrance. Et cela, même si nous avons quelquefois l’impression qu’il nous oublie. En fait, il continue de nous porter à travers le regard aigu auquel nous oblige la réalité quotidienne, le regard aigu que nous donne la souffrance ou la perte.

L’amour consiste-t-il à aimer l’autre? Non, car dans l’amour, l’autre n’est plus, il devient une part de nous. L’amour consiste-t-il à s’aimer soi-même? Non, car dans l’amour, nous ne sommes plus, nous sommes devenus une part de l’autre. M’aimer est l’aimer, l’aimer est m’aimer.

Marie Lise Labonté

Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:AMOUR, ENERGIES |on 3 avril, 2016 |Pas de commentaires »

La combinaison des fluides

  cerveau-interconnecte-fusion-mentale

La médiumnité guérissante pure, étant une exception, la guérison spirituelle est quasiment toujours la résultante d’une combinaison des fluides humains et célestes la différence et donc les résultats obtenus se trouvent dans la prédominance de l’un ou l’autre fluide. 

Tout magnétiseur, s’il sait s’élever, peut bénéficier de l’assistance d’esprits élevés et ainsi devenir médium-guérisseur. Parfois il l’est sans le savoir. Au fur et à mesure des soins, le guérisseur spirituel augmente sa sensibilité et peut parfois ressentir les douleurs de son consultant. Son intuition développée se trouvera ainsi confirmée, sa confiance, sa foi, se renforcent et engendrent une émission plus importante de fluides. 

Cette sensibilité joue aussi dans l’autre sens, ainsi il sera également plus sensible aux fluides nocifs, car ceux-ci se mêlant aux siens pour un temps, il peut ressentir des symptômes de la maladie et se mettre à tousser en ayant soigné une bronchite ou avoir les mains moites s’il a opéré sur un fiévreux. C’est pourquoi le guérisseur pourra parfois perdre quelques forces, mais il a à sa disposition d’excellents moyens d’autodéfense et sa faiblesse ne dure que peu de temps puisqu’il bénéficie de l’assistance d’esprits élevés qui sauront le remettre très vite sur pieds. 

Ne maîtrisant pas le sujet des maladies psychiques, nous ne l’aborderons que très succinctement et invitons le lecteur à chercher par lui-même les réponses à ses questions, toutefois nous en tenterons une approche approximative : 

En dehors du dérangement du cerveau, la maladie psychique peut être due à l’emprise d’un esprit malfaisant, elle revêt la forme de la fascination, de la subjugation mentale ou corporelle (obsession ou possession) L’esprit (parfois attiré par une séance de spiritisme faite dans l’inconscience la plus totale), arrive à maîtriser la personne et lui faire accepter toutes sortes d’inepties comme étant la vérité. Il paralyse son jugement et la personne, harcelée par des esprits de bas étage, voit sa vie se déchoir et s’incline devant ce qu’elle croit être la fatalité, s’ensuit alors une grande souffrance, parfois l’esprit arrive même à faire bouger le corps par sa volonté. C’est là que le guérisseur peut intervenir en tentant de dégager la personne de l’emprise psychique et/ou corporelle dont il est victime. Il lui faudra le soutenir moralement, remonter sa confiance, lui rendre son équilibre, lui redonner les forces vitales (par les gestes qu’il trouvera le plus appropriés) qui lui manquent, épurer son ambiance, fortifier sa volonté et l’engager à s’élever par une vie plus généreuse, l’amour de son prochain, l’élévation  morale, afin que les esprits si peu fraternels ne puissent plus être « accrochés » (voir la loi d’affinité). 

Au cours des soins spirituels, les forces vitales afflueront au patient chaque jour un peu plus, les mauvaises suggestions ne feront plus qu’effleurer son âme, l’angoisse s’effacera et il reprendra goût à la vie. Lorsque le patient se décide profondément à « changer de vie » avec foi en lui-même et en Dieu, l’esprit jette le masque et se dévoile, la guérison est parfois longue à venir mais au bout des efforts le succès. 

Intervention de l’esprit : « Il ne suffit pas de le vouloir il faut le croire comme vrai et prier

Dieu de donner force et courage au malade. L’esprit quant à lui, aussi réfractaire qu’il soit, devra partir expier en d’autres endroits le mal qu’il a fait, la justice de Dieu est implacable. » 

En cas d’obsession ou de possession grave, la moralisation de l’esprit peut être salutaire, parfois il est inconscient de son état spirituel et se croit encore en vie. Il s’agit alors de lui demander le pourquoi de sa haine, l’inciter à oublier les torts qui ont pu être commis envers lui par ignorance ou par faiblesse et lui démontrer que son bonheur dépend de son pardon. 

Cette « conversation » peut avoir lieu à l’insu de l’obsédé ou du possédé afin d’éviter une première réaction trop vive de l’esprit envers lui. Puisque la volonté peut donner certaines qualités aux fluides extériorisés, certaines personnes, possédant des dons psychiques et un pouvoir de concentration développé, peuvent lancer contre leur frère des fluides pernicieux. Rassurons-nous, ceux-ci sont facilement déjouables et ne sont pas sans effet sur le frère mal intentionné. 

Que la personne qui pense être victime d’un « mauvais sort » se rassure, celui-ci ne peut être effectif que si on y croit. Que le « receveur » commence par ne pas y penser : se demander si le problème existe ou si c’est untel qui en est l’auteur est déjà y penser, (chasser donc toute pensée à ce sujet même), c’est s’abaisser au niveau de la personne malveillante et ouvrir la porte à la perversion. Au contraire, la personne « envoûtée » s’abstienne d’un tel effort pour diriger ses pensées vers la bonté, l’altruisme, l’amour, la foi, Dieu. Qu’il aime sincèrement tous ceux qu’il côtoie en leur souhaitant beaucoup de bien et d’amour. Le guérisseur pourra intervenir pour libérer la personne de l’envoûtement. La « victime » pourra se libérer elle-même très facilement par la valeur de ses pensées et son élévation morale. 

Quant au « mauvais frère », par effet de ricochet, les fluides dispensés qui finalement doivent bien aller quelque part, lui reviendront tel un boomerang. 

La souffrance morale, la tristesse, la détresse, peuvent diminuer la résistance du corps à la maladie, voire la déclencher. La consolation, le calme, la confiance, l’élévation de l’esprit sont des éléments importants de rétablissement et engendrent la joie de vivre, force d’expansion et d’équilibre, qui reprend possession de notre âme, détendant les nerfs et activant les sécrétions glandulaires. Au contact qu’une personne gaie, on se sent à l’aise, le courage renaît, l’espoir grandit. Le guérisseur doit être cela, sa personnalité sera également un élément non négligeable de la guérison par effet d’imitation sur le malade. Un homme soupçonneux, mal pensant, acariâtre, critiquant amèrement déverserait des fluides néfastes. La joie est un élément important : le sang circule plus rapidement, les substances toxiques s’éliminent, la digestion se fait plus facilement, les globules blancs se multiplient, en un mot la santé réapparaît. 

Les forces vitales sont aussi atteintes par la propre pensée du consultant. Son imagination parfois déréglée exagère ses émotions, excite ses nerfs, provoque une sécrétion excessive des glandes ou la diminue, multiplie les mauvaises suggestions comme un poison dans les veines. 

Il s’agit alors de canaliser cette imagination, de la diriger en lui donnant un but supérieur et non la refouler, car refouler une tendance c’est la comprimer et décupler ses forces d’expansion (un peu comme une cocotte minute que l’on persiste à maintenir fermée, bref, contourner l’obstacle au lieu de l’attaquer de front. Angoisses, émotions réprimées, idées fixes, désarroi, moral au plus bas, provoquent de la fatigue et des troubles organiques qui se cachent adroitement avec la complicité involontaire du malade. 

Si le guérisseur joue ici aussi un rôle grâce aux soins spirituels qu’il peut prodiguer auxquels il peut adjoindre un objet magnétisé qu’il remettra au malade (anciens « gris-gris » dans des cultures ancestrales), tout le monde peut participer au bien être de la personne en prenant soin d’écouter et accompagner doucement, sans heurts et avec patience et amour, l’affligé vers le mieux-être. On peut aussi soigner les maux avec des mots, nul besoin d’être guérisseur pour cela. 

Il existe une autre forme très rare de médiumnité guérissante : les chirurgiens aux mains nues philippins. Il s’agit là d’une chirurgie sans instruments où le médium est incorporé par un esprit guérisseur qui fera l’opération à travers le corps du médium. Elle se pratique beaucoup au Brésil où la pauvreté ne permet pas l’hospitalisation et l’intervention chirurgicale de la médecine traditionnelle. Elle est très controversée, mais outre le caractère un peu trop spectaculaire qu’elle offre, il faut y voir là une médecine des plans Divins. 

Le médium-guérisseur est un guérisseur du corps et de l’âme, l’une réagissant sur l’autre et réciproquement. Plus il sera spiritualisé et de haute moralité plus son action fluidique sera puissante et plus il sera assisté d’esprits de plus haut niveau. Par le détachement matériel, le pardon, la prière, la méditation, l’humilité, l’abnégation, l’homme se détache progressivement du monde terrestre pour s’élever vers un monde lumière régi par l’amour spirituel, se déjouant ainsi des pièges de l’égoïsme et de l’orgueil. 

Le médium guérisseur ne guérit pas tout ni tout le monde et, ne pourra comme le magnétiseur ni ressusciter les morts ni avoir une action probante sur les fonctions vitales atteintes. En ce domaine, comme en beaucoup d’autres, il n’y a pas de raison sans cause, l’esprit « souffle » où il veut et Dieu seul le sait. 

logo agence spirite

 

Différences entre le rêve, la relaxation et l’hypnose

  ascenseur-galactique

Je dis toujours que l’hypnose est à la rivière ce que le rêve est à l’océan. Si la transe hypnotique se rapproche d’un état naturel, elle est toujours induite par une personne extérieure et une manipulation de l’attention. L’hypnose est un outil remarquable dans un but thérapeutique et travaille exclusivement avec une partie de l’inconscient psychique. Je travaille d’ailleurs en consultation privée avec l’hypnose ericksonnienne. Mais l’hypnose à ses limites: elle permet d’explorer seulement des états de conscience attachée directement ou indirectement à l’alter ego de la personne, mais pas de découvrir d’autres niveaux de réalité. La personnalité de l’individu se déplace sous l’influence de l’hypnose. Par exemple, un mythomane sera toujours un menteur même sous transe hypnotique. (C’est pour cela que l’hypnose n’est pas utilisée comme témoignage à charge dans les enquêtes policières car ce type de témoignage n’est pas fiable sur le plan de la vérité juridique.)

À l’inverse les rêves eux ne mentent pas, le monde du rêve va au-delà de la conscience refoulée de la personne, le rêve permet d’accéder directement à la source de l’individu, qu’on peut appeler également âme, subconscient, observateur, ou créateur, cela n’a pas vraiment d’importance. L’important, c’est que les rêves fonctionnent comme une clé d’accès « naturelle » à notre moi profond, car les phases paradoxales sont un état naturel de notre vie. Les rêves ont toujours guidé et aidé l’humanité dans son évolution à travers des messages, des inventions et découvertes, ce qui serait impossible d’accomplir en état hypnotique. On pourrait résumer en disant que l’hypnose peut amener à des solutions alors que les rêves amènent à la création.

A la question « quelle différence y a-t-il entre le rêve et l’hypnose », il faut savoir que l’hypnose n’est pas du rêve, et certains hypnothérapeutes mélangent les deux car ils ne connaissent pas la différence. D’autres font leur propre mélange pour satisfaire une certaine demande ou simplement étendre leurs prestations. Entrer en contact avec sa source intérieure est un travail totalement différent d’une session d’hypnose dont la capacité est limitée à s’adresser à l’inconscient de l’individu, mais pas à l’entièreté de l’être.

La relaxation n’est pas une transe hypnotique, comme l’hypnose n’est pas rêver. Le rêve est libre et passe au delà de l’interprétation et de l’attente de la personne, ce qui n’est pas possible en état de transe hypnotique.

Les classes de rêve ont pour objectif d’apprendre à entrer en rêve éveillé, et à y retourner à volonté. La rencontre avec son animal de pouvoir n’est qu’une étape parmi d’autres. Le chemin pour se rendre dans la zone profonde de son être n’est pas la même, de même que l’intention de départ. Les participants apprennent à se mouvoir dans le rêve, à le faire évoluer, à rencontrer des entités symboliques qui nous livrent des enseignements personnels. Cet apprentissage, comme celui des mouvements de vie permettant d’accroître l’énergie nécessaire pour rêver, sont indispensable pour utiliser ces outils avec succès et discernement dans les classes avancées.

Extrait des propos de Thierry Pierre Liot sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

 

Pour plus d’information, rendez-vous le site de l’IRC http://www.institutdureve.fr

 

 

Publié dans:REVES |on 2 avril, 2016 |Pas de commentaires »

L’imposition des mains par le médium

 Imposition-des-mains

L’imposition des mains par le médium guérisseur mérite qu’on y consacre quelques lignes supplémentaires : l’imposition des mains consiste en l’application sur le front pour une application généralisée ou sur la partie malade. Le médium guérisseur demande à Dieu le pouvoir d’écarter les fluides nocifs et réclame l’assistance des esprits, à la suite de quoi le médium secoue ses mains, comme s’il voulait se débarrasser de quelque chose d’impur, puis recommence l’imposition. Cette technique était surtout appliquée jadis. Aujourd’hui, le médium impose les mains avec foi et amour remerciant Dieu et les esprits de la guérison. Les fluides célestes apportés et mélangés au fluide terrestre travaillés par l’esprit, se répartissent dans tout le corps et rétablissent l’équilibre vital. Bien sûr pour agir de la sorte il faut une foi inébranlable. L’imposition se fait par-dessus vêtements ou couette sur une personne assise, debout ou couchée, tout cela n’ayant plus aucune importance.

L’imposition a lieu avec la  paume ou le bout des doigts sans raideur ni contraction…laisser faire…laisser faire les esprits envoyés de Dieu…. 

C’est le médium qui sent lorsque le moment de cesser est advenu (une imposition de 10 minutes environ semble salutaire). L’imposition sur la partie malade (bénigne) fait disparaître comme par enchantement le mal, parfois avec extériorisation. Le médium ressentira des sensations aussi diverses que variées, qui peuvent être picotements, chaleur…dans la main et parfois jusque dans l’avant- bras. Le plus souvent, le médium aura recours au contact simple avec la main droite ou peut poser la main droite sur le front et la main gauche sur la nuque (Pour les bactéries très localisées (verrues par exemple ou coupure) et de faible envergure le débutant dirigera le bout des doigts sur la partie à soigner, l’imposition des mains demandant une grande action fluidique. 

Le débutant croira parfois que l’imposition peut se contenter de quelques minutes et passera rapidement à autre chose dans le but d’expédier le mal, ce n’est peut-être qu’une erreur, car il ne doit se soucier de rien d’autre que laisser faire…. Voir peut-être sa main se déplacer imperceptiblement vers une autre partie du corps. S’en remettre à Dieu et aux esprits est la meilleure « méthode » de guérison. 

Par l’imposition des mains, le guérisseur spirituel pourra se guérir « lui-même », dans la mesure où la partie du corps à soigner est accessible sans demander de gymnastique. Ainsi, il pourra demander aux esprits de guérir par la grâce de Dieu et l’intermédiaire de ses mains une douleur à l’estomac, une entorse à la cheville, une brûlure sur la main (imposition d’une seule main dans ce cas, bien sûr)….. 

Si le malade n’est pas présent, le guérisseur pourra, suivant sa sensibilité, opérer à distance.

Imposition des mains sur photo, avec toujours, foi amour, concentration de la pensée sur la guérison et appel à Dieu et aux esprits. Il pourra aussi le faire au moyen d’un objet personnel porté par le malade (linge, papier, bijoux) afin d’établir un courant de communication entre eux. Certaines matières comme la laine, le papier s’imprègnent facilement du fluide vital. Il pourra également y ajouter l’absorption d’eau (par le malade) qu’il aura magnétisée en lui donnant par sa pensée l’intention voulue. Delà engage entre les deux personnes un lien médiumnique et le guérisseur pourra travailler comme si le malade était auprès de lui. 

La durée de l’action magnétique est variable. Selon Durville, elle diminue progressivement pour disparaître complètement. L’eau la conserve fort longtemps (des années, à condition qu’elle ne soit pas bouillie) sans que les propriétés soient diminuées, alors que les corps solides la perdent beaucoup plus rapidement (quelques semaines). Le métal possédant sa polarité propre, reprend dans la nature le mode vibratoire dont il est ordinairement animé en quelques jours. Les objets magnétisés doivent être conservés à l’ombre dans un endroit frais et sec, enveloppés dans du papier ou un tissu et surtout les éloigner de tous agents magnétiques physiologiques (aimants, électricité, métaux, bruits intenses). 

D’autres formes d’actions à distance peuvent être opérées : l’imposition des mains à distance de 10 ou 15 centimètres de la personne (après prise de contact). L’imposition sur photo comme nous l’avons déjà dit et enfin la pensée qui seule peut établir, sans aucun support, un lien suffisant entre le patient et le médium-guérisseur, elle réclame toutefois un grand développement médiumnique et une assistance spirituelle puissante. La prière (sous toutes ses formes comme précédemment indiqué) et l’élévation spirituelle du médium jouent ici un rôle capital, autant dire qu’elle est assez rare. 

Les premières magnétisations glissent souvent sur le malade sans qu’aucun effet ne se produise. Tout d’abord parce que, outre la foi et l’amour, c’est avec « l’entraînement » que les fluides se décuplent, également parce qu’il s’agit de vaincre les réticences du malade. Comme nous l’avons déjà expliqué, le malade réfractaire fera barrage, alors que le malade convaincu, consentant, voire seulement indifférent ou inconscient (les animaux, les bébés…) ne fera aucune barrière. 

Il n’y a pas deux guérisseurs qui produiront la même chose pour un même malade. L’un soignera très bien telle affliction, alors que l’autre n’obtiendra que piètre résultat. Le guérisseur aura une faculté puissante un jour et bien moindre le lendemain cela dépendant de tant de facteurs (conditions fluidiques, assistance des esprits, concentration de la pensée, prière….). 

Il arrive que le guérisseur, comme le magnétiseur, constate après quelques séances une recrudescence des symptômes de la maladie, il faut y voir là un signe de régénérescence de l’organisme qui, toutefois, prévient qu’il s’agit d’être prudent dans le « dosage » de l’émission des fluides (ne pas trop prolonger une émission fluidique, nous en revenons à notre paragraphe précédent où il est indiqué qu’il vaut mieux de petites doses régulières qu’une séance prolongée). L’intuition et l’inspiration jouent ici un rôle important. 

Au cours de l’opération médiumnique, les forces du guérisseur peuvent se mêler à celle du consultant et les passes peuvent entraîner avec elles des particules fluidiques nocives. Le guérisseur devra alors prier Dieu et ses guides protecteurs et avoir foi que les fluides mauvais s’écartent de lui (le lavage symbolique des mains à l’eau claire est ici important pour certains. Les soins médiumniques dérangent l’ambiance spirituelle ordinaire du malade, constituée parfois d’esprits inférieurs qui provoquent l’état de faiblesse du patient ou profitent de l’état de faiblesse pour le faire agir selon leurs caprices. Ecartés malgré eux du malade, ces esprits se retournent parfois contre le médium qui, s’il n’était pas protégé par sa foi, son altruisme, son amour, son humilité parviendraient à l’atteindre. Ceci explique que des médiums trop téméraires ou imprudents s’obsèdent ou abandonnent leur mission. 

Mais comme pour toute médiumnité « celui qui est dans la lumière ne craint rien » et Dieu le protège. Intervention de l’esprit :  » La plupart des médiums guérisseurs ne craignent rien car c’est l’amour qui guide leurs pas et l’amour est leur meilleur bouclier. » 

Comme nous l’avons vu, les esprits qui vivent autour de nous agissent et réagissent sur nous.

Ils ont une volonté plus éclairée que la nôtre et plus forte que la moyenne humaine, mais cette volonté peut-être paralysée par notre inertie et notre manque d’aspiration spirituelle. La loi du « qui se ressemble s’assemble » implique que tout homme qui désire faire le bien est assisté par  un esprit bienveillant. Le guérisseur sincère, humble, d’amour, d’abnégation et de foi agira sous l’influence, parfois occulte de l’esprit guérisseur. Peu à peu il se rend compte que ses interventions sont inspirées, que sa main est conduite pour diriger les soins. Ainsi, le guérisseur spirituel aura tout à gagner au moment des soins à faire abstraction de ses connaissances scientifiques pour laisser place à son intuition, à son inspiration, en fait à l’automatisme spirite. L’esprit saura mieux que lui ce qu’il y a lieu de faire, s’en remettre totalement à l’esprit envoyé de Dieu. 

Le médium guérisseur utilise son fluide personnel et s’adjoint, de par ses qualités spirituelles et morales le fluide céleste apporté par un esprit élevé. 

Le magnétiseur utilise uniquement son propre fluide et celui-ci est moins actif et demande une magnétisation soutenue avec un traitement qui peut être long, le magnétiseur donnant uniquement son propre fluide peut se fatiguer, voire s’épuiser, il doit donc de temps à autre récupérer des forces. Le fluide des esprits est plus puissant parce que pur et produit donc des effets plus rapides et parfois instantanés, la fatigue du guérisseur est alors quasiment nulle. 

Les médiums guérisseurs dans la plus pure acceptation du mot sont rares sur cette terre parce que leur personnalité doit s’effacer complètement devant l’action spirituelle et cette faculté élevée au plus haut degré demande un ensemble de qualités morales que l’on trouve rarement sur notre planète, ceux-là seulement peuvent obtenir par l’imposition des mains des guérisons instantanées (les autres peuvent obtenir par la simple imposition des mains mais devront prodiguer leurs soins dans le temps). 

La faculté de la guérison spirituelle n’est accessible qu’avec l’abnégation, l’humilité, le dévouement, le désintéressement, et bien sur la concentration de la pensée, la foi et l’amour de son prochain…. Tout un programme … !

 

SOURCE http://www.alliancespirite.org

Publié dans:MAITRISE, MALADIE, MEDIUM |on 1 avril, 2016 |Pas de commentaires »
12

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3