Archive pour le 22 mars, 2016

Le pouvoir de S’abandonner

 

 bouddha

L’un des plus grands défis sur le chemin de notre évolution est de parvenir à surmonter notre difficulté à lâcher prise, à nous abandonner. S’abandonner, c’est s’en remettre à notre conscience, à l’intelligence de notre cœur, plutôt qu’à notre ego et ses schémas de pensée. La résistance est le frein majeur à la croissance spirituelle mais aussi la cause de souffrances qui rendent plus difficile encore l’immense tâche de libérer notre âme du carcan de notre personnalité. L’abandon est une disposition d’esprit, une attitude d’ouverture, de confiance, et de réceptivité.

La voie de la conscience nous apprend que le but de notre existence est d’apprendre les leçons de toutes les épreuves que nous traversons. Notre attitude détermine notre réussite ou notre échec face au défi que représente la reddition de notre ego devant notre soi. Mais en réalité, notre résistance est illusoire et vaine car elle ne nous permet pas d’éviter les épreuves que nous rencontrerons inévitablement à nouveau jusqu’à ce nous ayons compris les leçons qu’elles ont pour but de nous enseigner. Si nous les acceptons sereinement, nous nous enrichissons de chaque moment de notre vie et découvrons ainsi le pouvoir de l’abandon.

Paradoxalement, plus nous aspirons à la libération et plus nous nous en approchons, plus nous résistons. Nous croyons généralement être prêts à recevoir les enseignements qui nous feront évoluer vers l’éveil de notre conscience. Mais que nous en soyons conscients ou pas, nous faisons absolument tout pour éviter les situations qui nous remettent en cause et les épreuves qui nous permettent d’évoluer. En fait, nous passons notre temps à imaginer les choses telles que nous voudrions qu’elles soient, au lieu de les accepter telles qu’elles sont. Nous invitons le Divin mais quand il frappe à notre porte, nous refusons de lui ouvrir, trompés par l’illusion de son apparence que nous n’attendions pas, que nous ne reconnaissons pas.

L’énergie phénoménale que nous déployons pour tenter de garder le contrôle sur les évènements de notre vie révèle la nature même de l’ego qui est de s’opposer à tout ce qui le met en danger. Sur le chemin de l’évolution, cette résistance au changement devient le mur auquel nous nous heurtons. Selon les êtres, notre réaction face à cet immense défi prend mille et une formes, par des réactions de colère, de peur, de désespoir, le fait d’éviter ou de mettre fin prématurément à une relation… Dans cette lutte intérieure entre notre âme qui aspire à sa libération et notre ego qui cherche à tout prix à l’empêcher, réside le dilemme auquel est confronté tout chercheur spirituel. Et il arrive toujours un moment où ce paradoxe atteint un paroxysme, lorsque nous sommes confrontés à nos limites et nous retrouvons face à nos contradictions.

Ce moment signifie que la Vie nous ouvre un passage, en nous offrant l’opportunité de transmuer l’énergie de notre résistance en une énergie d’amour, de confiance et d’abandon. S’abandonner, c’est briser les chaînes de la peur et de l’illusion. C’est passer de l’autre côté du miroir, où nous réalisons que les expériences que nous avons tant combattues sont celles que notre âme a tant désirées. Que nos résistances et notre cécité spirituelle sont la cause de toutes nos souffrances. Que tous nos efforts pour être heureux et comblés sont éphémères et vains tant que nous n’apprenons pas à lâcher prise, à nous abandonner.

L’expérience du lâcher-prise est un moment intense et extraordinaire, qui nous enseigne que nos peurs disparaissent au moment où nous sommes prêts à les affronter. Nous découvrons alors que cesser de satisfaire les insatiables désirs de notre ego et s’en remettre à la volonté du Divin – qui est notre désir le plus profond, n’est pas un renoncement mais une renaissance et la source d’une joie incommensurable. L’abandon est une véritable libération pour notre âme. Dans cet état sans demande ni attente, l’énergie qui envahit notre être agit comme un baume, guérit notre corps, ouvre notre cœur, libère notre intuition et éveille notre conscience.

C’est en vivant cette expérience que l’on se débarrasse de la croyance que nous perdons notre souveraineté lorsque nous consentons à nous abandonner. Car si l’abandon est synonyme de perte ou de défaite pour l’ego, il est signe de croissance, de richesse pour la conscience. Il est aussi l’expression de notre maturité.

Seul celui qui a vaincu la peur est capable de s’abandonner.

Et notre abandon est indispensable pour parvenir un jour à l’éveil de notre conscience.

Brenda travaille depuis plus de douze ans aux côtés d’Amédée, le créateur de Guérir par la Conscience.

Chez Francesca du blog http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ENERGIES, GUERISON, HUMANITE |on 22 mars, 2016 |Pas de commentaires »

Qu’est-ce que La médiumnité

 

 

La médiumnité est, en dehors de tout dogme ou religion, la possibilité de pouvoir communiquer avec les Esprits. 

NATURE DIVINE

Qu’est-ce qu’un médium ? Il n’est qu’un récepteur de messages venus de l’autre monde. Il est celui qui, en faisant le vide, a pu ouvrir un canal de transmission, il est l’intermédiaire entre l’invisible et le visible. Il existe un grand nombre de médiumnités différentes (à ne pas confondre avec le spiritisme, car on peut pratiquer le spiritisme sans être médium). Le médium est « au milieu », entre les deux mondes, il peut être à effets physique, intuitif, psychographe, artiste, parlant, voyant, auditif, somnambuliques, guérissant, pour n’en citer que quelques-uns uns ou allie plusieurs facultés à la fois. Plus qu’une communication, la médiumnité est une communion avec l’esprit. Communion dans la foi et dans l’amour. Tout se fait par la pensée, aussi, nul besoin de talisman ou objet de culte (encens, bougies…) C’est un acte de religiosité qui demande recueillement et prière sincère. 

C’est aussi la loi du « qui se ressemble s’assemble », aussi afin d’être en mesure de communiquer avec de bons esprits, il est important, en préambule d’effectuer un travail sur soi-même, destiné à mieux se connaître, savoir qui on est, quelle est notre motivation profonde et tendre vers l‘amélioration morale, une sorte d’épuration préalable. A défaut d’avoir réussi tout ou partie de ce travail, les esprits sauront nous le faire faire parfois avec douleur, toutefois, rien ne nous est infligé qu’on ne puisse surmonter, et si le médium attire à lui des esprits qui ne lui conviennent pas : Qu’il se demande pourquoi ? La réponse est au fond de lui et nulle part ailleurs. 

La médiumnité est un acte de foi. Il faut croire, croire que tout est possible par l’action Divine, croire en la puissance bienveillante de Dieu et de l’Amour, croire en sa propre réussite. Croire, n’est pas espérer, croire c’est savoir. C’est l’action de grâce par excellence. Croire c’est n’avoir aucune peur « la peur tue l’esprit » (extrait de « Mémoire Spirite ») car celui qui est dans la peur n’est pas dans la foi. La foi c’est la confiance totale en l’accomplissement d’une chose, être totalement certain d’atteindre le but, sans précipitation, avec sérénité et tranquillité, peu importe le temps, il ne compte pas. C’est l’amie de l’humilité : savoir que sans Dieu rien n’est possible mais que par lui tout soit réalisable, c’est la foi en Dieu, en sa puissance sans limite. 

La foi est celle en l’homme et en Dieu.

La foi ne se commande pas mais elle ne s’impose pas non plus. Elle se présente à celui qui veut la chercher avec sincérité, il suffit souvent d’un rien pour l’atteindre, juste un « hasard »…

Intervention de l’esprit : « la foi c’est savoir que rien n’est impossible, que le coeur peut tout, et que le sentiment d’amour ouvre toutes les portes qui mènent à Dieu ».

C’est aussi un acte d’Amour. L’Amour de Dieu, en Dieu, l’amour envers ses frères, l’amour des esprits l’amour tout court. Aucun autre sentiment ne doit être ressenti, car, comme pour la foi, si on est la peur on ne peut pas être dans l’Amour. L’amour ne peut laisser de place. 

C’est le don de soi, sans rien attendre en retour, ni remerciements, ni gloire, ni argent. L’acte spirite est donné aux hommes pour qu’ils en fassent un usage bienveillant pour eux-mêmes et pour leurs frères. La lumière et la consolation sont pour tous, elle ne doit pas être l’apanage de ceux qui peuvent payer. Le médium donnera gratuitement ce qu’il a reçu gratuitement. « Tu ne feras pas commerce de l’esprit. » Extrait de « Mémoire Spirite ». 

La médiumnité n’est ni un art, ni un talent, elle ne peut donc pas être une profession. Elle ne peut exister que par la volonté de Dieu et des esprits. La médiumnité n’existe qu’à deux : le médium et l’esprit. Sans l’esprit point de médiumnité. La médiumnité est une faculté accordée mobile et variable, aussi le médium qui se sert est appelé à être le jouet d’esprits malveillants et parfois très sournois (voire, perdre totalement cette faculté), aussi en premier lieu, le médium abolira l’orgueil, source de sa déchéance. Les esprits d’amour, de lumière, ne se communiquent qu’au vu de l’humilité, du dévouement, de l’abnégation et du désintéressement moral et matériel le plus absolu du médium. Les esprits bienveillants se retireront de ceux qui les utilisent à des fins personnelles quelles qu’elles soient. « La relation que vous avez avec les esprits, ne dépend que de vous-mêmes et d’aucune autre force extérieure et d’aucun pouvoir de l’esprit. » Extrait de « Eveil ». 

Le médium est un missionnaire. Avec son libre-arbitre, il a accepté cette mission noble, à lui de la réussir ou d’échouer. Pourquoi les uns et pas les autres malgré la bonne volonté, l’amour, la foi et le désir de servir ? Pourquoi certains accèdent à la médiumnité rapidement, d’autres au prix d’une grande patience ou jamais ? Nul ne le sait, peut-être cette faculté est- elle en partie, la résultante de vies antérieures, d’une mission acceptée avant l’incarnation ou pas ? Autant de questions restées sans réponses probantes. La médiumnité est un acte sacré qui demande sincérité, recueillement, altruisme, amour, foi et humilité. Son but ultime est dans le progrès spirituel et l’élévation morale du médium et de ses frères. 

Le médium de par ses communications apprendra et à son tour aidera ses frères dans ce sens.

La médiumnité vient expliquer le sens de la vie qui est l’Amour et aide les hommes à évoluer sur le chemin de la moralité et de la sagesse, elle doit rendre meilleur en mettant à profit les enseignements des esprits. Ne demandons pas à nos frères les esprits des conseils ou des aides pour nos petites affaires terrestres, nous avons pour cela notre libre-arbitre et notre jugement, notre âme et notre conscience, ne leur demandons pas non plus d’explications sur les secrets Divins ou les lois de l’univers, nous l’apprendrons bien plus tard, comme eux. Restons humbles et demandons à nos guides de nous montrer . 

La médiumnité est un chemin parfois long et difficile, nous l’avons dit. Elle implique aussi, souvent une difficulté devant la souffrance de ses frères, c’est une remise en question de  soi-même constante et une recherche de l’élévation morale. 

Message de l’esprit :

« Le médium se remet en question constamment, il découvre chaque jour, alors le doute l’envahit toujours, il ne sait plus qui il est, où il va et s’il est sur le bon chemin, mais Dieu veille sur lui et toujours il retrouve son chemin vers son Dieu. Le médium pleure souvent mais ses larmes sont d’amour car le médium est amour, il aime ses frères et son Dieu par-dessus tout. Le médium est envoyé de Dieu sur terre pour donner aux hommes un peu de lueur, d’espoir dans un monde difficile mais si riche en enseignements. Le médium pleure d’amour devant les beautés universelles, le médium pleure de joie devant l’enfant qui vit, le médium pleure souvent devant l’immensité de l’océan comme l’immensité de l’amour de Dieu envers ses enfants, le médium pleure de tristesse devant l’indifférence, l’intolérance, la bêtise l’hypocrisie et la haine, le médium pleure beaucoup mais ses larmes lavent le monde des impuretés qui le paralysent dans le mensonge, la guerre, la haine et la bêtise humaine, Heureux soit le médium car il est envoyé de Dieu pour ouvrir la route à ses frères vers la lumière Divine. » 

Etre médium c’est vivre pour les autres, c’est servir son Dieu en servant ses frères, comme nous l’explique si bien l’esprit à travers Oune. C’est un grand bonheur, un grand honneur, une mission Divine, une confiance sacrée, mais si fragile qu’elle peut se volatiliser au moindre faux pas. Patience, courage, foi, amour, humilité sont les ingrédients de base nécessaires à la médiumnité qui n’est possible que par le concours des esprits et la grâce de Dieu. 

SOURCE http://www.alliancespirite.org

Publié dans:ESPRITS, MEDIUM |on 22 mars, 2016 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3