Émotion, pensée, sentiment

 

reactivation-pyramides«  Les anciens Esséniens établirent une nette distinction entre émotions, pensées et sentiments. Bien qu’étroitement liées, pensées et émotions doivent tout d’abord être considérées de façon indépendante, puis réunies dans une fusion de sentiments qui deviennent le langage silencieux de la création.  » (p. 155)

«  L’émotion peut être considérée comme la source de la puissance qui nous aide à atteindre les buts de notre existence. C’est grâce à l’énergie provoquée par nos émotions que nous nourrissons nos pensées afin de les concrétiser… Nos émotions prennent une certaine direction grâce à la pensée, insufflant la vie aux images créées par celle-ci. … au cours de notre existence, nous vivons des situations variées qui se résument à deux émotions extrêmes et opposées : l’amour et la peur. C’est la qualité de notre émotion qui détermine sa manifestation.  » (p. 155-156)

«  La pensée peut être perçue comme le système de guidance qui dirige nos émotions. C’est l’image ou l’idée crée par notre pensée qui détermine la direction que prendront nos émotions et notre attention. La pensée est étroitement associée à l’imagination… la pensée en elle même ne dispose que d’une faible énergie; il ne s’agit que d’une possibilité sans aucune énergie pour lui donner la vie… Rien ne peut concrétiser une pensée en l’’absence d’émotion… C’est seulement par l’amour ou la peur que nous projetons sur les objets de nos pensées que nous insufflons la vie aux créations de notre imagination.  » (p. 156)

«  Les sentiments, représentant l’union des pensées et des émotions, ne peuvent exister qu’en leur présence simultanée. Lorsque nous éprouvons des sentiments, nous ressentons le désir de nos émotion se fondre dans nos pensées. Les sentiments sont la clé de la prière, car c’est au monde du sentiment que réagit la création… Par définition, pour éprouver un sentiment, nous devons d’abord avoir une pensée et une émotion sous-jacentes. Notre grand problème, en développant les plus hauts niveaux de la maîtrise personnelle, est de reconnaître les pensées et les émotions manifestées par nos sentiments.  » (p. 156-157)

Purger nos souvenirs en changeant l’émotion de l’expérience

«  … il nous est impossible d’écarter ou d’oublier nos expériences effrayantes et douloureuses. La pensée n’est que l’une des composantes de nos expériences – la ‘projection’ dans notre esprit de résultats possibles. Cependant, la souffrance est un sentiment, le produit de nos pensées stimulées par l’amour ou la peur provoqués par notre esprit. Grâce à cette formule, les maîtres esséniens nous invitent à purger nos souvenirs de nos plus douloureuses expériences, en changeant l’émotion de l’expérience elle-même.  » (p. 157)

Focaliser au bon endroit

«  le fait de focaliser notre attention sur les expériences que nous souhaitons éviter les attire précisément. Plutôt que de nous concentrer sur ce que nous ne voulons pas, nous devrions focaliser notre attention sur ce que nous désirons créer dans notre existence et vivre selon cette perspective… plus claire est l’affirmation, plus clair sera le résultat.  » (p.157)

Lorsque la prière n’est pas efficace

«  Une pensée privée de l’énergie capable de la stimuler s’appelle un souhait. Pour que notre pensée puisse devenir efficace, nous devons lui fournir de l’énergie… C’est l’émotion qui entraîne la réalisation de nos souhaits. Tout en admettant que nous pouvons choisir l’amour ou la peur comme émotion capable de stimuler notre pensée, il n’en est pas moins vrai que, la plupart du temps, notre besoin conscient est basé sur la peur…  Nous choisissons les conditions de notre existence grâce à nos sentiments – l’union de nos pensées et de nos émotions.  » (p. 159-160)

«  Les sentiments d’infériorité donnent vie à la création d’expériences que nous ne souhaitons pour rien au monde voir se produire dans notre vie – la concrétisation de notre manque de valeur… Perdu par l’Occident il y a 1,500 ans, le bonheur issu du souvenir de notre pouvoir peut amener dans notre vie bien-être, abondance, santé, sécurité et joie!  Outre le fait de pouvoir identifier comment notre technique intérieure de prière fonctionne, nous disposons également d’un moyen de changer les éléments constitutifs de notre prière afin de la rendre plus efficace pour notre usage futur.  » (p. 161)

GREGG BRADEN – Extraits de son livre
L’EFFET ISAÏE – Accéder à la science perdue de la prière et de la prophétie véritable
Ariane Éditions, 2000 sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

 

Publié dans : PENSEE, PRIERE ET MEDITATION |le 17 décembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3