Archive pour décembre, 2015

Étrange ou être ange ?

 

Par une de ces belles nuits d’été comme il y en a dans le sud de la France, les étoiles commencent à briller. Réunies près d’un torrent au cœur d’une vallée verdoyante, trente personnes semblent admirer en silence les gouttelettes étincelantes qui jaillissent des flots. L’ambiance est magique. Un homme debout parle un étrange langage. Tout à coup, il pointe son doigt vers le haut et dit : « Un vaisseau est là! » Une lumière zèbre alors le ciel juste dans la direction indiquée. Deux fois encore, il répète cette phrase. Et à chaque fois, apparaît, exactement dans la direction indiquée, un point lumineux qui traverse lentement le ciel. Récit de science-fiction ? Non, simplement un témoignage, parmi des centaines, d’une extraordinaire communication entre consciences terriennes et consciences supraterrestres. 

etre ange

Ce livre raconte l’aventure de la conscience vécue, depuis près de vingt-cinq ans, par un groupe de chercheurs qui a eu des preuves flagrantes de cette communication, dont nombre de témoins, parfois sceptiques au départ, ont gardé un souvenir mémorable. Au cours du temps, cette équipe de pionniers a intensifié le contact avec les dimensions de conscience invisibles qui sont présentes dans les traditions du monde entier. Quel que soit le nom qu’on leur donne – dieux, anges, dévas, guides, esprits supérieurs ou supraterrestres -, ces hiérarchies cosmiques surveillent l’évolution humaine et transmettent des informations à ceux qui font un réel effort de transformation intérieure et d’élévation pour s’accorder vibratoirement à ce qu’elles sont. Les chercheurs dont vous allez lire les expériences – souvent extraordinaires – ont consacré une grande partie de leur vie à l’éveil de leur conscience et au développement de leurs facultés télépathiques.

Si cet ouvrage a pour titre Être Anges Témoins, ce n’est pas parce que ses auteurs se prennent pour des anges mais parce que l’être, les anges et les témoins correspondent aux trois niveaux que sont l’esprit, l’âme et le corps. L’être représente le principe spirituel supérieur, les anges sont reliés à l’énergie d’animation intermédiaire entre l’invisible et le visible, alors que les témoins sont les êtres humains incarnés dans un corps physique. Être témoin de l’étrange permet souvent de percevoir la présence de l’être et de l’ange en nous.

Il semble qu’à notre époque les anges soient de plus en plus présents, non seulement dans le ciel mais aussi dans des livres, chansons, émissions et films qui leur sont régulièrement consacrés, avec beaucoup de succès d’ailleurs. Comme si, en ces temps troublés, l’être humain se souvenait qu’il n’était pas seul dans l’univers et qu’il tendait la main et la conscience vers ces présences invisibles qu’il ressent confusément. À un journaliste qui s’étonnait que le très sérieux philosophe Michel Serres consacre son dernier livre à ce sujet « décidément très à la mode » que sont les anges, celui-ci répondit :  » L’étonnant est que nous ayons cessé de parler des anges pendant quelques décennies. Les hommes ont toujours parlé des anges. L’entracte est terminé. Nous nous y remettons. « 

Les anges se manifestent de multiples manières : certains les voient avec un regard intérieur, d’autres perçoivent télépathiquement leurs messages, beaucoup les rencontrent au cours d’expériences de mort imminente. Ils apparaissent également sous forme de phénomènes lumineux, de type ovni, relatés dans toutes les traditions. Car, comme le précise le prêtre catholique François Brune, les anges n’ont pas toujours été représentés avec des ailes :  » On sait maintenant, grâce aux découvertes archéologiques entreprises au Proche-Orient, et notamment à Doura-Europos, que les premiers chrétiens ne représentaient jamais les anges comme des hommes ailés. […] C’est pourquoi, dans les premiers siècles, les anges qui apparaissent aux bergers dans la nuit de Noèl, ou ceux que les saintes femmes trouvent près du tombeau vide du Christ, sont représentés par des étoiles. De nombreux textes anciens, en grec, en syriaque, en arménien, nous expliquent que cette étoile de Bethléem, qui guidait les mages vers la grotte où se trouvait le Christ, était en réalité un « ange », c’est-à-dire un messager de Dieu, un messager de l’au-delà. «  

Malgré leur caractère souvent « extra-ordinaire », tous les phénomènes de contact dont il est question n’ont, en fait, rien de paranormal. Ils sont, au contraire, l’expression tout à fait normale des facultés inhérentes à l’esprit humain quand il s’éveille à la réalité interne de l’univers à travers un constant équilibre entre théorie et pratique, entre conscience synthétique et expériences opérationnelles. Coupé du fil le reliant aux dimensions invisibles, l’homme a oublié sa véritable identité, qui est cosmique. 

Dès lors qu’il commence à quitter les spacieuses autoroutes des conditionnements pour s’orienter sur l’étroit sentier de la connaissance, chaque être humain peut devenir un voyageur intemporel. Sur la ligne de ce long périple qu’est l’éveil de la conscience se présentent des personnes aux existences et motivations multiples, toutes « travaillées » par une intuition ou « inspirées » par une étincelle qui les guide sur le chemin du retour vers l’Unité. Tout trajet initiatique est semé d’embûches qui mettent à l’épreuve la continuité et la volonté de celui qui le suit. On fera un parallèle, à ce sujet, entre l’itinéraire des candidats au grand Voyage dans le film Rencontre du troisième type et celui de leurs aînés du Moyen Âge, chevaliers et pèlerins. Parmi tous ceux qui commencent à cheminer sur cette voie, beaucoup se perdent dans des impasses ou s’arrêtent en cours de route. 

De leur long périple initiatique, les Voyageurs intemporels ont rapporté des récits, des images, des certitudes, des confirmations, des langages, des perceptions et des schémas d’une précision stupéfiante. Chacun de leur côté, ils ont fait le bilan de leurs expériences. Parmi les centaines de témoignages qui ont été classés, quelques dizaines ont été regroupés par thèmes pour illustrer les différents types de contacts alors que d’autres ont été intégrés dans un récit chronologique qui les met en situation. Leur profonde cohérence nous place en face d’une évidence : nous ne sommes pas seuls dans l’univers et notre vie est reliée par des fils invisibles à l’univers entier. 

Le récit de toutes ces expériences tend à prouver que nous vivons dans un monde bien plus étrange que nous ne le pensons, et encore plus extraordinaire que nous ne l’imaginons. En remettant en question nos conceptions matérialistes de l’espace et du temps, il nous ouvre de nouvelles perspectives d’évolution et nous apporte un formidable message d’optimisme concernant notre futur. 

Ce qui fait l’originalité de la démarche des Voyageurs intemporels, c’est la durée pendant laquelle leurs contacts se sont déroulés, la multiplicité des expériences et des preuves qu’ils ont accumulées durant tout ce temps, et la cohérence entre les éléments suivants :

Nombreuses expériences parapsychologiques vécues par des personnes isolées ou en groupe ; 
Observation de phénomènes ovnis pendant des opérations de contact, avec prévisions très précises des apparitions, confirmées à de multiples reprises par des dizaines de témoins ;
Expérimentation d’un style de vie qui éveille les différentes facettes de la personnalité et qui a donné naissance à un programme de développement permettant à chacun de s’accorder en totalité à son identité cosmique ;
Raccordement de la sensibilité à la présence vibrale de l’harmonie universelle, pour retrouver en soi une créativité inspirée qui s’exprime par la musique, l’image, le langage ou le geste ;
Analyse d’un vécu extraordinaire faisant découvrir des clés originales de compréhension qui répondent aux nombreuses questions que se pose chaque être humain ;

eatIntensification du contact avec les consciences supérieures aboutissant à la réception continue de transmissions télépathiques. IJP. Appel-Guéry, fondateur de l’équipe des Voyageurs intemporels, a consacré sa vie entière à ce type de communication, apportant ainsi des milliers d’informations par des centaines de conférences et des ouvrages parmi lesquels les douze volumes de la Science Unitaire de l’Intra-Univers.

Extrait de  ÊTRE ANGES TEMOINS sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/ :

aux Editions de Mortagne – écrit par APPEL GUERY

Publié dans:ANGES, ESPRITS |on 30 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Pour aimer, il nous faut ressentir

 

TR045_lumiere-paysageDécrit dans de nombreuses traditions anciennes, le pouvoir de la sagesse, de la beauté et de la prière a été redécouvert par des expériences modernes. Comme nous l’avons vu dans l’introduction, par exemple, le thème sous-jacent du savoir des Navajos est basé sur la reconnaissance de la relation entre la douleur, dans leur monde extérieur, et la sagesse et l’amour dans leur cœur. Bien qu’il s’agisse d’expériences indiscutablement différentes, la souffrance, la sagesse, et l’amour semblent être intimement liés dans une relation surprenante et sans doute inattendue.

Par notre souffrance, nous reconnaissons notre capacité de ressentir – plus la souffrance est grande, plus les sentiments sont puissants. Dans nos plus profonds sentiments de douleur, nous découvrons l’intensité de notre capacité d’aimer. Le pardon semble aussi être directement lié à notre souffrance. Plus la souffrance est grande, explique Tim Laurence, plus il est avantageux de pardonner. De ce point de vue, on peut considérer que notre douleur est un baromètre de notre habileté à aimer, plutôt qu’une punition pour les choix que nous effectuons. C’est cette subtile relation qui démontre la force que de nombreuses traditions décrivent comme la « colle » qui tient notre monde ensemble – le pouvoir de notre amour. Nous trouvons notre plus grande guérison dans notre pouvoir d’aimer.

On dirait presque que nous venons dans ce monde et que nous sommes mis à l’épreuve, de façons impensables pour des gens rationnels et aimants. Par nos relations, nos emplois, nos pertes, et nos échecs, nous poussons nos habiletés jusqu’au bout. Tout ce temps, nous nous posons la même question: « Pouvons-nous aimer à travers ces expériences? » Pouvons-nous aimer en présence des inimaginables atrocités justifiées par la couleur de notre peau ou par notre façon de comprendre Dieu? Sommes-nous capables d’aimer dans un monde où d’autres ont essayé de tuer ce qu’ils ne comprenaient pas, et d’effacer des peuples entiers de la surface de la terre?

Chacun de nous a personnellement souffert les pertes d’êtres aimés, qui étaient là un jour et qui sont soudainement disparus de notre vie. Nous en avons vu d’autres qui ont souffert de maladie, comme aucun être humain ne devrait jamais avoir à souffrir. Quand ils sont partis pour toujours, nous nous demandons: « Pouvons-nous aimer quand nous souffrons de leur absence? » Notre amour est souvent mis à l’épreuve d’une manière que nous ne choisirions jamais consciemment, ou que nous n’aurions jamais pu imaginer. Chaque fois que la vie demande si nous pouvons encore aimer, la réponse est la même. C’est un très grand « Oui! » résonnant – puisque que nous sommes toujours ici.

Que nous l’appelions de ce nom, ou que nous visions simplement ce qu’il signifie dans notre vie, cela ne fait pas de différence – notre amour est ce qui nous soutient. Il nous porte à travers les moments difficiles, tout comme à travers les moments extraordinaires, et nous promet que nous guérirons toujours des douleurs les plus atroces que la vie peut nous offrir. La clef fournie par les temps anciens pour permettre à notre amour de nous guérir, c’est de le laisser entrer dans notre vie. Pour y arriver, nous devons trouver un moyen de transformer nos plus grandes douleurs en notre plus profonde sagesse.

Transformer la souffrance en sagesse

Faisant partie d’un cycle naturel, les expériences de « douleur » et de « sagesse » semblent être intimement liées. Alors que la souffrance provient de notre interprétation d’une expérience, si nous modifions notre perception de l’événement, nous déplacerons notre centre d’intérêt dans le cycle. Quand une expérience est si douloureuse qu’il nous est plus facile de la nier, de nous distraire d’elle, ou, d’une certaine façon, d’éviter de nous en occuper, plutôt que de l’aborder de front, nous pouvons facilement nous retrouver coincés dans nos sentiments. Mais en chacun de nous existe le pouvoir de transmuer notre souffrance, en sa forme guérie, qui est la sagesse, peu importe d’où elle provient. Alors que l’expérience qui a originellement causé la blessure demeure inchangée, notre façon de nous sentir à propos de notre souffrance constitue le lieu même où nous trouvons notre pouvoir.

À première vue, cette compréhension semble nous demander de simplement laisser la souffrance faire son temps, falsifiant un nouveau sentiment au sujet des événements de nos vies. Mais un examen plus approfondi révèle que les Anciens comprenaient et appliquaient un principe subtil séculaire, que la science occidentale n’a reconnu que tout récemment. Ce principe suggère que le monde qui nous entoure est un miroir vivant – le tissu quantique qui reflète les émotions qui vivent en nous. Plus spécifiquement, les modèles de santé dans notre corps, le soutien de nos familles, des communautés, et la paix de notre monde, tendent à refléter nos plus profondes croyances. Cette relation entre la croyance et l’expérience est maintenant fermement soutenue dans les théories les plus nouvelles de la physique du 21e siècle.

Il semble que ce principe est véridique autant pour les croyances que nous considérons « négatives », que pour les « positives ». Des émotions positives comme la gratitude, la compassion et l’amour sont maintenant considérées comme étant des déclencheurs de conditions qui favorisent la vie – comme une tension artérielle plus basse, la libération de « bonnes » hormones, et une réaction immunitaire améliorée. De la même façon, des émotions qui rejettent la vie, comme la colère, la haine, la jalousie et la rage sont susceptibles d’encourager des conditions qui menacent la vie, comme un rythme cardiaque irrégulier, une réaction immunitaire affaiblie, et une augmentation des niveaux d’hormones du stress.

Il n’est peut-être pas surprenant, alors, de découvrir que, dans la subtilité de ce principe, nous trouvons aussi la clef de ce que plusieurs croient être la force la plus puissante de la création! Dans l’histoire de sa quête de la vérité de la vie, Gurdjieff s’est retrouvé dans un monastère éloigné et caché dans un pays anonyme, où il a été invité à demeurer jusqu’à ce qu’il ait éveillé un grand pouvoir en lui-même. « Demeurez ici », lui a dit le maître, « jusqu’à ce que vous acquériez une force intérieure que rien ne peut détruire ». Je crois que cette force était l’amour, la sagesse et la compassion qui proviennent de la guérison de la souffrance. La clef qui attribue une nouvelle signification aux choses qui nous blessent est la même clef qui nous permet de dépasser nos jugements sur la vie. C’est le pouvoir ancien de la bénédiction…

Gregg Braden  sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/ 

Extraits de son livre Secrets de l’art perdu de la prièreÉditions AdA, 2007 - p. 52 à 85

Publié dans:AMOUR, ENERGIES |on 30 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Au son de notre rythme vibratoire

 

L’humain peut utiliser ses pouvoirs subtils à chaque instant de sa vie. Cependant, c’est son rythme vibratoire, c’est-à-dire le mouvement de son énergie et la fréquence de ses émanations, qui en détermine l’intensité et la puissance. Si son rythme vibratoire n’est pas suffisamment élevé et que son champ magnétique n’est pas assez ample, il aura de la difficulté à reconnaître ses pouvoirs, à s’en servir et, bien sûr, à obtenir des résultats.

Un rythme vibratoire élevé assure d’être plus perceptif et sensible aux connaissances subtiles. Toutes les facultés sensorielles et extrasensorielles de l’humain seront alors stimulées et favoriseront une plus grande intensité. À un rythme vibratoire élevé, l’énergie circule plus librement et plus naturellement, et l’individu en ressent un grand bien-être, une harmonie et une puissance.

taux-vibratoire

L’élévation du rythme vibratoire favorisera donc l’utilisation des pouvoirs et une création concrète. Ce rythme s’élève lorsque l’être:

  • se désidentifie, un moment, de son personnage, de ses désirs et de ses soucis pour s’identifier à sa dimension lumineuse;
  • intensifie l’énergie à chacun des trois constituants de la trilogie énergétique, soit la volonté, la conscience et l’amour;
  • favorise la pratique méditative et contemplative, qui facilite la centration et l’expansion;
  • met en place une pratique de vie équilibrée et consciente à chaque instant.

Par sa constitution, l’homme est une âme et un esprit. Il est lumière vibrant à un rythme très élevé. Leur union dans le corps crée une contraction qui est accentuée par l’identification de l’être à son incarnation. Le rythme vibratoire diminue en proportion de cette identification et, de ce fait, l’humain perd les sensations de sa dimension subtile.

Toutefois, même si l’homme a souvent oublié ou nié sa dimension lumineuse, se plaçant ainsi dans un aspect contracté de lui-même, il a néanmoins vécu certains moments de joie et de satisfaction et, de ce fait, il exprime des résistances à élever son rythme par peur de perdre les sensations associées au corps, aux émotions, etc. C’est en devenant conscient qu’il peut tout autant se réjouir des sensations agréables de la vie terrestre sans que cela soit une entrave à son évolution ou à son rythme vibratoire, qu’il abandonnera alors ses résistances et son attachement à certaines choses.

Les sensations qui créent les plaisirs de l’incarnation peuvent non seulement continuer à exister, mais qui plus est, comme elles guideront l’humain vers la sensation de lui-même et du subtil, ce dernier n’aura plus à en abuser et à supporter l’effet de l’abus!

Ne croyez pas que pour élever son rythme vibratoire dans la voie du Maître il faille nier l’incarnation. Ce serait vraiment une mauvaise interprétation. Nier l’incarnation signifierait se diviser, rompre, et c’est justement cette division qui crée la souffrance. Il ne s’agit pas de rejeter l’incarnation pour s’élever à un état d’Esprit, mais plutôt unir l’être incarné à l’Esprit.

L’élévation du rythme vibratoire est simple et procure un bien-être physique et subtil, alors que la contraction provoquée par une diminution du rythme crée des inconforts et des douleurs. Ainsi, l’élévation vers un état plus élevé, sans nier le corps, est beaucoup plus satisfaisante qu’une contraction dans la matière qui alourdit physiquement et psychiquement.

Plus l’être élève son rythme vibratoire, plus il pourra se dissoudre dans l’espace méditatif et moins il sera envahi par les sollicitations de la pensée ou du corps. Plus il s’élève par la pratique de la contemplation, plus il réussira à s’unir à la nature et à bénéficier des connaissances subtiles que celle-ci fera rejaillir en lui.

Plus un être s’élève en vibration, plus sa création est pure et représente ce qu’il est vraiment. Il est alors de moins en moins assujetti aux conditions de l’incarnation qu’il a fait siennes, mais qui sont illusoires. Il pourra vivre des éveils importants et accéder à une vision de l’espace multidimensionnel. Cela lui permettra de vivre dans une réalité beaucoup plus vaste.

Imaginons une personne à la fois mue dans son quotidien par une envie de vivre quelque chose de plus grand et sollicitée par ses peurs, ses contractions et ses désirs. Disons, à titre d’exemple, qu’elle vibre à un rythme de 3 sur une échelle hypothétique de 20. Maintenant, imaginons que cette personne choisit consciemment, pour un moment, de laisser se dissoudre tous les aspects plus ombrageux de son être et de vivre dans un espace plus libéré, et que cela élève son rythme à 10. Durant les périodes de méditation et de contemplation, le rythme pourrait même s’élever progressivement de 10 à 12 et jusqu’à 14. Par la suite, en reprenant ses activités quotidiennes, son rythme, au lieu de redescendre à 3, va se maintenir autour de 3,5 – éventuellement à 4 et plus.

Voilà comment sa disponibilité à une pratique quotidienne visant à élever son rythme vibratoire permettra non seulement à la bande supérieure de son rythme, mais aussi au rythme vibratoire de sa vie quotidienne, de progresser.

Si l’individu choisit d’inscrire dans sa vie une pratique régulière de méditation, de contemplation et d’activités expansives, son rythme vibratoire moyen et supérieur s’élèvera et il sera alors de plus en plus éveillé et conscient de ses possibilités dans la vie de tous les jours.

En atteignant la fréquence de 20, il vibrera alors à la hauteur de sa fréquence fondamentale, c’est-à-dire dans l’expression totale de lui-même et dans toute sa puissance.

Dès maintenant, il est possible à chacun d’élever son rythme vibratoire et de constater les résultats de ses pouvoirs. Cependant, si son rythme est trop bas, l’individu risque d’être déçu. C’est pourquoi nous insistons sur la pratique. Ainsi, l’être en constatera non seulement les résultats, mais aussi et surtout une sensation de joie. Car, au-delà des résultats, c’est la joie et le bonheur associés au nouvel état d’être qui prédomineront. L’être sera de plus en plus stimulé par ses dons et le fait que les personnes autour de lui se réjouiront de ses émanations.

Et, un jour, lorsqu’il deviendra un Maître, il savourera entièrement ce qu’il est en tant qu’être incarné et être de lumière. Il se réjouira de tout ce qu’il est et de tout ce qu’il accomplit pour son entourage humain et sur d’autres plans de vie.

LES ASSISES DE NOS POUVOIRS SPIRITUELS – 2 - Rythme vibratoire, fréquence fondamentale et champ magnétique par PIERRE LESSARD ET MAÎTRE SAINT-GERMAIN :  Extraits du livre Manifester ses pouvoirs spirituels, p. 31 à 43 paru aux Ariane Éditions, 2009  

Publié dans:CO-CREATION, ENERGIES, HUMANITE |on 29 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Notre culture, notre civilisation ont inventé le mot « âme »

le mot âme

 

la civilisation n’étant autre que le désir et le vouloir collectifs d’une multitude de gens.

 Regardez la civilisation indienne. N’est-elle pas l’aboutissement des désirs, des volontés de la multitude? Toute civilisation est le résultat de ce que l’on peut qualifier de volonté collective, et, dans ce cas précis, la volonté collective a décrété qu’il devait exister quelque chose d’autre que le corps physique qui meurt et qui se décompose, quelque chose de beaucoup plus grand, de beaucoup plus vaste, d’indestructible, d’immortel: elle a donc instauré cette idée de l’âme. Il se peut que, de temps à autre, il ait existé un ou deux individus ayant découvert par eux-mêmes certains aspects de cette chose extraordinaire qu’on appelle l’immortalité, cet état où la mort n’existe pas ; tous les esprits médiocres ont alors déclaré: « Oui, ce doit être vrai, il doit avoir raison », et parce qu’ils tiennent à l’immortalité, ils s’agrippent au mot « âme ». 

     Vous aussi, vous désirez savoir s’il existe autre chose que la simple existence physique, n’est-ce pas? Ce sempiternel circuit qui vous mène au bureau, ce travail qui ne vous enthousiasme guère, ces querelles, ces attentes, ces enfants que l’on met au monde, ces cancans avec les voisins, ces flots de paroles inutiles – vous voulez savoir s’il y a quelque chose d’autre que tout cela. Le terme même d’« âme » exprime l’idée d’un état indestructible, éternel, n’est-ce pas? Mais le problème, c’est que vous ne découvrez jamais par vous-même si cet état existe ou non. Vous ne dites pas: « Peu m’importe ce qu’ont dit le Christ, Shankara ou qui que ce soit d’autre, peu importent les injonctions de la tradition ou de la soi-disant civilisation: je vais découvrir par mes propres moyens si oui ou non il existe un état situé au-delà du cadre du temps. » 

Vous ne vous révoltez pas contre ce que la civilisation ou la volonté collective a ainsi formulé, au contraire, vous l’acceptez et vous dites: « Oui, l’âme existe. » Vous donnez un nom à cette notion, un autre lui donne un nom différent, et voilà que vous vous divisez et devenez ennemis en raison de vos croyances discordantes. 

Celui qui veut véritablement découvrir s’il existe ou non un état au-delà du cadre du temps doit être libéré de la civilisation, c’est-à-dire qu’il doit être libre par rapport à la volonté collective, et savoir tenir bon tout seul. Et l’un des rôles essentiels de l’éducation est d’apprendre à faire front tout seul, de sorte que vous ne soyez prisonnier ni de la volonté du plus grand nombre ni de la volonté d’un seul, et que vous soyez capable de découvrir vous-même ce qui est vrai. 

    Ne dépendez de personne. Si moi, ou un autre vous dit qu’il existe un état d’éternité, quelle valeur cela a-t-il pour vous? Si vous avez faim, vous voulez manger, vous ne voulez pas qu’on vous nourrisse de simples mots. L’important pour vous est de faire vos propres découvertes. Vous voyez bien que tout autour de vous se délite, tout est en voie de destruction. Cette soi-disant civilisation ne tient plus que par l’effet de la volonté collective, mais elle tombe en ruine. La vie vous lance un défi d’instant en instant, et si vous ne le relevez qu’en restant dans l’ornière de l’habitude, c’est-à-dire en répondant seulement en termes d’acceptation, votre réponse est sans valeur. Existe-t-il oui ou non un état intemporel, un état dans lequel il n’y a pas de mouvement de «plus » ou de « moins »? Vous ne le saurez que lorsque vous direz: « Je n’accepte pas, je vais explorer, enquêter », ce qui signifie que vous n’avez pas peur de faire front tout seul.

1963, Le Sens du Bonheur de KRISHNAMURTI – livre que je vends ICI : http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/12/04/le-sens-du-bonheur-de-krishnamurti/

Publié dans:AME |on 29 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Sept perceptions de l’âme à reconnaître

 

La capacité de ressentir les perceptions de votre âme augmentera au fur et à mesure que vous l’exercerez, mais elle exige au début beaucoup de confiance en des sensations auxquelles vous n’accordiez auparavant aucune attention et que vous n’avez donc pratiquement pas développées. Nous aimerions souligner ici certaines de ces sensations afin que vous puissiez les reconnaître. Nous vous incitons à les noter quand vous les éprouverez, quel que soit votre présent niveau de développement. Certains d’entre vous y sont peut-être déjà entraînés, tandis que d’autres sont simplement sur le point de leur faire confiance ou ne font que commencer à les remarquer. Lorsque vous éprouverez les sensations qui suivent, reconnaissez-les et, si vous le pouvez, abandonnez-vous à elles pour voir où elles mènent. C’est peut-être votre âme qui vous parle à travers elles. Bien sûr, vous penserez peut-être que vous êtes en train de devenir fous, mais vous saurez néanmoins que vous êtes sains d’esprit.

perception de l'âme

  1. Toute anomalie visuelle, telle qu’une vision empreinte de couleurs ou de taches, de la luminosité autour des gens ou des objets, des formes apparaissant dans votre champ visuel, ainsi qu’une vision embrouillée ou en tunnel. Ce sont peut-être là des signes de perception d’une autre dimension ou l’indice d’une voie ou d’un sujet à poursuivre.
  2. Des sons inhabituels. Des tintements ou des voix dans votre tête, particulièrement des messages soudains et inattendus qui semblent illogiques et aléatoires. Ces sons survenant dans vos oreilles sont peut-être un moyen d’attirer votre attention. Tenez-en compte quand ils se produisent et tenez compte également de tout message particulier qui semble complètement hors de propos. Votre âme et vos guides choisissent précisément le moment où leur message peut se distinguer de l’activité habituelle de votre cerveau.
  3. Une sensation d’euphorie qui vous place inexplicablement dans un certain état ou dans une certaine situation. Il ne s’agit pas d’une sensation de lourdeur, mais de liberté et de légèreté. S’il y a une impression de lourdeur, ne vous y abandonnez pas, mais si c’est un état euphorique, allez-y.
  4. Une vision ou une image mentale répétitive de certaines personnes ou de certaines situations. Suivez cette vision pour voir à quoi elle conduit. Souvent, les images répétitives possèdent une signification spéciale pour vous ou ont pour but de vous dire quelque chose d’important.
  5. Une sensation désagréable à l’abdomen. Il peut s’agir d’un avertissement quant à l’interférence d’une énergie inférieure, et d’un appel à la protection mentale et spirituelle. Les nausées, les maux de tête et autres sensations physiques inexpliquées que vous éprouverez dans un certain lieu ou dans l’entourage de certaines personnes peuvent constituer des avertissements quant à l’intrusion de vibrations négatives ou à une surcharge de vos circuits et à la nécessité de vous éloigner.
  6. Des influx d’énergie dans le corps, souvent aux mains ou au sommet de la tête, sont l’indice d’une connexion à une source de lumière. Notez alors ce à quoi vous pensez à ce moment-là, ce que vous faites ou ce à quoi vous êtes associés. Cela signifie toujours que vous êtes connectés à une fréquence vibratoire particulière.
  7. Des intuitions concernant des gens, des lieux ou des événements. Faites confiance à l’étrange et à l’inconnaissable. Au moins, écoutez et observez. Vous n’aidez aucunement votre âme si vous ne prêtez pas attention à ce qui vous paraît inconnaissable.

Nous vous assurons que si vous prêtez attention à ces perceptions inhabituelles, vous encouragez votre âme à communiquer à un autre niveau. Ces sensations augmenteront alors et deviendront un guide précieux pour avancer. Plus vous serez conscients de votre âme et de sa connexion à diverses fréquences vibratoires, plus vous serez en mesure de créer avec pouvoir et intention. Quand votre âme vous dirigera, vous serez dans le flux du transfert de lumière. C’est dans ce flux énergétique que votre créativité peut s’épanouir. Quand votre âme sera aux commandes, vous pourrez créer sans les limites préconçues qui vous bloquent présentement la route.

Si vous suivez les sensations décrites plus haut, vous serez en bonne voie de confier la direction à votre âme. Vous pourrez alors traverser tous les blocages au niveau personnel et au niveau global. Lorsque vous imaginerez la disparition des frontières entre vous et les objets se trouvant dans l’espace-temps, votre âme sera libre de créer quelque chose de nouveau. Imaginez votre vie présente sans tous les obstacles que vous lui avez donnés. Qu’est-ce que vous créeriez? Avant de pouvoir créer quoi que ce soit de nouveau, vous devez d’abord être capables d’imaginer et de ressentir la nouvelle réalité. De plus, vous devez faire confiance aux sensations qui vous conduisent à vous fondre davantage avec ce que vous êtes. Rien n’a jamais été créé sans avoir d’abord été imaginé et éprouvé. Accordez-vous la liberté d’une aventure de découverte animique que vous n’avez jamais crue possible auparavant. Transcendez vos peurs, vos insécurités et vos doutes, et suivez les signes que votre âme vous fournit. Utilisez dès maintenant votre nouvelle connexion et vos perceptions extrasensorielles pour créer une nouvelle vision, celle dirigée par votre âme.

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/ Extraits du livre « Les clés de l’évolution de l’âme », de JILL MARA p. 133 à 150 Ariane Edition, 2010

Publié dans:AME, ENERGIES, ESPRITS |on 27 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Vision d’une humanité universelle

Nous vous présentons ici le récit d’un moment très significatif dans la vie de Barbara Marx Hubbard. Il s’agit d’une vision qu’elle a eue il y a 40 ans et qui allait influencer tout le cours de sa vie. Des propos qui s’adressent à chacun de nous et qui peuvent nourrir notre espoir. Ils sont tirés du DVD Visions qui est inclus avec le livre La Mère de l’invention…..

LIVRE

Tout a commencé par une vision, un jour où je me promenais dans les collines dominant ma maison. J’avais beaucoup lu les grands mystiques et les enseignants spirituels du passé qui évoquaient un futur positif pour l’humanité, mais je n’arrivais pas à rassembler toutes mes pensées. Frustrée, je me suis arrêtée net et j’ai posé une question à l’univers : quelle est la nouvelle histoire de l’humanité qui serait comparable à celle de la naissance et de la vie du Christ, lesquelles ont inspiré tant de gens depuis 2 000 ans? À cette question, l’univers m’a répondu.

J’ai alors fait l’expérience d’une réalité expansée. J’ai transpercé le cocon bleu de la Terre comme l’ont fait nos astronautes et je me suis retrouvée flottant en apesanteur dans l’espace. J’étais devenue un Être universel capable de voir et de comprendre le rôle de l’humanité dans l’histoire du cosmos tout entier. En un éclair, j’ai été propulsée dans l’avenir et j’ai aperçu quelques-unes des futures séquences du film de la création. J’ai pris conscience de moi-même comme membre de la planète Terre.

J’ai vu que nous épuiserions nos ressources et que nous manquerions d’air. J’ai senti la douleur parcourir le corps planétaire tout entier alors que des gens mouraient de faim, étaient torturés, s’entretuaient. L’accumulation de la douleur est devenue si intense qu’il y a eu un moment d’attention partagée, comme si une catastrophe majeure avait frappé toute la population de la Terre.

Cette douleur partagée a ouvert notre coeur. L’amour a submergé notre système nerveux dans une expérience de résonance de masse : une harmonique supérieure de conscience. Une réaction en chaîne d’amour réprimé, créée par l’illusion de la séparation, avait été déclenchée et ne pouvait être arrêtée. Une vibration sonore a alors couvert la planète. Elle a nettoyé les airs. Les eaux sont redevenues pures.

Lorsque cette résonance s’est amplifiée, les systèmes de notre corps social semblèrent s’unir comme jamais auparavant. J’ai senti tous les systèmes sociaux de base changer simultanément, les innovations et les ruptures se connectant entre elles. Les systèmes de santé et d’éducation, économique et environnemental ont commencé à fusionner parfaitement, par les mêmes pouvoirs qui ont orchestré la création de l’univers. Nous étions coordonnés par ce même processus naturel sous-jacent qui joint l’atome à l’atome et la cellule à la cellule.

Avec cet amour qui emplissait notre coeur, nous commencions à percevoir une lumière émanant de chacun de nous. Je savais que c’était la lumière dont parlent les mystiques. J’ai ensuite senti cette lumière avancer vers nous depuis l’univers immense. Le voile de séparation entre l’esprit et la conscience humaine se dissipait. Notre lumière intérieure et la lumière extérieure allaient se confondre. J’ai senti que nous étions à deux doigts d’un contact partagé avec l’intelligence universelle. Mon intelligence intérieure a alors entendu ces mots : « Vous êtes encore trop jeunes pour comprendre le langage de la lumière. »

Je suis aussitôt retombée dans la spirale de l’évolution. J’ai traversé toute l’histoire de la création, réalisant que les atomes, les molécules, les cellules et les organes de nos corps, qui ont tous été formés pendant le processus de la création, vivent en nous aujourd’hui. Puis j’ai entendu ceci : « Notre histoire est la naissance d’une nouvelle humanité. Nous sommes tous des membres d’un seul corps planétaire vivant, la progéniture d’une vaste intelligence cosmique, prédestinés à explorer les secteurs lointains de notre univers infini. »

À ce moment, j’ai compris ce que le Christ et tous les grands Êtres venus sur la Terre ont annoncé : que l’humanité est en train de donner naissance à une version plus évoluée d’elle-même. Ma question avait trouvé sa réponse. La nouvelle histoire était révélée. Ma vie en fut changée pour toujours.

Cela s’est passé il y a quarante ans. Cette expérience a créé en moi l’impulsion de découvrir si cette possibilité est bien réelle. Nous savons que, sans vision, nous mourrons. Nous savons aussi qu’avec une vision nous nous épanouissons, nous grandissons, car elle nous attire. J’ai donc entrepris des recherches : que savons-nous qui rendrait possible notre interconnexion en un seul corps pour que nous naissions à notre prochain stade d’évolution?

J’ai invité certains grands visionnaires de notre époque, que j’ai rencontrés, à nous aider à voir la vérité et la possibilité objective que nous devenions une humanité universelle cocréatrice.

Dans «Visions », nous allons construire cette nouvelle histoire, cette nouvelle vision. Nous irons là où les êtres humains ne sont encore jamais allés.

Bien plus qu’une simple biographie, La Mère de l’invention     souhaite interpeller directement chaque lecteur. Au travers du récit de la vie de Barbara Marx Hubbard, le livre raconte l’histoire de chaque être humain présent aujourd’hui sur Terre. L’auteur, en accord avec celle dont il raconte la vie, croit que nous sommes tous engagés dans le même processus : celui de la naissance de notre espèce dans sa dimension universelle.

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ASCENSION, HUMANITE |on 26 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

DU TERRIEN AU GALACTIQUE

Mer

Le Galactique

Le Galactique qui peut s’éveiller en chacun d’entre nous est une entité vibrante et vivante, située au carrefour de plusieurs dimensions : inférieures, extérieures, intérieures et supérieures. Apprendre à connaître toutes ces dimensions et à les gérer les unes par rapport aux autres, c’est retrouver un bonheur basé sur l’universelle harmonie. 

Ce recueil sensibilise les lecteurs à l’œuvre d’IJP. Appel-Guéry, inspirée par un étonnant don télépathique qui s’est manifesté lors de multiples contacts avec des plans supérieurs de conscience-énergie, parfois d’une manière spectaculaire comme le relatent de nombreux témoignages parus dans Être Anges Témoins. Cette précision télépathique est la conséquence d’expériences intérieures déterminantes éclairées par un esprit de synthèse élaboré à la croisée des connaissances initiatiques et des sciences modernes, puisque l’auteur est licencié ès sciences et licencié en psychologie. Du Terrien au Galactique constitue une bonne introduction à la Science Unitaire de l’Intra-univers, ouvrage qui décrit, à travers des notions transmises par des dimensions supraterrestres, les rapports complexes entre conscience, énergie et matière, ainsi que les trames de l’univers intérieur. Quelques termes de ces entretiens sont ceux du langage de la Science Unitaire de l’Intra-univers. Ils doivent être perçus par une résonance interne, car on ne peut les réduire aux concepts limitatifs d’une définition mentale.

Mieux situer le rôle de la créature humaine

Donner l’occasion à tous ceux qui se passionnent pour les facultés transpersonnelles, de mieux comprendre et de réévaluer des expériences vécues quotidiennement comme le stress, les rapports amoureux, les relations humaines. Il apporte des clés fondamentales sur la gestion des énergies, les valeurs sociales, la quête de la vérité et du sacré, et aide à mieux situer le rôle de la créature humaine, polarisée entre l’esprit créateur et la création matérielle, entre l’intra-univers et l’extra-univers.
La vérité coule de source et c’est à cette source d’une science intérieure immémoriale qu’est puisée la parole d’Appel-Guéry. L’auteur ne cherche pas à enseigner un savoir mais à éveiller en nous un nouveau regard en utilisant souvent l’humour pour remettre en question illusions et préjugés. Assister à l’un de ses entretiens c’est, à partir d’une expérience ou d’un fait d’actualité, voyager par étapes dans l’énergie et la conscience, à la découverte de l’ordre interne et secret qui régit notre vie. Cette démarche réclame, dans une période de prêt-à-penser médiatique, de s’extraire des modes et des habitudes pour s’accorder à cette intuition qui seule est à même de percevoir l’exactitude interne d’une formulation. 

Au fur et à mesure de l’évolution humaine, certains pionniers sont animés d’une vision novatrice et synthétique. Ils peuvent paraître en avance sur leur temps, à moins que celui-ci ne soit en retard sur eux… Dans la crise que nous traversons, quand s’effondrent les anciennes valeurs terriennes, voici que s’ouvre un nouvel horizon : l’homme, en devenant plus galactique que terrien, retrouve la mémoire d’un futur où s’unissent le visible et l’invisible.

(Editions de Mortagne)

 

Parmi les milliers de conférences animées en vingt-cinq ans par IJP. Appel-Guéry , plus de trois mille ont été enregistrées depuis 1986. Dans une relation vivante avec son auditoire, IJP. Appel-Guéry y trace, à l’aube du troisième millénaire, les perspectives d’une transformation des références terriennes en vue de l’émergence d’une identité plus galactique de l’humanité. Ce premier livre, composé de douze entretiens, permet de découvrir la richesse de leurs informations et d’accéder à une conscience plus universelle. Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 26 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Un nouveau visage du Christ

 

Nouveau christ Plus de 2 000 années se sont maintenant écoulées depuis la naissance d’un être dont l’influence et le rayonnement allaient se faire sentir pendant des siècles et qui, encore aujourd’hui, ne laisse personne indifférent. Près d’un quart de siècle s’est aussi écoulé depuis que l’Américain Eugene E. Whitworth mettait la dernière touche à un roman mystique retraçant ce qu’aurait pu être la vie de ce personnage incontournable de notre histoire collective. Il est difficile de décrire toute la magie qui s’empare du lecteur et la beauté et la profondeur des révélations que ce livre apporte sans en diminuer un peu à l’avance l’éclat pour qui n’a pas encore eu la chance de tenir entre ses mains « Les neufs visages du Christ ». Ouvrir les pages de cet ouvrage rédigé à mi-chemin entre la fiction et la réalité, c’est se faire prendre peu à peu au jeu d’une fabuleuse histoire qui, fondée sur les personnages historiques de Jeshua, fils de Joseph le charpentier et de Marie la Vierge immaculée, nous entraîne, à travers une profusion de détails extrêmement précis, à revivre la lointaine époque où l’histoire de notre civilisation judéo-chrétienne a vu le jour.

Qui était vraiment Jésus et quelle préparation a-t-il pu au juste recevoir au cours des premières années de sa vie et jusqu’à l’âge de trente ans avant d’entreprendre sa vie publique rapportée avec plus ou moins de précision dans la Bible ? L’histoire officielle est quasi silencieuse là-dessus si ce n’est certains éléments portant sur les prodiges associés à sa naissance et sur la marque profonde que ce jeune enfant doué laissa dans les esprits de l’époque par ses paroles de sagesse prononcées lors d’une cérémonie juive à la synagogue. Ce livre, « Les neuf visages du Christ » soulève en bonne partie le voile de mystère entourant le sujet depuis toujours en nous révélant un être à la fois très humain et très humble, mais aussi troublé par les doutes qui l’habitent devant le fardeau colossal de la mission qui l’attend, celle du Messie dont la venue est attendue de tous. Loin d’être le fruit d’un hasard divin, la formation de cet être unique fut confiée aux soins d’un groupe au mysticisme très avancé, les Esséniens, des gens fort discrets dont l’histoire officielle n’a retenu que l’apparente pauvreté extérieure et le dévouement à soulager les souffrances d’autrui. Son père était lui-même un maître de sagesse rattaché à la hiérarchie spirituelle de l’humanité alors que sa mère avait été préparée depuis sa plus tendre enfance à sa vocation de servante de Dieu.

Mais, encore une fois, les mots ne peuvent arriver que bien imparfaitement à faire justice à la qualité du récit et à la profondeur de son enseignement adroitement tissé au fil de sa trame. Déjà on pourra avoir un réflexe de recul à la vue des mots « Dieu » et « Christ ». Mais bien vite on dépasse ce premier niveau pour accéder au sens le plus élevé et à une vision des plus spirituelles, au-delà de tout ce qui peut limiter ou catégoriser. Car nous sommes bientôt plongés au coeur de ce que le cheminement d’une âme qui s’éveille au pourquoi son existence incarnée peut offrir de plus précieux à chacun de nous, aujourd’hui même. Nous sommes, chacun de nous, ce Christ qui, d’étape en étape, progresse vers la pleine manifestation de sa perfection divine immanente. Neuf initiations, neuf grands passages d’une réalité à une autre, encore et toujours plus grande, constituent l’architecture chronologique de ce récit prodigieux.

Quelle voie l’âme d’un être choisi pour incarner à la perfection le potentiel divin suit-elle ? Celle de l’initiation aux grands mystères de la vie. Quels guides peuvent aider cette âme à progresser à travers toutes les embûches parsemant la voie de l’éveil jusqu’à sa parfaite expression divine ? Les écoles de mystère de l’ancienne antiquité qui, à travers le monde et personnifiées par des maîtres enseignants impitoyables mais justes, ont toujours existé jusqu’à ce jour pour aider l’élève lorsqu’il est prêt à entreprendre le voyage le plus important de toutes ses existences successives. Quel but est visé par ce cheminement incroyablement long et ardu ? La création d’un corps de lumière immortel, transcendant toutes les limitations de la matière et capable de miracles en apparence inexplicables. Mais surtout, quelle mission le Christ réalisé s’était-il vu confier jadis pour sauver l’humanité? Créer la véritable religion universelle, celle qui allait ouvrir la Voie de l’illumination divine à tous les êtres qui voudraient s’y engager, une Voie que les structures de la religion chrétienne n’ont pas su incarner et qui n’étaient pas celles souhaitées à l’origine par l’être divin dont cette chrétienté a voulu utiliser la grandeur pour masquer ses propres imperfections.

Car c’est un accès direct au divin, sans intermédiaire ni “inter-prêtre”, que de sa vie Jésus voulait être l’exemple vivant. C’est aussi par l’incarnation dans chaque aspect de la vie, autant dans l’amour ressenti envers un conjoint, ses enfants, ses frères et soeurs et parents, autant dans la passion du coeur que la logique de la raison, que doit s’exprimer cette quête sacrée du divin, et non par d’interminables privations qui, si elles sont nécessaires parfois, ne peuvent être un but en soi. La vie et l’évolution du mystique passe par tous les volets de l’existence car la matière première de l’éveil de la conscience, c’est justement ce que nous sommes : des humains de chair et de sang, avec des émotions et des élans de passion. Voilà quelques-uns des enseignements parmi bien d’autres qu’une lecture de ce livre vous permettra de retirer.

Mais l’essentiel, le plus important, la quintessence de ce que vous retiendrez de l’expérience profondément bouleversante d’une identification complète avec les pensées et les émotions les plus secrètes de Jésus livrées à travers ces pages, c’est une profonde transformation de votre perception de ce personnage historique. Jamais plus n’entendrez-vous ou ne lirez-vous les paroles célèbres que l’histoire a retenues de Lui sans en comprendre en même temps une nouvelle dimension chargée d’une toute nouvelle signification. Ce qu’il a fait, et ce livre vous permettra de mieux l’apprécier, vous pouvez véritablement le faire vous aussi! Et le temps de réaliser ceci est enfin arrivé! Voilà sans doute pourquoi vous ne voudrez pas manquer, à l’instar de millions d’autres lecteurs et lectrices, de lire et relire « Les neuf visages du Christ ».

Présentation/synthèse réalisée par Jean Hudon, traducteur pour la version française. 

Eugene E. Whitworth, l’auteur de ce livre –  sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Pour commander Les Neuf Visages du Christ : http://ow.ly/eiCpk

Publié dans:JESUS |on 25 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Une histoire d’amour universelle

TR029_avenement-6e-race

Ceci est une histoire d’amour de portée universelle qui nous concerne tous, ainsi que tous les organismes vivants.

Le premier acte débuta il y a des milliards d’années lorsqu’une onde lumineuse jaillie du soleil entra en collision avec une particule de matière. Cette étincelle d’amour entre le Père Soleil et la Mère Terre donna naissance à un enfant sur cette sphère bleue et verte. Cet enfant précoce, appelé la vie, a depuis lors fait de la Terre son terrain de jeu, engendrant une infinité de formes de vie toutes plus extraordinaires les unes que les autres. Certaines d’entre elles existent toujours aujourd’hui, mais la plupart ont disparu et demeureront à jamais inconnues.

C’est il y a près de 700 millions d’années que le rideau s’est levé sur le deuxième acte de cette fabuleuse histoire d’amour, alors que certains organismes unicellulaires décidèrent qu’ils en avaient assez de la vie en solitaire. Réalisant qu’ils ne pouvaient plus vivre seuls, ils se sont tournés les uns vers les autres et se sont dit (dans le langage primal utilisé par les cellules pour communiquer entre elles) : « Bébé, j’ai besoin de ton amour. » Et c’est ainsi que le premier organisme multicellulaire est apparu.

Quant au troisième acte, il débuta il y a environ un million d’années lorsqu’arrivèrent sur la scène les descendants des premiers organismes multicellulaires qui, à force d’évoluer, étaient devenus les premiers humains doués de conscience. Grâce à la conscience, la vie était désormais capable de s’observer elle-même, de réfléchir et de créer son propre avenir. Elle pouvait enfin éprouver de l’amour et de la joie, et apprécier cette expérience. La vie pouvait même rire d’elle-même et elle en vint un jour à écrire des livres comme celui que vous êtes en train de lire.

Pour ce qui est du quatrième acte, il a commencé par l’apparition des clans humains qui formèrent bientôt des alliances, se partagèrent le globe et créèrent les États-nations. Aujourd’hui, nous approchons de la fin de cet acte en nous demandant si la pièce de théâtre se terminera avec celui-ci, à l’instar des tragédies grecques qui se terminent toujours mal. Au vu de notre monde chaotique placé sous le signe du dysfonctionnement humain et des crises environnementales, il est facile de croire que nous fonçons tête baissée vers un désastre majeur. Heureusement pour nous, les Grecs avaient également des pièces en cinq actes, à savoir des comédies remplies de rire, de joie, de bonheur et d’amour.

Ce livre décrit comment nous pouvons naviguer en toute sécurité du quatrième au cinquième acte. La bonne nouvelle, c’est que la biologie et l’évolution sont de notre côté.

Tous les organismes vivants sont animés d’une volonté innée de survivre, ce que la science appelle un impératif biologique. Contrairement à ce qu’ont traditionnellement affirmé la science et la religion, l’évolution n’est ni le fruit du hasard ni quelque chose de prédéterminé. C’est plutôt le résultat d’une danse intelligente entre chaque forme de vie et son environnement. Lorsque les conditions sont réunies en raison d’une crise ou parce qu’une occasion se présente, l’imprévisible survient pour amener la biosphère à un nouvel équilibre ajusté à un degré supérieur de cohérence.

Bien que nous percevions habituellement les exemples de rémission spontanée comme étant le fait de guérisons miraculeuses dues à la grâce de Dieu, un examen plus approfondi permet de constater qu’autre chose est à l’œuvre. Bien souvent, ces individus privilégiés ont participé activement à leur propre guérison en réalisant, consciemment ou inconsciemment, un changement majeur dans leurs croyances et dans leurs comportements.

Voici donc le choix qui s’offre à nous. L’avenir de la vie humaine sur terre n’a pas encore été déterminé. Pour qu’il y ait un cinquième acte, il faut que les humains acceptent de changer leurs croyances et leurs comportements individuels et collectifs, et, surtout, qu’ils soient capables de réaliser ces changements à temps.

Durant des millénaires, les grands maîtres spirituels nous ont encouragés à suivre la voie de l’amour. Aujourd’hui, la science a pu nous confirmer la validité de cette sagesse ancienne. Chacun de nous est telle une cellule dans le corps d’un superorganisme en constante évolution appelé humanité. Comme nous jouissons du libre arbitre, nous pouvons choisir de nous élever jusqu’à ce nouveau seuil évolutif ou, à l’instar des dinosaures, de disparaître à tout jamais.

Les religions qui ont vu le jour dans le berceau de la civilisation moderne, soit dans le Croissant fertile, cette région du Moyen-Orient qui comprend notamment l’Irak – qui, ironiquement, est en voie de devenir également le tombeau de cette même civilisation -, véhiculaient toutes la notion de rédemption par l’entremise d’un sauveur. En ce sens, la venue du Messie dans le cinquième acte transformera le théâtre de la vie en une comédie humaine.

Comme toute bonne comédie doit avoir un élément comique pour être drôle, voici quelle en est la chute : Nous sommes la réponse à nos propres prières.

Résumé préparé par Jean Hudon, traducteur de Évolution spontanée paru aux Éditions Ariane en 2011 sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

 

Publié dans:AMOUR |on 25 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Le retour de Marie

 

MARIEComme tous les humains, Marie a vieilli. Comme tous les humains, un temps est venu où elle a compris que ses jours étaient comptés. Les jeunes ne pensent pas vraiment à ce sujet, mais avec la notion de temps linéaire, cette réalité 3-D devient de plus en plus évidente avec l’âge. C’est le subconscient – ou le cerveau – qui commence à s’ennuyer de son chez-soi. Donc, Marie savait indirectement qu’elle allait bientôt retourner chez elle.

À ce moment-là, Marie avait ses propres enfants et ils étaient beaux. Toutefois, la plupart d’entre eux ne savaient pas dessiner ou peindre! Ils étaient tous nés en égalité d’être, mais ils n’avaient pas tous les mêmes expériences et connaissances acquises des vies antérieures. Ils avaient leurs propres facultés individuelles. Votre individualité, non pas votre personnalité, est formée par les expériences de vos vies antérieures. Voilà pourquoi, dès la naissance, vous êtes si différents les uns des autres.

Il était maintenant temps que Marie retourne chez elle. Ce n’est pas une histoire triste, pour la très grande majorité d’entre vous qui m’écoutez ou me lisez, en ce moment

Au moment de son départ, Marie était entourée de sa famille. Ils ont célébré sa vie, au lieu de la pleurer. Ils avaient apporté quelques-unes de ses magnifiques peintures dans la chambre d’hôpital, les peintures qui avaient touché les cœurs et les âmes de tant de personnes. Chers Êtres Humains, pourriez-vous vraiment vous asseoir et pleurer, devant de telles merveilles? Bon nombre d’entre vous pleureraient de joie, car ils auraient l’impression de toucher le visage de Dieu, en face de ces oeuvres d’art. Pensez à toute l’énergie qu’elle a laissée sur la planète! Selon sa propre individualité et son propre processus, elle connaissait Dieu.

Dès que Marie eut quitté son corps physique, elle s’est retrouvée dans la Caverne de la Création. Selon votre notion de temps, il faut trois jours pour retourner chez vous, de l’autre côté du voile. Marie a désactivé son cristal. Pensez au contenu de ce cristal, même après avoir été désactivé! Il a l’énergie et les expériences de toutes les vies que Marie a vécues sur la planète, incluant celle-ci, ainsi que son art. Elle a quitté la planète sans rien apporter des énergies de ce cristal. Tout est resté sur Terre.

Prenez bien note de ceci. Ce cristal a contribué à l’augmentation des vibrations de la planète Terre. Même si Marie a quitté l’incarnation, il continue à travailler pour elle. Commencez-vous à percevoir l’image globale? Vous qui êtes assis ici ou en train de lire ces lignes, vous pensez que vous êtes très « ordinaires ». Eh bien! Pensez au travail que vous avez effectué au cours de votre vie. Pensez à celles et ceux que vous avez aidés, car chacun de vous l’a fait! Pensez-y… Et n’oubliez pas que tout reste ici, sur votre planète. Vous pouvez penser que vous Êtes ordinaires, mais croyez-moi… Quand je vous dis que lorsque vous retournez chez-vous, la planète va toujours se souvenir de votre présence ici. Quel système! Quel honneur pour la vie Humaine!

Comme toujours, j’étais là pour accueillir Marie, lors de son retour de notre côté du voile. Il semblait que cela n’avait duré qu’un moment. Oh, ce fut une grande fiesta! Après s’être réintégrée dans l’énergie de ce que vous appelez Dieu, elle a dit : « Comme il fait bon d’être à nouveau chez-soi. » De notre côté du voile, l’entité appelée Marie a cessé d’exister, mais elle existe encore dans cet endroit très sacré qui parle de la structure cristalline de la Terre.

Commencez-vous à comprendre votre grandeur, vous, les Êtres Humains? Oui, je sais, plusieurs ne me croient pas! Vous êtes une partie de Dieu et une partie de l’histoire de cette planète. Très étonnant, n’est-ce pas? C’est pourquoi nous vous baignons les pieds.

Nous devons maintenant partir. Vous allez peut-être vous permettre de croire à QUI et à CE que vous êtes vraiment. Ce système va peut-être commencer à devenir sensé, selon votre vérité individuelle. C’est une opportunité qui vous est présentée, afin que vous puissiez vous libérer de certaines choses qui étaient là, à votre arrivée sur Terre… Ces choses que vous ne souhaitez pas rapporter, lors de votre retour chez vous. Que diriez-vous de vous libérer de la peur? Je vous connais, et je sais à qui je parle.

Aimeriez-vous être libre comme le vent? Que dire du pardon? Savez-vous pardonner une trahison? Je vous connais, et je sais à qui je parle. Aimeriez-vous laisser aller la tristesse, la peine et le chagrin? N’ayez crainte. Osez pousser sur cette porte qui est dans votre for intérieur, car il y a une connexion qui vous attend. Quand ce sera fait, toutes ces choses vont commencer à disparaître par elles-mêmes. Vous devenez des Êtres Humains de plus en plus équilibrés. Non pas des anges incarnés qui deviennent de plus en plus religieux ou spirituels, mais plutôt des Êtres Humains équilibrés et pleins de joie au cœur.

Et c’est ainsi.

Kryeon
Traduction et/ou interprétation de Jean-M. Gobeil
Site : http://kryeon.oldiblog.com

Publié dans:CHANNELING, JESUS, MARIE-MADELEINE |on 23 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

La dame blanche de Trécesson

dame blanche

Dans la forêt de Brocéliande, se dresse un château. Celui de Trécesson. Il est entouré d’eau, de jardins et de bois. Lieu magnifique, magique mais aussi effrayant. Le fantôme d’une jeune femme hanterait les lieux.

Voici l’histoire de la dame blanche de Trécesson : C’était vers 1750, lorsque les feuilles d’automne se paraient de rouge et d’orange. Un braconnier chassait sur les terres du Seigneur de Trécesson, non loin du château, lorsqu’un bruit l’arrêta. Craignant d’être découvert, il grimpa dans un grand arbre. C’est alors qu’un carrosse tiré par des chevaux noirs apparut dans l’allée. Il se stoppa et une jeune femme en descendit, elle était vêtue de blanc et portait une couronne de fleurs. Il semblait que c’était le jour de ses noces. Mais elle n’affichait aucun sourire. Comment le pouvait-elle d’ailleurs, elle était maintenue de force par des hommes qui la traînaient presque dans l’herbe. Le braconnier resta calme, mais il tremblait alors qu’ils s’avançaient vers lui. La jeune femme pleurait en implorant ceux qu’elle appelait ses frères de la laisser en vie.

Mais l’un d’eux répondit qu’elle n’était plus leur sœur, qu’elle les avait déshonorés et que son mariage souillait leur famille. Ils ordonnèrent à leurs domestiques de creuser une fosse. Le braconnier n’osait plus bouger, ils étaient en dessous de lui, les cris de la fiancée lui glaçaient le sang. Sans aucun remord, les hommes poussèrent leur sœur dans la fosse et elle fut très vite recouverte de terre. Lorsque le silence revint, le braconnier descendit de l’arbre et courut jusque chez lui, tremblant. Il raconta tout à sa femme qui l’apostropha de ne pas avoir réagit. Il aurait dû la déterrer.

Le couple courut jusqu’à la tombe. Mais que penseraient les gens si on les voyait avec un cadavre dans les bras ? Aussi le couple préféra d’abord aller parler au Seigneur des lieux qui se hâta avec le couple d’aller déterrer la jeune femme.

Mais elle ne respirait plus. Monsieur de Trécesson n’a jamais trouvé l’identité de la fiancée, ni qui l’avait enterrée vivante. Il mit les vêtements et la couronne de fleurs dans la chapelle de son château. Et ceux-ci y restèrent jusqu’à la révolution. On dit aujourd’hui voir son esprit errer aux alentours du château mais aussi à l’intérieur où se trouvent ses effets.

Sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ESPRITS, POLTERGEISTS et LEGENDES |on 23 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

L’inconscient guérisseur

 

PLACEBO : Du latin « je plairai », l’effet placebo renvoie aux ressources extraordinaires de notre conscience dans le processus de guérison.

image7

Janis Schonfeld est une architecte d’intérieur âgée de 46 ans et vivant en Californie. Elle est au bord du suicide quand elle trouve assez de courage pour s’enrôler dans une étude clinique sur la dépression.

Après quelques examens préliminaires, elle est impatiente d’essayer ces nouvelles pilules si prometteuses. Et les promesses sont tenues: sa vie est repartie sur de bons rails, même si les effets secondaires pénibles comme la nausée sont bien présents, mais son infirmière l’a prévenue. À sa dernière visite à l’hôpital, le médecin lui annonce qu’elle est guérie de sa dépression, une authentique guérison.

Toutefois, elle fait partie du groupe contrôle de l’étude, celui qui a pris un placebo, autrement dit une pilule sucrée sans aucun effet pharmacologique. « Le seul médicament qu’elle avait reçu était une substance immatérielle et immortelle: l’espoir », écrit le neuropsychologue Mario Beauregard qui relate cette histoire dans son livre Du Cerveau à Dieu. « Dans l’effet placebo, les croyances de l’individu et ses attentes au niveau du traitement semblent influencer l’activité du cerveau dans la durée, explique-t-il.

On a donc une causalité qui s’exerce du mental au cérébral. » Et Mario Beauregard de citer une étude de l’université de Colombie britannique à Vancouver avec des patients atteints de la maladie de Parkinson (dans laquelle un groupe de neurones cesse de produire de la dopamine): « Les patients qui croyaient le plus à l’efficacité du traitement, soi-disant révolutionnaire, sont ceux dont le cerveau a produit le plus de dopamine, en quantité comparable avec des individus sains, alors même que leurs cellules à dopamine étaient détruites à 80 %. Il y a donc un lien entre ce qui est vécu au niveau mental et l’effet neurobiologique subséquent. »

L’effet blouse blanche

Tous les médicaments sont testés « versus placebo » pour démontrer que leur effet est supérieur, ce qui ne s’observe souvent qu’à la marge, comme avec les antidépresseurs. Le simple fait de voir un médecin en blouse blanche produit un effet placebo, qui peut être aussi négatif (on parle alors d’effet nocebo (contraire de placebo)).

Le Dr Bernard Thouvenin explique dans Les Voies de la Guérison que « pratiquement tous les symptômes de toutes les maladies peuvent réagir au placebo étudié en double aveugle, même le diabète, l’angine de poitrine (angor, souffrance du cœur) et le cancer. La douleur est particulièrement “placebo sensible”, même les douleurs cancéreuses, peut- être en raison de la libération d’origine psychique des endomorphines. »

Selon Mario Beauregard, l’effet placebo ne doit pas être confondu avec les processus naturels de guérison: « Il repose spécifiquement sur la croyance et la conviction mentale qu’un remède particulier sera efficace. »

Mais ce qu’il met en jeu, ce qu’il mobilise, relève bien d’une extraordinaire capacité d’autoguérison. Parmi les cas les plus spectaculaires, Mario Beauregard cite celui d’une personne invalide en raison d’atroces douleurs aux genoux, qui se retrouve guérie après une intervention chirurgicale « simulée ». On a pratiqué trois petites incisions au niveau du genou, immédiatement recousues… Lève-toi et marche ! Les sceptiques ont beau jeu d’attribuer à l’effet placebo toutes les guérisons inexpliquées, mais le problème est seulement déplacé, car encore faut-il comprendre comment il fonctionne et la réalité qu’il recouvre.

Issu du magazine Nexus 66- sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:DEVELOPPEMENT, ENERGIES, GUERISON |on 21 décembre, 2015 |1 Commentaire »

Extra-terrestres et vie sur les autres planètes

  science

 

Première partie : Anne Givaudan nous parle de la fin d’un monde et l’émergence imminente d’un monde beaucoup plus beau où il y a la lumière.


Dans ce « nouveau monde », nous saurons notamment comprendre le pourquoi de nos maladies et régler nous-mêmes les problèmes en étant l’origine, afin qu’elle n’atteignent plus notre corps physique, comme nous le connaissons actuellement.
Message d’espoir d’une réalité en cours de réalisation.

VIDEO

http://www.dailymotion.com/video/xd7ooe

 

Deuxième partie : A la question ; « a quoi correspondent les changements à venir sur la planète, Anne Givaudan répond : « à un voyage astral ! … Lorsque la planète sera suffisamment éthérisée, ce sera à la portée d’un maximum de personnes…


Cet état de changement planétaire permettra pour tous, d’avoir accès à d’autres dimensions, qui ne seront plus le « privilège » de certains, comme actuellement.


Vu depuis les autres planètes, la Terre est une sorte de « fausse note », vis-à-vis des autres planètes… Mais elle est en train de retrouver sa place dans l’harmonie des planètes.


… toutes les planètes sont habitées, mais pas dans la même vibration que la nôtre…»

http://www.dailymotion.com/video/xd7n1r

Site web d’Anne Givaudan  : www.sois.fr

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source.

Publié dans:O.V.N.I et E.T., VIDEOS à voir |on 20 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

La résurrection: un changement de dimension

 

1 SoleilUne relation subtile mais profonde existe entre les fonctions énergétiques du complexe humain et les systèmes matriciels de la Terre. Même si cette relation n’est pas complètement reconnue par la science de la Terre, elle est pressentie par ceux qui se permettent de dépasser les frontières de leur discipline d’élection. On doit envisager la relation à partir d’un point de vue qui dépasse les contraintes d’une perspective se limitant à percevoir l’homme comme chair, fluides et membranes, et à ne voir la Terre que comme minéraux, roches et océans. Encore une fois, on doit adopter le point de vue de l’énergie, ce lien fondamental entre les systèmes de l’homme, de la Terre et de toute la création.

Concernant le rapport entre l’homme et la Terre, chaque cellule du corps physique de chaque être humain vivant actuellement sur Terre essaie de s’aligner sur une gamme supérieure d’informations, sur une bande de fréquences supérieures à celles perçues durant les dernières 2000 années d’histoire humaine. Cette zone d’informations à haute fréquence représente une conscience évoluée que tente d’atteindre chaque individu. C’est cet état qu’a atteint le Christ universel durant ses 33 années de vie terrestre. Par l’exemple vivant de son usage des choix faits durant sa vie et de son usage du libre arbitre pour mener à terme ces choix, Jésus de Nazarath a pu entrer en résonance avec une conscience supérieure et plus évoluée qu’il appelait « le Père « .

En fait, deux transitions se produisent simultanément: l’une magnétique, l’autre sur le plan de la fréquence. Chacune peut se produire isolément. Comme l’indiquent les données géologiques, les inversions magnétiques ont été fréquentes et, à notre connaissance, sans changement de dimension. C’est l’augmentation de la fréquence fondamentale qui met en branle le changement de dimension. La coïncidence de l’inversion magnétique avec la translation dimensionnelle est un cadeau qui nous permet d’avoir accès à nous-mêmes directement afin de nous équilibrer (guérir) et de réaliser le changement de dimension avec succès.

L’idée que chaque cellule du complexe mental/esprit/corps se mette à vibrer selon une forme d’expression supérieure n’est pas nouvelle. Le processus lui-même a eu lieu plusieurs fois et est documenté avec divers degrés de précision au cours de l’histoire. L’initiation de trois jours dans la Grande Pyramide est un très bon exemple, de même que le processus de trois jours exploré pas le Christ à l’occasion de sa crucifixion, de sa sépulture et de sa résurrection subséquente.

Il s’agit là d’exemples de migrations conscientes vers d’autres états-espaces, vers une autre expression de l’être. L’expression biblique désignant ce processus est la résurrection.

La résurrection est le résultat de la vibration consciente de tous les aspects du complexe mental/ corps/ esprit selon un mode d’expression supérieur du même corps, un nouveau mode d’expression de la vie.

La résurrection est la vie! La résurrection est une voie pour en arriver à une expression vibratoire supérieure, par le corps, car chaque cellule de l’être atteint une parfaite résonance harmonique avec un schéma supérieur d’informations. La résurrection ne consiste pas dans le départ de l’âme (essence de la vie) du corps: cela, c’est la mort. Voilà pourquoi le corps a toujours été et est actuellement très important; Le corps est le temple.

C’est par le corps que l’âme peut exprimer la sagesse atteinte par les expériences de la vie. La résurrection est l’accès conscient à une zone relativement supérieure à la zone actuelle. À partir de l’expérience de la troisième dimension, la résurrection peut commencer comme une résonance à la quatrième dimension, à l’information de la quatrième dimension. En vibrant à une fréquence aussi élevée, la matière en trois dimensions ne porte plus le même sens, n’a plus la même fonction, ne se réfère plus au même point qu’avant la résurrection. Le corps est débarrassé des schémas d’énergie non harmoniques qui résultent en la maladie, en la vieillesse et en la dégradation. D’apprendre grâce à la maladie du corps relève du choix!

Tous les schémas d’énergie du corps physique sont au repos: ils sont équilibrés par l’harmonisation consciente de chaque aspect avec le nouveau point de référence. L’énergie de référence est celle de l’amour, la fréquence d’expression la plus pure qui puisse être générée et maintenue dans chaque cellule du corps. Les fréquences de l’amour ne sont pas liées à la dimension ou au temps. La résurrection est une nouvelle expression de l’énergie d’amour. Le cadeau de Jésus-Christ fut la démonstration vivante de cet instrument, l’expérience de vie, Comme un pont entre l’expérience à trois dimensions, comportant une fréquence basse et un magnétisme élevé, et l’expérience supérieure, d’une fréquence élevée et d’un magnétisme faible.

C’est la résurrection et l’ascension subséquente qui constituent le but de la vie. C’est ce qui attire dans la vie d’un individu l’expérience qui lui procure la sagesse de pouvoir s’harmoniser avec la transition de la Terre. Une fois ressuscité, l’individu est en résonance (relié) avec l’énergie (sagesse) des réseaux de la quatrième dimension, bien que s’exprimant encore dans le contexte d’un monde en trois dimensions. Cet être est très « élevé » et pourrait ne pas pouvoir être touché physiquement par ceux qui n’ont pas connu d’expérience similaire…

En ce qui concerne plusieurs rapports récents sur les extraterrestres, ceux qui viennent en contact avec des êtres aux vibrations aussi élevées sont soumis à des schémas d’énergie auxquels leurs circuits internes ne sont pas prêts. Ces visiteurs sont les immortels auxquels la Bible et les anciens Égyptiens font référence: ce sont ceux dont l’évolution spirituelle est telle qu’ils ont été capables de se transformer dans la pure énergie de l’espace-état supérieur. La Terre passe par le même genre de processus que celui qu’ont exploré des êtres très évolués appartenant à l’histoire: la résurrection, ou vibration de chaque aspect du soi selon un mode supérieur d’expression ou d’expérience. II n’est plus nécessaire d’aller dans les chambres secrètes d’édifices anciens afin de bénéficier de l’environnement approprié à ce changement: vous vivez le changement au travail, à l’école, au salon, dans votre quotidien.

Par vos expériences de vie, vous vous préparez déjà au processus de résurrection! Chacune de vos activités, chaque relation qui tisse votre vie, peu importe si elle semble insignifiante sur le coup, vous fournit un outil pour assimiler, générer et soutenir des fréquences supérieures d’énergie/information/lumière. Chaque expérience amène une pensée ou un senti. On peut considérer ceux-ci comme un faisceau d’information/énergie cherchant l’équilibre dans le contexte du connu: le complexe matriciel mental/ corps/ esprit. Des pensées et des sensations sont rattachées à chaque expérience. Elles font partie de vous et ne peuvent être « oubliées » ni effacées. Par votre interprétation de ces expériences, en accord avec la vision que vous permet votre acquis, vous déterminez la manière dont sera emmagasinée chaque expérience. Dans la mesure où vous choisissez de placer l’énergie de chaque expérience à l’endroit qui représente l’équilibre, vous devenez un être équilibré.

L’éveil est alors une expression qui décrit la série de processus pouvant s’étirer sur des centaines de milliers d’années et qui affectent toute vie sur Terre. L’éveil est le début de la Transition: l’initiation collective à l’ère d’une nouvelle sagesse, celle du cœur sensible.

GREGG BRADEN Extraits de son livre
L’ÉVEIL AU POINT ZÉRO : L’INITIATION COLLECTIVE sur le blog de Francesca 
http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:TEMPS, VIES ANTERIEURES |on 20 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Libérez vos liens en 2016

bannieremiriadan

 
Vous êtes, nous sommes à la porte de l’évolution de masse. Il y aura bien sûr encore du chemin à parcourir, des prises de conscience à intégrer, mais les efforts accomplis jusqu’à ce jour sont révélateurs de la Force d’Intention que vous, que nous avons portée pour la collectivité. Nous sommes tous sur le point d’émerger du cocon qui jusque-là nous conservait à l’abri de la Lumière qui nous aurait blessés sans préparation. Cela est fait.

Beaucoup de couples, de familles, qu’ils soient d’union matrimoniale ou de cœur ont favorisé des ententes d’éveil. L’un apportait le confort et l’ancrage pour que l’autre place son attention sur sa progression intérieure. Ce pacte favorisait la progression pour tous, puisque la lumière rayonnait dans les cœurs de chacun par l’échange simultané et sous-jacent aux relations dans les grilles terrestres. Tel est le plaisir de ce Jeu : que le Bon, le Beau soient offerts à tous grâce au lien inaliénable de l’Amour qui relie chaque être, chaque étincelle de l’Un émanée de son Centre.

Vous connaissez ce Pacte sous le nom de Contrat d’Assistance. Se placer en tant que base pour que l’autre s’élève et illumine les chemins possibles. Cela est fait. En ces jours pleins de Grâce, nous vous demandons d’accepter de vous délier de vos Pactes. Nous vous appelons à vous libérer de vos liens. Non pas de chairs, matériels ainsi que vous l’entendez, mais énergétiques. Si cela doit s’accomplir dans la matière, cela sera en réponse avec votre programmation.

Tant que vous maintenez vos attachements avec les êtres proches de vous, vous conservez des nœuds de pesanteur. Vous nourrissez vos croyances de sauveur, d’indispensable, de « supérieur ». Vous imprimez en la personnalité de vos proches l’illusion qu’ils ont besoin de vous, de vos compréhensions ou de vos certitudes. Vous assombrissez la Lumière de leur cœur par votre présence lumineuse. Vous vous positionnez entre leur Êtreté et eux. Cela était Juste à ce jour, car cela répondait parfaitement à ce qui s’était décidé entre vous. Jusqu’à ce jour. Vous les tiriez hors de leur prison par vos cordes de Lumière, vous étiez les traceurs de voie. A leur demande.

En ces instants merveilleux, votre âme vous recommande de couper ces liens. Libérez-les, libérez-vous. Et laissez-vous aller vers votre destinée. Montez en Vous, accueillez votre nouvelle enveloppe de Paix, de Joie et d’Harmonie. Ainsi, vous répondrez à votre souhait de revêtir votre robe de Vérité tout en respectant les êtres que vous aimez, tel que l’Amour est.

L’Amour offre le meilleur à chacun. Cela demande à avoir la Foi, pour soi et pour les autres. Être dans la confiance reconnait que chacun dispose de Ses Choix et de Sa Vision. Vous ne détenez pas les clés pour les autres. Ce sont les autres qui vous les apportent avec confiance. Vous êtes dépositaires, non propriétaires.

Le chemin vers l’Illumination est personnel, intime. Il sollicite votre lâcher-prise, votre totale confiance, votre reconnaissance que l’Inconnu est source d’émerveillement et d’évolution. Vos proches, vos enfants, sont sous la protection de la Vie, tout comme vous. Acceptez de les libérer pour leur permettre de prendre conscience de leur Souveraineté, de leur magnificence. Acceptez que, malgré leur apparence de fragilité, ils soient en maîtrise de leur Essence. Acceptez qu’ils soient Un, tout comme vous l’êtes.

Participez au Renouveau pleinement, consciemment en investissant votre Essence dans toutes ses potentialités. Sortez de la matrice de restriction pour contempler votre Visage dans le soleil de votre cœur. La Liberté est une facette de l’Amour. Car cela s’accompagne du Respect, de la Joie et de l’Expansion en Soi comme en l’autre, puisque l’autre est soi.

Telle est la Foi en l’Un. Que l’Abondance soit le courant porteur de la Vie. Et que la Création se multiplie à l’Infini. S’exprimer dans sa Liberté revient à accomplir sa destinée d’Humain. Car la Liberté est une porte de votre Centre.

———————
Ce message est issu du groupe Miriadan, Miriadan est un groupe de guides multi-dimensionnels. Il vous propose des messages afin de vous aider à vous guider vers votre Essence, vers vous-même. Vous y trouverez des clés pour aller vers un mieux-être et vous adapter à notre évolution http://groupemiriadan.blogspot.fr/

 

Publié dans:2016 - PREDICTIONS |on 19 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Un aperçu de 2016

 

L’année 2016 ne sera pas une année civile dans le sens du 1er janvier au 31 décembre. Elle débute maintenant, avec l’énergie de transmutation qui imprègne la planète et l’unification du plasma terrestre. Cheminer sur une croix est du passé. Nous sommes aujourd’hui sur un hexagone qui nous apporte la complémentarité de nos pouvoirs célestes et terrestres. Et 2016 va nous faire plonger au sein de cet hexagone.

bannieremiriadan

Nous avons observé à quel point les changements progressent vite, de façon exponentielle. Nous avons ressenti un éveil intérieur, vibré sur de nouvelles gammes de fréquence. Nous avons embrassé la Paix et ouvert nos bras à la Joie. Nous apprenons à nous faire confiance, à expanser notre Foi intérieure vers l’extérieur. Et nous dansons sur une musique qui appelle à nous relier à l’autre, afin d’abandonner le jugement et la défiance. Nous pansons nos plaies.

Nous voici au seuil d’une porte ouverte à partir de laquelle nous entendons un appel. Il provient de nous-même, de cette partie de notre individualité qui réfléchit le soleil. Il nous ramène à notre unité cosmique, et au renouveau de nos espoirs.

L’énergie déployée pour 2016 va nous apprendre à ne plus nous fixer sur des repères, mais à incarner la fluidité qui est le canal de l’Inconnu. Faire des prévisions dans nos vies personnelles va devenir difficile, voire quasiment impossible pour ceux qui sont prêts à lâcher-prise totalement. Car d’un jour à l’autre, d’un moment à l’autre, vous ne porterez plus la même compétence. Vous naviguerez au sein de votre géométrie sacrée et ferez scintiller chaque regard de votre individualité. Vous ne serez plus un guérisseur, un voyant, un médium, un communiquant, un transmetteur, un enseignant, un thérapeute, vous serez tout cela à la fois. Et la Vie se chargera de positionner votre attention sur l’une de vos possibilités selon les rencontres que vous ferez, dans le cadre de vos contrats d’âme.

2016 est l’année de la souplesse, de la fluidité et de l’Abandon. Pour ceux qui sont en accord avec cette version du plan de l’Un. Car le dessein divin prend en compte chaque élément de sa création. Et respecte la programmation de chaque âme. Il y a de multiples réseaux qui prennent en charge nos réalités. Tous pointent vers l’ascension de l’univers. Nul n’est en retard, nul ne rejette son évolution. Il n’y a que progression personnelle. Et tous êtes soutenus par d’innombrables êtres aimants qui savent que leur évolution s’appuie sur votre éveil à l’unité.

Quelle que sera votre réalité intérieure et sa projection à l’extérieur, vous serez toujours au meilleur endroit et au meilleur moment. Vous répondrez exactement à ce dont vous avez besoin pour avancer en confiance vers votre Paix. Et c’est cela votre Perfection.

SOURCE : http://groupemiriadan.blogspot.fr/

Publié dans:2016 - PREDICTIONS |on 19 décembre, 2015 |1 Commentaire »

Il existe des preuves de visites extraterrestres à travers le monde

extra-terrestre

Il semble que certains gouvernements aient même été prévenus des grands changements à venir. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet et pourquoi personne dans le monde ne présente ces preuves ?

M.P. : Nous avons atteint un point dans l’évolution de l’intelligence humaine où il est plus logique et crédible de suggérer l’existence d’une vie au-delà de notre monde que de la nier. Les grands gouvernements le savent… et le nient. Parce que si vous déteniez la connaissance que ces êtres possèdent – y compris la véritable histoire de notre planète – le système actuel des croyances s’effondrerait en un rien de temps.

Le pouvoir même que ces gouvernements ont sur la population mondiale pourrait disparaître du jour au lendemain. Les extraterrestres ont des connaissances très avancées sur ce qu’on appelle « L’Énergie libre ».

Notre planète et l’univers possèdent d’innombrables sources d’énergies non polluantes. Décider d’y recourir reviendrait à saper les fondements mêmes de notre économie mondiale. Au contraire, continuer à utiliser des sources d’énergie polluantes contribue à maintenir la totalité du système actuel sous la dépendance des empires financiers.

Ces êtres respectent notre « Libre-arbitre » et ne s’impliquent donc pas directement dans nos affaires. Ils ont prouvé qu’ils viennent avec de bonnes intentions et ont démontré comment ils peuvent neutraliser, en quelques secondes, la technologie terrestre la plus avancée si elle est utilisée pour les attaquer.

Cela ne peut pas et ne doit pas être caché aux populations du monde. Tout ce qui concerne la question doit être révélé. Dans toutes mes conférences et mes livres, je présente les événements les plus divers qui se sont déroulés sur le sol soviétique. La mission Phobos II, que nous avions envoyée vers Mars, a disparu lorsqu’elle a transmis à la Terre des photos d’un vaisseau géant d’environ 21 kilomètres de long.

La sonde Phobos II fut envoyée dans l’espace par les Russes en 1989 pour observer le satellite martien Phobos, l’une des deux « lunes » de Mars, qui ne fait que 28 km par 20 km, orbitant à peine à 6000 Km de la planète. Le 28 mars 1989, les contrôleurs russes du satellite perdirent soudainement et sans aucun signe avant-coureur le contact avec la sonde. La toute dernière photo infrarouge prise par la sonde en direction de Phobos révèle la présence d’un mystérieux objet qui n’aurait pas dû se trouver là.

L’objet mystérieux de Phobos (PMO, Phobos Mystery Object) comme on l’a alors désigné a très vite été considéré comme un OVNI par certains. On a aussi suggéré que ce sont des extraterrestres qui ont mis fin à la mission, car ils ne voulaient pas laisser la sonde approcher Phobos de trop près, ce satellite étant utilisé comme avant-poste pour des extraterrestres explorant notre planète.

D’autres énigmes entourent complètent cet épisode mystérieux : la nature supposée creuse de Phobos, suggérée par son comportement orbital qui semble défier les lois de la gravitation, sa proximité étrange avec la surface de Mars, sa découverte médiumnique par Jonathan Swift au début du XVIIIème siècle, l’échec de Herschel et d’autres télescopes, quand ils cherchèrent à le voir et sa découverte soudaine par Hall qui semble indiquer que le satellite n’était pas là auparavant, l’échec de la précédente mission Phobos I, et tous les autres mystères martiens bien connus.

La disparition ou la perte de contact avec les sondes envoyées depuis la Terre a été un sujet de conversation et de débat entre le président Bush père et Gorbatchev à la Conférence de Malte. Il y a eu des contacts entre les astronautes dans l’espace et des êtres venus d’autres mondes. 

Je suis convaincue qu’un événement va prochainement se produire sur la planète, qui obligera ces êtres à se présenter massivement dans notre monde pour nous aider. Et ce sera l’événement le plus important de l’histoire moderne.

Extrait de l’ interview accordée en 2011 par Marina Popovitch au journal espagnol Planète Urbaine, encore plus d’actualité ! L’un des rares médias à rompre l’omerta du silence imposée par le Gouvernement de l’Ombre à ce sujet. paru sur : Urantia-Gaïa

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 18 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

La méditation et le service comme outils d’épanouissement de la conscience

 

LumièreNous savons tous au fond de nous que pour établir et entretenir un contact avec la conscience de l’esprit divin qui nous habite, il est nécessaire de s’accorder régulièrement un temps de calme et de recueillement pour se consacrer entièrement à cet exercice. La méditation a de tout temps été reconnue comme le moyen privilégié d’y parvenir. Cependant, lorsqu’on parle de méditation, chaque personne a une compréhension différente de ce dont il s’agit, selon son expérience en ce domaine ou, à défaut d’expérience en la matière, selon l’idée qu’elle se fait de cette technique d’éveil.

En un sens, cela est tout à fait normal puisqu’il y a sans doute autant de façons de méditer qu’il y a de personnes qui méditent. Pourtant, on peut dégager certains principes généraux à ce sujet. Tout d’abord, l’acte de méditer, peu importe la technique, ne devrait pas être un but en soi mais seulement un outil pour atteindre à une certaine paix de l’esprit. Ce ne devrait pas non plus faire l’objet d’un effort opiniâtre de la conscience, mais plutôt être l’occasion de s’abandonner à un état de paix et de bien-être contemplatif, après une période de relaxation physique et de décantation des pensées du mental, afin de se laisser pénétrer par les vibrations bienfaisantes de la Présence divine en soi. On ne médite pas comme on fait du jogging. On vise au plus grand calme intérieur possible et on laisse le loisir au Veilleur Silencieux en nous de choisir la direction que prendra la méditation .

Certains vous diront qu’ils méditent en répétant intérieurement un mantra; d’autres affirment pouvoir le faire en marchant. Il est théoriquement possible bien sûr de vibrer à un état de conscience supérieure, ce qui est fondamentalement le but de toute méditation, tout en menant des activités physiques. Pourtant, très rares sont les personnes qui atteignent en permanence l’état d’extase et de grâce intérieure qui est l’un des buts ultimes du processus évolutif de l’incarnation.

Essentiellement, les trois principales étapes d’une méditation réussie sont la relaxation physique, qui nécessite une bonne posture confortable et un profond relâchement musculaire, surtout au niveau des muscles de la nuque qui sont souvent crispés sans qu’on ne le réalise. Puis, il faut calmer la pensée, mais sans faire usage de la volonté, sans forcer ni lutter. On aura avantage à être dans un environnement où les bruits et toute activité qui pourraient être source de distraction soient réduits au minimum. Parfois, une douce musique appropriée aidera à couvrir les sons indésirables et à stimuler l’élévation spirituelle. Pour ne plus être importuné par des pensées envahissantes empêchant de s’abandonner à un état de méditation profonde, on peut soit les observer passivement sans s’y attacher ni y réagir, ou encore on peut concéder de leur accorder tout juste assez d’attention pour considérer ce qui nous préoccupe en s’engageant à y revenir plus tard pour y apporter au besoin une réponse plus complète si aucune solution ne nous vient immédiatement à l’esprit. Ainsi, on trouvera peu à peu un calme relatif qui sera suffisant pour que la troisième étape commence.

À ce niveau, le contrôle des pensées est remis au maître intérieur qui sait très bien ce qui est nécessaire pour nous à ce point de notre cheminement spirituel. Nous pouvons aussi choisir d’utiliser ces instants de communion avec les forces de Vie pour émettre des pensées de Paix, d’Amour et d’Harmonie ou même transférer à distance des énergies curatrices à l’intention de personnes précises, ou encore pour alimenter l’égrégore collectif des forces positives et surtout pour focaliser une volonté de Paix autour de situations conflictuelles en différents points du globe. L’intensité vibratoire des énergies circulant alors à travers l’être entier engendreront souvent un frémissement d’extase dont tous les mystiques s’entendent à dire qu’il est presque indescriptible à qui ne l’a jamais ressenti. Des images, des mots ou des phrases ayant une profonde signification pour nous peuvent jaillir soudain et constituer des guides ou poteaux indicateurs précieux pour la suite de la méditation ou dans notre vie courante. Bref, nous nous donnons chaque fois un peu plus l’occasion de mieux connaître et ressentir le niveau de lucidité consciente, de bien-être et de paix intérieure qui est associé avec l’éveil de la conscience de l’esprit de Lumière que nous sommes tous en réalité.

Avec l’éveil intérieur à cette réalité immanente grandira également le désir de servir, de donner et partager afin de contribuer d’une façon ou d’une autre à l’essor de cette conscience divine dans le monde où nous vivons. Cette aspiration à servir sera d’autant plus forte si l’on ressent l’appel intérieur à cheminer vers une Lumière toujours plus grande. Car le service, le don de soi et le partage de sa lumière intérieure avec autrui sont les canaux privilégiés d’expression de la conscience divine dans le monde. Par conséquent, plus nous accepterons de servir de manière désintéressée et spontanée, plus nous nous donnerons alors à nous-même la possibilité de stimuler notre propre épanouissement spirituel. Autrement, si notre éveil spirituel ne se traduit pas en actions concrètes positives et désintéressées, la source de notre Lumière intérieure pourrait se tarir et la paix intérieure nous quitter jusqu’à ce que nous comprenions une fois de plus que l’on ne reçoit que dans la mesure où l’on donne. Rien ne sert donc de se gaver le cerveau de grandes théories spirituelles si nous n’avons pas l’intention d’utiliser ces connaissances à quelques fins utiles dans le grand projet collectif de l’évolution des âmes.

Finalement, la plus grande et la plus puissante force qui nous soit donnée pour faciliter et accélérer l’éveil est sans contredit l’Amour. Bien sûr, c’est d’Amour inconditionnel et universel dont il s’agit. Mais ici les mots sont inutiles puisqu’il faut s’ouvrir à cette énergie pour la connaître. Il n’y a pas d’autre moyen. Un potentiel infini d’Amour sommeille en chacun à travers le lien qui nous unit à l’être divin en nous. Chercher à posséder ou à contrôler cet Amour est la plus vaine des entreprises. Il afflue à son gré, le temps d’un éternel instant magique, en un torrent puissant, ou telle une douce caresse, pour insuffler Vie, confiance, sérénité, et pour nous guider avec une douceur ineffable dans le droit chemin afin d’accomplir la bonne action, trouver les paroles qui inspirent ou former la juste pensée.

C’est à chacun qu’il revient de s’ouvrir à cette éternelle fontaine de Jouvence, à ce miracle permanent qui fait de nous des instruments de la Volonté divine.

Copyright 1999 par Jean Hudon

Adresse électronique: globalvisionary@earthrainbownetwork.com

Publié dans:AMOUR, MEDITATION |on 18 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

L’homme cherchant à se penser lui-même

 

Sans titre2Penser,  en citant Julien Benda, c’est penser à quelque chose. Si je « me » pense, il faut bien que je « me » pense quelque chose, sans quoi je ne serais rien. Et ce quelque chose ne peut être que quelque chose d’extérieur à moi-même, sans quoi je ne pourrais pas l’appréhender. Je ne peux pas, en effet, me présenter à moi-même une repré­sentation de moi-même, si cette représentation n’est pas objective à mon esprit. Cette pensée de moi-même, je suis bien forcé de la constituer avec des éléments. Et ces élé­ments sont nécessairement statiques, le temps que je puisse les voir. Mais, plus je réfléchis et m’aperçois que « je » ne suis pas telle ou telle identification en vertu de laquelle je « me » pensais sans le savoir (à la façon du « moi » qui cherchait de l’eau de fleur d’oranger dans un rêve, ou de l’enfant au « pour-moi » instantané) plus s’ouvre en moi un gouffre intérieur, qui est gouffre parce qu’il est impensable.

Force est de constater que l’être de cette conscience qui a, à juste raison, refusé de se reconnaître partout où elle se retrouvait, n’est qu’un néant à soi-même, à tout jamais en fuite devant sa propre investi­gation.

C’est là que commence le vertige et que s’offrent, en manière de médecine, ces prolongements de soi, ces identi­fications avec un dépassement, ou avec un surpassement : l’un humain, l’autre divin. Apparemment – et, comme nous nous interdisons de les situer, l’on voudra ne prendre ceci que comme une tentative d’éclaircissement – Aveline et Vercors optent pour la première médecine, Martin­-Chauffier insiste pour les deux, Cassou les refuse toutes les deux. Il les refuse, parce qu’à chaque rejet d’un quelque-chose en vertu de quoi il eût pu se penser – ou s’était pensé, pendant quelque temps – le non-quelque-chose résultant de cette opération, loin de lui donner le vertige, l’amuse. Oui, l’amuse. Et ce jeu, qui est un acte de création spon­tanée (« j’ai un certain goût de la création libre ») est aussi un travail, et est certainement l’action d’une conscience révolutionnaire. Mais le mot action n’a plus le sens qu’on lui donne en général, parce qu’on ne sait plus où ni comment définir cette action qui se veut incréée. Il emploie les mots « patriote » et « démocrate », mais il n’est ni patriote ni démocrate, c’est son cœur qui l’est : « tout cœur patriote et démocrate épris d’indépendance nationale, de justice sociale… » etc… Il y a là plus qu’une nuance, il y a un refus de systématisation. Et ces principes, qu’il veut que l’on cultive au fur et à mesure que l’on se bat pour eux « sont des principes de valeur humaine et universelle » . Leur définition n’ira guère plus loin, donc n’aidera évidemment personne à « se » penser. Ni à penser la révolution. Les théories préfabriquées ne sont pas des facteurs de révolution.

Retenant tout de suite, en cette affaire, ce qui nous importe – la perception de soi par opposition à la connaissance de soi – notons que, dans cette conscience coupée en deux, la perception de soi, l’identification, se dégage de la partie où n’existe pas de libre arbitre. Libre arbitre veut dire d’abord pensée, puis liberté, puis jugement basé sur cette liberté de pensée. 

 

(Extrait de Critique de la raison impure par Carlo Suarès. Édition Stock 1955) sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

Publié dans:ESPRITS, HUMANITE, PENSEE |on 17 décembre, 2015 |Pas de commentaires »

Émotion, pensée, sentiment

 

reactivation-pyramides«  Les anciens Esséniens établirent une nette distinction entre émotions, pensées et sentiments. Bien qu’étroitement liées, pensées et émotions doivent tout d’abord être considérées de façon indépendante, puis réunies dans une fusion de sentiments qui deviennent le langage silencieux de la création.  » (p. 155)

«  L’émotion peut être considérée comme la source de la puissance qui nous aide à atteindre les buts de notre existence. C’est grâce à l’énergie provoquée par nos émotions que nous nourrissons nos pensées afin de les concrétiser… Nos émotions prennent une certaine direction grâce à la pensée, insufflant la vie aux images créées par celle-ci. … au cours de notre existence, nous vivons des situations variées qui se résument à deux émotions extrêmes et opposées : l’amour et la peur. C’est la qualité de notre émotion qui détermine sa manifestation.  » (p. 155-156)

«  La pensée peut être perçue comme le système de guidance qui dirige nos émotions. C’est l’image ou l’idée crée par notre pensée qui détermine la direction que prendront nos émotions et notre attention. La pensée est étroitement associée à l’imagination… la pensée en elle même ne dispose que d’une faible énergie; il ne s’agit que d’une possibilité sans aucune énergie pour lui donner la vie… Rien ne peut concrétiser une pensée en l’’absence d’émotion… C’est seulement par l’amour ou la peur que nous projetons sur les objets de nos pensées que nous insufflons la vie aux créations de notre imagination.  » (p. 156)

«  Les sentiments, représentant l’union des pensées et des émotions, ne peuvent exister qu’en leur présence simultanée. Lorsque nous éprouvons des sentiments, nous ressentons le désir de nos émotion se fondre dans nos pensées. Les sentiments sont la clé de la prière, car c’est au monde du sentiment que réagit la création… Par définition, pour éprouver un sentiment, nous devons d’abord avoir une pensée et une émotion sous-jacentes. Notre grand problème, en développant les plus hauts niveaux de la maîtrise personnelle, est de reconnaître les pensées et les émotions manifestées par nos sentiments.  » (p. 156-157)

Purger nos souvenirs en changeant l’émotion de l’expérience

«  … il nous est impossible d’écarter ou d’oublier nos expériences effrayantes et douloureuses. La pensée n’est que l’une des composantes de nos expériences – la ‘projection’ dans notre esprit de résultats possibles. Cependant, la souffrance est un sentiment, le produit de nos pensées stimulées par l’amour ou la peur provoqués par notre esprit. Grâce à cette formule, les maîtres esséniens nous invitent à purger nos souvenirs de nos plus douloureuses expériences, en changeant l’émotion de l’expérience elle-même.  » (p. 157)

Focaliser au bon endroit

«  le fait de focaliser notre attention sur les expériences que nous souhaitons éviter les attire précisément. Plutôt que de nous concentrer sur ce que nous ne voulons pas, nous devrions focaliser notre attention sur ce que nous désirons créer dans notre existence et vivre selon cette perspective… plus claire est l’affirmation, plus clair sera le résultat.  » (p.157)

Lorsque la prière n’est pas efficace

«  Une pensée privée de l’énergie capable de la stimuler s’appelle un souhait. Pour que notre pensée puisse devenir efficace, nous devons lui fournir de l’énergie… C’est l’émotion qui entraîne la réalisation de nos souhaits. Tout en admettant que nous pouvons choisir l’amour ou la peur comme émotion capable de stimuler notre pensée, il n’en est pas moins vrai que, la plupart du temps, notre besoin conscient est basé sur la peur…  Nous choisissons les conditions de notre existence grâce à nos sentiments – l’union de nos pensées et de nos émotions.  » (p. 159-160)

«  Les sentiments d’infériorité donnent vie à la création d’expériences que nous ne souhaitons pour rien au monde voir se produire dans notre vie – la concrétisation de notre manque de valeur… Perdu par l’Occident il y a 1,500 ans, le bonheur issu du souvenir de notre pouvoir peut amener dans notre vie bien-être, abondance, santé, sécurité et joie!  Outre le fait de pouvoir identifier comment notre technique intérieure de prière fonctionne, nous disposons également d’un moyen de changer les éléments constitutifs de notre prière afin de la rendre plus efficace pour notre usage futur.  » (p. 161)

GREGG BRADEN – Extraits de son livre
L’EFFET ISAÏE – Accéder à la science perdue de la prière et de la prophétie véritable
Ariane Éditions, 2000 sur le blog de Francesca http://channelconscience.unblog.fr/

 

Publié dans:PENSEE, PRIERE ET MEDITATION |on 17 décembre, 2015 |Pas de commentaires »
12

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3