Archive pour le 2 septembre, 2015

NOS CHERS AMIS ARCTURIENS

 

maxresdefault

Même si nous travaillons avec vous, nous sommes originaires d’un autre univers que le vôtre.

Nous venons d’un univers parallèle contigu au vôtre. Les univers contigus sont disposés en rangées, comme des œufs dans un carton empilés les uns sur les autres. Des lignes énergétiques circulent entre eux, particulièrement entre les plus rapprochés. Sirius est un portail majeur, l’un des principaux points d’entrée vers votre univers.

Nous sommes entrés dans cet univers à la demande d’un maître ascensionné du nom de Sanat Kumara. Il nous a demandé d’y entrer pour que notre aspect féminin et notre aspect masculin soit équilibrés et parce que notre civilisation a subi une ascension vibratoire et une transformation.

Nous aimons beaucoup Sanat Kumara, qui est un très bel esprit, un brillant stratège et un militant inflexible en faveur de la vie. En approfondissant notre relation avec ce maître unique, nous en sommes venu à reconnaître ses qualités chez d’autres Arcturiens rencontrés dans votre univers.

Pour nous les Arcturiens possèdent un mélange de qualités qui est unique. Ils sont parmi les plus grandes intelligences de votre univers. Leur technologie dépasse celle de toutes les autres civilisations intergalactiques et, comme nous, ils posent naturellement sur l’existence un regard amusé.

Leur amusement est toutefois légèrement différent du nôtre car nous sommes de la cinquième à la douzième dimension. Nous résidons uniquement dans le monde de la lumière ; nous naviguons hors du temps et de l‘espace, dans lesquels nous n’entrons jamais complètement ; quant aux Arcturiens, l’existence les amuse parce qu’ils trouvent exaltant de descendre dans les basses vibrations lorsque c’est nécessaire. Ils ne le font que très rarement car il leur faut une immense quantité d’énergie pour abaisser le taux vibratoire de leurs vaisseaux jusqu’à la troisième dimension. Ils préfèrent donc opérer dans les hautes fréquences, mais en doutez pas qu’ils peuvent se matérialiser dans l’existence tridimensionnelle au besoin.

Cette caractéristique arcturienne consistant à voir l’existence avec un certain amusement provient de leur esprit résistant et aventureux. Ce sont de prodigieux stratèges et des maîtres logisticiens. Ils voient les situations sous un aspect multidimensionnel, les analysant simultanément du point de vue du passé, du présent et du futur. Cette vision holographique complexe des situations est une qualité inhérente à leur nature. Ce n’est pas un comportement acquis, mais plutôt inscrit dans leur ADN.

Sanat Kumara est le protecteur de votre planète, de votre système solaire et de votre galaxie. Sa première rencontre direct avec la Terre a eu lieu il ya environ dix millions d’années, dans la région du monde que vous appelez aujourd’hui le Japon. Il est descendu de son vaisseau pour interagir avec un groupe d’êtres très évolués qui vivaient dans une région montagneuse isolée. Ce lieu est vénéré dans le Japon actuel, où il est marqué par la présence d’un sanctuaire sur le mont Kurama.

japon507

Etant un Arcturien très évolué lorsqu’il s’est posé sur votre planète, il en a vu holographiquement toute l’histoire jusqu’au présent d’alors, il y a dix millions d’années dans votre passé. Il a vu également tout le déroulement des événements du futur jusqu’à votre présent. Le mont Kurana est vénéré non seulement parles Japonais, mais aussi par les Arcturiens.

Les Arcturiens ne rendent pas un culte à Sanat Kumara. Ils le reconnaissent comme l’un des leurs, l’une des plus hautes expressions du potentiel Acturien. Nous les laisserons parler pour eux-mêmes. Nous désirons uniquement leur ouvrit la porte et rendre ainsi hommage à un très vieil amis.

message de Tom KENYON  retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

 

  Extrait du livre LE GRAND POTENTIEL HUMAIN – Les Pléiadiens, les Hathors et les Arcturiens aux Editions ARIANE.

A la place de mon Animal

 

couple de bergers blancs suisse dans la forêtJe me suis toujours demandé jusqu’à quel point j’aimerais mon maître, si j’étais elle. Même si elle me regardait parfois d’un air dubitatif, elle ne s’est sans doute jamais posé cette question. De son premier jour jusqu’à son dernier souffle, cette petite chatte noire, qui était arrivée chez nous lorsque j’avais 11 ans, apparaissait comme un être sensible, dans toute sa splendeur et sa complexité, partageant un amour authentique avec les personnes qui l’hébergeaient.

Quelques jours avant son départ, alors que je l’accompagnais à la clinique dans un processus de fin de vie, une vétérinaire m’a dit : « Vous savez, ça ne sert plus à rien que vous restiez auprès d’elle. Elle va mourir, avec ou sans vous. » Ces mots m’ont profondément choqué, car ils étaient prononcés avec mépris pour cette bête affaiblie, souffrante et apeurée dans un environnement qui lui était inconnu, et avec une ignorance totale de la relation « de conscience à conscience » que j’avais installée avec elle depuis 15 ans. Ces mots m’ont aussi rappelé une réalité trop souvent ignorée : malgré sa bonne parole, l’homme ne respecte pas les animaux.

Considérés aujourd’hui en France par le Code civil comme des choses sur lesquelles l’homme peut exercer un droit absolu, ils sont plusieurs dizaines de milliards à être tués chaque année dans le monde. Au nom de la science, du profit, de la consommation ou de la bêtise… Si la nature se régule intelligemment, si les prédateurs laissent derrière eux une richesse pour Inexplo buzz Les animaux et nous : quel avenir ? notre écosystème, la société humaine n’a pas encore pris conscience de son devoir. Oubliant, maltraitant et tuant vulgairement des êtres vivants.

Paradoxal, quand on sait que plus de la moitié de la population française vit avec des animaux, que la science ne cesse d’apprendre de leurs capacités extraordinaires, et que nous sommes des millions à partager chaque jour sur le Web une vidéo émouvante de leurs aventures, découvrant un peu plus leur altruisme et leur profondeur d’âme. Alors, qui sont-ils vraiment à nos yeux ? Une vingtaine d’intellectuels, emmenés par Christophe André, Boris Cyrulnik, Frédéric Lenoir ou encore Matthieu Ricard, réclament, dans un manifeste, un changement du statut des animaux en France. Une pétition fait même le tour de la toile. Loin de demander une considération métaphysique, ce traité invite les politiques à élargir les droits les plus fondamentaux à nos amies les bêtes. Arrivera-t-il un jour, comme le prévoyait Léonard de Vinci dans ses carnets, où « les gens considéreront l’assassinat d’un animal comme ils considèrent aujourd’hui l’assassinat d’un homme » ?

Le moment est venu d’ouvrir notre esprit afin de respecter et célébrer la richesse de cette vie que nous offre notre planète.

Magazine  Inexploré – N°21 -   Bonus +sur le WEB www.inrees.com/bonus/124

 

Publié dans:ANIMAUX |on 2 septembre, 2015 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3