L’amour évolue sans objectif précis

8bcd2adeL’amour évolue sans objectif précis. L’amour se meut simplement parce que sa nature est de se mouvoir.

Ces paroles du maître spirituel Adyashanti expriment l’essence de ses entretiens avec des disciples sur la nature de l’éveil spirituel lors de rencontres hebdomadiers, de séminaires de week-end intensifs et de retraites silencieuses.

« essentiellement, ce que je fais est essentiellement, ce qui vous amène ici, c’est le désir de vivre l’expérience directe de votre nature », dit Adyashanti. « Comment connaître l’Eveil si vous ne savez même pas qui vous êtes «  ? Sa transmission unique de la Vérité et de la liberté offre des tuyaux susceptibles de conduire les disciples à cette découverte : la réalisation de leur nature essentielle.

Adyashanti vit le jour en 1962 à Cupertino, en Californie, une petite ville dans la région de la baie de Sain Francisco ; on le baptisa Stephen Gray. D’après certaines anecdotes, il a connu une enfance heureuse et il aimait sa famille nombreuse et haute en couleur, qui comptait deux sœurs, quatre grands-parents et une diversité d’autres proches.

Son grand-père aimait à exécuter des danses amérindiennes de bénédiction pour lui et ses cousins quand ils lui rendaient visite. Adolescent et jeune adulte, Adyashanti adorait les courses à vélo, mais à dix-neuf ans, il tomba sur le terme « Eveil » dans un livre et fut obnubilé par une soif ardente de connaitre la Vérité ultime. Il a commencé un entrainement sous la direction de deux maîtres, Arvis Justi, disciple de Taizan Maezumi Roshi et Jakusho Kwong Roshi, discipline de Suzuki Roshi. Adyashanti s’st adonné au Zen de manière intensive pendant près de quinze ans et affirme qu’i a pratiquement connu le désespoir avant de s’éveiller à une série de réalisations profondes concernant sa nature essentielle et de vouloir se dissoudre tout attachement à une identité personnelle.

En 1996, son maître, Arvis Justi l’invita à enseigner le dharma. Ce qui au début n’était que des réunions sans prétention prit en quelques années la forme d’allocutions hebdomadaires sur le dharma s’adressant à des centaines de disciples. Le bouddhisme emploie le terme Dharma pour exprimer la Vérité ultime – la nature immanente de tous les phénomènes physiques et mentaux et la véritable destinée spirituelle de tous les êtres. Les discours sur le Dharma sont des enseignements offerts par celui qui vit cette vérité et connaît une réalisation évidente incontestée par une lignée de maîtres remontant jusqu’au Bouddha historique.

Un homme mince aux mouvements gracieux et au crâne rasé, Adya (tel que l’ont surnommé ses disciples) dégage une présence chaleureuse et est doué d’un formidable don pour établir des liens et s’exprimer avec clarté. Les disciples affirment que le regard sagace de ses yeux d’un bleu transparent désarme le mental et semble pénétrer jusqu’au cœur ;

Le style d’enseignement d’Adya est candide et direct, exempt du jargon zen, mais débordant de conseils indiquant la vérité universelle. Au fil des ans depuis son premier enseignement, plusieurs de ses disciples ont vécu des éveils grâce aux révélations de ses enseignements et à la transmission qui anime ses satsangs et ses retraites.

Un maître extraordinaire

Le style d’enseignement du Dharma d’Adya (également nommé satsang) se compare à celui des premiers maîtres chan (zen) de Chine ancienne, ainsi qu’aux maîtres de la tradition Advaita vedanta (non-dualité) en Inde. Il présente une grande affinité avec le regretté sage advaita, Nisargadatta Maharaj et à d’autres maîtres réalisés des traditions de l’Orient et de l’Occident. Même si les retraites qu’il dirige pour les disciples allient la médiation silencieuse, les enseignements sur le Dharma et des dialogues avec les disciples, son approche à l’éveil ne se fonde pas sur le développement de pratiques spirituelles ; elle tente plutôt de désamorcer et de déconstruire l’identité personnelle.

Comme bon nombre de ses disciple, en présence d’Adyashanti certains ont vécu un puissant éveil, qui les ont convaincus qu’il était un maître et découvert comment un guide est en mesure d’indiquer au mental en pagaille la porte de sortie et d’ouvrir le cœur directement à l’amour et à la vacuité rayonnante qui sous-tend l’existence.

Cette expérience est extraordinaire, profonde et ineffable ; elle anéantit tout intérêt pour la quête spirituelle et connecte ceux qui l’ont connue à un espace intérieur d’une simplicité, d’une tranquillité et d’une ouverture remarquables.

Adya incarne les infinies possibilités et la simplicité ordinaire d’une vie réalisée spirituellement. Il habite pleinement la vacuité et la liberté et fait preuve de la relation dynamique entre source et spontanéité, cœur et humour, appréciation pour les aspects avec ou sans forme de l’existence.

Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/ vous conseille de lire : « Conscience pure et Méditation véritable » de Adyashanti aux Editions Ariane 2009

Publié dans : AMOUR |le 26 août, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3