Archive pour avril, 2015

Qui sont Les Maîtres Ascensionnés

 

CurieLes Maîtres Ascensionnés sont là pour nous aider, depuis des siècles et des siècles, essayant de nous guider, de nous enseigner, sans parvenir à nous sortir d’un sommeil profond qui nous a fait oublier même qui nous sommes.

Et au premier plan nous revient notre Berger, Jésus (Maître Sananda), Celui qui a tout sacrifié pour semer en nous les graines de la Vérité et de l’Amour.

Que Ses fidèles se réjouissent ! Il est bien là, plus aimant que jamais, pour nous apporter le bonheur de Sa présence, mais cette fois dans l’allégresse. On ne parlera plus de crucifié, de passion et de mort, mais du Ressuscité qui nous a montré le triomphe de la Vie sur la Mort, de la Lumière Divine sur l’obscurité. Moi qui, comme quelques autres, suis leur canal pour vous apporter les messages qui aideront tous ceux qui se réveillent, tous les êtres de bonne volonté, à ascensionner avec la planète, je vous répète les mots qui jaillirent de mon cœur après un séminaire auquel je viens de participer.

Dès mon retour chez moi, j’étais bouillonnante d’énergie. Le matin de ce 22 mars à 5 heures du matin, je n’avais plus sommeil et je revivais ces deux journées que je venais de connaître, sous le titre « Voie d’Amour – Voie de Transformation, Voie d’Abondance ».

Une pensée m’est venue : « Je n’avais pas vécu quelque chose d’aussi merveilleux depuis … depuis la Pentecôte. » « Et le mot sortit tout seul de mon cœur). Je ne parlai spas d’une quelconque célébration, mais bien du véritable événement vécu il y a 2000 ans.

Cela veut-il dire que j’y étais en chair et en os ? Ce n’est pas impossible pour ceux qui savent que l’on vient sur Terre une fois et une autre. Mais il est probable que, comme des milliers d’autres êtres, peut-être comme vous qui me lisez, j’y étais en esprit, en tant que graine des apôtres des nouveaux temps, graine dans ces semailles qui ainsi se terminaient.

Ces graines sont aujourd’hui mûres et la moisson va commencer. Oui, j’y étais, et peu importe sous quelle forme ou absence de forme. J’éprouve aujourd’hui le même sentiment d’amour profond, d’enthousiasme, de plénitude, comme si mon âme était soudain devenue trop grande pour être contenue dans mon corps et qu’elle se déversait sur toute la planète et au-delà.

Je ressens les dons de l’Esprit retrouvés, encore très mal maîtrisés à portée de main, les potentiels infinis de la Vie, du Père, de toute la Création. Et je ne puis que dire comme Jean-Sébastien Bach : « O Seigneur, que ma Joie Demeure ».

Mon vœu le plus cher, en commençant cet humble, mais exaltant travail de scribe, est de transmettre fidèlement ce qui m’est dicté, afin que dans vos cœurs, chers lecteurs, s’épanouisse la fleur d’amour, de paix, de lumière et de joie qui s’ouvre dans le mien.

Et que nous soyons tous réunis, sur nos plans manifestés et sur ceux non-manifestés, dans cette communion de l’amour inconditionnel et de la fraternité vraie.

Extrait de « Le Temps des Maîtres » – transmis par Marlice d’Allance 2012- - recopié par Francesca  aux Editions HELIOS

Publié dans:ASCENSION, JESUS |on 29 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Les Rayonnements de la CROIX

 

Banque-d'imagesLorsque vous portez une croix, vous ne portez pas seulement le symbole de l’église qui s’y rattache, mais avant tout vous portez un certain rayonnement.

Chaque forme transmet une onde. Si vous travaillez les objets, les signes, les ondes de forme que vous portez, et que vous les consacrez, alors cela devient un véritable objet occulte qui transporte un certain pouvoir, qui reste d’une certaine manière limitée à la force de celui qui le consacre.

Plus le magicien a de l’envergure et plus le rayonnement va être actif et régénérateur, dans le cas contraire, l’objet est simplement protecteur.

La croix, dans son symbole culte, représente la crucifixion bien sûr, mais avant tout l’abandon de soi, le détachement de tout ce qui est personnalité.

C’est la rupture avec toute la mécanique de la personnalité, toute la roue de la personnalité, la roue des réincarnations donc. Lorsqu’il y a crucifixion d’un initié, crucifixion cosmique, cet initié est complètement détaché du plan des réincarnations. S’il revient, c’est uniquement pour apporter quelque chose, ce n’est plus pour expérimenter quelque chose.

La croix rompt toute relation avec le phénomène terrestre, avec la manifestation physique, parce qu’il y a abandon des parties inférieures pour ne vivre que dans les parties supérieures.Et c’est dans ce sens que l’on peut rejoindre l’image du feu, parce que cette initiation correspond à ce que le feu est capable d’accomplir occultement dans l’homme.

Toutes les initiations sont transmises par le feu. Sur la terre, on utilise plusieurs éléments comme l’eau pour le baptême. Pour les grandes initiations, il n’y a que le feu et uniquement la flamme qui soit présente, parce que c’est l’énergie solaire, c’est le prana solaire.

Le soleil est un astre flamboyant, et chaque fois que l’on veut se relier à son énergie, il s’agit d’intégrer de plus en plus de feu. La croix n’est pas véritablement importante, c’est un des symboles, le plus petit en fait. Hormis cette signification occulte, son symbole fait parti de la série que l’on peut considérer comme la plus profane.

Si vous voulez utiliser un symbole véritablement puissant, qui soit véritablement chargé parce qu’il est rattaché à un être de plus grande envergure, il faut utiliser celui qui est constitué de deux triangles entrelacés, tout puissant par rapport à la croix.

Il ne faut pas associer la croix et le Christ. La croix n’est pas la représentation du Christ. La croix est le symbole de cet abandon dont nous avons parlé, c’est le symbole du feu sur le plan terrestre. C’est le feu primaire, c’est le feu kundalini, c’est le feu qui est éjecté par les volcans, c’est le feu tellurique, c’est un feu très primaire. Si vous voulez véritablement faire référence à l’esprit d’une entité, à la protection efficace d’une entité, il faut utiliser ces deux triangles entrelacés.

Que veut dire cette figure ?

C’est un symbole bien sûr. Un symbole est une forme qui contient la substance et c’est pour cela qu’en terme occulte, le symbole est si précieux, parce qu’il n’est pas simplement une représentation graphique, ce n’est pas une image, c’est une forme qui contient la substance.

C’est pourquoi dans certaines opérations, il suffit simplement de tracer le symbole pour que la substance se manifeste, donc, l’entité en question produit un certain rayonnement à cet emplacement.

Pour la croix, la chose est complètement différente. En terme terrestre, la croix est un insigne religieux et n’a pas véritablement de fonction occulte. Toute la protection dont s’entourent les prêtres, notamment les exorcistes, vient du fait que la croix a été fortifiée et chargée depuis tant d’années d’existence des églises.

Ce qui fait que vous pouvez inventer n’importe quel symbole, si vous êtes suffisamment nombreux, suffisamment patients pour attendre que l’énergie se développe autour de ce symbole. Si vous le travaillez pour qu’il exorcise, il va exorciser. Si vous le travaillez pour qu’il apporte de la chance, il va vous apporter de la chance, etc.
Mais lorsque vous vous intéressez à des symboles qui fonctionnent depuis le début du monde, qui fonctionnent parce que telle est leur nature, alors, il faut vous intéresser aux signes occultes, et vous vous apercevrez que la croix entre en composition de certains symboles mais ne représente pas un symbole.

Un autre signe fort, plus que protecteur, il est densificateur et quelque part un petit peu destructeur parce que purificateur, c’est la croix encerclée.

Lorsque vous travaillez sur ces symboles vous forcez le feu à agir de manière universelle. Par ces symboles, vous appelez certains esprits qui sont rattachés au phénomène de la purification et de la destruction. Autrement dit, par ces signes, vous pouvez aussi faire le mal. Lors d’une opération, si vous savez suffisamment contrôler les entités pour ne prendre que les esprits les plus bas de ce signe, vous pouvez les diriger pour faire le mal, mais cela réclame tellement d’efforts, croyez-moi, qu’il vaut mieux faire le bien.

Un autre signe puissant : le triangle pointé, ou le triangle cerclé. Il faut que vous trouviez en fait votre symbole. Si vous ne faites pas partie d’un système de développement ésotérique, d’une école, d’un temple, consultez quelques livres, et dans une sorte de méditation très passive observez le symbole qui vous attire le plus, celui qui est le plus en harmonie avec votre couleur, avec votre rayon, avec votre niveau initiatique. Pendant quelque temps, en méditation, visualisez ce symbole, puis, refaites le catalogue et regardez si un autre symbole vous attire. Ainsi, vous pourrez voir votre développement, le cheminement de votre évolution.

Mais vous verrez qu’à la fin, lorsque vous aurez acquis un certain développement, vous serez tous attirés par les deux triangles entrelacés, parce que c’est le véritable symbole de votre père, c’est le véritable symbole de l’action, de ces trois rayons dont nous parlions tout à l’heure. L’homme qui monte, Dieu qui l’intègre. Il ne peut pas y avoir de symbole plus initiatique, je vous le dis.

source Extrait : www.conscienceuniverselle

Publié dans:ENERGIES, HOLONS, LUMIERE |on 29 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Les mystères des sciences occultes

 

sciences-occultes-rituelsLa science occulte n’est une science que dans la mesure où savoir c’est pouvoir ; la doctrine qu’elle enseigne n’a pas simplement pour but de révéler au disciple la nature vraie et cachée des choses, mais, en lui révélant cette nature, de mettre en ses mains le moyen de la dominer et de la faire servir à ses fins. Qu’il s’agisse d’alchimie, d’astrologie ou de magie, le terme à atteindre est toujours d’accaparer au profit de l’homme les forces anonymes qui agissent dans le monde et, pour cela, tout d’abord, après les avoir « désoccultées », d’en saisir la maîtrise et la direction.

Or, il est remarquable de constater que, sous tous les climats et à toutes époques, des hommes se sont rencontrés qui ont possédé sur la nature cet étrange pouvoir de domination. Et, parmi ,ces « Maîtres », grands initiés dont la chaîne se prolonge à travers les âges, il en est un à qui tous les centres d’occultisme font une place à part et rendent un solennel hommage, c’est le « Maître Jésus », le plus grand de tous en puissance et en dignité, si grand que sa venue sur la terre a bouleversé toutes les lois astrologiques qui régissaient l’Univers avant qu’il parut, un missionné de Dieu, dont chaque parole était comme l’écho d’un autre monde, dont chaque geste suffisait à dicter à l’humanité sa conduite.

     Nos investigations dans le domaine de l’Occultisme nous amènent ainsi en présence d’un être exceptionnel, qui n’a pas son semblable dans toute l’histoire, dont le nom demeure à jamais fixé dans la mémoire des hommes, dont la vie et l’enseignement ont suscité de siècle en siècle un nombre toujours plus considérable de disciples et d’adorateurs, un être qui s’était déclaré comme le Fils de Dieu, que ses Apôtres ont vénéré à l’égal de Dieu lui-même et qui a fondé une Église dont les rameaux s’étendent aujourd’hui sur toute la terre. N’est-il pas de notre devoir de nous demander quel est cet Homme, d’où il vient, ce qu’il a fait, ce qu’il a voulu et aussi ce que nous sommes pour lui et quelle conduite nous devons tenir à son égard ? Et, puisque sa vie et son enseignement ont été consignés dans des livres dont l’authenticité ne saurait plus être sérieusement contestée, ouvrons donc ces livres qui, peut-être, renferment le secret de notre destinée. L’Occultisme nous a menés jusqu’au Christ ; quittons-le maintenant pour écouter la voix de l’Évangile. 

Extrait de « L’appel du Maître » par GABRIEL HUAN

Publié dans:ESPRITS, MEDIUM, POSSESSION |on 27 avril, 2015 |Pas de commentaires »

QU’EST-CE QUE LA CO-CREATION

 

qu-est-ce-que-la-co-creationLa Co-Création s’exerce quand l’homme a l’intention de manifester quelque chose et qu’l demande à l’Esprit de le faire. lorsque l’Esprit prévoit une manifestation et demande à l’homme de la mettre à exécution,, il se produit ce que vous appelez une « Co-Incidence ». Telle est la nature de la Co-Création. 

C’est quand l’Esprit procède à exécuter ces manifestations que nous alignons les énergies dans votre dimension. Vous considérez souvent cela comme une intervention qui vient pour changer votre monde. Vous y avez apposé toutes sortes d’étiquettes telles que « prédestination », « chance », « malchance », selon le jugement que vous en avez. Parfois, vous utilisez le terme de « hasard » et celui qui nous amuse particulièrement est ce que vous appelez « Volonté Divine » car il n’y a aucun doute, c’est bien de cela qu’il s’agit. Ce que vous considérez comme « la chance » et de temps à autre la réalisation d’une manifestation que vous-mêmes avez mise en route. Ce sont les synchronicités pour lesquelles nous vous demandons de faire de la place dans vos vies. C’est très souvent de cette manière que l’Esprit vous renvoie votre Co-Création. 

Vos Co-Créations vous sont retournées exactement dans la même vibration que celle dans laquelle elles ont été émises et ceci fait que vous ne les reconnaissez pas toujours quand elles vous parviennent. Vous les qualifiez souvent d’aléatoires ou d’accidentelles. Un programme d’étude vous est maintenant proposé sur l’art de laisser l’espace nécessaire pour que la synchronicité se manifeste dans votre vie. Par l’intention, il est possible de créer le vide indispensable à l’introduction d’un style de vie synchronique sans aucune contrainte extérieure. Telle était la vie du maître que vous nommez Jésus. Il s’agit ici d’une étude de grande valeur qui complètera la trilogie des outils de manifestation. 

En chacun de vous existe une connexion qui vous définit en tant qu’individu. C’est la connexion avec votre soi supérieur. Bien que parfois vous puissiez avoir l’impression qu’elle est de faible intensité, elle est toujours présente en tous. En réalité, elle définit la frontière entre deux personnes, sans elle l’énergie serait totalement mélangée. Il est très complexe de trouver les mots pour décrire cette connexion car chacun la ressent différemment. 

La description qui lui convient le mieux serait « une connaissance intérieur ». Il y a des moments dans votre vie où votre connexion est totale. Ce sont des mémoires que vous percevez dans votre cœur comme authentiques. Ce serait peine perdue que de vouloir vous dire que ce n’est qu’un rêve ou votre imagination car la vérité est imprimée dans votre âme. 

C’est la connexion que vous expérimentez le plus souvent. La développer est une question d’intention et de pratique. Elle est la puissance intérieure. Exercez-la et apprenez à lui faire confiance. Elle se connectera toujours à notre sphère biologique dans des zones définissables. Trouvez ces zones de votre sphère biologique et observez ce que vous y ressentez. Ces sensations sont des baromètres tout à fait appropriés en même temps que des outils physiques et mesure du discernement. Devenez des experts en la matière car cette technique peut être utilisée de bien des façons. Nous vous demandons de vous servir de cet instrument de discernement sur vos propres Co-Créations. Ne consacrez votre énergie qu’à ce qui entre en résonance avec votre cœur.

Il existe de nombreux degrés de manifestation. Le processus de Co-Création est le niveau auquel vous vous placez dans le flux naturel de l’Energie Universelle et où vous permettez à vos manifestations de venir à vous. Le préfix « Co » de Co-Création se réfère à l’effort conjoint de l’Homme et de l’Esprit. Compte tenu que cette forme de manifestation engage l’Esprit, elle ne peut être utilisée que pour le bien supérieur de toutes les parties concernées. L’Homme dispose du libre Arbitre dans ses manifestations mais l’Esprit a la prédisposition de la Lumière. En conséquence, toutes les Co-Créations doivent être envisagées pour le bien le plus élevé, faute de quoi elles ne se manifesteront pas… tout simplement. 

L’art de la Co-création ou manifestation est un processus très élémentaire. Il implique uniquement de vous placer dans le flux énergétique. Ceci s’appliquant à la condition humaine, votre compréhension se trouvera facilitée si nous le décomposons en « règles » de base. Un grand nombre de ces règles s’appliquent à l’art de la Co-Création. Nous allons ici couvrir les plus simples et aborder des choses qui, le plus souvent bloquent votre réussite dans ce domaine. 

L’illustration du très grand cercle que vous a donné le Gardien est valide. Nous avons partagé cette information visuelle avec lui de sorte qu’il puisse, à son tour, la dispenser plus commodément aux autres. Vous êtes tous des étincelles dans cette extraordinaire expérience comme nous le sommes à un niveau différent. Vous avez les pouvoirs du Tout à votre disposition à tout moment vous rappeler les moyens pour y accéder est la raison pour laquelle nous sommes actuellement ici. Nous vous disons que ceci n’a rien à voir avec le succès ou l’échec mais simplement avec le fait d’être. C’est l’acte de manifestation délibérée en tant que tel qui vous permet d’exprimer Dieu pleinement quelle que soit la forme. Le moment où vous créez votre futur est honoré. 

Celui où vous créez votre manifestation dépasse en magie, et de loin, sa réalisation. Pour cette raison, vous trouvez souvent que ce que vous possédez ne vous laisse qu’une sensation de vide. C’est l’instant de la création qui est l’expression la plus extraordinaire de votre pouvoir. La seule chose que vous ayez à faire pour gagner le Jeu est « d’Etre ». Puissions-nous vous aider à comprendre que vous n’avez pas besoin « d’être quoi que ce soit ». Le simple fait « d’être » est suffisant. 

Une autre partie importante de cet art subtil est la compréhension que l’on ne peut pas Co-Créer pour autrui. L’art subtil de la Co-Création s’accomplit par la connexion avec le soi supérieur. Dans la mesure où il n’est pas encore possible maintenir une connexion avec le soi supérieur de quiconque, de la même manière il est impossible de Co-Créer pour quelqu’un d’autre. Il est possible Co-Créer à l’unisson tant que chacun le fait pour lui-même. Il est possible de créer de l’espace pour que quelqu’un d’autre accomplisse ses visions ou pour recevoir la guérison. Mais, dans tous les cas il relève du choix individuel de parcourir  et espace.  Les mots « soi d’abord » ont un sens prédisposé, pourtant si vous parvenez à en retirer le jugement, il reflète le flot naturel de l’énergie au sein de l’Univers. Tout doit venir de l’intérieur. Co-créer pour quelqu’un c’est le placer avant soi. C’est une orientation erronée de l’Energie universelle et elle ne produira pas le résultat souhaité. 

Ayez le courage et l’amour-propre de vous mettre en premier dans toutes les matières. C’est seulement lorsque vous centrerez votre propre énergie que vous pourrez vous donner pleinement. Ce qui vous attend est au-delà de votre compréhension. La Co-Création est juste un outil qui vous ouvrira les portes du retour à la Maison. Les présents qui vous attendent sont nombreux et nous sommes ici pour vous aider à retrouver votre chemin. Pratiquez le discernement chaque fois que vous en avez l’opportunité et trouverez les messages qui vous sont destinés. N’ayez pas peur, la peur crée sa propre énergie et peut détourner votre attention. Sachez que vous êtes bien protégé et que vous êtes guidés à chacun de vos pas, tout au long du chemin. Ecoutez cette guidance intérieure et trouvez votre connexion avec votre soi supérieur. Vous avez mérité le droit d’être ici à un moment passionnant de l’histoire du Terrain de Jeux du Libre Arbitre. Vous êtes sur le point de gagner le Jeu. 

MESSAGE PLEIADIEN : Extrait du livre de Steve Rothier, intitulé « R-APPELEZ-VOUS »  aux éditions Hélios.

Publié dans:CO-CREATION, PLEIADES |on 27 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Pour pratiquer la bienveillance

 

 


Rconciliation
Le mot « bienveillance » est la traduction du sanskrit « maitri » signifiant « amitié, fraternité ». Dans le bouddhisme, cette attitude compte parmi les « Quatre Incommensurables », avec la compassion (« karuna »), la joie (« mudita ») et l’équanimité (« upeksa »). Développer cette qualité revient donc à gagner en sagesse…

> J’entre en amitié avec moi-même

Charité bien ordonnée commençant par soi-même, quoi de plus naturel que de devenir bienveillant avec son propre être profond ? Pema Chödron, dans son ouvrage « Entrer en amitié avec soi-même », explique qu’il ne s’agit pas de vouloir à tout prix se changer mais, écrit-elle, de nous lier d’amitié avec la personne que nous sommes déjà. Autrement dit, nous avons tous des qualités et des défauts qu’il faut savoir accepter. La douceur, continue-t-elle, est un sentiment de bonté à son propre égard…

> Je prends toujours l’autre en compte

Que tous les êtres soit heureux ! Qu’ils soient en joie et en sûreté ! Telles sont les propres paroles du Bouddha concernant la pratique de la bienveillance. De son côté, Matthieu Ricard insiste, dans « Plaidoyer sur le bonheur », sur la nécessité de prendre autrui en compte pour être heureux. L’altruisme représente donc la voie incontournable pour développer la bienveillance. S’il débute avec nos proches, il doit s’étendre plus largement à la société pour se déployer jusqu’aux personnes qui nous sont hostiles. En effet, la bienveillance se situe à l’opposé du fameux Œil pour œil, dent pour dent. Il ne s’agit donc pas de s’identifier à un agresseur en se comportant à l’identique.

> Je suis bienveillant à l’égard des situations difficiles

Juliette Tournand, coach et conférencière, a mis au point le concept de la stratégie bienveillante. Plutôt que de gérer les conflits, elle propose de les dépasser en partant du principe que la situation difficile est un tremplin pour aller plus loin. Afin d’illustrer son enseignement, Juliette Tournand prend appui sur sa propre expérience. Son employeur de l’époque offrait une forte résistance quant à la promotion de sa méthode. Plutôt que de lutter contre lui en développant de la malveillance à son égard, elle a accepté que cet homme n’était, à ce moment précis, pas prêt à innover. Confiante en ses capacités, elle nourrit alors le rêve de devenir son propre patron… Et elle le devint. La bienveillance consiste ainsi à accepter que tout obstacle, aussi difficile soit-il, est là pour que nous le transformions de façon évolutive, ce qui n’a rien à voir avec de la soumission…

> Je pratique la communication non violente
C’est surtout dans la communication que la malveillance œuvre de manière pernicieuse. Marshall Rosenberg, créateur de la méthode de communication non violente, explique fort justement que les mots peuvent être des murs ou des fenêtres. Sa technique repose sur l’accueil des sentiments de chacun, l’écoute empathique et l’utilisation du Je de positionnement respectueux de soi et de l’interlocuteur, plutôt que du Tu trop souvent accusateur. Exemple : la prochaine fois que votre conjoint est en retard, au lieu de lui asséner Tu n’es jamais à l’heure, tu m’exaspères, dites-lui Quand je vois la pendule tourner, je suis inquiète, j’aimerais être avertie…

En résumé

Il y a tout à gagner à pratiquer la bienveillance envers soi-même et envers autrui. Ce bon réflexe permet de savourer la magie de chaque instant de l’existence. Il tire des leçons du passé et prépare l’avenir comme un rêve à réaliser, telle la dimension spirituelle qui désire que l’Humanité prenne enfin conscience de l’incontournable nécessité de veiller chacun les uns sur les autres. Une utopie, diront les pessimistes, une réalité en devenir, s’enthousiasmeront les éternels optimistes…

 

source signe et sens

 

Publié dans:ACCORD, DEVELOPPEMENT, TOLERANCE |on 25 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Projet Conscience pour donner un sens

e28ee67a57dc73_XLÀ quoi bon tout ce cirque, me direz-vous ? Si le divin sommeille déjà en nous, quelle est l’utilité de venir sur Terre ? Pourquoi séjourner dans un monde matériel si nous n’avons rien à y acquérir et que tout est déjà en nous ? L’idée semble un peu tordue en effet. Pourtant, elle est loin de l’être. Avant d’entreprendre le voyage de l’incarnation, l’être est tel la goutte d’eau dans l’océan ; cette dernière en fait partie intégrante sans distinction, sans individualisation. Pour se connaître en tant qu’individu et pour reconnaître son unicité, elle doit s’extraire de l’océan et devenir une goutte. Ainsi seulement, elle peut être observée de manière individuelle par rapport à cet ensemble dont elle est issue. Il en est de même avec l’être humain. Les voyages sur Terre lui permettre de se détacher du monde de l’unité afin de s’observer et de prendre conscience de sa nature et de son potentiel.

Le cycle des incarnations sert l’ouverture de conscience de l’être ; ce que je nomme autrement « Projet Conscience ». Chaque être vient sur Terre pour recouvrer qui il est dans son essence profonde et quel rôle il joue dans ce tout dont il fait partie. Il a besoin de la matière – ce milieu d’expérimentation qui lui permet d’examiner ses pensées et ses émotions – pour prendre conscience de ce monde intérieur qui l’habite. Quand il se trouve dans le monde de la pensée abstraite (plan causal), dans le monde de la pensée concrète (plan mental) ou dans le monde des émotions (plan astral), il ne peut réellement en mesurer la portée. Le monde matériel le projette en dehors de ces mondes intérieurs et ainsi il peut saisir l’impact de ses pensées et de ses émotions parce qu’il les ressent dans le corps physique.

La Terre est donc un endroit privilégié d’observation à travers l’expérimentation. Le problème, c’est que durant l’incarnation, nous oublions complètement que nous venons ici-bas pour cela. Nous vivons l’incarnation comme si nous étions complètement déconnectés de ces mondes intérieurs et nous avons peine à comprendre la projection se déroule sous nos yeux. Cela est d’autant plus probant dans le monde matérialiste où tout nous ramène en dehors de nous. Plus nous accordons d’importance à l’extérieur, moins l’incarnation a de sens.

Nous ne venons pas ici-bas pour apprendre quoi que ce soit, car nous savons déjà. Nous sommes cette connaissance innée. Nous sommes l’amour, la joie et la paix. Mais ce qu’on nomme le voile de l’incarnation, c’est-à-dire cette sensation d’éloignement de notre essence créé par la présence des corps énergétiques et du corps physique, crée l’illusion d’être séparé de cette essence dont nous sommes issus. Le cycle des incarnations vise à retrouver cette sensation d’unité avec le tout – et donc ce savoir inné – tout en étant incarné. Pour cela, il est nécessaire de revenir au centre de soi. Toutes les expériences terrestres visent donc à ré-apprendre à être Soi unifié dans un monde de dualité. 

En quête de la mission de vie

Cela semble si simple, pourtant très peu de gens ici-bas savent ce qu’ils sont réellement venus accomplir. Plusieurs cherchent leur mission de vie sans jamais avoir la satisfaction de la trouver, parce qu’ils sont en quête de quelque chose à faire. Pour eux mission de vie est équivalent à profession, travail ou occupation. Or, c’est là où le bât blesse, car celle-ci ne se trouve par dans le FAIRE, mais dans l’ÊTRE. Nous ne venons pas sur Terre pour accomplir quelque chose, mais bien pour s’accomplir ; pour déployer l’amour ; pour vivre le bonheur ; pour rayonner la paix ; pour illuminer tout ce que nous côtoyons. La mission de chacun de nous est d’être pleinement conscient de cette essence lumineuse dans chaque geste, chaque ressenti, chaque pensée.

Le monde matériel permet d’expérimenter l’amour, la joie et la paix sous toutes leurs facettes. Chaque expérience incite à choisir consciemment ou inconsciemment ces états d’être. Il nous donne la possibilité d’observer ce que nous créons dans nos pensées abstraites et concrètes, dans nos émotions, nos croyances et nos perceptions, et d’en ressentir les effets dans le corps physique. Il permet de constater ce qui agit ou ré-agit face aux situations extérieures. L’action est issue du moment présent et est donc alignée sur une connexion à soi. La réaction provient d’un schème de pensée ou d’une émotion passée, et nous indique une zone de ce monde intérieur à explorer. Voilà toute l’utilité et la pertinence des séjours sur Terre. D’incarnation en incarnations, la conscience de qui nous sommes s’accroît grâce à l’expérimentation et au ressenti qui en découle. Ce que nous matérialisons en nous et à l’extérieur de nous devient de plus en plus empreint d’amour, de paix ou de joie.

Ultimement, ce ne seront plus les circonstances extérieures qui dicteront nos états d’être mais bien un choix conscient. À ce moment, nous maîtriserons notre monde intérieur et le cycle des incarnations sera achevé. Mais une question ici s’impose. Comment pouvons-nous utiliser au mieux chacune des incarnations pour clore ce cycle le plus rapidement possible ?

 téléchargement (1)

À la recherche des indices laissés sur la route…

La première étape est sans aucun doute de reprendre contact avec soi. Puisque tout part du monde intérieur, il est dès lors requis de prendre le temps d’observer les pensées et les émotions qui s’y trouvent. Cela peut sembler fastidieux si nous n’avons pas de mode d’emploi. Par contre, l’exercice devient fort passionnant, mais une des pistes intéressantes pour mieux s’y retrouver est de retracer la leçon fondamentale. Elle pourrait aussi se nommer « ligne directrice de l’incarnation ». Avant de venir sur Terre, l’être se fixe des buts et objectifs d’ouverture de conscience à atteindre. Les événements du quotidien seront donc tous orientés vers cette fameuse ligne directrice. C’est elle qui tisse la trame de fond de l’incarnation. Il y a cinq grandes lignes directrices : l’amour de soi, la plénitude, la valorisation, la loyauté et la tolérance.

Mais de quoi parlent ces lignes directrices ou ces leçons fondamentales ? Si l’on peut les résumer à leur plus simple expression, on pourrait dire que chacune d’elles est une facette de l’amour inconditionnel. D’abord et avant tout, elles nous plongent au cœur de l’expérience de l’amour de soi pour ensuite nous apprendre à estimer à sa juste valeur cet être et lui accorder l’attention qu’il mérite. Ainsi, les relations aux autres et au monde extérieur nous reflètent l’état de l’amour que nous dédions à notre être. C’est souvent pour cela que nous avons de la peine à saisir le sens des événements, car nous cherchons au dehors une explication à tous les manquements d’amour que nous expérimentions dans ces relations.

Il est donc beaucoup plus facile d’observer le monde intérieur quand cette ligne directrice est connue, car c’est elle qui permet de donner un sens à ce qui arrive au quotidien. Comment la trouver alors ? En observant les indices émotionnelles rattachés aux cinq blessures fondamentales (rejet, abandon, humiliation, trahison et injustice). On trouve d’autres indices dans ce qui a été vécu lors de la naissance : siège, cordon autour du cou, césarienne, utilisation de forceps, arrivée en avance ou en retard, etc. Certains indices s’observent dans le comportement relationnel, dans la répétition cyclique des crises émotionnelles ou des grands passages à vide de l’incarnation. Enfin, d’autres se révèlent en fonction du cycle énergétique dans lequel on se trouve.

Toutes ces informations sont telles les pièces manquantes d’un grand puzzle. Une fois emboîtées les unes aux autres, elles viennent lier les événements de l’incarnation entre eux et donnent une image claire de cette ligne directrice. C’est là que se révèle le sens profond à toute notre histoire. 

Sortir du cocon

La ligne directrice est une clé majeure pour dénouer bien des impasses de l’incarnation. Elle permet aussi d’éviter des écueils émotionnels dans lesquels il est facile de s’empêtrer en l’absence de cette information cruciale. Bref, c’est là tout l’intérêt de connaître le fonctionnement du processus de la naissance et d’y découvrir quels sont les enjeux de transformation que l’être s’est fixé au tout début de son incarnation.

Pour devenir créateur de sa vie, il faut comprendre les règles qui la sous-tendent. C’est cela qui nous permet de sortir du cocon et d’accélérer l’ouverture de conscience. Il ne s’agit pas ici de vouloir court-circuiter un processus essentiel. Bien au contraire ! Cette connaissance permet d’en suivre le mouvement en toute conscience et d’en décupler les effets.

Qui plus est, ces nombreuses expérimentations de transformation vécues en cours d’incarnation nous prédisposent à vivre le passage de la mort avec une plus grande sérénité. Le contact avec les mondes intérieurs durant l’incarnation permet de mettre en lumière les peurs, les doutes, les croyances, les formes-pensées qui nuisent à l’état de paix profonde et de s’en libérer. Le travail de trépas en est donc fortement allégé et écourté.

Chaque jour présente des situations pour naître et mourir à soi. Savons-nous les reconnaître et surtout saisir les occasions de transformations qu’elles nous proposent ? Chacune d’elle est en fait une invitation à se libérer de tout ce qui nous éloigne du bonheur et donc de nous-mêmes. Chaque instant est un appel à soi ; un rappel à l’amour.

Accepter cette invitation, c’est oser naître à soi ; c’est dire consciemment « oui à la Vie ! » Je vous souhaite de nombreuses naissances, toutes les plus merveilleuses qui soient !

 source Sylvie OuelletAuteure, conférencière, formatrice - site : www.sylvieouellet.ca

Publié dans:VIES ANTERIEURES |on 25 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Retour sur « les enfants indigos »

 

Enfants_IndigoAu cours des dernières années, on a beaucoup entendu parler d’une nouvelle migration d’âmes vers la planète terre : les enfants indigo. Mais de quoi peuvent bien retourner ces enfants, dont les tous premiers ont passé la cinquantaine et dont le plan collectif a récemment été activé, pour les tirer enfin de leur apathie ou de leur léthargie, explicable par une grande nostalgie spirituelle. Ceux que l’on peut considérer comme leurs précurseurs n’ont pas hésité à se démarquer des gouvernements et des lois obsolètes qui régissent notre société pour le plus grand malheur de la planète. Jusqu’à présent ces précurseurs étaient des êtres d’exception, ils représentaient un phénomène marginal qui suscitait peu d’éveils de consciences parmi les multitudes. Ils étaient, aux mieux, qualifiaient d’originaux, au pire de fou, voire de débiles mentaux. Il est heureux que ces êtres singuliers se soient multipliés et qu’une nouvelle génération prenne la relève à notre époque où nous devons choisir entre la survie de la Terre et le pillage quotidien de ses richesses au service d’un « mieux être » totalement aléatoire et illusoire, entre anéantissement et Vie Nouvelle.

 » Les enfants indigo représentent les âmes de la Nouvelle Race terrestre, prophétisée depuis longtemps, qui naissent avec une enveloppe de cette couleur et qui sont destinés à modifier la biologie humaine et à élever la fréquence vibratoire de la planète. De naissance, ils apportent une fréquence beaucoup plus élevée que celle que les êtres humains ont connue jusqu’à présent, dotée d’une dualité de conscience différente et disposant de caractéristiques physiques et psychiques uniques. Ils ont une conscience plus claire de ce qu’ils sont, se savent intuitivement des créatures de l’Univers chargées d’un destin encore indescriptible, plutôt que lancés dans une période d’apprentissage. Pour eux, la vie n’est pas une école, mais un jeu amoureux. Ils ont la faculté de changer leur fréquence vibratoire à volonté, comprennent de façon innée certains problèmes très complexes, naissant souvent sans karma ni souvenirs de leurs vies antérieures. 

Les enfants indigo ne sont pas forcément les enfants éclairés du Nouvel Age, disposant du même libre arbitre que les autres, relativement à la découverte d’eux-mêmes, sauf qu’ils sont mieux équipés pour l’affronter. L’aspect négatif de leurs caractéristiques consiste dans le fait qu’ils peuvent engendrer des graves conflits de personnalité, si leur entourage ne sait les reconnaître et s’adapter à eux. Leur majesté naturelle peut être confondue avec de l’entêtement, de la provocation, de l’obstination ou du caprice, alors qu’ils ne font que témoigner qu’ils sont plus conscients de leur propre valeur que l’ancienne garde. Frustrés ou incompris, ils seront portés à se replier sur eux-mêmes et à perdre confiance en eux. Aussi faut-il savoir les accueillir convenablement. Les traits dominants des enfants indigo gravitent autour de la haute estime qu’ils ont d’eux-mêmes et de leur intégrité à toute épreuve. Ils peuvent lire dans les autres comme dans un livre ouvert, capables de neutraliser leurs motifs secrets ou leurs tentatives de manipulation de manière infiniment subtile, percevant même les motifs voilés que les autres portent sans en avoir conscience. Ils naissent avec cette détermination qui les pousse à se débrouiller seuls et ils n’acceptent de l’aide de l’extérieur que si elle leur est offerte avec respect, leur laissant le libre arbitre. 

Les enfants indigo ont une grande soif de connaître et absorbent tout comme une éponge, si le sujet les intéresse. Ils apprennent mieux dans l’expérience concrète que dans les concepts abstraits. Ils engendrent d’eux-mêmes les problèmes et les situations nécessaires à leur évolution. Ils donnent le meilleur d’eux-mêmes s’ils se sentent traités selon leur maturité psychique, maîtres dans l’art de retourner la balle. Les enfants indigo démontrent une attitude très critique, jamais conformiste, résistant naturellement à toute demande malhonnête, se sentant le droit de le faire. Ils mettent au défi celui qui se donne un rôle qu’il ne sait pas tenir, l’aidant à identifier ses vieux schèmes subtils de manipulation, qui ne fonctionnent jamais avec eux. Ils détiennent souvent, de façon inconsciente, des dons de guérison ou d’harmonisation. Ils passent régulièrement par des phases d’attraction et de répulsion pour équilibrer leur monde intime au milieu social ambiant. Ils évaluent toute situation en déterminant les actions à poser en fonction de ce qu’ils veulent expérimenter, non à partir d’un défi ou de la relation de rivalité qu’on leur propose. Ils requièrent en tout temps un environnement sécurisant, car ils ne parviennent à explorer leur univers qu’à cette condition, ne pouvant s’investir que lorsque la confiance prévaut. Ils ne parviennent à exprimer leur vision différente de la vie que dans un contexte de sécurité. Et, selon la manière qu’on les traite, ils deviennent source de joie ou source de problèmes. Avec eux, chaque événement devient une occasion d’éveil. 

Les enfants indigo ramènent toujours tout au moment présent, rappelant constamment l’importance du jeu, du rire, de l’humour et de la liberté. Leur regard pénétrant lit les âmes et remémore à chacun le but de leur existence. S’ils ne sont pas freinés par l’autorité, ils suivent leur chemin et jouent parfaitement leur rôle sur la Terre, mais s’ils sont contrecarrés par elle, ils deviennent des casse-pieds, des provocateurs ou des êtres dysfonctionnels. Ils viennent sur la Terre pour servir leurs parents, leurs amis et la planète à titre d’émissaires du Ciel et de porteurs de la sagesse, à la condition qu’on leur laisse jouer leur rôle. Ils possèdent leurs idées propres, reflétant une énergie et une connaissance nouvelles, livrant des messages qui dépassent les connaissances des générations précédentes. Ils aident chacun à trouver sa vérité, sa paix et son être. Ils savent ce qu’ils sont venus faire sur Terre. Ils sont en contact avec leur Enfant intérieur. Ils sont spontanément rejetés ou adulés par ceux qui ne sont pas de leur tonus vibratoire. Ils tolèrent mal les incohérences et savent le faire savoir. Spontanés, ils s’énervent en présence d’idées ancrées qu’ils ne partagent pas. Ils ne demandent qu’une chose, qu’on les laisse être ce qu’ils sont, sans les projeter dans le futur, ce qui est pour eux une violation de l’immédiateté et une interférence au présent. 

Les enfants indigo requièrent plus d’attention et d’affection que les autres. Pour eux la vie est trop précieuse pour qu’ils attendent passivement, aussi cherchent-ils à améliorer le destin pour que ce qu’ils veulent se produise et arrive tout de suite. Ils ne peuvent imaginer qu’un être agisse autrement que par Amour. Ils semblent souvent offrir un déficit d’attention ou être affligés d’hyperactivité, car ils s’intéressent grandement aux valeurs spirituelles et intangibles et que leur pensée n’est pas linéaire, mais multidimensionnelle. 

Les enfants indigo sont des créateurs géniaux. Ils sont très aptes à gérer la vie qu’ils partagent avec l’Humanité, se sachant uniques et spéciaux. Ils ne répondent pas aux commandements d’autorité, d’où il faut sans cesse leur présenter des alternatives intelligentes. Il faut leur expliquer le motif licite de toute demande. Ils respectent l’autre dans la mesure où celui-ci sait prendre le temps de lui fournir des réponses sensées. Ils savent désarçonner ceux qui leur commandent avec autorité, refusant de les écouter. Ils réagissent mal aux critiques négatives, s’attendant plutôt à être soutenus dans leurs efforts. Il faut éviter de pousser les enfants indigo, car ils préfèrent agir d’eux-mêmes. Ils n’acceptent pas les réponses péremptoires et sans explications. Pour eux, la qualité de la communication fait foi de tout. Si on ne répond pas à leurs questions, ils croiront qu’on n’a pas de réponses à leur fournir et ils iront chercher ailleurs. Il faut leur dire ce qu’on éprouve. Avec eux, Il faut tenir ses promesses ! 

Dans leur jeunesse, ils sont portés à faire des mauvais coups, quand ils sont dépités ou s’ennuient, mais jamais pour nuire. Alors, il faut parfois leur laisser dominer la situation et prendre l’initiative. Ils savent faire partie de la famille dans laquelle ils sont nés, d’où ils revendiquent leur droit de veto. Ils obligent qu’on mette en pratique ce qu’on prêche. Comme ils ont naturellement confiance en eux, ils ne coopèrent qu’avec ceux qui sont transparents avec eux et qui évitent de les pousser, sinon, ils se rebiffent et ils restent sur leurs positions. On doit devenir flexible par rapport à ses opinions personnelles et à ses attentes à leur endroit. Seules leurs forces peuvent déterminer leurs limites, non l’inverse, et il faut leur demander leur aide pour fixer ces limites. Ils demandent toujours à être traités comme des adultes et des égaux, car ils sont des vieilles âmes. Ils n’établissent jamais leur notion du respect en fonction de l’âge d’un sujet, mais en regard de son intégrité. Si on compte sur sa sympathie, il faut accepter qu’ils puissent apprendre quelque chose de soi. 

Les enfants indigo sont incapables de cacher quoi que ce soit, car ils sont profonds, honnêtes et sages. Ils ne respectent pas celui qui abandonne la partie, n’accomplit pas son rôle jusqu’au bout, les laisse tomber. Ils honorent celui qui sait revenir sur ses positions, s’il s’est trompé, car ils ne s’attendent pas à ce qu’un autre soit parfait. L’ennui peut les rendre cyniques et arrogants, d’où il faut toujours leur offrir des nouveaux défis, les tenir occupés physiquement et intellectuellement. Il faut les accompagner patiemment dans leur processus de découvrir le but de leur existence. Ils excellent dans un environnement où les limites sont clairement établies : ils aiment savoir ce qui est acceptable et ce qu’il est permis d’expérimenter ou d’employer à l’intérieur de ces limites. Comme ils changent rapidement, il faut faire preuve de souplesse, dans l’établissement de ces limites, tout en restant ferme et juste. 

Très ouverts, les enfants indigo ont besoin de se sentir accueillis, intégrés et appréciés, de recevoir des messages positifs et valorisants. S’ils se sentent dans un milieu positif et chaleureux, ils développent leur confiance, savent grandir, apprendre, fournir des efforts et créer. Ils sont venus pour faire voir l’Humanité sous un autre éclairage, guider les êtres vers une nouvelle conscience d’eux-mêmes et faire comprendre une existence fondée sur l’intuition. Ils veulent être naturels en tout temps, rester eux-mêmes, spontanés, sans artifices, énoncer leur vérité simplement telle qu’ils la perçoivent et réagir à chaque situation de la vie de façon créative, en posant le geste juste et en prenant l’attitude qu’il faut. En retour, ils s’attendent à ce qu’on le discipline avec amour, en protégeant sa nature particulière, qu’on l’aide à développer son sens des responsabilités, ses ressources et ses talents, à comprendre le sens de la bienveillance et de la tolérance, à devenir l’être qu’il enfant-gaiaest essentiellement. 

Les enfants indigo demandent qu’on reconnaisse leur valeur et qu’on les traite avec dignité et respect. Il faut les aider à faire des choix judicieux dans un climat de compassion et d’intégrité. Fondamentalement, ils portent en eux, dès la naissance, le respect de leur Essence divine et la conviction inébranlable d’être des Fils de Dieu. Voilà pourquoi ils sont si rebutés par un être qui n’est pas conscient de son Essence, n’assume pas son rôle ou son contrat de vie, n’exerce pas sa responsabilité parentale, n’agit pas comme un modèle qui les inspire. Ils ont horreur de la malhonnêteté, de la culpabilité, du mensonge et de la manipulation. Ils pousseront à bout celui qui ne mettra pas de balises et s’écrasera devant son rôle ou sa responsabilité. 

Avec les enfants indigo, l’Amour est la clef. Ils apprennent par le jeu et le rire. Ils ont souvent l’impression d’être un roi travaillant pour un paysan, mais considéré comme un esclave. Ils ressentent un sentiment de solidarité avec le destin de la Terre où ils savent ne pas être nés au hasard, mais par choix et synchronicités. Il n’existe pour eux aucune confusion à ce sujet, car pour eux rien n’est dissimulé. Ils ont conscience de leur Famille spirituelle. Ils comprennent le concept multidimensionnel du maintenant. Ils possèdent la faculté du déjà-vu, la sagesse du passé. Quand ils feignent d’apprendre, ils sont en train de se souvenir, car ce qu’ils apprennent n’est pas vraiment nouveau pour eux. Bien que leur contrat soit individuel, leur but est collectif. Et ils entendent l’exercer dans la sérénité et l’équilibre. 

Les enfants indigo sont surtout marqués par leur détermination à tout changer sur Terre, par leur estime de soi sans limite, presque superbe, et la conscience de leur valeur. 

Les enfants qui naîtront après 2012 seront des médiateurs et des pacificateurs, remplis d’une grande tolérance et d’une grande compassion. Ils accompliront des exploits prodigieux. Mais, depuis le tournant du millénaire, nous sommes déjà passés à des vagues d’enfants de diamants ou d’enfants arc-en-ciel. Alors, imaginez la marge de conscience et les conflits entre générations. Car ces jeunes, apparemment révoltés, ne se laisseront jamais marcher sur les pieds ou imposer n’importe quoi. Celui qui voudra s’insérer dans leurs rangs gagnera à faire preuve d’intégrité et d’une grande lumière. À cette première vague d’âmes nouvelles, destinée à accélérer le processus de l’Ascension planétaire, a succédé une vague d’âmes de cristal, de diamant et arc-en-ciel, qui vont pousser encore plus loin le raffinement des vibrations humaines et planétaire. «  

Texte de Bertrand Duhaime (Douraganandâ)  

Publié dans:ENFANTS |on 22 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Une vision Astrologique

 

Zodiaque_de_DenderahIl ne faut pas oublier que les interactions des astres sur la planète terre suivent aussi des lois alchimiques, et comme tous les mélanges, selon la dose et le degré, il peut y avoir une explosion ou pas, une petite fumée ou pas, un éclair ou pas, et étant donné qu’il s’agit de mélange, de dose, l’homme a son mot à dire dans ce mélange. Il peut accepter ce mélange qui vient sur lui, ou sur la nation, et y mêler sa propre vibration ou celle de sa conscience, ce qui va complètement changer l’aspect du dosage. 

L’astrologie peut être très précise dans la mesure où l’on considère seulement un petit groupe de gens ou une région bien déterminée. Chaque fois que l’astrologie, où que l’astrologue,essaie de s’écarter de quelque chose de minoritaire pour aller vers le majoritaire, il y a de plus en plus de chances pour que le dosage subisse des interactions d’entreprises personnelles. À ce moment-là, tout est possible, le bien comme le mal.

Que dire des situations astrologiques, dans les grands changements mondiaux par exemple?

N’oublions pas que chaque individu a son astrologie et que chaque individu est porteur lui-même d’une sorte de karma ou de mission. Un individu qui est président d’un pays, ou ministre d’un pays, ou président d’une énorme et gigantesque société, est sous le charme vibratoire de ses planètes. À ce moment-là, ses planètes n’exercent plus une puissance sur l’individu, mais directement sur la société, sur son pays, ou sur ses affaires.

Si bien que le thème astrologique d’un président n’est plus le thème astrologique du président nommé et personnel. Le thème astrologique devient celui de la nation, ou de l’exercice des fonctions de cet homme. Parce que lui dirigeant, lui influençant les directives, va servir de canal pour que ses étoiles agissent à un niveau plus universel.

Ce qui est un petit peu moins sûr, c’est d’établir des thèmes à propos de la naissance d’une nation, par exemple, et ainsi déterminer la vie de la nation par rapport au jour et à l’heure de sa fondation. Non pas que cela soit faux, mais en fait, ifaudrait superposer les thèmes. Superposer le thème du président, du ministre, ou du conseil qui agit, plus le thème de l’heure du jour où la nation a été fondée, et voir ce qui peut correspondre ou s’entrechoquer dans ces deux thèmes.

En faisant ces analyses, vous aurez en même temps l’heure et le jour du départ du président et du ministre. Si le thème de cet homme entre un jour  en conflit avec celui de la masse, il va être expulsé.

Maintenant peut-on prédire, par exemple, les tremblements de terre, les raz de marée, les grands incendies. À cela je réponds oui, je réponds non, parce que pour qu’une planète exerce pleinement son pouvoir bénéfique, ou destructeur, il faut en quelque sorte que les hommes y consentent pleinement. Une astrologie de groupe est une astrologie où l’individu admet comme la masse. C’est une astrologie qui concerne le karma de la nation, le karma de la race, le karma de la terre.

Mais ce qui va permettre à l’homme d’éviter par exemple un tremblement de terre qui pourrait survenir dans un pays, si l’homme en est suffisamment conscient avant qu’il n’arrive, sa première réaction va être de sublimer en quelque sorte la pulsation éthérique du pays ou de la région où il habite, et cela va changer le dosage dans la petite éprouvette.

Prenez l’aura éthérique d’un pays qui est trop matérialiste, avec des problèmes de société, de la délinquance, du chômage, et mettez dans le ciel une opposition de deux planètes très fortes qui ne peuvent que produire, d’après la formule, un tremblement de terre ou un retournement politique, et faites ce mélange. Ces étoiles en s’opposant, en se contrariant, vont rencontrer l’aura éthérique de ce pays déjà en tremblement, alors, ce tremblement de terre ne pourra qu’avoir lieu. Mais si les individus sont plus évolués, plus calmes, plus stables, alors il n’y aura rien. Simplement par-ci, par-là, il y aura des individus un peu plus distraits que d’habitude, un peu plus agressifs peut être, si ces planètes en opposition existent aussi dans leur propre thème bien sûr. On peut tout dire avec l’astrologie, et à la fois ne rien dire.

L’homme est libre. Il n’est soumis à aucune force, même pas celle du bien, même pas celle de Dieu, puisque vous faites ce que vous voulez en vérité.

L’homme se sert de l’astrologie comme d’un parapet afin d’aller vers une voie sans s’arrêter, sans qu’il y ait justement de stagnation et d’involution. Si les hommes n’étaient pas quelque part secoués, et ils le sont parfois par des énergies, ils n’arriveraient à rien. Si son thème lui donne tel ou tel problème, telle initiation, telle épreuve, tel karma, l’homme va pouvoir avancer, même si, lui, au fond il n’en a rien à faire.

Mais coûte que coûte les Seigneurs du karma, les Seigneurs de l’évolution sont là pour opérer invisiblement, grâce aux énergies planétaires, à conduire l’individu jusqu’à son point d’évolution prévu.

Ensuite il y a le côté purement initiatique de l’astrologie. Un certain degré de la vibration planétaire n’est plus une vibration qui conditionne, mais qui initie. Parce que si l’homme est libre, pour devenir cet ange puissant, ce roi solaire, comme il vit sur le plan physique, il faut qu’il ait d’abord une forme, et cette forme lui est donnée par les astres. 

Je ne parle pas de forme corporelle. Je parle de forme en temps que schéma d’identité. Schémas qui sont autant de projections psychologiques, autant d’ombres sur le mur de la caverne, tout autant d’Abel et de Caïn en train de s’entre-tuer. Mais pour que l’individu arrive à un discernement, pour qu’il arrive à une zone de conscience où il se sent individuel et où il peut ordonner, comme un Roi ordonne, avant qu’il n’arrive à cette puissance et à ce rayonnement de la conscience, il doit être façonné sur un plan d’abord très psychologique, ensuite sur un plan astral, puis sur un plan mental.

Puis un jour, lorsqu’il y a cette initiation, ce passage, du centre du cœur au centre de la tête, il quitte cette forme. Tout ceci est une nécessité pour vous. Sinon, vous resteriez dans un magma informe d’idées qui n’ont ni suite, ni début, ni fin.

Les âmes, à l’origine, sont comme des graines autour d’une grappe de raisin. Elles sont accolées comme des substances et elles naviguent les unes contre les autres, elles glissent, se rendant à peine compte que l’autre existe, qu’elle-même existe, et elles sont plongées dans un rêve. Un rêve où il y a ni espace, ni temps, ni même appréhension des choses. Une morbide éternité, en fait.

Cette substance n’a aucune idée de ce qui est beau, grand, cosmique et de ce qui est matériel. Il faut donc lui donner une forme, afin qu’elle puisse appréhender les choses, les intelligencer, se repérer à côté d’elles et à côté des autres. Tout cela pour vous édifier un mental, un discernement. La vie est entièrement située au niveau de la conscience. Toute votre évolution, tout ce qui a été mis en œuvre pour votre évolution, se situe, en travail, au niveau de la conscience.

Extrait source : www.conscienceuniverselle

Publié dans:ASTROLOGIE |on 22 avril, 2015 |Pas de commentaires »

QUOI FAIRE D’UNE SCIENCE DES NOMBRES

 

Mathematikum Giessen, apprentissage des mathematiquesLe nombre n’est pas une onde de forme comme cela se présente pour le pentacle. Le nombre est une combinaison de chiffres, et c’est le chiffre qui compte. Le chiffre en lui-même ne représente rien. Il représente subtilement un principe. Quand il y a combinaison de principes, il y a combinaison des énergies, et c’est pour cela que les nombres sont capables d’une action, sont capables d’exorcisme comme d’envoûtement.

C’est pourquoi aussi ils restent toujours autant déterminants dans l’accomplissement des grandes architectures. Qui veut bien bâtir, ne peut pas bâtir autrement que par la science des nombres.

Le nombre est né du chiffre, le chiffre étant lui-même dépositaire d’une connaissance que l’on pourrait nommer Kabbalistique. La connaissance de la Kabbale représente les secrets dévoilés sur toute la structure cosmique.
Voilà pourquoi il est bon d’utiliser cette science et pourquoi elle fonctionne. Mais entrer en détail dans le pouvoir de chaque chiffre me demanderait véritablement trop de temps. Des écrits ont paru, la connaissance a déjà été donnée à ce propos.

Lorsque vous voulez acheter un livre concernant cette science, ce que je vous conseille ce n’est pas d’acheter un titre, mais un auteur. Dans la préface, regardez à quels renseignements cet auteur se réfère. S’il se réfère à des connaissances du passé, cela est bon.
Je vous le répète, la science est la science, qu’elle vienne du passé ou qu’elle soit du présent, c’est la religion qui doit changer. Donc, si l’individu semble se référer à des textes anciens, à des connaissances anciennes, alors achetez ce livre. Si c’est le petit intelligent du coin qui essaie de faire, en quelque sorte, sa combine, n’achetez pas.

À l’heure actuelle, il y a beaucoup trop de livres dans ce sens, d’où le besoin pour vous d’exercer sans cesse votre discernement. Avec l’extériorisation de la hiérarchie, l’extériorisation des énergies qui viennent et qui amènent les hommes à exprimer ce qui était caché, tout un chacun peut finalement prendre un mystère, écrire un livre, faire une conférence, s’installer comme prêtre, s’installer comme Maître et diffuser son enseignement, créer sa structure, vendre son produit.

C’est le risque. De la même manière, avec l’énergie, l’individu peut faire de la magie noire ou de la magie blanche. Tout est donné maintenant, mais l’individu, s’il a un fond quelque peu spéculateur ou profiteur, va essayer d’exploiter ce domaine. Et puis, il y a ceux qui agissent, non pas avec l’idée du profit, mais avec un manque d’intelligence. C’est-à-dire que s’intéressant au sujet, ayant fait des études, voulant en fait être un porte-parole, mais n’ayant pas suffisamment de connaissances, il se croit capable de s’exprimer.

C’est à vous d’avoir le discernement nécessaire. Sur la terre, à l’heure actuelle, il y a de nombreux gourous. Êtes-vous allés chez tous les gourous ? Non. Vous essayez de savoir quel est le meilleur et le plus juste. Dans la littérature, dans la connaissance par les livres, c’est pareil, essayez toujours de voir ce qui est juste. Ne vous lancez pas dans la lecture de n’importe quoi parce que le titre est bon. Il faut savoir si le contenu est bon.

Publié dans:CHIFFRES |on 20 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Quand la couleur guérit

 

a3e3fc9e8e7d4La couleur, loin d’être un ornement superflu, teinte notre monde et nous informe de beaucoup de choses. Pourrait-elle parfois nous aider à retrouver notre équilibre ?

« Toutes les cultures dans l’antiquité utilisaient la couleur, la lumière pour guérir. A partir du 19e siècle des pionniers ont commencé à développer des systèmes plus cohérents et complets », rapporte le physicien Anadi Martel, président de l’International Light Association – l’association internationale de la lumière. En 1903 le Dr Neils Ryberg Finsen reçoit le prix de Nobel de médecine pour son utilisation de la lumière dans le traitement de la tuberculose. Depuis les années 1990, nous voyons une explosion de publications sur les effets thérapeutiques des couleurs et de la lumière. 

Les souris du laboratoire de recherche sur l’épilepsie de la Faculté de Chatenay Malabry sont exposées pendant un temps précis à la lumière jaune de la Chromatothérapie. Leurs crises épileptiques disparaissent ou durent nettement moins longtemps qu’à l’accoutumée. Ces recherches font l’objet d’une publication scientifique par les professeurs Nicole Page et Pierre Bac et le Dr Agrapart. « Nous avons pu constater qu’en utilisant le jaune pendant 50 secondes, les souris étaient protégées des crises d’épilepsie et que cela avait des effets supérieurs à de nombreux antiépileptiques », rapporte le Dr Christian Agrapart, neuropsychiatre, acupuncteur et fondateur de la Chromatothérapie. Etonnant. Devenues très tendance, les approches thérapeutiques utilisant la couleur et la lumière semblent offrir des pistes prometteuses.

Et la lumière fût

Couleur ? Lumière ? Pourquoi parler des deux ensembles ? « La lumière est une octave de fréquence dans le spectre électromagnétique. Cette octave est perçue par notre système visuel comme une série de couleurs : les couleurs de l’arc-en-ciel », explique Anadi Martel par ailleurs co-inventeur du Sensora – un système de soin utilisant des stimuli lumineux. Tout comme nous le voyons lorsqu’un prisme décompose un rayon de soleil, le rouge, l’orange, le jaune, le vert, le bleu, le violet… sont des fréquences particulières de la lumière, des vibrations lumineuses. Ainsi, parler de couleur nous conduit inévitablement à parler de lumière.« Il suffit de choisir une longueur d’onde dans la bande de rayonnement de la lumière pour voir apparaître une couleur. Mais le terme de couleur ne veut pas dire grand-chose. Il y a des milliers de rouges avec des longueurs d’ondes différentes, comme il y a des milliers de bleu ou de vert. Il convient de définir exactement le rayonnement électromagnétique avec lequel travailler », complète le Dr Agrapart soucieux d’exactitude.

Et c’est parce que la matière de notre organisme serait elle-même vibration, qu’une fréquence lumineuse pourrait interagir avec. En effet, la mécanique quantique nous informe que nos atomes sont composés de particules élémentaires qui sont par essence des paquets d’ondes – sauf lorsqu’ils sont mesurés auquel cas ils deviennent des particules. Nous savons aussi maintenant que l’organisme humain émet à tous les niveaux – atomique, moléculaire, cellulaire… – des ondes électromagnétiques. Cela est par exemple illustré par l’utilisation dans le milieu médical de procédés comme la magnéto ou encéphalographie, l’image à résonnances magnétiques, des procédés qui captent nos signaux électromagnétiques. Ce n’est plus un mystère : notre corps physique est aussi un « corps énergétique ». Et ce n’est rien de nouveau. De nombreuses traditions parlent de l’existence d’anatomies énergétiques – méridiens d’acupuncture, chakras, nadis, aura… « L’idée est que la matière est une densification de la lumière et que différents stades de densification existent autour du corps physique. Cela forme des enveloppes énergétiques qui s’emboitent comme des poupées russes », indique le Dr Dominique Bourdin, co-élaborateur de la Chromothérapie. 

Dialogues colorés

« Lorsque nous comprenons que l’organisme est un ensemble de fréquences, nous comprenons que les couleurs qui sont des vibrations lumineuses spécifiques, peuvent entrer en résonnance avec ses différents niveaux. Tout le travail consiste alors à étudier les couleurs et mesurer les modalités de leurs interactions avec les organismes vivants, afin d’avoir un effet thérapeutique », renseigne Ma Prémo, psychothérapeute co-développeuse du Sensora. Choix des fréquences lumineuses, de la zone et du mode d’application sur le corps humain, élaboration d’un temps et d’un rythme d’exposition… Les possibilités sont nombreuses. Utilisation de pigments, de supports colorés, de filtres de couleurs, de lasers de faible niveau, de lumière continue ou pulsée, d’applications externes ou interne… Il n’existe pas « une » forme de thérapie par la couleur, mais de multiples alternatives qui sont plus ou moins simples et accessibles par tout un chacun, ou médicales et nécessitant une technologie avancée. 

Les effets ? Nombreux. Tant sur le plan physique, qu’énergétique ou psychologique. « Prenons une maitresse de maison qui vient de se brûler. Vous irradiez. La douleur disparaît dans la demi-heure qui suit et la cicatrisation se fait en 24h. Une autre possibilité est de travailler sur les yeux auquel cas, vous informez directement le cerveau. Cela peut avoir un impact sur les déséquilibres psychiques. Enfin, vous pouvez travailler sur les points d’acupuncture, l’approche devient encore plus complexe », spécifie le Dr Agrapart, neuropsychiatre et acupuncteur. « J’ai vu des cas qui frisent le miracle. Des personnes descendues à 35 kg à cause de cancers très avancé, ont repris leur poids normal en l’espace de deux mois et certaines se sont guéries. Et c’est sans compter les résolutions émotionnelles que nos soins peuvent provoquer », rapporte le Dr Bourdin qui propose, entre autre, avec la Chromothérapie des cycles de couleurs. Certaines expériences d’élargissements de conscience pourraient même être au rendez vous. 

Voyages psychiques

« Le cerveau a cette tendance naturelle d’entrer en résonance avec un stimuli externe. Lorsque nous l’exposons à des pulsations lumineuses, nous pouvons l’entrainer à aller dans des fréquences correspondant à différents états mentaux. Nous pouvons donc induire des états de conscience élargies qui peuvent être utiles dans le traitement de troubles psychologiques », renseigne Anadi Martel. 

Gisèle, qui souffre de dépression, est allongée sur le fauteuil du Sensora. Plongée multisensorielle : la séquence de couleurs proposées est accompagnée d’un bain sonore, le fauteuil sur lequel elle est allongée lui impulse aussi de fines vibrations. Gisèle se détend progressivement. Surprise, elle se voit dans un lac, accompagnée d’un enfant. L’expérience est intense, elle sent qu’il se joue des choses importantes pour elle. Percevant des trésors au fond du lac, elle fait rentrer l’enfant à l’intérieur d’elle afin de le protéger et de pouvoir plonger. « Là je vois des rayons, des couleurs, la vie, les poissons qui sourient, le sable doux. Ils nous bercent dans leur valse », témoigne-t-elle. Gisèle a la sensation d’être redevenue entière. Elle se sent en contact avec une source de vie précieuse qui lui fait comprendre que tout ne fait qu’un. Cette séance sera décisive dans la progression de son état. « Cette combinaison particulière d’éveil et de relaxation est induite par la modulation de lumière, sans aucun effort conscient de la part des sujets. Elle a des points communs avec les états méditatifs et possède un grand potentiel d’intégration thérapeutique », conclu une étude clinique menée en 2013 sur le Sensora et publiée dans le Journal of advances in Mind-body medicine. La couleur pourrait être aussi nous faire voyager dans d’autres dimensions ?

dossier INREES

Publié dans:LUMIERE |on 20 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Message aux enfants nouveaux

 

Oui, vous avez probablement lu sur des milliers de sites web que vous étiez spéciaux et que vous étiez différents. Quelque chose que vous savez déjà. À moins que vous soyez un enfant diamant, car dans ce cas, vous n’avez sans doute pas trouver beaucoup d’information à ce sujet.

Pourquoi êtes-vous là ?

Pour ÊTRE LÀ.

ENF

Beaucoup d’entre vous auront des dons extraordinaires, et certains en posséderont un, très subtil. Celui dont je parle ne se voit généralement pas ni ne se reconnaît aussi facilement tels que le sont le chant, la peinture,  l’écriture, les sciences, la danse ou toutes les autres formes d’expression créative que les humains possèdent.

Non, le don dont je vais vous parler est celui qui vous fait vous démarquer des autres individus sur Terre, même celui des enfants indigo, enfants de cristal, enfants arc-en-ciel et enfants diamant.  Vous êtes ici car vous avez besoin d’ ÊTRE ICI.

Comme tous les autres enfants, vous ressentez le sentiment d’urgence et le besoin d’accomplir votre mission, mais vous savez que cela va au-delà de la paix sur terre, de l’expression de l’amour, du fait de changer la société ; même si tout cela est magnifique et nécessaire, ce n’est là qu’une autre expression de l’illusion. Il se peut que vous ayez de nombreuses compétences et aptitudes, si nombreuses en fait qu’il vous est impossible d’en choisir une et de vous en réclamer.

C’est parce votre aptitude particulière n’est même pas connue de la plupart des humains. Cette aptitude unique que vous avez amenée avec vous, mes frères et sœurs, est celle de servir de canal au Divin sur Terre. Pour y arriver, vous n’avez nul besoin d’écrire des livres, peindre des tableaux, prendre des photos, ni quoi que ce soit d’autre. Vous pouvez bien sûr vous adonner à ces activités-là et il vous faudra trouver un métier qui paye les factures, mais votre mission à vous est juste d’ÊTRE LÀ.

ÊTRE LÀ sur la Terre aussi longtemps que cela vous est possible. Ce sera difficile. Mais, tenez bon.

Près de vous, des personnes soigneront, harmoniseront, verront leurs capacités psychiques augmenter, elles deviendront plus créatives, elles s’épanouiront. Ceci parce que votre capacité, votre mission et votre aptitude invisible est d’apporter la lumière au cœur de la Terre et de l’Humanité. En faisant partie de cette réalité, votre Soi étant en connexion directe avec l’Unicité, vous agissez tel un chemin, un canal, un lien qui relie les deux dimensions.

Il est difficile de venir à ce moment-ci et de libérer la peur. N’oubliez pas que vous êtes en partie humain maintenant, ce qui signifie que votre corps, votre esprit, vos émotions et votre ego ont besoin d’attention et de soins.

( Traduit par Carine pour : ascension101.com )

Publié dans:ENFANTS |on 18 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Faire de sa vie un miroir évolutif

 


Artwork
Plutôt que l’attitude qui consiste à se conforter dans une plainte stérile face aux aléas de l’existence, la sagesse voudrait que nous considérions les obstacles comme une opportunité pour évoluer. Encore faut-il posséder quelques clés pour y parvenir. Cette bonne résolution a pour objectif de contribuer à vous les procurer…

> Je ne crois plus au hasard
Même si vous ne vous réclamez d’aucune croyance particulière, le seul fait d’être persuadé que rien n’est le fruit du hasard modifie la perspective. Cette forme de pensée a changé la vie de millions de gens de par le monde. Tout simplement parce que si le hasard est exclu, le sens peut être découvert. Et le sens est toujours évolutif puisqu’il indique une direction et ne vous laissera plus sur le bord de la route, démuni.

> Je considère le versant positif
Une fois le hasard écarté, il s’agit maintenant de relativiser. Ainsi, un événement, aussi ennuyeux soit-il, possède toujours son corollaire inversé positif. Pour exemple, un embouteillage vous met en retard mais une fois accepté, il peut se transformer en opportunité pour se recentrer. Observez simplement le flux et le reflux de votre souffle pénétrant par les narines et envahissant vos poumons. Prenez conscience de ce merveilleux véhicule que constitue votre corps. Il y a fort à parier que vous arriverez à bon port détendu physiquement et mentalement. D’autant que ce ralentissement vous a peut-être protégé d’un accident…

> Je change mon point de vue et j’avance vers la lumière
Dans le même ordre d’idée, dites-vous que l’ombre doit son existence à la lumière. L’allégorie de la caverne de Platon est très explicite sur le sujet. Dans une grotte souterraine, des hommes sont assis le dos à l’entrée. Ils ne voient donc que les ombres sur les murs, pensant que là est la seule réalité. Platon imagine que l’un d’entre eux est amené à se retourner. Ébloui dans un premier temps, il finit par distinguer la réalité et ne voudra certainement pas revenir à son état antérieur. Ainsi, regarder du côté de la lumière nécessite de sortir de ses habitudes comme on sort d’une caverne. L’ombre n’étant que le reflet d’une banale difficulté qui se trouve à un moment donné confrontée au soleil, elle perd alors son aspect lugubre. Les soucis, les peines, les douleurs sont des voiles qui possèdent leur face lumineuse. Une fois identifiés, à chacun de continuer à avancer vers la source lumineuse.

> Je ne suis plus masochiste
Faire de sa vie un miroir évolutif nécessite d’abandonner l’illusion que la vie n’est que tragédie. Pour y parvenir, aucune autre alternative : il faut sortir de la position de victime en arrêtant de se plaindre. La psychanalyse explique qu’il y a une jouissance morbide dans ce comportement, appelé « masochisme »… Or, derrière tout masochiste se cache un sadique ! Le problème, c’est qu’il empoisonne son entourage au point d’avoir encore plus de raisons de gémir, personne ne supportant longtemps ce type de relation. S’il est parfois légitime de se laisser aller à quelques plaintes, n’en faites surtout pas une habitude car aucune évolution n’est possible avec cette attitude. Préférez l’action aux lamentations éternelles.

> Je progresse grâce aux personnes désagréables
Ne croyant plus au hasard, vous envisagez les personnes désagréables autrement. Au lieu de pester contre elles, considérez-les comme des arbres qui cachent la forêt. Elles vous montrent ce que vous devez changer en vous. Votre belle-sœur est insupportable, c’est un fait. Mais en réfléchissant, vous allez pouvoir identifier des sujets avec qui vous avez été désagréable. Peut-être même avec votre belle-sœur… Sans tomber dans une culpabilité démoniaque, réalisez que ce membre de la famille vous explique qu’il ne faut pas s’identifier à lui. Finalement, il vous fait progresser, sans le vouloir, sur le chemin de la gentillesse. Ses projections n’auront d’ailleurs bientôt plus aucune prise sur vous et s’arrêteront d’elles-mêmes.

En résumé
Le terme « évolution », connu surtout grâce à Charles Darwin, renvoie à celui d’« adaptation ». Depuis les origines, l’être vivant possède en lui une adaptabilité qui lui est innée. C’est en observant votre existence tel un miroir évolutif que cette capacité s’imposera à vous tout naturellement…

source signes et sens

 

Publié dans:ELEMENTS, ENERGIES, ESPRITS |on 18 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Comment intègrer les énergies cosmiques

 ?

Liaison_cosmiqueSimplement en marchant dans la nature, avec des idées pures. Allez dans la nature, habillés de manière très naturelle, je veux dire avec des tissus très naturels, des chaussures naturelles, et ayez des pensées pures. Pensez aux amis que vous voulez bénir, au bien que vous leur envoyez, à la lumière que vous voulez répandre dans le monde pour que la guerre et la faim s’arrêtent. À ce moment-là, vous êtes en contact avec les énergies cosmiques. C’est un moyen pour ceux qui n’ont pas envie de méditer.

Pour ceux qui pratiquent la méditation, asseyez-vous de manière confortable, toujours habillés de vêtements et de chaussures naturels. Asseyez-vous calmement, confortablement, mettez une musique ou des sons qui vous inspirent, ou restez dans le calme si vous préférez. Enregistrez des chants d’oiseaux, ou des bruits de cascade, peu importe, du moment que cela peut soulever votre âme. Fixez-vous intensément sur ces sons, allez profondément dans les inspirations qu’ils vous donnent.

Pour ceux qui ne savent pas méditer, ce sera une très bonne approche, et même s’ils s’en tiennent là ce sera un très bon début pouvant se prolonger dans d’autres vies. Il y a une multitude de méthodes de méditation, mais celle que vous pouvez pratiquer hors de tout danger, hors de tout dogme, et hors de tout groupe, c’est de prendre une bougie, allumez-la et mettez-la en face de vous, et à côté, mettez une grande coupe avec de l’eau. Il est très important de combiner l’eau et le feu quand il s’agit de communions avec le cosmos. Pourquoi ?

Parce que l’eau et le feu émettent des vibrations spécifiques, et par leurs émanations attirent des énergies cosmiques. Lorsque vous méditez, il vous faut vous entourer d’un maximum d’objets, vous permettant d’attirer ces énergies, parce que la plupart des gens ne peuvent pas entrer spontanément en état de méditation. Avant que l’individu n’en soit capable, il va se passer des années, et des années. Donc, composez un décor qui lui-même va attirer les énergies, ensuite vous n’aurez plus qu’à vous mettre en communion avec ce décor, en faisant le calme en vous.

Comment faire le calme en soi ?

Faire le calme n’est pas si facile, d’autant plus que, s’il y a le cahot, faire le calme est impossible. Parce que l’individu est assailli soudainement par tous ses problèmes, par ses souvenirs, par ses humeurs.

Si vous avez la chance de pouvoir entrer dans ce calme par une méthode de relaxation, faites-le. Pour ceux qui ne connaissent pas ces méthodes ou qui ne voudraient pas y avoir recours, regardez cette petite bougie pendant quelques secondes pour bien mémoriser la flamme qu’elle représente. Puis, fermez les yeux, et ne pensez qu’à cette flamme, et non pas à la bougie entière, et promenez cette flamme partout en vous.
Si, par exemple, vous avez mal quelque part, prenez cette flamme et guidez-la à l’endroit où vous avez mal, et avec cette flamme brûlez le problème. S’il y a soudainement une pensée qui arrive, un fantasme qui ressort, affichez-le comme une banderole en papier, et avec la flamme brûlez cette pensée, brûlez ce fantasme, et vous serez ainsi débarrassés de la pensée. Si elle revient, brûlez-la à nouveau, brûlez la chose jusqu’à ce qu’elle ait disparue.

Lorsque vous pensez être dans un relatif état de calme, disposez cette flamme au-dessus de votre tête, faites-la brûler intensément, regardez-la se dilater, et devenir de plus en plus blanche, lumineuse, éclatante, et elle répandra tout son rayonnement autour de vous, comme une cascade. Fixez-vous dans cette vision, et maintenez cette visualisation le plus longtemps possible. Sitôt qu’une pensée revient, calmement, rebrûlez-la et arrêtez votre méditation. Faites redescendre la flamme, en face de vous, imaginez que vous la replacez sur la bougie et ouvrez les yeux. Faites cela au moins tous les jours, ou au moins, une fois par semaine, plutôt le dimanche.

Le dimanche, depuis très longtemps, a toujours été consacré aux œuvres spirituelles, il y a des messes partout dans le monde, alors profitez de ce que ces énergies soient appelées. Profitez que des milliers de frères soient en train de dire des messes, de faire des communions etc., profitez de cette énergie appelée, servez-vous en, pour intensifier votre méditation, votre travail.

Si vous faites cela, le contrôle sur vous-même, l’espoir d’un nouvel homme et d’une nouvelle femme en vous, cette visualisation de lumière, vous verrez qu’en peu de temps le grand initiateur, celui qui s’occupe de l’humanité, vous emmènera vers un guide, qui vous donnera la méthode de méditation spécifique, pour faire travailler les chakras, ou il vous enverra vers un groupe, ou il vous donnera l’inspiration d’un service vis-à-vis de l’humanité.

Il pourra éveiller en vous un don, par exemple, soudainement, vous vous apercevrez que vous pouvez être radiesthésiste ou guérisseur, ou que vous pouvez faire des conférences, ou tout simplement, en parlant à votre voisin vous arrivez à lui faire admettre l’existence du bien et de Dieu. Tous les dons peuvent vous être donnés, à partir du moment où les négativités sortent de vous, c’est le souci que vous devez avoir, plutôt que d’avoir le souci d’être un bon citoyen, un bon paroissien. Ayez le souci d’avoir une personnalité propre, c’est cela la pureté.

source : www.conscienceuniverselle

Publié dans:ENERGIES |on 16 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Travailler avec les NOUVEAUX ENFANTS

          

enfant-gaiaJe vais mentionner à présent les quelques difficultés que peuvent rencontrer ces enfants et ce que vous pouvez faire lorsque vous êtes en contact avec eux, que vous soyez parent, professeur ou thérapeute.

Certains d’entre vous se sentent appelés à travailler avec eux et c’est très pertinent, puisque vous êtes spécialement aptes à reconnaître leurs motivations et leurs inspirations sous-jacentes. 

Vous reconnaissez en eux des aspects qui ont été refoulés ou étouffés en vous, dans votre enfance ou plus tard. 

C’est pour cette raison que la rencontre avec ces enfants peut vous affecter à un niveau émotionnel profond, car vous voyez en eux un reflet de vous, votre amour, votre originalité et aussi votre douleur. 

Il se peut que ces enfants fassent l’expérience de la souffrance de ne pas se sentir bienvenus sur la terre. Même si les temps ont changé, il n’est pas évident pour eux de trouver des formes de manifestation qui s’accordent à leurs vibrations et à leur niveau de conscience. 

Il y a plusieurs raisons à cela. La première est que leur énergie ou vibration ne s’accordent pas (encore) à l’énergie de la terre et de la conscience collective humaine. Ils sont en avance sur leur temps. Ce manque de compréhension entre l’ancien et le nouveau vous est familier, c’est votre propre expérience. Il y a une connaissance et une sagesse sincères en vous, l’ancienne génération, qui ne se sont pas adaptées à votre réalité sociale. Elles vont à l’encontre de certaines valeurs et notions traditionnelles bien ancrées et se sont heurtées au scepticisme et à la méfiance. Les enfants doivent aussi se confronter avec cette résistance, car elle n’est pas encore partie. 

De plus, et c’est la seconde raison, la réalité matérielle sur la terre a une certaine lenteur, due à sa densité. Rêves et désirs ne se manifestent pas avec rapidité ni facilité. Pour réaliser votre inspiration la plus profonde, vous devez être capables de vous connecter à la terre à tous les niveaux : émotionnel, physique, mental et spirituel. 

C’est alors seulement que votre énergie trouvera un terrain fertile et que les semences de votre âme pourront germer et fructifier. 

Il est donc très important que ces enfants de l’ère nouvelle puissent s’enraciner, c’est à dire qu’ils sachent connecter leur énergie cosmique parfois remuante, passionnée et inspirée à la réalité de la terre. Il est important qu’ils acquièrent la patience de canaliser l’énergie de leur âme vers la réalité énergétique de cette planète. 

De même, il est vital qu’ils aient de la patience envers les éléments arriérés de l’humanité et de la société qui ne sont pas encore capables de saisir la sagesse qu’ils offrent, ou qui interprètent leur comportement comme étant de l’obstination ou de la rébellion. 

Il y a une collision entre l’ancien et le nouveau et cela peut poser des problèmes. L’énergie des nouveaux enfants sera souvent mal interprétée par des gens qui font partie de la vieille mentalité pour qui la discipline, l’ordre et l’obéissance sont des pré-requis pour le plein développement des aptitudes et de la personnalité de l’enfant. Vous voyez bien que vous êtes réellement ceux qui se tiennent entre l’ancien et le nouveau et qui sont  capables de bâtir un pont. Vous avez souffert de devoir contrôler et garder en vous une grande part de votre véritable énergie spirituelle. 

Vous savez ce que c’est que de se sentir bloqué dans l’expression de soi. Vous comprendrez donc très bien ces nouveaux enfants, vous comprenez leur besoin de se libérer des lois fondées sur l’autorité et le refoulement des sentiments. Ces enfants ont besoin d’espace pour l’exploration de soi et de leur individualité et en même temps, ils ont besoin de comprendre la valeur d’une discipline aimante (à l’inverse d’une discipline autoritaire). Ils doivent apprendre comment canaliser et diriger leur énergie sans se restreindre. 

C’est précisément le sujet qui vous préoccupe sur votre chemin intérieur. Pour chacun de vous, il est d’une importance vitale que vous soyez capable de canaliser votre énergie cosmique, votre étincelle de lumière intérieure à travers votre corps jusqu’à la réalité terrestre. En particulier, cela signifie que vous devez vous occuper des émotions qui vous empêchent d’être vraiment présents dans l’ici-et-maintenant et de vous exprimer dans la réalité matérielle.

 Canalisé par Michelle Eloff

Publié dans:ENFANTS |on 16 avril, 2015 |1 Commentaire »

LE JEU DES LUMIERES

 

A l’occasion de l’année internationale de la Lumière de l’UNESCO, le centre d’art et de danse Eléphant Paname propose une exposition-expérience à la croisée des mondes de l’art, du design et de la science du 6 au 31 mai 2015. Décryptage d’un concept brillant…

Soo-Sunny-Park-Unwoven-Light-section-of-Soo-Sunny-Park-Etats-Unis-2015-Elephant-Paname-Paris-France-Photo-Vincent-Laganier-3

Qui ne s’est jamais émerveillé devant un jeu de lumières aux couleurs scintillantes ? C’est plus fort que nous, la lumière inspire et mesmérise. C’est sur ce principe que s’appuie cette exposition détonante, « Lumières, the play of brilliants », explorant les concepts clés de l’art lumineux. Onze installations lumineuses monumentales, réalisées par des architectes, ingénieurs et designers de toute la planète, nous plongent ainsi dans un univers intriguant, emprunt de rêve et d’imaginaire. 

Mais cette démarche artistique est finement alliée à la prouesse scientifique. Comme le dit Tiphane Treins, coordinatrice de l’exposition : « Lorsqu’on trouve la lumière qui correspond à un matériau, elle lui confère une qualité de vibration et un fini qui transcendent le matériau même et lui donnent une dimension presque surnaturelle. » Peut-être même un pouvoir spirituel… Cette exposition a été conçue en collaboration avec le collectif britannique « Light Collective », spécialisé dans les technologies de l’éclairage, qui considère la lumière comme un outil d’expression à part entière, possédant un vrai pouvoir attractif et inspirant sur nos esprits.

Tiphaine Treins conclue d’ailleurs : « La lumière peut imprégner les espaces d’une multi-dimensionnalité perceptible mais presque impossible à décrire. Les yeux voient davantage que ce que l’esprit ne comprend. On cesse de penser, on est simplement captivé. Même si on sait qu’on est dans un espace fini, il semble exister une immensité incompréhensible. L’ordinaire devient extraordinaire. » 

Une expérience électrisante à découvrir !

Plus d’informations sur Eléphant Paname illumine Paris !

Publié dans:LUMIERE |on 15 avril, 2015 |Pas de commentaires »

VOULOIR ETRE

10a.640

L’effort tout simple de vouloir. Il ne faut pas vouloir être, pour ne pas vouloir être mauvais, perdu. Il faut vouloir être, simplement parce que vous voulez réellement devenir heureux, devenir grand, devenir sain et fort. Il ne faut pas vouloir être par peur de ne pas être bon ou lumineux, parce qu’à partir de ce moment-là, vous n’aurez pas les énergies et les convictions nécessaires pour poursuivre l’effort.

Si vous voulez réellement changer, tous les changements vous sont possibles. Si vous ne voulez pas réellement, ou si vous le voulez parce que c’est une mode, parce que vous vous sentez coupables, pas tellement propres, ou simplement parce que vous voulez découvrir un nirvana quelconque, ces motifs-là ne sont pas suffisants. Il vous faut réellement vouloir, avec responsabilité. Faites le bilan de votre personnalité, prenez un crayon, et une feuille de papier, allumez une bougie, et qu’on vous laisse tranquille pendant tout le temps de votre méditation. Regardez-vous dans un miroir, et notez tout ce que vous pensez à propos de vous. Vous vous trouvez belle, ou beau, marquez-le, « Je me trouve très beau ». Vous vous trouvez laid ou laide, marquez-le. « Je me trouve très laide ». Notez tous les sentiments que cela éveille à l’instant où vous les sentez. Ne vous dites pas, finalement, considérant la majorité, je ne me trouve pas mal fait. Écrivez exactement ce que vous sentez à propos de vous, et rappelez-vous vos actes.

Si un jour, vous avez été impoli envers quelqu’un et que cela vous ait culpabilisé, « Je suis quelqu’un d’impoli, mal élevé, ou je suis quelqu’un sans culture », marquez-le, il vous faut absolument exorciser votre mental et votre moral. Si vous avez tendance à des actes d’avarice, ou à des actes de générosité, notez-le « Je suis généreux », et pensez à toutes les fois où vous avez été généreux. Si vous êtes avare marquez-le, et pensez à toutes les fois où vous avez été avare.

Faites ce bilan de façon très sérieuse et très authentique. L’authenticité, je vous en prie, sinon cela ne sert à rien Personne ne vous regarde, personne ne vous juge, il n’y a que vous face à votre conscience. Vous allez voir que vous allez faire sortir hors de vous des complexes que vous avez oubliés, des traumatismes, des fiertés que vous essayez d’ensevelir pour ne pas vous sentir trop orgueilleux, sortez tout.

Ensuite, prenez une autre feuille, que vous poserez juste à côté. Chaque fois qu’il y aura quelque chose de positif, vous le marquerez sans y prêter attention. Chaque fois qu’il y aura quelque chose de négatif, vous marquerez sur la deuxième feuille, la qualité de votre défaut, et vous ne considérerez à la fin, que cette deuxième feuille, où en fait sera marqué tout ce qui, en vous, attend d’être éveillé. C’est comme cela qu’il faut vous régir.

Aucun maître, aussi grand soit-il, ne peut venir vous juger, « Tu es un orgueilleux, » cela ne sert à rien. Par contre si vous, vous sentez que là il y a un effort à faire, alors tous les maîtres vont venir vous aider, parce qu’ils ne peuvent être là, que comme une aide, et non comme des dirigeants. Ils vont venir vous encourager, vous aider, vous inspirer, vous soutenir, pour que vous deveniez ce que vous avez souhaité et décidé de devenir. Ensuite, travaillez chaque jour à vous surveiller. Lorsqu’un événement se produira, et que vous aviez l’habitude, à cet événement précis, de réagir de manière négative par la méchanceté, par la colère, par l’impatience, par l’intolérance, par l’agressivité, par l’avarice, ou l’orgueil, ayez le réflexe de vous dire : attention, là je vais exprimer le côté négatif de ma personne et je vais en souffrir.

L’homme croit, que, du fait qu’il ait pu exprimer sa méchanceté, cela peut lui faire du bien, parce qu’il s’est libéré de quelque chose qu’il voulait absolument exprimer. Ayant exercé cette liberté, il est très heureux, et cela le satisfait. Mais, du fait qu’il a exprimé quelque chose de négatif, qu’il a émis un rayonnement négatif, les énergies qu’il va recevoir en retour doivent être en correspondance. Ce qui fait qu’immanquablement, un jour, un problème va surgir dans sa vie. Il va se demander : « Mais qu’ai-je fait au bon Dieu, pour mériter cela. Je ne fais que quelques petites erreurs. Je ne fais que de petites méchancetés, je ne suis pas si vilain que ça ». L’homme ne se rend pas compte à quel point, un acte, une pensée peut émettre d’énergies, et du fait qu’un acte, une pensée émettent des énergies, que dans la nature, comme dans l’univers, tout est correspondance, eh ! Bien, quand l’homme reçoit les mêmes énergies qu’il a envoyées, il est étonné. 

Donc, lorsque vous vous rendez compte que vous allez exprimer le négatif qui est en vous, contrôlez-vous, et rappelez-vous que votre conviction, que votre volonté est de vous sublimer pour acquérir un bonheur. Comment pourrais-je vous donner un bonheur ? Comment le maître pourrait-il vous donner le bonheur ? 

Pour créer en vous le bonheur, n’attendez pas qu’il vienne de Dieu, d’un maître, d’un monde nouveau, paradisiaque. Le bonheur peut être ici et maintenant, si vous faites votre bonheur.

source Extrait de http://www.conscienceuniverselle.fr/lart-de-vivre

Publié dans:ENERGIES, MAITRISE, SOCIETE |on 15 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Conférence Géométrie sacrée

Le 15 avril, nous recevrons Philippe Blot-Lefevre qui expliquera comment mettre en forme nos intentions pour communiquer… le sens : « Géométrie sacrée – Média des Médias ».

L’Homme utilise la géométrie sacrée depuis 10 000 ans.

7452908-11487724

Chaque grande étape d’évolution de la société occidentale a eu son géomètre sacré : Vitruve, Clairvaux, Vinci, Le Nôtre, Haussmann, Disney. Les entreprises qui passent le siècle utilisent toutes la géométrie sacrée. Chaque dessin à succès international tient son magnétisme d’une application de la géométrie sacrée : Mickey®, LVMH®, Chanel N°5®, Apple®, Coca-Cola®, General Electric®…

Nos ancêtres et quelques récents spécialistes savaient mettre en oeuvre ce qui est aujourd’hui expliqué par la physique quantique : on peut donner une forme spécifique à une intention afin d’en améliorer la perception par les futurs utilisateurs.

Philippe Blot-Lefevre, Risk Manager de profession, expert en géométrie sacrée, nous dévoile la puissance de ce média et ses applications possibles dans l’entreprise et la société contemporaine.

-Expert en géométrie sacrée, Philippe Blot-Lefevre met les formes au service de performance de tout ce qui mérite d’être entrepris/partagé (à la maison ou au travail). 

Son expertise repose sur une solide expérience de grand manager et de coach. Master en poche, Philippe embrasse une première carrière de Risk Manager pour protéger hommes et biens. Entrepreneur, il rejoint l’équipe fondatrice de Concept qui va croître de 8 à 4800 collaborateurs en cinq ans. Son expérience holistique de la consolidation, de la gestion documentaire, de la propriété intellectuelle, des communautés d’intérêts et de l’intelligence économique, « Introduction à la sécurité économique », l’amène à enseigner à l’Université de La Rochelle (Master ICONE) et à l’INHESJ. Il publie un premier ouvrage qui fait référence, « Droit d’usage et Protection de l’information ». 

En parallèle de cette activité, Philippe développe son sens de la Nature et de l’Homme avec des missions de plus en plus nombreuses de paysagisme et de coaching afin de saisir véritablement les foyers d’évolution de notre Société encore fondée sur l’entreprise. 

Elève, au seuil des années 2000, du scientifique Philippe Bougon (ISIEE), ancien chercheur du Groupe EADS et autodidacte en héliobiologie, ils vérifient à l’appui de logiciels informatiques qu’ils développent, les similitudes de géométrie sacrée des sites les plus touristiques de la planète. Citons Time Square, le Taj Mahal, la Cité Interdite, Versailles, la Medersa Ben Youssef à Marrakech, les Parcs Disney, … et aussi le Pentagone, les abbayes Bénédictines, Machu Pichu et la Mosquée bleue. 

Conseil, Coach technique, formateur et Conférencier international, Philippe applique aujourd’hui ses connaissances à des projets physiques (urbanisme, rénovation de monuments, énergie de locaux d’habitation ou professionnels), à la création graphiques (logos, mise en page ou à l’écran, impression 3D) et à la stratégie de Croissance Responsable dans les entreprises. 

Conférences

• 15 avril 2015 : « Géométrie Sacrée – Média des Médias«  à l’Observatoire du réel 

Publié dans:ELEMENTS, HOLONS, LOI NATURELLE |on 13 avril, 2015 |Pas de commentaires »

Qu’est-ce que la réalité

 

 images

 Physique quantique, théorie de l’information, conscience… ces mots font désormais partie de notre quotidien. Mais comprend-on correctement ce qu’ils désignent ? La physique quantique est-elle réellement la clé, l’explication, de ces phénomènes extraordinaires, de ces « anomalies » dont on ne peut aujourd’hui plus contester la réalité ? 

Au-delà des simplismes, alors que les citadelles de la science vacillent les unes après les autres, découvrez lors de cet événement INREES les éléments de compréhension du changement de paradigme en cours.

 

30 minutes pour comprendre un siècle de révolution scientifique

Image de prévisualisation YouTube

 

Partie 1

16h à 16h30 – Introduction avec Igor & Grichka Bogdanov
La physique quantique fait vaciller notre vision de la réalité depuis près d’un siècle, mais quelles sont les grandes questions qu’elle soulève réellement ? La matière existe-t-elle, ou n’est-elle que vibration et potentialités ? Quand le temps a-t-il commencé ? Que savons-nous de la nature de l’univers ? La science permet-elle d’avoir quelques certitudes ? Si oui, lesquelles ? Et dans le cas contraire, quelles sont les hypothèses les plus solides aujourd’hui pour décrire le réel ? 30 minutes pour tout comprendre de la révolution scientifique en cours avec Igor & Grichka Bogdanov. 

Information & conscience : la nouvelle théorie du réel

16h30 à 17h50 – Conférence et questions à Philippe Guillemant
Qu’est-ce que la réalité ? Espace, temps et matière sont-ils des illusions ? Comment penser les bouleversements en cours au-delà du débat philosophico-théorique ? Philippe Guillemant, ingénieur physicien français du CNRS, Docteur en Physique du rayonnement et spécialiste d’intelligence artificielle, s’interroge : « Les physiciens ne sont-ils pas eux-mêmes dépassés à cause de la limitation de leurs outils conceptuels ? » Quels sont ces concepts qui les aveuglent au point de ne pas voir les failles présentes dans la réalité ? Pourquoi les synchronicités, par exemple, ou encore les intuitions, devraient-elles nous éclairer autant qu’une équation sur la nature de cette réalité ? Pour Philippe Guillemant, la réponse à ces questions fait entrer la conscience par la grande porte dans la nouvelle physique du futur, celle de l’information. Les physiciens pensent de plus en plus que l’information, liée à la conscience, est une grandeur physique et que notre univers lui-même est un univers d’informations physiques. Dans cet univers, le temps, l’espace et la matière seraient propres à la conscience, et la réalité serait infiniment plus riche que nos perceptions, comme le suggère l’allégorie de la caverne de Platon ou sa version moderne incarnée par le film Matrix. Le concept d’information est sans doute le plus fondamental de tous. L’INREES vous propose d’en découvrir tous les secrets. 

Image de prévisualisation YouTube

Partie 2

La réalité, une illusion ? Entre bouddhisme, hindouisme et chamanisme

18h30 à 20h00 – Débat et questions avec Trinlay Tulku, Jacques Franck & Jan Kounen
Les connaissances acquises au fil des siècles par certains grands maîtres du bouddhisme sur la nature de la réalité sont stupéfiantes de précision, et rejoignent de manière étonnante les observations des scientifiques, notamment en physique ou en neurobiologie. Le chamanisme, quant à lui, constitue sans doute la plus ancienne voie d’exploration de la réalité offerte à l’humanité dès ses premiers âges. Qu’ont à nous enseigner ces approches expérimentales sur la nature de notre réalité ? Sur la pluralité des mondes ? Sur notre place dans l’univers ? Discussion croisée entre le réalisateur Jan Kounen, le peintre et spécialiste de l’hindouisme Jacques Franck, et le Rinpoche français Trinlay Tulku. 

voir la suite des vidéos ici ; http://www.inrees.com/Conferences/Le-reel-est-il-reel-evenement-INREES/

Publié dans:VIDEOS à voir |on 13 avril, 2015 |Pas de commentaires »

LES FANTOMES NOCTURNES

5552487271_c75ecf7b72

Pendant le jour, c’est l’esprit conscient qui gouverne au moyen de la force nerveuse cérébro-spinale; pendant la nuit, cette force étant épuisée, le conscient se repose, tandis que les accumulateurs se rechargent par le cervelet; l’esprit inconscient, si l’on peut parler de la sorte, s’éloigne du corps, se divise même parfois; et les actes qu’il effectue dans ces courses, les rencontres qu’il fait, les scènes auxquelles il assiste, ne se transmettent à la conscience que s’il reste dans le corps, et surtout dans le cerveau, assez de force nerveuse pour les enregistrer.  Ainsi, on rêve constamment, mais on ne se souvient que rarement. 

 Cet esprit, intermédiaire entre l’âme et le corps, n’est pas un halo, une aura, un oeuf fluidique; c’est un véritable organisme, bien plus complexe et plus délicat que le corps de chair et dont les nombreuses propriétés siègent dans des localisations différentes.  Il possède des fonctions de nutrition, de respiration, d’innervation; des organes de locomotion et de perception; une intelligence, du libre arbitre; et chacune de ces facultés correspond avec une des parties du corps physique.  De même que le muscle grossit en raison du travail mesuré qu’on lui impose, de même cet esprit se développe par les exercices qui lui sont propres : ambitions, inquiétudes, efforts volitifs, vertus, vices.  Les entraînements artificiels de l’ésotérisme l’accroissent aussi, mais d’une façon hâtive et anormale.  De tous les travaux de l’esprit, seule la lutte contre l’égoïsme l’affine et le purifie. 

 En outre, de même que, dans le corps de chair, entrent par l’alimentation et la respiration des molécules de tout ordre, de même, dans l’esprit, entrent, s’installent, repartent, vivent et meurent toutes sortes d’esprits subordonnés.  Ces visites produisent dans la conscience les intuitions, les idées, les sentiments, les découvertes; elles rendent possibles les événements de l’existence, les maladies, les rencontres; enfin elles participent à la production des songes.  

Pendant le sommeil, l’esprit s’aventure donc plus ou moins loin.  Quand il va dans un pays très inconnu, il s’y trouve étranger, puisque ni ses propres éléments ni les cellules corporelles n’ont d’affinités avec les choses de cette région.  Il a beau regarder, s’instruire, aller et venir, le cerveau ne peut rien rapporter à la conscience de ces enquêtes, puisque ses molécules sont incapables d’enregistrer des messages qui ne les font pas vibrer. 

 Quand la promenade est courte, au contraire, les objets sont plus familiers, l’expérience s’enregistre. 

 Il faut dire que ces excursions peuvent très bien avoir lieu pendant le jour; mais alors on ne s’en aperçoit pas, parce que la force nerveuse est presque tout entière employée aux actes de la conscience, et aussi parce que notre cerveau n’est pas assez robuste pour supporter une double tension, ni notre volonté assez calme pour résister aux désirs nouveaux que ferait naître cette vie seconde. 

 Le songe remplace avantageusement toutes les inventions par lesquelles la science ésotérique établit les rapports volontaires de l’homme avec l’Invisible.  C’est un phénomène normal, sain, à la portée de tout le monde; il ne demande pas un genre de vie spécial.  De plus, la Nature lui prépare avec soin les conditions les meilleures; le milieu est organisé en vue de notre instruction nocturne comme il est organisé pour notre subsistance corporelle.  Pendant la nuit, la circulation magnéto-tellurique change, l’atmosphère est débarrassée de certains éléments trop actifs; la lune remplace le soleil jaune, d’autres ordres de génies s’approchent de la terre; le sol, la mer, les arbres, les animaux émanent une aura spéciale et exercent une influence propice au dégagement de l’esprit. 

 Tout ce qui peut devenir la cause d’un rêve : les anges, les dieux, les démons, les défunts, les clichés, les images de ce qui fut, les fluides en déplacement dans les espaces intérieurs, les esprits des choses et des vivants, les images de ce qui a lieu, à cette heure, et de tout ce qui aura lieu jusqu’à la fin, en un mot, la Vie tout entière peut venir se refléter dans le miroir translucide de l’imagination. 

 Mais les facteurs du songe les plus fréquents sont les clichés du destin personnel et les visites des membres de la famille spirituelle. 

 Chacun de ces groupes, dont tous les membres se ressemblent, même corporellement, et, par suite, ont à faire des travaux identiques, suit la même route.  Ainsi, par exemple, l’aîné de la famille à laquelle j’appartiens possède, en plus parfait, les mêmes facultés que moi-même; il rencontre des clichés divers, mais plus tôt que moi; il se peut qu’il ait reçu le cliché de la tuberculose il y a trente ou cinquante ans et que moi, je ne le rencontre que dans dix ans.  Au point de vue de Sirius, cet écart est insignifiant; mais si j’étais déjà né sur terre quand mon chef de file est devenu phtisique, j’ai pu en rêve ressentir une douleur au poumon, pour me prévenir de l’épreuve encore lointaine. 

  On ne rêve donc que des choses qui possèdent en nous une délégation, une cellule physique ou psychique de même nature.  Pour qu’un cliché m’affecte, il faut qu’il trouve en moi un point où s’accrocher; le rêve est ce contact.  C’est pour cela que le seul fait d’être averti d’une épreuve en diminue la rigueur ou augmente notre résistance; les myriades de petits génies dont le travail nous fait vivre s’inquiètent alors, se préparent à la défense et vont partout chercher du secours. 

 Ainsi l’être de l’homme recèle les germes de tous les bonheurs, de tous les malheurs et de toutes les prérogatives.  Sa dignité est donc très haute, sa mission grave et ses responsabilités lourdes.  

Extrait des Amitiés Spirituelles de Sédir

 

Publié dans:PEUR, POLTERGEISTS et LEGENDES, REVES |on 12 avril, 2015 |Pas de commentaires »

APPRENDRE A DIALOGUER AVEC SON AME

 

Comment une séance se passe-t-elle ?

d3fp45sMichel Tabet et Sylvie Gavilan répondent : Avant de commencer, l’accompagnateur va aider la personne à formuler une intention claire, par exemple une problématique qu’elle souhaite éclaircir ou apaiser. La séance comporte ensuite trois phases : la relaxation, la prise de contact avec l’âme, le rêve proprement dit, et enfin la phase de retour où l’on va décrypter ensemble. La relaxation que nous proposons pour commencer va connecter la personne au Ciel (la Source), à la Terre et au chakra du cœur. L’énergie céleste et la force terrestre vont ainsi se rencontrer au niveau cardiaque et vont ouvrir le rêveur à la présence du Soleil de l’âme. Lors du rêve, le rêveur va recevoir les messages de son âme sous forme d’imageries mentales ou de perceptions corporelles. De nombreux scénarios sont alors possibles : voyager à travers des paysages, décrire des scènes, rencontrer des personnages ou des objets, retrouver des souvenirs d’enfance ou d’adolescence, rencontrer des guides, des archétypes, visiter d’autres systèmes solaires ou d’autres galaxies. Le rêveur peut alors dialoguer, se déplacer, changer de dé- cor, appeler des ressources supplémentaires, dénouer une émotion ou entreprendre toute autre action qui permettra de rétablir la paix et l’unité. Que la personne vienne travailler sur un traumatisme d’enfance, une difficulté relationnelle, financière, ou un problème de santé, ce sont toujours des parts d’ombre qui auront besoin d’amour pour être transmutées. Il s’agit de transformer la situation sur le plan subtil pour qu’elle puisse ensuite se résoudre dans la matière. Dans tous les cas, le travail consiste à passer de la dualité des opposés, ancrée dans le plexus solaire, à l’unité du cœur, là où l’alchimie est possible. On peut ainsi dialoguer avec l’énergie d’un trauma ou d’une maladie, la reconnaître, et finir par coopérer avec elle. Car toute part d’ombre accueillie comme une partie de soi en demande d’attention fi nit par devenir une grande force. Le monstre se transforme, comme dans la Belle et la Bête ! Il se peut, par exemple, qu’une énorme araignée, symbolisant un traumatisme et perçue comme terrifiante au début de la séance, se transforme à la fi n en une fleur magnifique qui deviendra une alliée et une enseignante.

TEMOIGNAGE DE JOHANNA : le rêve de Johanna Rencontrer son groupe d’âmes Johanna vient en séance avec l’intention de mieux comprendre qui elle est et d’où elle vient. Après avoir fait une connexion d’âme à âme par la relaxation, elle démarre son rêve : « Je cours vers une porte et des centaines de portes s’ouvrent, la terre est boueuse, je rentre dans un tunnel et d’énormes vagues s’abattent sur moi, elles sont profondes, au bout du tunnel, il y a un trou et on y voit clair. Je suis tranquille au fond de l’eau et je marche… Je continue à passer des portes et je croise des animaux, des milliers de gens de races différentes. Une boule de vitesse m’emmène vers un manège. Celui-ci m’emporte dans son tourbillon et je me sens plus légère pour monter. Je sors de l’eau, je suis dans l’air, confi ante. J’arrive dans un endroit où la lumière est plus éclatante que sur Terre. Des êtres peignent des choses agréables. Ils sont très lumineux et très apaisants. Ils m’accueillent avec amour. On me donne un engin, une sorte de moto, qui ne marche pas avec du carburant mais avec de l’énergie. Je monte dans des mondes de plus en plus subtils. Ils me disent que je dois aller dans un endroit qui est le mien. J’ai un corps qui est de moins en moins dense. Plus je monte, moins j’ai de besoins corporels. Je perçois surtout de la lumière qui au niveau humain serait insupportable pour les yeux. Mais mon corps se modifie  et s’y adapte. Dans cette lumière, j’aperçois des êtres qui ont un rayonnement extraordinaire, je devine une végétation, mais elle est moins visible que tout à l’heure, plus subtile. Ils me disent que j’ai quelque chose à réaliser sur Terre avec leur aide… Je suis invitée à un repas extraordinaire par des gens très beaux. On mange de l’énergie avec son corps, c’est un merveilleux partage. J’entends de la musique qui n’est pas instrumentale, je ne peux traduire ce que c’est avec des mots. Elle me met dans un état de relaxation profonde. Mes perceptions sont très vives. J’ai l’impression de recevoir plein d’informations qui sont comme des grâces, des forces spirituelles qui se concentrent dans le front et pénètrent jusqu’au cœur. Je suis allongée, je me repose et je suis guidée et programmée. Je perçois toutes les ramifications de mon corps : squelette, veines et muscles. On me dit que j’ai reçu une concentration d’énergie très forte pour un but particulier… Je vois un faisceau de lumière, comme un tube qui descend sur des kilomètres. Je m’en gouffre dedans. Il faut que je m’en aille. Ils m’accompagnent et, plus je descends, plus ça me dynamise… Je me vois sortir de cette chose, c’est très doux, je suis présente, légère et con fi ante. Ils sont toujours là fluides et chaleureux. Ils m’encouragent… » Après cette séance, Johanna a su que quoiqu’il arrive, elle rester ait reliée à son groupe d’âmes et qu’elle ne se sentirait plus jamais seule

Déprogrammer Les Mémoires Douloureuses : La transmutation de blessures héritées des vies antérieures est-elle également possible ?

Michel Tabet et Sylvie Gavilan : Nous n’allons pas chercher volontairement à ramener des souvenirs de vies antérieures. C’est l’âme qui va exprimer ce dont la personne a besoin pour évoluer. Nous avons mis au point un protocole qui permet de déprogrammer les mémoires douloureuses de vies passées tout en en tirant les fruits de l’expérience au bénéfice de la vie présente. Il se peut aussi qu’une qualité perdue dans d’autres vies nécessite d’être récupérée. Nous avons eu le cas d’une personne ayant été pendue pour avoir dit des choses interdites dans une incarnation antérieure, et qui n’arrivait plus aujourd’hui à parler, alors que communiquer était pourtant sa mission d’âme. Elle gardait en mémoire que parler pouvait l’amener à mourir. Lors de la séance de rêve d’éveil, elle a retrouvé ce souvenir et a pu se reconnecter à son message originel afin de poursuivre son œuvre. Nous pouvons ainsi soigner les blessures anciennes dans lesquelles nous nous sommes sentis rejetés, indignés, humiliés, etc., récupérer des parties de nous-mêmes et retrouver toute notre puissance.

Source : http://www.sacree-planete.com/

Publié dans:AME, EXERCICES DEVELOPPEMENT |on 10 avril, 2015 |Pas de commentaires »
12

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3