Archive pour février, 2015

Les thérapeutes de l’invisible

 

images (2)Lorsque rien ne va plus, que l’on ne sait plus par quel bout prendre le quotidien, il est bon de trouver un interlocuteur capable de nous aider à voir la fin du tunnel de nos angoisses. Ces spécialistes que sont les thérapeutes de l’invisible, bien que n’étant pas à proprement parler des magiciens, obtiennent de tels résultats qu’ils pourraient parfois le laisser penser…

Si l’abstraction (n’en déplaise aux émules de Saint Thomas !) n’est pas perceptible par les sens matériels, ses effets – eux – sont bien manifestes. Comment expliquer, ainsi, ce mal-être indéfinissable qu’une simple passe magnétique a le pouvoir de dissoudre ou encore ce soulagement ressenti par le consultant lorsque le médium entre en communication avec l’esprit d’une personne défunte ? Rationaliser en la « matière », même si cette attitude reste naturelle, n’a finalement pas grand intérêt au vu des bienfaits obtenus. Pourtant, quelques éclaircissements peuvent aider à comprendre ces phénomènes pour le moins étranges.

Le concept de l’âme


Certains l’on appelée fluide, d’autres assurent qu’elle vient de l’inconscient, d’autres encore qu’elle est d’origine divine. Quoi qu’il en soit, une énergie immatérielle, que l’on peut appeler l’âme, agit à l’insu ou au su de tout individu. Le philosophe spiritualiste Omraam Mikhaël Aïvanhov explique, pour sa part, que notre âme dépasse de beaucoup ce que nous pouvons nous imaginer d’elle : cette partie de l’Âme universelle qui est en nous tend sans arrêt vers l’espace, vers l’immensité, vers l’infini… L’âme serait donc à la fois intérieure pour chaque être et extérieure à lui. Les thérapeutes spiritualistes pensent que l’être humain souffre lorsqu’il est coupé, pour une raison ou pour une autre, de cette circulation énergétique, situation créant une dysharmonie entre microcosme et macrocosme. La théorie des chakras est basée sur ce concept d’âme individuelle et d’âme cosmique, le chamanisme également, tout comme le druidisme et les techniques de guérison faisant appel à une énergie spirituelle.

Guérir le subconscient


Le monde de l’ésotérisme et de l’occultisme n’est plus aujourd’hui l’objet de sarcasmes. Au point que des reportages télévisés font état de praticiens hors norme qui, s’ils insistent pour que leurs consultants n’abandonnent en aucun cas un traitement médical, agissent néanmoins en complémentarité et voient une réalité qu’aucun appareil ne peut mesurer à ce jour. De son côté, l’ouvrage « Le passeur d’âme », publié aux Éditions Milalma, rassemble des témoignages fort intéressants dont celui de Jacques, 40 ans, souffrant de migraines résistantes à tout traitement :

Vos migraines sont un peu particulières, lui dit le thérapeute de l’invisible. Elles suivent une ligne qui part du haut de votre visage et descend en biais jusqu’à votre bouche, n’est-ce pas ?

Comment le savez-vous ? demande Jacques très étonné.

Je vois un trait rouge sur votre visage, invisible pour la plupart des gens. Cette trace rouge provient d’une mémoire…


Au fil de la discussion, le thérapeute explique à son consultant qu’une mémoire est la résultante d’un choc émotionnel occasionné par une expérience douloureuse que le subconscient refuse de classer. Chose étonnante, le spécialiste fait remonter les faits dans les années 1870… Il s’agit pour lui d’un coup de sabre reçu lors d’une bataille du temps de Napoléon III. Le consultant lui révèle alors qu’il pratique l’escrime et, notamment, la spécialité… du sabre ! À la suite de cet échange, le thérapeute effectua un soin éthérique et les migraines du consultant disparurent…

 

Lucien Rougier du Magazine Signes et Sens

Publié dans:ESPRITS, GUERISON |on 28 février, 2015 |Pas de commentaires »

L’Intelligence de l’Univers

 

t_270_0Il y a encore une chose dont nous aimerions vous parler. Elle est appelée, « intelligence quantique ». Nous n’en parlons pas souvent, mais vous devez savoir ce qu’elle est. Les Humains mettent souvent Dieu dans une boîte. Vous avez tendance à compartimenter toutes choses afin de pouvoir les comprendre.  » Cher Dieu, enseigne-moi comment prier. Je dois savoir comment prier.  » Nous avons maintes fois entendu ceci, et nous vous l’avons déjà dit. Bientôt, nous allons nous répéter, et ceci se fera dans un endroit différent, mais la vraie réponse est,  » Ne vous en faites pas !  » Vous avez développé la lumière et nous savons où elle va ! Que diriez-vous de de cet arrangement ? Le libre-arbitre est la clef. Vous développez la lumière et nous nous occupons de la synchroniser et l’harmoniser.

Vous voulez prier pour une personne qui demeure en Somalie mais vous ne savez pas laquelle, puisqu’il y en a tellement qui en ont besoin. Allez-y, développez votre lumière. Ensuite, assoyez-vous avec une intention pure et envoyez-la. Nous savons qui en a besoin, très chère ou très cher. À partir de là, ce n’est plus votre problème car votre part est faite, et c’est à nous d’entrer en jeu. L’intelligence quantique signifie que vous êtes connectés à Dieu. Tous et chacun de vous. Vous pouvez développer la lumière sans nécessairement savoir vers qui elle va ou sans connaître tous les détails. Nous connaissons les adresses !

Vous pouvez allumer la lumière dans une pièce sans savoir comment fonctionnent les génératrices électriques, sans connaître les propriétés de l’ampoule électrique ou la physique des photons. C’est parce que vous êtes au « courant » du processus 3-D, et vous lui faites confiance. Pourquoi ne pas appliquer cette confiance à l’invisible et devenir part du processus inter-dimensionnel de l’intelligence quantique ?

Ceci nous amène directement à l’effet du laser inter-dimensionel de Yawee. (Kryeon parle du Dr. Todd Ovokaitys qui fait partie de l’audience et qui vient de présenter une recherche sur le SIDA) Lorsque l’information est transmise à la structure cellulaire par son rayon laser, Yawee à fini son travail ! Il y a une intelligence dans ce processus inter-dimensionnel qui s’adresse aux cellules spécifiques qui en ont besoin. Ceci est très différent de la médecine traditionnelle. Au lieu de viser ou cibler une chimie ou protéine particulière d’une manière physique, ce processus mystérieux – selon les apparences – le fait par lui-même. Cependant, il n’a rien de mystérieux. Il est une extension de l’intelligence cosmique, et il fait partie du treillis qui, « connaît tout », au sujet de la structure cellulaire et l’équilibre de toutes choses. L’étude des choses dans l’état quantique de votre physique va démontrer que la connexion infinie (l’opposé de la séparation infinie) crée une réunification qui existe déjà dans l’unité de la conscience universelle… C’est une façon de dire que les choses, dans leur état quantique, connaissent toutes les autres choses et ont tendance à s’équilibrer ou s’harmoniser par elles-mêmes…

Êtes-vous ici, ce soir ou en train de lire ces lignes, dans l’incertitude sur la façon de prier ? Savez-vous quoi faire pour votre corps physique ? Plusieurs disent,  » Je ne sais plus quoi faire.  » Vous n’avez pas besoin de le savoir. Est-ce que vous comprenez ? Vous n’avez qu’à vous asseoir devant Dieu et dire,  » Je me relie à mon Soi-Supérieur, et j’ai besoin que vous me disiez ce que je dois savoir. Je suis assis ici et je suis prêt.  » Ensuite, reculez, afin de faire de la place à la réponse. Tout ce que nous avons besoin, très chère ou très cher, c’est votre permission et votre intention pure.

L’intelligence quantique ira aux endroits où votre corps en a besoin. Prenez l’habitude de méditer ou réfléchir quotidiennement à ceci, même si c’est seulement un moment, c’est mieux que rien. Dites,  » Cher Esprit, place en moi ce dont j’ai besoin.  » Ainsi, vous allez économiser beaucoup de temps, cher Être Humain. Ne dites plus à l’Esprit ce que vous pensez que nous devons faire. Ne pensez-vous pas que nous sommes là ? Oh ! Vous vous assoyez devant l’Esprit et dites,  » Tu ne croiras pas ce qui m’est arrivé aujourd’hui !  » Ah oui, nous vous croyons ! Souvenez-vous que nous étions là.  » Eh bien, Esprit, je vais avoir de la difficulté à payer mon loyer.  » Ne pensez-vous pas que nous le savons ? Ne perdez pas votre temps. Nous sommes en amour avec vous. Ne perdez pas votre temps. Venons-en au fait, et le fait est ceci,  » Cher Esprit, donne-moi la sagesse de créer ce dont j’ai besoin. Donne-moi l’assurance que c’est déjà chose faite, alors, je vais simplement m’asseoir ici et me laisser aimer.  » C’est ce que font, envers tous et chacun, les frères et soeurs dans l’Esprit. C’est ce que je suis.

Nous sommes actuellement assis dans un endroit très historique ou notoire, et je ne parle pas de cette église (structure physique centenaire). Je parle du fait que nous sommes près de l’endroit où a eu lieu l’événement que vous appelez le 9/11. Pensez aux vies perdues en cet endroit… Dans votre propre cité, dans votre propre ville et dans votre propre voisinage. C’est un changement d’énergie très profond qui a eu lieu sur la planète, et il s’est réalisé précisément en cet endroit. J’aimerais que, tous ensemble, nous revisitions ces milliers de vies perdues ici. Vous savez qu’en dehors du temps elles sont encore ici. Certaines ont fait demi-tour et se sont réincarnées immédiatement en une nouvelle « expression » sur la planète. Au risque de me répéter, je vous dirai que si vous pouviez les interviewer elles vous diraient à peu près ceci,  » Nous avions donné notre consentement.  » Elles vous diraient qu’elles connaissaient le potentiel, car il était dans leur « vase inter-dimensionnel des possibilités », au moment où elles sont nées. Elles diraient,  » Nous avons participé au plan global, et c’est l’une des raisons pour laquelle nous sommes venues. Nous avons accompli notre part, maintenant, c’est à votre tour. « 

Avez-vous le courage de regarder le sourire qui illumine leurs visages en ce moment ? Elle sont éternelles, chers Êtres Humains, tout comme vous. Cependant, vous ne souhaitez peut-être pas regarder, puisque cela peut vous être douloureux, mais il n’en demeure pas moins qu’il y a de la joie, car elles sont connues de Dieu… Chacune d’elles. Tout comme vous.

KRYEON (2)L’heure du changement est venue. Permettez-vous d’être parmi celles et ceux qui initient ce changement. Cet endroit est délicieux et les couleurs sont grandioses. Il y en a cinq parmi vous, qui viennent de recevoir la semence de guérison, ce qu’ils n’avaient pas au moment où ils sont arrivés ici. Je ne parle pas seulement de guérison physique. Est-ce que le fait de retrouver la paix sur un sujet qui vous perturbait n’est pas une sorte de guérison ? Je connais celles et ceux qui sont ici ! Célébrez la paix qui passe inaperçue… Une paix que vous ne pouvez pas expliquer. Vous réveiller en paix, peu importe ce qui était dans votre vie… Peu importe quelles étaient les menaces ou conditions… Sachant que vous êtes connue ou connu de Dieu.

Kryeon

 canalisation à la réunion de la S.E.A.T. (Society for Enlightment And Transformation), Organisation des Nations Unies (ONU), New York. Intitulé : KRYEON AUX NATIONS UNIES – 2006.

Publié dans:CHANNELING, MULTIDIMENSIONNALITE, PLANETES |on 28 février, 2015 |Pas de commentaires »

La grande offense de l’homme et comment se libérer de son karma

 

vision--galeL’homme se tient au centre de la création, entre les mondes de la Mère – les pierres, les plantes et les animaux – et les royaumes du Père – les Anges, les Archanges et les Dieux. De par sa position, il a une grande responsabilité dans l’équilibre des mondes.

Malheureusement, depuis des siècles, l’homme commet l ’offense envers les règnes de la Mère. Il est maintenant temps qu’il demande pardon, mais sait- il comment ?…

En effet, de nos jours, l’homme se comporte comme un roi sur la terre, se croyant supérieur aux pierres, aux plantes et aux animaux. Par la pollution, les pesticides, les coupes à blanc, les expériences de laboratoire, les manipulations génétiques…, il a asservi la nature en ne se souciant que de sa propre existence, comme si les autres règnes n’étaient pas eux aussi des êtres vivants. L’homme ne peut pas vivre sans ces êtres, et pourtant, il vit dans l’inconscience et commet l’offense envers eux en les asservissant. L’offense à Dieu consiste à tuer la présence divine dans la vie et à ignorer le Créateur à travers la créature. L’homme a ignoré le Divin dans la pierre, dans la fleur, dans l’arbre, dans l’oiseau… Le sens du pardon des offenses consiste à retisser des alliances saines et pures avec tous les règnes de la nature, qui ont chacun quelque chose de précieux à transmettre à l’homme. 

RENOUER AVEC LES RÈGNES DE LA MÈRE

Les minéraux transmettent à l’homme la stabilité, l’enracinement, le feu intérieur, la forme. Les êtres qui vivent à travers le minéral veulent bien porter et donner une forme, mais uniquement à ce qui est divin, à ce qui a un sens sacré. Sinon, ils se trouvent plongés dans le désespoir, la peine, le trouble. Les végétaux transmettent à l’homme le désir, l’aspiration à s’élever et à grandir. Ils lui permettent d’assimiler, de digérer, de se développer, d’atteindre des buts. Ils ne veulent pas vivre dans un homme qui ne porte pas en lui la lumière d’un haut idéal, l’aspiration à l’éveil dans une conscience supérieure et à l’ennoblissement de son être. Les animaux transmettent à l’homme le rêve, l’imagination, les sens et le pouvoir de perception. Les intelligences qui gouvernent ce règne ne veulent pas que l’homme soit bestial, que ses mouvements d’âme soient animés par des intentions inconscientes et faussement égoïstes. Ils n’aiment pas qu’il utilise ses sens pour nourrir ce qui est limité, ce qui est sans respect de la vie et de l’âme. Les intelligences derrière le règne humain transmettent à l’homme la pensée. Elles ne veulent pas qu’il éteigne la lumière de la pensée et s’en serve pour matérialiser des oeuvres éphémères, qui ne servent pas le Divin. Elles souhaitent plutôt qu’il illumine le monde de la Lumière de l’intelligence du Soleil pour que les associations de l’homme avec tous les règnes soient en accord avec l’harmonie, le respect de Dieu et la vie belle et juste.

SE RÉCONCILIER AVEC LES PIERRES, LES PLANTES ET LES ANIMAUX

Le pardon des offenses est un travail dans la subtilité. Acquis par l’homme, il permet que l’amour divin règne sur la terre. En élevant son être, l’homme devient un transformateur d’énergie ; en s’élevant dans d’autres vibrations, il élève non seulement son corps, son énergie, ses sens, ses pensées, mais il élève avec lui la terre et l’humanité. Pour élever la terre tout entière avec lui, l’homme doit guérir en lui les 3 règnes de la nature…

 

Par Olivier Manitara
source : magazine http://www.magazine-essentiel.com/

Publié dans:GUERISON, HUMANITE, KARMA |on 27 février, 2015 |Pas de commentaires »

les robots découvrent Mars

 

serie-tv-space-academy-s01e12-robby-le-robot« Est-ce qu’un jour les hommes visiteront Mars? ». Une question souvent posée, à laquelle nous pourrions désormais répondre la chose suivante : « C’est déjà fait! », la grande aventure de notre époque consistant à explorer des endroits où aucun humain ne pourra jamais (ou du moins pas encore) mettre les pieds.

Depuis la mission de Viking 1 en 1976, cela fait 36 ans que nous cherchons la vie sur Mars. Cette fois une nouvelle étape a été francgie. Après un voyage de 8 mois et demi et 567 millions de km parcourus, le robot sur roues Curiosity s’est lui posé dans le cratère Gale sur Mars, le lundi 6 août 2012, à 7h32 heure française. L’explosion de joie dans la salle de contrôle du Jet Propulsion Laboratory (JPL) de la Nasa à Pasadena (Californie) révèle à la fois l’importance de la mission pour l’agence spatiale européenne et sa difficulté particulière. 

 
Image de prévisualisation YouTube 

Près de 7.000 personnes ont travaillé sur cette Curiosity qui coûte la bagatelle de 2,5 milliards de dollars. 

La Nasa vit l’une de ses grandes heures qui rappelle celles de juillet 1969 avec le premier pas de l’homme sur la Lune. Son succès d’aujourd’hui concerne l’une des missions les plus difficiles de l’histoire de l’exploration spatiale. L’extraordinaire précision dans le timing de l’atterrissage, malgré une technique inédite de largage du robot à l’aide de câbles, démontre la maîtrise de la Nasa. 

Ce que les scientifiques du monde de la recherche spatiale attendent de Curiosity n’est rien moins qu’une découverte majeure. Il s’agit d’analyser les roches de la région d’atterrissage, le cratère Gale, en espérant y découvrir des traces de vie passée. Passée parce que les conditions actuelles (atmosphère, température, pression…) de la planète rouge excluent toute possibilité de vie. 

Mais, aux débuts de Mars, c’est une autre histoire. Et Curiosity doit remonter le temps, vers 3 milliards d’années en arrière, en scrutant les couches géologiques proches de lui. Un véritable livre ouvert dont il suffit de tourner les pages pour y lire le témoignage de chaque période de la vie de la planète rouge. La présence d’eau à la surface de Mars dans son passé lointain, attestée par les analyses précédentes, laisse espérer qu’une forme de vie a pu se développer alors. De quoi s’agissait-il exactement? Personne n’en sait rien aujourd’hui. Mais si la vie a existé sur Mars, elle doit avoir laissé des traces inscrites dans le grand livre de sa géologie. 

Pour autant, Curiosity n’est qu’en étape de l’exploration de Mars. Son objectif, outre les analyses qu’il pourra faire sur place, est de localiser des zones particulièrement riches en information afin de préparer le chapitre suivant: rapporter sur Terre des échantillons de la surface de Mars. La Nasa s’y prépare et travaille sur le projet. 

Mais une telle mission ne peut être finalisée avant le verdict de Curiosity. Il faudra que le robot découvre assez d’éléments pour justifier l’opération délicate et coûteuse de retour sur Terre d’échantillons. Si atterrir sur Mars est désormais maîtrisé, en repartir pose d’autres problèmes concernant, en particulier, les réserves d’énergie nécessaires pour échapper à l’attraction martienne et effectuer le voyage retour. Au total, une telle mission parcourerait plus d’un milliard de km… 

Faute de pieds humains, ce sont les roues de Curiosity qui ont touché le sol rouge et poussiéreux de la planète la plus mythique du système solaire. La mission Mars Science Laboratory se distingue aussi par l’époque dans laquelle elle se situe.

Lire l’article sur Slate.fr

Publié dans:O.V.N.I et E.T., VIDEOS à voir |on 27 février, 2015 |Pas de commentaires »

La Terre a un cerveau

 

Paradoxe : plus la civilisation progresse, plus le mal-être croît et la prise de conscience de celui-ci. Le sentiment de fin de l’histoire ne peut s’estomper que si les habitants de Gaia conçoivent la terre comme être dont ils sont la pensée.

main-terre-640x300

Contrairement a ce qu on aurait pu croire, tous les jeunes gens de la planète ne sont pas seulement les fous dangereux du stade du Heisel ou des groupuscules nazis et autres skinheads, ce ne sont pas non plus les fanatiques furieux endoctrinés. sous le prétexte d’une religion, d’un parti ou d’une secte, et pas davantage les desperados martyrs qui attaquent les chars d’assaut à mains nues. A moins qu’ils ne tiennent un peu des trois, ce qui constituerait un début d’explication au résultat curieux d’une récente étude publiée dans le journal de l’Association médicale américaine, établie par Gérard Klerman et Myrna Weissman de l’université Cornell, portant sur 30000 cas et mettant clairement en évidence que la dépression nerveuse frappe plus souvent la population des pays développés.

Et pour les auteurs, le paradoxe c’est que si la génération du baby-boom, c’est-à-dire celle de l’après-guerre, est physiquement la plus robuste de toute l’histoire en même temps que celle qui a grandi pendant une période de grande prospérité économique, elle connaît pourtant un grand sentiment de malaise et de déception.

Après analyse des statistiques sur les admissions en hôpital, des diagnostics psychiatriques et du nombre et des raisons des suicides, on se rend compte sans aucun doute possible que les cas de dépression nerveuse sont précisément en nette recrudescence chez cette génération, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe occidentale.

Un sentiment de mal-être qui semble bien, en plus, transmissible, puisqu’on voit progresser depuis quelque temps la courbe des cas chez les adolescents, exactement comme si, comme l’indique le docteur Kerman, « la déprime était le prix à payer pour la civilisation ». Rien à voir en tout cas avec ce qu’on appelle le trouble de la femme mûre – qui jusque-là avait le monopole du diagnostic de la fatigue nerveuse… mais en revanche la preuve du profond malaise de notre fin de siècle, une tendance « lourde » comme disent les sociologues, qu’il serait urgent de ne pas sous-estimer, vraisemblablement dû entre autres au fait que dans une société plus riche on peut travailler moins, prolonger son adolescence et ne plus trouver de sens à la vie. La preuve que l’argent ne fait pas toujours le bonheur ! Et autant il est vrai que tirer sur sa jeunesse est un crime contre l’espoir qui ne fait qu’ajouter des croix dans le cimetière des idées des régimes moribonds, autant ne rien lui proposer du tout prépare les funérailles du désir et de l’enthousiasme. Et qu’elles soient nationales ne les rend pas nécessairement plus grandes.

Alors évidemment, il y a les politiques et leurs cris d’orfraie. Depuis un certain temps la notion de majorité semble emporter les suffrages de la presse et des professionnels, en suscitant il est vrai un certain étonnement.

Pourtant, à priori, tout le monde est d’accord sur sa définition. Évidemment, on peut toujours affiner et parler de majorité absolue ou de majorité relative, mais en réalité que cherche-t-on ? Manifestement à décider à la place des autres, à avoir un comportement de chef qui prend en charge la communauté pour son bien. Et il ne fait aucun doute qu’on y croit aussi fermement dans chacun des partis représentés. Et après tout, pourquoi pas, puisqu’il ne s’agit somme toute que de conventions comme dans n’importe quel jeu.

Cela dit, une expérience récente pourrait, à condition de la prendre en compte, tempérer cette belle et bonne volonté et ses certitudes profondes.

Vous prenez deux groupes de dix sujets et vous les enfermez dans deux pièces séparées. Dans la première, vous donnez à neuf d’entre eux des excitants et au dixième un calmant.

Dans la seconde, vous faites le contraire, neuf calmants pour un excitant. Et que croyez-vous qu’il arrive ?
Dans les deux cas le dixième sujet se conduit exactement comme les neuf autres, c’est-à-dire que le calmant a les effets d’un excitant dans le premier groupe et le même excitant a les effets d’un calmant dans le second. Une expérience qui bien entendu fonctionne aussi bien si on prend des groupes de 271 ou de 276 personnes par exemple (comme à l’Assemblé nationale…). Bref, les conventions sociales peuvent être totalement inconscientes, mais n’en sont pas moins les plus fortes.

Autre constatation: tout le monde sait que « pierre qui roule n’amasse pas mousse ». Mais pour les Américains, si la pierre est moussue, c’est parce qu’elle ne bouge pas. Conclusion, pour eux ce proverbe signifie que pour réussir dans la vie, il faut bouger beaucoup. En Irlande, en revanche, l’interprétation est différente: pour acquérir expérience et sagesse il faut surtout rester en place. En clair, notre compréhension dépend de notre perception, une perception élaborée à partir d’horizons singulièrement limités dès lors qu’on les compare à d’autres. Et si un morceau d’ébène raconte des histoires tellement dissemblables à un bûcheron, un poète ou un luthier, on se demande pourquoi la « chose publique », Republica, n’en ferait pas de même avec chacun d’entre nous.

Et s’il faut s’étonner, ce n’est peut-être pas de l’écroulement d’un système auto-satisfait et auto-suffisant, mais du temps qu’il nous aura fallu pour nous souvenir que ce sont les hommes qui l’ont fait et pas le contraire.

De fait, gouverner, comme chacun sait, c’est prévoir, mais informer, c’est mettre en forme.

Une nouvelle n’est jamais gratuite, elle mérite toujours d’être analysée avant d’être dégustée ou digérée. De plus, avoir beaucoup d’informations n’est pas suffisant pour se prétendre intelligent. Et donc il faut savoir juger, coordonner et utiliser les éléments fournis. Enfin, rassurez-vous quand même, il paraît que le volume d’informations auquel les êtres humains peuvent accéder permet de mesurer un certain taux d’intelligence.

Les informaticiens connaissent bien le bit (en anglais : Binary Digit), l’unité élémentaire d’informations qui est en fait une réponse – oui ou non – à une question claire. Le robinet de la cuisine est-il ouvert ou fermé ? Il suffit d’un seul bit pour répondre. De même, dans un livre de 350 pages, vous avez environ 10 millions de bits, soit 10 puissance 7, ou en une heure de télévision, environ 10 puissance 12. Quant à la totalité du savoir humain, en admettant qu’il soit contenu dans l’ensemble des livres répertoriés dans l’ensemble des bibliothèques de la planète, répétitions comprises, il doit avoisiner les 10 puissances 16 ou 17 bits. Mais où l’on peut commencer à s’inquiéter, c’est lorsqu’on apprend que cet énorme chiffre, 10 suivi de 17 zéros, correspond à quelque chose près au nombre d’informations livrées par une seule année de programmes télévisés.

Cela dit, cette façon de mesurer l’intelligence permet au moins d’établir des comparaisons: les baleines bleues, les plus grands animaux jamais connus sur la terre (30 m de long pour 150 tonnes), qui ont une vie sociale et éduquent leurs enfants, sont connues par leur célèbre chant. Un chant qui dure de quinze à soixante minutes utilise une bande de fréquences si large qu’il est parfois inaudible pour une oreille humaine, un chant qui peut aussi bien se répéter de manière absolument identique que s’interrompre brutalement pour être repris, à la note près, 6 mois plus tard.

Certes, nous ne savons pas ce que se racontent les baleines, mais ce qui est sûr c’est qu’elles le font et qu’elles se transmettent 10 puissance 6 bits, approximativement le nombre d’informations de l’Odyssée d’Homère, ce qui n’est pas si mal si on les compare à certains discours et à certaines émissions télévisées.

Et il n’est pas besoin d’être un grand devin pour imaginer la tête que feront les archéologues du futur lorsqu’ils découvriront qu’un jour les hommes sur la planète ont pu produire Interville ou la Porte Magique et l’Illiade et l’Odyssée ! En attendant que celui qui n’a jamais rêvé d’être un temps une baleine bleue leur jette la première pierre !

Un nombre pour finir 
Dix milliards, c’est à peu près le nombre de cellules que contient le cerveau humain, dès la 12e semaine après la conception. Puis, pendant les 6 mois de grossesse restants et les 5 premières années de vie, ces cellules nerveuses vont rompre leur isolement en formant des réseaux extrêmement complexes qui leur permettront de prendre contact, de communiquer les unes avec les autres.

Un autre encore : 500 millions. C’est celui de la population terrestre à la fin du Moyen Age.
En 1840, ce sera 1 milliard, en 1930 deux, en 1976 quatre, cinq aujourd’hui et selon toute vraisemblance dix milliards en 2095.

Or en 1976 précisément, les communications inter­nationales consistaient en 200 millions de lignes téléphoniques, c’est-à-dire un réseau à peine aussi élaboré qu’une zone du cerveau grosse comme un petit pois.
Tandis qu’aujourd’hui elles sont un milliard, les machines à télexer plusieurs millions, toutes reliées entre elles en même temps qu’aux banques de données des plus gros ordinateurs.

De plus, tous les deux ans, ce réseaux double au point qu’on a pu envisager, comme l’a fait remarquer le biologiste Lyall Watson, qu’en l’an 2000 nous aurons fabriqué un outil aussi riche, aussi puissant et aussi compliqué que notre propre cerveau. En clair, quand 10 milliards de terriens seront tous connectés les uns aux autres, comme les 10 milliards de cellules dont nous parlions, l’intelligence ne s’évaluera plus de manière individuelle, mais globale. En fait, rêvons un peu, tout se passe comme si la terre, pareille à un jeune enfant, était à la veille de percevoir son propre environnement, parce qu’elle aurait été capable, tel un cerveau géant, de créer son réseau de communications.

Curieux parallélisme entre le développement du cerveau de l’homme et celui de ce qu’il faut bien appeler le cerveau de la planète. Une planète en tout cas qui parle, qui vit, qui envoie dans l’espace depuis presqu’un siècle, par la voie des ondes, le bruit de ses radios, de ses télévisions, de ses communications et qui, pourquoi pas, pourrait bien finir par devenir un jour elle-même consciente.

Quant à cette notion de conscience, en admettant que tout ceci relève davantage de la science que de la fiction, il suffit d’avoir celle de la précarité de l’avenir humain pour se dire que la Terre n’est pas au bout de ses peines.

Par Jean-Yves Casgha Source : Clé.com

Publié dans:TERRE |on 26 février, 2015 |Pas de commentaires »

Le sérieux des sciences ésotériques

 

Ambiance-esoteriqueLe philosophe Henri Bergson en 1913 et l’astronome Camille Flammarion en 1923, Président de la Society of Psychical Research, avaient posé les bases de ce que l’on appelle aujourd’hui la « parapsychologie ». Entre crédulité et scepticisme, ces deux hommes illustres ont montré par leur engagement qu’il existe une place pour une étude neutre des liens existant entre l’univers objectif et le monde subjectif, entre science et conscience.

Des disciplines comme les sciences occultes, l’astrologie, la numérologie, la voyance, intéressent un large public, toutes conditions sociales confondues. Le paranormal, par l’accroissement des publications spécialisées, sort du ghetto dans lequel un matérialisme rigide l’avait enfermé.

Les arts divinatoires


On assiste aujourd’hui à une véritable réhabilitation de textes anciens traitant des arts divinatoires. Il en est ainsi du yi-king avec le « Livre des mutations ». Les différentes approches de l’astrologie, qu’elles soient issues de la tradition occidentale, chinoise ou indienne, s’inscrivent dans une philosophie de vie. Le tarot de Marseille fait l’objet de véritables traités. Bref, l’image de la diseuse de bonne aventure est remplacée par un panel de connaissances que chacun peut s’approprier. Si la clairaudience ou la clairvoyance restent l’apanage de certains profils, il est avéré aussi que ce sixième sens peut s’éduquer. Les scientifiques étant du reste d’accord pour dire que nous n’utilisons qu’une partie infime de notre potentiel cérébral, il est fort à parier que l’avenir nous en apprendra plus à ce sujet.

Magnétisme et guérisseurs

La médecine elle-même semble davantage encline à accepter, même si elle ne comprend pas vraiment ce qui se passe dans ce registre, les résultats thérapeutiques de certains magnétiseurs guérisseurs. Au point qu’une réelle complémentarité se met en place ici ou là. D’ailleurs, de grands scientifiques comme Yves Rocard ont étudié très sérieusement les effets du bio- magnétisme, apportant ainsi une crédibilité (et non une crédulité) à des phénomènes non expliqués entièrement mais qui ont l’avantage de faire du bien…

La psychokinèse

Le terme de psychokinèse définit tout mode d’action psychique sur les systèmes physiques sans médiation connue. Déplacement d’objets, de substances, apparitions, modification paranormale de structures matérielles ou énergétiques, entrent aujourd’hui dans le cadre d’études scientifiques. « Le hasard et la nécessité » ne sont plus les seuls paradigmes du champ d’application des sciences…

Un supplément d’âme

C’est dans un texte du philosophe Henri Bergson, intitulé « Les Deux Sources de la morale et de la religion », qu’il est écrit :Le corps agrandi attend un supplément d’âme… Peut-être sommes-nous arrivés à cette époque où spiritualité et science pourront enfin travailler de concert et ne plus se rejeter l’une l’autre. Dans son « Plaidoyer pour le bonheur », Matthieu Ricard, fils du philosophe Henri Revel, moine bouddhiste et chercheur en génétique cellulaire, explique qu’à l’heure actuelle les neurosciences parlent davantage de neuroplasticité, terme qui exprime l’idée que le cerveau évolue continuellement en fonction des expériences, que ce soit par l’établissement de nouvelles connexions entre neurones, le renforcement de connexions existantes, ou la fabrication de nouveaux neurones. Une façon de confirmer que la vie est en constante évolution et que les perspectives prometteuses de la parapsychologie restent intimement liées aux immenses espoirs de réalisation…

 

Laurence Didot du Magazine Signes et Sens

Publié dans:ASTROLOGIE, CHIFFRES, ESPRITS |on 26 février, 2015 |Pas de commentaires »

Bien utiliser la thérapie florale

 

oui-a-la-therapie-floraleDes millions de personnes dans le monde emploient aujourd’hui les fleurs de Bach pour résoudre leurs conflits psychologiques. Mais on ne s’improvise pas thérapeute et l’autodiagnostic, souvent erroné, mène généralement à l’échec. Pour être efficace, la thérapie florale ne peut s’affranchir d’un soutien thérapeutique.

Selon certaines enquêtes, plus d’un tiers de la population française aurait un jour utilisé les remèdes floraux du Dr Bach. Le petit dépliant disponible chez tous les revendeurs répond à cette énorme demande. Non seulement, il résume la philosophie qui a présidé à la conception de ce système thérapeutique mais, surtout, il propose un petit manuel d’utilisation des différents remèdes. Ainsi, naît, chez le néophyte, le sentiment d’avoir enfin rencontré la thérapie dont il est à la fois le sujet à traiter et le thérapeute. Avec l’attente d’un résultat rapide et durable. Bien souvent, malheureusement, l’expérience se révèle décevante.

La thérapie florale est aujourd’hui galvaudée

Pourtant, la thérapie florale, créée au début des années trente, ne serait pas devenue universelle si elle ne reposait pas sur des bases solides. Depuis longtemps, elle serait tombée dans l’oubli. Alors, comment expliquer le malentendu dont elle fait l’objet ?

La faute en revient en partie au Dr Bach lui-même. Il désirait que sa thérapie soit accessible à tous, grâce notamment au faible coût des remèdes et à leur simplicité de mise en œuvre. Aussi a-t-il identifié 38 états émotionnels répartis en sept classes. Ainsi, si j’identifie le malaise que je traverse comme de la peur, je suis invitée à regarder lequel des cinq remèdes suivants me correspond le plus : Rock Rose, Mimulus, Cherry Plum, Aspen, Red Chestnut. L’indication de chaque remède est résumée en quelques mots. Par exemple, Mimulus répond à des peurs précises : crainte de la vie quotidienne ; trac, peur de l’autre. Mais, par exemple, quelqu’un qui est manipulé depuis son enfance par la peur de ne pas être reconnu pour ce qu’il est ou/et ce qu’il fait, ne tirera aucun bienfait de Mimulus, mais de Vervain. À vouloir être simple, la thérapie florale est devenue simpliste.

D’autre part, il n’est indiqué nulle part que le soutien d’une personne entraînée ou d’un psychothérapeute est souhaitable. Or comment une personne qui n’a pas entamé un travail sur soi peut-elle être capable de reconnaître son égocentrisme, son incapacité à écouter tout en inondant son interlocuteur du récit de ses innombrables soucis (Heather) ? Qui se rendra compte qu’il est intolérant, et aussi critique que vaniteux (Beech) ? Qui acceptera que son caractère autoritaire et parfois tyrannique est en grande partie responsable de ses problèmes relationnels (Vine) ? Bien peu en vérité ! Aussi, les remèdes autoprescrits ne correspondent souvent qu’à des états superficiels de la personnalité. Et si l’aide d’un psychothérapeute n’est pas sollicitée, aucun changement profond et durable n’est à espérer.

Se donner du temps

Lorsqu’on répète depuis l’enfance un comportement inadapté, on ne peut espérer que celui-ci disparaisse en quelques jours, quelques semaines au plus. Philip Chancelor le montre bien dans son « Manuel des fleurs guérisseuses du Dr Bach » s’attache à l’étude de cas plutôt qu’à la présentation des remèdes. Aucune transformation réelle n’a été obtenue en moins d’un an. Le chemin est long et les chutes fréquentes. Il est nécessaire que la volonté de guérir soit développée et régulièrement confortée.

Qui désire prendre des remèdes floraux, répond – sans le savoir, le plus souvent – à l’appel de ce qu’il y a de plus profond en lui. Que vient-il chercher exactement ? Il a bien des difficultés à le dire à ce point de son cheminement. Ce n’est qu’après la prise régulière de quelques remèdes pendant plusieurs mois qu’il comprend qu’il tient à exprimer le meilleur de lui-même et enfin à s’épanouir.

Car si les changements induits par la thérapie florale sont imperceptibles d’un jour sur l’autre,ils sont incontestables au bout de quelques semaines.

Associer les thérapies comportementales

Mais si les remèdes floraux permettent de transformer les défauts décelés en nouvelles qualités, ils en révèlent d’autres, plus profonds, de sorte qu’à chaque nouveau pas que le patient fait vers son but, ce dernier semble s’éloigner d’autant ! C’est pourquoi il nous paraît essentiel d’associer aux remèdes floraux, certaines thérapies comportementales pour que le patient prenne une part plus active à son processus de libération.

Certains outils proposés sont particulièrement puissants. Comme « les trois lois de la communication » qui permettent de se sentir en sécurité en toute circonstance. Comme le « processus décisionnel » qui nous révèle le ou les endroits où nous butons toujours et nous apprend à développer la force intérieure à réaliser nos envies, quels que soient les obstacles rencontrés.

téléchargement (1)D’autres outils seront plus spécifiques du travail de psychothérapie, tel « le processus des trois questions baïonnette » qui identifie le schisme entre notre ego et notre essence et ouvre sur la résolution de ce conflit qui n’a que trop duré.

Ce n’est qu’en conjuguant l’action des thérapies florale et comportementale que le processus de transformation peut être véritablement consolidé.

 

Bibliographie

Formation

« Les remèdes floraux, un chemin vers soi » : dans une approche conciliant les fleurs du Dr Bach et certaines thérapies comportementales, le Dr Bauplé propose une formation destinée aux thérapeutes.

Infos et points de vente fleurs de Bach : 

  • Dans les pharmacies et les boutiques bio ou en VPC sur Internet
Publié dans:GUERISON, NATURE, PLANTES |on 23 février, 2015 |Pas de commentaires »

Communication avec le Monde des Esprits

 

ar« Au temps où les hommes cherchaient Dieu du fond de leur cœur, leur contact avec le royaume de Dieu s’établissait directement. Individuellement, beaucoup d’entre eux possédaient la faculté naturelle leur permettant de communiquer avec le monde des esprits. Leur propre esprit tourné vers les choses élevées et divines, était capable de recevoir les messages de l’au-delà au moyen de la vision, de l’audition et de la sensation spirituelle.

C’est ce que vous nommez aujourd’hui, clairvoyance, clairaudition, clairsensitivité et clairsensibilité. Jadis, aucun intermédiaire n’était nécessaire pour recueillir et transmettre les messages du Ciel. Ces dons disparurent dès que l’humanité se détourna de Dieu pour orienter ses préoccupations et toute son attention vers les choses de ce monde. La course aux richesses et aux biens matériels firent oublier Dieu. Ainsi, non seulement les échanges avec les esprits furent limités, mais les dons qui avaient permis de communiquer avec eux disparurent en même temps.

Aujourd’hui, l’humanité en est arrivée à un point tel qu’elle ne songe et ne croît même plus à la possibilité d’une telle communication. Relativement peu de personnes possèdent encore ces dons réservés aux hommes pieux d’autrefois qui avaient la particularité de rencontrer les bons esprits. Le temps reviendra où sera rétabli l’ancien état des choses. Chaque individu pourra percevoir l’au-delà par la vision et par l’audition spirituelle. Entre temps, ceux qui continuent à croire en Dieu, pourront entretenir des relations avec le monde des esprits d’une autre manière. De plus, beaucoup de ceux qui ne croient pas pourront observer de leurs propres yeux l’activité du monde des esprits. Cette expérience les secouera et réveillera leur cœur afin qu’ils retrouvent leur foi en Dieu, en l’au-delà et en la survie après la mort physique.

C’est dans ce but que Dieu fit don à l’humanité d’aujourd’hui de ceux que l’on appelle les médiums. Le sens de ce mot n’est pas nouveau pour toi si tu veux te souvenir de tout ce qui a déjà été dit. Comme la juste connaissance de la nature des médiums est une chose essentielle dans le domaine de la communication avec les esprits, je voudrais te donner à ce sujet un enseignement très détaillé. Je me limiterai cependant aux médiums humains et je ferai abstraction des cas où les animaux peuvent servir de médiums.

Les médiums sont des intermédiaires, des individus qui servent d’instruments humains aux esprits, afin que ceux-ci puissent se communiquer aux hommes. L’énergie fluidique étant indispensable aux esprits pour atteindre ce but, les médiums sont des personnes qui servent de source d’énergie fluidique au monde des esprits. Les médiums fournissent principalement leur propre fluide aux esprits qui se manifestent. De plus, les médiums sont des centres collecteurs du fluide que les non-médiums qui participent aux réunions leur cèdent. La mise en place d’un aqueduc nécessite parfois le regroupement de plusieurs ruisseaux qui viennent renforcer le débit de la source principale. De même, la capacité du médium à fournir du fluide s’accroît lorsque ce médium capte ces forces fluidiques plus faibles provenant des participants.

Bien que tous les hommes possèdent de l’énergie fluidique, chez la plupart d’entre eux cette énergie est trop liée à leur propre corps pour être cédée facilement. Il en ressort que la quantité utilisable par les esprits s’avère trop infime. Les individus aptes à servir de médiums sont des sujets très sensitifs. Ceci veut dire que leur facilité à se séparer de leur fluide leur confère la faculté d’être plus aisément impressionnable que les autres hommes. Il n’y a en cela rien de morbide ou de pathologique, comme vos savants terrestres l’affirment.

Il ne s’agit pas non plus de névropathie, de crises d’hystérie, d’instabilité ou de faiblesse de volonté. Bien au contraire, les bons esprits ne peuvent pas utiliser comme médium des individus malades, névrotiques ou faibles mentalement. Un bon médium doit posséder une force de volonté, une santé mentale et une condition physique supérieures à la moyenne. Les médiums sont répartis en plusieurs groupes, selon l’usage qui est fait de leur fluide par le monde des esprits. On classe ainsi les médiums en différentes catégories. »

Extrait des Expériences personnelles d’un prêtre catholique Johannes Greber 

Publié dans:CHANNELING, ESPRITS |on 22 février, 2015 |Pas de commentaires »

Les prédictions contribuent à ce que la roue tourne

 

imagesEnvisager son existence sous le signe d’un pessimisme où seule la fatalité fait loi ne peut qu’engendrer sa kyrielle d’échecs compulsifs. À l’inverse, commencer à réaliser que rien n’est fortuit ouvre des perspectives dynamisantes. Les arts divinatoires se situent justement à ce niveau de prise de conscience.

Chacun a droit à sa part de bonheur, de santé, d’amour. Cette certitude est l’acte de foi de tout professionnel ayant choisi d’exercer ses dons prédictifs au service de ses consultants. Lorsque le mauvais doute s’est installé dans l’esprit de l’un d’entre eux à cause du poids des aléas de l’existence, une simple lueur d’espérance peut remettre en route des pulsions de vie restées trop longtemps en sommeil. Explications.

Qu’est-ce qu’une prédiction ?

Alors qu’une prophétie se veut affirmative et incontournable, frisant le déterminisme, une prédiction signale une potentialité. Comme le disent Didier Goutman et Joëlle Portalié, auteurs de « Voyance, et si c’était vrai ? », ce que le voyant vous tend quand il vous parle de votre futur, c’est un miroir. Si l’image qui apparaît vous parle, si elle vous plaît, si elle est en cohérence avec vos intentions profondes, alors continuez dans cette voie.

Une induction

La prédiction devient ainsi une induction essentiellement positive, faisant écho à une réalité intime. Sacha, 23 ans, décontenancé par une succession d’échecs professionnels, lit dans son horoscope que sa réussite prochaine est en lien avec l’acceptation d’un emploi sous-qualifié. N’ayant rien à perdre, alors qu’il possède une maîtrise de droit, il se souvient qu’il avait refusé à plusieurs reprises un poste subalterne dans un fast-food. Il décide de revenir sur sa décision. Un an après, Sacha se retrouve manager… Il est clair que ce poste a nécessité au préalable un certain lâcher-prise, doublé d’une certitude inconsciente que la prédiction s’adressait personnellement à lui. Comme le dit Sri Aurobindo, La raison fut une aide. La raison est l’entrave. Transforme la raison en une intuition ordonnée

Une transmission positive

Lydia Pascaud, auteur de « Confession d’une voyante », avait – selon le témoignage de son fils Fabrice, lui-même tarologue et astrologue – un objectif précis dans le cadre de ses consultations : Que le consultant reparte de chez elle confiant, debout et en paix avec lui-même. La phrase résume tout ce qui fait l’étoffe d’un bon voyant : transmettre l’énergie positive nécessaire pour que la roue tourne enfin. Ce qui n’exclut pas une franchise à toute épreuve. D’autant qu’aucun être humain n’étant né sous une mauvaise étoile, il est toujours possible de se redresser après une épreuve ou plusieurs méchants coups du destin. Prédire constitue, de fait, un acte thérapeutique qui sous-tend que plus on prend de la hauteur et plus on voit loin, comme le dit le proverbe.

 Martine Senéca

Publié dans:2015 - PREDICTIONS |on 22 février, 2015 |Pas de commentaires »

Le spiritisme pour communiquer avec l’au-delà

 images

Le mot « spiritisme » a été introduit pour la première fois par Allan Kardec, un instituteur lyonnais qui travaillait sur le magnétisme et l’hypnose. De nombreuses personnalités se sont intéressées à cette philosophie. On peut citer Sir Conan Doyle, George Sand, Théophile Gautier, sans parler du scientifique Camille Flammarion et du grand Victor Hugo.

De l’oracle grec au chamane indien, la pratique qui consiste à communiquer avec les esprits est un phénomène qui a toujours fasciné l’Homme car n’est-il que matière ou est-il habité par l’esprit ? La possibilité de l’existence d’une âme indépendante du corps qui puisse être en lien avec les vivants est l’objectif du spiritisme…

La mort a-t-elle le dernier mot ? 

Face à ce mystère, difficile d’avoir une certitude. Cependant, Victor Hugo, que l’on ne peut pas taxer de crédule, affirmait qu’il communiquait avec l’esprit de sa fille Léopoldine : Ceux que nous pleurons ne sont pas les absents, ce sont les invisibles, déclara-t-il publiquement. La survie de l’âme après la mort fait l’objet de la croyance en la réincarnation. Or, Allan Kardec, le père du spiritisme, a beaucoup insisté sur cette doctrine dans son enseignement. D’ailleurs, les noms « Allan » et « Kardec » seraient des noms qu’il aurait portés dans des incarnations précédentes. Son ouvrage « Le livre des Esprits », publié en 1856, fait référence aujourd’hui encore dans le monde entier en ce qui concerne cette discipline. Il y est question de médiumnité, de vie spirituelle et d’évolution de l’âme. Loin de l’image d’Épinal des tables tournantes, le spiritisme touche à une question essentielle : la mort a-t-elle le dernier mot ? Il semblerait que non selon les expériences des médiums. Le psychologue analytique Carl Gustav Jung témoigne qu’il est entré en relation avec l’esprit de son père disparu des années plus tôt. Selon lui, une communication est donc possible entre les morts et les vivants.

Une quête spirituelle 

C’est parce que les dogmes religieux ne répondent pas tout à fait de la même façon quant à la vie après la mort que des chercheurs en quête de sens se sont intéressés et s’intéressent toujours au spiritisme. Des expériences comme les sorties de corps ou NDE, relatées dans le célèbre ouvrage du docteur Raymond Moody « La vie après la mort », tendent à aller dans le sens de la doctrine spirite. Si le fait de faire tourner les tables est l’image un tantinet galvaudée que l’on retient généralement, il ne s’agit pas de la seule pratique, loin s’en faut, utilisée par les médiums. Le ouija ou l’écriture automatique sont aussi des médiations pour se connecter au monde invisible. Toutefois, le spiritisme peut causer des désagréments s’il est utilisé de façon sauvage. Il nécessite de ce fait une formation spécifique et un mental équilibré. Ainsi, selon une association spirite se réclamant d’Allan Kardec, être spirite c’est porter un message d’amour et de paix et avancer sur un chemin d’évolution personnelle

 

Vivian Moussa du Magazine Signes et Sens

Publié dans:CHANNELING, ESPRITS, La MORT |on 21 février, 2015 |Pas de commentaires »

Les enfants non incarnés frappent à la porte

 

ob_11e28e6abb8505d8ed8aa2563d6e30be_img-0723Des notes destinées à son prochain livre, qu’Anne-Marguerite Vexiau a eu la gentillesse de nous confier, nous avons tiré les extraits suivants :

Pour rester en lien avec moi depuis son pays, Ilonka, une petite fille polonaise, a lancé des “cordes de vie”, comme elle dit, que d’autres ont attrapées et lancées à leur tour dans d’autres directions. “Je veux servir d’amitié à ceux des enfants qui cachent cafard dans votre valise”, a tapé une adulte “normale” [...] Bien sûr, tout cela pourrait être une belle histoire fantasmatique de mon inconscient, enrichie de tous les rêves et fantasmes de mes patients. J’ai néanmoins noté de plus en plus de progrès, de coïncidences et de résultats thérapeutiques. L’avancée des uns permet aux autres de progresser. Sans distinction d’âge, de race, ni de quotient intellectuel, mes patients réclament de l’aide des autres, qui leur offrent leur soutien.

L’action des morts tient toujours une immense place dans les propos des Facilités, et tout spécialement celle des enfants perdus avant la naissance.

L’insistance de mes patients à parler de ce sujet était telle que je ne pouvais littéralement pas faire comme si je ne remarquais rien. Dans l’ensemble, ces propos les faisaient aller mieux, mais je n’osais parler d’autre chose que d’une “guérison intérieure”.

Mais visiblement, tous attendaient que cette guérison leur vienne des personnes disparues.

Un enfant a écrit : “Guérir, c’est ouvrir une fente sur les morts pour qu’ils puissent vivre.” [...]

Il arrivait que mes patients m’offrent en CF “leurs” morts pour aider les autres patients. Il n’est alors question dans leurs propos que de vie et d’amour. Je suis partagée entre le désir de les arrêter et celui d’en savoir plus. Il m’arrivait parfois, le matin, de prendre la ferme résolution de couper court à leurs propos s’ils s’avisaient à nouveau de me parler de l’action des morts sur les vivants.

Mais certains enfants pleuraient lorsque je les interrompais. Beaucoup évoquaient les enfants perdus avant la naissance comme une source de vie [...] Tant que l’un de ces petits disparus n’avait pas été réhabilité, il semblait peser sur la communauté tout entière [...] Certains cependant ont refusé d’entrer dans cette ronde, tel cet adolescent, lourdement handicapé, dont la main a frappé : “Je retire ma main si vous dites que le but de ma vie, c’est d’être vu comme un guide de vie pour vous.” [...]

Parfois, il me semble que le Facilité puise dans une autre mémoire que la sienne [...]

L’origine des maladies reste souvent mystérieuse. “Petit lutteur (= fœtus qui lutte pour garder la vie) a maladie donnée à moi pour fracas (= avortement) éviter pour moi”, a frappé un enfant handicapé dont la mère avait fait une fausse couche avant lui.

“J’ai évité mort en choisissant la maladie”, a frappé un autre, dont la mère avait avorté quelques années auparavant. “Vie vient des morts”, affirma un jeune garcon polyhandicapé. Ce qui donna ce dialogue : “Alerte des morts jamais chômeurs. Je vois fils de maman jouer avec  moi.

- Tu parles du bébé que ta maman n’a pas voulu mettre au monde ?

 - Oui, vu naissance de mort et destruction de vie. Vis en moi et moi, je vivrai en toi. – Tu penses que ton petit frère mort peut t’aider à vivre et à guérir ?

- Oui. [...]

“Pépé est-il malheureux ? A-t-il mal pris ce que je lui ai dit ?”, a frappé Solena

- une jeune adulte autiste non voyante. Son grand-père était décédé depuis de longues années. “Que lui avais-tu dit ?” lui demandai-je.

“Pépé, agitation de moi s’estompe si Allemagne devient ton pays d’amour. – Ton grand-père en veut aux Allemands d’avoir tué des Français ? – Pépé doit sortir de mort pour aller faire la paix aux Allemands. Je fais paix en moi si Pépé fait paix aux Allemands.” Je sens bien que ce n’est que le tout début d’une grande aventure.

-Contact : 
Association Ta main pour parler (TMPP) , 2 rue de Saint-Cloud, 92150 Suresnes.

Site web : http://www.tmpp.net/cf/

Publié dans:ENFANTS, La MORT |on 21 février, 2015 |Pas de commentaires »

Channelling ou communication spirituelle

images (4)Se brancher sur les mondes de lumière pour recevoir des informations venant des guides spirituels. Le travail de transformation de soi n’est-il pas plus acceptable et plus facile lorsque nous savons qui nous sommes et ce que nous sommes venus accomplir sur Terre ?

Les guides spirituels donnent des informations précieuses sur tous les secteurs de notre vie et des indications sur les poids que nous portons du passé et comment s’en délivrer. Grâce à ces informations, une véritable PSYCHOTHERAPIE SPIRITUELLE devient possible.

Nous donnons des séances de channelling par téléphone. Pendant environ une heure les guides donnent des informations sur le sens de nos expériences de vie, sur les personnages bloqués dans des vies antérieures, sur les conflits avec nos proches, sur les outils à utiliser pour devenir conscients et heureux.

Ils répondent aussi à toutes les questions avec une sagesse et un humour merveilleux. Nous pouvons donner de telles séances à des gens qui habitent n’importe où dans le monde, des gens que nous ne connaissons absolument pas mais que les guides perçoivent dans la totalité de leur être.

Vidéo de Maître Johanne Razanamahay

Image de prévisualisation YouTube

 

Le contact avec les guides correspond toujours à un « moment de grâce » pendant lequel chacun se sent compris, aimé et encouragé. Quel cadeau d’être entouré par des êtres positifs, lumineux, joyeux et d’une compréhension si profonde du sens de la vie sur Terre ! 

Publié dans:CHANNELING, VIDEOS à voir |on 20 février, 2015 |Pas de commentaires »

L’écriture automatique peut sauver du désespoir

 


images (3)Qui mieux que les poètes peut comprendre cet état de réception magique : l’écriture automatique ? Déjà, Sigmund Freud, dans « Introduction à la psychanalyse », avait insisté sur le fait que les artistes étaient à même de saisir les mystères de la psyché humaine. Pour ces êtres inspirés, il est indéniable qu’une « Muse » guide leur stylo sur le papier, souvent malgré eux. Leur objectif ? Transcrire un indicible enchantement que le poète, tel un passeur, transmet au lecteur. Et s’il en était à l’identique pour ces spécialistes de la relation d’aide dont la spécificité consiste à mettre en lien le visible et l’invisible pour le plus grand bien de leurs consultants…

Le philosophe et historien Hippolyte Adolphe Taine (1828-1893) témoigne dans son ouvrage « De l’intelligence », paru en 1878, de l’expérience à laquelle il a assisté : une femme écrivait des pages entières, de façon automatique, sans regarder sa feuille mais en parlant et en chantant. À mes yeux, sa sincérité était parfaite, avoue Taine. On constate la présence simultanée de deux séries d’idées parallèles et indépendantes, de deux centres d’actions, ou, si l’on veut, de deux personnes morales, juxtaposées dans le même cerveau ; chacune a une œuvre, et une œuvre différente, l’une sur la scène et l’autre dans la coulisse.

Une transmission médiumnique

Les spirites nomment ce phénomène psychographie et considèrent qu’il constitue un moyen de communication avec des esprits désincarnés. C’est au pédagogue et ésotériste Allan Kardec (1804-1869) que revient l’établissement de cette hypothèse tout à fait plausible. Pour cette tradition spirituelle, la présence du médium facilite ce type de contact. L’écrivain Alice Bailey, principale inspiratrice du mouvement New Age, affirme que la majeure partie de ses ouvrages lui ont été dictés télépathiquement par un maître tibétain du nom de Djwal Khul. Par ailleurs, nombre de textes sacrés comme « Le Coran », dicté par l’ange Jibril (Gabriel), sont le produit d’une transmission quasi médiumnique. Plus près de nous, « Les dialogues avec l’Ange » de Gita Mallasz entrent aussi dans ce mode de communication paranormale.

Un réconfort précieux

Pratiquée par un médium compétent, l’écriture automatique se révèle être un précieux réconfort lorsqu’un consultant est affligé par un deuil impossible à réaliser. Michèle, 40 ans, vient de perdre Yoann, son unique enfant, dans un accident de la circulation. Âgé d’à peine 19 ans, il venait tout juste d’obtenir son permis de conduire. La vie de son fils s’étant arrêtée brutalement, Michèle n’a pas la force de continuer à exister et, au bord du gouffre, accepte, sur les conseils d’un ami, de consulter un médium pratiquant le channeling. Sa technique consiste à écrire sur le papier des informations dictées par des guides spirituels ou par des esprits défunts. L’homme est chaleureux mais ne montre pas cette attitude de constriction qu’elle a l’habitude de constater régulièrement dans son entourage, ne faisant que raviver sa douleur. Il commence à lui expliquer que si le corps disparaît, l’âme est éternelle. Peut-être ne s’agit-il pour vous que d’une croyance parmi tant d’autres, précise le médium. En tout cas, elle est partagée par des millions de personnes en Inde et s’étaye sur un raisonnement somme toute assez logique si l’on y regarde de plus près. Pour ma part, c’est une réalité car je l’expérimente régulièrement par l’intermédiaire de l’écriture automatique. Touchée par la sérénité du voyant, Michèle accepte de participer à la séance. Lorsqu’il décrypte le message écrit de manière automatique, Michèle n’en revient pas. Y sont relatées les dernières paroles que Yoann a prononcées et que le médium ne pouvait absolument pas connaître : Maman, je ne rentre pas pour le déjeuner, je mange avec des amis… La suite parvient de l’au-delà et se passe de commentaires : Ne t’inquiète plus, tes pleurs ne feraient que gâcher mon plaisir en m’empêchant de continuer ma route. Je ne suis mort qu’en apparence

Une certitude indémontrable

Ce qui précède est indémontrable scientifiquement. Pourtant, bien des consultants en channeling ont intégré la certitude que la mort n’a jamais le dernier mot. On juge l’arbre à ses fruits est-il écrit dans les Évangiles. Les nombreuses communications de l’au-delà entraînent chaque fois un regain d’énergie vitale. N’est-ce pas là l’essence même d’une transmission authentique ? Que demander de plus à l’écriture automatique que l’incontestable capacité de transformer les désespoirs en des espoirs ?

 

Floriane Jacquemin du magazine Signes et Sens

Publié dans:CHANNELING |on 20 février, 2015 |Pas de commentaires »

Dans le monde des esprits

 

imagesLa classification des Esprits est basée sur le degré de leur avancement, sur les qualités qu’ils ont acquises et sur les imperfections dont ils ont encore à se dépouiller. Cette classification, du reste, n’a rien d’absolu ; chaque catégorie ne présente un caractère tranché que dans son ensemble ; mais d’un degré à l’autre la transition est insensible et, sur les limites, la nuance s’efface comme dans les règnes de la nature, comme dans les couleurs de l’arc-en-ciel, ou bien encore comme dans les différentes périodes de la vie de l’homme.

On peut donc former un plus ou moins grand nombre de classes, selon le point de vue sous lequel on considère la chose. Il en est ici comme dans tous les systèmes de classifications scientifiques ; ces systèmes peuvent être plus ou moins complets, plus ou moins rationnels, plus ou moins commodes pour l’intelligence ; mais, quels qu’ils soient, ils ne changent rien au fond de la science.

Les Esprits interrogés sur ce point ont donc pu varier dans le nombre des catégories, sans que cela tire à conséquence. On s’est armé de cette contradiction apparente, sans réfléchir qu’ils n’attachent aucune importance à ce qui est purement de convention ; pour eux, la pensée est tout : ils nous abandonnent la forme, le choix des termes, les classifications, en un mot, les systèmes. Ajoutons encore cette considération que l’on ne doit jamais perdre de vue, c’est que parmi les Esprits, aussi bien que parmi les hommes, il en est de fort ignorants, et qu’on ne saurait trop se mettre en garde contre la tendance à croire que tous doivent tout savoir parce qu’ils sont Esprits.

Toute classification exige de la méthode, de l’analyse et la connaissance approfondie du sujet. Or, dans le monde des Esprits, ceux qui ont des connaissances bornées sont, comme ici-bas les ignorants, inhabiles à embrasser un ensemble, à formuler un système ; ils ne connaissent ou ne comprennent qu’imparfaitement toute classification quelconque ; pour eux, tous les Esprits qui leur sont supérieurs sont du premier ordre, sans qu’ils puissent apprécier les nuances de savoir, de capacité et de moralité qui les distinguent, comme parmi nous un homme brut à l’égard des hommes civilisés. Ceux mêmes qui en sont capables peuvent varier dans les détails selon leur point de vue, surtout quand une division n’a rien d’absolu. Linné, Jussieu, Tournefort ont eu chacun leur méthode, et la botanique n’a pas changé pour cela ; c’est qu’ils n’ont inventé ni les plantes, ni leurs caractères ; ils ont observé les analogies d’après lesquelles ils ont formé les groupes ou classes.

C’est ainsi que nous avons procédé ; nous n’avons inventé ni les Esprits ni leurs caractères ; nous avons vu et observé, nous les avons jugés à leurs paroles et à leurs actes, puis classés par similitudes, en nous basant sur les données qu’ils nous ont fournies.

Les Esprits admettent généralement trois catégories principales ou trois grandes divisions. Dans la dernière, celle qui est au bas de l’échelle, sont les Esprits imparfaits, caractérisés par la prédominance de la matière sur l’esprit et la propension au mal. Ceux de la seconde sont caractérisés par la prédominance de l’esprit sur la matière et par le désir du bien : ce sont les bons Esprits. La première, enfin, comprend les purs Esprits, ceux qui ont atteint le suprême degré de perfection.

Cette division nous semble parfaitement rationnelle et présente des caractères bien tranchés ; il ne nous restait plus qu’à faire ressortir, par un nombre suffisant de subdivisions, les nuances principales de l’ensemble ; c’est ce que nous avons fait avec le concours des Esprits, dont les instructions bienveillantes ne nous ont jamais fait défaut….

Extrait de conférence  » Le monde des Esprits » http://www.spiritisme.net 

Publié dans:ESPRITS |on 18 février, 2015 |Pas de commentaires »

Lettre des Ummites – E.T

 

model01Nous savions qu’à cette époque des milliers d’hommes de la Terre étaient intéressés par le phénomène ovni. Un fort plissement hyperspatial (*), s’étalant sur une période de temps allant de 1943 à 1978 nous avait permis de prendre contact avec d’autres civilisations intra-galactiques, dont la vôtre. Les incursions d’extraterrestres furent beaucoup moins nombreuses que ce qui avait été évalué par des spécialistes de la Terre. Les nefs provenaient de différents astres froids, dotés de civilisations avancées.

A l’exception de rares cas, nous ne nous connaissions pas les uns les autres et nous respections le principe consistant à ne pas interférer dans nos missions respectives.

Seules trois civilisations décidèrent de laisser de manière permanente des corps expéditionnaires sur différents continents. Une quatrième ethnie extraterrestre, issue d’un astre froid situé à 96 années-lumières de la Terre vous visita plus de fois que toutes les autres réunies. Ces êtres étaient de taille réduite, possédaient une cavité crânienne relativement importante et des bras atrophiés, l’ensemble leur interdisant de pouvoir se mêler aux humains. Ceux-ci sont arrivés sur Terre en 1948 (avant notre première expédition ) et se sont établis dans de petites bases sous-marines. Ils enlevèrent beaucoup d’hommes et de femmes de la Terre pour analyser leur corps sans les léser. Quand au bout de quelques années leur curiosité se trouva satisfaite, ils repartirent, mais leurs interventions furent à la base de la majorité des observations d’ovnis.

Deux autres groupes choisirent de se mêler à vous, en utilisant la similitude de leurs morphologies avec la vôtre, qui avaient des buts similaires aux nôtres, mais des stratégies différentes. Mais ceux-ci maintinrent un silence strict et ne se firent jamais connaître de vous. Leurs vaisseaux furent inévitablement détectés. Ils établirent des bases aux Etats-Unis et en Union Soviétique.

L’une de ces ethnies extraterrestres, dont la planète est située à 174 années-lumière de la Terre, arriva en Angola en 1962 et se mêla à vous à partir de 1969, aux Etats-Unis, En URSS et en Union Indienne. Mais ils évitèrent tout contact avec vous.

En règle générale aucune de ces civilisation ne vous causa de tort, respectant ainsi la loi morale universelle consistant à ne pas altérer le processus évolutif de la planète visitée.

Mais il y eut une exception. L’un de ces groupes d’expéditionnaires envoya des agents dans différents pays d’Europe et d’Asie. Deux d’entre eux arrivèrent en Espagne avant que nos frères ne s’implantent dans votre pays. Ils se connectèrent à un citadin Japonais, grâce à un appareil de contrôle cérébral puis, par son intermédiaire, avec un de vos frère nommé Fernando Sesma Manzano. Cette civilisation, très avancée dans les techniques du contrôle cérébral, trouva là une occasion d’utiliser les humains de la Terre comme cobayes pour leurs expériences neuropsychologiques. Dotés sur leur astre froid d’une civilisation structurée selon des bases morales strictes, ils méprisent les « UAA » qui nous obligent en plus de celles-ci, à respecter l’évolution des autres astres froids qui ont une civilisation inférieure. Avec un mépris absolu de l’intégrité biologique des hommes de la Terre, ils choisirent un vaste prélèvement d’infortunés humains et les soumirent à des manipulations mentales. Furent les victimes à différents degrés (certains hommes et femmes furent soumis aussi à un contrôle leur induisant divers cadres pathologiques) des citadins de République Populaire de Chine, de Thaïlande, d’Indonésie, du Japon, d’Italie, de Grèce et d’Espagne. En Espagne furent affectés à différents niveaux vos frères : Franco Muela, Fernando Sesma, Victoria Iruretaguylna, Alicia Araonjo, Clemente Dominguez Gomez, Isabel Nido, Jose Gonzalez Arenas, Regina Sandras, Julio Fernando Sanchez, Eduardo Buelta, Francisco Montesinos Lopez, Maria Ascension Ciberira, Gomez Marfil et Pedro Vivancos Garcia.

Ne serions-nous plus seul dans l’univers ?

Extrait de la lettre js88 (ou 1378) envoyé par les Ummites

Lettre de 1988 – SOURCE : http://www.astrosurf.com/

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 18 février, 2015 |Pas de commentaires »

Pratiquer l’archéologie intuitive

 

 

Tarot1 (1)De récentes découvertes en neurosciences permettent de mieux comprendre les mécanismes intuitifs. Ces données, adossées aux avancées de la physique quantique, et prolongées par la vision philosophique et spirituelle de l’intuition, ouvrent d’intéressantes perspectives pour apprendre à développer cette capacité universelle que Jung considérait comme « normale, naturelle et nécessaire ».

Mystérieuse intuition… Pour Einstein, elle était la « seule chose qui vaille au monde ». Faculté présente en chacun de nous, l’intuition permet de capter certaines informations sans passer par la raison. Celles-ci servent à anticiper des événements, percevoir ce qu’autrui ressent, avoir des idées lumineuses ou nous guider vers les bons choix. Longtemps reléguée aux rayons ésotériques, l’intuition fait l’objet depuis une quinzaine d’années de l’intérêt des neuroscientifiques. Pour eux, elle résulte des super-capacités de notre cerveau, capable de stocker et traiter en tâche de fond tous nos souvenirs et nos pensées, dont 80 % sont inconscients.

Plusieurs parties de l’encéphale sont en jeu dans les mécanismes intuitifs. 

Le cerveau limbique, siège des émotions, joue un rôle primordial, ainsi que la partie droite du cortex supérieur dont dépendent les processus d’imagination et de création. Le cortex moteur est également impliqué. La récente découverte dans cette zone des neurones-miroir – groupe de cellules s’activant de manière identique chez une personne en train d’effectuer une action, ou bien chez quelqu’un en train de la regarder effectuer cette même action – pourrait expliquer l’empathie et pourquoi nous sommes parfois capables de prédire les intentions et réactions d’autrui.

À la vision matérialiste de l’intuition des neuroscientifiques – qui serait cantonnée dans notre cerveau – s’oppose une approche plus spiritualiste. Ainsi, pour les philosophes, l’intuition dépasse le cadre strict de notre corps physique et dépend de notre esprit. Platon y voit la « saisie immédiate de la vérité par l’âme ». 

Henri Bergson la considère comme une voie d’accès à l’essence des êtres et des choses. Dans les sagesses orientales, l’intuition est une clé spirituelle d’accès à l’univers et aux connaissances fondamentales. Le psychiatre Carl Gustav Jung y voit une forme de communication subtile, d’inconscient à inconscient. Véritable révolution, la physique quantique ouvre de nouvelles voies de compréhension de l’intuition. Ainsi, le concept quantique de « non-localité », espace atemporel et acausal, pourrait expliquer les phénomènes controversés de télépathie, de précognition ou de pressentiment (voir à la fin de l’article).

Quoi qu’il en soit, au-delà de la nature réelle de l’intuition, nous pouvons apprendre à mieux l’utiliser. C’est un processus concret, à la portée de tous, qui passe par des pratiques particulières.

 

Pratiquer l’archéologie intuitive

Nous avons tous des intuitions, mais parfois, nous les avons oubliées ou refoulées. Réveiller son sixième sens passe tout d’abord par une réappropriation consciente de son capital intuitif. Prenez un carnet et notez les souvenirs d’intuitions qui viennent. Utilisez le temps présent, décrivez quel était le contexte, comment s’est manifestée votre intuition, si vous l’avez suivie ou pas, ce qui s’est passé, etc. Laissez-vous du temps et vous devriez voir resurgir d’anciennes manifestations intéressantes.

Mettre son cerveau pensant en pause

Pour fonctionner au mieux, les circuits intuitifs doivent s’alléger du poids du mental. Ainsi, lorsque vous vivez des intuitions, apprenez à les recevoir sans les expliquer, les juger ou à l’inverse, sombrer dans une dimension magique. Laissez-les « être », dans l’expérience de l’instant présent. Entraînez-vous à prendre des décisions intuitives, sans chercher à vous rassurer derrière une profusion d’informations. Plus nous cherchons à amasser de données sur un sujet, plus nous courrons le risque de nous éloigner de l’essentiel.

S’écouter, se comprendre

Loin d’être l’ennemi de la raison, les émotions sont nécessaires pour mener une vie normale, prendre nos décisions et avoir de l’intuition ! Il est donc primordial de se mettre à leur écoute et les vivre, tout en instaurant une juste distance avec elles. Pour cela, apprenez à reconnaître et nommer avec précision une émotion lorsqu’elle se manifeste. Il en existe cinq grandes catégories : joie, tristesse, peur, colère, désir.
 

Si vous vous sentez débordés par elles, le fait de prendre conscience de les identifier et les nommer peut suffire à les calmer.

 images (3)

L’activité intérieure

Notre société ne nous incite pas à explorer les rivages de notre intériorité. C’est pourtant là que notre intuition vit, s’exprime et grandit. Méditation, yoga, sophrologie, relaxation, qi gong permettent d’investir cet espace en soi, en faisant notamment l’expérience de la lenteur et de la simplicité. Il est possible de pratiquer la marche, la course ou toute autre activité en pleine conscience, c’est-à-dire en développant son attention à l’instant présent, à nos cinq sens et aux ressentis corporels associés (sons, odeurs, goûts, textures, aspects visuels…).

Se connecter à ses intuitions du saut du lit

Durant la période de réveil matinal, notre cerveau émet des ondes longues, alpha et thêta, typiques des états de conscience modifiés, comme la méditation ou l’hypnose. Dans cet état flottant, nous pouvons accéder à des informations intuitives, comme trouver la solution à un problème préoccupant. Pour capter ces intuitions du réveil, programmez-vous le soir en vous endormant avec cette intention. Le matin, activez cette fonction dans un coin de votre tête, tout en restant endormi. Puis notez vos idées sur une feuille pour ne pas risquer de les oublier ensuite.

L’étape du travail sur soi est incontournable pour développer son intuition.

On peut le mener avec un thérapeute ou seul si l’on possède de bonnes capacités d’introspection. En comprenant mieux nos failles, nous pouvons alors déjouer les pièges des fausses intuitions. La plus répandue d’entre elles est la projection, qui consiste à plaquer ses désirs, ses peurs, ses rêves ou ses envies sur quelqu’un d’autre ou sur une situation, et l’appeler intuition. Pour intuiter vrai, il est important d’être aligné avec soi-même. Notre sixième sens ne s’épanouit en effet que dans un rapport apaisé et confiant à soi et dans la vie.

Le pressentiment prouvé scientifiquement

« L’anticipation physiologique prédictive » est le nom scientifique donné au pressentiment par les chercheurs. En 2012, le laboratoire de neuroscience et de perceptions cognitives de la Northwestern University, aux États-Unis, a analysé les résultats de vingt-six études publiées entre 1978 et 2010 sur le sujet. La conclusion est étonnante : notre corps est capable deressentir des événements inattendus sur le point de se produire – entre deux et dix secondes avant – sous forme de réactions au niveau du cœur, de la peau, des ondes cérébrales et du système nerveux. « Nos connaissances actuelles ne nous permettent pas de comprendre ce phénomène. Cependant, des découvertes récentes en biologie quantique pourraient nous éclairer », indique la chercheuse Julia Mossbridge, qui a piloté l’étude.

Isabelle Fontaine du site  http://www.principes-de-sante.com/

 

Le pouvoir fiable des formes pensées


pouvoir-fiable-des-formes-pensees
La pensée, dans sa richesse multiforme, se réalise grâce aux composantes complexes des deux cerveaux agissant dans une symbiose à géométrie variable : la visualisation et l’imagination. L’intuition relève de ces « formes pensées ».

La visualisation

La visualisation consiste à créer des images mentales vivantes et réalistes, puis à les envoyer dans des régions subtiles afin d’obtenir en retour, parfois de façon instantanée, leur matérialisation. Une visualisation réussie peut déclencher « en haut lieu » les réactions qui permettent à un souhait ou à un programme de se réaliser. Cette opération de matérialisation de la pensée constitue la clé de voûte de la radionique. L’étincelle divine a été déposée dans chaque Homme, mais l’Homme ne le sait pas. Et si, par bonheur, il en prend conscience, il n’a pas forcément les moyens d’en maîtriser l’énergie. L’humain est fait à l’image de Dieu : il a le pouvoir de participer à la création du monde mais il ignore souvent ce don.

L’imagination

La radionique repose sur le radionicien, son comportement et son imagination, un appareil comparable à un ballon-sonde qui permet de voyager dans l’Univers, comme le spécifiait Mikhaël Aïvanhov. Voltaire écrivait que, sans cette faculté merveilleuse de l’imagination, l’Homme n’aurait jamais pu évoluer et devenir ce qu’il est. L’imagination se manifeste par l’apparition d’une série d’images qui s’enchaînent par associations. En relation avec l’intellect, elle permet d’organiser des réalités qui pourront, grâce à l’action de la pensée, se manifester sur le plan physique. À la limite des mondes visibles et invisibles, elle devient alors limpide et claire. Elle ouvre la voie à l’intuition. À ce moment-là, l’imagination peut devenir vision, voire clairvoyance, ce qui est courant chez les radiesthésistes et les radioniciens, dès qu’ils ont acquis une certaine pratique.

L’intuition

À la différence de l’imagination, l’intuition est une forme de connaissance immédiate qui apporte toujours une révélation. Elle ne recourt pas du tout à l’intellect. Grâce à elle, on peut ressentir et comprendre un problème de l’intérieur, en tenant compte de tous ces éléments, aussi bien conscients qu’inconscients, visibles qu’invisibles. Cette compréhension parfaite permet d’aller bien au-delà de ce qu’inspire le seul intellect. Imprégnée de lumière, la pensée intuitive diffuse dans le corps une résonance harmonique inimitable, un bien-être, un sentiment de paix profonde, de satisfaction et de joie intérieure. Ainsi que nous l’a transmis Paracelse, un simple regard vers les choses extérieures est une affaire de rustres mais l’intuition de l’intérieur est un secret qui appartient aux médecins… 

Michel Grenier*

*Pour en savoir plus, lire :
« ABC de la radionique »,
Éditions Grancher. 

La conviction

Elle peut être négative ou positive et c’est ce qui en fait une des plus grandes puissances. Lorsqu’elle est orientée vers le mal, elle produit ravages et destructions. Tournée vers le bien, elle est capable de transformer le monde…

Publié dans:PENSEE |on 17 février, 2015 |Pas de commentaires »

LES ENTITES OBSCURES et la grille cristalline

 

« Kryeon, je ne peux croire qu’il n’existe aucune entité obscure » ?

Artur-Golacki03Mettons les choses au clair. J’ai récemment mentionné qu’il existe des entités obscures. Oui, il y en a. Cependant, je veux d’abord que vous compreniez que les humains ont tendance à personnaliser et à craindre tout ce qui est sombre. Je veux que vous commenciez à utiliser votre logique spirituelle et votre discernement.

Votre tradition et vote mythologie sont fortes, et elles vous y incitent à priori. Vous avez donc tendance à craindre l’obscurité au lieu de comprendre les vérités. C’est l’objet de cet exposé.

Les entités obscures de la planète sont réelles. Mais elles ont une conscience, ce n’est pas que de la physique. Vous devez savoir que certains humains se sont si complètement retirés de la lumière qu’ils sont eux-mêmes devenus des entités obscures. Ils se servent de ce « pouvoir de l’obscurité » pour assujettir d’autres humains dans la peur. Ce sont donc des entités obscures, et c’est leur choix. Ils sont souvent puissants, car ils dégagent une conscience maléfique ; Vous les avez vus au cours de votre histoire et vous avez constaté à quel point, souvent, l’humanité croit en leur pouvoir. C’est une vieille énergie dans laquelle le mal se reproduit en éliminant toute lumière autour de lui.

Par ailleurs, certaines entités obscures ne sont pas humaines et vont et viennent sur une base régulière. Ce sont des êtres conscients qui vous rendent visite sur la Terre et tentent de vous effrayer pour voir comment vous allez réagir. Il y a une mise à l’épreuve constante quant à la façon dont la conscience humaine évolue. Et comme presque tout ce que vous voyez en physique est polarité, il en va de même en ce qui concerne la lumière et l’obscurité de la conscience. Toutefois, comme nous en avons souvent parlé, ceux qui viendraient d’autres endroits de l’Univers n’ont aucun pouvoir sur vous, à moins que vous les laissiez faire ; Ils n’ont aucun « dieu intérieur » et ne constituent qu’une « biologie intelligente ». Leur fascination à votre égard tient au fait que vous avez vraiment « Dieu en vous » et qu’ils ne peuvent tout simplement pas comprendre cela. Alors ils ont découvert que la peur permettait de vous maitriser pendant qu’ils vous examinent.

Si vous émettez votre lumière, aucune entité ne peut vous atteindre. Ils changeront de direction. Comme toujours, j’ai enjoint aux humains d’appeler l’amour de Dieu dans leur vie et de reconnaître qu’ils font partie de la Source créatrice. Votre Moi supérieur est unique dans la galaxie, et aucune autre forme de vie n’en a. Vous, sur la Terre, vous l’avez, et grâce à cela, c’est actuellement la seule planète où la liberté de choix spirituel existe.

Vous êtes la Lumière.

La Grille Cristalline

Les attributs multidimensionnels des systèmes de la planète en équilibrent le magnétisme global. En particulier, la Grille cristalline, toujours dans une programmation favorisant un quotient de pouvoir négatif, fait en sorte par exemple que vous ressentez autant de lourdeur lorsque vous parcourez d’anciens champs de bataille. Du fait de cette programmation, vous accordez une valeur plus élevée aux éléments négatifs qu’aux positifs. Cela va maintenant changer.

A mesure que l’énergie se modifie sous l’impulsion de la conscience humaine, la mémoire de la Grille cristalline se transforme. Elle st donc actuellement en transformation. De plus, cette grille a conservé la mémoire d’époques anciennes où l’humanité avait atteint des niveaux de conscience relativement avancés. Elle a donc une référence qui l’influence dans sa transformation actuelle. Cela implique aussi une inter-influence entre le passé, le présent et le futur ; Dans un proche avenir, un Travailleur de lumière sensible, debout sur un champ de bataille, ne sentira pas autant ce qui s’est passé au cours de la bataille. Aussi, il y a une redéfinition du sens de la valeur que l’on a de soi. Et cela est perçu par la Grille.

Hier soir, nous avons conclu en cherchant à vous faire comprendre le mouvement de poussée en un va et vient entre lumière et obscurité, et ce qui pourrait très bien se produire ensuite. Faites de votre mieux, sans y attribuer une personnalité ou une entité ; l’obscurité est bête. Elle n’a aucune intelligence. Elle fait tout simplement partie d’un système qui veut survivre pour conserver l’équilibre, comme tant d’autres systèmes sur la planète.

Source : http://francesca1.unblog.fr/  

Texte issu du Livre : « Recalibrage de l’Humanité – Le début d’un nouveau cycle évolutif » – TOME XI de KRYEON aux Editions Ariane 2014 

Nous pouvons en discuter ensemble sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans:ESPRITS, LOI NATURELLE |on 14 février, 2015 |Pas de commentaires »

Notre Pouvoir : L’AMOUR

  

 

Unis_dans_l'Amour« Il y a eu un temps, temps des Atlantes où à la surface de votre planète s’est produite une restructuration phénoménale et globale. Beaucoup considère cela comme un comte, une possibilité, mais nous vous confirmons que cela est la Vérité. Ce fut le moment de l’émergence et de la chute de l’Atlantide. L’émergence de sa grandeur et la chute en raison du choix de sa conscience limitée (l’ego), dont vous, Bien-aimés, êtes en train d’expérimenter encore les effets aujourd’hui. Beaucoup d’entre vous, incarnés en ce début de siècle le furent également au temps de l’Atlantide. Vous avez, depuis ces temps, porté en vous la déception, la perte et l’empreinte de la notion d’échec. La chute de l’Atlantide a été une grande leçon pour chacun d’entre vous, leçon qui vous a enseigné comment ne pas « être ». Vous fûtes en proie aux ténèbres ce qui entraina la disparition provoquée par ceux dont les âmes étaient bien sombres. Il  est temps pour chacun d’entre vous de vous libérer de ces lourdeurs, de vous libérer de cette culpabilité que vous avez alors endossée. Il est temps de se libérer de la densité Atlante, et de prendre conscience que vous avez appartenu à cette glorieuse civilisation, civilisation d’une ampleur qui n’a pas encore été égalée sur Terre. 

Chacun d’entre vous était présent alors, participant à l’édifice de cette magnifique civilisation et vous y avez appris de nombreuses leçons. Une des grandes leçons d’alors à laquelle il vous faut reconnecter aujourd’hui est celle qui consiste à reprendre votre propre pouvoir. Nous vous demandons que vous réclamiez votre propre pouvoir, car vous êtes au coeur même de ces apprentissages et les tests que vous traversez sont des opportunités qui vous permettent de vous réapproprier ce pouvoir. 

Sachez, Bien-aimés, la Lumière est toujours victorieuse, mais pour cela vous devez faire preuve de force et de constance dans la volonté de ce processus d’émancipation. Ceci était une grande leçon au temps Atlante et à nouveau, cette réappropriation se représente à vous. Votre victoire est déjà certaine, et le chemin qui y conduit dépend de vous et uniquement de vous. Y parviendrez-vous dans la facilité et la fluidité ou continuerez-vous à mener des batailles. Car, dès lors que vous vous engagez dans des combats, cela signifie que vous  redonnez le pouvoir à votre ego. Laisserez-vous le pouvoir à ceux et celles qui usent encore la manipulation de l’ego ? 

Souvenez-vous, et nous vous l’avons déjà évoqué, Vous êtes bien plus puissants que vous ne le pensez. Vous avez la capacité, au coeur de votre coeur sacré et de votre esprit sacré, de dépasser les obstacles qui se présentent à vous. Vous devez projeter la forme pensée de la solution, de la résolution et ce toujours dans l’intention pure. Intention envers l’Humanité, envers la Terre Mère, envers toute Création, envers votre corps mental, envers vos émotions et envers toutes les facettes de ce que vous êtes. Remplissez-vous d’Amour et de Joie. Inspirer la Lumière, inspirez le Prana et inspirez profondément. Le Prana vous est à nouveau pleinement disponible comme il l’était au temps Atlante. C’est l’élixir de la Lumière, c’est l’amour en toute création, il est les particules adamantines. Le Prana est le fondement de toute vie, de toute Création. 

Le Tout vous est accessible dès lors que vous respirez profondément tout au long de la journée. C’est un cadeau du Créateur. Jouissez-en. Vous allez vous élever une fois de plus dans les hauteurs d’une civilisation qui dépasse l’Atlantide et cette fois, il n’y aura plus de douleurs, plus de négativité, plus de ténèbres. Le pouvoir ne sera plus utilisé à mauvais escient. Vous vous hissez hors des ténèbres et vous vous immergez dans la Lumière et la Joie, la Paix et l’Harmonie et vous ferez enfin l’expérience e l’Abondance qui est votre Droit Divin. Nous ressentons votre lassitude, nous savons que vous êtes fatigués et pourtant vous y êtes presque. Alors que la Terre traverse également son processus de renaissance, vous pouvez l’assister dans ce passage. Envoyez-lui de l’Amour, de la Lumière et de la Flamme Violette. 

Respirez par votre chakra coronal, maintenez cet inspir alors que vous faites circuler cette Lumière dans vos chakras inférieurs puis jusque dans la Terre Mère. Regardez comme Elle se remplit de Lumière. Puis expirez alors que vous faites remonter la lumière dans vos trois chakras inférieurs, puis au chakra du coeur où elle s’unit à votre propre Lumière de votre propre coeur. Puis expirez par votre coeur (par devant et par derrière). Vous envoyez ainsi de la Lumière au Monde, à l’Humanité, à toute forme de vie grâce à votre intention, simplement en respirant. Utilisez de même la Flamme Violette et projetez-la, là où vous le souhaitez. Appliquez-vous Bien-aimés, en ces temps car nous avons besoin de chacun d’entre vous. Chacun d’entre vous marque une différence au-delà de votre entendement.

Vous avez tous la capacité de transformer la Terre, l’Humanité et toute forme de Vie et ce en un clin d’oeil, si vous vous maintenez dans des formes pensées d’Amour et uniquement d’’Amour. Car ainsi vous devenez Amour et vous ne laissez à rien d’autre. 

L’Amour est au coeur de toutes vos vibrations, ces vibrations d’Amour vous permettent de retrouver votre état originel. Vous y retournez dans l’Amour, la Joie, la Paix, l’Harmonie et dans l’opulence de votre source Divine. Vous êtes cette source Divine, Elle est Amour, Vous êtes Amour. Cet Amour se tient au coeur de votre coeur sacré, inspirez profondément et soyez cet Amour. Vous avez déjà gagné la bataille, chers guerriers de Lumière. La victoire se manifeste sur le plan physique et c’est ce que vous avez attendu depuis si longtemps.

Ce temps est le vôtre et nous sommes à vos côtés pour vous assister, vous donner des coups de pouces et pour vous rappeler que vous êtres AMOUR. Je suis l’archange Michaël, porteur de cette Vérité. » 

Message de l’Archange Michaël – Juin 2010 – par Michèle Coutant - Traduit par Dominique-Claire Germain

 

Publié dans:AMOUR, ATLANTES |on 14 février, 2015 |Pas de commentaires »

Une connexion hors espace-temps

 

téléchargementÀ quel point l’amour sous toutes ses formes nous met-il en état de connexion avec l’objet aimé ? Ce n’est pas un hasard si le chercheur en parapsychologie Dean Radin commença sa conférence à Google Technologies en 2008 par le récit d’une mère éveillée à quatre heures du matin, oppressée par une douleur à la tête, avec l’impression de mourir : « Il me semblait que du sang ou je ne sais quoi s’écoulait de ma tête, et j’essayais de reprendre mon souffle. J’étais de plus en plus faible, je pensais que j’étais vraiment en train de mourir. [...] Puis j’ai eu l’impression que mon fils m’appelait. Il disait : « Oh ! maman, aide-moi » avec une grande angoisse. » Cela se passait un 10 février. Le 12, les parents reçurent un télégramme : leur fils s’était fait tuer le 10 à 1 heure du matin, d’une balle dans la tête. « Il y a neuf heures de décalage horaire entre nous et l’endroit où se trouvait mon fils, poursuivait la mère. Je sens qu’il m’a appelée quand c’est arrivé, que j’ai entendu son râle et senti son agonie. »

Dans une compilation de récits, Sally Rhine Feather du Rhine Center spécialisé dans la recherche en parapsychologie, rapporte que 40 % des 2 878 expériences collectées – télépathie, clairvoyance, précognition – ont eu lieu entre personnes proches. « Les gens émotionnellement proches, qu’ils aient ou non des liens biologiques, sont intéressés par la santé et le bonheur de l’autre. Ils s’en inquiètent. Ils veulent savoir si tout va bien, ou s’il y a un problème. Ce souci profond active un canal de communication spécifique qui n’est entravé ni par la distance ni par le temps », affirme Sally Rhine.

Le poète et essayiste Frederic Myers, un pionnier de la parapsychologie, avait déjà noté à quel point les liens émotionnels entre deux personnes favorisent l’apparition de ce qu’on appelle les perceptions extrasensorielles : des sensations précises – vision, sentiment d’angoisse, douleur physique, etc. – associées à ce que la personne aimée est en train de vivre dans un lieu éloigné, ou à des événements qu’elle vivra dans le futur. Pour Myers, l’amour était une sorte de « télépathie exaltée, – l’expression la plus simple et la plus universelle de l’affinité des esprits ». Nombre de gens disent avoir su ce qui arrivait à leur proche – enfant, parent, époux, compagne ou compagnon – au moment même où les événements se déroulaient. L’un de mes amis a été marqué par le souvenir de sa mère s’écriant soudain, sans raison apparente : « Il est arrivé quelque chose à ton père ! » Au même moment, loin de la maison, son père venait d’avoir un accident de voiture. L’histoire a été longtemps tue comme un secret de famille inquiétant. Car qu’est-ce qui pouvait bien expliquer cette clairvoyance, dont la mère était coutumière, sinon quelque accointance douteuse avec le monde subtil ?

Le coeur pourrait bien être la clé

Les récentes recherches menées par l’Institute of HeartMath aux États-Unis, fournissent un éclairage intéressant sur le lien entre amour et intuition. Selon son vice-président, Rollin McCraty, le coeur joue un rôle décisif dans la transmission des informations au reste du corps. Ce serait lui qui synchroniserait l’ensemble du système, plus que le cerveau, avec lequel il est en étroite relation. D’où l’importance des émotions positives telles que l’appréciation, l’attention, la compassion et l’amour, sources de cohérence cardiaque et donc d’harmonie de l’ensemble de notre physiologie. À l’inverse, la colère est un état psychophysiologique incohérent caractérisé entre autres par un rythme cardiaque désordonné. Dans son dernier livre, The Coherent Heart, paru en juin, il avance l’hypothèse que « le rôle du coeur est d’agir comme un conducteur dans la symphonie du corps, liant et synchronisant l’ensemble du système ». Selon lui, ses rythmes sont porteurs d’informations qui priment sur les autres. Le fait que le coeur, loin d’être un simple muscle, contienne 40 000 neurones, conforte cette hypothèse. Ce rôle serait d’autant plus important que le coeur est voyant. Dans une étude en deux parties intitulée Preuves électrophysiologiques de l’intuition, McCraty a enregistré les réactions cérébrales, cardiaques et épidermiques de 26 participants à la projection d’images, certaines au contenu neutre, d’autres au contenu émouvant : non seulement le coeur a réagi avant le cerveau, mais il a réagi par précognition 4,75 secondes en moyenne avant l’apparition sur l’écran de l’image bouleversante. De la précognition pure et simple.

Rollin McCraty émet l’idée que « le coeur agit comme une antenne tournée vers un champ d’informations hors de l’espace et du temps entourant le corps, qui informe directement le coeur et module ses schémas rythmiques ». Cela expliquerait en partie le lien entre la pratique des exercices de cohérence cardiaque et le développement de certaines intuitions télépathiques ou prémonitoires. L’amour fait partie des états qui peuvent générer cette cohérence cardiaque et partant, les perceptions intuitives. « Si considérée sous un certain angle, la découverte que le coeur est impliqué dans la perception intuitive peut paraître surprenante, il faut rappeler que dans virtuellement toutes les cultures du monde, anciennes et modernes, le coeur a été considéré comme un canal privilégié d’information et de sagesse », conclut McCraty.

Conscience et amour

Si l’amour appelle ce type de perceptions, cela marche aussi en sens inverse. Le physicien américain Russell Targ, spécialiste des lasers, a passé une bonne partie de sa vie à mettre au point les techniques de vision à distance, ou remote viewing. Elles permettent d’obtenir des informations dites extrasensorielles – éloignées dans le temps ou dans l’espace – à partir de ressentis physiques et émotionnels. Ces programmes ont été développés entre autres aux États-Unis et en Russie, parfois à des fins d’espionnage. Mais pour Russell Targ, la pratique du remote viewing fut surtout un chemin spirituel qui transforma « un scientifique de pointe en être humain ». Car cette pratique consistait en l’expérience répétée d’un champ de conscience « serein et océanique », où tout est interconnecté.

téléchargement (1)Selon Alexis Champion, fondateur en France d’IRIS Intuition Consulting qui enseigne les techniques du remote viewing et les applique à la recherche d’informations, « plus on va pratiquer, plus l’ouverture sur les autres va croître ; plus on élargit sa conscience, plus on tend à l’unification avec les autres ». Plus il y a d’empathie entre ceux qui pratiquent le remote viewing ensemble, et plus les résultats sont bons. « L’interconnexion optimise le système. » D’un point de vue théorique, la pratique amène à développer une vision de la conscience hors de l’espace et hors du temps. « Au bout d’un moment, on arrive à cette conclusion : je me connecte à tous et tout au-delà de l’espace et du temps, et la moindre de mes pensées est une interaction avec l’autre. »

Que cette conscience universelle soit l’amour même, et que nous soyons dépositaires chacun d’une étincelle, c’est ce qu’affirment de nombreuses traditions spirituelles. « Quand nous parlons ici d’amour, nous ne parlons pas d’un type d’amour en particulier, mais de la relation au sens global, non d’une relation intéressant une ou deux personnes. Ne savez-vous pas ce que cela veut dire que d’être relié au monde entier, ce que cela signifie lorsqu’on a le sentiment d’être soi-même le monde ? » interroge le philosophe Krishnamurti dans De l’amour et de la solitude. Selon lui, c’est lorsque nous sommes libérés de nos peurs et de nos attachements que l’amour se lève alors en nous.

Certes, nous ne sommes pas tous appelés à être des sages ou des mystiques. Mais n’y a-t-il pas une continuité, un jeu de miroirs, une résonance, entre ces multiples liens d’amour que nous cultivons dans nos existences, et une dimension plus vaste de la réalité ? Tout en écartant toute idée de religion, Fabrice Midal adhère à l’amour selon Dante, « qui meut le ciel et les étoiles », présent dans toute relation fructueuse, de professeur à élève, de médecin à patient… « C’est juste le droit d’être. On ne fabrique pas l’amour, ajoute-t-il, mais ne pas le recouvrir est un exercice. » Un exercice pour chacun.

Car tous, nous posséderions cette graine mystique. Dans son journal Une vie bouleversée, Etty Hillesum, juive néerlandaise d’une trentaine d’années déportée durant la Seconde guerre mondiale, relate sa relation passionnée, spirituelle et sexuelle, avec son thérapeute, Julius Spear. Alors que Julius est mort, et qu’elle-même est enfermée dans un camp de travail, elle s’interroge : « Cet amour qu’on ne peut plus déverser sur une personne unique, sur l’autre sexe, ne pourrait-on pas le convertir en une force bénéfique à la communauté humaine, et qui mériterait aussi le nom d’amour ? Et lorsqu’on s’y efforce, ne se trouve-t-on pas précisément en pleine réalité ? » Nos amours multiples seraient le ferment d’un amour plus vaste, autant de chemins menant au meilleur de nous-mêmes, et à l’humanité tout entière.

source : http://www.inrees.com

Publié dans:AMOUR, CO-CREATION |on 11 février, 2015 |Pas de commentaires »
12

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3