Archive pour le 30 décembre, 2014

La Joie ! Un fabuleux accélérateur de particules

 

JOIE-DE-VIVREBeaucoup a été écrit sur la Joie et chacun de nous aspire au plus profond à se lever le matin, gorgé de cet enthousiasme propulseur. Si chacun d’entre nous ressentait aujourd’hui une joie sincère et profonde, la planète serait une toute autre Terre. Malheureusement, depuis bien trop longtemps nous avons égaré cette sensation si agréable, si majestueuse. L’absence de cette vertu nous a poussés à entreprendre de multiples quêtes. Ces quêtes extraordinaires, riches, et parfois tumultueuses nous ont beaucoup appris, mais souvent, elles ne nous ont pas conduits à cet état de grâce.. 

La Joie et le Bonheur sont des qualités Divines essentielles à notre épanouissement et donc à notre Ascension. L’enthousiasme constitue littéralement un aimant qui attire tous les attributs divins dans notre vie, attributs qui nous élèvent au-delà de notre entendement. Tous ceux qui se sont penchés sur les effets d’un comportement joyeux (les scientifiques, les médecins, les psychologues, les philosophes et bien d’autres, s’accordent à dire, que ce sentiment est profondément curatif. (Voltaire disait : j’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé). La physique quantique observe aujourd’hui que la Joie est un véritable accélérateur de particules. Cette accélération permet de manifester bien plus rapidement ce que nous nourrissons au moyen de nos pensées, de nos rêves et de nos émotions. La joie est une des clefs fondamentale de la loi d’attraction. Le désir exprimé à l’Univers ne suffit pas à manifester ce que nous souhaitons créer au plus profond. Cependant, le sentiment d’exaltation, associé aux techniques de la loi d’attraction, amplifie remarquablement le processus ! 

En chacune de nos cellules pulse cette  fréquence, cet enthousiasme, cette allégresse. Tous les Sages, de tous les continents affirment que la joie est à l’intérieur et non à l’extérieur. C’est un concept de plus en plus compris, de plus en plus accepté, mais ô combien il semble ardu de retrouver ce don divin. Les adversités de la Vie nous ont petit à  petit éloignés de ce  délicieux sentiment. D’incarnation en incarnation, un de nos  principaux objectifs a été de  redonner vie à cette qualité divine mais les affres et les vicissitudes de l’existence, nous ont  rarement permis des retrouvailles avec la Joie. Bien souvent ce fut même le contraire. 

De ce fait, il est souvent complexe de retrouver le chemin de la joie et il est parfois difficile d’entrer en résonnance avec cette qualité vibratoire. Or, Chaque femme, chaque homme et chaque enfant porte en son ADN  l’empreinte indélébile de cette joie Divine. Aujourd’hui, il nous est demandé de nous tourner en conscience vers cette vibration afin qu’elle nous  éblouisse pour toujours.. Il nous est demandé de lui redonner sa place et son rang. La Joie est tel un muscle. Un muscle qui n’a pas été sollicité depuis bien longtemps s’atrophie et il faut de la patience et de la discipline pour reconstruire, pour galber et pour renforcer ce muscle. IL en est de même avec la Joie. LA joie est telle une graine divine ensemencée en nous depuis le tout début et qui attend pour éclore l’engrais et l’eau qui feront éclater son enveloppe et qui  l’aideront à s’épanouir dans son intégralité. 

Car La joie n’est pas une question de chance, mais elle est bien la manifestation d’un choix La Joie ne dépend pas des circonstances mais elle est bien une question de conscience et d’attitudes justes. La joie ne dépend pas de notre environnement, mais   notre environnement dépend de notre enthousiasme., 

La Loi Universelle affirme : « Tu deviens ce sur quoi tu portes ton attention le plus   souvent, tu deviens ce que tu fais, tu deviens qui tu crois que tu es. » Par conséquent, plus nous portons notre attention sur La joie et le bonheur plus nous réveillons leurs subtiles fréquences. En cultivant la joie en notre jardin intérieur, notre univers se transforme complètement. En agissant ainsi, nous nous unissons à tous ceux et celles qui chérissent consciemment la joie, à tous ceux et celles qui ont reconnecté avec la douceur de vivre. Ainsi nous renforçons l’égrégore du contentement et de l’allégresse qui danse autour de la Terre et dans la Terre. Alors,  le sentiment de puissance dû au bienêtre s’accroit visiblement révélant notre capacité à redevenir les acteurs conscients de notre réalité. 

Très souvent les Artisans de Lumière, dont le travail est précieux, s’engluent dans un engagement un peu trop sérieux. Cette intensité spirituelle ne laisse que très peu la place à la légèreté, légèreté qui facilite notre processus d’élévation. Nous avons choisi notre incarnation.

Nous avons créé chacune des circonstances que nous vivons, consciemment ou non. Notre vie est une formidable opportunité, une chance extraordinaire. Il est temps de s’en souvenir. Nous avons choisi de fouler cette terre, de jouer les jeux de rôles que l’humanité a mis en place. Nous avons choisi cela parce que nous savions au plus profond de nous-mêmes que cette vie était une fabuleuse aventure nous permettant de découvrir d’autres facettes de ce que nous sommes. En effet, cette vie est une aventure de guérison, une aventure d’amour et de Joie. Cette scène de théâtre dans laquelle nous pénétrons tous les matins en ouvrant nos paupières est un lieu magique d’évolution. 

Il est important de le reconsidérer ainsi afin de ne pas sombrer dans les spirales du désenchantement. Nous savions que le chemin de cette incarnation était jonché de  tribulations, de peines, de défis et parfois de douces satisfactions. Nous savions que nous avions tout en nous pour y faire face et déjouer les erreurs de l’ignorance. Nous savions que cette vie fonctionnant sur les vieux modèles relationnels n’était que l’expression limitée de ce que nous sommes vraiment et ce que nous sommes vraiment dépasse notre entendement. Nous avons choisi de vivre cette aventure afin de sublimer tout ce qui est, de transmuter tout ce qui doit l’être puis d’ascensionner dans la Joie. La Joie est donc un sésame fondamental de l’Ascension, elle nous aide à affiner notre discernement. Elle nous hisse et nous porte bien au dessus des dysfonctionnements de la troisième dimension. Elle favorise le détachement et son tourbillon lumineux oriente notre regard sur ce qui est beau, magnifique, positif et doux. 

La joie réinitialise nos atomes, nos électrons et notre Adn. Elle rajeunit, elle transmute, elle libère. La joie transfigure tout ce qui est. Dès lors que nous pensons, agissons créons d’un point de vue joyeux et enjoué nous attirons l’abondance, les relations justes, la santé parfaite, la jeunesse éternelle et les cadeaux de l’Univers. De ce fait, ayant conscience de tout cela, notre responsabilité consiste également à créer pour nous-mêmes et pour nos frères et soeurs des Avenues lumineuses, des avenues joyeuses conduisant à la Nouvelle Terre. 

Peut-on imaginer un Paradis sur Terre où tout serait très sérieux et dépourvu de Joie et de rires ???

J’ai déjà évoqué les 12 aspects de la Déité. La Joie appartient au onzième. La Joie et  l’Enthousiasme sont toujours associés à l’Ordre Divin et à la Victoire Divine. La couleur pêche de cette flamme sacrée scintille de mille nuances. L’Archange, gardien de ce rayon sacré est L’Archange Perpétiel et sa polarité Féminine Lady Joie. Cet Archange lumineux nous enseigne ceci : « Le bonheur est le résultat de l’action Juste ». C’est pour cette raison que L’ordre Divin oeuvre de concert avec la Joie. Dès que nous ne sommes plus alignés à ce qui est juste et bon pour nous, dès que nous ne sommes plus dans l’écoute fine de ce qui nous fait du bien au plus profond et au plus vrai de nous-mêmes, nous nous dépressions. Cette dérive, celle qui nous éloigne de notre vérité entraine un mal-être insoutenable. C’est ainsi que nous nous dépouillons de notre pouvoir et que nous l’abandonnons au monde extérieur. Dès que le pouvoir est donné à l’extérieur nous amorçons le processus tant redouté de la dépression ! La dépression n’est-elle pas l’égarement manifeste de notre juste place, la perte de nos rêves? 

Il est donc fondamental de s’extraire de ce qui n’est plus en phase avec nos aspirations profondes et de redéfinir ce qui nous met en joie. La Loi d’attraction est toujours en action, alors porter son attention sur ce que nous désirons vivre vraiment, nous réaligne à merveille à  cette fréquence. L’Univers se réjouit du réveil de nos désirs et orchestre alors de surprenantes synchronicités Il nous offre généreusement ce que nos intentions les plus pures lui ont sincèrement soufflé. Avec réjouissance, Il nous comble de trésors dépassants nos attentes. 

Mais pour se faire, il est vital de se concentrer sur l’enthousiasme que suscite ce désir, et d’agir comme si nous avions déjà manifesté ce qui nous met en Joie. Cet exercice quotidien nous permet de nous re-familiariser avec cette fréquence lovée en nous et qui s’impatiente d’exploser en feu d’artifice dans nos atomes. La Flamme Violette entreprend également un extraordinaire travail de purification, et lui demander de transmuter toutes formes de tristesse, de déceptions, de frustration sera d’un grand soutien. 

Prenez le temps de déterminer ce que vous voudriez vivre, ressentir, faire, dire, entendre, toucher, voir. Redéfinissez ce qui vous fait rire et éclater de rire. Posez tout cela sur une belle feuille de papier. Imaginez des scénarios intérieurs qui vous élèvent et vous mettent du baume au cœur et à l’âme. Puis osez, osez poser les actes et les paroles justes. Pensez à remercier Tout ce qui est. Demandez l’assistance de votre Présence Divine ainsi que l’assistance de l’Archange Perpetiel et lady Joie! Êtes-vous prêt ou prête à déployer les ailes du bonheur et de votre vérité profonde ? 

N’hésitez pas à répéter : « Je suis la Résurrection et la Vie de ma Joie et de mon Enthousiasme parfaits. Merci » Sachez alors que l’Univers tout entier resplendit d’exaltation et que les étoiles vous couvrent d’une pluie d’enchantement… iI ne nous reste plus qu’à nous émerveiller…. 

Dominique-Claire Germain 2011du Magazine Vivre sa Légende

 

Publié dans:ENERGIES, POUVOIR |on 30 décembre, 2014 |Pas de commentaires »

Comment se passe l’éducation sur d’autres planètes

 

 

mainouveauné1Sur bien d’autres planètes, l’éducation n’est nullement dirigée depuis le sommet d’un État, n’est nullement uniformisée, et chaque village, chaque école suit ses proches approches et méthodes. Et ce n’est pas un problème de changer d’école.

Les êtres sont adaptables. Et ceux qui le sont moins mettent tout simplement davantage de temps à apprendre. Est-ce un drame ? (Un drame est l’art de rendre compliquée une situation qui resterait claire et acceptée sans l’intervention de sentiments négatifs et de désirs égoïstes). Sur bien d’autres planètes, l’école n’est pas imposée, l’école est ludique, et l’élève demande de lui-même à y aller. Sur bien d’autres planètes, l’éducation est responsabilité de chacun avant celle d’un système et chaque apprenti, chaque élève, chaque étudiant y est considéré pour lui-même comme un être responsable à part entière en tant qu’âme incarnée. Sur bien d’autres planètes enfin, on adapte au mieux l’enseignement aux élèves et à leurs différences, faisant en sorte que chaque élève s’y développe au maximum de ses possibilités et puisse exprimer, une fois parvenu à l’âge adulte, le meilleur de son potentiel.

Sur la Terre, on cherche au contraire actuellement à uniformiser les élèves sous le prétexte qu’ils doivent tous être égaux. Le concept d’égalité est sur Sol 4 enseigné de manière incroyablement dénaturée, sachant que dans l’univers il n’existe pas deux êtres rigoureusement égaux ou identiques. Même deux atomes distincts ne sont pas identiques ; ils ont notamment chacun leur individualité propre. L’égalité ne peut tout au plus concerner que certaines propriétés ou caractéristiques des êtres et des systèmes organisés, comme les dimensions, la masse, la couleur, le pouvoir d’absorption, le nombre de composantes de nature donnée, ou encore la charge électrique. Et encore, il s’agit en fait souvent bien davantage de similarité que d’égalité.

Le concept d’égalité amène obligatoirement celui de différence et dans le cas d’une civilisation il contribue à l’accentuation des ségrégations, du racisme (encore un concept typiquement humain), et des injustices. Ce qui n’est que très peu enseigné sur la Terre, c’est la notion de dépassement des dualités illusoires qui proviennent toutes d’un excès d’intellectualisation et de rationalisation de la réalité. Les dualités telles égalité/différence, bien/mal, introverti/extraverti ou encore immanent/transcendant ne proviennent que d’une appréciation très partielle des choses. Entre le bien et le mal, comme entre l’égalité et la différence, existent une infinité de situations intermédiaires qui ne sont généralement pas appréhendées par le mental des hommes. Il leur est généralement par exemple inconcevable qu’un être puisse avoir simultanément une nature immanente et une nature transcendante ou que l’on puisse être simultanément introverti et extraverti et que finalement tout dépend du référentiel ou point d’observation. Pourtant, le blanc et le noir ne restent séparés que tant que l’on ne perçoit pas le nombre quasi infini de nuances de gris qui font le lien entre les deux extrêmes.

Tout dans l’univers existe en terme de relativité et de relations. Nulle composante de l’univers n’existe indépendamment des autres. Chaque entité est en relation avec les autres, que cette relation soit consciente ou non ne changeant rien au fait. À partir du moment où une relation existe, le relatif aussi.. Les êtres humains de Sol 4 doivent encore apprendre à considérer chaque relation comme une continuité entre deux êtres distincts. Si l’un est par exemple rouge et l’autre vert, ils ne sont pas différents, mais seulement reliés par une ligne qui passe progressivement du rouge au vert (et bien entendu du vert au rouge, dans l’autre sens).

Sur Sol 4, la recherche de l’égalité dans les systèmes scolaires et éducatifs conduit à un nivellement qui amène les individus les plus avancés à végéter pendant que les moins doués a priori n’ont pas la possibilité d’apprendre à leur rythme plus lent et en des termes qui leur conviennent. Les deux catégories, les surdoués et les sous-doués, comme on tend à les percevoir là-bas, deviennent trop souvent des éléments perturbateurs du système qui font que les élèves intermédiaires, ceux autour desquels on nivelle, ne peuvent plus à leur tour bénéficier dans de bonnes conditions des enseignements prodigués.

Par leur obsession de ne pas vouloir introduire de différences entre les élèves, les professeurs et leurs systèmes ne font qu’aggraver les conditions matérielles de  leur enseignement et diminuer le niveau global d’enrichissement et de développement des élèves. Bien évidemment, comme il a déjà été pensé, ceci est le résultat d’un plan des dragons et n’est nullement fortuit. Quel homme suffisamment lucide et objectivement observateur pourrait continuer à croire que l’uniformité des problèmes du milieu scolaire et éducatif dans toutes les régions terrestres du monde puissent découler du seul hasard ?

Prenons un exemple, destiné aux quelques lecteurs humains. Considérons une race animale terrestre nommée canine. Les représentants de cette race, les chiens, sont représentés par différentes sous-races de caractéristiques physiques assez dissemblables pour qu’un examen généralement superficiel suffise à les différencier. Il y a les bergers allemands, les fox-terriers, les cockers, les dobermans, les caniches, les lévriers… et quantité d’autres. Généralement, on  tend sur Terre à dresser un chien d’une race donnée pour un type d’activité lié à sa race et à ses caractéristiques physiques et comportementales générales de base. Certaines races sont davantage réservées à l’activité humaine appelée  chasse (au cours de laquelle des genres de sportifs, lancent aussi une balle, mais de petite taille et au moyen d’un instrument mécanique appelé fusil ; cette balle est destinée à atteindre des animaux sans défense et à les perforer avec ladite balle, les blessant plus ou moins mortellement et douloureusement). D’autres sont destinés à garder d’autres animaux tels que ceux nommés les moutons.

D’autres servent au divertissement des hommes dans des cirques. D’autres servent aussi au divertissement, mais en les faisant courir les uns contre les autres pour savoir quel est le plus rapide. D’autres encore sont utilisés pour leurs propriétés culinaires dans certaines régions de la planète. Etc. Ces animaux sont donc aussi divers que les cultures et régions humaines sont diverses. Imaginons maintenant que l’on parte, en tant qu’observateur ou visiteur, quelques siècles de la Terre, puis que l’on revienne voir comment les choses ont évolué. En revenant, on trouve que les races existent toujours, qu’elles ont toujours le même usage, mais… chaque chien, de quelque race que ce soit, et où qu’il soit possède maintenant la fâcheuse habitude de vous pisser dessus (déjection fluide de type déchet, provenant de l’animal lui-même par le biais de l’organe servant par ailleurs à la reproduction) dès que vous riez. Pensez-vous que cette attitude commune à tous les chiens serait le résultat d’une évolution naturelle de chacune des races ? Ou ne serait-ce pas plutôt de manière évidente le résultat d’une volonté ou d’un plan collectif humain ?

Maintenant, les humains pensent-ils que le fait d’avoir approximativement partout les mêmes structures éducatives, les mêmes approches pédagogiques, les mêmes problèmes de délinquance juvénile, les mêmes manques de moyens financiers en dépit des sommes monétaires souvent énormes allouées au secteur par les gouvernements, les mêmes tendances à l’irrespect des professeurs de la part des élèves, les mêmes tendances à l’irrespect des élèves de la part des professeurs, etc. soit le simple résultat du hasard ? Et bien oui ! Ils le croient !

Rappelons qu’ils croyaient aussi il y encore peu de temps, que leur planète était plate. Remarquons d’ailleurs en passant qu’ils croient maintenant qu’il s’agit d’une boule pleine alors qu’il s’agit d’une sphère creuse. Comme les autres planètes de la galaxie, la Terre est creuse et les hommes, eux, l’ignorent encore !

Le gros problème de beaucoup d’hommes est de s’en remettre à une prétendue autorité, souvent incompétente, pour connaître la réalité du monde, au lieu d’aller chercher les informations eux-mêmes ou d’observer directement par eux-mêmes.

Un savant (i.e. une prétendue autorité dans le domaine de la science) décrète un jour que la Terre est pleine et rigide, alors tout le monde le croit, sauf ceux qui pensent encore que la planète est plate. Un autre savant dit ensuite que la Terre n’est pas rigide, mais que sa surface bouge et qu’à l’intérieur il y a de la roche en fusion, mais les gens et les autres savants continuent à penser que la Terre est rigide. Mais dans aucun cas les peuples et la plupart des savants ne vont se donner la peine d’observer par eux-mêmes ce qu’il en est ou au moins de réfléchir à une théorie qui permettrait d’expliquer les observations déjà réalisées.

Donc, alors que des hommes ont déjà pénétré à l’intérieur de la Terre par l’une des deux principales ouvertures (aux pôles) ou même par une des ouvertures secondaires et ont ramené le résultat de leurs observations, le reste de l’humanité continue à dormir. Et tandis que des hommes observent les agissements des Reptiliens pendant qu’ils achèvent leur contrôle sur les divers systèmes, dont éducatifs, tous les autres, ou presque, continuent à dormir.

 

EXTRAIT de « La Terre vue d’ailleurs » par http://www.louisecourteau.com/

Publié dans:ENFANTS, O.V.N.I et E.T. |on 30 décembre, 2014 |2 Commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3