Archive pour novembre, 2014

L’amélioration de notre ADN-ARN et les Etres de Lumière

 

 

téléchargement (2)Au fur et à mesure que les Photons-Lumière s’accentueront sur la Terre beaucoup de choses subiront une modification, tout ce que nous sommes sera impossible à occulter et la conscience s’éveillera vers une direction ou une autre suivant le chemin que chacun a choisi.
Par conséquent, tant que nous serons dans ce Limbes-Purgatoire purificateur temporaire, les Etres Protecteurs nous indiquent l’importance de nous préparer fondamentalement, étant impératif le fait d’être positifs, affectifs, solidaires, empathiques, ainsi qu’apprendre à Transformer les densités en subtilités.

Image de prévisualisation YouTube

http://youtu.be/T1xwIwXZ920

D’un autre côté il faut aussi éviter de passer par des états réactionnaires-perturbateurs-turbulents de manière à ne pas tomber dans de fortes charges-exutoires, comme cela arrive pour la majorité des gens qui ne savent pas se conduire avec prudence, respect et intelligence. 

Il faut savoir également que beaucoup de faits vécus proviennent de conspirations-provocations délibérées, planifiées dans le but de nous maintenir soumis à cette basse fréquence qu’ils émettent. Alors pour contrecarrer cette anti-lumière dominatrice, il faut lutter pour nous libérer des liens qui durant des siècles nous ont ligoté et pendant que ce changement de vibration Génétique a lieu, essayer de récupérer notre Hérédité Stellaire qui nous revient de droit. Ce n’est qu’ainsi que nous reconquerrons la liberté de l’Ame-Conscience, qui est nôtre depuis toujours. 

En effet, une métamorphose sur toute la planète est en train de se produire, activée par l’énergie Photonique déterminante. Ces Photons nous poussent à renforcer notre position-nos inclinations-préférences, que ce soit en direction de la Lumière ou de l’Obscurité avec et tout ce que cela implique. Il s’agit d’une situation que toute l’humanité sans distinction est en train de vivre, c’est pour cela qu’il n’y a aucun lieu où s’accrocher, se protéger, se plaindre ou tenter de chercher de l’aide, la seule chose véritable est la syntonie-intégration que chacun de nous ressent et partage avec les autres.

Vidéo réalisée par Alcyon

Alcyon Pléiades 22-1 – L’amélioration de notre ADN-ARN et les Etres de Lumière

 

Publié dans:ADN, PLEIADES, VIDEOS à voir |on 15 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

EQUILIBRER L’OMBRE ET LA LUMIERE

 

ob_7b2e7a4c08f3b317bdc5f62e9a1476c5_dragon-ombre-lumiereLa Lumière et l’Ombre sont liées. Les deux doivent coopérer, l’un est nécessaire à l’autre. Ils forment un tout. Il faut vouloir savoir. Il faut savoir ce que l’on veut. L’action part du rêve. Le rêve est un acte. Le savoir donne le pouvoir. Savoir est un travail. Savoir les choses aide à éviter de céder à un excès d’Ombre.

Lumière et Ombre peuvent aussi être antagonistes. L’Ombre peut empêcher la Lumière. Dans un état dictatorial, la presse, les arts et l’enseignement sont muselés. Chez un individu, la volonté d’obtenir quelque chose peut lui faire oublier de tenir compte des besoins, intérêts et émotions d’autrui. Inversement, la Lumière peut empêcher l’Ombre. Une personne qui accumule des connaissances dans le désordre risque de finir apathique, sans plus aucun ressort. Il faut continuellement mettre en pratique le savoir et le rationaliser pour qu’il reste efficace. Un peuple dont le mode de vie est trop raffiné peut devenir incapable de faire la guerre pour se défendre. 

La confiance, l’espoir, la foi, la séduction, le plaisir, la douleur, la bonté, l’affection, l’identité, le choix, la passion, la stratégie, les scrupules, le charisme, l’instinct, la tendresse, la culpabilité, la rationalisation, l’organisation, la manipulation, la ruse, l’apprivoisement, les valeurs, le jugement, la construction, la rigueur scientifique, l’honnêteté, la probité, la persévérance, la mesure, l’indignation, le secret, la sagesse, la Justice, la prudence, la parole, l’humour… sont des concepts qui font une synthèse de la Lumière et de l’Ombre. La dopamine a un rôle dans le cerveau entre Ombre et Lumière.

L’Ombre et la Lumière peuvent paraître opposés. [ …] Parfois on confond Lumière et Ombre.  […]  La Lumière est sensée éclairer celui qui veut Agir. Pour tenter de faire le tri entre les actions qui devraient être faites et celles qu’il faudrait éviter, les humains ont développé les notions relativement abstraites de « bien » et de « mal ». Les personnes politiquement de droite pensent être capables de faire le tri entre ce qui est bien et ce qui est mal. Les personnes politiquement de gauche pensent être capable d’organiser ce qui amène le bien et d’éviter ce qui amène le mal. 

Un excès d’Ombre vient hélas souvent en réponse à un manque de Lumière. [ …]Un excès d’Ombre mène à une régression de la Lumière. [ …] Fondamentalement le mal n’existe pas. Tout le monde essaye de bien faire, même les dictateurs et les maladies. Si une personne fait du mal à une autre personne, c’est parce qu’elle ne se rend pas compte de ce qu’elle fait ou qu’elle croit qu’il y aura du bien au bout du chemin. Une personne ivre de vengeance, désireuse de faire souffrir un Monde entier, veut au fond d’elle-même redresser un tort ou punir une injustice, ce qui est bien. Dans la Nature il y a beaucoup de choses qui peuvent faire souffrir : les maladies, les accidents… Mais la Nature n’a pas de conscience. Elle ne prend pas la décision de faire souffrir. Il n’y a que des phénomènes météorologiques, des animaux qui se nourrissent ou se défendent. Si nous pouvons ressentir la douleur c’est parce que cela nous permet d’apprendre et d’éviter ce qui nous détruit. Les notions de mal, de Diable méchant ou de Dieu punisseur, ont été inventées par les hommes. Ils subissent des douleurs et des revers, il leur faut trouver des mots pour en parler. Le problème est que ces notions de mal sont à leur tour utilisés par l’homme pour faire le mal. En croyant que le mal est une intention dans les homme ou dans la Nature, certains hommes créent plus de mal encore. Ils croient qu’ils doivent détruire ou réprimer ce qui « contient » le mal. Certains disent que l’homme contient le mal parce qu’il éprouve du plaisir en faisant ce qui est interdit. Une meilleure explication est que l’homme est un explorateur. Il éprouve du plaisir à explorer. C’est grâce à cela qu’il apprend à connaître son environnement et qu’il devient plus apte à y survivre. Faire ce qui est interdit est une des formes d’exploration. Ce n’est pas l’interdit qui donne du plaisir, c’est l’exploration. Il faut apprendre aux enfants à explorer en nuisant le moins possible à autrui. Les empêcher d’explorer ne peut mener qu’au mal.

A la base, l’Ombre pousse à la lutte entre les individus. Les puissants exploitent les pauvres. Le fort détruit le faible. Les grandes bêtes mangent les petites bêtes et les très petites bêtes mangent les grandes bêtes. L’Amour inverse l’action de l’Ombre. Par Amour, une maman lionne ne mange pas ses petits. Ils constituent pourtant un repas de choix. Elle passera des mois à chasser pour eux et à les protéger. Dans les pays civilisés, les politiciens mettent leur volonté au service de la population. On se dévoue pour les plus faibles au lieu de les écraser. Une armée est beaucoup plus puissante et a moins de pertes au combat si chaque soldat fait passer la vie de ses camarades avant la sienne. Dans les dictatures l’Amour est perverti : on fait croire à la population que le dictateur éprouve de l’Amour pour le peuple alors qu’il ne fait que l’exploiter.

EXTRAIT DU TEXTE DE  ERIC BRASSEUR    http://www.4p8.com/eric.brasseur/lumomb.html

Publié dans:ENERGIES, LUMIERE |on 14 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

Météo astrologique de décembre 2014

« Si on pratique la pensée, la parole et l’action juste, on ne pollue plus, on commence à se guérir et à aider le monde à guérir. La pensée juste est faite de compréhension et de compassion, sans haine ni discrimination… » Thich Nhat Hanh.

AO112_meteo-astro

Naissance de l’information

Si, l’information prend naissance dans le signe des Gémeaux, c’est dans le signe du Sagittaire qu’elle circule et se répand. Après la transformation de nos valeurs en Scorpion, le Sagittaire, 3ème signe de feu, mutable et émetteur, détient la clé qui permet de transmuter nos désirs personnels afin de changer de plan de conscience.

Le signe du Sagittaire est lié aux croyances religieuses ou philosophiques, aux voyages quels qu’ils soient, donnant naissance à quelque chose de plus vaste et de plus grand, afin de satisfaire nos aspirations profondes.
C’est dans le Sagittaire que naissent les civilisations. Depuis la nuit des temps, elles ont relié les différentes origines humaines, malgré leurs diversifications culturelles et géographiques.

Nous sommes tous le produit de ces civilisations et nous possédons tous cette mémoire que l’on appelle « Inconscient Collectif ».

L’axe Gémeaux/Sagittaire est mutable, il permet le changement, grâce à son adaptabilité. Cet axe indique clairement, de quelle manière nous pouvons unifier nos dualités. C’est par une attitude de complicité « fraternelle » qu’Hercule ramène la Biche de Cérynie vivante à Mycène.

La représentation symbolique du Sagittaire est un centaure, son corps est double, mi-animal, mi-humain. Sa partie animale doit être transcendée vers un but supérieur : sa quête (la flèche de l’archer). Même si une quête commence souvent par « hasard », ce sont les épreuves lors de son cheminement qui permettront son aboutissement !

Là, où se trouve le signe du Sagittaire dans notre carte du ciel, là sera l’endroit où nous allons exprimer notre idéal, notre quête et notre besoin de voir autre chose (d’aller au-delà de notre esprit de clocher). Comme ce signe est lié aux religions et aux croyances, il est intéressant de voir, comment les hommes ont interprété les religions et de quelle manière, ils ont appliqué ces croyances pour compenser leurs souffrances et leurs manques.

N’importe quelle croyance conduit automatiquement, à des limitations et des rigidités. Les lois religieuses ne devraient-elles pas, au contraire, aider les hommes à s’entendre, plutôt que de les dominer par besoin d’auto satisfaction ?
Combien de persécutions, combien de jugement, combien de bûchés et de destructions au nom d’un Dieu !!! Récemment, sur Internet, je découvre un reportage sur les massacres qui se perpétuent actuellement au Népal dans le but de plaire à la « déesse de la Puissance ». En effet, tous les 5 ans, se produit le plus grand sacrifice d’animaux à la fête Gadhimai, où des milliers d’animaux sont exterminés, juste pour les tuer ! Où se trouvent donc, l’Amour et la transcendance dans tous ces rites ?

N’est-ce pas la partie animale de l’énergie Sagittaire qui prend le dessus sur la conscience de l’Archer ? Pas étonnant, alors de voir toutes des pulsions sanguinaires se réaliser au nom d’une divinité quelconque !

On est très éloignée de l’énergie spirituelle du Sagittaire, celle qui fait don de l’équité, de la notion de partage entre « Le donner et le recevoir ».

Où est la conscience dans tout cela ?

Le Sagittaire est conçu dans l’énergie des Poissons, le 12ème signe du zodiaque, celui qui représente, d’une part, l’Unité au Grand Tout, et d’autre part, l’Incohérence et la peur de la dissolution. Donc, si nous sommes dans la peur, il est normal que nos croyances soient utilisées pour pallier à ces perceptions (la peur de mourir et de ne pas exister). Quelle était la mission d’Hercule lors de son passage aux Poissons « Chercher et ramener le troupeau de Géryon ». À quoi, Hercule doit-il renoncer pour élargir son champ de conscience et contacter l’Invisible ?
Si nous suivons la succession des ères qui ont tracé l’histoire de l’humanité, le Sagittaire correspond à la 2ème partie de l’ère des Gémeaux, le moment où l’humanité sortait de la préhistoire pour entrer dans l’Histoire.

Avec les Gémeaux apparaît la notion de « choix » grâce à la conscience mercurienne.Lorsque l’homme devient conscient, Dieu devient un autre. Lorsque l’on devient sujet, les autres deviennent objets. Toute la dualité Gémeaux s’exprime ici, avec la séparation comme issue. C’est justement au cours de la 2ème partie de cette ère, que les rites religieux apparaissent, pour pallier à cette séparation. Sous la peur, l’homme s’identifie à ces rites. Sans une attitude de conscience et d’abnégation, la partie animale prend le dessus toujours le dessus. Toutes les justifications sont bonnes pour perpétrer ces actes barbares et Dieu a bon dos !

Retrouvons Hercule dans son cheminement à travers ses 12 étapes. Eurysthée lui transmet l’ordre de faire disparaître « les Oiseaux de Stymphale ».

Ces oiseaux redoutables étaient mangeurs d’hommes. « Tout se passe comme si Hercule avait pour mission de libérer un processus énergétique bloqué dans une impasse » dit Luc Bigié.

Deux forces animent ces oiseaux : le désir (animal) et la peur. Bien des religions sont basées sur la peur en exploitant « le désir » des humains et ceci, au service d’une cause spirituelle, avec comme récompense le sentiment d’exister et surtout la certitude d’une place au Paradis !

Les oiseaux ne sont-ils pas le symbole de l’âme représentant le lien entre le ciel et la terre ? Au Sagittaire, il faut que l’Archer (la conscience) triomphe, en se débarrassant des croyances limitantes échafaudées sur des peurs de vide et de néant.

Nous assistons actuellement, avec cette ère du Verseau, à la décadence des systèmes monothéistes liés au contrôle et la domination. Il n’y a plus de limites dans l’horreur. Nous devons petit à petit, réintégrer le « féminin » pour permettre la réalisation de notre Unité intérieure. Comme dans toute fin de civilisation, la partie animale prend le dessus, c’est la raison pour laquelle, nous vivons des moments difficiles, où l’incohérence semble dominer. Un peuple qui ne respecte pas la femme, et un peuple qui ne respecte pas son âme. La femme est porteuse de vie ! Oui, les circonstances actuelles nous poussent à changer de paradigme.

La nouvelle lune du 22 novembre 2014 à 12 h 33 T.U.

AO112_th-NL22112014Cette carte du ciel est intéressante, avec ses planètes dans l’hémisphère Sud. La nouvelle lune/Vénus/Saturne se trouvent en maison IX, la maison du Sagittaire au carré de l’Ascendant Poissons/Neptune/Chiron. Le nœud Nord est toujours en Balance en VII et Jupiter/lunes noires en Lion Maison VI.

Voilà tout un programme qui va dans le même sens que l’énergie Sagittaire traduisant son message essentiel. Élévation et canalisation des pensées, notion de service aux autres, où l’ego ne doit pas prendre la main. Mars en Capricorne après son passage sur Pluton semble colorer de son bon sens cette lunaison.

En cette fin d’année, il serait bon de réfléchir à ce message : où en sommes-nous dans l’expression de nos besoins et de nos manques ?

La planète Jupiter est le maître du Sagittaire. Dans le corps humain, Jupiter représente le foie, organe lié à nos colères, à nos émotions et surtout à nos manques. Saturne dans le signe du Scorpion depuis octobre 2012, nous a incités à épurer nos désirs et à nous focaliser sur l’essentiel. Alors comment exprimons-nous actuellement nos désirs, sur qui ou sur quoi ?

Cette nouvelle lune est au carré de l’Ascendant/Neptune, elle exprime une notion de défi : fuir la réalité ou s’appuyer sur sa Foi ? La réponse peut se trouver dans le triangle de feu Venus/Uranus R/Lunes noires : l’amour est l’étoile que nous devons suivre, c’est de cette manière que nous ressentirons notre réelle identité et nous ne ferons plus rentrer notre petit « je » dans le jeu de notre ego !

Le 6ème carré Uranus/Pluton aura lieu le 15 décembre 2014. Si les trois premiers carrés, nous ont poussés à prendre conscience de notre besoin d’identité et d’action, celui du 1er novembre 2013 a permis un tournant dans notre cheminement, et les deux derniers vont procéder à la mise en place d’une nouvelle manière d’être : nouveau paradigme.

Pluton représente dans ce carré, le patriarcat finissant (d’où le déni et la destruction des femmes chez certains). La femme doit reprendre sa juste place, non par la revendication, ni par la compétition, mais grâce à sa réceptivité et à son amour. Quand on aime, on n’a pas besoin de comprendre, car tout se passe à l’intérieur de nous et nous savons bien que de l’amour naissent les miracles.

Uranus R Bélier trigone Vénus : la liberté est intérieure et elle doit obéir au cœur et non au mental.

Jupiter (maître du Sagittaire) devient R le 9 décembre et ce jusqu’au 9 avril 2015.

Que s’est-il passé à la fin des années 2002 et 1954 ?
À chaque rétrogradation, un travail bien spécifique est proposé. Qu’avons-nous appris l’année dernière lorsque Jupiter était rétrograde du 22 décembre 2013 au 7 mars 2014 ?
Jupiter rétrograde remet en question les valeurs trop traditionalistes. C’est en reconnaissant les valeurs d’autrui, en se dépossédant de nos convictions obsolètes et en s’appuyant sur une vraie humilité que l’on y arrive. Je vous engage à toujours faire le bilan des événements passés, ceci afin de pouvoir mieux appréhender le « ici et maintenant » ? Lorsque ce travail est réalisé, la personne devient souvent l’incarnation vivante de ses connaissances et de ses compétences et n’oublions pas qu’en évoluant, nous permettons aux autres d’évoluer.

Il faudra faire le lien entre la période de l’éclipse lunaire du 8 octobre (prise de conscience que quelque chose cloche) et la première semaine de février 2015, où des circonstances vous permettront de modifier certaines de vos attitudes. Vous récolterez les résultats de vos remises en question, au cours de la première quinzaine de juin 2015.

Les lunes noires vont passer du Lion à la Vierge, permettant d’intégrer et de digérer, le travail sur les blessures égotiques.

1La Pleine lune aura lieu le 6 décembre 2014 à 12h28 T.U.

L’axe Sagittaire/ Gémeaux se pose sur l’axe IX/III. Nous retrouvons un Ascendant Poissons, comme à la nouvelle lune. Le nœud nord toujours en VII indique l’importance du rapport « juste » avec les autres. Neptune/Chiron sont passés en XII, nous invitent en cette fin d’année, à une retraite intérieure.

Quels que soient les événements que nous avons rencontrés au cours de toute cette année 2014, c’est avec le filtre de l’amour et de la compassion que nous devrons les accepter.

La lune passe du Sagittaire aux Gémeaux.
Cela va nous faire réfléchir sur la manière dont nous nous faisons circuler l’information dans notre vie quotidienne. Sommes-nous plus souvent dans le commérage et la médisance ou notre parole est-elle impeccable ?

Avec ce mois lié au Sagittaire, je vous propose de réfléchir sur votre « Légende Personnelle » et « là où vous découvrirez votre trésor, là vous découvrirez votre cœur ». Les Oiseaux sont le symbole de l’âme et « si l’on connaît l’Amour, on connaît aussi l’Ame du Monde qui est faite d’Amour » nous dit Paulo Coelho dans l’Alchimiste.

Je vous retrouverai le 15 décembre 2014 pour vous parler de la nouvelle lune Capricorne et du solstice d’hiver. Nous ferons un récapitulatif de l’année qui se termine et nous prendrons connaissance des énergies planétaires de 2015.

Béatrice Robin Brezina - Astrologue, tarologue, conférencière, Les Angles-Avignon (Gard) – France

www.beatricerobinbrezina.com

Prochain rendez-vous mensuel de Béatrice :
jeudi 27 novembre 2014 à 20h30 (heure de Paris)

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net

Publié dans:2014 - PRÉDICTIONS, ASTROLOGIE |on 14 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

Le travail maçonnique COMME VOIE D’EVEIL

 

 

 toolstradereveditedDepuis le Moyen-Âge, la franc-maçonnerie a fait frissonner, fantasmer, rêver des milliers de gens et, de ces frissons et émerveillements, de nombreuses et magnifiques œuvres littéraires et musicales sont nées, exaltant la quête initiatique, la quête de soi, la quête de l’absolu tout comme la réalisation de l’unité tant sur le plan sociétal que sur le plan intérieur ou méta physique.

Et pourtant, comme nous le rappelle bien tristement l’actualité, elle souffre toujours autant de méconnaissance et endure, comme ses pratiquants, le discrédit, la suspicion voire parfois la violence, pouvant aller jusqu’à la violence institutionnelle d’un état de Vichy ou de certains états actuels, entraînant les pratiquants de cette veille fraternité initiatique dans les camps de la mort de l’état nazi et, par réaction, dans la discrétion la plus absolue.

 

 Bien sur cette discrétion n’est aussi que le reflet d’une discrétion bien plus intime, puisque la base de tout le travail maçonnique est de l’ordre de l’intime, du subtil et que, comme tout éveil à soi, au réel, à la nature des choses, il est bien difficile à transmettre par des mots…

Malgré les importantes avancées dues à leurs actions et valeurs humanistes constatées de par le monde et liées au respect de l’humanité dans toutes ses dimensions, au respect de l’intégrité, de l’autonomie tant psychologique, religieuse que sociétale et ce quel que soit le sexe, la couleur de peau, l’orientation sexuelle, le niveau socioculturel, les clichés (issus en grande partie d’un farceur Leo Taxil et d’un curé délirant, l’abbé Barruel) perdurent et servent de support aux projections de ceux qui ont le moins d’intérêt à ce que l’humanité se libère des dogmes, qu’ils soient religieux, politiques ou autres…

 

 La réalité de la franc-maçonnerie révèle un tout autre visage : celui d’une école de vie qui enseigne sans dogme, d’une voie de développement personnel, d’une fraternité initiatique per mettant à ceux qui la pratiquent d’aller vers leur plus belle version d’eux même, d’aller vers une réalisation à la fois intime et extime du meilleur d’eux-mêmes vers l’idéal maçonnique que représente la devise française.

Qu’est-ce que le travail maçonnique ?

Nous sommes tous des êtres de cœur, des êtres psychiques, des êtres spirituels, des êtres sociaux, des êtres relationnels et avons aussi tous notre lot de souffrance, de désir, de plaisir, d’envie, d’ambition, d’objectif. Nous sommes des êtres multi dimensionnels et appréhendons le monde par différents moyens, visuels, kinesthésiques, auditifs, et sous de multiples plans… et c’est avec cet ensemble de paramètres particuliers de notre personnalité que nous allons travailler au sein d’un environnement symbolique, la loge, et avec les outils que l’on va nous donner progressivement et qui sont les outils que nous trouvons dans tous les garages, sur tous les chantiers du monde pour construire une maison : une équerre, un compas, un fil à plomb, une règle, un maillet, un ciseau…

Ici, le travail ne s’effectue pas sur de la pierre, mais sur la chair, l’esprit, la psyché en employant la méthode analogique, l’introspection, l’écoute des différences, le partage ; en faisant à la fois résonner et raisonner le pratiquant, en utilisant par une approche « ratio- émotionello-intuitive », globale, holistique, tous les potentiels et dynamiques que nous recelons tous et que nous mettons progressivement en lumière, afin de les utiliser pleinement en sagesse.

La franc-maçonnerie est, à l’image des chantiers des cathédrales dont elle est mythiquement issue, un chantier de construction, mais là, il s’agit d’un chantier de construction de soi.

Nous devenons en fait, en étant francs-maçons, les artisans créateurs de qui nous sommes… de la plus belle version de qui nous sommes tous ! La maçonnerie est donc une méthode de développement personnel, une voie d’éveil ?

Oui et c’est aussi, à mon sens, l’unes des rares à être un outil non dogmatique et, surtout, pour employer un terme actuel, multimédia. C’est une « machine » à fabriquer des individus libres, autonomes là où tout dans la société vise à l’inverse. La franc-maçonnerie réelle, au-delà des fantasmes que l’on peut tous lire ici ou là, n’est au final, qu’un ensemble d’outils, de symboles, de techniques permettant à tous ceux qui éprouvent le besoin de cheminer hors des sentiers d’une pensée dogmatique, hors d’un prêt-à-penser omniprésent, de « grandir », de s’affirmer et ce, le plus librement qui soit.

Mais comme le sous-entend ce quatrain datant de 1744: « Pour le public, un franc-maçon sera toujours un vrai problème qu’il ne saurait résoudre à fond qu’en devenant maçon lui-même ».

 Article de Alain Subrebost

Publié dans:DEVELOPPEMENT, SOCIETE |on 13 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

Le Fils de l’Homme

 

 « Dieu est Amour, et son Amour crée et recrée sans cesse ».

images (1)Les paroles délicieuses de l’amour conduisent au baiser ardent de l’adoration. L’acte sexuel est la réelle consubstantialisation de l’amour dans la formidable réalité psycho-physiologique de notre nature.

Lorsqu’un homme et une femme s’unissent sexuellement, quelque chose est créé. En ces instants de suprême adoration lui et elle sont véritablement un seul être androgyne doté de pouvoirs pour créer, comme les Dieux.

Les Elohim sont mâle et femelle. L’homme et la femme unis sexuellement durant l’extase suprême de l’Amour sont, réellement, un Elohim terriblement divin.

En ces instants de l’union sexuelle nous nous trouvons, réellement, dans le Laboratorium-Oratorium de la Sainte Alchimie.

Les grands clairvoyants peuvent voir à ce moment-là le couple sexuel enveloppé de splendeurs terriblement divines. Nous pénétrons alors dans le Sanctum Regnum de la Haute-Magie. A l’aide de ces forces merveilleusement divines nous pouvons désintégrer le Diable que nous portons à l’intérieur de nous et nous transformer en grands Hiérophantes.

Selon que l’acte sexuel se prolonge, à mesure qu’augmentent les délicieuses et adorables caresses de l’extase, on ressent une volupté spirituelle enchanteresse. Nous sommes alors chargés d’électricité et de magnétisme universel ; de terribles forces cosmiques s’accumulent au fond de l’Ame, les Chakras du corps Astral scintillent et les forces mystérieuses de la grande Mère Cosmique circulent par tous les canaux de notre organisme.

Le baiser ardent, les caresses intimes, se transforment en notes miraculeuses qui résonnent, émouvantes, dans l’Aura de l’Univers.

Il n’y a pas de mots pour expliquer ces moments de jouissance suprême. Le Serpent de feu s’agite, les feux du coeur sont avivés et les rayons terribles du Père scintillent avec majesté sur le front des êtres unis sexuellement.

Si l’homme et la femme savaient se retirer avant le spasme, s’ils avaient, en ces moments de jouissance délicieuse, la force de volonté pour dominer l’Ego animal, s’ils se retiraient de l’acte sans répandre le Semen, ni dans la matrice, ni en dehors d’elle, ils feraient alors un acte de Magie Sexuelle ; c’est ce que l’on appelle, en Occultisme, l’Arcane AZF Avec l’Arcane AZF nous pouvons retenir toute cette merveilleuse lumière, tous ces courants cosmiques, tous ces pouvoirs divins. Alors s’éveille la Kundalini, le feu sacré de l’Esprit-Saint, en nous, et nous nous convertissons en Dieux terriblement divins.

Mais lorsque nous répandons notre Semen, les courants cosmiques se fondent dans l’énergie universelle, et une lumière sanguinolente, les forces lucifériennes, le magnétisme fatal, pénètrent dans l’Ame des deux êtres.

Cupidon s’éloigne alors en pleurant et les portes de l’Eden se ferment ; l’amour se transforme en désillusion et il ne reste plus que l’amère déception et la noire réalité de cette vallée de larmes.

Lorsque nous savons nous retirer avant le spasme sexuel, alors s’éveille le Serpent Igné de nos pouvoirs magiques.

Les Kabbalistes nous parlent de la Neuvième Sphère. La Neuvième Sphère de la Kabbale, c’est le Sexe.

La descente dans la Neuvième Sphère fut, dans les Mystères antiques, l’épreuve maximum pour la suprême dignité du Hiérophante. Jésus, Hermès, Bouddha, Dante, Zoroastre, etc., tous ont dû descendre à la Neuvième Sphère pour travailler avec le Feu et l’Eau, origine des mondes, des bêtes, des hommes et des Dieux. Toute Initiation Blanche authentique et légitime commence par là. Le Fils de l’Homme naît dans la Neuvième Sphère ; le Fils de l’Homme naît du Feu et de l’Eau.

Lorsque l’Alchimiste a complété son travail dans le Magistère du Feu il reçoit l’Initiation Vénuste.

Les Noces de l’Ame avec l’Agneau sont la fête la plus grande de l’Ame.

L’Agneau, ce Grand Seigneur de Lumière, entre en elle ; il s’humanise, elle se divinise. De ce mariage divin et humain provient ce que l’Adorable a appelé, avec tant de justesse, le Fils de l’Homme.

Le triomphe maximum de la suprême Adoration est la naissance du Fils de l’Homme dans la Crèche du monde.

L’homme et la femme qui s’aiment mutuellement sont véritablement deux harpes aux miraculeuses harmonies ; leur extase glorieuse ne peut être définie, car la définir ce serait la défigurer. Voilà l’Amour.

Le baiser est la consécration profondément mystique de deux Ames qui s’adorent, et l’acte sexuel est la clé par laquelle nous allons nous convertir en Dieux. Il y a des Dieux et il y a Dieu. Vous savez, vous qui aimez vraiment, que Dieu est Amour. Aimer, qu’il est beau d’aimer. L’Amour se nourrit d’Amour, seul l’Amour rend possibles les Noces de l’Alchimie.

Jésus le Bien-Aimé a reçu l’Initiation Vénuste dans le Jourdain. Au moment du baptême, le Christ entra à l’intérieur de l’Adorable Jésus par la glande pinéale. Le Verbe s’est fait chair et a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire comme fils unique du Père, rempli de Grâce et de Vérité.

A celui qui sait, la parole donne pouvoir, personne ne l’a prononcée si ce n’est celui-là seul qui l’a incarnée.

Dans l’Apocalypse, le Livre de la Révélation, l’apôtre saint nous décrit le Fils de l’Homme, le Fils de nos baisers, dans les versets suivants : « Je fus dans l’Esprit le jour du Seigneur et j’entendis derrière moi une grande voix retentir, comme une trompette, et elle (le Verbe) disait : Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier. Ecris ta vision dans un livre et envoie-le aux sept Eglises qui sont en Asie, à Ephèse (le Centre Magnétique du coccyx), à Smyrne (le Centre Magnétique de la prostate), à Pergame (le plexus solaire, situé dans la région ombilicale), à Thyatire (le Centre Magnétique du coeur), à Sardes (le Centre Magnétique du larynx créateur), à Philadelphie (l’oeil de la Sagesse, le Centre de la clairvoyance, situé entre les deux sourcils) et à Laodicée (la Couronne des Saints, le Centre Magnétique de la glande pinéale) ».

« Et je me retournai pour voir la Voix qui me parlait ; et m’étant retourné, je vis sept candélabres entourant le Fils de l’Homme vêtu d’une robe qui lui tombait jusqu’aux pieds (la tunique de lin blanc de tout Maître, la tunique de gloire) ».

Les sept candélabres qu’a vus l’apôtre saint de la Révélation sont les sept Eglises de la moelle épinière.

« Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige (toujours immaculée et pure), et ses yeux comme une flamme ardente, et ses pieds pareils à du laiton fin, purifié par le feu ardent du creuset ; et sa voix comme le grondement des grandes eaux (les eaux humaines, le Semen) ».

« Et il avait dans sa main droite sept Etoiles (les sept Anges qui gouvernent les sept Eglises de la moelle épinière), et de sa bouche sortait une épée effilée, à double tranchant (le Verbe). Et son visage était comme le Soleil qui resplendit dans toute sa force ».

« Et lorsque je le vis, je tombai à ses pieds, comme mort, et il me toucha de sa main droite en disant : Ne crains rien, je suis le Premier et le Dernier, qui vit ; j’ai été mort et voici que je vis pour les siècles des siècles, et j’ai les clefs de l’Enfer et de la Mort » (Apoc. I, 10-18).

Lorsque le Christ Interne entre dans l’Ame, Il se transforme en elle et elle en Lui. Il s’humanise et elle se divinise. De cette conjonction alchimique divine et humaine provient ce que notre Adorable Sauveur a appelé avec tant de raison le Fils de l’Homme.

Les Alchimistes disent que nous devons transformer la Lune en Soleil. La Lune c’est l’Ame. Le Soleil c’est le Christ. La transformation de la Lune en Soleil n’est possible que par le moyen du feu et celui-ci ne peut être allumé que par l’alliance amoureuse du Mariage Parfait.

Un Mariage Parfait c’est l’union de deux êtres, l’un qui aime plus, et l’autre qui aime mieux.

Le Fils de l’Homme naît de l’Eau et du Feu. L’Eau c’est le Semen. Le Feu c’est l’Esprit.

Dieu resplendit sur le Couple parfait.

220px-Samaël_Aun_WeorLe Fils de l’Homme a pouvoir sur le feu ardent, sur l’air impétueux, sur les vagues furieuses de l’océan et sur la terre parfumée.

L’acte sexuel est très terrible. C’est avec raison que l’Apocalypse affirme : « Celui qui vaincra, j’en ferai une colonne du Temple de mon Dieu, et il ne sortira plus de là » (Apoc. III, 12).

extrait du livre « Le Mariage Parfait » par Samaël Aun Weor

Publié dans:MEDIUM, SEXUALITE |on 13 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’ENERGIE DE LA VOLONTE

 

images (4)Chaque humain se présentant sur cette terre, qu’il en soit conscient ou non, est à la recherche d’une intensité existentielle, laquelle peut adopter différentes formes. Certains recherchent cette intensité dans une relation affective ; d’autres dans l’effervescence au travail ou l’activité physique. D’autres encore s’efforcent de la trouver par une collaboration au mieux-être de  ce monde. Tous les hommes aspirent à cette intensité, même s’ils ne l’expriment pas ainsi.

Imaginez le duo âme-esprit se propulsant dans l’incarnation. Cela rappelle en quelque sorte un objet entrant dans l’atmosphère terrestre. Cette atmosphère crée alors une résistance, et il faille soit une puissance importante pour pénétrer l’atmosphère, soit un angle particulier qui permet à cet objet, par son rythme, sa force et sa vélocité, d’y entrer. Lorsqu’il y a pénétration, il y a une friction telle que des éclats de lumière se manifestent. Nous empruntons cette métaphore pour vous amener à saisir que lorsque le duo âme-esprit se manifeste dans l’incarnation, lorsqu’il y a une conscientisation du fœtus, il ya aussi cette intensité nécessaire, laquelle produit un état extatique en l’être qui se conscientise. Cet état extatique, cette énergie déployée, est important que la mère porteuse attentive et dans la sensation non seulement de son corps, mais aussi de sa propre énergie, pourra ressentir qu’il y a un passage.

L’intensité vécue à ce moment est associée à une véritable communion entre la dimension physique, concrète et matérielle de la chair, de la matière de ce fœtus, et la dimension lumineuse subtile. En d’autres termes, l’énergie se manifeste alors tant dans la matière que dans la lumière et l’individu en est non seulement témoin, mais il la ressent en totalité. Un champ magnétique important se crée aussitôt. La puissante énergie de la Présence s’est inscrite en lui.

Par la contemplation et la médiation, l’individu s’unit à la vie autour de lui, et cette union va progressivement lui procurer des sensations de plus en plus intenses, jusqu’à l’amener à vivre des joies, des états de grâce et des extases. S’il est vrai que divers enseignements spirituels ont proclamé l’intériorisation comme étant la voie réelle pour goûter l’intensité extatique, celle de l’extériorisation, de la manifestation et de l’expression créatrice de l’être est une voie tout aussi vraie. Chacun est appelé à emprunter les deux voies. Cela suit un mouvement naturel ; l’inspiration et l’expiration, le ressourcement et la création. D’une part, l’humain veut se nourrir, physiquement, psychiquement, émotivement, intellectuellement et spirituellement. Cette progression du type de nourriture l’entraîne nécessairement vers sa nourriture naturelle, de plus en plus subtile, celle de la lumière. L’être s’imprègne de la vie, devient l’hôte de la vie, de la lumière, et s’en réjouit.

Ainsi, la recherche de l’intensité est en soi associée à une volonté profonde qui va bien au-delà de vouloir vivre ceci ou d’obtenir cela. L’énergie de la volonté est une expression de l’énergie vitale qui permet à l’homme d’exister. La force de vie ou volonté de vivre présente en chacun est beaucoup plus intense que vous ne pouvez l’imaginer. Peu importe qu’un individu vive un déséquilibre physique important, que se soit une dégénérescence cellulaire majeure ou autre chose, car s’il n’y avait pas cette volonté de vivre, de vivre la joie, l’union, très rapidement la dégénérescence prendrait le dessus en peu d’années. Alors, lorsque vous observez quelqu’un en déséquilibre, même très avancé, sachez que la force de vie est présente en cette personne.

La quête de l’intensité est donc une expression de la volonté, laquelle est une expression de la force de vie, de la pulsion de vie. Votre être a eu recours à l’énergie vitale pour naître et croître, et il continue à l’utiliser pour dépasser tous les obstacles – pour tenter d’aimer et d’être aimé. Sans cette force de vie, il n’y a tout simplement plus de vie.

Le but ici est de mettre en évidence que c’est par cette même pulsion de vie que l’homme pourra créer et se guérir. La volonté est une expression du Je Suis véritable ; souvent, on associe cette force au coeur, ce qui n’est pas erroné. Toutefois, la dimension divine, christique et universelle de l’être se manifeste dans l’incarnation avant tout par l’énergie de vie, aussi appelée énergie de la Kundalini. Celle-ci s’élève des entrailles jusqu’au cœur et la couronne ; La sensation d’exister, de parcourir un chemin  à la recherche de l’amour, est aussi l’expression du Je Suis véritable. Elle se manifeste par l’énergie de la volonté (la puissance pour créer).

La source de la volonté n’est donc pas cérébrale ; elle se situe plutôt dans le hara (bas du ventre). Pour utiliser ses pouvoirs, l’individu doit ressentir cette énergie puissante de la volonté et l’intensifier.

Extrait MANIFESTER SES POUVOIRS SPIRITUELS de Pierre Lessard aux Editions Ariane

Publié dans:ENERGIES |on 10 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’ENERGIE D’AMOUR

 

téléchargement (4)L’amour est la troisième expression de l’énergie qui constitue les assises des pouvoirs réels de l’être. Il est associé au chakra du cœur ; L’amour est en soi une énergie de création. L’individu ressentira un amour profond pour lui-même lorsqu’il se reconnaîtra et s’autorisera à s’exprimer selon ce qu’il porte profondément en lui. Rappelons-nous que son essence est l’ensemble des dons, talents et qualités naturels qui existent en lui, même s’il en est inconscient, pour servir son mandant d’incarnation. Sa pulsion de vie, ou énergie de la volonté, stimulera son essence pour qu’il la reconnaisse.

Nous avons souvent transmis l’importance de vous aimer. Vous l’avez lu et entendu de tous les Maîtres et les Sages ; Qu’en avez-vous saisi ? L’amour de soi est-il une forme d’acceptation complaisante des difficultés de l’être, de ses caprices et de ses désirs, des traits de caractère, des contractions de la personnalité, de l’individu tel qu’il se présente, ou bien plutôt une reconnaissance de tout ce qu’il porte intérieurement comme lumière et beauté ? Une conviction qu’il est de nature universelle avec des talents et des facultés essentiels grâce auxquels il peut transformer les désirs et les traits de caractère de sa personnalité afin qu’ils servent justement cette essence ?

Voilà bien sûr, qui a plus de sens, car si l’amour de soi invite l’individu à cesser de se juger, de se culpabiliser ou d’être dans le déni de lui-même, il ne signifie pas non plus qu’il doive passivement accepter son côté ombragé. L’amour de soi, c’est la redécouverte et la reconnaissance de ses aspects lumineux, et l’autorisation sans jugement de les déployer afin de dissoudre ses ombres.

Au risque d’en choquer certains, nous affirmons que sans l’amour de soi, l’amour des autres est toujours limité. Certes, un être peut aimer les autres, mais si cet amour est pur, il sera de ce fait une incitation à redécouvrir l’amour de lui-même. Il y a toutefois souvent un piège à cet amour des autres, car il cache un besoin de reconnaissance extérieure. Chaque être a à se reconnaître lui-même, par cette reconnaissance, à s’offrir  lui-même l‘expression de tout ce qu’il est.

Lorsque l’humain s’autorise à être avec ses talents et sa beauté, alors il se crée de la joie. Rappelez-vous que le besoin premier de l’humain est la reconnaissance du fait qu’il existe dans cet univers. Et lorsqu’il se sert de ses talents et qu’il déploie son essence, il se sent créateur. Et parce qu’il se sent créateur, il peut, même consciemment, ressentir qu’il est universel, car c’est la nature même de l’univers que d’être créateur. Il y a aura une identification à l’universel, et cette reconnaissance l’amener  à ressentir la joie.

L’amour est une énergie de création qui entraîne l’individu vers la joie  pure et profonde, vers des états de grâce, et éventuellement vers des extases.

L’amour d’un autre peut servir l’être à se reconnaître, car lorsqu’il aime l’autre, il aime sa propre lumière et sa beauté, et il peut alors ressentir, par cet amour, qui il est. Cependant, l’amour d’un autre n’est pas suffisant. Il faille que l’être s’aime lui-même afin de permettre une expansion totale de l’énergie d’amour. Cette reconnaissance de lui-même, de qu’il est véritablement, intensifie l’énergie de l’amour et lui permettra d’utiliser pleinement ses pouvoirs.

 

Extrait MANIFESTER SES POUVOIRS SPIRITUELS de Pierre Lessard aux Editions Ariane

Publié dans:AMOUR, ENERGIES |on 10 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’énergie de la conscience

 

Les-dimensions-de-la-conscience--jpgL’une des expressions énergétiques qui constitue les assises des pouvoirs créateurs de l’être est l’énergie de la conscience, liée au troisième œil. Celle-ci est associée à l’Esprit (le Soi supérieur). En affirmant que l’âme (le Je Suis) se projette dans l’incarnation par l’intermédiaire de la création de l’Esprit, nous entendons que le mouvement créatif universel est ainsi orienté, qu’il a un sens et une structure. En créant l’Esprit, l’âme a donné une direction à son mouvement créatif.

La volonté est l’énergie qui permet le déploiement de l’être. La conscience lui donne une orientation, une direction afin bien sûr, d’apporter un sens à tout cela. Ainsi, l’Esprit universel se manifeste par l’Esprit de l’être et, de ce fait, ce dernier a alors accès à la connaissance de l’Esprit universel.

La notion de connaissance intellectuelle, une connaissance acquise reconnue par la société humaine, nous est familière. Elle est diffusée, entre autres, par les discours et les écritures. Or, à la source, cette connaissance est souvent inspirée d’une connaissance subtile, même si les individus en sont inconscients. Cela explique les impressions et les intuitions qui les guident, même s’ils n’ont pas conscientisé une structure ou une logique à cet effet.

La conscience est donc ce qui permet d’être en relation avec la connaissance subtile donnant un sens à sa vie. Ce sens est essentiel afin de croître en harmonie, en équilibre et en santé. Dès que l’être dans une sphère de son existence, vit une perte de sens, il ressent un inconfort et une contraction. Il se sentira totalement équilibré lorsque chacun de ses pensées, de ses paroles, de ses actions et chacun de ses gestes auront un sens, c’est-à-dire qu’ils collaboreront à un parcours le guidant vers es idéaux, déterminés par sa conscience. Nous rappelons que la conscience est présente non seulement dans le cerveau, mais aussi dans toute la structure cellulaire.

Ainsi, il est important de viser à un état d’être où les différents aspects de la vie ont un sens. Plus l’individu intensifiera ce choix, plus il sera à même de développer ses pouvoirs. En d’autres termes, si un ou plusieurs aspects de la vie d’un être n’ont pas de sens, ce dernier aura de la difficulté à utiliser ses pouvoirs. Pour utiliser ses pouvoirs, l’être doit ressentir cette énergie puissante de la conscience et l’intensifier.

Extrait MANIFESTER SES POUVOIRS SPIRITUELS de Pierre Lessard aux Editions Ariane

Publié dans:ENERGIES |on 10 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

Se téléporter pourrait bien devenir réalité

 

images (3)Téléportation : la science fiction pourrait devenir réalité. Faire voyager une information de manière instantanée, défier les lois de la physique classique, c’est ce que des chercheurs néerlandais ont réussi à accomplir. C’est un premier pas vers des performances que l’on pensait inconcevables.

L’équipe du Kavli Institute of Nanoscience de l’université de Delft aux Pays-Bas a réussi à téléporter l’information contenue dans un bit quantique vers un autre bit quantique se trouvant à 3 mètres de là, sans que l’information ne voyage à travers l’espace. Par où est-elle passée ? Par l’intrication quantique. En effet, les chercheurs ont utilisé le phénomène de l’enchevêtrement mis en avant par la théorie quantique il y a de cela plus d’un siècle. « L’enchevêtrement est certainement la conséquence la plus étrange et la plus fascinante des lois de la mécanique quantique, avance le Pr Ronald Hanson, responsable des recherches. Quand deux particules sont intriquées, leurs identités se fondent, leur état collectif est déterminé mais l’individualité des deux particules a disparu. Les particules intriquées se comportent comme une chose, même si elles sont séparées d’une longue distance ». Donc en agissant sur l’une d’entre elles, vous agissez de manière immédiate sur l’autre, sans que l’information n’ait besoin de voyager dans l’espace qui les sépare. Mystère peut-être, mais réalité aujourd’hui. 

Utilisant des diamants, car ils fournissent des sortes de « mini-prisons pour électrons », l’équipe néerlandaise est la première à avoir réussi une telle téléportation d’information « garantie à 100% », précise le Pr Hanson. Ce développement est une étape importante vers la constitution d’une sorte d’internet quantique. Déjà capables de résoudre des problèmes que nos ordinateurs les plus puissants n’appréhendent même pas, les ordinateurs quantiques pourront, en plus de cela, être connectés entre eux par ce procédé immédiat. C’est ainsi une rapidité inimaginable de calcul au cœur d’un réseau de communication instantanée qui va bientôt s’offrir à nous. Nous rattrapons le temps. L’intrication quantique suggérant que l’information passe même lorsque les deux particules enchevêtrées sont chacune à des distances insondables, nous allons potentiellement faire fi de l’espace. Ce procédé insolent sera de plus totalement sécurisé. N’utilisant pas de chemin connu et traçable, l’information ne peut être interceptée et épiée. 

Est-ce un premier pas vers la téléportation d’êtres vivants ? Certains chercheurs pensent que si nous partons du fait que tout dans notre monde est information, nous pourrons encoder le génome d’un être vivant, le téléporter, et par exemple reconstituer un être humain à l’autre bout de l’univers. Ce serait une sorte de téléportation. « Notre meilleur pari pour l’exploration de l’espace pourrait être d’imprimer organiquement des humains sur une autre planète », avance Adam Stelzner, un ingénieur en chef du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. A l’heure d’aujourd’hui nous ne sommes pas capables de faire cela mais« nous n’avons que 50 ans de recherche sur l’ADN derrière nous, dans 5000 ans nous penserons probablement que c’est du gâteau », souligne Gary Ruvkun, un biologiste de Harvard. 

Cela pose toutefois des questions essentielles. Est-il possible de numériser la conscience humaine ? Si certains considèrent la matière dont nous sommes faits comme de l’information déchiffrable, il est moins sûr que la conscience qui nous habite soit réellement issue de notre cerveau et donc encodée dans sa structure physique. Réapparaîtra-t-elle lorsque nous aurons éventuellement reconstitué notre corps dans une autre galaxie ? Rien n’est moins sûr. Nous pourrions avoir une copie de notre cerveau, mais pas de notre conscience. Par contre si la conscience est perçue comme étant détachée du corps, elle pourrait être vue comme un programme radio ou télé lancé dans l’univers et pouvant être capté par de nombreuses antennes. Pourrait-elle alors être lue par deux corps en même temps et être un agent d’intrication entre les deux ? La recherche continue.

INREES

 

Publié dans:POUVOIR |on 10 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

LES NUISANCES DE L’OMBRE

 

L’Ombre est le symbole du vouloir

imgp8802Les corollaires de l’Ombre sont l’action, le pouvoir, la volonté, la propriété, le droit, le don, l’habitude, la décision, l’envie, l’autorité, l’affirmation, les pulsions, le passage à l’acte, la responsabilité, le domptage, la persuasion, donner du plaisir, l’obéissance, les obligations, les dettes, l’argent, la police, l’obstination, la contrainte, le courage, la ténacité, la tentation, les armes, la fuite, l’esquive, la destruction, trancher, l’exigence, la voix, la routine… 

L’Ombre est le fait que nous agissons dans la vie, nous prenons ce à quoi nous avons droit, nous construisons, nous allons vers les autres… C’est la pousse irrépressible d’une graine pour devenir un arbre. 

De par la nature de leur rôle dans le cerveau on pourrait dire que l’adrénaline et la testostérone sont des molécules liées à l’Ombre. 

Symboliquement, c’est le rôle du père de donner l’Ombre à ses enfants : la fierté d’être honnête, le plaisir du travail bien fait, l’honneur de servir les autres…

La voix d’une personne qui a de l’Ombre pousse les autres à faire ce qu’il demande, à tenir compte de ce qu’il dit. Cette voix peut causer de profondes émotions. On n’a pas cette voix sur commande. Cela ne s’apprend pas dans les écoles de théâtre. Elle est une force qui vient du profond de soi. Elle peut être causée par l’indignation, le besoin de protéger les autres… On commence par avoir subi cette voix de la part d’un parent ou d’un professeur. On est ensemencé par la voix. Elle se développe en nous et un jour nous nous mettons nous aussi à la parler.

Ce qui est chargé d’Ombre est considéré comme séducteur.

Le pouvoir de l’Ombre est la répulsion. Elle met en mouvement. Elle donne une peur froide à l’idée de rester sur place.

Sans Ombre les individus ne font plus ce qui est nécessaire à leur survie et à celle de leurs proches. Ils dépérissent dans leur coin, deviennent des assistés. 

L’aboulie est le fait de ne pas pouvoir passer à l’acte, de ne pas pouvoir prendre de décision. 

Les personnes que nous rencontrons se comporteront souvent avec nous de la façon à laquelle notre Ombre s’attend. Leur Ombre est à l’écoute de notre Ombre. Si nous nous attendons à un refus de leur part, nous le recevront.

Certaines sociétés humaines tendent à casser toute volonté chez une partie de leurs ressortissants et à contrôler de façon étroite la volonté des autres. 

Les personnes chez qui l’Ombre est trop forte, mal contrôlée, seront des violeurs, des voleurs, des tortionnaires, des esclavagistes, des dictateurs, des destructeurs. 

La cupidité, la jalousie… poussés par une Ombre trop forte nous pouvons commettre des actes inappropriés. Il s’ensuivra un enfer de remords, d’angoisses ou de douleur pour nous ou pour les personnes que nous avons impliquées. 

La démesure de l’Ombre chez certains individus porte un nom : le fascisme.

L’obstination est une façon simple d’avoir raison en public. Il suffit d’affirmer envers et contre tout une chose qui ne peut être vérifiée, en se montrant très sûr de soi. Dans certaines cultures, on forme les jeunes à se comporter de la sorte. Cela leur permet de conquérir les coeurs. La réalité n’a que faire des convictions. Quand leurs théories seront mises à l’épreuve, de façon directe ou détournée, il s’ensuivra des problèmes et beaucoup de malheurs. 

Confrontés à un événement qui nous dépasse nous y investissons tout et perdons le reste. C’est la précipitation. Des émotions extrêmes comme la panique ou la haine peuvent mener à cela. 

Un excès d’Ombre pousse des parents à tout contrôler chez leurs enfants ou à les laisser livrés à eux-mêmes.

Les intégristes veulent imposer des lois et des règles qui n’ont pas de rapport avec la situation. 

L’Ombre peut être quelque chose d’aussi simple qu’une maladie qui se développe aveuglément et tue son hôte. Ou le fait d’être irrépressiblement poussé à manger alors qu’on a déjà assez mangé. De simples mécanismes chimiques sont à la base de ces situations, mais leurs conséquences peuvent être redoutables. 

Vendre son âme au Diable, c’est le fait de décider d’utiliser des méthodes répréhensibles pour atteindre à tout prix un objectif. On en payera le prix plus tard. Une fois que l’on a commencé on ne peut plus revenir en arrière. A moins d’un sursaut de Lumière.

Les obligations permettent de faire de grandes choses quand elles servent à persuader des personnes de faire des choses utiles. Mais les obligations mal comprises servent à justifier les choses les plus abominables. « Un homme doit avoir une femme, donc il faut bien que je vous viole. Je suis obligé, vous comprenez. » « Je sais bien que si je n’avais pas laissé ma valise ici on ne me l’aurait pas volée, mais il fallait que j’aille chercher quelque chose, vous comprenez. » Une personne qui a trop d’obligations peut en mourir.

La terreur est un levier très prisé par les personnes gouvernées par leur Ombre. Elle leur permet de mener par le bout du nez des populations entières.

L’excès d’Ombre peut se vivre au quotidien. Par exemple chez une personne qui ne se préoccupe que de ses envies du moment. Elle caresse, menace, charme ou exerce des chantages pour obtenir ce qu’elle veut. Ensuite elle jette les personnes qui lui ont donné ce qu’elle voulait. Elle jette même la chose qu’elle désirait.

Le vampire est une caricature de l’Ombre. 

La pyramide est un symbole du pouvoir. 

Au sein d’une tribu, l’Ombre est personnifiée par le Chef. 

Pour les tribus africaines, la part de d’Ombre d’une personne est son « essence ».

Le Diable est une personnification de l’Ombre. Tout dépend de la façon dont il est décrit ou dessiné. Le Diable éclairé, enjoué, sympathique et rieur est l’Ombre maîtrisée, la force positive, au service des humains. Le Diable écoeurant, sarcastique, effrayant ou torve symbolise l’Ombre non maîtrisée. C’est l’Ombre déséquilibrée, les ambitions et les pulsions incontrôlées, la perversion, la destruction… Pour certaines religion, ce Diable détraqué est une réalité. C’est le Tentateur : celui qui essaye par tous les moyens de faire céder les humains à leurs pulsions, à leurs envies irresponsables, pour les perdre. Il détraque leur volonté, il leur susurre des motivations fallacieuses, il les séduit. Ils crèveront dans des conflits sanglants ou de maladies vénériennes.

La Ténèbre symbolise les groupes occultes qui veulent régir notre vie. 

Le Diable est séduisant parce que par essence il ne connaît pas la culpabilité. Il ne fait que jouir de ses actes. La culpabilité est une des pires causes de douleur chez les humains. Le Diable semble être le remède. C’est un problème dans les sociétés où l’on joue sur la culpabilité pour manipuler les gens. Les individus sont écrasés. Régulièrement l’un d’entre eux « cède au Diable », explose et fera des choses atroces. Le Diable utilise la culpabilité et la culpabilité génère le Diable. Cela crée peu de jouissance et beaucoup de malheurs. Dans les sociétés où l’on apprend aux gens à gérer leur culpabilité de façon constructive, on obtient des individus fiables et stables. Là le Diable est en paix. Se font les choses qui doivent être faites. Il y a beaucoup de jouissances et peu de malheurs. 

Les intégristes ne veulent pas que les individus qui sont sous leur contrôle aient une volonté propre. Ils veulent qu’ils soient serviles, des marionnettes. Le Diable a été déclaré « mauvais » pour imprégner l’esprit du peuple de la conviction inconsciente que vouloir des choses ce n’est pas bien.

SOURCE : http://www.4p8.com/eric.brasseur

Publié dans:POSSESSION |on 8 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

LES VERTUS DE LA LUMIERE

 

La Lumière est le symbole du savoir

Lumière doréeLes corollaires de la Lumière sont le rêve, la mémoire, l’amour, la compassion, l’empathie, les livres, l’invention, l’inférence, l’illusion, la communication, l’information, l’imagination, l’intuition, la prévision, la folie, les émotions, le bon sens, l’esprit critique, l’honnêteté intellectuelle, l’entraînement, les tests, l’illumination, l’exploration, les sens, la sensualité, la simplicité, l’observation, la réceptivité, l’intelligence, la lucidité, la logique, la tendresse, la culture, la transparence, l’inquiétude, les détails, le sens, goûter…

La Lumière est le fait qu’un parent arrive à comprendre ses enfants, qu’un chercheur découvre un nouveau remède, qu’un politicien rêve un monde meilleur, que le gens comprennent le travail des politiciens, qu’un étudiant comprend ce que chacun de ses professeurs veut entendre à l’examen, qu’un frère sent dans quel état d’esprit se trouve sa petite soeur et sait quand il suffit de dire un mot pour la faire rire, qu’un agriculteur se rend compte que quand les hirondelles volent bas cela annonce du mauvais temps…

La Lumière, c’est se rendre compte du fait que des choses que l’on croyait différentes sont en réalité les mêmes et que des choses que l’on croyait identiques sont en réalité différentes. C’est apprendre les choses qui peuvent exister, être capable de les reconnaître, savoir ce qui peut être fait avec et pouvoir les associer. C’est voir ou pressentir l’édifice que forment les choses, être capable de voir et de tenir compte des détails. 

De par la nature de leur rôle dans le cerveau on pourrait dire que la sérotonine et l’acétylcholine sont des molécules liées à la Lumière. Symboliquement, c’est le rôle de la mère de donner la Lumière à ses enfants : la capacité de sentir les émotions ou les problèmes d’autrui, l’art de communiquer avec les autres, l’art de s’occuper d’autrui, la Science des plantes et des médecines… 

La Lumière est le fait de tirer les leçons du Passé et penser à construire l’Avenir. Ce qui est chargé de Lumière est considéré comme beau. Le pouvoir de la lumière est son attirance. Elle donne du bonheur chaud à qui vient vers elle.

Sans Lumière les individus ne se comprennent plus, il s’ensuit la haine et la guerre. L’incapacité à communiquer engendre l’ignorance, l’ignorance engendre la peur, la peur engendre la violence. Faute de renseignement, de prévision, les guerres seront perdues. On ne trouvera pas de remède, pas de parade aux famines et aux épidémies.

Connaître beaucoup de choses mais ne pas savoir qu’elles sont fausses, rêver énormément sans se rendre compte que ces rêves sont irréalisables ou dangereux, ne pas se rendre compte que les rêves d’autrui sont réalisables, sont des manques de Lumière. 

Un amoureux qui ne comprend pas l’être aimé mais qui croît le connaître, une prostituée qui espère trouver un mari en chaque nouveau client, un toxicomane qui veut voir la réalité autrement, les parents qui torturent leurs enfants pour leur imposer l’avenir qu’ils ont rêvé pour eux, un violeur qui croit que sa victime aime ça, un agriculteur qui croit avoir remarqué que le chant du hiboux annonce un décès, tous manquent de Lumière. 

Des problèmes de faible importance seront pris pour des dangers mortels et rendront les gens fous de terreur. Des dangers graves seront négligés. Faute de Lumière, on est incapable de comprendre sa part de responsabilité dans des problèmes. Ou à l’inverse on s’accuse à tort. Un manque de Lumière peut amener un bien-être parce qu’on a pas conscience des menaces ou des enjeux. Un manque de Lumière peut aussi causer de vives douleurs parce qu’on ne comprend pas une situation et on craint le pire à tort.

Les jeunes enfants, les toxicomanes et les psychopathes manquent de Lumière. Ils n’arrivent pas à percevoir les émotions d’autrui. Sans Lumière on ne se souvient pas du Passé et on ne pense pas à l’Avenir.

Trop de Lumière : les apprentis sorciers feront des bêtises avec des connaissances qu’ils ne maîtrisent pas. 

La Lumière aveugle. Combien de personnes ont commis des actes graves parce qu’elles avaient mal compris quelque chose de trop compliqué ou parce qu’elles ne voyaient pas le reste ? 

La Lumière brûle. Si on parle à une personne d’une chose pour laquelle elle n’est pas prête, elle se fermera. Son cerveau refusera d’écouter. Elle se protège de trop de Lumière. Combien de personnes ont une vie détraquée parce qu’elles ont eu accès trop tôt à un certain savoir et l’ont mal compris ?

La lumière fait mal, lorsqu’on ressent de la culpabilité parce qu’on comprend ou croit comprendre qu’on a mal fait certaines choses. 

La Lumière détruit. On peut mourir de trop d’inquiétudes, de la connaissance de trop de problèmes. 
La Lumière peut aussi être une drogue enivrante en donnant l’illusion d’avoir toutes les réponses, toutes les solutions.

Avec un excès de Lumière on cultive les rancoeurs et les désirs de vengeance du Passé. On se souvient des détails qui blessent. On prépare l’Avenir avec trop d’ambition. On est sûr de ce que l’on fait alors que l’Avenir est imprédictible. On est dans l’erreur et cela se payera. Le Soleil est un symbole de la Lumière. Chaque rayon de soleil est un trait de savoir, d’amour, d’intelligence. 

Les faisceaux de Soleil qui traversent le feuillage d’une forêt sont comme autant de traits d’amour et de savoir qui pénètrent notre esprit. Le feuillage symbolise la sagesse : il filtre la lumière autant qu’il la révèle. Du temps des pharaons un obélisque était une « statue de rayon de soleil ». Le dieu Ré était le dieu du Soleil. Au sein d’une tribu, la Lumière est personnifiée par le Sorcier. 

Pour les tribus africaines, la part de Lumière d’une personne est son « âme ».Les intégristes réprouvent la Lumière parce qu’ils ne veulent pas que les individus qui sont sous leur contrôle réfléchissent. Ils ne veulent pas qu’ils évoluent et finissent par les quitter. Il faut qu’ils restent dépendants. Donc ils recourent à la censure, la désinformation et l’obscurantisme.

SOURCE : http://www.4p8.com/eric.brasseur

 

Publié dans:LUMIERE |on 8 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’AMOUR VRAI

par Osho

Mukesh Singh ChTL’amour a deux possibilités. Il peut être passionné et attaché : alors, c’est comme si vous aviez attaché une pierre au cou de l’oiseau de l’amour afin qu’il ne puisse plus voler, ou comme si vous l’aviez enfermé dans une cage dorée. Si précieuse que soit la cage – elle peut être incrustée de diamants et de bijoux – une cage reste une cage et elle empêchera l’oiseau de voler.

Quand vous libérez l’amour de la passion et de l’attachement, quand votre amour est pur, innocent, sans forme, quand vous donnez par amour sans rien demander, quand l’amour n’est qu’un don, quand il est un empereur et non pas un mendiant ; quand vous êtes heureux parce que quelqu’un a accepté votre amour et que vous ne le marchandez pas, que vous ne demandez rien en retour, alors vous libérez cet oiseau en plein ciel. Alors vous fortifiez ses ailes. Alors cet oiseau peut se mettre en route vers l’infini.

L’amour a fait tomber certains et a permis à d’autres de s’élever très haut. Tout dépend de ce que vous en avez fait. L’amour est un phénomène très mystérieux. Il est une porte – d’un côté se trouve la souffrance, de l’autre, le bonheur, la félicité ; d’un côté l’enfer, de l’autre le ciel. D’un côté se trouve le sansara, la roue de la vie et de la mort, de l’autre côté c’est la libération.

L’amour est une porte.

Si vous cherchez profondément en vous-même, vous verrez que votre amour n’est qu’un mot, les flammes du désir sexuel brûlent en lui. Mais exprimer directement sa flamme à quelqu’un, ce n’est pas acceptable, il faut de la diplomatie. Alors vous dites à la femme dont vous voulez posséder le corps que vous aimez son âme. Vous ne connaissez même pas votre propre âme, comment pouvez-vous donc connaître l’âme de l’autre ? Mais les gens qui sont pleins de convoitise pour le corps parlent de l’âme. Leur désir est de jouir du corps de l’autre, mais ils parlent de beauté intérieure…

Vous avez seulement été pris au piège de l’amour. Mais ce n’est pas l’amour qui en est responsable, c’est vous !

Si vous libérez l’autre par votre amour, si vous donner votre amour sans rien attendre en retour, sans conditions ni marchandage, si vous aimez en étant reconnaissant que quelqu’un accepte votre amour, n’est-ce pas suffisant ? Votre amour aurait pu être rejeté. Alors, peu à peu, vous découvrirez que votre amour commence à s’élever ; le désir sexuel est laissé loin en arrière. En sortant de la cage du désir sexuel, l’oiseau de l’amour peut planer très haut. Vous pouvez grandir dans une direction totalement nouvelle. Votre conscience pénètre alors dans un monde nouveau…

L’amour peut devenir libération, mais vous devez être conscient - vous devez rompre les attachements. Au lieu de cela, vous persistez à agrandir le réseau des attachements. Vous avez oublié ce qu’est l’amour, vous avez appelé la passion, amour.

Voilà une ancienne histoire soufie :
Il y avait un village au pied d’une montagne, entouré par des forêts. Les habitants de ce village n’avaient développé qu’une technique : ils coupaient le bois des forêts et en faisaient des statues, des meubles et autres objets utiles. Tous les villageois étaient devenus des charpentiers, car ils ne disposaient que de bois, c’était le seul matériau. Et le seul commerce de ces gens, c’était de vendre leurs articles en bois aux voyageurs qui traversaient cette vallée.

Un jour, un groupe de voyageurs arriva. Ils dirent aux villageois qu’il y avait un autre village juste au-dessus de la vallée où vivaient des gens au sommet de la montagne.  » Y avez-vous jamais été pour vendre vos biens ?  » demandèrent-ils.  » Ces gens sont très riches et vous pourrez leur vendre vos produits. « 

Les villageois n’en avaient pas entendu parler, car ceux qui habitent dans les vallées ne pensent jamais aux sommets. Ils étaient heureux dans leur vallée, ils étaient contents de leur pauvreté. Et escalader une montagne… c’est difficile ! Il est possible que par erreur, quelqu’un qui habite au sommet d’une montagne descende une fois dans la vallée, mais celui qui vit dans la vallée ne monte pas au sommet d’une montagne par erreur. C’est facile de descendre, monter est difficile.

Mais après avoir reçu cette information de différents voyageurs, certains jeunes du village décidèrent d’emmener là-haut quelques articles en bois :  » S’ils sont riches, nous pourrons les leur vendre.  » Les jeunes se mirent à grimper ; cela leur était difficile, car ils n’avaient pas d’expérience. Ils connaissaient la vie facile de la vallée. Aussi est-ce à grand peine qu’ils escaladèrent la montagne.

Ils n’y croyaient pas vraiment – cela pourrait n’être qu’une rumeur…  » Pourquoi quelqu’un vivrait-il là-haut ? Comment est-ce possible quand la montée est si difficile ?  » Pourtant ils arrivèrent au sommet fatigués, épuisés. Après un voyage de plusieurs jours, ils atteignirent le sommet de la montagne.

Ce qu’on leur avait dit était juste – la ville était superbe ! Les temples de la ville étaient pleins de pinacles dorés. Ces temples qui brillaient au soleil étaient d’une telle beauté, même dans leurs rêves, ces jeunes n’auraient pu l’imaginer. Ils ouvrirent leurs magasins au marché et invitèrent les passants. Ils montrèrent leurs oeuvres, mais les gens se moquèrent d’eux. Personne ne voulait en acheter. Ils finirent par leur demander pourquoi. On leur répondit :  » Que ferions-nous de ces articles en bois ? Il y a ici des mines d’or et d’argent, nous fabriquons des statues en or. Que ferions-nous de ces statues de bois ? « 

Ces jeunes ne pouvaient pas croire qu’il y eut rien de plus précieux au monde que le bois, qu’il put y avoir des statues plus précieuses que les leurs. Ils étaient troublés. Ils étaient déjà tristes, maintenant ils se fâchèrent. Ils étaient indignés par le comportement des gens. Les citadins leur dirent même :  » Venez dans nos temples, et nous vous montrerons nos statues.  » Mais ils étaient si bouleversés, si contrariés, qu’ils ne voulurent pas se rendre dans les temples. Ils redescendirent dans la vallée avec leur marchandise.

Quand les gens de la vallée leur demandèrent :  » Que s’est-il passé ?  » ils dirent :  » Il y a bien des gens qui vivent là-haut, mais ils sont d’une nature diabolique. Et prenez garde à une chose, évitez-la – cela s’appelle de l’or. Bien que nous ne l’ayons pas vu, il semble que cet or soit notre plus grand ennemi. Ces gens nous ont maltraités, nous n’avons même pas pu vendre une seule statue ! « 

On raconte que désormais, les gens de la vallée ne s’approchent plus de la montagne. Ils disent que ceux qui y vivent ne sont pas des amis, mais des ennemis :  » Ce ne sont pas nos amis ! Et méfiez-vous de cet or, car c’est une menace pour toute notre culture. « 

La situation est plus ou moins la même pour ceux qui ont vécu dans les vallées de l’amour et qui n’en ont pas encore connu les sommets. Sur les sommets de l’amour, il y a de l’or. Dans la vallée de l’amour, il n’y a que le déploiement de vos désirs, de vulgaires articles en bois. Celui qui vit dans les désirs et les passions a même peur d’entendre parler de cet or. Il dit :  » Ceci appartient à nos ennemis. Nous sommes contents de nos désirs sexuels – ne nous parlez pas de ces choses supérieures. Ne troublez pas notre sommeil et ne brisez pas nos rêves. « 

Je dis que vous vivez comme si quelqu’un vous avait présenté un palais, mais vous passez toute votre vie sous son porche, sans jamais entrer à l’intérieur, vous croyez qu’il n’y a rien d’autre que le porche. Le porche n’est que l’entrée. Plus vous entrez à l’intérieur, plus vous y pénétrez profondément, plus il y aura des sommets de béatitude et d’or.

Le désir sexuel n’est que le porche de l’amour : on doit le dépasser, on ne doit pas y vivre. Il n’y a rien de mal à traverser ce porche, souvenez-vous-en. Je ne condamne pas le porche. Vous devrez y passer si vous voulez entrer dans le palais -mais ne vous y arrêtez pas, n’en faites pas votre demeure, n’y restez pas figé, ne croyez pas que la vie se borne à cela. Passez à travers la sexualité – il le faut, c’est un aspect inévitable de la vie - mais traversez-le pour aller au-delà, de la même façon que vous empruntez des escaliers ou que vous traversez un pont pour aller plus loin.

De merveilleuses possibilités se cachent en vous. Vous avez connu l’amour en tant que sexe, en tant que passion, en tant qu’attachement. Vous ne connaissez que l’enfer de la vie. Et songez-y un peu, parfois même dans cet enfer, vous avez des aperçus de béatitude. Alors que dire du ciel ? Même dans le sexe vous entrevoyez la béatitude, même sur le porche quelque chose du palais se révèle. Si de l’encens brûle à l’intérieur du palais, son parfum atteindra même le porche. Si la paix règne à l’intérieur du palais, une certaine tranquillité descendra jusqu’au porche. S’il y a de la musique dans le palais, une certaine mélodie s’entendra aussi sur le porche.

Même dans le sexe, il y a un écho de l’illumination, un reflet du divin, mais ce reflet n’est rien de plus que celui de la lune sur un lac. Ce n’est qu’un reflet : le moindre trouble dans le lac et le reflet est détruit. Il n’a rien de réel, mais pourtant il est le reflet du réel. Dans le sexe se trouve le reflet de l’amour lui-même qui se forme sur un lac. C’est un reflet qui se forme sur le lac du corps et de l’esprit. Regardez en haut… Si vous avez trouvé que le reflet dans le lac est si beau, regardez la lune dont c’est le reflet…

Si l’on trouve tant de plaisir à l’extérieur du palais, comme ce sera mieux à l’intérieur. Si par hasard une mélodie se perçoit même dans un amour plein de passion et d’attachement, imaginez donc ce que ce sera quand votre amour sera totalement pur, quand les impuretés de la passion et de l’attachement seront tombées, quand toute la poussière, la saleté et les impuretés seront brûlées dans le feu et que l’or sera pur. Cette seule idée vous enthousiasmera et vous remplira de joie. Elle vous adressera une nouvelle invitation, une nouvelle quête s’éveillera en vous. Cette quête s’appelle religion.

La recherche de l’amour dans son ultime pureté est religion.

Et l’ultime pureté de l’amour est le divin.

Publié dans:AMOUR |on 8 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’importance de la PAIX PROFONDE

 

images (5)Choisissez, pour un moment, de ne plus réfléchir. Reconnaissez qu’il n’y a plus à faire, qu’il n’y a qu’à vibrer, qu’à être, uni à la vie qui vous entoure. Peu à peu, du plus profond de votre être, vous ressentirez l’émergence d’une paix, une sensation à la fois de calme et de puissance. C’est paix de l’âme que vous retrouvez, que vous ressentez.

Abandonnez-vous à cette rencontre. Ne l’attendez pas de l’extérieur. Elle est autorisée, recréée et ressentie à l’intérieur de votre être.

Sans cet état de paix, vous aurez tendance à rechercher dans toutes les directions cette lumière qui est en vous, mais voilée par votre distraction. Lorsque cette paix profonde est ressentie, alors l’inspiration se présente aussi afin de guider vos pas vers l’expression la plus juste pour votre incarnation et votre manifestation.

Chères âmes, nous allons vous entretenir d’une rencontre de l’être avec lui-même, d’une retrouvaille avec sa vibration et sa puissance créatrice. Nous allons vous entretenir de guérison et de création. Obligatoirement, nous vous parlerons de paix, car lorsque l’être reconnaît et retrouve la conscience de ce qu’est un état de paix, et qu’il l’autorise en lui, alors il se guérit. Il se guérit de ce qui l’alourdit, de ce qui le voile, de ce qui le peine, de ce qui le fait souffrir, et il crée les assises les plus lumineuses pour se projeter dans un état de joie et dans l’amour.

Cette présence à vous-mêmes est essentielle pour que vous puissiez réellement être disponibles aux vibrations de vie autour de vous et œuvrer véritablement. Lorsque vous voulez créer, c’est à dire utiliser vos pouvoirs et vos qualités pour transformer votre environnement, cette présence à vous-même s’avère nécessaire. Sinon, qui est le créateur ? A partir de quoi va-t-il créer ? Vous risquez de piège de vous confondre avec votre personnalité extérieure.

…Chères Ames, les pouvoirs réels humains sont subtils. Leur expression secrète favorise l’union à soi et à toutes les formes de vie. L’humain est venu sur cette terre afin de participer à la création de cet univers. Il est important que vous transcendiez les croyances selon lesquelles il s’est incarné sur la Terre pour épurer ses aspects ombrageux, se libérer de ses charges karmiques ou se pardonner ses fautes. Bien qu’il puisse accomplir cela, tel n’est pas le dessein de son incarnation.

Un humain est d’abord et avant tout une âme, une expression pure de l’univers. Afin d’œuvrer dans les différentes dimensions de l’univers, celle-ci, à partir de l’Esprit Universel, a créé un « esprit ». Ainsi ce duo âme-esprit va se projeter sur divers plans de conscience, dont celui de la Terre. Pour faciliter votre compréhension, comparons les humains à un soleil ou à une étoile. Cette dernière est une énergie dans l’univers et une source de lumière qui irradie dans maintes directions ; les rayons de l’étoile sont multiples et se propagent dans l’univers. Chaque rayon est une expression d el a source lumineuse, de cette étoile, qui, elle-même est une expression de l’univers.

Ces rayons vont suivre des parcours énergétiques, des canaux et des couloirs de la matrice universelle. Certains de ces rayons circuleront de manière continue dans l’univers, et d’autres rencontreront des plans de conscience ; Imaginez que l’un de ces rayons soit dirigé vers la Terre. Ainsi pour permettre l’incarnation, un esprit sera créé et le duo âme-esprit fera en sorte que cette lumière puisse s’inscrire dans la matière.

Cette lumière, ou ce faisceau, s’inscrira dans un germe, dans une première cellule, dans un fœtus. Il y aura là une fusion de l’âme, de l’esprit et du corps, et un être en croissance se sera conscientisé. Déjà, vous pouvez saisir que d’autres rayons peuvent être projetés vers d’autres plans de conscience et manifester une autre création. Cela signifie aussi qu’n être peut avoir des vies parallèles ; alors que chacun de vous vit sur cette terre, associé à cette incarnation, une autre forme de vie dans un autre espace de la même dimension ou d ‘un autre dimension, peut s’avérer l’expression de la même âme.

Les pouvoirs de l’être qui servent son mouvement créateur – et celui-ci son union – s’inscrivent dans des bases sans lesquelles rient de significatif ne peut se déployer. L’assise la plus naturelle et la plus fondamentale est la paix intérieure ; la paix de l’homme est naturelle. Elle existe en lui et dans chacune de ses cellules, comme elle existe vibratoirement dans tous ses corps puisqu’elle est avant tout une paix de l’âme.

La paix peut être associée à un état qui prédomine lorsque l’être est dans la conscience et la sensation qu’il est UN avec toutes les formes de vie universelle. Lorsque nous invitons les hommes à vibrer dans des états de paix, nous proposons alors une paix avec eux-mêmes et avec leur environnement. Toutefois, les individus identifient souvent leur paix intérieure à la participation ou à a sensation de la paix autour d’eux. Il y a pourtant une nuance importante ici.

La paix profonde st la sensation et l’accueil de l’essence de l’être par l’être. Tant et aussi longtemps que ce dernier, consciemment o inconsciemment, ne nourrit pas la paix en lui pour qu’elle puisse s’approfondir et se manifester à chaque instant, il ne pourra pas vraiment retrouver, ressentir, comprendre et déployer ses pouvoirs subtils – les plus grandioses.

Ainsi, la paix de l’âme, nécessairement présent en chacun est la première assise des pouvoir créateur s de l’homme. Lorsque celui-ci est dans un espace de non-paix, il est séparé de lui-même. Et dans ce cas, il ne se sent pas en union avec ce qu’il est ni avec son environnement et les différentes formes de vie présentes. Il est véritablement séparé, et la séparation mène à la souffrance……

Extrait MANIFESTER SES POUVOIRS SPIRITUELS de Pierre Lessard aux Editions Ariane

Publié dans:MEDITATION |on 7 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

MANIFESTER SES POUVOIRS SPIRITUELS

 

430244_251722754907915_100002105781510_607434_1290192172_nPar sa nature universelle, chaque humain est doté de véritables pouvoirs de transmutation. Il a la faculté de se transformer, ainsi que le pouvoir de s’unir et d’influencer son environnement. Il peut changer son état d’être, son rythme vibratoire et son champ magnétique. Plus l’être choisit de s’exprimer dans l’Amour et la Conscience, plus son évolution l’amène à reconnaître et à utiliser ses pouvoirs réels dans toute leur amplitude. Ainsi, en réalisant le Maître en lui, ses pouvoirs déployés servent sa création, celle de l’humanité et de l’univers.

Les pouvoirs natures de l’individu sont regroupés en trois grand pouvoirs ; celui de la guérison, celui de la création ou de la manifestation, et celui de la communication et de la projection avec et sur les plans subtils.

Ces possibilités soulèvent l’intérêt et l’enthousiasme de beaucoup de personnes. Toutefois, la seule connaissance de ces pouvoirs ne transformera pas leur vie ; Bien sûr, la présence et les enseignements lumineux des Maîtres et des Sages (incarnés ou non) ainsi que les rituels et les puissantes expériences d’élévation de l’énergie qu’ils provoquent favorisent des ouvertures de conscience et des états de grâce qui permettent à l’être de se révéler à lui-même. Les connaissances philosophiques et cosmiques ainsi que les expériences énergétiques éclairent et stimulent la pulsion de vie et la reconnaissance du Maître en Soi. S’il est vrai que toute cette intensité favorise l’éveil, elle ne provoquera pas l’illumination. L’intellectualisation et le tourisme spirituel peuvent stimuler l’individu à choisir une voie de transformation et de retrouvaille avec sa nature universelle lumineuse et son essence, mais à eux seuls ils n’ont jamais permis la pleine réalisation du maître dans l’étendue de ses pouvoirs réels.

C’est l’intégration de toutes ses connaissances et expériences au quotidien qui transforme véritablement le disciple  en maître.

L’être incarné est un germe ayant pour source la Lumière Universelle… Ce germe va croître et se déployer non seulement sur le plan du corps mais en esprit et dans la vibration de l’Amour. Ainsi, dans le germe, ou la graine originelle, tout est déjà présent. Tout votre être est déjà manifesté dans le germe. Il n’y a qu’à le déployer. La graine porte la fibre universelle, la conscience, la vibration amoureuse et le plan d’édification du corps.

Il s’agit simplement de prendre conscience de l’intensité du pouvoir présent dans ce germe qui, tel un arbre émergeant de sa graine avec sa grandeur et sa magnificence déjà inscrites, vous permet de vous élancer vers les sommets qui vous attendent.

Comment pouvez-vous douter de votre pouvoir en prenant conscience du potentiel évolutif à l’intérieur d’une graine ? Comment pouvez-vous douter de la capacité de votre être à vibrer dans la Pure joie Universelle alors que, d’un simple germe, vous avez pu créer un véhicule mû et inspiré par une âme toujours présente ?

Plusieurs individus doutent de leurs véritables pouvoirs, d’autres doutent de leur nature et de leurs dons, et d’autres encore attendent que des pouvoirs leur soient conférés par une force suprême. Il s prient une force supérieure de leur transmettre ces pouvoirs et même de créer pour eux, déniant ainsi qu’ils sont eux-mêmes une expression de cette force suprême. Comment l’âme aurait-elle pu conscientiser ce germe et faire en sorte de s’y manifester s’il n’y avait pas tout le pouvoir de l’univers et de Dieu en lui ? Il vous faut un être conscient pour manifester concrètement vos pouvoirs.

Imaginez le fœtus en croissance dans l’espace intra-utérin. Il sait déjà se nourrir, capter les vibrations de l’extérieur, reconnaître les vibrations de la mère, du père et de sn environnement. Il sait déjà ressentir l’amour en provenance de l’extérieur, comme il en ressent aussi les turbulences. Dès les premières semaines de vie, il a le pouvoir de transformer ce qui n’est pas sain pour lui, afin de continuer à croître.

Lorsqu’un enfant se présente sur cette terre, voyez comment il se nourrit de toutes les sources de lumière disponibles pour sa croissance et pour être en relation avec la vie. Lorsque l’enfant atteint l’âge qui lui permet de s’exprimer  par la parole, entendez-le vous faire part d’autres mondes, d’espaces subtils, de vies passées. Pourtant, dès le début de la croissance, l’enfant est amené à occulter sa relation avec le monde subtil et avec ses pouvoirs véritables afin de se conformer à des êtres qui se sentent victimes, emprisonnés et limités par l’incarnation.

Chères Ames, nous vous proposons non seulement un regard, mais une activation de vos propres pouvoirs. Il faille bien que vous abandonniez les croyances et les attentes selon lesquelles des forces supérieures se présenteront un jour à vous pour vous offrir moult pouvoirs extraordinaires. Il vous faille retrouver la conscience de vos pouvoirs innés, lesquels sont extraordinaires pour ceux qui ne les ont pas reconnus, mais naturels pour ceux qui savent reconnaître qu’ils sont une expression de l’univers entier.

Maïtre Saint Germain – Vive en équilibre dans un monde en mutation – Pierre Lessard

Publié dans:ESPRITS, POUVOIR |on 6 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’énergie changeante du Recalibrage

 

 

images (1)Salutations, très chers. Je suis Kryeon, du Service magnétique. Le message de ce soir porte à nouveau sur le recalibrage de soi. Ce message demande de dépasser ce que j’appelle la réalité de survie afin d ‘accéder aux potentialités – mais sans preuve structurelle – car ce ne sont pas des attributs tridimensionnels. Toutefois, ils sont essentiels à votre recalibrage personnel.

En résumé, je dirai que la canalisation de ce soir constitue la suite de celle d’hier et, tout en étant succincte, elle sera complète. Cependant, si vous deviez écouter les deux canalisations à la suite, celle-ci sera encore plus complète. Avant de commencer, laissez-moi vous résumer l’information d’hier.

L’énergie de la planète est en changement, mais vous ne pouvez pas encore l’identifier. D’ailleurs, que veut dire le mot « énergie » pour vous. La plupart des gens décrivent celle-ci comme de l’électricité ou comme une certaine impression d’un lieu. Vous ne pensez pas que l’énergie émane régulièrement d’un humain. Lorsque vous étiez enfants, on ne vous a pas enseigné l’idée que l’humain transmet et reçoit  continuellement certains types d’énergies multidimensionnelles. En prendre conscience, c’est inviter maintes gens à vous trouver bizarres, étranges et tordus. Car vous ne pouvez donner à l’énergie aucun attribut reconnaissable et confirmé qui soit cohérent et constant. Cela dépasse donc les limites de ce qui, selon vous, est raisonnable, formulé, empirique, vérifiable. Alors, comment utiliseriez-vous une chose dont vous ne saisissez même pas l’existence ? C’est difficile, mais c’est ce que nous vous demandons de faire.

De plus, des choses restreignent votre croyance ou sont reliées aux préjugés humains. Vous êtes ancrés dans la tradition et souvent dans la mythologie (les choses se déroulent comme on vous l’a enseigné). Nous en avons parlé hier soir. Nous vous avons demandé comment vous percevez la lumière et l’obscurité. Puis, nous vous avons encouragés à comprendre que l’obscurité n’a aucune intelligence. Nous savons que vous accordez de l’intelligence à ce genre de choses, parce que c’est dans votre tradition et c’est simple. Lorsque vous sentez de la résistance, vous l’attribuez à une entité au lieu de comprendre que cela pourrait tout simplement être l’énergie qui fonctionne d’une certaine façon.

Un résumé de la lumière et de l’obscurité

Une fois de plus définissons la lumière et l’obscurité. La lumière a un attribut actif, contrairement à l’obscurité. Par conséquent, l’obscurité est l’absence de lumière. Si nous vous disons qu’il doit y avoir un nouvel équilibre entre la lumière et l’obscurité, vous répondez : « Je comprends cela ». Le mal changera-t-il ? Viendra-t-il d’autres directions ? Humains, pourquoi êtes-vous si déterminés à donner des attributs personnels à une réalité physique ? Si vous posez votre main à un endroit et que vous sentez que quelque choses d’invisible la repousse, souvent vous réagissez en ayant la chair de poule et en demandant ; « Qui est-ce «  ? C’est plutôt drôle. Laissez-moi vous poser une question. Lorsque vous sautez en l’air et que la gravité vous fait redescendre, avez-vous un frisson en demandant : »Qui est-ce «  ? Avez-vous peur ? Non. Vous n’êtes pas si bêtes, car vous avez connu la gravité toute votre vie. Vous ne lui avez pas attribué d’entité, n’est-ce pas ?

Lorsque vous travaillez en laboratoire avec le magnétisme, et que vous tirez parti de la capacité du positif et du négatif de repousser et d’attirer, vous trouvez merveilleuse cette énergie invisible. Avez-vous donné des noms à tout cela ? Non. Seuls les humains ignorants du passé l’ont fait, sans comprendre. Ils n’ont pas passé leur vie avec des aimants qui se repoussent et s’attirent. Ce que les scientifiques parmi vous voient en laboratoire, sur le plan atomique, ce sont tout simplement différents atomes qui cherchent à s’équilibrer. Ils sont continuellement attirés et repoussés au moyen d’un processus d’énergie inégale qui essaie de s’équilibrer. C’est de la physique. C’est de l’énergie. Et ces atomes tenteront toujours de trouver une structure atomique équilibrante. C’est une question d’équilibre et de magnétisme.

Je vais vous dire la vérité, chers amis. Aucune entité négative n’essaie de vous bousculer dans la vie avec des cornes et une queue. Mais des choses vous tiraillent que vous ne voyez pas et vous voulez croire qu’elles sont en vie. Voici la vérité : la lumière et l’obscurité sont des attributs de la conscience humaine et de votre monde qui collaborent à la création d’un système qui vous influence. Mais aucune « entité obscure ne menace votre âme ».

 

Source : http://francesca1.unblog.fr/  

Texte issu du Livre : « Recalibrage de l’Humanité – Le début d’un nouveau cycle évolutif » – TOME XI de KRYEON aux Editions Ariane 2014 

Nous pouvons en discuter ensemble sur http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans:HUMANITE |on 6 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

LA PRIERE SAUVAGE

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=X4bv_EgVB5E&feature=youtu.be&a

La « PRIERE SAUVAGE » pour tous ceux qui souhaitent vivre vraie et exaucer leurs souhaits, en osant traverser leurs peurs dans la FOI et la CONFIANCE en cette énergie qu’on appelle DIEU, entre autre ! 

C’est ainsi que prient les peuples naturels qui n’ont pas été cassés par une éducation mettant en priorité le classe et le conformisme. Car ces gens croient tellement en cette très belle et grandiose énergie qu’est DIEU qu’ils ne veulent pas faire cette comédie de lui cacher quelque chose. Et ils n’ont pas peur d’être abandonné ou puni, s’ils osent être vrais ! 

Ces peuples naturels n’ont pas honte de leurs sentiments ou que les gens sachent ce qu’ils vivent ! De négatif comme de images (3)positif !

A l’origine de la remise en place du CHAMANISME SAUVAGE, des CHANTS et des DANSES CHAMANIQUES fondamentaux, je propose des conférences et des stages sur ces passionnants sujets, avec mon époux le docteur et chamane Christian Tal SCHALLER

 

Maître Johanne RAZANAMAHAY-SCHALLER

 

Publié dans:PRIERE, VIDEOS à voir |on 3 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

L’Art du rien

 images (2)

Lorsque je commence à regarder le temps qui passe, à m’y attarder, je sais que j’en ai pour un bon moment. C’est sournois. Ça vient me visiter quand je suis un peu fatiguée. Pas trop. Juste assez pour en profiter. Je décide d’arrêter et d’observer ce qui va se passer.

C’est-à-dire rien.
Ô rien, tu m’inspires !

Depuis que je suis enfant, j’ai ce rapport particulier avec le temps. Peut-être que ce n’est pas si particulier et que chacun vit des moments semblables. C’est même prétentieux de penser autrement. Je regarde autour de moi les humains s’affairer et déplacer beaucoup d’air. À mes heures, je participe moi-même à ce va-et-vient avec beaucoup d’application.

D’un coup, l’élastique pète et stop, je débarque. Littéralement. Un refus total et global de participer à toute forme d’agitation. Une grève des obligations, des « il faut ». Il faut quoi ? Suis obligée à quoi ? 

Pour quelques jours – un temps indéfini – sans date de péremption inscrite sur mon front. J’arrête. Je ne suis obligée à rien. Je pourrais même devenir « périmée », comme les œufs, le yaourt et  le lait. Il est étonnant qu’on ne sache pas encore, d’une manière scientifique, à quel moment on sera « périmé ». Cela simplifierait grandement nos vies. J’aurais le temps de faire mon ménage, la semaine  d’avant, question de faire bonne impression avant de partir. À 89 ans, vers 16 heures, vous serez « périmée ». Pas de niaisage, ni étonnement, ni grands sparages.

— Goodbye, Loulou, was nice meeting you ! 
— Vous le saviez depuis longtemps. Vous avez donc eu le temps, tout le monde, de vous y faire.

Ça prend quelques minutes et neuf mois pour faire un enfant. C’est clair et précis. On suit le déroulement  avec toute la gamme d’émotions liées à ce grand évènement. Tout est mis en place pour que ce soit une réussite. Une des plus grandes de la vie.

Donc, si on connaît précisément le temps nécessaire à faire un enfant, il serait juste de savoir aussi combien de temps il faut pour atteindre la date de péremption, non ? Incroyable, le nombre de détails laissés en suspens au moment de la création !

Sept jours ! C’était trop court. Ce fut bâclé. Et nous voilà pris avec les conséquences. Ce qui fait qu’on ne cesse de s’agiter parce que si on s’arrête un tant soit peu, on se met à y penser. À la date de péremption ! 

***

Ce détour pour arriver à mon sujet, le Rien.

Ce n’est pas simple de vivre avec Rien. Quand le signal est clair, je m’enferme avec lui chez moi. Je me glisse doucement sur le divan parmi les coussins. La couverture de laine pas trop loin. Plus de radio ni de télé. Je triche un peu avec le web. Essayez pendant quelques jours, en vous appliquant. Presque impossible ! Même les moines n’y arrivent pas. Je travaille à maîtriser ce Rien depuis des années.

Mon éducation judéo-chrétienne a laissé des traces. Dans l’art du Rien, la culpabilité est l’ennemi numéro un. J’ai tout essayé pour m’en défaire. Une vieille gomme collée, incrustée dans les parois de ma mémoire. Je sais, au plus profond de moi, que je dois m’abandonner à cet appel du Rien. Et la culpabilité, vilaine sorcière, commence son numéro.

— Un avant-midi, ce n’est pas grave, ça fait même du bien.

Arrive la fin de l’après-midi et le malaise est déjà installé. Les « il faut » s’accumulent en rangs d’oignons. 

— Tu devrais te préparer pour aller au théâtre, la pièce finit ce soir.
— Non.
— Tu devrais lire Modiano, Prix Nobel, il est dans la troisième rangée dans la bibliothèque.
— Non. Trop de poussière. Et je l’ai déjà lu. Même si je ne m’en souviens plus.
— Tu devrais écrire ton billet. Tu es partie depuis deux semaines. Grouille !
— Non. Je n’ai rien à dire.
— Prends un mot, n’importe lequel et commence. Ça va venir.
— Non !

Les jours passent. Je ne bouge presque plus. J’ignore même Facebook. J’y arrive. Je suis une roche. Enfin ! Je n’entends presque plus la voix de la méchante sorcière. Le monde extérieur n’a plus tant d’importance. Je prends quand même les appels de ma famille. Les seuls ! Je suis aussi intéressante qu’un bottin téléphonique. Ce Vide est d’un grand confort. Le Rien tant espéré fait son œuvre. Les interdits ont pris le bord. J’avais un début de grippe, j’avais mal aux muscles, je me trouvais plate. Pfffft…

Ne connaissant toujours pas ma date de péremption, je passerai encore du temps avec mon petit Rien. Il fait des miracles ! Quand il vient me visiter, il suffit que je le laisse entrer et que je lui donne la place qu’il réclame. Il n’a pas d’autres exigences. Quand il part, je ressens un regain d’énergie, comme une nouvelle jeunesse ! Je n’ai pas perdu mon temps. Au contraire, j’en ai gagné ! Et c’est gratuit !

Mes batteries rechargées, je repars m’exciter dans le trafic, jusqu’à ce qu’il revienne.

— Toc, toc, toc.
— Qui est là ?
— Rien.
— Mais entre, voyons ! Entre !

Billet de Louise Latraverse pour La Presse+

http://www.terre-de-lumiere.com/  

Publié dans:PENSEE |on 3 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

CHAMANE A L’HORIZON

 

Interview de Johanne Razanamahay-Schaller

NPL00405_chamane

Q : Comment êtes-vous devenue chamane ?
Johanne : J’ai toujours été chamane, aussi loin que je remonte dans mes souvenirs. En revanche, je n’ai jamais cherché à l’être, à le démontrer à l’extérieur !

Q : Que voulez-vous dire au juste ?
Johanne : En fait, j’ai toujours été en contact avec les esprits de la nature. Les étoiles, qui sont reconnues dans ma culture comme étant nos ancêtres, m’ont toujours raconté les belles histoires de l’humanité, d’où nous venons et nous allons. Le soleil, cette puissance divine qui enveloppe la planète Terre de son chaud manteau, me communiquait sa raison d’être et me parlait des civilisations extra-terrestres qu’il rencontre lorsqu’il fait sa tournée. La lune, qui a pour mission de faire rayonner nos sourires en nous fascinant avec douceur dès notre plus jeune âge, me donnait des conseils pour rester joyeux et léger durant notre séjour sur Terre ainsi que pendant le retour vers les mondes célestes. Les rochers et les pierres m’informaient avec des sons très spéciaux des rôles qu’ils ont pour le maintien de la vie avec leurs forces et leurs lumières arc-en ciel et j’ai toujours senti la présence de toutes sortes d’êtres passionnants dans le monde souterrain. Je percevais aussi le langage des animaux qui sont nos frères et jouent un rôle clé pour l’harmonie de la vie sur Terre. Car tous nous sommes indispensables à l’équilibre de la vie même si les hommes, hélas, ont tendance à oublier leur fraternité avec tous les êtres vivants parce qu’ils sont trop préoccupés par l’argent et les luttes de pouvoir.

J’ai vu, avec bonheur certes mais aussi avec une grande frayeur, certains arbres se pencher sur mon passage et sur celui d’autres enfants pour parler de leurs missions tandis que d’autres fredonnent des chants pacifiques pour harmoniser la fréquence de la Terre et des êtres qui y vivent. J’entendais aussi les chants de fleurs qui communiquent l’état de la terre et de ceux qui y vivent au Créateur officiel dont nous sommes tous les enfants. Clairvoyante, j’ai toujours vu les êtres humains brandir des drapeaux blancs pour signaler leurs états intérieurs et extérieurs, pour partager leurs succès et réussites comme pour appeler au secours là où ils ont de la peine à vivre. De plus, des Esprits de la nature affiliés à tous les règnes vivent avec des corps d’énergie rayonnants et dotés d’une sagesse incroyable. Seuls les médiums et les clairvoyants connaissent leur existence. Les chamanes sont souvent dotés de ces atouts magiques même si tous ne perçoivent pas la même réalité puisqu’il existe de multiples plans d’existence !

Q : Ah bon ? Alors tous les chamanes ne voient pas tous la même chose et ne détiennent pas tous les mêmes talents magiques ?

Johanne : Non. Dans leur originalité et leur beauté ils n’ont pas tous développé les mêmes talents. Si nous pouvons tous affiner nos organes des sens au fil de nos expériences, nous pouvons aussi les atrophier si nous gardons de mauvais souvenirs du passé, lorsque nous avons appris à les ouvrir. De plus, il existe plusieurs plans d’existences où nous rencontrons des Esprits-guides aux fantastiques enseignements. C’est merveilleux de pouvoir ne plus être prisonnier de la matière, changer de niveau de conscience et visiter les sphères célestes. Plus nous évoluons, plus nous pouvons faire des rituels magiques puissants, élevant et très complémentaires les uns des autres.

 Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=knMsNO4wu_c&feature=youtu.be&a

Q : Passionnant ! Et vous Johanne, qu’avez-vous reçu comme dons du ciel, personnellement ?
Johanne : Si je sais capter les formes pensées et voir les auras des gens pour voir ce qui se passe et pouvoir harmoniser les énergies, je vois aussi de mes yeux l’être humain de manière inédite avec, au-dessus de la tête, comme la coiffe d’un chef amérindien, des personnages d’énergie, qui sont des potentiels de missions à réaliser. Par la suite, en fonction de ses choix de vie, chacun peut déployer davantage certains d’entre eux.

Pour bien distinguer ce que je vois des concepts d’autres chercheurs, j’ai baptisé ces personnages les « Sous Personnalités Psycho-Actives » (ou SPPA). Ces personnages qui vivent à l’intérieur de nous, sont, en fait, les véritables créateurs de toutes nos réalités tant positives que négatives. Nous ne sommes pas un seul « bloc de matière » mais des êtres multidimensionnels porteurs d’une multitude de personnages qui ont chacun leur mission à réaliser. Certaines SPPA peuvent notamment créer des maladies pour être entendues. La guérison ne sera alors possible que si on tient compte d’elles !

Q : Incroyable ! Cependant, si je comprends bien tout ce que vous venez de révéler, je me demande alors si tout le monde peut vraiment être chamane ?
Johanne : Je ne tiens pas à insécuriser tous les gens intéressés par le chamanisme, cette approche vivante et non intellectuelle qui connaît un immense succès de nos jours puisqu’elle donne un sens à notre vie sur Terre. En voyant ces SPPA que je viens de décrire, je ne peux qu’affirmer ceci : Nous sommes tous porteurs de la SPPA destinée à devenir chamane, guérisseur ou thérapeute pour nous permettre de nous adapter dans notre monde et nous prendre en charge. En tant que créateurs, nous sommes conçus pour pouvoir nous soigner nous-mêmes et soigner les autres. Mais comme nous sommes souverains, nous avons toujours le libre arbitre, comme dans toutes nos autres missions et nul n’est obligé de déployer tous ses personnages. Si nous avons tous le même nombre en tant que potentiels d’énergie à réaliser, nous pouvons nous intéresser aux uns d’abord, aux autres ensuite. C’est la seule différence !

Si nous avons donc tous le potentiel de devenir des chamanes, des initiations sont indispensables pour ceux qui ne savent pas voyager dans des mondes magiques et communiquer avec les Esprits. En plus d’avoir la foi et l’amour de soi ainsi que de son prochain pour pouvoir trouver son centre et sa puissance, il faut disposer d’un mode d’emploi. En effet, entrer en communication avec les âmes des vivants comme celles des morts ainsi de croiser des entités positives et négatives sur son chemin, tout cela demande de l’expérience et du savoir faire.

D’ailleurs, preuve en est que Tal et moi, nous venons de deux mondes différents avant de nous affirmer en tant que chamanes. Tal vient d’une monde scientifique puisqu’il a commencé par être médecin avant de devenir chamane et moi j’ai refusé mon côté chamane tant je voulais d’abord être civilisée ! Aujourd’hui, nous rassurons les gens avec nos différences et leur permettons tous de reconnaître leurs limites afin de pouvoir les dépasser. Ils découvrent alors la possibilité de vivre dans un monde plus spacieux et plus merveilleux et ils s’amusent en s’élevant.

Q : Enfin, que faites vous, Johanne, comme chamane, dans la vie de tous les jours ?
Johanne : Je n’allume pas de bougie car je ne viens pas d’un pays ayant cette tradition, je n’allume pas de feu car je suis dans une maison et je ne consomme pas de substances psychédéliques pour voyager avec ma conscience mais, quand je me lève, je me relie à l’énergie d’un feu central que je visualise au centre de la planète, en faisant un grand cercle avec tous les êtres humains. Je chante alors dans mon cœur pour témoigner de ma puissance et de ma joie et j’en profite pour inviter à se joindre à nous tous les grands Esprits bienveillants. Comme ceux-ci sont sensibles à l’amour, ils viennent et m’entourent, ce qui m’élève en renforçant ma foi. Puis, ils s’écartent de moi et chuchotent des mots doux et personnels à chaque être vivant, à une vitesse extraordinaire. Ceux-ci sourient alors et leur joie élève et éclaire le monde d’espoir et d’arc-en ciels qui montrent la valeur de la vie et la bonne direction qu’elle suit toujours.

Puis, ces grands Esprits nettoient et harmonisent les nuages, les montagnes, les forêts les rivières et les océans avec des gestes mystérieux et des sons. Ils ramènent les vivants vers leur vérité en les enveloppant d’un respect et d’une tendresse infinis. Je m’occupe alors de moi pour me faire du bien et fais à mon tour des actes personnels pour le monde. Puis je me relie à tous mes frères et sœurs chamanes et je fais avec eux toutes sortes de rituels connus et nouveaux pour honorer et respecter la Terre et le Ciel. Nous, les chamanes, sommes conscients de la valeur de ce que chacun apporte pour aider la société à évoluer vers la paix, le partage et l’unité dans la diversité.

Q : Comment avez-vous découvert la Prière sauvage ?
Johanne : Les maîtres chamanes du village du sud de Madagascar dont je voulais suivre les enseignements m’ont envoyée (alors que j’étais encore une enfant) dans un endroit où des entités étaient prisonnières, sans m’avertir de ce qui m’attendait.  Je devais rester toute la nuit dans ce lieu étrange, avec un gros arbre qui s’est soudain transformé en une immense tour translucide terminée par une base pyramidale. De nombreuses âmes errantes arrivèrent alors vers moi, dans un silence sépulcral. Je fus prise de panique  en voyant leurs yeux vitreux et leurs mouvements extrêmement lents. Dans un élan du cœur, je récitai mes prières comme j’avais appris à le faire depuis l’enfance avec ma famille ou au temple. Mais cela ne les arrêta pas. N’obtenant aucune attention de leur part, j’abandonnai toute politesse et toute gentillesse. Terrorisée et désespérée, je me mis à crier mes prières, poussée par un réflexe naturel. Je hurlai comme une folle, d’une manière tout à fait nouvelle. Je n’étais plus qu’un être sauvage, doté d’une intelligence et d’un instinct si intenses que je cessai d’être séparée de ce qui m’entourait. Avec une force incroyable, j’étais le ciel, la terre et tout ce qui vit. Je n’avais plus ni espoir ni désespoir. Plus rien n’était bien ou mal, juste ou faux, les divisions avaient disparu pour laisser place à une extraordinaire unité. J’ÉTAIS, un point c’est tout !

J’exprimai alors à l’Univers tous les états d’âme que je traversais sans rien retenir ni édulcorer. Peurs, colères, tristesses, frustrations, tout coulait sans retenue ni contrôle. Alors brusquement, ces êtres sombres qui se tenaient devant moi cessèrent d’avancer. Pensant que tout était fini, je respirais, soulagée et apaisée. Mais mon attention fut à nouveau attirée par le gros arbre. Le même scénario se reproduisait avec d’autres entités qui remontaient à la surface et criaient à mon attention : « Continue, s’il te plaît, tu es en train réussir ! Fais passer tout ce que tu ressens au plus profond de ton être pour que tes vœux puissent ouvrir les portes du ciel. Nous attendons depuis longtemps cette opportunité de nous libérer. Ayant été immobilisés, au moment de la mort, par la peur de perdre nos bien-aimés, nous n’avons pas pu nous élever vers la lumière. Grâce à la force que tu amènes avec ton innocence et ta spontanéité, tu nous aide à retrouver le chemin du Ciel. Alors, s’il te plaît, ne laisse pas ton intellect bloquer tes prières sauvages. Nous sommes prêts à monter mais avons encore besoin d’une forte poussée ! »

Je criai alors à pleins poumons, les bras grand ouverts et les yeux tournés vers le ciel. Mon corps tremblait et résonnait sur des fréquences de plus en plus élevées. Les créatures qui étaient devant moi s’envolèrent, portées par des ailes lumineuses et sublimes. Dans le ciel apparut un arc-en-ciel merveilleux, frémissant comme un ruban plein de vie et d’invitations. Je sentis alors qu’il fallait que je brasse l’air en faisant des gestes circulaires pour toucher les êtres les plus lourds et les plus froids et les aider ainsi à s’élever. Lorsque mon être put rayonner plus intensément encore, ils furent transformés en tourbillons de lumière, dans des éclats de rire bienheureux. Et alors, oh miracle, ils devinrent splendides, rayonnants de bonheur, et ils me remercièrent en créant des pluies d’étoiles de toutes les couleurs.

Si j’étais enchantée, j’étais aussi exténuée. C’était trop incroyable pour vraiment me rassurer ! En titubant, je regagnai ma chambre pour m’écrouler dans un sommeil sans rêve.

Après cette initiation bouleversante, les chamanes de mon village m’ont acceptée comme apprentie et je suis bientôt devenue une chamane accomplie. Mais par la suite, poussée par le désir de m’ « occidentaliser », j’ai mis de côté mes talents de chamane pour développer mes facultés intellectuelles. Ce n’est que bien des années plus tard, après un divorce et la rencontre de chamanes de nombreux pays, que j’ai peu à peu reconquis mes talents chamaniques. Mes ancêtres et mes guides m’ont inspiré ce que j’appelle aujourd’hui la « prière sauvage », cette merveilleuse technique de libération qui m’a non seulement sauvé la vie cette nuit-là mais a aussi permis à un grand groupe d’âmes errantes de rejoindre les royaumes des cieux.

Il s’agit d’oser s’exprimer en toute sincérité et avec foi, au-delà des mots, par des sons et des gestes, tout comme l’enfant encore pur et spontané, intègre et honnête, qui extériorise sans retenue toutes ses émotions. Dans ce monde prisonnier du conformisme, nous vivons dans toutes sortes de peurs et nos prières sont faites dans l’hypocrisie car nos corps n’expriment pas ce que nous ressentons à l’intérieur. Nous prions sans oser vraiment révéler ce qui nous arrive et encore moins nos objectifs véritables. Or nous disons que “DIEU”, cette Grandiose, Sublime, Belle et Puissante Energie, nous aime sans condition et voit TOUT ! Comment pouvons-nous alors continuer à prier avec des comportements si contradictoires ?
Comme pour tous les exercices de défoulement émotionnel que nous proposons dans nos stages, mon époux et moi-même, vous pouvez aussi faire cette prière sans mettre le son pour éviter de faire peur aux voisins. Dans ce cas, expirez et gesticulez mais sans faire de bruit.

Cette prière donne accès aux royaumes célestes et permet d’entrer en contact avec les entités spirituelles de haut niveau.  Elle permet aussi de laisser s’exprimer tous les personnages intérieurs, responsables de notre bonheur et notre santé, comme de nos malheurs et de notre mort.

Q : Vous enseignez le Chamanisme sauvage, de quoi s’agit-t-il ?
Johanne : Avec mon mari nous proposons le Chamanisme sauvage, soit un chamanisme délivré des traditions rigides. Car bien des formes de chamanisme sont adaptées aux peuples qui les ont créées mais, à notre époque moderne, nous avons besoin de pouvoir aller droit à l’essentiel du chamanisme sans devoir passer par les rituels compliqués de telle ou telle tradition amérindienne, maya, péruvienne, tibétaine ou celte !

Pour cela, nous montrons comment apaiser le cerveau gauche, siège du rationnel devenu trop contrôleur, pour élever le cerveau droit, siège de l’intuition et une porte ouverte aux divines inspirations. Il sera alors possible de :

- Retrouver sa verticalité et découvrir ou renforcer son côté chamane sauvage pour pouvoir se soigner soi-même et de guérir ceux qui s’ouvrent à cette possibilité.
- Capter les énergies de la Mère Terre et du Père Ciel et découvrir les belles et simples techniques pour les invoquer avec des chants et danses sauvages.
– Déployer les ailes de sa conscience spirituelle pour voyager dans des sphères magique et y rencontrer les Esprits de la Nature, les Alliés, les Ancêtres et les Guides spirituels.
- Expérimenter des danses et des chants de pouvoirs chamaniques libérateurs et dynamisants pour respirer dans une dimension sacrée et sentir sa puissance.
-Accepter ses talents de guérisseur et oser se conduire en chamane devant tous, sans peurs ni complexes en osant aussi téléchargement (5)pratiquer l’exorcisme pour libérer les âmes errantes.
- Récupérer nos bouts d’âme manquants dans des voyages sacrés pour récupérer les talents que nous avons déjà développés (Psychothérapie spirituelle)
-Devenir capables de communiquer avec les Esprits par la pratique du channelling, de l’écriture et de l’art inspirés.

Maître Johanne RAZANAMAHAY-SCHALLER est chamane, médium, philosophe et psychothérapeute. Auteur de nombreux livres, elle parcourt le monde avec son mari, le docteur Christian Tal SCHALLER, pour enseigner la médecine holistique et le chamanisme sauvage. www.santeglobale.info

Pour des démonstrations de prière sauvage, voir :

(@YouTube http://t.co/cENrrhh12r)
(@YouTube http://t.co/DxnNsOruj6)
 

Publié dans:AMERINDIENS, ESPRITS |on 1 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

LES MANDALAS DES ANGES

 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=scR5VcMNHjw#t=11

Publié dans:ANGES, VIDEOS à voir |on 1 novembre, 2014 |Pas de commentaires »
12

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3