Archive pour le 23 novembre, 2014

S’UNIR AVEC LA PRESENCE

 

la-reincarnation-en-questionsL’univers, les galaxies, ainsi que l’atmosphère terrestre sont composés d’une matrice définissant la circulation de l’énergie. Les humains ayant atteint l’union avec La Présence JE SUIS peuvent alors y circuler, que ce soit sur les plans plus physiques ou les plans plus subtils. C’est pourquoi nous affirmons la toute-puissance du JE SUIS, tant sur la Terre que dans l’espace subtil universel.

La puissante énergie de la vie de la Présence Je Suis permet à l’être de s’affranchir et de transcender les limites apparents, mais illusoires de l’incarnation. Elle porte une puissance individuelle pour que l’être éprouve une joie réelle à se manifester et à s’unir aux autres de manière complémentaire. Ainsi, à la source, l’être existant véritablement est le Je Suis ; l’autre, le personnage, est en soi un masque. Vous comprendrez alors que tant et aussi longtemps que vous serez séparé ou désuni de votre Je Suis, vous vivrez des déceptions, des désillusions, mais aussi des formes d’autodestruction.

L’être qui n’est pas en relation continue avec son Je Suis, son âme, présente une image vulnérable devant les différentes forces de la vie. Lorsque vous avez saisi cela, votre première véritable mission consiste à vibrer de plus en plus dans la PRESENCE JE SUIS, à ressentir sa puissance universelle et son orientation en vous. Voilà ce que chacun de vous est venu réaliser ici. Cela ne signifie pas que vous devez occulter vos blessures, nier vos responsabilités ou oublier la structure karmique que vous avez mise en place. Cela veut simplement dire reconnaître ce qu’il ya au plus profond de votre être – qui vous êtes réellement – ainsi que vos pouvoirs véritables.

La reconnaissance du Je Suis est aussi un éveil à la présence de l’Esprit en vous, lequel se manifeste par l’énergie de la conscience ; l’Esprit peut être représenté par un corps invisible juste au-dessus du chakra de la couronne, dans le corps mental supérieur.

Cette reconnaissance vous permettra de mieux rencontrer les turbulences du quotidien en vous donnant un sens, une orientation, un idéal pour des choix inspirants en ce qui a trait à votre création et à votre unification.

Jusqu’ici, nous avons abordé la constitution de l’humain en termes d’âme, d’esprit et de corps, ce qui renvoie aussi à la Présence Je Suis, au Soi Supérieur ou christique et à l’être incarné ou, encore, au Père, au Saint-Esprit et au Fils. Ainsi, l’étude des assises en vue de reconnaître et de déployer vos « pours » réels, tels qu’octroyés par le Je suis, vous permettra d’intensifier la trilogie énergétique, d’élever votre rythme vibratoire vers votre fréquence fondamentale, d’amplifier votre champ magnétique et de créer des intentions pures.

La méditation et la contemplation vous y guideront en favorisant des états d’expansion grâce auxquels vous serez mieux à même de ressentir la Présence Je Suis et la guidance de l’Esprit.

Extrait MANIFESTER SES POUVOIRS SPIRITUELS de Pierre Lessard aux Editions Ariane

Publié dans:DEVELOPPEMENT, MEDITATION |on 23 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

La réincarnation en questions

 

Vie-antérieureDans un occident en conflit avec ses racines judéo-chrétiennes, émerge un grand nombre d’autres religions, d’autres croyances. Depuis plus de 150 ans, nos sociétés découvrent l’hindouisme et le bouddhisme avec leur notion de réincarnation. Mais celle-ci pose, pour les occidentaux que nous sommes, certaines questions.

S’agit-il d’une dénégation de la mort ? Est-ce une fuite du réel ? Croyance que l’on retrouve chez les Égyptiens et les Grecs sous le vocable de métempsychose. L’idée de réincarnation suscite encore au XXIème siècle de nombreuses polémiques : réincarnation ou résurrection ? Liée à l’environnement culturel et historique, la réincarnation se décline, quoi qu’il en soit, de différentes manières.

La renaissance et le monde égyptien

Pour le philosophe Hérodote, les Égyptiens sont les premiers à avoir exposé la doctrine de l’immortalité de l’âme et le fait qu’au moment de la mort du corps matériel, l’âme s’incarne dans un nouveau corps qui est prêt à naître ; ils affirment que lorsque l’âme a terminé tout le cycle des incarnations des animaux de la mer, de la terre et de l’air, elle parvient finalement à entrer dans un corps humain, né ou préparé pour la recevoir… De son côté, l’égyptologue français Gaston Maspero explique que l’immortalité pour les Égyptiens était un mourir et vivre perpétuels que l’âme traversait en gardant sa propre identité. L’âme n’a pas vécu ces vicissitudes uniquement après la vie humaine. Avant de naître en ce monde, elle est née et morte dans de nombreux autres mondes.

La renaissance et le monde grec

La notion de renaissance en Grèce est connue depuis le VIème siècle avant J. C. ; il s’agit du mouvement religieux nommé Orphisme. Sa cosmogonie est proche des concepts égyptiens et orientaux. La matrice universelle est symbolisée par un œuf, dont serait sorti le premier Dieu : Éros. Dans cette doctrine, l’âme est prise dans un cycle de renaissances et seule une vie vertueuse peut libérer l’Homme de sa partie négative (nommée, par les Grecs, Part Titanesque). La renaissance prend en Grèce le nom de Métempsychose. Le Pythagorisme succède à l’Orphisme mais en reste très imprégné : Daniel Donnet, professeur à l’Université de Louvain, explique que les documents relatifs au pythagorisme ouvrent l’accès aux premières justifications philosophiques. On notera tout d’abord que la métempsychose a pour toile de fond une réflexion globale sur l’Univers, où l’on voit prévaloir un perpétuel retour cyclique : la réincarnation s’inscrit dans l’alternance du mouvement de vie et du mouvement de mort, la mort n’étant qu’une phase obscure cachée de la révolution qui prépare le retour à la vie…. Ces deux courants de pensée influenceront Platon. Celui-ci pense également que l’âme s’est incarnée pour subir une punition et qu’une vie vertueuse est la condition de sa libération. Daniel Bonnet de dire : Il faut bien saisir que pour beaucoup de penseurs, l’opposition au christianisme est un impérieux devoir de conscience car l’attitude des chrétiens qui prétend détenir la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, heurte de front leur idéal de vie.

La renaissance et le monde indien

Les premiers textes védiques qui ont parlé de réincarnation sont les Upanishads (VIIème siècle avant J. C.). Ces écrits mettent en avant que chaque être est une parcelle du Brahman (l’âme universelle originelle). Cette infime partie nommée Atman est éternelle. Elle s’est incarnée, à l’identique de la conception grecque, afin de se purifier pour refusionner avec le Brahman Universel. Quant au Bouddhisme, il aborde différemment la notion de réincarnation. Dominique Trotignon, dans « Réincarnation, Renaissance, Nirvana », écrit : Le Bouddhisme va nier l’existence du principe spirituel qu’est l’Atman. L’esprit n’est pas emprisonné dans un corps : les deux forment un tout indissociable et l’Atman n’est qu’une illusion. Car tout n’est qu’impermanence et changement ; tout n’est qu’un composé instable d’éléments variables. L’Atman n’a pas de réalité. Tout meurt à chaque instant, la vie est une succession indéfinie de morts et de renaissances. Ce qui nous paraît réalité n’est donc qu’illusion, y compris notre propre existence. Pour le bouddhisme, la mort est un phénomène réel dans la mesure où la réincarnation ne signifie pas que ce soit le même individu qui se réincarne. L’idée d’un Moi permanent est donc une illusion. Pour le Bouddhisme encore, sortir de cette illusion est appelé Nirvana.

Un continuum

Ces différents regards ont en commun une forme de continuum de l’être par le biais de l’âme, une domination de sa destinée malgré la mort. La réincarnation, c’est aussi un moyen d’accéder au sacré, à quelque chose qui nous dépasse. Le docteur Ian Stevenson, spécialiste de ce domaine, rapporte que la plupart des sujets qu’il a étudiés possèdent des qualités (aptitudes, etc.) qu’ils n’ont pas eu l’occasion de développer au cours de la présente incarnation et qui sont précisément, selon les témoins interrogés, des qualités que possédaient les personnalités antérieures. Les observations du docteur Stevenson semblent bien aller dans le sens de ce qu’enseigne la pensée ésotérique. Il met en effet en avant la notion de lien : Il n’y a pas de substitution, dit-il, d’une personnalité à une autre, mais continuité de l’une à l’autre.

 Dominique Séjalon du magazine signes et sens.

Renaître par le son

Certaines vibrations ont le pouvoir de régénérer. Il en est ainsi des mantras utilisés dans le Yoga. Notre tradition occidentale n’est pas en reste, utilisant certains chants, comme le grégorien et autres musiques sacrées. Certaines pièces de Bach ou de Mozart, par exemple, sont ainsi conseillées par les musicothérapeutes pour installer un état de détente propice à une revitalisation énergétique. Au commencement était le son reste en fait le credo de toute spiritualité, qu’elle soit orientale ou occidentale. D’où aussi l’importance d’une parole juste, agencement de sons qui peut véritablement être à la source d’une authentique renaissance.

Publié dans:REINCARNATION |on 23 novembre, 2014 |1 Commentaire »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3