Archive pour le 16 novembre, 2014

Lorsque La Terre est vue de l’intérieur

 

Bonjour mes amis de la Terre de surface.
Vous ne me connaissez pas et le canal que j’utilise aujourd’hui pour venir communiquer avec vous, très peu également.

Je suis Othar, l’un des administrateurs du monde intérieur, ce que certains d’entre-vous appellent la Terre creuse et d’autres le « magma », le noyau de la Terre, notre belle planète. Tout d’abord, j’emploie le terme « administrateur », c’est uniquement pour me faire comprendre par vous. En fait, j’aurai peut-être dû utiliser « instructeur », ou « conseiller », ou « responsable », ou « enseignant »… tellement de facettes comporte mon rôle dans notre communauté.

6a00d8341c962a53ef013484ecff0c970c-400wi

La Terre est creuse et peuplée

Si je suis venu aujourd’hui vous parler, c’est pour briser les idées reçues, comme quoi la Terre, cette belle planète que vous connaissez, à la surface de laquelle vous habitez, n’est pas une « boule de feu » qui a refroidi et est encore en fusion à l’intérieur. Oui, elle l’a été il y a des milliards de vos années terrestres, mais depuis très longtemps – de votre temps – elle s’est transformée, au fil du temps pourrai-je dire… pour devenir, comme les autres planètes de votre système solaire, des sortes de « coquilles » comportant une couche externe, comme la peau d’une orange qui serait vide à l’intérieur… et bien sûr un soleil interne qui nous apporte la vie.

Notre monde s’efforce de communiquer avec le vôtre, depuis votre 19e siècle, pour ce qui est de votre société actuelle.
Je dis bien « s’efforce », car si nous avons démontré depuis longtemps à vos dirigeants que nous souhaitons vous aider à évoluer, à progresser, sans arrières penses, ainsi que nos frères d’autres planètes l’on fait également… nous n’avons pas été écoutés.

Aussi, nous observons et attendons le moment où nous pourrons nous rencontrer ouvertement, sans contrainte aucune. Ce jour arrive où nous dialoguerons, vous et nous, et également avec ceux venus de l’extérieur de la Terre. Oui nos populations de l’intérieur et de l’extérieur sont semblables et nous aurions tous à gagner de vivre en parfaite intelligence, simplement avec des pensées d’amour plutôt que de contrôle. Nous sommes prêts à cela, et savons que pour vous, peuples de la surface, ce moment arrive.

Q : Veux-tu nous dire Othar, que toutes les planètes du système solaire sont creuses et habitées à l’intérieur, comme à l’extérieur ?

R. : Ceci est exact, toutes les planètes de votre/notre système solaire sont effectivement habitées. Certaines plus à l’intérieur qu’en surface, d’autres, comme la Terre, les deux…

Q. : Mais comment viviez-vous ? Avez-vous de l’oxygène pour respirer ? Viviez-vous comme nous qui sommes « sur la Terre », à la surface comme tu dis… ou bien différemment ?

R. : Attend, ne sois pas impatient ! pas tout en même temps !
Effectivement, nous vivions comme vous dans un milieu composé d’eau et d’air, et respirons de la même manière… nous sommes constitués exactement comme vous. Seule différence : notre taille… nous mesurons en moyenne quatre mètres de hauteur. Mais nous nous alimentons comme vous, du moins presque comme vous puisque nous ne consommons que de la nourriture végétale et de l’énergie, sous forme fluidique ce que vous appelez prâna.

Q. : Vu la différence de taille, alors ce serait difficile de se côtoyer sur la Terre, avec notre population humaine ?

R. : Sois sans crainte, nous avons la possibilité de ne pas apparaître « physiquement » ou « visuellement » si tu préfères, comme maintenant… ou bien, nous avons aussi la possibilité pour la plupart d’entre-nous, de nous « adapter » à la taille de nos interlocuteurs, si nous le souhaitons… lorsque nécessaire… exemple, si je devais pénétrer dans la salle où tu es installé pour écrire actuellement !

Q. : Alors, vous pouvez vous « promener » parmi nous, incognito ?

R. : Exactement ! Nous sommes constamment, du moins certains d’entre-nous, parmi vous, tout comme ceux de l’extérieur à la Terre. Sois nous restons « invisibles » à vos yeux habitués à « voir » dans la basse énergie de la 3e dimension, sois nous « jouons les caméléons » en nous adaptant à votre perception des autres, ceux que vous côtoyez journellement.
Oui, je sais que cela te surprend, mais nous pouvons très bien prendre l’apparence, la taille, la voix, la sensibilité d’un de vos voisins, de vos proches… ou d’un terrien lambda… !

Je perçois ta question : dans quel but ?
Et bien simplement pour ne pas faire peur – ou augmenter les peurs – de votre population. Nous ne souhaitons que vous aider à sortir du marasme où vous vous trouvez actuellement, et vivre en harmonie avec vous… rien de plus.

Ne crois-tu pas que ce serait agréable pour tout le monde, si au lieu de dépenser énergie et ressources à faire la guerre par cupidité, vous décidiez de tout mettre en commun, de partager et de venir nous rendre visite ?

Q. : Mais comment vous « rendre visite » ?

R. : Nul besoin de moyens « matériels » pour cela, utilisant l’énergie fossile ou nucléaire comme vous le faites actuellement. Non, il vous suffit comme certains d’entre-vous savent le faire, d’utiliser l’Énergie Universelle pour être ailleurs, quand vous voulez et où vous voulez… dans certains cas en utilisant des vortex énergétiques déjà en place, comme « ascenseurs »…

Mais cela vous est actuellement confisqué par certains de vos dirigeants qui savent, mais qui confisquent le savoir pour de raisons de pouvoir. C’est pour cela que dans cette absurdité, ils préfèrent organiser le chaos… C’est dommage, mais vous serez obligés d’en passer par là, pour reconstruire ensuite.

Q. : Veux-tu dire que nous nous dirigeons tout droit vers de grandes guerres, de grands cataclysmes ?

R. : Oui c’est cela. Néanmoins, nous et ceux qui viennent de l’extérieur de la Terre, ne laisserons pas certains d’entre-vous détruire la planète. Si nous n’intervenons pas maintenant, alors qu’autant que ceux de l’extérieur, nous en avons la capacité, c’est pour respecter vos choix, votre libre arbitre, dans la conduite de vos propres expériences.

Mais votre liberté d’action sera stoppée lorsque vous atteindrez les limites de l’inacceptable, de la mise en danger de s autres populations, intérieures ou extérieures, ainsi qu’aux planètes du système solaire, elles-mêmes.

N’oublies pas que la Terre, notre belle planète a vous habitants de la surface, comme à nous habitants de l’intérieur, est un être vivant, un être à part entière. Et malgré tous les soins que nous pouvons lui prodiguer, cet être souffre actuellement, souffre beaucoup plus que vous ne pouvez l’imaginer, de voir les bêtises que vous humains, faites contre vous-même.

images (7)C’est pourquoi elle commence à réagir et se secoue, comme un chien qui se secoue pur chasser les puces qui l’agressent. Ces secousses de surface, il y en a de plus en plus, de plus en plus fortes, afin de nettoyer et de ramener la compréhension à celles et ceux qui veulent bien le comprendre.

Tout ce que vous faites de négatif, de nuisible, en pensées et en actions, ne fait qu’accélérer le processus de « nettoyage » en cours.

Il semblerait qu’en votre âme, beaucoup d’entre-vous aient choisi cette solution radicale… A leur aise, cela leur permettra de rejoindre plus vite les mondes où ils seront « en phase » vibratoirement. Quant aux autres, vous qui lisez ces lignes, – car ce n’est pas un hasard si vous le faites aujourd’hui – ces événements constitueront un véritable accélérateur à leur prise de conscience.

Q. : Mais alors, ce qui est « annoncé » arrive ?

R. : Oui… je ne te dirai pas que c’est pour « bientôt », car ce processus est en cours et va en s’accélérant… jusqu’au moment où la partie de la population qui en prendra réellement conscience, décidera de fonctionner différemment que maintenant. Et alors là, voyant que la leçon est comprise, la Terre cessera de s’ébrouer et une ère de sérénité s’installera ; ce que l’on vous a déjà nommé comme le Nouveau Monde… C’est une belle image, dans le sens que Oui, tout sera nouveau… mais vous allez devoir reconstruire avant de pouvoir « souffler » un peu !

Je vous envie presque, mes amis, d’avoir l’opportunité aujourd’hui de pouvoir faire les bons choix qui conditionnent votre futur, votre évolution, tant personnelle que collective… Et tout ira de plus en plus vite.

Je reviendrai vous parler une autre fois, maintenant que je dispose de quelqu’un pour me servir d’intermédiaire.

Votre ami
Othar

Message d’Othar, reçu le 13 novembre 2014 par
Jean-Paul Thouny 

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net

Publié dans:CHANNELING, LEMURIENS, TERRE |on 16 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

La découverte du chamanisme dans l’histoire des occidentaux

 

79856855_oNous avons extrait ces quelques lignes de l’excellent ouvrage ANTHOLOGIE DU CHAMANISME de Jérémy Narby et Francis Huxley, paru aux éditions Albin Michel.

Il y a 5 siècles, les Européens se mirent à explorer les Amériques et rencontrèrent un peu partout des individus qui affirmaient pouvoir communiquer avec les esprits afin de guérir les gens et de connaître la vie. De nombreux textes ont été écrits à ce sujet par les explorateurs qui qualifiaient ces individus de magiciens, ministres du diable, sorciers, magiciens et autres.

Au 18e siècle les Russes rencontrèrent en Sibérie, des individus qui affirmaient pouvoir entrer en communication avec les esprits. Chez les Toungouses de Sibérie orientale, on appelait ceux-ci saman ou shaman.

Ils jouaient des tambours, chantaient, se livraient à la ventriloquie et à des tours de passe-passe, imitant des cris d’animaux….

Enfin, vers la fin du 19e siècle, certains anthropologues comprirent que ces gens n’étaient pas fondamentalement différents d’eux-mêmes. Au début du 20e siècle, ils se mirent à prendre en compte les préjugés de leur propre vision des choses, ce qui leur permit d’améliorer la qualité de leurs observations et d’écrire un nombre de rapports détaillés sans précédent sur les chamanes. Ils commencèrent aussi à leur donner la possibilité de s’exprimer avec leurs propres termes.

“La véritable sagesse ne peut être trouvée que loin des gens, dans la profonde solitude. On ne la rencontre pas à travers le jeu, mais seulement dans la souffrance. La solitude et la souffrance ouvrent l’esprit humain. C’est donc là que le chamane doit puiser sa sagesse”.

GJUGÂRJUK, INUIT

Mircéa Eliade pressentit que le chamane allait devenir un personnage attractif et il présageait l’explosion de l’intérêt pour le chamanisme, qui allait culminer dans le mouvement du New Age.

Ce qui caractérise les chamanes ce sont les étonnants pouvoirs de l’esprit dont ils disposent pour agir sur les événements de n’importe quel secteur de l’existence humaine et pour communiquer avec tous les niveaux du monde vivant. Ces pouvoirs de l’esprit viennent en fait de leur façon très particulière d’utiliser leur conscience et aussi de certaines pratiques énergétiques.

Après avoir été pendant des millénaires un art de guérisseur magicien, le chamanisme est passé, voici quelques décennies, dans la catégorie des démarches personnelles grâce à quelques anthropologues, dont le principal est Carlos Castaneda qui, pendant 30 ans d’initiation, a pu recueillir de son maitre, ces techniques de conscience et de travail énergétique.

Chaque être vivant est relié physiquement, psychiquement et affectivement à tout ce qui l’environne par d’innombrables connexions énergétiques qui s’échelonnent du niveau le plus matériel au niveau le plus subtil. Nous sommes nés de la terre et du soleil, la lune rythme les marées de nos océans et conditionne la vie des milliards d’animaux qui peuplent la terre, donc la nôtre. La terre elle-même nous fournit l’eau, l’air et la nourriture sans lesquels nous ne serions pas là. Plus loin encore, les milliards de galaxies d’étoiles de l’univers lointain nous envoient des fréquences d’énergie dont nous ne soupçonnons même pas encore toute l’importance, et qui règlent certainement nombre de nos équilibres intérieurs. Tous ces liens et bien d’autres encore, d’ordre émotionnel, mental, corporel, génétique et social nous conditionnent profondément, et parfois d’une façon négative, que nous ressentons comme une lourde dépendance.

À ces conditionnements de nature extérieure s’ajoutent encore de nombreuses dépendances que nous nous créons nous-mêmes en nous attachant à diverses routines mentales, émotionnelles, comportementales, alimentaires, etc. qui se révèlent peut-être les plus douloureuses, car, une fois devenues conscientes, elles installent en nous un conflit permanent entre mémoire et volonté de libération.

Finalement, l’expérience de la vie, que nous arrivons, avec le temps, à observer comme un grand spectacle où nous avons le premier rôle, et à condition de se donner la peine d’une réflexion sur le sens de notre présence dans ce gigantesque événement, nous montre à quel point nous sommes peu libres. Si le bonheur est le sujet de cette réflexion, une question surgit alors : « peut-on être vraiment heureux, enserré par un tel réseau de liens et de conditionnements ? Est-il possible de se sentir plus libre ? »

Extrait d’un texte de PAUL DEGRYSE

Publié dans:AMERINDIENS, GUERISON |on 16 novembre, 2014 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3