Archive pour le 9 septembre, 2014

Les signes du sang

 

Le Dr Dominique Guyot, à Paris, est une des rares « lectrices » confirmées pour l’interprétation des plaques sanguines. Quelques gouttes de sang, prises au bout du doigt, suffisent pour qu’apparaissent à la cristallisation des images étonnamment parlantes mais, on s’en doute, très délicates à interpréter.

« On observe certains signes : irrégularité du rayonnement ou de la striation, lacunes au milieu des stries, cristaux en forme de fines croix, d’étoiles. Les signes de déséquilibres, latents ou déclarés, apparaissent sous la forme de « vacuoles », des trous dans la structure, des endroits où la cristallisation s’est interrompue. Leur forme renseigne, non pas sur l’organe précis, mais sur le système atteint : respiratoire, digestif, cardio-vasculaire… D’autres indices, visibles notamment au microscope et en lumière polarisée, peuvent permettre de préciser la pathologie : inflammation, infection, fibrome, tumeur bénigne, cancer, etc.

images (2)

« L’état cancéreux ou pré-cancéreux se presente, d’après Selawry, sous la forme de barres transversales. En fait, pas toujours ! Il faut parfois corréler avec d’autres signes. La cristallisation sensible n’a pas la précision de certains tests sanguins chimiques, mais elle donne des informations globales sur le terrain, y compris sur la dimension psychique ; elle permet de suivre en finesse l’évolution d’un traitement ; et il lui arrive d’orienter la recherche diagnostique avec une précocité étonnante – on passe alors aux tests médicaux classiques.

Les bio-champs

Jean-Pierre Garel, à Clermont-Ferrand, dirige le Centre de Biophysique et travaille avec l’ADENO- MAB (Association pour le développement des nouvelles méthodes d’analyse biologique). Là, on ne s’oriente plus vers la recherche et la technologie. Garel a une formation de biologiste moléculaire au CNRS. Depuis 1985, sa fascination pour les « bio- thésigrammes », les figures de la cristallisation sensible – a transformé son approche.

« Pour un biologiste, c’est stupéfiant de voir que l’image obtenue avec une feuille de vigne est homologue de celle produite par le vin, alors que la composition chimique est complètement différente. La cristallisation capte une information contenue dans la matière vivante, ce que j’appelle un bio-champ, qui pourrait éventuellement être mathématisée.

« Il y a des conséquences importantes pour la santé. On estime aujourd’hui que l’alimentation est responsable, pour au moins 30%, des maladies comme le cancer, les affections cardio-vasculaires ou les allergies. Or, si les aliments n’apportent pas seulement des susbstances chimiques et des calories, mais une information, plus ou moins structurée ou désorganisée, on tient là la clé des « aliments-santé » .

« En même temps, nous travaillons avec des industriels. Les thésigrammes sont aujourd’hui assez fiables et précis pour rendre des services à l’industrie agro-alimentaire, aux distributeurs alimentaires, à l’INRA (Institut national de recherche agronomique), aux organismes de contrôle des pollutions… Encore faut-il en faire une version adaptée aux grandes séries et au traitement des données. Nous avons développé, avec des chercheurs de Grenoble, la lecture informatique des plaques de cristallisation, à l’aide de la géométrie fractale. A ma con- naissance, c’est une première mondiale. »

Epilogue spéculatif 
Le XXe siècle a vu l’apogée de la biologie moléculaire, virtuose des appareillages chimiques et électroniques de gros calibre, championne de l’étude de la vie dans ses composants microscopiques et ses rouages moléculaires. C’est l’approche « réductionniste », on doit lui tirer son chapeau, on peut aussi critiquer ses lacunes. Et puis, parallèlement, discrètement, une autre science est née, globale ou « systémiste ». Elle utilise parfois des procédés apparemment beaucoup plus simples, la cristallisation sensible en est un.

Mais les processus qu’elle met en évidence sont d’une subtilité prodigieuse. On entre dans un monde de fluctuations, de vibrations, de champs, de résonances, de turbulences.

On renoue aussi avec l’approche intuitive, sensible, esthétique, contemplative, méditative… Il y a une vie après l’ADN, beaucoup plus étrange que tout ce qu’on peut croire.

Par Jean-Pierre Lentin

 

Publié dans:SANG |on 9 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

Les chemtrails : témoignages

 

téléchargement (1)QUESQUES Définitions

Des observateurs avisés dénoncent, depuis quelques années déjà, ces fameuses traînées blanches suspectes qu’ils ont baptisées « chamtrail » (de l’anglais chemical trails : « traînées chimiques »). Selon eux, il s’agirait d’épandage de produits chimiques destinés à des manipulations climatiques. L’objectif avoué est de tenter de limiter les effets du réchauffement climatique. Un autre objectif moins avouable se profile toutefois derrière celui-ci : un objectif militaire, qui serait de tester la possibilité de pulvériser sur certaines régions des produits destinés à anéantir une population… le stade des tests est même probablement dépassé. 

Il est vrai qu’une certaine opacité règne sur le sujet et il n’est pas aisé de s’en faire une idée exacte. Toutefois, les rumeurs sont tenaces et d’étranges phénomènes sont observés autour des avions et de leurs traînées de condensation. Sans céder à la panique devant un phénomène à propos duquel nous nous sentons impuissants, il est important de chercher à savoir ce qui se trame dans nos cieux. Voici quelques éléments pour mieux comprendre. 

LA GEO-INGENIERIE

Le concept de « géo-ingénierie » a été forgé dans les années 1970. Il se fondait à l’époque sur l’idée que nous pourrions utiliser des énergies fossiles sans émission de CO2 en capturant d’abord le carbone contenu dans les combustibles fossiles. Il rassemblait des moyens permettant de générer des produits énergétiques sans carbone, comme de l’électricité et de l’hydrogène, en séquestrant le CO2 provenant des formations géologique sou de l’océan. Puis, le terme a été élargi à tout ce qui désigne les efforts visant à stabiliser le système climatique en surmontant l’effet de serre ou le réchauffement planétaire, et à gérer directement le bilan énergétique de la Terre. 

Différentes techniques ont été retenues pour ce concept :

  1. La mise en place de bâches réfléchissantes dans les déserts.
  2. Le positionnement de miroirs à l’aide de satellites dans l’atmosphère. L’instigateur de ce projet est le professeur Roger Angel, soutenu par la NASA. Le pionnier de cette technologie fut le Docteur Eastlund. Son travail a été parrainé par ARCO, grand producteur d’aluminium détenu par la British Petrolum. Ces miroirs de l’espace permettraient d’atténuer les rayons du soleil et donc de diminuer la température de la terre. Les chemtrails contiennent eux aussi de grandes parties de particules d’aluminium.
  3. La plantation de végétaux dont les feuilles réfléchiront la lumière solaire.
  4. La fertilisation des arbres avec du nitrogène (ancienne définition de l’azote). Résultat de ce « doping », les arbres seraient capables d’absorber plus de dioxyde de carbone et de réfléchir plus de lumière.
  5. La pulvérisation d’aérosols que l’on nomme chemtrails, un moyen de créer une sorte de bouclier chimique filtrant une partie des rayons du soleil et permettant ainsi de diminuer l’indice UV. Pour la plupart d’entre nous, les chemtrails contribueraient au contrait à favoriser le réchauffement climatique, car les nuages artificiels provoqués par les épandages de nuit, majoritaires, bloqueraient les radiations infra-rouge renvoyées dans l’atmosphère.
  6. La fertilisation de l’océan Austral. En effet, selon Victor Smetacek, il suffirait de déverser du sulfate de fer dans le sillage d’un tanker dans cette zone du globe pour permettre le développement d’algues planctoniques capables de stocker d’impressionnantes quantités de carbone provenant du CO2 dissous dans l’eau. Mais les conséquences écologiques n’ont pas été étudiées.
  7. La réduction de l’acidification des océans en dispersant du calcaire sur leurs fonds. 

UN TEMOINGNAGE ETRANGE

Un mécanicien raconte : Habituellement, aucun mécanicien ne veut travailler sur les pompes, les réservoirs, et les canalisations servant à stocker les détritus des toilettes. Le mois dernier, j’ai été appelé à travailler sur un avion d’une autre compagnie aérienne. Quand j’ai reçu l’appel , l’agent technique d’exploitation ne savait pas quel était le problème. J’ai découvert que le souci était dans le système de traitement des détritus. Je n’avais rien d’autre à faire que ramper dedans et arranger le problème. 

Quand je suis entré dans le compartiment, quelque chose ne collait pas. Il y avait là plus de réservoirs, de pompes et de canalisations qu’il n’en fallait. J’ai d’abord supposé que le système avait été modifié. Pendant que j’essayais de trouver le problème, j’ai rapidement réalisé que la tuyauterie et les réservoirs supplémentaires n’étaient pas reliés au système de traitement des ordures. Je venais juste de découvrir cela quand l’un des mécaniciens « habitués » est arrivé. Tandis que je partais, je l’interrogeais sur l’équipement supplémentaire. Il m’a dite de « me préoccuper de la partie d’avions qui me concernait et de le laisser se décarcasser avec la sienne ».…/… 

Sur un autre avion, plus tard, j’ai commencé à suivre le tracé du système de canalisations. J’ai trouvé ce qui semblait être l’unité de contrôle du système. C’était une boîte de commande d’avionique. Je pouvais retrouver les fils de commande de la boîte vers les pompes et les valves, mais il n’y avait pas de circuit de commande entrant dans l’unité. Le système avait un grand réservoir et deux plus petits. C’était difficile à voir dans le compartiment exigu. Ils étaient reliés à un dispositif de remplissage et à une valve de purge qui traversait le fuselage juste derrière la valve de purge du système de détritus. J’ai recherché ce raccordement sous l’avion, je l’ai trouvé ingénieusement caché derrière un panneau, celui servant à accéder à la vidange des déchets. J’ai commencé à suivre la tuyauterie qui menait un réseau de petites tubulures qui se terminait sur les rebords arrière des ailes et des stabilisateurs horizontaux. …/… 

L’un des cadres m’a repéré et m’a ordonné de sortir du hangar, me disant que mon poste était terminé et que je n’avais été autorisé à aucune heure supplémentaire. Deux jours plus tard, je fus appelé pour remplacer une sonde sur un avion et j’inspectais. Environ 30 minutes plus tard, je fus convoqué chez le directeur général. Quand je suis entré dans son bureau, j’ai constaté que notre représentant syndical et deux autres que je ne connaissais pas m’attendaient. Il m’a dit qu’un problème sérieux avait été découvert, et m’a remis un formulaire disciplinaire déclarant que j’avais fait de fausses écritures sur la sonde de température de moteur que j’avais installée quelques heures avant. J’étais sidéré et je commençais à protester…/… 

Alfred Wegener voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Géo-ingénierie.

Voir http://technologies-propres.blogspot.com/2010/03/les-7-projets-de-geo-ingenieurie-dont.html

Venez en discuter avec nous sur « La Vie Devant Soi « 

Publié dans:ELEMENTS |on 9 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3