La passion de Marie Madeleine pour Jésus

images (1)

Marie-Madeleine est très présente auprès de Jésus. Elle le suit de la Galilée en Judée alors qu’il enseigne aux foules. Elle le suit jusqu’à sa Passion. Elle reste présente au pied de la Croix pendant son agonie alors que la majorité de ses apôtres se sont défilés. Elle prendra son de son corps après la descente de la croix. Marie-Madeleine participe, sans conteste, à tous les moments importants de la vie de Jésus. Comme si un privilège lui était accordé, elle est la première et la seule à le voir, juste après sa résurrection.

L’existence d’une relation d’amour entre Jésus et une femme très forte transpire. De quelle histoire d’amour s’est-il agi entre Marie-Madeleine et Jésus ? J’éprouve tout au fond de moi la sensation que ces deux êtres « étaient réunis dans une belle histoire d’Amour, très personnelle et dérangeante pour des esprits formatés par l’ordre établi du moment et des autres époques qui suivront. Tout n’a pas été dit de la vie du Christ. Serait-elle l’épouse du Christ ? Nos enfants le confirment : Jésus partagea sa vie avec Marie-Madeleine.

… C’est pourtant une partie cachée de son existence qui n’a pas été révélée, car elle était dérangeante pour l’Eglise romaine.

Qui est-elle au fond d’elle-même ? Marie-Madeleine est une femme libre. Cela ne plaît pas. Je l’imagine les cheveux au vent. Elle jette volontiers son voile aux oubliettes quand cela lui prend. Elle se permet de rentrer là où se trouvent les hommes. Elle n’a que faire de toutes ces convenances. Elle viole la règle imposée aux femmes juives. Elle est rebelle dans l’âme, tout en spontanéité. Aussi, elle sera traitée de femme impure qu’il ne convient pas de fréquenter pour un juif bien religieux, pour un homme tout simplement.

Il faut savoir qu’à cette époque et dans cette partie avancée de l’Orient, la femme jouit de peu de considération. Pour une femme, porter le voile est une obligation légale. Porter le voile est hautement signifiant. Il suffit de lire Saint Paul pour le comprendre. « L’homme ne doit pas se voiler la tête. Il est à l’image de la gloire de Dieu, mais la femme est à la gloire de l’homme et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête une marque d’autorité ». Pour la femme, le voile est le signe de la soumission ou d’appartenance à l’homme. 

Aujourd’hui, le voile est plus que jamais un sujet de controverse au sein de la société française, poussant le gouvernement à légiférer. Nous demandons à être éclairés par nos guides spirituels sur le sujet. Vous verrez que la réponse ne peut être donnée par une loi. Tout dépend là aussi d’une ouverture des cœurs.

Paul a dit que le voile devait recouvrir les cheveux de l’épouse, afin qu’elle conserve sa virginité ; Pour autant, il s’agissait d’une question liée au contexte de l’époque. Mais les choses ont évolué et ce n’est plus aujourd’hui nécessaire. Mais il faut, là aussi, comprendre que la mesure implique que la femme moderne ne doit pas se vêtir n’importe comment, et surtout respecter celui qui la regarde en se respectant elle-même. S’il n’est pas interdit de porter le voile, il n’est pas davantage dans l’obligation de le faire, parce qu’il s’agit en l’occurrence d’un geste religieux ou spirituel qui doit cependant n’appartenir qu’à l’être en personne.  Nul ne doit s’opposer ou imposer le port de cet attribut. Les femmes qui portent le voile de leur plein gré doivent être respectées. Mais celles qui sont forcées de le faire parce qu’elles obéissent à un rite religieux ou à l’autoritarisme dominant, souffrent énormément.

N’ayez pas d’inquiétude si les femmes portent le voile sans y être obligées. Elles ne sont pas dans une démarche de racolage ou de séduction, ou même de prosélytisme. Elles sont tout simplement elles-mêmes, en accord avec leur foi profonde. Par contre, si elles sont contraintes de se vêtir autrement par la force, elles deviennent dans ce cas les militantes d’une religion sectaire et extrémiste qui ne reflète pas son nom. 

Marie-Madeleine ne pouvait accepter d’être soumise. Cela était contraire à sa nature d’essence libre. Qu’une femme se mêle à la vie publique de l’homme est inconcevable à cette époque. Elle doit rester à la maison, cachée. Toutes ces femmes qui suivent Jésus sont donc inconvenantes. Jésus, en les acceptant très près de lui, participant à sa vie publique, innove également et choque ; Il n’est pas dans l’usage des rabbins d’accueillir autour d’eux des femmes. Aussi, la présence de femmes auprès de Jésus lors de sa prédication itinérante, est tout à fait exceptionnelle dans le monde palestinien du premier siècle. Quel scandale pour les juifs de cette époque !

De quel amour, le cœur de Marie-Madeleine brûlait-il ?

Marie-Madeleine aime. Elle se nourrit de la parole répandue par Jésus ; En dépit des convenances, elle suit cet homme. Avec Jésus, elle se sent plus libre que jamais et se trouve en accord parfait avec la voix de son cœur. Le sentiment d’amour qui l’habite est plus que toute autre chose. Jésus, lui-même, au mépris de toute rigidité morale, de tout « esprit bien pensant » répond à son amour. il dira même d’elle, notamment à Simon le pharisien : Qui de vous deux suit le mieux l’enseignement de la Thora, le fait d’aimer Dieu et son prochain, si ce n’est Marie ? Aimer Dieu et son prochain étant les deux principaux commandements de ce livre sacré. 

Marie-Madeleine est auprès de Jésus partout où il se trouve. Son amour est si fort qu’elle le suivra jusqu’à la Croix, supportant les insultes de la foule proférées à l’encontre de son bien-aimé. Son amour est tel qu’elle oublie sa peur et reste à ses pieds alors qu’il est supplicié et humilié. Quoi de plus dure que voir un être cher souffrir ! Marie Madeleine aime. En parfait osmose avec son bien-aimé, elle devine ce qui va arriver à Jésus. Elle le sait avant tous. Son amour la rend plus que jamais intuitive. Elle pressent sa mort à venir. Elle accepte d’avance la séparation et aidera son bien-aimé à vivre sa destinée. Elle va même l’encourager, le soutenir avec foi et courage. Peu de jours avant la Pâque, elle répandra ce parfum très coûteux sur les pieds de Jésus, y mêlant ses larmes et ses cheveux. Ce geste est bien à elle, empli de féminité et inspiré d’un rituel coutumier. Elle va lui signifier qu’elle a compris l’importance de ce qu’il a à vivre, sans en connaître complètement l’enjeu. Ce geste est provocateur. Il la fait mal voir des hommes qui entouraient Jésus à l’instant où elle pratique ce rituel qui n’appartient qu’à elle. Seule, elle connaît e sens de son geste et Jésus montre qu’il sait qu’elle sait. Seuls, d eux êtres ayant acquis une intimité très profonde qu’un lien d’amour puissant peut faire naître, peuvent se comprendre uniquement par le geste, la parole étant devenue inutile.

 Marie-Madeleine a eu maille à partir avec les autres compagnons de Jésus. Ils l’ont très souvent mise plus bas que terre, alors que Jésus la portait aux nues. Sa vie, de toute évidence, désobéit aux convenances d’une éthique, qu’elle soit d’ordre social, moral ou religieux. Elle est incapable d’obéir à des valeurs qu’elle ne comprend pas ; valeurs édictées par des humains englués dans un psychisme façonné par la peur, les émotions négatives. Elle est née avec un cœur plus ouvert que bon nombre de ceux qui entouraient Jésus. Mais elle savait malgré tout qu’il lui serait difficile de se faire reconnaître. 

Pressée par les autres disciples, prisonnière de son passé, Marie-Madeleine était une pureté, même si la vie qu’elle avait menée s’est révélée tout autre dans l’esprit des gens. Elle était la lus fidèle et reconnaissante envers Jésus. Mais, elle subissait très souvent les insultes ou les sarcasmes parce qu’il lui était difficile sinon impossible de défaire de son passé, et de prouver à l’ensemble de ses compagnes et compagnons qu’elle était une femme totalement transformée.

 Marie-Madeleine, l’épouse de Jésus, dérangeait par sa seule présence aux côté du Christ. Les autres ne supportaient pas de la voir s’inviter aux repas du Seigneur. Mais lui le savait et laissait volontairement Marie-Madeleine s’exprimer ou se comporter selon son désir. Elle était, aux yeux de tous, une sorte de démon. Elle fascinait, elle ébranlait par son physique et son charisme ; personne ne restait indifférent à son contact. Le Christ, lui-même, a été fasciné par cette femme ; C’est la raison pour laquelle il l’a libérée de ses démons afin qu’elle le rejoigne et participe à son œuvre. Marie-Madeleine a été amante totalement libérée par le Christ. Sans son intervention, elle serait devenue une femme misérable, une déchéance humaine, un débris de la société. Mais il était important pour le Christ de s’appuyer sur des personnes dévoyées pour se faire reconnaître ; il n’était pas venu sur terre pour la facilité, il était décidé à tout mettre en oeuvre pour ébranler les grands prêtres et leurs fausses doctrines. Le meilleur moyen pour lui était de s’acoquiner avec les pires individus, ou de les fréquenter afin qu’ils se convertissent. Marie-Madeleine faisait partie de ces gens dont le pouvoir religieux ne voulait pas reconnaître l’existence. Pour lui, ces individus n’avaient aucun droit .. tout juste celui de vivre ; Pris au piège de cette dictature, ces gens se cachaient, se sauvaient ou vivraient dans l’ombre afin de n’être jamais repérés et de risquer ainsi leur vie par lapidation. Marie-Madeleine s’est précipitée aux pieds du Christ parc qu’elle savait que lui, seul personnage divin digne de ce nom, serait disposé à l’écouter et à la protéger au grand dam de toute cette hiérarchie religieuse qui la haïssait, ainsi que toutes les personnes de sa condition. 

Ne soyez pas surpris, chers lecteurs, par toutes ces révélations. Marie-Madeleine était aux yeux du Christ la seule personne méritant d’être à ses côtés et de vivre en son cœur. Leur Amour était et reste d’une profonde intensité spirituelle. Ils ont, en leur temps consommé l’Amour physique. Il était naturel que le Christ, étant incarné, vive lui aussi tous les plaisirs nobles de la vie. 

Extrait du livre : VERS UN MONDE D’AMOUR de Jean Pernin et M.Madeleine Jacob aux éditions Louise Courteau

 

Publié dans : JESUS, MARIE-MADELEINE |le 29 juin, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3