Constance, sérénité et puissance de l’Amour

 

 téléchargement (7)

Il a été dit dans l’Imitation : « L’amour veille sans cesse ; dans le sommeil même, il ne dort pas ».

L’Etat d’Amour véritable demeure au delà des alternatives de veille et de sommeil. Il est la toile de fond sur laquelle se profilent toutes nos agitations de surface, nos pensées, nos émotions, nos joies, nos peines. La source de l’amour véritable réside au niveau de l’ultime essence de notre être. Elle occupe la place d’un témoin de profondeur assistant imperturbablement à nos alternatives de plaisirs et de souffrances. Privée de cet amour, l’âme est une plante desséchée, dépouillée de sa sève la plus essentielle. 

Il faut laisser la plante de notre âme plonger ses racines dans le sol fécond du Pur Amour. Il est comme une sève spirituelle précieuse qui régénère et transfigure. 

En nous ouvrant à la sérénité, à la puissance, à la béatitude du pur amour nous donnons à notre âme une santé, un équilibre, une harmonie, une constance de radioactivité, de rayonnement essentiel. Notre être intérieur retrouve ainsi une richesse, une vitalité, une « turgescence » spirituelle comparable à la turgescence physique des plantes s’épanouissant dans leur milieu naturel. Le pur amour et la lucidité sont à l’âme, ce que la chaleur, l’humidité et la lumière sont aux plantes. Il a été dit que « la foi soulève des montagnes ». Mais elle ne peut le faire que dans la mesure où elle s’inspire de l’Amour, car seule la magie de l’Amour recèle d’aussi surprenantes puissances. La véritable puissance ne se mesure pas au déploiement spectaculaire de forces extérieures. Elle ne possède aucune commune mesure avec les bouleversements qu’elle engendre avec ostentation à notre échelle. 

Elle ne se compare pas à l’agitation de l’instant. La véritable puissance ne s’exprime pas par la violence. La véritable puissance est celle du Pur Amour, parce qu’étant ainsi, elle est celle de Dieu Lui-même. Elle est par conséquent discrète, sereine, silencieuse, anonyme, infinie, éternelle, comme l’Amour, comme Dieu est discret, serein, silencieux, anonyme, infini, éternel. Si nous nous ouvrons à la richesse de l’amour, si nous laissons agir en nous la bénédiction de sa grâce infinie, nous introduisons dans notre être intérieur un état d’équilibre souverain que plus rien ne peut perturber. Nous avons jeté l’ancre dans le port de l’éternel. Nous reposons enfin sur notre base spirituelle la plus essentielle, la plus fondamentale. Nous empruntons alors lucidement nos énergies à l’essence même de la vie, de la substance. Nous nous abreuvons à la source intarissable du rythme divin.

 La vie vécue dans une telle attitude est adoration, état d’adoration de tous les instants, adoration qui se recrée perpétuellement. En nous ouvrant à la magie du pur amour nous sentons qu’au moment du sommeil, tandis que cessent les agitations de la pensée, nous retrouvons graduellement la joie infinie, la béatitude d’une présence divine. Nous réintégrons notre demeure la plus essentielle. 

Durant la conscience de veille nous ne percevons d’Elle qu’un pâle écho, submergés que nous étions par les sollicitations du milieu ambiant et les réactions lue détermine notre imperfection. Mais l’Amour n’a jamais cessé d’être. Dans les profondeurs du sommeil sans rêve, alors que l’écran de l’activité mentale tend à disparaître provisoirement, il nous arrive de frôler cette lumière, cette pureté, cette béatitude vertigineuse. Nous sommes au seuil du cratère insondable de l’Etre. Dans la mesure où nous mourons à nous-mêmes, cette grâce infinie nous inonde de sa richesse, dans le sommeil comme dans la conscience de veille. L’Etat de Pur Amour devient alors constant. Il devient ce qu’il doit être : l’Etat suprêmement NATUREL. 

C’est alors un véritable ruissellement de béatitude qui imprègne notre être entier, depuis les profondeurs de l’esprit jusqu’aux moindres cellules de la chair. Nous baignons littéralement dans un flot de lumière, d’Amour, de Paix, de sérénité intérieure se recréant d’instant en instant. En ceci réside le secret accomplissement du Pur Amour qui nous délivre de nos avidités, de nos craintes, de nos conflits. A chaque seconde, l’être entier est littéralement suspendu à l’émerveillement d’un enchantement intérieur dans lequel tout ce qui restait de lui-même — psychologiquement parlant — s’est transfiguré au rythme béatifique d’une incandescence éternelle.

 

EXTRAIT de : L’Amour Humain  A L’Amour Divin de Ram LINSSEN -  Editions ETRE LIBRE 1953 –  

 

Publié dans : AMOUR |le 1 mai, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3