Archive pour avril, 2014

Les étapes du processus de création

 

images (4)Comme l’univers répond à votre vibration et non à ce que vous vivez présentement, des choses étonnantes jamais vécues auparavant se manifesteront peu à peu dans votre existence. D’après nos observations, la chose qui vous fait le plus souvent trébucher est la suivante: le contraste [entre les expériences agréables et désagréables que vous vivez], pourtant nécessaire et utile pour vous aider à susciter la montée de désirs nouveaux en vous, fait souvent apparaitre toutes sortes d’énergies confuses. En général, pour savoir si vous voulez quelque chose, il vous faut déjà avoir une assez bonne idée des détails et des événements qui vous ont aidé à identifier ce que vous ne voulez pas.

Autrement dit, quand exprimez-vous avec clarté le désir d’être bien? N’est-ce pas habituellement lorsque vous ne vous sentez pas tellement bien? Quand avez-vous le plus fortement envie d’avoir davantage d’argent? Sans doute quand vous n’en avez pas assez. Ainsi, c’est lorsque la confusion règne en vous que vous avez le plus grand besoin de clarté. C’est lorsque l’accablement vous envahit que votre désir de sérénité est le plus grand. Et c’est lorsque vous vous ennuyez que votre besoin de stimulation devient le plus fort…

Le processus de créativité comporte 3 étapes. Premièrement, vous demandez, ce qui est facile puisque vous le faites constamment. Deuxièmement, une réponse est apportée à votre requête, ce qui ne vous concerne pas puisqu’elle provient de l’énergie Source. Troisièmement, vous devez consentir à recevoir ce que vous avez demandé.

Il est important de bien comprendre la différence entre la première étape et la troisième. Lorsque toute votre attention est focalisée sur une chose dont vous avez besoin ou que vous désirez vraiment, ou lorsque vous priez pour obtenir cette chose, il est fréquent que la vibration émanant de vous ne corresponde pas à la chose désirée et qu’elle soit plutôt en résonance harmonique avec l’absence de cette même chose.

Lorsque toutes vos factures arrivent en même temps, que vous n’avez pas assez d’argent pour les payer, que la panique s’empare de vous et que vous vous dites: « J’ai besoin de plus d’argent » ou, de façon plus positive, « Je veux plus d’argent », vous en êtes alors à la première étape, celle d’exprimer votre désir. Mais vous n’êtes pas en mode réceptif, lequel correspond à la troisième étape. Vous maintenez une distance entre votre demande et vous. Vous demandez continuellement, incapable de vous arrêter, car le contraste entre la situation actuelle et la situation recherchée fait naitre un désir en vous. Vous devez trouver un moyen de vous mettre en mode réceptif, comme si vous vouliez recevoir un signal radio.

Extrait de: Créateurs d’avant-garde, E.&J. Hicks

 

Publié dans:CO-CREATION, LOI NATURELLE |on 9 avril, 2014 |Pas de commentaires »

LE FUTUR PROCHE

 

images (3)Il y a maintenant plus de personnes qui sont capables de confirmer ce qui se passe en se reliant pendant la méditation à leur Soi Supérieur, autrement nommé Présence Je Suis. Ce procédé de reliance intérieure a été pratiqué sur la Terre bien avant que les religions et les groupes philosophiques ne se forment. Les gens peuvent aider en visualisant les énergies de Lumière sous la forme d’amour inconditionnel qui va s’ancrer sur et dans la planète. L’amour s’empare de tout! Il produit la paix, la guérison, l’harmonie et l’unité.

Des changements anticipés pour établir un nouveau système financier et annuler la dette mondiale pourraient aussi permettre de changer très bientôt les structures gouvernementales. Si les quelques cabales restantes qui contrôlent la planète ne permettent pas à ces changements de se produire, il se pourrait que le premier contact avec nos amis spirituels de l’espace soit mis en oeuvre plus rapidement que prévu. Si ces changements se produisent, une plus grande abondance financière et spirituelle sera disponible pour toute l’humanité. Les divisions entre races et pays cesseront.

De nombreuses personnes travaillent discrètement au sein des systèmes gouvernementaux, judiciaires et financiers pour aider à la mise en place de ces changements. Nous devrions être mis au courant par l’intermédiaire du NESARA - the National Economic Security and Reformation Act (Loi de sécurité économique et de réforme nationales) – une législation nord-américaine sous-tendue par une trame spirituelle, afin de changer les systèmes financiers et les gouvernements pour le plus grand bien de tous.

Plus d’appareillages à énergie libre deviendront disponibles, en particulier pour fournir nos maisons et nos systèmes de transport en énergie et pour éliminer la pollution. Ces inventions existent secrètement depuis un certain temps. Ceci a été montré du doigt dans la croisade pour le Projet de Révélation du Dr Steven Greer et de ses amis qui démontrent au monde l’étendue des relations secrètes de la Terre avec les civilisations E.T. depuis les 60 dernières années. Nous sommes au Temps de la Vérité où de nombreuses vérités cachées viendront au grand jour, y compris celles du Gouvernement de l’Ombre.

Il y a maintenant moins de probabilité que de terribles catastrophes terrestres naturelles, provoquant de nombreuses pertes de vie, se produisent dans le futur proche. Ceci est dû à l’élévation de la conscience de masse qui s’est produite depuis les atrocités du 11 Septembre. Celles-ci n’ont pas été causées par des terroristes isolés mais par certaines personnes qui contrôlent le gouvernement américain et d’autres gouvernements. Il est toutefois probable qu’une reconstruction terrestre majeure ait lieu dans un futur proche comme tribut à l’ascension de la Terre. Les humains qui ont accepté, dans un état plus élevé de conscience, de participer au Septième Âge d’Or devront être transportés dans des habitats permanents à l’intérieur de la Terre. Il a été suggéré que certains d’entre eux pourraient auparavant être orientés vers des vaisseaux de Lumière et même d’autres destinations avant de revenir à la nouvelle Terre.

Les êtres chers qui nous ont déjà quittés pourraient nous rejoindre dans les dimensions supérieures, si cela a été leur choix. D’autres qui ont quitté, ou qui vont le faire dans le futur, peuvent déjà avoir décidé à un niveau supérieur qu’ils n’étaient pas encore prêts pour l’ascension dans les dimensions supérieures. Ils se réincarneront sur une planète de troisième dimension, peut-être la grande planète-vaisseau Nibirou, qui va devenir une planète de notre système solaire.

Tenez-vous prêt pour une aventure très intéressante!

Extrait de l’Article mis à jour en mai 2004. L’article original est paru en anglais dans la revue Earthbridge Newsletter. Traduction: Alain Boudet. Tony Wicks peut être contacté en anglais pour des questions demandant des réponses brèves, à son adresse électronique.

Le Karma, une notion

Le « karma », une notion venue d’Orient et qui maintenant s’intègre en Occident. Que veut-elle réellement dire et de quelle manière transforme-t-elle notre regard sur le monde ?

Le Karma, une notion dans KARMA karma

Notre langue évolue au fil des années et il est surprenant de constater que parfois des notions venant de cultures lointaines prennent racine dans nos discours. Nous les manions alors selon un consensus collectif mal défini mais pourtant utile – puisqu’ils évoquent une idée dont nous voulons parler et pour laquelle nous n’avons pas de mot équivalent en français. C’est le cas du concept de karma. Tout le monde comprend plus ou moins ce que c’est, sans vraiment pouvoir l’expliquer non plus. Alors qu’est-ce au juste que le karma ? 

Une action

Loin de l’imaginaire souvent élaboré autour de cette notion exotique qui nous vient de l’Hindouisme puis du Bouddhisme, le karma est en réalité une idée très simple. Imaginez que vous décidez d’apprendre le tango. Le karma est l’action qui va découler de votre idée. Vous allez sur internet chercher un cours, vous vous y rendez en temps et en heure, et vous vous appliquez à assimiler cette nouvelle danse. En faisant tout cela vous avez créé du karma : vous avez mis en route des actions, qui auront des conséquences – indépendamment de tout jugement sur leur nature. Le karma n’est donc pas juste une force du passé qui agit sur le présent, c’est une force tout court. « Karma est un mot sanskrit qui veut tout simplement dire : action. Cette notion va dans le sens du mot œuvre en français. C’est-à-dire qu’on entend aussi bien l’acte que la conséquence. C’est le fait de faire, de produire, de créer », nous dit Trinlay Tulku, maître bouddhiste reconnu dès son plus jeune âge comme un lama réincarné. Notre univers semble alors fait de karma. Notre monde est la somme des actions de tout ce qui le compose, le produit d’un nombre incalculable de comportements microscopiques autant que macroscopiques. Il est fait d’actions et de leurs conséquences, qui entraînent d’autres actions et d’autres conséquences et ainsi de suite. 

Fatalité ou outil d’une intentionnalité ?

Parce que la nature du karma est un enchaînement d’activités, nous en entendons parfois parler comme d’une loi de cause à effet qui serait de nature mécanique et prévisible. Dans ce cas, le karma est tout-puissant. Nous n’y pouvons rien et nous en subissons les effets. Il devient destin, voir fatalité. Cette façon de voir est héritière de la lignée de certains penseurs cartésiens qui disent que notre univers est animé par des lois que nous pourrons un jour toutes connaître. L’idée sous jacente est que nous vivons dans une grosse machine où tout est déterminé et que nous ne sommes que des pions dans ce grand engrenage. « La notion de karma est souvent mal comprise et confondue avec le fatalisme, l’acceptation passive de notre destin. Le karma est alors vu comme une force nous entraînant, tel un fétu de paille, sur l’océan de la vie. Mais celle-ci n’est pas déterministe, elle est beaucoup plus dynamique », écrit Ringou Tulku Rimpoché dans son livre Et si vous m’expliquiez le Bouddhisme ? 

La subtilité orientale ne nous propose donc pas une vision aussi mécanique de l’action du karma dans l’univers. « La vision qui réduirait tout à la prédestination du karma peut satisfaire mon intellect, mais elle serait désastreuse pour la grandeur de mon esprit. Je serais un esclave et un pantin du karma et je ne pourrais jamais rêver devenir le souverain de moi-même et de mon existence », écrit le philosophe indien Sri Aurobindo dans son livre Renaissance et Karma. Le karma ne serait alors pas cette force toute-puissante mais plutôt un outil. Une action, une façon de faire, dont les directions seraient données par une intentionnalité. Car pour qu’un acte soit engendré, il faut qu’il ait été voulu. « Une action de quelque nature que ce soit, verbale ou physique, est informée par l’intention qui la sous-tend et qui la détermine », poursuit Trinlay Tulku. Le karma naît alors d’un élan cherchant à atteindre un but. Si vous allez apprendre le tango parce que cette danse vous inspire ou pour rencontrer de nouvelles personnes, le résultat peut ne pas être le même car votre intention ne sera pas la même. Dans le premier cas, vous plongerez plus dans l’expérience de la danse, ce qui vous fera parfois oublier l’autre danseur. Dans le deuxième, vous vous calerez plus sur votre partenaire, quitte à vous oublier vous-même. La qualité relationnelle et tout ce qui s’ensuit formeront une réalité différente. 

Des choix conscients ?

Nous voilà donc considérés comme des êtres sensibles, dotés d’une intentionnalité et donc d’une certaine capacité de choix. Et bien que cette intentionnalité puisse être elle-même conditionnée par nos actions passées, nous serions néanmoins outillés pour prendre des décisions en toute conscience. Alors si le karma est l’étoffe dont est fait l’univers, une forme de conscience présente chez tous les êtres qui l’habitent en serait le tisserand. « Il semblerait qu’il y ait dans notre être individuel quelque chose qui a une réelle liberté de vouloir, un pouvoir de choix d’une grande conséquence, d’une grande ampleur », continue Sri Aurobindo. Mais notre difficulté reste d’évaluer l’équilibre entre le karma et la conscience dans une vie quotidienne. Car ce n’est pas parce qu’il y aurait une marge de liberté quelque part en nous que le karma devient négligeable. Il est incontestable que nous sommes en permanence en prise avec la force d’inertie des actions passées. L’un n’exclut pas l’autre. « En l’homme pensant, bien petite est la part de nous-mêmes qui ne subit pas une quelconque contrainte présente et une impérieuse nécessité passée. (…) Mais il peut être au moins possible que la liberté et la contrainte du karma ne soient pas des opposés si inconciliables, que derrière le karma et même en lui, il y ait constamment une liberté secrète de l’Esprit intérieur », poursuit Sri Aurobindo. 

Et comme le concept de renaissance ou réincarnation accompagne traditionnellement la notion de karma dans l’Hindouisme et le Bouddhisme, le scénario proposé est qu’une forme psychique – que nous pourrions appeler âme, mais dont la teneur est difficilement identifiable – se réincarnerait de vie en vie, dans différents corps sous l’effet du karma et des choix conscients. Notre âme subirait les actions de ses vies passées, créerait ou résoudrait du karma, tout en ayant plutôt tendance à vouloir aller vers plus de conscience. 

Orienter ou sortir du karma ?

C’est donc quand la conscience commence à se mêler de tout ça que ça se complexifie. Nous devenons sensibles au plaisir et au déplaisir. Nous comprenons que les conséquences de nos actions peuvent être plus ou moins agréables ou douloureuses pour nous et pour les autres. Et nous réalisons que nous sommes capables d’orienter les conséquences de nos actions. Là commencent alors toutes sortes de négociations entre notre conscience et la force du karma avec laquelle nous sommes en prise. Nous avons souvent du mal à ne pas répondre à des schémas que nous connaissons pourtant par cœur. Nous voulons changer les choses et faire bien. Mais qu’est-ce qui est « bien » ? « Il s’agit plutôt d’arriver à une notion de responsabilité en élargissant sa vision à l’ensemble de la situation, de se poser la question : quel type d’acte va entraîner quel type de réaction? Il est préférable d’essayer de sortir d’une vision moralisatrice qui oppose ce qui est bien à ce qui est mal. Et, bien sûr, il y a des situations où la réponse n’est vraiment pas évidente. Si vous êtes parent d’un jeune enfant qui vous réveille pour la dixième fois parce qu’il est malade et que vous êtes totalement épuisé, peut-être que vous aurez juste envie de rester couché et de ne plus savoir ce qu’il se passe. Et si vous vous levez encore, peut-être que vous pourrez perdre patience et l’agresser… », nous dit le psychiatre Christophe Massin. 

Alors comment gérer au mieux ce karma ? L’idée générale mise en avant par les traditions qui parlent de cette notion, est qu’il faut sortir de l’agitation qu’il engendre. Si l’Hindouisme met peut-être un peu plus l’accent sur la transformation du karma par l’action juste, et le Bouddhisme par le détachement, les deux parlent de sortir de la roue de l’existence karmique. Pour eux, notre existence est illusoire et la nature profonde des choses nous reste difficilement accessible tant que nous sommes en prise avec le karma. « Rester dans l’action perpétue notre égarement d’une certaine manière, en ce sens que ça confirme la croyance dans le Moi, qui est dans le cadre de la croyance bouddhique, une illusion », explique Trinlay Tulku. Il n’y a de réalité que Brahman (le Soi suprême), disent les hindouistes. Ils proposent alors de calmer les choses pour ne plus être le jouet de forces qui prennent leur source dans le passé. De sortir d’un mode réactif pour trouver au fond de soi des informations moins contraintes par ce ping-pong de cause et d’effet. De se libérer de tout conditionnement pour atteindre un état transcendant. Et là où les traditions vont souligner la nécessité ultime de s’extraire du karma, d’autres philosophes vont plus mettre l’accent sur le fait qu’au quotidien notre incarnation peut aussi être un véritable terrain d’évolution pour notre conscience. « La conséquence que l’âme recherche en réalité est une croissance dans la manifestation de son être. (…) L’infinité devrait être éternellement capable d’une expression de soi infinie », écrit Sri Aurobindo. 

Dans tous les cas, il s’agit de sortir des habitudes pour expérimenter de nouveaux états d’être. « On peut contacter cette notion de justesse. Cela demande d’entrer profondément en contact avec chaque situation présente, dans une ouverture d’esprit qui accueille toute information. Cela va permettre une action aussi proche que possible de ce que demande l’événement auquel nous faisons face. Et là où nous pouvons voir l’effet de cette justesse, c’est lorsque l’action que nous avons posée nous laisse en paix. Une paix durable. Nous avons alors le sentiment d’avoir fait ce que nous avions à faire. Et nous sommes disponibles pour la suite des événements », conclut le Dr Christophe Massin.

couv_354 dans KARMAEt si vous m’expliquiez le bouddhisme ?, Ringou Tulkou Rimpotché
Éditions J’ai Lu (Août 2004 ; 256 pages) 

couv_1730Souffrir ou aimer , Christophe Massin
Editions Odile Jacob (Mai 2013 ; 252 pages) 

Publié dans:KARMA |on 8 avril, 2014 |Pas de commentaires »

OVNI : Grande-Bretagne

 ET1

 

Un documentaire intéressant sur les observations d’OVNIS en Grande-Bretagne avec des témoignages de pilotes de ligne entre autres.

Vous pouvez retrouver d’autres vidéos sur les pyramides, les OVNIS, Le Grand Changement, l’énergie libre et d’autres sujets sur la chaine Youtube du Grand Changement.

Voici le lien de la chaine :

Image de prévisualisation YouTube

https://www.youtube.com/watch?v=iVZ_tdicjgM&list=PLgE3OoCMXn5CR7eoYW1SqMQAzF2qT3hmE

Un documentaire à voir et à partager.

Publié dans:O.V.N.I et E.T., VIDEOS à voir |on 7 avril, 2014 |Pas de commentaires »

OVNI Les Nouvelles Preuves

 

 

Sommes nous seuls dans l’univers ? L’homme a toujours observé les étoiles dans l’espoir de découvrir des preuves de l’existence d’autres formes de vie mais la vérité n’est pas la, elle se trouve ici. 

Depuis la seconde guerre mondiale, le gouvernement britannique surveille étroitement son espace aérien. Le ministère de la défense conserve dans ses archives des milliers de témoignages sur des cas d’observations ovnis dont certains restent à ce jour inexpliqués. Le secret est levé depuis peu grâce à ses dossiers rendus publics.

Nous sommes aujourd’hui en mesure de vous dévoiler toute la vérité sur les ovnis observés dans le ciel de Grande Bretagne. Une collision aérienne évitée de justesse, la rencontre rapprochée de bombardiers de la seconde guerre mondiale, un objet non identifié repéré par un radar et de nouveaux éléments sur la célèbre cas d’observations ovnis le Roswell Gallois. 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=uFKlRxyYL3k#t=141

Face à ces histoires étranges inexpliquées, comment ne pas s’interroger sur l’existence d’autres formes de vie venue d’ailleurs ?

Publié dans:O.V.N.I et E.T., VIDEOS à voir |on 7 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Vous êtes un soleil

 

Archange Zadkiel, canalisé par Annelies Pélissier-Combescure, 16 octobre 2005

téléchargement (6)Bonjour à vous, enfants de la terre, enfants de la lumière. Je suis celui que vous nommez dans votre tradition l’archange Zadkiel. Ma joie est grande de m’exprimer ainsi à vous.

Vous êtes chacun enfants de la terre, enfants des étoiles, enfants de l’univers dans l’unité du tout. Chacun de vous portez en le diamant du cœur, le diamant de l’âme, un joyau, une source qu’il est temps de partager. Chacun de vous est un morceau de cristal, et lorsque ces multiples morceaux s’assemblent, c’est une merveilleuse œuvre d’art cristalline qui apparait et qui sert l’évolution de l’humanité.

Chacun de vous avez un trésor logé au plus profond du cœur, au plus profond de l’âme. Ce trésor ne demande qu’à être révélé, activé, partagé.

Pour révéler ce trésor, nous vous invitons à poser la paix en vous-même, poser la paix en les moindres cellules de tous vos corps. Accueillir l’énergie de l’amour de la Source, l’énergie de l’amour de la Vie, et vous reconnaitre vous-mêmes comme enfants de la Source.

Reconnaissez la beauté de la lumière à l’intérieur de vous. Alors cette lumière pourra rayonner dans la puissance de mille soleils, et ces mille soleils pourront mettre en place le plan divin, le puzzle divin, pour vous-mêmes, pour la terre entière.

Vous n’êtes point petits. Cette croyance est manipulation de l’égo, distortionné dans l’autodestruction. Vous êtes chacun un soleil. Permettez à ce soleil de devenir mille soleils. Chacun de vous a sa place dans son unicité, dans sa perfection.

Publié dans:ANGES |on 7 avril, 2014 |Pas de commentaires »

La communication induite avec les défunts

 

Eye3Perdre un être cher… La douleur d’une vie pour de nombreuses personnes. Comment apaiser sa peine et revivre normalement ? Et s’il était possible de communiquer avec l’esprit d’un défunt ? La méthode Allan Botkin, basée sur l’EMDR, change notre façon d’envisager la thérapie du deuil.

Durant ses années d’expérimentations, le Dr Allan Botkin constate que ses patients ressentent généralement trois types d’émotions : la colère, la culpabilité et la honte. Il s’aperçoit que derrière se cache souvent une profonde tristesse et que le travail sur cette émotion en particulier agit également sur les autres. Il demande donc à ses patients de se focaliser principalement sur la tristesse. 

Une fois que celle-ci a diminué, et après le balayage oculaire, le thérapeute demande au patient de garder les yeux fermés. Il a ainsi plus de facilité à se mettre en état de réceptivité sans attente particulière afin d’être ouvert à toute information pouvant provenir du défunt. D’après le Dr Olivier Chambon, le contact s’établit dans environ deux tiers des cas. Le patient reçoit alors des informations « sous forme de contact physique, de voix entendues télépathiquement et de visions qui tout à coup se sont imposées à lui », peut-on lire dans son livre. Pour lui qui a expérimenté cette technique sur lui-même avec l’aide d’un autre thérapeute et l’emploie sur des patients ayant des difficultés à se remettre d’un deuil, il ne s’agit « ni d’hallucination, ni de rêve, ni de mécanisme de défense, ni même de désir inconscient. ». Les messages des défunts peuvent d’ailleurs aller à l’encontre de ce qu’attend le patient. Il peut s’agir d’informations extrêmement précises concernant par exemple une assurance vie, rangée dans tel tiroir dont le vivant ignorait l’existence, ou d’avertissement sur une situation à venir comme un problème de santé. Le Dr Olivier Chambon aime à dire que les défunts sont « de bons psychothérapeutes ». La plupart du temps, « ils précisent qu’ils vont bien, qu’ils sont pleins d’amour pour les vivants, qu’ils leur ont pardonné ceci ou cela ou qu’ils demandent pardon pour certaines choses faites de leur vivant et qu’ils regrettent maintenant. » C’est ce qu’a vécu Priscilla il y a tout juste un an. Agée de 28 ans au moment des faits, elle consulte le Dr Olivier Chambon pour des crises d’angoisse. Au cours d’une séance d’EMDR, elle travaille sur une problématique de sentiment d’abandon. Son angoisse diminue et soudainement, l’image de sa grand-mère maternelle lui apparaît. Priscilla la voit seule, dans sa chambre, couchée dans la position du fœtus. C’est ainsi qu’elle a été découverte 5 ans plus tôt après son décès. Priscilla s’adresse à elle et s’excuse au nom de sa famille de ne pas avoir été plus présents de son vivant, pensant que cela aurait pu changer les choses. A ce moment précis, elle réalise qu’elle porte en elle une culpabilité dont elle ne soupçonnait aucunement l’existence. Elle sent ensuite comme une présence sur sa droite et entend mentalement les propos de sa grand-mère : « Je ne vous en veux pas. Mon heure était arrivée et de toute façon, même si vous aviez été là, cela n’aurait rien changé. »Priscilla voit ensuite l’image de son grand-père, décédé 15 ans plus tôt. Sa grand-mère se tourne vers lui et s’adresse de nouveau à sa petite-fille : « Aujourd’hui je suis avec mon papy (c’est de cette manière qu’elle appelait son mari) là où je suis. Même si j’en avais la possibilité, pour rien au monde je ne voudrais revenir. Dis à tes frères et à ta mère que je les aime et que je ne leur en veux pas. » Priscilla a du mal à réaliser ce qu’il vient de se produire. Pourtant, au plus profond d’elle-même, elle sait qu’il ne s’agit pas d’un rêve. Et même si ce contact est plutôt furtif, ces paroles réconfortantes lui apportent beaucoup. Elle se sent immédiatement libérée de la culpabilité dont elle n’avait pas conscience. Elle observe par ailleurs que le sentiment d’abandon qu’elle ressentait très fortement dès qu’elle se retrouvait seule la quitte progressivement. « Depuis cette séance, j’ai le sentiment d’avoir grandi, de mieux me connaître » analyse-t-elle.

Une transformation instantanée pour le patient

La technique de l’IADC est une « super thérapie du deuil » estime le Dr Olivier Chambon. Dans son livre, il observe que les spécialistes de la thérapie du deuil reconnaissent que les anciennes recommandations consistant à oublier le défunt, ne pas conserver d’objets lui appartenant, et à ne pas entretenir de conversations intérieures « étaient inadaptées et potentiellement dommageables. Au contraire, il faut entretenir la relation qui a finalement changé de niveau : cette relation est devenue plus subtile, mais les liens d’amour peuvent être cultivés plus profondément. » Ainsi, selon lui, la méthode Allan Botkin « accélère incroyablement le processus de deuil ». Les personnes qui vivent cette expérience « en retirent du réconfort, de la compréhension, et une bien meilleure acceptation de la mort. La relation est maintenue, elle n’est pas finie, elle est juste d’une autre nature, elle reste dynamique, interactive, et les gens s’aperçoivent que leurs défunts n’ont pas souffert. » Leur rapport à la mort change: « guand ils ont un contact avec un défunt, les patients savent qu’ils le retrouveront. Ils ont moins peur de la mort et de leur propre mort » confie le Dr Olivier Chambon.

Une expérience « transpersonnelle » bouleversante pour les patients comme pour les thérapeutes. La méthode Allan Botkin permet d’ajouter de nouveaux témoignages de contacts avec des défunts aux milliers d’autres déjà recueillis à travers le monde lors d’autres phénomènes péri-mortels tels que les EMI (Expériences de mort imminente). La vie après la vie, une hypothèse pour certains, une réalité pour de plus en plus de thérapeutes et de personnes.La communication induite avec les défunts dans CHANNELING couv_1186Expériences extraordinaires autour de la mort, Olivier Chambon & William Belvie
Editions Trédaniel (Juin 2012 ; 256 pages) 

Publié dans:CHANNELING, La MORT |on 6 avril, 2014 |Pas de commentaires »

En contact avec l’invisible

 
confidences d’un médium

Henry Vignaud est sans doute l’un des plus grands médiums actuels. Quel est l’ordinaire de cet homme aux capacités extraordinaires, dont le métier est de faire le lien entre les morts et les vivants ? Confidences autour de son parcours et de ses perceptions.
En contact avec l'invisible  dans MEDIUM 628_Henry%20VIGNAUD

Vous recevez jusqu’à 25 personnes par semaine, depuis plus de 20 ans. Arrivez-vous encore à trouver votre don surnaturel ?
Voir des esprits et communiquer avec eux fait partie de mon quotidien, mais je ressens toujours une forme d’émerveillement. Face aux preuves de survie, d’abord, mais aussi quand je vois combien, par mon intermédiaire, certains retrouvent la paix et l’espoir. 

Avez-vous parfois la pression ?
Les perceptions ne sont pas automatiques. Il peut y avoir des filtres spirituels, ou des écrans créés par l’énergie des vivants. Je reçois parfois des gens très durs, très exigeants. L’autre jour, une dame me reconnaît sur le quai d’une gare. « Mon fils unique est décédé, j’ai rendez-vous avec vous dans quelques mois, m’apprend-elle. Je ne sais pas si je vais tenir jusque là… Je n’ai jamais consulté de médium. Si je n’obtiens pas de signe, je me suicide. » Quand les gens sont dans une telle détresse, je prie pour obtenir des informations ! Mais à la clé, il peut y avoir des moments très forts.

Êtes-vous parfois surpris par des esprits ?
Je suis toujours curieux de découvrir leur intention. J’aime ces moments où l’âme s’impose à moi pour que je dise des choses. Hier par exemple, pendant une voyance, je vois apparaître la mère de mon client. Puis presque malgré moi, je lance à toute volée, en reprenant son ton tonitruant : « Arrête d’aller en boîte de nuit et de draguer les autres femmes alors que tu es marié ! » Le monsieur le reconnaît : « Mon épouse est dépressive, elle prend des médicaments pour dormir ; alors parfois j’en profite pour sortir… » Pas de quoi plaire à sa mère, une femme très droite et très autoritaire ! J’aime aussi quand des gens découvrent par mon intermédiaire des informations qu’ils ignoraient : comme cette dame, dont j’avais vu l’arrière-grand-père jouer de l’harmonium dans une église ; sur le moment, elle m’avait dit « non, ce détail ne colle pas ». Vérification faite, c’était vrai ! Ces indications invitent les gens à s’intéresser à leurs aïeux ; elles renforcent le lien.

Recevez-vous des gens parasités par des esprits ?
Ce n’est pas très fréquent, mais ça arrive. Je me souviens d’une dame ; à peine était-elle entrée que j’ai perçu la densité d’un esprit, une main se matérialiser et taper fortement sur ma table. Je capte tout de suite qu’il s’agit de son mari, mort six ou sept mois auparavant. « Ça commence bien, il est très en colère ! »préviens-je. Je me concentre, il me montre des scènes de lui, assis sur un canapé, saoul, entouré de canettes de bières, gueulant comme un putois, frappant sa femme et ses enfants. Je vois aussi qu’il est mort au volant, brutalement. J’apprends qu’il s’est tué le jour où il a reçu le papier du divorce. Son irritation et son désir de la posséder venaient du fait qu’il refusait qu’elle soit en vie et pas lui. Je ne suis pas dégageur d’âme, mais j’essaie de parler à l’esprit intérieurement, et je conseille aux gens d’en faire autant, dans un état de recueillement qui favorise la connexion.

Vous avez l’air de ne pas capter uniquement des informations, mais des émotions.
L’âme aussi à des sentiments ! Je ne reçois pas que des données visuelles ; dans l’injonction de l’esprit, il peut y avoir de la souffrance, de la joie, de l’amour… C’est ça qui est passionnant ! Lorsque l’esprit a gardé un humour ou une façon de parler savoureuse, cela peut mener à de grands moments de rigolade. 

Est-ce toujours aussi enthousiasmant ?
Une séance peut être très fatigante. Si certaines énergies tonifient, d’autres plombent. Entrent en jeu l’atmosphère du lieu, l’énergie des vivants, celle des défunts… Accéder au bon degré vibratoire pour canaliser l’esprit demande beaucoup d’énergie. A la fin, je suis parfois en hypoglycémie ! On peut y laisser la santé… Parfois, je me sens vieux de toute cette souffrance, toutes ces expériences, toutes ces histoires partagées, parfois très intimement.

Vous avez aussi des dons de clairvoyance. Sont-ils vraiment un moyen d’obtenir des réponses, ou du moins des orientations ?
Je sais que les choses que je perçois auront lieu, mais pas comment ni quand. Il y a quelques années, une amie me titillait pour savoir si je voyais quelqu’un dans sa vie. Sa question me provoque un cliché : « Je te vois invitée à une cérémonie, dans une grande propriété, lui dis-je. J’ai l’impression qu’une situation cocasse te rapproche d’un homme : vous avez tous les deux l’air différent des autres. » Je ne comprenais pas ce que ça voulait dire ! Les mois passent. Une copine lui propose de l’accompagner à un mariage. L’événement a lieu dans un château, loué pour l’occasion. Mon amie se pointe : on a oublié de la prévenir qu’il s’agissait d’un mariage costumé ! La seule autre personne a ne pas avoir eu l’information, c’était un jeune homme… Ils sont aujourd’hui les parents d’une charmante adolescente.

Vous vivez parfois des situations embarrassantes ?
Un jour, une très belle femme, très chic, arrive pour une voyance. Dès le début, je distingue nettement un matelas et un lit. Un peu gêné, je tente : « Vous envisagez de changer de literie ? » Réponse négative. Je continue la séance ; je la vois beaucoup bouger, parfois avec des hommes d’affaires, à l’étranger. Mais ce plumard ne cesse de revenir… Elle finit par m’avouer qu’elle est call-girl de luxe !

Avez-vous déjà sauvé des vies ?
Il m’est arrivé de détecter un cancer chez une femme venue pour une voyance. Prenant mon indication au sérieux, elle est allée consulter un spécialiste, alors qu’elle ne souffrait de rien. Le médecin a confirmé qu’elle avait un début de tumeur, prise suffisamment à temps pour être soignée. Idem avec une jeune fille, venue avec ses parents à une séance publique. Un défunt s’est présenté pour eux, me montrant très précisément une noirceur au niveau des ovaires, une opération, la prise d’un traitement. Ces gens m’ont envoyé une lettre magnifique pour me dire que ma vision était exacte et me remercier de les avoir alertés. Mais je n’y suis pour rien : je ne suis qu’un passeur !

Sentez-vous un engouement ?
Les gens sont de plus en plus ouverts. De grands universitaires m’invitent à la Sorbonne pour échanger avec eux, des psychothérapeutes m’envoient des patients lorsqu’ils pensent que mon intervention peut aider… Le public s’intéresse au bien-être, aux soins énergétiques, aux approches transpersonnelles. Attention toutefois à ne pas croire n’importe quoi. Ce ne doit devenir ni une addiction, ni un enfermement. Je connais un monsieur qui voit dans chaque problème relationnel le signe de prétendues possessions, alors qu’il ne s’agit que de psychologie humaine ! La connaissance est importante, mais il faut rester dans une dynamique de recherche et d’échange.

Que vous a apporté votre don de plus positif ?
D’abord un profond éveil intérieur. La surprise de vivre ces phénomènes, puis la curiosité qu’ils ont suscité en moi, m’ont fait grandir. Ressentir des forces d’amour, venues de l’au-delà, m’a fortifié. Exercer en tant que médium me permet aussi de me nourrir de rencontres humaines. Parfois je pleure avec mes clients, submergé par leur émotion ! L’autre jour, un peintre de 80 ans vient me voir pour sa femme défunte. De belles preuves m’apparaissent. Alors que je lui parle, les yeux fermés, le monsieur me prend la main et se met à l’embrasser, comme si c’était celle de son épouse. Il était tout en gratitude, c’était super touchant. Pour moi, il n’y a rien de plus beau que de lire la libération sur un visage, le voir s’illuminer, les yeux pétiller, l’être se rouvrir à la vie, ici et maintenant.

couv_462 dans MEDIUMEn contact avec l’invisible, Henry Vignaud & Entretien avec Samuel Socquet
InterEditions (2013 ; 192 pages)
Collection : Nouvelles Evidences

Publié dans:MEDIUM |on 6 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Paralysie du sommeil

entre rêves et réalités…

Imaginez que vous vous réveilliez, le corps bloqué, le souffle oppressé, la conscience inondée de perceptions étranges – dont celle d’une présence immatérielle à vos côtés. Plus courante qu’il n’y paraît, l’expérience a un nom: paralysie du sommeil. A quoi tient-elle ? Que faut-il en penser ? Que faire pour la dompter ?
Paralysie du sommeil dans REVES 553

« J’étais étudiant, raconte David Hufford, professeur au Penn State College of Medecine (USA). Epuisé par un bachotage intense, je m’étais couché tôt. Une heure plus tard, je me réveille ; j’entends un bruit de porte et des pas étouffés. Bizarre : j’avais fermé à clé. J’essaye de bouger, de crier. Impossible. Je commence à paniquer. Soudain, je sens une forte pression sur ma poitrine, quelque chose enserrer mon cou. Je n’arrive plus à respirer, je me dis que je vais y passer ! Puis mes muscles finissent par réagir, je saute du lit et m’enfuis. »

L’histoire paraît abracadabrante. Elle concerne pourtant, au moins une fois dans leur vie, 30 à 40% des gens.« Rien ne me préparait à ce type d’expérience, commente David Hufford. J’étais jeune, en bonne santé, ne consommais aucune substance. Je n’étais pas non plus particulièrement croyant, m’apprêtant plutôt à devenir un bon matérialiste. »

Entre rêve et réalité

Déstabilisants, parfois source d’angoisse, ces épisodes, isolés ou récurrents, sont connus de la science sous le terme de « paralysies du sommeil ». Premier point important, le blocage de l’activité musculaire est parfaitement normal pendant le sommeil : il évite qu’on vive physiquement ses rêves. Le trouble survient quand, par une sorte de mauvais timing, cette inhibition s’invite à un moment où la conscience n’est pas totalement endormie. Piégé entre sommeil et éveil, le cerveau perçoit un état qu’il n’est pas censé distinguer. « Ce processus biochimique est parfaitement compris, confirme David Hufford. Il explique l’impossibilité de bouger le corps, ainsi que la sensation de pression sur la poitrine et de manque d’oxygénation, liée au blocage involontaire des muscles respiratoires », sous l’effet de la panique.

Permet-il aussi d’expliquer les autres sensations ? Là-dessus, les scientifiques sont plus circonspects. « 80% des personnes ayant vécu une paralysie du sommeil témoignent de perceptions extraordinaires », rappelle David Hufford. Auditives, comme « des souffles, des voix, de la musique, des grincements ». Visuelles, via souvent la distinction d’une présence, sous la forme d’une ombre, d’un halo ou d’une masse sombre. « Certains disent la voir nettement, d’autres plutôt percevoir où elle est, où elle va, quelles sont ses intentions », précise David Hufford. D’autres impressions, encore, peuvent être évoquées : « J’ai vécu une dizaine de paralysies du sommeil lorsque j’étais étudiante, témoigne Patricia Serin, psychologue clinicienne.J’avais l’impression qu’une ombre s’approchait de moi jusqu’à me fixer puis m’attaquer. Parfois, en pleine agression, un bourdonnement m’enveloppait, je me sentais sortir de mon corps pour m’éloigner de cette violente intrusion. J’atterrissais une fois l’entité partie, avant de plonger d’épuisement dans un sommeil profond. »

 
Pour Allan Cheyne, professeur de psychologie à l’Université de Waterloo (Canada), qui a étudié plus de neuf mille cas, ces perceptions s’apparentent biologiquement aux rêves. « Cheyne explique que deux mécanismes cérébraux interdépendants gèrent notre sommeil, décrypte Patricia Serin. L’un nous permet de nous réveiller, l’autre de nous maintenir en état de rêve. Lorsqu’ils ne fonctionnent pas correctement, le premier n’inhibe plus le second, et l’on se réveille sans cesser de rêver. » Mis en alerte brusquement, inquiet de sentir le corps paralysé et la respiration oppressée, le cerveau nourrirait l’activité onirique d’images internes, représentatives de nos peurs.Mais alors, comment se fait-il que les visions induites par les paralysies du sommeil convergent tellement ? Les rêves, eux, varient énormément d’un individu à l’autre !

Selon David Hufford, qui a étudié le sujet pendant trente ans, dans plus de douze pays, ces similitudes ne peuvent être le fruit d’une influence culturelle. « Les témoignages concordent partout dans le monde, à toutes les époques », rappelle-t-il. Au point que la paralysie du sommeil se retrouve dans les folklores d’Orient et d’Occident, sous forme d’une vieille sorcière en Amérique du Nord, d’un démon mâle ou femelle en Europe du Sud, d’une kanashibari au Japon, d’un djinn au Maroc, d’un elfe en Europe du Nord… « Aujourd’hui, ces légendes sont aux oubliettes, mais des gens continuent de vivre ce type d’expérience. Elles ne sont donc pas le fruit de croyances. »
Ni de troubles neurologiques. Car si certaines prédispositions favoriseraient le déclenchement de la paralysie du sommeil, « aucun processus physiologique connu n’est capable de produire des contenus hallucinatoires aussi complexes »Autre hic : l’expérience est bien réelle. Tous ceux qui la vivent disent s’être sentis aussi lucides qu’en état de veille. Et tous s’en souviennent parfaitement le lendemain – ce qui n’est pas le cas des rêves.

« Les travaux de l’anthropologue Michael Winkelman suggèrent que les humains sont câblés pour voir des esprits, indique Ryan Hurd, auteur d’un guide sur la paralysie du sommeil. Nul ne sait s’ils sont des représentations mentales, symboliques, fomentées par notre inconscient pour nous passer un message, ou s’ils ont une existence propre, extérieure à nous. Mais le vécu, lui, est authentique. » 
Alors de quoi s’agit-il ? « Etat modifié de conscience », répond David Hufford, comme ceux qu’on atteint parfois volontairement par l’hypnose, la transe, les psychotropes ou la méditation intense. « On ne dispose pas d’une cartographie précise de ces états, mais on sait qu’ils existent. » Dans ces moments, le cerveau serait capable de capter d‘autres champs vibratoires et de percevoir d’autres dimensions du monde, différentes à la fois de l’univers du rêve et de la réalité matérielle ordinaire. Moteur de ce processus : une certaine sensibilité. Innée chez certains, elle peut émerger chez d’autres dans ces moments où la vie nous submerge, où une brèche se crée dans nos systèmes de défense habituels : suractivité physique ou intellectuelle, horaires chaotiques, retard de sommeil, anxiété, mort d’un proche, naissance d’un enfant, passage à l’âge adulte, crise de la cinquantaine, problème professionnel, difficultés socio-économiques, changement d’environnement… « J’ai remarqué que ça m’arrivait surtout lorsque j’étais stressée ou fatiguée », note ainsi Leila, victime de paralysies de sommeil depuis trois ans.
Jusqu’à révéler, parfois, des malaises plus profonds. « Les troubles post-traumatiques peuvent promouvoir la paralysie du sommeil », indique le psychiatre Devon Hinton dans un article de Sciences News – par exemple chez les victimes d’abus sexuels ou les rescapés d’actes violents. « En plongeant dans l’inconscient, la psychanalyse peut proposer des explications à des paralysies du sommeil régulières, telles qu’un refoulement, un déni, une phobie, une tendance à l’hystérie, la paranoïa ou la dépression », ajoute Patricia Serin.

Voie de transformation

Si ça vous arrive, pas de panique. « Vous n’êtes ni fous, ni maudits ! rassure Hufford. Par méconnaissance, beaucoup de psychiatres, devant de tels symptômes, concluent à un épisode psychotique. Savoir que la paralysie du sommeil est courante, qu’elle peut arriver à n’importe qui, l’inscrit dans une normalité. »

Qu’on soit convaincu d’être harcelé par des esprits ou qu’on jette sur l’expérience un regard très rationnel, l’important est d’abord de retrouver confiance dans sa capacité à surmonter le trouble. Puis d’envisager la paralysie du sommeil comme la manifestation d’un déséquilibre, une invitation (certes musclée) à l’identifier et tenter de le résoudre. « Le poète Robert Bly décrit ces ombres comme tout ce qu’on évite de regarder en face, tels un trait de caractère, une histoire personnelle ou collective, une situation difficile, commente Ryan Hurd. Ces visions ne s’invitent pas dans nos nuits pour nous faire peur, mais pour être entendues. »
Jusqu’à en faire, pourquoi pas, une opportunité de transformation personnelle. « Les paralysies du sommeil sont perturbantes mais pas dangereuses, témoigne Jean-Christophe Terrillon, professeur au Japan Advanced Institute of Science and Technology. A moins d’être cardiaque au point de succomber à la panique, elles sont sans conséquence physiologique. Explorer la peur qu’elles suscitent conduit à un changement psychologique radical, d’un état défensif à une attitude courageuse d’observation et d’apprentissage. » Ce que Patricia Serin appelle « une voie d’accomplissement de soi », dont il faut « apprendre à utiliser les ressources pour se transcender ».OK, mais comment ? « Sur le moment, le premier réflexe, qu’on soit religieux ou non, est souvent de prier », observe David Hufford. Sous une forme ou une autre, concentrer son esprit sur des choses positives et rassurantes semble assurément une première clé. Dieu, le Dalai Lama, votre mère, votre copain, peu importe ! « Vous pouvez aussi imaginer un cercle d’amour tout autour de vous, propose Ryan Hurd. Ça semble ridicule, mais ça marche. »

Le plus important : se calmer. « Qu’on pense rêver ou être éveillé, il s’agit d’admettre qu’on vit une paralysie du sommeil, qu’on va s’en sortir, recommande Patricia Serin. La peur active dans notre cerveau deux types de réaction : se battre ou fuir. Impossible dans une paralysie du sommeil, puisque le corps est bloqué ! On passe alors en mode terreur. » Pour l’évacuer, il faut « reprendre aussi tranquillement que possible la maîtrise de sa respiration, en l’amplifiant et en la ralentissant », visualiser une partie précise de son corps – comme le bout de ses doigts ou de ses orteils – puis essayer de les faire bouger.
Et, si l’on estime être attaqué par une entité, « s’affirmer face à l’intrus, en exigeant qu’il parte et ne nous dérange plus », préconise Patricia Serin. « Dans cette expérience, nous ne sommes pas des victimes passives, estime aussi Ryan Hurd. Le corps est bloqué, mais le reste est modelé par nos peurs et nos pensées. Si le visiteur se fait insistant, demandez-lui ce qu’il veut, comment vous pouvez l’aider. Face à cette présence, soyez curieux, ouvert mais ferme. Si vous êtes dans l’acceptation et la confiance, l’expérience se métamorphosera. La nature reflète le visage que l’on tourne vers elle. »Une fois la crise passée, pour éviter qu’elle recommence dans la foulée, David Hufford conseille d’allumer la lumière, « se lever, boire un verre d’eau », voire faire quelques exercices avant d’aller se recoucher, « mais pas sur le dos ! Les trois-quarts des paralysies du sommeil surviennent quand on dort dans cette position »Patricia Serin, elle, recommande de noter sur un carnet les détails de l’expérience, les émotions ressenties, le contenu de la journée précédente, afin de mieux l’apprivoiser. « Seul ou avec un psy, on peut ensuite associer avec d’autres vécus, des souvenirs, des traumatismes. Le fait de pouvoir en parler représente déjà un grand soutien. »

Au-delà, pour tous les spécialistes, les paralysies du sommeil régulières doivent inviter à repenser son mode de vie. Exit les drogues, l’alcool et les excitants. Exit les pics de stress, les nuits trop courtes, les retards de sommeil accumulés. Exit les activités stimulantes avant d’aller se coucher. Au programme : régime alimentaire équilibré, chambre paisible et fraîche, volets formés (la lumière favorise le phénomène), soirées calmes, activités permettant de se poser, de se reconnecter à son intériorité, d’exprimer sa créativité… Certains affirment même devenir suffisamment sereins et ancrés face à l’expérience pour en faire un tremplin vers d’autres dimensions. « Leur terreur initiale se transforme progressivement en excitation ou en ravissement », confirme Allan Cheyne, notamment lorsque la paralysie du sommeil ouvre vers un rêve lucide ou une sortie hors du corps (maîtrisée)… Autant d’états modifiés de conscience qui « questionnent deux siècles de postulats sur le nature non-empirique et non-rationnelle de la spiritualité », conclut David Hufford. 

Plus de conseils pratiques autour du sujet

Publié dans:REVES |on 6 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Vestiges de vies passées

 

D’après Stanislav Grof, certains états non ordinaires de conscience se manifesteraient sous forme de crises psychospirituelles. L’expérience de son épouse Christina, que Grof relate dans « Quand l’impossible arrive », témoignerait quant à elle d’une grande souffrance vécue dans une vie antérieure.
Vestiges de vies passées dans VIES ANTERIEURES impossible_arrive
Guy Trédaniel Editeur
(…) (L)a vie dans la Maison ronde avait sur nous un impact psychologique très puissant. Entrer en méditation était extrêmement facile ; souvent, je glissais dans un état de transe où je perdais toute notion géographique ou historique, ayant l’impression que notre petit nid était situé quelque part dans un univers archétypal, au-delà de l’espace et du temps. Christina qui, à l’époque traversait sa crise spirituelle, connut là-bas une intensification extraordinaire de son processus intérieur. Un weekend, ses expériences furent aussi fortes que celles induites par une séance psychédélique. Après un moment de grande anxiété et de sensations physiques désagréables, elle revécut avec force ce qui lui sembla être le souvenir d’une vie antérieure. Elle se retrouva à Salem, une ville située en Nouvelle-Angleterre, dans la peau d’une adolescente sujette à des épisodes d’états non ordinaires de conscience. Ses voisins, des chrétiens fondamentalistes, pensèrent qu’elle était possédée par le diable. Accusée de sorcellerie et jugée par deux magistrats, revêtus de robes cérémonielles, elle fut condamnée à mourir noyée. 

Ce souvenir de vie antérieure culmina avec l’exécution de la sentence. Christina se sentit portée jusqu’à un étang, attachée à une planche, puis plongée dans l’eau, la tête la première. Elle put remarquer que l’étang était bordé de bouleaux. Revivant sa noyade, elle se mit à hurler, à étouffer et à cracher beaucoup de mucus, à la fois par la bouche et par le nez. La quantité de sécrétions nasales produites était impressionnante. Lorsque s’acheva l’expérience de Christina, tout le devant de ma chemise de flanelle était imprégné de mucus séché. 

Quand nous vivions à Hawaï, Christina souffrait de sinusite et d’allergies aiguës. Elle avait passé de nombreux examens et tests médicaux, et pris divers traitements, dont une série de piqûres de désensibilisation. Ses médecins, frustrés par l’échec de toutes leurs tentatives de guérison, lui avaient finalement suggéré une opération chirurgicale consistant à gratter et à nettoyer la cavité des sinus. Christina avait refusé une alternative aussi radicale et avait fini par accepter sa pénible condition. A la suite de l’épisode où elle avait revécu son jugement et sa mort à Salem, elle découvrit à sa grande surprise que ses problèmes de sinus avaient disparu. (…)

Cet épisode connut une suite très intéressante, de nombreuses années plus tard, quand Christina et moi nous rendîmes à Boston pour y animer un atelier de respiration holotropique. Celui-ci s’achevait le soir et notre avion pour San Francisco ne décollait que le lendemain, en fin d’après-midi. Il nous restait donc une bonne partie de la journée pour faire du tourisme. Nous décidâmes d’appeler Marilyn Hershenson, une amie psychologue, qui avait fait partie du cercle de Swami Muktananda. Nous étions devenus très proches au début des années 1980, lorsqu’elle nous avait aidé à coordonner une grande conférence internationale du transpersonnel, à Bombay. Marilyn, ravie de notre coup de fil, se proposa de passer la journée avec nous et de nous servir de chauffeur. (…)

Comme nous n’étions qu’à quelques kilomètres de Salem, nous profitâmes de l’occasion pour aller visiter la ville, après le déjeuner, avant notre départ pour la Californie. Sur le chemin, Christina demanda à Marilyn, qui avait passé toute son enfance dans ce lieu, s’il y avait un étang dans les environs. Marilyn l’assura que non. Elle prit ensuite une mauvais direction, fait surprenant, puisqu’elle connaissait très bien la ville, et ce détour imprévu nous conduisit à un étang, au bord de l’océan. On aurait dit qu’à l’origine, c’était une baie, qui avait été séparée de l’océan par une vieille digue en pierre. 

Christina sortit de la voiture, hagarde. Elle regardait dans toutes les directions, déçue. « Je ne vois pas de bouleaux », dit-elle, en avançant vers l’étang. « Où vas-tu ? » nous lui demandâmes. « Il doit bien y en avoir, par ici », répondit-elle en continuant de marcher. Nous garâmes la voiture pour la suivre. Finalement, de l’autre côté de l’étang, Christina découvrit un bouleau, le tronc brisé et les branches immergées dans l’eau. « Vous voyez, ils se trouvaient là, s’exclama-t-elle, celui-ci est sans doute le dernier. »

De retour à la voiture, nous décidâmes de visiter le tribunal où avaient eu lieu les procès. En route, Christina raconta à Marilyn qu’elle avait identifié les deux juges de sa vie passée comme étant son ex-mari et son père dans son existence actuelle. « Mais il n’y avait qu’un seul juge, au procès ! » objecta Marilyn. « Il y avaitdeux juges ! » insista vivement Christina. Le tribunal était fermé. A la porte d’entrée se trouvait une grande plaque, décrivant les procès, qui confirma à Christina que deux juges participaient bien aux procès de Salem.

Avant de revenir à la voiture, j’achetai dans un magasin de souvenirs une petite brochure sur Salem où étaient racontés les procès de sorcellerie. (…) L’information la plus intéressante découverte dans cette brochure touristique était que l’ancienne Salem, où s’étaient déroulés de nombreux évènements historiques, s’appelle aujourd’hui Danvers. Ce fut pour nous un choc, car Danvers était la ville où nous avions tenu, en 1978, une grande conférence de l’International Transpersonal Association. C’est là que nous avions présenté, pour la première fois, le concept d’ « émergence spirituelle », signifiant que de nombreuses manifestations d’états non ordinaires de conscience – que les psychiatres classiques qualifient de psychose et traitent souvent avec des méthodes radicales, telles que le coma à l’insuline et les électrochocs – sont en réalité des crises psychospirituelles. (…) Cette synchronicité incroyable nous stupéfia. Parmi tous les emplacements possibles pour cette conférence, c’était sur le site même de son ancienne incarnation et à son insu, que Christina avait présenté, avec moi, notre plaidoyer contemporain en faveur d’un changement radical d’attitude à l’égard des états non ordinaires de conscience. Et sa souffrance et sa mort, dans cet épisode karmique, étaient dues à une incompréhension et à une mauvaise interprétation de ces états. (…)

L’existence de souvenirs de vies antérieures, aux caractéristiques remarquables, est un fait indiscutable que peut vérifier tout chercheur sérieux, à l’esprit suffisamment ouvert, disposé à étudier ces éléments. De même, il est clair qu’aucune explication plausible à ces phénomènes n’existe dans les limites du cadre conceptuel de la psychiatrie et de la psychologie officielles. Si elles ne constituent pas nécessairement une « preuve » irréfutable que nous survivons à la mort et que nous nous réincarnons en tant que même unité de conscience distincte, ou même âme individuelle, toutes ces données impressionnantes posent néanmoins un défi conceptuel formidable à la science traditionnelle et ont le potentiel d’en faire éclater le paradigme actuel. Pour avoir observé des centaines d’expériences de vies antérieures et en avoir connu de nombreuses moi-même, je ne peux qu’être d’accord avec Chris Bache quand il dit que « les données concernant ce sujet sont si riches et si extraordinaires que les scientifiques qui ne considèrent pas que le problème de la réincarnation mérite une étude sérieuse sont soit non informés, soit bornés. » (Bache, 1988)

couv_88 dans VIES ANTERIEURESQuand l’impossible arrive, Dr. Stanislav Grof
Editions Trédaniel (Février 2007 ; 390 pages)
Collection : ARTICLES SANS C

Publié dans:VIES ANTERIEURES |on 6 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Les diverses phases et niveaux de l’Envoûtement

 

images (3)Dans cet article, on va traiter l’envoûtement dans le sens occulte c’est-à-dire expliquer ses bases et ses domaines d’influences ; mais on va s’efforcer de comprendre ses phases, ses niveaux et la technique relative à la réalisation de celui-ci d’après les normes requises. La compréhension du fléau ésotérique nous permettra de faire la différence entre une personne vraiment envoûtée et une personne qui ne l’est pas. Le but requis est d’aider à éviter les pièges des charlatans qui pour des raisons purement commerciales expliquent n’importe quels problèmes comme relevant d’un envoûtement alors qu’en vérité il ne l’est pas. Bien sur l’envoûtement bénéfique ne sera pas pris en considération ici pour la simple raison qu’il n’est pas négatif et il ne représente aucun danger physique ou matériel sur la personne envoûtée ! On a déjà dis qu’un rituel d’amour réalisé dans le but d’accroitre les sentiments de deux personnes est en réalité un envoûtement mais vraiment bénéfique et ces deux personnes malgré qu’ils soient sous l’influence d’un enchantement, leurs vies corporelles reste inébranlable !

C’est uniquement leurs âmes qui sont liées grâce a un sort béni et même avec le temps il n’y a aucuns dommages qui leurs seront infligés. La différence entre ces deux envoûtement, c’est-à-dire l’envoûtement maléfique est de plus en plus négatif et destructeur, la victime du mal devient avec le déroulement du temps plus influencée par ce sort et arrive avec le temps à un niveau où la guérison est soit très dure soit impossible à faire. Il est a retenir qu’une partie bien minime des envoûtements maléfiques est automatiquement remédiable, c’est-à-dire qu’il y a des envoûtements dont les influences négatives prennent fin après un temps bien précis, dans ce cas, c’est le mage qui a définit la durée d’influence de cet envoûtement pour ne pas arriver à une fin mortelle sur la personne envoûtée. Cette technique est très répandue en Afrique du nord, mais ce n’est pas le cas de tous les mages ! Il existe d’autres envoûtements classés comme mortels : une fois le sort jeté, il n’est plus possible de le désenvoûté. Il y a aussi des envoûtements maléfiques dont le seul but de stopper leurs influences est d’envoyer la charge négative de la personne envoûtée à une autre.

Les principes de base d’un envoûtement maléfique :

C’est un rituel réalisé afin de porter atteinte et destruction à une personne ou à plusieurs personnes en même temps puisque tout dépend de la nature du sort jeté. Dans ce cas, le sort s’abat sur une seule victime, mais on peut aussi jeter le même sort sur plusieurs victimes à la fois. Les mauves sorts jetés pour séparer deux êtres peuvent se faire sur l’un ou les deux partenaires à la fois, mais le résultat dans les deux cas est toujours foudroyant ; le principe ici est de créer une charge négative et la concentrée sur la personne pour arriver au but requis. On ne peut vous donné un exemple ici car tout dépend du but à réaliser sur la personne envoûtée mais malgré cela, je peux citer quelques exemples le d’envoûtements maléfiques est très répandus :

01- Il existe des sorts pour qu’une personne devienne avec le temps totalement folle.
02- Il existe des sorts pour séparer des couples et jeter la haine et le désaccord entre eux.
03- Il existe des sorts pour obliger une personne ou une famille à quitter leur demeure.
04- Il existe des sorts pour qu’un commerce perde totalement sa prospérité.
05- Il existe des sorts pour jeter des maladies physiques et psychiques telles que la fièvre, la peste, le trachome…

La liste des sorts maléfiques est très longue, mais nous avons seulement cité quelques exemples pour que vous puissiez avoir une idée sur l’ampleur de ce mal.

Une fois la victime choisie, et le but du sort déterminé, le mage passe à la deuxième étape dans l’accomplissement de cette malédiction : il doit choisir le moment idéal pour la réalisation de son rituel. En général les sorts maléfiques sont réalisée entre le 15éme et 28éme jours du mois lunaire, la magie est étroitement liée à la Lune, les anciens initiés ont divisé le mois lunaire en trois périodes comme suit:

01- Du 1ér au 10éme jour du mois lunaire pour la réalisation des actes bénéfiques (donc pas de magie maudite dans cette période)
02- Du 10éme au 20éme jour du mois lunaire pour des actes de guérisons tels que les désenvoûtements.
03- Du 20éme au 28éme jour du mois lunaire pour la magie noire et tout ce qui est maléfique dans son but.

Une fois le bon moment choisi suivant la technique qu’on va après vous expliqué, le magicien doit préparer le matériel magique pour achever le sort.

Une fois le matériel préparé le mage doit préparer le plus important des éléments qui est :

-Le témoin corporel de la personne à envoûter.
-Le témoin artificiel.
-Le prénom de la personne à envoûter et le prénom de sa mère.

Le témoin corporel:

Afin créer un envoûtement foudroyant sur une victime, il faut impérativement un témoin corporel c’est-à-dire un poil, mèche de cheveux, un vieux bout de sous-vêtement qui lui appartint et qu’il n’ait pas été lavé après usage! En d’autre terme un sous-vêtement qui soit imprimé de l’odeur de la victime. Ce témoin corporel sera utilisé comme catalyseur pour que le démon chargé de réaliser l’envoûtement détecte rapidement et facilement la victime.

Le témoin artificiel:

Dans tous les cas, c’est difficile de trouver un témoin corporel pour réaliser l’envoûtement. Seul un proche à la possibilité de trouver une mèche de cheveux ou un sous-vêtement sale, alors dans ce cas le mage peut réaliser son travail grâce à un témoin artificiel c’est-à-dire une photo de la victime, mais même pour trouver une photo cela peut s’avérer compliqué sauf pour les proches.

Lire : Les diverses phases et niveaux de l’Envoûtement (2)

 

 

 

Publié dans:POSSESSION |on 5 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Mon enfant entend des voix

 

Selon une étude psychiatrique irlandaise, plus d’un enfant sur cinq âgé de 11 à 13 ans, entendrait des voix. De quoi s’agit ? Faut-il s’inquiéter ? Pourquoi ce phénomène tend à disparaître avec l’âge ? Et si, adulte, j’entends des voix, suis-je vraiment sujet à des troubles mentaux ? Décryptage.

 images (2)

Mon enfant entend des voix… Comment dois-je réagir ? Que faut-il faire ?

Voilà un phénomène qui, si l’on en parle peu, s’avère plus courant qu’on ne le croit. Selon les conclusions d’une étude psychiatrique menée en Irlande, au Royal College of Surgeons de Dublin, sur 2500 enfants, âgés de 11 à 13 ans, plus d’un sur cinq serait susceptible d’entendre des voix. « Cela peut être un cri, des murmures, des phrases isolées voire des conversations durant quelques minutes, explique le Dr Ian Kelleher qui a dirigé l’étude.

Certains adolescents souffrent d’hallucinations auditives tous les jours, d’autres qu’une fois par mois. » Quel est donc la nature de ce phénomène ? Une voix intérieure ? Un parasitage extérieur ?

«J’appellerais cela des phénomènes extraordinaires de la conscience, explique le Dr Vincent Liaudat, psychiatre et psychothérapeute à Lausanne. Savoir, en revanche, comment ces voix qui se manifestent à l’intérieur de la conscience de l’enfant sont produites est un mystère… S’agit-il d’une voix intérieure, qui a plusieurs couleurs ? S’agit-il de phénomènes extérieurs qui peuvent entrer en connexion avec des parties de la conscience capables de les entendre, et d’induire ces voix intérieures, voire quasiment extérieures, je ne m’aventurerai pas à donner une réponse. Personne ne le sait vraiment. »

Toujours selon cette même étude irlandaise, ce phénomène tendrait à disparaître avec l’âge car seulement 7% des 13-16 ans entendraient des voix. Pourquoi les enfants d’un plus jeune âge seraient-ils plus enclins à vivre ce type de phénomène ? Ces conclusions posent à nouveau la question des capacités extra-sensorielles qui pourraient, selon certains spécialistes en parapsychologie, s’avérer plus développées chez les jeunes enfants. « Les jeunes enfants ont une capacité de rêverie et d’imagination beaucoup plus aiguisée, concède le Dr Liaudat. Et leur conscience est plus flexible, plus souple que la nôtre. Ils ne sont ni dans le mental, ni dans l’analyse mais plutôt dans le lâcher-prise.C’est lié à leur développement. Car la partie de la conscience – qu’on appelle l’ego et qui va nous permettre de nous différencier, de nous individualiser – est encore en construction. Ceci peut leur permettre de percevoir des phénomènes subtils dans des mondes subtils auxquels on perd accès en grandissant. »

 Alors, finalement, si notre ado entend des voix, faut-il s’en inquiéter ou pas ? Pour, l’équipe psychiatrique du Royal College of Surgeons de Dublin qui a mené l’étude, « il n’y a pas d’inquiétude à avoir pour les jeunes enfants puisque le phénomène se dissipe avec le temps… ». Autrement dit, ce ne serait pas grave, si ce ne sont « que » des enfants. Néanmoins, passé un certain âge, entendre des voix peut, selon le Dr Kelleher, s’avérer être le signal d’alarme d’un problème sous-jacent plus profond car sur la totalité des 13-16 ans ayant des hallucinations auditives, 80% d’entre eux auraient un trouble mental diagnostiqué. Ce point de vue se réfère au DSM américain, manuel statistique et diagnostique des troubles mentaux, sur lequel s’appuie aveuglément un courant majoritaire de la psychiatrie française.

Le Dr Liaudat ne partage pas ces conclusions hâtives. Il se veut plus nuancé, et pointe du doigt les conséquences néfastes de cette doxa chez les médecins psychiatres : « Il y a là un véritable enjeu de société, un enjeu de culture autour de ce type de phénomène. Le contexte culturel influence grandement l’interprétation qu’on va en faire.Historiquement, pour les psychiatres occidentaux, entendre des voix autrement dit l’hallucination acoustique – constitue un des seuls signes « pathognomoniques » d’une maladie mentale, c’est-à-dire un signe spécifique permettant de reconnaître une maladie.

Exactement comme quand un généraliste va diagnostiquer une jaunisse, il va savoir qu’à coup sûr, c’est le foie qui est touché. Mais il est faux d’affirmer qu’entendre des voix présuppose systématiquement un trouble psychique ou une maladie mentale, chez les enfants comme chez les adultes d’ailleurs. J’ai connu beaucoup de patients qui entendent des voix et qui ne sont pas malades pour autant ! Il faut une série, un cortège de maux ou de signes psychiques avec une souffrance établie pendant un certain temps et avec une certaine intensité pour en conclure qu’il y a vraiment l’existence d’une pathologie. En Orient, quand les gens disent entendre des voix, on va plutôt avoir tendance à les écouter, et à attribuer cela au divin. Tout est une question de regard sur les choses. »

 

source INREES

Publié dans:ENFANTS, PEUR |on 5 avril, 2014 |1 Commentaire »

DIX CHOSES QUI NOUS FONT PEUR et pourtant

 

 

téléchargementLa peur détruit. Elle nous isole, nous force à nous replier sur nous-mêmes, et nous prive de notre dignité, de notre confiance en nous et de notre foi. Le peur se nourrit de ses propres effets et devient un compagnon railleur si nous la laissons faire. Et malheureusement, personne ne peut se vanter de n’avoir jamais senti son étreinte. 

Nos peurs sont parfois ancrées si profondément dans notre subconscient que nous ne sommes même pas sûrs de savoir ce qu’elles  sont ou d’où elles viennent, alors nous vivons avec la désagréable impression que quelque chose ne va pas, qu’un danger émotionnel dont nous ne connaissons pas la véritable nature nous menace. Mais comment combattre quelque chose que nous ne pouvons pas identifier, sans parler de la vaincre et de nous en débarrasser une fois pour toutes ? 

En fait, c’est impossible.

Lorsque nous entendons un bruit ou apercevons une forme étrange dans un coin durant la nuit, nous avons deux options : nous pouvons demeurer étendus dans le noir et alimenter notre peur en imaginant qu’il s’agit d’un monstre ou nous pouvons allumer la lumière et découvrir exactement à qui ou à quoi nous avons affaire. Neuf fois sur dix notre monstre se résume à une planche qui craque ou à une pile de vêtement sur une chaise. 

Et même s’il s’agit de quelque chose d’un peu plus sérieux, je crois qu’il est préférable d’allumer toutes les lumières de la maison. Savoir, c’est pouvoir. Plus nous avons peur d e quelque chose, plus nous nous devons à nous-mêmes de découvrir ce que c’est. Et plus nous en apprendrons sur cette chose, plus nous serons confiants d’y faire face et de la vaincre. 

Vous pouvez surmonter chacune des dix peurs suivantes :

Le rejet

L’abandon

L’échec

Le succès

La trahison

La solitude

La maladie

Le vieillissement

La mortalité

La mort

  A première vue, certaines d’ente elles ne semblent pas poser de problèmes au plan psychique. Pourtant, elles sont souvent profondément enracinées dans notre psyché. Elles sont parfois reliées à des événements traumatisants, mais il arrive aussi que le sentiment d’impuissance qu’elles provoquent soit décuplé par le fait que nous n’arrivons pas à mettre le doigt sur leur cause. 

La douleur causée par ces peurs peut nous frapper au cœur de notre psyché. Et c’est ce cœur que nous devons examiner, traiter et soigner ; ces peurs peuvent compromettre notre essence psychique, et nous ne pouvons fuir une peur dont  les racines psychiques plongent aussi profondément en nous.  Toutefois, il n’est pas nécessaire de fuir. Par chance, nous pouvons faire mieux que cela, car une fois que nous aurons compris ce qu’elles sont et quels sont les coups qui portent, nous pourrons nous emparer d’un gros soulier psychique et écraser ces dix peurs comme des insectes. 

Savoir, c’est pouvoir. Peu importe ce qui vous fait peur, je vous en prie, au lieu de fuir, armez-vous de connaissances et abordez le problème de front. A la lumière du jour, rien n’est jamais aussi effrayant qu’l n’y semblait. Et apprendre à surmonter ses peurs peut faire toute la différence entre une vie vécu pleinement et une vie passée au fond d’un trou noir où le soleil ne luit jamais. 

Voir les différentes peurs en détail ici ……

 

Extrait du livre : ALLER-RETOUR DANS L’AU DELA de Sylvia Browne aux Editions ADA.

 

Publié dans:PEUR |on 5 avril, 2014 |Pas de commentaires »

PLEIADES : lune du 15 avril 2014

 

Message  Francesca 

 
eclipse-250x187

Un article intéressant même si je n’aime pas les dates, lisez, ressentez et voyez si ça vous parle :
Par Anna Merkaba, le 31 mars 2014

 
 
Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=UVQIuss4ehs

Le 15 avril 2014, un évènement d’une grande importance se déroulera à la vue des terriens. Un évènement d’une telle proportion que la Terre n’en a pu vu d’équivalent depuis des éons. L’évènement sera enregistré dans les annales de l’histoire comme ce qui est venu et ce qui est reparti et ce qui est revenu et ce qui s’est élevé des cendres du passé pour reformer une UNITE nouvelle pour les temps à venir. Car l’équation mathématique de PI et de E=MC2 devraient jouer un rôle très important dans les jours à venir. Car ce qui n’existe pas dans l’esprit de l’homme, sera en effet, révélé.

Car cet évènement de généreuses proportions dépouillera l’humanité de tout son EGO, dépouillera l’humanité de toute sa connaissance des éons passés. Car elle doit être dépouillée de tout afin que ne subsiste que sa nature authentique et vraie. Le dépouillement du voile du monde illusoire dans lequel vous vous êtes retrouvés partie prenante. Et la vérité de leur nature leur sera révélée à nouveau.

C’est à l’intérieur des multiples facettes de nos cœurs que demeure le code de la compréhension éternelle du temps, la compréhension éternelle de Tout ce qui Est, tout ce qui a été et tout ce qui sera à tout jamais. Les codex qui y sont imprimés s’activeront à la date en question et continueront à se révéler rapidement à travers le monde tel que vous le connaissez, et dans les mondes qui vous entourent. En découvrant le commencement fructueux des évènements qui vont suivre, les terriens feront face à l’histoire à laquelle ils n’auront pas été confrontés auparavant.

Les terriens bénéficieront de tout ce qui leur aura été donné, de ceux qui sont venus puis repartis. Et ainsi, les évènements qui vont se dérouler toucheront les cœurs de beaucoup, révéleront maintes vérités, depuis les couches de particules subatomiques de la psyché de l’être et dans toute la civilisation.

Ceux qui s’éveilleront toujours plus nombreux ouvriront les yeux comme si c’était la première fois, voyant le monde à nouveau. Ceux qui témoigneront des évènements magnanimes qui se dérouleront dans les cieux et à l’intérieur d’eux-mêmes encore plus nombreux, par le corps, le temps et l’espace, les fondements de la compréhension humaine du temps seront transformés une fois pour toute. Ce qui était caché sera révélé et ouvrira les portes de la compréhension éternelle de ce qu’ils sont !

Les évènements qui se déploient devant vous ont été mal compris par l’humanité. Les histoires qui ont été prédites l’ont été à travers l’EGO du conteur, car la vérité qui va se déployer et se révéler à l’humanité n’est pas l’Armageddon du monde. Car le mot Armageddon en fait, a été mal compris par l’humanité. L’idée de l’Armageddon est en fait le COMMENCEMENT des temps, et l’élimination de l’ancien, et l’accueil du nouveau !

En effet, les révélations de l’histoire de l’humanité causeront l’Armageddon du monde que vous avez connu, le monde connu à l’intérieur des cœurs de beaucoup de gens, car à l’éveil de leur vrai soi et leur confrontation avec lui, beaucoup auront une compréhension claire comme le cristal, beaucoup de choses seront comprises, et il n’y aura plus d’ombre pour se cacher, car tous feront face à leur propre soi, leur propre EGO, leurs propres peurs et appréhensions, leur propre réalité.

Chacun verra la brillante lumière de la source, et son propre soi divin. Car chacun tiendra compte de ses actions, chacun sera confronté à ses expériences passées, et il lui sera demandé de s’en libérer et de se purifier en son sein.

Tout ceci se passera en un éclair, car les énergies qui vont atteindre la Terre au moment de la deuxième lune seront intenses, car la première lune que nous allons voir dans le ciel nocturne, la première lune sur laquelle nous allons porter nos yeux fera tourbillonner les énergies, les magnifiques énergies de création, car les énergies en action vont alimenter les champs d’énergie de gloire de la Terre.

Beaucoup de choses se dévoileront à vous. Une grande partie de la compréhension humaine sera changée. Car seul l’amour, l’amour inconditionnel en proportions universelles régnera sur cette planète. L’amour et la compréhension, l’amour et la félicité éternelle, car le temps est venu de déposer les armes d’autodestruction et d’ouvrir les cœurs aux nouvelles énergies, pour faire entrer la nouvelle conscience dans vos propres corps et pour vos âmes d’ascensionner vers le créateur, d’ascensionner vers une nouvelle compréhension.

La compréhension de l’unité, la compréhension des manifestations, la compréhension de votre propre maîtrise intérieure et des forces qu’elle recèle. De comprendre qu’en effet vous faites partie de cette grande composition qu’est l’univers. De comprendre qu’en effet vous n’êtes PAS seuls. Car vous êtes toujours entourés, car vous êtes toujours soutenus par la source et tout ce qui est.

Et donc, alors que beaucoup de cœurs vont s’ouvrir, beaucoup de cœurs vont saisir le nouveau monde, donc, il est d’une importance primordiale que VOUS TOUS – l’Equipe sur le Terrain, gardiez votre équilibre, gardez votre équilibre chers enfants de lumière, car la voie qui s’ouvre à vous ne sera pas de tout repos. Gardez votre équilibre car la lumière que vous rayonnez dans ce monde est une triple émanation. Car vous êtes comme un prisme qui conduit la lumière dans le monde connu. Car vous êtes ce qui a apporté à cet univers la nouvelle connaissance et la compréhension de soi. La nouvelle connaissance et la compréhension de ce qui est venu et de ce qui sera.

Car l’équation mathématique de Pi, et E=MC² jouera un rôle très important dans les jours à venir. Car ce qui n’existe pas dans l’esprit humain, sera en effet révélé. L’humanité verra une fois pour toutes de ses propres yeux qu’en effet elle n’est pas seule, qu’elle n’est pas seule dans la galaxie, qu’elle n’est pas seule dans l’univers, qu’elle n’est pas seule.

Le miracle de la vie se révélera devant tous les enfants leur Moi du créateur. Les merveilles de la merveilleuse création que vous appelez notre Mère Gaïa. Car il en est bien ainsi. Et donc, beaucoup de questions vont se poser, et nombreux sont ceux qui vont implorer les cieux pour avoir des explications, car leurs idéaux et leur compréhension d’eux-mêmes disparaitront et tout sera éliminé, ils se tiendront dans une admiration mêlée de crainte, l’expectative et l’agitation, dépouillés jusqu’au plus profond de leurs cœurs. Et seule la magnifique mélodie de la vérité retentira désormais à leurs oreilles.

Et lorsqu’un tel évènement se déroule, sachez que beaucoup de chaos apparaît, et donc vous allez être ceux qui devrez les respecter et les protéger, qui devrez respecter ce qu’ils traversent et les aider dans la redécouverte d’eux-mêmes et de leur lien avec l’univers au sens large.

Car ce qu’ils vont voir, ce qu’ils vont entendre, ce qu’ils vont ressentir, va les effrayer au plus profond d’eux-mêmes. Pour la plupart cela se passera en privé, dans l’intimité de leur chambre, pour certains cela se passera dans les champs ouverts de leur imagination. Pour d’autres cela se passera dans les vastes alliances cosmiques et enfin pour les restants cela leur sera révélé à travers leurs écrans de télévision, leurs écrans d’ordinateurs, par tous les médias de votre monde connu. Et donc, la préparation est proche, les préparatifs de l’histoire galactique qui ouvrira la porte et déploiera un nouveau plan pour un nouveau millénaire, un nouveau plan pour l’humanité, un nouveau plan pour tout ce qui est.

Restez dans la lumière, mes bien-aimés, restez dans la lumière en sachant que nous sommes à vos côtés. Sachez que vous êtes aimés au-delà de toute mesure par l’univers, par la source et tout ce qui est. Comprenez que vous êtes ceux qui sont aux commandes, que vous êtes ceux qui ont choisi de marcher côte à côte et main dans la main avec l’humanité. Sachez que vous êtes les gardiens des terriens, que vous êtes leurs guides, que vous êtes leurs éclaireurs, que vous êtes leur équipe de soutien. Comprenez que bien que la route semblera longue, elle portera ses fruits !

C’est tout ce que j’avais à vous dire pour le moment. Nous vous aimons. Nous sommes avec vous. Au revoir.

Translation Patrick rev. Isabelle

http://sacredascensionmaekaba.wordpress.com/2014/03/31/grand-event-the-beginning-april-15th-blood-moon-pleiades/

Publié dans:2014 - PRÉDICTIONS, LUNES, PLEIADES |on 3 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Se connecter à un guide spirituel

 

couvmax_1235En quoi tient le channeling, cet état de conscience qui nous permet de nous connecter à un guide spirituel? Est-ce une capacité intuitive ou plutôt un état que nous pouvons cultiver ? Dans « S’ouvrir au channeling », Sanaya Roman et Duane Packer nous proposent les instructions de leurs propres guides respectifs, Orin et DaBen.

La plupart d’entre vous ont déjà eu de brèves expériences d’un espace relevant du channeling : lorsque, par exemple, vous parlez à une personne dont vous vous sentez proche, qui est dans le besoin, et que vous sentez une sagesse vous imprégner, que vous dites des choses que vous n’aviez pas prévu de dire. Dans les moments où vous ressentez un profond amour pour un proche, quand la beauté d’un coucher de soleil vous touche, lorsque vous appréciez la délicatesse d’une fleur ou que, plongé(e) dans la prière, vous ressentez de la ferveur – toutes ces situations contiennent des éléments de cet état de conscience.
Quand une voix intérieure très claire vous dit des choses qui semblent provenir d’un niveau plus élevé que celui de vos pensées courantes, quand vous enseignez et que vous vous sentez soudain inspiré(e), quand une impulsion vous amène à dire des choses inattendues et sages, ou à toucher quelqu’un de façon inhabituelle et qui lui fait du bien, vous pouvez faire l’expérience de ce à quoi ressemble un état de channeling.

L’état de channeling crée de subtiles modifications dans votre perception de la réalité. La réponse à des questions peut vous venir facilement et sembler simple ou évidente. Il se peut même, au début, que vous ayez l’impression d’imaginer ou de créer de toutes pièces ces mots et ces pensées. Vous pouvez avoir l’impression d’être en train de vous concentrer. Vous ne voulez pas repousser votre esprit ; servez-vous-en activement pour vous aider à vous élever davantage. 
Le channeling provoque en général un changement dans votre respiration et, au début, il peut s’accompagner d’une sensibilité inhabituelle dans la partie supérieure du corps. Vous sentirez peut-être de la chaleur dans les mains ou la température de votre corps augmenter. L’état de channeling est une expérience individuelle. Certains ne ressentent aucune sensation physique. Après avoir pratiqué le channeling pendant quelques temps, vous vous habituez aux sensations physiques qui peuvent l’accompagner, et il est rare que des choses inhabituelles se produisent. Certaines personnes se plaignent de l’absence de ces sensations lorsqu’elles cessent.

Lorsque vous parvenez à de nouveaux niveaux, vous pouvez parfois sentir des picotements dans le cou ou en haut du front. Certaines personnes éprouvent des sensations le long de la colonne vertébrale, ou sentent, au niveau du front, comme une énergie ou un bandeau qui les serre. Quand vous êtes en train de pratiquer, le rythme et le ton de votre voix peuvent être différents de ceux qui vous sont habituels. Elle devient parfois beaucoup plus lente et plus grave. Il est toutefois possible que votre voix ne subisse aucune modification et que vous ne ressentiez aucune sensation physique ; ne soyez donc pas à la recherche de changements ou de symptômes physiques comme indication de la présence de votre guide. (…)

Orin et DaBen : Certaines personnes mettent totalement de côté leur conscience de veille lorsqu’elles pratiquent le channeling. Elles expliquent que, pour elles, le channeling est comme s’endormir, et elles ne se souviennent de rien de ce qu’elles ont dit en tant que channel au cours de leur pratique. Les individus dont la conscience de veille disparaît ainsi au cours de leur pratique sont parfois appelés des « channels inconscients ». 

Ces channels inconscients entrent en général dans des états de relaxation tellement profonds qu’ils n’ont aucun souvenir des messages de leur guide ; ils reçoivent l’énergie de ces transmissions – si ce n’est les paroles elles-mêmes – directement au niveau de l’âme, mais sont incapables de ce rappeler ce que leur guide a dit. Ce dont vous allez vous souvenir va varier en fonction de la nature de votre état lors du channeling.

D’autres channels restent partiellement conscients et, puisqu’ils peuvent se souvenir en partie de ce qu’ils ont transmis, ils sont appelés des « channels conscients ». A des niveaux divers, ces personnes sont conscientes des informations lorsqu’elles sont transmises. Certaines peuvent avoir une vague idée des messages de leur guide, mais peu de souvenirs spécifiques de ce qui s’est passé. Certains channels comparent cela aux souvenirs qu’ils ont de leurs rêves, étant donné que le souvenir des informations qu’ils ont canalisées s’évanouit très vite. Ils peuvent se rappeler ces informations au moment même où ils sortent d’un état de channeling, mais ils sont incapables de s’en souvenir une heure plus tard. D’autres channels gardent en mémoire ce qui est dit, et se sentent parfaitement éveillés au cours de la pratique elle-même. Pour la plupart des gens, l’expérience se situe quelque part entre un état de channeling de transe profondément inconscient et un état pleinement conscient. (…)

Les personnes qui se souviennent de ce qui transparaît au cours de leur pratique ont en général le sentiment d’une grande richesse, qui dépasse le sens des mots. Elles ont l’impression d’être dans un état élargi de conscience, où chaque mot a une signification plus grande que celle dont elles se rendaient compte auparavant. Ces paroles s’accompagnent parfois de sensations de voyage. Il arrive également que ces personnes ressentent des modifications internes conduisant à un niveau vibratoire plus élevé. Certains disent que le channeling peut être comparé aux rêves : des rêves très intenses, emplis d’actions, d’émotions et souvent de couleurs. Quand la séance s’achève, ce sentiment de richesse commence à se dissiper. D’autres disent percevoir en partie d’autres royaumes. Eux-mêmes se sentent physiquement plus vastes, plus grands que d’habitude. Certains disent recevoir les messages de leurs guides sous la forme d’images qui semblent être un langage plus riche et plus complet, qu’ils traduisent ensuite en mots. D’autres ont l’impression que des « paquets » d’informations sont parachutés dans leur esprit, contenant des ensembles complets d’idées dont ils déroulent le fil à mesure qu’ils délivrent les messages.

UN LIVRE : S’ouvrir au channeling, Sanaya Roman, Duane Packer
Mama Editions (Janvier 2013 ; 264 pages) 

 

S’ouvrir au channeling / Comment se relier à son guide de  SANAYA ROMAN, DUANE PACKER


Résumé :   Le channeling est un art qui peut s apprendre. On a longtemps cru qu il fallait un talent spécial pour se relier à un guide de haut niveau, à son moi intérieur ou à l intelligence universelle. Aujourd hui, Sanaya Roman, channel d Orin et auteure de best-sellers, ainsi que Duane Packer, channel de DaBen, démontrent le contraire : ce guide mène le lecteur pas à pas jusqu à une pratique individuelle du channeling, selon une méthode qui peut être utilisée avec profit par toute personne souhaitant élargir son champ de conscience. S ouvrir au channeling permet d accomplir une percée vers une croissance spirituelle accélérée. Les résultats obtenus parlent d eux-mêmes. Un manuel qui permet de pratiquer le channeling ; une approche sûre et progressive, que l on cherche à se connecter à son moi supérieur ou à un guide spirituel. Une référence internationale, entièrement mise à jour. S ouvrir au channeling est à cette pratique ce que La Voie du chamane est au chamanisme.

 

 

 

 

 

 

Publié dans:CHANNELING |on 2 avril, 2014 |Pas de commentaires »

UNE EXPERIENCE D’ASCENSION

 

images (10)Depuis quelques années, chaque samedi vers 20 heures et dans le monde entier, des êtres s’unissent par la pensée et la visualisation afin d’offrir à la Terre-Mère le meilleur d’eux-mêmes, c’est à dire leur amour. Un couple divin dont j’ai parlé précédemment participe aussi à cette œuvre ; il profite de l’occasion que représente ces instants de lecture pour inviter chacun de nous à les accompagner dans cette élévation créatrice. Nous pouvons le faire seul ou en groupe, selon notre convenance ou les opportunités présentes. Cette expérience sera conduite par celui qui, dans ce couple, est le représentant de la vibration masculine Père-Mère. Mais n’oubliez pas que la vibration féminine que sa compagne représente est totalement active dans cette élévation et y participe à part égale. Tous deux possèdent en eux les deux polarités totalement équilibrées et c’est en tant qu’Elle/Lui ou couple fusionne, qu’il vous invite à les rejoindre dans cette expérience d’Ascension.

Après vous être confortablement installés, vous pouvez commencer :

Mes amis, vous qui avez bien voulu nous accompagner, ma compagne et moi-même, dans cette expérience qui nous est offerte par notre Père-Créateur, soyez bienvenus auprès de nous. Nous sommes touchés de votre présence dont nous vous remercions en vous transmettant notre Amour.

Nous vous prenons par la main et nous vous demandons de vous relier, comme nous, aux énergies du Ciel et de la Terre. Pour cela, les yeux clos, imaginons une colonne de lumière dorée qui vient du Père-Mère et qui, lentement et avec une douceur infinie, s’installe amoureusement en nous en pénétrant par le sommet de notre tête. Cette colonne continue son chemin en nous jusqu’à rejoindre l’endroit le plus sacré de nous-mêmes, notre cœur. Maintenant, nous voyons venir depuis le centre de la planète une autre colonne de lumière, couleur argent celle-là. Elle s’installe avec tout autant de douceur en nous par le chemin que sont nos pieds pour aller s’unir à la colonne dorée dans notre cœur. La colonne dorée reste reliée au Ciel, de même que la colonne argentée l’est à la Terre. Mais elles fusionnent dans ce pur espace d’Amour qu’est notre cœur, là où ma compagne et moi-même avons déposé un pétale qui s’est depuis transformée en un joli bouton de rose. Nous sommes le lien entre Ciel et la Terre. Mon enfant, tu es le lien entre le Ciel et la Terre. En cet instant précieux, en ce lieu unique, tu retrouves Qui tu es.

Prononçons maintenant à haute voix, ou dans l’intimité de notre expérience, selon notre choix, la phrase suivante : « Intégration de Qui je suis ». Les colonnes dorées et argentée deviennent une lumière blanche transparente qui nous entoure totalement. Puis, doucement, cette lumière prend la forme d’une spirale ascensionnelle qui tourner sur elle-même dans le sens des aiguilles du cadran. Nous sommes au centre de cette spirale. Je prends ma compagne par la main. Je vous offre la mienne et ma compagne la sienne. Ainsi unis, nous formons un cercle. Dans son mouvement, la spirale nous entraîne doucement avec elle : nous nous élevons lentement, lentement…

Nous avons maintenant atteint un plan de création et d’amour ; celui que nous retrouverons tous dans quelques années seulement : la cinquième dimension. Là, tout y est pureté, transparence, bien-être t paix. Nous découvrons que nous sommes attendus. Devant nous, tout autour de nous, se tient un nombre incalculable de personnages. Ce son les Maîtres. Ils viennent de tous les horizons galactiques et universels. Ils nous sourient avec affection et nous disent par la pensée combien ils sont réjouis de nous voir sur ce plan.

Les Maîtres se penchent en avant en signe de salutation. Nous sommes tentés d’aller à leur rencontre mais nous préférons y renoncer pour rester unis, main dans la main, et continuer notre voyage. Car ce plan n’est qu’une étape intermédiaire vers une réalité encore plus subtile ; A nouveau les Maîtres nous sourient et nous invitent à poursuivre. Alors, nous les quittons en les saluant à notre tour et nous nous élevons vers une autre dimension en utilisant, cette fois-ci, pour nous porter jusqu’à notre destination, la puissance de Qui nous sommes. C’est donc instantanément que nous nous retrouvons dans une dimension supérieure de lumière transparente. J’aperçois à quelques pas de moi une petite boule blanche, une toute petite boule de la grosseur d’une bille. Je lâche la main de ma compagne et lui demande d’aller cueillir cette petite boule dans le creux de sa paume.

Vous aussi vous voyez cette toute petite boule blanche. Mais, en même temps  que moi, vous en découvrez bien d’autres, de tailles différentes. Il y en a des grandes, des moyennes, des petites, pourtant toutes possèdent une blancheur douce et vivifiante. Et vous vous ressourcez de cette blancheur. Je me tourne alors vers vous et je vous dis : « Nous voici parvenus sur le plan des âmes et des esprits des planètes et des Soleils de notre système solaire, des autres systèmes solaires de notre galaxie, des autres galaxies, de l’univers et de tous les autres univers issus du Père-Mère. Il y en a une infinité. En vérité, nous contemplons leur pure essence ». Ma compagne nous rejoint avec la petite boule dans le creux de sa main. Elle nous la présente. Je lui souris et je vous déclare : »Voici l’âme et l’esprit de notre Mère la Terre. Saluons-là » Ce que nous faisons par un simple regard d’Amour vers elle.

A ce moment-là, l’environnement se transfigure. Le plan sur lequel nous nous trouvons prend lentement une coloration bleu-nuit. Puis une multitude d’étincelles argentées apparaissent les unes après les autres sur ce fond bleuté. Ce sont des âmes et les esprits des planètes, des astres et des galaxies qui scintillent joyeusement. Nous sommes dans l’espace sidéral. Ma compagne tend sa main vers moi. Je lui souris et souffle doucement sur la toute petite boule blanche et celle-ci s’élève de quelques centimètres. Puis elle perd petit à petit sa blancheur pour prendre un aspect transparent et cristallin. L’âme et l’esprit de la Terre se montre tels qu’ils sont : un pur diamant de vie. Je souffle une nouvelle fois sur cette petite boule devenue cristalline et elle s’éloigne lentement de ma compagne, de moi, de nous. Elle vole en direction de la Terre que nous apercevons au loin. La boule cristalline poursuit son vol vers la planète. Elle est si petite qu’à un moment elle disparaît de notre vue. Qu’importe si elle nous est devenue invisible, elle sait où elle se rend, elle sait d’où elle vient, elle connaît son rôle et accomplit en cet instant Qui elle est.

Nous nous unissons à nouveau en nous prenant par la main et formons ainsi un cercle. Maintenant, nous fermons nos paupières pour mieux nous intérioriser. Car nous sommes venus accomplir une œuvre : offrir l’Amour … Mon enfant, l’Amour que tu portes en ce bouton de rose posé sur ton cœur, ma compagne et moi-même te demandons de te l’offrir … oui, à toi. Donne-toi de l’Amour mon enfant, sans retenue aucune car ton bouton de rose est une source inépuisable. Prends tout ton temps, donne-toi de l’amour, sans retenue aucune car tu le mérites, nous te l’affirmons tous les deux ; Donne-toi de l’amour, mon enfant, maintenant.

L’Amour commence par soi. Nous ne pouvons retransmettre que ce que nous avons reçu ou ce que nous nous sommes accordés. Alors, puisque tu t’es donné de l’Amour, puisque tu sais que la source en ton cœur est inépuisable, si tut le veux bine, nous te demandons d’offrir de l’Amour à une personne de ton choix, quelle qu’elle soit, où qu’elle soit, cela t’appartient. Fais-le, si tu le veux, maintenant. Ce que nous offrons à autrui, nous le donnons à nous-mêmes. N’est-ce pas merveilleux ? Ouvrons à nouveau les yeux sur l’espace sidéral et portons notre attention et notre intention vers la Terre. Nous percevons autour d’elle comme une fine pellicule sombre qui ternit ses couleurs. Dirigeons-nous vers la planète et installons-nous autour d’elle. Elle est au centre du cercle que nous formons en étant unis main dans la main. Nous allons lui offrir de l’Amour. 

Nous sentons à l’intérieur de notre coeur un doux et chaud rayonnement ; Notre cœur est une boule lumineuse ressemblant à un soleil. Cette sphère est vibrante d’Amour et elle sort de nous pour se placer à quelques centimètres devant notre plexus cardiaque. Nous l’observons : elle pivote sur elle-même tout comme la Terre tourne sur elle-même. Puis, de notre cœur naît un rayon lumineux vert qui se déploie, touche notre sphère solaire avant de se diriger vers la Terre, de traverse sa surface pour pénétrer jusqu’à son centre, là où rayonne son soleil intérieur. Maintenant, le rayon vert, à partir du soleil du centre de la planète rayonne dans toutes les directions ; Ce rayonnement se dirige vers la surface et la recouvre entièrement de sa lumière et de sa couleur ; nous sentons la Terre heureuse. Nous tournons à nouveau notre regard vers le soleil central. De lui naît un nouveau rayon lumineux ; Un étonnant rayon à la fois couleur or et argent, couleurs qui nous apparaissent come entrelacées, ce qui peut nous laisser croire qu’il y a des rayons différents. En réalité, il n’y en a vraiment qu’un seul, un seul rayon qui manifeste l’or et l’argent. Tout reste UN.

A son tour, ce rayon se dirige vers la surface de la planète et la recouvre entièrement pour l’illuminer totalement d’une infinité de paillettes d’or et d’argent. Nous sentons que la Terre est heureuse. Une étonnante chaleur caresse notre dos. Nous nous retournons et apercevons tout autour de nous toutes les autres planètes d notre système solaire. Elles se sont approchées de nous avec le désir de participer à notre œuvre d’amour. Et cette douce chaleur nous vient d’elles. il y a là, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton. Un peu plus loin se tiennent nos deux astres, le Soleil et la Lune. Nous les saluons.

Nous protons à nouveau notre attention vers la Terre. Toutes les planètes qui nous entourent dirigent vers nous un rayon violet qui nous englobe avant d’atteindre le soleil central de notre Mère et de couvrir, pénétrer et insuffler sa force à tout ce qui la compose. C’est le rayon de la transmutation et la fine pellicule sombre qui ternissait les couleurs de la planète a totalement disparu. Nous sentons que la Terre est heureuse. Et elle nous le montre car, subitement, elle devient translucide, puis totalement transparente, laissant apparaître en son centre son soleil intérieur.  A son tour, ce soleil devient lui-même transparent et, au cœur de celui-ci, nous y découvrons la toute petite boule cristalline que tout à l’heure nous avions perdue de vue : l’âme de la Terre qui abrite l’esprit de la Terre. Notre planète révèle en cet instant à nos yeux son espace sacré. Et elle dit : « Je vous aime ».

C’est accompli. Nous pouvons maintenant nous en retourner. Nous quittons l’espace sidéral et rejoignons le plan où nous avons rencontré une multitude de Maîtres après avoir été élevés jusqu’à eux par la spirale ascensionnelle. Mais ils sont absents.  Le sont-ils vraiment ? En vérité, ils sont en nous, en chacun de nous. En nous donnant de l’Amour, en le transmettant à une personne de notre choix puis en l’offrant à notre Terre-Mère, nous avons intégré les Maîtres et leur force. Ils vivent en nous. Retournons maintenant au plan physique, conscients que nous sommes désormais enrichis de la force des Maîtres et des énergies des dimensions que nous avons atteintes durant cette expérience. Nous vous aimons.

Le couple divin.

Mes enfants : J’ai souhaité que vous puissiez participer à une œuvre telle que l’accomplissent les Maîtres. A travers cette visualisation, il vous a été donné l’opportunité de vous aimer, d’aimer l’autre et d’aimer la Terre. Mais il vous a aussi été offert de voir comment utiliser la force créatrice que chacun de vous possède et que vous pratiquez trop souvent sans conscience et dans une certaine ignorance de sa portée. Sachez que ce que vous nommez visualisation est pour les Maîtres un acte instantané de création. Peut-être que pour quelques-uns d’entre vous, ce que vous avez vu n’était que des images mentales, pour autant, je vous assure qu’en participant à cette œuvre, vous avez participé à purifier votre monde et à rendre à votre Terre-Mère ses couleurs les plus rayonnantes.

Quant aux quelques-uns qui affirment n’avoir rien vu, qu’ils sachent que si leur intention de donner de l’amour était sincère et complète, alors ils ont reçu tout autant que les autres. L’important restera toujours votre intention réelle et vous recevrez à chaque fois dans une mesure égale à cette intention. Vous pourrez réitérer cette expérience autant de fois que vous le désirerez, et même l’adapter à vous-mêmes, à votre propre expérience ou à votre propre culture.

Soyez bénis.

Extrait de « AU CŒUR DE L’AMOUR » – transmis par Hilaïhi 2012- - recopié par Francesca   aux Editions HELIOS

 

Publié dans:ASCENSION |on 2 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Retrouver sa fréquence lumineuse de guérison

téléchargementPrès de BUGARACH, Diane-Eya transmet l’énergie d’amour et de lumière par sa présence et par ses séminaires. Chaque être humain a sa propre Fréquence Lumineuse, la sienne est la fréquence Verte : c’est la fréquence de la Guérison et de la Science, du Chakra du Coeur.

 

  • 3 jours de jeûne purification et intégration des nouvelles énergies de ce début de cycle

- Transmission de Sagesse et pratiques de diverses traditions.
– Méditations pour la Nouvelle Terre.
– Sorties dans les lieux sacrés du Pays Cathare.
– Découverte des eaux chaudes et salées…

Lors des 3 jours de jeûne : Diane-Eya propose d’ascensionner de l”homo-érectus” à l”homoluminus” : celui dont la conscience s’illumine et fusionne avec la Lumière et l’Amour Cosmique.

  • Cérémonie de l’Eau dimanche 8 juin 2014 à Gruissan plage de Mateille près de Narbonne Participation ouverte à tous et gratuite.

Appel de notre Mère TERRE ! Agissons ensemble pour préserver notre héritage vital : L’EAU Cérémonie de dépollution vers 14h30. L’humanité a le droit et le devoir de contribuer à guérir la TERRE et l’EAU.
Maintenant nous savons qu’ensemble nous pouvons, en toute vérité, AGIR !
L’un des messages les plus importants des cristaux d’eau est que chacune de nos pensées, chaque mot et chaque acte constituent une information que nous émettons ou recevons. Notre conscience, par nos paroles, exerce en effet une influence sur l’EAU.
Cette influence est super puissante si nous faisons TOUS converger notre pensée vers le même but. C’est en cela que réside la force d’un souhait en commun.

  • Séminaires de Femmes

Adaptés de la tradition amérindienne dans laquelle les femmes se retrouvaient dans la loge de « lune », venez vous aussi partager et vous libérer de toutes vos entraves karmiques, ainsi que celles de vos lignées.

Offrez-vous la chance de créer votre « colonne de puissance », en utilisant divers objets symboliques et en vous connectant à l’énergie féminine sacrée par des pratiques ancestrales. Cette technique vous permettra de libérer votre énergie vitale de tous les blocages accumulés tout au long de vos années d’incarnation en nettoyant vos chakras l’un après l’autre de toutes les épreuves émotionnelles.

  • Prochaines dates des Séminaires :

21 et 22 juin 2014
12 et 13 juillet 2014
26 et 27 juillet 2014
9 et 10 août 2014
23 et 24 août 2014

Possibilité de retraites végétarisme – hébergement méditation sur le lieu

Contact : [1]DIANE-EYA
06 87 88 49 43 ou 06 73 57 77 60
ou 04 68 70 08 90
eyadiane@yahoo.fr
mmargueritedaste@live.fr

www.diane-eya.fr

Publié dans:NATURE |on 2 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Télépathie questions – réponses

 de François Brousse (I/III)

images (9)Pouvez-vous donner une méthode concernant l’accumulation des forces ?

Je puis vous en donner deux, mais elles dépendent essentiellement de vos énergies personnelles.

Nous vous écoutons.
Il faut d’abord évoquer en soi le souvenir d’une joie ardente, exaltatrice, et la revivre dans sa plénitude. Amour, découverte, aventure, plaisir du corps ou de l’esprit. Quand vous sentez en vous la force colossale de cette évocation, vous jetez votre image télépathique dans la direction voulue, comme un rayon victorieux.

La réussite est-elle assurée ?
La force de l’impact résulte de la force de l’impulsion. Plus se concentrera le dynamisme de la joie évoquée, plus augmenteront les chances de réussite. La détente du ressort provient de sa contrainte première. Le sentiment condensé est la catapulte de la pensée.

Et l’autre méthode ?
Elle se fonde sur la transformation de l’énergie musculaire en une énergie psychique, une véritable transmutation.

Est-ce possible ?
Oui, car une seule énergie remplit l’immensité du monde ; dans sa manifestation supérieure elle s’appelle énergie spirituelle. Mais entre le nadir et le zénith n’existent que des différences de vibrations. Lourdes et lentes en bas, elles deviennent vertigineusement rapides au sommet.

On peut donc passer du sommet à la base, et de la base au sommet ?
Effectivement. Ce qui explique comment la matière peut devenir esprit et l’esprit matière. À vrai dire, la matière a pour nom authentique : la dégradation de l’esprit. Ce mystère éclaircit la chute des anges comme la rédemption, mythes religieux et symboles magiques.

Ce que vous dites est effrayant. […] Rien n’est assuré, tout porte la marque de l’instable et de l’illusion…
Rassurez-vous. Il existe un royaume indestructible, une sphère idéale et immuable. L’archange peut choir dans la fumée des abîmes, mais l’âme libérée demeure éternellement dans la lumière informelle, hors du temps, de l’espace et de la causalité. Les conquérants de la conscience cosmique vivent en dehors des dualités  toujours mouvantes. Ils sont les enfants de l’Éternel.

Comment atteindre à cette cime de gloire ?
Ceci est une autre histoire. Mais je la résumerai en disant qu’on peut briser les chaînes du temps par la conscience de l’éternité de l’âme ; les fers de l’espace par la conscience de l’infini de l’esprit et les carcans de la causalité par la conscience de la liberté vivante. Nous avons en nous un principe éternel, infini et libre. La Gnose salvatrice nous en fait connaître l’essence divine.

Je voudrais savoir le deuxième procédé pour l’envoi télépathique, le second arc de cette flèche secrète.

Cet arc est un art. Il faut utiliser la force musculaire et la transmuter. Crisper les poings avec frénésie, de manière à créer un courant de  dynamisme vital ; puis, quand vous êtes prêt comme un boxeur au début du combat, vous relâchez brusquement, vos muscles, et vous envoyez aussitôt l’image télépathique, comme le caillou qui s’échappe d’une fronde.

(BMP., N°120, mars 1994)

brousseDédoublement

Les techniques du dédoublement : comment faire pour quitter le corps physique et voyager dans une forme astrale ?
Les techniques sont subtiles et complexes.

Il en existe plusieurs ?

Je vais vous en donner quatre : la grande lumière blanche, le voyage imaginaire, la respiration des lointains, la concentration sur les chakras.

Comme c’est attirant !
Mais il faut se préparer à la tentative par trois jours de jeûne, ce qui risque de diminuer l’attirance.

Un jeûne intégral ?
N’allons pas jusqu’à pareille extrémité. La nourriture seulement. La boisson – deux litres d’eau par jour – est permise par les lois kabbalistiques.

Et si l’on ne prend pas la précaution de jeûner ?
La méthode, sans perdre son efficacité, n’aura pas le même dynamisme. Néanmoins la volonté peut suffire à ouvrir le chemin des montagnes.

Alors, avec ou sans jeûne, quelles sont ces quatre méthodes ? J’ai bien envie de quitter mon corps, à la manière d’un avion s’envolant de l’aérodrome.
Calmez un peu votre impatience. Voici la première méthode : la grande lumière blanche.

C’est le nom que vous lui donnez ?
C’est le nom que lui donnent les sages du Tibet.

Je vous écoute religieusement.
Et métaphysiquement, ce qui vaut mieux.

Tout ce que vous voudrez.
Je commence donc par situer le temps de la grande lumière blanche. Elle se faufile comme un reptile furtif dans le crépuscule du sommeil, ce moment où vous n’êtes pas encore endormi, où vous n’êtes plus tout à fait réveillé.

Ce précieux instant – combien fugace ! – tient le pouvoir de la sortie astrale, la clé d’or du dédoublement.

Comment procéder ?
Il faut au moment de la grande lumière blanche vouloir fortement quitter son corps pour se précipiter vers un lieu précis, déterminé à l’avance : ville, montagne, maison, arbre, connu de vous. Par l’intensité du vouloir fleurit la réalisation !

Je rumine cette méthode qui me paraît fascinante et difficile. Le voyage imaginaire a plus de facilité, sans doute ?
Vous êtes étendu et détendu sur une surface plane, lit, divan, parquet, sol, à votre choix. Vous imaginez que votre forme astrale sort de votre corps physique, à la manière d’une image transparente. Il faut essayer de mettre votre conscience dans l’image, et de voyager sur la Terre au moyen de ce véhicule subtil.

Cela ne me paraît pas très facile.
Tout dépend de votre puissance mentale. Commencez par voyager imaginairement dans des lieux connus, dont votre mémoire conserve la photographie précise. Allez dans la pièce voisine, dans une rue familière, dans une maison amie. Ensuite s’ouvrent devant vous les routes de l’impossible.

Qu’entendez-vous par là ?
Vous pouvez visiter des lieux que vous n’avez jamais vus, sauf par les yeux de l’intelligence.

Il faudrait donc nous documenter sur des villes réelles, mais inconnues de notre expérience sensorielle ?
Une large et claire information du mental favorise le voyage astral. L’Hindou imagine une ville française, le Français une ville hindoue. Et l’âme obéissante se transporte dans l’espace vaincu.
(BMP., N°121, avril 1994)

À suivre dans le prochain numéro.
François Brousse (1913-1995) Textes édités
www.licorne-ailee.com 
www.unsagedebonnecompagnie.fr
Publié dans:POUVOIR |on 2 avril, 2014 |Pas de commentaires »
123

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3