Archive pour le 15 avril, 2014

L’amour divin

 

images (3)La totale soumission à la loi d’amour porte l’humain vers son plus haut accomplissement. Dans un sentiment indicible de liberté il se surprendra à réaliser en toute simplicité ce qu’il pensait précédemment être un miracle : aimer en étant libre de l’objet de son amour.

Pour un tel être, il n’y a plus d’opposition entre l’amour humain et l’amour divin. 

Chaque instant est vécu dans l’émerveillement sans borne d’une compréhension nouvelle des êtres et des choses qu’illumine une vision d’unité prestigieuse. Un tel état d’amour, libéré de ses points d’attaches, affranchi des limites égoïstes du « moi » constitue le plus haut état de sagesse que l’homme puisse réaliser. Il embrasse l’Univers entier dans son élan. Nous dirons mieux : 

 Il EST l’Univers entier.

Il l’EST par un acte qui n’est pas seulement un acte de communion mais un acte d’intégration.

Il EST l’Univers entier, non en tant que manifestation extérieure de son « moi » apparent, ce qui serait absurde, mais il l’EST par son essence qui est l’essence de tous les êtres, de toutes les choses. 

Par cet état d’intégration, l’homme « EST » la réalité de l’Univers extérieur et intérieur, visible et invisible qui désormais ne sera plus conçue comme distincte de lui. Un tel homme n’agit plus, ne pense plus, n’aime plus « en-tant-que-distinct ». L’homme intégré ne dit plus « Je t’aime » ou « J’aime ». Il dira « Je suis Amour » ou plus exactement l’Amour EST. 

Certains Sages nous diraient : « un tel homme ne dit plus rien »… Ainsi que l’exprime le Dr. Godel (L’Expérience Libératrice, p. 210) : « L’Amour exige que soient détruits dans l’ultime consommation l’amant et l’aimée, tandis que lui seul subsiste sans partenaire dans la pureté de sa flamme ». 

C’est un langage très semblable qu’employait Krishnamurti au cours de ses conférences à la Sorbonne en 1950. Nous lisons p. 104 : « L’amour est une flamme sans fumée. La fumée est tout ce que nous connaissons si bien : la fumée de la jalousie, de la colère, de la dépendance, de l’attachement, des mots « personnels ou impersonnels ». Nous n’avons pas la flamme, mais nous connaissons si bien tout ce qui concerne la fumée. Toutefois, il n’est possible d’avoir la flamme que lorsque la fumée n’est pas. Cessons donc de nous préoccuper de l’amour, de savoir s’il est au delà de la pensée et de la sensation ; libérons nous plutôt de la fumée, de la fumée de la jalousie, de l’envie, de la séparation, du chagrin, de la douleur. Et lorsque la fumée ne sera plus, alors seulement connaîtrons-nous, vivrons-nous. Cela qui est la flamme. Et la flamme n’est ni personnelle, ni impersonnelle, ni universelle ni particulière ; elle n’est que flamme ». 

Nous insistons une fois de plus sur le fait qu’une telle expérience n’est pas une création de l’esprit. Elle ne constitue pas une déshumanisation de l’humain mais au contraire son plus haut épanouissement.

*

* *

L’amour humain libéré de ses attaches, de ses calculs, de toutes ses limitations habituelles, réalise une condition de liberté, de perfection, de pureté qui le rend réellement divin. Dans cet état d’amour, il y a abolition de l’adorateur et de l’objet de son culte, en tant qu’entités distinctes.

Cet état d’être inexprimable constitue une sorte d’autorévélation de CE qui n’a jamais cessé d’être en nous-mêmes. La magie de l’Amour a dévoré les limites du « moi ». Pour Krishnamurti, un tel homme est le divin-même. Il est le Dieu vivant. Il demeure à jamais au delà des cendres du « moi » limité, dans l’incandescence éternelle d’un amour suprême qui est lucidité et d’une lucidité suprême qui est amour. Mais dans ce domaine chaque mot devient un piège. 

L’état de joie ineffable qu’éprouve l’être humain resté inébranlablement fidèle à la loi du plus haut amour sanctionne le bien-fondé de son attitude. Plus aucune contingence physique ou psychologique ne parvient à perturber l’état d’équilibre intérieur transcendantal du véritable amour. Un tel homme est réellement libre. Il est libre parce qu’affranchi de toute avidité, de tout désir. 

Comment pourrait-il en effet trouver un intérêt quelconque dans la jouissance de quoi que ce soit, s’il goûte à chaque instant, le « Souverain Délice » de l’Ananda, qui suggère inlassablement le désir au cœur de tous les êtres ? 

Un tel homme EST à chaque instant (en vertu d’une expérience d’intégration indescriptible), ce que tous les êtres et toutes les choses ont en eux, de plus précieux, de plus profond, de plus irremplaçable. 

Ceci nous fait mieux comprendre ce que Krishnamurti entend lorsqu’il nous dit qu’il « n’y a d’autre Dieu que l’homme rendu parfait ». Le mouvement de recul qu’éprouvent certains, provient seulement du fait qu’il leur est difficile de se faire une idée de ce qu’est un homme rendu parfait.

L’homme « parfait » ou « purifié » est celui dans lequel l’illusion de la « soi conscience » et le cortège de servitudes qui en découle se trouvent absents. Nous reproduisons ici un des textes célèbres du Bouddhisme Zen relatif à cette expérience désignée par « Satori ». 

Le Zen appelle cela : « Retourner chez soi »… « Vous vous êtes trouvé maintenant ; depuis le tout premier commencement, rien ne vous avait été dissimulé ; c’était vous-même qui fermiez les yeux à la réalité ». (Doctrine Suprême, par le Dr. Hubert Benoit, p. 88.)

 

EXTRAIT de : L’Amour Humain  A L’Amour Divin de Ram LINSSEN -  Editions ETRE LIBRE

 1953 –  http://www.revue3emillenaire.com/doc/livres/Robert-Linssen-Amour-Humain-Amour-Divin-1953.pdf

 

Publié dans:AMOUR |on 15 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Conscience de l’âme (1)

Conscience-de-lâme-1-e1370517213980

1. La Conscience 

Le Corps de l’âme a un état d’esprit particulier qui lui permet de contacter une compréhension illimitée de possibilités. En d’autres termes, il peut saisir différents types de vérités sur une situation donnée et d’assimiler cette information dans une réponse utile et organisée d’anticipation et d’action tout en l’espace d’une fraction de seconde. Nous nous efforçons de vous montrer qu’il est possible de maintenir ce niveau de conscience pendant de longues périodes de temps, et finalement à un état perpétuel.

2. Ce qu’on ressent

À ce niveau, une prise de conscience continue de l’Ange Gardien est maintenue. Aussi l’accent est toujours vers l’extérieur plutôt que l’auto impliquée. L’analogie la plus proche que je peux vous donner, c’est que l’état des ondes cérébrales alpha quand un joueur est entièrement plongé dans un jeu informatique en évolution rapide et n’a pas d’autres distractions autorisées à pénétrer dans l’entrée sensorielle. Cependant, la Conscience Soulic est beaucoup plus complet que cela. Il permet au disciple de fonctionner dans les activités quotidiennes à un rythme très efficace, tout en fournissant simultanément des informations qui permettent à l’élève d’anticiper correctement les incidents qui sont sur le point d’arriver. Il n’y a aucune analyse personnelle, ni la critique de l’environnement.

3. Parvenir à la conscience Soulic

Vous avez déjà en vous la capacité de cette prise de conscience. Tout ce qui est nécessaire est une pratique quotidienne de dialoguer avec l’Ange Gardien. Cela signifie de demander fréquemment sur le choix correct, puis à écouter assidûment avec votre corps tout entier et l’esprit pour le coup de pouce doux et sucré de sa réponse. Avec l’expérience, cette interaction devient instantanée, solide et sans équivoque. Il n’est jamais trop tôt pour commencer cette discipline.

4. La conscience Soulic ressemble à la clairvoyance

Celui qui exerce ce type de perception a une luminosité sur le haut du corps, en particulier vers l’arrière de l’aura, ressemblant un peu les ailes. Autour de la tête le nimbe poursuit en s’étendant vers l’extérieur de cette région pendant au moins 8 à 10 pouces. Les principaux chakras sont dilatées au-delà des paramètres du corps physique, et les chakras des mains et des pieds sont également étendus.

5. Comment ça : Soulic Conscience connecter l’âme et de corps physiques?

Le corps de l’âme est toujours relié au corps physique par le chakra de la gorge. Toutefois, le cerveau physique crée une continuité de l’alimentation énergétique avec le corps de l’âme lors de ce type de prise de conscience. Toutes les structures du cerveau sont impliquées, y compris les parties limbiques (instinctive) du système nerveux. Éthérique, on peut observer un câble solide à l’arrière du cou. Cela a une qualité argentée à elle avec des brins de lumière et des taches d’autres couleurs d’or. Le câble imprègne le système nerveux d’un type d’énergie qui communique un niveau de vibration Soulic au cerveau physique.

6. Comment sont les symptômes de la schizophrénie différente de conscience Soulic?

La schizophrénie est une condition karmique et ne doit être ni jugé ni rejeté. Il y a une ligne fine entre la schizophrénie et la clairvoyance. En fait, dans un diagramme de Venn, le jeu mathématique de clairvoyants comprend à la fois les schizophrènes et les personnes pratiquant SC. Toutefois, les cercles qui représentent les deux parties sont séparés l’une de l’autre. Les deux peuvent être appelés clairvoyant, mais les facteurs de différenciation dans la schizophrénie sont les symptômes suivants:

• autofocus
• l’aliénation d’autres personnes
• tendances obsessionnelles
• Les chemins de pensées négatives ou critiques
• La vulnérabilité du Monde Astral inférieur
• trous remplis de liquide dans la matière grise du cerveau
• incapacité à maintenir un mode de vie bien équilibré dans la société
• incapacité à maintenir un train allongé de la pensée
• le manque d’inférence déductive.

7. Exercice: Être une personne Brighter

Connexion pour les premières fois à l’aspect vibratoire de corps de l’âme exige calme, la patience et un système nerveux clair. Vous pouvez avoir besoin d’utiliser des bouchons d’oreilles pour cette méditation, comme distractions auditives peuvent interférer avec les premières tentatives.

• Respirer lentement et profondément, de visualiser une douche de lumière dorée pleuvoir sur vous. A chaque respiration, imaginez cette lumière dorée qui imprègne profondément dans votre corps physique.
• Quelqu’un vous étreint par derrière, comme si vous étiez un petit enfant, enveloppé par un adulte aimant et protecteur. Ceci est votre ange gardien.
• Poursuivre votre respiration lente et profonde, de prendre dans ce tableau de vous et de votre tuteur dans une étreinte amoureuse, recouvert d’une douche de lumière divine.
• Maintenant, tournez votre attention vers l’extérieur. Il n’ya aucune préoccupation pour le corps, pour l’auto-analyse, pour la catégorisation. Il y a seulement ce que vous observez. Vous pouvez ouvrir vos yeux et enlever des bouchons d’oreille à ce point.
• Maintenir le rythme respiratoire, il suffit de prendre dans l’environnement à 360 ° du mode Entourez. Vous devez être conscient de ce qui est derrière, dessus, dessous, sur les côtés et en face de vous. Il peut y avoir une certaine vision Éthérique, mais surtout vous devriez être confronté à un état de connaissance.

Lire : Conscience de l’âme (2)

Célébrer la sexualité avec les cycles de la nature

 

images (2)Les amérindiens ont toujours observé la nature; c’est leur livre de la vie…

Ils n’ont pas seulement observé les cycles naturels; ils ont toujours compris que c’est le mélange des énergies mâles et femelles qui crée la vie. Ils considèrent le sexe comme une partie naturelle de la vie. Beaucoup de cultures amérindiennes, en fait, considèrent que faire l’amour, c’est partager l’énergie ou fusionner l’énergie.

Les cérémonies primordiales de maintes tribus ont lieu durant le solstice d’hiver, l’époque de l’Esprit Gardien Waboose. A cette époque, nous honorons le mélange des énergies mâles et femelles parce que c’est l’union du Père Soleil et de la Terre Mère qui aura lieu au printemps, qui produira la vie nouvelle. En honorant cette union du Soleil et de la Terre, c’est la sexualité humaine que les amérindiens honorent, sur un plan symbolique.

Nous reconnaissons continuellement le fait qu’on doit être à deux, le mâle et la femelle, pour recréer la vie sur tous les plans de l’existence. C’est cette reconnaissance, je pense, qui nous empêche de devenir trop arrogants, de penser que nous n’avons besoin de personne d’autre dans la vie. L’indépendance est une bonne chose, tant qu’elle ne va pas jusqu’à l’arrogance ou l’extinction…

Honorer les énergies mâles et femelles est un thème constant qui parcourt toutes nos cérémonies. Nous avons d’abord la cérémonie du Renouveau de la Terre; puis nous avons la cérémonie de reconnaissance de la saison du printemps pour planter. A ce moment, nous honorons la fertilité des femmes, et leur pouvoir de donner la vie. Lorsque nous plantons notre jardin, nous construisons un cercle de cérémonie à l’intérieur et nos sœurs sortent pour faire une bénédiction spéciale au terrain. Autrefois, les femmes enlevaient leurs vêtements et marchaient nues autour du jardin. Elles trainaient leur vêtements par terre derrière elles sur le sol.

Sun Bear, with Wabun and Barry Weinstock, The path of power, Bear Tribe Publishing, Spokane, USA, 1983. Traduction A. Boudet

Publié dans:SEXUALITE |on 15 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3