Archive pour le 27 mars, 2014

L’énergie des 4 saisons

par Genny Rivière

Notre conscience s’accorde aux moments clés de l’année. Bien suivre le cycle des saisons et adapter notre activité est un gage de bien-être. Du printemps à l’hiver, écoutons ce que nous disent la nature et notre intuition.

 

pierres_superpos__esLa Nature amuse les hommes ordinaires, elle enseigne les disciples, il n’y a que devant les Sages qu’elle dévoile ses secrets. Maître Eckart

Tous les systèmes de pensée, philosophiques ou religieux, sont fondés sur la puissance des cycles naturels. La sagesse sacrée de nos ancêtres est basée sur des correspondances et des interrelations entre l’homme et l’univers, le microcosme et le macrocosme. L’être humain, le microcosme, est une réplique parfaite du macrocosme. Nous portons en nous l’univers tout entier. Nous portons en nous cette mémoire de famille de l’humanité. Les Anciens savaient que, si l’homme voulait se rapprocher de son essence divine, il devait se ré-harmoniser aux grands cycles de la création. Le rapport étroit à la nature nous permet de découvrir que nous appartenons à un “ tout ”, que nous faisons partie intégrante des forces universelles. Nous commençons à le ressentir quand nous sommes baignés dans le clair matin d’une balade en forêt, là où plus rien ne nous sépare, dans l’intention consciente d’être dans l’instant. La nature est un être qui s’apprivoise et qui se livre progressivement.

Les quatre périodes
Parmi les grands cycles, le cycle des saisons est le plus fondamental. Il correspond aux 2 équinoxes (printemps et automne) et aux 2 solstices (été et hiver). Les saisons sont en fait de véritables étapes de transformation pour l’être humain qui reçoit ces forces énergétiques à tout moment. Les lois cosmiques nous sont ainsi révélées et enseignées. Il s’agit d’un cycle quaternaire et nous savons que le nombre “ quatre ” est associé à la matière, la structure et la croissance de l’individu. Les enseignements traditionnels reposent depuis des siècles sur une tradition orale. Ils sont expérimentés par des heures de pratique, d’observation, d’écoute, au coin du feu, sous les étoiles, la lune ou le soleil. Nous avons cette merveilleuse opportunité de recevoir aujourd’hui un enseignement théorique et pratique afin d’être en mesure de nous réconcilier avec notre Terre-mère et notre être fondamental. Naturellement et intuitivement, la conscience s’accorde à ces moments clés de l’année. Tout cela est observable par nos yeux physiques en étant attentif à la nature. Nous voyons dans l’élément naturel le symbole de quelque chose. Par exemple, si nous choisissons naturellement la période d’extériorisation pour prendre des décisions (grand ménage du printemps, etc.), nous allons bénéficier de notre propre déterminisme, mais aussi de l’énergie de la nature et de l’énergie universelle qui est en place à ce moment précis. Les forces cosmiques sont très favorables pour que nous soyons opérationnels et que nous ayons un résultat concret dans ce que nous entreprenons si nous nous ajustons à elles. Chaque saison couvre approximativement une période de 3 mois. Le début de chaque cycle est une période intermédiaire, comme un travail préparatoire à l’énergie qui s’annonce.

Premier cycle
Le printemps (mars à mai) est une saison extraordinaire de renaissance et de nouvel élan. On renaît à la vie extérieure et la nature reprend vie. Le germe, longuement préparé, sort de terre, les bourgeons éclatent, l’énergie de la vie s’exprime à nouveau. L’activité du foie est à son maximum, il a besoin d’être préparé et purifié pour assurer la circulation de l’énergie et du sang dans le vaste treillis énergétique du corps humain. C’est le moment de se dégager de tout ce qui fait obstacle pour se mettre à l’écoute de ce qui se présente et aider une nouvelle force à se manifester. On remet en action ses idéaux profonds avec optimisme et tempérance car l’impatience, l’irritabilité et la colère sont les émotions dominantes du printemps. Il correspond à l’enfance, à l’Est et aux forces du matin quand la lumière monte et éclaire. Chaque matin est un nouveau réveil avec tous ses possibles. La saison est surtout marquée par l’énergie du Bélier qui ouvre la voie et qui s’affirme.

Deuxième cycle
L’été (juin à août), la lumière est à son maximum d’expression extérieure. C’est une période d’expansion, de rayonnement et d’expérimentation. C’est le moment d’être impliqué véritablement dans le monde et dans l’action. L’été correspond au Sud, à midi, à l’intensité du soleil, à l’adulte mature. Le cœur, comme le soleil, rayonne la vie et la lumière, mais le feu du cœur doit être tempéré pour laisser place à la profonde joie d’exister. Quand on entreprend un travail d’ouverture, le taux vibratoire du corps augmente, on devient capable de se transformer et d’évoluer.

Troisième cycle
L’automne (de septembre à novembre) correspond à la période de l’assimilation et de la récolte. Il est essentiel, à cette saison, de faire le bilan de son année. Les formes extérieures commencent à se transformer et à disparaître. L’automne correspond à l’Ouest, au déclin, à la vieillesse, au soir. De la même manière, on apprend à lâcher prise, à abandonner les vieilles habitudes pour faire un tri, tout comme l’estomac et la rate extraient de la nourriture les éléments purs et se débarrassent des déchets. Dans la nature, les feuilles tombent. Il est important de rejeter la tristesse et la mélancolie car l’état dépressif fréquent à l’automne, affaiblit et bloque l’énergie des poumons qui doit être libre pour descendre vers les reins. C’est l’énergie de la Balance qui pèse le pour et le contre dans le but de s’harmoniser.

Quatrième cycle
L’hiver (de décembre à février), la nature est au repos. Il correspond au Nord, à la nuit, à la disparition. C’est une période de mort, dans le sens de mourir pour renaître dans un nouveau cycle, enrichi des expériences du précédent. Le solstice d’hiver correspond à l’éveil de la force spirituelle en soi, à l’éveil du maître intérieur. Les reins jouent un rôle de filtre et contrôlent l’eau du corps. Ils sont dépositaires du yin (principe féminin) et du yang (principe masculin) originels, la base de l’eau et du feu, d’où l’extrême importance d’entretenir leur énergie. Il est primordial de ralentir ses activités, se coucher tôt, savourer les soirées tranquilles au coin du feu, comme le gardien qui veille pour mettre en matrice le nouveau germe.

Site de Genny Rivière

Publié dans:ENERGIES |on 27 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Le secret de la sérénité

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=XHxK5bJbDA0

« La méditation n’est pas une discipline à laquelle on astreint son corps, mais une ouverture par laquelle on laisse la vie conduire l’être. Car tout ce que l’on fait, finalement, c’est répondre à une invitation… » avec Placide Gaboury 

Publié dans:VIDEOS à voir |on 27 mars, 2014 |Pas de commentaires »

LES VIES ANTÉRIEURES et mémoires négatives

 

images (5)Nous pouvons rapporter des mémoires négatives de nos vies antérieures qui peuvent avoir des incidences dans de nombreux domaines de notre vie. 

Ces mémoires peuvent affecter notre façon de voir la vie, notre comportement et ce, de manière négative, puisque nous parlons ici de mémoires négatives (bien sûr, de même, des mémoires positives affecteront notre façon de voir la vie et notre comportement de manière positive). 

Ces mémoires négatives peuvent provoquer des phobies, des TOC, des problèmes de comportement, des failles énergétiques dans notre être, qui se porteront sur ou dans le plan causal, mais qui seront la plupart du temps d’ordre émotionnel, des problèmes de santé divers. 

C’est souvent du moment de sa mort que la personne rapporte les mémoires négatives les plus fortes. La façon dont la personne meurt et le ressenti qu’elle en a sont déterminants. De la cause de la mort naissent beaucoup de phobies ou de peurs inexpliquées dans la vie suivante. 

Par exemple, une personne qui meurt brûlée vive (incendie, bûcher…) reviendra dans sa vie suivante avec une peur du feu qui peut aller jusqu’à la phobie. De même une personne qui meurt noyée aura peur de l’eau, une peur plus ou moins grande qu’elle pourra ou non surmonter mais qui pourra devenir une phobie. 

Une personne empoisonnée par un aliment ou une substance (des champignons par exemple) aura une répulsion pour cet aliment ou cette substance dans sa vie suivante. 

Des problèmes de comportement sont également liés à ces mémoires négatives et plus la vie antérieure est proche, plus les mémoires sont actives. 

Par exemple, une personne qui a été tuée pour avoir affiché ses opinions ou ses croyances, ou pour avoir défendu une cause, sera dans sa vie suivante très peu bavarde, très discrète, elle peut même être introvertie, inhibée au niveau de la parole et même de tout son comportement. 

Un autre exemple de comportement perturbé, causé par des mémoires négatives rapportées d’une vie précédente, est celui des personnes qui sont mortes de faim (pauvreté, misère, famine…). Ces personnes auront tendance dans leur vie suivante soit à accumuler la nourriture, c’est le cas d’enfants qui cachent la nourriture sous leur lit et qui font ainsi des réserves par peur de manquer, soit à manger en excès et à faire des réserves dans leur corps lui-même par cette même peur de manquer. Ces personnes prennent du poids de façon excessive mais ne peuvent contrôler cette réaction de leur être : « Il faut se remplir sinon on est en danger ». 

Il est important dans ces cas-là de se libérer de ces mémoires négatives avant de suivre un régime amaigrissant ou de suivre la fiche « du poids » indiquée dans ce livre, sinon le fonctionnement inconscient reprendra le dessus. 

Ces réactions ont une similitude avec celles suscitées par les empreintes négatives ou programmations inconscientes, dont nous avons parlé, mais il ne s’agit là « que » de mémoires négatives. On ne peut pas rapporter d’empreintes négatives de ses vies antérieures mais seulement des mémoires. La différence est que ces mémoires sont moins marquantes que des empreintes négatives, elles affectent moins profondément le comportement de la personne. 

La cause de certains TOC est à rechercher dans les mémoires négatives rapportées d’une vie passée, par exemple le TOC qui consiste à se laver de façon excessive et névrotique peut être associé à une mémoire négative où l’être est mort dans des conditions de saleté extrême, dévoré par la vermine. Le fait de libérer l’être de ces mémoires en les faisant remonter au conscient par le procédé de la régression peut éventuellement régler certains problèmes de TOC. 

Des problèmes de santé peuvent également naître de ces mémoires négatives : lorsqu’une personne est morte étranglée, pendue ou guillotinée, elle ressentira dans sa vie suivante des problèmes au niveau de son cou : problèmes de thyroïde, gênes, sensations d’étouffement. Ce sont des personnes qui, par exemple, ne supportent pas d’avoir le cou serré dans quelque chose, que ce soit une cravate, une écharpe ou un col roulé… 

Une personne qui a été tuée par une arme blanche (couteau, poignard, épée, sabre…) ressentira souvent dans sa vie suivante une douleur à l’endroit du coup mortel porté. De nombreuses douleurs dans le dos sont ainsi causées par ces mémoires qui se réactivent dans la vie suivante. 

D’autre mémoires négatives associées à la façon dont on meurt s’expriment par des sentiments : une personne qui meurt en colère renaîtra en colère ; une personne qui meurt avec un profond sentiment d’injustice renaîtra avec ce sentiment d’injustice imprimé en elle. 

Ce sont des exemples. Ces mémoires peuvent affecter l’être depuis sa naissance mais elles peuvent aussi se réactiver à l’occasion d’un événement particulier : la rencontre avec une personne que l’on avait rencontrée dans cette vie passée, la venue dans un lieu où s’est déroulé un événement de cette vie passée. Mais ces mémoires peuvent également se réactiver à l’occasion d’une date particulière, qui sera la même que celle où s’est déroulé l’événement qui a été cause de ces mémoires négatives, ou à un âge précis qui correspond à l’âge où s’est passé l’événement dans sa vie passée, que ce soit la mort ou un autre événement important. D’autres mémoires négatives peuvent se manifester par des taches de naissance ou des signes de naissance. Ces taches de naissance (angiomes), ainsi que les signes de naissance, indiquent l’endroit où a été porté le coup mortel. Ce phénomène est intéressant à identifier car on peut noter qu’il y a toujours une résonance vibratoire particulière de cette vie passée à la vie présente, même si cette vie passée est très ancienne. 

A retrouver dans le livre : Chiffres et Formules Magiques pour Vivre Heureux au Quotidien par MIDAHO aux Editions L’Arbre Fleuri

 

Publié dans:VIES ANTERIEURES |on 27 mars, 2014 |1 Commentaire »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3