Comment se protéger des ténèbres

images (4)

Dans un monde où les entités blanches et les entités des Ténèbres coexistent, les zones grises sont inévitables. Et cela s’applique aussi bien au monde des esprits qu’ici sur terre.

Les entités grises sont d’éternelles indécises. Elles peuvent être aussi profondément influencées par les entités blanches que par les entités des Ténèbres, alors elles ne savent pas vraiment à quel saint se vouer. Ce n’est pas forcément une question de faiblesse ; elles sont simplement confuses et essaient de trouver un milieu qui leur convient.

Si nous sommes franc avec nous-mêmes, nous, les entités blanches, devons admettre qu’il nous arrive fréquemment de nous demander si on ne s’amuse pas davantage dans le Monde des Ténèbres et si nous ne devrions pas essayer l’un de ces comportements « déviants » pour changer. Si vous n’avez jamais fait quelque chose de répréhensible en toute connaissance de cause ou si vous l’avez fait en vous donnant une excuse lamentable du genre « C’était plus fort que moi » ou « C’est arrivé comme ça », dans ce cas, j’imagine que vous êtres trop jeune pour lire ceci. Dans la vraie vie, lorsque nous adoptons l’un de ces comportements déviants, nous échouons toujours misérablement et tôt ou tard, nous nous ridiculisons aux yeux  de tous. Nous savons au fond de notre cœur que nous nous joignons à un groupe dont nous ne voulons pas vraiment faire partie, et c’est souvent dans l’embarras et le cœur gonflé de remords que nous retournons vers la « blancheur », le seul endroit où nous sommes véritablement à notre aise. Je vous rappelle encore une fois que les entités blanches ne peuvent pas passer du côté des Ténèbres. Dans le cas que je viens décrire, c’est un peu comme si après avoir essayé des vêtements qui nous semblaient plus à la mode que les nôtres, une fois l’attrait de la nouveauté passé, nous finissions par admettre que ces vêtements ne nous allaient pas.

Les entités grises se situent au milieu ; elles sont à la recherche de leur propre style, elles sont capables de se vêtir dans l’une ou l’autre des garde-robes, mais elles ne savent pas ce qui leur convient le mieux. Les entités grises peuvent devenir blanche sou se tourner vers les Ténèbres, et c’est pourquoi elles ont l’impression d’être tiraillées entre les deux camps.

Contrairement aux entités des Ténèbres, les entités grises, à l’instar de certains criminels, peuvent être réhabilitées. Ces enfants égarés à la recherche d’une identité qui leur vaudra le plus d’attention et d’approbation possible sont une proie facile pour le Monde des Ténèbres. Il se peut qu’elles aient croisé trop souvent de « mauvaises » entités blanches et qu’elles se demandent à présent si la « blancheur » peut vraiment leur offrir la sincérité, l’intégrité, la compassion et l’espoir dont elles ont besoin. Ou il se peut qu’après avoir vécu une bonne vie, une série de malchances ou de tragédies viennent remettre en question leur choix initial. L’abus de drogues, les déséquilibres chimiques et les maladies mentales comptent également parmi les forces qui peuvent pousser un esprit innocent dans le désert de la grisaille. 

Mais sur terre, nous, les entités blanches, pouvons faire certaines choses pour conduire les entités grises loin du Monde des Ténèbres.

Premièrement, nous devons éviter cette habitude un peu trop répandue chez les entités blanches de préférer les mots à l’action. Nous avons tous été témoins de ce genre de comportements. Et avouons-le, il nous arrive tous à l’occasion d’y succomber. Lorsque nous décrivons notre amour pour Dieu et la vie d’une véritable entité blanche nous en faisons quelque chose de grandiose. Mais après avoir ôté nos vêtements du dimanche, et en dépit de ce que nous venons de professer, il nous arrive aussi de redevenir malheureux, grossiers, malhonnêtes et enclins à juger. Comment pouvons-nous espérer dès lors convaincre les entités grises si nous ne vivons pas conformément à nos croyances ? Il ne suffit pas de parler de la joie et de l’espoir que nous avons trouvé en Dieu. Nous devons en faire la démonstration, sinon les entités grises n’y verront que des promesses vides.

Et, bien sûr, nous pouvons prier pour eux.

L’importance de la prière m’est apparue à la suite d’une expérience que j’ai faite pendant que j’écrivais. Personnellement, je ne suis pas très portée sur la projection astrale ; Il m’arrive rarement de laisser mon esprit vagabonder sans mon corps, mais une nuit, au cours d’une projection astrale, je me retrouvai dans un endroit appelé « L’Esplanade de l’Attente » comme me l’appris plus tard mon Guide spirituel. Je me retrouvai entourée de gens décédés. Et, bien que personne ne m’adressât la parole, je sentis qu’ils étaient complètement désespérés. Il y avait de la tristesse dans l’air, et même le langage corporel de ces gens, certains adolescents, d’autres déjà vieux, qui marchaient en se traînant les pieds, les yeux fixés sur le sol transpirait le désespoir.

Au-delà du secteur où nous nous trouvions, je vis des ténèbres impénétrables qui franchement m’effrayèrent et dont pour rien au monde je ne me serais approchée. C’est alors que je compris que je venais de franchir La Porte de Gauche (pour les entités séparées de Dieu) et que ces ténèbres derrière nous étaient remplies d’entités noires attendant de retourner sur terre dans un utérus.

Je compris également que ces gens étaient encore libres de choisir leur destinée. Ils pouvaient aller vers les ténèbres ou ils pouvaient choisir de passer par La Porte de Droite (pour les entités blanches)  et entrer dans la lumière de Dieu. Ils n’étaient pas prisonniers de ce lieu ; ils s’y trouvaient justement parce qu’ils devaient choisir. Ils n’avaient pas perdu la foi ; ils l’avaient égarée, comme eux-mêmes s’étaient égarés en cours de route. Obéissant à mon instinct, je m’approchai de l’un d ‘eux et le suppliai : «  Je vous en prie, dites que vous aimez Dieu. Dites que vous avez encore espoir. Croyez en Dieu et vous pourrez enfin sortir d’ici ». Il demeura néanmoins silencieux et ne leva même pas ses yeux remplis de larmes vers mi, et je me rappelle, avant de finalement quitter cet endroit, avoir faibli sous les coups du désespoir que je venais d’absorber.

Le lendemain, je débattis de la question avec mon Guide Spirituel, et lui demandai pourquoi elle ne m’avait jamais parlé de l’Esplanade de l’Attente.. Elle me répondit ce qu’elle me répond toujours dans ces cas-là : « A moins que tu me poses la question, je ne te donnerai pas la réponse ». Ce qu’elle peut m’agacer parfois…

Mais elle m’apprit néanmoins que j’avais touché deux esprits parmi ces milliers d’âmes en peine. Deux d’entre eux avaient quitté l’Esplanade de l’Attente et franchi La Porte de Droite qui les avait menés à la lumière de l’Au-delà après mon départ. Depuis ce jour, j’inclus dans mes prières ces pauvres esprits qui errent sur l’Esplanade de l’Attente. J’espère que vous en ferez autant. S’ils parviennent, en rassemblant toute leur foi, à se rendre sans incident jusqu’à La Maison dans l’Au-delà, le moins que nous puissions faire, nous, les entités blanches, c’est bien de les aider en les soutenant de notre foi, puisque nous avons la chance d’en avoir en réserve.

Extrait du livre : Aller-retour dans l’Au-delà de Sylvia Browne, aux éditions ADA – pages 232  – chapitre 7

Publié dans : POSSESSION |le 18 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3