Archive pour mars, 2014

LES DIFFÉRENTES MAGIES NÉGATIVES

 

 

imagesLa magie est une façon de véhiculer l’énergie dans un but précis. La pensée véhicule l’énergie consciemment ou inconsciemment mais la magie utilise des supports pour être plus efficace. La magie peut servir l’ombre comme elle peut servir la Lumière. 

Lorsqu’elle sert l’ombre, elle s’exprime alors à travers les différentes magies négatives dont nous allons parler. Les magies négatives utilisent les égrégores négatifs qui sont dans l’éther de la Terre. Elles utilisent tous les égrégores négatifs, des plus petits aux plus grands, selon leurs buts recherchés. Elles se servent de l’énergie de ces égrégores, énergie qu’elles vont véhiculer à l’aide de supports par la volonté du mage noir (le qualificatif de noir ne concerne pas ici une couleur de peau bien entendu). 

Les magies négatives existent depuis des milliers d’années, depuis que les hommes ont découvert que leurs pensées aidées de quelques supports pouvaient avoir un pouvoir sur les choses et sur les gens. Mises au service des émotions négatives, des sentiments négatifs, des pensées négatives des hommes, ces magies négatives sont redoutables et alimentent à leur tour les égrégores négatifs dont elles se nourrissent. 

Ces magies de l’ombre ont des supports différents selon l’époque où elles sont nées, selon leur pays d’origine, selon leur continent d’origine, elles sont innombrables mais toujours se rapportent aux mêmes égrégores, aux mêmes buts. 

Le terme « d’ennemi » pose la notion de dualité, de contraire, de combat. L’image de saint Michel terrassant le dragon est juste, symbolique de ce combat. 

Les forces du mal ont besoin d’être terrassées pour pouvoir être transformées en Lumière.

 

Les forces du mal sont attirées par la Lumière car l’Harmonie est l’Unité. 

Ce combat contre l’ombre est le propre de la magie de Lumière, présentée ici dans le Livre de MIDAHO. 

 Au commencement, il y eut l’Harmonie et puis…

Il existe aujourd’hui sur la Terre différentes magies négatives :

– la magie noire

– la magie vaudou (elle peut également être activée par une entité ou des entités vaudou, commanditées par un être humain)

– la magie franc-maçonne

– la magie kabbalistique (toujours associée à des entités directrices négatives kabbalistiques et entités négatives kabbalistiques)

– la magie celte

– la magie satanique

– la magie négative de poupée piquée

– la magie négative de poupée travaillée la magie d’hallucinations qui provoque l’hallucination d’être attaqué(e) par des petites bêtes sur le corps, qui brûlent, qui mordent, qui courent… (peut être dangereux si la personne ressent cela en conduisant par exemple)

– la magie des ténèbres dont la fonction est d’émettre des « créatures des ténèbres » dans les habitats, dans les lits, dans les sièges, dans les fauteuils, canapés mais également dans les habitants et animaux domestiques. La fonction de ces créatures des ténèbres est de provoquer des douleurs (pour s’en libérer, voir le chapitre sur les entités négatives).

– la magie égyptienne

– la magie asiatique

– la magie africaine

– la magie amérindienne

–   la magie polynésienne…

 

Selon les pays, elle peut se pratiquer différemment, l’on peut alors les détailler :

– la magie marocaine

– magie guinéenne

– magie guyanaise

– magie brésilienne (le vaudou brésilien, le candomblé, la macumba)

– magie canaque (Nouvelle Calédonie)

– magie aborigène

–   magie maori

 

Certaines sont différentes mais avec beaucoup de points communs :

– magie gitane, magie tzigane, magie manouche, magie bohémienne, magie romanichelle

Chaque peuple, chaque pays a développé au cours de siècles, puis au cours des millénaires, des pratiques différentes de magies négatives, avec des supports différents et avec une même volonté de nuire. 

Les supports utilisés pour rendre effectives ces magies négatives sont bien souvent des éléments naturels : plantes, pierres… mais aussi des animaux sacrifiés, des morceaux d’animaux petits ou grands, des os, des poils, des coquilles, du métal, des éléments biologiques humains… 

Certaines magies négatives utilisent des inscriptions, inscriptions maléfiques, inscriptions sataniques : ces inscriptions peuvent être des mots, des signes, des dessins, inscrits dans l’invisible, dans l’aura, sur le corps physique, dans le corps physique d’une personne ou sur un lieu par visualisation. Elles peuvent également être faites dans le visible, inscrites sur un support : pierre, papier, parchemin, os…

téléchargement (2)Certaines magies négatives utilisent des ondes de forme positives qu’elles retournent à l’envers pour les transformer en ondes de formes négatives. 

D’autres utilisent des symboles légués par des Connaissances initiatiques, destinés au départ à servir la Lumière mais qui sont de même retournés pour servir l’ombre. Avec la technologie sont apparus d’autres supports (photos, voix enregistrées, etc.).

Les supports de certaines magies négatives sont des objets fabriqués pour le but recherché : poupées, statuettes, quimbois vaudou (qui sont des objets chargés négativement et activés sur une personne ou un lieu), objets divers, chargés dans un but précis, éléments choisis pour entrer en résonance vibratoire avec le but recherché… 

Tous ces supports, à des degrés divers, sont redoutables d’efficacité….. 

A Lire dans Chiffres et Formules Magiques pour Vivre Heureux au Quotidien – par MIDAHO aux Editions L’Arbre Fleuri

 

COMMENT SURMONTER SES PEURS : rejet, abandon, échec

 

 téléchargement

Surmonter sa peur du REJET et de l’ABANDON

Ces deux peurs sont si apparentées qu’il n’est pas facile de les distinguer. L’une et l’autre sont très douloureuses, et l ‘un et l’autre peuvent nous donner l’impression que nous avons échoué ou déçu quelqu’un et que pour cette raison nous avons été écartés de sa vie. 

La peur du rejet et/ou de l’abandon peut interférer dans nos relations tout au long de notre vie ; Nous pouvons refuser de nous laisser approcher par les gens pour éviter qu’ils nous causent d’aussi grandes souffrances. Nous pouvons nous cramponner si fort à quelqu’un que nous l’étouffons sans nous en rendre compte, ce qui provoque en retour le rejet de l’abandon tant redoutés. Il nous arrive même de rechercher inconsciemment la compagnie de ceux-là même qui nous rejetteront ou nous abandonneront, soit pour nous prouver que notre peur est justifiée, soit pour nous prouver, ne serait-ce qu’une seule fois, qu’elle ne l’est pas toujours. 

Pour ma part, je considère que quelqu’un me rejette lorsqu’il me dit « Vas-t’en » et qu’il m’abandonne quand il me dit « Adieu ». Vous pouvez être rejeté par un inconnu, par un ami ou par quelqu’un que vous aimez, à votre lieu d e travail ou à la maison. L’abandon, de son côté, implique que de l’amour ou ce qui semblait être de l’amour a été donnée, puis repris. Dans les deux cas, cependant, le résultat est souvent un sentiment de perte dévastatrice sur le plan émotionnel. Si le rejet et l’abandon nous affectent à ce point, il ya une bonne raison à cela, une raison profondément spirituelle que nous devons comprendre si nous voulons mettre ces peurs en perspective. 

La douleur inhérente au rejet et à l’abandon nous est familière depuis que nous sommes au monde, et c’est pourquoi chaque fois que nous en faisons l’expérience sur terre nous avons l’impression de rouvrir une vieille blessure. 

Lorsque dans l’au-delà nous prenons la décision de revenir ici-bas pour une nouvelle incarnation, on nous fait passer par un processus de désensibilisation pour nous aider à atténuer le choc spirituel de la transition. D’une certaine manière, cette étape constitue le pendant inverse du processus d’orientation auquel nous sommes conviés lorsque nous quittons cette vie pour revenir à La Maison. Pendant ce processus de désensibilisation, les entités de l’au-delà, nos êtres chers, nos guides spirituels, nos âmes sœurs et nos innombrables amis et collègues s’éloignent de nous, spirituellement parlant. Ils le font par gentillesse et pour notre bien, afin que nous soyons prêts à entreprendre notre voyage. 

Imaginez que vous êtes entourés tous les jours d’une famille joyeuse, stimulante, productive et qui déclare ouvertement vous adores, ainsi que d’amis compatissants en qui vous pouvez toujours avoir confiance et qui vous aiment d’un amour inconditionnel. Vos animaux domestiques adorés sont à vos cotés et l’air que vous respirez est imprégné de la puissance et de la présence de Dieu. Votre bonheur est complet. Mais pour le bien de votre propre croissance et de votre propre développement, vous avez promis à votre âme que vous iriez à l’université ou que vous obtiendriez un poste important. Vous savez que vous avez pris la bonne décision de tous ceux qui vous aiment sont parfaitement d’accord avec vous. Vous avez déjà fait ce voyage, eux aussi d’ailleurs, vous savez donc qu’avant de quitter l’au-delà, ils doivent s’éloigner de vous. S’ils ne le faisaient pas, votre départ serait incroyablement douloureux et vous n’arriveriez pas à destination avec l’ouverture d’esprit et l’indépendance nécessaires. Poussé par la nécessité, vous entreprenez donc ce voyage loin de l’au-delà en vous sentant abandonné et rejeté, et c’est pourquoi chaque fois que vous ressentirez ces mêmes sentiments par la suite, vous revivrez dans votre subconscient les mêmes impressions de perte, de vide et de séparation qui ont rendu possible votre venue sur terre en premier lieu. Il est normal d’associer la douleur causée sur terre par l’abandon et le rejet à l’événement qui l’a déclenchée. Mais pour l’essentiel, notre douleur ne vient pas de cet événement lui-même , mais du souvenir d’une perte encore bien plus grande – quoique purement temporaire – que tout ce que nous pourrons jamais connaître ici-bas. 

Je ne cherche pas à minimiser la douleur bien réelle que peut provoquer sur terre le fait d’être abandonné ou rejeté ou encore l’importance de demander de l’aide lorsque le besoin s’en fait sentir. Je veux simplement que vous  sachiez qu’il ne s’agit pas d’une blessure récente, mais de l’aggravation d’une ancienne blessure à laquelle vous avez déjà survécu. Bien sûr, le traitement le plus efficace consiste à soigner la blessure originelle, celle provoquée par notre éloignement dévastateur, mais essentiel de La Maison. 

La clé de la réussite passe par la spiritualité. Plus nous investirons d’énergie et de passion dans notre spiritualité pendant notre séjour sur terre, plus nous nous serons en contact avec le monde et ceux que nous avons laissés derrière afin d’entreprendre ce bref voyage loin de l’au-delà. C’est le moyen le plus sûr de demeurer en contact avec ceux qui nous manquent le plus jusqu’à ce que nous soyons tous à nouveau réunis. De plus, si nous cultivons et entretenons ce lien spirituel, ceux qui nous abandonneront ou nous rejetteront sur terre ne pourront jamais nous infliger de blessures assez profondes pour que nous ne puissions les supporter. 

Comment supprimer sa peur de l’ECHEC

La peur de l’échec a pris des proportions quasi épidémiques, en partie en raison de notre mode de vie qui est de plus en plus compliqué. Grâce aux avancées constantes de la technologie, à un accès toujours plus grand à la communauté globale et à l’évolution, parfois lente mais inexorable, de l’égalité des chances pour tous, quels que soient notre race, notre sexe, notre religion ou nos préférences sexuelles, nous nous retrouvons aujourd’hui avec plus d’options que nous n’en avons jamais eues, plus d’avenues à explorer au cours de notre vie sur terre. 

Mais coupons court à toutes ces difficultés sans plus attendre. Peu importe le nombre des options qui se présentent à vous, peu importe si ces choix vous troublent à l’occasion, la véritable racine spirituelle de la peur de l’échec  se résume à une simple question, que vous en soyez conscient ou non. Est-ce que je suis mon plan de vie ?

Et la réponse est sans équivoque : oui ! 

Mais s‘il nous a été donné de suivre notre plan de vie même s’il nous arrive de tout foutre en l’air, même si nous sommes paresseux et parfois méchants, pourquoi serions-nous motivés à faire quelque effort que ce soit ? Pourquoi ne pas rester étendus sur le sofa comme des mollusques et laisser les autres se dépêtrer avec le stress, l’anxiété et les risques d’échec ? 

Rappelez-vous qu’avant de quitter l’au-delà pour venir sur terre, nous avons élaboré le plan de vie de notre prochaine existence, et nous avons choisi, pour nous améliorer pendant notre séjour, un thème de vie principal et un  thème de vie secondaire compatibles avec celui-ci. PERSONNE – pas même nous-mêmes – ne peut interférer avec ces thèmes de vie ou intervenir dans le déroulement du plan que nous avons élaboré ; Nous venons au monde dotés de cette motivation, et c’est pourquoi nous ne pouvons nous empêcher d’atteindre les objectifs que nous nous sommes donnés. En fait, croyez-le ou non, mais si au cours d’une lecture je vous apprenais que vous êtes venu sur terre uniquement pour vous prélasser comme un lézard et ne rien accomplir du tout, peut-être vous sentiriez-vous soulagé pendant cinq ou dix secondes, mais je peux vous garantir que si cette information était contraire à votre plan et à vos thèmes de vie, nous ne seriez pas capable de mener ce genre d’existence. 

Les variations que nous introduisons dans notre plan de vie sont le résultat des inévitables obstacles que nous rencontrons en cours de route et des difficultés que nous nous imposons nous-mêmes. Disons, pour prendre un exemple imagé, que selon votre plan de vie, votre but sur terre est de parcourir à pied la distance entre Los Angeles et New York. Il est absolument certain qu’au cours de votre vie vous y parviendrez. La question est de savoir comment. Allez-vous faire un détour par l’Argentine ? Allez-vous vous plaindre de votre sort à chaque pas et rendre tous ceux qui vous entourent malheureux ? Allez-vous vous entêter à porter des chaussures trop petites ou à vous attacher les jambes ensemble et à sautiller jusqu’à New York , pour vous assurer que ce voyage de six mille kilomètres soit le plus pénible possible ? Les gens que vous rencontrerez en cours de route s’en trouveront-ils mieux de vous avoir connu ? Puisque vous avez le choix, allez-vous consacrer votre temps à des gens qui vous traiteront en ami et qui enrichiront votre voyage ou allez-vous rechercher la compagnie de ceux qui se feront un plaisir de semer des embûches sur votre chemin et qui essaieront de vous convaincre que leur voyage est plus important que le vôtre ? 

En d’autres mots, vous ferez le voyage entre Los Angeles et New York, peu importe les circonstances. Vous ne pouvez pas échouer. Vous y parviendrez d’une manière ou d’une autre, donc avoir peur de l’échec, c’est avoir peur de quelque chose qui ne peut pas se produire. 

Une façon sûre de vous débarrasser une fois pour toutes de cette peur consiste à vous concentrer sur la qualité de votre voyage. Pour ce faire, vivez votre vie conformément à la promesse non écrite que Dieu nous offre chaque fois que nous quittons l’au-delà pour venir ici-bas ; «Si vous prenez soin de mes enfants, je prendrai toujours soin de vous. »  

Pour ce qui est de vous assurer que vous progressez conformément à votre plan de vie, essayez de vous asseoir une fois par mois et de prendre le temps de répondre honnêtement à ces questions de base :

-          Comment vous débrouillez-vous face à l’inévitable négativité que vous êtes venu affronter ici-bas ? Faites-vous de véritables efforts pour la surmonter, en aidant ceux autour de vous sans les juger lorsqu’ils ont besoin de vous ? Ou êtes-vous en train d e perpétuer vous-même cette négativité, en vous vautrant dedans et/ou en attirant l’attention des autres en acceptant d’en être victime ?

-          Quel usage faites-vous des dons qui vous ont été alloués ? En abusez-vous ? Les avez-vous gaspillés ?

-          A cause de vous, la vie des gens que vous côtoyez est-elle plus riche ou plus pauvre ?

-          Lorsque vous faites du mal à quelqu’un, êtes-vous capable de dire sincèrement que cela n’était pas dans votre intention ?

-          Est-ce que votre vie de tous les jours reflète vraiment vos valeurs e t vos croyances ou vous servez-vous de ces valeurs uniquement pour jauger la vie des autres ?

-          Lorsque vous commettez une erreur, en prenez-vous la responsabilité et faites-vous tout ce qui est en votre pouvoir pour vous excuser et corriger la situation ou cherchez-vous aussitôt à jeter le blâme sur quelqu’un d ‘autre ? Pardonnez-vous à ceux qui vous ont offensé aussi rapidement que vous aimeriez qu’ils vous pardonnent ?

-       téléchargement (1)   Peu importe votre âge, quand avez-vous pour la dernière fois  fait l’effort d’apprendre quelque chose de nouveau ?

-          Peu importe votre âge, prenez-vous les mêmes soins de votre santé mentale, psychique et spirituelle ?

-          Vous arrive-t-il souvent de vous arrêter pour écouter et remercier la sagesse universelle, ainsi que vos aides spirituelles dans l’au-delà, qui ne vous ont jamais abandonné, même durant les moments difficiles où vous les avez-vous-mêmes abandonnées ? 

Peut-être parce que nos vies sont compliquées, avez-vous tendance à élaborer des réponses encore plus compliquées ; mais il existe une réponse toute simple, une réponse qui nous concerne tous, indépendamment de notre plan de vie :

 Aimez Dieu, Faites le bien autour de vous, Puis taisez-vous, et rentrez à La Maison. 

Extrait du livre : ALLER-RETOUR DANS L’AU DELA de Sylvia Browne aux Editions ADA.

 

Publié dans:GUERISON, PEUR |on 30 mars, 2014 |Pas de commentaires »

OVNIS : une réalité

extraterrestres

Un événement INREES pour enfin séparer les faits de la fiction

En présence du Général de division Wilfried De Brouwer, ancien Chef des opérations à l’Etat-major de l’air belge, et de Jean-François Clervoy, astronaute de l’Agence spatiale européenne, l’INREES vous propose une conférence exceptionnelle avec la journaliste Leslie Kean.

Si leur origine demeure encore une énigme, les OVNIS n’en sont pas moins une réalité. Des objets volants non identifiés sont en effet observés dans l’atmosphère terrestre par des dizaines de milliers de personnes chaque année. Cette affirmation résulte de décennies d’observations et d’investigations de la part de pilotes, de hauts responsables militaires, et de chercheurs. La journaliste d’investigation Leslie Kean, soutenue dans son enquête par les plus hautes autorités jamais encore impliquées sur le dossier, nous livre ce soir le fruit de 10 ans d’enquête à l’occasion de la publication en France de son livre événement : OVNIS – Des généraux, des pilotes et des officiels parlent. 

Leur origine demeure encore une énigme mais ce que l’on appelle des OVNIS n’en est pas moins une réalité. On parle d’ailleurs officiellement de P.A.N. pour phénomènes aérospatiaux non-identifiés. En effet, chaque année, à travers le monde entier, des dizaines de milliers de personnes disent avoir observé des phénomènes aérospatiaux non-identifiés. Un pourcentage important de ces observations reçoit après enquête une explication conventionnelle. Il peut s’agir d’avions, de débris de satellite, de météorites, de montgolfières ou de ballons, de planètes, ou encore de phénomènes atmosphériques, etc. Les possibilités de méprise sont nombreuses, notamment de la part de témoins peu ou pas habitués à identifier tous les types de phénomènes pouvant être rencontrés ou se produire dans l’atmosphère. Mais au-delà de ces cas expliqués, une part significative des témoignages collectés ne reçoit aucune explication connue. Cette réalité résulte de décennies d’observations et d’investigations de la part de pilotes, de hauts responsables militaires, et de chercheurs. Ce fait, mis en évidence à travers le monde entier par les différents organes ou chercheurs s’étant penchés sur la question, a incité la journaliste d’investigation américaine Leslie Kean, à se lancer dans l’une des plus ambitieuses enquêtes jamais réalisées sur la question OVNI. Le fruit de ce travail est aujourd’hui publié en France sous le titre : OVNIS – Des généraux, des pilotes et des officiels parlent. C’est un livre événement, salué pour son impartialité et son sérieux. Leslie Kean présentera lors de cette conférence exceptionnelle des indices incontestables sur la présence réelle d’objets volants non identifiés — métalliques, lumineux, et capables de manœuvres qui défient les lois de la physique — dans l’atmosphère terrestre. Elle partagera avec nous le fruit de dix ans d’une enquête acharnée durant laquelle elle a rencontré et interviewé des dizaines d’officiers d’aviation de haut niveau et de témoins à travers le monde, passé en revue des centaines de documents gouvernementaux, de rapports d’aviation, de données radar, et d’études de cas corroborés par des indices matériels. 

L’astronaute français Jean-François Clervoy qui a déjà participé à trois missions spatiales, et qui préface l’ouvrage de Leslie Kean sera présent à ses côtés. Il livrera pourquoi selon lui « il est temps de chercher, avec des moyens adéquats, à comprendre ce que sont ces objets ou phénomènes apparemment intelligents surgissant dans notre ciel, dont la réalité est confirmée par de multiples sources. Nous ne savons pas ce que nous trouverons, mais l’ignorance est assurée si nous ne faisons rien. » Autre invité de marque présent lors de cette grande soirée : le Général de division Wilfried De Brouwer, ancien Chef des opérations à l’Etat-major de l’air belge, en activité au début des années 90 en Belgique alors que le pays était survolé par de mystérieux objets. Ce sujet — des objets au comportement intelligent et à l’origine inconnue évoluant dans l’atmosphère terrestre — est potentiellement l’un des plus importants auquel l’humanité puisse être confrontée. S’y pencher requiert une indispensable ouverture d’esprit, et un solide bon sens journalistique, deux qualités que possède Leslie Kean. Son enquête magistrale permet enfin de séparer les faits de la fiction.

Les livres incontournables à découvrir

 

OVNIS – Des généraux, des pilotes et des officiels parlent
Par Leslie Kean 

couvmax_1377Résumé :   Les OVNIS sont une réalité. Cette affirmation résulte de décennies d’observations et d’investigations de la part de pilotes, de hauts responsables militaires, et de chercheurs. Dans cette enquête unique, la journaliste d’investigation Leslie Kean présente des indices incontestables sur la présence réelle d’objets volants non identifiés — métalliques, lumineux, et capables de manœuvres qui défient les lois de la physique — dans l’atmosphère terrestre. Ce livre retentissant est le fruit de dix ans d’une enquête acharnée durant laquelle l’auteur a interviewé des dizaines d’officiers d’aviation de haut niveau et de témoins à travers le monde, passé en revue des centaines de documents gouvernementaux, de rapports d’aviation, de données radar, et d’études de cas corroborés par des indices matériels. Une enquête magistrale pour enfin séparer les faits de la fiction.

« La réalité objective des phénomènes aériens non identifiés, mieux connus dans le grand public sous le sigle OVNIs, ne fait plus de doute. Le climat de soupçon et de désinformation, pour ne pas dire de dérision, qui entoure trop souvent la collecte de témoignages, illustre une forme surprenante d’aveuglement intellectuel. »
Yves Sillard, Ancien Directeur général du Centre National d’Études Spatiales français, (CNES).

« Il est temps de chercher à comprendre ce que sont ces objets apparemment intelligents surgissant dans notre ciel et dont la réalité est confirmée par de multiples sources. »
Jean-François Clervoy, Astronaute de l’agence spatiale européenne, l’ESA

« Ce livre lève clairement le tabou sur la croyance largement répandue, et pourtant infondée, qu’il n’est pas possible d’aborder sérieusement le sujet des ovnis. Leslie Kean apporte une analyse rationnelle sur les informations les plus pertinentes, dont beaucoup sont présentées ici pour la première fois avec des détails fascinants. »
John Podesta, Ancien Chef de cabinet du Président Bill Clinton à la Maison Blanche. (1998 – 2001) Conseiller du Président Barack Obama.

« Enfin, un livre sérieux et réfléchi sur ce sujet controversé. Les sceptiques et les convaincus vont y trouver un trésor d’informations pénétrantes et ouvrant les yeux. Ce livre va être un étalon de référence pour la recherche sur les OVNIS. »
Michio Kaku PhD. Auteur de Physics of the Impossible (« Physique de l’impossible »)

Publié dans:O.V.N.I et E.T. |on 30 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Les Chakras – Yoga expliqués

images (18)

Les Chakras sont les centres d’énergie à travers lesquels l’énergie cosmique pénètre dans le corps humain. La pratique de “Yoga dans la vie quotidienne” peut éveiller ces centres, qui sont présents en chaque personne.

Il y a huit Chakras  [1] principaux et chacun est associé à certains aspects de notre existence:

Il y a de nombreux autres centres répartis dans tout le corps humain, et leur énergie ainsi que leur vibration se distinguent par leur localisation et leurs qualités.

Les Chakras ont une influence importante sur plusieurs niveaux de notre être.

Le premier est le niveau physique. À l’endroit du corps correspondant à l’emplacement d’un Chakra, se trouvent des glandes, des organes et des nerfs, qui peuvent être activés par des exercices respiratoires, la méditation, les Asanas et les Mantras.

Le deuxième niveau est le niveau astral. La vibration et l’énergie qui s’écoulent des Chakras influencent notre conscience ainsi que notre santé physique. Une nourriture inappropriée, une compagnie néfaste et des pensées négatives réduisent ou bloquent l’énergie des Chakras, ce qui peut conduire à des désordres de la conscience et à des maladies du corps.

À l’état naturel, l’énergie des Chakras circule dans le sens des aiguilles d’une montre. Avec un peu de pratique nous pouvons sentir la radiation des Chakras avec la paume de notre main et déterminer leur sens de rotation. Nous pouvons influencer la rotation des Chakras en plaçant la main à environ un centimètre au-dessus de la partie du corps où est situé le Chakra et bouger la main dans la direction des aiguilles d’une montre pendant quelques minutes.

Le troisième niveau significatif est le niveau spirituel, qui nous confère intuition, sagesse et connaissance. L’énergie qui éveille tous les Chakras est appelée Kundalini. “Kundal” veut dire serpent, c’est pourquoi cette énergie est également connue sous le nom de “pouvoir du serpent”. L’éveil de la Kundalini est un processus d’éveil de la conscience. La conscience s’ouvre et s’étend, la connaissance et la clarté s’élèvent et l’énergie vitale augmente. L’éveil de la Kundalini signifie la libération de l’ignorance, de l’illusion et des fluctuations de la pensée, ainsi que le développement de la sagesse, de la discipline et du contrôle de soi.

Les cinq Chakras associés à l’existence humaine classique sont situés le long de la colonne vertébrale. Les trois Chakras divins sont situés dans la tête. Leur vibration et leur énergie nous guident le long du chemin du développement spirituel. Les Chakras qui sont associés avec la conscience animale sont situés dans les doigts de pieds et le coccyx, à la base de la colonne vertébrale. Afin de ne pas stimuler et éveiller notre nature inférieure (que nous avons, en tant qu’humain, déjà dépassée,) nous ne devrions jamais nous concentrer sur ces Chakras.

Sur le chemin spirituel, nous sommes confrontés à toutes nos qualités et caractéristiques intérieures, jusqu’à ce qu’elles soient complètement purifiées et affinées. Dans Agya Chakra nous atteignons la connaissance du Moi. Dans Bindu Chakra, nous expérimentons l’immortalité de Atma (du Moi), et dans Sahasrara Chakra, nous accédons à la Conscience suprême et l’union de l’individuel avec le Moi Divin se produit. En tant qu’être humain, nous détenons l’unique l’opportunité de nous élever à la Conscience suprême et d’atteindre la connaissance du Divin dans la vie. “Yoga dans la vie quotidienne” et la “Méditation introspective” nous montrent le chemin.

Les symboles et les qualités des huit Chakras principaux

Chaque Chakra du corps humain se caractérise par un symbole, un Mantra et une couleur, ainsi qu’un élément, une fleur de lotus, un animal et une Divinité. Ces images symboliques illustrent les qualités de chaque Chakra. De tels symboles nous aident à découvrir et à ressentir intuitivement dans la méditation les différents attributs des Chakras. La récitation du Mantra d’un Chakra éveille et renforce l’énergie de ce Chakra.


[1]  Pour un approfondissement de la connaissance des Chakras et de la Kundalini, se référer au livre “Kundalini et Chakras – Les centres de pouvoir dans le corps humain”, du même auteur (en préparation).

Publié dans:CHAKRAS |on 29 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Nous avons perdu notre instinct de survie

 

 

images (17)Une personne est convaincue de la capacité des animaux à ressentir un danger : Marie-Claude Bomsel, vétérinaire, professeur au Muséum national d’histoire naturelle et chroniqueuse animalière sur France 2. En véritable porte-parole des animaux, la présidente de l’Institut Jane Goodall en France et auteur de Leur Sixième Sens*nous livre quelques explications.

Le Point.fr : Que faut-il retenir de ce « sixième sens » que posséderaient les animaux ?

Marie-Claude Bomsel : Tout d’abord, les animaux ne vivent absolument pas dans le même monde sensoriel que nous. Ce n’est pas un « sixième sens » en tant que tel, c’est un « autre » sens. L’homme, avec ses cinq sens primaires, a perdu en qualité : nous avons une exceptionnelle vue, une audition moyenne, un odorat médiocre, un excellent toucher et un goût disons correct. Si vous prenez un chien, son olfaction va être 10 000 à 15 000 fois plus grande que la nôtre, alors qu’il a les mêmes sens. L’oiseau possède en plus un sens électromagnétique, que nous n’avons pas. Ensuite, l’intérêt fondamental des animaux est différent du nôtre : le leur est de survivre, et donc d’être attentifs aux phénomènes naturels… Ce que, nous, nous avons complètement perdu, enfin du moins les citadins et des « ruraux urbanisés »… Car les pêcheurs présents lors du tsunami de 2004 avaient remarqué que les poissons partaient en sens inverse. Ils ont pris la poudre d’escampette, contrairement aux touristes qui sont restés. Certains cornacs, en observant leurs éléphants, ont également deviné la catastrophe et sont allés se réfugier en hauteur.

Peut-on envisager un système d’alerte grâce aux animaux ?

Ce serait artisanal… On peut faire comme les Japonais : mettre des poissons dans des bocaux et les surveiller, puisque les poissons ont une ligne latérale qui permet de pressentir les mouvements de l’eau. Nous ne pouvons pas guetter tous les animaux, il en a été question, mais cela a fait rire la communauté scientifique, qui préfère un bon sismographe. Quant au gouvernement, il nous refuse déjà un statut spécifique pour l’animal, que nous souhaiterions placer entre la « chose » et « l’homme »… Non, ce qu’il faut, c’est tenir compte des comportements étranges des animaux, sans se dire « il ne se passe rien ». L’animal alerte ses congénères et c’est à nous de repérer ce qu’il dit. Comme je le dis souvent : le monde du silence n’est pas du tout silencieux…

* Leur sixième sens : les animaux sont-ils plus « sensés » que nous ?aux éditions Michel Lafon, 2006

Publié dans:ANIMAUX |on 29 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Crop circles coeur du Masque

 

Au coeur du Masque
(1ere partie)

Lors des deux premiers séjours au coeur des Crop circles, Jean-Claude Genel a ressenti une énergie particulière alors qu’il entrait dans le crop baptisé « masque aztèque ». Il s’est mis à l’écoute et a transmis un message en deux parties. De nouvelles pistes s’ouvrent pour nous préparer à mieux vivre le passage vibratoire de 2012. A méditer…

masque_2

Vous devez absolument vous rendre compte que l’évolution que vous portez en vous ne peut pas entièrement vous acheminer vers un monde futur que vous espérez. Nous devons agir sur vous, vous travailler au niveau de vos cellules. Nous devons non seulement rétablir la lumière en vous mais nous devons faire plus ; nous devons vous aider à percevoir une autre lumière. 

Chaque fois que vous venez dans ces livres d’images, vous recevez l’énergie qui vous aide à rééquilibrer votre organisme mais qui vous aide aussi au niveau de vos cellules. Ce qui est important, c’est qu’un éveil se produise au niveau de l’ADN, que votre ADN s’éveille à une autre dimension et que tous vos corps s’y préparent. Certes, ce n’est ni demain ni après-demain que cela se produira mais le monde futur est en devenir et déjà installé sur d’autres plans. 

Il y a une sorte d’urgence. Actuellement, l’époque correspond à une ouverture, à un portail véritablement céleste, c’est-à-dire qu’il existe une frontière entre le monde dans lequel vous vivez – qui vous accapare au quotidien et qui vous emprisonne souvent – et l’autre monde, divin, auquel vous appartenez vraiment. Vous devez donc vous affranchir des vérités (toutes faites), vous élever et franchir ce portail. C’est ce que vous faites en visitant ces Cercles car vous entrez dans des dimensions différentes. Même si vous avez l’impression de ne rentrer que dans des dessins, des géométries sacrées, vous pénétrez dans des lieux divins consacrés. Vous pénétrez dans une énergie, pas seulement dans une empreinte dans la matière. Le monde vibratoire, tout autour de ce lieu, est chargé de cette imprégnation. Vous traversez ses énergies qui veulent vous transformer et qui sont nécessaires à votre évolution. Il vous sera demandé beaucoup dans ce monde merveilleux qui s’installe, un monde fait que de mysticisme, que de vérités. Un monde qui élève, le monde du pouvoir divin, parce qu’il vous faut trouver et vous engager dans votre pouvoir divin. C’est ce qui est en train de se produire et c’est déjà ce que vous vivez. Nous voulons vous aider à parfaire votre identité spirituelle, intérieure. Nous souhaitons vous aider à vous élever pour accueillir toute l’intelligence divine que la terre portera dans les années a venir – et c’est maintenant que tout se prépare. 

La plupart d’entre vous travaillent cette fameuse date du calendrier maya, 2012. C’est effectivement une année importante où l’énergie sera provocatrice au sens où elle stimulera ce que vous êtes. Vous qui travaillez, vous avez raison de penser que vous allez vous élever pour accueillir des idées différentes, une intelligence totalement autre. Vous représentez un grand espoir. Cette date est importante car, sur le plan des univers, il se produit des orientations différentes et surtout un alignement des autres dimensions en cette annee 2012. Cela permettra à tous les lieux sacrés, les temples de toutes civilisations et de toute la planète, d’être régénérés de cette nouvelle énergie. Sachant que vous-mêmes, dans votre recherche, vous êtes un temple, vous comprenez pourquoi vous devez donc être associés à cette élévation. Au cours de cette année 2012, tous les lieux sacrés seront réactivés et, les années passant, chacun d’eux se trouvera élevé. Il faut donc les réhabiliter. Vous-mêmes, il vous faut les connaitre, les ressentir et les vivre.

 

 masque (1)

 

En ce moment, vous êtes en présence d’un Cercle dont l’energie vous travaille. Vos cellules s’en imprègnent et se transforment. Vous pouvez le ressentir sous forme d’un bien-être, d’une paix. Dans quelque temps, vous allez vous apercevoir que vous avez progressé dans la compréhension. Il est souhaitable que vous vous laviez entièrement, ainsi que votre cerveau, du passé. Vous êtes dans un fonctionnement fait d’habitudes et vous portez encore le poids de la famille, du clan familial. Vous êtes enfermés dans des règles qui n’ont pas de raison d’être, en tout cas plus de raison d’être. Vous êtes comme des pionniers, invités à travailler différemment, à vivre et penser autrement. Vous êtes lavés, purifiés et tout votre corps est en grande transformation maintenant. Au moment où nous sommes en communication,  toute l’énergie vous travaille très précisément. L’énergie est intelligente et celle de ce lieu représente un masque. Et au-delà de ce masque, se trouve la vérité. C’est un masque rituel et votre rituel du cycle ancien se termine. Il vous faut apparaître avec un visage neuf et une intention nouvelle. Tout est en train de bouger selon l’évolution de chacun, tout est en train d’être travaillé avec une extrême précision.

 L’intelligence de ce lieu vous connaît, elle vous traverse et vous travaille. Elle vous reconnaît et vous élève. Et ce qui est intéressant – et vous devez penser ainsi – que vous regardiez la photo d’un Cercle ou que vous soyez physiquement en train de le visiter, l’effet est le même. Vous êtes touchés dans vos corps, réorganisés dans votre subtilité. L’énergie est une et intelligente. En fait, c’est la création qui se perpétue et vous êtes en train de naître à nouveau pour le monde futur. C’est ainsi que vous êtes invités à penser. Mais naître signifie nouveau cycle, intention, responsabilité. C’est un engagement, celui de laisser derrière vous tout ce qui ne vous concerne plus. Il faut donc travailler ainsi et régénérer votre cerveau en lui inculquant d’autres données, d’autres pensées. C’est parce que vous allez travailler sur vous que vous allez faire de nouvelles connexions et continuer cette création nouvelle pour ce monde futur qui, désormais, se fait en chacun. A chaque fois que vous rendez visite à un Cercle, c’est comme si vous étiez invités à un rituel et soyez assurés que chacun le vit profondément. Encore une fois, les énergies vous transforment et sèment en vous. Dans quelque temps, vous en verrez les effets.

A propos de 2012, c’est une année marquée du partage entre cycle ancien et cycle nouveau, à la fois frontière et portail. Bien évidemment, vous continuerez de rester dans le monde humain mais sans en subir les désagréments car vous vous serez transformés dans votre pensée et votre intelligence. Vous saurez donc sublimer cela et ne plus en être victimes mais au contraire avancer et passer avec les lois divines. 2012 marque donc l’alignement des univers et vous permet aussi de vivre cette année particulière comme s’il vous fallait adopter une attitude de prière, véhiculer votre intelligence de manière agréable au quotidien. Ces énergies vont faire « tourner » les énergies universelles. Il y a besoin de votre participation, ce qui permettra au sacré des lieux choisis d’être réactivé. Pour le moment, tous sont vidés, c’est également ce qui se produit en vous mais vous n’en avez pas conscience. Cela vous échappe parce que vous vivez selon vos habitudes, votre éducation et les règles que vous avez établies ; ce qui vous donne l’impression que rien ne bouge. Mais tout sera régénéré après 2012 et correspondra à une autre dimension. Avec le temps, celle-ci touchera les intelligences et vous-mêmes, surtout si vous exprimez les valeurs, vous serez alors dans une harmonie très accueillante et il sera facile de vous élever vers cette totale vérité. Grâce à vous et à bien d’autres, un nouveau cycle de 26 000 ans prendra place, cycle dont vous stimulerez la connaissance, l’énergie et les lieux durant tout votre passage sur terre et votre façon d’être, de penser et de vivre. Votre mission est donc importante, c’est une mission de vie et, ce qui est essentiel, c’est la Vie elle-même, pour ce qu’elle est de divine. Vous êtes des créateurs en puissance, ne l’oubliez jamais ! 

Voila ce que je souhaitais que vous entendiez pour que vous y réfléchissiez. Vous êtes dans un Cercle extrêmement important, à la signification puissante. Il masque la vérité mais, vous en conviendrez, le masque est initiatique. Il se compose de différents symboles qui se parlent et s’imbriquent pour exprimer une élévation qui vous aide à vous impliquer dans un chemin ainsi trouvé grâce à la réflexion et à l’approfondissement. Au-delà, se trouve toute la vérité divine. Donc, portail pour l’époque, ouvert, deux mondes et vous êtes des passeurs. Ce lieu (le masque) symbolise aussi pour beaucoup : aller regarder au-delà ! C’est bien un portail au-delà duquel se tient la vérité absolue, celle qui vous donne vie et vous implique en elle. Alors, profitez de ce moment et soyez conscients du travail qui se fait. 

Quand vous quitterez ce lieu, croyez bien que ce travail continuera. Vous êtes déjà emplis de cette énergie qui vous accompagnera tout le temps. Mais si vous pouvez être conscients du travail qui s’opère sur chacune de vos cellules – et très en profondeur par votre ADN – beaucoup de modifications s’effectuent en chacun de vous tout en respectant votre évolution et votre dignité. Pour nous, dignité signifie : vouloir travailler, être conscient et accepter ou pas, faire semblant ou être vrai ? Aussi, soyez salués, bénis et élevés. Restez tranquilles dans cette méditation, avec le bruit autour de vous. Soyez en conscience et que celle-ci pénètre chaque partie de votre être, parce que c’est la lumière qui vous visite, celle-la même qui vous espère et qui se place en dedans de vous pour que vous soyez véritablement « porteurs ». Remerciements ! 

Seconde partie

Publié dans:CROP CIRCLES |on 29 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Au coeur du Masque

 

Voici la suite du message capté par Jean-Claude Genel, alors que ce dernier se trouvait dans un crop circle baptisé  »masque aztèque ».

De quoi poursuivre de nouvelles pistes de réflexion et vous préparer à mieux vivre le passage vibratoire . A méditer…                                                                                 

masque

Qu’il vous soit dit encore ceci : comprenez qu’avec les crop circles – aujourd’hui je dis crop circles (1) plutôt que cercles de culture – il s’agit d’un phénomène extrêmement important, sollicité. Bien sûr qu’il s’agit de la connaissance ainsi exprimée. Mais s’il n’y avait pas, sur cette Terre et depuis si longtemps, la guerre, la violence, les heurts, les jalousies, si l’être vivait en paix, en harmonie avec lui-même comme avec les autres, le monde divin se serait exprimé depuis longtemps et autrement qu’avec des crop circles. En réalité, chaque être, ainsi dans la paix et dans l’amour, aurait su faire vivre la dimension de la connaissance représentée aujourd’hui par chaque crop circle. Si le monde divin exprime la connaissance ancienne depuis si longtemps, c’est pour vous permettre de réaliser que cela existe et que votre Dieu, celui que vous honorez, ne s’arrête pas à votre monde, mais vibre et a créé aussi les autres mondes. Ainsi, il ne s’agit pas de croire que vous avez perdu du temps, malgré tout le temps s’est trouvé ralenti. La peur « ralentit », en quelque sorte, le phénomène du temps et la possibilité pour chacun, pour toute vie, de rencontrer sa vérité et la certitude de la Création.

Les crop circles sont donc aussi cela. C’est la connaissance qui s’exprime sur Terre pour vous aider, bien sûr, mais c’est parce que, dans plusieurs incarnations, dans votre mode d’évolution, vous avez failli ! Rien n’a été révélé ou si peu. Les crop circles sont donc le complément possible à votre quête intérieure et à la connaissance que vous cherchez.

Vous vous étonnez souvent qu’ils apparaissent auprès de lieux déjà consacrés par les anciens. Mais il s’agit-là de transformation et pour votre temps. Tout est question de cohérence et c’est aussi la preuve que la connaissance s’adapte aux évolutions, aux époques. Elle est une mais peut s’exprimer de manières totalement différentes. Vous devriez aussi accepter cette idée : les différents univers sont habités, il y a la vie et, comme pour vous-mêmes, il y a des êtres supérieurs pour ce mode d’évolution, des êtres de lumière. Il y a des rencontres qui s’effectuent mais pas au sens physiques. Les énergies intelligentes de ces différents mondes s’organisent pour que leur imbrication intelligente – et de toutes ces dimensions – puissent agir sur tout ce qui est vivant. Les crop circles y contribuent. Quand vous en voyez un, c’est absolument magnifique et, sans conteste, il représente la connaissance et il s’agit d’une partie de vous-mêmes. Vous devriez donc exprimer par vous-mêmes son identité avec beaucoup d’intelligence et de finesse. Certes, vous recevez différemment ce que vous auriez pu, mais le principal est de recevoir car cela signifie que vous allez « devenir » et que, le moment venu, vous saurez l’exprimer.

Pourquoi y a-t-il des alignements, de grandes transformations dans tous les univers avec une date précise : 2012 ? Le changement sera à peine perceptible sur le plan humain mais, en revanche, considérable au niveau divin. La transformation s’achèvera avec les années qui suivront. Mutation, bien évidemment !

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que vous traversez une période de très grande initiation. Vous devriez vous y arrêter quelques instants et avoir conscience de sa signification. Il s’agit vraiment d’une grande initiation, c’est-à-dire d’une élévation de conscience considérable – chacun selon son niveau mais puissamment élevé.

Les autres mondes s’expriment de plus en plus et les crop circles sont un témoignage, une illustration prodigieuse de tous ces mondes comme du vôtre. Une sorte d’unité se prépare. Dans les années à venir, vous rencontrerez des êtres de lumière mais d’abord par les énergies, par des rêves, comme cela se produit lorsque vous visitez des crop circles ; vous y rencontrez l’énergie. C’est pourquoi il est primordial, quand vous les visitez, de bien vous rendre compte que vous pénétrez la lumière, qu’elle agit sur vous. La lumière est une vérité, elle fait partie de la source et elle est unie à tous les mondes.

Dans d’autres temps plus éloignés – et cela dépend de l’intention de chacun dans son évolution, dans sa participation à faire évoluer le monde – il y aura des « rencontres totales », c’est-à-dire physiques. Voici bien des années, d’autres mondes ont tenté de prendre contact avec le vôtre. Leur technologie très avancée a fait peur à votre planète et leur manifestation a été dévoyée, détournée, en tout cas utilisée pour faire peur. Alors, l’autre moyen est d’inviter à la contemplation – c’est un autre type de rencontre – d’inviter à l’énergie et à se réunir en utilisant les crop circles, la connaissance. Cela est extrêmement utile et vous en connaissez les effets. Ainsi, parle-t-on moins de « soucoupes » et davantage de vérité à travers ce qui touche tout le monde sans jamais effrayer. Dans quelque temps se produiront des phénomènes que vous nommerez « extra-terrestres » et vous verrez que vous les apprécierez pleinement, sans aucune crainte.

Vous autres, les Terriens, vous avez une psychologie fort compliquée. Depuis des siècles, à chaque fois que vous visitez cette planète, vous nourrissez une peur considérable et comme il vous est difficile de la faire taire, de l’occulter et de la dépasser !… On vous a parlé de « rupture », c’est bien l’époque de la rupture mais vous devez agir. Vous avez l’habitude de remplacer la peur par la somatisation. Vous devez vous en délivrer et le seul moyen est la confiance en vous. Réfléchissez à ceci : lorsque vous vous êtes réunis comme cela s’est produit il y a peu de temps – en vous tenant serrés l’un près de l’autre – de l’extérieur, l’on pouvait voir des êtres qui s’étreignent, s’apprécient et qui s’aiment. En réalité, pour nous, nous ne voyons qu’une force d’énergie intelligente, comme un passage, une invitation à pénétrer une autre dimension. Comprenez qu’ainsi, lorsque vous êtes réunis en méditation, l’énergie que vous offrez est un passage.

Vous êtes en train de vous préparer. Dans les années à venir et cela deviendra une règle, quand les êtres auront envie de visiter d’autres mondes, il suffira qu’un groupe accepte de se prêter à cette loi : se réunir pour qu’il y ait une source, une force, et quelqu’un pourra voyager à travers elle pour découvrir d’autres dimensions. Vous y êtes prédisposés. Vous n’en avez pas conscience car vous ne considérez que votre nature humaine avec ses conflits, ses interdits et ses manques. Mais sur le plan vibratoire, vous êtes d’une qualité merveilleuse – je veux dire que vous êtes extrêmement précieux. N’êtes-vous pas des êtres divins ? C’est cette certitude que vous devez utiliser afin de ne plus jamais avoir peur, oser aller vers d’autres mondes, puis les accueillir. Les crop circles servent aussi ce but. C’est à la fois le monde ancien avec une énergie qui prend une structure différente – celle du crop circle – et montre le cheminement futuriste. Ainsi, l’image que vous devez avoir – puisqu’il y a cette manifestation dans le monde entier et de plus en plus dans l’avenir – c’est que la force des lieux sacrés sur cette Terre et tout ce qui vient de l’essentiel – et que vous croyez venir de l’extérieur ! – s’installent en une parfaite complémentarité. C’est à chaque fois comme l’assemblage des pièces d’un puzzle jusqu’à recouvrir entièrement la Terre et la régénérer. C’est dans ce cadre que vous êtes importants car vous êtes l’intelligence de ce processus, une sorte de clé d’activation. Comprenez-vous pourquoi chacun de vous est si important, au-delà de ce qu’il peut imaginer ?

Avant de vous quitter, ce dernier principe : sachez qu’il suffit de venir une seule fois dans un crop circle pour que vous soyez visités en permanence. Car cela ouvre une force en vous, vous prédispose tout en appelant les autres forces. Vous êtes donc un moyen et, pour nous, une certitude, beaucoup plus qu’un espoir. Vous êtes donc constamment visités et cela vous aide à progresser au quotidien. Où que vous soyez, les énergies sont toujours présentes. Les ayant connues une fois, vous les connaissez pour l’éternité. C’est ainsi que vous pénétrez progressivement la connaissance et qu’elle-même vous pénètre et vous éveille. La nuit, des rêves très symboliques peuvent être l’interprétation, à votre image, du crop circle visité. Il est important que vous vous souveniez de cela et que vous travailliez ainsi.

Vous remarquerez que le 12 à une importance considérable pour chaque crop circle. Cela représente des lignées, des sources et correspond à l’histoire profonde de l’humanité dans sa création. Réfléchissez-y, tout est lié. Soyez certains que la puissance divine vous accompagne en permanence. Cette puissance est la vie que vous manifestez, c’est pourquoi vous devez vivre en conscience, vivre avec vérité, avec valeurs, vivre avec amour. Nous comprenons que, sur le plan humain, vous puissiez avoir quelques déceptions et parfois des faiblesses ; cela n’a pas d’importance. Ce qui l’est, c’est que votre intention soit celle de l’amour et de la vérité. Voilà ce que je voulais ajouter à ce qui a été dit auparavant, juste pour que vous puissiez travailler et reconnaître combien chacun de vous est merveilleux, même à travers sa faiblesse humaine.

Transmis le 25 juillet 2009
par Jean-Claude Genel

Publié dans:CROP CIRCLES |on 28 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Chiffres et Formules Magiques de Midaho

 

 

51uSAfckXAL._Vous pouvez grâce à ce livre vous libérer de toutes les énergies négatives qui entravent votre bien-être mais vous pouvez également libérer vos enfants et vos petits-enfants mineurs. “La majorité énergétique” s’effectue à l’âge de 21 ans, vous pouvez donc libérer les énergies négatives sur vos enfants et petits-enfants jusqu’à leurs 21 ans révolus ; vous pouvez libérer vos animaux domestiques ou n’importe quelles bêtes sauvages, vous pouvez également libérer votre lieu d’habitation, ainsi que celui de vos enfants ou de vos petits-enfants mineurs, si ce lieu n’est pas le même que celui dans lequel vous habitez. 

► Par contre, vous ne pouvez libérer une autre personne adulte même proche, car chaque personne adulte est libre et libre de choisir de se libérer ou non. Vous ne pouvez faire ce choix à sa place. Chaque adulte est responsable et libre de choisir son destin. 

Vous pouvez néanmoins lui donner les moyens d’effectuer cette libération en lui transmettant ce livre. Cette personne aura alors le choix de se libérer ou non. 

Quelques exceptions :

Certaines personnes sont dans l’impossibilité de se libérer elles-mêmes pour des causes physiques ou psychologiques : personnes très malades, hospitalisées, grabataires, séniles, handicapées, etc. 

► Dans ces cas particuliers et avec son autorisation, vous pouvez libérer les énergies négatives sur cette personne. Vous pouvez également libérer son animal domestique ou son lieu d’habitation s’il en est besoin. 

Dans de nombreux cas, la personne peut être atteinte par des énergies négatives qui empêchent le travail de libération de se faire. Ces énergies négatives sont envoyées à dessein, afin que la personne ne puisse pas être libérée. Mais elles peuvent aussi être envoyées pour que, dans le cas où la personne cherche à se libérer ou à se faire libérer par quelqu’un d’autre, il se produise le contraire et sa situation alors s’aggrave, empire. On peut appeler cela des “sorts d’inversion” car ces énergies négatives produisent l’effet inverse de ce que la personne souhaite. Au mieux l’effet du travail de libération est inefficace, au pire il aggrave la situation. 

La première chose à faire est de s’assurer que l’on n’a pas sur soi ces “sorts d’inversion”. Pour cela, il est nécessaire de commencer par suivre ce que j’appelle le “protocole de base”. 

► Vous poserez toutes les questions notées dans ce livre en utilisant votre bras droit comme un pendule, qui tourne dans le sens des aiguilles d’une montre pour donner une réponse positive et dans le sens inverse pour donner une réponse négative.

41jx-5g+XGL._(Cf. “Sons et Lumière : 24 Mots et Phrases Magiques” éditions l’Arbre Fleuri, où ce procédé est longuement expliqué).  

► Il est important de ne surtout pas utiliser un vrai pendule. Les gauchers utiliseront leur bras gauche et le code pour les réponses sera le même : le bras tourne dans le sens des aiguilles pour dire “oui”, dans le sens inverse pour dire “non”. 

De façon générale, si vous n’arrivez pas à visualiser en Lumière, ce qui est très fréquent, le seul fait de prononcer les mots, chiffres ou phrases magiques, les prénoms et noms, suffit en lui-même, néanmoins l’activation de votre bras durera un peu plus longtemps.

 

EXTRAIT de : Chiffres et Formules Magiques pour Vivre Heureux au Quotidien – par MIDAHO aux Editions L’Arbre Fleuri

 

Publié dans:CHIFFRES |on 28 mars, 2014 |1 Commentaire »

L’énergie des 4 saisons

par Genny Rivière

Notre conscience s’accorde aux moments clés de l’année. Bien suivre le cycle des saisons et adapter notre activité est un gage de bien-être. Du printemps à l’hiver, écoutons ce que nous disent la nature et notre intuition.

 

pierres_superpos__esLa Nature amuse les hommes ordinaires, elle enseigne les disciples, il n’y a que devant les Sages qu’elle dévoile ses secrets. Maître Eckart

Tous les systèmes de pensée, philosophiques ou religieux, sont fondés sur la puissance des cycles naturels. La sagesse sacrée de nos ancêtres est basée sur des correspondances et des interrelations entre l’homme et l’univers, le microcosme et le macrocosme. L’être humain, le microcosme, est une réplique parfaite du macrocosme. Nous portons en nous l’univers tout entier. Nous portons en nous cette mémoire de famille de l’humanité. Les Anciens savaient que, si l’homme voulait se rapprocher de son essence divine, il devait se ré-harmoniser aux grands cycles de la création. Le rapport étroit à la nature nous permet de découvrir que nous appartenons à un “ tout ”, que nous faisons partie intégrante des forces universelles. Nous commençons à le ressentir quand nous sommes baignés dans le clair matin d’une balade en forêt, là où plus rien ne nous sépare, dans l’intention consciente d’être dans l’instant. La nature est un être qui s’apprivoise et qui se livre progressivement.

Les quatre périodes
Parmi les grands cycles, le cycle des saisons est le plus fondamental. Il correspond aux 2 équinoxes (printemps et automne) et aux 2 solstices (été et hiver). Les saisons sont en fait de véritables étapes de transformation pour l’être humain qui reçoit ces forces énergétiques à tout moment. Les lois cosmiques nous sont ainsi révélées et enseignées. Il s’agit d’un cycle quaternaire et nous savons que le nombre “ quatre ” est associé à la matière, la structure et la croissance de l’individu. Les enseignements traditionnels reposent depuis des siècles sur une tradition orale. Ils sont expérimentés par des heures de pratique, d’observation, d’écoute, au coin du feu, sous les étoiles, la lune ou le soleil. Nous avons cette merveilleuse opportunité de recevoir aujourd’hui un enseignement théorique et pratique afin d’être en mesure de nous réconcilier avec notre Terre-mère et notre être fondamental. Naturellement et intuitivement, la conscience s’accorde à ces moments clés de l’année. Tout cela est observable par nos yeux physiques en étant attentif à la nature. Nous voyons dans l’élément naturel le symbole de quelque chose. Par exemple, si nous choisissons naturellement la période d’extériorisation pour prendre des décisions (grand ménage du printemps, etc.), nous allons bénéficier de notre propre déterminisme, mais aussi de l’énergie de la nature et de l’énergie universelle qui est en place à ce moment précis. Les forces cosmiques sont très favorables pour que nous soyons opérationnels et que nous ayons un résultat concret dans ce que nous entreprenons si nous nous ajustons à elles. Chaque saison couvre approximativement une période de 3 mois. Le début de chaque cycle est une période intermédiaire, comme un travail préparatoire à l’énergie qui s’annonce.

Premier cycle
Le printemps (mars à mai) est une saison extraordinaire de renaissance et de nouvel élan. On renaît à la vie extérieure et la nature reprend vie. Le germe, longuement préparé, sort de terre, les bourgeons éclatent, l’énergie de la vie s’exprime à nouveau. L’activité du foie est à son maximum, il a besoin d’être préparé et purifié pour assurer la circulation de l’énergie et du sang dans le vaste treillis énergétique du corps humain. C’est le moment de se dégager de tout ce qui fait obstacle pour se mettre à l’écoute de ce qui se présente et aider une nouvelle force à se manifester. On remet en action ses idéaux profonds avec optimisme et tempérance car l’impatience, l’irritabilité et la colère sont les émotions dominantes du printemps. Il correspond à l’enfance, à l’Est et aux forces du matin quand la lumière monte et éclaire. Chaque matin est un nouveau réveil avec tous ses possibles. La saison est surtout marquée par l’énergie du Bélier qui ouvre la voie et qui s’affirme.

Deuxième cycle
L’été (juin à août), la lumière est à son maximum d’expression extérieure. C’est une période d’expansion, de rayonnement et d’expérimentation. C’est le moment d’être impliqué véritablement dans le monde et dans l’action. L’été correspond au Sud, à midi, à l’intensité du soleil, à l’adulte mature. Le cœur, comme le soleil, rayonne la vie et la lumière, mais le feu du cœur doit être tempéré pour laisser place à la profonde joie d’exister. Quand on entreprend un travail d’ouverture, le taux vibratoire du corps augmente, on devient capable de se transformer et d’évoluer.

Troisième cycle
L’automne (de septembre à novembre) correspond à la période de l’assimilation et de la récolte. Il est essentiel, à cette saison, de faire le bilan de son année. Les formes extérieures commencent à se transformer et à disparaître. L’automne correspond à l’Ouest, au déclin, à la vieillesse, au soir. De la même manière, on apprend à lâcher prise, à abandonner les vieilles habitudes pour faire un tri, tout comme l’estomac et la rate extraient de la nourriture les éléments purs et se débarrassent des déchets. Dans la nature, les feuilles tombent. Il est important de rejeter la tristesse et la mélancolie car l’état dépressif fréquent à l’automne, affaiblit et bloque l’énergie des poumons qui doit être libre pour descendre vers les reins. C’est l’énergie de la Balance qui pèse le pour et le contre dans le but de s’harmoniser.

Quatrième cycle
L’hiver (de décembre à février), la nature est au repos. Il correspond au Nord, à la nuit, à la disparition. C’est une période de mort, dans le sens de mourir pour renaître dans un nouveau cycle, enrichi des expériences du précédent. Le solstice d’hiver correspond à l’éveil de la force spirituelle en soi, à l’éveil du maître intérieur. Les reins jouent un rôle de filtre et contrôlent l’eau du corps. Ils sont dépositaires du yin (principe féminin) et du yang (principe masculin) originels, la base de l’eau et du feu, d’où l’extrême importance d’entretenir leur énergie. Il est primordial de ralentir ses activités, se coucher tôt, savourer les soirées tranquilles au coin du feu, comme le gardien qui veille pour mettre en matrice le nouveau germe.

Site de Genny Rivière

Publié dans:ENERGIES |on 27 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Le secret de la sérénité

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=XHxK5bJbDA0

« La méditation n’est pas une discipline à laquelle on astreint son corps, mais une ouverture par laquelle on laisse la vie conduire l’être. Car tout ce que l’on fait, finalement, c’est répondre à une invitation… » avec Placide Gaboury 

Publié dans:VIDEOS à voir |on 27 mars, 2014 |Pas de commentaires »

LES VIES ANTÉRIEURES et mémoires négatives

 

images (5)Nous pouvons rapporter des mémoires négatives de nos vies antérieures qui peuvent avoir des incidences dans de nombreux domaines de notre vie. 

Ces mémoires peuvent affecter notre façon de voir la vie, notre comportement et ce, de manière négative, puisque nous parlons ici de mémoires négatives (bien sûr, de même, des mémoires positives affecteront notre façon de voir la vie et notre comportement de manière positive). 

Ces mémoires négatives peuvent provoquer des phobies, des TOC, des problèmes de comportement, des failles énergétiques dans notre être, qui se porteront sur ou dans le plan causal, mais qui seront la plupart du temps d’ordre émotionnel, des problèmes de santé divers. 

C’est souvent du moment de sa mort que la personne rapporte les mémoires négatives les plus fortes. La façon dont la personne meurt et le ressenti qu’elle en a sont déterminants. De la cause de la mort naissent beaucoup de phobies ou de peurs inexpliquées dans la vie suivante. 

Par exemple, une personne qui meurt brûlée vive (incendie, bûcher…) reviendra dans sa vie suivante avec une peur du feu qui peut aller jusqu’à la phobie. De même une personne qui meurt noyée aura peur de l’eau, une peur plus ou moins grande qu’elle pourra ou non surmonter mais qui pourra devenir une phobie. 

Une personne empoisonnée par un aliment ou une substance (des champignons par exemple) aura une répulsion pour cet aliment ou cette substance dans sa vie suivante. 

Des problèmes de comportement sont également liés à ces mémoires négatives et plus la vie antérieure est proche, plus les mémoires sont actives. 

Par exemple, une personne qui a été tuée pour avoir affiché ses opinions ou ses croyances, ou pour avoir défendu une cause, sera dans sa vie suivante très peu bavarde, très discrète, elle peut même être introvertie, inhibée au niveau de la parole et même de tout son comportement. 

Un autre exemple de comportement perturbé, causé par des mémoires négatives rapportées d’une vie précédente, est celui des personnes qui sont mortes de faim (pauvreté, misère, famine…). Ces personnes auront tendance dans leur vie suivante soit à accumuler la nourriture, c’est le cas d’enfants qui cachent la nourriture sous leur lit et qui font ainsi des réserves par peur de manquer, soit à manger en excès et à faire des réserves dans leur corps lui-même par cette même peur de manquer. Ces personnes prennent du poids de façon excessive mais ne peuvent contrôler cette réaction de leur être : « Il faut se remplir sinon on est en danger ». 

Il est important dans ces cas-là de se libérer de ces mémoires négatives avant de suivre un régime amaigrissant ou de suivre la fiche « du poids » indiquée dans ce livre, sinon le fonctionnement inconscient reprendra le dessus. 

Ces réactions ont une similitude avec celles suscitées par les empreintes négatives ou programmations inconscientes, dont nous avons parlé, mais il ne s’agit là « que » de mémoires négatives. On ne peut pas rapporter d’empreintes négatives de ses vies antérieures mais seulement des mémoires. La différence est que ces mémoires sont moins marquantes que des empreintes négatives, elles affectent moins profondément le comportement de la personne. 

La cause de certains TOC est à rechercher dans les mémoires négatives rapportées d’une vie passée, par exemple le TOC qui consiste à se laver de façon excessive et névrotique peut être associé à une mémoire négative où l’être est mort dans des conditions de saleté extrême, dévoré par la vermine. Le fait de libérer l’être de ces mémoires en les faisant remonter au conscient par le procédé de la régression peut éventuellement régler certains problèmes de TOC. 

Des problèmes de santé peuvent également naître de ces mémoires négatives : lorsqu’une personne est morte étranglée, pendue ou guillotinée, elle ressentira dans sa vie suivante des problèmes au niveau de son cou : problèmes de thyroïde, gênes, sensations d’étouffement. Ce sont des personnes qui, par exemple, ne supportent pas d’avoir le cou serré dans quelque chose, que ce soit une cravate, une écharpe ou un col roulé… 

Une personne qui a été tuée par une arme blanche (couteau, poignard, épée, sabre…) ressentira souvent dans sa vie suivante une douleur à l’endroit du coup mortel porté. De nombreuses douleurs dans le dos sont ainsi causées par ces mémoires qui se réactivent dans la vie suivante. 

D’autre mémoires négatives associées à la façon dont on meurt s’expriment par des sentiments : une personne qui meurt en colère renaîtra en colère ; une personne qui meurt avec un profond sentiment d’injustice renaîtra avec ce sentiment d’injustice imprimé en elle. 

Ce sont des exemples. Ces mémoires peuvent affecter l’être depuis sa naissance mais elles peuvent aussi se réactiver à l’occasion d’un événement particulier : la rencontre avec une personne que l’on avait rencontrée dans cette vie passée, la venue dans un lieu où s’est déroulé un événement de cette vie passée. Mais ces mémoires peuvent également se réactiver à l’occasion d’une date particulière, qui sera la même que celle où s’est déroulé l’événement qui a été cause de ces mémoires négatives, ou à un âge précis qui correspond à l’âge où s’est passé l’événement dans sa vie passée, que ce soit la mort ou un autre événement important. D’autres mémoires négatives peuvent se manifester par des taches de naissance ou des signes de naissance. Ces taches de naissance (angiomes), ainsi que les signes de naissance, indiquent l’endroit où a été porté le coup mortel. Ce phénomène est intéressant à identifier car on peut noter qu’il y a toujours une résonance vibratoire particulière de cette vie passée à la vie présente, même si cette vie passée est très ancienne. 

A retrouver dans le livre : Chiffres et Formules Magiques pour Vivre Heureux au Quotidien par MIDAHO aux Editions L’Arbre Fleuri

 

Publié dans:VIES ANTERIEURES |on 27 mars, 2014 |1 Commentaire »

LES MALÉDICTIONS de Midaho

téléchargement (3)Qu’est-ce qu’une malédiction ? Ce sont des paroles prononcées dans un but malveillant pour nuire à une personne, à un groupe de personnes, à une bête ou à un groupe de bêtes, à un lieu, à toute vie incarnée ou à toute chose matérielle. Les mots de la malédiction peuvent être des mots choisis, des invocations et passer par des rituels précis, mais les mots de la malédiction peuvent également être jetés sous le coup d’une émotion, d’une pensée, d’un sentiment négatif puissant et leur efficacité est la même car il s’agit là encore d’énergies négatives véhiculées dans un but malveillant. Nous reviendrons sur ces buts plus longuement ensuite, mais nous allons voir tout d’abord d’où peuvent nous arriver ces malédictions. 

Plusieurs sources sont possibles. Nous pouvons porter sur nous des malédictions héritées de notre lignée maternelle ou paternelle (il s’agit toujours là de la lignée biologique) ; chaque parent qui reçoit cette malédiction en héritage la transmet en effet à ses enfants par la voie du sang sans le savoir et sans le vouloir bien entendu. Sans que nous le sachions, le sang véhicule toutes les énergies de nos deux lignées, les positives et les négatives. Ainsi l’enfant en gestation hérite dès sa conception de l’héritage énergétique de ses parents biologiques. 

Des malédictions peuvent également être envoyées directement sur la personne, depuis sa gestation jusqu’à la fin de sa vie. 

Des malédictions familiales peuvent aussi être envoyées sur la famille et retombent alors sur chaque membre de cette famille. 

Ensuite, nous verrons dans ce livre le cas des malédictions nominatives, puis pour finir les malédictions rapportées d’une vie antérieure. 

Une malédiction est toujours envoyée ou jetée, mais non « activée ». Notre travail est de « lever la malédiction ». Une malédiction a toujours des programmations et des réactivations, cela signifie que, si nous ne levons pas ces programmations et ces réactivations, elles se réactivent d’elles-mêmes quelques temps plus tard. 

Une malédiction est toujours envoyée pour un temps précis, déterminé. Généralement, elle est envoyée pour agir jusqu’à la 3ème génération ou jusqu’à la 7ème génération, ou encore « pour toute éternité ». Dans ce dernier cas, l’envoi des malédictions descendra une lignée durant une dizaine de générations ou plus encore, mais c’est là également que l’on trouve des malédictions rapportées d’une vie antérieure, car une malédiction envoyée « pour toute éternité » peut se transporter de vie en vie. La personne qui l’a jetée, à l’époque, n’avait pas pour autant la notion de vies futures mais c’est sa formulation de la malédiction qui a généré cela. Il est très important, dans ces cas-là, d’en libérer la personne car c’est probablement la seule occasion qu’elle aura jamais de s’en libérer une fois pour toutes. C’est donc un grand service à lui rendre, puisque cela la libère pour ses vies futures également. 

Les différents buts des malédictions

Le but de la malédiction est primordial, puisqu’il va affecter toute la vie de la personne touchée. Il est donc important de l’identifier pou mieux comprendre les causes profondes de certains problèmes rencontrés. 

Je précise qu’il n’y a qu’un but par malédiction, ainsi lorsque vous obtenez une réponse positive, il est inutile de poursuivre la recherche d’autres buts… 

A Lire Chiffres et Formules Magiques pour Vivre Heureux au Quotidien – par MIDAHO aux Editions L’Arbre Fleuri

Publié dans:POSSESSION |on 26 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Les animaux et catastrophes naturelles

Les animaux peuvent-ils nous prévenir des catastrophes naturelles ?

oies-2522118-jpg_2165550

Le Point.fr  

Au cours de l’histoire, de nombreuses catastrophes naturelles ont été pressenties par les animaux. Mais la plupart des scientifiques restent sceptiques.

Lorsque notre chat agit étrangement, que les éléphants se mettent soudainement en marche ou que des bancs de poissons s’enfuient à toute allure, il est possible que quelque chose se prépare. Les animaux peuvent-ils nous servir de signal d’alarme avant une tempête, un tremblement de terre, un tsunami ? Voici des éléments de réponse.

Martinique, 8 mai 1902

La montagne Pelée s’apprête à entrer en éruption, ne laissant derrière elle que 2 survivants parmi les 30 000 habitants : Louis Cyparis, un chanceux prisonnier protégé par les murs épais de sa geôle, et Léon Compère, modeste cordonnier dont la maison était étonnamment bien abritée. Pourtant, tous les animaux ont fui les abords du volcan quelques jours avant. « Lors de cet épisode, la remontée du magma s’est accompagnée de sismicité, de l’apparition de nouvelles fumerolles. Elle a engendré la résurgence des nappes phréatiques réchauffées qui ont produit des coulées boueuses. Les animaux ont peut-être pu ressentir ces changements dans leur écosystème », explique Jean-Christophe Komorowski, volcanologue et professeur à l’Institut de physique du globe de Paris. Malgré cela, aujourd’hui encore, on ne se fie qu’aux données fournies par l’homme et ses outils… Pour la Martinique, on mise sur des cartographies du risque sismique. On imagine des scénarios, on évalue les risques et les conséquences. Mais jamais on ne pense à inclure la prémonition des (pas si) bêtes.

Fréjus, 9 décembre 1959

Le barrage de Malpasset, construit en amont de la ville, cédera dans la soirée. À 21 h 13, tandis que certains habitants entendent « comme une sorte de grognement », un bruit assourdissant et des grincements de ferrailles, une vague viendra sous peu inonder la localité, emportant avec elle plus de 400 victimes. La totalité des chats avait déserté l’endroit, bien avant que n’advienne la catastrophe… La capacité auditive de l’homme varie de 20 et 20 000 Hz. Celle du félin peut percevoir une fréquence supérieure de 20 à 100 kHz… 

Sri Lanka, 26 décembre 2004

Il est 0 h 58. Un séisme dans l’océan Indien produit un terrible tsunami, qui va ravager l’île, pénétrant ses terres jusqu’à 3 kilomètres et recouvrant environ 300 hectares de terrain. Des vagues effrayantes balaient alors le paysage, faisant s’effondrer les immeubles et transformant chaque objet en projectile. Bilan : plus de 30 000 morts, près d’un million de sans-abri… Mais très peu de cadavres d’animaux sauvages. Et aucune trace des 200 éléphants du parc national de Yala, qui s’étaient mis en route il y a fort longtemps. Une prouesse réalisée grâce à leur capacité à détecter les infrasons émis par le déplacement des plaques continentales. En dessous de 20 Hz, et ce, à des centaines de kilomètres, les signaux qu’ils interceptent via leurs pattes remontent à leur cerveau…

Une fourmilière d’exemples

On pourrait continuer la liste : le 4 mars 1977, en Roumanie, c’est une heure avant que la terre ne tremble que les poules et les vaches ont tenté de s’enfuir. En 1954, à Orléansville, en Algérie, c’est un jour avant que la cité ne soit détruite par un séisme que les animaux domestiques l’ont quittée. Des témoins affirment qu’une heure avant que la bombe atomique ne vienne ravager Hiroshima, des centaines de chiens se sont réunis pour aboyer à la mort. Même constatation à Messine, en Italie, où un tremblement de terre a secoué la ville en 1908.

Idem dans les océans : des fugues soudaines de saumons apeurés, des vagues de baleines échouées sur les plages, des requins qui désertent leur lieu de vie présagent un grand bouleversement. Sur la terre, les serpents sortent de leur trou en cas de variation des champs magnétiques du sol. Les poules, les oies et les pigeons, selon certains chercheurs, auraient la capacité de détecter les émissions de gaz radioactifs. Ces émissions ont lieu lorsque les roches souterraines qui retiennent les gaz en profondeur se fendillent et se meuvent peu avant que la terre ne tremble. Enfin, dans les airs, les oiseaux prennent constamment leur envol avant une intempérie. Prévisionniste à Météo-France, François Gourand nous apprend qu’une brusque variation de la pression atmosphérique, couplée à un changement brutal de la force ou de la direction du vent, est annonciatrice d’une grosse tempête ou d’un ouragan. Des phénomènes progressifs, qui peuvent être prévenus trois à cinq jours à l’avance. Mais ce n’est pas le cas des orages ni des tornades, « seuls exemples très localisés, très rapides et à très petite échelle », ajoute le météorologue. Dans tous ces cas de figure, une connexion à mère Nature par le biais des bestioles n’est-elle pas envisageable ?

Des avis divergents

Du côté des chercheurs, c’est presque constamment le même son de cloche. « On en a entendu parler… mais rien n’a été prouvé. » Pour ce faire, il faudrait des budgets et des experts. On admet que certaines espèces, comme les abeilles, ont une sensibilité par rapport au champ magnétique terrestre. « Mais c’est une fonction de boussole, rien de plus. Il y a peut-être quelque chose, en tout cas rien de convaincant. » C’est « un vieux rêve, même », conclut Fabrice Cotton, Professeur à l’université Joseph-Fourier et sismologue à l’Institut des sciences de la terre de Grenoble. Lui « n’y croit pas une seule seconde ». Il évoque le cas des Chinois, qui ont beaucoup investi dans ce type de recherches pour peu de résultats. En effet, en 1975, la ville de Haicheng a été évacuée par les autorités après que des comportements anormaux chez les animaux furent constatés. Quelques semaines plus tard, un séisme de magnitude 7,3 sur l’échelle de Richter venait secouer la région. De nombreuses vies furent sauvées. L’année suivante, personne ne put pour autant prédire le tremblement de terre de Tangshan, qui causa la mort de plus de 200 000 personnes. Ainsi, à la fin des années 1990, les Chinois et les Japonais abandonnèrent peu à peu leurs travaux dans ce domaine.

Partant du constat qu’il y a manque de fiabilité de la part des animaux, la communauté scientifique ne souhaite donc pas s’investir davantage afin de passer à de l’opérationnel. Soit. Les dépenses continueront donc d’arriver après l’événement, une fois le cataclysme passé et les dégâts humains établis. Pour ce qui est des séismes, la protection parasismique demeurera la seule mesure, les systèmes d’alerte sont déjà mis en place. L’unique explication consiste à dire que les animaux ressentent les ondes P (les ondes primaires, moins énergétiques) – tout comme les dispositifs des professionnels, avant l’arrivée des ondes S (secondaires). Certes une fausse évacuation serait un risque, mais quitte à choisir… Sophie Lambotte, responsable du réseau national de surveillance sismique (ReNass), reste ferme : « On ne peut pas mettre quoi que ce soit en oeuvre avant d’avoir compris le mécanisme des animaux. Et puis la mise en place du suivi d’un animal s’avère complexe. » Et au ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, c’est silence radio.

Pourtant, certains ne réfutent pas totalement l’idée. « Il y a des informations perçues par les animaux, mais nous avons aussi ce que l’on appelle l’incertitude épistémique : une méconnaissance de leur mode de fonctionnement », rappelle Jean-Christophe Komorowski, pour qui mettre en place un système de prévention grâce aux animaux ne relève pas forcément de l’utopie : « On a bien entraîné des chiens à reconnaître des odeurs, des produits explosifs, ou à retrouver des êtres humains sous les décombres… » Alors, pourquoi ne pas se servir de cet instinct bestial pour prévenir des pertes humaines ?

LIRE le point de vue de Marie-Claude Bomsel 

 

Publié dans:ANIMAUX |on 24 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Légende des Couleurs

 

Rêve ta vie en couleur, c'est le secret du bonheur

légende des couleurs de l’arc en ciel

Il y a bien longtemps
Toutes les couleurs du monde ont commencé à lutter.
Chacune a voulu être la meilleure, la plus importante, la plus utile ou la plus aimée.

Le vert dit : « Naturellement, je suis le plus important. Je suis le symbole de la vie et de l’espoir. J’ai été choisi pour l’herbe, les arbres et les feuilles. Sans moi tout mourrait. Regardez les paysages alentour et vous saurez que j’ai raison. »

Le Bleu l’interrompit : Vous ne pensez qu’à la terre, mais regardez le ciel et la mer. C’est l’eau, qui est la base de toute vie et qui s’élève des profondeurs océanes jusqu’aux nuages. L’immensité du ciel prodigue la paix. Sans paix vous seriez beaucoup plus pauvre.

Mais le pourpre arrivé à maturité dit : Je suis la couleur de la force. Les ducs, les rois, les chefs de clan et les évêques ont choisi ma couleur, parce que je suis le symbole de l’autorité et de la sagesse. Personne n’hésite avec moi, tous écoutent et obéissent.

Le jaune rit sous cape : „Vous prenez tout trop au sérieux. J’apporte rire, joie et chaleur au monde. Le soleil est jaune, la lune est jaune, les étoiles sont jaunes et un tournesol apporte le rire au monde. Sans moi il n’y a plus de joie. «

Ensuite vint l’Orange se congratulant : „Je suis la couleur de la santé et du renouveau. Peut-être suis-je rare et précieux, parce que je sers tous les besoins de l’être humain. Je soutiens les vitamines les plus importantes, regardez les fruits. Je ne suis pas toujours et partout, mais quand je colore le ciel à l’aurore et au crépuscule, ma beauté est si grandiose que personne ne pense plus à vous

Finalement l’indigo pris la parole, plus tranquillement que les autres mais avec décision : „Pensez à moi. Je suis la couleur du silence. Vous tenez tous compte de moi, sans moi vous êtes superficiels. Je représente l’esprit, les idées et pensées, et les nuances. Vous avez besoin de moi pour équilibrer et contraster la vie. Pour vos croyances, pour vos moments tranquilles et votre paix intérieure. “

A ce moment le rouge n’y tenant plus s’écrie : „Je suis le chef, au-dessus de vous tous. Je suis le sang et la vie. Je suis la couleur du danger et du courage. Je suis le feu. Je suis aussi la couleur de la passion et de l’amour, des roses et du coquelicot. Sans moi la terre serait aussi morne que la lune.

Et les couleurs ont continué à se vanter, chacune convaincue de sa propre importance. La polémique grandissant tant et plus. Soudainement un éclair jaillit et le tonnerre gronda. Et la pluie tomba sur elles sans pitié et les couleurs se sont rassemblées pour se protéger.

La pluie s’est adressée à chacune des couleurs :„ « Vous toutes, stupides à lutter en essayant de surpasser l’autre. Vous ne savez pas que chacune d’entre vous a été créée pour une intention ? Chaque couleur est unique dans le monde et possède quelque chose de spécial. Serrez-vous la main et venez avec moi. »

Elles firent comme on le leur proposait. Elles se rencontrèrent et se donnèrent la main. La pluie leur dit: A partir de maintenant quand il pleuvra chacune d’entre vous se lèvera en arc dans le ciel, pour rappeler que vous pouvez vivre ensemble paisiblement.

L’arc-en-ciel est un signe d’espoir et de réconciliation. »

L’amitié est comme un arc-en-ciel – Rouge comme une pomme et tendre au cœur. Orange, comme une flamme brûlante qui ne sort jamais. Jaune comme le soleil, illuminant le jour. Verte, comme une plante, qui ne cesse de grandir. Bleu, comme l’eau si claire. Pourpre., comme une fleur commençant à fleurir et Indigo comme vos rêves remplissant votre cœur.

S’occuper d’amitié, ressemble à un arc-en-ciel.

Source > http://longbull13.wordpress.com/2011/02/16/legende-des-couleurs/

La force-pensée

téléchargement (3)

 

Le Psychisme Expérimental est intimement mêlé au Magnétisme. La Force-Pensée, ou (si l’on préfère) la concentration mentale, est forcément employée par l’opérateur tant en hypnotisme qu’en magnétisme. La pratique de la force-pensée est aussi appelée : Mentalisme ou Mentalisation. Mais nous allons voir que la force mentale est inséparable du magnétisme et que le terme : psychomagnétisme serait sans doute celui qui conviendrait le mieux à cette discipline.

Beaucoup de personnes se font une idée fausse du mental ; la pensée n’est pas une chose abstraite et purement immatérielle. Le Maître Jean Varagnat faisait très justement le départ entre l’idée et la pensée. L’idée est purement subjective et on ne peut se la représenter par une image mentale ; vous ne pouvez pas visualiser, c’est-à-dire en pensée, l’Idéal, la Spiritualité, la Rectitude, l’organisation, la pensée juste, la méchanceté, car ce sont des IDEES ; elles sont purement abstraites. La pensée, elle, est concrète et vous pouvez la voir mentalement ; par exemple : un ange, un chien, un juge, une route, un train, un diable. Notez donc bien cette différence car nous allons étudier ici, non les idées, mais la pensée.

Les pensées sont des choses tellement existantes qu’on a pu fréquemment les photographier. Et comme il n’est pas bon d’avancer ce qu’on ne peut démontrer, voici deux moyens de photographier la pensée. Il n’est pas certain que tout le monde puisse le faire, mais certains y ont réussi et vous le pouvez peut-être si vous êtes capable de maintenir votre pensée sur une image mentale nette pendant dix minutes, sans vous laisser distraire.

 Premier procédé : Dans un bain révélateur posez une plaque ou pellicule photographique, support au-dessus. Sur ce support posez le bout des doigts de l’une de vos mains ; sur le dos de cette main, posez le bout des doigts de l’autre main ; et sur le dos de cette deuxième main, posez votre front.

SANS VOUS LAISSER DISTRAIRE voyez mentalement un carré, ou un triangle, ou une bouteille, un aigle, une canne, etc… La « forme-pensée » doit se reproduire sur votre pellicule, plus ou moins nette suivant la netteté de votre vision mentale.  

Deuxième procédé : Posez sur votre front une pellicule enveloppée de son enveloppe de papier noir. Pendant dix à quinze minutes, visualisez votre image mentale. Développez votre pellicule comme une photographie ordinaire.

Les voyants (les vrais) voient les images mentales qu’ils appellent souvent : « clichés ». Vous aussi vous les voyez, mais vous ne vous rendez pas compte. Faites cette expérience : prenez votre stylo et une feuille de papier ; décrivez par écrit un de vos meubles, au choix, sans le voir. Maintenant, rendez-vous compte que si vous n’avez pas VU MENTALEMENT ce meuble, sa forme, sa couleur, les objets posés dessus, vous n’auriez jamais pu le décrire. Vous avez vu l’image mentale de votre meuble. De même vous vous représentez mentalement le visage de votre tante Adèle, votre chien, ou un paysage qui vous a plu pendant vos vacances.

Maintenant que vous savez ce qu’est une image mentale (ou forme-pensée) remarquez que ces images ne sont pas uniquement visuelles ; vous pouvez vous souvenir en imagination du son des cloches, du bruit des vagues déferlant sur une plage, de l’odeur du bois brûlé ou du parfum d’une rose. L’image peut être tactile : souvenez-vous de la sensation qu’avait votre main caressant le poil de votre chien ou un objet en cuivre, ce qui était bien différent. Maintenant, voici quelque chose de très important : essayez de vous souvenir de sensations cénesthésiques, par exemple : les sensations que vous avez dans vos muscles lorsque vous fléchissez les jambes, les bras.

Sachez maintenant ceci : c’est uniquement par le moyen des images mentales que s’exerce le pouvoir de la pensée, la force mentale. Et la force de la pensée est la FORCE LA PLUS PUISSANTE de l’Univers. Nous allons l’utiliser consciemment, nous entraîner, faire de l’athlétisme mental.

ENTRAINEMENT.

Soyez tout d’abord positifs ; si vous doutez de l’efficacité de ce que vous faites, vous agissez comme Pénélope qui défaisait la nuit ce quelle avait fait pendant la journée. Ayez confiance et vous obtiendrez ce que vous voulez. Comme le dit justement Richard Ingalese : « Otez-vous de l’idée que Dieu vous récompense parce que vous êtes bon ; vous obtenez ce que vous voulez parce que vous utilisez une Loi de l’Univers ; Dieu lui-même ne pourrait s’y opposer car ce serait annuler ses propres créations ». Toute image mentale, vitalisée et entretenue, se réalisera tôt ou tard dans le monde objectif. Si, par conséquent, vous visualisez une image mentale de vous-même, heureux et en bonne santé, vous vous préparez un avenir de bonheur et de santé. Bien sûr, s’il vous manque un bras, il serait fou de visualiser qu’il repousse. Mais des hommes grisonnants ont fait reprendre à leurs cheveux leur teinte naturelle, des personnes ont effacé peu à peu leurs rides, des femmes ont modifié leurs formes, de nombreux malades se sont guéris.

Inutile de préciser que le malade qui se complait à imaginer et à raconter ses malaises, s’enfonce inexorablement dans sa maladie.

Lorsque vous voyez un athlète soulever des haltères de cent cinquante kilos, vous comprenez de suite que c’est là le résultat d’un long entraînement. Il en est de même du sport mental ; entraînez -vous progressivement à obtenir de petits résultats. Peu à peu vous en obtiendrez de merveilleux.

Premier exercice : Sur un papier blanc, écrivez en noir, et en grande majuscule d’imprimerie la première lettre de votre prénom. Regardez-là intensément… Fermez les yeux et MENTALEMENT voyez-la en lettre lumineuse sur un fond noir.

Exercez-vous jusqu’à ce que vous puissiez la voir nettement. Ajoutez-y alors la deuxième lettre de votre prénom… et ainsi de suite jusqu’à ce que vous puissiez voir briller sous vos paupières closes votre prénom entier.

Deuxième exercice : Commodément installé, regardez (yeux ouverts) une surface unie, le plafond par exemple, et visualisez que vous voyez votre prénom s’y inscrire en lettres rouges.

Troisième exercice : Placez devant vous une statuette ou un bibelot que vous connaissez bien. Regardez-le bien… Fermez les yeux et revoyez-le mentalement. Puis voyez-le tourner lentement sur lui-même…

Quatrième exercice : Reprenez votre statuette. Les yeux ouverts, visualisez-la posée sur un meuble où elle ne se trouve pas.

Cinquième exercice : Contemplez une photographie représentant un paysage. Fermez les yeux et reconstruisez mentalement ce paysage, pièce par pièce : cet arbre au premier plan… cette petite maison plus loin… la campagne… le ciel. Regardez à nouveau votre photographie ; notez ce que vous avez oublié. Et recommencez !

Sixième exercice : Les yeux fermés, imaginez que vous êtes assis devant le paysage que vous avez créé mentalement. VOYEZ-le bien. ENTENDEZ le chant d’un oiseau et le murmure de l’eau qui coule. SENTEZ le parfum des plantes, le souffle du vent sur votre visage. En imagination levez vous et SENTEZ vous vous dresser sur vos jambes, marchez en sentant bien le jeu de vos muscles.

Cet exercice est très important. Il faut vous y entraîner souvent. Le soir, au lit, visualisez que vous vous levez, vous sortez de votre chambre, de votre maison ; vous marchez dans la rue… ; vous vous envolez dans l’espace.

Vous pouvez ensuite visualiser que, à travers murs ou portes, vous arrivez dans la chambre d’un malade que vous connaissez. Etendant vos mains vers lui vous projetez en lui votre fluide magnétique sous forme d’un rayon de lumière blanche. Entendez-vous lui suggérez à haute voix qu’il se guérit.

La pratique quotidienne de cet exercice, toujours sur le même malade, peut le guérir et le soulagera certainement.

Si possible, persévérez dans cet exercice, chaque jour, pendant des mois. Un jour vous aurez la surprise de vous trouver OBJECTIVEMENT HORS DE VOTRE CORPS PHYSIQUE. Ce phénomène appelé « dédoublement » ou « sortie en astral » est le point culminant de l’Art Psychique et fait de vous un INITIE.

Septième exercice : Contemplez longuement la photographie d’une personne… Fermez les yeux et visualisez le visage de cette personne… Entraînez-vous bien. A partir du moment où vous voyez nettement l’image d’une personne, vous êtes en rapport psychique avec elle. Répétez-lui X fois la même suggestion : qu’elle se porte de mieux en mieux, par exemple. Si elle n’en a pas conscience soyez certain que son Inconscient reçoit et enregistre votre message. Essayez donc par ce moyen de suggérer de vous écrire à un ami dont vous êtes sans nouvelles ; le temps que vous mettrez à obtenir un résultat vous donnera la mesure de votre force.

Huitième exercice : Confortablement installé dans une salle où vous êtes seul, les yeux ouverts, visualisez que la porte s’ouvre, que X… entre en souriant et vous dit bonjour…

Neuvième exercice : Reprenez l’exercice 8. Votre ami X… qui vient de vous dire bonjour, vous dit qu’il souffre (par exemple) de l’estomac. ALORS LEVEZ-VOUS, faites-le s’asseoir sur une chaise.

Magnétisez longuement l’image mentale de X… assis sur cette chaise, en lui suggérant que sa douleur diminue et disparaît… Entendez-le vous dire qu’il est guéri et voyez cette image partir (pour aller se fondre dans le corps matériel de X…).

A lire dans : Cours pratique de magnétisme expérimental de Marcel FOLENA

http://api.ning.com/files/S6leBpJ8ovC7*5jgeYmvIxrQA*w**bELoImwzwrqrt0mJR5vIA0BtVvu4cggty8*kQ0YOly0L89dDh0M6FV8zpG0*befHWnV/2_frenchmarcel_folena__cours_pratique_de_magntisme_exprimental__xxxx__39ppfrenchspirite.free.fr2.pdf

Publié dans:PENSEE, POUVOIR |on 23 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Comment magnétiser l’eau

 

téléchargement (1)a) Dans une bouteille : le verre arrête le courant électrique mais pas le magnétisme. Vous magnétisez donc l’eau à travers la paroi de la bouteille en faisant des « passes longues » c’est-à-dire que vous portez le bout de vos doigts de chaque côté de la bouteille, près du goulot, et vous descendez jusqu’en bas, frôlant le verre de vos doigts et pensant, visualisant, le jet de fluide jaillissant de vos doigts, pénétrant et illuminant l’eau. Dix à quinze minutes suffisent pour un litre d’eau.

b) Dans un verre : vous pouvez procéder de la même façon, mais certains prennent le fond du verre dans la main gauche et magnétisent l’eau en envoyant le fluide par la main droite posée au-dessus de la surface de l’eau.

II est excellent de boire chaque soir, par exemple, un verre d’eau magnétisée. Parfois il est utile de joindre à votre fluide une force pensée.

On peut faire des quantités de magnétophores : carrés de papier magnétisés que votre protégé portera sur lui (sur le plexus solaire ou sur l’endroit malade), coton hydrophile, maillot de corps, slips, genouillères magnétisées, etc., etc. Un magnétiseur que je connais bien magnétise des carrés de ouate, tout simplement en les gardant quelques heures fixés sur son plexus solaire.

Ceci nous amène à un véritable « secret magique ». Tout fragment de vous-même, éloigné de vous, reste relié à vous fluidiquement, et en le magnétisant on vous magnétise. Aussi pouvez-vous influencer magnétiquement une personne qui se trouve à 10 000 kilomètres de vous en magnétisant une mèche de cheveux, un linge taché de son sang, un bout de buvard imprégné de sa salive, etc. etc.

Mais le plus beau c’est le travail sur photographie et… sur le « fantôme visualisé » de la personne visée.

A lire dans : Cours pratique de magnétisme expérimental de Marcel FOLENA

http://api.ning.com/files/S6leBpJ8ovC7*5jgeYmvIxrQA*w**bELoImwzwrqrt0mJR5vIA0BtVvu4cggty8*kQ0YOly0L89dDh0M6FV8zpG0*befHWnV/2_frenchmarcel_folena__cours_pratique_de_magntisme_exprimental__xxxx__39ppfrenchspirite.free.fr2.pdf

Publié dans:NATURE, POUVOIR |on 23 mars, 2014 |Pas de commentaires »

On ne meurt jamais

10

 

La vie ne s’arrête jamais. Elle est courbe. Elle est même sphérique. Il ne s’y trouve pas de point fixe. Pas de ligne droite découpable en segments, mesurable à point nommé. Mais un flot continu. Un torrent silencieux d’énergie circulaire. Une danse, une ronde. Une rayonnance qui respire. Se gonfle, se retire. Avance, recule. Rapidement. Lentement. Éternellement.

Je ne meurs jamais. le corps que je porte, je m’en dévêts un jour, une fois pour toutes, après les nombreuses mini-morts d’heure en heure, de ces millions de cellules qui tombent comme feuilles d’automne. Mourir, ce n’est pas « rendre l’âme » comme si le corps « avait une âme », mais rendre le corps. (La « dépouille » mortelle exprime d’ailleurs cette idée.) Comme si on s’allégeait pour entrer dans la mer. Je porte ce corps comme une robe, un coquillage que j’abandonne. Je me déleste d’un poids pour monter comme la flamme. D’un caisson, pour éclater comme un obus.

Ceux qui durant cette vie pratiquent la sortie du corps (OBEout-of-body experience), soit systématiquement, comme cela se faisait à l’époque des mystères initiatique de l’Égypte, d’Éleusis ou au Tibet; et de nos jours au laboratoire du business-man Robert Monroe, soit spontanément comme des milliers de personnes qui se voient en train de regarder leur corps immobilisé par un accident, par une maladie ou simplement par la fatigue, ces personnes ne craignent plus de mourir, puisqu’elles y sont passées bien souvent de façon consciente et se sont vues détachées du corps, tout en maintenant une conscience et une mobilité plus vaste et plus vives, qu’à aucun autre moment de leur vie.

Les recherches récentes sur la mort s’insèrent dans la grande montée de la surconscience, qui s’est manifesté tout d’abord par les perçées de la Beat Generation (années 50), suivies par les explorations psychédéliques des hippies, qui ensemble déclenchèrent l’avalanche contreculture — Slater, Roszak, Reich, Dylan, Hendrix, Beaz, Leary, Ram Dass, Berrigan, Keen, les Beatles, les « encounter groups », le groupe d’Esalen, le groupe New Dimensions, Findhorn, Whole Earth, et la cascade de cultes et de gourous: les New Religions de Needleman, qui ont envahi l’Amérique et l’europe.

Cette effervescence qui ressemble bien à une gestation, à l’annonciation d’une nouvelle naissance, produisit, après ces sorties plutôt agressives et désordonnées (mais sans doute nécessaires), une soudaine rentrée en soi-même — faisant suite au retour des vétérans du Viet-Nam et au repliement-sur-soi de l’affaire Watergate. La rentrée en soi-même, la méditation, les études sur la conscience sont maintenant pratiquées sur une large échelle et pénètrent même laboratoires et prisons d’Amérique, entraînant à leur suite de nombreux chercheurs européens.

Rien d’étonnant à ce que l’inquiétude devant une survivance dramatiquement menacée par les excès croissants de la cupidité humaine et son insensibilité aux écosystèmes, se soit transformée en une méditation sérieuse sur la précarité de la vie et le rôle de l’homme dans l’univers. La bombe et ses séquelles ont fait explosé les mythes de l’homme moderne — son droit au stockage et au forage illimité, la valeur d’un progrès continu, la solidité de la science, le nationalisme comme source de grandeur, la maîtrise universelle de l’homme — sa supériorité, en somme.

Même les courses à la conquête de l’espace n’ont pas réussi à leurrer l’homme. Ces excursions ressemblent de plus en plus à ce que les alcooliques appellent une « cure géographique » – « si je pouvais seulement aller vivre à Vancouver ou à Hawaï, là je pourrais enfin me débarrasser de mon problème. »

Désormais, la vraie libération ne peut être qu’intérieure, parce que c’est là que se rencontrent les limites de l’homme à la racine de tous ses comportements de surface. Il fallait sans doute passer (felix culpa) par ces excès industriels, technologiques et militaires, pour retrouver les fondements de l’harmonie personnelle et sociale, pour être forcé de revenir à l’essentiel. Car l’intériorisation, la reprise de soi, le travail sur soi-même, ne sont plus de simples loisirs de dilettante, ils sont désormais des nécessités radicales. C’est toute la terre qui est prise dans un même réseau de conflits. Or, c’est en l’homme que se trouvent tout d’abord ces conflits et les situations extérieures — on l’a bien compris — en sont le reflet exact.

Une des étapes les plus importantes de cette intériorisation est la démythisation de la mort. Nous qui persistons à grimer nos morts pour qu’ils aient toujours l’air d’être vivants (nous n’acceptons pas de regarder la mort en face, c’est le cas de le dire), nous nous apercevons que cette mascarade n’est plus nécessaire, nos craintes de la mort étaient inutiles. Nous n’avions rien compris. (Peut-être n’est-ce là que le symbole de tout ce jeu illusoire que nous appelons si fièrement notre culture, ce système de croyances, cette maya dont il ne faut jamais « vendre la mèche », sans quoi tout s’écroulerait de cette belle façade de pièce montée.)

Nous avons découvert, ce que quantité d’individus connaissaient sans oser l’avouer publiquement et ce qu’avaient identifié et cartographié les traditions les plus anciennes et les plus sûres, que la mort n’est pas souffrante, qu’elle est belle, qu’elle est une immense joie, une libération, une re-naissance, une rentrée, le congé essentiel. Les Tibétains dans leur Livres des Morts nous avaient déjà appris que les phantasmes ou apparitions que rencontre le mourant dans l’au-delà — sous forme de démons ou de dieux — ne sont en réalité que des projections du mental, dont les désirs, craintes et regrets n’ont pas encore achevé leurs cours. On s’est aperçu que ceux qui « voient » le monde démoniaque ou en sont « attaqués » sont tout d’abord et seulement des gens qui croient à ces choses comme à des réalités objectives. Notre peur de l’enfer, des démons, du jugement a changé de sens: c’est de nous, comme le fil sortant de l’araignée, que sortent tous ces concepts. Non pas qu’ils soient irréels (l’enfer, c’est la souffrance bien réelle de celui qui dans l’au-delà endure en détail, à partir du point de vue de ses victimes, tout le mal qu’il leur a fait), mais leur réalité est liée à notre degré de conscience qui est en fait l’univers qu’il projette.

On s’est aperçu que ce n’est pas la mort qui est souffrante, mais la naissance. Que la mort n’est pas le pôle qui s’oppose à la vie, mais à la naissance — le tout étant LA VIE avec ses entrées et sorties sur la scène du visible. Le grand avantage qui résulte de la nouvelle conscience de la mort, c’est qu’elle a perdu son aspect tragique, qu’elle reprend sa vraie place.

On ne peut s’identifier au corps, après ce que nous a appris la « sortie du corps » (OBE) où la conscience est non seulement détachée de celui-ci (quoiqu’il y ait un lien — le fil d’argent — entre le corps astral, qui habille la conscience, et le corps étendu sur le lit), mais où cette conscience est incomparablement plus claire, plus libre, plus universelle et plus heureuse. Il apparaît alors évident à l’expérimentateur que c’est vraiment cela que l’on est – plutôt que ce corps que l’on peut « discarter », sans perdre la conscience totale. On découvre que l’on n’est pas son corps, comme d’ailleurs nous le rappelaient les plus anciennes sagesses. En fait, la libération pour la tradition la plus ancienne, la védantique, éminemment représentée par Ramana Maharshi, consiste à se libérer de toute identification au corps. Le libéré-vivant (jivan-mukta) c’est celui qui réalise, qui traduit dans tout son être, cette évidence: « je ne suis pas mom corps ».

Pour un tel être, la mort n’a plus de surprises, pas plus qu’elle n’a d’importance: le « départ » est déjà intégré, le détachement déjà assumé. Rien de nouveau ne peut lui faire perdre son équilibre. Cet être est au-delà de la mort, de la mort de son ego. Il est ressuscité. D’une résurrection qui consiste à naître au niveau spirituel (la Seconde Naissance, le deux-fois né, le dvija du Véda), à devenir conscient de sa dimension éternelle, à en vivre comme de l’unique nourriture. La résurrection est une réalité spirituelle – la réalité spirituelle, sinon la Réalité tout court. Elle est signifié par les symboles suivants: le nouvel homme (par rapport au vieil homme), le Christ en nous, l’ « esprit » de saint Paul par rapport à la « chair », le Vide ou le Néant de Jean de la Croix et d’Eckhart, le tao de la tradition chinoise, le nirvana (l’extinction du feu) du bouddhisme, le jivan-mukta et l’atman de l’hindouisme, le fana-baka du soufisme, le tiferet de la kabbale. On y entre par la purification, l’ascèse, le baptême, la metanoia (qui veut dire l’acte de transcender la pensée, plutôt que de renvoyer tout d’abord à un changement moral).

Pour quelqu’un qui est ressuscité ici-bas — qui selon l’expression évangélique à la vie éternelle (réalité transcendant espace et temps, donc dans l’ici-maintenant), c’est-à-dire quelqu’un qui est en vie éternellement, il n’y a plus de crainte de la mort ni d’intérêt à reprendre un corps tel qu’il est connu ici-bas. Aussi, la tradition chrétienne ne voit-elle pas la « résurrection du corps » comme la reprise du même corps, mais plutôt comme l’assomption d’un corps spirituel (ou « de gloire »), qui n’est plus soumis aux limitations habituelles, puisqu’il peut à volonté traverser la matière et disparaître, mais plutôt doué de propriétés que l’on ne reconnaît pas aux corps physiques grossiers. Sans doute que le corps de la Transfiguration et celui du Ressuscité s’apparentent moins au corps physique qu’au corps astral, avec tous ses dons de légèreté, de transparence, de fluidité, d’incandescence, de liberté absolue et de joie parfaite.

Ainsi, la Voie peut être dite le cheminement de la Vie à l’intérieur de la mort, puisque la vie courante est une espèce de mort lente, multiple et continuelle dans sa variété. Cheminer sur la Voie, c’est apprendre à mourir, non pas tout d’abord physiquement, mais dans son coeur, dans ses attaches, dans son ego. Le je doit mourir , sans qu’on ait pour autant à le tuer, mais « de sa belle mort », en cultivant l’attention, l’éveil, la conscience de plus en plus envahissante et centrale.

téléchargement (3)Et en faisant cela, en vivant cette seconde qui passe, en l’acceptant pleinement, comme si c’était la dernière, on se préparera aussi, bien sûr, au dernier instant sur terre, qui est, selon le bouddhisme et d’autres traditions, le moment clé de la vie. Car l’habitude de vivre dans cet éveil constant ne se perd plus au-delà d’un certain seuil. En effet, selon le dicton populaire: « On meurt comme on a vécu ». Mais, contrairement à ce qui est cru, cela veut dire non pas que le moment de la mort fait la moyenne de la vie, mais qu’en mourant, l’esprit va là où l’habitude est la plus forte, où la pente est la plus naturelle.

Placide Gaboury http://placidegaboury.com/

Publié dans:La MORT |on 22 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Le rappel à soi

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=CqmSQI_o8UE#t=113

avec Placide Gaboury 

téléchargement (3)Une dizaine des livres écrits entre 1972 et 1990 sont dédiés à la pensée du courant New Age, reprenant ses grands thèmes de prédilection . Mais en 1990, il prend ses distances avec ce courant qu’il dénonce alors, comme « une foire spectaculaire, un marché aux évasions » où les adeptes seraient « empêtrés dans des recettes de pacotille ». Sa vision de la spiritualité lui fait dire que « toute croissance implique une souffrance » et que « les gens du New Age sont de grands bébés qui veulent atteindre au bonheur sans souffrance ». Il critique également sévèrement la pensée positive, qu’il voit comme un instrument de l’ego qui voudrait créer la présence divine.

Publié dans:AME, VIDEOS à voir |on 22 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Un pied dans l’au delà

 

 

avec Placide Gaboury 

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=4-67_VgpefM

 

Placide Gaboury quitte Montréal pour s’établir à Sainte-Ursule en Mauricie pour y fonder le Centre Placide Gaboury. Il a écrit 60 livres en 40 ans et signé des articles traitants de sujets divers dans de nombreux journaux et revues. Ensuite, il a été conférencier tant au Canada, au Québec qu’en Europe. Il se présente comme un « éducateur de l’âme ».

téléchargement (1)

Publié dans:ESPRITS, VIDEOS à voir |on 22 mars, 2014 |Pas de commentaires »

Outils de protection contre les Ténèbres

 

images (2)J’ai parfois l’impression que le Monde des Ténèbres est partout, prêt à bondir à la moindre occasion. Malheureusement, j’exagère à peine. Mais voici la bonne nouvelle ; nous les entités blanches, nous pouvons gagner. Le Monde des Ténèbres est déjà affaibli parce qu’il a tourné le dos à Dieu, alors que nous, nous sommes tournés vers Lui, et ses astuces ne sont pas si effrayantes lorsque nous les examinons à la lumière du jour, lorsque nous en parlons et lorsque nous les combattons ensemble.

Le premier outil de Protection contre le Monde des Ténèbres, le plus fort et le plus puissant est l’amour et l’amour de Dieu, et le fait de se dire tous les jours : « Personne d’autre que moi n’est ou ne sera jamais un intermédiaire entre Dieu et moi ».

Le second :  ne renoncez jamais à votre libre arbitre, à votre esprit ou à votre sens commun : Ce sont des dons précieux que vous a donné un Dieu aimant et généreux, qui devrait toujours être la première et la dernière personne vers qui vous devriez vous tourner pour obtenir une réponse.

Les Outils de Protection suivants ne sont pas classés selon un ordre particulier et aucun d’entre eux n’est plus puissant qu’un autre. Utilisez celui ou ceux qui vous plaisent le plus, mais sachez que plus vous en utiliserez, mieux ce sera. Vous pouvez y avoir recours à toute heure du jour ou de la nuit. Pour ma part, je préfère le matin tandis que je me prépare à entreprendre ma journée et le soir avant de me mettre au lit, mais choisissez le moment qui vous convient le mieux. Prenez l’habitude d’utiliser vos Outils de Protection, jusqu’à ce que vous en veniez à un point où vous vous sentirez nu sans eux.

Si vous doutez de leur efficacité, faites-moi plaisir et essayez-les pendant une semaine ou deux. Il ne vous en coûtera rien et cela ne peut certainement pas vous faire de mal. Mais s’il y aune excuse qui ne prend pas avec moi, c’est bien celle du manque de temps. Si vous prenez cinq minutes pour vous raser, dis minutes pour vous maquiller, quinze minutes pour vous coiffer et vingt minutes pour choisir ce que vous allez porter et vous habiller, vous avez certainement deux minutes pour vous protéger du Monde des Ténèbres et de son énergie négative pendant toute la journée.

LE CERCLE DE MIROIRS. Imaginez que vous êtes au milieu d’un cercle parfait composé de miroirs, tous plus grands que vous, leur côté réfléchissant tourné vers l’extérieur. Les entités blanches seront attirées par les miroirs, tandis que les entités des Ténèbres seront repoussées par ceux-ci et vous éviteront.

LA BULLE DE LUMIERE BLANCHE. Même si vous devriez toujours demander à être entouré de la blanche lumière de l’Esprit Saint, voici une image qui rend cette opération plus facile à imaginer. Si vous avez vu le film Le Magicien d’Oz, vous vous souvenez sûrement de Glenda, la Bonne Sorcière du Nord, qui se déplace d’un endroit à un autre à l’intérieur d’une magnifique bulle transparente. Essayez de vous déplacer de la même manière au cours de la journée, c’est à dire, à l’intérieur d’une bulle transparente faite de la blanche lumière de l’Esprit Saint, et vous remarquerez que les entités des Ténèbres n’oseront même plus vous approcher. Il y a une autre scène de ce film qui peut vous aider à garder le Monde des Ténèbres à distance. Lorsque Glenda doit affronter la Méchante Sorcière de l’Ouest, elle lui dit d’un ton sans appel : « Tu n’as aucun pouvoir ici. Allez, va-t-en ! » En silence, projetez cette pensée vers les gens qui sont selon vous des entités des Ténèbres. Vous serez étonné par l’efficacité de cet Outil qui vous rappellera votre propre pouvoir, tout en diminuant le leur, et ce, sans que vous ayez à prononcer une seule parole.

L’EPEE D’OR. Imaginez une longue épée, puissante et dorée, munie d’une garde magnifiquement ornée et incrustée de bijoux resplendissants. Tenez l’épée devant vous afin que la garde forme une croix au niveau de votre « troisième œil », au centre et un peu au-dessus de vos sourcils. Imaginez que la lame s’étire pour former un puissant bouclier protégeant tout votre corps, intimidant et repoussant les entités des Ténèbres, ces éternels froussards.

LES FILETS D’OR ET D’ARGENT. Créer dans votre esprit l’image d’un filet de pêcheur, tissé de filandres d’or et d’argent, solide mais léger comme l’air, resplendissant de la blanche lumière de l’Esprit Saint. Enveloppez-vous dans ce filet afin qu’il vous couvre et vous protège des pieds à la tête grâce à sa lumière divine. Lors de vos déplacements durant la journée, jetez un même filet d’or et d’argent sur les entités des Ténèbres que vous croiserez, pour les bénir et les contenir et neutraliser tous leurs pouvoirs.

LE DOME DE LUMIERE. Imaginez un magnifique dôme, avec ses murs parfaitement ronds et son plafond fait de l’éclatante lumière blanche de l’Esprit Saint. Imaginez que vous êtes à l’intérieur du dôme avec tous ceux que vous aimez ; vous êtes en sécurité, au chaud, vous délectant de l’amour de Dieu qui vous protège des Ténèbres et de la négativité.

Pour vous montrer à quel point le Dôme le Lumière est pratique et efficace, laissez-moi vous raconter une petite anecdote. Je me trouvais récemment à un cocktail donné en l’honneur d’un ami à mi qui se trouve à être psychologue. Pendant la soirée, je sentis parmi nous la présence d’une entité des Ténèbres, un ignoble opportuniste convaincu que ces gens s’étaient réunis uniquement pour servir ses propres intérêts. Tandis que je l’observais, mon ami se mit à ronchonner et se plaignit ouvertement qu’il allait être difficile de rester poli avec ce détestable imposteur. Je lui répondis : « Ce n’est pas nécessaire. Il ne s’approchera pas de nous ». Et en disant cela je nous enveloppai tous deux de la blanche lumière de Dieu. Il y avait au moins trente personnes à ce cocktail. L’entité des Ténèbres importuna sans arrêt vingt-huit d’entre elles. Quant à mon ami et moi, elle n’osa pas franchir de toute la soirée les cinq mètre qui nous séparaient d’elle.

J’adore le Dôme de Lumière !

De jour comme de nuit, tout au long de votre vie, cherchez d’autres entités blanches et suivez ensemble, en sécurité et protégés contre la négativité du Monde des Ténèbres, le chemin qui mène à La Maison.

Extrait du livre : Aller-retour dans l’Au-delà de Sylvia Browne, aux éditions ADA – pages 249

 

Publié dans:POSSESSION, POUVOIR |on 20 mars, 2014 |Pas de commentaires »
123

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3