Archive pour le 9 février, 2014

NOS PRIORITES : FAIRE – AVOIR – ETRE

147F97B9E7D74EFAE82F4160523ECB_h498_w598_m2

Quand nous vous parlons de votre mission, vous pensez tout de suite à ce qu’il faut faire, car vous avez été élevés dans la conviction que seul le « faire » a de l’importance….

Pourtant, entre FAIRE – AVOIR – ETRE, dans les Nouvelles Energies, c’est ce dernier le plus important. Il est le seul qui ne disparaît pas, le seul que vous emporterez avec vous dans n’importe quelle dimension, sur n’importe quel plan où vous irez. Sur votre plan, et en mettant de côté ceux qui ne pensent qu’à avoir, à amasser des richesses matérielles en soumettant les plus faibles, qui semblent très puissants mais ne sont pas si nombreux, on vous a apprise puis des millénaires qu’il fallait « faire », travailler beaucoup, courir tout le temps du bureau, de l’usine ou du chantier vers la maison et vice-versa. Cela s’est accentué au point que, de nos jours, la plupart des êtres ont une vie inhumaine. Ils sont esclaves et ne s’en aperçoivent pas. Ou bien ils s’en rendent compte mais ignorent comment sortir de ce cercle infernal.

Je connais les hommes et les femmes qui, lorsqu’ils se trouvent inactifs pendant quelques instants, éprouvent une inquiétude, voire une sorte de remords, comme s’ils n’en avaient pas le droit.  Nous ne vous conseillons pas de quitter votre travail sur un coup de tête, de laisser votre famille mourir de faim, de rompre vos engagements. Mais de grâce, changez vos priorités, si vous comprenez, si votre cœur vous dit que, dans la trilogie ci-dessus, c’est ETRE le plus important.

Voyez-vous, l’AVOIR est le plus aléatoire. Il n’est même pas sûr qu’en quittant cette Terre vous le laisserez à vos proches. N’oubliez pas que vous vivez sur une planète en mutation.  Quant au FAIRE, il n’a d’importance que dans la mesure où il se compose d’expériences qui s’intégreront à votre Etre et l’enrichiront. Surtout si vous savez tirer les leçons de chacune de ces expériences. Faites donc ce que vous avez envie de faire, ce que votre Soi profond vous conseille. Honorez vos engagements humains. Guérissez si vous vous sentez guérisseurs, que ce soit des corps physiques ou des corps subtils. Apportez la bonne nouvelle de l’Ascension de la Terre et de l’Humanité au plus grand nombre, si vous êtes convaincus que telle est votre mission. Eclairez ceux qui sont dans l’ombre et l’incertitude. Occupez-vous d’enfants, de sinistrés, d’égarés ou de toute sorte d’êtres affaiblis et fragilisés, si cela vous donne satisfaction. Vous serez bénis pour cela.

Pourtant, n’oubliez jamais que ce qui compte avant tout est ce que vous ETES dans votre âme et dans votre cœur. Et que, même si vous ne pratiquez aucune action d’éclat, vous pouvez rayonner votre Lumière sur toute la Terre et plus loin encore, et vous serez également bénis. Ce message,  je l’avais donné à un canal il y a quelques mois déjà. Mais ce canal, étant relié aux Maîtres, s’entretenant avec nous depuis peu de temps, n’a pas osé le présenter à son groupe sous mon nom, pris par une de ces considérations inhérentes à votre 3ème dimension : que seuls les plus anciens ( ?) auraient le droit de transmettre les messages des Etres de Lumière. Alors il le passa à ses proches sous son propre nom.

Ceci aurait pu être pris pour de l’orgueil par quelqu’un situé sur le même plan que le cana. Cependant nous, sur notre plan, avons bien compris ses doutes et ses scrupules. Il ne s’agissait pas de se faire passer pour un sage, mais bien de ne pas attribuer à un Maître des propos qui pourraient, tout compte fait, venir de lui-même. Notre avantage dans ces cas c’est de voir les êtres tels qu’ils sont et non point tels que les jugent leurs semblables. Et voilà que ceci nous conduit  ouvrir une parenthèse destinée à ceux qui nous canalisent, surtout aux timides et aux néophytes. Le fait que nous ne fassions pas dire à un canal la moindre phrase avec laquelle son soi profond ne soit pas entièrement d’accord le porte souvent à croire qu’ils ne canalisent qu’eux-mêmes. Qu’ils se rassurent. Avec un peu de pratique, ils apprendront à reconnaître nos énergies et jusqu’à savoir d’emblée quel Maître ou Etre de Lumière les sollicite. Et s’il leur arrive de canaliser ‘seulement » leur soi supérieur, n’est-ce pas déjà merveilleux ? N’est-il pas, cet Etre de Lumière qui les habite, un sage et un ange ?

Le canal en question a fait du chemin depuis. Il a accepté de « désapprendre » la plupart de ses préjugés. Et comme « punition » pour cet excès d’humilité, il se voit aujourd’hui invité à rendre l’incident public, sans rien omettre. C’est ainsi que nous nous vengeons, nous, sur les Plans Célestes, en vous rendant votre estime de vous-mêmes.

J’avais dit à celle qui rédige ces lignes que le chemin qu’elle a mis 50 ans à parcourir, d’autres pourront maintenant le franchir en 5 ans, ou en 5 mois, peut-être en 5 jours, s’ils sont vraiment prêts. Elle avait compris à l’époque que je parlais des énergies cosmiques qui descendent sur la Terre à un rythme de plus en plus rapide. Plus tard, après réflexion, sa compréhension élevée à un autre niveau, elle saisit encore un deuxième sens à mes paroles. Car je voulais dire aussi que ceux qui se sont déjà éveillés ou s’éveillent en ce moment, de toute façon ceux qui s’intéressent à des œuvres comme celle-ci, sont des pionniers. Ils se sont enfoncés en pays inconnu, sur des terres semées d’embûches, afin d’ouvrir des routes, de jeter des ponts pour ceux qui vont suivre. Ils sont encore en train de déblayer, de construire pour que tous les autres humains puissent avancer cite et sans trop de peine. Et pour cela nous les appelons Artisans ou Travailleurs de la Lumière, parfois même Guerriers de la Lumière, bien que leur seule arme, leur épée, soit faite d’AMOUR.

Ne vous inquiétez pas si votre place dans la société humaine est effacée. L’important est que vous exécutiez les tâches qui vous sont dévolues, même les plus humbles, dans l’amour. Si vous balayez les rues, dites-vous qu’en le faisant en conscience, en sachant que vous contribuez ainsi à la propreté de votre ville ou de votre village, au bien-être et à la santé des citoyens, vous réalisez une œuvre de Lumière et vous êtes respectés et aimés.  Vous faites partie de ce groupe venu au monde pour guider les autres, sans tapage, sans haranguer les foules en étant simplement Lumière et en rayonnant cette Lumière autour de vous, en offrant ce que vous êtes au collectif de l’humanité. C’est cela qui vous rend aussi précieux aux yeux des Maîtres. Pas que vous soyez supérieurs au reste des humains. Non. Tout être est l’Enfant Divin et prendra un jour ou l’autre le chemin du retour vers son vrai Foyer.

Cependant, vous avez accepté cette mission, ce travail d’Amour que vous seuls pouvez réaliser. Vous êtes les relais du Ciel auprès de vos frères et sœurs. Vous êtes nos relais, et à travers vous nous pouvons œuvrer ce qui n’était pas le cas il ya seulement une centaine d’années de votre temps. Peu importe dans quelle enveloppe charnelle vous vous trouvez. Peu importe que votre entourage, ou même le monde entier, ne vous comprenne pas et ne vous aime pas. Les êtres n’aiment pas souvent ce qu’ils ne peuvent pas comprendre. L’univers tout entier vous aime, vous admire et vous respecte. N’est-ce pas suffisant ? Que demander de plus ?

J’espère que, dorénavant, vous vous aimerez davantage, vous rendrez grâce chaque jour à ce que vous êtes, à toutes les épreuves et soi-disant échecs de votre vie, de vos vies, puisque tout cela vous a conduits à ce moment où vous commencez à remplir votre mission. Vous êtes des Etres de Lumière enfermés dans un petit corps physique. Vous vous êtes ainsi limités par amour pour votre Père/Mère/Créateur, pour le Monde Divin, pour l’Humanité et pour la Terre. Je m’incline et tous les Maîtres Ascensionnés avec moi, devant l’Etre grandiose qui vit en vous, qui EST vous.

 

Extrait de Le Temps des Maîtres – transmis par Marlice d’Allance 2012

Publié dans:AMOUR, CHANNELING, LUMIERE |on 9 février, 2014 |Pas de commentaires »

Marie Madeleine et Simon Pierre

téléchargement (5)

Simon Pierre leur dit : que mariam sorte de chez nous car les femmes ne sont pas dignes de la vie a dit jésus voici que je l’attirerai afin qu’elle devienne mâle pour qu’elle aussi soit un esprit vivant semblable à vous mâles car toute femme qui se fera mâle entrera dans le royaume des cieux

Le dernier logion de cet évangile remarquable témoigne d’un anti-climax dégrisant ! Il nous rejette dans une réalité ô combien humaine, qui de toute évidence est peu réceptive à la parole de Jésus.

Les évangiles canoniques nous proposent eux aussi une image du caractère impulsif de Simon Pierre. La grossièreté de sa remarque ne laisse planer aucun doute quant à la place de la femme dans la culture religieuse juive. De cet état d’esprit Paul témoigna lui aussi sans aucune ambiguïté. Pour Paul, l’homme qui en paroles exaltantes chanta pourtant l’amour, Jésus fut en effet tellement plus important en tant que «Christ crucifié et ressuscité», que comme l’homme qui reconnut dans chaque être, homme ou femme, son égal. L’état d’esprit juif, dont témoignèrent Pierre et Paul, fustigea hélas bien davantage le christianisme que ne le fit celui de Jésus.

Face à leur sentiment de supériorité, l’attitude de Jésus a du être ressentie comme une atteinte à leur honorabilité masculine. Ici Simon Pierre n’accepte pas qu’une femme demeure parmi eux . Dans l’ancien – toujours présent hélas, et malgré la qualification de «catholique» – la religion était en effet considérée comme un territoire uniquement réservé à la gente masculine…

Afin de spécifier son union spirituelle, l’unité dans laquelle la vie peut nous révéler sa richesse totale, Jésus fait dans cet évangile appel à l’image de l’unité du masculin et du féminin. Le même symbolisme est à l’honneur dans l’image du mariage et dans celle de la chambre nuptiale. Il est donc compréhensible que ces images furent la cause d’une certaine commotion parmi les disciples. En plus, la relation particulière qui unissait Jésus et Mariam – Marie Madeleine, à qui Jean reconnut le privilège d’être la première à reconnaître le Jésus ressuscité – ne fut pas toujours acceptée de bon cœur par ses disciples.

Dans ce logion la métaphore utilisée par Jésus a subi une transformation remarquable ! L’image de l’unité du masculin et du féminin dégénère en effet en une mutation nécessaire de la féminité, qui se ferait mâle… Il est évident que les paroles, mises ici dans la bouche de Jésus, ne pourrait en aucun cas lui être attribuées ! La nécessité d’une telle mutation serait en outre un blâme au Créateur… Le fruit de l’unité du masculin et du féminin, symbolisé dans le mariage, est l’ovule fécondé, comme le germe est le fruit de l’unité de la graine et de la bonne terre…

Comment le symbolisme dans une image peut-il être reconnu si l’image elle-même n’est pas acceptée… ? La manipulation, qu’a subie l’image dans ce logion, ne pourrait se concevoir que dans la plume d’un transcripteur qui, imbu de son orgueil masculin, ne pouvait accepter – comme ne pouvait le faire Simon Pierre – l’égalité de l’homme et de la femme comme symbole de l’unité. Simon Pierre et ses conjoints peuvent pourtant en appeler à quelque mansuétude… En effet, le décryptage du symbolisme dans la métaphore de l’unité du masculin et du féminin, de l’époux et de l’épouse, comme dans celle du mariage et de la chambre nuptiale, la transposition d’une union biologique vers une union spirituelle, se sont avérés être un défi insurmontable pour vingt siècles de théologie chrétienne… Ni la signification radicale de l’unité, ni les nombreuses images référant à elle, n’ont pu effleurer la conscience de ceux qui se sont présentés comme les héritiers des disciples. De même que ceux-ci croyaient devoir redevenir petits pour avoir accès au royaume, ainsi leurs héritiers semblent toujours croire que la vie nous est transmise par une cigogne ou par un chou-fleur et non pas par l’unité de papa et maman… L’épouvante paulinienne face à la sexualité – domaine de la chair et du sang – a, en outre, laissé des traces plus que pénibles dans l’éducation chrétienne…

L’aspiration de Jésus à une élévation de la conscience humaine à une vision d’unité - et non pas de séparation - de l’inférieur et du supérieur, du naturel et du surnaturel, fut sans doute trop perturbante pour être acceptable. Ce dernier logion nous confirme combien il était difficile pour les hommes de se défaire de leurs prérogatives et, par une juste perception des images, d’être réceptifs à une vision nouvelle. Jadis cette démarche représentait pour eux – comme elle représente aujourd’hui toujours pour une grande majorité d’entre nous – un engagement trop révolutionnaire. Peu nombreux furent ceux ou celles en qui s’est opérée une metanoia , ce bouleversement mental libérateur et nécessaire proposé par Jésus.

Parmi eux : Marie Madeleine et Judas Thomas …

issu de   L’évangile de Thomas dévoilé – Sommairewww.unisson06.org

 

Publié dans:MARIE-MADELEINE |on 9 février, 2014 |1 Commentaire »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3