Entre frénésie et pédagogie animale

 

images (3)Vers les années 1990, pas franchement plus lucide que la moyenne, j’ai accompagné plusieurs groupes d’humains « civilisés » à la rencontre de groupes de dauphins « sauvages » de type Tursiops (le plus médiatique, les frères de Flipper), ou, plus fin et certainement plus raffiné, ou Stenella Frontalis (dauphins tâchetés), notamment au sud de la « Floride alabamienne » (l’Alabama s’est fait rouler, cette côte devrait lui revenir) et au large des Bahamas. J’avoue que, lorsqu’en pleine mer, sur un « spot » repéré d’avance, un groupe de dauphins accepte de jouer, non plus seulement avec l’étrave de votre bateau, mais avec tout un groupe de bipèdes plus ou moins nageurs, qui se jettent à l’eau en poussant des cris stridents, l’effet est saisissant. La force de ces êtres permettrait à n’importe lequel d’entre eux de ratatiner n’importe quel humain en une fraction de seconde ! Au lieu de quoi, ils entrent en interaction, dans des danses aquatiques si belles que, parfois, tâchant de les suivre dans leurs cabrioles sous l’eau, vous en oubliez de respirer ! L’incroyable contact velouté de leur peau (quand vous avez de la chance qu’ils vous touchent – vous-même, ne le faites jamais), la façon dont ils vous sondent avec leur « sonar » (ça, à tous les coups), ce sixième sens à écholocation qu’ils se sont inventé pour survivre, ultrason imperceptible légèrement électrique, la sensualité et la drôlerie de leurs comportements, tout cela fait de la rencontre avec eux un moment inoubliable. Puis ils disparaissent, après une étourdissante mêlée d’un quart d’heure, ou d’une demi-heure, et vous remontez sur votre bateau, en proie à une euphorie incontrôlable.

Certains en demeurent marqués à vie. Dans l’instant, tous ceux qui ont participé à l’événement, strictement tous (même le non-nageur qui a osé se jeter à l’eau avec une bouée sous les bras) ont des révélations exceptionnelles à vous faire : sur les dauphins, sur les baleines, sur la mer, sur la vie, sur le cosmos, sur eux-mêmes, sur la condition humaine et sur la société qui règne actuellement sur cette planète. Mais aussi sur l’âme, sur le souffle, sur l’esprit, sur l’inspiration poétique, sur les anges…. Bref, le contact avec le dauphin vous fait lâcher prise et vous ouvre à la créativité la plus large. Ce serait un excellent animateur de brain storming ! Vous voulez réveiller votre inspiration créatrice et votre enthousiasme originel ? Nagez donc avec un dauphin libre !

(nous nous refusons à entrer en contact avec de pauvres dauphins prisonniers, même si leurs geôliers ont d’implacables alibis pour justifier que l’on enferme des princes des mers dans des bassins ridicules, notamment celui qui consiste à dire qu’en emprisonnant une poignée de dauphins otages, les marinelands vous expliqueront qu’ils font en sorte que le public laisse les dauphins sauvages tranquilles).

La pédagogie de ces rencontres inter-espèces est simple : voilà des êtres intelligents et sensibles, qui vivent sur cette planète depuis trente à cinquante millions d’années, sans en avoir rompu les grands équilibres, et ceci alors même que certains de leurs représentants, en particulier les orques, sont les plus grands prédateurs, craints même des grands requins blancs et constituant le bout de la chaîne alimentaire océanique, comme nous avons longtemps constitué le bout de la chaîne continentale (aujourd’hui, notre gasteropolis est mondiale). Mais comparés à eux, nous, qui vivons sur cette même planète depuis à peine deux millions d’années (et encore, la maîtrise du feu ne date-t-elle que de cinq cent mille ans), nous faisons figure d’antibiotique léthal, de poison monstrueux, de prédateur dément, puisque, dans ce très court laps de temps, nous avons réussi à mettre toute la biosphère en danger. La grande différence entre les cétacés et nous, disions-nous, est qu’ils n’ont pas de mains et ne fabriquent donc rien, alors que notre génie manuel nous a fait métamorphoser notre environnement tout entier…

Ne dit-on pas, depuis Darwin (qui de ce point de vue demeure très pertinent), que les espèces disparaissent par leurs points forts ? Aujourd’hui, nous savons que la métamorphose de l’environnement par l’homme est allée trop loin et que, comme le préconisent les sages, de Lao Zi à Pierre Rabhi, nous ferions bien de nous rappeler que nous avons aussi la capacité de communiquer et de jouir, de donner et de contempler, de rire et d’aimer, autant de verbes qui peuvent se conjuguer même si l’on n’a pas de mains et qu’on ne fabrique rien.

article extrait de http://www.cles.com/enquetes

 

Publié dans : ANIMAUX |le 2 février, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3