Archive pour le 1 février, 2014

Le temps n’existe pas

 

images (9)Au niveau d’unité le plus haut, le temps n’existe pas. C’est le niveau de l’Esprit, de Dieu, pure existence. A ce niveau, il n’y a aucun développement, aucun ‘devenir’ mais seulement ‘être’.

Au niveau le plus bas d’unité, là où la séparation est vécue le plus fortement, une notion creuse, linéaire du temps est employée. Par  ‘creuse’ je veux dire une notion du temps scientifique, abstraite et complètement exempte de subjectivité et de contenu sensible. Le temps, dans cette notion, est une structure objective à l’extérieur de vous. Le temps est quelque chose recouvrant vos expériences comme une structure externe. 

‘Un curriculum vitae’, par exemple, que vous envoyez quand vous sollicitez des emplois, consiste souvent en une linéarité temporelle objective des faits. Cette année j’ ai fait ceci, cette année j’ai obtenu mon diplôme  à cette école, etc… Vous soulignez le côté visible, externe des choses. Le côté intérieur des choses – la motivation, la signification, la subjectivité – est omis.

Sur les niveaux énergétiques intermédiaires entre unité et  séparation, le temps est une réalité qui ‘fluctue’ avec votre expérience. Le temps est une notion expérimentale; une façon de découper l’expérience . À ces niveaux, le temps existe, mais ce n’est pas quelque chose d’indépendant ou d’externe à vos expériences. 

Par exemple, sur les plans astraux, où vous voyagez pendant le sommeil et aussi après votre mort, il n’y a aucun ‘ le temps d’horloge ’. Le temps d’horloge est la plus grande tentative de dégager le temps de la subjectivité, c’est-à-dire de vous et de vos expériences. C’est une grande illusion. Sur les plans astraux, le temps est le rythme de vos expériences. Parfois vous vous reposez, maintenant vous rencontrez quelqu’un, ensuite vous étudiez, etc. Chaque fois qu’une étape se termine et qu’une autre commence, ça n’est pas déterminé par le temps d’horloge – quelque chose d’externe – mais par votre flux intérieur de ressentis, par ce qui vous semble naturel.

Ce sens naturel du temps ou  rythme peut aussi faire partie de la vie terrestre. 
La subjectivité du temps, c’est-à-dire le fait que le temps peut être vécu différemment dans diverses circonstances, vous est à tous familière . Vous dites que ‘ le temps file’ quand vous vous amusez, alors que le temps semble se figer quand vous êtes dans la salle d’attente du dentiste ou dans la file d’attente au supermarché.

Maintenant, le sceptique à l’intérieur de vous peut dire : le temps est perçu comme s’il s’écoulait lentement quand on ressent les circonstances comme négatives, tandis qu’il va apparemment plus vite quand les circonstances sont positives. Mais le temps lui-même est toujours le même, avec son tic tac rigide toujours identique, quelle que soit la façon dont nous vivons les choses.

C’est la notion de temps dans sa ‘  structure objective ’, appelée aussi  notion linéaire du temps. Elle a son origine dans une approche du temps rationaliste, scientifique. 

Mais imaginez qu’il n’y ait pas de montres, pas de nuit ni de jour, aucune influence naturelle comme le soleil, la lune et les marées, à travers lesquelles mesurer le temps. Alors vous pourriez seulement compter sur votre propre sens subjectif du temps. Votre mesure objective du temps – l’horloge – n’est pas vraiment basée sur quelque chose d’externe; c’est le produit du mental humain qui souhaite partager et classifier. Le mental humain a extrait un certain ordre des choses à partir des phénomènes naturels terrestres. Mais ‘ le temps en soi ’, indépendant du facteur humain, n’existe pas. C’est une illusion qui est le produit d’un type de conscience coincée dans la croyance en la séparation.

Le temps est essentiellement subjectif. Le temps est une façon de découper l’expérience, d’une façon telle que vous pouvez lui donner un sens. Par exemple, vous dites de quelqu’un : “c’ est une vieille âme”. Est-ce qu’en réalité vous parlez du nombre des années ou des incarnations quand vous faites référence à sa vieillesse ? Ou bien est-ce que par ‘vieux’ vous voulez dire qu’il exprime certaines qualités, comme la sagesse, l’équilibre et la sérénité, plutôt qu’une certaine quantité de temps ? La référence au temps dans l’expression ‘ vieille âme ’ est en réalité une référence à l’expérience..

Au plein sens du terme, le temps est “la dynamique du devenir” au niveau intérieur. Il peut être un concept utile dans la mesure où il vous aide à articuler le rythme naturel ou le flux des choses. Mais quand il est conçu comme quelque chose d’objectif, se tenant au-dessus de vous, il a tendance à vous limiter et vous distraire. Vous n’êtes pas limités à une ligne de temps particulière. Vous n’êtes pas des êtres linéaires. Certains niveaux de votre être sont à l’extérieur de la structure du temps tel que vous le vivez actuellement. C’est sur cet aspect de vous, c’est-à-dire votre multidimensionalité, que nous désirons attirer votre attention maintenant.

Jeshua

© Pamela Kribbe
www.jeshua.net/fr

Publié dans:TEMPS |on 1 février, 2014 |Pas de commentaires »

La Co-Création au service du Nouveau Monde

images (7)

Vous êtes des Êtres créateurs, vous l’avez toujours été. Le film et le livre « Le Secret » n’ont fait que révéler au grand jour les fondements de la Loi de l’Attraction, qui n’est qu’UNE des 12 Lois Universelles connues pas les Sages et les Mystiques depuis des millénaires. La différence c’est qu’une fois que cet aspect de vous-même est dévoilé à votre conscience, il n’y a plus de retour en arrière possible. Vous devenez pleinement responsable de votre destin et de tout ce que se passe dans votre vie. 

Prenons un exemple éloquent : imaginez que vous avez toujours roulé avec une voiture qui vous semblait bien « ordinaire » – parce qu’en fait personne ne vous en avait expliqué les propriétés exceptionnelles – et que, tout-à-coup, vous découvrez que vous conduisiez en réalité une voiture de course de grand luxe! Bien entendu, dans un premier temps, vous êtes heureux de pouvoir bénéficier de ses nouveaux avantages, tels sa rapidité extrême et sa maniabilité prodigieuse; vous vous réjouissez d’être élevé au statut de « pilote de course » et d’avoir enfin le droit de faire de la vitesse sur la route. 

Toutefois, ce n’est pas parce que vous conduisez une telle voiture que vous savez la maîtriser à la perfection. Le problème avec ce genre d’automobile, c’est qu’au moindre coup de volant, elle vous obéit au doigt et à l’œil. Tant que vous êtes vigilant, concentré sur la route, il n’y a pas de souci… Or, la moindre distraction, le moindre obstacle peuvent perturber votre conduite, voire vous envoyer « valser dans le décor » ou, pire encore, vous fracasser contre un mur. 

On dit qu’il n’y a pas de mauvaises voitures, seulement de mauvais conducteurs. Et vous, de quelle façon conduisez-vous votre vie? Lorsque les personnes de mon entourage ont découvert la Loi de l’Attraction, elles se sont mises à formuler leurs vœux, leurs souhaits et leurs aspirations les plus chères. Elles y ont investi du temps, de l’énergie et des efforts qui, pour la plupart, sont demeurés sans résultats concrets. 

À mes yeux, c’est comme si, depuis des années, elles avaient semé des graines de carottes dans leur jardin et que, tout d’un coup, elles se rendaient compte qu’elles en avaient marre des carottes et décidaient de planter des brocolis à la place. Puis, au bout de quelques jours, ou quelques semaines, elles étaient étonnées de ne trouver encore que des carottes dans leur potager… Avaient-elles pris le temps de déraciner leurs vieux légumes : les pensées limitatives qu’elles nourrissaient depuis des décennies? S’étaient-elles appliquées à désherber leur petit bout de terre envahi par les mauvaises herbes : les anciens schémas et programmations qui ont orientés leur vie jusqu’à maintenant? Non, ces gens s’étaient contentés de planter quelques graines de vision « positive », dans une « plantation » d’ondes négatives!!! 

Si, comme eux, vous avez cru que les enseignements du « Secret » ou tout autre livre du genre étaient telle une « baguette magique » qui ferait apparaître des « brocolis » dans votre assiette ou des miracles dans votre vie, il y a fort à parier que vous aussi avez été déçu-e! 

Pour cultiver un jardin, cela exige maints efforts, mais surtout, essentiellement, de la confiance et une bonne dose de patience. De même, on ne devient pas pilote de course en quelques jours, il importe de consacrer des heures et des heures pour faire l’apprentissage de cette façon différente de [se] conduire, ainsi que des mois entiers d’entrainement intensif… avant même de pouvoir s’élancer sur une piste en circuit fermé! Et on n’imaginerait même pas avoir l’idée d’aller circuler sur la voie publique… sous peine de devenir soi-même un « danger public »!! 

Et si la nouvelle année qui débute était pour vous l’occasion de développer peu à peu vos facultés co-créatrices d’une manière constructive en CHOISISSANT de « cultiver » une nouvelle façon de penser et d’envisager votre existence sous des auspices plus favorables? Vous savez qu’apprendre à conduire avec vigilance ne fera pas disparaître les obstacles sur votre route, ni les éventuels incidents de parcours… Tout au plus, vous serez mieux « équipé » pour faire face aux imprévus et, peut-être, anticiper à temps les mauvaises manœuvres d’un autre conducteur ou éviter de justesse un accident imminent. 

Le fait d’avoir la pleine maîtrise de votre véhicule non seulement vous permet de rouler en toute quiétude, mais vous devenez aussi « rassurant », voire même un exemple à suivre pour ceux que vous croisez sur votre route! Ainsi, concrètement, le fait de focaliser votre attention sur des pensées positives, sur tout ce que va déjà bien dans votre existence, vous permet de « semer » de plus en plus de graines de « positif » dans votre « jardin intérieur », mais surtout, de transformer votre conception de la vie en une vision plus « nourrissante », et plus « ressourçante » tant pour l’âme que l’esprit. 

Pour vous y aider, permettez-moi de vous proposer un exercice des plus judicieux, facile à intégrer au cœur de votre quotidien. Chaque fois qu’une peur, une angoisse ou un doute jaillit en vous-même, par exemple que vous craignez de ne pas être à la hauteur, de décevoir les gens, de ne pas réussir ce que vous tient à cœur ou de ne pas parvenir à surmonter la difficulté qui se présente dans votre vie, voici ce qui vous permettra de reconnecter de manière tangible avec votre puissance intérieure co-créatrice : 

Prenez une grande feuille blanche sur laquelle vous dessinez une balance. Plutôt que celle-ci soit munie de plateaux, dessinez plutôt un seau de bonne envergure de chaque côté du balancier. Dans un premier temps, du côté gauche de la feuille, inscrivez à l’intérieur du seau votre problème, votre souci et/ou votre perception négative de vous-même. 

Puis, dans le seau de droite, inscrivez toutes les fois où vous vous souvenez avoir déjà rencontré ce genre de difficulté auparavant, toutes les fois où vous avez su trouver une solution pertinente, toutes les fois où vous êtes « retombé-e » sur vos pieds, toutes les fois où vous êtes « passé-e au travers » de situations semblables, toutes les fois où la chance a tourné en votre faveur, toutes les leçons que vous avez tirées de ces expériences, tout le cheminement que vous avez parcouru grâce à de tels « incidents de parcours » et même, toutes les qualités que vous avez développées au fil des ans à travers de tels événements qui vous paraissaient insurmontables au départ… 

Imaginez que chaque exemple que vous notez est comme une goutte qui remplit le seau de droite. Au besoin, agrandissez le seau en ajoutant un niveau de plus au bas de la feuille. Voyez-le augmenter de volume, déborder même, pour qu’au bout du compte, le seau de droite occupe de plus en plus de place sur la feuille, au point de ne pouvoir qu’obligatoirement faire « basculer la balance » du côté positif. 

Peut-être avez-vous déjà entendu cet exemple, mais l’avez-vous vraiment déjà expérimenté dans tout votre Être? Visualisez que ce seau de l’Abondance et de la pleine Reconnaissance de vous-même, il est en vous, bien présent dans votre cœur. Chaque fois que vous vous dénigrez, que vous vous désespérez, c’est comme si l’eau vive qui abreuve votre âme se répandait sur le sol. 

De même, chaque fois que vous faites passer les « responsabilités » et les « obligations » extérieures avant vos propres besoins et votre propre bien-être, que vous donnez généreusement votre temps et votre énergie à tous ceux qui vous entourent, en vous oubliant ou en vous « sacrifiant » pour les autres, c’est comme si vous leur « donniez à boire » sans prendre soin de vous préserver un minimum vital d’eau potable pour assouvir votre propre soif. Pas étonnant que des pensées douloureuses ou négatives remontent alors à votre conscient : ce ne sont là que les « complaintes » de votre moi intérieur réagissant à votre propre négligence envers vous-même! 

Il en va de la même façon pour les problèmes et difficultés rencontrées au jour le jour : si vous êtes dans de bonnes dispositions, serein, centré, jouissant d’un bon équilibre tant sur le plan physiologique qu’émotionnel, il y a de fortes chances que rien ne vous apparaisse comme « dramatique ». Mieux que cela, vous aurez tendance à chercher à relever de nouveaux défis pour stimuler votre propre reconnaissance en vous-même et sentir que vous continuez d’évoluer dans votre cheminement vers le plein épanouissement sur tous les plans. 

Lorsque vous êtes fier-fière de vous, dynamisé par les expériences positives de votre vie, c’est comme si vous vous appliquiez à « maintenir à flot » votre seau d’eau intérieur. Lorsque vous choisissez d’entretenir des pensées agréables envers vous-même, c’est comme si vous consacriez tous vos efforts à ne « semer » que des « brocolis » ou tout autre légume dont vos raffolez dans votre jardin intérieur, donc à « cultiver » consciemment l’Abondance dans toutes les sphères de votre vie. Lorsque vous demeurez centré, présent à vous-même et attentif aux petites choses du quotidien qui vous font du bien, c’est comme si vous vous mettiez au volant de la voiture de vos rêves et que vous en assumiez la pleine maîtrise; vous faites de votre propre véhicule personnel, votre Être tout entier, un pur bolide qui vous mènera là vous vous le désirez, au moment que vous le souhaitez, vous garantissant d’arriver à bon port sain et sauf, en toute sécurité! 

Et plus vous vous sentirez « rassuré-e », « rassasié-e », épanoui-e, comblé-e et satisfait-e, plus vous découvrirez et intégrerez la manière « positive » de vous maintenir dans cet état de bien-être… pour votre plus grand bonheur! Les « sceptiques » et les « opposants » à la loi de l’Attraction ont bel et bien raison : il n’y a pas de Secret! Les « pensées magiques » n’existent pas puisque votre qualité de vie n’est que le résultat de la somme des croyances que vous entretenez envers vous-mêmes… Alors, de quel côté penchera votre balance intérieure? 

2009 est une année charnière qui nous permettra d’expérimenter en profondeur notre puissance créatrice, tant individuelle que collective. Déjà nous pouvons mesurer l’impact de la « désinformation pernicieuse » qui nourrit les peurs et engendre des mouvements de panique, tant sur le plan économique que politique. L’importance de demeurer centré est encore plus grande que par le passé (rappelez-vous : vous êtes désormais au volant d’une voiture de course!) car votre capacité de manifestation s’intensifie et la rapidité à laquelle vos pensées se matérialisent s’accentue au même rythme que le temps s’accélère… 

Plus que jamais le « libre arbitre » prend son sens dans la réalité que notre humanité se crée actuellement au plan planétaire : ceux qui choisissent de se maintenir dans une vibration de sérénité et de confiance en l’avenir voient leurs expériences de vie servir de fondations ou de levier pour générer encore plus de bonheur dans leur existence. Tandis que ceux qui se laissent déstabiliser par les événements « extérieurs » ou « perturbateurs » auxquels ils sont confrontés n’en souffrent que davantage sur tous les plans (professionnel, interpersonnel, financier, sociopolitique, etc.). 

Pour vous aider à « garder la tête froide », à demeurer centré, repensez à l’exercice de la balance : le seau le plus plein est celui qui fera « pencher » votre réalité vers le côté positif ou négatif. Pour ma part, quand certains « prophètes de malheur » me font parvenir des mails annonçant des « catastrophes imminentes » ou me tiennent des propos à saveur « apocalyptique », je visualise ces personnes faisant le bilan de tout ce qu’il y a de positif dans leur vie afin que ces pensées n’obscurcissent aucunement leur futur proche ou lointain. Quand on me reproche de ne pas être « réaliste », voici ce que je réponds habituellement : 

« Imaginons que vous avez raison, que, disons, la fin du monde aura bel et bien lieu en 2012. Pour les trois prochaines années, vous allez vous inquiéter, vous tourmenter et gâcher votre vie. Une fois que tout sera terminé, vous pourrez alors me dire « J’avais bien raison! ». Pour ma part, je préfère choisir de profiter de la vie, de savourer pleinement chaque instant et d’avoir confiance que le meilleur est encore à venir. Tant et aussi longtemps que cela durera, que ce soit une journée, un mois ou une décennie, je demeurerai enthousiaste…  car, tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir! » 

En bref, je préfère m’appliquer à être heureuse ici et maintenant que de chercher à « avoir raison » à tout prix!!! À mes yeux, ce que je « sème » aujourd’hui, c’est ce qui portera fruit demain… que ce soit dans cette vie-ci ou dans la suivante! En optant pour une telle attitude, je ne peux donc qu’être gagnante à court et à long terme… 

De plus, en me créant une réalité harmonieuse et équilibrée, je « donne l’exemple vivant » qu’il est possible pour chaque personne que je rencontre de faire de même dans sa propre vie. Je favorise ainsi « l’effet d’entraînement » qui incitera les autres à vouloir eux aussi choisir le bonheur et créer un environnement favorable à l’émergence d’un nouveau mode de vie plus équitable pour tous. 

En avançant tous dans la même direction épanouissante sur tous les plans, nous devenons co-créateurs du « Nouveau Monde », de ce « Paradis sur Terre » auquel nous aspirons tous… Nous faisons ainsi pencher la balance planétaire du « bon » côté favorable au plus grand nombre. Tout part de vous. Tout est déjà présent en vous-même. Il vous suffit de prendre le temps de reconnaître enfin votre plein potentiel créateur qui agit à chaque instant dans toutes les sphères de votre vie. Vous êtes déjà un bon « conducteur », accepterez-vous de mettre tout en œuvre pour parvenir à la « maîtrise » totale de votre véhicule divin et illimité? 

C’est du moins ce que je vous souhaite du fond du cœur pour 2009 et les années à venir! 

Message de Bianca Gaïa/Diane LeBlanc, transmis le 13 janvier 2009,

aussi disponible sur www.biancagaia.com. Vous êtes invité à faire circuler ce texte

à condition d’en respecter l’intégralité, y compris ces quelques lignes.

Publié dans:CO-CREATION |on 1 février, 2014 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3