Archive pour le 6 octobre, 2013

L’aliment idéal

L'aliment idéal dans CO-CREATION images-4

Marie-Françoise Tesson, au LAPATS (Laboratoire associatif pour l’application des tests sensibles), à Frechendets, dans les Hautes-Pyrénées, travaille surtout pour l’agriculture biologique et assure des stages d’initiation à la méthode. Les tests sont faits « en aveugle » – le manipulateur ne connaît pas la provenance des produits testés, ce qui évite tout biais inconscient. A l’oeuvre depuis sept ans, Marie- Françoise Tesson résume :
« On voit très bien l’affaiblissement vital dans les produits congelés, la farine ou le sucre raffinés, le lait U.H.T., les aliments cuits aux micro-ondes, et de manière générale dans les produits issus de l’agriculture dominante. Mais on ne peut pas systématiser : il nous est arrivé d’obtenir de piètres images avec des produits de culture bio elles indiquent alors un manque de savoir-faire ou des productions trop intensives, des cultures hors-saison. »

« L’aliment idéal doit présenter un équilibre entre la force de croissance, influencée par la terre, qui se voit à la densité des stries, et la force d’ organisation, dépendante du cosmos, révélée par la netteté de la structure. Les images les plus équilibrées viennent le plus souvent des produits de l’agriculture biodynamique. La culture biologique classique donne des images d’une grande vitalité, mais qui manquent un peu d’organisation. « 

« Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles pistes et de nouvelles comparaisons. Le domaine est immense, il faudrait que des laboratoires se multiplient et se spécialisent. La cristallisation peut révéler toutes sortes d’influences inattendues.

Par exemple, nous avons testé des pains pétris le même jour par plusieurs stagiaires. A partir des mêmes ingrédients, avec la même cuisson dans le même four, on obtient des images différentes. Certaines personnes bonifient la qualité du pain, d’autres pompent de l’énergie… « 

Bientôt, le LAPATS proposera un « label », établi sur la base de contrôles réguliers, pour les producteurs qui le désirent. Et un jour, qui sait, on pourrait voir apparaître, sous forme de vignettes sur l’emballage, des photos de cristallisation sensible. Chacun pourrait alors se faire un jugement. Même si l’interprétation fine demande une formation spéciale, l’appréciation simplement esthérique se trompe rarement : comme par hasard, les plus belles images correspondent aux meilleurs produits I

  Par Jean-Pierre Lentin

Publié dans:CO-CREATION, DEVELOPPEMENT, GUERISON |on 6 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

réincarntion des animaux

réincarntion des animaux dans ANIMAUX images-3

A notre époque nous avons évolué dans notre vision des animaux. Nous ne les considérons plus comme des automates, mécanique sans âme, comme les appelait Descartes. 

Ils sont capables de beaucoup de sentiments humains. La tendresse et l’amitié existent entre eux et envers leurs maitres humains. Ils sont capables d’aller au secours de leur congénère, certains donnent leur vie pour sauver un maitre, une maitresse !

  Ils sont aussi médiums. Il n’est pas rare qu’ils découvrent la présence d’une entité dans son corps spirituel qui ère dans la maison. S’ils la connaissent, ils lui font la fête, dans le cas contraire, ils font leur travail de gardien et jappent après l’intrus. Nous avons vécu ce cas avec un élève de Laurence qui, après son décès, est venu changer ses chaussures de place dans la maison familiale et que le chien à pris en flagrant délit. Il lui a fait la fête, ce qui a beaucoup surpris la maman, qui ne s’est aperçu des « frasques » de son fils que plus tard.  

Nous pouvons nous poser à leur sujet, les mêmes questions que pour les hommes :   

  • Survivent-ils à la mort : ont-ils une âme ?
  • Doivent-ils évoluer : vont-ils se réincarner ?
  • Que font-ils à la fin ce cycle de réincarnation : passeront-ils dans le domaine des humains ?  

Il existe beaucoup moins de messages d’animaux que de messages d’humains depuis l’Au-delà. Comme il n’existe pas de preuve absolue de la survivance des hommes, à fortiori, il n’existera pas de preuves absolues de la survivance des animaux.   
Les messages obtenus en séance de médiumnité rappellent les conditions de vie de l’animal dans la famille d’accueil. Certains animaux remercient leur maitre d’avoir abréger leurs souffrances en les faisant euthanasier. D’autres animaux viennent prévenir leur maitre que leur copain (animal) dans la même famille est malade, que cela ne se voit pour l’instant, mais qu’il va falloir le faire soigner. Ce type de message est déjà plus complexe. Cela semble répondre à la première question en affirmant qu’ils ont une âme qui survit à la mort. Rien ne prouve qu’il ne s’agisse pas d’un message provenant d’une entité humaine dans l’Au-delà, venue nous rassurer sur le devenir de notre animal préféré ! Il ne peut y avoir de preuve absolue !  

La réincarnation des animaux

Une médium très connue, raconte l’histoire suivante. Son mari qui était aveugle avait eu plusieurs chiens d’aveugle pour le guider dans ses déplacements. Après la mort de son mari et du dernier chien d‘aveugle, Michèle a reçu en cadeau un jeune chien qui n’avait pas et qui n’aura pas, par la suite, de formation pour être chien d’aveugle. A l’âge adulte, ce chien développera des capacités de guidage identiques à celles d’un chien d’aveugle ! Pour Michèle, ce chien était la réincarnation d’un des précédents chiens de son mari. Cette histoire peut apporter une réponse à la deuxième question : les animaux se réincarnent ils. Pour cette question, comme pour la précédente, il ne peut y avoir de preuve absolue !  

Depuis quelques années, nous voyons publier des livres parlant de communication avec les animaux. Les communications avec les animaux vivants permettent de mieux les soigner, car ils disent ce qui les fait souffrir. Mais il existe également des communications avec des animaux décédés. Le dernier livre de Kim Shéridan (1) est très instructif, il raconte, entre autre, l’histoire d’une colonie de rats, dont certains se réincarnent plusieurs fois dans la même famille.  

Dans le chapitre 19 de son livre, Kim Sheridan, s’insurge contre la théorie de l’âme-groupe. 
« Une autre théorie courante que j’ai entendue est que les animaux n’ont pas d’âme individuelle, qu’ils sont simplement une partie d’une « âme de groupe» au mieux, et rien de plus. Une fois qu’ils meurent, ils fusionnent avec une conscience de groupe animale et leur individualité, leur personnalité unique s’en va pour toujours. D’innombrables personnes sont venues vers moi en larmes après qu’elles aient entendu cette « théorie» par quelqu’un vers qui elles s’étaient tournées pour avoir du soutien pendant qu’elles pleuraient la perte d’un compagnon bien-aimé, un compagnon qui n’existe plus vraiment, leur a-t-on dit. » 

Mais dans toute son existence, Kim Sheridan a adopté et vécu avec des centaines d’animaux et elle nous confie seulement le destin exceptionnel d’une dizaine de rats, dont quatre qui se sont réincarnés dans sa maison. Et les autres? N’avaient-ils pas le même rapport de sociabilité avec elle et avec les humains, n’avaient-ils pas la même aura ? Voyons donc cette théorie de l’âme-groupe décrite par Raoul Montandon.  

« Imaginons une chambre divisée en deux par un rideau, dont un côté représente le monde Astral et l’autre le monde physique. Supposons que de chaque côté se trouve un homme. Ces deux êtres ne peuvent ni se voir ni se rencontrer. Dix ouvertures sont pratiquées dans le rideau; l’homme placé dans la division représentant le monde astral peut, à travers ces ouvertures, faire passer ses dix doigts dans la division représentant le monde matériel. Cet homme donne une excellente image de l’âme-groupe. Les doigts représentent les corps des animaux appartenant à une même espèce. Il peut les mouvoir comme il l’entend; Il ne peut cependant pas les utiliser aussi intelligemment, ni aussi librement que le peut l’homme, qui arpente la division physique, lequel peut se servir de son corps. Ce dernier voit bien les doigts en mouvement, mais il ne se rend pas compte du rapport existant entre eux. Ils lui paraissent être tous distincts, les uns des autres. Il ne peut deviner que ces doigts sont ceux de l’homme caché derrière le rideau et que leurs mouvements sont dirigés par son intelligence. S’il blesse un de ces doigts, ce n’est pas seulement lui qu’il meurtrit, mais surtout l’homme qu’il ne voit pas. Un animal blessé souffre, mais pas au même degré que son âme-propre. Le doigt n’a pas de conscience individuelle, il se meut au gré de l’homme qui le dirige. Les animaux en font de même suivant les impulsions de l’âme-groupe. Nous parlons «d’instinct animal», «d’instinct aveugle», et cependant il n’y a rien d’aveugle dans la manière dont l’âme-groupe guide ses membres. Il n’y a là que de la sagesse… »  

« Ainsi, tandis qu’il y a dans chaque homme un Ego distinct et conscient de lui même, qui domine ses actions, le fragment divin de chaque animal n’est pas encore individualisé et conscient de lui-même, mais fait partie du véhicule d’une entité consciente, l’âme-groupe, qui appartient à une évolution différente. Ce que nous venons de dire, conduit à considérer l’âme-groupe comme une sorte de réservoir commun d’instinct et d’intelligence, dans lequel viennent puiser un certain nombre d’individus incarnés dans des corps de chair. Moins le groupe, ou l’espèce, sera évolué, plus le nombre d’individus mus par une âme-groupe sera élevé… »  

« Il résulte de ceci que les animaux qui sont en contact direct avec l’homme et qui vivent dans son intimité, trouvent ainsi l’opportunité de faire certaines expériences, d’acquérir certaines qualités qui auront une répercussion sur l’âme-groupe, la modifiant insensiblement dans le sens de ce qui distingue l’humanité de l’animalité. En sorte que le commerce humain représente, pour les animaux domestiqués ou asservis, le gage d’un progrès à venir, dans la longue lignée de l’évolution… »  

Cette conception de l’âme groupe est contestée par certains dont Jean Prieur (3) qui la réserve uniquement aux animaux à sang froid.  

copyright 44825 et 48052. Propos issus du site AU DELA DU MIROIR http://www.audeladumiroir.fr/animaux.html

Publié dans:ANIMAUX, REINCARNATION |on 6 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

l’éveil du discernement supérieur

l’éveil du discernement supérieur dans CHANNELING images-2

 

Jusqu’à présent les canalisations mettaient l’accent sur l’ouverture du cœur, sur le dépassement de l’indifférence et des habitudes de méfiance, sur l’intégration d’une image pacifiée de soi-même pour que les contacts soient harmonieux et paisibles, que l’énergie puisse circuler et transmettre à sa manière.

Il était nécessaire et urgent de rejeter cette manie de mépriser les sentiments des autres, de manquer de spontanéité et de manigancer des subterfuges pour piéger ceux qui ne rentrent pas dans vos espérances, qui ne répondent pas aux questions telles que vous désirez les conduire. Ce contrôle des autres, cette dictature psychologique de faire entrer les gens dans des cases préétablies sur des modèles faciles à gérer, simplifiés ; (« Allô quoi ! » « ‘t’es une fille t’as pas de shampoing !?? »  Traduction  = La case « fille » signifie que l’on se promène avec du shampoing !!  C’est trop un génie !)

Bref,

Maintenant, que vous avez dépassé ces aspects néfastes à votre développement moral et spirituel : que vous acceptez vos émotions telles qu’elles se présentent, que vous regardez en vous-même sans complaisance pour vos faiblesses, avec la compassion nécessaire pour ne pas vous jugez et ajouter encore à votre habituelle culpabilité cette honte que vous trainez à propos de tant de choses inutiles, vous avez dû remarquer que ceux qui s’absolvent et s’acceptent ne sont coupables de rien, et même accusés, ils sont moins coupables, seulement « un peu responsable ». Il n’y a pas d’injustice bien que cela vous blesse parce que de nombreux menteurs vous demandent d’être bien gentils et qu’ils vous arnaquent, sous une forme ou une autre par ce biais. Les cicatrices de l’orgueil blessé sont d’excellents moyens d’apprendre vos limites de pouvoir et vos failles et d’ouvrir l’œil de la conscience afin d’acquérir le discernement dont on a besoin pour grandir.

Le monde existe grâce au consensus, à l’empathie et à l’acceptation des compromis. Depuis toujours les plus volontaires ont dû admettre leurs limites de pouvoir et accepter que l’Esprit a son propre Plan, son rythme n’étant pas le nôtre. Certains désirent vivre l’apogée de la rencontre entre les plans élevés de conscience en leur vie d’aujourd’hui, c’est possible lorsque l’on cède à l’Esprit qui nous habite chacun personnellement. Cette concession de temps destiné à l’écoute et à l’Intériorité regarde chacun et ensuite se partage spontanément, grâce à l’amour que l’on reconnait chez les autres. Voir l’Amour qui traverse les âmes et les ombres qui les obscurcissent ne rend pas vulnérable à leurs fadaises mais aide à dépasser le jugement moral sous-jacent et à les accepter dans leurs bons et leurs mauvais aspects, chaque part étant utile. Après tout dans les bonnes histoires, le Golum tient son rôle et collabore à la réussite tout autant que les fiers compagnons de l’anneau.

Le monde continuera de mentir, mais vous ne croirez plus à ses mensonges, exagérations et trucages, si c’est votre choix. Cela ne signifie en rien que vous devrez vous battre pour faire éclater des vérités dont –depuis la nuit des temps- personne ne veut entendre parler. La vérité est un point de vue, qui change selon ce que l’on cherche et le niveau que l’on a atteint pour la trouver. Les vérités les plus hautes, les plus pures sont aussi un peu cruelles pour les aspects mous et sensibles pour lesquels nous avons de la tendresse et que nous préservons. C’est pourquoi chacun doit connaître ce qu’il est capable d’aimer et d’accepter comme vrai et authentique pour lui-même. La seule chose vraiment utile est d’aimer ses choix et de les accepter dans leurs bons et leurs mauvais côtés. Ainsi on assoit son pouvoir énergétique dans ce que l’on est : seul le pouvoir que l’on a sur soi-même sert de levier évolutif.

 J’ai appris que lorsque les conditions l’exigent, on doit s’y adapter et ne pas taper du pied en caprices stériles avant d’atteindre le degré supérieur, bien que chacun soit profondément aimé et compris on ne peut s’élever sans d’abord ouvrir les yeux sur les conséquences de ses comportements et prendre le temps de les changer. Sans changement de comportement, il n’y a pas de changement positif qui s’établira pour les êtres humains.

C’est l’énergie qui fait le lien entre aujourd’hui et demain et l’énergie s’inscrit par nos actes. Dans les concepts des chamans, on dit que l’impeccabilité, la cohérence entre l’acte, la pensée et l’intention est l’arme la plus efficace pour réussir. Chez les maîtres zen, il s’agit de faire corps avec l’arc, la flèche et la cible pour réussir. Etre léger comme l’Esprit, stable comme la montagne, puissant comme le soleil. Il y a encore un peu de travail, non ? 

issu du site : http://www.lilaluz.net/

Publié dans:CHANNELING |on 6 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3