mélilot contre les jambes lourdes


Cette plante agit sur les parois veineuses et capillaires, améliore la fluidité sanguine et provoque aussi un « drainage lymphatique végétal ».

mélilot contre les jambes lourdes dans PLANTES melillot-1780068-jpg_1626242-300x130

L’origine étymologique du mélilot provient du grec « méli », qui signifie « miel », et de « lôtos », « lotus », car ces « fleurs à miel » sont très recherchées par les abeilles. Cette plante bisannuelle commune en Europe et en Asie tempérée pousse jusqu’à 2 200 mètres d’altitude dans des terrains calcaires ou légèrement salés, donc des endroits secs et pauvres.

Les tiges, de 0,5 à 1 mètre, portent des feuilles trifoliées. Les fleurs, jaunes, odorantes, visibles de mai à septembre, sont réunies en grappes allongées. Les fruits sont des gousses contenant des graines. Ce sont les sommités qui sont utilisées en médecine.

Principales propriétés pharmacologiques

La présence de dérivés de la coumarine explique le triple effet du mélilot. En premier lieu, ces substances stimulent la pompe lymphatique (elles augmentent la fréquence et l’efficacité des contractions lymphatiques). En deuxième lieu, elles diminuent la perméabilité capillaire. Enfin, elles améliorent l’oxygénation des tissus.

Il faut ajouter que cette plante est bénéfique à la circulation sanguine dans l’ensemble du corps (dont le cerveau) et qu’elle favorise la cicatrisation ainsi que la régénération tissulaire.

Usages les plus fréquents

Les jambes lourdes ainsi que le lymphoedème des membres supérieurs et inférieurs sont les principales indications de cette plante herbacée capable de produire un « drainage lymphatique végétal » et de fluidifier le sang. La vigne rouge et l’hamamélis (protecteurs vasculaires tous les deux) sont ses compléments naturels.

Pour les jambes lourdes et pleines d’eau, avec des chevilles gonflées, ainsi que pour lutter contre la couperose, rien ne vaut un mélange mélilot et vigne rouge.

Si la fragilité des veines et des capillaires sanguins prédomine (ce qui se manifeste par des hématomes au moindre choc et des extrémités froides), mieux vaut préférer le mélange hamamélis et vigne rouge.

En cas d’hémorroïdes et de congestion pelvienne, l’association avec du marron d’Inde est conseillée. Celle avec du ginkgo est utile pour la protection des parois des vaisseaux sanguins et capillaires.

Précautions d’emploi

Le mélilot n’a pas d’effets secondaires. Mais, attention, il faut arrêter d’en prendre trois jours avant une intervention chirurgicale, pour éviter de trop saigner.

À savoir

L’odeur de foin fraîchement coupé de la coumarine a attiré l’attention des parfumeurs dès le XIXe siècle. Elle entre toujours dans la composition de l’immense majorité des parfums et dans celle de nombreux produits cosmétiques.

Le mélilot peut trouver sa place en cuisine. Il est, par exemple, possible de faire infuser quelques fleurs séchées et d’incorporer le liquide une fois filtré à la recette de la crème brûlée. Cela lui donne un goût vanillé et miellé.

Publié dans : PLANTES |le 7 août, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3