la bardane est « la » plante de la peau

C’est la racine de cette plante qui est utilisée en phytothérapie, alors que ses fruits sont à l’origine de l’invention du Velcro.

la bardane est

La grande bardane, aussi appelée « herbe aux teigneux », est une plante vivace ou bisannuelle. La racine, fusiforme, charnue, allongée, est brune à l’extérieur et blanche à l’intérieur. La tige haute de 50 à 180 cm possède des feuilles larges, alternes (disposées en spirale le long de la tige) et dentées sur les bords. Les fleurs pourpres sont groupées en capitules et entourées de bractées vertes terminées en crochets.

Très répandue dans les régions tempérées d’Asie, d’Amérique et d’Europe, sauf en Méditerranée, la bardane peuple les bords des chemins, les terrains incultes de préférence calcaires et riches en ammoniaque. La bardane peut se développer jusqu’à 1 800 mètres d’altitude.

Principales propriétés pharmacologiques

Certains dérivés provenant uniquement de sa racine fraîche sont actifs, in vitro (donc en laboratoire), contre les bactéries (Staphylococcus aureus, Escherichia coli, Shigella flexneri et sonnei, Pseudomonas aeruginosa) et les champignons (Candida albicans). La bardane possède des propriétés anti-inflammatoires et anti-oxydantes (en inhibant la formation des radicaux libres). Elle agit également contre l’inflammation, ce qui explique ses propriétés adoucissantes et son effet sur les démangeaisons. Au niveau cutané, la racine régule la sécrétion de sébum et favorise la maturation de l’abcès et l’élimination du pus.

Usages les plus fréquents

La bardane est « la » plante de la peau et de ses affections (eczéma, urticaire, dermatoses…).

Un mélange bardane/ortie racine aide les adolescents victimes d’acné à venir à bout de ces vilains boutons, à condition d’y associer un nettoyage local, régulier et doux. Car la racine de l’ortie combat l’excès de sébum qui est au coeur du problème.

Pour combattre le psoriasis, la formule bardane/scrofulaire donne de bons résultats, mais à condition de l’utiliser longtemps.

Précautions d’emploi

Cette plante, qui n’est pas toxique, est néanmoins à éviter chez la femme enceinte et elle doit être consommée avec prudence par les diabétiques traités par insuline.

À savoir

Sans doute utilisée depuis la préhistoire, elle a été récoltée dans la nature mais aussi cultivée pour ses racines très longues et charnues, consommées crues ou cuites et qui ont une saveur d’artichaut. Cette dernière est due à la présence d’inuline, un sucre qui remplace l’amidon dans la famille des astéracées (et qui est assimilable par les diabétiques). La racine contient aussi du potassium et des vitamines.

Les jeunes tiges, une fois pelées, sont croquantes et sucrées; elles peuvent être consommées crues ou cuites.

Les fruits de cette plante, au contact pour le moins piquant et dont il est difficile de se séparer, sont à l’origine de l’invention du Velcro.

Publié dans : PLANTES |le 23 juillet, 2013 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3