Archive pour le 20 juillet, 2013

Humanité reconstruction

Les Grecs s’expliquaient-ils un début, une origine ? 

Humanité reconstruction dans HUMANITE feuillePlaton a durablement inscrit dans la pensée occidentale la vision selon laquelle il existe un monde idéal, un monde des Idées, dont tout découle et où résident les dieux. Selon son célèbre mythe de la caverne, nous vivons dans une représentation de ce monde des Idées, comme dans une caverne, et nous en percevons qu’un bien pâle reflet. Tout ce que nous pouvons voir, ce sont les ombres projetées par les objets et les êtres vivants du monde extérieur sur les parois de la caverne. Mais le monde pur, celui des Idées, est en dehors, là où règne un monde vibrant de lumière, de couleurs et de formes. Le concept d’un dieu créateur qui impose des lois physiques réglant l’univers s’impose avec Kepler et Newton au XVIIe siècle. Newton unifie la Terre et le ciel : la gravitation universelle dicte aussi bien le mouvement de chute d’une pomme dans un verger que le mouvement de la Lune autour de la Terre. L’univers newtonien était mécanique. Il fonctionnait comme une horloge à ressort qu’on remontait. Après avoir créé l’univers, Dieu n’avait plus qu’à remonter son « ressort » à son début pour qu’il fonctionnât de lui-même par la suite en suivant les lois de la gravitation universelle. Dieu s’éloigna de plus en plus. Il assistait de loin à l’évolution de l’univers et n’intervenait plus dans les affaires humaines. À tel point que, à la charnière des XVIII et XIX° siècles, quand le physicien Pierre Simon de Laplace présente une copie de sa Mécanique céleste à Napoléon, il peut franchir le dernier pas. Alors que l’Empereur lui reproche de n’avoir pas mentionné le Grand Architecte responsable de cette formidable machine bien huilée qu’était la Nature, Laplace répond : « Sire, je n’ai pas besoin d’une telle hypothèse ! » C’est le triomphe de la raison mécaniste et déterministe. L’homme doué de raison pouvait tout faire. L’idée du progrès fit son apparition. L’homme pouvait domestiquer la nature à son profit. Il pouvait non seulement continuellement s’améliorer et se perfectionner, mais aussi parfaire les institutions sociales et politiques. La fin du XVIIIe siècle vit non seulement la révolution industrielle, mais aussi la révolution américaine en 1776 et la révolution française en 1789. La raison humaine était capable à elle seule de découvrir une nouvelle planète. Ainsi, en 1846, c’est par le seul calcul –en appliquant les lois de Newton – que l’astronome français Urbain Le Verrier et, indépendamment, l’astronome britannique John Adams, « découvrent » la planète Neptune, à partir des perturbations de l’orbite d’Uranus. L’observation avec un télescope ne viendra que par la suite pour confirmer le calcul.

Succès final de la démarche, pourrait-on dire : l’explication des origines par la théorie du big-bang. Est-ce le dernier mythe ? L’hypothèse la plus forte ? 

C’est la théorie qui rend le mieux compte des observations actuelles. Bien sûr, la science ne fonctionnant pas comme une religion, cette théorie n’est pas immuable. La science ne reposant pas sur des dogmes, des faits nouveaux peuvent survenir à chaque instant pour contredire la théorie existante et la remettre en question. Mais pour la théorie du big-bang, cela n’a pas été le cas. Au contraire ! Depuis son acceptation par la majorité des astrophysiciens après la découverte du rayonnement fossile, c’est-à-dire la chaleur qui reste de la création, en 1965, les astronomes se sont mis à tester avec acharnement la théorie du big-bang dans ses moindres aspects et ses plus petits recoins. Elle a vécu dangereusement pendant les quatre dernières décennies, car à tout moment des observations auraient pu venir l’infirmer et l’expédier au cimetière des théories mortes. Les astronomes auraient pu constater que la distribution en énergie des photons de ce rayonnement fossile n’était pas conforme à celle d’un univers doté d’un passé chaud et dense. Ils auraient pu trouver que le rayonnement fossile était si uniforme que ça le rendait incompatible avec les fluctuations de densité nécessaires pour donner naissance aux galaxies (ces fluctuations servent de semences de galaxies). Ils auraient pu découvrir une étoile pourvue d’une quantité d’hélium tellement inférieure aux 25% prédits par la théorie du big-bang que cela aurait porté à celle-ci un coup fatal. Nous pourrions multiplier à l’envi les exemples de découvertes qui auraient pu détruire la théorie du big-bang. Or rien de tout cela n’est advenu. Les observations les plus récentes ont renforcé la théorie, bien plus qu’elles ne l’ont infirmée. Si un jour une théorie plus sophistiquée venait à la supplanter, il lui faudrait incorporer tous les acquis de la théorie du big-bang, tout comme la physique einsteinienne a dû incorporer tous ceux de la physique newtonienne.

Lire la suite ici

Publié dans:HUMANITE |on 20 juillet, 2013 |Pas de commentaires »

Processus de naissance par Adama de Telos

 

Béni soit le processus de naissance
Qu’il devienne une célébration sacrée
Un événement joyeux d’ouverture
Une nouvelle porte sur la vie
Adama

Certains d’entre vous, en particulier ceux qui sont attachés à l’église catholique, continuent à croire qu’il n’y a pas d’autre moyen que de souffrir, parce que les hommes continuent à porter le « pêché d’Eve ». J’aimerais vous demander poliment d’oublier tout cela.

Processus de naissance par Adama de Telos dans INTRATERRESTRES - MESSAGES agissante4Toute la peine que les femmes de la surface souffrent à la naissance d’un enfant sont les résultats de conditions perverties, d’alimentation polluée, d’environnement pollué, de relations empoisonnées et également d’un mental pollué. Il y a tout un système derrière, mes très chers. Votre école de médecine a intentionnellement implanté les graines de la « normalité des complications » dans la tête des gens, car tant de gens voient l’accouchement comme une maladie. Mes très chers, un ACCOUCHEMENT N’EST PAS UNE MALADIE, mais un processus naturel. Chaque jour, vos chaînes de télévision montrent des femmes en train d’accoucher, qui sont couchées sur le dos dans une position d’impuissance réelle, avec un environnement dramatique, hurlant de douleur, ou subissant même une « section » à cause des « complications ». Même durant la grossesse, cette histoire de complications est soigneusement implantée dans les gens, et même si la femme enceinte elle-même est encore consciente de la réalité et de l’illusion et des lois cosmiques, elle a souvent plusieurs connaissances et amis bien intentionnés autour d’elle, qui lui racontent des histoires horribles au sujet de l’accouchement et celle-ci et de celle-là, les docteurs insistent pour faire des tests et des vérifications complètement inutiles, là où souvent les complications vont initialement se manifester.

Au contraire, nous à Telos, voyons une naissance comme un acte sacré, comme une célébration. Les femmes enceintes se préparent soigneusement avec leurs maris dans nos temples, ils honorent en toute connaissance de cause l’acte de donner la vie, leurs corps parlent avec l’âme du bébé nouvellement incarné, la grossesse est d’une simplicité absolue, même plus courte que celle à la surface et le processus de naissance est perçu comme indolore, oui, parfois même, comme un acte orgiaque. Le principal partenaire et soutien de la femme qui accouche est toujours l’amant et le mari de la femme, le père de l’enfant. Il la maintient dans une position stable par derrière, ce qui veut dire REDRESSÉE et non pas placée sur le dos, il prend soin d’aérer sa chevelure, pour que l’énergie puisse circuler librement. Le processus de la naissance est un processus intime qui se passe principalement en couple, avec une ou deux personnes proches qui assistent, qui ont été spécialement instruites de toutes les choses concernant la naissance. Ils veillent à ce que l’atmosphère autour réponde aux désirs de la femme qui accouche, par exemple, qu’il y ait une douce musique des sphères, de l’encens, des lumières colorées, des plantes et tout ce qui peut la faire se sentir à l’aise. Nous avons eu toutes sortes de naissances extatiques ici à Telos, d’une naissance sous l’eau à une naissance en dansant.

Tout autour du processus de la naissance entretient la beauté et l’expression céleste, faisant de la naissance un acte de vraie célébration, un suivi de l’acte d’invitation d’une âme à s’incarner. Tout ceci mes très chers, est une question de conscience. Nous sommes instruits, spirituellement connectés, nous ne créons pas ces complications dans notre esprit. Alors vous voyez, tout commence par votre façon de penser, et ensuite il vous faut le courage et insister pour obtenir ce que VOUS voulez pour vous, dans un deuxième temps.

Maintenant nous voyons que l’image de la naissance est utilisée sur GAÏA accouchant d’une nouvelle forme. Le problème de Gaïa est qu’elle fut l’objet d’une sévère maltraitance, elle a été dépouillée de son énergie et a souffert pendant un long temps. Ainsi, des problèmes se posent, venant non pas de son esprit, ni de la grossesse elle-même, mais des circonstances extérieures et par des imaginations forcées, où s’associent peur et naissance. Ceci conduit au fait que sa position de départ pour le processus de naissance a été pire que la normale. Alors, comment pouvez-vous la supporter de votre mieux ?

A part lui envoyer de l’énergie vitale universelle pour la regonfler à bloc, une attitude focalisée positivement est absolument nécessaire. Oui, soulagez-la de son rôle parental de protection de ses habitants, afin qu’elle puisse se concentrer complètement sur elle-même. Si vous visualisez Gaïa, imaginez-la comme la partie féminine d’un couple d’amoureux, donnant naissance dans une position redressée, avec une chevelure détachée, libérée de tout ce qui la serre, et voyez-la soutenue par son amoureux derrière elle, qui la maintient avec amour. Si vous lui parlez, parlez-lui de l’acte joyeux de la célébration, de reprendre des forces en respirant profondément entre les contractions, visualisez un accouchement FACILE, plein de joie, visualisez-là en bonne santé et chantez-lui des chansons, envoyez-lui des fragrances de fleurs, des poèmes inspirés, et toute chose qui soit POSITIVE.

Eve, j’aimerais si tu le veux bien, que tu ajoutes un commentaire sur tes propres expériences d’accouchement.

Eve : Ok, Adama, si tu insistes…. La naissance de mon fils aîné (adulte entre temps) fut un accouchement classique à l’hôpital, sans complications, mais très fatigant. J’ai mis une année entière à m’en remettre. Mes trois autres enfants sont nés à la maison, dans des conditions très agréables avec une sage-femme très sage’, tous étaient faciles. Mon dernier enfant est même né plus vite. Nous avions ferré nos chevaux cet après-midi là, et par la suite, je me suis dit que je pourrais passer un coup de fil à la sage-femme pour vérifier si ce que je ressentais étaient les signes d’une naissance imminente. Elle m’a promis de venir immédiatement, et fut chez moi en 10 minutes, mais il n’a fallu que 5 minutes au bébé pour naître. Il y avait exactement deux personnes présentes à cet accouchement : le bébé et moi. Je n’ai même pas eu le temps d’appeler mon mari de se dépêcher de rentrer…, il était de toute façon sur le chemin du retour, et il a été réellement étonné d’apprendre qu’il avait manqué l’événement et comment cela s’était passé.

Adama : J’aimerais vous recommander de ne pas augmenter la douleur de GAIA en y ajoutant la vôtre, n’augmentez pas ses larmes en y ajoutant les vôtres. Séchez la transpiration de son front, rafraîchissez- lui le visage, séchez ses larmes. Aidez-la davantage en étant constructif, et s’il vous plaît, entourez-vous vous-mêmes d’une aura de calme et de ferme certitude que tout se passera bien.

Nous à Telos, avons organisé un soutien 24h/24h pour Gaïa dans nos temples, par équipes. Nous changeons les équipes toutes les heures, et chacun participe aux sessions de groupe. Nous travaillons avec tous les outils dont nous disposons, et l’énergie ici est résolument joyeuse, n’a rien à voir avec un hôpital ou même une énergie funèbre.

Des chants sont écrits pour Gaïa et des poèmes sont créés, juste comme Don l’a fait. Même mon petit-fils Aylan qui n’est encore qu’un enfant, participe au soutien de Gaïa. Vous voyez, nos enfants grandissent avec la connexion spirituelle. Tout ce qui est considéré comme « pas normal » par les enfants de la surface va de soi pour nos enfants. Notre système éducatif se fonde sur des écoles Melchizedek, où les enfants commencent à aller dès l’âge de 3 ans. Tout le processus d’apprentissage est basé sur une exploration joyeuse et une curiosité naturelle encouragée. Nous disons dès le début à nos enfants, que notre planète est un organisme vivant, et nous leur enseignons un respect aimant et révérencieux pour Gaïa. Après le gros glissement’, nous vous aiderons à réformer vos écoles et vos systèmes éducatifs. A cette occasion, nous aurons besoin de grandes bennes pour tout le matériel périmé.

Publié dans:INTRATERRESTRES - MESSAGES |on 20 juillet, 2013 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3