Archive pour le 8 juin, 2013

Mythologie et Réincarnation

 

par Isabel de la Cruz

Toutes les civilisations ont créé des mythes décrivant la création du monde et retraçant l’origine de leur existence. Dans ces récits, la plupart du temps, “l’humain” se confronte à une situation insoluble ou à une épreuve surhumaine qui lui demande de faire appel à quelque chose de plus élevé en lui, à une identité supérieure qui lui permettra de trouver une réponse au-delà des limites de ce monde. Les mythes reflètent des moments essentiels de notre évolution personnelle et décrivent les moments clés de l’évolution d’une civilisation. Ils nous invitent à une vision plus large de l’histoire de l’humanité.

Mythologie et Réincarnation dans REINCARNATION 1a-220x300La mythologie est considérée de nos jours comme un ensemble de récits fabuleux et de contes, ou tout au mieux comme des textes renfermant une symbolique universelle. Plus la distance est grande – dans l’espace et le temps – avec une civilisation, plus l’ensemble des récits mythiques qui lui sont propres parait perdre le lien avec une quelconque réalité. Ce phénomène est surtout une caractéristique du monde occidental. Pourtant, l’Occident, ou plus précisément le système de croyances dans lequel l’homme occidental baigne, est en lien direct avec certaines mythologies, dont les plus importantes sont : la mythologie égyptienne (puis son héritière, la gréco-romaine), la mythologie celtique, et la plus récente, la mythologie hébraïque.

Et si tous ces récits mythiques étaient la chronique de véritables évènements historiques ?

Chaque culture et chaque peuple de la Terre possède sa propre mythologie. Nous pouvons ainsi dire qu’une mythologie définit une civilisation au même titre que son organisation sociale, son activité artistique, le savoir scientifique et technologique qu’elle développe. Seulement, en parcourant les différentes mythologies de la planète, il est possible de remarquer certaines similitudes entre les récits issus de toutes les grandes civilisations, même éloignées géographiquement et surtout dans le temps. Il est en effet très intéressant d’observer une récurrence infaillible dans toutes les traditions, aussi bien anciennes et élaborées que plus récentes. Toutes coïncident à retracer l’origine d’une culture et son évolution première grâce à l’aide “d’êtres venus du ciel”, apportant un savoir essentiel à son développement : l’agriculture, la construction, le tissage, la musique, l’écriture. Chaque civilisation naissante cherche ainsi, à travers sa mythologie, à perpétuer une vision du monde, de ses origines, de son vécu. En fait, elle apporte une réponse aux grandes questions existentielles.

D’où venons-nous ? Pourquoi sommes-nous ici ? Vers où allons-nous ?

La culture occidentale a toujours porté un intérêt, qui devient de plus en plus important actuellement, aux recherches archéologiques, et pour cause : le lien avec sa tradition mythique et son vrai sens a été perdu. Par ce geste de découvrir, de dévoiler le passé, l’homme occidental cherche à retrouver ses origines. Tout comme un orphelin chercherait à découvrir qui sont ses vrais parents. D’autre part, lorsqu’à un niveau individuel nous nous sentons appelés à chercher des réponses à ces mêmes questions essentielles sur nos origines, nous arrivons assez vite à l’idée de la réincarnation. En introduisant cette nouvelle variable, celle de la possibilité pour l’âme d’évoluer grâce à de multiples expériences, il est alors possible de commencer à percevoir la vie et le monde de manière non linéaire, mais plutôt multidimensionnelle, de la même manière que la physique actuelle (théorie des cordes, théorie quantique) commence à décrire l’Univers : un système de synchronicités parfaitement orchestrées à différents niveaux et en interaction constante.

Dieux, anges, et êtres venus du ciel.

C’est ainsi que toute une civilisation, vue comme une famille d’âmes, naît dans ce monde, grandit, mûrit et quitte ce plan terrestre en laissant le fruit de son expérience pour les civilisations héritières à venir. Si ce point de vue est exact, alors ces “dieux”, “êtres venus du ciel”, “anges” dont parlent les mythes sont probablement différents noms donnés aux mêmes personnes. Des êtres que nous pourrions appeler aujourd’hui frères de l’espace, êtres de lumière, ou encore maîtres ascensionnés. Tous des noms différents pour appeler ceux qui, faisant partie d’une civilisation ancienne, sont partis de cette réalité pour vivre sur d’autres espaces des multiples dimensions planétaires, afin de continuer leur évolution. Les mêmes qui non seulement ont laissé leur savoir inscrit avant de partir (Guizeh, Chichen-Itza, …), mais aussi maintiennent un lien de fraternité et d’aide envers leurs cadets (sauf quelques-uns qui ont commis des erreurs d’évolution par superbe : mythe d’Hercules/Héraclès ou autres), et qui parfois reviennent achever des expériences propres à notre dimension (acquisition d’une conscience de la réalité sensible), comme les “anges déchus”. Petit à petit, nous observons que les différents mythes, au-delà de leur symbolique certaine et de l’idée religieuse qu’ils véhiculent, correspondent avant tout à une chronique d’évènements historiques clés, riches en enseignements initiatiques. Ils contiennent la mémoire de l’évolution de l’humanité, à travers des civilisations qui se succèdent et se chevauchent, parfois violement (génocides, cataclysmes, …), pour donner toujours une nouvelle opportunité d’apprendre aux nouvelles et aux anciennes âmes. Par exemple, celui qui a participé à l’extermination de groupes indiens pourrait bien aujourd’hui être l’un d’eux, et vivre dans sa propre chair une situation qu’il a lui-même aidé à mettre en place.

Les mythes, témoignages de l’invisible et du monde spirituel.

Pensons par exemple à l’échelle de Jacob : ce mythe sur la création et le fonctionnement du monde dans l’Ancien Testament, qui parle des anges, explique que celui qui est plus proche du Ciel aide celui qui est immédiatement en dessous à monter, à s’élever, à ascensionner sur le chemin vers le Ciel. Cette description pourrait bien nous donner de bonnes raisons de concevoir l’existence d’une aide apportée par des êtres plus évolués technologiquement et spirituellement, et qui seraient en réalité des “anciens”, des “grands frères” qui nous montreraient l’exemple de la tolérance et de la solidarité comme moyen de vivre. Cette vision de la diversité et de la multiplicité de la réalité, intégrée à notre vie quotidienne, en commençant par nous-mêmes, est un des cadeaux que nous apportent les mythes.

Isabel de la Cruz organise et anime des stages et des formations basés sur une approche quantique de la santé et une vision multidimensionnelle de l’Être humain.

www.etoileduberger.com

Comment voir l’aura

 

Comment voir l’aura dans DEVELOPPEMENT laura

Si vous désires vraiment voir l’aura et apprendre quelque chose à son sujet, je vous suggère d’abord la lecture d’un livre ou deux sur les traitements par la gamme chromatique. Ainsi, vous vous familiariserez avec les significations des diverses couleurs.

En fait, Drunvalo Melchizédek a découvert que nous possédons déjà cette connaissance dans notre subconscient.  Il y a très peu de différences dans les différents livres qui traitent de traitements par la couleur.

 Les militaires entraînent maintenant certains soldats d’élite à voir les auras. Ainsi, ils sont capables de savoir exactement ce que l’ennemi pense et ressent, ce qui s’avère évidemment un avantage majeur en cas de conflit. Voici leur technique…

A cette fin, procurez-vous plusieurs feuilles de papier cartonné en couleur, ainsi qu’une grande feuille de papier cartonné blanc d’environ 90 centimètres de longueur et 60 centimètres de largeur. Bous allez maintenant être les témoins d’un phénomène de vision qui n’a absolument rein à voir avec l’aura : cependant, nous pouvons apprendre à distinguer l’aura humaine grâce à cette technique.

Posez la grande feuille de  papier blanc à plat sur le sol et éclairez-la du dessus, toujours avec une lampe directionnelle de type table à dessin et branchée au préalable sur un rhéostat. Posez maintenant une des feuilles de couleur au milieu du papier blanc. Choisissez d’abord une feuille rouge et fixez-là pendant 30 secondes sans cligner des yeux. Une fois ce temps écoulé, continuez à regarder fixement le même endroit, même après avoir brusquement retiré cette feuille et l’avoir placée hors de vue. En moins d’une seconde, la couleur complémentaire apparaîtra devant vos yeux, c’est à dire le vert. Ce double sera toujours d’une couleur différente  e l’original, mais la forme restera la même.

Cette image fantôme apparaîtra donc devant vos yeux, toute reluisante et transparente, et il vous semblera même qu’elle flotte au-dessus de la surface du papier blanc. Si vous répétez la même expérience avec quatre ou cinq feuilles de couleurs différentes les unes après les autres, cela ne prendra quelques minutes avant que vous développiez une certaine capacité de percevoir ce type d’image en couleur – reluisante, transparente et flottant dans l’espace. En fait, ces couleurs sont comme le champ aurique, sauf qu’elles sont idéales, car peu de gens ont une aura dont les couleurs sont si nettes et si claires.

Pour la deuxième partie de l’entraînement, vous aurez besoin d’un partenaire et tous les deux devrez (de préférence) porter des vêtements blancs, car c’est le meilleur moyen de voir les couleurs de l’aura. Les vêtements eux-mêmes ne bloquent certainement pas l’aura, mais leur couleur (autre que le blanc) la rend difficile à percevoir. Demandez à votre partenaire de rester debout devant un écran de projection blanc ou, à la rigueur, un mur blanc (s’il y en a un dans votre environnement immédiat).

Prenez ensuite la lampe équipée du rhéostat et réglez-la pour obtenir une illumination maximale, tout en dirigeant le faisceau sur votre partenaire. Prenez maintenant une feuille de couleur et demandez qu’il la tienne à environ trois centimètres devant lui, et à hauteur de poitrine. Comme auparavant, concentrez-vous sur le papier en couleur, fixez votre regard sur lui sans battre les paupières, et comptez mentalement jusqu’à trente. Demandez à votre partenaire de retirer rapidement la feuille de  papier et de la mettre hors de vue. Vous verrez alors la couleur complémentaire, comme si elle flottait dans l’espace tout autour de la personne debout devant vous.

 Cela fait, vous pouvez demander au sujet de placer la feuille de couleur derrière sa tête ou ses épaules. Répétez le même processus quatre ou cinq fois, jusqu’à ce que vous soyez habitués à voir les couleurs dans l’espace tout autour de son corps. Ensuite, retirez le papier de couleur de sa main et continuez à observer le sujet en tournant très lentement le rhéostat de manière à avoir de moins en moins de lumière. A partir d’un certain point, le corps de votre partenaire devient très sombre et un moment magique survient bientôt, car d’un seul coup, toutes les couleurs de l’aura apparaissent devant vos yeux. Vous saurez qu’il s’agit bien de toutes les couleurs de l’aura, et pas seulement des couleurs complémentaires déjà vues, puisque vous verrez alors toute une variété de couleurs changeantes. Tout ce à quoi la personne pense et out ce qu’elle ressent sur le moment est immédiatement projeté sous forme de couleurs dans l’aura.

Habituellement, celles qui se trouvent autour de la tête et des épaules représentent ce à quoi la personne pense. Dans la région de la poitrine et du dos, les couleurs sont celles des sentiments et des émotions, même s’il s’agit parfois d’une légère juxtaposition.

En plus des pensées et des émotions, il se peut que l’aura révèle un problème de santé. Si vous êtes malade vous souffrez d’un malaise physique, elle adoptera souvent une couleur particulière. Les couleurs émises par vos pensées brillent et reluisent dans l’aura, mais changent en même temps qu’elles. Quant aux couleurs qui correspondent aux émotions, elles ont tendance à se mouvoir autour de la personne. Par contre, celles associées à une maladie sont fixes, se présentant souvent comme des formes globuleuses et parfois angulaires qui se dégagent du patient, mais restent au même endroit du corps. Dans certains cas, une maladie ne donnera aucun signe extérieur de sa présence, car la couleur ou la forme angulaire rattachée à cette maladie reste totalement à l’intérieur du corps, sans rien laisser émerger.

En général, disons que quelque chose est habituellement apparent !

 Extrait de l’Ancien secret de la Fleur de Vie -  Tome 2 – de Drunvalo Melchizédek 

Publié dans:DEVELOPPEMENT, HUMANITE, LUMIERE, POUVOIR |on 8 juin, 2013 |Pas de commentaires »

NOUS SOMMES MERKABAH


Propos de Drunvalo Melchizédek

 Nous sommes avant tout des êtres de lumière, faits d’une énergie d’Amour infini. Beaucoup de cultures appellent cette partie énergétique de nous-même «la Merkabah». Notre corps physique est entouré d’un double tétraèdre (pyramide à 4 faces) imbriqué masculin qui tourne dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, d’un autre qui tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, et d’un troisième qui est immobile.

 Lors de l’écriture de mon premier livre, je n’avais pas très bien réalisé quelque chose d’essentiel : Nous sommes une Merkabah. Nous sommes un véhicule ascensionnel. La Merkabah, c’est ce qui est immortel en nous. La Merkabah entoure le corps physique de chaque chose vivante. On la retrouve autour des planètes, autour des arbres, et autour des Êtres Humains. En fait, je ne sais pas autour de quoi l’on ne la retrouve pas, vue que tout est vivant.

 Il est très évolutionnel de répéter sans cesse à notre mental ainsi qu’à chacune de nos cellules, que notre être est beaucoup plus étendu que notre seul corps physique. Beaucoup de personnes croient que notre Merkabah se limite à un triple double tétraèdre imbriqué. Il s’agit là d’une de nos structures de base. Bien qu’il soit très efficace de visualiser nos trois double tétraèdres le plus souvent possible au cours d’une journée, faites de même avec le dodécaèdre qui entoure nos tétraèdres. Ça peut paraître un peu compliqué, alors voici un beau dessin…

NOUS SOMMES MERKABAH dans MER-KA-BA merkaba2

 Beaucoup de personne parlent de la méditation Merkabah et de ses effets très bénéfiques sur notre être énergétique. Elle réveille en effet ce que nous sommes vraiment, notre essence. Bien que je continuerai, pour ne pas embrouiller les pistes à appeler ce système de 17 respirations la méditation Merkabah, je considère qu’il s’agit plus d’un approvisionnement en énergie plutôt que d’une méditation. Bien sûr, une petite voix me dit que toutes les méditations sont des approvisionnements en énergie.

 Pratiquer l’une des méditations Merkabah (il en existe des centaines, même si elles ne portent pas ce nom) est un moyen très efficace pour réveiller en nous notre partie immortelle, pour préciser notre connexion avec notre moi supérieur et les différentes sources des mondes invisibles, et augmenter les coïncidences. En fait, lorsque vous commencez à activer votre Merkabah, les êtres «là-haut» qui peuvent vous aider sont directement mis au courant.

Ils se disent alors : «Tiens, encore un(e) qui vient de se réveiller. Ça serait peut-être intéressant que l’on s’investisse un peu plus en elle/lui. Allez, on va tenter de lui envoyer un petit message pour voir s’il suit ses intuitions.» De plus, en faisant cela, vous aidez grandement notre planète Terre en lui insufflant de l’énergie universelle. À chaque fois que vous le faites, vous êtes une sorte de passerelle qui fait passer de l’énergie d’un très haut niveau vibratoire vers le centre de la Terre.

 Je voudrais insister sur le fait que notre Merkabah (nous-même) n’est pas limitée au dessin précédent. Bien qu’il s’agisse d’un bon départ, nous sommes encore plus que cela, vue que nous sommes le Tout. Pensez-y en regardant les étoiles ce soir. Personnellement, lorsque j’observe le ciel, je me dis : ,«Tout ceci fait partie de moi !». Essayez, vous verrez que ça fait un choc. Mais là je vous parle d’un grand classique. C’est aussi très comique de réaliser cela au sein d’une grande ville. Je m’assieds alors dans un coin et regarde cette fourmilière grouillante et me dis : «Tout ceci est à l’intérieur de moi.»

 Mais encore plus drôle. Lorsque je croise une super princesse des étoiles, qui agite tous mes cadrans de contrôle tant elle me fait vibrer, je me dis encore une fois : «Je suis elle. Nous ne faisons qu’un.» Connaître les structures de base de notre Merkabah (triple double tétraèdre et dodécaèdre) est très utile car cela nous permet d’y poser notre attention dessus. Grâce à une attention et une intention concentrées vous pouvez programmer votre Merkabah à tout ce que vous voulez, tant que le moteur en est l’Amour Inconditionnel. La seule limite c’est votre imagination. Par exemple, il vous suffit de poser votre attention dessus, avec l’intention de lui demander d’être invisible aux radars du gouvernement mondial. En effet sachez que le gouvernement mondial-invisible a des équipements qui lui permettent de repérer les personnes qui vibrent très haut, donc qui d’une manière ou d’une autre ont réussi à activer leur Merkabah jusqu’à une certaine fréquence, N’oubliez jamais que votre Merkabah est vivante. Elle est très intelligente et à l’écoute de vos moindres faits et gestes. Elle est là pour nous aider et est notre meilleur ami(e) vue qu’il s’agit de vous-même. Pas besoin de connaître des formules magiques. Les émotions et le sentiment d’amour inconditionnel sont l’une des clefs pour créer tout ce que nous vouloNs.

 Pour l’exemple donné plus haut, il vous suffit de nous concentrer, de visualiser les structures de votre Merkabah et de ressentir la sensation d’être invisibles pour ces radars, et cela fonctionnera. Vous disparaîtrez automatiquement de leur écran de contrôle, ce qui pourra vous éviter certains harcèlements envisageables si vous vous impliquez à un certain niveau du travail spirituel : par exemple la chance de recevoir une petite déflagration d’énergie à très basse vibration censée vous donner le cafard. Vous croyez que je délire ! Normal.

 Pourtant ces équipements existent bien. Ils sont utilisés sur certaines villes en permanence afin de limiter l’envol de certaines personnes. C’est surtout le cas de villes où beaucoup de décisions sont prises. Mais ne vous en faites pas. Que tout ceci ne vous fasse pas peur non plus. Même si ces machines sont là pour «plomber» certaines personnes, ces dernières s’envoleront encore de plus belle après. Tout a un sens, je vous le promets. Et ce sens, c’est d’optimaliser notre évolution !

 Encore trois petites précisions sur la Merkabah.

 Tout le monde n’a pas besoin de pratiquer ces respirations et de connaître toutes ces théories. Chez bien des Humains leur Merkabah est naturellement active. Sachez aussi qu’après un certain temps de pratique Journalière de l’une des techniques de méditation respiration Merkabah, il suffit de respirer trois bonnes fois en se levant le matin, en canalisant les énergies cosmiques et telluriques vers le coeur, et en visualisant les trois doubles tétraèdres imbriqués et le dodécaèdre pour la «réinitialiser». Comment savoir si votre «M» fonctionne d’une manière relativement efficace ? Si vous en êtes conscient au moins deux ou trois fois sur la journée, et ce d’une manière spontanée, c’est qu’elle est «relativement» activée. Si ce n’est pas le cas… Réactivation…

 Voici maintenant les 17 premières respirations de la méditation Merkabah, telles que je les ai comprises grâce à l’enseignement de Drunvalo Melchizedek.

 On n’enseigne pas la 18ème respiration, car celle-ci nous propulse dans la prochaine dimension ce qui nous fait à proprement parler disparaître de cette dimension. Il est nécessaire d’avoir un accord très clair de votre moi supérieur pour le faire. En effet, si vous le faites correctement vous allez devenir invisible pour les yeux, et changer de niveau dimensionnel. Cela n’est pas à prendre à la légère, car en général, lorsque l’on va dans l’autre dimension, on n’a plus envie d’en revenir. Et si vous êtes ici, c’est pour une bonne raison. Maintenant, sachez que vous pouvez la trouver (la l8ième) sur Internet. Mais ne prenez pas ce que je vous dis à la légère. Certaines forces seraient très heureuses de vous voir quitter cette dimension. On a besoin de vous ici et maintenant ! A vous de choisir. A vous de sentir.

 Sachez qu’énormément de personnes enseignent d’autres types de méditation Merkabah. De nombreuses personnes me contactent en me disant que celle-ci est complètement dépassée. Grand bien leur fasse, mais moi je me contente de celle-ci pour le moment. Les autres types de méditation Merkabah auxquels ils font référence font tourner notre «M» à une vitesse supérieure à celle de la lumière, tandis que d’autres la font tourner à une vitesse inférieure. Je veux bien croire que c’est possible, mais la «M» que je vous propose vous fait passer graduellement du niveau de conscience actuelle au niveau de conscience Christique, ce qui est justement en train de se passer sur terre. Personnellement il me semble que l’harmonie c’est donc de faire celle-ci. Maintenant, à vous de choisir. Il n’y a pas de mauvais choix, tant qu’il s’agit de votre choix. Si la vitesse de la lumière est choisie, ce n’est pas par hasard. Elle est en accord avec le monde à 3 dimensions dans lequel nous vivons.

Chaque électron dans notre corps tourne autour de chaque atome dans notre corps à la vitesse de 9/10 de celle de la lumière. De plus, si notre Merkabah tourne plus vite que la vitesse de la lumière, cela nous fait disparaître du monde en 3D, avec les mêmes conséquences que celles que je vous ai expliquées plus haut avec la 18ième respiration.

Oh oui, j’oubliais. Il est strictement défendu au niveau de la Confédération Intergalactique d’activer la Merkabah d’une autre personne., Les conséquences peu vent en être très anti-évolutionnelles pour cette personne et pour vous-même. Dans des cas extrêmes, des exceptions peuvent être faites pour vos enfants, mais je ne vous le recommande pas. Bien sûr, chaque personne qui vous approche est automatiquement influencée par votre Merkabah.

 Vous pouvez installer une Merkabah autour de l’endroit où vous habitez, si vous recevez l’autorisation de Gaïa, la Terre. Il suffira que vous y pensiez au moins une fois par jour, afin qu’elle reste active.  Même s’il est vrai que dans un premier temps cela semble un peu, beaucoup, de détails techniques à mettre en pratique en même temps, ne vous en faites pas si vous avez parfois l’impression de ne pas «bien» faire… Vos différents corps savent très bien ce que vous êtes en train de faire… Eux, n’ont pas oublié, car ils savent qu’il s’agit de leur nature profonde.

Ce qui compte surtout, c’est l’intention et l’attention que vous leur portez. telles que je les ai comprises grâce à l’enseignement de Drunvalo Melchizedek.

Publié dans:MER-KA-BA |on 8 juin, 2013 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3