Archive pour le 17 avril, 2013

Les fantômes face à la science

 Les fantômes face à la science dans POLTERGEISTS et LEGENDES ombre

Pour Emmanuel Kant (1724-1804) :

« On peut être sûr que jamais une académie des sciences ne choisira un pareil sujet, pour le mettre au concours ; non pas que chacun de ses membres soit persuadé de la futilité et du mensonge de toutes ces narrations, mais bien parce que la loi de la prudence met de sages bornes à l’examen de ces questions. Les histoires de revenants rencontreront toujours des croyants secrets et seront toujours l’objet, en public, d’une incrédulité de bon ton. »

De la seconde partie du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe, et encore jusqu’à nos jours, de nombreux savants et parapsychologues ont enquêté sur ces phénomènes. Parmi ceux-ci on peut citer :Camille Flammarion (1842-1925) astronome, Charles Richet (1850-1935) prix Nobel de médecine, Frank Podmore (1856-1910) écrivain, Ernest Bozzano (1862-1943) parapsychologue, Jean Prieur(1914-) professeur de français, Claude Lecouteux (1943-) docteur es lettres, Walter von Lucadou (1945-) physicien et psychologue, etc. Ils se sont souvent regroupés dans des instituts tels que la Society for Psychical Research (Société pour la recherche psychique ou SPR) fondée en 1882 en Angleterre, ou l’Institut métapsychique international (IMI) créé en 1919 en France.

Actuellement, la communauté scientifique considère en général que, méprises et tromperies mises à part, la plupart des manifestations de fantômes présentées comme authentiques n’ont pas de réalité physique. Les apparitions spectrales n’entrent pas dans le champ des études du mouvement zététique, celui-ci se limitant aux hypothèses réfutables et excluant, de fait, tout ce qui touche aux croyances. Pour Pascale Catala. :

« Seule une approche rationnelle, se fondant sur diverses disciplines scientifiques (physique, psychologie, psychiatriques, sociologie, neurophysiologiques, etc. permettra de démêler le vrai du faux. »

 Selon Rupert Sheldrake, l’esprit ne s’identifie pas avec le cerveau, mais s’étend au-delà de l’organe physique sous la forme d’un champ de perception produit par l’activité cérébrale. L’esprit est enraciné dans le cerveau mais n’y reste pas confiné et constitue un champ sensible qui interagit avec l’environnement. S’il en est ainsi, l’objet vu ne peut manquer d’être influencé par cette observation, ce qui est effectivement vérifié par l’expérience. Or, il s’agit là, d’une forme de communication, habituellement qualifiée par Joseph Rhine d’« extrasensorielle » (1934). Les expériences présentées par R. Sheldrake dans son dernier livre Le Septième Sens (2006) confirmeraient que l’homme est capable de percevoir le « poids » d’un regard dirigé sur lui, même à travers une vitre, dans le reflet d’un miroir ou par l’intermédiaire d’un circuit vidéo. Il rapproche le concept de télépathie des mouvements de groupes d’animaux (bancs de poissons ou vols d’oiseaux). Sheldrake pense que ces groupes baignent dans un même champ de conscience, selon le modèle morphogénétique, qui les unit par ce même type de sensibilité qui nous fait percevoir le regard d’autrui pose sur nous.

Critiques du paranormal

La plupart des scientifiques considèrent que le paranormal n’est qu’une affaire de charlatans et que les études confirmant l’existence de ces phénomènes relèvent de la pseudo-science. Ainsi, le scepticisme, et sa version francophone la zététique, est un mouvement qui étudie les phénomènes réputés paranormaux par une approche scientifique dans le but de « faire avancer la science ou reculer le charlatanisme ». Selon eux, aucun prétendu détenteur de pouvoirs paranormaux n’a pu remporter le défi zététique international.

Chez les Témoins de Jéhovah, les phénomènes paranormaux sont liés à Satan et ses démons.

Publié dans:POLTERGEISTS et LEGENDES |on 17 avril, 2013 |Pas de commentaires »

Chasseurs de fantômes

 Chasseurs de fantômes dans POLTERGEISTS et LEGENDES mort

On appelle « chasseurs de fantômes » les personnes qui se sont spécialisées dans l’étude des phénomènes de hantise. Le thème a été popularisé de façon comique dans le célèbre film américain S.O.S. fantômes sorti en 1984. Dans la réalité, la plupart des chasseurs de fantômes ne cherchent pas à combattre ces phénomènes, mais plutôt à les analyser en collectant un maximum de renseignements.

L’Anglais Harry Price (1881-1948), fondateur en 1925 du National Laboratory of Psychical Research à Londres, fut probablement le plus célèbre chercheur dans ce domaine au XXe siècle. Il publia une douzaine d’ouvrages, dont deux furent consacrés au presbytère hanté de Borley.

De nos jours, de nombreuses personnes, ou associations d’amateurs, se proclament chasseurs de fantômes, sans pour autant avoir une attitude réellement scientifique. Malgré l’emploi fréquent de divers détecteurs et appareils sophistiqués, censés fournir des preuves des phénomènes observés, leurs recherches n’apportent rien de concret aux études sur le sujet59.

La chasse au fantôme est la visite d’endroits réputés hantés par des fantômes, généralement afin de rapporter des preuves de leur existence.

Généralement, les chasseurs de fantômes agissent en équipe et utilisent divers équipements électroniques, tels que des détecteurs de champ électromagnétique, des caméras thermiques ou des magnétophones.

Bien que la plupart des chasseurs de fantômes prétendent utiliser des méthodes scientifiques, il n’a jamais pu être apporté d’éléments testables et vérifiables permettant de prouver scientifiquement l’existence de fantômes.


Explorateur insatiable des mystères de la nature humaine, Erick Fearson s’est rendu en Crète, l’été dernier, pour remonter le temps, à la rencontre des fantômes de l’Antiquité. Intrigué par le mythe de l’Atlantide, cette civilisation disparue révélée par Platon et tant convoitée par les scientifiques, il foule le sol d’Héraklion, un dimanche 13 août 2006, des projets d’expédition plein la tête et son matériel en poche. Sa réputation de mentaliste fait vite le tour de l’île. Avant d’inaugurer ses enquêtes surnaturelles, il enchaîne les lectures de tarot et les expériences psychiques, notamment dans les cafés lounge du quartier animé de la capitale. Hélas, la conduite crétoise ne fait pas défaut à sa mauvaise réputation. Quelques jours après son arrivée, Erick échappe de justesse à un accident de la circulation. De sérieuses complications ne cesseront alors de ponctuer son séjour au pays des ombres.

Mais, pour son plaisir de chasseur de fantômes (et pour celui de Maison-Hantee.com !), il s’est juré de les surmonter. Après tout, avec Erick, le monde des morts est souvent moins dangereux que celui des vivants…

Par Erick Fearson

Juillet 2006 : Au cœur de l’été, je me mets à rêver à de lointains rivages, de fantômes exotiques et de terres oubliées. Un lieu qui m’a toujours fasciné me vient à l’esprit : L’Atlantide ! Continent fabuleux ayant abrité l’une des civilisations les plus avancées de notre monde. Ses habitants, les Atlantes, formaient un peuple hautement évolué, en politique, dans les arts et le savoir. Englouti par un cataclysme extraordinaire, ce territoire disparu continue de faire couler beaucoup d’encre. Mythe ou réalité ? A-t-il réellement existé ? Difficile à dire, mais de nombreuses références attestent de son existence. Difficile à localiser aussi : les sources divergent puisqu’on le situe à différents points du globe. Certains le positionnent dans le fameux Triangle des Bermudes, d’autres en Islande ou au Spitzberg. D’autres encore aux Canaries.

J’ai eu plusieurs fois l’occasion de me rendre en Islande ainsi qu’au Spitzberg. Et, à vrai dire, je n’ai trouvé nulle trace, ni écrit sur cette civilisation qui reposerait maintenant au fond des océans. Cependant, il demeure un endroit où, plus qu’ailleurs, les spécialistes s’accordent à la situer : l’île de Santorini, en Mer Égée.

Les détectives de l’Atlantide

« Dans l’espace d’un seul jour et d’une nuit terribles, l’île de l’Atlantide s’abîma dans la mer et disparut. Voilà pourquoi, aujourd’hui encore, cet océan de là-bas est difficile et inexplorable, par l’obstacle des fonds vaseux et très bas que l’île, en s’engloutissant, a déposés ». Dans ses dialogues tardifs du Timée puis du Critias, Platon, le premier à en parler il y a déjà 2 400 ans, localise l’Atlantide à l’emplacement de l’île de Santorini (ou Santorin), proche de la Crète. Plus récemment et à l’instar de nombreux spécialistes, le Commandant Cousteau fit, lui aussi, des recherches entre Santorini et la Crète. De nombreux évènements ainsi que des fouilles minutieuses confirmeraient, dans cette région, l’existence d’un peuple très évolué : les Atlantes ?

Lire la suite de cette histoire ici   

Publié dans:POLTERGEISTS et LEGENDES |on 17 avril, 2013 |Pas de commentaires »

Homosexualité dans la société |
madioucisse |
Les anniversaires des stars |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sénégal Junior Intelligence
| Anglais pour non-spécialist...
| bobs3